Page 1

mer villeinfos Journal municipal d’informations n°35 Novembre 2010

Visite du Sous-Préfet

Visite de Bernard Derosier

30 ans du Club Cinéma


Brèves Noces d’or et de diamant A l’occasion des anniversaires de mariage remarquables que sont les noces d’or (50 ans), de diamant (60 ans), de palissandre (65 ans) voire de platine (70 ans) et au-delà, les couples mervillois ou ceux qui se sont mariés à Merville ont la possibilité d’être reçus dans les salons d’honneur de l’hôtel de ville pour une cérémonie de renouvellement des vœux. Les couples mervillois qui se sont mariés à l’extérieur de la ville et qui souhaitent fêter l’événement sont invités à se manifester, le plus tôt possible. Pour ce faire, il suffit d’écrire à Monsieur le Maire, en précisant la date du mariage, la date souhaitée pour la réception et une copie du livret de famille. Pour ceux qui se sont mariés à Merville et qui habitent encore Merville, ils seront contactés par les services municipaux. Par ailleurs, les cérémonies d’anniversaire de mariage ne sont pas prioritaires sur les mariages. Pour cette raison les cérémonies souhaitées du 1er avril au 30 septembre ne pourront avoir lieu que le dimanche. Les mariages étant plus rares en automne et hiver, du 1er octobre au 31 mars, elles pourront avoir lieu le samedi et le dimanche.

Horaires d’hiver de la Déchetterie du 1er novembre au 31 mars Du lundi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 17h, fermeture le jeudi et le dimanche

La CGT communique

Avis de recherche :

Evelyne Deloux, maire-adjointe chargée de l’action sociale et du logement, a changé de numéro de portable. Il s’agit du 06 10 54 21 33.

Point d’Accès au Droit Permanences du conciliateur Dans le cadre du CLSPD (Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance), le Point d’Accès au Droit va bientôt ouvrir ses portes au sein de l’hôtel de ville (rez-de-chaussée). Le conciliateur de justice, Jean-Pierre Engelaere (cf. Merville Infos 34) a d’ores et déjà commencé ses permanences, en mairie. Elles auront lieu les 2 et 16 novembre, 7 et 21 décembre de 14 à 17 heures.

Le SMICTOM a un site Internet

La déchetterie a été agrandie...

L’union Locale d’Hazebrouck (tél. 03 28 41 93 16) est rattachée à celle d'Armentières voici les coordonnées : (tél. 03 20 77 21 92, fax 03 20 44 27 77 Ulcgtarmentières2@wanadoo.fr). L’union locale d'Hazebrouck fonctionne le vendredi de 14 à 16 h 30 et pour l’indeco-

Le nouveau numéro de Mme Deloux

sacgt (service de défense des consommateurs) le 2ème et 4ème mardi de chaque mois. Les rendez-vous sont à prendre au 03 28 48 63 55. Une permanence pour la fonction publique a lieu le 3ème mardi de chaque mois de 14h à 16h. Une antenne existe à Merville au 62 ter rue Gambetta.

Sur ce site, vous trouverez les éléments importants afin de mieux être guidé dans une démarche vitale : la réduction à la source du volume de nos déchets ménagers.

www.smictomdesflandres.fr

La ville de Merville recherche le nom du constructeur de la passerelle qui relie la rue Duhamel Liard à la Digue d'Artois. Merci de contacter Bernard Loridan au 03 28 48 20 22 ou par courrier électronique : b.loridan@ville-merville.fr

2


Edito 4 2 En bref informations, permanences... 4 4 Actualités Piste cyclable, visite de Bernard derosier... 4 9 Intercommunalité eolys... 4 10 économie Nouveaux commerces, reprises, transferts... 4 12 Insertion Partenariat sur l’emploi... 4 13 Social Projet politique du CCAs... 4 14 économie sociale et solidaire Journée de formation... 4 15 Logement inauguration des “récollectines”... 4 16 Urbanisme PLU durable... 4 17 Dossier central visite du sous-Préfet... 4 21 Vie associative Médaille de la ville à Gérard valentin... 4 22 Développement durable Agenda 21 : Collège H. dunant, retour enquête... 4 24 Humanitaire Haïti, Abris sans Frontières... 4 25 Jeunesse Centre de loisirs... 4 26 Culture saison culturelle 2010 / 2011... 4 27 Sports salle de sports du sart... 4 28 Patrimoine Journées du Patrimoine... 4 29 Libre expression tribunes... 4 30 En images evènements depuis juin 4 34 Etat-civil Mariages, Noces d’or... 4 36 En images Marché de Noël

Madame, Mademoiselle, Monsieur, Notre rôle d'élus est de concevoir, d'aménager et de développer notre commune. C'est pourquoi la révision générale de notre Plan Local d'Urbanisme a été lancée avec l'appui de l'Agence d'Urbanisme de l'Arrondissement de Béthune, grâce à laquelle une Approche Environnementale de l'Urbanisme sera réalisée. C'est aussi dans ce cadre que notre commune participe activement à l'émergence d'un campus aéronautique, dans le but de conforter l'école de pilotage Amaury de la Grange. La Municipalité travaille également sur la préfiguration de la 5ème plateforme multimodale reliée au Canal Seine-Nord-Europe. La Communauté de Communes Flandre-Lys vient de signer avec la société Roquette une déclaration commune pour le développement du ferroviaire fret et voyageurs, suite à une motion proposée par la Ville de Merville. Notre rôle d'élus est aussi de répondre aux besoins de tous les habitants et d'anticiper leurs besoins futurs. Dans ce 35ème numéro du Merville Infos, les exemples ne manquent pas. Le Centre Communal d'Action Sociale a redéfini son projet avec la volonté d'être au service de tous. Pour promouvoir le service public et l'économie sociale et solidaire, les élus et le personnel de la ville, du CCAS et des associations travaillent ensemble et développent des partenariats. Notre Municipalité se doit d'écouter les légitimes inquiétudes des habitants qui subissent des incivilités, des actes de délinquance, des troubles à l'ordre public... et qui vivent parfois dans un sentiment d'insécurité. Notre Municipalité entend les habitants de la ZAC “Les Jardins de Flandre” qui demandent un cadre de vie préservé. Notre rôle d'élus est surtout d'aller vers celles et ceux qui sont désabusés, qui ne demandent plus rien, qui ne croient plus en rien... C'est dans cet esprit que toutes les associations caritatives se sont mobilisées, à l'occasion de la journée nationale de refus de la misère du 17 octobre dernier, avec l'appui du CCAS et de la Ville. Une lettre spéciale sera consacrée à cet évènement. Monsieur le Sous-Préfet de Dunkerque nous a fait l'honneur de sa visite le 30 septembre dernier. Nous avons pu lui présenter notre démarche de développement durable. Ce ne sont pas que des mots : il y a des actions concrètes que vous pouvez lire au fil des Merville Infos et découvrir sur le site de la commune : www.ville-merville.fr. Avec l'expression de mes sentiments dévoués et cordiaux. Jacques Parent Maire & Conseiller Général

Un nouveau magasin au Sart Ouverture du magasin LIDL à partir du 27 octobre 2010 Horaires :

Edition 4 Ville de Merville Directeur de publication4 Jacques Parent, Maire & Conseiller Général Directeur de rédaction 4 Francis Campagne Rédaction 4 Céline Mura Conception-Maquette 4 Dorothée Delaval Photographies 4 Ville de Merville, Julie Turquet Impression 4 Nord’imprim - N°35 Novembre 20104ISSN : 0999-8357

3


ACtUALités Décès de Gisèle Bassement

Travaux impressionnants sur le haut de la mairie Le diagnostic thermique de l’hôtel de ville a démontré une importante déperdition de chaleur dans le bâtiment. Des travaux de réfection des menuiseries se sont donc avérés plus que nécessaires. Nous reviendrons dans un prochain numéro sur le bilan énergétique des 24 bâtiments publics. En septembre, les menuiseries du troisième étage ont donc été remplacées.

Gisèle Bassement, doyenne des Mervillois, s’est éteinte à l’aube de ses 101 ans… Lors de ses funérailles, Jacques Parent lui a rendu hommage : “Au nom de la municipalité, je voudrais dire quelques mots en souvenir de Gisèle Bassement : Merville a perdu sa centenaire, notre commune a également perdu sa doyenne. C'est donc avec beaucoup d'émotion que j'adresse mes sincères condoléances à la famille de Gisèle, à ses amis, à ses voisins de l'allée des Peupliers... Il y a presque un an, le 2 août 2009, nous fêtions les 100 ans de Gisèle. Elle était dans une forme exceptionnelle. On espère toutes et tous être chez soi à cet âge-là avec une telle santé, avec une telle joie de vivre. Elle recevait beaucoup de visites parce qu'elle aimait les autres. C'est sans doute ce qui lui a permis de vivre aussi longtemps. Je garderai de Gisèle le souvenir d'une femme vive et alerte. Je me souviens avec

quelle joie elle a soufflé ses 100 bougies. Elle possédait une mémoire sans faille. Quand l'an dernier, nous avons fêté son anniversaire avec mes adjoints, Géraldine Hamelin et Jean-Paul Pinchon, Gisèle cita les 7 enfants qu'elle eût avec Louis Bassement qu'elle épousa le 14 novembre 1930 : Ginette, Louisette, Paulette, Lucette, Louis, Francis et Régis. Un arbre généalogique avait été confectionné pour l'occasion. Il mettait en évidence que l'arbre familial comportait 50 petits-enfants, 90 arrière-petits-enfants et 23 arrière-arrière-petits enfants. Gisèle nous a raconté ses souvenirs. Le 2 août de l'an dernier, sa petite maison de l'allée des Peupliers était beaucoup trop petite pour accueillir toute sa famille. Il fallut même occuper le jardin, mais Gisèle avait tenu à recevoir sa famille, ses amis, ses voisins... Ce 2 août 2009 était à son image : un moment de gaieté et de convivialité. Voilà le souvenir que nous garderons de notre centenaire.”

Les travaux de peinture se sont déroulés en octobre, non sans attirer l’œil des passants. En effet, pour effectuer ces tâches, la société de peinture retenue a dû faire appel à des spécialistes de travaux en accès difficile. Les peintres officient soit avec une nacelle, soit par méthode alpine, à l’aide de baudriers et de cordages.

Par la même occasion, le campanile a été refait. Des pics et des filets anti-pigeons y ont été installés.

Julie et le bonhomme de neige

Daniel Granval sort un nouveau livre en novembre. Il ne s’agit pas là d’un nouvel opus sur l’histoire locale ou du cinéma, mais d’un conte pour enfants joliment illustré. La lecture et la présentation du livre, intitulé Julie et le Bonhomme de neige, aura lieu le mercredi 10 novembre à 15h30 à la médiathèque de l’Espace Culturel Robert Hossein, en présence de Patrice Dufossé, éditeur, et de Bénédicte Boullet, illustratrice du livre.

Jusqu’au 9 novembre, il est possible de souscrire, à raison de 8€ l’exemplaire. En

4

remerciement de la confiance accordée, 4 cartes postales qui représentent une sélection des illustrations du livre sont offertes. Les livres seront remis aux souscripteurs lors de la lecture du 10 novembre ou envoyé à domicile avec frais de port supplémentaires. L’histoire : Julie a rencontré un bonhomme de neige d’un genre très spécial. Il est devenu son ami. Mais la vie de celui-ci est en danger. Julie va devoir déployer toute son énergie et son intelligence pour le sauver. Souscription à envoyer à Daniel Granval, 5 rue des lilas 59660 MERVILLE.


ACtUALités La Ville de MERVILLE soutient les journalistes de France 3, otages en Afghanistan Depuis le 30 décembre 2010, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier, journalistes aguerris de France 3, ainsi que leurs trois accompagnateurs afghans (traducteur, fixeur, chauffeur) sont retenus en otage en Afghanistan : ils réalisaient pour le magazine Pièces à conviction un reportage sur le chantier, encadré par les forces de l'Otan, d'une route entre Surobi et Tagab, deux localités proches du Pakistan, dans la province de Kapisa, où sévissent de nombreux groupes d'insurgés. De nombreuses manifestations se déroulent en France depuis la date de leur enlèvement : des portraits géants sont déployés, des pétitions circulent sur Internet, des campagnes d’affichages sont organisées, des rassemblements ont lieu, des villes se mobilisent pour une libération de ces journalistes dans les plus brefs délais, des quotidiens publient des messages de soutien ou d’alerte. Au cours de la dernière décennie, cette prise d'otages est plus longue que celle de Florence Aubenas (captive cinq mois en Irak en 2005) ou de Georges Malbrunot et Christian Chesnot (124 jours en Irak en 2004). Comme il a déjà pu le faire pour d’autres causes importantes, et dans le cadre d’une démarche citoyenne, le conseil municipal, en sa séance du 9 septembre, a approuvé

à l’unanimité une motion de soutien à ces deux compatriotes qui faisaient leur métier et rien d’autre. Extrait de la motion, proposée par Francis

Campagne, maire adjoint à la culture : “La liberté de la presse est très importante pour la démocratie, pour la réflexion qu’elle propose, pour les débats qu’elle permet, pour les couvercles qu’elle soulève, même quand elle nous fait lire autre chose que ce que nous aimerions lire. Heureusement qu’il y a

Gérard Petitprez, nouveau conseiller municipal Lors de la séance du 9 septembre, le Conseil Municipal a accueilli un nouveau membre, Gérard Petitprez, membre de la liste “Agir ensemble pour Merville”et par ailleurs, agriculteur biologique, rue cochette. Il remplace Réjane Huyghe, démissionnaire.

Le samedi, c’est bio et équitable ! Depuis mai, quelques étals investissent la place du kiosque pour un marché bio et équitable. En juin, ce dernier a été inauguré avec la signature d’une convention (cf. Merville Infos 34) entre la commune et les participants. Des légumes aux produits de beauté, des vêtements au commerce équitable, en passant par la viande, une dizaine de commerçants participe au rendez-vous du samedi matin.

encore des reporters qui partent comprendre le monde, dans les endroits où les conflits les plus vifs doivent être examinés. Sans ces gens-là, il ne nous resterait plus qu’une vision étriquée de l’Histoire actuelle, il ne resterait que des journaux superficiels, ou la presse people, qui se contentent de moqueries, d’informations de caniveau, de tout ce qui flatte les instincts les plus primaires du lectorat. Notre soutien doit aussi avoir pour intention de prendre position face à l’attitude, arrogante et incompréhensible, de notre Président de la République qui aurait exprimé sa colère sur ce qu’il a appelé “l’inconscience” des deux professionnels, et sur le coût et les risques d’une opération militaire de sauvetage. Que l’on s’agace de déploiements de secours pour un skieur hors piste, on peut l’entendre. Mais ici, il s’agit de gens qui faisaient leur job : on ne reproche pas à un pompier d’aller éteindre un feu de forêt ou à un policier d’intervenir dans un quartier difficile. De même, on ne peut pas culpabiliser un journaliste du fait qu’il se trouve dans une région où sévit un conflit armé, sauf à vouloir qu’il se contente de parler, comme le fait si bien quelque journal de 13h00, du dernier fabricant de scoubidous de la Creuse, de la saison du mimosa ou de la taille des œufs de Pâques.”

Ordures ménagères : Les dates de ramassage  changent !

Depuis le 4 octobre, la Communauté de Communes Flandre Lys gère directement la collecte des déchets avec le prestataire Veolia propreté. Ce nouveau partenariat a introduit certains changements dans la collecte des déchets et permettra de poursuivre dans de meilleures conditions la mise en oeuvre de la redevance incitative d'enlèvement des ordures ménagères. Cette redevance a été mise en place en 2005 dans le but de responsabiliser les habitants sur leur production de déchets. Un guide de tri a été conçu pour aider les habitants de la Communauté de Communes à rendre leur geste de tri efficace et responsable. Le calendrier de collecte et le guide de tri sont disponibles à la mairie ou sur le site : www.ville-merville.fr

5


ACtUALités Création d’une bande cyclable le contre-sens du bon sens, rue Duhamel Liard La Municipalité a décidé d'équiper la rue Duhamel Liard d'une bande cyclable à contre-sens, matérialisée en vert sur la chaussée, et de ramener la vitesse autorisée sur ce tronçon de 50 km/h à 30 km/h. Cette décision fait suite à deux constats : 8 de nombreux cyclistes empruntent de façon très risquée le sens interdit de la rue Duhamel Liard, sur la chaussée ou sur les trottoirs, 8 la volonté des riverains, suite à une réunion-débat en mairie en avril dernier (cf. MI 34), à trouver une solution pour faciliter la circulation des cyclistes obligés de prendre le sens interdit ou à faire un détour dissuasif ou à commettre une infraction dangereuse. Cet aménagement s'intègre dans le plan de développement des déplacements doux que souhaite mettre en place la municipalité.

Avec cette création, la commune applique les nouvelles dispositions du code de la route qui favorisent l'implantation de contresens cyclistes sur les voies à sens unique en zone 30. Les contre-sens cyclistes font peur. Pourtant, les analyses d'accidents montrent que le risque d'accident frontal (où les cyclistes

6

à contre-sens heurteraient de front le véhicule venant en face) est quasi nul. En effet, les usagers se voient mutuellement en se croisant et ralentissent. C'est l'enseignement que l'on retire de l'expérience de cet aménagement très répandu en Belgique mais aussi à Strasbourg et de plus en plus actuellement en région lilloise. C'est pourquoi il s'agit d'un équipement très demandé par les associations de cyclistes (ADAV, Droit au Vélo, Fubicy...). Après étude par les Services Techniques de la Ville et de la Police Municipale en relation avec les sociétés habilitées, c'est finalement une bande à double sens cycliste qui a été créée sur la rue Duhamel Liard. La circulation des cyclomoteurs est interdite sur la bande cyclable. Par ailleurs, pour répondre aux demandes formulées par les habitants lors de la rencontre du 24 avril, des emplacements de stationnement rue Bournoville ont déjà été mis en place et d'autres sont programmés prochainement. Des systèmes de ralentis-

sement des voitures y seront également installés. La bande cyclable a été inaugurée en août par les élus, des jeunes du centre de loisirs et des riverains. Une balade à vélo dans la ville a suivi cette inauguration.

Bande cyclable ou piste cyclable ? La bande cyclable est une voie contiguë à la chaussée réservée aux cyclistes. Elle est délimitée ou non par des bandes blanches peintes au sol. Elle fait partie intégrante de la voie à laquelle elle est accolée. La piste cyclable est matériellement isolée des voies de circulation des véhicules motorisés. Pour en savoir plus sur les bandes cyclables, voir la fiche “Le bon sens des contre-sens” dans les fiches conseils de l'ADAV, Droit au vélo sur le site : www.adavassoc.com.


ACtUALités Le Conseil Général très présent à Merville Véritables élus de proximité, les conseillers généraux de la majorité, emmenés par leur président, s’impliquent dans l’ensemble du terriroire. Depuis 2008, le Conseil Général du Nord s’investit pleinement sur Merville. Bernard Derosier, son Président, a visité la Cité des Caous en juillet dernier. Plusieurs vice-présidents se déplacent volontiers à Merville pour de grands rendez-vous. En voici quelques exemples…

En juillet 2010, lors de sa “tournée d’été”, Bernard Derosier, accompagné de deux vice-présidents, Didier Manier et Patrick Kanner, s’est arrêté un après-midi au centre social Jacques Brel et à l’atelier de costumes “Au cas où”.

Patrick Kanner, premier vice-président du Conseil Général du Nord, a inauguré en juillet 2008 les nouveaux locaux du CCAS, l’ascenseur de la mairie et a donné le premier coup de pioche aux Jardins de Flandre.

En mai 2010, le départ de l’étape MervilleCassel des 4 jours de Dunkerque a été donné en présence de Danièle Thinon, Vice-présidente en charge des sports.

Danièle Thinon, vice-président en charge des sports et de la jeunesse, est venue encourager les jeunes collégiens d’Henri-Dunant dans leur démarche d’Agenda 21, en juin 2010.

Septembre 2009, Martine Filleul, vice-président du Conseil Général déléguée à la culture, inaugurait l’église rénovée à l’occasion des Journées du Patrimoine.

Juillet 2010, Didier Manier, vice-président en charge des personnes âgées, a inauguré la Résidence-Services “Les Récollectines”.

7


ACtUALités Vers la création d’un campus aéronautique

Lors d’une présentation du FDAN (Fonds Départemental d’Aménagement du Nord) volet Grands Projets, Patrick Kanner, premier vice-président du Conseil Général a mis en évidence que la Flandre Intérieure n’avait pas de dossier structurant entrant dans les critères de cette politique départementale qui vise à impliquer le Conseil Général dans tous les champs de l’aménagement du territoire. C’est à partir de ce constat que le Maire de Merville et Conseiller Général a proposé à l’institution départementale de prendre en compte un projet de campus aéronautique en cours de débat au sein du SMALIM (Cf. encadré ci-contre). A l’occasion d’une visite à l’aérodrome de Merville, Daniel Percheron, Président du SMALIM et Bruno Bonduelle, Président de la CCI Grand-Lille, ont validé l’idée de rajeunir l’équipement mervillois dans le but de conforter et développer la première école de pilotage de France : l’Institut Aéronautique Amaury de la Grange. Depuis plusieurs mois, un comité de pilotage composé du SMALIM, de la Région, de la Chambre de Commerce et d’Industrie, de l’école de pilotage et de la Communauté de Communes Flandre Lys… se réunit pour définir le cahier des charges afin de choisir

8

un bureau d’études en capacité d’aider le SMALIM à concevoir un plan de développement de l’aérodrome de Merville-Calonne-Lestrem, comprenant notamment la mise en œuvre d’un campus aéronautique. Grâce à l’école de pilotage, l’aérodrome est le premier au nord de Paris en terme de mouvements. L’école dispense à environ 300 stagiaires par an deux types de formations. Une formation initiale de pilotage s’adresse d’une part à des élèves envoyés par les compagnies aériennes (Air France représente 70% de l’effectif total), d’autre part à des candidats individuels qui financent eux-mêmes leur formation. La seconde est une formation de techniciens de maintenance en formation initiale sur les filières de l’apprentissage (Bac pro) et du BTS aéronautique. L’école de pilotage assure aussi des formations permanentes, notamment formation de base à la licence de mécanicien et licences spécialisées. Elle est également en mesure de concevoir des modules de formation à la demande des entreprises. L’objectif de cette étude sera de permettre le maintien et le développement de cette école de pilotage au travers d’un équipement rajeuni et concentré sur un même lieu.

A propos de L’IAAG L’Institut Aéronautique Amaury de la Grange est une association loi 1901 qui s’est dotée de sociétés commerciales pour mettre en œuvre son projet de formation : l’EPAG (Ecole de Pilotage Amaury de la Grange) et la RALM qui gère la logistique (hébergement, restauration…). L’IAAG génère un budget annuel d’environ 10 millions d’euros et 130 emplois directs (instructeurs, administratifs, direction, programmateurs, agents de maintenance, hébergement, restauration, agents d’entretien…). L’institut crée également nombre d’emplois indirects (restauration, hébergement extérieur…). Il équilibre son budget en dégageant des exédents sur l’hébergement et la restauration des stagiaires.

A propos du SMALIM Le Syndicat Mixte des Aéroports de LilleLesquin et Merville comprend la Lille Métropole Communauté Urbaine, la Région et la CCFL (deux élus siègent au SMALIM, Marc Delannoy, président, et Jacques Parent, vice-président au Développement Durable).


I N terCoMMUN ALi té

Les 12 et 13 juin, a été inaugurée la base de loisirs Eolys, conçue par la Communauté de Communes Flandre Lys. Ces deux journées festives ont attiré des milliers de visiteurs, curieux de découvrir ce nouveau site ludique et pédagogique dédié à l’aéronautique. Eolys s’étend sur 33 hectares et permet une valorisation passant par 3 axes : le maintien et le développement de l’activité des clubs présents sur le site par la création de locaux, l’amélioration du côté touristique du lieu et de l’accueil de tous les publics par la présence d’un restaurant et d’un lieu de promenade et de loisirs et le traitement paysager de la zone. Le bâtiment principal centralise les différentes activités, c’est le point de départ et de retour de toutes les activités. Il propose l’accueil du public, un restaurant avec terrasse baptisé l’Air du Temps, une salle polyvalente, les bureaux des associations, des salles de cours et de réunions et des locaux techniques avec matériel pédagogique. Les nombreux équipements du parc s’articulent en deux volets, les sensations et l’initiation. Les premières sont possibles grâce à certains aménage-

ments permettant différentes "mises en situation" conçues comme des jeux… La base est traitée de manière ludique offrant ainsi aux plus jeunes de véritables terrains de jeux et d’éveil, les invitant à vivre leur propre expérience "grandeur nature". La seconde est liée aux différents aspects de l’histoire de l’avion. Il s’agit d’un parcours jalonné, notamment par des bornes, à la manière d’un grand jeu de piste.

l'aéronautique...”, a-t-il précisé. En effet, le sud de l'aérodrome, devenu base de loisirs scientifique et technique, n'est pas simplement une opération de réhabilitation de friche et d'intégration paysagère d'un délaissé issu de la seconde guerre mondiale, ancienne base de l’OTAN, Eolys est aussi un outil d'aménagement du territoire et le vecteur d'un nouvel élan économique de la FlandreLys.

Les parcours pédestres de la base de loisirs sont jalonnés de balises et d’ateliers voués à vulgariser toutes les composantes de l’aéronautisme et de l’art de voler. On y trouve : le mur du son et le souffle d’Eole, les maquettes géantes, le cockpit 747, les espaces de jeux pour enfants, les carlingues, le belvédère, le jardin à bosses et un parcours d’orientation.

“Comme tous les élus de la CCFL, je me félicite de cette réalisation car Eolys va accélérer notre processus de désenclavement : il fera levier sur la réalisation de la voie rapide Béthune-Merville et sur l'ouverture de notre ligne ferroviaire au service voyageurs. Eolys va également jouer un rôle important dans la mise en oeuvre du projet de campus aéronautique actuellement piloté par le SMALIM”, a affirmé Jacques Parent, en saluant la présence d’Alain Wacheux, Vice-Président aux Transports du Conseil Régional et en sollicitant son soutien actif.

Dans son intervention lors de l’inauguration d’Eolys, le Maire de Merville a mis en évidence que c’était une magnifique réalisation. “Le sud de l'aérodrome de Lestrem-Merville-Calonne était jusqu'à présent une friche. Grâce à la Communauté de Communes Flandre-Lys, cet espace devient une base de loisirs, gratuite, ouverte à tous, à la famille, aux centres de loisirs, aux passionnés de

Le Maire de Merville félicita le Président Marc Delannoy et ses collègues de la CCFL, en particulier Hubert Bouquet, pour avoir conçu un véritable projet de développement local.

La base de loisirs, avec ses ateliers ludiques et pédagogiques ainsi que les aires de jeux et de pique-nique, est ouverte gratuitement au public, tous les jours de 9 à 21 heures.

9


éCoNoMie A2S Conseil : la formation des professionnels Installé à Lille depuis une année, Dominique Desein a, récemment, établi sa société à Merville au 20 Avenue Clémenceau. A2S Conseil propose divers services de conseil, de formation, d’accompagnement et diagnostics pour les professionnels (entreprises ou collectivités) dans plusieurs domaines : qualité, hygiène, sécurité, environnement, développement durable, santé, sécurité des travailleurs … Des formations intra ou inter entreprises (local adapté) sont proposées.

En avril, Sébastien Delaval et Isabelle Manuel ont repris le Domaine des étangs, rue de Maroeuil. Le domaine compte treize étangs de pêche à la truite, dans un cadre tranquille et reposant, et une brasserie snack où sont proposées, chaque samedi, des soirées dansantes.

Contact : 06 10 41 41 85 tel/fax : 03 28 43 85 04 Courriel : a2sconseil@gmail.com

L’agence Da Vinci Com Agence spécialisée dans la communication basée à la Chapelle d’Armentières, Da Vinci Com a désormais un bureau à Merville, rue du Docteur Rousseau. Récemment lauréat d’une bourse octroyée par le Rotary, Matthieu Herreman a décidé de s’installer dans la Cité des Caous dans laquelle il a l’habitude de travailler, notamment avec des entrepreneurs locaux. Da Vinci Com propose de multiples services aux professionnels : conseils en stratégie de communication, conception et édition de document, événementiel… L’agence s’est surtout fait connaître dans la région avec son service de location de camions publicitaires. Elle s’implique également dans le champ du développement durable en élaborant des partenariats avec Nord’imprim et CO2 Solidaire par exemple.

Domaines des étangs

Boulangerie Peggy et Jean-Pierre Carré La boulangerie du 19 rue Faidherbe a changé de propriétaires. Auparavant employés en boulangerie à Lens, Peggy et Jean-Pierre Carré, ont repris le flambeau en septembre. L’ensemble du personnel de l’ancienne boulangerie a été gardé et Jean-Pierre Carré apporte son savoir-faire de pâtissier. Son épouse s’occupe de l’accueil de la clientèle.

Horaires d’hiver d’octobre à février : de 8h à 18h Horaires hors période hivernale : de 7h à 19h. Tél. 03 28 42 84 59

Nord PCS

Depuis quelques mois Sébastien et Michaël Camporelli ont monté leur société Nord PCS, à Merville, aux Jardins de Flandre. L’activité principale est la pose de plafonds tendus. Ils redonnent ainsi vie aux plafonds démodés, fissurés, sales… Ouvert du mardi au dimanche matin de 5h30 à 12h30 et de 14h30 à 19h

Renseignements au 06 60 94 25 29 ou au 06 24 15 80 94 Courriel : nord.pcs@live.fr

Fisac : la tranche 2 va bientôt démarrer

Renseignements au 03 20 57 62 83, Ouvert du lundi au vendredi Uniquement sur RDV

10

La tranche 1 terminée, la deuxième tranche du Fonds d’Intervention pour les Services, l’Artisanat et le Commerce va débuter au mois de janvier. La Municipalité a choisi d’axer ce volet, qui s’étend jusque fin 2012, sur l’aide aux vitrines (rénovation, mise en sécurité, accessibilité). Un petit sondage avait eu lieu en début d’année 2010 pour estimer le nombre de projets. Un comité de pilotage, composé d’élus mervillois et de techniciens de la commune, du Pays Cœur de Flandre, de la Chambre de Commerce et d’Industrie et de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, travaille à la rédaction d’un cahier des charges à destination des professionnels. Très bientôt, une communication spécifique sur le sujet leur parviendra. Renseignements : Evelyne Collier 03 28 48 20 22.


éCoNoMie Batexpert, expertises immobilières Mervillois d’origine, Régis Wexteen a quitté le béthunois pour implanter sa société, Batexpert, dans la Cité des Caous. La société est spécialisée dans l’expertise dans le bâtiment, le diagnostic immobilier, amiante, plomb, termites, DPE, gaz, électricité, constat de logement décent, état des lieux “prêt a taux zéro”, contrôle de malfaçon dans la réalisation de constructions… Régis Wexteen est, par ailleurs, agréé auprès de la cour d'appel de Douai.

Clément Olivier, plombier-chauffagiste Après une expérience dans le domaine pendant 7 ans, Clément Olivier a lancé, à Caudescure, son activité artisanale axée sur la plomberie, chauffage, entretien, dépannage, réalisation salle de bains, solaire, pompes à chaleur.. Il intervient chez les particuliers de Merville et environs. Contact 06 31 80 42 45 - Courriel : olivier_clement@yahoo.fr

Epicerie chez Marie Marie Rincon connaît bien le commerce à Merville puisqu’elle y tenait un salon de toilettage canin. Depuis le début de l’été, elle a changé son activité et a ouvert une épicerie au 20 place de la Libération.

Contact : 18 Quai des Anglais. Tél. 06 11 62 43 42 Courriel : hw.batexpert@yahoo.fr

Horaires : du lundi au samedi de 9h30 à 12h et de 14h à 20h30 ; le dimanche de 10h à 12h et de 14h à 20h30. Fermeture le mercredi après-midi.

Boulangerie-épicerie : Au fournil des deux ponts La boulangerie située près des Deux-Ponts a de nouveaux propriétaires. Cédric Cerouter et son épouse Valérie Delmaere, fille des anciens commerçants, ont repris les rênes. Ils en ont profité pour baptiser la boulangerie “Au fournil des Deux-Ponts”. La boulangerie est tenue par la famille Delmaere depuis quatre générations. Horaires : de 6h à 13h et de 14h15 à 19h15 fermé le jeudi de dimanche après-midi Tél. : 03 28 48 30 53 Courriel : cerouter.cedric@orange.fr

11


SoCiAL Insertion Un partenariat pour l’emploi Le service local de l’emploi, présenté dans le Merville Infos n°33 travaille régulièrement avec divers partenaires comme Pôle emploi, la mission locale... Mais il travaille également pour l’insertion avec des associations et professionnels. Avec l'AIREME : En juin, la commune a lancé un appel d’offres pour le remplacement ponctuel des agents communaux. Pour mémoire, en 2009, il a été pourvu 16000 heures de remplacement ce qui représente la somme de 134 000 euros (à laquelle s’ajoute le salaire des employés remplacés pour les absences de courte durée). La municipalité a donc décidé de réorganiser son système de remplacement et de recourir à un prestataire pour pourvoir ces remplacements. Trois candidats se sont positionnés. C’est l’Association Intermédiaire Relais Emploi de Merville et Environs (AIREME) qui a remporté le marché. Les points forts de la candidature mervilloise étaient le coût et la proximité. Le remplacement bref du personnel d'entretien ou de cantine par le biais de l’AIREME contribue à l'insertion par l'emploi car l’association travaille avec des demandeurs d'emploi de longue durée. Le personnel recruté peut ainsi s’ouvrir à d’autres possibilités : formation, cumul des contrats… Cette action permet également un gain de temps considérable pour la gestion des remplacements puisque les personnes sont salariées par l’AIREME et non plus par la commune. Avec Manpower : parallèlement, Evelyne Collier, maire adjointe à l’emploi travaille avec l’agence Manpower d’Armentières. Cette collaboration permet à l’élue de positionner des demandeurs d’emploi reçu lors de sa permanence sur des missions intérimaires dans les entreprises privées locales et extérieures.

Centre Communal d’Action Sociale un projet politique redéfini

Durant plusieurs mois, les administrateurs et les salariées du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) se sont réunis, avec l’appui d’un professionnel de la communication, pour définir son nouveau projet politique. Ce dernier a fait l’objet d’une très large concertation en direction de ses partenaires associatifs et institutionnels. Une plaquette a été présentée lors de l’inauguration de la résidence-services “Les Récollectines” (lire en page 15). Elle a fait l’objet

de remarques, d’observations et de corrections lors de la journée de formation à l’économie sociale et solidaire (lire en p.14). Sur la base de ces différentes concertations, le CCAS a mis en évidence dans un document à vocation pédagogique qui s’adressé à toutes les familles ayant des besoins particuliers : logement, aide à domicile, portage de repas… ou qui rencontrent des difficultés passagères : accident de la vie, chômage, fin des droits sociaux… L’ambition du CCAS est de s’adresser à toutes et tous. En effet, on peut tous, un jour ou l’autre, être en difficulté ou en situation de fragilité à cause d’une séparation ou de la perte d’un emploi. On peut tous avoir près de soi des jeunes, des parents ou des anciens ayant des difficultés psychologiques ou des problèmes d’addiction.

Mobilisation contre la misère

Créer du lien par l'emploi Depuis le mois de juin, Maurine Dubois a rejoint l'effectif du CCAS mais aussi celui de SESAME au sein d’Idées. En fait, chacune des structures avait besoin de quelqu'un à temps partiel. La municipalité a proposé d'embaucher une seule personne pour les deux postes. Cette solution permet au CCAS et à SESAME, le Service d'insertion spécialisé dans l'accompagnement et la médiation économique, de travailler plus facilement ensemble grâce à Maurice Dubois qui crée le lien.

12

La journée du refus de la misère initiée par le Centre Communal d’Action Sociale a mobilisé bon nombre d’associations mervilloises cette année encore. Le samedi 16 octobre, les associations caritatives de la ville et Terre d’errance ont investi la place de la Libération. De la présentation de leurs activités au partage d’une soupe ou d’un café, les associations,

toutes générations confondues, s’étaient réunies par solidarité pour que la misère ne soit plus une réalité. Un cercle de silence, la lecture de poèmes et un lâcher de ballons ont clôturé la journée d’animations. La plupart de ces associations organiseront, pour la troisième année consécutive, le 31 décembre, le réveillon solidaire. Renseignements au CCAS.


SoCiAL

Le projet du CCAS est d’accompagner les personnes, sans apriori et en toute confiance, et de répondre à leurs besoins sociaux en mettant en place des services de qualité et en s’appuyant sur des partenaires extérieurs, en particulier les associations. Ce travail de redéfinition de la politique sociale a permis à l’établissement public, présidé de droit par le maire de la commune, d’affirmer des valeurs sur lesquelles il appuie son action. Le CCAS s’efforce de lutter contre toutes les exclusions, de responsabiliser les personnes accueillies et accompagnées, de promouvoir la citoyenneté active… Les administrateurs et les salariés du CCAS ont vocation à participer avec leurs partenaires au développement social local dans le cadre d’un service public respectueux des personnes et désireux de répondre aux besoins sociaux des habitants. Le CCAS gère plusieurs services (cf. encadré) et est animé au quotidien par une équipe dynamique dirigée par Anne-Sophie Verwaerde, secondée par Régine Dufossé. Six chefs de service assurent l’encadrement de l’établissement : Jocelyne Sottiez, Maurine Dubois, Lucie Deberdt, Cathy Vermeulen, Corinne Lemaire et Danielle Delourme. Une trentaine de salariés permettent aux services de fonctionner, soit 22 équivalentstemps-plein.

Le service “Aide Sociale” est chargé d’accompagner les personnes dans les démarches de la vie quotidienne. Il s’agit de les aider à se nourrir, à se vêtir, à rechercher un emploi ou une formation, à retrouver leurs droits, à monter un dossier de RSA, de surendettement ou de CMU. Le CCAS attribue des aides : secours en nature, dons d’achat, micro-crédit social, prêts remboursables… Pour répondre aux différents besoins, il s’appuie aussi sur des associations et institutions spécialisées. Le service “Logement” est ouvert aux familles qui recherchent une habitation à loyer modéré, et qui ont besoin d’un Fonds Solidarité Logement… Il s’agit de recenser l’offre et la demande, d’analyser la situation du logement, de mobiliser des bailleurs publics et privés, de lutter contre le logement indigne et indécent… Le service “Personnes âgées et/ou handicapées”, via le maintien à domicile, le portage de repas et la télé alarme, a pour but d’aider les personnes à mieux vivre chez elles, en maintenant du lien social.

13


éCoNoMie soCiALe et soLidAire Les acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire réunis pour mieux travailler ensemble Le Développement Social Local ne peut être s’il n’existe pas une synergie entre les acteurs locaux du Service Public (élus et salariés de la ville et du CCAS) et de l’Economie Sociale et Solidaire (bénévoles et salariés des associations). Le 3 septembre, une journée de formation à l'Economie Sociale et

Solidaire à destination du personnel de la mairie et du Centre Communal d'Action Sociale (CCAS), mais aussi des administrateurs du CCAS et des représentants des associations du Groupe Idées a eu lieu à l’Espace Culturel Robert Hossein. La rencontre s’est déroulée en plusieurs

Qu’est-ce que l’Economie Sociale et solidaire ? Le terme d'économie sociale et solidaire désigne un ensemble d'initiatives économiques à finalité sociale qui participent à la construction d'une nouvelle façon de vivre et de penser l'économie. L’ESS fonctionne sur des principes d'égalité des personnes, de solidarité entre membres et d'indépendance économique. La notion d’économie sociale se réfère plutôt à des organisations identifiées par leur statut et occupant une place importante dans la vie économique (les coopératives, les mutuelles, les associations et les fondations)... Le terme de "Solidaire" fait référence à des activités visant à expérimenter de nouveaux "modèles" de fonctionnement de

l'économie, tel le commerce équitable, l'insertion par l'activité économique, les réseaux d’échanges et de savoirs... Les grands principes : 8 Il s’agit d’entreprendre pour autre chose que de partager des dividendes. Bien au contraire, l’ESS a pour objet de veiller à ce que les actifs accumulés demeurent au service du projet. 8 L’homme au cœur de l’ESS. Les salariés détiennent le capital de la structure ou sont réinvestis. Elles sont gérées démocratiquement : une personne = une voix. 8 L’intérêt général et non particulier. 8 L’hybridation des ressources (fonds publics et/ou privés). Les trois sources de revenus pour l’ESS sont d’ordre marchand (prestations), non-marchand (subventions) et non-monétaire (bénévolat, don…).

temps : le premier pédagogique, fixant les objectifs, et le second consacré aux partenariats déjà existants entre les différentes structures et aux perspectives de développement. Les objectifs d’une telle entreprise sont de mobiliser les acteurs, de créer une dynamique de projet et de renforcer la notion de diagnostic partagé. La notion d’Economie Sociale et Solidaire (cf. encadré) est d’ailleurs le principal axe de l’Agenda 21 que la Ville de Merville met en place. Cet axe est prioritaire au regard de la situation sociale locale (chômage…). La deuxième partie de la rencontre était consacrée aux partenariats déjà existants en la matière et aux perspectives de développement de ces partenariats. Chaque structure travaille déjà en collaboration avec d’autres. Le Merville infos en fait régulièrement état. Dans ce numéro par exemple, on peut retrouver des actions-phares comme la lutte contre le refus de la misère, le projet politique du CCAS, le travail lié à l’insertion entre la commune et l’AIREME… Depuis 2008, la commune met en œuvre une politique partenariale. Le premier et plus important travail a été de développer les relations avec le Centre Social Jacques Brel (gestion des centres de loisirs par exemple).

Notre ambition est de mieux faire travailler ensemble les élus, les “ bénévoles et les salariés de la ville, du CCAS et des associations pour développer le service public et l’économie solidaire. ”

14


LoGeMeNt “Les Récollectines” inaugurées ! Sous le soleil de juillet, la résidence-service “les Récollectines” a vécu sa journée d’inauguration en présence de nombreuses personnes. Didier Maniez, vice-Président du Conseil Général du Nord en charge des personnes âgées, Marcel Binoit, directeur général de Logis 62, Jean Rapaille, maire honoraire, et Jacques Parent, maire et conseiller général ont procédé à la traditionnelle coupure de ruban avant la visite des lieux.

Annie Tronquoy a indiqué aux visiteurs que si les changements ont été nombreux, elle a veillé à sauvegarder la “spiritualité” du bâtiment, notamment la chapelle qui abrite désormais la salle commune et l’espace de lecture. Lors de cette matinée d'inauguration, des logements ont été ouverts aux visiteurs. Ils ont ainsi pu découvrir des lieux de vie différents où chaque résident a apporté sa touche personnelle.

Lors des discours, Evelyne Deloux, vice-présidente du CCAS, a donné la parole à Georgette Crémery, toute première résidente et doyenne, qui a partagé son plaisir de vivre aux Récollectines. Marcel Binoit et Jacques Parent sont revenus tous deux sur la collaboration efficace entre Logis 62 et la commune. Didier Manier, vice-président du Conseil général, s’est émerveillé devant ce "havre de paix" et cet exemple de partenariat constructif.

Un film retraçant la période des travaux et la vie dans la résidence a été projeté en préambule. Ouverte en mai 2009, la résidence-services “Les Récollectines” a connu une véritable transformation depuis la décision de le rénover il y a six ans. Pour mémoire, la résidence-services est gérée à la fois par Logis 62 pour les logements, et par le CCAS pour les services, dans le cadre d'une convention de gestion équilibrée.

Information aux propriétaires

La Garantie universelle des Risques Locatifs (GRL)

Les travaux se sont déroulés sous la direction de l’architecte mervilloise, Annie Tronquoy. Une quinzaine d’entreprises locales ont œuvré de concert pour la réhabilitation des bâtiments. L'ancien couvent a été totalement rénové afin d'y construire 42 logements (25 dans le bâtiment principal et 17 maisons dans les jardins).

La garantie des risques locatifs (GRL) est un dispositif qui permet de couvrir totalement : les risques d'impayés de loyers, charges comprises, les dégradations locatives sur toute la durée du bail, les frais de procédures en cas de défaillance du locataire. Elle vise à favoriser l'accès et le maintien dans le logement. Pour bénéficier de cette garantie le bailleur doit souscrire un contrat d'assurance GRL dénommé "contrat socle GRL". Il doit ensuite s'assurer au vue des pièces transmises par le candidat locataire de son éligibilité au contrat socle GRL. Le bailleur doit transmettre ces pièces à l'assureur. S'agissant des locataires déjà en place dans leur logement, pour bénéficier de la garantie GRL, le

bail doit dater d'au moins 6 mois avant la date de souscription du contrat socle GRL et il ne doit pas y avoir 2 mois consécutifs ou non, d'impayé total ou partiel de loyer (au cours des 6 mois précédant cette souscription). Tout propriétaire bailleur du parc privé qui le souhaite peut souscrire un contrat socle GRL en s'adressant à une compagnie d'assurance de son choix qui a adhéré au dispositif. Ce contrat peut être souscrit individuellement ou par un groupe de propriétaires bailleurs gérant plusieurs lots. Le propriétaire bailleur doit s'acquitter d'une prime d'assurance dont le taux est librement fixé par l'assureur et indépendamment de la situation financière du locataire. Source : http://vosdroits.service-public.fr

15


UrBANisMe Les jardins de Flandre en lice aux Victoires du Paysage 2010 Initiées par des professionnels, les Victoires du Paysage veulent mettre en lumière les maîtres d’ouvrage exemplaires qui ont recours aux véritables professionnels du paysage.

Les objectifs sont de : 8 sensibiliser les élus, les chefs d’entreprise et les particuliers à la démarche paysagère et à la prise en compte du végétal dans leurs projets d’aménagement ou de construction afin de favoriser l’intégration du végétal dans le milieu urbain. 8 valoriser le recours aux professionnels du paysage dans chaque projet d’aménagement paysager en promouvant les métiers du paysage. Le concours est ouvert aux maîtres d’ouvrage privés et publics qui présentent des aménagements paysagers, achevés il y a moins de 5 ans, et réalisés par des professionnels du paysage : un architecte-paysagiste pour la conception, une ou plusieurs entreprise(s) du paysage pour la mise en œuvre et un ou plusieurs pépiniériste(s) pour la fourniture des végétaux. Pour l’édition 2010, les professionnels ayant travaillé en collaboration avec Nexity Foncier Conseil pour la Zone d’Aménagement Concertée “Les Jardins de Flandre”, ont été présélectionnés pour le Prix du Public. Il s’agit de PICT PAYSAGES de Roubaix (architecte paysagiste), de la société COCKEMPOT de La Bassée (entreprise du paysage) et du pépiniériste DRAPPIER de Lecelles. Le Prix du Public est ouvert jusqu’au 15 novembre 2010 sur le site http://www.lesvictoiresdupaysage.com rubrique Prix du Public

16

La commune adhère à l’AULAB En septembre, Le Conseil Municipal a approuvé à la majorité l’adhésion de la commune à l’Agence d’Urbanisme de l’Arrondissement de Béthune, présidée par Alain Wacheux. Une convention d’objectifs a été signée. AULAB a été créée en 2005 sous la forme d’une association de loi 1901 par la Communauté d’Agglomération Artois Com, les Communautés de Communes ArtoisFlandres, Artois Lys et Noeux et Environs, les villes de Béthune et de Bruay-la-Buissière et le Syndicat Mixte pour le SCOT de l’Artois. Les principales missions de l’AULAB sont : 8 L’observation permanente des phénomènes urbains et l’appréhension des territoires et leur fonctionnement. 8 L’analyse par le biais d’études ou de rapports, assortie de propositions d’actions ou de conseils. 8 L’accompagnement des collectivités territoriales dans l’élaboration de leur document de planification ou de programmation à l’échelle du pays, de l’agglomération, des communes ou des quartiers. 8 La gestion de projet, en proposant des projets alternatifs et des transferts de savoir-faire… La principale mission de l’agence d’urbanisme est d’accompagner la ville dans son projet de révision du PLU et de travailler sur le désenclavement ferroviaire, routier et fluvial de Merville du territoire Flandre-Lys en lien avec les partenaires concernés. Dans le cadre de cette adhésion, l’AULAB mènera également des études liées à l’aménagement et à l’urbanisme, en particulier sur le secteur “gare” du projet communal d’éco-quartier.


Dossier Le sous-préfet de Dunkerque en visite chez les Caous Le jeudi 30 septembre, Jérôme Gutton, souspréfet de Dunkerque, a passé l’après-midi à Merville. En poste depuis le 1er janvier, le représentant de l’Etat aime à se rendre sur le terrain pour mesurer l’importance et l’ampleur des projets du territoire dont il a la charge. Tenu par un agenda très chargé, le haut fonctionnaire avait deux heures trente à consacrer à la commune. Jacques Parent, maire et Conseiller général, a planifié la visite de façon à ce qu’elle soit la plus parlante et la plus exhaustive possible. Ainsi la visite a commencé par un périple en bus d’une heure. Cette balade instructive a permis à Jérôme Gutton de visualiser les principaux sites de la commune : l’aérodrome, la Société Roquette, la friche Engrais-Nord-France, les Prés de la Ville, les Jardins des Flandres, le futur site de la Centrale Solaire … De retour en mairie, les orateurs se sont succédé pour la présentation des dossiers et projets importants de la commune (lire en page centrale). Un maximum d’informations a été donné en un minimum de temps. Jacques Parent a insisté sur le projet de plateforme multimodale, pour le désenclavement ferroviaire, routier et fluvial de Flandre-Lys (lire en page 20).

17


Jérôme Gutton s’est avoué impressionné par cette visite. “Je me doutais bien qu'il se passait beaucoup de choses ici. Je suis frappé des énergies et des talents déployés ici pour avancer en matière de sécurité, de développement économique et durable, de cohésion sociale” a-t-il déclaré. “Sur le développement durable, il suffit de vous écouter pour le comprendre, et je me réjouis que ce n'est pas seulement un discours, mais bien une réalité que vous faites vivre aux Mervillois. Je me réjouis de tout ce que vous faites”, a continué le haut fonctionnaire. En matière de Développement Economique, il s’est déclaré sensible a tout ce

qui pourrait contribuer à développer ou conforter le territoire : “C’est une chance formidable de compter une entreprise comme Roquette”. Son intervention s’est terminée par le barreau fluvial : “Les enjeux portuaires, fluviaux qui se jouent ici sont des enjeux nationaux ! Aussi, je ne peux pas ne pas être interpelé par la plateforme multimodale. Je veillerai à attirer l’attention du Préfet de Région sur ce sujet. Si j’étais conscient du problème, jamais je n’avais eu une vision aussi claire des enjeux” a-t-il conclu en demandant une note sur le sujet au Maire après avoir entendu Christian Decocq, consultant pour le GERIF (Groupement des Entreprises Régionales d’Intérêts Fluvial)..

Vers une 5ème plateforme multimodale reliée au canal Seine-Nord Le Conseil Municipal de Merville a voté à l’unanimité une motion en faveur du désenclavement ferroviaire du territoire Flandre Lys en invitant les différentes communes concernées à délibérer dans le même sens. Toutes ces communes ont appuyé la démarche. Sur cette base, des contacts ont été établis avec l’entreprise Roquette pour travailler sur la cohabitation entre le fret et les voyageurs sur la ligne Lestrem-Armentières. La Commune et l’entreprise se sont livrées à un exercice de développement durable consistant à concilier l’intérêt de l’entreprise (transporter le plus de marchandises possible par voie ferroviaire pour limiter les camions) et la demande sociale (une étude de la Région a mis en évidence qu’il existait un potentiel de 3000 trajets aller-retour par jour sur la ligne Flandre Lys). Les élus de la Communauté de communes Flandre-Lys ont appuyé la démarche. Une déclaration commune en faveur du développement ferroviaire fret et voyageurs a été signée par les maires des sept communes et les dirigeants de la société Roquette le 23 septembre dernier. Parallèlement, le travail se poursuit sur le désen-

clavement routier : 8 Projet de gare routière de 100.000 m² élaboré par Roquette pour entreposer les camions. 8 Poursuite par le Conseil Général du Pas-deCalais de la voie rapide Béthune-Merville. 8 Etude d’accessibilité de la Flandre Lys à l’A25 par le Conseil Général du Nord. Le travail se poursuit également concernant le fluvial via le barreau Merville-Béthune qui constitue un enjeu fort pour le développement de Roquette et le port de Dunkerque. En effet, l’approvisionnement de l’usine à hauteur de 7000T de céréales par jour pourrait se faire en grande partie par barge et ainsi limiter le trafic routier : chaque jour, 450 camions entrent et sortent de l’usine. L’ensemble des travaux sur le désenclavement ferroviaire, routier et fluvial a conduit les maires de Merville et Béthune à concevoir, en concertation avec le député-maire de Dunkerque, Michel Delebarre, la 5ème plateforme multimodale reliée au projet de canal Seine-Nord-Europe. Ce projet de plateforme est élaboré avec l’appui technique du GERIF (Groupement des Entreprises Régionales d’Intérêt Fluvial).


Vie AssoCiAtive Cercle Généalogique de la Vallée de la Lys Gérard Valentin distingué En juin dernier, Gérard Valentin, président honoraire du Cercle Généalogique de la Vallée de la Lys, a reçu la médaille de la Ville des mains de Jacques Parent, maire et conseiller général. Le bénévolat étant la base fondamentale du bon fonctionnement des associations, il est apparu essentiel à Jacques Parent de mettre à l’honneur Gérard Valentin. Cette distinction symbolique récompense ses vingt années de bénévolat, dont seize en tant que président. Agé de 77 ans, Gérard Valentin est né dans le quartier de ses aïeuls à Isbergues. Avant de s’intéresser à la généalogie, Gérard Valentin était surtout historien local.

Plus précisément l’histoire de la batellerie d’autrefois, sa voie d’eau et les ouvrages d’art. Il faut dire qu’il est né à deux pas du canal. Il a régulièrement fait des conférences sur le sujet. De là, a découlé la généalogie. Sa passion pour l’histoire lui a donné l’envie de connaître les hommes. “Les hommes font l’histoire” dit-il. Son épouse était déjà une adepte. Ils ont d’abord adhéré à l’association généalogique du Pas de Calais (AGP), il était responsable de l’antenne d’Aire. Puis le couple a rejoint le Cercle Généalogie du haut bassin de la Lys en 1989. Son épouse a beaucoup d’ancêtres à Merville.

On retrouve d’ailleurs bon nombre de patronymes locaux dans son arbre. Gérard Valentin a particulièrement apprécié sa vie au sein du club. Il a décidé de passer le flambeau, en avril dernier, à l’un des piliers, José Hamelin.

“Au Cas où” habille même les géants !

Le Club Cinéma, fringuant trentenaire ! Né en 1980, sous l’impulsion d’un petit groupe de passionnés de cinéma, le club cinéma a fêté ses trente ans au mois de mai dernier. Pour fêter cet anniversaire, rendez-vous a été fixé à l’ancienne église de Caudescure pour une semaine d’exposition. Deux expositions étaient proposées : sur les cinémas de la région, sur du matériel de cinéma professionnel et amateur. Les scolaires ont également été invités à découvrir le monde du grand écran durant la semaine. Cinéphiles avertis ou amateurs, mais tous

passionnés, composent le dynamique Club cinéma. Au plus fort de son activité, l’association a compté une cinquantaine de membres. Si la promotion de l’offre cinématographique était sa préoccupation d’origine, l’association est vite passée à la vitesse supérieure en s’intéressant à l’action culturelle de manière plus générale. Foire aux disques, ciné passion, éditions de livres d’histoire du cinéma ou locale, animations et soirées débats à l’espace culturel Robert-Hossein… le club cinéma est devenu en trente ans un véritable pilier de la culture locale !

L’atelier de couture de l’association Sac au Dos “Au cas où” a relevé un défi de taille au mois de juin : habiller le géant haverskerquois, Mister Philibert, alias Tit’Batisse ! Il a fallu pas moins de 15 kg de tissus pour vêtir ce clown de 3,50 mètres de haut, 3,60 mètres de tour de taille pesant 30 kg. Bravo aux couturières !

21


DéveLoPPeMeNt dUrABLe Le collège Henri-Dunant se dote d’un agenda 21

En 2008, le Conseil Général du Nord a cherché dix établissements susceptibles de devenir “Collège pilote Agenda 21”. Le collège Henri Dunant de Merville a proposé sa candidature. Celle-ci a été retenue. Durant deux ans, la société coopérative ExtraMuros, spécialisée dans la conduite de projets en développement durable, a pu accompagner le comité de pilotage formé d'une quinzaine de membres. Durant l'année scolaire 2008-2009, un diagnostic du collège au regard du développement durable a d'abord été réalisé, afin de déterminer les priorités de l'établissement. Un plan d'actions a ensuite été élaboré. Quatre axes de travail ont été choisis : développer la sensibilisation des élèves à

l'éco-citoyenneté, intégrer des produits issus de l'agriculture biologique au restaurant scolaire, améliorer la communication au sein du collège et y favoriser le développement de la biodiversité. Au cours de l'année 2009-2010, de nombreuses actions ont été mises en place :

8 repas bio, spectacles et expositions liés au développement durable, interventions d'associations (Artisans du monde ...), 8 pose de nichoirs fabriqués par les élèves de SEGPA… Cette année sera l'occasion de mener de nouvelles actions, telles que la visite du Centre de Valorisation Organique de Blaringhem avec des élèves de 5ème, la création d'un logo de l'Agenda 21 du collège sous forme de concours avec les classes de 4ème ou encore la plantation d'oyats à Zuydcoote par les élèves de SEGPA. L'opération “Nettoyons la nature”, première action de l'année, a eu lieu le 24 septembre dernier.

Avec “Plantons le décor”, jardinons autrement "Plantons le décor" est coordonné depuis 1983 par le Centre régional de ressources génétiques (CRRG) situé à Villeneuve d'Ascq. L'objectif de l'opération est de permettre à chacun de participer à une commande groupée de végétaux bien adaptés au Nord-Pas de Calais. L’opération rassemble désormais 20 territoires partenaires, dont le Pays Cœur de Flandre, et concerne 3 millions d’habitants de la région Nord -Pas-de-Calais. Près de 150 arbres, arbustes et fruitiers sont proposés dans un catalogue édité chaque année en septembre. Ces végétaux sont préparés et vendus par des pépiniéristes partenaires du Centre régional de ressources

22

génétiques. Les clients prennent livraison de leur commande de végétaux à des dates et dans des lieux précis. Des démonstrations, conseils et stages pour aider les jardiniers amateurs et les professionnels avertis sont organisés toute l'année. De nombreux thèmes sont proposés pour permettre à chacun de contribuer à l'enrichissement de la biodiversité : l'aménagement d'un jardin naturel, de prairies fleuries, l'implantation d'abris à auxilliaires… En participant à l’opération Plantons le décor, c’est un acte concret pour la nature et les paysages de la région qui est effectué. Particuliers, collectivité ou entreprise, il est possible de commander soit en renvoyant le bon

de commande disponible sur la brochure en mairie soit en réservant en ligne sur www.plantonsledecor.fr. Commander un arbre avec “Plantons le décor” : 8 C’est préserver la biodiversité, en plantant différentes espèces et variétés d’arbres et d’arbustes adaptées aux spécificités régionales, en semant des “prairies” fleuries qui feront le bonheur des papillons ; 8 C’est agir pour mettre en valeur les paysages des territoires de la région ; 8 C’est améliorer aujourd’hui votre cadre de vie, et demain celui de vos enfants ; 8 C’est avoir le choix parmi une sélection de 100 variétés d’arbres fruitiers et plus de 50 espèces d’arbres et arbustes.


DéveLoPPeMeNt dUrABLe Enquête Agenda 21 local : les résultats (1ère partie) L'enquête a donné la parole en décembre 2009 aux Mervillois qui voulaient bien s'exprimer sur sept thèmes liés au développement durable et donc à l'agenda 21 local. Il ne s'agissait pas de faire un sondage sur chacun des thèmes proposés. La municipalité désirait plutôt recenser les idées largement répandues, émanant de l'ensemble des Mervillois. 185 questionnaires ont été retournés, très largement remplis dans l'ensemble, sur papier ou par internet, ce qui nous paraît très bien pour une telle consultation où il ne suffisait pas de cocher des cases, mais au contraire d'exprimer ses idées, ce qui est plus difficile et demande du temps. Bernard Loridan, Adjoint en charge du développement durable adresse donc un grand merci à tous ceux qui s'y sont exprimés, ainsi qu'aux boulangers qui ont collecté les réponses, sans oublier Laurent Janas et Quentin Delrue qui ont dépouillé bénévolement les réponses. Le premier thème concernait la vie dans les quartiers et la vie associative. Qu'en ont dit les Mervillois ? D'abord, 73 personnes sur 120 estiment avoir suffisamment de contacts positifs dans leur quartier, ce qui n'empêche pas 47 Mervillois de demander plus de fêtes, ainsi que des comités de quartier. Certains ont suggéré la mise en place de délégués de quartier. Sur les 115 cas de nuisances relatées, retenons que 48 avaient trait à la circulation, 47 aux nuisances sonores et 14 aux conduites irrespectueuses voire à la délinquance. Mais les Mervillois ont aussi émis des idées pour rendre plus agréable leur quartier. Sur 95 réponses, 26 portaient sur l'aménagement des routes et trottoirs, 23 sur les espaces verts et 11 sur le fleurissement. D'autres citaient le civisme, les animations et la répression, en particulier des déjections canines. Il y a eu moins de réponses concernant des améliorations de la vie associative. Cependant, 28 personnes ont sollicité des rencontres et débats sur ce thème. Si peu d'idées ont été émises également sur le renforcement des liens de solidarité, 33 demandaient plus d'animations de quartier. Plus novatrices, cinq réponses portaient sur la mise en place d'échanges de services (SEL). Par contre, il existe une forte attente de commerces ou prestataires de services supplémentaires sur la commune, même si 37 réponses indiquaient que cette implantation serait vouée à l'échec. Les demandes concernaient les vêtements (44), les chaussures (17), une grande surface (13), le service médical (ophtalmologiste, médecins de garde, radiologue), une boulangerie (au Sart) et bien d'autres, y compris une gare ou au moins un point de vente SNCF. L'enquête, a-t-elle abordé le domaine de la circulation et des transports ? Oui, et il y a même eu un foisonnement d'idées à ce sujet. Les Mervillois ont surtout pensé, et c'est bien compréhensible, aux problèmes rencontrés dans leur rue ou leur quartier. Ils souhaitent une amélioration de la circula-

tion. La réponse qui revient le plus, correspond à une demande de surveillance et de contrôle renforcés (43 fois mentionnée). La vitesse excessive est très souvent accusée : 31 foyers réclament des ralentisseurs et 17 des réductions de vitesse autorisée. Le fonctionnement des feux est souvent incriminé avec une demande citée 16 fois de supprimer celui du Pont des Morts. L'absence de pistes cyclables est déjà déplorée par 20 foyers comme source d'insécurité et 13 autres ont réclamé le développement des transports en commun. 10 fois, le détournement des poids lourds a été cité, voire même la création d'un contournement (7 fois). 9 réponses suggéraient aussi la création de sens uniques (rues des Prêtres, Thiers, des Capucins, Faidherbe, Fer, Centre-Ville). L'absence de gare y est encore citée 5 fois. Mais assez curieusement, le problème du stationnement n'y est mentionné que 6 fois.

A propos des circulations piétonne et cycliste, qu'est-ce qui ressort de la consultation ? Les pistes cyclables sont plébiscitées par 54 foyers, ainsi que les chemins piétons (19 réponses). 13 fois, le stationnement des véhicules sur les trottoirs y a été condamné, mais aussi par 9 fois, le fait que des vélos circulent sur des trottoirs, ce qui, il faut le rappeler, n'est autorisé par le code de la route que pour les enfants de moins de huit ans. On retrouve aussi le fait que des vélos circulent, soir ou matin, sans éclairage (et sans gilet fluo hors agglomération), le manque d'aménagements pour les personnes à mobilité réduite, la présence d'excréments de chiens sur les trottoirs, le mauvais état de certains trottoirs, les sens uniques à introduire pour accroître la sécurité, les zones sans trottoir, le manque de passage-piétons...

La circulation est souvent difficile aux moments des entrées et sorties des écoles et collèges. Qu'ont proposé les Mervillois sur ce problème ?

Et en ce qui concerne le transport par car ?

Ils ont fait preuve d'un grand réalisme, puisque les réponses ont porté 26 fois sur la réglementation et /ou la suppression du stationnement aux abords des écoles et 21 fois sur l'incitation à la marche et l'amélioration des trottoirs, passages piétons et chemins. 10 Mervillois suggèrent aussi la mise en place de navettes par cars.

C'est surtout les problèmes d'horaires, cités 42 fois, qui empêchent une utilisation plus importante des bus, ainsi que le manque de correspondances (21 fois). On y incrimine aussi le manque d'arrêt à proximité (7 fois) et le fait que certains soient totalement pris d'assaut par les scolaires (5 fois). Par contre les 6 foyers qui demandaient une baisse des prix ont déjà pu avoir la satisfaction de la constater depuis la rentrée de septembre.

Maison d’enfants Saint-Victor

Une charte pour lutter contre le gaspillage A la Maison d’enfants Saint-Victor, enfants et éducateurs se réunissent régulièrement au sein des comités vie de maison. Ce temps de parole collectif permet à chacun de mener une réflexion sur l’amélioration du quotidien. De ces rencontres est née la charte de développement durable établie par les enfants eux-mêmes et désormais applicable au sein de l’établissement. La charte comporte plusieurs thèmes déclinés en actions simples permettant de lutter contre le gaspillage et ainsi faire des économies d’énergies. Les thèmes abor-

dés sont l’énergie (éteindre les lumières, fermer les portes…), à table (éviter le gaspillage), l’eau (fermer les robinets…), le matériel scolaire (en prendre soin…), les déchets et les poubelles (l’importance du tri…), le linge (éviter les machines inutiles…) et diverses autres actions comme sensibiliser les autres par exemple. Chaque jeune de la maison et les membres du personnel sont invités à s’engager au respect de la charte. Des évaluations régulières seront effectuées. Il sera ainsi démontré que chaque geste compte.

23


HUMANitAire Des tentes pour Haïti avec le Secours Populaire Français et Abris sans Frontières Le 12 janvier, un séisme meurtrier plonge Haïti dans le chaos avec des centaines de milliers de morts, un million de personnes sans-abri, tout un pays à reconstruire. Le Secours Populaire Français s’est mobilisé de suite et a fait appel à ses comités locaux. Le comité mervillois s’est tout de suite associé à la démarche. Une association mervilloise, “Abris sans frontières”, présidée par Jack Mervil, s’est également mobilisée en plus de son expertise, c’est en tout, un millier de tentes qui a été offert et acheminé sur place en mars. Les bénévoles mervillois ont aidé à charger un container entier de tentes et denrées non périssables. Ces

tentes, d’une durée de vie de 20 ans, possèdent des propriétés coupe-feu antisismiques, d’étanchéité et de résistance au vent. Jack Mervil s’est rendu sur place au printemps pour apporter son expérience et son savoir en matière de structures mobiles. Le comité local a aussi participé à l’envoi d’un container de vivres et matériels à destination des enfants en partenariat avec l’hôpital d’Armentières. Les Mervillois ont grand cœur. Encore une fois, ils viennent de le prouver.

Togo à la page… numérique !

Un an durant, les huit jeunes du projet “Togo à la page” ont œuvré pour trouver le financement nécessaire à l’installation d’un cybercentre à Kpalimé au Togo. Sarah, Juliette, Gauthier, Jérôme, Marie, Cindy, Magali et Florence se sont rendus sur place au mois d’août. C’est avec émotion

Journée des Oubliés des Vacances

qu’ils ont (re)découvert la bibliothèque créée par certains d’entre eux en 2008. Après quelques travaux, ils ont informatisé la bibliothèque et donné des cours d’initiation aux habitants du village. Ce voyage a été aussi l’occasion pour le groupe de se rendre à Samaragou, ville jumelée avec Merville. Cette rencontre avec le comité de jumelage a été très chaleureuse. Hébergés dans les familles, les jeunes du projet ont pu se plonger dans la culture africaine. Revenus riches de souvenirs et d’enseignements, ils sont tous enchantés de ce séjour sur le continent africain. L’association reste à l’écoute des jeunes qui veulent s’investir pour une nouvelle mission. Il suffit de contacter l’association Sac au Dos au centre social Jacques Brel (03 28 48 36 94).

En août, le comité local du Secours Populaire a emmené 125 personnes pour une journée de fête dans la capitale et sa région. Après la Mer de Sable, les oubliés des vacances se sont rendus au Champ de Mars pour une rencontre avec d’autres comités venus de toute la France.

Action pout le Tibet La commune se mobilise à nouveau pour le Tibet et a décidé de répondre à l’appel de l’association France pour le parrainage d’un petit village tibétain. Stéphane Cordier, conseiller délégué à l’humanitaire, est en charge du dossier. Plus d’infos dans le prochain numéro du Merville Infos.

24


JeUNesse Un été bien rempli aux centres de Loisirs

Succès pour le premier tournoi de Le champion de France de Pokemon est Mervillois… ! Frédéric Lesage a choisi sa ville natale pour organiser un tournoi de jeu de cartes Pokemon. L’événement a réuni 22 joueurs venus pour la plupart disputer leur premier tournoi. Ce fut l’occasion pour la plupart de découvrir le principe des tournois. Les organisateurs n’ont pas été avares en conseils sur place. Pour les débutants, des “decks”

(paquets de cartes) ont été prêtés aux enfants. Ce tournoi a permis à beaucoup de pratiquer le jeu de cartes avec les vraies règles. Les 3 sections étaient représentées : 16 juniors ( – de 12 ans) , 3 seniors ( – de 16 ans ) et 3 masters ( 16 ans et + ). Le succès et le bon accueil réservés à l’organisation présagent de la tenue d’autres événements du genre à Merville.

Plus de 600 enfants et ados ont été accueillis durant l’été au centre de loisirs municipal, géré par l’association Sac Au Dos. Encadrés par 90 animateurs, les enfants ont participé à de nombreuses activités : sportives, manuelles, grands jeux, découvertes, séjours, mini-camps, sorties…

Conseil Municipal Junior : Les jeunes élus en action Cela fait un an que les conseillers municipaux juniors sont en place. Depuis, ils se sont rencontrés régulièrement pour mener réflexions et actions. Emmenés par Stéphane Cordier, conseiller délégué à la Jeunesse, les vingt-trois jeunes conseillers ont d’abord mené une réflexion sur les actions à mettre en place. Ils ont ensuite participé au Téléthon, mis en place un site internet, organisé des soirées à thème… Récemment, ils ont rencontré Jacques Parent, maire et conseiller général, pour évoquer les interrogations de leur génération. Il s’est surtout agi de la question des transports. Les bus scolaires sont souvent bondés et les usagers sont parfois dans

l’impossibilité de les emprunter. Jacques Parent leur a certifié prendre ce problème très au sérieux et leur a communiqué le numéro de son secrétariat qui centralise les doléances sur ce sujet. Un point est régulièrement fait avec les services du Conseil Général. Les membres du CMJ lui ont ensuite posé la question de la création d’une piscine sur le territoire intercommunal. Le premier magistrat leur a expliqué le principe de financement d’une telle structure. Outre l’investissement, les dépenses de fonctionnement d’une piscine sont très élevées. Le sujet est toujours d’actualité, mais il faut tenir compte des difficultés financières des collectivités locales. Un autre sujet interpelle la jeunesse : l’attractivité commerciale. Les jeunes Mervil-

lois aimeraient voir leurs enseignes préférées s’implanter dans la Cité des Caous. La ville n’est pas assez importante pour ce genre d’enseignes. Pour développer l’activité commerciale de la ville, il est nécessaire d’œuvrer en direction des professionnels. Le maire leur a expliqué le dispositif FISAC. Petit à petit, le commerce de proximité se développe… Au fil des débats, divers autres sujets ont été abordés : les relations avec les élus, la création d’une semaine des jeunes à l’instar de la semaine bleue, l’octroi d’un budget propre, l’organisation du Téléthon… Les conseillers Juniors rencontreront leurs collègues séniors et adultes, le 24 novembre, à l’occasion de la visite du siège du Conseil Régional.

25


CULtUre

Lancement de saison L’espace culturel Robert-Hossein a fait salle comble pour le lancement de sa saison de spectacle 2010/2011. Avant l’incroyable show du mentaliste Guido, qui laissa pantois plus d’un spectateur, la scène mit à l’honneur les nombreux et jeunes participants du concours de carnets de voyage organisé par la Médiathèque. Pour les féliciter et pour inaugurer la nouvelle programmation de la salle, Jacques Parent, maire, Francis Campagne, adjoint à la culture, et Suzanne Gerhardt, directrice de la structure, se sont succédés au micro, insistant sur l’opportunité et le sens des choix d’artistes, et sur l’importance de maintenir une politique culturelle de qualité, à la portée de tous les Mervillois, face à la pensée unique, aux désengagements de l’Etat, à la crise sous ses différents aspects.

26


SPorts Les 4 jours de Dunkerque 2010 : Un bilan humain et financier encourageant !

En octobre, Jacques Parent, maire et conseiller général, et Joël Huysman, viceprésident de l’association organisatrice des 4 jours de Dunkerque, ont invité bénévoles et partenaires pour une réunion bilan de la journée du 8 mai. Merville accueillait le départ de l’étape des Monts de Flandre de la 56ème édition de la prestigieuse épreuve cycliste.

Le bilan dressé par le premier magistrat est très positif. Humainement d’abord. De nombreuses personnes ont répondu à l’appel de la municipalité pour l’organisation de la manifestation. L’événement a suscité un véritable engouement de la part de nombreux bénévoles. Environ 80 signaleurs bénévoles ont proposé leurs services. Du personnel des services techniques de la ville s’est porté volontaire pour assurer la logistique de la journée. Le bilan financier est globalement satisfaisant. Il est vrai qu’accueillir une telle manifestation a un coût. Mais il ne faut pas négliger l’impact que cela génère. En termes de notoriété, le bénéfice est énorme. De plus, de nombreux partenaires se sont associés à l’organisation de l’épreuve, soit en sponsorisant directement, soit en assurant son soutien par l’achat

d’espaces publicitaires ou encore en mettant des moyens logistiques à disposition. Le coût de la manifestation s’élève en tout (organisation et frais annexes) à environ 36.000€. La ville enregistre environ 21.000€ de recettes diverses (sponsoring…). Lors de la réception, Joël Huysman a annoncé que l’édition 2011 passerait à nouveau dans la Cité des Caous à l’occasion de l’épreuve Hazebrouck-Cassel, le 7 mai.

Squash : Un Mervillois champion de France ! Alain Démaret a été sacré champion de France vétéran de Squash, en mai à Marseille. Le Mervillois pratique depuis 30 ans ce sport de raquette anglais en salle (de 9,70m sur 6,40 m), au sein du WAM de Wambrechies. Il enseigne également la discipline en Belgique. Félicitations !

Salle de sports du Sart : une fin des travaux prévue mi 2011 Le chantier de la salle de sports du Sart dédiée aux arts martiaux et à la gymnastique avance. Les fondations et les pieux sont finis, la charpente arrive début novembre. La fin du chantier est prévue pour le premier semestre 2011. Rappelons que la salle aura une superficie d’environ 1500 m² et sera située à proximité immédiate de l’Ecole Louis Bézégher. Elle sera donc composée d’une salle pour la gymnastique et d’une salle pour les arts martiaux et sera construite selon les tech-

niques de Haute Qualité Environnementale. Pour ce faire, l’Architecte Velge d’Armentières a été mandaté pour la maîtrise d’œuvre des travaux. Elle sera utilisée par les écoles communales, les centres de loisirs et des associations affiliées à la Fédération Jeunesse et Sports : la gymnastique Saint Georges et quelques clubs d’Arts Martiaux (le Club de Nunchaku, le Dojo Mervillois, Merville Taïchi-club, Self-défense Ecole de Ju-jitsu et le Shotokhan Karaté Club).

27


PAtriMoiNe Journées du patrimoine Les Journées du Patrimoine 2010 furent décidément très musicales. Grâce au financement de la Communauté de Communes FlandreLys, le sympathique quartet de jazz OL OF US s’est produit sur le palier du deuxième étage de l’Hôtel de Ville, transformé en club aux voûtes éclairées de rouge. A l’église, financé par la municipalité, le Choral de l’Alloeu et ses cent choristes a interprété le Requiem de Mozart, accompagné par l’Harmonie de Laventie, devant plus de 400 mélomanes aux anges. Ces deux spectacles étaient gratuits pour le public. Au château Arnoult, transformé en musée par les Amis du Vieux Merville, on est passé des chansons mervilloises d’antan au son des vieilles TSF de Christian Hamelin, tandis que la revue “Souvenirs n°5” se vendait comme des petits pains ! Randonnées pédestres, ouverture du local du géant “Le Caou” et de l’église de La Caudescure…, cette édition dynamique a motivé de nombreux acteurs locaux et attiré un public passionné.

28


TriBUNe LiBre Agir Ensemble POUR MERVILLE

Nous sommes des pragmatiques !

En juin dernier, notre Municipalité a lancé une motion en faveur du désenclavement ferroviaire que toutes les communes de Flandre-Lys ont approuvée à l'unanimité. Forts de cet appui, les élus mervillois ont travaillé avec l'entreprise Roquette sur une déclaration commune en faveur du développement ferroviaire pour le fret et les voyageurs. Un accord a été conclu avec les maires de la Communauté de Communes Flandre-Lys le 23 septembre dernier chez Roquette. Lors du Conseil Municipal du 29 septembre dernier, l'opposition mervilloise s'est étonnée que le quai de débarquement ne soit pas sur Merville. Le Maire & Conseiller Général a clairement expliqué que l'entreprise Roquette avait besoin de terrains pour construire 100.000 m2 de hangars destinés à regrouper ses camions au sein d'une véritable gare routière et qu'il était par conséquent difficile de faire venir le train jusqu'à Merville, d’autant plus que réapparaît l’idée du barreau fluvial Merville-Béthune. “Nous préférons un train en aval de Roquette sur La Gorgue que pas de train du tout, comme en son temps, nous avons milité pour un lycée à Estaires, plutôt que pas

de lycée du tout à l'échelle du canton de Merville” a expliqué Jacques Parent lors du Conseil Municipal. Il est amusant de constater que la liste dite d'Action Démocratique et Sociale qui a toujours contesté l'initiative “Un train pour ma ville”, réclame aujourd'hui que le train aille jusqu'à Merville ! C'est l'hôpital qui se moque de la charité ! Concernant les finances locales, pas un mot de l’opposition sur les désengagements de l’Etat. Pas un mot sur les conséquences de la suppression de la Taxe Professionnelle. Pas un mot sur les transferts de charges de la réforme des collectivités locales vers les communes et les établissements publics de coopération intercommunale. Pas un mot sur ces sujets car l’opposition

défend la politique de Nicolas Sarkozy et de sa majorité UMP. Et après cela, LADS se dit apolitique ! Notre majorité aide les associations sur le plan matériel et financier, beaucoup plus qu'avant mars 2008. Elle favorise le commerce local en respectant la mise en concurrence issue du code des marchés publics et s'efforce de promouvoir le développement local.

29


Les Fêtes de l’été

Le 21 juin, l’été a commencé sous les meilleurs auspices… ceux de la musique et de la fête. La Cité des Caous a reçu le très controversé mais néanmoins talentueux Didier Super à l’occasion de la Fête de la Musique. De nombreuses animations ont également eu lieu dans les cafés et restaurants de la ville. La semaine suivante, les Prés de la Ville étaient en fête. La Fête de l’Eau a battu son plein le premier week-end de juillet. Balades en bateaux, canoés et rosalies, tir à l’arbalète, défilé de voitures anciennes, concerts… Petits et grands y ont trouvé leur bonheur lors d’une journée très ensoleillée.

30


Pour la fête nationale, des rendez-vous de choix ont été fixés aux Mervillois. Avant le spectacle pyrotechnique de qualité, auquel ont assisté des milliers de personnes, les catcheurs avaient envahi les Prés de la Ville lors d’un gala haut en couleurs. Le lendemain, Hoda suivie d’Emile et Images ont investi le podium de la Grand’place pour près de deux heures de concert exceptionnel devant un public nombreux ! Les fêtes de l’été sont très prisées des Mervillois… Cette année encore, le comité des fêtes leur a assuré un divertissement hors pair. Gageons qu’il en sera de même pour la fin de l’année.

31


Détente avant la r

entrée

Le dernier w eek-end d’ao ût a été très animations n dynamique à ’ont pas man Merville. Du qué. Malgré le du Vieux Merv vendredi au mauvais tem ille s’est bien dimanche, le ps, la brocan déroulée. Le Restaurateurs s te organisée Groupement (GMCHR) a p par les Amis Mervillois de ris le relais le çons de café s Cafetiers, H samedi et le et la braderie ôteliers et dimanche av commerciale d’une opérati ec une cours . Parallèleme on privée, str e de garnt, aux Prés uctures gonfl 4 jours. Rap de la Ville, da ables et anim pelons que le ns le cadre ations ont ra s structures tous les wee vi les plus jeu gonflables o k-ends par la n e s pendant nt été propo commune. sées gratuite ment cet été ,

32


Les aînés à la fête Quelques 500 aînés de la commune ont été conviés à partager une journée de fête, le premier dimanche de septembre. Entre bonne table et spectacle de qualité les invités ont dansé, chanté et passé une agréable journée. De nombreux bénévoles se sont mobilisés pour que cela soit une réussite.

Hommage Didier Berthe, 32 ans sur le char de Saint Antoine !

Dans le dernier numéro du Merville Infos, un article était réservé à la création de l’association de Saint-Antoine. Si l’association a repris le flambeau lors du cortège de Pâques, il faut saluer le travail des “anciens”… Didier Berthe a évolué 32 années de suite sur le char clôturant la cavalcade.

Clin d’oeil ! Lors l'inauguration d'Eolys, le groupe mervillois Heart of Ice a remporté le concours Jeunes Talents. Les compositions du groupe ont plu au jury professionnel. Les Mervillois ont gagné une journée en studio. Félicitations !

33


34


35


Musique, vin chaud, gaufres, cadeaux de Noël, chocolat, crèches...

Organisé par le Comité des Fêtes de Merville

Merville Infos N°35  

Bulletin municipal de la Commune de Merville 59660