Page 2

Entrevue du 5 juillet 2016

Gail Adelson-Marcovitz, Jack Hasen, présidents, Centenaire de la Fédération CJA Quelles sont les raisons qui vous ont motivés à accepter la présidence du Centenaire de la Fédération CJA ? Gail Adelson-Marcovitz – J’ai accepté ce rôle parce que je veux partager l’enthousiasme et la passion que j’éprouve pour notre communauté. Je crois sincèrement que nous avons la chance de vivre dans la meilleure communauté juive d’Amérique du Nord. Et c’est important que nous nous en rendions tous compte. Il peut nous arriver de penser que l’herbe est plus verte chez le voisin, mais en vérité, notre jardin est magnifique et florissant. Il est en somme une merveilleuse toile de fond pour la vie juive. Nous avons devant nous un énorme potentiel et un superbe avenir. Je désire passer toute une année à mettre en lumière nos forces et les réalisations que nous avons accomplies ensemble au cours du siècle qui vient de s’écouler. Jack Hasen – Je suis entièrement d’accord avec Gail. J’aimerais cependant ajouter qu’au cours du dernier siècle, nous avons accompli une multitude de grandes choses. Avec le passage des générations, notre force s’est décuplée, ce qui nous a permis de bâtir la dynamique communauté dans laquelle nous vivons aujourd’hui. Je veux participer à la vie de la communauté dans son ensemble, mais je veux aussi participer à celle de la prochaine génération de leaders. Je veux en fait que nous soyons encore plus forts à l’arrivée de notre deuxième centenaire. La passion qui me pousse à m’engager à fond dans la célébration de cette année charnière est personnelle, bien sûr, mais elle est issue de la force que nous partageons tous en tant que membres de notre communauté.

Selon vous, où notre communauté trouvet-elle sa force? Pourquoi un si grand nombre d’autres communautés d’Amérique du Nord nous envient-elles ? G. A.-M. – Au fil du temps, notre communauté a évolué. Notre sentiment identitaire réussit à s'épanouir à Montréal. Nous avons développé un véritable sens de l’unité et de la communauté. Je crois que ces valeurs sont essentielles à la vie de famille. Nous possédons un incroyable réseau d’écoles, de camps de vacances et de programmes juifs – des éléments qui contribuent à l'expression d'un profond sentiment de vie juive. Notre communauté est bilingue, en particulier les jeunes générations, et ouverte tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de ses rangs. De plus, notre Fédération est un moteur unique en matière d’unification de la communauté. J. H. – En fait, la Fédération CJA n’est pas la communauté en soi. Elle est plutôt la fondation d’où la communauté tire sa force. Sans une fondation solide, une maison ne peut pas être solide. Notre communauté est très unie.

Elle trouve en grande partie sa force dans les nombreuses différences qui nous unissent – ce qui nous distingue des autres communautés. Notre communauté est spéciale. Elle est la plus altruiste. Elle a le plus grand cœur. Elle est la plus bienveillante et a, avec Israël, une relation sans pareille. Si elle se démarque dans tous ces domaines, c'est parce qu’elle est engagée. Ses membres s'en préoccupent, s’y impliquent et nous font part des améliorations qui devraient y être apportées. Ils nous poussent à toujours essayer d’aller plus loin. G. A.-M. – Nous avons une communauté qui n’hésite pas à investir en elle-même. Jetez un coup d’œil aux programmes qui ont été mis en place ces dernières années – par exemple, la communauté a investi dans une Méga Mission en Israël, et deux ans plus tard, elle était prête à répéter l’expérience. Ces programmes sont la preuve tangible de la volonté de la communauté à bien s’enraciner dans son milieu. Voilà qui pourrait expliquer ce pour quoi Jack et moi avons accepté cette fonction. Nous sommes persuadés que nous pourrons continuer de progresser.

À quand remonte votre engagement bénévole dans la communauté ? J. H. – Mes parents étaient des immigrants. Ils ont eu recours à JIAS (Services d’aide aux immigrants juifs) à leur arrivée au pays. Ils croyaient fermement à l’éducation juive et aux séjours dans les camps d’été juifs. Au début, leur contribution financière était modeste, mais ils tenaient à faire leur part malgré tout. Les années passaient et ils aidaient de plus en plus, et ce, jusqu’au jour où ils sont devenus des leaders communautaires. L’engagement philanthropique a fait partie de mon environnement depuis mon enfance. Mes parents m’ont pavé la voie. Mes enfants m’ont par ailleurs dit que c’était en nous observant, ma femme Pascale et moi, qu’ils avaient compris l’importance de donner au suivant. Sans que nous les ayons forcés, ils ont repris flambeau et sont impliqués à la Fédération CJA et dans diverses autres organisations qui leur tiennent à cœur. Pour ma famille, l'engagement communautaire est l'affaire de trois générations. Quand on pense à célébrer les cent ans de la communauté juive organisée à Montréal, les cent ans de la Fédération CJA, le passage du relais d’une génération à l’autre est essentiel. G. A.-M. – Nous savons tous que les enfants apprennent par l’exemple, et que l’exemple s’imprègne en eux. Mes enfants sont fiers de mon engagement et de mon dévouement envers la communauté depuis plusieurs années. J’ai semé des graines en eux, et je suis persuadée que ces graines fleuriront quand le temps sera venu.

LVS Décembre 2016  
Advertisement