Issuu on Google+

2 1 0 2 1 1 0 l 2 e u n rapport an

a ies du canad g lo o n h c te t es e es de scienc ĂŠ s u m s e d sociĂŠtĂŠ


Merci aux photographes bénévoles, Tom Aföldi Richard Lawrence Bill Upton

Afin de réduire son incidence environnementale, la société n’a imprimé que 50 exemplaires de ce rapport qui est également disponible au technomuses.ca

Imprimé sur Rolland Hitech50

CARACTÉRISTIQUES ENVIRONNEMENTALES Contient 50 % de fibres postconsommation et 50 % de fibres vierges certifiées FSC Certifié ÉcoLogo et FSC Sources Mixtes Fabriqué à partir d’énergie biogaz


Au cours des douze derniers mois, la Société des musées de sciences et technologies du Canada (la Société ou la SMSTC) s’est activée et a mis en branle sans tarder de nouveaux programmes et davantage d’expositions nationales primées, et elle a atteint des niveaux de commandites, d’adhésion et de bénévolat inégalés jusqu’alors.

e r g e ' é n d plein L’initiative pancanadienne d’information sur l’énergie, Parlons énergie, est une première du genre dans le monde et a été une des plus importantes activités mises sur pied par la Société au cours de la dernière année. Parlons énergie réunit des expositions d’envergure dans les trois Musées de la Société, ainsi que des activités et des partenariats partout au pays. Outre sa programmation publique, la Société a travaillé sans relâche dans les coulisses afin de réaliser de nouveaux partenariats, conclure de nouvelles ententes et trouver de nouvelles façons d’étendre la portée de ses ressources internes et de sa diffusion. Le thème de Parlons énergie a rallié beaucoup d’appui et permis à la Société de susciter un niveau sans précédent d’intérêt à l’externe, par l’entremise de commandites et d’une meilleure présence publique, y compris des sites Web, des médias sociaux et diverses formes de diffusion et d’apprentissage à distance. Le présent rapport décrit les réalisations accomplies au cours de l’exercice financier 2011-2012, qu’il s’agisse de programmations palpitantes et de nouveaux partenariats ou de projets d’infrastructure et d’immobilisations.


table des m at ères Message du président du conseil d’administration 6 Message de la présidente-directrice générale 7 Conseil d’administration 8 Aperçu 10 En bref 11 Musée de l’agriculture du Canada 12 Musée de l’aviation et de l’espace du Canada 13 Musée des sciences et de la technologie du Canada 14

Cadre de planification organisationnelle 15

Services internes (gestion organisationnelle) 38 Production de recettes 40 Responsabilité sociale organisationnelle 42 Un milieu de travail collaboratif et motivant 44 Quelques faits au sujet de l’adhésion 45

Parlons énergie 16

Reconnaissance des bénévoles 46

Diffusion des connaissances (éducation et rayonnement) 18

Du travail bien fait 48

Musée virtuel 20 Activités intéressantes et programmes populaires 21 Accroissement de notre présence nationale 25 Des expositions novatrices 26 Rayonnement au Canada et à l’étranger 30

Installations (gestion organisationnelle) 50 Amélioration des établissements de la Société 50 Cibles et mesures de rendement pour 2011-2012 51 Secteurs de résultats clés 2 — Présence nationale, participation et liens à l’échelle nationale 51

Partage d’expertise 31

Secteurs de résultats clés 3 — Une collection de réputation internationale 51

Prix et distinctions 32

Secteurs de résultats clés 4 — Viabilité organisationnelle 51

Préservation du patrimoine (collection et recherche) 33

États financiers 52

Préservation du patrimoine canadien 34

Rapport de l’auditeur indépendant 53

Documentation de l’histoire des sciences et des technologies du Canada 35

Notes afférentes aux états financiers 56

Enrichissement de la collection 36

Analyse de la direction 69


message

du président du conseil d’administration, M. Gary Polonsky

La prospérité du Canada est fondamentalement liée aux sciences et technologies et à des personnes hautement qualifiées qui, grâce à leurs talents, donnent vie à des idées novatrices. – Le premier ministre Stephen Harper, lors de la remise des bourses d’études supérieures du Canada Vanier de 2011, en août 2011

l

a Société héberge la collection scientifique et technologique nationale du Canada et à ce titre, elle se trouve dans une position idéale pour montrer la vitalité des réalisations du Canada et l’ingéniosité de ses gens. Célébrer l’innovation est une de nos spécialités, à commencer par nos expositions, notre programmation publique et les activités spéciales. C’est également une composante essentielle de nos initiatives éducatives, qu’il s’agisse de journées carrière et de foires scientifiques ou de démonstrations et d’apprentissage à distance.

L’innovation est essentielle si l’on veut que notre pays demeure concurrentiel sur la scène internationale. Le groupe d’experts présidé par Tom Jenkins, chargé d’examiner le soutien fédéral à la recherche-développement dans le secteur privé, nous rappelle ce fait important dans son rapport publié en octobre 2010 et intitulé Innovation Canada : le pouvoir d’agir . Le groupe d’experts souligne également la nécessité d’inscrire les aspirations entrepreneuriales et l’innovation dans l’ADN de tous les Canadiens. Les mêmes

thèmes clés ont fait surface dans bon nombre de rapports récents publiés par des institutions telles que le Forum des politiques publiques, la Coalition pour l’action en matière d’innovation au Canada et le Conseil canadien des chefs d’entreprise; ces organismes sont unanimes à réclamer une collaboration plus solide entre les secteurs public et privé afin de créer un climat favorable à l’innovation et à la découverte au pays. Tous ces rapports insistent fortement sur les générations les plus jeunes, qui sont l’avenir de notre nation. Cette insistance trouve un écho dans l’engagement à long terme qu’a pris la Société de susciter l’intérêt des jeunes pour les sciences, la technologie et le génie, ce qui inclut les histoires inspirantes des innovateurs et entrepreneurs canadiens. Notre Panthéon canadien des sciences et du génie met en évidence les réalisations de personnalités bien connues comme Alexander Graham Bell et Joseph Armand Bombardier, ainsi que celles des personnes récemment intronisées, tel le biochimiste et sénateur Kelvin K. Ogilvie et le Dr Norman Bethune.

6 Société des musées de sciences et technologies du Canada

Au cours de la dernière année, j’ai eu le privilège de travailler avec les membres dévoués de notre conseil d’administration et le personnel hautement qualifié de la Société. Tout au long des douze derniers mois, nous avons reçu plusieurs commentaires selon lesquels une nouvelle énergie a imprégné tout ce que nous faisons : la programmation publique, la diffusion, les partenariats, l’éducation, ainsi que les activités quotidiennes d’une société de musées nationaux. Cela ne signifie pas que nous pouvons nous reposer sur nos lauriers. Afin d’assurer et de consolider la place du Canada à titre d’hôte de plusieurs des plus importantes réalisations scientifiques et techniques au monde, nous devons continuer à infuser nos énergies collectives dans l’éducation et le soutien d’une nouvelle génération d’innovateurs et d’entrepreneurs. La Société des musées de sciences et technologies du Canada est bien placée pour être le chef de file de cette tâche essentielle et nous assumons ce rôle avec un enthousiasme continuel.


message

de la présidente-directrice générale, Denise Amyot

e

nergie : c’est le mot qui a inspiré la Société cette année, et ce thème a été présent dans toutes nos activités. Qu’il s’agisse de pratiques opérationnelles innovantes ou de programmation de pointe, le travail de la Société des musées de sciences et technologies du Canada a été alimenté par l’énergie des employés, des partenaires et des visiteurs. Nous avons également encouragé les Canadiens à réfléchir au thème de l’énergie et examiné sérieusement la façon dont nous utilisons nos propres énergies afin d’améliorer l’efficacité interne. Notre initiative primée Parlons énergie, qui s’étendra sur six ans, est entrée dans une phase publique passionnante avec l’inauguration d’expositions dans les trois Musées. Au cours des cinq prochaines années, nous allons travailler en vue d’établir un dialogue national sur l’enjeu complexe qu’est l’énergie. Grâce à des partenariats avec des institutions dans chaque province et territoire, nous espérons pouvoir inciter tous les Canadiens à participer à des conversations innovantes sur les enjeux relatifs à la conservation, la production et la distribution de l’énergie. En 2011-2012, nous avons continué à offrir au public de nouvelles expositions et programmations passionnantes, tant sur place qu’en ligne. Nous avons maintenu d’importantes relations de longue date tout en établissant de nouveaux partenariats avec un vaste éventail d’organismes. Avec les nouveaux partenaires est arrivée une foule de nouvelles idées, de nouvelles occasions et de nouvelles possibilités. La participation de groupes externes nous a

apporté de l’énergie, ce qui a permis d’améliorer encore davantage les réalisations déjà remarquables du personnel talentueux et dévoué de la Société. L’année qui vient de s’écouler a été exceptionnelle à plusieurs égards. Seize ententes de partenariats ont été signées, alors qu’il y en avait eu cinq l’année dernière. La Société a connu sa meilleure année au chapitre des commandites. Les revenus provenant de l’adhésion ont augmenté de plus de 79 000 $. D’importants projets d’immobilisations ont été achevés. Les livres, les expositions, les prêts d’artefacts, les activités spéciales, la programmation éducative et les médias sociaux nous ont permis d’étendre notre présence nationale et internationale. La Société a été reconnue parmi les meilleurs employeurs de la région de la capitale nationale lors du concours visant à désigner les 100 meilleurs employeurs au Canada, organisé par Mediacorp Canada Inc.

nos Musées offrent à la région de la capitale nationale une valeur éducative et amusante remarquable. L’énergie est une force avec laquelle il faut compter. La magie réside dans la capacité de la capter. Au cours de la dernière année, la Société a travaillé fort en vue de former et concentrer sa propre énergie, tout en la rehaussant grâce à de nouvelles initiatives et de nouveaux partenariats palpitants. La dernière année a été très occupée pour nous tous, mais je pense que nous pouvons, à juste titre, tous en être fiers.

Au cours de la dernière année, notre situation financière nous a obligés à faire un examen minutieux de notre façon de faire. Par conséquent, nous avons revu notre modèle opérationnel de prestation de services et commencé à mettre en œuvre d’importants changements. Qu’il s’agisse d’ajustements de notre grille tarifaire, de nouveaux programmes tarifés, d’économies à l’interne ou de réduction de personnel, nous continuons à extraire le maximum de valeur possible de tout ce que nous faisons, tout en offrant une valeur considérable en retour. Nous sommes fiers du taux élevé de satisfaction de nos visiteurs, ce qui signifie que

Rapport annuel 2011-2012 7


conseil d’administr ation l

a SMSTC est dirigée par un conseil d’administration dont les membres représentent toutes les régions du pays. Les membres du conseil, agissant collectivement en tant que conseil d’administration, sont responsables de la gestion des affaires et des activités de la Société et veillent à ce que toutes les responsabilités conférées à la Société par la Loi sur les musées et par la partie X de la Loi sur la gestion des finances publiques soient respectées. Nommés par le gouverneur en conseil, les dix membres du conseil reflètent l’envergure et la diversité du mandat de la Société. Une nouvelle membre du conseil a été nommée en 2011-2012; il s’agit de madame Marie-Claire Bélanger, de Montréal, au Québec.

Structure des comités Les comités du conseil d’administration se réunissent habituellement avant chaque réunion du conseil ou par téléconférence et font rapport de leurs activités à chaque réunion du conseil. Les trois comités du conseil d’administration sont : Le Comité exécutif (CE) Ce comité accomplit les tâches du conseil d’administration entre les réunions du conseil. Le comité s’est réuni deux fois au cours de l’exercice financier 2011-2012. Le Comité des finances, de la vérification et de la gestion des risques (CFVGR) Ce comité supervise les contrôles financiers et de gestion de la Société, ainsi que ses pratiques et ses systèmes d’information. Le comité s’est réuni deux fois au cours de l’exercice financier 2011-2012.

8 Société des musées de sciences et technologies du Canada

Le Comité de gouvernance (CG) Ce comité examine et fait des recommandations en ce qui a trait à la nomination et à la reconduction du mandat des administrateurs, examine la structure et la composition des comités du conseil et veille à ce qu’un processus d’autoévaluation du conseil d’administration soit mis en œuvre. De plus, le comité surveille et examine périodiquement la gouvernance de la Société à la lumière des pratiques exemplaires, et fait des recommandations au conseil afin que les modifications appropriées soient apportées dans le but d’améliorer l’efficacité des activités d’exploitation de la Société. Le comité s’est réuni trois fois au cours de l’exercice financier 2011-2012.


Conseil d’administration. À l’avant, de gauche à droite : Virginia McLaughlin, Gary Polonsky, Denise Amyot, Eloise Opheim, Margaret E. Smith, Amiee Chan. À l’arrière, de gauche à droite : Ian McIlreath, Neil Russon, Harold Bjarnason, Frédéric Dugré. Absents : Marie-Claire Bélanger, Jim Silye.

Nom, province

Titre

Comités du conseil

Gary Polonsky, Ontario

Président fondateur à la retraite de l’University of Ontario Institute of Technology

Président, CE*, CFVGR, CG

Jim Silye, Ontario

Président de Tyme Holdings Inc.

Vice-président, CE

Neil Russon, CMA, Nouveau-Brunswick

Associé chez Accreon Inc.

CE, CFVGR*

Eloise Opheim, O.C., Saskatchewan

Fondatrice du Parents Resource Institute for Drug Education (PRIDE)

CE, CG

Frédéric Dugré, Québec

Président et chef de la direction de H2O Innovation

CFVGR

Ian McIlreath, Alberta

Directeur de la géoscience et géoscientifique en chef de Talisman Energy

CFVGR, CG*

Amiee Chan, Colombie-Britannique

Présidente et PDG de Norsat International Inc.

CFVGR

Margaret E. Smith, Nouvelle-Écosse

Ancienne directrice des dossiers médicaux du Highland View Regional Hospital

CFVGR, CG

Harold Bjarnason, Manitoba

Doyen à la retraite de la Faculty of Agricultural and Food Sciences de l’Université du Manitoba

CG

Virginia McLaughlin, Ontario

Présidente de Helmhorst Investments Ltd.

CG

Marie-Claire Bélanger, Québec

Biochimiste au Centre hospitalier de l’Université de Montréal

* Président du Comité Rapport annuel 2011-2012 9


aperçu société

des musées de sciences et technologies du Canada Vision Inciter TOUS les Canadiens à découvrir leur passé, leur présent et leur avenir scientifiques et technologiques.

Mission Faire la collection d’objets, explorer et susciter la participation par l’entremise des sciences, de la technologie et du génie.

l

a Société des musées de sciences et technologies du Canada administre le Musée des sciences et de la technologie du Canada (MSTC), le Musée de l’agriculture du Canada (MAgC) et le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada (MAEC), qui sont collectivement chargés de la responsabilité de préserver et de protéger le patrimoine scientifique et technologique du Canada, ainsi que de promouvoir, célébrer et faire connaître ce patrimoine.

La Société a été constituée en tant que société d’État autonome le 1er juillet 1990, au moment de l’adoption de la Loi sur les musées. Le mandat de la Société est énoncé comme suit dans la Loi : Favoriser la culture scientifique et technique au Canada par la constitution, l’entretien et le développement d’une collection d’objets scientifiques et technologiques principalement axée sur le Canada, et par la présentation des procédés et productions de l’activité scientifique et technique et des rapports de ces derniers avec la société sur les plans économique, social et culturel.

10 Société des musées de sciences et technologies du Canada

La Société et ses trois Musées sont situés dans la région de la capitale nationale et relèvent du Parlement du Canada par l’entremise du ministère du Patrimoine canadien. Cette année, la Société a lancé Parlons énergie, une discussion nationale sur la relation que le Canada entretient avec l’énergie. Cette initiative a été conçue afin d’explorer les principaux enjeux liés à l’énergie au sein de la société canadienne, tout en faisant la promotion des sciences, de la technologie et du génie dans la population en général. Parlons énergie va se prolonger jusqu’en 2017 et accompagner la Société jusqu’aux célébrations entourant le 150e anniversaire du Canada.


en bref Rayonnement auprès de plus de 9,5 millions de Canadiens partout au pays 5 837 418 visiteurs hors site ont apprécié les expositions itinérantes ou vu les artefacts prêtés à d’autres institutions 3 039 941 visites Web Près de 7 100 personnes « aiment », « suivent » ou sont des « abonnées » de la Société dans les médias sociaux Les photos, vidéos, mises à jour et commentaires de la Société ont été vus plus de 1,6 million de fois dans les médias sociaux Près de 255 000 téléchargements de produits éducatifs en ligne Plus de 70 000 étudiants ont participé à la programmation scolaire des 3 Musées Nombre total de visiteurs : 658 000 MAgC : 164 000 MAEC : 185 000 MSTC : 309 000 223 employés à temps plein

377 bénévoles ont consacré 32 000 heures aux Musées, franchissant le cap des 500 000 heures de bénévolat depuis que nous avons commencé à compter les heures au milieu des années 80 7 professionnels détachés à la Société, y compris un scientifique en résidence Le grand public peut maintenant consulter en ligne le catalogue de la bibliothèque qui lui donne accès à la totalité de la collection de livres, de livres rares, de périodiques de la bibliothèque, ainsi qu’à certains catalogues de fabricants liés au domaine de l’aviation, soit un total de 61 557 dossiers 443 artefacts, prêtés dans 67 endroits partout au pays, dans 8 provinces et 2 territoires, ont été vus par 1 958 709 visiteurs de partout au Canada La collection de la Société regroupe actuellement 482 081 objets, dont des artefacts, des catalogues de fabricants, des monographies, des dessins techniques, des revues et livres rares, ainsi que des titres de périodiques 7 prix à l’échelle locale, nationale et internationale 922 mentions dans la presse écrite, radiophonique et télévisuelle et dans les médias électroniques

6 000 membres 35 nouveaux protocoles d’entente (PE) établis avec une grande variété de partenaires 103 présentations faites par des employés partout au Canada et dans le monde Premières TechnoZones présentant les nouvelles technologies Première édition de l’Institut d’été destiné aux enseignants du primaire Premiers musées nationaux offrant un accès gratuit à Internet sans fil Reconnue pour la première fois parmi les meilleurs employeurs de la région de la capitale nationale lors du concours visant à désigner les 100 meilleurs employeurs au Canada, organisé par Mediacorp Canada Inc. Première fois que la Société recueille plus de 800 000 $ en commandites, que ce soit en argent ou en nature Premier tweetup Premier musée (le MSTC) au monde à exposer la capsule Phénix 1, utilisée lors du sauvetage des mineurs au Chili

Rapport annuel 2011-2012 11


musée

de l’agriculture du Canada

l

e Musée de l’agriculture du Canada est situé à quelques minutes du centre-ville d’Ottawa, à la Ferme expérimentale centrale. Niché dans un paysage agricole où se trouvent des champs en culture, un arboretum réputé, des serres et des jardins ornementaux, le Musée est la vitrine de l’innovation agricole canadienne. Le Musée fait autorité à l’échelle nationale en matière de présentation et d’interprétation des sciences et de la technologie agricoles, grâce à une programmation vivante et instructive, présentée par des employés dynamiques et dévoués. Le Musée est particulièrement populaire auprès des familles et des groupes scolaires, attirés par sa programmation éducative et son menu plus léger d’activités comme les démonstrations de tonte de moutons, les activités à l’occasion des récoltes, la chasse annuelle aux œufs de Pâques et le Festival de la crème glacée. Le cadre intérieur et extérieur du Musée lui permet d’offrir aux visiteurs des explorations guidées ou autonomes en lien avec les incidences de l’agriculture dans la vie de tous les jours. Depuis près de 30 ans, la programmation et les expositions extraordinaires

Nous avons toujours aimé venir voir les jeunes animaux au printemps et visiter les expositions pendant l’automne. Notre petit de 2 ans adore les chèvres et les vaches. Continuez votre beau travail! – Visiteur anonyme

du Musée, ainsi que ses troupeaux d’animaux d’élevage, qui comprennent des races rares et patrimoniales, des vaches laitières et une variété de petits animaux, attirent des centaines de milliers de familles de partout au Canada et du monde entier. L’inauguration, dans le cadre de l’initiative Parlons énergie, de la palpitante nouvelle exposition extérieure Parc énergie : la nature à l’œuvre a constitué un des faits marquants de cette année. Parc énergie offre aux visiteurs l’occasion de se promener dans un environnement dans lequel ils peuvent faire le plein d’énergie grâce à l’énergie solaire ou essayer d’avoir le dessus sur la puissance du vent en pompant de l’eau plus rapidement qu’un moulin à vent. Cette exposition amusante et éducative explore l’utilisation de l’énergie sur les fermes canadiennes et montre comment les technologies permettant de produire de l’énergie à partir de sources renouvelables ont une incidence sur la consommation et la production d’énergie dans le domaine de l’agriculture. Bien que l’exposition ait été ouverte au public tout au long de l’été, elle a été inaugurée officiellement le 15 septembre, alors que les plantes produisant du biocarburant et dans les parcelles des jardins étaient

12 Société des musées de sciences et technologies du Canada

arrivées à maturité. Une nouvelle trousse Edukit a également été lancée cette année; elle porte sur le Soleil en tant que source d’énergie. En janvier, le Musée a entrepris la rénovation majeure de l’édifice 94. À l’origine, l’aile arrière de cet édifice a été construite par Agriculture et Agroalimentaire Canada pour servir d’atelier de conception, d’assemblage et d’essai des premières machines agricoles spécialisées, alors que la partie avant de l’édifice comprenait des bureaux. Au cours des dernières années, la section arrière a servi à entreposer le matériel pour la programmation du Musée, alors que les bureaux administratifs du Musée étaient situés à l’avant depuis 1996. Le financement spécial alloué dans le budget de 2008 sera utilisé au maximum en vue d’adapter cet édifice aux programmes publics afin de doubler l’espace consacré à la programmation et d’offrir aux visiteurs de ce site historique national des installations entièrement accessibles.


musée

de l’aviation et de l’espace du Canada Mon mari et moi avons eu l’honneur de pouvoir nous asseoir dans le B-24 Liberator que mon père a piloté pendant la guerre. Pendant la dernière maladie de mon père, je lui ai dit qu’un jour, je prendrais place à bord de son “vieil ami”. Mon père aurait été content de savoir que j’ai pu tenir ma promesse. Je veux remercier du fond du cœur le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada d’avoir rendu cela possible. – Val Tyler, visiteuse

l

e Musée de l’aviation et de l’espace du Canada abrite et présente la plus vaste collection d’aéronefs du pays et une des plus magnifiques au monde. Il est bien situé, sur un terrain d’aviation historique, dont une partie est louée à un aéroclub privé. Le Musée présente l’histoire aéronautique canadienne et fait connaître les réalisations du Canada dans le domaine de l’aviation et de l’espace. Il explique le rôle important que l’aviation a joué dans l’exploration et l’expansion de ce pays, depuis les premières machines volantes aux avions de chasse en passant par les avions de brousse. Il examine également les nombreuses contributions du Canada à l’aéronautique, qu’il s’agisse du Silver Dart

d’Alexander Graham Bell, de véhicules aériens sans pilote, du programme spatial canadien ou du Canadarm2. Très populaire auprès des visiteurs de tout âge, le Musée offre un vaste éventail de programmes réguliers et d’activités spéciales, y compris la commémoration des jalons importants de l’histoire de l’aéronautique. La programmation exceptionnelle du Musée célèbre le rôle que l’aviation et l’espace ont joué au Canada et dans la vie des Canadiens depuis plus d’un siècle. Les programmes éducatifs constituent une part particulièrement importante des activités du Musée, car ils encouragent et inspirent la nouvelle génération d’aéronautes. Outre les programmes

scolaires et l’apprentissage à distance, le Musée offre une série de camps de jour très populaires pendant la relâche scolaire et tout au long de l’été. L’inauguration, dans le cadre de Parlons énergie, de l’exposition Vers un ciel vert le 16 juin a été un des points saillants de l’exercice financier qui vient de se terminer. Cette exposition permet aux visiteurs de découvrir les technologies énergétiques novatrices qui façonneront l’aviation commerciale au cours des 50 années à venir. Les éléments interactifs invitent les visiteurs à explorer les économies de carburant, de coûts et d’émissions de carbone engendrées par ces nouvelles technologies, ainsi que leur incidence sur l’avenir du voyage. En plus de proposer des expositions et des activités interactives, le Musée offre aux visiteurs la possibilité de voler à bord d’aéronefs historiques. Les tours de biplans comptent parmi les activités préférées; l’Ottawa Magazine les a d’ailleurs classés parmi les 10 meilleures activités pour les amateurs de sensations fortes pendant l’été.

Rapport annuel 2011-2012 13


musée

des sciences et de la technologie du Canada Il est parfois difficile d’intéresser les enfants au monde naturel. Mais lors de notre récente visite au Musée des sciences et de la technologie du Canada, nos garçons, qui la plupart du temps s’assoient et observent, étaient des participants actifs pendant une conférence divertissante sur la cryogénie. Ce musée est un petit bijou d’apprentissage concret et de réalisations scientifiques canadiennes de calibre mondial. – Jeanne Holden, Cornwall

l

e Musée des sciences et de la technologie du Canada est le premier musée interactif au Canada consacré aux sciences et à la technologie. Depuis près de 45 ans, il fait connaître le riche patrimoine scientifique et technologique du pays et célèbre les extraordinaires réalisations canadiennes. La collection du Musée contient quelques-uns des artefacts les plus rares et les plus inhabituels au monde, des nanoressorts aux locomotives à vapeur. Grâce à une programmation palpitante, ainsi qu’à une présence énergique en ligne, il partage avec des gens de partout au pays et dans le monde ces artefacts et les histoires qu’ils racontent à propos de l’innovation canadienne.

Une des activités courantes les plus gratifiantes du Musée est d’aider les visiteurs à faire des liens entre les sciences et la technologie et leur vie quotidienne. En montrant l’importance des sciences et de la technologie dans tout ce que nous faisons et comment elles peuvent être divertissantes et passionnantes, le Musée et ses employés rehaussent l’appréciation à l’égard des sciences et de la technologie, particulièrement chez les étudiants. Par la présentation et l’interprétation des trésors qui composent sa collection, le Musée favorise la culture scientifique, inspire la fierté à l’égard des réalisations canadiennes et montre les possibilités illimitées qui s’annoncent. Chaque année, ses programmes

14 Société des musées de sciences et technologies du Canada

atteignent des centaines de milliers d’étudiants partout au Canada, ce qui place le Musée dans une position de choix pour inspirer les chefs de file mondiaux d’aujourd’hui et de demain dans le domaine des sciences. L’inauguration le 27 septembre, dans le cadre de Parlons énergie, de l’exposition Énergie : le pouvoir de choisir a constitué un des faits marquants de cette année. L’exposition explore de manière factuelle et divertissante les implications sociales, économiques et environnementales de la production, la distribution et la consommation d’énergie. Cette expérience interactive encourage les visiteurs à examiner leurs propres choix énergétiques et leur propose des trucs pratiques pour réduire leur consommation. Les visiteurs peuvent également produire de l’énergie électrique en actionnant une roue pour hamster à échelle humaine et en apprendre davantage sur les formes inhabituelles d’énergie que l’on trouve dans la nature, comme les anguilles électriques.


cadre de planification organisationnelle En vue de réaliser ses objectifs à titre d’institution nationale de premier plan du Canada dans le domaine des sciences et de la technologie, la Société évolue dans le cadre suivant :

Architecture des principales activités de programme Diffusion des connaissances (éducation et rayonnement) • Diffuser des connaissances en lien avec la collection de la Société au moyen de programmes éducatifs et communautaires, d’expositions, de sites Web, de prêts d’artefacts et de prêts d’archives.

Secteurs de résultats clés (SRC) 1. Diffusion de connaissances par l’entremise de nos programmes, de partenariats et d’expériences captivantes pour les visiteurs. 2. Présence, participation et liens à l’échelle nationale. 3. Une collection de réputation internationale.

Préservation du patrimoine (collection et recherche)

4. Viabilité organisationnelle.

• Faire de la recherche, enrichir, gérer et conserver la collection.

5. Devenir un employeur de choix.

Services internes (gestion organisationnelle) • Offrir des services centralisés de gouvernance et de soutien, tels que la gestion des ressources humaines, l’approvisionnement et les finances.

Principaux objectifs stratégiques organisationnels • Susciter l’intérêt des Canadiens pour le passé, le présent et l’avenir des sciences, de la technologie et de la société grâce à des expériences riches et captivantes. • Rehausser notre réputation et les répercussions de la Société dans tous les territoires et provinces grâce à divers intervenants des domaines des sciences, de la technologie et de la culture. • Créer pour tous les Canadiens des destinations reconnues à l’échelle nationale. • Enrichir la collection et accroître sa réputation nationale et internationale.

Installations

• Démontrer que notre gestion et notre gouvernance en matière de finances et de ressources sont responsables.

• Entretenir des installations adéquates pour la collection, les visiteurs et les fonctions administratives.

• Attirer, perfectionner, soutenir et retenir une maind’œuvre hautement qualifiée, dynamique et diversifiée.

Rapport annuel 2011-2012 15


parlons éne

rgie

p

arlons énergie est une première du genre dans le monde. Cette initiative nationale sur six ans a été lancée par la Société des musées de sciences et technologies du Canada et est offerte en partenariat avec des organismes de partout au pays. L’objectif premier de cette initiative est de déclencher un dialogue national sur les relations entre l’énergie, l’économie et l’environnement. Le fait de sensibiliser davantage les Canadiens et d’améliorer leur culture dans le domaine de l’énergie contribuera à assurer un avenir énergétique durable pour le Canada. L’initiative Parlons énergie a été annoncée pour la première fois lors du Congrès mondial sur l’énergie en septembre 2010. Elle comprend un éventail d’activités, dont des expositions sur place et virtuelles, de l’apprentissage à distance, des trousses et des programmes éducatifs, des initiatives dans les médias sociaux, des conférences et des ateliers.

16 Société des musées de sciences et technologies du Canada


faits saillants •

Inauguration de trois expositions sur le thème de l’énergie au cours du printemps et de l’été : Parc énergie : la nature à l’œuvre au MAgC; Vers un ciel vert au MAEC; Énergie : le pouvoir de choisir au MSTC.

Première comparution devant le comité sénatorial de l’énergie, de l’environnement et des ressources naturelles, le 1er novembre.

Signature de 21 ententes de partenariat avec des

MSTC, deux trousses éducatives Edukits portent sur les transports et la façon dont l’énergie est produite. Parlons énergie a également fait partie de la première édition de l’Institut d’été destiné aux enseignants du primaire. •

En janvier, lancement d’un nouveau site Web consacré à Parlons énergie (www.energy.technomuses.ca).

Un prix national décerné au meilleur programme de sensibilisation sur l’énergie; ce prix a été créé en collaboration avec l’Association canadienne des centres de sciences et il a été remis pour la première fois en mai 2012.

musées et des centres des sciences de partout au pays. •

Entente avec l’Aéroport international Pierre-ElliottTrudeau de Montréal en vue de présenter une version réduite de l’exposition Vers un ciel vert, et installation de neuf kiosques interactifs d’information sur l’énergie dans des centres des sciences et dans des musées partout au Canada. Des trousses éducatives Edukits sur l’énergie sont proposées aux enseignants de partout au pays. Au

Sous l’égide du programme ScenaRio 2012 de l’Association of Science-Technology Centers et en collaboration avec le Chabot Space and Science Center de la Californie et l’Experimentarium de Copenhague, au Danemark, participation à un dialogue international entre jeunes à propos de l’énergie, lors de la Conférence Rio+20 en juin 2012.

Collaboration avec Ressources naturelles Canada, Environnement Canada, l’Université de l’Alberta, l’Agence spatiale canadienne et le Conseil national de recherches du Canada en vue de concevoir une présentation sur l’énergie pour le pavillon du Canada lors de la conférence annuelle de l’American Association for the Advancement of Science, qui a eu lieu à Vancouver en février 2012. Cette conférence de cinq jours est considérée comme étant la plus grande conférence scientifique au monde; cette année, elle a eu lieu hors des États-Unis pour la première fois depuis des décennies et a attiré le nombre record de 12 478 participants.

Convocation du Comité consultatif national dans le cadre de Parlons énergie, composé d’experts provenant de l’industrie, du milieu universitaire et d’organismes gouvernementaux et non gouvernementaux, en vue d’améliorer l’effet et la portée des projets actuels et à venir.

Rapport annuel 2011-2012 17


diffusion de s

connaissance

(éducation e

s

t rayonneme

La promotion d’une meilleure culture scientifique et technique partout au Canada constitue une des principales activités de la Société. Au cours de la dernière année, la Société a continué à redynamiser et à améliorer ses activités de diverses manières, et s’est concentrée plus particulièrement sur l’accroissement de ses ressources en ligne et de son utilisation des médias sociaux.

nt)

Cibles et mesures de rendement pour 2011-2012 Cibles et mesures — SRC 1

Résultats pour le volet Diffusion des connaissances

Revoir le taux de satisfaction des visiteurs à l’aide de sondages annuels réalisés auprès d’eux. La cible est de 85 %.

En raison des contraintes budgétaires, le sondage auprès des visiteurs qui devait être réalisé pendant l’hiver n’a pas eu lieu; il est donc difficile de mesurer pleinement le taux de satisfaction des visiteurs.

Analyse de la recherche réalisée auprès des visiteurs afin de nous assurer que nous répondons à leurs besoins et à leurs attentes.

RÉALISATION : Achèvement du travail avec un entrepreneur externe en vue d’étudier notamment les perceptions qu’ont à l’égard du MSTC les visiteurs dont l’adhésion est échue et les personnes qui ne visitent pas le Musée.

Cibles de rendement du site Web.

Visites globales : OBJECTIF ATTEINT : 3,13 millions de visites.

Visites virtuelles.

L’essentiel des efforts de cette année a porté sur la refonte des sites Web et sur l’accroissement de notre présence dans les médias sociaux; ces facteurs ne sont pas présents ici. Bien que nous soyons heureux d’avoir atteint notre cible quant au nombre de visites de notre site Web, nous espérons augmenter de façon importante notre rendement l’an prochain, grâce à la nouvelle structure de notre site Web.

La cible est de 3 millions.

Offrir le programme pancanadien Parlons énergie.

RÉALISATION : Le programme de diffusion nationale Parlons énergie a été lancé le 27 septembre.

Être le chef de file de la Semaine nationale des sciences et de la technologie (SNST).

RÉALISATION : La SNST a eu lieu du 14 au 23 octobre; elle a réuni 122 organismes participants, qui ont offert 386 activités partout au Canada. Le nombre de participants a augmenté de 22 % et les activités, de 17 % par rapport à 2010.

18 Société des musées de sciences et technologies du Canada


Cibles et mesures de rendement pour 2011-2012 Cibles et mesures — SRC 2

Résultats pour le volet Présence nationale

Création du Programme des musées partenaires affiliés (PMPA).

RÉALISATION : 21 membres nationaux, représentant 27 endroits dans les 10 provinces, ont adhéré au PMPA, dans le cadre de Parlons énergie.

Nombre de forums, conférences et autres activités connexes à l’échelle nationale et internationale dont la SMSTC a été l’hôte.

– Première édition de l’Institut d’été destiné aux enseignants du primaire. – Troisième édition de l’Institut d’été sur l’interprétation des artefacts. – La conférence de l’Association pour l’histoire de la science et de la technologie au Canada a eu lieu du 18 au 20 novembre au MSTC et a accueilli 83 participants.

Examen du nombre d’artefacts prêtés, avec une attention particulière au nombre d’endroits, de provinces et de territoires rejoints.

443 artefacts prêtés dans 67 endroits répartis dans 8 provinces, 2 territoires et un endroit à l’étranger.

Examen du nombre d’endroits où se trouvent les expositions itinérantes, les kiosques et les trousses Edukits, et comparaison avec les années antérieures.

26 endroits, soit le même nombre que l’année précédente.

Augmentation de 3 % du nombre de visiteurs issus de différents milieux linguistiques.

En raison des contraintes budgétaires, le sondage auprès des visiteurs qui devait être réalisé pendant l’hiver n’a pas eu lieu; il est donc difficile de mesurer pleinement le milieu linguistique d’où proviennent les visiteurs.

Examen du nombre de visiteurs (sur place, virtuels et hors site) et comparaison avec les prévisions et les années antérieures.

Plus de 9,5 millions de Canadiens de partout au pays ont été atteints.

La cible est de 8 millions.

Visiteurs sur place :

Cibles sur place :

– MSTC : 308 583 (diminution de 5,33 % par rapport à 2010-2011) OBJECTIF NON ATTEINT. – MAgC : 163 833 (augmentation de 17,3 %) OBJECTIF ATTEINT. – MAEC : 185 259 (augmentation de 4,7 %) OBJECTIF NON ATTEINT.

MSTC : 330 000 MAgC : 150 700 MAEC : 205 105

Nombre de présences dans les médias partout au Canada.

922 présences (augmentation de 25 % par rapport à l’an dernier).

Installation d’une exposition d’envergure au MSTC.

RÉALISATION : L’exposition Énergie : le pouvoir de choisir a été officiellement inaugurée le 27 septembre.

Installation d’une exposition mineure au MAEC.

RÉALISATION : Vivre dans l’espace, une exposition de l’Agence spatiale canadienne, a été ouverte au public le 11 mai. AUTRE RÉALISATION : L’exposition Vers un ciel vert a été inaugurée le 16 juin.

Installation d’une exposition extérieure majeure et élaboration de résultats d’apprentissage sur l’énergie renouvelable dans le secteur agricole au MAgC.

RÉALISATION :

Nombre d’activités organisées dans le cadre de la campagne nationale de sensibilisation au sujet du nouveau MSTC.

La deuxième édition de l’activité annuelle Soirée sciences et tech : La magie du Musée a eu lieu le 19 avril; voir à la page 43.

L’exposition Parc énergie : la nature à l’œuvre a été inaugurée le 9 juillet

Annual Report 2011-2012 19


musée

virtuel

a

près avoir analysé en profondeur les besoins et les attentes des visiteurs virtuels en 2010, la Société a fait un certain nombre de changements importants dans ses sites Web, ce qui a grandement amélioré l’expérience des visiteurs en ligne.

Faits saillants : • Deux nouvelles expositions : À la recherche de la voiture canadienne et Dis-moi ce que tu conduis... je te dirai qui tu es!

Vivre dans l’espace, qui a été diffusée en direct sur le site Web de l’ASC, alors qu’en octobre, la présidente-directrice générale de la Société, Denise Amyot, a participé à un tweetchat en direct sur le thème de l’innovation en périodes de restrictions, dans le cadre de la série #GovChat, qui favorise la conversation sur la façon d’améliorer le gouvernement.

• Publication de nouvelles vidéos sur YouTube présentant des conférences, la description de certains objets faisant partie de la collection et des images tournées au moment de la naissance d’animaux au MAgC. • Pour souligner l’inauguration en mai de l’exposition Vivre dans l’espace, cinq astronautes canadiens ont participé avec des étudiants à une séance spéciale de questions et réponses au MAEC. • En mai, a eu lieu la toute première activité tweetup lors de la séance de questions et réponses organisée par l’Agence spatiale canadienne (ASC) dans le cadre de l’exposition

• Le MSTC a reçu une subvention du Réseau évolué de recherche et d’innovation du Canada (CANARIE) en 2011, ce qui lui a permis d’être connecté à un des réseaux de fibre optique les plus rapides au monde et de s’ouvrir à un nouveau monde d’accès et d’interaction à distance.

20 Société des musées de sciences et technologies du Canada


activités

intéressantes et programmes populaires

q

u’il s’agisse de commémorations, d’observation des étoiles ou de festivals destinés aux familles, les trois Musées offrent un vaste éventail de programmes populaires et d’activités spéciales tout au long de l’année. Des activités destinées à des visiteurs de tout âge sont organisées afin que le temps des fêtes et les occasions spéciales comme Pâques, la fête du Canada, la bataille d’Angleterre et l’Halloween soient célébrés avec faste. De plus, les Musées offrent des programmes scolaires, ainsi que des camps de jour pendant la relâche scolaire et tout au long de l’été.

Faits saillants : Musée de l’agriculture du Canada • À Pâques, les enfants et les familles accueillent les animaux nouveau-nés et participent à des activités de fabrication de pain, à une chasse aux œufs de Pâques et à un jeuquestionnaire sur le thème du printemps. Un nombre record de plus de 11 000 visiteurs ont participé à ces activités qui ont eu lieu pendant quatre jours à la fin avril.

Nous sommes venus au Musée des sciences et de la technologie du Canada dans l’espoir de pouvoir voir un camion d’incendie qui a servi à une équipe que le père de mon grand-père a déjà dirigée. Le camion était en entreposage, mais après avoir parlé à une employée et à son superviseur, ils nous ont permis de voir le camion. Mon grand-père était fou de joie; c’est une expérience que nous ne sommes pas près d’oublier. Au nom de ma famille, je vous remercie. – Famille Paisley

• Au début mai, une foule record de plus de 1 800 personnes a célébré la fête des Mères et participé au programme familial Bon à croquer!, au cours duquel elles ont découvert comment, chez les animaux, les mères s’occupent de leurs petits.

• Les 29 et 30 octobre, plus de 3 500 visiteurs ont participé à la fête annuelle d’Halloween qui a lieu sur le terrain de la ferme et au cours de laquelle étaient organisés un défilé costumé, une chasse au trésor avec distribution de bonbons et des jeux.

• Le Festival annuel de la tonte des moutons, qui a lieu en mai, a accueilli plus de 7 400 visiteurs lors de démonstrations de tonte, du travail des border collies, de filage, de tissage et de fabrication de feutre, ainsi qu’un concours de photos et de vidéos.

• Les 4 et 5 février, dans le cadre du Bal de Neige, les patineurs sur le canal Rideau ont eu l’occasion de découvrir la vie des pionniers, au kiosque promotionnel du Musée.

• Du 8 au 10 octobre, une fin de semaine sur le thème de la récolte d’énergie a eu lieu dans le cadre de l’initiative Parlons énergie. Plus de 3 300 adultes et enfants ont découvert les aliments récoltés à l’automne, ainsi que la façon dont les fermes produisent de l’énergie à partir de sources comme le Soleil, le vent et même les récoltes. Les visiteurs ont également pu voir l’énergie renouvelable en action lors de la toute nouvelle exposition Parc énergie : la nature à l’œuvre.

• Pendant la relâche scolaire, 8 650 visiteurs ont profité d’un vaste éventail de démonstrations, portant notamment sur la fabrication du beurre et comment cuisiner le sirop d’érable. • Le chariot Tally Ho, qui offre pendant l’été des promenades très populaires à bord d’un chariot tiré par des chevaux, a été remplacé, car le chariot précédent était âgé et en mauvais état. Musée de l’aviation et de l’espace du Canada • Pendant le Festival canadien des tulipes en mai, les visiteurs étaient invités à participer à la commémoration de l’opération

Rapport annuel 2011-2012 21


« Manna », au cours de laquelle une équipe d’aviateurs canadiens dévoués ont survolé les Pays-Bas, alors occupés par les Allemands, pour larguer des denrées alimentaires au-dessus de villes et villages néerlandais. • Le 15 mai, les visiteurs ont eu l’occasion d’examiner de près deux deltaplanes, assemblés et munis de leurs harnais, et d’assister à une démonstration de deltaplane offerte par le club de deltaplane et de parapente d’Ottawa. • En juin, en collaboration avec Les Ailes d’époque du Canada, le Musée a souligné le 70e anniversaire du naufrage du Bismarck et rendu hommage aux hommes qui pilotaient les biplans Swordfish durant la bataille de l’Atlantique et la Deuxième Guerre mondiale. Plus de 50 vétérans de la Deuxième Guerre mondiale étaient présents et ont été honorés lors de cette cérémonie au cours de laquelle le commandant Terry Goddard, DSC, CD, a fait un récit mémorable du naufrage. • En collaboration avec Les Ailes d’époque du Canada, plusieurs sessions de formation ont été offertes au Musée dans le cadre de la No Frills Technical Ground School de la Warbird University; elles ont permis aux visiteurs d’en apprendre davantage au sujet d’avions de combat mythiques comme le Sabre 5 de Canadair, le North American Harvard, le North American Mustang et le Supermarine Spitfire.

• Le jour de la fête des Pères, le Musée a organisé le premier Rendez-vous aérien et automobile annuel de la capitale. Ce rendez-vous a attiré des gens de Montréal et d’ailleurs et leur a donné l’occasion d’admirer des automobiles et des aéronefs de collection et de participer à des activités pour les visiteurs de tout âge.

• En octobre, le Musée a été l’hôte de l’assemblée générale annuelle du Groupement aéronautique de recherche et développement en environnement (GARDN). Cette rencontre a constitué l’occasion idéale pour les chefs de file de l’aérospatiale de visiter l’exposition Vers un ciel vert, qui présente une partie de leur travail.

• Le Musée a offert des programmes spéciaux dans le cadre de la rencontre annuelle organisée par le Military Family Resource Centre, qui a accueilli plus de 7 000 personnes. De plus, des activités d’artisanat et d’interprétation des uniformes ont été proposées lors du spectacle aérien Gatineau en vol, organisé par Les Ailes d’époque du Canada et auquel plus de 22 000 personnes ont assisté.

• Les commémorations du jour du Souvenir en novembre comprenaient une semaine de programmation spéciale destinée aux visiteurs de tout âge, dont des concerts, des rencontres avec les conservateurs et des activités pour les enfants. L’entrée était gratuite tout au long de la journée pour les membres actifs et les vétérans des Forces canadiennes.

• Le 71e anniversaire de la bataille d’Angleterre a été souligné le 18 septembre lors d’une activité à laquelle ont assisté le ministre de la Défense nationale, des membres du corps diplomatique et des amateurs d’aviation. La journée a été marquée par un défilé de vétérans et de membres actifs des Forces canadiennes et des cadets de l’air, ainsi que par un défilé aérien d’aéronefs de la Deuxième Guerre mondiale et des Forces canadiennes.

22 Société des musées de sciences et technologies du Canada

• Le 20 novembre, plus de 600 membres du Military Family Resource Centre de la région de la capitale nationale ont participé à des activités pour toute la famille au Musée, à l’occasion de la Journée nationale des enfants. • Pour souligner le 50e anniversaire des vols spatiaux habités, le Musée et la section d’Ottawa de la Canadian Space Society ont organisé deux activités : la présentation d’un film sur le premier vol orbital de 108 minutes de Yuri Gagarin à bord de


De gauche à droite : Gerald Hatch, le sénateur Kelvin K. Ogilvie et Sidney van den Bergh.

• En mai, la voiture de course solaire Midnight Sun VIII, construite par les étudiants de l’Université de Waterloo, était exposée dans le cadre de la populaire exposition À la recherche de la voiture canadienne. la navette spatiale Vostok 1, ainsi qu’une table ronde intitulée « What Will the Next 50 Years of Human Spaceflight Look Like? » (à quoi ressembleront les 50 prochaines années de vols spatiaux habités?).

• Des concerts sont présentés tout au long de l’année, mettant à l’affiche les Centralaires, des groupes locaux de musique de chambre, la Musique centrale des Forces canadiennes et la fanfare des Governor General’s Foot Guards.

• L’agrandissement des installations a permis de rehausser la réputation du Musée en tant qu’endroit pouvant accueillir certaines des plus importantes activités sociales de la région, dont le gala des prix Inspiration remis par l’Hôpital Royal Ottawa et le gala inaugural de la Société chorale d’Ottawa.

• Pendant les deux semaines de relâche en mars, plus de 10 000 visiteurs ont participé à un vaste éventail d’activités tous les jours. Un des faits marquants de ces activités était une séance extraordinaire de beatboxing, mettant en vedette le nouveau duo canadien de l’heure, Julia Dales et Triple A.

• La programmation à l’occasion des fêtes en décembre a été organisée autour du thème de l’aviation de brousse et comprenait des activités, des démonstrations, des visites guidées et de l’artisanat pour tous les âges. Plus de 5 000 visiteurs ont apprécié cette programmation à saveur canadienne. • En février, à l’occasion du Mois de l’histoire des Noirs, le journaliste de la CBC, Kim Brunhuber, a interviewé au Musée Walter Peters, un ancien pilote de l’Aviation royale du Canada et membre de l’équipe des Snowbirds.

Musée des sciences et de la technologie du Canada • En avril de chaque année, le Musée coordonne et accueille le Défi BioTalent Sanofi-Aventis (maintenant le Défi BioGENEius Sanofi Canada) de la région de l’est de l’Ontario. • Chaque année, au début du mois de juin, l’activité Portes ouvertes Ottawa offre l’occasion de visiter les coulisses de plusieurs endroits. Les 4 et 5 juin, plus de 650 personnes ont eu le plaisir de voir quelques-uns des trésors cachés du Musée. Pendant l’été, 1 000 personnes ont participé aux visites guidées de la collection.

• Chaque année, à la mi-mai, la Journée internationale des musées célèbre les musées et le travail qu’ils accomplissent. Les 18 et 19 mai, des groupes scolaires ont eu l’occasion de visiter les coulisses et d’apprendre comment les artefacts sont collectés, restaurés, conservés et entreposés. • Des présentations et des activités spéciales ont été proposées à l’occasion de l’Année internationale de la chimie, ainsi que lors de la Journée internationale de l’astronomie et de la Semaine nationale de l’exploitation minière en mai, de la Semaine nationale de la foresterie en septembre, de la Semaine nationale des métiers et de la technologie en novembre et de la Semaine nationale du génie en février. Les présentations dans le cadre de la Semaine nationale de l’exploitation minière et de la Semaine nationale de la foresterie comprenaient de l’information sur le virage vert dans ces industries et sur les mesures qu’elles ont prises pour réduire l’impact environnemental de leurs activités. • Trois nouveaux membres ont été intronisés au Panthéon canadien des sciences et du génie : l’ingénieur Gerald Hatch, le biochimiste et sénateur Kelvin K. Ogilvie et l’astronome

Rapport annuel 2011-2012 23


Sidney van den Bergh. La vocation du Panthéon, qui a été fondé en 1991 et qui compte maintenant 51 membres, est de reconnaître des Canadiens dont la contribution dans le domaine des sciences et du génie est exceptionnelle. • Chaque année en février, le Musée, en collaboration avec l’Université d’Ottawa et l’Université Carleton, est l’hôte des olympiades locales de sciences et de génie, destinées aux élèves de 7e et 8e année. Cette année, 142 élèves représentant 11 écoles ont concouru dans le cadre de défis liés à l’énergie renouvelable. • Le 20 novembre, plus de 1 200 enfants et leurs parents ont participé à une activité d’une journée science et enfants à l’occasion de la Journée mondiale de l’enfance. Outre la lecture d’histoires, les activités de la journée comprenaient la science pour les tout-petits, la chimie dans la cuisine, Pixel le robot, et plus. • À la fin décembre, la programmation du temps des fêtes autour du thème victorien a attiré environ 16 370 visiteurs, ce qui représente une hausse de plus de 5 000 visiteurs par rapport à 2010-2011.

• L’activité Samedi science et frissons offre aux jeunes visiteurs l’occasion de participer à des activités et à des démonstrations en lien avec le thème de la science. Ce programme, qui a lieu pendant le Bal de neige en février, a attiré 2 133 visiteurs, qui ont profité d’une journée de plaisir à l’intérieur et à l’extérieur. • Pendant la relâche scolaire en mars, plus de 20 000 visiteurs ont participé à des activités en lien avec le thème « Génie en jeu ». • Plusieurs conférences ont eu lieu tout au long de l’année; elles ont attiré de 100 à 200 personnes en moyenne. Les neutrinos, l’astronomie, la chimie, la foresterie durable, la biotechnologie, les communications, les motifs et les modèles observés dans la nature et le tableau périodique figuraient parmi les sujets abordés. • L’observatoire et le planétarium gonflable offrent aux visiteurs l’occasion d’observer les étoiles, d’en apprendre davantage au sujet de l’astronomie et de participer à des activités d’astronomie populaire, dont des ateliers pour les adultes et les familles, des soirées sur le thème des étoiles, une conférence donnée par l’astronome réputé Terence Dickinson et la célébration du 50e anniversaire du premier vol spatial habité.

24 Société des musées de sciences et technologies du Canada

Programmes scolaires Un total de 70 027 étudiants ont participé aux programmes et ateliers éducatifs des Musées; ces activités ont été conçues en vue d’inspirer les étudiants et de donner vie aux programmes d’études de l’Ontario et du Québec. Camps de jour d’été Les camps d’été des trois Musées comptent parmi les activités les plus populaires auprès des enfants de la région de la capitale nationale. Au total, 2 233 enfants ont participé aux 87 camps offerts en 2011. Au début de 2012, la Société a inauguré un programme d’inscription en ligne aux camps de jour offerts pendant l’été.


accroissement

de notre présence nationale

a

titre d’institution nationale chargée de la conservation, de l’interprétation et de la diffusion du patrimoine scientifique et technologique du Canada, la Société consacre beaucoup d’énergie aux initiatives nationales qui font la promotion de l’étude et de l’évolution des sciences et de la technologie à tous les échelons de la société canadienne.

Voici les points saillants : • L’initiative canadienne Parlons énergie, qui compte 21 partenaires; voir aux pages 16 et 17. • Du 14 au 23 octobre, la Société a été une fois de plus le chef de file de la Semaine nationale des sciences et de la technologie (SNST). Cet important programme canadien, qui a lieu en octobre de chaque année, célèbre l’importance du patrimoine scientifique et technologique du Canada, la place de la science dans la vie de tous les jours et le rôle continu que joue le Canada en tant que chef de file mondial dans le domaine de l’innovation technologique. Plus de 120 organismes ont participé à 386 activités partout au Canada, ce qui représente une augmentation de 17 % par rapport à l’an dernier.

Les organismes participants incluaient entre autres Telus World of Science, le Conseil national de recherches du Canada, la Kivullaq Regional Science Educators Community et l’Agence spatiale canadienne. Les visiteurs ont participé à des activités dans les trois Musées. Au MAgC, les visiteurs pouvaient assister à des conférences sur l’utilisation des sciences et de la technologie en agriculture et participer chaque jour à des démonstrations intitulées La nutrition pour les bovins laitiers; Les moulins à vent : le vent à l’œuvre; Les changements de la matière : le beurre; La génétique et l’hérédité chez les bovins laitiers; et La science de la salubrité du lait. Les visiteurs au MAEC ont participé à une activité de construction K’NEX avec l’Ontario Society of Professional Engineers, ainsi qu’à des démonstrations quotidiennes, des visites guidées et des séances d’interprétation sur le Cessna 150 et sur l’habitacle d’un Tutor. La programmation au MSTC comprenait le défi des cubes Rubik; un atelier de fabrication de structures incroyables offert en partenariat avec la section d’Ottawa de Professional Engineers Ontario; le monde fascinant de la chimie avec des présentateurs de l’Institut de chimie du Canada; un atelier d’astronomie et une soirée d’observation des étoiles avec Terence Dickinson, le rédacteur en chef du magazine SkyNews.

• En juillet, 25 enseignants de partout au Canada ont participé à la première édition de l’Institut d’été destiné aux enseignants du primaire, afin de mettre en commun des façons innovantes et pratiques de donner vie aux sciences et à la technologie dans leurs salles de classe. • En août, l’Institut d’été sur l’interprétation des artefacts, qui a remporté un prix, était de retour pour une troisième année. Plus de 20 étudiants aux cycles supérieurs et postdoctoraux ont participé à cette expérience d’immersion concrète dans la plus vaste collection scientifique et technologique du Canada, dans le but de partager des points de vue et des méthodes historiques différents. Cette initiative unique est maintenant reprise par d’autres musées partout dans le monde.

Rapport annuel 2011-2012 25


des expositions

novatrices

c

haque année, les trois Musées présentent des expositions stimulantes qui portent sur un vaste éventail de sujets. Au cours des quelques années à venir, les thèmes liés à l’énergie seront mis en valeur, tant dans de petites expositions que des expositions d’envergure, produites par la Société ou en association avec d’autres institutions.

Faits saillants : Musée de l’agriculture du Canada • Dans le cadre de Parlons énergie, l’exposition Parc énergie : la nature à l’œuvre a été inaugurée en septembre. • Une aire destinée aux expositions permanentes a été construite pour présenter les collections liées au thème de l’agriculture. La première exposition comprenait 20 artefacts historiques et contemporains liés au domaine du lait; les artefacts et le thème changeront deux fois par année. • L’exposition Quelques acres de pièges a été retirée du hall d’entrée de l’édifice administratif de la Société et réinstallée dans le bâtiment abritant les petits animaux.

• Plusieurs nouvelles races et nouveaux animaux ont été ajoutés aux expositions vivantes du Musée cette année. Flint, un cheval de la GRC maintenant à la retraite, a été le tout premier hanovrien croisé à se joindre au troupeau. Parmi les autres animaux qui se sont ajoutés, se trouvent des porcs (Large Black et Berkshire), des moutons (Border Leicester noir, Border Leicester blanc et Rideau Arcott), des chèvres (une Boer et deux chèvres pygmées) et des vaches (Galloway ceinturée, Canadienne, Blonde d’Aquitaine et Charolaise). • Le 17 décembre, Annabelle, une vache Canadienne dont la race est en voie de disparition, a donné naissance à une génisse en pleine santé appelée Antoinette. Historiquement, cette race était la pierre angulaire de l’histoire laitière canadienne, mais elle est maintenant menacée d’extinction et il ne reste plus que 300 vaches Canadiennes enregistrées au Canada. Musée de l’aviation et de l’espace du Canada • L’exposition interactive Vivre dans l’espace, conçue par l’Agence spatiale canadienne, a été inaugurée le 11 mai; elle présente des artefacts et de l’information sur tout ce qui touche

26 Société des musées de sciences et technologies du Canada

la vie dans l’espace, de l’alimentation au sommeil, en passant par l’hygiène personnelle. • Le Musée a présenté tout au long de l’été une installation sonore interactive intitulée Fanfare. À l’aide d’un système de détection de mouvements, les visiteurs déclenchaient, en franchissant une série d’arcs extérieurs, des extraits sonores tirés d’une œuvre musicale de Bernard Poirier. • L’exposition Vers un ciel vert, présentée dans le cadre de Parlons énergie, a été inaugurée en juin. • En 2011-2012, le personnel responsable de la conservation et de la restauration a entrepris une réorganisation majeure des expositions d’aéronefs, ce qui a permis d’exposer pour la première fois certains appareils faisant partie de la collection. Parmi ces appareils, mentionnons un HE 162 Volksjager, assemblé et exposé pour la première fois depuis 1960, un Avro Avian, revenu récemment au Musée après un projet de restauration ayant duré plusieurs années, et un TravelAir 2000, restauré au Musée.


Musée des sciences et de la technologie du Canada • TechnoZone présente les technologies émergentes en partenariat avec des organismes et des institutions de recherche. Cette année, TechnoZone a proposé une exposition de guitares utilisant la fibre optique, commanditée par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, et présenté un prototype de motoneige électrique, mis au point à l’Université McGill. • Du 31 mars au 1er mai 2011, les visiteurs ont pu profiter d’une rare occasion de voir la capsule Phénix 1, utilisée en octobre 2010 lors du sauvetage de 33 mineurs coincés dans une mine au Chili. • Le premier microscope électronique d’Amérique du Nord (datant d’environ 1938), assemblé à l’Université de Toronto et récemment acquis par le Musée, a été ajouté à l’exposition permanente au début d’avril. • Plusieurs artefacts royaux ont été présentés pendant la visite de Leurs Altesses Royales le duc et la duchesse de Cambridge en 2011. On y retrouvait notamment un microphone plaqué or, utilisé par le roi George VI et la reine Elizabeth durant leur visite royale en 1939, et la McLaughlin Buick qui les a transportés pendant cette visite. • Dans le cadre de Parlons énergie, l’exposition Énergie : le pouvoir de choisir a été inaugurée en septembre.

• À l’occasion de la Semaine nationale de la foresterie à la mi-septembre, le Musée a présenté la version itinérante de sa populaire exposition Entre les branches, qui se penche sur les pratiques, la gestion des ressources et l’avenir de l’industrie forestière actuelle. • L’exposition Radio-Canada : 75 ans toujours jeune a été inaugurée le 14 octobre; elle montre ce que le diffuseur national du Canada a apporté dans la vie des Canadiens. L’exposition comprenait des documents rares provenant de CBC et de Radio-Canada, de Bibliothèque et Archives Canada et de la collection appartenant au Musée. • L’exposition MODERNES : l’énergie créative à l’œuvre, qui réunit des œuvres d’art contemporains de l’Indienne Lalit Kala Akademi, a été présentée du 13 au 28 octobre par le Haut-commissariat de l’Inde et l’Indian Council for Cultural Relations, afin de souligner l’Année de l’Inde au Canada. • L’exposition SiO2 : la science du verre, produite par le Centre des sciences de Montréal, a été inaugurée le 1er décembre. Cette exposition interactive explore le rôle que le verre a joué tout au long de l’histoire. • De la ferme à la route, une nouvelle exposition sur les plastiques biocomposites et leur utilisation dans l’industrie automobile a été inaugurée le 7 décembre dans le cadre de la Journée de l’automobile.

lien avec la célèbre chanson de Gordon Lightfoot intitulée Canadian Railroad Trilogy. Le grand piano Mason & Hamlin appartenant au Musée a fait partie de l’activité Pianos JUNO, au cours de laquelle des pianos sont exposés dans des lieux publics de la région de la capitale nationale. • L’exposition sur la boîte à musique victorienne et sur le zootrope, présentée dans le Coin du conservateur du MSTC pendant la période des fêtes, a été prolongée jusqu’à la fin de février. Ces démonstrations faites par le conservateur et le personnel responsable de l’expérience des visiteurs avaient attiré plus de 3 000 personnes à la fin de l’exercice financier. Le personnel responsable de l’expérience des visiteurs a également animé des visites guidées de la collection, qui ont attiré 1 000 participants.

• Lors de la célébration des prix JUNO qui a eu lieu à Ottawa en mars 2012, le Musée a présenté 29 dessins au pastel en

Rapport annuel 2011-2012 27


au cours de l’année,

les trois Musées ont accueilli des dignitaires, des représentants du gouvernement et d’autres invités de marque. 2

(1) Pierre Lemieux, député de Glengarry–Prescott-Russell et secrétaire parlementaire du ministre de l’Agriculture, a présidé l’inauguration officielle de l’exposition Parc énergie : la nature à l’œuvre, le 15 septembre, au MAgC. 1

(2) Son Excellence Kaoru Ishikawa, l’ambassadeur du Japon au Canada, a prononcé le discours d’ouverture lors du concert spécial qui a eu lieu le 5 juin, au MAEC afin de venir en aide au Japon.

4 3

(4) L’honorable Joe Oliver, ministre des Ressources naturelles, a officiellement inauguré l’exposition Énergie : le pouvoir de choisir, le 27 septembre, au MSTC.

(3) L’honorable Rona Ambrose, ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux et ministre de la Condition féminine, a prononcé une allocution le 27 octobre sur la promotion de la présence des femmes dans le domaine des sciences, de la technologie, du génie et des mathématiques lors de la réception qui a eu lieu au MSTC dans le cadre de l’activité Celebrating Women in Science, Technology, Engineering and Mathematics (STEM).

28 Société des musées de sciences et technologies du Canada


6 5

(6) L’honorable Tony Clement, président du Conseil du Trésor, a pris la parole lors de l’activité PS Engage Learning & Networking Event, qui a eu lieu le 22 novembre, au MAEC. 8

(5) Les lauréats nationaux du prix du premier ministre pour l’excellence en enseignement pour 2010-2011, en compagnie de l’astronaute canadien Robert Thirsk, lors d’une présentation au sujet de la vie dans l’espace au MAEC, le 5 octobre. 7

(8) Grete Hale, une éminente femme d’affaires et importante leader communautaire d’Ottawa, a raconté des histoires tirées de ses mémoires, intitulées Baker’s Daughter, lors de la rencontre mensuelle du personnel de la SMSTC, en juin.

(7) Le sénateur Kelvin K. Ogilvie a été intronisé au Panthéon canadien des sciences et du génie le 18 novembre.

10

9

(10) Son Excellence le très honorable David Johnston, gouverneur général du Canada et parrain de la SMSTC, a visité le MAEC avec des membres de sa famille, à l’occasion de la Journée nationale de l’aviation, le 23 février. (9) Tweetup le 12 mai avec des astronautes canadiens. À l’avant : Chris Hadfield, Julie Payette, Robert Thirsk. À l’arrière : Dave Williams, Bjarni Tryggvason, David Saint-Jacques, Jeremy Hansen. Rapport annuel 2011-2012 29


rayonnement

au Canada et à l’étranger

c

les sources d’énergie renouvelable et les sources d’énergie de l’avenir. L’exposition Super branchées ? Les énergies renouvelables a été parrainée par Parlons énergie et conçue en collaboration avec le Saskatchewan Science Centre de Regina, THEMUSEUM de Kitchener, en Ontario, et le Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke, au Québec.

haque année, les expositions produites par la Société sont présentées dans différents endroits partout au pays. Cinq expositions ont été à l’affiche dans douze endroits au Nouveau-Brunswick, au Québec, en Saskatchewan et en Colombie-Britannique; elles ont attiré 3 607 805 visiteurs.

Expositions itinérantes, prêts d’artefacts et collection accessibles • L’exposition La santé à petites bouchées, produite par le Musée de l’agriculture du Canada, a été présentée du 2 janvier au 5 septembre 2011 au Musée du Fjord à Ville de Saguenay, au Québec, et du 14 janvier au 1er avril 2012 au Langley Centennial Museum and National Exhibition Centre à Fort Langley, en Colombie-Britannique. • Le Panthéon canadien des sciences et du génie a été présenté au Western Development Museum de Moose Jaw, en Saskatchewan, du 3 novembre au 15 janvier. • L’exposition Super branchées ? Les énergies renouvelables examine l’efficacité énergétique dans le contexte de la consommation d’énergie à la maison,

• Une exposition est présentée à l’Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal afin de souligner le 70e anniversaire de l’aéroport; on s’attend à ce qu’elle soit vue par plus de 3,5 millions de visiteurs. • Outre les expositions itinérantes, les prêts d’artefacts à des institutions de partout au Canada permettent à la Société de maintenir sa présence nationale. En 2011-2012, 443 artefacts ont été prêtés à 67 institutions dans 8 provinces et 2 territoires; ils ont été vus par un total de 1 958 709 personnes, soit plus du triple du nombre de visiteurs en 2010-2011. • Les trois Musées ont également présenté des artefacts qu’ils ont empruntés à des institutions de partout au Canada, ce qui a donné à d’autres musées l’occasion de partager leurs trésors avec la population de la région de la capitale nationale. En

30 Société des musées de sciences et technologies du Canada

2011-2012, 786 artefacts provenant de 144 autres institutions ont été présentés dans les Musées de la Société. • La bibliothèque de la Société a adhéré au programme de Bibliothèque géniale de la capitale, qui permet aux chercheurs de consulter les catalogues des bibliothèques de toute la région de la capitale nationale à l’aide d’un seul moteur de recherche.

Trousses Edukits En s’appuyant sur le programme pancanadien d’études en sciences, les trousses Edukits offrent aux étudiants et aux enseignants de partout au Canada des expériences scientifiques concrètes dignes d’un musée. Une nouvelle trousse Edukit portant sur la laine et intitulée « Le fabuleux monde de Frimousse » s’est ajoutée cette année; par ailleurs, 5 trousses ont été utilisées par 2 559 étudiants dans 9 écoles réparties dans 5 provinces (Québec, Ontario, Nouveau-Brunswick, Colombie-Britannique et Île-du-Prince-Édouard).


partage

d’expertise

o

utre ses expositions et ses prêts, la Société partage son expérience et ses connaissances en association avec d’autres musées, des centres des sciences et des organismes dans le domaine des sciences, de la technologie et du génie, tant à l’échelle nationale qu’internationale. Les employés de la Société siègent au sein de comités et d’autres organismes professionnels partout dans le monde, ce qui leur permet d’échanger des connaissances et une expertise dans le domaine des sciences, de la technologie, de l’éducation et du leadership. Par l’entremise de conférences publiques, de publications, de consultations et de la participation à diverses initiatives, le personnel transmet son énergie et son enthousiasme et suscite à l’échelle mondiale une participation à un dialogue public essentiel au sujet de l’importance des sciences, de la technologie et du génie dans notre vie quotidienne.

Faits saillants : • La présidente-directrice générale a été invitée à parler de son expérience dans le domaine du leadership organisationnel dans le cadre d’activités et de symposiums variés, notamment à l’occasion de la célébration de la Journée de la femme organisée par Accenture, lors d’une conférence du Conference Board sur le leadership et les ressources humaines, lors d’une rencontre sur le leadership de l’Association canadienne de la qualité dans le secteur public, ainsi que lors du symposium de recherche appliquée sur l’innovation et le partenariat, organisé par l’Association des collèges communautaires du Canada. • Le 1er novembre, la Société a fait une présentation devant le comité sénatorial de l’énergie, de l’environnement et des ressources naturelles à propos de l’initiative Parlons énergie.

• Les employés ont fait 103 présentations, dont 91 en différents endroits au Canada et 12 à l’étranger. • Kerry-Leigh Burchill, directrice générale du Musée de l’agriculture du Canada, a été nommée au présidium de l’International Association of Agricultural Museums. • Le directeur général du Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, Stephen Quick, a été nommé au conseil d’administration de l’International Association of Transport and Communications Museums. • La Société a mis son expertise dans le domaine de la conservation au service de la Bibliothèque du Parlement à Ottawa et de la Ville de Calgary, pour analyser un projet de restauration de deux rares aéronefs datant de la Deuxième Guerre mondiale.

• Le 14 février, la présidente-directrice générale a fait une présentation devant un comité de la Chambre des communes sur la contribution de la Société aux célébrations à venir du 150e anniversaire du Canada en 2017.

Rapport annuel 2011-2012 31


prix

et distinctions

L’excellence du travail de la Société et de son personnel est fréquemment saluée à l’externe.

Faits saillants : • L’exposition À la recherche de la voiture canadienne, produite par le MSTC, a reçu le prix Dibner 2011 pour l’excellence dans le domaine des expositions muséales. • En 2012, David Pantalony, conservateur, sciences physiques et médecine, est devenu le premier Canadien à recevoir le prestigieux prix Paul-Bunge, remis chaque année par la Fondation Hans R. Jenemann pour le meilleur ouvrage publié sur l’histoire des instruments scientifiques : Altered Sensations: Rudolph Koenig’s Acoustical Workshop in Nineteeth-Century Paris. • En novembre 2011, l’archiviste David McGee a reçu le prix Eugene-Ferguson, décerné à l’auteur d’un livre d’érudition, pour l’ouvrage en trois volumes intitulé The Book of Michael of Rhodes: A Fifteenth-Century Maritime Manuscript, dont il a assumé la direction avec Pamela O. Long et Alan M. Stahl. Lors de la conférence de l’American Historical Society qui a eu lieu en janvier 2012, ce livre a également reçu le prix J.-Franklin-Jameson, qui récompense une contribution exceptionnelle à l’édition de sources historiques.

32 Société des musées de sciences et technologies du Canada

• La série de documentaires sur YouTube « Les voix du Musée de l’aviation et de l’espace du Canada » a reçu une mention honorable lors de la cérémonie de remise des prix Histoire vivante! de l’Association des musées canadiens, qui a eu lieu à Rideau Hall. • La Société a été reconnue parmi les meilleurs employeurs de la région de la capitale nationale lors du concours visant à désigner les 100 meilleurs employeurs au Canada, organisé par Mediacorp Canada Inc. • Le Musée de l’agriculture du Canada a reçu un prix Coup de Cœur dans la catégorie des bâtisseurs communautaires, décerné par le Regroupement des gens d’affaires.


préservation du patrimoin e (collection e

t recherche)

d

édié à la mise sur pied d’une collection véritablement nationale à l’intention des générations à venir, le personnel de la Société affecté à la collection et à la recherche est responsable de l’acquisition d’artefacts et de documents d’archives représentant le passé, le présent et l’avenir des sciences et de la technologie et qui réfèrent particulièrement au Canada et aux technologies émergentes. La collection nationale actuelle comprend des objets tridimensionnels, des catalogues de fabricants, des livres et des périodiques rares, des dessins techniques, des documents d’archives et des photographies. Le contenu de la collection couvre plusieurs domaines distincts : les communications; les ressources non renouvelables et les technologies industrielles; les sciences physiques et la médecine; les ressources renouvelables, y compris l’agriculture et la foresterie; et les transports terrestre, maritime, aérien et spatial.

Cibles et mesures de rendement pour 2011-2012 Cibles et mesures — SRC 3

Résultats pour le volet Une collection de réputation internationale

Augmentation du pourcentage d’achèvement de la Stratégie de développement de la collection (SDC). La cible est de 81 %.

78 % de la SDC est terminé. En raison de l’affection du conservateur à l’initiative Parlons énergie, il a été difficile d’atteindre la cible de cette année.

Augmentation du pourcentage d’artefacts correctement catalogués. La cible est de 53,5 %.

52,9 % des artefacts sont correctement catalogués. Les réductions de personnel en décembre 2011 ont eu une incidence sur le pourcentage d’artefacts catalogués et ont fait en sorte qu’il a été difficile d’atteindre la cible.

Examen de l’état d’avancement de la numérisation de la collection et comparaison avec le taux d’accès du public par rapport à celui des années antérieures.

955 artefacts ont été numérisés cette année, ce qui a permis d’augmenter l’accès du public à la collection.

Nombre de chercheurs utilisant la collection.

124 chercheurs jusqu’à maintenant (au 1er décembre 2011).

Nombre de nouvelles acquisitions.

56 nouvelles acquisitions.

Nombre d’aliénations.

809 artefacts aliénés.

Rapport annuel 2011-2012 33


préservation

du patrimoine canadien

l

a Division de la conservation et de la collection est responsable de l’évaluation de l’état de chaque objet et de la préservation et de l’entreposage adéquat des artefacts de la collection. De plus, la Division soutient les initiatives de diffusion de la Société par le traitement et la préparation des artefacts en prévision des expositions, des prêts et des expositions itinérantes.

Faits saillants : • Restauration continue d’importants artefacts de la collection, dont les aéronefs Beaufighter et North Star, et une collection de modèles mathématiques du 19e siècle. • Entretien de plusieurs artefacts en fonction, tels que l’observatoire Helen Sawyer Hogg, la locomotive Shay utilisée par la Bytown Railway Society, le phare du cap Nord, des instruments de musique, des appareils de communication et une variété d’artefacts liés au domaine des transports. • Mise en œuvre de mesures préventives de conservation telles que l’entreposage anoxique d’une collection de prototypes de combinaisons antigravité, un relevé des plastiques historiques

34 Société des musées de sciences et technologies du Canada

faisant partie de la collection, les procédures d’entreposage à long terme des moteurs à combustion interne et l’identification et la gestion des matières dangereuses.


documentation de

l’histoire des sciences et des technologies du Canada

l

a collection contient plusieurs artefacts rares et uniques; c’est l’actif le plus important de la Société. Pour pouvoir obtenir de l’information efficacement, il faut pouvoir compter sur des dossiers standardisés et à jour des artefacts et de la collection. Alors que de plus en plus d’objets faisant partie de la collection sont partagés de façon numérique avec des institutions et des chercheurs de partout dans le monde, il est essentiel que des données exactes et accessibles soient disponibles.

Faits saillants : • Le travail continu dans le cadre du Projet de rationalisation de la collection (PRC) comprend le catalogage de la collection, ainsi qu’une évaluation des priorités en matière de collection. Le PRC commence par la stratégie de développement de la collection, qui est considérée partout dans le monde comme un modèle d’efficacité. Près de 1,3 % de la collection (605 artefacts) a été examiné dans le cadre du PRC, et plusieurs artefacts ont été répertoriés en vue d’être aliénés et retirés de la collection.

• D’importantes mises à niveau ont permis d’améliorer le rendement des logiciels servant à la gestion, la documentation et la diffusion de documents provenant de la bibliothèque et d’artefacts tirés de la collection. • Il existe maintenant 103 798 dossiers de base de données pour les 45 000 artefacts tridimensionnels de la collection. Quatre-vingt-seize pour cent de la collection sont maintenant accessibles en ligne par l’entremise du Réseau canadien d’information sur le patrimoine (RCIP).

• Les archives historiques de la Société contiennent actuellement plus de 1 400 mètres de matériel textuel, photographique et autre, en plus de 36 500 dessins techniques. Plus de 23 000 articles ont été inventoriés au cours de la dernière année par les employés et les bénévoles.

• La totalité de la collection de livres, de livres rares, de périodiques de la bibliothèque, ainsi que certains catalogues de fabricants liés au domaine de l’aviation, soit un total de 61 557 dossiers, peuvent maintenant être consultés en ligne à l’aide du catalogue de la bibliothèque. • Environ 70 000 images d’archives sont disponibles en ligne par l’intermédiaire de diverses banques d’images, dont la galerie Le Canada vu par le CN et la banque d’images du MAEC.

Rapport annuel 2011-2012 35


enrichissement

de la collection

t

out au long de l’année, la Société a acquis des objets revêtant une importance nationale et se rapportant au passé, au présent et à l’avenir des innovations canadiennes dans le domaine des sciences et de la technologie.

Voici les acquisitions dignes de mention : Musée de l’agriculture du Canada • Un mécanisme de guidage par GPS Trimble 500 à direction automatisée pour la machinerie agricole automotrice. • Un appareil, fabriqué par un club 4-H de l’Ontario, servant à sauver les gens coincés dans les silos à grain. • Un détecteur électromagnétique servant à évaluer le contenu du sous-sol. Musée de l’aviation et de l’espace du Canada • Le Snowbird, le premier ornithoptère à propulsion humaine mis au point et conçu par les étudiants de l’Institute for Aerospace Studies de l’Université de Toronto, et Mr. Bill, le premier ornithoptère à moteur et piloté à distance au monde, ainsi que la base de toute la recherche réalisée à l’Université sur les appareils à ailes battantes.

36 Société des musées de sciences et technologies du Canada


• La murale Northern Lights de John Graham, une installation colorée faite de plexiglas, de tuiles de mosaïque et d’aluminium, exposée à l’origine à l’aéroport de Winnipeg et qui évoque le côté prestigieux des voyages par avion au début de l’ère des avions à réaction.

Musée des sciences et de la technologie du Canada • Une turbine marémotrice de Clean Current.

• Deux véhicules aériens sans pilote : un microhélicoptère comme ceux utilisés par la Police provinciale de l’Ontario (PPO), et un avion sans pilote, conçu et construit pour la PPO; il s’agit du premier avion sans pilote utilisé par des civils en Amérique du Nord.

• Une des premières guitares fabriquées au Canada (vers 1960) et un amplificateur (datant d’environ 1955).

• Un MIG 21 de l’armée de l’air de la République tchèque.

• La collection Jacques Ostiguy de design automobile.

• Un hélicoptère CH-136 Kiowa (206A-1) de Bell, un des hélicoptères américains les plus populaires au monde, donné par les Forces canadiennes.

• Un appareil respiratoire (« aqualung ») fourni par l’Association canadienne des producteurs pétroliers.

• L’Épervier X-01, un petit aéronef acrobatique conçu, construit et piloté par 12 étudiants au baccalauréat en génie mécanique de l’Université de Sherbrooke. • Une statue de bronze représentant George « Buzz » Beurling, le pilote d’avion de chasse de la Deuxième Guerre mondiale ayant connu le plus de succès et ayant été décoré plusieurs fois.

• Des vêtements de protection Mustang, portés par les personnes qui se rendent en hélicoptère vers les plates-formes de forage extracôtières.

• La collection Reid-Campbell d’appareils stéréo et les catalogues de fabricants qui s’y rapportent.

• Une voiture du système de métro automatisé sans conducteur INNOVIA Advanced Rapid Transit 100 de Bombardier, utilisé lors des premières démonstrations du futur SkyTrain de Vancouver; ce système représente une innovation importante dans le monde du transport en commun rapide en milieu urbain. • La collection Green de catalogues automobiles. • La collection Percival, comprenant un microscope, des lamelles préparées et des instruments servant à la préparation des lamelles.

Rapport annuel 2011-2012 37


services interne (gestion org

anisationnell

À titre de société muséale nationale, la SMSTC a la responsabilité de gérer efficacement ses infrastructures, ses ressources et ses services, au nom de tous les Canadiens. Elle s’y emploie en mettant en œuvre une combinaison de pratiques d’excellence, d’économies et de mesures d’efficacité à l’interne, de gouvernance efficace et d’efforts consentis par une main-d’œuvre qualifiée, dynamique et diversifiée.

e)

s

Cibles et mesures de rendement pour 2011-2012 Cibles et mesures — SRC 4

Résultats pour le volet Viabilité organisationnelle

Nombre de protocoles d’entente (PE) dont l’analyse coût-bénéfice a été réalisée.

Aucun. L’analyse est en cours d’élaboration.

Nombre de nouveaux partenariats et PE.

35 nouveaux partenariats et PE.

Réduction de 20 % de la quantité de papier utilisée.

RÉALISATION : La quantité de papier utilisée a été réduite de 33 %. Les réductions découlent essentiellement de l’impression recto verso, de l’utilisation accrue des documents en version électronique et d’une plus grande sensibilisation à l’importance de « réfléchir avant d’imprimer ».

Examen des rapports financiers trimestriels afin de s’assurer que les cibles sont atteintes, en faisant des ajustements au besoin.

RÉALISATION : 6 761 000 $ de revenus annuels bruts, ce qui représente une augmentation de 1,7 million de dollars (34 %) par rapport à 2010-2011.

La cible est de 4,98 millions de dollars (y compris 1 million de dollars en contributions, notamment en nature).

38 Société des musées de sciences et technologies du Canada

Mise en place d’un cadre pour les commandites.

D’autres priorités urgentes ont fait en sorte que les lignes directrices ne seront terminées que dans plusieurs mois.

Évaluation des critères en vue d’occuper le premier rang en matière de gouvernance organisationnelle en ce qui a trait aux pratiques du conseil d’administration.

Il n’existe plus d’organismes qui remettent cette distinction. Cependant, nous continuons à veiller à maintenir les meilleures pratiques possible en matière de gouvernance.


Cibles et mesures de rendement pour 2011-2012 Cibles et mesures — SRC 5

Résultats pour le volet Devenir un employeur de choix

Évaluation du taux de satisfaction des employés. La cible est de 80 %*.

SONDAGE RÉALISÉ : *Le taux de satisfaction des employés est actuellement de 78 %. Le sondage auprès des employés a été réalisé cette année par BSME, afin que la Société puisse poser sa candidature en vue d’être désignée employeur de choix; par conséquent, ce sondage portait davantage sur la participation des employés que sur leur taux de satisfaction.

100 % des évaluations du rendement des employés ont été effectuées.

RÉALISATIONS : – 100 % des évaluations du rendement des employés ont été effectuées. – La mise en œuvre du nouvel outil automatisé emPerform a été achevée au cours du deuxième trimestre.

Examen du nombre d’heures accordées aux employés pour la formation et le perfectionnement professionnel, en fonction des plans de formation, comparativement aux années antérieures.

3 811 heures de formation ont été accordées aux employés au cours de l’année (une augmentation de 45 % par rapport à 2010-2011).

Nombre d’employés ayant un mentor.

– 4 relations de mentorat ont été établies. – De plus, 23 % des employés ont bénéficié des services d’une personne chargée de l’encadrement sur place; ce service a été mis sur pied dans le cadre d’un programme d’échange avec un autre ministère.

Nombre de présentations à l’interne et à l’externe, faites par les employés.

103 présentations ont été faites.

Nombre d’adhésions à des organismes et des associations extérieurs.

36 employés sont membres de différents organismes et associations.

Évaluation des critères en ce qui a trait aux activités et aux pratiques de la Société, en vue de devenir un employeur de choix.

RÉALISATIONS : La Société a été reconnue parmi les meilleurs employeurs de la région de la capitale nationale lors du concours visant à désigner les 100 meilleurs employeurs au Canada, organisé par Mediacorp Canada Inc.

Rapport annuel 2011-2012 39


production

de recettes

• Des donateurs et des partenaires de la Fondation de la SMSTC ont versé d’importantes contributions totalisant 321 000 $. • Le Développement des affaires a permis d’obtenir 847 300 $ en commandites en argent et sous forme de contributions en nature.

Commandites, partenariats et ententes

a

• Le programme de location des installations de la Société a connu une autre excellente année, avec 140 contrats de location et 22 000 participants, ce qui a généré près de 210 000 $ de revenu.

Faits saillants :

• Les revenus de la vente de lait provenant du troupeau de vaches laitières du MAgC ont augmenté de 5,9 % par rapport à l’exercice financier précédent, pour atteindre 252 000 $.

fin de compléter l’allocation annuelle qu’elle reçoit du gouvernement, la Société produit des recettes par l’entremise des droits d’entrée, de la programmation spéciale, des activités de financement, des dons, des commandites et des partenariats.

• Augmentation des droits d’entrée et du prix des bons destinés aux touristes et des laissez-passer pour plusieurs musées; ils sont maintenant harmonisés avec les autres musées nationaux de la région, et les droits sont standardisés d’un Musée à l’autre de la Société. • Une augmentation de 120 % des ventes à la boutique récemment agrandie au MAEC, et une augmentation de 100 000 $, soit de 30 %, des ventes à la boutique du MSTC. • La Fondation du MAgC a invité les visiteurs à adopter une race d’animaux du musée. Quatre races ont été adoptées, ce qui a permis à la Société d’amasser 5 350 $.

• Après une année d’absence, les promenades en chariot Tally Ho sont de retour au MAgC, ce qui a généré 16 000 $ de revenu supplémentaire. • Le programme L’expérience du vol au MAEC offre au public la possibilité de voler à bord d’un biplan d’époque Waco UPF-7 et d’un hélicoptère Robinson R-44; 5 168 visiteurs ont participé à 2 230 vols, ce qui a rapporté des revenus de plus de 19 000 $. • Le MSTC demande maintenant aux visiteurs un léger frais pour monter à bord de la locomotive Shay, ce qui a engendré des recettes supplémentaires de 10 762 $. • Deux campagnes réussies de sollicitation de dons pour la restauration continue du Bristol Beaufighter et pour le projet North Star ont rapporté plus de 57 000 $.

40 Société des musées de sciences et technologies du Canada

Les commandites continuent d’être un élément essentiel du succès financier et de la stabilité de la Société. Le développement des affaires a permis d’obtenir 847 300 $ en commandites en argent et sous forme de contribution en nature. Parlons énergie Commanditaires majeurs : • Fondation l’Impériale • Encana Corporation Commanditaires de soutien : • Technologies du développement durable du Canada • La Commission canadienne de sûreté nucléaire • Énergie atomique du Canada Limitée Commanditaires contributeurs : • uOttawa/École de science informatique et de génie électrique • Association canadienne de l’énergie éolienne • OpenText Corporation • Association canadienne du gaz • Association canadienne des producteurs pétroliers • Groupement Aéronautique de Recherche et Développement en eNvironnement (GARDN) • Bombardier Aéronautique • Environnement Canada


Denise Amyot et Dave Stremes, président de la Bytown Railway Society, lors de la signature d’un protocole d’entente, le 28 septembre.

Stephen Quick, directeur général du MAEC, et Andrée Duchaine, directrice générale de Molior, lors de la signature d’un protocole d’entente, le 1er juin.

• Centre info-énergie • Ressources naturelles Canada • ConocoPhillips Canada Partenaire du Parc énergie : • Agriculture et Agroalimentaire Canada Commanditaires de contributions en nature : • Big Ass Fans Company • Arntjen North America Inc. • iSolara Solar Power Exposition À la recherche de la voiture canadienne Commanditaire de présentation : • Toyota Canada Inc. Commanditaires participants : • TV Rogers, une division de Rogers Cable Communications inc. • AUTO21 Système de gestion de contenu Commanditaire principal : • OpenText Corporation Nouveau hall d’entrée au MAEC Commanditaire participant : • Curtiss-Wright Corporation Démonstrations de cuisine avec le miel au MAgC Commanditaire principal : • Bee Maid Honey

Denise Amyot et John R. McDougall, président du Conseil national de recherches du Canada, lors de la signature d’un protocole d’entente, le 15 mars.

Denise Amyot et Jean Vaillancourt, recteur de l’Université du Québec en Outaouais, lors de la signature d’un protocole d’entente, le 20 décembre.

TechnoZone au MSTC Commanditaire principal : • Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada Exposition Prisonniers de la glace Commanditaire participant : • Parcs Canada Exposition itinérante La santé à petites bouchées Commanditaire de présentation : • Instituts de recherche en santé du Canada

De gauche à droite : R. Winston Revie, de la NACE Foundation of Canada, Denise Amyot et Charles Hayes, de l’ASM Materials Education Foundation, lors de la signature d’un protocole d’entente, le 17 août.

Commanditaires principaux : • Agence canadienne d’inspection des aliments • Agriculture et Agroalimentaire Canada • Partenariat canadien pour la salubrité des aliments • Santé Canada Les ententes signées en 2011-2012 comprenaient des partenariats et des protocoles d’entente avec les organismes suivants : • Aéroclub de Rockcliffe (1961) • Aéroports de Montréal (Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal) • Agriculture et Agroalimentaire Canada • Bytown Railway Society • Cité de l’énergie (à Shawinigan, au Québec) • Collège Algonquin des arts appliqués et de technologie • Conseil national de recherches du Canada • Ingénieurs Canada • International Pilot Academy

• • • • •

Les Ailes d’époque du Canada Ministère de la Défense nationale Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international Molior NACE Foundation of Canada et ASM Materials Education Foundation • Université du Québec en Outaouais Parmi les autres faits saillants en matière de partenariat, mentionnons : • Une collaboration avec l’Université du Québec en Outaouais et son programme de muséologie et patrimoine, dans le cadre de cinq séances de formation concrète en lien avec la collection et la conservation de la collection en réserve.

Rapport annuel 2011-2012 41


responsabilité

sociale organisationnelle

e

n tant qu’institution nationale, la Société occupe une place de choix pour promouvoir la sensibilisation à certains enjeux et pour partager la richesse de ses installations, de son expertise et de ses programmes dans tous les milieux de la collectivité. Le personnel de la Société a pris ce dossier très à cœur et consacré son énergie à des initiatives spéciales dans les trois Musées. Quarante-cinq adhésions ont été données dans le cadre de vente aux enchères à des fins de bienfaisance et des laissez-passer pour les Musées ont été distribués afin que les personnes défavorisées y aient plus facilement accès.

Faits saillants : Musée de l’aviation et de l’espace du Canada • Le 20 mars, le Conseil économique et social d’Ottawa-Carleton (CESOC) s’est associé au MAEC à l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie dans le cadre d’une activité appelée « Fêtons nos diversités francophones! », qui comprenait une présentation du livre de bandes dessinées Les Quattro Francos, ainsi qu’un atelier interactif sur le folklore haïtien.

• Le 20 mars, le groupe Grammas to Ambuyas a lancé au MAEC son nouveau DC pour enfants, intitulé Dancing Kites. Ce DC en édition limitée a été réalisé en vue de recueillir des fonds pour la Fondation Stephen Lewis, dans le cadre de la campagne de grands-mères à grands-mères, qui aide à l’épanouissement sain des enfants en Afrique. Les célébrations de la journée, qui réunissaient des familles et des amis, comprenaient un atelier de fabrication de cerfs-volants et un gâteau. • Le 5 juin, Harmony for Japan a présenté, en partenariat avec le MAEC, un concert de musique classique en soutien au Japon. Le concert, auquel assistait Son Excellence l’ambassadeur du Japon au Canada, a permis d’amasser des fonds pour soutenir les efforts de reconstruction du Japon à la suite du tremblement de terre et du tsunami de mars 2011. • Le jour de la fête du Canada, la saison d’activités Inspirational Flight a été inaugurée avec un concert de Soldier On et les Freedom Wings Canada.

42 Société des musées de sciences et technologies du Canada

• Grâce au soutien du fonds en fiducie Wheels Up destiné à la jeunesse, plus de 300 élèves ont pu visiter le Musée et participer à des activités spéciales, des programmes scolaires ou des soirées pyjama. De plus, 69 membres du conseil tribal des Premières Nations Shibogama de Kingfisher Lake, dont la population a dû être évacuée à la suite des feux de forêt dans le nord de l’Ontario, ont participé à des ateliers d’été et assisté à un spectacle du groupe Junkyard Symphony dans l’amphithéâtre. Musée de l’agriculture du Canada • La cinquième édition de l’activité annuelle Paniers pleins de panache! a eu lieu à la mi-juin et a rapporté plus de 51 000 $; cette somme va permettre à des enfants qui ont à affronter des défis d’ordre financier et physique de participer aux camps de jour et aux programmes scolaires du Musée. • La deuxième édition du Festival annuel de la crème glacée a eu lieu en août; elle proposait une foule d’activités aux visiteurs, y compris la fabrication de crème glacée. Cette activité incite les visiteurs à faire des liens entre la ferme et les aliments, en plus de soutenir le mouvement locavore (le fait de ne manger


qu’exclusivement ou essentiellement des aliments locaux). Cette année, plus de 200 enfants issus de milieux défavorisés et provenant de 6 organismes communautaires locaux ont participé au Festival. • La deuxième collecte annuelle d’aliments organisée par le MAgC a été couronnée de succès, puisqu’elle a permis d’amasser plus de 515 kilogrammes (1 136 livres) de nourriture pour les banques alimentaires locales. L’objectif était d’amasser 454 kilogrammes (1 000 livres), soit l’équivalent du poids de Flint, un cheval de la GRC maintenant à la retraite et que le Musée a adopté. • À la fin de septembre, plus de 1 800 visiteurs participant au Wonder+Cares Healthy Harvest Festival ont appris comment transformer les récoltes d’automne du Canada en de délicieuses collations santé et profité des activités récréatives, ainsi que de la musique en direct. Musée des sciences et de la technologie du Canada • Cette année, la deuxième édition de la Soirée sciences et tech : La magie du Musée, qui était à guichet fermé, a eu lieu le 14 avril et rapporté 106 000 $; cette somme permettra d’acheter un projecteur vidéo « Planète magique » pour l’exposition Énergie : le pouvoir de choisir, afin d’aider les jeunes visiteurs à mieux comprendre les questions scientifiques liées à l’énergie.

• Les 12 et 13 mai, le Musée a été une fois de plus un lieu de collecte de déchets électroniques dans le cadre de sa programmation à l’occasion des Journées de l’énergie. Plus de sept tonnes de matériel électronique ont été déposées au Musée par les visiteurs et les employés. Les visiteurs ont également pu vibrer au rythme du groupe Junkyard Symphony et écouter une présentation sur la voiture électrique et le véhicule à propulsion musculaire, animée par l’Electric Vehicle Council d’Ottawa. • Au cours de la dernière fin de semaine de juillet, un groupe de 200 personnes de la Première Nation de Deer Lake a réussi à organiser à la dernière minute un transport à partir de Smiths Falls, où elles étaient évacuées. Pendant trois jours, elles ont visité le Musée et profité d’une démonstration en plein air de fabrication de crème glacée à l’aide d’azote liquide. • Chaque année, au mois de mars, le Musée souligne l’Heure pour la Terre. Le 31 mars, les visiteurs étaient invités à une soirée gratuite d’observation des étoiles, offerte en association avec Hydro Ottawa et la Ville d’Ottawa et proposant des activités pour toute la famille.

Rapport annuel 2011-2012 43


un milieu

de travail collaboratif et motivant

l

’objectif de la Société est de s’assurer que tous ses employés sont stimulés et motivés par leur travail et qu’ils sentent qu’ils contribuent grandement à la réussite de la Société dans son ensemble. Parmi les principales initiatives et réussites au chapitre des ressources humaines, mentionnons : Perfectionnement professionnel • Améliorer la disponibilité des possibilités d’avancement et de perfectionnement professionnel pour tous les employés en leur offrant des occasions d’apprentissage, des webinaires et la possibilité de participer à des conférences. • Offrir à tous les employés des possibilités d’apprentissage et des webinaires. • Mettre sur pied de la formation à l’interne en gestion de projets et pour l’apprentissage des langues officielles. • Offrir des programmes spécialisés de formation sur des sujets comme la gestion du stress.

• Offrir des activités mensuelles de perfectionnement professionnel sur des thèmes particuliers et des séances d’information à tout le personnel de gestion, ainsi qu’aux employés considérés comme étant des candidats potentiels pour occuper des postes de leadership. • Offrir aux employés la possibilité de bénéficier pendant les heures de travail des services d’une personne chargée de l’encadrement sur place. Ressources humaines • Achever et mettre en œuvre de façon continue un plan de relève pour les postes susceptibles de devenir vacants au cours des cinq années à venir. • Concevoir, maintenir à jour et mettre en œuvre des politiques, des procédures et des initiatives efficaces en matière de ressources humaines. • Concevoir et mettre en œuvre un programme d’orientation à la grandeur de la Société, destiné aux nouveaux employés.

44 Société des musées de sciences et technologies du Canada

• Faire une évaluation du rendement en mi-exercice et des examens semestriels de la gestion et des plans de travail, et automatiser et surveiller le processus d’examen du rendement. Soutien de la mobilisation des employés • Organiser la toute première journée de réflexion pour l’équipe de gestion élargie de la Société. • Continuer à offrir tous les services de la Société dans les deux langues officielles, tout en faisant la promotion du bilinguisme dans le milieu de travail. • Travailler afin que la Société soit reconnue à titre d’employeur de choix de la région de la capitale nationale. • Terminer le projet de classification organisationnelle afin de s’assurer que l’évaluation et la nomenclature des postes au sein de la Société sont cohérentes et que les exigences légales en matière d’équité salariale sont respectées. Ceci constituait la dernière étape d’un engagement sur cinq ans à réformer le système de classification afin qu’il reflète le caractère spécialisé de la main-d’œuvre des Musées.


E R B M ME quelques

faits au sujet de l’adhésion

Le programme d’adhésion de la Société constitue une des initiatives et des réussites les plus importantes. Bien que le nombre de membres soit demeuré le même, les recettes provenant des adhésions ont augmenté.

Faits saillants : • La vente d’adhésions a augmenté de 122 000 $ par rapport à l’exercice financier précédent, ce qui équivaut à une croissance de 38 %. • Le nombre de visites des membres dans les trois Musées a augmenté de 8 000, ce qui représente une hausse de 7,5 % comparativement à 2010-2011. • La soirée annuelle des membres à l’occasion des fêtes a remporté un énorme succès. Le Jingle Bell Bash, qui a eu lieu au MAEC, a accueilli plus de 700 invités. • En novembre, au MAgC, 15 membres ont participé à la toute première édition de la visite à la lumière de lampes de poche. • Les inscriptions pour l’ensemble des 96 séances des ateliers LEGO destinés aux membres se sont vendues en 8 minutes. • Plus de 70 photos ont été soumises au concours de photographie destiné aux membres, organisé par le MAgC. Toutes les photos peuvent être vues sur Flickr par l’entremise du site Web du MAgC.

Rapport annuel 2011-2012 45


reconnaissance

des bénévoles

a

u fil des ans, la Société a eu la chance de pouvoir compter sur l’appui de bénévoles qualifiés et dévoués. Qu’il s’agisse d’expertise en matière de restauration et de conservation d’artefacts fragiles, d’aide à la recherche, d’interprétation sur place ou de soins apportés aux animaux, les trois Musées de la Société ont grandement profité de l’énergie et de l’expertise de leurs merveilleux bénévoles. En 2011-2012, 377 personnes dévouées ont consacré plus de 32 000 heures de bénévolat aux 3 Musées, ce qui représente une augmentation de 12 % du nombre de bénévoles et de 6,3 % du nombre d’heures de bénévolat par rapport à 2010-2011. La Société a également franchi une étape importante cette année, puisque les bénévoles lui ont consacré 500 000 heures jusqu’à maintenant, soit depuis que leur temps a commencé à être comptabilisé au milieu des années 80.

Ilhan Abdi Abdimagid Abdi Ahmed Ahmed Omer Akaltin Leena Al Bakri Antonin Alain Thomas Alföldi Bricette Ayite Shayon Banerjee Charles Barbeau Michel Barbeau Charles Baril Edmund Barrick David Bascelli Breanna Baumken Murray Beauliua Graham Bennett Amente Bexele Biman Bihari Shivanagouda Biradar Karen E. Blais Elizabeth Blais Devon Bobowski Connor Bogart

46 Société des musées de sciences et technologies du Canada

Edward Bolton Yves Bordeleau Neven Bosiljcic Asha-Maria Bost Rodolfo Botelho Jacques Bouchard René Bourassa Catherine Bourdeau Zachary Bourgeois Alexandra Boutin Ageleky Bouzetos Bonita (Bonnie) Bowkett Edmund Bowkett Jr Edmund Bowkett Sr Leslie Bown Paul Bown David Boyd Jamie Brar Marie-Eve Brosseau Richard Brugger Cassandra Brunet John Christopher Bryant James Buck David Burt

Erin Caley Simon Calvé Brent Cameron Shana Cameron Andrew Cameron Elizabeth Campbell Douglas Campbell Michael Cano Julia Cappelli Pablo Cardona Cédrik Carrière Doug Carswell Marion Castanier Kenneth Castle Meghan Cavanagh Reg Chappel Guy Charron Jason Chen Brian Chen Wen Chen Yuyuan Chen Robert Cherry Jenny Childs Mariyam Chougaipova

Alain Chouinard Zoé Chow-Cloutier Philip Chrysler Maria Suk-Men Chung Geoffrey Cockhill Glenn Cook John Corby Michel Côté Andrée-Anne Côté Bernard Courtois Darin Cowan Andrew Crain Daniel Croteau Doug Dalziel Nesrin Darrat Huwayda Darrat Shubhajeet Das Robert Day Robert Desjardins Thomas Devey Isla Deyell Sanjay Dhawan Fatima Diallo Alvarenga Eliana Diamantstein John Dickie Austin Douglas Pierre Drapeau Duncan du Fresne John Duggan Matthew Dunbar Garry Dupont Samantha Dupuis-Tander Saptak Dutta Zoë Dworsky-Fried

Paul Ennis Carolyn Ewers Hector Ewing Ishan Fernando Shelani Fernando Art Ferri Deborah Fisher Michel Fortin Hillard Francis Chris Furman Christopher Fuchs Ronit Gandhi Marie Garbutt Kevan Gates Gerald Gaugl Yves Gauthier Rachelle Gauvin Rolf Geiger Bruce Gemmill Charles Gendron Jason Gillespie Harvey Gillespie Matthew Gobeil Laura Gong Chelsey Gooden Christopher Goudie Bruce Grant Don Gregory Michael Grimshaw Maryanna Guillet Francis Guindon Samuel Hadwen D.A. (Sandy) Haggart Soumitra Haldar


John Halpenny Samantha Harb Sharmin Hares Stephen Harling Isaac Harris Felicity Harrison Zoë Hart Allan J. Heffler Rowan Henderson-Thomson Tom Hewitt Mark Heyendal Colin Hine Robert Hobbs Ed Hogan George Hopp Bill Hough Peter Houston Kenny Hsu Sakina Hussain Philip Jago Fathia Jama Malak Jebara Ruiting (Rachel) Jiang Jennifer Jiang Alexandre Jodoin Kristen Johansen Emily Johansen Neil Johnstone Amanda Jones Lyness Jones Larry Joyce Michael Joyce Terry Judge Alaine Jung

Megan Jung Ernest Jury Olfa Karoui Cassandra Kauer Bruce Kettles Kiseong Kim Minji Kim Larry Klein Shaun Klepko Scott Knox Robert Kostecka Peter Krayer von Krauss Michel Lacasse Nicole Lacey Ron Lachance James Laing Corinne Laliberté Nathan Lam Maurice Lamontagne Félix Lamontagne Daniel Larose Richard Lawrence Claude Le Blanc Pierre Legault Pierre-Nicolas Legault Eric Lemay Ronald Lemieux Joseph Lemieux André Levesque Natasha Levesque Eugene Lin Jenna Lin Shaun Liu Jed Lloren

Karen Louise Lochhead Richard Lodge James Lohnes Jack Loucks Robert MacDonald Donald MacNeil Jade Mak Hadi Makki Niki Manolikakis Rian Manson Jeffrey Manthorpe Linda Mardiros Bryon Mask Laura Matheson John McDermott Chun Lien McFarland David McGowran Saskia Mckay Garrett McNeil Campbell McNeil Carlos Xavier Mendoza Maria Paulina Mendoza Alexandre Menoche Nadja Merali Robert Mercier John Mercier Robert Merrick Julia Meyer Len Michaud Christopher Miedema Elizabeth Millaire Vernon Miller Michael Moghadam Vanessa Montpetit

Philippe Moore Patrick Morel-A-L’Huissier Dave Moryas Sean Muncaster Bob Murray Rebecca Murray Jessie Murray Joe Murray Richard Murtick Alex Myers Milad Nabizada Jihan Nassrallah Wilbert Neal Jérémy Noël Michael Nowell Msgana Ocabazgi Jane O’Donovan Leo O’Donovan Meghan O’Meara Hayley Ostrega Jennifer Parks Thomas Patterson Christopher Payne Nicholas Paynter John Peacock George Pearce Annie Peng Renaud Perrault Samuel Perron George Popadynec Andre Poulin Tommy Power Richard Presley Alana Prudhomme

Tezmen Fatima Qazi Tony Raab Alexandre Racine Francis Reardon Jean René de Cotret Darren Reyes Greg Reynolds Peter Richer Katherine Richman James Riddoch Stanley Rideout Katherine Riley Alain Rioux Orazio Rizzi Ross C. Robinson John Rodney Miville Roy Megan Ruiter Robert Sampson Genevieve Savone Stephanie Schultz Aritra Sengupta William Shaw Jessica She Reg Shevell Rui Shi Markel Simard Nirmal Sinha George Skinner Edward Slack Stanton Smaill Iain Smith Evan Smith Norman Smith

Nelson Smith Bob Smith Mary Sobie Kent Spott Matt Stambaugh Caitlyn Start Nicole St-Cyr Eric Stewart Ian Stewart Dave Stremes Andrea Stuhec-Leonard Sonya Stuhec-Leonard Cecilia Su Tina Su Matthew Sutherland David Tafel Stu Tait Mirjam Tanguay John Tasseron David Tate Charles « Bill » Tate Allen Taylor David Taylor James Taylor Mohamed Temacini Maha Temkit Christopher Teron Jonathan Tessier John Thibert John Thompson Elizabeth Thrasher Tim Timmins Christina Torok Martin Trépanier

Peter Trobridge Patrick Tunney Jim Tyerman Ian Umbach Bill Upton Rositsa Valkova Maurice-André Vigneault Bryan Wakeford Chinchin Wang Kathleen Wang Benjamin Wang Sunny Wang Christine Wang Steven Weaver Beth Webster Bill Weiler Alan Westland Eric Wetmore John Wiebe Gerald (Gerry) Willis Mae Wilson Brian Worobey MaryAnn Wu Leon Xu Yuan Yao Helen Yendall Tim Young Stephanie Youngdale Giuseppe Zanetti Manel Zeghal Yuhang Zhang Jessica Zhang Zehan Zhao

Rapport annuel 2011-2012 47


Prix pour 20 ans de service Denise Amyot, Renée H. Racicot, Suzanne Dumont, Linda Talbot, Suzanne Josée Beauvais. Absents : Graham Husk, Lee A. Norris.

Prix pour 15 ans de service Fraser McDonald, Rebecca McCooeye, Linda Brand, Sharon Huizinga-Latour, Denis Turbide, Denise Amyot, Paul Chahal, Julie Beaulne, Marc Cappelli, Nancy Beaulieu. Absents : Franz Klingender, Mireille Sauvé, Joanne Potvin.

du travail

Prix pour 5 ans de service Daniel Girard, Phillip Craig, Christos Makris, Denise Amyot, Mélanie Brisson, David Pantalony, Intiaz Rahim. Absent : Nathan Cooke.

Prix pour 25 ans de service Denise Amyot, Lucie G. Carrière, Diane Veilleux, Marc G. Ducharme. Absents : Robert Waddingham, Michael Irvin.

bien fait

e

Prix pour 10 ans de service Wanda Williams, Mariana Fratila-Logigan, Line Pivin, Denise Amyot, Julie Leclair, Frances Boudreau, Carolyn Holland, David Sutin. Absents : Bryan Casey, Carl Bergevin, Stephen Quick, Alexandra Brett, Monique Sheldrick.

n plus de favoriser un milieu de travail motivant, la Société fait des efforts en vue de célébrer les nombreuses réalisations de son personnel spécialisé.

Faits saillants : • Le 19 décembre, quarante-trois employés ont reçu un prix pour leurs années de service. • Douze employés ont reçu cinq prix Muses; ces prix offrent aux employés l’occasion de reconnaître leurs pairs et collègues de travail pour des actions qui intègrent les valeurs organisationnelles, notamment des réalisations spéciales en dehors du milieu de travail, et de reconnaître des employés à la retraite qui ont apporté à la Société autant qu’à leur propre discipline une contribution exceptionnelle.

Prix pour 30 ans de service Denise Amyot, Kathleen McCullough.

• En décembre 2011, cinquante employés ont reçu neuf différents prix remis par la direction en reconnaissance d’une action, d’une réalisation, d’un service ou d’un incident qui ont fait la démonstration d’une valeur organisationnelle fondamentale comme le leadership, l’excellence et le travail d’équipe, ou encore pour une contribution exceptionnelle à la réalisation des priorités de la Société.

48 Société des musées de sciences et technologies du Canada

• Dix-huit employés ont reçu le prix de la plume de la présidente, remis par la présidente-directrice générale en reconnaissance de leur dévouement et de leurs efforts supplémentaires afin « d’aller plus loin ».

Prix Muses En 2011-2012, les prix Muses ont été décernés à Phillip Craig, Isabelle Dufault, Mariana Fratila-Logigan, Patrick Hilborn, David Keyes, Jean-François LaBrosse, Mario Laflamme, Lyle Major, William Manning, Richard Régimbald, Jasmin Renaud et Elizabeth Thrasher.


1

2

5

4

7

8

(1) Prix dans la catégorie Présence nationale : Institut d’été destiné aux enseignants du primaire au MSTC Denise Amyot, Christina Carnovale, Erin Poulton, Mélanie Hall, Sandra Corbeil, Luc Fournier. Absentes : Anouk Adam, Catherine Émond (2) Prix d’excellence : équipe de production des Affaires publiques Denise Amyot, Louise Gratton, Stephanie Brind’Amour, Louise Lafrenière, Lynn Wilson, Pierre Martin, William King, Yves St-Onge. (3) Prix dans la catégorie Viabilité organisationnelle : Boutique scientifique du MSTC Fern Proulx, Patricia Poirier, Denise Amyot (4) Prix dans la catégorie Leadership : vice-présidente par intérim Denise Amyot, Fiona Smith Hale. (5) Prix dans la catégorie Diffusion des connaissances : équipe responsable de l’expérience des visiteurs au MSTC Luc Fournier, Kristen Abraham, Line Pivin, Denise Amyot. Absents : Bryan Casey, Kelly Ray. (6) Prix dans la catégorie Viabilité organisationnelle et travail d’équipe : équipes des ressources humaines et des services informatiques Denise Amyot, Diane Veilleux, Suzanne Dumont, Isabelle Dufault, Mariana Fratila-Logigan, Carmen Desjardins, Martine Thériault, Christine Laframboise, Sharon Huizinga-Latour, Yves Desnoyers, Robert Lavallée. (7) Prix dans la catégorie Leadership : activités d’exploitation de la Ferme au MAgC Kerry-Leigh Burchill, Charles Chrétien, Denise Amyot. Absent : Hugo Ouellette. (8) Prix dans la catégorie Présence nationale : activité Soldier On au MAEC Stephen Quick, Linda Brand, Denise Amyot (pas de photo) Prix d’excellence : Énergie : le pouvoir de choisir Anna Adamek, conservatrice, ressources naturelles et design industriel à la SMSTC.

3

6


installation s (gestion org

anisationnell

f

ournir et entretenir l’environnement physique nécessaire pour héberger, protéger et exposer la collection mobilisent une proportion considérable de l’énergie et des ressources de la Société chaque année. Ces installations comprennent trois musées publics, des locaux d’entreposage et des bureaux administratifs.

la dernière année, la Société a mis l’accent sur l’efficacité énergétique, tout en agrandissant certaines installations et en en rationalisant d’autres.

Les installations ont une incidence directe sur la réputation de la Société, sur la qualité de l’expérience des visiteurs et sur le statut des Musées en tant que destination d’importance. La superficie et la qualité des installations d’entreposage adéquates ont une incidence considérable sur la capacité de la Société de développer et de préserver la collection. De plus, le milieu de travail joue également un rôle important dans le bien-être et la satisfaction des employés. Une gestion rentable et efficace des installations est aussi un facteur déterminant sur le plan de la viabilité globale de la Société.

Musée de l’agriculture du Canada • Des panneaux solaires qui ont été donnés au Musée ont été installés sur le toit du bâtiment abritant les chevaux et les bovins (édifice 151) afin de réduire les coûts d’électricité.

Voici les principaux projets d’infrastructures :

• Des ventilateurs de plafond qui ont été donnés au Musée ont été installés dans l’édifice 151 afin d’y améliorer l’efficacité énergétique et la circulation de l’air.

Amélioration des établissements de la Société

• Un système de contrôle automatisé des bâtiments (SCAB) a été installé dans toutes les aires publiques à l’intérieur du bâtiment abritant les petits animaux (édifice 91), ce qui a permis d’automatiser les appareils de régulation des conditions ambiantes et de réduire les dépenses énergétiques.

L’entretien et l’agrandissement des infrastructures dans les établissements de la Société représentent un pourcentage considérable de ses coûts de fonctionnement. Au cours de

• Dans l’étable des bovins laitiers (édifice 88), la litière de la moitié des stalles a été remplacée par des tapis en caoutchouc, en vue de réduire la main-d’œuvre et les

50 Société des musées de sciences et technologies du Canada

e)

matériaux nécessaires, ainsi que l’usure et la détérioration de l’équipement dans l’étable. • Les rénovations importantes dans l’édifice administratif (édifice 94) ont commencé; la fin des travaux est prévue pour 2013. Les rénovations permettront d’ajouter de nouvelles salles de classe accessibles à l’année, des aires d’exposition, des toilettes et des aires d’accueil pour les visiteurs. • La toiture du bâtiment abritant la volaille et les lapins a été refaite. • Un nouveau générateur au diesel a été mis en service pour assurer une alimentation électrique d’urgence dans les édifices 88, 91 et 151; cet appareil fait partie intégrante du plan de continuité opérationnelle du Musée. Musée de l’aviation et de l’espace du Canada • La cafétéria, maintenant réaménagée et agrandie, a ouvert ses portes en avril. • La nouvelle boutique, agrandie, a rouvert en avril. • L’édifice 194 a été rénové et l’ensemble de la collection de petits artefacts du MAEC y a été déménagé; cela a permis


Cibles et mesures de rendement pour 2011-2012 d’aménager une nouvelle aire d’exposition pour recevoir la nouvelle exposition Vivre dans l’espace, créée par l’Agence spatiale canadienne, qui a été inaugurée à temps et dans les limites du budget. • L’aménagement intérieur de l’édifice 193 a été refait afin de recevoir le nouveau projet de restauration du Bristol Beaufighter et d’offrir plus d’espace au projet North Star. Musée des sciences et de la technologie du Canada • L’éclairage dans le stationnement a été remplacé par des ampoules à DEL afin de réduire la consommation d’énergie. • Grâce au système permanent de vidéoconférence qui a été installé dans une des salles de classe, il est maintenant possible d’offrir une programmation d’apprentissage à distance; et de plus, la salle de classe est mieux adaptée à la location.

Cibles et mesures — SRC 2

Résultats pour le volet Présence, participation et liens à l’échelle nationale

Achèvement du cadre relatif à l’expérience des visiteurs, destiné au nouvel immeuble du MSTC.

– Le cadre relatif à l’expérience des visiteurs a été temporairement mis en suspens.

– Le document contenant l’énoncé de vision continue à être présenté à un certain nombre de philanthropes et de personnes susceptibles de s’y intéresser. – L’analyse de rentabilisation est terminée.

Cibles et mesures — SRC 3

Résultats pour le volet Une collection de réputation internationale

Établissement de partenariats en vue de la construction de nouvelles installations d’entreposage pour sa collection en réserve.

– Des discussions ont eu lieu avec la Commission de la capitale nationale à propos des plans et du terrain.

– Des discussions ont eu lieu avec des firmes du secteur privé afin d’explorer les possibilités de PPP.

– D’autres endroits possibles en dehors de la région d’Ottawa ont été étudiés. Cibles et mesures — SRC 4

Résultats pour le volet Viabilité organisationnelle

Une nouvelle initiative verte.

RÉALISATIONS :

– Modification du système d’éclairage du MSTC et de l’édifice administratif Édifices administratifs • Des contrôles de zones d’éclairage ont été installés au 2421, chemin Lancaster en vue de réduire la consommation d’énergie. • Le travail se poursuit en vue d’obtenir du soutien pour la construction d’un nouveau MSTC dans la région de la capitale nationale. La Société a également terminé son travail d’analyse de rentabilisation en vue de la construction d’un établissement pour le Musée. • Avec des installations d’entreposage utilisées à 130 % de leur capacité normale, la Société continue de travailler en vue d’acquérir de nouvelles installations d’entreposage de la collection et d’aliéner des objets non essentiels ou en double exemplaire. • Tous les projets d’immobilisation retenus pour l’exercice 2011-2012 ont été terminés en respectant l’échéancier et le budget établis.

à des fins d’économie d’énergie.

– Installation de panneaux solaires au MAgC pour faire fonctionner des ventilateurs écoénergétiques de l’édifice 151.

– Mise à niveau du système de climatisation au MAEC afin de le rendre plus efficace; le système est admissible au programme d’efficacité énergétique d’Hydro Ottawa. Projets d’immobilisation terminés dans le respect de l’échéancier et du budget.

RÉALISATIONS :

– Achèvement de l’évaluation de l’étendue des travaux et attribution de contrats pour le projet de réseau sans fil.

– Révision de l’étendue des travaux dans le respect du budget et attribution d’un contrat pour la construction de salles de classe et d’aires d’exposition au MAgC. – Achèvement de l’installation du système de contrôle automatisé dans l’édifice 91 du MAgC. – Remplacement d’immobilisations : compresseur et système de ventilation dans l’aire de conservation au MSTC.

Rapport annuel 2011-2012 51


états financie rs responsabilité

de la direction à l’égard des états financiers

l

es états financiers du présent rapport annuel ont été préparés par la direction conformément aux normes comptables canadiennes pour le secteur public, applicables aux organismes sans but lucratif; la direction répond de l’intégrité et de l’objectivité des données qui y figurent. La direction est également responsable de toute autre information que renferme le rapport annuel et de la concordance, le cas échéant, de cette information avecles états financiers. Pour assumer cette responsabilité, la direction a établi et maintient des registres et documents comptables, des contrôles financiers et de gestion, des systèmes d’information et des pratiques de gestion. Ces éléments ont pour but d’établir avec une assurance raisonnable que l’information financière fournie est fiable, que les biens sont protégés et contrôlés et que les opérations sont conformes à la Loi sur la gestion des finances

publiques et à ses règlements, ainsi qu’à la Loi sur les musées et aux règlements administratifs de la Société.

Le vérificateur externe de la Société, soit le vérificateur général du Canada, vérifie les états financiers et fait rapport au ministre responsable de la Société.

Le conseil d’administration doit veiller à ce que la direction respecte ses obligations en matière de rapports financiers et de contrôle interne, ce qu’il fait par l’intermédiaire du Comité des finances, de la vérification et de la gestion des risques, composé en majorité d’administrateurs externes. Le Comité rencontre la direction et le vérificateur externe indépendant pour voir comment ces groupes s’acquittent de leurs responsabilités et pour discuter de points concernant la vérification, les contrôles internes et d’autres sujets financiers pertinents. Le Comité des finances, de la vérification et de la gestion des risques a examiné les états financiers et a soumis son rapport au conseil d’administration, qui a, à son tour, examiné et approuvé les états financiers.

La présidente-directrice générale,

52 Société des musées de sciences et technologies du Canada

Denise Amyot Le directeur général des opérations,

Fernand Proulx Le 22 juin 2012


Rapport annuel 2011-2012 53


ÉTAT DE LA SITUATION FINANCIÈRE Au (en milliers de dollars)

31 mars

31 mars

1er avril

2012

2011

2010

10 264 $

13 354 $

15 626 $

1 638

1 330

2 514

409

368

312

465

409

349

ACTIF À court terme Trésorerie et équivalents de trésorerie (note 4) Créances Ministères Clients Stocks Frais payés d’avance Collection (note 5) Immobilisations (note 6) PASSIF À court terme

104

200

236

12 880

15 661

19 037

1

1

1

64 415

65 217

57 517

77 296 $

80 879 $

76 555 $

988 $

806 $

984 $

Créditeurs et charges à payer Ministères Salaires à payer et autres

2 617

4 266

2 630

Tranche à court terme des avantages sociaux futurs (note 7)

2 050

222

185

Apports reportés et produit reporté (note 8)

6 755

7 468

10 934

12 410

12 762

14 733

777

2 762

2 956

Avantages sociaux futurs (note 7) Avance à long terme (note 9) Apports reportés liés aux immobilisations (note 10) ACTIF NET Non affecté Investissement en immobilisations

4 533

4 533

4 533

50 223

50 930

44 881

67 943

70 987

67 103

(749)

(210)

(650)

10 102

10 102

10 102

9 353

9 892

9 452

77 296 $

80 879 $

76 555 $

Obligations contractuelles et éventualités (notes 15 et 17) Les notes et le tableau complémentaires font partie intégrante des états financiers.

Approuvé par le conseil d’administration :

Le président,

Le président, Comité des finances, de la vérification et de la gestion des risques,

Gary Polonsky

Neil Russon


ÉTAT DES RÉSULTATS

ÉTAT DES VARIATIONS DE L’ACTIF NET

Exercice terminé le 31 mars

Exercice terminé le 31 mars

2012

2011

Exploitation (tableau 1)

5 491 $

4 318 $

Contributions

1 118

586

152

128

6 761

5 032

(en milliers de dollars)

PRODUITS

Intérêts Total des produits

(en milliers de dollars)

2012

2011

10 102 $

10 102 $

INVESTISSEMENT EN IMMOBILISATIONS Investissement en immobilisations au début de l’exercice Investissement en immobilisations au cours de l’exercice

-

-

10 102

10 102

Déficit non affecté au début de l’exercice

(210)

(650)

Investissement en immobilisations à la fin de l’exercice

CHARGES (tableau 2) ACTIF NET NON AFFECTÉ

Préservation du patrimoine

5 139

4 891

Diffusion des connaissances

13 405

13 485

Services internes

7 537

6 528

Bénéfice (déficit) net de l’exercice

(539)

440

Installations

9 334

9 480

Déficit à la fin de l’exercice

(749)

(210)

Amortissement des immobilisations

3 231

3 387

38 646

37 771 ACTIF NET À LA FIN DE L’EXERCICE

9 353 $

9 892 $

Total des charges Déficit avant les crédits parlementaires Crédits parlementaires (note 11) Bénéfice net (perte nette) de l’exercice

(31 885)

(32 739)

31 346

33 179

(539) $

Les notes et le tableau complémentaires font partie intégrante des états financiers.

440 $

Les notes et le tableau complémentaires font partie intégrante des états financiers.

Rapport annuel 2011-2012 55


ÉTAT DES FLUX DE TRÉSORERIE

NOTES AFFÉRENTES AUX ÉTATS FINANCIERS

Exercice terminé le 31 mars

31 mars 2012

(en milliers de dollars)

2012

2011

Activités de fonctionnement : Encaissements (clients) Crédits parlementaires reçus Décaissements (employés et fournisseurs)

5 721 $

$3 925 $

27 262

31 718

(36 202)

(32 587)

Apports affectés reçus

321

65

Intérêts reçus

143

130

(2 755)

3 251

(2 428)

(11 088)

(2 428)

(11 088)

Total des flux de trésorerie liés aux activités de fonctionnement Activités d’investissement en immobilisations : Acquisition d’immobilisations Total des flux de trésorerie liés aux activités d’investissement en immobilisations Activités de financement : Crédits parlementaires reçus pour l’acquisition d’immobilisations

2 093

5 565

Total des flux de trésorerie liés aux activités de financement

2 093

5 565

Diminution de la trésorerie et des équivalents de trésorerie

(3 090)

(2 272)

Trésorerie et équivalents de trésorerie au début de l’exercice

13 354

15 626

Trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin de l’exercice

10 264 $

13 354 $

Le Musée national des sciences et de la technologie a été constitué le 1er juillet 1990 en vertu de la Loi sur les musées, et est une société d’État mentionnée à la partie I de l’annexe III de la Loi sur la gestion des finances publiques et n’est pas assujetti à l’impôt sur les bénéfices en vertu de la Loi de l’impôt sur le revenu. Tel que le mentionne la Loi sur les musées, la Société a pour mission de promouvoir la culture scientifique et technique au Canada par la constitution, l’entretien et le développement d’une collection d’objets scientifiques et techniques principalement axée sur le Canada, et par la présentation des procédés et productions de l’activité scientifique et technique, ainsi que de leurs rapports avec la société sur le plan économique, social et culturel. La Société exerce ses activités sous le nom de la Société des musées de sciences et technologies du Canada. Elle gère trois établissements muséaux : le Musée des sciences et de la technologie du Canada, le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada et le Musée de l’agriculture du Canada. Les activités de la Société sont réparties en quatre activités complémentaires : Préservation du patrimoine Cette activité comprend la documentation, le catalogage, la conservation, la recherche historique, la bibliothèque et les services connexes. Diffusion des connaissances Cette activité comprend l’élaboration et l’entretien des expositions, les programmes d’interprétation et d’enseignement, de communication et de promotion, la diffusion sur le Web et les autres services aux visiteurs. Services internes Cette activité comprend les services de ressources humaines, des finances et de la gestion des installations, du développement d’entreprise et des activités commerciales, qui sont tous gérés centralement. Installations Cette activité comprend les frais de fonctionnement et d’entretien des immeubles qui appartiennent à la Société et de ceux qui sont loués, ainsi que les services de sécurité. 2. Conventions comptables

Consistant en : Trésorerie

1. Pouvoirs, mission et activités

1 178 $

Équivalents de trésorerie

9 086

Équivalents de trésorerie

10 264 $

Les notes et le tableau complémentaires font partie intégrante des états financiers.

56 Société des musées de sciences et technologies du Canada

321 $ 13 033 13 354 $

Les présents états financiers ont été préparés conformément aux normes comptables du secteur public canadien. Les conventions comptables importantes sont :


(a) Base de présentation La Société a préparé les états financiers en appliquant la série 4200 des normes comptables du secteur public canadien, applicables aux organismes gouvernementaux à but non lucratif.

L’amortissement est calculé selon la méthode de l’amortissement linéaire fondé sur la durée de vie utile estimative des immobilisations, selon la règle de la demi-année pendant l’exercice d’acquisition, comme suit :

La Société applique la méthode du report pour la comptabilisation des apports pour les organismes à but non lucratif.

Bâtiments

10 à 40 ans

Améliorations aux bâtiments

10 à 25 ans

(b) Équivalents de trésorerie Les placements de la Société sont très liquides, sont limités à des placements à revenus fixes dans les banques de l’annexe A, à des effets garantis par les gouvernements et à des effets commerciaux cotés A++ par la Société canadienne d’évaluation du crédit.

Mobilier de bureau

5 à 10 ans

Logiciels

5 ans

Matériel

5 à 12 ans

(c) Créances La Société établit une provision pour créances douteuses, qui reflète la baisse de valeur estimative des créances. La provision est basée sur les comptes clients et est déterminée en considérant les connaissances de la Société sur la situation financière de ses clients, l’âge des comptes clients, le climat politique et économique actuel, la concentration des clients, les normes de l’industrie et l’historique de recouvrement. Les pertes sur créances sont comptabilisées dans l’état des résultats, dans les charges d’exploitation. (d) Stocks Les stocks sont évalués au moindre du coût et de la valeur de réalisation nette. Le coût des stocks est déterminé selon la méthode du coût moyen pondéré. (e) Collection La collection forme la plus grande part de l’actif de la Société, mais elle est comptabilisée à la valeur nominale de 1 000 $ à l’état de la situation financière, vu les difficultés pratiques de lui attribuer une valeur significative. Les objets de collection acquis par la Société sont comptabilisés comme charges dans l’exercice d’acquisition. Les objets donnés à la Société sont enregistrés comme actifs à leur valeur nominale. (f) Immobilisations Les immobilisations sont comptabilisées selon les méthodes suivantes. Les immobilisations corporelles dont la Société s’est portée acquéreur et qui lui appartiennent sont comptabilisées au coût et amorties sur leur durée de vie utile estimative. Les terrains et bâtiments appartenant au gouvernement du Canada et sous le contrôle de la Société sont comptabilisés à leur coût historique estimatif moins l’amortissement cumulé, dans le cas des bâtiments. Le coût historique estimatif net des bâtiments a été crédité aux apports reportés liés aux immobilisations et le coût historique estimatif des terrains a été crédité à l’actif net. Les terrains dont le coût historique ne peut pas être établi avec une certaine assurance sont comptabilisés à une valeur nominale et un montant correspondant est crédité à l’actif net. Les améliorations qui prolongent la vie utile ou le potentiel de service des bâtiments sont comptabilisées au coût. Les améliorations aux bâtiments sont amorties sur la durée de vie utile restante du bâtiment ou la durée de vie utile des améliorations, selon le moins élevé des deux.

Les sommes relatives aux projets d’immobilisations en cours sont virées à la rubrique appropriée des immobilisations corporelles lorsque le projet est achevé, et elles sont alors amorties conformément à la politique de la Société. (g) Avantages sociaux futurs i) Régime de retraite L’ensemble des employés de la Société participe au Régime de retraite de la fonction publique, un régime à prestations déterminées établi en vertu d’une loi et parrainé par le gouvernement du Canada. Les cotisations doivent être versées par les employés et la Société afin de couvrir les coûts liés au service courant. En vertu de la loi actuelle, la Société n’a aucune obligation juridique ou implicite de payer d’autres cotisations en ce qui a trait aux services passés ou au déficit du régime. Par conséquent, les cotisations sont comptabilisées dans les dépenses de l’année où les services ont été rendus et représentent l’obligation totale des avantages sociaux futurs de la Société. ii) Indemnités de départ Les employés ont droit à des indemnités de départ, prévues dans les conventions collectives ou les conditions d’emploi. Le coût de ces indemnités s’accumule à mesure que les employés rendent les services nécessaires pour les gagner. La Société a modifié cette indemnité pour la catégorie de la gestion à compter du 1er avril 2011. Par conséquent, les gestionnaires ont le choix de recevoir immédiatement le versement de leur indemnité de départ, d’en reporter le paiement jusqu’à leur retraite, ou une combinaison des deux options en fonction de leurs années de service continu auprès de la Société le 1er avril 2011. Le coût des indemnités est établi au 31 mars de chaque année, selon des calculs actuariels fondés sur la méthode de répartition des prestations au prorata des services rendus. L’obligation n’est pas financée. L’évaluation du passif est basée sur des hypothèses et les meilleures estimations de facteurs tels que le taux d’actualisation, l’inflation, le roulement et les départs à la retraite prévus et les taux de mortalité. Ces indemnités constituent pour la Société une obligation dont le règlement entraînera des paiements au cours des prochains exercices. Les gains actuariels (pertes actuarielles) liés à l’obligation au titre des prestations constituées résultent de l’écart entre les résultats réels et les résultats prévus, ainsi que des variations des hypothèses actuarielles utilisées pour établir l’obligation au titre des prestations constituées. Les gains actuariels (pertes actuarielles) sont constatés de façon systématique dans l’état des résultats sur la durée estimative du reste de la carrière active des employés actifs visés par les présents avantages à la retraite, c’est-à-dire 10,6 ans.

Rapport annuel 2011-2012 57


iii) Congés de maladie La Société accorde aux employés des congés de maladie qui s’accumulent, mais qui ne s’acquièrent pas. Le coût des obligations au titre des prestations constituées liées aux crédits de congé de maladie acquis par les employés est déterminé de manière actuarielle à l’aide de la méthode de répartition des prestations au prorata des services et de l’estimation la plus probable de la direction concernant l’inflation, le taux d’actualisation, les données démographiques relatives aux employés et l’utilisation des congés de maladie des employés actifs. Les gains actuariels (pertes actuarielles) liés à l’obligation au titre des prestations constituées résultent de l’écart entre les résultats réels et les résultats prévus, ainsi que des variations des hypothèses actuarielles utilisées pour établir l’obligation au titre des prestations constituées. Les gains actuariels (pertes actuarielles) sont constatés de façon systématique dans l’état des résultats sur la durée estimative du reste de la carrière active des employés actifs visés par les présents avantages à la retraite, c’est-à-dire 10,6 ans. (h) Constatation des produits i) Crédits parlementaires Le gouvernement du Canada accorde des fonds à la Société. Les crédits parlementaires qui sont explicitement ou implicitement affectés à l’achat d’immobilisations amortissables sont reportés et comptabilisés à titre de revenus selon la même méthode et sur la même période que les immobilisations connexes acquises. Les crédits parlementaires affectés à des dépenses précises sont reportés sur le bilan et comptabilisés à titre de revenus dans l’état des résultats pendant la période au cours de laquelle ces dépenses sont engagées. Les crédits parlementaires qui ne sont pas affectés à une fin précise sont comptabilisés à titre de revenus dans l’état des résultats de la période pour laquelle le crédit parlementaire est autorisé. ii) Fonctionnement Les revenus découlant des activités des Musées comprennent les droits d’entrée et la vente de programmes, les ventes en boutique, la location des installations, les adhésions, les commandites, l’exploitation agricole et d’autres revenus. Ils sont constatés dans l’année au cours de laquelle la vente de produits est conclue ou au cours de laquelle les services sont fournis. iii) Contributions Les apports non affectés sont constatés à titre de produits à l’état des résultats au moment où ils sont reçus ou à recevoir, si le montant peut être évalué de façon raisonnable et si le recouvrement est raisonnablement assuré. Les apports affectés à l’externe à des fins précises sont reportés sur l’état de la situation financière et comptabilisés à titre de revenus sur l’état des résultats pendant l’exercice au cours duquel les dépenses connexes sont comptabilisées. Les apports en nature sont comptabilisés à leur juste valeur marchande estimée au moment de leur réception. L’apport des bénévoles en nombre d’heures par année est important. Puisqu’il est difficile de déterminer leur juste valeur, les services fournis par les bénévoles ne sont pas comptabilisés dans les états financiers.

58 Société des musées de sciences et technologies du Canada

iv) Produits d’intérêts Les intérêts sont constatés et comptabilisés au cours de l’exercice pendant lequel ils sont gagnés, selon la méthode du taux d’intérêt effectif. (i) Conversion de devises Les opérations en devises étrangères sont converties en dollars canadiens en fonction du taux de change en vigueur à la date de la transaction. Les actifs et les passifs monétaires libellés en devises étrangères sont convertis en utilisant le taux de change en vigueur au 31 mars. Les gains et les pertes découlant de la conversion de devises sont reportés dans l’état des résultats. (j) Actifs et passifs financiers La Société classe les instruments financiers au moment de leur comptabilisation initiale en fonction des raisons pour lesquelles les actifs financiers ont été acquis ou les passifs ont été engagés. Tous les instruments financiers sont comptabilisés initialement à leur juste valeur. La juste valeur des instruments financiers à leur comptabilisation initiale correspond au prix de transaction, soit la juste valeur de la contrepartie donnée ou reçue. Suivant leur comptabilisation initiale, les instruments financiers sont évalués par l’application du traitement comptable qui correspond à leur classement. La trésorerie et les équivalents de trésorerie sont comptabilisés à leur juste valeur. Les créances, l’avance à long terme et les comptes créditeurs, ainsi que les autres charges à payer sont comptabilisés à leur coût ou à leur coût après amortissement. (k) Dépréciation des actifs non financiers À chaque date de clôture, la Société détermine la mesure dans laquelle il existe des indications internes qu’un actif pourrait avoir subi une dépréciation (par ex., un actif endommagé ou qui n’est plus utilisé). S’il existe une indication de cet ordre, ou lorsqu’un actif doit être soumis à un test de dépréciation annuel, la Société détermine la valeur recouvrable estimative de l’actif. La valeur recouvrable d’un actif est sa juste valeur moins le coût pour le vendre ou sa valeur d’utilité, soit le montant le plus élevé des deux. Lorsque la valeur comptable d’un actif est supérieure à sa valeur recouvrable, l’actif est déprécié et est réduit à sa valeur recouvrable. (l) Incertitude relative à la mesure La préparation des états financiers conformément aux conventions comptables du secteur public canadien, applicables aux organismes gouvernementaux à but non lucratif exige de la direction qu’elle fasse des estimations et pose des hypothèses qui influent sur les montants déclarés des actifs, des passifs, des revenus et des charges présentés dans les états financiers de l’exercice. Les principaux éléments pour lesquels des estimations sont faites sont les charges à payer, la provision pour créances douteuses, les avantages sociaux futurs et la durée de vie utile des immobilisations. Les principales hypothèses concernant l’avenir et d’autres sources importantes d’incertitude concernant les estimations à la date de clôture, qui présentent un risque élevé d’occasionner un


rajustement important des valeurs comptables des actifs et des passifs au cours de l’exercice suivant, sont analysées ci-dessous : i) Durée de vie utile estimative des actifs La durée de vie utile estimative des immobilisations se fonde sur les intentions de la direction en ce qui a trait au bien, à l’expérience historique relative au bien, aux plans internes de gestion des biens et à d’autres facteurs déterminés par la direction. La durée de vie utile est évaluée chaque année et toute modification est prise en compte de façon prospective. ii) Indemnités de départ et congés de maladie Le coût du régime d’indemnités de départ à prestations déterminées et de congés de maladie, ainsi que la valeur actuelle de l’obligation au titre de ce régime est déterminé au moyen d’une évaluation actuarielle. L’évaluation actuarielle consiste à formuler des hypothèses au sujet des taux d’actualisation, des taux d’utilisation, des augmentations salariales futures et des taux de départ. Toutes les hypothèses sont examinées chaque année au 31 mars. Lorsqu’elle détermine le taux d’actualisation approprié, la direction prend en considération les taux d’intérêt des obligations du gouvernement du Canada. Les taux de départ se fondent sur l’expérience de la fonction publique du Canada et comprennent la mortalité, l’invalidité, la cessation d’emploi et la retraite. Les augmentations salariales futures se fondent sur les taux futurs d’inflation prévus au Canada. De plus amples détails concernant les hypothèses sont fournis à la note 7b). Aucune autre hypothèse ou estimation comptable n’a été établie comme présentant un risque élevé d’occasionner un rajustement important des valeurs comptables des actifs et des passifs au cours de l’exercice suivant. 3. Conversion aux normes comptables du secteur public Le 1er avril 2011, la Société a adopté les principes comptables du secteur public canadien qui s’appliquent aux organismes sans but lucratif du secteur public. Ces normes modifiées ont été adoptées rétroactivement et, par conséquent, les données comparatives de 2011 ont été redressées. La Société a choisi d’utiliser l’exemption relative à la dépréciation des immobilisations corporelles. Par conséquent, les conditions énoncées au chapitre SP 3150 concernant la réduction d’une immobilisation corporelle s’appliquent sur une base prospective à compter de la date de transition. En outre, le 1er avril 2011, la Société a procédé à l’adoption anticipée des chapitres SP 3450, Instruments financiers, SP 3041, Placements de portefeuille, SP 2601, Conversion des devises, et SP 1201, Présentation des états financiers, et des modifications connexes à d’autres normes sur une base prospective, sans retraitement des chiffres comparatifs de 2011. Les principales modifications dues à l’adoption de ces normes comptables sont les suivantes : (a) Les immobilisations incorporelles, qui représentent le coût pour la Société d’une servitude du Chemin de fer Canadien Pacifique Limitée afin de conserver un accès à la voie ferrée, sont comprises dans la définition d’une immobilisation en vertu du chapitre SP S4230. Un ajustement a été apporté aux états financiers de 2011 afin de reclasser la valeur comptable d’immobilisations incorporelles de 352 000 $ (2010 : 147 000 $) aux immobilisations.

non utilisés auparavant, qui ont été reçus pour des projets précis et qui totalisent 6 423 000 $ (2010 : 10 281 000 $) reportés au titre des crédits parlementaires au 31 mars 2011 ont été reclassés au titre d’apports reportés et de revenus reportés. (c) Les autres éléments du résultat étendu ne sont pas comptabilisés en vertu des normes comptables du secteur public canadien, applicables aux organismes gouvernementaux à but non lucratif. Par conséquent, les autres éléments du résultat étendu et le résultat étendu ne sont plus indiqués dans l’état des résultats de la Société. (d) La Société a redressé ses états financiers de 2011 pour la comptabilisation des avantages sociaux futurs des employés. L’ajustement se rapportait précisément aux aspects suivants des conventions comptables : i) Cessation d’emploi Les normes comptables applicables aux organismes sans but lucratif du secteur public canadien exigent que l’obligation relative aux indemnités de départ soit établie sur la base des prestations constituées. Auparavant, la Société déterminait ce coût d’après les hypothèses et les estimations de la direction, à mesure que les employés rendaient les services nécessaires pour accumuler les droits correspondants. L’adoption de la méthode des prestations constituées a entraîné un accroissement de l’obligation relative aux indemnités de départ au 31 mars 2011, qui s’élevait à 187 000 $ (2010 : 216 000 $). Le passif au titre des indemnités de départ a été diminué de 29 000 $ pour l’exercice financier 2010-2011. ii) Congé de maladie Auparavant, la Société n’était pas tenue d’enregistrer une obligation au titre des prestations constituées liée aux congés de maladie parce qu’ils ne s’acquièrent pas. Les normes comptables applicables aux organismes sans but lucratif du secteur public canadien exigent qu’un passif et une charge soient comptabilisés au titre des avantages postérieurs à l’emploi et des congés rémunérés qui s’acquièrent ou s’accumulent dans l’exercice au cours duquel les employés fournissent à la Société des services qui ouvrent droit aux avantages. Une modification a été apportée aux états financiers de 2011 afin de comptabiliser un passif et une charge liés aux droits aux congés de maladie accumulés. L’obligation relative aux congés de maladie accumulés était de 227 000 $ au 31 mars 2011 (2010 : 194 000 $). Le passif au titre des congés de maladie accumulés a été augmenté de 33 000 $ pour l’exercice financier 2010-2011. (e) Les services et matériaux reçus sans frais peuvent être comptabilisés en vertu des normes comptables du secteur public canadien. Par conséquent, les apports de services dont on peut estimer raisonnablement la juste valeur ont été augmentés de 521 000 $ et comptabilisés dans les états financiers de la Société. Les dépenses liées à la diffusion des connaissances et aux services internes ont été augmentées de 391 000 $ et de 130 000 $ respectivement. Les détails concernant la nature des opérations sont divulgués à la note 16. (f) Selon les normes comptables du secteur public canadien, applicables aux organismes gouvernementaux à but non lucratif, l’actif net de la Société comprend son investissement en immobilisations et les actifs nets non affectés. Les états financiers de 2011 ont été modifiés pour présenter séparément chacun de ces éléments de l’actif net dans l’état de la situation financière.

(b) Les crédits parlementaires non utilisés qui ont été reçus pour des projets précis ne sont désormais plus présentés au titre des crédits parlementaires reportés. Par conséquent, les crédits parlementaires

Rapport annuel 2011-2012 59


L’incidence des retraitements est la suivante : a) 1er avril 2010, État de la situation financière Manuel de comptabilité de (en milliers de dollars)

l’ICCA —

1er

avril 2010

Ajustements NCSP Congés de maladie

Indemnités de départ

Normes NCSP — Classification

1er avril 2010

ACTIF : Trésorerie et équivalents de trésorerie

15 626 $

- $

- $

- $

15 626 $

2 514

-

-

-

2 514

312

-

-

-

312

Créances Ministères Clients Stocks

349

-

-

-

349

Frais payés d’avance

236

-

-

-

236

1

-

-

-

1

147

-

-

(147)

-

Immobilisations

57 370

-

-

147

57 517

ACTIF TOTAL

76 555 $

- $

- $

- $

76 555 $

984 $

- $

- $

- $

984 $

2 630

-

-

-

2 630

724

-

(539)

-

185

Collection Actifs incorporels

PASSIF : Créditeurs et charges à payer Ministères Salaires à payer et autres Tranche à court terme des avantages sociaux futurs Apports reportés et produits reportés

653

-

-

10 281

10 934

Avantages sociaux futurs

2 007

194

755

-

2 956

Avance à long terme

4 533

-

-

-

4 533

55 162

-

-

(10 281)

44 881

Apports reportés liés aux immobilisations ACTIF NET :

(240)

(194)

(216)

-

(650)

Investissement en immobilisations

Actif non affecté

10 102

-

-

-

10 102

PASSIF TOTAL ET ACTIF NET

76 555 $

- $

- $

- $

76 555 $

60 Société des musées de sciences et technologies du Canada


b) 31 mars 2011, État de la situation financière

Manuel de comptabilité de (en milliers de dollars)

l’ICCA — 31 mars 2011

Ajustements NCSP Congés de maladie

Indemnités de départ

Normes NCSP — Classification

31 mars 2011

ACTIF : Trésorerie et équivalents de trésorerie

13 354 $

- $

- $

- $

13 354 $

1 330

-

-

-

1 330

368

-

-

-

368

Créances Ministères Clients Stocks

409

-

-

-

409

Frais payés d’avance

200

-

-

-

200

1

-

-

-

1

352

-

-

(352)

-

Immobilisations

64 865

-

-

352

65 217

ACTIF TOTAL

80 879 $

- $

- $

- $

80 879 $

806 $

- $

- $

- $

806 $

4 266

-

-

-

4 266

614

-

(392)

-

222

Collection Actifs incorporels

PASSIF : Créditeurs et charges à payer Ministères Salaires à payer et autres Tranche à court terme des avantages sociaux futurs Apports reportés et produits reportés

1 045

-

-

6 423

7 468

Avantages sociaux futurs

1 956

227

579

-

2 762

Avance à long terme

4 533

-

-

-

4 533

57 353

-

-

(6 423)

50 930

Apports reportés liés aux immobilisations ACTIF NET :

204

(227)

(187)

-

(210)

Investissement en immobilisations

Actif non affecté

10 102

-

-

-

10 102

PASSIF TOTAL ET ACTIF NET

80 879 $

- $

- $

- $

80 879 $

Rapport annuel 2011-2012 61


c) État des résultats pour l’exercice terminé le 31 mars 2011

Manuel de comptabilité de (en milliers de dollars)

l’ICCA — 31 mars 2011

Ajustements NCSP Congés de maladie

Indemnités de départ

Services offerts gratuitement

Normes NCSP — 31 mars 2011

PRODUITS : Exploitation

4 318 $

- $

- $

Contributions

65

-

-

521

586

128

-

-

-

128

4 511

-

-

521

5 032

Intérêts Total des produits

- $

4 318 $

CHARGES : Préservation du patrimoine

4 891

-

-

-

4 891

Diffusion des connaissances

13 090

33

(29)

391

13 485

Services internes

6 398

-

-

130

6 528

Installations

9 480

-

-

-

9 480

Amortissement des immobilisations

3 387

-

-

-

3 387

37 246

33

(29)

521

37 771

(32 735)

(33)

29

-

(32 739)

33 179

-

-

-

33 179

(33) $

29 $

Total des charges Excédent (insuffisance) avant les crédits parlementaires Crédits parlementaires EXCÉDENT (INSUFFISANCE)

444 $

- $

440 $

Tableau des charges : Coût du personnel Services professionnels

19 200

33

(29)

391

19 595

2 254

-

-

130

2 384

4. Trésorerie et équivalents de trésorerie Le rendement global du portefeuille au 31 mars 2012 était de 1,37 % (2011 : 1,33 %) et la durée moyenne jusqu’à l’échéance est 184 jours (2011 : 118 jours) encaissable sur demande. La juste valeur des équivalents de trésorerie est d’environ 9 093 000 $ (2011 : 13 033 000 $) et est constituée de bons du Trésor du gouvernement selon la politique d’investissement et opérations bancaires de la Société, décrite à la note 14.

62 Société des musées de sciences et technologies du Canada


5. Collection

7. Avantages sociaux futurs

Une partie de la mission de la Société est de « promouvoir la culture scientifique et technique au Canada par la constitution, l’entretien et le développement d’une collection d’objets scientifiques et techniques […] ». Cette collection représente l’actif principal de la Société et est répartie entre les secteurs suivants :

(a) Régime de retraite Le président du Conseil du Trésor du Canada détermine les cotisations obligatoires de l’employeur en se basant sur un multiple des cotisations obligatoires des employés. Le taux général des cotisations en vigueur à la fin de l’exercice est de 10,79 % (2011 : 10,79 %). Des cotisations totales de 1,63 million de dollars (2011 : 1,67 million de dollars) ont été comptabilisées en tant que dépenses de l’année courante.

– – – – – –

les communications; les ressources non renouvelables et le design industriel; les ressources naturelles; les sciences physiques et la médecine; les ressources renouvelables, qui comprennent l’agriculture et la foresterie; les instruments, outils et systèmes ayant des applications directes en mathématiques, en chimie, en physique, ainsi qu’en astronomie, astrophysique, météorologie, arpentage et cartographie, et technologies de l’information; – les transports : terrestre, maritime, aérien et spatial.

Le gouvernement du Canada est tenu par la loi de verser les prestations liées au régime. En général, les prestations de retraite s’accumulent sur une période maximale de 35 ans au taux de 2 % par année de service donnant droit à une pension, multiplié par la moyenne des cinq meilleures années consécutives. Les prestations sont coordonnées avec celles du Régime de pensions du Canada et du Régime des rentes du Québec, et sont indexées au taux d’inflation. (b) Indemnités de départ et congés de maladie La Société verse des indemnités de départ, déterminées en fonction du nombre d’années de service et du salaire final, à essentiellement tous ses employés. Le 1er avril 2011, la Société a modifié les indemnités de départ offertes. Tous les employés occupant un poste de direction et tous les autres employés non syndiqués cessent d’accumuler des prestations à compter du 1er avril 2011. Les employés appartenant à ce groupe ont le choix entre trois options en ce qui a trait aux prestations

Au cours de l’exercice terminé le 31 mars 2012, la Société s’est départie de 809 objets (2011 : 11 objets) pour un montant total de 2 970 $ (2011 : 4 500 $) et a acquis 58 objets (2011 : 1 219 objets) pour sa collection, par l’entremise du processus d’acquisition/aliénation d’artefacts. Les sommes provenant de la vente d’artefacts ont été utilisées pour acquérir de nouveaux objets pour la collection. 6. Immobilisations

Amortissement cumulé - $

31 mars 2012 Valeur comptable nette 10 102 $

31 mars 2011 Valeur comptable nette 10 102 $

1er avril 2010 Valeur comptable nette 10 102 $

(en milliers de dollars) Terrains

Coût 10 102 $

Bâtiments

68 726

26 403

42 323

43 883

32 622

Améliorations aux bâtiments

22 048

13 495

8 553

7 758

6 876

773

425

348

310

1 472

Matériel

2 328

1 792

536

729

1 337

Logiciels

1 276

1 091

185

205

120

147

-

147

147

147

2 221

-

2 221

2 083

4 841

64 415 $

65 217 $

57 517 $

Mobilier de bureau

Droit de passage Projets d’immobilisations en cours

107 621 $

Le coût et l’amortissement cumulé des immobilisations au 31 mars 2011 se chiffraient à 106 418 000 $ et 41 201 000 $ respectivement. Des équipements et du mobilier de bureau d’une valeur comptable nette de 228 000 $ ont été radiés au cours de l’exercice financier. Le montant a été enregistré à titre d’amortissement en 2011-2012.

43 206 $

accumulées au cours des dernières années. Ils peuvent choisir d’encaisser immédiatement les prestations acquises à ce jour sous la forme d’un paiement comptant, continuer d’en différer le paiement jusqu’à la retraite ou jusqu’au départ volontaire, ou combiner les deux options. Les indemnités de départ ne sont pas capitalisées d’avance et ne détiennent donc aucun actif. Les indemnités de départ seront prélevées sur les crédits futurs.

Rapport annuel 2011-2012 63


La Société offre des prestations de congés de maladie accumulés à ses employés. Les employés accumulent des congés de maladie non utilisés qui pourront être utilisés au cours des exercices ultérieurs. Le solde des crédits de congés de maladie inutilisés est reporté jusqu’à ce que l’employé quitte la Société; à la cessation des fonctions, l’employé n’a droit à aucun paiement à ce titre et la Société n’a plus aucune obligation financière.

Les changements apportés au solde d’apports reportés et de produits reportés au cours de l’exercice sont les suivants :

À la date de l’état de la situation financière, les renseignements utiles à l’égard de ce régime sont les suivants :

Plus :

(en milliers de dollars) Obligation au titre des indemnités constituées au début de l’exercice Coût de l’exercice Indemnités versées au cours de l’exercice

2012

2011

2 984 $

3 141 $

759

211

(1 149)

(472)

Charge d’intérêt

105

104

(Gain) perte actuariels

128

-

Obligation au titre des indemnités constituées à la fin de l’exercice

2 827 $

2 984 $

Tranche à court terme

2 050 $

222 $

Tranche à long terme

777 2 827 $

(en milliers de dollars)

2012

Solde au début de l’exercice

7 468 $

Apports affectés reçus de sources non gouvernementales

2011 10 934 $

321

65

Crédits parlementaires reçus pour des fins particulières

2 271

5 566

Fonds utilisés (reçus) pour la fourniture et services

(378)

392

(321)

(65)

(2 606)

(9 424)

Moins : Apports affectés de sources non gouvernementales dépensés Crédits parlementaires dépensés à des fins particulières Solde à la fin de l’exercice

6 755 $

7 468 $

2 762

9. Avance à long terme

2 984 $

De 2007 à 2010, la Société a reçu des fonds du Secrétariat du Conseil du Trésor pour construire des salles de classe, des aires de vente au détail et un auditorium au Musée de l’aviation et de l’espace du Canada. La Société a aussi obtenu du financement en 2008 pour établir une fondation pour la Société des musées de sciences et technologies du Canada.

L’hypothèse actuarielle importante retenue pour établir l’obligation de la Société au titre des indemnités constituées est un taux d’actualisation de 2,20 % (2011 : 3,39 %). Aux fins de l’évaluation du coût des services rendus au cours de l’exercice et de l’obligation au titre des indemnités constituées au 31 mars 2012, la meilleure estimation de la direction à l’égard de l’augmentation générale des salaires est une augmentation du traitement annuel de 1 % pour les 10 premières années d’emploi (2011 : 1 %) et de 2 % pour l’augmentation de l’inflation (2011 : 2 %). La durée moyenne résiduelle d’activité des salariés actifs couverts par les indemnités de départ et congés de maladie est de 11 ans (2011 : 10,6 ans).

(en milliers de dollars)

2012

2011

Financement pour la construction d’installations génératrices de profit

4 208 $

4 208 $

325

325

4 533 $

4 533 $

Financement pour l’établissement d’une fondation

8. Apports reportés et produits reportés Les produits reportés représentent les montants reçus avant que les services soient rendus. Les crédits parlementaires reportés représentent les crédits parlementaires approuvés et reçus pour des projets en cours ou reçus d’avance. Les apports reportés représentent les fonds reçus à une fin précise et pour lesquels les dépenses connexes n’ont pas encore eu lieu.

La Société a reçu les fonds sur la prémisse qu’elle devra rembourser le financement pour la construction d’installations génératrices de profit sur une période pouvant aller jusqu’à 25 ans et le financement pour l’établissement d’une fondation sur une période de 6 ans. Un mécanisme de remboursement de l’avance sera défini et la Société n’a pas d’intérêt à payer sur cette avance de fonds. 10. Apports reportés liés aux immobilisations Les apports reportés liés aux immobilisations représentent la portion non amortie des crédits parlementaires affectée à l’achat d’immobilisations amortissables. Les apports reportés relativement

64 Société des musées de sciences et technologies du Canada


aux immobilisations sont comptabilisés au titre de crédits parlementaires selon la même méthode et pour les mêmes périodes sur lesquelles l’immobilisation connexe est amortie. Les changements appliqués aux apports reportés relativement au solde d’immobilisations sont les suivants : (en milliers de dollars) Solde au début de l’exercice Crédits parlementaires utilisés au cours de l’exercice pour l’achat d’immobilisations corporelles amortissables

2012

2011

50 930 $

44 881 $

2 428

9 423

Amortissement de l’apport reporté lié aux immobilisations

(3 135)

(3 374)

Solde à la fin de l’exercice

50 223 $

50 930 $

11. Crédits parlementaires (en milliers de dollars) Budget principal des dépenses d’exploitation et d’immobilisations

2012

2011

29 041 $

30 684 $

Budgets des dépenses supplémentaires : Pressions de fonctionnement et immobilisations Indemnités de départ et salaires rétroactifs Crédits parlementaires reportés utilisés dans l’exercice pour l’achat d’immobilisations Crédits parlementaires reçus au cours de l’exercice pour l’achat d’immobilisations au cours des exercices ultérieurs Montant utilisé pour l’acquisition d’immobilisations amortissables Amortissement du financement des immobilisations reporté Crédits parlementaires

-

3 696

1 263

990

30 304

35 370

335

3 858

La Fondation recueille des fonds auprès de mécènes, de sociétés, d’associations et de la collectivité. Les contributions de la Fondation à la Société sont comptabilisées à titre de revenus de contribution dans l’état des résultats. Pour l’exercice 2011-2012, la Fondation a versé 321 000 $ (2010-2011 : 65 000 $) à la Société. Ces fonds ont été dépensés conformément aux souhaits des donateurs. On considère que la Société a beaucoup d’influence, étant donné que la raison d’être de la Fondation est intégrée à celle de la Société, et compte tenu de la participation de la Société à l’établissement des politiques et de l’orientation stratégique de la Fondation et des sommes importantes recueillies par la Fondation au profit de la Société. En 2011-2012, les dépenses directes reliées aux coûts de collecte de fonds et engagées par la Société ont été : – d’une part, imputées à la Fondation et comptabilisées au titre de « compte débiteur de la Fondation » par la Société, pour la somme de 82 000 $ (2010-2011 : 261 000 $); – d’autre part, absorbées par la Société pour reconnaître les efforts déployés par la Fondation pour attirer des commandites qui ont été comptabilisées directement dans les états financiers de la Société, pour la somme de 199 000 $ (2010-2011 : nul). Au 31 mars 2012, le montant que la Fondation devait à la Société s’élevait à 464 000 $ (2011 : 477 000 $). La politique de la Société est de ne pas allouer les coûts relatifs à l’entretien du bâtiment et du matériel, aux services administratifs et à la technologie de l’information à d’autres fonctions de la Société. Les frais de soutien administratif fournis gratuitement à la Fondation sont estimés à 90 000 $ (2011 : 120 000 $). Les états financiers de la Fondation n’ont pas été consolidés à ceux de la Société et sont disponibles sur simple demande. 13. Aéroclub Rockcliffe (1961)

-

-

(2 428)

(9 423)

3 135

3 374

31 346 $

33 179 $

L’Aéroclub Rockcliffe (RFC) est une école de pilotage reconnue par Transports Canada. Le RFC gère l’aéroport de Rockcliffe, qui est la propriété de la SMSTC et qui est situé sur le terrain du MAEC. La Société a un intérêt économique dans l’Aéroclub de Rockcliffe en raison des importantes ressources fournies à l’Aéroclub en échange de l’entretien des lieux. La Société permet au RFC d’utiliser l’aéroport sans frais en échange de l’exploitation et de l’entretien des pistes, des voies de circulation, des aires de trafic, des terrains, des stationnements et de la voie d’accès. En raison de la difficulté à déterminer la juste valeur des services reçus ou des services offerts, l’opération n’est pas comptabilisée dans les présents états financiers.

12. Fondation de la Société des musées de sciences et technologies du Canada La Fondation de la Société des musées de sciences et technologies du Canada (la Fondation) a été constituée le 14 novembre 2007 en vertu de la Loi sur les corporations canadiennes et est un organisme de bienfaisance enregistré depuis le 1er avril 2008 en vertu de la Loi de l’impôt sur le revenu. La Fondation est une entité juridique distincte de la Société des musées de sciences et technologies du Canada et elle a pour mandat de recueillir des fonds qui serviront en totalité à des projets déterminés par la Fondation.

Rapport annuel 2011-2012 65


14. Instruments financiers (a) Juste valeur Tous les instruments financiers évalués à la juste valeur doivent être classés selon une hiérarchie comportant trois niveaux de juste valeur, en donnant la priorité aux techniques d’évaluation utilisées pour déterminer la juste valeur d’un instrument financier, qui reposent sur des données observables ou non observables : – Niveau 1 — Les instruments financiers sont considérés comme étant de niveau 1 lorsque leur évaluation peut être fondée sur les cours de marchés actifs pour des actifs ou passifs identiques. – Niveau 2 — Les instruments financiers sont considérés comme étant de niveau 2 quand ils sont évalués au moyen de cours de marchés d’actifs ou passifs similaires, de cours de marchés qui ne sont pas actifs ou de modèles utilisant des données observables. – Niveau 3 — Les instruments financiers sont considérés comme étant de niveau 3 lorsque leur valeur est établie au moyen de modèles d’évaluation, de méthodes des flux de trésorerie actualisés ou de techniques similaires, et qu’au moins une hypothèse ou une donnée importante du modèle est inobservable. La trésorerie et les équivalents de trésorerie de la Société sont mesurés à la juste valeur, ce qui établit leur classification au niveau 1 de la hiérarchie d’évaluation de la juste valeur. La valeur comptable des créances, de l’avance à long terme et des créditeurs et frais courus de la Société correspond approximativement à la juste valeur en raison de leur échéance à court terme. (b) Gestion des risques financiers La Société a déterminé et évalué son exposition aux risques de la façon suivante : i) Risque de crédit Le risque de crédit est le risque de perte financière pour la Société, associé à un manquement de la part d’une contrepartie à assumer ses obligations financières et découle principalement des placements de la Société dans des titres négociables et ses créances. La Société considère que le risque n’est pas important. a) Placements dans des titres négociables La Société gère son exposition au risque de crédit découlant des placements dans des titres négociables de 9 086 000 $ (2011 : 13 033 000 $) en se limitant aux obligations à court terme. Selon la politique de la Société sur les placements et les activités bancaires, les obligations de la Société doivent avoir une cote de solvabilité minimale de A++ établie par la Société canadienne d’évaluation du crédit. La Société ne possède aucun placement dans le papier commercial adossé à des actifs non bancaires. b) Créances La Société est exposée au risque de crédit provenant des clients dans le cours normal de ses activités. Au 31 mars 2012, les créances totalisaient 2 047 000 $ (2011 : 1 698 000 $). Les créances sont nettes de la provision pour créances douteuses de 280 194 $ (2011 : 289 179 $), qui est établie selon le risque de cr��dit particulier associé aux clients

66 Société des musées de sciences et technologies du Canada

et aux autres renseignements pertinents. La concentration du risque de crédit relatif aux créances est limitée en raison de la faible valeur des opérations avec les clients autres que les ministères. La variation dans la provision pour créances douteuses au cours de l’exercice financier clos le 31 mars 2012 a diminué de 9 000 $ (2011 : augmentation de 158 000 $) relativement à des créances en retard de paiement. Au 31 mars 2012, 388 000 $ (2011 : 284 000 $) des créances étaient en retard de paiement (plus de 30 jours) sans pour autant avoir subi de dépréciation. ii) Risque de marché Le risque de marché est le risque que les variations du prix de marché, telles que les taux de change et les taux d’intérêt, aient une incidence sur les résultats de la Société ou sur la juste valeur de ses instruments financiers. La Société considère que le risque n’est pas important. a) Risque de change La Société est exposée au risque de change sur ses produits, sa trésorerie et ses équivalents de trésorerie et ses créditeurs principalement libellés en dollars américains. Au 31 mars 2012, la trésorerie et les équivalents de trésorerie et le passif à court terme comprenaient respectivement 29 973 $ US (31 mars 2011 : 58 873 $ US) et 703 $ US (31 mars 2011 : 17 314 $ US), qui sont exposés aux fluctuations du taux de change des dollars américain et canadien. L’incidence approximative d’une hausse de 10 % du dollar canadien comparativement au dollar américain sur ces soldes exposés au 31 mars 2012 représente une diminution de 2 927 $ (31 mars 2011 : 4 156 $) du bénéfice net. L’incidence approximative d’une baisse de 10 % représente une augmentation de 2 927 $ (31 mars 2011 : 4 156 $) du bénéfice net. Une sensibilité de 10 % a été choisie, ce qui est considéré comme étant raisonnable compte tenu du niveau actuel des taux de change et de la volatilité observée en se basant sur l’historique et des attentes du marché en matière d’évolution du dollar américain et du dollar canadien. b) Risque de taux d’intérêt La Société est exposée au risque de taux d’intérêt sur les équivalents de trésorerie. Le risque n’est pas important en raison de leur nature à court terme. iii) Risque de liquidité Le risque de liquidité est le risque que la Société ne soit pas en mesure d’assumer ses obligations financières à leur échéance. La Société gère le risque de liquidité grâce à la gestion de sa trésorerie et de ses équivalents de trésorerie (note 4). La Société considère que le risque n’est pas important. Au 31 mars 2012, la totalité des créditeurs et charges à payer est exigible à l’intérieur d’une période de 365 jours (31 mars 2011 : 365 jours).


15. Obligations contractuelles

TABLEAU DES CHARGES

Au 31 mars 2012, la Société s’était engagée dans divers contrats pour la location d’immeubles, de services de protection, de services de gestion d’installation et d’expositions, pour un montant total de 7 431 000 $. Les versements minimaux exigibles pour les cinq prochains exercices sont les suivants :

(en milliers de dollars)

(en milliers de dollars)

677 $

391 $

Services professionnels — Services de vérification fournis par le Bureau du vérificateur général

120

130

Total des services reçus gratuitement

797 $

521 $

4 182 $

2013-2014

2 351

2014-2015

898

2015-2016

0

ÉTAT DES RÉSULTATS

2016-2017 et années suivantes

0

(en milliers de dollars)

À compter du 31 mars 2011, les paiements minimums futurs pour les cinq années à venir étaient les suivants :

2012

2011

REVENUS Contributions

797 $

521 $

DÉPENSES

(en milliers de dollars) 2011-2012

4 159 $

2012-2013

3 195

2013-2014

1 880

2014-2015

898

2015-2016 et années suivantes

2011

Coûts du personnel — Salaires et charges connexes pour l’affectation d’employés provenant d’autres entités gouvernementales à la Société

2012-2013

7 431 $

2012

0 10 132 $

16. Opérations entre apparentés En vertu du principe de propriété commune, la Société est apparentée à tous les ministères, organismes et sociétés d’État du gouvernement du Canada. La Société conclut des transactions avec ces entités dans le cours normal de ses activités et aux mêmes conditions que celles conclues avec des parties non apparentées, et ces transactions sont comptabilisées à la valeur d’échange. En outre, au cours de l’exercice, la Société a reçu gratuitement des services d’autres organismes de l’État. Ces services gratuits ont été constatés comme il est décrit en (a). (a) Services reçus gratuitement — Au cours de l’exercice, la Société a reçu gratuitement de divers organismes des services de vérification et un soutien de la part d’employés d’autres organismes de l’État. Ces services gratuits ont été comptabilisés comme suit dans l’état des résultats :

Préservation de la collection

121

-

Diffusion des connaissances

429

391

Services internes

247

130

Total des dépenses

797 $

521 $

Au cours de l’année, la Société a aussi reçu gratuitement des services d’Agriculture et Agroalimentaire Canada. La location des édifices et des installations connexes du Musée de l’agriculture du Canada sur le site de la Ferme expérimentale du Canada a été fournie gratuitement à la Société et n’est pas présentée dans l’état des résultats de la Société compte tenu de la difficulté à déterminer la juste valeur de cette contribution. (b) Transactions entre parties liées — Outre les opérations entre apparentés présentées ailleurs dans les états financiers, le coût des services fournis par des ministères et organismes fédéraux et d’autres sociétés d’État, qui est présenté dans l’état des résultats et dans l’état des variations de l’actif net, totalise 4 666 000 $ (2011 : 4 692 000 $). La Société a engagé avec des parties liées des charges telles que les impôts fonciers, la location d’immeubles et les avantages sociaux. Les produits provenant d’opérations entre apparentés pour l’exercice terminé le 31 mars 2012 totalisent 575 000 $ (2011 : 467 000 $). 17. Éventualités Dans le cours normal des activités de la Société, il arrive que diverses revendications ou actions judiciaires soient intentées contre elle. Certains passifs éventuels peuvent devenir des passifs réels lorsque au moins une situation future se produit ou ne se produit pas. Dans la mesure où il est probable qu’une situation future ait lieu ou n’ait pas lieu et que l’on peut établir une estimation raisonnable de la perte, un passif estimatif et une charge sont comptabilisés dans les états financiers de la Société. Au 31 mars 2012, aucune provision n’a été comptabilisée (2011 : aucune provision

Rapport annuel 2011-2012 67


comptabilisée). S’il y a lieu, l’effet final de ces revendications ou poursuites sera comptabilisé dans l’exercice au cours duquel elles pourront être déterminées.

TABLEAU DES CHARGES pour l’exercice terminé le 31 mars

18. Événement subséquent

(en milliers de dollars)

La convention collective des employés syndiqués de la Société est arrivée à échéance le 31 mars 2011. Toutefois, les conditions de la convention collective sont restées en vigueur pendant que la Société et l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) négociaient une nouvelle entente.

Coûts du personnel

2012

2011

20 910 $

19 595 $

Amortissement des immobilisations

3 231

3 387

Services professionnels et spéciaux

2 528

2 384

Location d’immeubles

1 928

1 911

Impôt foncier

1 790

1 822

Services publics

1 282

1 019

Frais de gestion immobilière

1 174

1 363

Conception et affichage

1 095

848

Matériaux et fournitures

1 018

1 115

Réparation et entretien des bâtiments

878

936

Services de protection

713

712

Boutiques et commercialisation des produits

461

422

19. Chiffres correspondants

Communications

255

298

Certains montants comparatifs ont été ajustés à la présentation du présent exercice.

Réparation et entretien du matériel

249

228

Publications

242

329

Publicité

218

293

Déplacement

213

280

2011

Fournitures et matériel de bureau

114

140

Location de matériel

94

97

1 157 $

1 197 $

Fret, messageries et camionnage

88

125

Aviation et espace

526

440

Acquisition d’objets pour la collection

80

111

Agriculture

498

466

Livres

51

64

965

679

Divers

34

292

TOTAL

38 646 $

37 771 $

Le 7 mai 2012, la Société a conclu une entente provisoire avec les employés de la Société représentés par l’AFPC. L’entente a été ratifiée le 9 mai 2012. Cette convention collective de trois ans s’étend du 1er avril 2011 au 31 mars 2014 inclusivement. Avec la nouvelle convention collective, la direction de la Société et l’équipe de négociation représentant les employés syndiqués de la Société ont apporté des changements à l’admissibilité à des indemnités de départ et ont convenu de mettre fin à l’accumulation des indemnités de départ à compter du 11 mai 2012 pour tous les employés qui quittent la Société de leur plein gré. La convention stipule que les indemnités de départ accumulées à ce jour peuvent être versées partiellement, en entier ou être détenues par la Société jusqu’à ce que l’employé cesse d’être au service de la Société. Les états financiers ont été rajustés pour tenir compte de la nouvelle convention collective. Le passif au titre des indemnités de départ comptabilisé au 31 mars 2012 a été augmenté de 237 000 $ en raison de l’ajustement relié au programme des indemnités de départ.

TABLEAU DES PRODUITS D’EXPLOITATION pour l’exercice terminé le 31 mars (en milliers de dollars)

2012

Droits d’entrée et programmes Sciences et technologie

Ventes dans les boutiques Location des installations

227

263

Adhésions

325

203

Subventions et commandites

1 064

547

276

237

99

91

Divers

354

195

TOTAL

5 491 $

4 318 $

Activités de la Ferme Expériences thématiques

68 Société des musées de sciences et technologies du Canada


analyse

de la directi on

Aperçu L’initiative pancanadienne d’information sur l’énergie, Parlons énergie, qui se déroule sur plusieurs années et qui est diffusée partout au pays, a permis à la Société de faire de grands progrès cette année, particulièrement en ce qui a trait au volet du mandat portant sur la diffusion des connaissances. Cette initiative comprend notamment la présentation dans chacun des trois Musées d’une exposition sur le thème de l’énergie; ce sujet est à l’avant-plan des politiques gouvernementales et la préoccupation numéro un de bien des Canadiens. L’industrie de l’énergie est actuellement en pleine croissance, ce qui offre à la Société un terreau fertile qui lui permet de cultiver des liens avec des commanditaires afin de soutenir cette initiative et de faire en sorte que Parlons énergie atteigne les Canadiens partout au pays. Les ressources financières de la Société ne lui auraient pas permis de réaliser toute seule un programme à grande échelle comme celui-là. Les défis financiers sont demeurés à l’avant-plan des activités de gestion de la Société, et l’ont obligée à revoir son organisation. En décembre, une réduction de près de 10 % du personnel a été mise en œuvre afin de contrer, entre autres, les effets de l’inflation et

des frais annuels d’exploitation du hangar au MAEC. Le versement ponctuel des indemnités de cessation d’emploi et le paiement d’un montant à Balloonview à la suite d’un règlement judiciaire ont également eu des incidences importantes sur la situation financière de la Société au cours de l’exercice financier 2011-2012.

téléphones intelligents, les visiteurs ont accès à de l’information au sujet de la collection et des Musées au moyen de codes QR (Quick Response) affichés un peu partout dans les Musées. Les visiteurs peuvent également partager leurs expériences sur Twitter, Facebook et d’autres réseaux médias sociaux.

Les progrès réalisés au chapitre de l’amélioration des infrastructures des Musées ont été considérables grâce au financement temporaire reçu dans le cadre des budgets de 2006, 2008 et 2010. Les travaux réalisés au MAEC comprenaient une nouvelle aire de vente au détail plus grande, qui a engendré d’excellents résultats au chapitre des recettes et qui offre un bon potentiel de croissance. Les autres travaux au MAEC visaient à aménager l’édifice existant afin d’y entreposer les petits artefacts. D’autres investissements ont été faits dans des projets d’efficacité énergétique, soit la modernisation de l’éclairage au MSTC, dont la période de recouvrement est de moins de deux ans, ainsi que des améliorations au système de climatisation au MAEC. Le projet de modernisation en vue de régler le manque d’installations destinées aux programmes scolaires et communautaires du MAgC a également commencé à l’automne 2011. Finalement, les trois Musées offrent maintenant un service gratuit d’accès sans fil à Internet, qui ouvre de nouvelles avenues permettant d’améliorer la participation des visiteurs. Par exemple, en utilisant leurs

La Société est en bonne posture grâce à une collection d’envergure internationale et à un personnel exceptionnel qui, année après année, lui permettent d’offrir des programmes de qualité et qui ont remporté des prix. Les améliorations apportées aux établissements et la mise en valeur de l’image de la Société grâce à des programmes nationaux contribuent à la fierté et au taux de satisfaction des employés. L’affectation ponctuelle de 3,7 millions de dollars reçue dans le cadre du budget de 2010 a permis au MSTC de faire de grands progrès. Dans une économie du savoir, la reconnaissance de l’importance des sciences et de l’innovation est essentielle à la réussite. La Société continuera d’y contribuer en diffusant ses connaissances et en aidant les Canadiens à découvrir le passé et à comprendre le présent afin d’influencer l’avenir.

Rapport annuel 2011-2012 69


Sources de financement 3%

Revenus Crédits parlementaires de base Financement ponctuel

15 %

Revenus Contributions

2010-2011 2011-2012

Intérêts Autres Adhésions

10 % Commandites Activités commerciales 72 %

Droits d’entrée et frais pour les programmes $

Les activités de la Société Les activités de la Société peuvent être regroupées dans quatre principaux secteurs : • Diffusion des connaissances : diffusion de la recherche relative à la collection historiquement significative de la Société grâce à des programmes éducatifs et communautaires, des expositions, des sites Web et les médias sociaux. • Préservation du patrimoine : gestion et conservation de la collection et recherche. • Installations : hébergement et protection de la collection, et fourniture de locaux pour le public visiteur et de bureaux pour le personnel. • Services internes : gouvernance et services de soutien centralisés, ce qui inclut les ressources humaines, les finances et l’administration des Musées.

Perspectives financières Crédits parlementaires En 2011-2012, la Société a reçu 30,3 millions de dollars de crédits parlementaires, soit 26,5 millions de dollars de financement de base et 3,8 millions de dollars de financement ponctuel dans le cadre du budget de 2008 afin de répondre aux besoins en matière d’infrastructures et d’exploitation. Les activités de production de recettes ont engendré 5,491 millions de dollars, l’intérêt 152 000 $ et les autres contributions ont rapporté 1,118 million de dollars.

Produits d’exploitation La production de recettes constitue toujours une priorité pour la Société, car elle l’aide à affronter les frais d’exploitation qui ne cessent d’augmenter. Les produits d’exploitation de la Société ont augmenté de 1,7 million de dollars (33 %) par rapport à l’exercice financier 2010-2011. Grâce aux importants commanditaires de l’initiative Parlons énergie, les recettes provenant des subventions et des commandites ont pour leur part augmenté de 517 000 $, ce qui équivaut à près du double de celles de l’année précédente. Cette initiative dans le domaine de l’énergie, qui doit durer six ans, a attiré des partenaires et a généré jusqu’à maintenant des revenus supplémentaires de plus de 1,7 million de dollars pour la durée de l’initiative. En 2011-2012, les recettes de 650 000 $ liées à l’initiative sur l’énergie sont inscrites sous la rubrique subventions et commandites. Les ventes d’adhésion ont augmenté de 122 000 $; par ailleurs, les importantes contributions versées par la Fondation de la Société des musées de sciences et technologies du Canada (321 000 $) constituent également des ressources grandement nécessaires. Les revenus provenant des ventes à la boutique ont augmenté de 286 000 $, principalement en raison de l’ouverture, en avril 2011, des locaux agrandis de la boutique au MAEC.

Frais d’exploitation Les dépenses totales de la Société se sont élevées à 38,6 millions de dollars. Les deux principaux postes de dépenses sont le personnel et les frais d’installations nécessaires à la gestion et à

70 Société des musées de sciences et technologies du Canada

500 $

1 000 $

1 500 $

2 000 $

2 500 $

la sauvegarde de la collection, qui s’élèvent à 20,9 millions de dollars et à 9,3 millions de dollars respectivement. Sur les fonds restants, 6,7 millions de dollars sont alloués à la Société pour la prestation de ses programmes, qui se concentrent notamment sur l’initiative Parlons énergie. La Société a mis en œuvre plusieurs stratégies de réduction des coûts, notamment en comprimant les dépenses liées à l’entretien, aux expositions, aux systèmes de communication et aux frais de déplacement. Il se peut que les effets de ces stratégies ne soient pas manifestes lorsqu’on examine les dépenses globales, qui comprennent des dépenses extraordinaires et ponctuelles liées à Balloonview et des dépenses prévues dans le cadre de l’initiative sur l’énergie. La réalisation complète des expositions sur l’énergie dans les trois Musées a représenté un investissement de près de 1,4 million de dollars en 2011-2012. Dans le tableau des charges, cet investissement, à l’exclusion des coûts liés aux employés permanents, figure sous les rubriques Conception et affichage et Coûts du personnel, où ont été inscrites des dépenses additionnelles de 0,8 million de dollars et 0,3 million de dollars respectivement. L’autre important facteur ayant contribué à l’augmentation des dépenses est un règlement judiciaire de 500 000 $, inscrit sous la rubrique Services professionnels et spécialisés. Si on exclut ces dépenses non récurrentes et l’augmentation de la dépense d’amortissement, les dépenses de la Société


Utilisation des fonds Personnel 18 %

Installations Amortissement Activités d’exploitation

8%

• Un centre de distribution de produits de boulangerie situé dans un parc industriel, converti en 1967 pour abriter temporairement le MSTC. Les investissements récents se sont limités à l’amélioration de la santé et de la sécurité, au respect des exigences législatives et aux mesures d’efficacité énergétique. Bien que d’importants travaux d’entretien des immobilisations seront nécessaires au cours des quelques années à venir, la Société hésite à dépenser des montants de l’ordre de plusieurs millions de dollars dans cet établissement.

54 % 20 %

auraient été légèrement inférieures cette année par rapport à celles de l’année dernière.

Personnel Comme cette catégorie représente plus de la moitié des dépenses totales de la Société, les cadres supérieurs ont accordé une attention particulière à ce secteur. Dans les musées et les autres institutions qui reposent sur les connaissances, il est courant d’observer un ratio élevé des coûts associés au personnel par rapport aux frais totaux. En 2011-2012, des frais ponctuels ont été engagés à la suite du licenciement de 17 employés en décembre 2011, ce qui a contribué à l’augmentation des coûts liés au personnel en 2011-2012. Au cours du présent exercice financier, la Société a inscrit des dépenses pour le paiement d’un certain nombre de semaines de salaire à titre d’indemnité tenant lieu de préavis de cessation d’emploi pour ces employés; le coût net équivaut à des dépenses salariales ponctuelles de 288 000 $. La Société a dû, à regret, réduire le nombre de ses employés afin de pouvoir gérer les compressions budgétaires des années à venir. La hausse générale des salaires de 1,75 % a également contribué à l’augmentation globale des coûts. Bien qu’elle n’ait reçu aucun financement pour ce faire en raison des mesures de compressions des coûts contenues dans le budget de 2010, la Société est tenue de respecter les augmentations prévues du salaire de ses employés. Une nouvelle convention collective a été signée le 9 mai 2012; les salaires rétroactifs ont été inclus dans les coûts liés au personnel.

Le portefeuille d’immeubles de la Société comprend une combinaison de propriétés appartenant à la Couronne et d’édifices loués, qui en sont à divers stades de leur vie utile :

Dans son rapport d’examen spécial publié en 2009, la vérificatrice générale a recommandé que la Société mette au point une planification de la relève. La Société a mis en œuvre cette recommandation et est heureuse d’annoncer que la planification de la relève est maintenant terminée et que celle-ci sera mise à jour annuellement afin de réduire le risque global auquel est exposée la Société. Les musées font appel à une main-d’œuvre diversifiée et dont les compétences sont uniques, qui n’est pas toujours immédiatement disponible dans la population en général. Le processus de réduction du personnel réalisé en décembre 2011 s’appuyait notamment sur la planification de la relève et le plan stratégique de la Société.

Gestion des installations La protection et le soin à apporter à une collection nationale sont une entreprise coûteuse. Les installations représentent le deuxième plus important engagement financier de la Société, et les effets de l’inflation sur ce poste budgétaire l’ont obligée à utiliser des fonds alloués à d’autres programmes. Le gouvernement du Canada a reconnu l’état inadéquat des installations actuelles de la Société et lui a versé des fonds indispensables afin qu’elle puisse traiter plusieurs enjeux parmi les plus essentiels.

• Le MAEC, situé à l’aéroport de Rockcliffe, comprend un édifice principal construit expressément pour le Musée. Cet édifice, maintenant âgé de 24 ans, sert essentiellement aux expositions destinées au public et aux activités d’interprétation; il héberge également les services administratifs. La construction d’un nouvel auditorium à la fine pointe de la technologie et l’amélioration de l’aire de vente au détail ont eu une grande incidence sur les revenus autogénérés. La collection est entreposée dans un hangar construit en 2005, à l’aide d’un important financement provenant du gouvernement du Canada. Malheureusement, ce financement ponctuel n’était pas accompagné du financement des coûts annuels d’exploitation de 1,475 million de dollars, ce qui exerce une pression continue sur la situation financière de la Société. Les laboratoires d’entreposage et de conservation des petits artefacts se trouvent sur place, dans des édifices transformés, qui servaient à l’origine aux activités de l’aéroport dans les années 60. • Le MAgC utilise cinq édifices loués sur la Ferme centrale expérimentale d’Ottawa, qui sont la propriété d’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC). Ces bâtiments à valeur patrimoniale constituent un décor idéal pour mettre en valeur la technologie agricole. Une nouvelle entente de collaboration à long terme a été conclue avec AAC, qui reconnaît les retombées positives de l’exploitation du Musée pour les deux organismes. Des travaux sont en cours afin d’améliorer l’expérience des visiteurs et d’accroître la sensibilisation à l’importance de l’agriculture.

Rapport annuel 2011-2012 71


Comme le mentionne le rapport d’examen spécial de la vérificatrice générale publié en 2009, la Société continue d’être confrontée à des défis liés à l’entreposage de la collection. La collection est, en fait, entreposée dans trois entrepôts à vocation industrielle, dont la capacité physique est insuffisante. Plus de 98 % des artefacts composant la collection appartenant au MSTC et au MAgC sont entassés dans trois entrepôts, car ils ne peuvent prendre place dans les locaux d’exposition publics actuels. Ces trois édifices loués, qui ne sont pas dotés de système de régulation des conditions ambiantes et qui sont surchargés (ils sont actuellement utilisés à 130 % de leur capacité physique), complètent le portefeuille de gestion des installations de la Société. La Société étudie actuellement différentes options d’entreposage de la collection afin d’améliorer cette situation. L’achèvement de l’auditorium et de l’aire de vente au détail au MAEC, où on enregistre un montant des ventes encourageant, ainsi que la réfection d’un édifice existant pour l’entreposage des petits artefacts figure parmi les projets les plus importants cette année. Les projets d’efficacité énergétique comportaient un investissement dans un système de climatisation au MAEC et un programme d’efficacité énergétique des appareils d’éclairage au MSTC. Au MAgC, des investissements dans le domaine de la santé et de la sécurité ont été faits au chapitre de la ventilation de l’aire de conservation et de l’ensemble des sources d’alimentation en énergie. L’accent est maintenant mis sur le MAgC, avec le début de la mise en œuvre du plan directeur conceptuel. Le plan vise à réaménager une partie du site, surtout l’édifice administratif 94, afin de répondre à la demande du nombre grandissant de visiteurs et de souligner l’importance de l’agriculture et de la technologie pour la santé des Canadiens. Les coûts pour préparer l’édifice et se conformer au code du bâtiment se sont avérés plus élevés que prévu. La portée du projet a été réduite et certains meubles et appareils ont été éliminés afin de respecter le budget. La Société espère que des fonds provenant de commanditaires viendront compléter le budget du projet afin que celui-ci puisse être réalisé conformément à ce qui était prévu à l’origine. Les pressions inflationnistes découlant des frais d’exploitation à la hausse, tels que les services publics, les contrats de service et les impôts fonciers, continuent d’éroder la fragile assise

financière de la Société. Il demeure prioritaire de trouver des solutions à cette situation. La Société continue également à chercher des façons de gérer efficacement ses ressources afin de compenser les pressions financières. Une composante clé de son approche consiste à retarder les investissements en immobilisations au MSTC, alors que la Société continue à explorer les possibilités de construction de nouvelles installations. Malgré ses avantages à court terme, cette approche comporte des risques qui doivent être gérés sur une base continue.

Résumé Grâce au rôle de premier plan qu’elle joue dans le cadre de l’initiative Parlons énergie, la Société continue à faire des progrès au chapitre de ses objectifs stratégiques, notamment en ce qui a trait à son objectif de diffusion des connaissances. L’utilisation des médias sociaux a été un outil particulièrement efficace pour susciter une plus vaste participation des Canadiens à l’échelle du pays. La viabilité financière de la Société demeure cependant une préoccupation majeure. Certains problèmes ne sont pas encore résolus, dont la hausse des coûts liés aux installations et la recherche d’une solution permanente en ce qui a trait aux frais d’exploitation du hangar d’entreposage de la collection au MAEC. Au cours du présent exercice financier, la Société a déjà mis en œuvre plusieurs stratégies de stabilisation des coûts : elle ne crée aucune nouvelle exposition, sauf si elle est entièrement financée par des commandites, elle a reporté l’entretien et la réparation de ses édifices, utilisé ses appareils au-delà de leur vie utile, implanté des programmes d’efficacité énergétique et réduit son personnel. À la lumière des initiatives de compression des coûts déjà en place, la Société continue de travailler fort afin de répondre aux pressions financières qui s’exercent sur elle, et ce, de manière à assurer la durabilité de l’organisation. Toutes ces initiatives ont aidé à stabiliser la situation financière à court terme, mais plusieurs d’entre elles ne peuvent être maintenues à long terme. Certains investissements commencent à produire des rendements intéressants. L’accroissement des ventes découlant du projet

72 Société des musées de sciences et technologies du Canada

d’immobilisations au MAEC aidera à combler le fossé financier, alors que les revenus de commandites dans le cadre de l’initiative Parlons énergie ont plus que doublé. Les améliorations apportées au MAgC en vue de répondre à la demande croissante des visiteurs devraient contribuer à la tendance encourageante de croissance des revenus. La Société comprend que pour pouvoir demeurer une institution pertinente pour tous les Canadiens, tout en prenant sa place à titre de chef de file national dans le domaine des sciences et de la technologie, son rayonnement doit aller au-delà de la région de la capitale nationale. Les médias électroniques continuent d’être une priorité pour la Société, qui a refait ses sites Web et utilise les médias sociaux tels que Flickr, Twitter, YouTube et Facebook. Dans cet esprit, la revitalisation complète des sites Web de la Société, actuellement en cours, fait appel aux outils les plus modernes, ce qui permet à la Société de facilement maintenir ses sites à jour et actuels. Les outils virtuels donnent aux Canadiens un accès à la collection nationale, mais ils ne peuvent remplacer l’expérience d’être en présence d’artefacts réels. La Société détient une mine d’information et une grande quantité d’objets, et elle entend continuer à faire des efforts soutenus afin de préserver ces connaissances et de les partager avec les Canadiens et le monde. En promouvant les prêts d’artefacts et en étendant son inventaire d’expositions itinérantes, la Société accomplit sa mission de promouvoir la culture scientifique et technologique partout au Canada, une mission dont la pertinence va croissant avec les années. Pour nous assurer que la Société continue à atteindre ces objectifs, une solution adéquate en matière de financement et d’installations est nécessaire afin que la Société puisse remplir son mandat, mieux aider les Canadiens à comprendre leur patrimoine scientifique et technologique et les aider à prendre leur place à l’avenir.


Rapport Annuel 2011-2012 de la CSTMC