Issuu on Google+

2

2

1

3

4

5

6

7

8

9

1 Le c ur – symbole de messages sinc res. Parmi l’offre variée des cartes postales pragoises contemporaines. 2 Le périodique Le C ur de l’Europe, présentant aux lecteurs étrangers un tableau de la vie en République tch que, existe depuis quinze ans déj . 3 L’enqu te nationale Le livre de mon c ur, diffusée par la Télévision tch que en 2009, a confirmé que les Tch ques de toutes générations sont des lecteurs passionnés. 4 L’embl me du Forum citoyen, datant de la Révolution de velours, en novembre 1989. Ce mouvement fut le premier groupement politique libre apr s quarante ans de totalitarisme communiste. 5 Le drapeau tch que paraphrasé par un artiste de street art. 6 Prise de vue d’un documentaire télévisé du réalisateur Jan Němec, C ur au-dessus du Château, sur le déroulement du sommet pragois de l’OTAN, en 2002. Le détail de la prise de vue capte l’installation néon de l’artiste Jiří David sur les toits du Château de Prague. 7 L’actuel billet de cinquante couronnes tch ques, figurant sainte Agn s de Boh me, a été dessiné par le graphiste Oldřich Kulhánek. 8 La médaille commémorative du médailleur Otakar Dušek, unique, avec une signature la main et une empreinte digitale du président Václav Havel (né en 1936), a été éditée en soixante-dix exemplaires l’occasion de ses soixante-dix ans. 9 La Biblioth que publique Václav Havel a été fondée en 2004 par ce dramaturge et homme d’Etat.


3

1

2

3

5

4

7

6

8

9

1, 2 On s’étonne de rencontrer si rarement l’embl me du c ur sur les façades historiques des maisons de la ville. 3 L’église de l’Assomption de la Vierge Marie Zlonice, en Boh me centrale, oů le cél bre compositeur Antonín Dvořák (1841-1904) étudia l’orgue dans sa jeunesse. 4 Les embl mes apposés sur les maisons servaient, longtemps avant l’introduction de la numérotation, s’orienter en ville, notamment en métropole. Ils représentent essentiellement des animaux ou les symboles des métiers. La maison « Aux trois c urs » Prague, dans le quartier de Malá Strana, est une belle exception. 5 Le sgraffite – enduit bicolore gratté – décore plus d’une maison Renaissance de Slavonice, ville située la limite tchéco-moravo-autrichienne. 6 Détail de la façade d’une banque Česká spořitelna Plzeň. 7 Notre époque accélérée a adopté les embl mes des maisons sa façon. 8 Maison historique au centre de Chrudim, en Boh me de l’Est. 9 L’embl me de l’Académie des Beaux-Arts de Prague.


4

2

1

3

4

5

6

7

8

9

10

1 Depuis des si cles, le symbole du c ur du Seigneur accompagne inséparablement la richesse historique de nombreuses églises, ainsi sur cet autel baroque de l’église jésuite Saint-Ignace Jihlava. 2 Statue d’autel Art déco de Jésus-Christ, dans l’église Saint-Jean-Népomuc ne de Plzeň. 3 Le motif de la sculpture baroque ornant ce confessionnal est un c ur ardent percé d’une fl che, l’un des symboles de l’ordre des Augustins. 4 L’extrémité d’une voűte nervures dans la basilique romano-gothique Saint-Procope de Třebíč crée l’illusion de c urs. 5 Les fonts baptismaux d’une église protestante 6 La lumi re éternelle veillant côté de l’autel est symbole de foi : elle éclaire l’église et les vies des croyants. 7 Grands vitraux du début des années 1930 figurant le Christ bénissant. 8 Décor de stuc sur la façade d’une villa pragoise. 9 Détail du portail de l’église pseudo-gothique Saint-Bartholomée Kopřivnice, en Moravie du Nord. 10 Détail d’une st le du cimeti re de Vyšehrad Prague, lieu du dernier repos de personnalités marquantes de la culture tch que, désigné également du nom de Slavín.


5

1

2

3

4

6

5

8

7

9

10

1 Sculpture l’intérieur de l’église Saint-Jean au centre de la ville de Brno. 2 Peinture de décoration de l’église Sainte-Marie-Madeleine Brno. 3 Piet de pierre, l’une des sculptures ornant les recoins historiques de la ville de Třebíč, en Moravie. 4 Colonne baroque de la Sainte Trinité Hanušovice, en Moravie du Sud. 5, 7 St les de pierre baroques adossées aux murs des églises. 6 La tradition catholique est pleine de riches, voire somptueuses décorations. 8 La porte de verre de l’église Saint-Havel Prague, dans la Vieille Ville. 9 Le c ur, l’ancre et la croix symbolisent l’amour, l’espoir et la foi. 10 Détail d’un socle de pierre sous un crucifix.


6

3

1

2

4

5

6

7

8

9

10

1–4 Je t’envoie ici mon c ur fid le un baiser un billet tout plein de bonjours. Le c ur ardent stylisé, en tant que symbole, apparaît sous de nombreuses formes, pas seulement sur des cartes postales d’époque, mais tr s souvent aussi sur des images saintes. 5 St le baroque dans un petit cimeti re de campagne. 6 Intéressante grille décorative de fer forgé sur les fen tres souterraines d’un bâtiment de Slany, en Boh me centrale. 7 Vitraux de l’église du Sacré-C ur, dans le quartier pragois de Vinohrady. Construit entre 1929 et 1932, le bâtiment sacré tch que le plus marquant du XXe si cle est l’ uvre de l’architecte slov ne Josip Plečnik, bâtisseur pour le président T. G. Masaryk et concepteur de la reconstruction moderne du Château de Prague. 8, 10 Deux des fen tres richement peintes de l’église jésuite Saint-Ignace de Jihlava. 9 Ce vitrail moderne des années 1930 se trouve dans l’église fonctionnaliste du Sacré-C ur du Christ, Jablonec nad Nisou.


7

1

2

3

6

4

5

7

8

9

10

1, 2 Les symboles du c ur dans l’imaginaire populaire étaient un motif de prédilection sur les frontons de stuc des maisons. On en trouve encore les plus beaux exemples dans l’architecture populaire du Sud de la Boh me. 3 Egalement d’inspiration populaire, les pavillons des bains thermaux de Mšené sont l’ uvre de l’architecte tch que Jan Letzel (1880-1925), connu comme l’auteur du Dôme d’Hiroshima – seul bâtiment avoir résisté l’explosion de la bombe atomique, en aoűt 1945. 4 Une chaise typique, sculptée et peinte la main, du début du dix-neuvi me si cle. 5 Pat res confectionnées avec une technique traditionnelle de raccommodeur de fa ence. 6 Crée en moi un c ur pur, mon Dieu. Psaume, pages d’un livre de pri res écrit la main, années 1830. 7 Fermoir Renaissance gravé et décoré, dans les collections du Musée de la Ville de Prague. 8 La décoration de cet abri de jardin pour les outils témoigne de la subsistance, aujourd’hui encore, d’échos des anciennes traditions populaires. 9 Abri de protection d’une pompe pour l’hiver. 10 Toilettes de jardin – autrefois l’équipement courant des cours de campagne – avec leur inévitable ouverture en forme de c ur.


8

2

1

3

4

5

6

7

8

9

1, 2 La région du sud de la Moravie, qui demeure jusqu’ nos jours un haut lieu des coutumes populaires, est considérée comme le c ur du folklore. En témoignent par exemple ces ornements d’une petite chapelle de campagne, avec sa piet peinte l’huile, ou encore les frises décoratives tracées sur le crépi des maisons. 3, 6 Les bourgades possédant des caves vin sont typiques des paysages du sud de la Moravie. Bon nombre de ces bâtisses utilitaires sont ornées et témoignent d’un art authentique de la décoration chez leurs propriétaires. 4 Les différentes régions du folklore morave sont fi res de leurs costumes populaires richement brodés. 5 Les échos de ce folklore morave tant prisé sont parfois visibles jusque dans les bars tch ques. 7 Ce médaillon en sgraffite qui orne la gare de Plzeň-Banlieue Sud rend hommage l’explorateur tch que Emil Holub (1847-1902), cél bre pour ses voyages au c ur de l’Afrique. 8 Issu de Eléments et ornements – le cachet de la Boh me du Sud – échantillons d’art populaire des années 1930. 9 Les assiettes de porcelaine peintes se vendent aujourd’hui comme des ornements muraux.


9

1

2

3

5

4

7

6

8

9

1 Le symbole du c ur dans l’architecture de la vie quotidienne est propre la plupart des styles architecturaux. On le retrouve par exemple sur les portes Art nouveau d’un immeuble d’Opava, en Silésie. 2 Les grilles de portes ornées surprennent par le travail tr s fin des détails, qui caractérisait toutes les bâtisses de style historisant la fin du dix-neuvi me si cle. 3 Le balcon romantique d’une maison bourgeoise sur la grand-place de Plzeň. 4-7 Durant la période du « socialisme développé », les produits de précision des maisons d’avant-guerre spécialisées dans l’artisanat ont été remplacés par les créations de bricoleurs zélés, qui s’efforçaient de conférer aux objets de la vie quotidienne une esthétique particuli re. 8 L’habitante de cette maison a exprimé son désir de beau en perforant la tôle de protection qui barre la petite fen tre de la cave. 9 Grille ornée l’entrée d’une boutique dans une petite ville tch que.


10

2

1

3

4

5

6

7

8

9

1 Le légendaire mur de John Lennon, situé Malá Strana – l’un des coins les plus romantiques du vieux Prague – s’est couvert spontanément apr s la mort tragique du compositeur et guitariste, en 1980. Il est instantanément devenu un endroit symbolique de la résistance au régime communiste. La police communiste recouvrait réguli rement les images et les vers peints sur le mur d’une teinte gris-vert... Aujourd’hui encore, le mur vit sa propre vie. Il est également devenu une attraction touristique tr s recherchée. La veuve de John Lennon, Yoko Ono, est m me venue le contempler. 2–9 Entre les graffitis débridés de République tch que et leurs homologues des autres villes européennes, il n’y a gu re de différence essentielle : c’est l’une des manifestations les plus typiques de la culture underground urbaine. Les déclarations d’amour peintes ou gravées restent en revanche relativement rares. 7 Je t’aime - une inscription graffée, pile en face des fen tres d’une maternité pragoise.


11

1

2

3

5

4

7

6

8

9

1 Le dessin de touchants v ux d’amour qu’une fille adresse ses parents pour leur anniversaire de mariage. 2 La porte d’une grange rurale décorée en grande pompe pour le mariage de Thér se et François. 3 Le travail manuel a connu son âge d’or lorsque les possibilités de s’épanouir professionnellement étaient infimes et que les citoyens avaient assez bien de temps libre. 4 Petites éditions de chansons d’amour populaires, dans l’entre-deux guerres. 5 A ma ch re maman, en remerciement de ses soins dévoués, de son tendre amour et du soin apporté mon éducation. F te des m res du 9 mai 1937. Ton Pepa reconnaissant – les v ux d’un enfant de dix ans qui vivait cette époque. 6 Hommage la Vierge Marie de Svatá Hora – souvenir d’une kermesse de Příbram dans les années 1920. 7-9 Pour preuve de mon allégeance, gracieuse demoiselle..., Mes v ux les plus sinc res pour ta f te, Meilleurs v ux pour cette année 1904 – spécimens de cartes postales de genre, l’aube du vingti me si cle


12

2

1

3

4

6

5

7

8

Le motif du c ur dans l’ uvre d’artistes tch ques contemporains : 1 l l’artiste populaire Vojtěch Kopic (1909-1978) : l’un de ses nombreux reliefs sculptés dans les roches de gr s de Český ráj, 1977 2 le peintre Josef Jíra (1929-2005) : détail du chemin de croix dans la chapelle Saint-Laurent Malá Skála u Turnova, huile, 1966 3 la sculptrice Veronika Richterová (née en 1964) : L’aigle royal, sculpture en bois située Mikulov, 1996 4 le peintre et sculpteur Jaroslav Róna (né en 1957) : Le c ur arraché, huile sur toile, 1998 5 le peintre et verrier Michal Machat (né en 1963) : Coup de langue 02, peinture sur ordinateur, 2007 6 l’artiste textile Zuzana Krajčovičová (née en 1960) : Ange, mosa que sur une tombe, 2008 7 le graphiste Michal Cihlář (né en 1960) : compliments un ami d’Amérique pour son mariage, gravure sur linoleum, 1996 8 le graphiste Ivo Křen (né en 1964) : C urs d’hommes dans le jardin d’Eden – Tristesses, gravure sur linoleum, 2008


13

1

2

3

6

4

5

7

8

9

10

1 La Poste tch que a édité le timbre « Amour », avec un petit Cupidon, en 1998. Le c ur percé d’une fl che est depuis toujours le symbole du coup de foudre, tandis qu’un glaive poignardé dans le c ur représente la souffrance. 2 Premier cadeau d’un garçon – un bijou fantaisie bien choisi. 3 Un c ur diablement ardent, sur le parvis de l’église augustine Saint-Thomas Malá Strana, Prague 4, 5 Les effets d’une rafale de sentiment ardent enjoliveront ceux qui les portent leur vie durant. 6 La petite chapelle de Jankov fut bâtie aux alentours de 1800, pour honorer la mémoire des 7000 soldats de l’empereur Ferdinand III tombés au combat lors de ce qui fut l’un des affrontements les plus sanglants de la guerre de Trente Ans (1645). 7 Au début du XIXe si cle, les livrets de chansons, comme cette Nouvelle Chanson des jeunes hommes et des jeunes filles en fleur, etc., étaient un article tr s en vogue que l’on vendait dans la rue. 8 Le symbole du c ur dans l’imaginaire « pirate ». 9 Petit moule en fer pour découper les pâtisseries. 10 Au moment de tirer les cartes, le dix de c ur du jeu de « mariáš » symbolise sans conteste l’amour...


14

2

1

3

4

5

6

7

8

9

1 Les bijoux en or qui viennent du c ur, offerts en cadeau, sont des biens qui se transmettent de génération en génération dans les familles, l’occasion d’un bapt me, d’un diplôme, d’un mariage ou de la naissance d’un enfant. 2, 3 Le grenat de Boh me est une pierre précieuse qui n’est connue que par les gisements locaux. A l’époque de la Renaissance nationale tch que, au dix-neuvi me si cle, porter des bijoux en grenats était une mode tr s répandue, mais aussi une expression de patriotisme. 4, 5 La ville de Jablonec nad Nisou, en Boh me du Nord, est réputée dans le monde entier pour sa fabrique de verroteries traditionnelles. 6 Un curieux assortiment de bijoux familiaux. 7 Une trouvaille dénichée au marché aux puces. 8 Des perles d’aspect métallique, produit de verre préfabriqué pour les bijoutiers. 9 Bijoux alternatifs contemporains issus de l’atelier de Zuzana Krajčovičová : des colliers de textile et des mini-autels de voyage.


15

1

2

3

4

6

5

7

8

Les traditions liées la célébration des f tes les plus diverses ne peuvent, en Boh me comme en Moravie, se passer d’images de c urs. 1 Bonne f te, du fond du c ur – des v ux pour la f te du prénom chrétien dans le calendrier traditionnel, datant des années 1920. 2 Maman, je t’aime – un autre cadeau circonstancié pour la f te des m res, le deuxi me dimanche de mai. 3 Depuis toujours, on retrouve au dimanche de Pâques des ufs peints la main, un agneau, des verges en rameaux d’osier et du blé en herbe. 4 Dans les familles tch ques, les recettes des pâtisseries de Noël se transmettent de m re en fille. 5 Le moment le plus attendu du Noël tch que est le réveillon du 24 décembre. Au repas de Noël succ de le déballage des cadeaux; le Petit Jésus (qui remplace le P re Noël pour les Tch ques) les a entre-temps glissés sous un sapin richement paré. 6 Nous n’oublierons pas – Le 2 novembre est dédié la mémoire des âmes, ou encore au Souvenir des défunts. On va au cimeti re allumer des bougies et se recueillir aupr s des proches qui ne sont plus parmi nous. 7 La Saint-Valentin, le 14 février, est la f te de tous les amoureux. A la différence des f tes traditionnelles, cette tradition anglo-saxonne apparaît davantage, dans le cadre tch que, comme une occasion caract re commercial. 8 Les décorations de Noël en verre soufflé puis peint la main sont une spécialité des souffleurs de verre tch ques.


16

2

1

3

4

5

6

7

8

9

1 « L’amour arrive par l’estomac », nous rappelle un adage tch que. Mais la plupart du temps, celui qui se voit offrir ce pain d’épice en forme de c ur et recouvert d’un glaçage coloré ne le mange pas pour autant : il le garde en souvenir. 2 Par amour – illustration de couverture du magazine d’époque Le courrier des dames et des jeunes filles (1929). 3 Le légendaire pain d’épice de Pardubice donne aux kermesses et réjouissances populaires un cachet irremplaçable. 4 Des boulettes de viande de b uf hachée. 5 Le jambon du c ur (ici dans la devanture d’une boucherie) est un cadeau fameux pour tous les gourmets. 6 Vieux moules tch ques en gr s pour la « bábovka » (sorte de quatre-quarts). 7 Gâteaux la cr me couverts d’une gelée de fruits. 8 La fantaisie et le savoir-faire des ménag res tch ques pour la confection des pâtisseries maison sont admirables. 9 Décorations en pâte d’amande pour un gâteau de f te.


17

1

2

3

5

4

7

6

8

9

1 Un slogan tch que devenu proverbial proclamait que « Au c ur, il y a Poděbrady ». Cet autocollant publicitaire pour bagages date des années 1960. 2 Les étiquettes de boîtes d’allumettes portant le symbole du c ur apparaissent plusieurs époques. En 1964 par exemple, l’étiquette Don de sang gratuit – le plus grand témoignage d’humanité faisait partie d’une campagne d’éducation nationale. 3 Poděbrady soigne le c ur – Poděbrady, en Boh me centrale, sur l’Elbe, est le berceau des bains tch ques les plus cél bres, spécialisés dans la cure des maladies cardiovasculaires. 4 Campagne de santé publique appelant les citoyens au don de plasma sanguin (2009) 5 Défibrillateur dans le bâtiment – signe d’un emplacement o diverses institutions non médicales disposent d’un instrument de réanimation par décharge électrique. 6 Le pictogramme indique l’interdiction d’entrer pour les personnes munies d’un stimulateur cardiaque, dans les endroits o l’interaction avec les appareils pourrait conduire un incident. 7 La Maison de retraite est un centre sanitaire et social s’occupant de personnes âgées seules ou malades. 8 Le Club Mamina (club de la « petite maman ») – logo d’une association civique, la campagne. 9 Logo de l’Hôpital des s urs miséricordieuses Saint-Charles-Borromée Prague


18

3

1

2

4

6

7

8

9

10

11

5

« Qui vit dans un c ur ne peut pas mourir. » Le vers mille fois prononcé du po te tch que František Hrubín (1910-1971) est une consolation en période de douleur ou de deuil. 1 Une tombe d’enfant émouvante dans le cimeti re de Louny, en Boh me du Nord 2, 3 Monuments symboliques l’endroit de funestes accidents de voiture appelant au souvenir de vies interrompues prématurément. 4–8 Les lieux du dernier repos offrent la possibilité d’exprimer son amour au défunt. 9, 11 Cet endroit du dernier repos, compté parmi les lieux de mémoire du Patrimoine mondial de l’UNESCO, est le deuxi me cimeti re juif le plus étendu de République tch que apr s celui de Prague. 10 L’une des centaines de tombes de chien amoureusement entretenues dans le « Jardin des plus fid les amis », unique cimeti re pour animaux de compagnie, la périphérie de Prague.


19

1

2

3

5

4

7

6

8

9

1 De temps en temps, l’homme est étonné par un c ur façonné par la nature. L’exemple le plus cél bre est le tilleul : un arbre touffu avec des feuilles en forme de c ur, généralement considéré comme un symbole national tch que. L’une de ses quatre esp ces, le Tilia cordata, porte m me le c ur dans son nom. 2 La façade d’un immeuble d’habitation de Kopřivnice, elle aussi, fait voir le symbole de l’Etat tch que. 3 Un tapis de neige fraîche et intacte Krušné Hory invite de joyeux ébats. 4 Méandre curieux, connu sous le nom de C ur de la Vltava, créé anciennement par cette reine des rivi res tch ques dans son cours supérieur, au piémont du massif de Šumava. Aujourd’hui, il n’existe plus que sur les cartes et vues d’époque, car il a été englouti sous le lac du barrage de Lipno en 1959. 5 Un échantillon d’une collection de pierres, souvenirs de voyages en République tch que. 6 Messages cachés dans des pommes de terre récoltées dans la ferme bio de Podkrkonoše. 7 Depuis toujours l’on confie l’écorce des arbres son désir amoureux. 8, 9 Le lévrier Graciella et un vieux pommier, détenteurs involontaires d’une insolite apparition naturelle.


20

2

1

3

4

5

6

7

8

9

Le c ur de la périphérie ne cesse d’enchanter l’observateur attentif par sa poésie urbaine. 1 Bohumil Hrabal (1914-1997) l’a magnifiquement dépeinte dans ses proses inspirées par le quartier pragois de Libeň, o se trouve, entre autres, un bâtiment l’abandon, le palais Svět [Le Monde] avec un restaurant o l’écrivain aimait boire des bi res. C’est dans ce restaurant que se déroule d’ailleurs l’un de ses récits autobiographiques, « L’Automate Le Monde » [Automat Svět]. 2 Un bureau de tabac qui n’ignore pas que le commerce se fait avec le c ur. 3 Pâtisserie qui a du c ur, m me de l’extérieur. 4 Dans les quartiers périphériques sont souvent juxtaposés des immeubles de type HLM des années 1970 et l’architecture maçonnée de l’apr s-guerre. 5 Le c ur, motif du design de la campagne « Projet Prague, vert et propre ». Il appelle ici la rénovation des trottoirs caractéristiques de Prague, en pavés de granit. 6 Un arr t d’autobus est bien souvent le témoin muet des adieux des amoureux. 7 Au bon c ur. Cadeaux de consolation – panneau d’une galerie, peint la main, dans une petite ville. 8 … médicament pour c ur brisé 9 Dans le hall d’une gare, un stand de rafraîchissements promet de réjouir les papilles gustatives des voyageurs.


21

1

2

3

4

5

6

8

7

10

9

11

12

1 Le c ur, en tant que marchandise, apparaît principalement dans les zones touristiques des grandes villes. Les petites boutiques et kiosques sont inondées d’innombrables souvenirs et cadeaux traditionnels en porcelaine ou en verre. 2 La verrerie tch que est un appât irrésistible pour les étrangers. 3 Un souvenir en forme de c ur reprenant le motif célébrissime du pont Charles de Prague 4 La devanture d’une mercerie 5 Des figurines de porcelaine destinées la décoration de gâteaux de mariage attendent dans la vitrine d’une pâtisserie spécialisée. 6 Des yaourts achalandés dans les rayons d’une épicerie. 7 Les cadeaux et souvenirs de voyages rapportés de pays étrangers constituent autant d’agréables superflus qui rendent nos foyers plus conviviaux. 8, 9, 11 Le symbole de l’amour fait toujours vendre… 10 La plupart du temps, le textile pour enfant disponible sur le commerce est importé d’Asie, mais voici une belle exception : le travail des grands-m res tch ques amoureusement cousu la main. 12 Un devoir de calcul dans le cahier d’un écolier de classe primaire


22

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

1 Souvenir d’une expédition Sněžka, la plus haute montagne de la chaîne des Krkonoše et de République tch que (1602 m tres d’altitude) 2 Petit sablé traditionnel fourré la gelée de groseilles 3 « Le c ur de l’océan », réalisé partir de plastique de bouteilles par la sculptrice Veronika Richterová et paraphrasant la parure de bijou légendaire du film Titanic. 4 Petite boîte bibelots en porcelaine – souvenir de Zlín, ville natale du fondateur de l’empire mondial de la chaussure, Tomáš Baťa (1876-1932). 5 Ornement de dentelle au crochet 6 Sucette, friandise pour tous les enfants 7–9 Petits vases de l’entre-deux-guerres 10 Détail d’un foulard commémorant un rassemblement de scouts d’Olomouc, en Moravie, et d’Owensboro, en Amérique. 11 Oreiller d’une couchette d’enfant. 12 Elément d’une couronne de cimeti re en polystyr ne 13 Heures dansantes 1939 – souvenir nostalgique de l’époque des cours de danse 14 Décoration sur la capote du véhicule conduisant la mariée la cérémonie. 15 Cette affiche publicitaire du métro pragois compte elle aussi parmi les multiples interprétations du symbole du c ur. Jetez l’ il autour de vous ! Partout des c urs de mille autres mani res battent autour de nous. Il faut juste regarder... Suivez votre c ur, vous aussi !


Une Affaire de Coeur