Issuu on Google+

TERRITO R I A L J .

T O U R N A I R E

&

M . -

U N I T C .

D A L I N


TERRITO R I A L

U N I T

Nouvelles ĂŠchelles et formes urbaines pour la mĂŠtropole multiscalaire New scales and urban forms for the pluriscalar metropolis


Index Contents

7

Avant-propos Forewo r d

8

Ode au suburbain Ode to s u b u r b a n a r e a

14

Points stratégiques Strateg i c p o i n t s

32

Points méthodologiques Method o l o g i c a l p o i n t s

40

3 échelles de pensée, 1 échelle d’intervention 3 scale s o f t h o u g h t , 1 s c a l e o f i n t e r v e n t i o n

43

‘Métapole’ ‘Metap o l e ’

69

‘Bassin d’habité’ ‘Inhabi t e d b a s i n ’


125

‘ Te r r i t o r i a l u n i t ’ ‘Territo r i a l u n i t ’

163

Regard transversal Cross o v e r v i e w

173

‘Bibliothèque drive’ ‘Drivin g l i b r a r y ’

222

Références Refere n c e s

224

Curriculum vitae Curricu l u m v i t a e

227

Remerciements Acknow l e d g m e n t s


6


Avant-propos Foreword

L’ o b s e r v a t i o n s e n s i ble du milieu urbain pratiqué, et une réflexion théorique sur le territoire, s o n t l e s d e u x é l é m ents fondateurs du projet. Nourris de ces derniers, la recherche d’une p r o b l é m a t i q u e l é g i t i me, d’une démarche processuelle judicie use, et d’une intervention juste, t a r a u d e n o s e s p r i t s chercheurs. Le projet est toujours l’occasion de remises en questions d e s a c q u i s , e t d ’ a p p orter de nouvelles réponses aux nouvelles questions soulevées par notre environnement. C e d o c u m e n t i l l u s t r e notre démarche personnelle de concepteur d’architecture et de ville. E l l e s e t r o u v a i n i t i é e par la réalisation de notre diplôme de fin d’études à l’Ecole d’Architec t u r e d e Ly o n , m a i s perdure dans nos convictions et ambition s personnelles.

The observation of the practiced urban space and a theoretical reflection about the territory, are the two founding points of the project. From this, we searched for a legitimate issue, a wise process, and a right inter vention. The project is always the occasion of reviewing the established knowledges and finding new answers to the new questions raised by our environment.

This work represents our personal approach regarding the architecture and the city conception. It began with our diploma achievement in the Architecture school of Lyon, but is sill present in our personal convictions and ambitions.

7


Ode au suburbain Ode to suburban area

8

La métropolosation, c’est aussi un changement d’échelle de la vie urbaine. [...] Les villes se distendent, s’étalent, se morcellent, se polynucléarisent. Il se forme de vastes régions urbaines, des métapoles, où les coupures entre ville et campagne sont plus radicales, et dans lesquels les différences entre grandes villes, petites villes et bourgs s’estompent. De plus en plus souvent les citadins habitent une commune, travaillent dans une seconde, s’approvisionnent dans un troisième, se divertissent dans une quatrième...Les centralités se multiplient, se diversifient, se spatialisent, à tel point qu’il semble préférable aujourd’hui de parler de polarités ou de concentrations spécialisées. Mais celles-ci s’organisent plus autour des activités commerciales. Rem Koolhaas

8


L e s u b u r b a i n r é s u l t e du développement générique et non contrôlé des métropoles euro p é e n n e s , v o i r m o n d iales. Ce territoire n’est pas très attrayant, plutôt repoussant, et à ce t i t r e , i l n ’ e s t s o u v e nt pas considéré comme lieu privilégié de projet. C’est pourtant par lui q u e l a v i l l e c o n t i n u e de se développer irrémédiablement. Il fait de plus parti du quotidien d e l a m a j o r i t é d e s h abitants de la métropole et pas seulement de ceux qui y sont résidants. C h a c u n d ’ e n t r e n o u s est amené plus ou moins régulièremen t à le traverser ou à profiter de c e q u ’ i l o ff r e . C e t e r ritoire jugé sans qualités est le lieu où le s choses se passent désormais, e t é v o l u e n t d e m a n i ère la plus évidente. A u r e g a r d d e s c r i t è r es et des outils traditionnels pour observer et faire la ville, ce territoire n e p r é s e n t e a u c u n e cohérence, aucune organisation. Il n’est pas composé, ne comporte pas d e t i s s u o u d e f o r m es urbaines pour gérer son développement. Il se présente plutôt comme u n e j u x t a p o s i t i o n d e ‘pans individués’

5

retournés sur eux-mêmes, appliqués à s’écarter et

s e p r o t é g e r d e s s u r faces voisines. Ou en d’autres termes, comme un assemblage de cap s u l e s a u f o n c t i o n n e ment autonome, davantage reliées au reste du territoire voire au reste du m o n d e v i a l e r é s e a u topologique qu’à leur environnement immédiat.

Suburban areas result from the generic and uncontrolled development of the European metropolitan areas. This territory is not very attractive, rather repulsive, and that is the reason why it is not really accepted in urban culture to date. And yet, it is still the privileged place for the city to grow. In addition, this territory is experienced in everyday metropolitan life, and not only in everyday suburban inhabitants life. Each one of us is led to cross this area or to use its resources more or less regularly. This territory, often claimed to lack qualities, is now the main background of the urban life. We have to face it.

From a traditional viewpoint, the suburban area lacks coherency and organisation. It doesn’t have any struc ture, fabric or urban forms to drive its development. Rather, we can describe it as a juxtaposition of ‘individual patches’ that take care to stay away and to protect themselves from the surrounding areas. Or, in other words, as a collection of autonomous capsules, more connected to the rest of the territory, even to the rest of the world through the topological network, than to its close environment.

9


10

D i ff i c i l e d o n c d e n e plus l’assimiler à un énorme ‘chaos’ aux disfonctionnements tels que s e u l e u n e s o l u t i o n t éléportée permettrait de lui redonner forme. On se propose néanmoins d ’ e n v i s a g e r c e t e r r i toire débarrassé de formes et de quelconques règles déterministes c o m m e u n c o n s i d é r able terrain d’expérimentation, où la liberté d’explorer de nouvelles fa ç o n s d e f a i r e d e l ’ urbain remplacerait la tentative de faire masse, de recomposer ou de recoudre. I l s ’ a g i t p o u r c e l a d ’ observer le suburbain tel qu’il est, d’en révéler la richesse et de relever l e s p r a t i q u e s q u i l u i sont inhérentes, au delà des formes t raditionnelles d’urbanité. Si ce t e r r i t o i r e n ’ e s t e n e ff et pas pratiqué tel que l’on pratique la ville traditionnelle, ces nouvelles f o r m e s d e p r a t i q u e ne sont pas pour autant à déconsidérer. Certes, les habitants de ce t e r r i t o i r e s e d é p l a c ent en voiture de capsules en capsules, et n’ont souvent conscience de l ’ e n v i r o n n e m e n t q u i les entoure ou de ce qu’il y a en dehors de la capsule qu’ils fréquentent, q u e l o r s d u c o u r s l a ps de temps où ils rejoignent leur voiture. Et dans la mesure où aucun t i s s u n e v i e n t g é r e r l’organisation de ce suburbain, et qu’en conséquence l’espace public a u s e n s t r a d i t i o n n e l du terme n’y est plus présent, le milieu entre les capsules n’est que r a r e m e n t p r a t i q u é . D’autant plus que l’échelle de ce territoire a considérablement augmenté e t n ’ e s t p l u s à l a m esure du piéton.

Actually, it can be considered that the urban space of this area is chaotic and confused. But in our opinion it offers great freedom qualities regarding city and building design experimentation. We should take advantage of this deterministic rules lack instead of always wanting to sew up and to reconstruct the urban territory.

It is time to start to build up a new way of looking at the urban environment in order to reflect on the latent potential of suburbia, beyond traditional forms of urbanity. Indeed this area is indeed not experienced as the old city is, but it is not a reason to discredit these new ways of practicing the territory space. It is true that inhabitants use their car to drive from one capsule to another, and become aware of their surrounding only when they leave their vehicle, that means only between the parking and the building inside the capsule. Fur thermore, as no urban fabric control the organisation of this area, traditional public spaces no longer exist and the environment between capsules is almost never practiced. All the more so as, the scale of the suburban area has significantly increased and is no longer at the pedestrian measure.


M a i s c e q u ’ i l f a u t a v ant tout noter est le nouveau rôle donné alors à l’architecture: c’est elle q u i p r e n d d é s o r m a i s en charge l’espace public, le mall en est l’exemple le plus représentatif. L e s h a b i t a n t s d e l ’ a ire suburbaine et de la métropole en générale sont mis en coprésence p a r s o n s e u l b i a i s , e t peuvent ainsi apprécier les situations d ont l’urbain a traditionnellement l ’ a p a n a g e , q u ’ i l s ’ a g i sse de rencontre, hasard, ou sérendipité…Le mall s’avère d’ailleurs être l a d e s t i n a t i o n l o i s i r principale d’un grand nombre d’habitant de ce territoire. To u t e s s i t u a t i o n s , s i elles sont bien observées, contiennent les prémices d’une nouvelle u r b a n i t é à d é c o u v r i r, à faire évoluer, et d’une nouvelle façon d’intervenir au sein de l’aire s u b u r b a i n e . M a i s a u ssi de manière plus générale, d’une nouvelle façon de faire ville.

However, what is noteworthy over all is the new role buildings play in this area. There are places where people can currently enjoy the situations that we usually find in traditional urban spaces. The mall is a perfect example of this sort of architecture. It allows copresence of people coming from various places of the metropolis, unex pected encounters, coincidence, or even serendipity...Therefore, this is not a coincidence if it is the favourite leisure destination of many suburban inhabitants.

All these observations outcomes represent the beginnings of a new urbanity, of a new way of intervention in suburban space, and more generally of a new way to think and design city.

11


12


13


Points stratégiques Strategic points

14

La métropolosation, c’est aussi un changement d’échelle de la vie urbaine. [...] Les villes se distendent, s’étalent, se morcellent, se polynucléarisent. Il se forme de vastes régions urbaines, des métapoles, où les coupures entre ville et campagne sont plus radicales, et dans lesquels les différences entre grandes villes, petites villes et bourgs s’estompent. De plus en plus souvent les citadins habitent une commune, travaillent dans une seconde, s’approvisionnent dans un troisième, se divertissent dans une quatrième...Les centralités se multiplient, se diversifient, se spatialisent, à tel point qu’il semble préférable aujourd’hui de parler de polarités ou de concentrations spécialisées. Mais celles-ci s’organisent plus autour des activités commerciales. François Ascher

2

À la racine de ce ‘ bougé d’échelle ’, qui interpelle aussi bien la ‘ commande démocratique ’ que l’organisation fonctionnelle de la vie urbaine, on trouvera cette réalité de la mobilité croissante de la base de l’édifice, savoir le citadin. L’aire de ses déplacements quotidiens a fortement cru. Peut-être est-il temps de tirer toutes les conséquences qualitatives de cette croissance quantitative. J e a n - s a m u e l B o r d r e uil

4

Shameless can become useful. So let’s start by considering that these shameless buildings are not collapsible into the concept of ‘chaos’, but are in fact an intricate reporting of the concrete urban situation. A t e l i e r B o w Wo w

13


SUBURBAIN vs URBAIN L’ é c h e l l e d e l a v i l l e est augmentée. Au tissu urbain dense, s’est ajouté un territoire diffus, q u e l ’ o n d é s i g n e c o mme le suburbain. Il est le lieu de l’architecture générique, de l’espace u r b a i n s a n s q u a l i t é voir inexistant ; toutefois il représente une grande partie de la surface m é t r o p o l i t a i n e e t d e ses habitants, c’est par lui que la ville prend une tout autre dimension. S o n g e r a u p o t e n t i e l urbain de ce territoire ne semble pas des plus faciles, néanmoins la d é m a r c h e n o u s a p p araît essentielle. L e p r o j e t v e u t r é v é l er l’urbanité propre à ce suburbain, nécessairement dissemblable à celle d u c e n t r e d e n s e . D e nombreuses interventions tentent encore d’importer non sans échecs le l a n g a g e d e c e d e r n i er au sein du territoire distendu : places, avenues bordées de façades, p e t i t s c o m m e r c e s , c entres commerciaux qui se transforment en rue piétonne...Pourtant, dans l e s u b u r b a i n , l e t i s s u est bien différent et les pratiques de l’espace associées également. F a c e à c e t t e n o u v e l le matière, il semble donc nécessaire d’ envisager un nouveau langage, u n e n o u v e l l e f a ç o n de projeter l’urbain. Et dans un premier temps, il convient de changer le r e g a r d q u ’ o n l u i p o r te.

SURBURBAN vs URBAN The scale of the city is augmented. A sprawling territory has been added to the dense urban fabric : the suburban area, place of generic buildings and qualityless urban space. However, it represents a large part of the metropolis surface and population. Thanks to this area, the city takes a completely different dimension. Thinking about the urban potential of the suburbia does not seem to be easy, but nevertheless is essential.

The project wants to reveal the suburban urbanity, appropriated for its particular case, what necessarily means different from the urban centre one. Many interventions still try to use the dense centre language for the dis tended area : squares, buildings front bordered avenue, small shops, commercial centre that becomes pedes trian street... However, in the suburban territory the fabric and the space practices are really different. Actually in front of this new material, changing language is necessary. And first we need to change our way to see it.

15


16

L’urbanisme vise dès lors moins à rendre l’espace homogène qu’à améliorer les prestations de chacun des nœuds composant les réseaux. L’activité de projet, parce qu’elle cherche à analyser et transformer des sites particuliers, joue un rôle central dans les démarches contemporaines de planification urbaine. Gilles Novarina

6

La zone pourrait être construite aujourd’hui en segments jetés comme des pierres, séparés les uns des autres, et seulement connectés par les ondes opposées de leur impact dans la masse urbaine, c’est-à-dire comme de vrais condensateurs sociaux. [...] La ville comme surface de macadam parsemée ici et là de foyers d’intensité. Rem Koolhaas

7


I N T E N S I F I C AT I O N v s H O M O G Ē N E I S AT I O N F a c e à u n t e r r i t o i r e formé d’une multitude de zones monofonctionnelles juxtaposées, se p o s e l a q u e s t i o n d ’ une certaine mixité à réintroduire, là où celle-ci est absente sur une g r a n d e p o r t i o n d e t erritoire. Mais l’on peut aussi considérer qu’il ne suffit pas de mélanger t o u t p a r t o u t . E t q u ’ a u contraire les disparités et les différences d’intensités entre les entités p a r t i c i p e n t d e l ’ u r b anité. Dans le suburbain, pôles intenses peuvent alterner avec zones monocordes. L e p r o j e t v e u t e x a c erber les intensités émergentes, et utili ser les potentiels existants. Le b u t é t a n t d ’ a c c e n t u e r les situations riches au regard de nos critères d’urbanité, tout en lais s a n t i n t a c t e l e s a u t r es. Et ceci à toutes les échelles du projet (‘métapole’, ‘bassin d’habité’, ‘ t e r r i t o r i a l u n i t ’ ) . P a r ce principe, les zones monofonctionnelles du territoire subsistent mais u n e t r a m e r é t i c u l a i r e intense s’y superpose. Les deux systèmes urbains se complémentent e t l ’ e n s e m b l e d e v i e nt viable.

I N T E N S I F I C AT I O N v s H O M O G E N I Z AT I O N Regarding all the monof unctional zones that form the territory, the introduction of mixity can be suggested. But we can conversely consider that mixing everything everywhere is not a solution. Disparities and intensity variations serve urbanity. In the suburbs, intensed poles can alternate with monotonous zones.

The project wants to emphasize the intensities that become apparent, and use the current potentials. The aim is to enhance the situations that are already rich regarding our urbanity criteria. The rest remains unchanged. This approach is applied to each scale of the project (‘metapole, ‘inhabited basin’, ‘territorial unit’), monofunc tional zones remaining, and an intense reticular frame overlaying them. The two systems complete each other and the urban set becomes sustainable.

17


18

Les paysages de l’expérience subjective et de la traversée dynamique des nouveaux ter ritoires de la diffusion urbaine révèlent un espace européen où les règles de contiguïté entre les différents « faits urbains » semblent oubliées : résidences unifamiliales à côté de hangars, petits immeubles à coté de grands centres commerciaux, petites fabriques à côté d’équipements de loisirs, etc. Stefano Boeri

10


ĒCHELLE vs PROGRAMME C o n t r a i r e m e n t a u t i ssu dense où les programmes sont contenus dans une forme urbaine r é g u l i è r e , d a n s l e s uburbain, ils sont dispersés au sein de capsules monofonctionnelles. Il n ’ e s t d o n c p a s r a r e qu’à l’intérieur du territoire une maison i ndividuelle côtoie un supermar c h é , s a n s q u ’ a u c u n e configuration spatiale d’une entité architecturale ou urbaine n’en gère l a c o n f r o n t a t i o n , u n e voie et une clôture en guise de séparation. Nés de l’augmentation de l ’ é c h e l l e d e l a v i l l e , ces objets hyperscalaires (hyperprivé et hyperurbain) se juxtaposent. D è s l o r s , i l n ’ e s t p l u s question de programme, mais d’échelle. En effet, le fait qu’un logement c ô t o i e u n l i e u d e c o nsommation est moins à prendre en considération que le fait qu’un élé m e n t a c c e s s i b l e à u n unique propriétaire jouxte un espace qui accueille toute la métropole, o u q u ’ u n b â t i m e n t t r ès petit coexiste avec un bâtiment très grand. L a q u e s t i o n d ’ é c h e l le est selon nous inhérente au suburbain, elle en est même un aspect f o n d a m e n t a l . N o u s ne nous intéressons donc pas directement aux programmes, mais plutôt a u x é c h e l l e s d e p r a t iques du territoire et de l’espace. L’une d’entre elle, que nous considé r e r o n s c o m m e l ’ é c h elle d’impact programmatique, rend compte de ces échelles de pratiques h y p e r i n d i v i d u é e s e t hyperurbaines.

SCALE vs PROGRAMME In the dense urban fabric, city programs are contained in regular urban forms. In suburbia, they are spread out in monofunctional capsules. It sometimes happens that a house and a supermarket are side by side, no archi tectural or urban space arrangement handling their affrontement, only a road or a fence. Resulting from the city scale increase, these overcalar objects (overprivate and overurban) adjoin each other. Then, the issue is not anymore the program but the scale. Indeed, we should consider more the fact that a place only open to one owner is next to a space which receives the whole metropolis, or that a small building coexists with a big one.

It can be thought that the scale question is the point of suburbia. In that sense, we will look at the practice scales of the territory instead of the programs. The programmatic impact scale is one of it and expresses the overurban and overindividual scales we are talking about.

19


20

The new and popular mall appeared to allow for all the effects of the city within the isolation of the suburbs, without the urban conditions that, prior to the mall, seemed unavoidable. With the rĂŠvĂŠlation that these effects could be created within the mall, without the costs and politics of creating an actual city, or even building within the city, shopping it-self was poised to become an indĂŠpendant instrument of urbanity. Rem Koolhaas

9


ARCHI vs URBA L e m a l l e s t u n p h é n omène qu’il convient d’observer de près, car il est le seul espace d’urba n i t é d e l ’ a i r e s u b u r b aine. Il consiste en une capsule hyperconnectée qui recrée un véritable e s p a c e p u b l i c e n s o n sein avec places, rues et kiosques. C e bâtiment agit comme un véri t a b l e p a l l i a t i f à l ’ u r bain. Il semble alors que l’architecture prenne en charge l’urbanité de l ’ a i r e s u b u r b a i n e , p uisque le tissu ne le peut pas. D a n s c e t e r r i t o i r e , l’urbain s’exprime à travers des objets indépendants, architecturaux, u r b a i n s e t t e r r i t o r i a ux, et non pas à travers le tissu distendu au milieu duquel ils flottent. Il s e m b l e a l o r s i n a p p r oprié de vouloir recréer du tissu, ni d’ailleurs d’envisager une interven t i o n e n m a s t e r p l a n , qui apparaît, quant à lui, comme l’importation d’un milieu artificiel. De n o u v e l l e s f o r m e s u r baines sont alors à imaginer et à déduire de l’observation des entités p r o p r e s a u s u b u r b a i n. Le projet propose d’intervenir en objets ponctuels, qui intègreront e n l e u r s e i n l ’ u r b a n i té recherchée, mais ceci non pas à l’image du mall qui la contient et la r e n f e r m e , m a i s e n t oute continuité du milieu territorial.

BUILDING vs URBAN DESIGN The mall is an interesting urban phenomenon that we should observe closely. Indeed it represents the only suburbia space of urbanity. It consists in an overconnected capsule that contains a real public space, with squares, streets and kiosks inside. This building is a true urban palliative. It seems that architecture takes charge of urbanity in suburbia, as fabric is not able to do it.

Therefore, we note that the city expresses itself through independent objects (archi, urban, territorial) and not through the extended fabric where they are hanging. Due to this, neither artificial fabric reproducing, nor masterplanning seem suitable to us. New urban forms need to be thought and inspired from the typical subur ban elements. Our project suggests intervening in suburban space by using localized objects, which will offer the researched urbanity. But contrary to the closed mall, they will be adjacent to the territorial environment.

21


22

Par le fait même de l’urbanisation générique, et du zonage fonctionnel et social qui tend partout à s’imposer, l’espace urbain devient un assemblage peu clair et infigurable de fractions (…) Mais, parallèlement, elles sursignifient dans le cadre identitaire et constituent donc, chacune, un « monde en soi » pour ceux qui y vivent, reliés à d’autres « monde en soi » associables en termes de valeurs.

Au-delà de la sphère domestique, on retrouve en permanence l’organisation de l’espace en sphères, bulles, capsules, enclaves et isolats fonctionnels : qu’ils se nomment secteurs, camps, parcs, aires résidentielles, centres, shopping malls etc., ils sont tous caractérisés par la force de la limitation et de plus en plus par la surveillance des entrées. Les murs, cet emblème de la limite, n’ont jamais été aussi nombreux depuis des lustres. Michel Lussaut

3

Living space is constituted by connections between various adjacent environmental condi tions, rather than by a single building. Can’t we draw out the potential of this situation and project that into the future? If we can, it may be possible to counter the typical Japanese Mo dernist public facilities which are cut off from their surroundings and packaged into a single box. We can place attention on the issue of how usage (software) can set up a network, where public facilities can be dispersed into the city whilst interlapping with the adjacent environment. Spaces from living can penetrate into various urban situations and thereby set up new relations among them. A t e l i e r B o w Wo w

13


E N V I R O N N E M E N TA L v s C A P S U L E L e s a j o u t s s u c c e s s i fs d’interventions monofonctionnelles, réalisées dans une logique de p l a c e , e t d ’ e s p a c e m ent, sans aucune cohérence urbaine ni volonté compositionnelle, dessi n e n t l ’ a i r e s u b u r b a i ne. Chaque capsule apporte son propre système spatial et se barricade, f a c e à u n e v o i s i n e aux caractéristiques souvent opposées. Ainsi, chacun se retourne sur s o i - m ê m e , l ’ e s p a c e entre les événements urbains est délaiss é. Cette façon d’intervenir reste v a l i d e p o u r u n e d e s serte voiture, mais le piéton et l’urbain sont fortement lésés. L’envi r o n n e m e n t e s t a l o r s certes de qualité médiocre, mais fina lement les situations entre les ‘faits urbains’

10

s o n t révélatrices des lacunes du système. Et c’est dans ces nœuds symp -

t o m a t i q u e s q u e r é s i de l’intérêt du suburbain. Il nous paraît donc opportun de considérer la r i c h e s s e e ff e c t i v e d u milieu. L e p r o j e t p r o p o s e d ’intervenir également en unités monofonctionnelles mais de renverser le s y s t è m e i n t é r i o r i sé de la capsule en un système ouvert. L’intervention ne se limite pas à u n p l u g a u r é s e a u topologique, mais participe de la ville en initiant un nouveau système u r b a i n d e r e l a t i o n s . De plus, il ne s’agit plus de s’apposer sur un site, mais de se superposer u n e n v i r o n n e m e n t c onstruit à un environnement urbain. L’unité (‘terrirorial unit’) est donc in t é g r é e e t i n t é g r a n t e.

E N V I R O N M E N TA L v s C A P S U L E The suburban area is drawn without consistency or arrangement, only by adding spaced out monofunctional zones. Each capsule brings its own spatial system and its fences, hiding from the other nearby. Thus, each one get into its zone, the space between events is neglected. This approach suits to car moving, but pedestrian and urbanity are cheated. The environment is obviously pitiful quality, but at the end, the situations between ‘urban facts’

10

reveal the system’s failures. Actually these symptomatic places illustrate the suburban point.

According to us, considering the real environmental richness is beneficial.

The project offers monofunctional units. But the enclosed capsules system is reversed to an open one. The topologic plug is banned, the unit tries to introduce a new system of relations. An object is not placed on a site, but a build environment overlays an urban one. The unit (‘territorial unit’) is both integrated and integrating.

23


24

Sorte de dualisation des échelles de la vie urbaine. D’un côté le quartier, territoire des métriques courtes, des petites distances. De l’autre côté, il y a la zone métropolitaine. La qualité de vie et les performances d’une agglomération passe par la combinaison de ces deux échelles et de ces deux vitesses. François Ascher

2

Le territoire est en effet un tout indissociable et à chaque niveau territorial (quartier, com mune, agglomération), il convient de poser la question de l’articulation des échelles temporelles (court et moyen termes) et géographiques (grand territoire ou bassin d’emploi, bassin d’habitat, proximité ou voisinage). Gilles Novarina

6


E N T R E L A C E M E N T v s J U X TA P O S I T I O N D a n s l e s u b u r b a i n , l es échelles des zones d’intervention monofonctionnelles se juxtaposent, e t n e s ’ e n r i c h i s s e n t les unes les autres que dans leur confrontation hétérotopique. Et en c o r e , i l a r r i v e q u e d es masques visuels l’empêchent. Le projet souhaite allier chacune des é c h e l l e s d u t e r r i t o i r e en un objet pour générer le nouvel équipement territorial, comme la p i e r r e a n g u l a i r e d e la rencontre de toutes les échelles métropolitaines, c’est-à-dire là où l ’ i n d i v i d u e l s e c o m b i ne à l’urbain et au territoire. L e p r o j e t o ff r e d o n c un nouvel agencement spatial de ces échelles. Celles-ci s’entrelacent et s ’ i n t e r p é n è t r e n t à l ’ i ntérieur même de l’objet d’intervention, alors en charge d’assurer leur i n t e r d é p e n d a n c e p a r leur contigüité physique, visuelle, structurelle ou fonctionnelle.

INTERLACED vs SIDE BY SIDE In the suburban area, the different scales of the monofunctional areas are close together, and enrich each other by heterotopia. And even sometimes view masks prevent it. The project would like to combine the different territory scales in one object. It will be the new territorial facility, where individual meet urban and territorial.

The project offers a new arrangement of these scales. They overlap and interlace each other inside the intervention object. Therefore, the aim is to make them interrelated by their physical, visual, structural and functional adjacency.

25


26

On continue trop souvent de concevoir toute une cascade hiérarchique d’espaces et d’équi pements qui ne correspondent plus aux pratiques de la majorité de la population. [...] A l’inverse ne doit-on pas accorder plus d’importance et de qualités aux lieux spécifiquement métapolitains, espaces de mobilités, fonctionnalités multiples, des rencontres, de la cen tralité, de l’urbanité ? Car si les relations de voisinage régressent, c’est en se déplaçant non seulement vers l’habitat mais aussi vers la ville. [..] lI faut en faire des lieux urbains au double sens d’aimable, de confortable et de propice à l’urbanité, c ‘est-à-dire à la copré sence d’individus et de groupes divers et à l’exercice de fonctions différentes. François Ascher

1

Dans un territoire qui ne comprend plus aucune structure hiérarchique, où chaque système apparaît comme le lieu des interrelations entre un système local et un contexte global, les rapports de hiérarchie dépendent des relations entre systèmes locaux et globalisation. S’in terroger sur les échelles de la planification signifie alors étudier les relations entre ces deux systèmes, explorer les limites et les contradictions entre économie monde et gestion locale, identifier les actions possibles et les stratégies alternatives à la globalisation. La recherche aboutit à la définition de compartiments appelés ‘pièces territoriales’ indivi sibles. L’identification de ces « micro-corps territoriaux » sans limites précises tient compte de leur insertion dans un réseau de relations plurielles d’échelles différentes, locales et internationales. Anne Grillet-Aubert

6


C R O S S - C AT E G O R Y v s H I Ē R A R C H I E L e t e r r i t o i r e n ’ e s t plus hiérarchisé ni dans sa forme, ni dans sa pratique. Les logiques h i é r a r c h i q u e s n e s o nt plus respectées : l’espace public est privé, le proche est pratiqué p a r l a v o i t u r e , l e l o i n fait parti du quotidien... Dans le suburbain, tout se côtoie sans aucun o r d o n n a n c e m e n t . I l est donc nécessaire de trouver une alter native à l’échelonnage des pro g r a m m e s e n f o n c t i o n de l’échelle administrative : les universités à la région, les infrastruc t u r e s à l ’ a g g l o m é r a t ion, les parcs d’activité à la commune, l’école au quartier… Nous propo s o n s u n a p p r o c h e t r ansversale qui puisse envisager conjointement les différentes échelles d u t e r r i t o i r e à c h a q ue nouvel échelon proposé. L’espace n’étant pas pratiqué ni de la même m a n i è r e , n i p a r l e s mêmes populations aux différentes échelles, la proposition permettra la r e n c o n t r e d ’ u n e d i v ersité. L e p r o j e t s e p r o p o s e de nouveaux équipements urbains qui tiennent compte de cette absence d e h i é r a r c h i e e t d e cet entrelacement d’échelles. Les bâtiments eux-mêmes disposent cha c u n d ’ u n a r r a n g e m e nt spatial fondé sur ces principes. Les espaces communs y sont limités, l ’ i n d i v i d u a t i o n e s t c onsidérée. L’organisation dont dépend l’ équipement, pourtant ouvert au p u b l i c , e s t p r i v é e , m ais un partenariat de cofinancement privé-public est envisagé.

C R O S S - C AT E G O R Y v s H I E R A R C H Y The urban territory is no more organised into a hierarchy, regarding neither its form, nor how people experience it. Logics are different now : public space is private, nearby place is practiced by car, far is daily... In subur bia, everything is mixed without spatial arrangement. Therefore, it’s necessary to find an approach different from the current programs distribution : the universities are allocated to the region, the infrastructures to the agglomeration, the business parks to the town, the school to the city...We suggest a transversal approach that allows to consider all the different territory scales together in each thinking scale we propose. As this space is practiced neither in th e same way, nor by the same people, the project aims for a great diversity meeting.

We propose new urban facilities which take into account this new vision, even in the spatial configuration of their buildings. Individuation is considered and commun spaces are few. A private-public cofinancing is planed.

27


28

Et le principe de variation, plutôt que de décliner l’individualité d’un organisme homogène, agit par «bonds », en déclinant des classes typologiques de faits urbains dispersés sur le territoire : les variantes infinies de la maison unifamiliale, celles de l’atelier artisanal, celles du centre commercial, et ainsi de suite. Stefano Boeri

10

Such diversity makes society rich and resilient. The more advanced society or ecology be comes the more diverse life forms it has. Diversity can be used as an indication of the ma turity of a given community. Where most of the contemporary designs focus on individuality, we focus on communality. Discovering a form of communality is likely to result in a more sustainable diversity than producing all individualistic designs. It is a type of design that naturally produces diversity and evolves with a little help from us.

Such existence seems anti-aesthetic, anti-historic, anti-planning, anti-classification. It re leases the architecture of over-definition towards generic buildings. A t e l i e r B o w Wo w

14, 13


GĒNERIQUE vs SINGULIER L e s u b u r b a i n e s t u n territoire générique, que l’on retrouve dans toutes les mégapoles euro p é e n n e s v o i r i n t e r n ationales. Les mêmes configurations urb aines et leurs typologies archi t e c t u r a l e s , i s s u e s d ’ un pragmatisme fonctionnel et économique, sont très souvent répétées. I l v a d e s o i q u e n o t r e intervention stratégique urbaine, s’appl iquant à un territoire générique, n e p o u v a i t p a s n e p as l’être également. C’est-à-dire que tous les principes sont nés de et a p p l i q u é s à l a s i t u a t ion lyonnaise, mais que cette dernière n’a été considérée que pour ses c a r a c t é r i s t i q u e s g é néralisables aux situations similaires. Un certain pouvoir d’abstraction p e r m e t d e d é g a g e r des principes théoriques de situations concrètes. N o s d i s p o s i t i f s a r c h i tecturaux-urbains sont également génériques dans leur typologie et leur m a t é r i a l i t é . I l s n e r é pondent pas aux configurations particulières d’un site comme le feraient d e s a r c h i t e c t u r e s s i ngulières, mais mettent plutôt en place des principes spatiaux à la fois a d a p t é s à l a s i t u a t i o n et transposables à d’autres. La généricité permet une diversité contrô l é e e t n ’ e m p ê c h e p a s une contextulalité ainsi qu’une singularité relative.

GENERIC vs SINGULAR Suburbia is a generic space, that exists in all the megalopolis in Europe and even in the world. Resulting from the same functional and economical concept, the same urban layouts and building typologies are repeated.

In our opinion, our intervention in this area has to be generic also. It means even if all our concepts com from the study of Lyon, the points we note for this specific situation can be applied generally to other similar ones. Abstract approach enables to take theoretical principles from concrete cases.

Our architectural-urban systems are also generic in their typology and their materialising. They are not singular buildings that answer to the specific spatial configuration of an area, but want to suggest more generic spatial arrangement. The generic design drives diversity but does not prevent relative contextuality and uniqueness.

29


30


31


Points méthodologiques Methodological points

32

RECHERCHE C o n v a i n c u e s q u ’ i l e st nécessaire de porter à chaque territoire en mutations un nouveau r e g a r d a f i n d e p o u v oir décider par la suite de l’intervention, le projet ‘territorial Unit’ mêle o b s e r v a t i o n s , a b s t r a ctions de ces observations, et actions concrètes. La proposition à la fois d ’ u n e n o u v e l l e g é o g raphie pour le territoire considéré et d’une nouvelle façon d’y intervenir e n e s t l ’ a b o u t i s s e m ent. L e s c h a n g e m e n t s d e paradigmes présentés sont principalement issus de l’observation du m i l i e u , e t d e l a m a nière dont il est quotidiennement vécu par ses habitants. C’est dans c e t e n v i r o n n e m e n t du quotidien parfois trop banalisé, que résident pourtant les clés d’une n o u v e l l e f a ç o n d e p enser la ville et l’architecture. Ce projet s’applique donc à révéler le p o t e n t i e l l a t e n t d e c e suburbain et à en tirer les ressources nécessaires au projet.

RESEARCH Before any intervention, we are personally convinced that a new way of looking at territories that are in mu tations is necessary. the intervention. The work of ‘Territorial Unit’ combines observations, and abstractions of these ones with concrete actions. The proposal for a new geography of the considered territory, and for the appropriate intervention related is the outcome.

The paradigms established during the survey principally stern from the observation of the environment. The way people experience it in their daily life is also taken into account. In our opinion, these concrete situations contain hints to think about the city and architecture. We aim to highlight the latent potential of suburban ter ritories, and to change it into resources.


POUVOIR D’ABSTRACTION L e m a t é r i a u i s s u d e l’observation de ce territoire particulier a nécessité une abstraction p r é a l a b l e a f i n d e n o urrir notre intervention, et de nous faire acquérir une sensibilité archi t e c t u r a l e e t u r b a i n e nouvelle. Bien que le projet doive ses origines concrètes au territoire l y o n n a i s , l e r e c u l a p porté laisse envisager l’application de c ette sensibilité à des territoires similaires. E n r e l e v a n t d e m a n i ère sensible les situations particulières et symptomatiques de ce subur b a i n s a n s e n n o t e r les disfonctionnements anecdotiques, en les transposant en matériau d e p r o j e t , a i n s i q u ’ en les réinterprétant, nous souhaitons non seulement réfléchir à l’est l y o n n a i s , m a i s é g a l ement au suburbain en général.

ABSTRACT POWER In order to get a new architectural and urban awareness, the material coming from this specific area observa tion had to be interpreted. Even though the project has concrete origins in Lyon, the reached abstract level lets consider the application of this awareness to similar places.

By collecting the specific and symptomatic suburban cases, by interpreting and sing them as a material for the project, we are considering the east area of Lyon as well as suburbia in general.

33


34

PROCESSUS TRANSVERSAL P o u r a b o r d e r u n t e r ritoire qui se fait sans cohérence, ni hiérarchie, un processus naviguant e n t r e d i ff é r e n t e s é c helles de pensée interdépendantes, nous semble judicieux. En effet, afin d e p o u v o i r i m b r i q u e r les différentes catégories d’échelles de pratiques relatives à différents é c h e l o n s d e p e n s é e , il ne faut plus se cantonner à la vision limitée d’un seul d’entre eux, m a i s p l u t ô t d é v e l o p per une nouvelle grille de lecture qui permette de les traverser. Les trois é c h e l l e s d e r e g a r d proposées, ‘métapole’, ‘bassin d’habité’ et ‘territorial unit’, représente c e t t e n o u v e l l e g r i l l e qui offre la possibilité d’apprécier ensemble ce qui d’habitude est sé paré. L e r e g a r d q u e n o u s portons au territoire s’est avant tout fournis de l’observation à toutes les é c h e l l e s d e f a i t s u r bains tangibles et de leur accumulation. Et ceci non pas à la suite d’une t h é o r i s a t i o n g é n é r a l e et réductrice du suburbain. L’image g lobale de notre intervention, et d e t o u t e s l e s a v a n c ées théoriques qu’elle implique, n’a pas été décidée au début, à la ma n i è r e d e s p l a n s d i r ecteurs traditionnels. Elle nous est apparue clairement en phase finale du projet seulement.

TRANSVERSAL PROCESS A process that juggles with different interelated scales of thought seems more appropriate to deal with a nonhierarchical territory. Indeed, in order to allow the overlapping of the different scales categories belonging to different levels of thought, we should no longer be confined to the limited vision of one level. We should rather develop a new reading grid so as to cross them. Thanks to this new grid consist of the three proposed scales (‘metapole’, ‘inhabited basin’ and ‘territorial unit’), we are now able to appreciate together what is usually divided.

The method was to look at each scale of the survey for functioning specificities and concrete urban situations rather than determining rules. The way we finally look at the territory comes from the accumulation of these situations. The final frame of our intervention, and all the theorical advances that it implies, only appear


35 C h a q u e é c h e l l e d e regard et de pensée impliquant les deux autres, tout raisonnement ri g o u r e u s e m e n t l i n é a i re empêcherait d’en respecter l’imbricat ion. En autorisant de nombreux a l l e r s - r e t o u r s e n t r e les échelles du processus, le projet se n ourrit et s’enrichit de lui-même. C h a q u e é c h e l l e a p porte son niveau d’information sur le territoire et le projet synthétise t o u t e s l e s d o n n é e s obtenues des trois échelles dans chacun e d’elles. C e s y s t è m e d e l e c t u re ne fait que se superposer à la cascade hiérarchique de pensée a d m i n i s t r a t i v e e x i s t ante, sans prétendre vouloir la remplacer mais plutôt la compéter. Nous p r o p o s o n s l à u n e n o uvelle géographie du territoire.

at the end of the process. And not at the very beginning such as in the case of usual masterplans.

Each thinking scale (‘metapole’, ‘inhabited basin’ and ‘territorial unit’) involves the two others. Any reasoning that would strictly be linear would not respect this imbrication. Such interactive feedbacks between observa tion and design, and between the different scales of the project led to its own enrichment. Each scale bring its own information level about the urban territory, and the project synthetises the data extracted from all of them in each one.

This way of reading the territory overlaps the hierarchical thought of the administrative division. The new grid completes it without the intention of replacing it. We are then looking for a new geography of the territory.


36

M Ē TA P H O R E C h a q u e e n t i t é a r c h i tecturale conçue tente de synthétiser, par les stratégies et dispositifs s p a t i a u x q u ’ e l l e m e t en place, la totalité des conclusions tirées de notre observation du t e r r i t o i r e . P o u r c e l a elle veut tenir compte de tous les paradigmes établis, mais elle adopte a u s s i l a s t r a t é g i e d e traduire en un bâtiment les richesses relatives de l’aire suburbaine. L’ o b j e t a r c h i t e c t u r a l est donc bien à considérer comme une métaphore du territoire. Par sa p r o p r e m a t i è r e e t s es propres qualités réintroduites sous u ne nouvelle forme, à une autre é c h e l l e , l e t e r r i t o i r e se soulage de ses propres maux.

M E TA P H O R E Each building we design attempts to resume by specific spatial devices and strategies the conclusions,that we learned from the observation of the urban territory. It offers to translate in one building all the paradigms estasblihed at the different thinking scales, but also the suburban surrounding resources.

The architectural object (‘territorial unit’) has to be regarded as the metaphor of the territory. By it’s own ma terial and its own qualities that are reintroduced in a new form, at another scale, the urban territory relieves itself from its own troubles.


37


38


180 180

190

190

190

190

190

190

190

‘MĒ TA P O L E ’

39

190

‘ M E TA P O L E ’ 210

200

210

220

200

200

210

210

220

210

220

230

210

210

230

200

220

230

210

230

220

230

210 210

220

210 210

230

220

230

220

240

240

240

220

230

240 230

230

220

230

230

220

220

240

220

230

220

230 230

230

240

230

230

240

220

240

240

230

230

240 240

‘BASSIN

D ’ H A B I T Ē ’ ‘BASSIN D’HABITE’

200

200

200

200

200

200

210

200

200

200

200

200

210

200

200

210

200 200

210

190

200

200

210

190

210

210

200

190

200

190

200

190

190

210

210

190

210

210 210

190

210

200

190

210

210

220

210

210

‘TERRITORI A L

U N I T ’

210

210

220

210

0

210

200

220 220

210

220

220

220

220

220

200

210

210

220

220

210

210

220

220

220

200

220

210

220

220

220

220

210 230

210

220

210

220

220

210

220

‘TERRITORIAL UNIT’

210

210

220

210

220

230

230 230

220 220 230

220

220

220

220

230

230

220

230

230

220

220

220

240

230

200

240

240

230

200

240 240

240

240

240

240

200

250

240

240

240

240

240

200

230

220

240

240

240

240

250

240

200

250

250

250

260

250

250

240

260

250

250

230

240

250

240

200

240

240 240

250

250

240

240

220

250

240

210 250

240

250

220

250

250 250

240

240

240

250 250

200

210

220

250

240

240

240

240

200

230

230 220 240

240

240

230

230

240

220

230

230

230

240

230

220

220

220

220

220

230

230 230

220


3 échelles de pensée, 1 échelle d’intervention 3 scales of thought, 1 scale of intervention

40

L a d é m a r c h e d u p r ojet se déroule en trois phases. Au cou rs de chacune d’entre elles, le t e r r i t o i r e e s t c o n s i d éré à une certaine échelle de regard. Afin de passer de l’une à l’autre, u n s a u t d ’ é c h e l l e , c omme un zoom, est effectué. A la fin du processus, un dézoom permet d ’ a p p r é c i e r l ’ e n s e m ble du projet et l’imbrication des trois échelles de pensée considérées. A c h a q u e é c h e l l e , l e territoire est donc observé sous un nouvel angle, les paradigmes de p e n s é e d e l ’ a r c h i t e c ture et de l’urbain subissent des mutations, et de nouvelles stratégies s o n t a d o p t é e s . L’ i n t ervention n’est quant à elle établie qu’à une seule échelle. D a n s u n p r e m i e r t e mps, le territoire urbanisé entier est considéré. Il est baptisé ‘métapole’ p a r A s c h e r q u i l u i o ffre une nouvelle appellation pour un nouveau regard. Cette ‘métapole’ q u i s e t r o u v e ê t r e e n réalité une augmentation de l’échelle de la ville dans sa forme et sa p r a t i q u e , i m p l i q u e d irectement la question des échelles de l’urbain dans le projet. Elle est c a r a c t é r i s é e p a r u n ensemble de pôles urbains riches et intenses en pratiques quotidiennes, r é p a r t i s d a n s l a m a s se territoriale de zones monoscalaires. Ces pôles sont connectés entre 2

e u x p a r l e ‘ D a i l y U r ban System’ des habitants de la métropole.

The project approach consists in 3 phases. During each one of them, the urban territory is considered from one view scale. To switch from one to the other, a scale skip, like a zoom in, is done. At the end of the process, a zoom out enables an overview on the project and to see the overlapping of the three thinking scales.

From each scale, the territory is newly considered, the architecture and urban space paradigms know muta tions, and new strategies are adopted. On the other hand, the intervention concerns only one scale.

First of all, the whole urban territory is observed. Ascher calls it ‘metapole’ for a new look on. This ‘metapole’, consists in the city increasing, in its form and in its practice. It directly implies the issue of the urban scales in project. A group of urban poles, intense and rich in daily practices, spread among the monoscalar zones, 2

represents the new urban territory. These poles are connected by the ‘Daily Urban System’ of the metropolis inhabitants.


C e s p o l a r i t é s r e p r é sentent la deuxième échelle de pensée du projet. Elles sont nommées ‘ b a s s i n d ’ h a b i t é ’ e t incarnent des endroits du suburbain où l’échelle de la fragmentation p e r m e t u n e a p p r é h e nsion topographique de la diversité. Lieux à la fois d’habitat et d’équi p e m e n t , u n e g r a n d e diversité d’échelles s’y côtoie. La stratégie développée est donc d’in t e n s i f i e r c e s ‘ b a s s i n s d’habité’. L a d e r n i è r e é c h e l l e est celle de la ‘territorial unit’. Il s’agit d’une échelle de pensée et d’ac t i o n . L a r é p é t i t i o n d es ces unités d’intervention urbano-architecturales au sein des ‘bassins d ’ h a b i t é ’ p a r t i c i p e de leur enrichissement. La ‘territorial unit’ est un nouvel équipement u r b a i n , à l a f o i s m é t ropolitain et de proximité, un lieu de superposition de toutes les échelles d u t e r r i t o i r e . E l l e c o nstitue donc l’unique échelle d’intervention, mais son action est réper c u t é e s u r l ’ e n s e m b l e des trois échelles de pensée : celle de la ‘territorial unit’ et de son e n v i r o n n e m e n t p r o c he, celle du bassin d’habité, et celle de la ‘métapole’.

These poles are the second thinking scale of the project. We called them ‘inhabited basins’. They are the suburban places where the scale of the fragmentation enables the topographic diversity comprehending. As they are places of both housing and facilities, a large diversity of scales is mixed there. Then the strategy is to enhance the ‘inhabited basin’.

The last scale is the ‘territorial unit’. Actually, it is a scale of thought but also the scale of acting. The ‘inhabited basins’ are enriched by the repetition of these archi-urban interventions. The ‘territorial unit’ is a new urban facility, at the same time proximity and metropolitain facility. This is the place of the territory where scales overlay. It consists in the sole intervention scale, but its action affects the whole three scales of thought : the ‘territorial unit’ one, the ‘inhabited basin’ one, and the ‘metapole’ one.

41


42


‘MĒ TA P O L E ’

43

‘ M E TA P O L E ’

La ‘métapole’ est un ensemble de pôles urbains riches et intenses en pratiques quotidiennes, répartis dans la masse territoriale de zones monoscalaires. Ces pôles sont connectés entre eux par le ‘Daily Urban System’ des habitants de la métropole.


44


45


46

U n g l i s s e m e n t d ’ é c h elle semble affecter la ville d’aujourd’hui . Tant au niveau de son étendue q u ’ a u n i v e a u d e s d i stances qui séparent les évènements urbains, l’échelle est augmentée. L’ a i r e u r b a i n e s ’ e s t considérablement dilatée depuis le siècle dernier, et le phénomène se p o u r s u i t e n c o r e . L o r sque l’on s’éloigne du centre dense, le tissu se distend et perd de sa c o h é r e n c e p o u r d e v enir l’aire suburbaine. Là, tout est très éparpillé et lié par la voiture. Les a c t i v i t é s q u o t i d i e n n es des personnes qui habitent ou travaillent dans cette portion du terri t o i r e , s o n t d i s p e r s é es dans toute la métropole. Ce phénomène se généralise aux métropoles e u r o p é e n n e s , e t l e développement Ouest-Est du Grand Lyon en est un exemple type. D a n s l e s u b u r b a i n , l e tissu, les pratiques, et les formes urbaines se transforment récipro q u e m e n t , e t p r e n n e nt alors une toute autre dimension. Les distances piétonnes s’allongent, l e s t r o t t o i r s r é t r é c i s sent, les parkings s’étendent, le logement s’hyperindividualise, les bâ t i m e n t s c o m m e r c i a u x s’hypertrophient. Les espaces prenn ent une toute autre dimension ( t r è s p e t i t , t r è s g r a n d), et sont pratiqués à une toute autre échelle (métrique longue). L’aire s u b u r b a i n e e s t l e l i e u de tous ces changements, et de l’apparition de l’hyperville. Tout y est a m p l i f i é , e x a c e r b é , hypertrophié. A mesure que ces objets et ces situations hyperscalaires a p p a r a i s s e n t e t s e développent, se pose alors la question des échelles. Et de nouveaux d e s c r i p t e u r s d e v i e n nent nécessaires pour traduire les échelles de pratiques de l’espace

A scale shift affects the current city both for its expansion and the spaces between its urban events, . Since the last century, the urban has been spread out, and it still goes on. When we go far from the city centre, the fabric loses its density and its coherency to become the suburban area. There, everything is scattered and connected by car. The daily activities of its workers or its inhabitants are localised in the whole city. This phenomenon is generally applied to the European metropolis, and the West-East Lyon extension is a typical example of it.

In suburbia, fabric, practices and forms change each other, and take a new dimension. The pedestrian dis tances extend, pavements become smaller, car parks bigger, housing overindividual, and commercial buildings enlarge. Spaces have another dimension (very small, huge), and are experienced at another scale (long metric). The suburban area is the place of changing for the ‘overcity’. Everything is amplified. So is asked the issue of scales. And new categories are necessary to describe the practices scales of the existing urban territory. The programmatic impact scales, identified as ‘metapolitan 0, 1, 2’, express the individual, urban, and


i m p o s é e s p a r c e s y stème mis en place. Les échelles d’impact programmatique désignées c o m m e ‘ m é t a p o l i t a i n 0, 1 et 2’, expriment les degrés d’hyperindividuation, d’urbanité et d ’ h y p e r u r b a n i t é d e l’espace. Les échelles ‘métapolitain 0 et 2’ représentent les extrêmes c a r a c t é r i s t i q u e s d e l’hyperville. L’échelle ‘metapolitain 1’, qui relève davantage de l’urbain c l a s s i q u e , y f a i t a u contraire souvent défaut ou se présente sous des formes inadaptées. C ’ e s t p r é c i s é m e n t à travers ces excès d’échelles qu’il semble qu’une nouvelle urbanité s ’ e x p r i m e . N o u s e s t imons clairement que ce sont ces échelles qu’il faut considérer et uti l i s e r p o u r f a i r e d e l ’ urbain dans le suburbain. L’échelle intermédiaire ‘métapolitain 1’ n’est c e p e n d a n t p a s à n é gliger. Elle est l’échelle topographique, celle qui permet la présence du p a s s a n t , l e h a s a r d d es rencontres, la déambulation. Dans notre quête d’urbanité suburbaine, l a c o p r é s e n c e d e c e s trois échelles de pratique est donc tenacement recherchée. L a ‘ m é t a p o l e ’ e s t a lors pensée comme ensemble de polarités riches en pratiques quoti d i e n n e s e t e n d i v e r s ité d’échelles, alternant avec les zones monoscalaires du suburbain. Et c e s p ô l e s s o n t c o n n ectés entre eux par le ‘Daily Urban System’ des habitants de la métro p o l e , d a n s l e s q u e l s ils son tour à tour le propriétaire, le travailleur, le visiteur, le passant ( ‘ o w n e r ’ , ‘ u s e r ’ , ‘ w o rker ’, ‘passer-by’, ‘tourist’) ...

overurban degrees of space. The ‘metapolitan 0 and 2’ scales are the extreme degrees, really specific to the ‘overcity’. The ‘metapolitan 1’ scale corresponds more to the caracteristics of the classic urban space. Most of time in suburbia, it lacks or exists under unsuitable forms.

Through these scales excess, a new urbanity expresses itself. We seriously think that these scales must be used to make urbanity in the surban area. For all that, the middle scale ‘metapolitan 1’ should not be neglicted. It is the topographic sca le, the one which enables chance and passer-by existence. Regarding our investiga tion into suburban urban ity, the ‘copresence’ of these three practices scales is intended.

The ‘metapole’ is thought as a group of polarities rich in daily practices and in scales diversity, which takes place among monoscalar zones. These poles are connected thanks to the metropolis inhabitants Daily Urban System, where they are the ‘owner ’, the ‘user ’, the ‘worker ’, the ‘passer-by’, the ‘tourist’...

47


48

Te r r i t o i r e a u g m e n t ĂŠ Augmented territory


49

LONDRES

PA R I S

Pour les trois villes, l’on note que le territoire urbanisé s’étend bien au delà du centre urbain dense. Mais dans le cas de Lyon, on note une grande diver sité de formes territoriales et urbaines appréhendable à une plus petite échelle LY O N

d’observation.


50

Une tranc he Est-Ouest du territoire lyon nais permet de rendre compte de la distension du territoire métapolitain. L’agglomération s’étend à l’Est. Elle s’urbani se en direction de l’aéroport. Le suburbain de l’est Lyonnais semble être le futur territoire de développe ment de e la métropole.


51


52


53


54


55


56

Pratiques dispersĂŠes Distended practices


57

Les activités journalières des personnes habitant le suburbain sont des plus communes : maison, travail, courses. Faute de moyens, peu d’évènements exceptionnels ou de loisirs particuliers ponctuent les journées. Le mall devient le lieu principal de loisir dans ce territoire.

MAISON

owner

BOULO

worker

MALL

tourist

MARCHĒ

user

PETIT COMMERCE

passer-by

PA R C

user


Pratiques quotidiennes de 6 pers o n n e s t r a v a i l l a n t d a n s l ’ E s t l y o n n a i s Daily practices of 6 suburban area workers

58

USER

USER loisi r

20:30

ac h ète l e r epa s du soi r au p assa g e

USER USER USERdétent e USER détent e USER détent e détent e détent e

USER

OWNER

20:15

fa i t un p e ti t d é to u r au supe rm a rc h é

8:20

pa r t au tr ava i l OWNER

8:00

20:45

pa r t au tr ava i l

r entre c hez -lui

20:45

arr iv e e nf in c hez -l u i

USER consommatio n

USER

USER

USER USER consommatio n loisi r USER détent e n PASSER-BY USER consommatio détent en consommatio PASSER-BY USER détent e consommatio n détent e PASSER-BY USER consommatio n détent e

8:30

USER USER consommatio n consommatio n USER détent e détent e consommatio n détent e

dé pos e so n enf a nt à l 'éc ole a u p a s s age

USER

16:20

se déte nd au ce n t re c o m m e rci a l v a u l x La So i e

USER USER consommatio n détent e

USER consommatio n détent e

USER PASSER-BY consommatio n

8:30

9:10

20:30

13:00

pa r t au tr ava i l OWNER pa r t au t rava i l es t d e re tou r chez lu i USER loisi r

mange chez- lui

19:50

USER églis e

OWNER USER

19:05

consommatio n détent e

r entre

20:20

USER loisi r

USER natatio n

prom ène son c h i e n

USER fa i t so n foo t i n g jo ur na l ie r

19:10

USER

f a i t que l qu es co urs es USER USER consommatio n

8:30

s e me t a u t r av a il WORKER

USER

USER

consommatio n détente USERUSER consommatio n détente

mange au resta uran t pu i s ret our ne tr avai l le r

USER

WORKER ivt ea ra eme me t ua ut r tav r av al i lWORKER s esarr aviai s e me t a u t r av a il WORKER a fin i le tr av ai l

fa i t le s co u rse s à Au ch a n

13:00

20:00

rentr e chez lui

8:50 9:30 9:00 9:30 19:00 18:30 i du let19:30 t rav pafin ri tle a afin rav aiai l l

19:10

12:00 dé j e u ne

13:0012:30

dé resta j e u neur ant man ge au USER USER

pu is r et our ne t ravai l l e r

8:50

s e me t a u tr av a i l WORKER

USER

16:00

13:00

e mp o r te à dé j e u ne r

a fin i le tr av ai l

USER consommatio n

USER loisi r

18:20

pa s s e p rend r e le pa i n

USER

OWNER

8:30

pa rt a u t ra va i l

18:30

es t d e re t o u r chez l ui


59

OWNER

8:50

p a r t a u t ra v a i l

20:10

est d e reto u r ch e z l ui

d étent e

PASSER-BY consommation PASSER-BY consommation

USER détente

USER c onsommation d étente

3 km


60

USER

USER détente

8:20

part au travail

20:45

20:15

fait un petit détour au supermarché

OWNER

rentre chez-lui

USER consommation

USER

8:30

dépose son enfant à l'école au passage

PASSER-BY

USER

USER

consommation détente

USER consommation détente

USER

19:05

consommation détente

USER f a i t s o n f o o t i n g journalier

9:00

se met au t r a v a i l WORKER

18:30

a fini le t r a v a i l

13:00

USER m a n g e a u r e s t a u r a n t

puis retourne travailler


Pratiques quotidiennes d’une per s o n n e t r a v a i l l a n t d a n s l ’ E s t Ly o n n a i s Daily practices of 1 suburban area worker

61


62

Nouvelles ĂŠchelles New scales


63

M Ē TA P O L I TA I N 0

M Ē TA P O L I TA I N 1

M Ē TA P O L I TA I N 2


64

Dans le suburbain, les programmes ne sont plus conte nus dans une forme urbaine régulière, dont la répétition génère un tissu homogène, mais plutôt dans des masses diverses et variées. Le suburbain est à la fois le lieu de rejet des petits et des grands aménagements. On y trouve des maisons individuelles côtoyant les grands centres commerciaux; la recherche d’espace étant la logique d’im plantation.

URBAIN


65

SUBURBAIN


66

M Ē TA 0

M Ē TA 1

SMALL

MEDIUM

LARGE

X_LARGE

L’intervention

architecturale est contenue dans un bâtiment. L’intervention urbaine

PIĒTON

veut associer

VOITURE

plusieurs unités d’interventions architecturales. L’intervention

territoriale est au-delà de ces deux catégories. Elle établie une connexion paysagère à l’échelle du territoir e.

ARCHI

URBAIN

TERRITORIAL


67

L’échelle mé-

tapolitain 0 est le privé, accessible aux USER M Ē TA 2

Echelles de pratique Practice scales

and OWNER. L’échelle mé-

tapolitain 1 est l’urbain, acces-

Echelles d’impacte pro g r a m m a t i q u e

sible aux USER,

Program impact scales

WORKER et PASSER-BY. Sa connexion est topographique. L’échelle mé-

Echelles spatiales

tapolitain 2 est

Spatial scales

l’hyperurbain, accessible aux USER, WORKER, et TOURIST. Sa connexion est topologique. Les échelles s,

m, l x-l, quali-

Echelles métriques

fient de manière

Metric scales

toute relative la dimension des espaces et des interventions. L’échelle piéton correspond à la métrique pédestre et l’échelle voiture

Echelles d’intervention Intervention scales

d’un véhicule. Elle englobe aussi les bus, camions et voiturettes.


68


‘BASSIN

D ’ H A B I T Ē ’

69

‘INHABITED BASIN’

Le ‘bassin d’habité’ est un endroit du territoire où l’échelle de la fragmentation permet une appréhension topographique de la diversité. Lieu à la fois d’habitat et d’équipement, une grande diversité d’échelles s’y côtoient.


70


71


72

L a s t r a t é g i e u r b a i n e établit la nouvelle échelle du ‘bassin d’habité’. Il ne s’agit non pas d’un q u a r t i e r o u d ’ u n q u elconque découpage administratif, mais plutôt d’une localité repérée de m a n i è r e s e n s i b l e p o ur sa richesse d’échelles, et appréhendable sur une distance restreinte ( 1 0 m i n u t e s p i é t o n ) . Les ‘7 chemins’ est un lieu de l’Est lyonnais qui héberge à la fois une im p o r t a n t e q u a n t i t é d’habitat collectif et individuel, et une grande zone commerciale. Et c’est p a r l a c o p r é s e n c e d e ces éléments que nait le ‘bassin d’habité’. Sans l’habitat, la situation s e l i m i t e r a i t à u n e zone commerciale, pratiquée par des touristes (définition), et sans le s u p e r m a r c h é , e l l e ne serait plus qu’une zone résidentielle, pratiquée seulement par ses h a b i t a n t s . C ’ e s t d o n c ici, à la charnière de ces deux échelles, là où ces deux situations sont m i s e s e n p r é s e n c e , que le potentiel d’urbanité se profile. E n r é a l i t é , l e s é c h e lles de pratiques de l’espace s’expriment à travers les différentes ty p o l o g i e s d i s p o s é e s dans le ‘bassin’. Au regard des nouveaux descripteurs d’échelles, une t y p o l o g i e p r o g r a m m ée correspond aux échelles de pratique d’une activité. C’est-à-dire, par e x e m p l e , q u e l e g o l f correspond à la pratique ‘se divertir ’ aux échelles ‘extra-large’ pour sa d i m e n s i o n , ‘ p i é t o n ’ pour sa métrique et ‘ métapolitain 2’ pour son impact programmatique, le

The new urban strategy introduces the scale of the ‘inhabited basin’. This is neither a neighborhood, nor an administrative district, but rather as a locality pointed out in a sensible way for its high scales content. The ‘7 chemins’ is a place from east of Lyon, where there are both a great quantity of indidual and collective housing, and a large retail area, and and this over a limited distance (10 minutes walk). The ‘inhabited basin’ is seen as the copresence of these specific urban conditions. Without housing, the location would only be a shopping area, just experienced by tourists, and without the supermarket, it would be a residential one, practiced by its inhabitant. The urbanity potential of this territory is to explore in such a co-existence of scales.

The different scales of spatial pratices can actually be observed through the different typologies laid on the ‘inhabited basin’. Considering these new categories of scales, a typology is equivalent to the practices scales of one actitvity. For instance, the golf area can be assimilated to the practice ‘entertainment’ at the ‘extralarge’ scale for its size, ‘pedestrian’ for its metric and ‘metapolitan 2’ for its programmatic impact. In the same


m a l l à ‘ c o n s o m m e r aux échelles large, piéton, métapolitain 2 ... Nous échantillonnons donc l a d i v e r s i t é d e s é c h elles du ‘bassin’ à travers son relevé typologique. La classification des t y p o l o g i e s e n f o n c t i on des échelles ne se veut être en aucun cas d’une rigueur scientifique a b s o l u e . I l s ’ a g i t p l utôt d’une démarche sensible et orientée, par laquelle nous souhaitons s o u l e v e r d é b a t e t r é flexion. Les échelles attribuées aux typo logies architecturales, urbaines e t t e r r i t o r i a l e s s o n t discutables. U n t a b l e a u p h y l o g é nique nous permet d’illustrer la diversité d’échelles totale relative au ‘ b a s s i n ’ . To u t e l a s t r atégie du projet repose sur l’enrichissement et l’intensification de cette d i v e r s i t é p u i s q u ’ e l l e incarne l’urbanité du suburbain recherchée.

way the mall can be assimilated to ‘consume’ at the ‘large’, ‘pedestrian’ and ‘metapolitan 2’ scales. Therefore, we capture the scales diversity of the ‘basin’ by collecting the typologies it contains. However, typologies are not classified according to a scientific and rigorous method. They are rather listed by following en sensible approach, by which we aim to open the debate. The scales assigned to the different architectural, urban and territorial typologies can be discussed.

A phylogenesis finally illustrates the whole diversity of the ‘inhabited basin’ scales. This diversity embodies the suburban urbanity we are looking for. Therefore, the entire strategy consists in its enrichment and inten sification.

73


74

Coprésence d’échelles Scales copresence

7 chemins se trouve être un rond point, situé à la croisée de 4 communes du grand Lyon, mais il constitue un véritable ‘bassin d’habité’. Il est à la fois lieu d’habité (rouge) et polarité commerciale de la métropole (jaune).


Vaulx-en-velin

Meyzieu

Bron

Chassieu


77


78


79


80


81


82


83


84


85


86


87


88


89


Le territoire

90

est pensé de manière hiérarchisé.

Chaque échelon administratif prend en charge les programmes et équipements qui concernent sa communauté. Mais dans le territoire tout se mélange. Le ‘bassin d’h abité’ désigne les nouvelles polarités de la ‘métapole’, où se croisent les échelles du territoire.

REGION A G G L O M E R AT I O N COMMUNE QUARTIER VOISINAGE LOGEMENT

Hiérarchisation des échelles d e p e n s é e s d u t e r r i t o i r e Thinking scales hierarchisation


91

TERRITOIRE

BASSIN D’HABITĒ

MAISON

Superposition des échelles dans la ‘bassin d’habité’ Scales overlay in the ‘inhabited basin’


92

DiversitĂŠ scalaire Scalar diversity


dalle périphérique

cimetière

mini mall

g y mnase terrain sport

école

industrie

jardins ouvriers

logement collectif station essence

périphé r i q u e

grands ensembles

dalle

arrêt de bus

garages

mall

maison terrain tennis

93

p a r k i ng fast food drive

lotissement champs

zone d’activité

zone agricole

golf

eurexpo

aéroport

Vaulx-en-velin

Meyzieu

Bron

Chassieu


Echantillonnage de la diversité ty p o l o g i q u e d u ‘ b a s s i n d ’ h a b i t é ’ Typological diversity collection of the ‘inhabited basin’

94


95


m0

96

logement collectif dalle usine garage station sevice mall mini-mall maison individuelle périphérique passerelle périph. école gymnase stade terrain tennis golf fast food drive administration bureaux eurexpo place marché square lotissement zone industrielle zone d’activité zone commerciale grand ensemble zone agricole aéroport cimetière jardins ouvriers parking hôtel arrêt de bus bibliothèque

m1

m2


s

m

l

xl

p

v

a

u

l

97

Les descripteurs d’échelles de pratique (metapolitain 0, 1, 2, piéton, voiture, small, medium, large et extra-large) et d’échelles d’intervention (archi, urba, territorial) sont attribués aux typologies. Cette classification n’a rien de scientifique et les attributions d’échelles sont tout à fait discutables.

Classification de typologies suiva n t l e s é c h e l l e s d e p r a t i q u e e t d ’ i n t e r v e n t i o n Typologies classification regarding the pratice and intervention scales


98


99

typologie * programme = P R AT I Q U E * Ä’ C H E L L E S


100


101


102

IdentitĂŠ scalaire des typologies relevĂŠes Scalar identity of the collected typologies


mall

103

Le mall, ou hypermarché, est un bâtiment hyperconnecté entouré de son parking. A l’intérieur, on y

PIĒTON

retrouve un véritable système

LARGE

urbain piéton

M Ē TA 2

avec la galerie

( ARCHI ) *

(rues, bancs, jeux pour enfants).

lotissement

CONSOMMER

marchande

Le lotissement est une zone pavillonnaire, un agglomérat de logements

VOITURE MEDIUM

individuels. Les espaces publics à l’intérieur

M Ē TA 0

de la zone se

( URBAIN )

limitent à la cir-

* SE LOGER

culation voiture et aux petits trottoirs.


école 104

L’école est un bâtiment entouré de sa parcelle

PIĒTON MEDIUM M Ē TA 1 ( ARCHI ) *

d’une école municipale qui principalement destinée aux personnes résidentes de la commune.

dalle

S’ĒDUQUER

privée. Il s’agit

Au pied des grands ensembles, on trouve souvent une dalle de petits commerces. Ceux-ci

PIĒTON MEDIUM M Ē TA 1 ( URBAIN ) * CONSOMMER

sont alignés en bande et le passant pratiquant la dalle, va d’échoppe en échoppe par la place située devant.


mini-mall

105

Le mini-mall est un supermarché se limitant à un ou deux commerces, auxquels on accède depuis le parking.

PIETON MEDIUM M Ē TA 1 ( ARCHI ) *

au mall, il n’y a pas de galerie intérieure. Son échelle d’impact est généralement plus faible que ce dernier.

petit commerce

CONSOMMER

Contrairement

Le petit commerce est un petit bâtiment situé le long d’une voie, abritant une petite activité, telle qu’un bar,

PIĒTON

un tabac, un boucher... Le

MEDIUM

plus souvent

M Ē TA 1

il ne possède

( ARCHI ) * CONSOMMER

pas de parking attitré et est desservi par la trottoir.


périphérique

Le périphérique est un axe important du système

VOITURE

territorial. Il est pratiqué par

X-LARGE

les habitants

M Ē TA 2

de toutes

( TERRITORIAL ) * MOBILITĒ

l’agglomération comme par les ‘touristes’ ni résidant pas.

logement collectif

106

Le logement collectif est un bâtiment qui

PIĒTON

peut prendre plusieurs

LARGE

formes (plots,

M Ē TA 0

tours, barres...)

( ARCHI ) * SE LOGER

et abrite une communauté de logements privés.


gymnase

107

Le gymnase est une capsule, lieu d’activité sportive (sports

PIĒTON

collectifs, boules...) dont

MEDIUM

l’accès est sou-

M Ē TA 1

vent restreint

( ARCHI ) *

de l’activité publique ou associative.

passerelle

périphérique

SE DIVERTIR

aux membres

La ‘passerelle’ du périphérique se trouve être une plate-forme recouvrant le

PIĒTON

périphérique, accessible

MEDIUM

depuis les

M Ē TA 1

tissus latéraux

( TERRITORIAL ) * SE DIVERTIR

la bordant. Elle est occupée par des terrains de jeux publics.


arrêt de bus

L’arrêt de bus est un abri (ou parfois seulement un panneau)

PIĒTON

desservi par la circulation pié-

SMALL

tonne du trottoir

M Ē TA 1

sur lequel il

( TERRITORIAL ) * MOBILITĒ

se trouve, et desservant la circulation autobus.

maison individuelle

108

La maison

PIĒTON

individuelle est située sur une

SMALL

parcelle privée

M Ē TA 0

close. Son

( ARCHI ) * SE LOGER

accès est limité à ses propriétaires et à leurs visiteurs.


terrain foot

109

Les terrains sont de grandes étendues situées en coeur de zone ou en bord de voie, et peuvent être ouverts à tous.

PIĒTON

Ils sont souvent pratiqués par

LARGE

les membres

M Ē TA 1

d’une activité

( TERRITORIAL ) *

les personnes résidant à proximité.

terrain tennis

SE DIVERTIR

sportive ou par

Les terrains sont de moyennes étendues situées en cœur de zone ou en bord de voie et peuvent être ouverts à tous.

PIĒTON

Ils sont souvent pratiqués par

MEDIUM

les membres

M Ē TA 1

d’une activité

( TERRITORIAL ) * SE DIVERTIR

sportive ou par les personnes résidant à proximité.


place du marché

La place est un espace libre régulièrement

PIĒTON

colonisé par les étales du

MEDIUM

marché hebdo-

M Ē TA 2

madaire. Celui-

( URBAIN ) * CONSOMMER

ci accueille une population qui peut venir de près ou de loin.

usine

110

PIĒTON MEDIUM

Une usine est

M Ē TA 0

un bâtiment

( ARCHI ) * PRODUIRE

capsule accueillant les employés de l’activité privée.


grand ensemble

111

Le grand ensemble est une zone d’unités collectives de logement. Celles-ci sont parsemées sur

PIĒTON / VOITURE

une parcelle étendue, pou-

LARGE

vant être tra-

M Ē TA 1

versée par tous.

( URBAIN ) *

souvent occupé par du stationnement.

cimetière

SE LOGER

Cet espace est

Le cimetière est une immense étendue regroupant des petites unités privées. Cet espace est pratiqué par les propriétaires,

PIĒTON LARGE M Ē TA 1 ( TERRITORIAL ) * SE RECUEILLIR

mais est aussi ouvert aux passants à certaines heures. Il peut constituer un lieu de recueillement et de promenade.


zone commerciale

La zone commerciale est topologiquement hyperconnectée au territoire. Sa surface contient donc différents bâtiments commerciaux,

VOITURE

entourés de parkings.

X-LARGE

Ces derniers

M Ē TA 2

desservent

( URBAIN ) * CONSOMMER

les différentes unités pour les voitures comme les piétons.

square

112

Le square est

PIĒTON

une petite surface de détente

SMALL

et de jeux pour

M Ē TA 1

enfants. Elle

( URBAIN ) * SE DIVERTIR

est souvent pratiquée par les résidants alentours.


parking

113

Le parking est une surface de stationnement située en bordure de voie ou à l’intérieur

VOITURE

d’une zone. Elle est ouverte à

MEDIUM

tous les auto-

M Ē TA 2

mobilistes de

( TERRITORIAL ) *

habitant comme de près ou de loin.

jardins ouvriers

MOBILITĒ

l’agglomération

Les jardins ouvriers sont des parcelles

PIĒTON

individuelles privées regrou-

SMALL

pées sur une

M Ē TA 0

zone paysagère.

( TERRITORIAL ) * SE DIVERTIR

Leur accès est limité aux propriétaires et à leurs visiteurs.


garages 114

Les garages sont de petites unités privées souvent alignées en bande en RDC. Comme des casiers à voitures, ils

VOITURE

sont souvent situés en

SMALL

bordure de zone

M Ē TA 0

de logement ou

( ARCHI ) *

entière leur est parfois même consacrée.

station service

MOBILITĒ

une parcelle

La station service se constitue d’un alignement de pompes, (postes individuels situées sous un abri commun)

VOITURE

auxquelles l’on accède

SMALL

directement par

M Ē TA 2

la voiture. Ce

( TERRITORIAL ) * CONSOMMER

service reste sur une pratique totalement individuée.


drive

115

Le drive est un bâtiement autour duquel

VOITURE

on circule en voiture pour

SMALL

accéder au

M Ē TA 2

service offert.

( ARCHI ) *

consommation est totalement individuée.

zone d’activité

CONSOMMER

La pratique de

La zone d’activité est une zone hyperconnectée regroupant des usines ou

VOITURE

bâtiments de bureaux. Elle

X-LARGE

est pratiquée

M Ē TA 0

par la voiture

( URBAIN ) * PRODUIRE

et accessible aux ‘workers’ et parfois aux clients.


eurexpo 116

Eurexpo est un bâtiment une halle

PIĒTON

d’exposition et de congrès

X-LARGE

internationale.

M Ē TA 2

Cet espace est

( ARCHI ) * CONSOMMER

pratiqué par des consommateurs venant de toute part.

200

200

200

200

200

200

200

zone agricole

200

La zone agricole est d’un agglomérat de parcelles agricoles privées souvent accessibles uniquement aux

PIĒTON / VOITURE

propriétaires et leurs employés.

X-LARGE

Mais il est

M Ē TA 1

possible de

( TERRITORIAL ) * PRODUIRE

cheminer entre ces dernières en voiture et à pied.


golf

117

Le golf est une grande étendue vallonnée à l’intérieure de laquelle on circule à pied

PIĒTON / VOITURE

ou en en voiturette. Elle est

X-LARGE

restreinte à ses

M Ē TA 2

membres mais

( TERRITORIAL ) *

par tous les golfeurs de l’agglomération.

aéroport

SE DIVERTIR

est pratiquée

L’aéroport est une grande étendue,

PIĒTON / VOITURE

internationale-

X-LARGE

ment. Elle est

M Ē TA 2

parcoure par

( TERRITORIAL ) 2

hyperconnectée

*

200

ses ‘users’ and ‘workers’ à pied, en bus et en

20

MOBILITĒ

voiturette.


118


Phylogénie de la diversité des éc h e l l e s Scales diversity phylogenesis

119

s p

m l xl

m0

s v

m l xl s

p

m l xl

m1

v

garage lotissement ...... zone industrielle, zone d’activité square, arrêt de bus, tennis, petit commerce mini-mall, gymnase, école, admin., bibli., dalle, passerelle, tennis cimetière, stade zone agricole, grand ensemble ...... ......

l

......

m l xl s

v

logement collectif ......

m

s

m2

usine, bureau, logement intermédiaire, champ

s

xl

p

maison individuelle, jardins ouvriers

m l xl

zone agricole, grand-ensemble hôtel place marché mall eurexpo, golf, aéroport fast food drive, station service parking ...... aéroport, périphérique, golf, zone commerciale


120

Diversité enrichie Enriched diversity

aéroport = MOBILITĒ * (VOITURE, PIĒTON * X-LARGE * M2) golf = SE DIVERTIR * (PIĒTON * X-LARGE * M2) lotissement = SE LOGER * (VOITURE * MEDIUM * M0) mall = CONSOMMER * (PIĒTON * LARGE * M2) arrêt de bus = MOBILITĒ * (PIĒTON * LARGE * M1)


X-LARGE

LARGE

MEDIUM

VOITURE

SMALL

X-LARGE

M Ē TA 2

LARGE MEDIUM

PIĒTON

SMALL

X-LARGE

LARGE MEDIUM

VOITURE

SMALL

X-LARGE

M Ē TA 1

LARGE MEDIUM

PIĒTON

SMALL

X-LARGE

LARGE MEDIUM

VOITURE

SMALL

X-LARGE

M Ē TA 0

MEDIUM

PIĒTON

LARGE SMALL

SE LOGER PRODUIRE MOBILITE CONSOMMER SE DIVERTIR S’EDUQUER

Phylogénie de la diversité des échelles de pratiques du ‘bassin d’habité’

Phylogenesis of the practice scales diversity of the ‘inhabited basin’

121


122


123

Proposition d’intensific a t i o n d e l a d i v e r s i t é s c a l a i r e d u ‘ b a s s i n d ’ h a b i t é ’ Scalar diversity intensification proposal for the ‘inhabited basin’


124


Territorial Unit 01