Issuu on Google+

Le magazine de la Communauté urbaine du Grand nancy

numéro

62

octobre Novembre 2011

Pôle aquatique

Les usagers redécouvrent l'eau thermale Sillon Lorrain

Le premier pôle métropolitain français est né / PAGE 7 Développement économique

Le Grand Nancy soutient les entrepreneurs / PAGE 15 Avenir Magazine | Octobre - Novembre 2011


andré rossiNot,

Président de la communauté urbaine du grand Nancy, maire de Nancy

édito

SOMMAIRE

édito et sommaire | 3

édito | que ce soit en courant pour soutenir octobre rose, en applaudissant les formations de Nancy Jazz Pulsations ou en flânant au domaine de montaigu à l’occasion de Jardins de ville, Jardins de vie, les habitants ont manifesté en cette rentrée avec beaucoup d’enthousiasme leur désir de vivre intensément leur agglomération.

Ça s'est passé | 4 Octobre Rose, les femmes dans la course | Nouvelles | 5 La nouvelle dimension des relations avec Cincinnati | Liaison Saône-Moselle, le débat public se prépare | Le Sillon lorrain crée le premier pôle métropolitain français | Plateau de Haye, la visite partagée de Metz-Métropole | Renaissance 2013, l’esprit d’un Monde nouveau | Logements neufs pour jeunes actifs | conseil de développement durable | 11 Regards croisés sur le Grand Nancy | développement universitaire | 12 Naissance de l'Université de Lorraine | L'École des Mines bientôt sur le campus Artem | grands projets | 14 Le Pôle d'innovation urbaine s'installe Rives de Meurthe |

Comme en témoigne le succès des Rendez-vous de la place Stanislas avec plus de 300 000 spectateurs, notre territoire séduit et rayonne. Auprès des Grands Nancéiens, mais aussi des nombreux visiteurs de l’été, comme le souligne aussi la fréquentation en hausse des musées de culture scientifique et technique de l’agglomération, qui ont accueilli près de 40 000 visiteurs en deux mois. Aujourd’hui, l’événement Renaissance 2013 se profile à son tour et avec lui de grands rendez-vous culturels fédérateurs.

développement économique | 15 Soutenir les entreprises qui investissent |

à travers la vitalité de son tourisme urbain et plus largement la qualité des services mis en œuvre par la Communauté urbaine, le Grand Nancy construit chaque jour son attractivité. Sur le terrain, celle-ci se concrétise à travers des investissements importants dans le domaine de l’économie, de l’université ou encore de l’habitat, à l’image du campus Artem et du nouveau Centre de Congrès, deux grands projets qui illustrent bien le sens de l’entreprise de notre territoire. Cet état d’esprit rejoint bien les enjeux de la ville durable européenne, dont nous expérimentons actuellement le cadre de référence au sein d’un groupe de 66 villes et qui nous incitent à tisser des liens responsables et « À traverS la vitalité durables avec nos territoires voisins. De Son touriSme urbain et PluS largement la qualité Dans cet esprit, les villes et aggloDeS ServiceS miS en Œuvre au mérations du Sillon lorrain viennent d'entériner un acte politique fort, quotiDien Par la communauté en créant le premier pôle métro- urbaine, le granD nancY politain de France. De la naissance conStruit chaque jour d’une Université de Lorraine forte Son attractivité. » de 65 000 étudiants à celle de la Communauté Hospitalière de Territoire du Sillon lorrain, en passant par des synergies sur le plan culturel et touristique, des projets riches et partagés nous permettent dès à présent de donner corps à l’unité lorraine.

une commune, un maire | 21 Seichamps, l'esprit de convivialité |

C’est un fait indéniable, la compétitivité ne se développe plus dans des limites territoriales ou des périmètres administratifs, mais en proposant des services de haut niveau à tous les Lorrains. Notre agglomération humaine et urbaine a ainsi toute sa place au cœur de ce pôle métropolitain et de l’Europe.

grands équipements | 16 Nancy-Thermal, ça coule de source ! | grands projets | 18 Le Centre de Congrès Prouvé avance à grands pas | Habitat | 20 L'engagement du Grand Nancy en faveur de l'habitat |

déplacements | 22 Le développement durable au cœur de la viabilité hivernale | agenda | 23 Vos rendez-vous culturels sur l’agglomération et du côté du Sillon lorrain | tribune libre | 26 Avenir - le magazine de la Communauté urbaine du Grand Nancy • Administration : 22-24, viaduc Kennedy • CO n°36 • 54 035 Nancy cedex Tél : 03 83 91 83 91 • Site internet : www.grand-nancy.org • directeur de la publication : André ROSSINOT • rédacteurs en chef : Jean-Christophe ERBSTEIN, Lison JUNGMANN • ont collaboré à ce numéro : Simon ANHEIM, Élise FRISONI, Cécile MOUTON, Sabrina TENACE, Aurélie VION • Photos : Jean-Claude D, Bertrand JAMOT, Serge MARTINEZ, Frédéric MERCENIER • mise en page : Trait d’Union • Dépôt légal : n°280 • Imprimé sur papier 100 % recyclé.

retrouvez l'info du grand nancy sur internet Grâce à ce système de code-barres à deux dimensions, nous vous proposons de découvrir directement des vidéos complétant des articles d’Avenir Mag. Pour cela, téléchargez un logiciel capable de lire les QR codes. vous pouvez aussi nous retrouver sur www.grand-nancy.org

Retrouvez la version m www.grand-nobile de sur m.grand ancy.org -nancy.org

bonne rentrée à toutes et à tous dans le grand Nancy. Avenir Magazine | Octobre - Novembre 2011


Ça s’est Passé

LE CHIFFrE

13 000 C’est le nombre de collégiens et lycéens bénéficiant en cette rentrée du Classe Pass, soit un aller-retour gratuit par jour sur le réseau Stan pour rejoindre leur établissement scolaire. Financé par le Grand Nancy, le dispositif représente pour chaque famille une économie évaluée à 300 € par année scolaire.

Ap votre prochez flashez lesmartphone et code ci-des sous

Plus de 2 000 participantes pour cette première course, accompagnées par Valérie Jurin, conseillère déléguée à la santé.

OCtOBrE rOSE

retrouvezsur wOu nous ww.gra nd-nan cy.org

Les femmes DanS la courSe | Plus de 2 000 femmes ont pris part à la première course organisée par l’ASPTT Nancy dans le cadre d'Octobre Rose. La veille du semi-marathon du Grand Nancy, le 1er octobre, les participantes vêtues de tee-shirts roses se sont élancées depuis la place de la Carrière à Nancy pour 5 km de petites foulées. "L'INSERM confirme aujourd’hui que la pratique régulière d'une activité physique alliée à une bonne hygiène alimentaire est un facteur de protection contre le cancer du sein notamment", souligne Valérie Jurin, conseillère communautaire déléguée à la santé. Depuis plusieurs années, le Grand Nancy coordonne en octobre une série de manifestations sur l'ensemble de l'agglomération pour promouvoir le dépistage organisé du cancer du sein. Pour lutter contre cette maladie, les femmes âgées de 50 à 74 ans reçoivent une invitation adressée par l’Association pour le dépistage des cancers en Meurthe-et-Moselle les invitant à prendre rendezvous auprès d’un radiologue agréé. |

vrAI Ou FAux ?

décHetterIes : réPonSeS À la carte Depuis le 5 septembre, la présentation d’une carte est nécessaire pour accéder à l’une des neuf déchetteries du Grand Nancy. Le point sur ce nouveau dispositif en trois questions : La carte d’accès constitue une économie pour les Grands Nancéiens. VRAI - Avec la mise en place du contrôle d'accès, un accueil spécifique a été mis en place pour les professionnels, et le Grand Nancy a également proposé aux collectivités voisines de conventionner afin d'offrir ce service à leurs habitants. Dorénavant, chaque utilisateur des déchetteries participe donc au coût de ce service. Les Grands Nancéiens n’ont droit qu’à 20 passages par an. FAUX - La carte dédiée aux particuliers, qui offre dans un premier temps 20 passages, est rechargeable en cas de besoin motivé. Des analyses statistiques permettront de préciser les besoins des habitants. Il n’est pas trop tard pour demander sa carte. VRAI - Il suffit de remplir le formulaire disponible sur le site Internet du Grand Nancy : www.grand-nancy.org, rubrique Service/Tri des déchets, et de suivre les instructions. Plus d’infos au 03 83 91 84 81 ou sur www.grand-nancy.org

Plus d’infos sur www.adeca54.org

Valérie Rosso-Debord et Claudine Guidat, conseillères communautaires, étaient au rendez-vous.

La carte d’accès est rechargeable en cas de besoin motivé.


Nouvelles

relations internationales

la nouvelle dimension des relations avec Cincinnati

Tout comme Daniel Pennac à Vandœuvre-lès-Nancy, Daniel Picouly a rencontré les habitants dans le quartier de Saint-Michel Jéricho à Saint-Max et Malzéville.

COHéSION SOCIALE

LE LIVRE SE DéPLACE | Faire partager les valeurs de la lecture avec les habitants : en partenariat avec le Grand Nancy et en lien avec les communes concernées, Batigère a proposé des animations et des rencontres délocalisées du Livre sur la Place dans le quartier de Saint-Michel Jéricho à Saint-Max et Malzéville, ainsi qu’à Vandœuvre-lès-Nancy. Lors d’une semaine riche en événements, près de 400 livres ont été mis à la disposition des locataires du bailleur par le Grand Nancy. Des animations lecture ont également été organisées tout au long de la semaine par les différentes associations des communes et par trois écoles des quartiers concernés. Point d’orgue de ces actions, les rencontres entre les habitants et les écrivains Daniel Picouly à Saint-Michel Jéricho et Daniel Pennac à Vandœuvre ont permis aux enfants et à leurs parents d’aborder ces auteurs de façon informelle et conviviale, hors des circuits de dédicaces habituels. "Ces actions ont permis aux jeunes et moins jeunes d’échanger et de partager des moments de bonheur autour de la lecture, et de rendre les écrivains plus humains et plus abordables", souligne Chantal Carraro, vice-présidente déléguée au projet urbain de cohésion sociale. Et de conclure : "Un excellent moyen de créer les conditions d’un meilleur vivre ensemble." |

Conduite par André Rossinot, une délégation du Grand Nancy et de la Ville de Nancy, composée notamment d’élus ainsi que d’acteurs économiques et universitaires, s’est rendue cet été à Cincinnati. S’appuyant sur le socle de 20 ans de jumelage entre la Ville de Nancy et cette ville de l’état de l’Ohio, des liens ont pu être tissés sur les plans économique, environnemental, culturel et universitaire. Une démarche matérialisée par un nouvel accord signé par Mark Mallory, le maire de Cincinnati, et André Rossinot. Dans cet esprit, Jean-Michel Gasser, représentant la Faculté de droit de Nancy, a reçu un excellent accueil au Law College de Cincinnati. D’ores et déjà, des projets d’échanges ont été actés. Même démarche pour l’ICN Business School qui s’est rapprochée du College Business de l'Université de Cincinnati. "Larry Gales, le directeur, devrait nous rendre visite en mars 2012", précise Florence Ramillon, directrice des relations internationales à l’ICN Business School. Des contacts fructueux ont aussi été noués par l’école nationale supérieure d’art. Dans le domaine économique, Pierre Nesseler, représentant les experts-comptables, a mis en place des projets de partenariats, tout comme le pôle Hydreos, dont le directeur Georges Pottecher a pu mettre en avant le potentiel grand nancéien en matière de qualité de l’eau. La vitalité de cette coopération a été confirmée lors de la visite d’une délégation de Cincinnati le 11 septembre pour une cérémonie émouvante sur la place Stanislas. "Une nouvelle manière de vivre un partenariat durable qui s’appuie sur le principe de la diplomatie des villes", conclut André Rossinot.

Conduite par André Rossinot, la délégation du Grand Nancy a pu nouer des contacts fructueux avec Cincinnati.

Avenir Magazine | Octobre - Novembre 2011


Nouvelles

MOBILITé

Le covoiturage en ligne

Liaison Saône-Moselle

Le débat public se prépare | Poursuivre le maillage fluvial de la France afin de permettre le transport de marchandises sur une liaison continue de la mer du Nord à la mer Méditerranée : le projet de voie d’eau à grand gabarit entre la Moselle et la Saône s’impose comme un dossier d’envergure européenne conjuguant d’importants enjeux de développement durable et d’aménagement du territoire. La réalisation de ce chaînon manquant de 220 km, qui doit permettre de connecter entre eux des bassins fluviaux actuellement non reliés, a mobilisé à l’unisson de nombreux élus et acteurs économiques lors de la dernière réunion d’information et d’échange de l’association Seine-Moselle-Rhône présidée par André Rossinot. Une rencontre organisée au début de l’été à l’Hôtel de Région à Metz et marquée par l’adoption d’une motion commune par André Rossinot et Jean-Pierre Masseret, Président du Conseil régional de Lorraine et de la Grande Région, soulignant leur convergence de vues sur ce grand projet d’intérêt national. Les différents représentants des chambres consulaires ont eux aussi témoigné de leur confiance sur les retombées attendues en termes de fret et d’intermodalité autour de cette infrastructure, qui concernera au total huit régions françaises et cinq États européens. Prochaine étape : l’organisation début 2013 d’un grand débat public. Inscrit dans la loi de programmation relative au Grenelle de l’Environnement, celui-ci devra permettre notamment de sensibiliser les citoyens aux objectifs d’un projet, dont la construction est prévue aux alentours de 2025. Si le chemin est encore long, la liaison Saône-Moselle figure déjà parmi les priorités de l’état inscrites dans le Schéma National des Infrastructures de Transport (SNIT) à l’horizon 2020. |

Dir Nord-Est - VNF

La liaison Saône-Moselle : un projet d’intérêt national inscrit dans le schéma national des infrastructures de transport.

Prévoir ses trajets quotidiens d’une manière économique, écologique et conviviale : c’est le nouveau service d’aide au covoiturage que proposent la Communauté urbaine et le Syndicat mixte de transports suburbains. Mis en place par Covivo, un prestataire lorrain, le dispositif  "CoviCités" se décline notamment sur un site Internet. Objectif : inviter les habitants et, en particulier, les salariés du bassin de vie à indiquer leurs déplacements réguliers, qu’ils soient conducteurs ou passagers. "Nous les mettons ensuite en relation", précise Marc Grosjean, le directeur de Covivo. à travers ce service, le Grand Nancy s’engage résolument en matière de mobilité pour apporter des réponses mieux adaptées aux besoins des habitants. Plus d’infos : www.covicites.fr - Tél. : 0811 033 515

Le covoiturage : une solution économique, écologique et conviviale.

L’autopartage en bonne voie Accéder facilement à la voiture de son choix sans la posséder personnellement, au moment désiré et uniquement pour la durée nécessaire à des déplacements courts : ce service sera proposé à la fin de l’année sur le territoire du Grand Nancy, en phase avec les enjeux du Projet d’agglomération Ville européenne durable. Ainsi, la Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) Lorraine Autopartage, au sein de laquelle la Communauté urbaine s’est engagée, démarrera avec 14 stations positionnées dans le cœur d’agglomération. Une gamme variée de véhicules, de la citadine à la familiale en passant par le petit utilitaire, sera mise en place avec, à l’horizon 2015, un parc de 67 véhicules. Par ailleurs, dans un esprit de développement de l’intermodalité, Lorraine Autopartage propose de rendre compatible ce service avec le réseau Stan et tous les réseaux accessibles à partir de la carte "SimpliCités". Enfin, cette initiative fait partie, d’ores et déjà, des services de haut niveau proposés à tous les Lorrains, dans le cadre du pôle métropolitain créé par les villes et agglomérations du Sillon lorrain.


Nouvelles

André Rossinot entouré de Jean-Luc Bohl, Président de la Communauté d’agglomération de Metz-Métropole, de Dominique Gros, Maire de Metz, de Brigitte Vaisse, adjointe au maire de Thionville, et de Michel Heinrich, Président du Sillon lorrain, député-maire d’épinal.

Le Sillon Lorrain crée le premier

pôle métropolitain français Les agglomérations de Thionville, Metz, Nancy et épinal ont franchi une nouvelle étape en déposant ensemble les statuts du pôle métropolitain à la préfecture de Meurthe-et-Moselle.

| Au cœur de l’Europe, le Sillon lorrain crée officiellement le premier pôle métropolitain en France. Les Communautés d’agglomération de Portes de France-Thionville, de Metz-Métropole, d’épinal-Golbey et la Communauté urbaine du Grand Nancy ont délibéré, en effet, cet été en faveur de ce nouveau modèle de développement, qui transcende les continuités territoriales et les périmètres administratifs pour offrir des services de haut niveau dans les domaines universitaires, médicaux, culturels, économiques et touristiques, au bénéfice de tous les Lorrains. Une nouvelle étape a été franchie avec le dépôt des statuts du pôle métropolitain, qui prend la forme d’un syndicat mixte, à la préfecture de Meurthe-et-Moselle. Liée par la même histoire, une proximité physique et des infrastructures autoroutières, ferroviaires et fluviales

majeures, Thionville, Metz, Nancy et épinal ont décidé, voilà déjà dix ans, d’avancer ensemble au sein d’un réseau de villes et d’agglomérations. "Une réalité quotidienne pour les 1,2 million d’habitants", estime André Rossinot, "mais aussi un modèle de coopération inédit entre les villes au point d’inspirer la réforme des collectivités territoriales". émergence d’une dynamique métropolitaine La dynamique métropolitaine a déjà permis l’émergence de grands projets, à l’instar de la naissance de l’Université de Lorraine, forte de 65 000 étudiants, et de la création de la première Communauté hospitalière de territoire d’envergure de France, qui regroupe le CHU de Nancy et le CHR de Metz-Thionville. Autres avancées : une offre touristique commune, la fusion des écoles supérieures d'art de

Metz et d’épinal, le rapprochement entre l’Opéra National de Lorraine et l’Orchestre National de Lorraine. Dans le même esprit, un Pass Musées, rassemblant onze établissements sera proposé prochainement. Enfin, le Sillon lorrain a fait entendre une seule et unique voix en faisant part à l’état de ses priorités à inscrire dans le Schéma National des Infrastructures de Transport. Dans cette démarche, les élus du Sillon lorrain ont adressé une motion commune au Président de la République, à l’occasion de l’inauguration de la LGV Rhin-Rhône début septembre. Objectif : demander que l’amélioration des liaisons ferroviaires à grande vitesse entre les agglomérations du Sillon lorrain et la vallée du Rhône, via une connexion à la LGV Rhin-Rhône-Méditerranée, soit retenue comme un objectif prioritaire de l’État, à réaliser avant 2020. | Plus d’infos sur www.sillonlorrain.org

Avenir Magazine | Octobre - Novembre 2011


Nouvelles

pLAtEAu dE HAyE

La vIsIte partagée De metZ-métroPole

CONCOurS pHOtO

objectIf forÊt

Dans le cadre de l’Année internationale de la forêt, le Grand Nancy organise jusqu’au 31 décembre un grand concours photo ouvert à tous. Intitulé "Objectif forêt", ce concours vise à valoriser les richesses des forêts du territoire et à sensibiliser le plus grand nombre à leur nécessaire préservation. à cette occasion, chacun est invité à appréhender toutes les facettes des nombreux massifs forestiers présents sur le territoire du Grand Nancy. Après sélection par le jury des meilleurs clichés, quatre gagnants dans chacune des deux catégories adultes et enfants se verront remettre en février des chèquescadeaux de 100 à 400 €. Toutes les infos sur www.grand-nancy.org

Le succÈs D’une manifeStation granDeur nature L'architecte-paysagiste Alexandre Chemetoff a guidé la délégation de Metz-Métropole sur le Plateau de Haye et notamment dans le potager du jardin forestier.

| "Pleine de force et de diversité, la ville se reconstruit sur elle-même", a résumé André Rossinot, en accueillant au cœur du Plateau de Haye une importante délégation du réseau Urbanicités de la Communauté d’agglomération de MetzMétropole. Une visite d’autant plus symbolique qu’elle s’est tenue quelques jours après la création du pôle métropolitain par les villes et agglomérations du Sillon lorrain. Conduit par le Président Jean-Luc Bohl, le groupe d’élus et de techniciens a été sensible aux enjeux de la métamorphose du Plateau de Haye, fruit d’un des projets de rénovation urbaine les plus ambitieux de France et nouveau morceau d’agglomération. "Une aventure à la fois humaine et urbaine", a précisé Henri Bégorre, maire de Maxéville et premier vice-président délégué à la politique de la ville et à la rénovation urbaine, "notre ambition est de donner naissance à un morceau d’agglomération éco-responsable que chaque habitant puisse s’approprier". Adjoint au maire de Laxou, Yves Pinon a insisté sur le redéploiement et la redynamisation de l’offre commerciale. Guidée par l’architecte-paysagiste Alexandre Chemetoff, la délégation de Metz-Métropole a visité notamment le potager du jardin forestier, le Cèdre Bleu et son nouveau jardin partagé, ainsi que le centre commercial La Cascade au Champ-le-Bœuf. Une délégation du Grand Nancy devrait se rendre très prochainement sur le territoire de Metz-Métropole, marqué par la problématique des restructurations militaires. "Nous devons partager nos regards, c’est cette mixité des cultures qui fait bouger les lignes de la Ville durable", conclut André Rossinot. |

Grand rendez-vous de l’écologie urbaine et de la vie au naturel, la 7e édition de "Jardins de Ville, Jardins de Vie" organisée par le Grand Nancy a une fois encore attiré plus de 20 000 visiteurs les 24 et 25 septembre au Domaine de Montaigu à Jarville-la-Malgrange et Laneuveville-devant-Nancy. Placé sous le signe du bien vivre ensemble, le programme ludique et pédagogique des activités, spectacles et ateliers proposés y a été riche et varié, avec 90 acteurs présents. "Sur ce territoire de culture scientifique, la manifestation a insisté cette année sur la pédagogie, notamment à destination du jeune public venu en nombre", souligne Marie-Christine Leroy, vice-présidente déléguée aux équipements de culture scientifique et technique. à l’occasion de "Jardins de Ville, Jardins de Vie", André Rossinot a inauguré une plaque au musée de l’Histoire du Fer à Jarville-la-Malgrange pour saluer la mémoire de Jean-Luc Rémy, conservateur de l’établissement, qui nous a quittés cet été.

A votr pprochez flasheze smartphone et le code ci -dessou s

sur wOwuwretrouvez-no .grand-n us ancy.org

Le grand rendez-vous de l’écologie urbaine a été également marqué par la présence de bottes géantes.


Nouvelles

pour un meILLeur apprentIssage DeS ScienceS À l’école

Claudie Haigneré a présidé le Conseil scientifique à Nancy en juin dernier en présence d’André Rossinot, de Marie-Christine Leroy et de Laurent Hénart.La prochaine réunion se tiendra à Paris en novembre.

rENAISSANCE 2013

L’esprIt d’un monDe nouveau |"Valoriser un patrimoine remarquable mais méconnu, et tirer les enseignements de l’histoire pour aller à la rencontre d’un Monde nouveau", résume André Rossinot en dressant les enjeux de Renaissance 2013. C’est donc à partir de trois sésames - célébrer le passé, fédérer les publics et rêver l’avenir – que la mission Renaissance, dirigée par Michel Maigret, et le Conseil scientifique, présidé par Claudie Haigneré, ont imaginé une programmation audacieuse. Deux temps forts préfigureront le début de l’événement et le concluront : la Saint-Nicolas 2012 et le Livre sur la Place 2013. Entre-temps, au printemps et à l’été 2013, de beaux rendez-vous sont pris : la découverte du patrimoine Renaissance, à Nancy notamment dans la Ville Neuve, dans les communes de l’agglomération, en particulier le château de Fléville, et dans toute la Lorraine. Les grandes expositions visiteront l’histoire de l’art avec les chefsd’œuvre de la Renaissance au musée des Beaux-Arts, l’histoire de la Lorraine avec une exposition originale au Musée lorrain, et feront la part belle aux établissements de culture scientifique et technique, du musée de l’Histoire du Fer au Muséum-Aquarium en passant par le Conservatoire et Jardins Botaniques de Nancy. Les spectacles conjugueront grandes institutions, telles que l’Opéra National de Lorraine, le Ballet de Lorraine, le Théâtre de la Manufacture, l’ensemble Poirel, le Conservatoire régional du Grand Nancy, et acteurs locaux. Enfin, des manifestations spectaculaires, intitulées "Moments d’invention", nous transporteront au cœur d’un Monde nouveau : celui dans lequel nous pourrions bien rêver de vivre en 2050... |

Soutenu par le Grand Nancy, le centre pilote La Main à la pâte accueille durant l’année scolaire 48 classes d’écoles primaires de l’agglomération. Objectifs : former les enseignants à une pédagogie des sciences fondée sur l’investigation et développer le goût et la curiosité des sciences chez les élèves. Pour cette rentrée, un autocar aux couleurs de "la science en marche" et d’aspect très ludique transportera les classes de leur école vers les locaux du centre pilote à Maxéville, ainsi que sur des sites de culture scientifique (musées, laboratoires, etc.). "Ce bus facilite l’accès des écoliers à un apprentissage important pour leur avenir, c’est pourquoi nous soutenons ce programme", souligne Marie-Christine Leroy, vice-présidente déléguée aux équipements de culture scientifique et technique. Par ailleurs, un cahier de sciences et de technologie est offert à chaque élève des classes inscrites au centre pilote. Il y consignera jour après jour ses questionnements et découvertes. centre pilote la main à la pâte du grand Nancy, iuFm de lorraine - 5, rue Paul richard à maxéville - tél. : 03 83 17 71 74

48 classes du Grand Nancy participent aux activités du centre pilote La Main à la pâte.

Avenir Magazine | Octobre - Novembre 2011


nouvelles

actions concertées pour la prévention et la sécurité

Une solution pour les problèmes de logement des jeunes actifs.

Habitat

Logements neufs pour jeunes actifs | "Offrir aux jeunes des logements adaptés à leurs parcours de vie qui sont, aujourd'hui, tout sauf linéaires", a résumé André Rossinot à l’occasion de l’inauguration de la résidence des Trois-Maisons. Destinée aux jeunes actifs âgés de 16 à 30 ans, cette nouvelle résidence est composée de 30 logements meublés, du studio au T2, et propose des loyers modestes (de l'ordre de 200 euros par mois environ une fois les APL déduites). "C'est un premier pas vers l'indépendance", explique Mallory, 23 ans, qui débute un contrat d'aide-soignante. Située dans le quartier du faubourg des Trois-Maisons, la résidence est gérée par l'Association pour le développement de l'habitat, l'accompagnement, le logement et l'insertion (ADALI) qui coordonne déjà le foyer des Abeilles ou celui du Bon Coin. Au n° 121, rue du Faubourg des Trois-Maisons, un bâtiment de trois niveaux a été construit par la société Vilogia Maison Familiale Lorraine, qui a également réhabilité une maison située sur ce terrain ; par ailleurs, un futur projet d'ADALI Habitat devrait voir le jour en 2012-2013, rue de Nabécor. La Communauté urbaine du Grand Nancy soutient l'opération à hauteur de 273 285 € et a garanti l'emprunt du bailleur Vilogia à 100 %. |

Participer à la prévention, à la sécurité, à l’aide aux victimes et à une justice de proximité constitue l'axe majeur du Conseil intercommunal de sécurité et prévention de la délinquance du Grand Nancy, qui s’est réuni le 22 septembre. Mis en place en 2002, cette structure que co-anime le Grand Nancy, avec l’état et le parquet de Nancy, détermine des priorités thématiques qui structurent notamment la dynamique de développement local dans le cadre du Contrat urbain de cohésion sociale. Dans le domaine de la justice de proximité, des consultations gratuites d’avocats sont mises en place dans les trois maisons de la justice et du droit, soutenues par le Grand Nancy. Par ailleurs, le dispositif d’aide aux victimes 24 h/24, géré par l’association Grand Nancy Aide aux Victimes, répond à un besoin croissant. Dans le même esprit, neuf Groupes Locaux de Traitement de la Délinquance sont animés par le parquet, en lien avec les partenaires institutionnels. Pour financer les actions de prévention de la délinquance au titre du Contrat urbain de cohésion social et soutenir les associations, près de 200 000 € sont mobilisés par la Communauté urbaine. En parallèle, le Grand Nancy dispose d’un Observatoire de la sécurité alimenté par la police nationale, les polices municipales, les pompiers, la CONNEX et les bailleurs sociaux. Dans la même démarche partagée, le nouveau schéma de vidéo-tranquillité se met en place progressivement. Enfin, le Grand Nancy a lancé un nouveau chantier, celui de l’élaboration d’un nouveau Contrat local de sécurité. "Nous portons notamment une attention particulière à la problématique de la vie nocturne", estime Jean-Louis Thiébert, vice-président délégué au Contrat local de sécurité. Les acteurs des trois maisons de la justice et du droit ont noué le dialogue à l'occasion de la journée d'accueil des nouveaux Nancéiens.


CONSEIL dE dévELOppEMENt durABLE

regards croIsés Sur le granD nancY

ParticiPatioN

Ap votre prochez flashez lesmartphone et code ci-de ssous

L’instance consultative, qui fêtera ses dix ans d’existence en décembre, permet aux citoyens et à la société civile de participer aux débats sur les enjeux majeurs et d’ouvrir de nouveaux horizons aux politiques publiques.

retrouvezsur wOwuw nous .grand-nan cy.org

Patrice Sanglier : "Le regard partagé des citoyens et de la société civile".

| "Le citoyen et la société civile doivent apporter leur pierre à la construction d’une agglomération durable", résume Patrice Sanglier, le Président du Conseil de développement durable du Grand Nancy, une instance consultative qui fêtera ses dix ans d’existence en décembre. C’est en effet en 2001 qu’André Rossinot a installé le Conseil de Développement en application de la loi d’Orientation et d’Aménagement pour le Développement Durable du Territoire. Composé de 100 membres bénévoles désignés, représentant l’ensemble des talents et acteurs socioprofessionnels de l’agglomération, cet espace de dialogue, qu'accompagne Claudine Guidat, conseillère communautaire déléguée à la participation, a été présidé successivement par Michel Lucius, Jacques Pierson et Richard Renaudin, avant d’être transformé en Conseil de Développement durable le 31 janvier 2009 à l'initiative de la Communauté urbaine. "Le Grand Nancy fait partie des pionniers en la matière", précise Patrice Sanglier, "des relations de confiance nouées au fil du temps pour offrir, aujourd’hui, au Conseil une marge d’autonomie suffisante et une liberté de parole satisfaisante. Avec le Grand Nancy, à nous de faire progresser la dynamique de participation et de répondre davantage à la philosophie de co-construction entre élus et citoyens, élus et société civile, fon-

dement majeur du développement durable."

Participation accrue à la relecture du Projet d’agglomération Depuis sa création, cette instance a participé activement au débat sur les enjeux d’avenir du Grand Nancy et a ouvert de nouveaux horizons aux politiques publiques, notamment en étant étroitement associé à la mise à jour du Projet d’agglomération qui a été adoptée le 1er juillet dernier par le Conseil de Communauté. Les conseillers ont également pris part aux ateliers de la Fabrique dans le cadre de l’aménagement de l’ÉcoQuartier gare - Nancy Grand Cœur. à la veille de son dixième anniversaire, le Conseil de Développement durable souhaite se faire mieux connaître auprès du grand public par le biais de son site Internet et susciter plus de participation. Dans la même démarche, l’instance consultative du Grand Nancy souhaite continuer à s’ouvrir à des experts du territoire ou d’autres agglomérations de France. "L’expérimentation sur le terrain est également une piste intéressante, notamment sur la question de la mobilité ou celle de l’habitat", conclut Patrice Sanglier. | http://conseildedeveloppementdurable. grand-nancy.org

téMOIgNAgE

"favorIser leS mobilitéS" Directeur de groupe à la Banque Populaire, Sabine Calba est membre du Collège Talents d’Agglomération. "Une ville paisible et dans laquelle il fait bon vivre : voilà comment je conçois l’avenir dans le Grand Nancy. Pour cela, il faut favoriser les mobilités en lien avec les territoires voisins. Pas question de considérer la voiture comme le mal du siècle. Il est, en revanche, nécessaire de multiplier les modes de déplacement. La mobilité, c’est aussi une question de regard et d’état d’esprit. Il faut savoir promouvoir les atouts des villes du Sillon lorrain pour faire venir de nouveaux habitants, de nouvelles entreprises, et créer ainsi des richesses. On ne peut, en effet, évoquer le développement durable sans une économie durable, pour ne laisser personne au bord de la route." Avenir Magazine | Octobre - Novembre 2011


déveloPPemeNt

uNiversitaire

L'Université de Lorraine est forte de 65 000 étudiants.

Approchez votre smartphone et flashez le code ci-dessous

Ou retrouvez-nous sur www.grand-nancy.org

Les menus étudIants Sur le SmartPhone

Connaître les menus des restos U en temps réel mais aussi l’agenda des soirées nancéiennes, c’est le service que propose "Nancy Student", application disponible gratuitement depuis la rentrée universitaire sur le réseau Apple. à l’origine de ce projet soutenu notamment par le Grand Nancy, Vincent Bach et Joris Riggi, deux ex-étudiants en informatique à l’IUT Charlemagne. S’ils ont eux-mêmes fini leurs études respectives, ils espèrent convaincre quelque 50 000 étudiants de télécharger ce programme, conçu pour "améliorer leur confort au quotidien". www.nancystudent.fr

Vincent Bach et Joris Riggi, les deux fondateurs de "Nancy Student".

naIssance de l’univerSité De lorraine La création d’une université unique, ouverte sur l’europe, est désormais officielle. | Une université unique, ouverte sur l’Europe au bénéfice de tous les Lorrains, forte de 65 000 étudiants et 6 800 enseignants, chercheurs et personnels : le décret de création de l’Université de Lorraine a recueilli la signature du Premier ministre et vient d'être publié au Journal officiel. Préparé par l’ensemble de la communauté universitaire lorraine, avec un soutien continu du ministère de l’Enseignement supérieur et porté unanimement par les collectivités territoriales via le Pacte territorial qu’elles ont signé dès juillet 2008, le texte avait été présenté le 26 juillet dernier au Conseil d’État qui avait donné un avis favorable. "Je me réjouis de cet aboutissement, fruit d’une vision partagée des élus de Lorraine et des présidents d’université, ainsi que de tous les personnels universitaires, mobilisés pour ce projet essentiel pour l’avenir et l’unité de la Lorraine, quelques jours après la création du premier pôle métropolitain en France par les villes et agglomérations du Sillon lorrain", précise André Rossinot.

Entrée dans le classement de Shanghai Alors que le Plan Campus a consacré l’Université de Lorraine comme l’un des douze sites universitaires d’excellence en France, et en attendant la première rentrée universitaire en 2012, les synergies vont continuer à aller crescendo pour accroître son rayonnement international, comme en témoigne l’entrée de l’établissement lorrain, dès cet été, dans le top 300 du classement de Shanghai des universités. Dans le même esprit, l’Université de Lorraine prépare les projets de laboratoires d’excellence, équipements d’excellence et Initiative d’excellence pour la deuxième vague des Investissements d’avenir. "Parce que l’accès à la formation, la recherche scientifique et sa valorisation, l’entrepreneuriat et la diffusion des connaissances sont des moteurs de cohésion sociale et de développement territorial, le Grand Nancy s’impliquera plus que jamais pour la réussite de l’Université de Lorraine", conclut André Rossinot. | Plus d'infos sur http://vers.univ-lorraine.fr


développement universitaire

L’École des Mines bientôt sur le campus Artem

École européenne d’Ingénieurs en Génie des Matériaux

20 ans !

Alors que la réalisation d’Artem se poursuit, l’École des Mines prépare son déménagement sur le site pour la rentrée universitaire 2012. Ses locaux situés parc de Saurupt à Nancy seront réinvestis par les services du Rectorat. Sur le site des anciennes casernes Molitor-Manutention, la réalisation d’Artem bat son plein. Depuis le mois de septembre, le futur campus prend corps très concrètement dans le quartier, comme en témoigne la pose des surfaces vitrées bleu et rouge sur l’armature de la galerie-rue, qui reliera les écoles entre elles le long de la rue Blandan. à la rentrée 2012, l’École des Mines sera le premier des trois établissements fondateurs d’Artem à intégrer ce campus innovant. Ses 800 étudiants découvriront un nouveau cadre de vie et des équipements de qualité, dont les deux premiers amphithéâtres et la Maison des langues et de la culture, qui seront mutualisés avec l’École nationale supérieure d’Art et le Groupe ICN-École de Management.

Les services académiques réunis Alors que le déménagement de l’établissement rattaché à l’Institut national polytechnique de Lorraine se profile, le Rectorat de Nancy-Metz prépare lui aussi une étape importante : la réunion de l’ensemble des services académiques dans les locaux du parc de Saurupt prochainement libérés. Ce projet d’envergure en gestation depuis 2006 "permettra d’affirmer une identité forte des services du Rectorat, actuellement dispersés sur Nancy, en réunissant les 900 agents sur un même site", commente Patrick Prieur, secrétaire général d’Académie adjoint. "Une réflexion est mise en œuvre avec l’ensemble des partenaires afin d’optimiser l’utilisation des 18 000 m2 à notre disposition." L’aménagement des locaux actuels de l’École des Mines débutera dès le début de l’année 2013. Il s’organisera en deux phases, le temps que l’Institut Jean Lamour sorte de terre sur le campus Artem pour accueillir les laboratoires spécialisés dans les matériaux et les 400 membres du personnel aujourd’hui rue de Saurupt. Dès 2014, les premiers services du Rectorat de Nancy-Metz s’installeront sur le site.

Au cœur du quartier de Saurupt à Nancy, les locaux de l'école des Mines, accueilleront les services académiques.

En cinq ans après le bac, l’EEIGM forme des ingénieurs polyglottes en génie des matériaux.

L’aventure de l’École européenne d’Ingénieurs en Génie des Matériaux a débuté en 1991 grâce à la rencontre de trois structures universitaires : l’INPL de l’Université Henri Poincaré, l’Université de Sarrebruck et celle de Barcelone. "Sous l’impulsion du professeur Michel Gantois, ces trois partenaires ont fondé une école européenne, unique en son genre, permettant à des élèves de culture différente d’étudier ensemble", souligne Brigitte Jamart, directrice de l’établissement auquel le Grand Nancy apporte son soutien. Depuis, l’EEIGM a fait de son sigle un nom reconnu dans l’univers des écoles d’ingénieurs. S’appuyant sur un consortium de six universités en France, Allemagne, Espagne, Suède et Pologne, il faut dire que l’école offre, en cinq années, un parcours de choix à l’attention de ses 300 étudiants, qui passeront au minimum une année à l’étranger. à l’image de Caroline Liegaut, 20 ans, qui explique avoir eu "le coup de foudre pour l’école" à l’issue de son bac S en section européenne. Pour les vingt ans de l’EEIGM, l’agglomération devrait retentir de nombreux accents étrangers. La cérémonie de remise des diplômes de l’école se déroulera le 5 novembre en présence de nombreuses familles qui auront fait le voyage à cette occasion. Puis, elle accueillera le 6e Congrès international de recherche sur les matériaux avancés les 7 et 8 novembre. Deux journées importantes pour des industriels et des scientifiques du monde entier venus échanger sur leurs recherches.

Avenir Magazine | Octobre - Novembre 2011


Les nouveaux locaux, que la Solorem investira au printemps 2012, seront habillés de panneaux en lamelles de bois en façade.

Le pôle d’innovation urbaine s’installe Rives de Meurthe Le quartier se prépare à réunir les différentes compétences liées à l’innovation urbaine au sein d’un pôle unique sur le site des anciens abattoirs à Nancy. | Du côté du boulevard d’Austrasie, à deux pas du Médiaparc, la métamorphose des anciens abattoirs est engagée. Le site, qui a abrité l’un des plus grands marchés aux bestiaux du Nord-Est de la France au siècle dernier, accueillera bientôt un pôle d’innovation urbaine regroupant les sièges de l’Agence de Développement et d’Urbanisme de l’Aire urbaine Nancéienne (l’ADUAN) et de la Société lorraine d’économie mixte d’aménagement urbain (Solorem), ainsi qu’un nouvel espace partagé dédié à la découverte, l’innovation et l’expérimentation autour de la "transformation urbaine".

La Meurthe aménagée dès les années 1980 "Voilà une nouvelle étape de développement pour ce territoire stratégique, qui recouvre 300 hectares de Maxéville à Jarville-laMalgrange", relève André Rossinot tout en rappelant l’histoire des Rives de Meurthe. Un quartier marqué par des aménagements d’envergure dans les années 1980 pour parer les crues du fleuve et protéger la vallée. Depuis, le site a mis à profit son environnement unique et réunit de l’habitat, des espaces publics, des activités économiques, différents sites de sport et de loisirs, ainsi que des établissements

Visite de terrain des acteurs du pôle d’innovation urbaine aux côtés d’André Rossinot.

universitaires : l’école nationale supérieure d’architecture, l’école nationale supérieure en génie des systèmes industriels (ENSGSI) et l’école européenne d’ingénieurs en génie des matériaux (EEIGM).

Réhabilitation de la grande halle et des anciennes écuries à terme, ces trois écoles bénéficieront des espaces d’exposition et d’innovation qui doivent voir le jour dans le cadre des travaux de réhabilitation de la grande halle, l’un des bâtiments composant les anciens abattoirs. Concrètement, ce projet porté par la Communauté urbaine en lien avec l’Université de Lorraine permettra d’animer une véritable "vitrine de la transformation urbaine au sein d’un espace symbolique, illustrant le renouvellement de la cité sur elle-même", commente Claudine Guidat, adjointe au maire déléguée à la vie des territoires aux côtés de Michel Candat, vice-président en charge de l’urbanisme. L’école nationale supérieure d’architecture y installera notamment un atelier d’expérimentation. En ligne de mire également, "le développement des diplômes construits sur la thématique de l’innovation urbaine", souligne François Laurent, président de l’Institut national polytechnique de Lorraine. Pour l’heure, la réalisation des nouveaux locaux de la Solorem se poursuit rue Jacques Villermaux. Cet important acteur des projets d’aménagement des collectivités y prendra ses quartiers au printemps 2012 dans des bureaux de 1 000 m2. Puis, ce sera au tour de l’ADUAN d’investir à la fin de l’année prochaine les anciennes écuries, réhabilitées elles aussi dans le respect de la mémoire industrielle du lieu. |

La lanterne déménage !

7 000 visiteurs seront passés par la Lanterne, qui aura également accueilli cinq expositions.

Installée place Thiers depuis l’été 2007, la Lanterne sera démontée ces prochaines semaines pour permettre l’engagement des travaux d’aménagement du site. Espace de concertation et d’information sur le projet d’aménagement urbain du quartier gare, cette structure aura accueilli quelque 7 000 personnes et cinq expositions. Elle sera relocalisée dans la grande halle à l’issue de son chantier de réhabilitation pour s’imposer comme le pavillon d’accueil et d’information sur les manifestations qui se dérouleront sur place.


développement économique

Soutenir les entreprises qui investissent Le Grand Nancy apporte son soutien au quotidien à des entreprises porteuses de projets innovants et créatrices de richesses. à l'image de la miroiterie Righetti, qui vient de déménager sur la zone d'activités de Fléville-devant-Nancy. | Des locaux flambant neufs, de nouvelles machines, des perspectives d'embauche... L'entreprise Righetti vient d'investir 2,5 M€ dans son nouveau siège de 3 000 m2 labellisé BBC (Bâtiment basse consommation) à Fléville-devantNancy. "Dans le contexte actuel et pour une entreprise qui ne compte que 15 salariés, cela n'est pas quelque chose de courant", commente Philippe Bertaud, vice-président délégué au développement économique. Pour soutenir cette entreprise nancéienne créée en 1835 dans ses nouveaux projets, le Grand Nancy a apporté une aide financière de 70 000 €. En 2010, la Communauté urbaine a ainsi versé quelque 401 000 € à huit sociétés de l'agglomération dans le cadre de sa politique de développement économique. "Ce soutien à l'économie

résidentielle est fondamental car elle contribue à l'attractivité de notre territoire et à la qualité de vie des habitants", souligne Philippe Bertaud. En contrepartie de ce soutien financier, la miroiterie Righetti s'est engagée à créer sept emplois sur les trois prochaines années.

"Améliorer les conditions de travail" L'aide du Grand Nancy constitue un coup de pouce bienvenu pour l'entreprise qui réalise un chiffre d'affaires de 2,5 M€. "Nous avions véritablement besoin de déménager car nos anciens locaux basés à Seichamps étaient devenus trop exigus", expliquent Alban et Thierry Utard, respectivement directeur commercial et directeur général de la miroiterie Righetti. En s'installant à Fléville, l'entreprise a plus que doublé sa surface de travail.

Un vrai "plus" pour les salariés qui évoluent dans l'atelier où sont manipulées d'immenses plaques de verre de six mètres par trois. "Avec ces mètres carrés supplémentaires, nous gagnons beaucoup de temps pour charger et décharger les camions. Ce déménagement nous a aussi permis d'améliorer les conditions de travail", indique Thierry Utard. Le bâtiment BBC permet en effet de mieux gérer la température ambiante, que ce soit en hiver ou en été. Toujours en matière de respect de l'environnement, un système de traitement de l'eau en circuit fermé a été mis en place. Autant d'innovations qui permettent aujourd'hui à cette entreprise familiale spécialisée dans le verre feuilleté décoratif de répondre à son développement et d'anticiper les hausses d'activité à venir. |

Alban et Thierry Utard devant les nouveaux locaux de l'entreprise Righetti. Avenir Magazine | Octobre - Novembre 2011


grands

équipements

Nancy-ThermaL

Ça coule


La piscine ronde qui a rouvert ses portes est désormais alimentée par de l’eau de source.

grands équipements

de source ! Depuis la rentrée, la piscine ronde est à nouveau alimentée en eau thermale, et sera suivie de près par la piscine olympique. Un premier pas vers un pôle d’activités aquatiques tourné vers la forme, la détente et la santé.

| Les habitués de Nancy-Thermal sont heureux ! Depuis le mois d'octobre, les usagers de la piscine ronde nagent de nouveau dans l'eau thermale de la source, et bientôt la piscine olympique sur le même site offrira les mêmes avantages. "De 1909 à 2006, les bassins ont toujours été alimentés par cette eau qui sort à 35 °C de la nappe des grès vosgiens. Nous renouons donc avec l'histoire du site créé au début du XXe siècle", explique Marie-Catherine Tallot, conseillère communautaire déléguée aux activités médico-sportives et au projet Nancy-Thermal. Pour atteindre cette source à près de 850 mètres sous terre, plusieurs forages successifs (1909, 1938 et 1964) ont été réalisés durant toutes ces années. Constatant que le dernier ouvrage réhabilité en 1986 était en mauvais état, la Communauté urbaine du Grand Nancy a décidé en 2008 de percer un quatrième forage, les piscines étant alors alimentées par l'eau du réseau de ville. Les travaux de forage ont été effectués dans le courant de l'année 2010 et il a fallu ensuite obtenir l’autorisation pour le raccordement aux bassins. L'eau de source étant naturellement chaude, cette opération s'inscrit également dans une logique durable qui permet une économie en ressources énergétiques et en traitement. Un premier pas est franchi vers la constitution d’un pôle d'activités aquatiques tourné vers la forme, la détente et la santé.

En vue de l'obtention du label Depuis le 3 octobre dernier, les usagers peuvent aussi apprécier les travaux d'embellissement dont a fait l'objet la piscine ronde, fermée pendant une année. Outre des peintures neuves, le site s'est doté d'équipements propres aux soins thermaux avec baignoires d'hydromassage, douches à affusion et tables d'application de boues. "Ces équipements sont nécessaires dans le cadre de l'étude clinique qui va être réalisée en vue de l'obtention du label thermal. Cette étude, qui sera coordonnée par le CHU de Nancy, a pour but de prouver que l'eau apporte un mieux-être, notamment pour l'arthrose du genou", précise l'élue en charge de ce projet. Cet hiver, un appel sera lancé à environ 300 Grands Nancéiens volontaires. Un protocole qui contribuera à déterminer si l'eau de Nancy-Thermal est apte à recevoir le fameux label. |

"Nous renouons avec l'histoire du site dans la perspective de la création d'un pôle d'activités aquatiques", explique Marie-Catherine Tallot, conseillère déléguée aux activités médico-sportives, ici sur le site Nancy-Thermal. Avenir Magazine | Octobre - Novembre 2011


graNds ProJets

Visite du chantier du Centre de Congrès pour les participants de la Conférence nationale du club écoQuartier le 5 octobre dernier.

Approchez ne et tpho votre smarde ci-dessous flashez le co

ous uvez-nan Ou retroan d-n cy.org sur www.gr

Le centre de congrÈs prouvé avance À granDS PaS Le chantier emblématique de l’écoQuartier gare - nancy Grand cœur entre dans la phase du gros œuvre, avec notamment le démontage des façades de l’ancien centre de tri.

| "Cet emblème architectural sera à la fois une porte d’entrée sur le monde et une fenêtre sur la ville", résume André Rossinot. C’est en automne 2013 que Grand Nancy Congrès – Centre Prouvé ouvrira ses portes dans l’ÉcoQuartier gare Nancy Grand Cœur. Installé au pied du TGV, le nouvel équipement abritera notamment une halle d’exposition de 2 750 m2, deux auditoriums de 850 et 300 places, des salles de séminaire et un espace de restauration panoramique. "Un outil moderne et performant au service du dynamisme économique de l’agglomération et de son rayonnement", estime Philippe Bertaud, vice-président délégué au développement économique et universitaire. En attendant, le chantier vient d’entrer dans une nouvelle phase opérationnelle, celle du gros œuvre, avec le déploiement sur le site de deux grues et l’arrivée progressive de 200 personnes. Après le chantier archéologique mené par l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) qui a permis la découverte d’un blason du XVIIe siècle, les opérations se poursuivent par la construction du parking public souterrain de 450 places, puis la réalisation du nouveau bâtiment qui viendra prendre

appui sur l’ancien centre de tri postal reconfiguré. "Le tri postal imaginé par Claude Prouvé respectait les enjeux du Développement durable avant l’heure", résume l’architecte-scénographe Marc Barani, "il avait, en effet, anticipé une reconversion de l’édifice avec de grandes portées et une économie de poteaux". Éléments de façades valorisés pour l’année Prouvé Dans un premier temps, Marc Barani et Christophe Presle, l’architecte nancéien associé, ont dégagé un espace de 1 400 m2 au rez-de-chaussée de l’ancien centre de tri postal qui deviendra un grand hall entièrement vitré, prolongement de l’espace public jusqu’aux salles d’exposition. "Par les escalators, les congressistes pourront accéder à des salles de réunion et à des salons baignés de lumière naturelle, avec vue sur l’agglomération", précise Marc Barani. Dans le même esprit, les façades seront déposées, puis remplacées pour les façades nord et en partie ouest par des vitrages tout en hauteur, avec un effet de coupe vive sur le bâtiment. Une partie de ces éléments de façades sera valorisée et exposée au musée de l’Histoire du Fer à Jarvillela-Malgrange dans le cadre de l’Année Prouvé en 2012. |


graNds ProJets

une nouveLLe offre De Stationnement Se conStruit Pour limiter la gêne liée aux travaux de remise aux normes du parking thiers, des solutions de report de stationnement sont proposées, préfigurant une restructuration globale. | Labellisé ÉcoQuartier au titre de la mobilité, le projet urbain Nancy Grand Cœur entend favoriser la mixité des modes de déplacement au sein de l’agglomération. "En voiture, à pied, à vélo, en utilisant les transports collectifs ou le covoiturage, nous devons offrir aux habitants plusieurs façons de se déplacer qu’ils pourront choisir en fonction de leurs contraintes", explique Christian Parra, vice-président délégué à la politique des transports. Dans cet esprit, l’offre de stationnement autour de la gare va être réorganisée et de nouveaux aménagements sont actuellement en cours. Première porte d’entrée de l’agglomération avec 9 millions de voyageurs par an, la place Thiers commence sa requali-

fication avec les premiers travaux engagés depuis cet été dans le parking. Pendant 14 à 16 mois, les mises aux normes permettront de renforcer la sécurité de la structure. Grâce aux différentes phases d’intervention prévues, le parking Thiers restera accessible et une centaine de places seulement (sur 740 au total) seront neutralisées simultanément. La nouvelle offre se profile Le dispositif lié aux travaux du parking Thiers préfigure la restructuration globale dans le quartier gare de Nancy. Plusieurs parkings restent, en effet, à la disposition des usagers à proximité et notamment le parking Croix de Bourgogne-Kennedy, dont la réouverture

est prévue le 2 novembre. Les travaux d’extension ont permis de porter sa capacité à 310 places pour les voitures, sans oublier une zone réservée au stationnement d’une quarantaine de vélos. Accessibilité, sécurité, modernité et développement durable sont les maîtres-mots de son réaménagement. Parallèlement, les travaux du parking du futur Centre des Congrès Prouvé se poursuivent. 450 places de stationnement pour les voitures et 150 places pour les vélos seront disponibles à la fin de l’année 2012. Ce n’est qu’une fois ce nouvel équipement livré que le parking Thiers engagera sa requalification complète. "Nous sommes attentifs à limiter la gêne pour les usagers", conclut Christian Parra.|

Des solutions sont proposées, notamment avec les parkings Saint-Léon, Saint-Jean, Croix de BourgogneKennedy qui rouvrira cet automne, sans oublier les parkings relais EsseyMouzimpré, Les Deux Rives, Vandœuvre CHU Brabois.

Avenir Magazine | Octobre - Novembre 2011


habitat

L’engagement du Grand Nancy

en faveur de l’habitat Le renouvellement de la délégation de compétence pour l’attribution des aides à la pierre conforte le Grand Nancy dans son rôle de chef de file en matière de politique de l’habitat. Un engagement pionnier concrétisé en parallèle par le 6e programme local de l’habitat durable.

Construites par la société Novemia, les premières maisons économiques et écologiques sont sorties de terre rue Piroux à Jarville-la-Malgrange.

Une plate-forme logement pour les jeunes Faciliter l’accès à l’habitat des jeunes en mobilité professionnelle sur le territoire du Grand Nancy et originaires de la Grande Région : c’est l’objectif d’une plate-forme qui sera mise en place d’ici la fin de l’année par ADALI Habitat (Association pour le Développement, l’Accompagnement, le Logement et l’Insertion) en lien avec le Grand Nancy. Intitulée "Log’toit", cette plate-forme centralisera et coordonnera les demandes des jeunes, tout en les informant sur les différentes possibilités d’hébergement. Des permanences d’accueil seront notamment mises en place à la Maison de l’Habitat et du Développement durable, ainsi qu’une bourse au logement en ligne.

| Depuis 2005, le Grand Nancy décide de l’attribution des aides financières allouées à la construction et à la réhabilitation des logements publics et privés. Renouvelée en juin dernier pour une durée de six ans, "cette deuxième délégation de compétence constitue une reconnaissance du bon travail accompli. Elle donne au Grand Nancy les manettes du dispositif et confirme son rôle fondamental d’ensemblier au service d’une politique de l’habitat partagée par les vingt communes de l’agglomération", indique Jean-Marie Schléret, vice-président délégué à la politique de l’habitat et du logement. Pour la période 2011-2016, ce sont ainsi 1 860 logements HLM qui seront réalisés. D’autre part, le Grand Nancy consacrera 500 000 € sur ses ressources propres pour des opérations de réhabilitation des logements très sociaux du parc HLM. Quant à l’habitat privé, les aides de l’Agence nationale de l’habitat permettront la rénovation de 2 164 logements. Les opérations programmées d’amélioration de l’habitat et les programmes d’intérêt général cibleront la lutte contre l’habitat indigne, la précarité énergétique ou encore l’accessibilité des logements. Une nouvelle génération de PLH La délégation de compétence des aides à la pierre s’appuie sur le 6e programme local de l’habitat (PLH) de la Communauté urbaine, intégrant les enjeux de la ville durable. "Pour obtenir le feu vert de l’état, nous avons fourni un effort conséquent pour que le 6e PLH durable soit prêt à être mis en application", explique Jean-Marie Schléret, "pendant deux ans, des expérimentations seront menées pour affiner nos orientations." Outre la satisfaction des besoins en logements pour tous les habitants, les actions en faveur du développement durable seront accentuées dans le cadre du 6e PLH, comme par exemple le développement des certifications Bâtiment basse consommation (BBC), des constructions innovantes sur les ZAC communautaires ou encore la mise en place des pactes de proximité pour un habitat durable avec les communes et les bailleurs sociaux pour améliorer la gestion au quotidien des espaces et du cadre de vie. | Plus d’infos auprès de la Maison de l’Habitat et du Développement durable, place de la République à Nancy. Tél. : 03 54 50 20 40


une commune

un maire

La Foire aux fromages crée tous les ans en septembre un lien entre les habitants de Seichamps et ceux de l’agglomération.

SEICHAMPS, l'esprit de convivialité Le succès de la 33e Foire aux fromages témoigne de la vitalité de cette commune conviviale conduite par Henri Chanut. | "Nous sommes à la lisière de la ville et de la campagne", résume Henri Chanut. Il suffit pour s’en rendre compte de flâner, en compagnie du maire de Seichamps, dans les rues de cette commune de 5 200 habitants, à l’est de l’agglomération. Au pied d’un vert coteau, le bien vivre ensemble se cultive au quotidien. Même s’il ne reste plus que deux agriculteurs dans la commune, Seichamps conserve cette pointe d’esprit rural qui fait son charme. L’un des meilleurs exemples reste le jardin Roussel. Ces anciens vergers sont devenus le lieu de rencontre de tous les Seichanais qui, au fil des saisons, vont croquer une variété ancienne de pomme, déguster des cerises ou des mirabelles. Dans le même esprit, la Foire aux fromages, dont le succès ne s’est pas démenti pour la 33e édition les 17 et 18 septembre derniers, crée un lien entre les habitants et ceux de toute l’agglomération, venus savourer les produits du terroir. "Nous sommes particulièrement fiers de notre fameux Beugnat O’Frémèche, à base de fromage l’Ortolan", confie le maire.

variées de 400 logements, a été mis en place avec le Grand Nancy dans le cadre de l’aménagement du Territoire à enjeux Plaines Rive Droite. "Nous souhaitons attirer de jeunes ménages dans un cadre de vie qui répond aux exigences du développement durable pour un meilleur vivre ensemble". Plus de 50 associations Le lien social passe également par un tissu associatif riche et dense. Plus de cinquante associations sportives ou culturelles, mais aussi des équipements publics de qualité, témoignent de la vitalité de Seichamps. Pour renforcer l’identité de la commune, quatre comités de quartier se réunissent régulièrement et proposent des projets originaux, tel ce square dont les habitants ont imaginé l’aménagement en lien avec les services techniques. "Nous devons maintenir et développer l’esprit de convivialité", conclut Henri Chanut. |

Henri Chanut est maire de Seichamps depuis 2008.

à Seichamps, l’esprit de convivialité se cultive au quotidien, notamment dans le jardin Roussel.

Reconquête du centre-ville Pour Henri Chanut, "les enjeux de la commune sont avant tout démographiques. Il fallait prendre des mesures pour limiter les effets du vieillissement de la population et reconquérir le centre-ville". Dans cet esprit, Seichamps a notamment lancé un programme de logements et de commerces avec Meurthe-et-Moselle Habitat. Au nord-est de la commune, le projet de la ZAC de la Haie Cerlin, un programme d’habitations Avenir Magazine | Octobre - Novembre 2011


déplacements

Le développement durable au cœur

de la viabilité hivernale

Saler moins et saler mieux : cette démarche sera appliquée plus que jamais pour faire face aux intempéries de l’hiver. Si le Grand Nancy se mobilise chaque année afin de rendre son réseau routier praticable, les particuliers ont également un rôle à jouer.

Le Grand Nancy mobilise chaque année ses équipes pour assurer la sécurité et rendre praticable le réseau routier.

| Dans notre région, il est fréquent de voir tomber les premiers flocons de neige à la mi-novembre. C’est pourquoi, dès cette période et jusqu’au mois de mars, trois équipes d’astreinte de 50 agents de la Communauté urbaine sont mobilisées, prêtes à intervenir pour dégager et saler les 800 km de voirie que compte le Grand Nancy. Ces agents des centres techniques Marcel Brot et de Villers-lès-Nancy sont renforcés dans cette tâche par des techniciens des communes de l’agglomération. Pour pallier toute pénurie cet hiver, le stock de sel sera augmenté et sera utilisé de façon toujours très adaptée aux circonstances du moment grâce à un bon réglage des saleuses. Saler moins et saler mieux, tel est donc l’objectif du Grand Nancy. "La notion de développement durable est fortement ancrée dans la démarche des services de déneigement", souligne Gérard Royer, vice-président délégué aux espaces publics, "c’est pourquoi des économies de sel ont été engagées et vont se poursuivre. Celles-ci nous ont déjà permis de réduire notre consommation de 40 % en dix ans." Une attitude responsable face aux intempéries Par ailleurs, certaines rues plates et peu fréquentées seront, en accord avec les maires des communes, non déneigées. "Il est matériellement impossible d’intervenir partout en même temps", explique Pascal Balandier, directeur de service. "C’est pourquoi nous nous concentrons sur les circuits prioritaires que sont les axes de grande circulation et les axes en pente." Mais les particuliers ont également leur rôle à jouer en matière de viabilité hivernale. Il est ainsi essentiel pour les personnes partant travailler très tôt le matin d’équiper leur véhicule de pneus neige, de consulter la météo et de s’informer sur les conditions de circulation avant de prendre la route. Enfin, si la Communauté urbaine assure le salage et le déneigement du réseau routier de l’agglomération, il appartient aux riverains de prendre leurs précautions en cas de neige ou de verglas devant leur porte. Ils sont ainsi tenus de dégager leur partie de trottoir, et de répandre du sel si besoin. Rappelons qu’une seule poignée suffit ! |

Le centre technique de Saint-Max sur le pont En soutien aux agents de la Communauté urbaine, des employés municipaux interviennent également dans le déneigement du réseau routier de l’agglomération. Ainsi, au centre technique de Saint-Max, des équipes sont mobilisées 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 en cas de chute de neige importante. La priorité des agents du Grand Nancy étant les circuits prioritaires, les employés municipaux s’occupent des axes transversaux, comme par exemple le secteur des coteaux à Saint-Max. équipées d’un camion quatre roues motrices permettant de déneiger les hauteurs, ces équipes peuvent également intervenir sur d’autres communes, selon un parcours imposé par le Grand Nancy. "Il existe une excellente coordination entre les services municipaux et les services communautaires", souligne éric Pensalfini, le maire de Saint-Max.

Comme dans les autres communes, les agents de Saint-Max sont engagés dans la campagne de viabilité hivernale.


agenda

Les cyber-bases du Grand Nancy vont sensibiliser le public à l’e-proximité.

Jarville-la-Malgrange

L’histoire du calcul "Savez-vous compter ?" : la nouvelle exposition-dossier présentée actuellement et jusqu’au 2 janvier au musée de l’Histoire du Fer invite le visiteur à se familiariser avec l’histoire du calcul, des outils primitifs pour compter les bêtes d’un troupeau à la calculette électronique d’aujourd’hui, en passant par les premières machines mécaniques de bureau destinées à la comptabilité. Au-delà d’un parcours historique, la présentation permet au public de découvrir ou redécouvrir quelques instruments comme le boulier, la règle à calcul ou encore les réglettes imaginées au XIXe siècle par Henri Genaille et édouard Lucas pour effectuer des multiplications en un clin d’œil… en évitant les problèmes de retenues. Fidèle à sa vocation, le musée de l’Histoire du Fer met également en exergue l’évolution des techniques liées au perfectionnement progressif de ces différents outils.

grand nancy

Services numériques de proximité Permettre une meilleure appréhension des technologies pour simplifier les démarches au quotidien, c’est tout l’objectif de la "Semaine de la proximité numérique", mise en place par le Grand Nancy à partir du 18 novembre. Une semaine durant laquelle les cyber-bases de l’agglomération, à Nancy, Ludres, Tomblaine et Vandœuvre-lès-Nancy, proposeront des animations autour de quatre thèmes : l’e-proximité, l’e-administration, les e-usages et les e-services. Une manière pédagogique d’intégrer des réflexes numériques utiles pour les nouveaux usages de la vie quotidienne.

Plus d’infos www.grand-nancy.org

Musée de l’Histoire du Fer. Avenue du Général de Gaulle à Jarville-la-Malgrange. Tél. : 03 83 15 27 70

Avenir Magazine | Octobre - Novembre 2011


agenda

Du 1er au 23 décembre, une expostion photo, "Images urbaines en hiver dans les rues de Nancy", à découvrir à la galerie Gilbert Bauvin. Le 12 novembre, le Zénith de Nancy rendra hommage à Luis Mariano.

Grand Nancy

Une fin d’année animée pour la Maison du vélo Alors qu’elle vient de fêter ses deux ans lors d’une semaine riche en manifestations, la Maison du Vélo du Grand Nancy poursuit ses actions de promotion, sensibilisation et formation à la bonne pratique et à la sécurité de la petite reine. Le 4 novembre, tout d'abord, "Objectif Ludres" propose sur les cimaises de la galerie Gilbert Bauvin un regard sur la commune de Ludres. En parallèle se déroulera l’opération "Cyclistes, brillez de tous vos feux" : une sensibilisation à l’éclairage, vérification, diagnostic, conseils et rappel de la loi concernant l’éclairage du vélo et du cycliste hors agglomération. Une bicyclette correctement équipée et les différents dispositifs lumineux existants seront présentés. Enfin, en décembre, l’exposition photo "Images urbaines en hiver dans les rues de Nancy" clôturera l’année par une jolie déambulation nocturne à vélo.

Maison du Vélo du Grand Nancy, 54, rue Charles III à Nancy - Tél. : 03 83 48 88 20

maxéville

Luis Mariano au Zénith : retour sur une vie d’opérette "Mexico", "La Belle de Cadix", "Rossignol de mes amours"…, autant de chansons que même les moins de 20 ans connaissent pour avoir scellé à tout jamais un destin : celui de Mariano Gonzalez, devenu star de l’opérette sous le nom de Luis Mariano. Une vie et une carrière extraordinaires auxquelles rendra hommage le spectacle "Luis Mariano – les plus grands succès des années opérette", le 12 novembre au Zénith de Nancy. Sur scène, Henri-Jean Servat, l’imprésario des stars, contera l’histoire du chanteur au fil des airs issus de sa collaboration avec Francis Lopez, auteur-compositeur des mélodies de "La Belle de Cadix". Quatre ténors se glisseront tour à tour dans le boléro du chanteur de Mexico pour évoquer les différentes périodes de sa carrière. Deux heures de spectacle, rythmées par la présence, sur scène, d’un ballet espagnol, dans la plus pure tradition de l’opérette. Parmi les temps forts de cette saison 2011-2012, Johnny Hallyday, les Scorpions ou encore la nouvelle comédie musicale "Dracula, l’amour plus fort que la mort", qui fouleront successivement la scène de l’amphithéâtre de plein air.


Du côté du Sillon Lorrain metz

Le design s’expose

Nancy

La jeune garde de l’architecture Du 9 novembre au 9 décembre prochains, l’École nationale supérieure d’architecture accueille l’exposition itinérante consacrée aux lauréats de la session 2009-2010 des Albums des jeunes architectes et paysagistes. Ce prix porté par le ministère de la Culture et de la Communication et co-présidé par l’architecte Christian Hauvette et l’architecte-paysagiste Pascal Cribier distingue 15 équipes de jeunes professionnels français et étrangers. Leurs projets et réalisations, qui ont été exposés à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, rendent compte des parcours singuliers de cette jeune garde passionnée, mais aussi de la vivacité d’une nouvelle génération, qui relève au quotidien le défi de construire un tissu urbain et paysager agréable à vivre.

école nationale supérieure d’architecture. 2, rue Sébastien Lepage à Nancy. Tél. : 03 83 30 81 00 Plus d’infos : www.ajap.culture.gouv

Jusqu’au 30 juillet 2012, le Centre Pompidou-Metz présente la première grande rétrospective consacrée aux frères Bouroullec. Lauréat de prix prestigieux, le duo français de designers est édité par les plus grands industriels et s’expose dans les musées du monde entier. Leur style, à la fois inventif et rigoureux, a donné naissance à des créations qui font rimer Bivouac exhibition © Studio Bouroullec esthétique et confort. "Ronan & Erwan Bouroullec, Bivouac" investit la Galerie 3 comme un campement provisoire. Sur plus de 1 000 m2 se déploient leurs réalisations de ces dix dernières années ainsi que certains projets de recherches. Parmi les pièces à découvrir, quelques œuvres emblématiques : "Ploum", un canapé à la surface molle et textile, "Cloud", des nuages en polystyrène à assembler librement pour structurer l’espace, ou encore "Vegetal Chair", des chaises qui évoquent la fluidité d’un organisme vivant tout en étant le résultat d’un procédé technologique complexe.

épinal

Avis aux gourmands et aux gourmets Foie gras, huile d’olive, charcuterie bio, champagne, cognac, confiture, miel, bière, fromage… voilà quelques exemples des spécialités à déguster sur place ou à emporter au Salon de la gourmandise. Parrainée par Jean-Pierre Coffe, cette troisième édition invite le public, les 19 et 20 novembre au Centre des congrès d’épinal, à découvrir les saveurs des terroirs de France. Parmi les produits régionaux présentés, les arts de la table vosgiens ne seront pas oubliés avec les couverts de Darney et le linge Garnier-Thiebaut. Tout au long du week-end, les amateurs de bonne chère pourront se régaler des desserts préparés par les élèves du lycée hôtelier spinalien, assister à des conférences autour du chocolat, participer à des démonstrations culinaires proposées par des chefs étoilés ou encore admirer les œuvres gourmandes réalisées par les apprentis du Pôle des Métiers CFA d’épinal et désigner leur coup de cœur.

Avenir Magazine | Octobre - Novembre 2011


tribune libre

Cette rubrique est destinée à l’expression des élus d’opposition. Retrouvez-la également sur le site Internet du Grand Nancy en rubrique Avenir magazine.

Nancy, la Belle endormie ? Bien que l’été se soit peu à peu dissous dans les préoccupations habituelles de la rentrée, il nous semble cependant opportun de retourner quelques semaines en arrière pour s’y replonger. D’abord parce que, alors que l’automne progresse, il est toujours agréable de revenir sur la période estivale. Ensuite parce que la fin de l’été est particulièrement propice au bilan. Le premier bilan est celui de la fréquentation touristique. On ne peut que s’en réjouir, il est bon, et ce, pour l’ensemble de la région. En effet, malgré le temps réputé particulièrement maussade, en Lorraine comme ailleurs en France, les professionnels du tourisme se disent globalement satisfaits de la saison. Dans le Grand Nancy, l’été a apporté son traditionnel lot de visiteurs, venus arpenter les rues nancéiennes, goûter à la gastronomie locale, et découvrir l’histoire de la région dans le fraîchement rénové Musée lorrain. Ainsi un optimisme sans faille semble-t-il être de bon ton. Cependant, certaines raisons nous poussent à nous inquiéter et à nous préoccuper devant la forte tendance de l’agglomération à se reposer sur ses lauriers et à considérer acquise sa réputation historique de ville culturelle. L’attractivité culturelle participe grandement à l’attractivité globale d’un territoire, or il semble que celle du Grand Nancy se réduise inexorablement, notamment face à Metz, dont le Centre Pompidou d’art contemporain lui donne une visibilité bien nationale et l’image d’une ville résolument moderne, et où la Nuit Blanche rencontre un succès indéniable. Comment ne pas s’inquiéter également devant la baisse de fréquentation du Zénith qui, malgré les chiffres avancés dans le rapport d’activité 2010, n’arrive pas à attirer assez de spectateurs pour présenter un bilan satisfaisant. Ainsi, les importantes productions musicales et artistiques semblent privilégier les grandes salles situées en Moselle, voire au Luxembourg. De son côté, le Grand Nancy semble plus prompt à se pelotonner dans son glorieux passé et à s’endormir dans les bras de Stanislas et d’émile Prouvé plutôt que de chercher, sinon à se projeter à l’avantgarde culturelle, du moins à s’ancrer dans la tendance actuelle. Le Siècle des Lumières en 2005, Nancy Renaissance en 2013, sont des exemples parfaits de cette complaisance de notre agglomération à regarder dans le rétroviseur en célébrant son passé. Le Grand Nancy ne peut décidément plus se reposer uniquement sur ses illustres ancêtres. L’agglomération doit profiter de l’approfondissement de la coopération au niveau du Sillon lorrain, tout en proposant également de son côté une politique culturelle renouvelée et ambitieuse. Car si l’attractivité culturelle n’est pas suffisante pour maintenir les jeunes sur un territoire ou attirer les entreprises, elle n’en constitue pas moins l’un des éléments pris en compte par ceux-ci lorsqu’ils cherchent à s’établir. Or le départ des étudiants, qui représentent un Grand Nancéien sur cinq, reste une problématique majeure pour l’agglomération. Le Grand Nancy doit beaucoup à Stanislas, à émile Prouvé et à leurs autres contemporains respectifs, mais il ne doit pas craindre de s’en affranchir, car se tourner vers l’avenir ne signifie pas forcément oublier son passé. Groupe “la Gauche du Grand Nancy” 22-24, viaduc Kennedy - CO n° 80036 - 54035 Nancy Cedex Tél. : 03.83.91.83.30 Gauche.du.grand.nancy@gmail.com


Avenir Magazine | Octobre - Novembre 2011



Avenir Magazine 62