Issuu on Google+


mais toujours basées sur une richesse personnelle. Le concept “paysage mental” permet de rassembler les idées et les stratégies de chaque individu pour créer des modèles mentaux qui feront partie de processus d’apprentissage communs.

Cuarto est une publication périodique centrée sur des domaines adjacents à l’architecture, elle-même considérée comme discipline ouverte, et qui touche à l’actualité culturelle et aux modes de vie actuels de manière transversale. La publication se donne pour objectif de rassembler durablement des informations participant à un vrai dialogue architectural contemporain, et ce à travers les différents numéros thématiques. Cuarto ne cherche pas à être une revue d’actualité ni à restreindre son langage à un niveau strictement technique. Elle cherche plutôt à explorer le processus même d’élaboration de son discours dans le but de stimuler ses propres lecteurs en ouvrant de nouveaux champs intellectuels. L’inconnu devient alors quelque chose d’attirant et d’indéchiffrable et provoque la curiosité. Cuarto adopte une position contemporaine vis-àvis de la production culturelle dans l’intention de construire des métalangages inhérents à l’architecture et aux publications architecturales. Elle cherche à donner la parole aux différents acteurs du processus architectural en mettant de côté l’attitude autoritaire et le point de vue expérimenté, pour donner à voir la beauté des idées/métiers/travaux en gestation. Le processus prend le pas sur le projet et l’absence des concepts architecturaux libère de la pensée architecturale. Etant donné l’aspect participatif de la publication, nous prenons en compte l’évolution des informations, en leur laissant des perspectives d’avenir dans les prochains numéros. Dans ce sens, nous invitons les participants à collaborer ouvertement au développement des idées naissantes et à répondre librement aux problématiques contemporaines. Nous jugeons que la participation de différents collaborateurs à titre expérimental est possible lorsqu’elle est réalisée dans un cadre organisé.

Un projet générationnel

C’est le contexte actuel, partagé par notre génération de jeunes actifs, qui a suscité la création de Cuarto. Et c’est pour cela que la sélection des thèmes à approfondir acquiert une grande importance dans le discours que nous voudrions exprimer. Nous croyons que le moment actuel a besoin “d’être raconté” de manière intrinsèque à son contexte ; construire des idées avec des contenus (images, textes, vidéos, dessins, illustrations, gravures, collages,...) basés sur l’observation, la perception, des expériences précises ou objectives

En ce sens nous considérons que l’observation du contexte actuel doit entrainer la proposition de réponses, de stratégies, de projets de renouvellement, entre autres. Et ce n’est pas seulement un changement dans les moyens d’actions qui doit s’opérer mais aussi un changement de mentalité. C’est donc une véritable force de proposition qui est nécessaire aujourd’hui.

Une génération délocalisée

Une des caractéristiques principales de ce projet est la délocalisation. Nous développons un projet en réseau, sans bases physiques spécifiques. L’intérêt réside dans le fait que les participants peuvent collaborer aux quatre coins du monde, donnant à la publication un caractère multi local. De cette façon, les connexions entre professionnels sont facilitées au moment de chaque publication. Il est, selon nous, fondamental que les textes soient traduits en plusieurs langues, en tentant de retrouver à chaque fois les spécificités locales du langage architectural, l’objectif étant de favoriser les échanges aussi bien localement qu’internationalement.


C’est le contexte actuel, partagé par notre génération de jeunes actifs, qui a suscité la création de Cuarto.

L’inconnu devient alors quelque chose d’attirant et d’indéchiffrable et provoque la curiosité.

Le concept “paysage mental” permet de rassembler les idées et les stratégies de chaque individu pour créer des modèles mentaux qui feront partie de processus d’apprentissage communs.


Serie 1 : Disruption Qu’est-ce que la “disruption”?

Le terme “disruption” provient de l’anglais et s’utilise pour nommer tout ce qui produit une rupture brusque. En général ce terme s’utilise dans un sens symbolique, en référence à quelque chose qui produit un changement important ou déterminant. De manière générale la “disruption” est associée à la promotion d’une innovation. Cela n’implique pas toujours l’interruption ou le désordre mais plutôt le remplacement vers des nouvelles propositions qui donneraient des réponses à des questions qui n’avait jamais été posées auparavant.

Pour quoi la disrupion? Les générations actuelles du monde entier ont souffert de l’échec de leur croissance à cause des multiples crises nationales, ce qui a obligé la réinvention d’une identité professionnelle. Les modèles migratoires ont été modifiés de façon radicale ces dernières années, ce qui a occasionné un tourbillon dans le champ professionnel et dans le cadre éducatif, culturel et social actuel. Les conséquences sont perceptibles aujourd’hui et elles ont provoqué l’émergence de projets innovateurs qui se distinguent du passé en s’adaptant aux nouvelles conditions actuelles. Il y a des initiatives connues, Creative Commons, par exemple, qui ont réussi à se construire dans le contexte actuel grâce à nouveaux contrats de licences, entrainant l’ouverture des connaissances au niveau global et sans limites physiques, grâce au réseau d’Internet. Par ailleurs, nous sommes actuellement dans un contexte changeant, où le secteur éditorial évolue vers l’ère numérique ouvrant ainsi un vaste éventail de possibilités de communication. Il y a donc une déconnexion du plan physique et du développement de projets délocalisés. Nous voudrions profiter de ce contexte pour développer une initiative multi localisée, sans barrières physiques mais dont la base digitale reste coordonnée. Cette perspective nous fait croire que notre proposition se doit d’être « disruptive », dans sa forme mais aussi dans son contenu.

Comment générer le “disruptif”?

Le terme “disruption” envisage la résolution des problèmes comme une réponse à des questions qui n’ont pas encore été posées. Remettre en questions ces interrogations et analyser le problème depuis des voies alternatives peut être une manière de trouver les concepts relatifs au “disruptif”.


Disruption: Structure de la revue Numéro 1 // Identité La revue a pour premier grand thème l’identité, que l’on considère comme appartenant à la “disruption”. Les changements que notre société a subis ont remis en question le rapport entre identités individuelles et identités collectives. Dans ce thème large, nous nous intéresserons aux liens entre ces identités divergentes, à l’analyse et à la relecture des régionalismes et à la définition des nouveaux archétypes.

Récurrences Ça oui envisage l’action mais de façon positive, en essayant de se positionner de manière critique certes, mais toujours avec une pensée constructive. Brainstorming demande aux collaborateurs des idées rapides qui guident les lecteurs à la compréhension du “disruptif”, ou à sa totale incompréhension. Il s’agit d’un mur d’idées, un think tank d’inspirations architecturales, un collage de propositions, à partir d’un aller-retour entre action et réflexion. Cadavre exquis cherche à remélanger l’architecture, comme technique prépositive peut-être, avec une relecture de l’existant ou une méthodologie de l’absurde. Nous proposons de réaliser des photomontages, de déconstruire, de relever des images ou des plans, de les relire, de changer leur axe, de les retourner, en utilisant l’approximation des propositions comme méthode. On obtiendrait alors des échantillons d’embryions de projets basés sur la chance. Contacts propose une relecture de la presse architecturale en essayant de classifier les intérêts des participants, de manière à ce qu’ils puissent se lier avec les autres professionnels qui liraient la revue. Malgré la perméabilité de l’information permise par Internet, nous considérons que les réseaux professionnels utilisent principalement leurs connaissances personnelles ou leur ressenti affectif comme point de départ. Mettre au point de manière synthétique une information peut donc faciliter l’hybridation de différentes lignées professionnelles.

Nous proposons “Ça oui”, “Brainstorming”, “Cadavre exquis” et “Contacts,” comme éléments de récurrences entre les numéros consécutifs de Cuarto, et comme moyens d’interconnexion entre les différents collaborateurs. Ces derniers peuvent ainsi proposer des idées, répondre à des questions et échanger des modes de pensée.


Collaborateurs Cuarto souhaite avoir des collaborateurs tout au long des différentes étapes et à toutes les échelles, en fonction de degré de relation que chacun souhaite avoir avec le projet. Nous différencions collaborateurs ponctuels et collaborateurs permanents. Les collaborateurs ponctuels, en plus de coordonner les relations entre eux, peuvent réaliser les tâches nécessaires à l’élaboration de la revue. Un collaborateur permanent n’a pas besoin d’écrire dans tous les numéros, néanmoins, il est possible qu’il prenne en charge la réalisation d’un entretien, d’une recherche ou la gestion d’un travail interne à la publication (obtention des permis, exécution des relations publiques, diffusion du projet entre autres) Entre ces multiples acteurs que nous proposons il y a le traducteur, l’illustrateur, le net hunter, le producteur, le rédacteur, le conseiller en relations publiques, … bien qu’il soit toujours possible d’effectuer des tâches qui ne sont pas forcément restreinte à un secteur.

Pour participer en tant que collaborateur, envoyer un mail à: info@cuartomag.net


merci


Cuarto - Guide Français