Issuu on Google+

PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2011‐2015 DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX RICHELIEU‐YAMASKA Prévenir Guérir Soutenir

ACCOMPAGNER LA PERSONNE

ADOPTÉ PAR LE CONSEIL D’ADMINISTRATION LE 16 FÉVRIER 2011

           


Édition  La Direction générale du Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska    Le présent document a été publié en quantité limitée et n’est maintenant disponible qu’en version  électronique à l’adresse :   www.santemonteregie.qc.ca/richelieu‐yamaska   à la section Documentation, dans la rubrique Planification stratégique.    Le genre masculin utilisé dans le document désigne aussi bien les femmes que les hommes.    Dépôt légal  Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2011  Bibliothèque et Archives Canada, 2011    ISBN : 978‐2‐9807899‐4‐6 (version imprimée)  ISBN : 978‐2‐9807899‐5‐3 (version PDF)    La  reproduction,  par  quelque  procédé  que  ce  soit,  la  traduction  ou  la  diffusion  du  présent  document,  même  partielles,  sont  interdites  sans  l’autorisation  préalable  du  Centre  de  santé  et  de  services  sociaux  Richelieu‐Yamaska. 


TABLE DES MATIÈRES

Message du président et du directeur général

p. 4

PARTIE 1 Le contexte Notre mission Notre vision Nos valeurs organisationnelles Notre projet organisationnel

p. 5 p. 15 p. 15 p. 16 p. 18

PARTIE 2 Les enjeux, orientation et objectifs Enjeu « Les continuums » :  La mise en place de continuums de services  répondant aux besoins de notre population Enjeu « Les milieux de vie » :   Des milieux de vie adaptés aux besoins des   résidents en hébergement Enjeu « La prévention et la promotion» :   L’action en amont des problèmes et la réduction  des inégalités de santé et de bien‐être Enjeu « La première ligne » :   La primauté des services de première ligne dans une  perspective d’intégration et de hiérarchisation des services Enjeu « L’accès» :   Un délai raisonnable pour l’accès aux services Enjeu « La qualité » :  La qualité des services et l’innovation Enjeu « Les ressources humaines » :  L’attraction, la rétention et la contribution optimale   des ressources humaines Enjeu « La performance » :   Une gestion performante et imputable

p. 20

p. 22 

p. 24

p. 25

p. 26  p. 31 p. 33

p. 34 p. 36


MOT DU PRÉSIDENT ET DU DIRECTEUR GÉNÉRAL      

« ACCOMPAGNER LA PERSONNE »  

C’est  avec  enthousiasme  et  fierté  que  nous  vous  présentons  le  Plan  stratégique 2011‐2015 du Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐ Yamaska.     Ce plan stratégique définit clairement la vision d’un établissement moderne  et  décrit  quelles  voies  nous  y  mèneront.  Cette  planification  met  de  l’avant  un  engagement  qui  nous  est  cher :  faire  que  notre  établissement  soit  reconnu  comme  un  chef  de  file  parmi  les  CSSS  pour  l’intégration  et  la  continuité de ses services.     Notre nouvelle planification est aussi l’occasion de mettre en lumière  la mission qui nous a été donnée à la création de notre CSSS en 2004 :  la  responsabilité  populationnelle  et  la  hiérarchisation  des  services.  C’est  cette  grande  mission  qui  doit  guider  toutes  nos  actions  et  surtout,  être  le  fondement  des  importantes  transformations  que  notre  plan  stratégique  cible.  Cette  mission  appelle  en  effet  à  des  changements  en  profondeur  soit,  la  prise  en  charge  et  l’accompagnement  des  personnes  dans  le  système  de  santé  et  de  services sociaux.    À  cet  égard,  notre  planification  est  une  invitation  à  l’action  et  à  la  collaboration pour relever avec succès les défis qui sont devant nous.    Ce plan vient concrétiser, une fois de plus, que la personne est au cœur de  nos décisions et de nos actions.      Jean Lemonde  Daniel Castonguay Président   Directeur général 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Page 4 


PARTIE 1 LE CONTEXTE   UN ÉTABLISSEMENT MODERNE    Le  Centre  de  santé  et  de  services  sociaux  Richelieu‐ Yamaska  est  un  établissement  multivocationnel  créé  en  2004,  qui  regroupe  un  centre  hospitalier  de  soins  généraux  et  spécialisés  (CHSGS),  trois  centres  locaux  de  services  communautaires  (CLSC)  et  cinq  centres  d’hébergement  et  de  soins  de  longue  durée  (CHSLD).  Il  compte  également  une  unité  de  médecine  familiale  (UMF),  affiliée  à  la  Faculté  de  médecine  de  l’Université  de  Sherbrooke,  qui  dispense  de  l'enseignement  universitaire à des résidents en médecine familiale.    Le  CSSS  Richelieu‐Yamaska  a  la  responsabilité  d’un  territoire  dont  la  population  totalise  plus  de  200 000  personnes. Les communautés qu’il dessert comptent 350  organismes  partenaires  œuvrant  dans  37  municipalités,  réparties sur trois territoires de commission scolaire.    Plus de 3600 employés, 200 médecins et 700 bénévoles  œuvrent  dans  l’établissement,  qui  dispose  d’un  budget  de fonctionnement de 220 millions $ (2009‐2010).  

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Page 5 


Le  Centre  de  santé  et  de  services  sociaux  Richelieu‐ Yamaska comprend :    ƒ l’Hôpital Honoré‐Mercier    ƒ les  CLSC  des  Maskoutains,  de  la  MRC‐d’Acton  et  des Patriotes    ƒ les  centres  d’hébergement  de  l’Hôtel‐Dieu‐de‐ Saint‐Hyacinthe,  de  la  MRC‐d’Acton,  Andrée‐ Perrault, Marguerite‐Adam et de Montarville.  UN CSSS EN PLEINE ÉVOLUTION    L’année 2004 a été le point de départ de la création des  centres de santé et de services sociaux et de la première  planification stratégique de ces nouvelles entités.    Ce premier cycle de gestion a été principalement marqué  par  la  mise  en  œuvre  des  activités  nécessaires  pour  réaliser  la  fusion  administrative  des  trois  CLSC,  des  cinq  centres  d’hébergement  et  de  l’hôpital,  découlant  de  la  création  du  CSSS  Richelieu‐Yamaska.  L’intégration  administrative  a  pris  naturellement  une  place  importante,  bien  que  la  direction  ait  mis  des  efforts  importants  pour  actualiser  sa  conception  de  la  gestion  par  programme,  dans  le  but  d’atteindre  l’objectif  d’accessibilité,  de  continuité  et  de  qualité,  tout  en  développant un réseau local de services.     Au  cours  des  cinq  dernières  années,  l’établissement  a  accordé une attention toute particulière à l’amélioration  continue  de  la  qualité  et  de  la  sécurité  des  soins  et  services  dispensés  dans  toutes  ses  composantes.  Ces  efforts, ont permis au CSSS d’obtenir, pour une première  fois, la certification accordée par Agrément Canada. 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Page 6 


Cette  certification  est  source  d’une  grande  fierté  dans  l’organisation car elle témoigne que nous répondons aux  plus  hauts  standards  de  qualité  et  de  sécurité  attribués  aux établissements de santé au Canada.     Au  cours  de  cette  même  période,  le  CSSS  a    évolué  considérablement  en  termes  de  développement  et  de  mise en œuvre de projets majeurs.    Uniquement  pour  les  trois  dernières  années,  le  budget  de l’établissement a progressé de 21 millions $,  passant  de  206  millions $  en  2007‐2008  à  227  millions $  cette  année. Au chapitre de ses ressources humaines, le CSSS  projette,  en  2010‐2011,  plus  de  4 250 000  heures  travaillées, soit  une  hausse de 300 000  heures ou 7,4 %  en  trois  ans.  Cette  augmentation  des  heures  travaillées  représente l’équivalent de 165 employés/année.     Le CSSS a développé ses infrastructures dans le cadre de  projets  majeurs  de  réfection  et  de  reconfiguration  immobilières:  réhabilitation  de  l’hôpital;  trois  nouvelles  installations pour les CLSC de Saint‐Hyacinthe et Beloeil;  rénovations fonctionnelles dans plusieurs de ses centres  d’hébergement  dont  un  majeur  au  centre  Marguerite‐ Adam;  aménagement  de  trois  salles  de  chirurgie  laparoscopique  au  bloc  opératoire  et,  en  cours  actuellement,  l’aménagement  de  locaux  pour  des  services et cliniques ambulatoires.     Ces  développements  immobiliers  sont  nécessaires  pour  moderniser  nos  installations  et  régler  plusieurs  problématiques  de  vétusté  et  de  fonctionnalité.  Par  ailleurs,  ils  ont  aussi  rendu  possible  la  réalisation  d’importants développements de services. 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Page 7 


Parmi  ceux‐ci,  la  création  de  l’Unité  de  médecine  familiale Richelieu‐Yamaska, qui a permis de concrétiser  notre  affiliation  universitaire  avec  l’Université  de  Sherbrooke.  Ainsi,  le  CSSS  a  été  en  mesure  d’accroître  l’offre de service en médecine de famille, avec une UMF  aménagée dans des locaux modernes et adaptés, tout en  offrant  un  milieu  d’enseignement  à  seize  médecins  résidents cette année.    Guidé par ses nouvelles responsabilités populationnelles,  le  CSSS  a  réalisé  plusieurs  développements  spécifiques  pour améliorer l’accès à des services prioritaires pour la  population. Mentionnons les plus marquants soit :    • le  développement  des  services  d’hémodialyse  permettant de rapatrier la clientèle dialysée de notre  territoire;  • la  création  d’une  clinique  de  consultations  spécialisées en CLSC à Beloeil, pour améliorer l’accès  à  des  services  spécialisés    pour  la  population  de  la  Vallée‐du‐Richelieu;  • l’accroissement  des  activités  ambulatoires,  notamment  l’oncologie,  l’unité  de  médecine  de  jour  et la gastro‐entérologie;  • l’accroissement  des  services  dans  la  communauté  dont  le  soutien  à  domicile  aux  personnes  âgées,  le  soutien  aux  clientèles  DI/TED  ainsi  que  la  mise  en  place  du  guichet  d’accès  et  le  soutien  dans  la  communauté pour la clientèle en santé mentale;  • la  mise  en  place  d’un  accueil  clinique  pour  soutenir  les  omnipraticiens  du  territoire  et  assurer  l’accès  rapide aux plateaux techniques;  • l’augmentation de l’accessibilité en chirurgie, dans le  respect des délais d’accès;  • l’augmentation de l’accès en hébergement. 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Page 8 


VERS DE NOUVEAUX HORIZONS    Le  Plan  stratégique  2006‐2010  avait  comme  assise  principale  la  mise  en  œuvre  du  projet  clinique,  devant  permettre  de  répondre  à  notre  responsabilité  populationnelle. D’ores et déjà, nous pouvons annoncer  que  les  prochaines  réalisations  de  cette  nouvelle  planification  seront  charnières  pour  l’atteinte  de  nos   objectifs  d’intégration  de  services,  en  lien  avec  notre  responsabilité  populationnelle.  Les  cinq  prochaines  années  seront  déterminantes  pour    l’accompagnement  de  la  personne,  peu  importe  le  type  de  soins  ou  de  services  qu’elle  requiert.  Cet  accompagnement  devra  être  teinté  d’une  intégration  optimale  des  services,  associée  à  une  garantie  de  continuité,  et  ce,  en  conformité  avec  les  besoins  exprimés  et  non  exprimés  par notre population.    Notre  planification  stratégique  2011‐2015  s’inscrit  à  l’intérieur  des orientations stratégiques  ministérielles et  régionales,  avec  un  aspect  local  tout  particulier  axé  sur  l’intégration et la continuité des services du CSSS.    Pour  y  arriver,  notre  plan  privilégiera  la  gestion  par  projets,  afin  de  réaliser,  de  manière  bien  concrète,  l’intégration  de  l’ensemble  de  nos  continuums  de  soins  et  services.  Une  approche  de  gestion  qui  fera  vivre  un  projet  organisationnel  stimulant  et  cohérent  avec  notre  vision.       PORTRAIT DE SANTÉ DE NOTRE POPULATION    Le  Centre  de  santé  et  de  services  sociaux  Richelieu‐ Yamaska  est  au  cœur  du  réseau  local  de  services  de  santé et de services sociaux. 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Page 9 


En  tant  qu’instance  locale  reconnue  par  la  Loi  sur  les  services  de  santé  et  les  services  sociaux,  il  a  le  mandat  d’organiser  les  services  pour  la  population  de  son  territoire,  de  concert  avec  l’ensemble  des  partenaires.  Pour  assumer  ce  mandat,  le  CSSS  a  la  responsabilité,  dans  un  premier  temps,  de  bien  connaître  cette  population,  notamment  quant  à  son  état  de  santé  général et à ses particularités.     Voici  les  grands  faits  saillants  qui  caractérisent  la  population de notre territoire.     L’espérance  de  vie  à  la  naissance  s’améliore,  mais  les  inégalités  persistent.  En  effet,  on  note  des  écarts  entre  les  territoires  sur  lesquels  nous  devons  agir.  L’amélioration  des  conditions  de  vie,  la  création  d’environnements  sociaux  et  physiques  favorables  à  la  santé,  ainsi  que  la  mise  en  place  d’interventions  préventives,  notamment  en  ce  qui  concerne  le  développement  des  enfants  et  la  prévention  des  maladies  chroniques,  constituent  des  pistes  fort  prometteuses pour diminuer ces écarts.    Le  vieillissement  de  la  population  et  la  prévalence  croissante de certains facteurs de risque, entre autres, le  surplus  de  poids,  la  mauvaise  alimentation  et  le  tabagisme, ne  font  qu’accroître le fardeau des maladies  chroniques telles que le cancer, le diabète, les maladies  cardiovasculaires  et  les  maladies  respiratoires.  On  note  par exemple que 33 % de notre population présente de  l’embonpoint  et  16  %  des  personnes  sont  obèses.  L’acquisition  et  le  maintien  de  saines  habitudes  de  vie  résultent de plusieurs facteurs. On sait maintenant qu’un  environnement  favorable  au  changement  se  révèle  le  plus souvent nécessaire, au‐delà de la bonne volonté et  de  la  motivation.  L’enfance  et  la  jeunesse  représentent  des étapes déterminantes dans la vie. 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Page 10 


Des gains intéressants ont été faits en périnatalité et en  jeunesse  au  cours  des  dernières  décennies.  Par  contre,  une statistique inquiétante fait état que sur le territoire  de  la  Commission  scolaire  de  Saint‐Hyacinthe,  le  décrochage scolaire chez les garçons, a atteint le taux le  plus élevé en Montérégie en 2006‐ 2007, soit 49 %.     Depuis  l’an  2000,  on  assiste  à  une  recrudescence  sans  précédent des infections transmissibles par le sexe et par  le  sang  (ITSS),  sur  tout  le  territoire  québécois.  L’augmentation significative des cas de chlamydiose chez  les jeunes de 15 à 24 ans et de l’infection de l’hépatite C  chez  les  utilisateurs  de  drogues  injectables  est  particulièrement préoccupante.     Beaucoup  de  personnes  atteignent  le  troisième  âge  en  bonne santé. Cependant, la proportion de ceux qui sont  aux  prises  avec  des  problèmes  de  santé  et  des  incapacités  augmente  avec  l’âge,  tout  comme  le  fait  de  vivre  seul.  Ainsi,  le  nombre  de  personnes  âgées  de  65 ans et plus, projeté sur le territoire du CSSS en 2018,  est de 38 400 personnes et pourrait atteindre 49 277 en  2026. On prévoit par contre que le nombre de personnes  âgées  entre  0  et  17  ans  diminuera  durant  cette  même  période, pour être de 37 513 en 2026.       DE GRANDS ENJEUX FACE À UN RÉSEAU COMPLEXE    Les  enjeux  qui  constituent  la  trame  de  fond  de  notre  planification  sont  complexes  et  de  grande  envergure. Pour y faire face, une organisation comme le  CSSS  Richelieu‐Yamaska  doit  être  guidée  par  une  vision  claire,  des  voies  d’action  prioritaires  et  un  engagement  de tous les acteurs concernés. 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Page 11 


Le  CSSS  retient  deux  enjeux  qui  découlent  des  perspectives qui lui sont spécifiques, tout en ajoutant et  en  adaptant  à  sa  réalité  locale,  les  six  grands  enjeux  identifiés par le MSSS dans son plan stratégique.      Enjeux spécifiques au CSSS Richelieu‐Yamaska      Enjeu « Les continuums »    L’approche  par  continuum  d’intervention  est  la  base  de  la mise en œuvre de la responsabilité populationnelle et  de  l’intégration  des  soins  et  services.  Les  continuums  visent  à  assurer  la  continuité  entre  les  interventions  en  intégrant les volets « prévenir, guérir et soutenir». Cette  approche  est  au  cœur  du  projet  organisationnel  mis  de  l’avant par notre CSSS.      Enjeu « Les milieux de vie »    Cet  enjeu  met  en  lumière  l’importance  du  développement  de  l’approche  « Milieu  de  vie »  dans  l’ensemble des services d’hébergement. Le CSSS compte  plus  de  900  personnes  vivant  en  permanence  dans  ses  milieux  de  vie :  en  CHSLD,  en  unité  d’hébergement  de  longue  durée  de  santé  mentale  et  dans  les  quatorze  ressources intermédiaires sous sa responsabilité. 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Page 12 


Enjeux communs aux planifications stratégiques locale,  régionale et ministérielle    Enjeu « La prévention et la promotion»    Le réseau de la santé et des services sociaux a le défi de  l’action  en  amont  des  problèmes,  en  agissant  sur  les  grands déterminants de la santé. Tout particulièrement,  il y a une nécessité d’agir sur les inégalités de santé et de  bien‐être,  trop  souvent  constatées  au  sein  de  la  population.  Dans  ce  contexte,  l’intervention  concertée  avec les partenaires des autres secteurs est cruciale pour  agir  efficacement  afin  de  modifier  les  conditions  de  vie  de la population.       Enjeu « La première ligne »    Un  de  nos  grands  défis  concerne  les  efforts  d’amélioration  dans  l’organisation  des  services,  pour  augmenter  l’accessibilité  et  la  continuité.  Ces  efforts  doivent se traduire vers le renforcement de la première  ligne  de  services,  en  ayant  la  préoccupation  de  l’intégration et de la hiérarchisation des services.      Enjeu « L’accès»    La  population  accorde  une  grande  importance  aux  problématiques liées à l’attente. Elle s’attend à un délai  raisonnable pour l’accès aux services. Toutes nos actions  doivent avoir des effets directs sur les délais d’accès aux  services,  afin  de  réduire  les  temps  d’attente.  D’ailleurs,  les  cibles  des  ententes  de  gestion,  fixent  des  résultats  que les organisations comme le CSSS doivent s’engager à  atteindre. 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Page 13 


Enjeu « La qualité »    Notre  réseau  est  convié  à  maintenir  sa  vigilance  pour  assurer  la  qualité  et  la  sécurité  des  soins  et  services.  Il  s’agit  là  d’un  défi  en  continu  pour  un  réseau  comme  le  nôtre.  Les  progrès  à  cet  égard  doivent  se  réaliser  par  l’actualisation  des  meilleures  pratiques  cliniques,  l’utilisation  des  données  probantes,  l’innovation  et  le  recours  aux  nouvelles  technologies,  porteuses  de  solutions  adaptées  aux  besoins  d’un  établissement  moderne.       Enjeu « Les ressources humaines »    La  disponibilité  et  la  rétention  d’une  main‐d’œuvre  qualifiée  sont  des  enjeux  importants  pour  le  présent  et  l’avenir  de  notre  CSSS.  Les  pénuries  de  main‐d’œuvre  touchent en effet l’ensemble de nos activités, que ce soit  pour  la  disponibilité  de  médecins,  d’infirmières  et  d’autres  professionnels  de  santé  et  de  services  sociaux,  ainsi que pour le personnel non professionnel.      Enjeu « La performance »    La précarité des ressources disponibles, tant financières,  humaines,  matérielles  que  technologiques,  nécessite  d’effectuer des choix judicieux. La gestion doit prendre la  voie de l’optimisation des processus et des ressources, et  de la gestion par résultats. 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Page 14 


NOTRE MISSION Dans  le  respect  de  sa  responsabilité  populationnelle,  le  CSSS Richelieu‐Yamaska se donne pour mission :    ƒ d’actualiser son projet clinique;  ƒ d’élaborer  une  programmation  intégrée  de  services  et  adaptée  aux  besoins  prioritaires  de  la  population de son territoire;  ƒ de  centrer  ses  efforts  sur  l’amélioration  de  la  santé et du bien‐être des citoyens;  ƒ de  s’adjoindre  une  mission  d’enseignement  qui  permet  le  développement  des  compétences  de  futurs  médecins  et  de  personnels  en  santé  et  services sociaux.     

NOTRE VISION «D’ici 2015, le CSSS Richelieu‐Yamaska sera  reconnu  comme  un  chef  de  file  parmi  les  CSSS,  pour l’intégration et la continuité de  ses services.» 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Page 15 


NOS VALEURS ORGANISATIONNELLES   Pour réaliser sa mission et assumer le leadership attendu  au sein de la communauté, le CSSS appuie ses actions sur  le développement d’une culture d’excellence.    Dans  cet  esprit,  le  CSSS  s’engage  à  rechercher  l’amélioration continue de la qualité et de la sécurité des  soins et des services, en garantissant que la personne et  ses proches sont au cœur de toutes les actions.    Cet engagement nous permet de respecter les principes  suivants :    ƒ Les préoccupations sont tournées d’abord et avant  tout  vers  les  besoins  de  la  clientèle  et  de  la  population sous sa responsabilité.  ƒ L’utilisation  des  données  probantes  et  des  meilleures pratiques oriente les décisions.  ƒ La  clientèle  et  leurs  proches  participent  au  plan  d’intervention.  ƒ La  satisfaction  de  la  clientèle  interne  et  externe  est mesurée de manière régulière.  ƒ Les  équipes  sont  mobilisées,  engagées  et  créatrices.  ƒ La  performance  est  assurée  en  optimisant  l’utilisation des ressources. 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Page 16 


Les  valeurs  organisationnelles  promues  guident  les  pratiques  et  les  actions  personnelles  de  tous  ceux  et  celles qui œuvrent dans l’organisation.     ƒ Le  respect :  Chacun  se  doit  d’entretenir  des  relations  empreintes  de  dignité,  de  confiance,  d’écoute et d’ouverture.     ƒ La  bienveillance :  Chacun  agit  en  faisant  preuve  d’altruisme  et  de  compassion  dans  les  soins,  les  services et les relations d’aide apportés.     ƒ La rigueur : Chacun s’assure de rendre les services  avec  professionnalisme,  intégrité  et  selon  les  paramètres de qualité établis.    ƒ La  cohérence :  Chacun  exerce  ses  responsabilités  et fait ses choix en s’assurant que les actions et les  gestes  posés  sont  en  concordance  avec  les  objectifs organisationnels.    ƒ La  responsabilisation  :  Chacun  est  responsable  à  l’égard  de  son  rôle  et  des  obligations  qui  en  découlent,  en  faisant  preuve  de  jugement  et  d’initiative  dans  ses  actions,  pour  atteindre  les  résultats souhaités. 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Page 17 


NOTRE PROJET ORGANISATIONNEL Le  projet  organisationnel  du  CSSS  prend  appui  sur  la  nécessité de déployer les continuums de services prévus  au projet clinique.     Pour y arriver, le CSSS entend instaurer une gouvernance  clinique responsable de la mise en œuvre d’une gestion  en réseau, qui garantira l’intégration et la continuité des  services dans le but de :    ƒ prévenir l’apparition de problèmes de santé et de  problèmes sociaux;  ƒ guérir ou réduire la gravité des problèmes grâce à  une gamme étendue d’interventions spécifiques;  ƒ soutenir  efficacement  les  personnes  aux  prises  avec  un  problème  persistant,  de  même  que  leurs  proches,  dans  leur  démarche  d’adaptation,  de  réadaptation et de réinsertion sociale.    Cette  nouvelle  gouvernance  clinique  assume  un  leadership  intégrateur  dans  le  développement  de  notre  réseau  local  de  services  (RLS)  et  dans  la  mise  en  œuvre  de  notre  responsabilité  populationnelle,  afin  de  rendre  accessible,  continu  et  de  qualité,  un  ensemble  de  services  sociaux  et  de  santé,  répondant  aux  besoins  exprimés et non exprimés de la population.    Le CSSS s’engage à mobiliser ses partenaires internes et  externes  pour  la  réalisation  de  son  projet  organisationnel. 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Page 18 


Ainsi,  dans  les  relations  avec  son  personnel,  ses  médecins et ses bénévoles, le CSSS mise sur :    ƒ la reconnaissance de leur contribution;  ƒ la  mise  en  valeur  et  le  développement  de  leur  expertise;  ƒ l’engagement  et  la  participation  aux  objectifs  organisationnels.    Dans  les  relations  avec  ses  partenaires  du  réseau  de  la  santé  (les  établissements  spécialisés,  cliniques  médicales,  organismes  communautaires,  etc.)  et  les  partenaires  intersectoriels  (scolaire,  municipal,  groupes  de milieu, etc.), le CSSS mise sur :    ƒ La concertation;  ƒ La reconnaissance de leur expertise;  ƒ Le respect de leur autonomie. 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Page 19 


PARTIE 2 LES ENJEUX, ORIENTATIONS ET OBJECTIFS   La présente section détaille, pour nos huit grands enjeux,  les orientations, les objectifs ainsi que les indicateurs et  les cibles pour chacun d’eux.     Certaines  cibles  ne  sont  pas  quantifiées.  Ces  cibles  seront  précisées  au  cours  de  la  prochaine  année,  selon  l’évolution  des  orientations  ministérielles  et  régionales,  de même qu’à la lumière des plans d’action mis en place  par  notre  CSSS  pour  chacun  des  objectifs  de  notre  planification.      Enjeu « Les continuums »  La  mise  en  place  de  continuums  de  services  répondant  aux besoins de notre population     Enjeu « Les milieux de vie »  Des milieux de vie adaptés aux besoins des résidents en  hébergement   Enjeu « La prévention et la promotion»  L’action  en  amont  des  problèmes  et  la  réduction  des  inégalités de santé et de bien‐être    Enjeu « La première ligne »  La  primauté  des  services  de  première  ligne  dans  une  perspective  d’intégration  et  de  hiérarchisation  des  services  Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Page 20 


Enjeu « L’accès»  Un délai raisonnable pour l’accès aux services    Enjeu « La qualité »  La qualité des services et l’innovation    Enjeu « Les ressources humaines »  L’attraction, la rétention et la contribution optimale des  ressources humaines    Enjeu « La performance »  Une gestion performante et imputable   

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Page 21 


ENJEU « LES CONTINUUMS » – LA MISE EN PLACE DE CONTINUUMS DE SERVICES RÉPONDANT AUX BESOINS DE NOTRE POPULATION Orientation ‐ Offrir des soins et des services intégrés, favorisant la continuité et l’accompagnement de la personne Axe d’intervention : Continuum « personnes âgées » Objectifs  Dans le cadre du développement du continuum  « Personnes âgées », améliorer la prise en charge des  besoins des personnes de 75 ans et plus 

Indicateurs  Pourcentage de réalisation des activités inscrites au plan  d’action du  continuum « Personnes âgées » 

Cibles  85 % des activités présentes au plan d’action auront été  réalisées en 2012‐2013   

Axe d’intervention : Continuum « Santé mentale » Objectifs  Dans le cadre du développement du continuum « Santé  mentale », améliorer la prise en charge des besoins des  personnes ayant des problématiques de santé mentale 

Indicateurs  Pourcentage de réalisation des activités inscrites au plan  d’action du continuum « Santé mentale » 

Cibles  85 % des activités présentes au plan d’action auront été  réalisées en 2014‐2015 

Axe d’intervention : Continuum « Jeunes en difficulté » Objectifs  Dans le cadre du développement du continuum  « Jeunes en difficulté », améliorer la prise en charge des  besoins des jeunes en difficulté 

Indicateurs  Pourcentage de réalisation des activités inscrites au plan  d’action du continuum jeunes en difficulté 

Cibles  85 % des activités présentes au plan d’action auront été  réalisées en 2014‐2015 

Axe d’intervention : Continuum « Maladies chroniques » Objectifs  Dans le cadre du développement du continuum  « Maladies chroniques », améliorer la prise en charge  des besoins des personnes souffrant de maladies  chroniques 

Indicateurs  Pourcentage de réalisation des activités inscrites au plan  d’action du continuum « Maladies chroniques » 

Cibles  85 % des activités présentes au plan d’action auront été  réalisées en 2014‐2015 

Axe d’intervention : Continuum « Cancer et soins palliatifs » Objectifs  Dans le cadre du développement du continuum  « Cancer et soins palliatifs », améliorer la prise en  charge des besoins des personnes souffrant de maladies  chroniques       

Indicateurs  Pourcentage de réalisation des activités inscrites au plan  d’action du continuum « Cancer et soins palliatifs » 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Cibles  85 % des activités présentes au plan d’action auront été  réalisées en 2014‐2015 

22 


ENJEU « LES CONTINUUMS » – LA MISE EN PLACE DE CONTINUUMS DE SERVICES RÉPONDANT AUX BESOINS DE NOTRE POPULATION Axe d’intervention : Continuum « Services généraux »! Objectifs  Dans le cadre du développement du continuum  « Services généraux », améliorer la prise en charge des  besoins de la population générale 

Indicateurs  Pourcentage de réalisation des activités inscrites au plan  d’action du continuum « Services généraux » 

Cibles  85 % des activités présentes au plan d’action auront été  réalisées en 2014‐2015 

Orientation ‐ Soutenir le personnel d’encadrement et l’évolution des pratiques de management clinique Axe d’intervention : Gestionnaires leaders et agents de changement dans le développement des continuums d’intervention Objectifs  Développer un programme de formation et des outils  pour soutenir les gestionnaires qui agissent comme  leaders et agents de changement dans des projets de  transformation et d’amélioration de la performance  

Indicateurs  Nombre de cadres ayant complété la formation de  microprogramme en gestion du changement et  responsabilité populationnelle, développé  spécifiquement par l’Université de Montréal. 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Cibles  100 % des cadres visés pour la première cohorte (30  cadres) d’ici 2012‐2013    Mise en place d’un programme de formation continu  d’ici 2014‐2015 

23 


ENJEU « LES MILIEUX DE VIE » – DES MILIEUX DE VIE ADAPTÉS AUX BESOINS DES RÉSIDENTS EN HÉBERGEMENT Orientation ‐ Offrir des soins et de services en conformité avec l’approche « Milieu de vie » Axe d’intervention : Milieux de vie pour personnes avec perte d’autonomie Objectifs  Mettre en place des conditions favorisant le  développement de l’approche « Milieu de vie »  notamment par :  ƒ des activités de la vie quotidienne et de loisir variées  ƒ l’implantation d’une approche de soins et services  centrée sur le respect des droits des résidents   ƒ l’amélioration de l’aménagement des lieux physiques  selon l’approche « Milieux de vie »  Respecter l’autonomie du résident et assurer sa sécurité  par l’élaboration et l’accessibilité d’un « Tableau de  soins SMAF »  affiché au chevet du résident  Réduire l’utilisation inadéquate des mesures de  contentions par la mise en place de mesures de  remplacement efficaces et respectueuses des personnes  Avec la participation du résident et de sa famille,  élaborer pour chaque résident un plan d’intervention  interdisciplinaire (PII) adapté au contexte d’approche  « Milieux de vie » 

Indicateurs  Présence d’un plan d’action visant la mise en place de  conditions favorisant le développement de l’approche   « Milieux de vie »    Pourcentage de réalisation des mesures prévues au plan  d’action 

Cibles  Un plan adopté en 2011‐2012        100 % des mesures réalisée en 2014‐2015 

Pourcentage de résidents ayant un outil « Tableau de  soins SMAF »  élaboré et révisé régulièrement  

100 % des résidents d’ici 2011‐2012 

Pourcentage de contentions utilisées périodiquement  qui respectent les balises de la politique sur les  contentions  Pourcentage de résidents ayant un PII fait et à jour 

100  % en 2011‐2012 

100 % des PII faits et 33 % révisés mensuellement en  2011‐2012 

Axe d’intervention : Milieux de vie pour personnes présentant un problème de santé mentale Objectifs  Mettre en place des conditions favorisant le  développement de l’approche « Milieux de vie »  notamment par :  ƒ des activités de la vie quotidienne et de loisir variées   ƒ l’implantation d’une approche de soins et services  centrée sur le respect des droits des résidents   ƒ l’amélioration de l’aménagement des lieux physiques  selon l’approche « Milieu de vie »  Élaborer un plan d’intervention interdisciplinaire (PII)  pour chaque résident, répondant aux besoins et  attentes de celui‐ci et de ses proches  Réduire l’utilisation inadéquate des mesures de  contentions par la mise en place de mesures de  remplacement efficaces et respectueuses des personnes 

Indicateurs  Présence d’un plan d’action visant la mise en place de  conditions favorisant le développement de l’approche  « Milieu de vie »    Pourcentage de réalisation des mesures prévues au plan  d’action 

Cibles  Un plan adopté en 2011‐2012        100 % des mesures réalisée en 2014‐2015 

Pourcentage de résidents ayant un PII fait et à jour 

100 % des PII faits et 33 % révisés mensuellement en  2011‐2012 

Pourcentage de contentions utilisées périodiquement  qui respecte les balises de la politique sur les  contentions 

100 % en 2011‐2012 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

24 


ENJEU « LA PRÉVENTION ET LA PROMOTION» – L’ACTION EN AMONT DES PROBLÈMES ET LA RÉDUCTION DES INÉGALITÉS DE SANTÉ ET DE BIEN‐ÊTRE Orientation ‐ Agir de façon concertée sur les principaux déterminants de la santé et du bien‐être Axe d’intervention : Prévention dans les continuums de services! Objectifs 

Indicateurs 

Cibles 

Assurer la mise en œuvre des activités de promotion, de  prévention et de protection de la santé, prévues au Plan  d’action local en santé publique (PAL) 

Pourcentage des activités du PAL réalisées  selon les  indicateurs développés régionalement    Indicateurs inclus à l’entente de gestion  Pourcentage des PCP prioritaires ayant fait  l’objet d’un  soutien de la part du CSSS pour l’intégration dans les  cliniques de première ligne    Nombre de cliniques de première ligne ayant implanté  au moins une PCP prioritaire (selon  indicateur du PAL  2009‐2012) 

85 % des cibles auront été atteintes en 2012‐2013      Selon les ententes de gestion  Au moins 85 % des PCP en 2014‐2015        Quatre GMF d’ici 2012‐2013  (près de 60 % des médecins des cliniques pratiquent  dans un GMF)   

Objectifs 

Indicateurs 

Cibles 

Soutenir l’action intersectorielle favorable à la santé et  au bien‐être pour agir sur les déterminants sociaux de la  santé 

Pourcentage des projets des tables intersectorielles  (petite enfance, jeunesse, personnes âgées et sécurité  alimentaire) qui visent des déterminants sociaux de la  santé    Nombre de projets réalisés conjointement avec les CRÉ  du territoire  Nombre de projets en développement des  communautés implantés 

Au moins 50 % des projets pour chacune des tables  petite enfance, jeunesse et personnes âgées du  territoire  100 % des projets pour les tables en sécurité alimentaire    Au moins un projet par territoire de CRÉ (Montérégie‐ est  et Longueuil) d’ici 2012‐2013  Au moins deux projets implantés d’ici 2012‐2013 

Soutenir l’intégration de la prévention dans les services  cliniques de première ligne, notamment les cliniques  privées et les groupes de médecine familiale (GMF), en  donnant la priorité aux  pratiques cliniques préventives  (PCP) touchant les problèmes suivants :  ƒ infections transmissibles sexuellement et par le sang  ƒ habitudes de vie et maladies chroniques  ƒ chutes chez les personnes âgées  ƒ suicide  ƒ hypertension artérielle 

Axe d’intervention : Action intersectorielle 

Soutenir le développement des communautés 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

25 


ENJEU « LA PREMIÈRE LIGNE » – LA PRIMAUTÉ DES SERVICES DE PREMIÈRE LIGNE DANS UNE PERSPECTIVE D’INTÉGRATION ET DE HIÉRARCHISATION DES SERVICES Orientation ‐ Améliorer l’accès aux services généraux de première ligne Axe d’intervention : Services médicaux et infirmiers Objectifs  Assurer l’inscription et la prise en charge des personnes  auprès d’un médecin de famille  Favoriser la pratique de groupe, polyvalente et  interdisciplinaire de la médecine de famille, par la mise  en place de groupes de médecine de famille (GMF) (ou  modèles équivalents)  Accroître la disponibilité d’infirmières praticiennes  spécialisées (IPS) en soins de première ligne 

Indicateurs  Pourcentage de la population inscrite auprès d’un  médecin de famille  Pourcentage des médecins de famille qui pratiquent en  GMF (ou modèles équivalents) 

Cibles  70 % de la population inscrite auprès d’un médecin de  famille en 2014‐2015   70 % des médecins de famille pratiqueront en GMF en  2014‐2015   

Nombre total d’IPS en soins de première ligne titularisée   

Favoriser le développement des pratiques collaboratives  pour optimiser l’utilisation de la main‐d’œuvre 

Nombre d’ordonnances collectives adoptées   

Faciliter l’accès aux services de 1re ligne des CSSS pour  soutenir les GMF (prise en charge globale des usagers) 

Entente sur des modalités de collaboration établies  entre le CSSS et le médecin responsable 

11 IPS en 2014‐2015 titularisées  au CSSS et travaillant  en UMF, en GMF ou en CLSC (selon disponibilité des  ressources et orientations ministérielles)   Au moins 10 ordonnances collectives par année au CSSS  et au moins cinq par année pour les GMF d’ici 2014‐ 2015  Entente convenue en 2012‐2013 

Orientation ‐ Assurer un suivi interdisciplinaire et continu des clientèles ayant des besoins particuliers Axe d’intervention : Personnes atteintes de maladies chroniques ou de cancer Objectifs  Favoriser l’autogestion et la réadaptation des personnes  atteintes de maladies chroniques dans un continuum de  soins  Soutenir l’actualisation de projets concrets  d’amélioration pour la prise en charge et le suivi  médicaux des personnes diabétiques, atteintes de  maladies pulmonaires ou cardiaques chroniques et de  problèmes de santé mentale  Consolider la coordination des soins et des services en  oncologie pour les personnes ayant reçu un diagnostic  de cancer et pour leurs proches 

Indicateurs  Nombre de programmes d’autogestion et de  réadaptation mis en place, fonctionnels et révisés  (diabète, insuffisance cardiaque, insuffisance  pulmonaire)  Nombre de volets « soutien à la pratique » développés  et mis en ligne Web en collaboration avec le projet  Accueil clinique 

Cibles  Trois programmes d’autogestion et de réadaptation   (diabète, insuffisance cardiaque, insuffisance  pulmonaire) seront mis en place d’ici  2013‐2014 

Pourcentage des personnes ayant reçu un diagnostic de  cancer disposant d’une infirmière pivot dans un délai de  48 heures   

70 % des personnes d’ici 2014‐2015 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Un volet développé et mis en ligne pour les principaux  besoins de prise en charge identifiés par les médecins  re de 1  ligne 

26 


ENJEU « LA PREMIÈRE LIGNE » – LA PRIMAUTÉ DES SERVICES DE PREMIÈRE LIGNE DANS UNE PERSPECTIVE D’INTÉGRATION ET DE HIÉRARCHISATION DES SERVICES Objectifs  Soutenir l’actualisation de projets concrets  d’amélioration dans les établissements pour le  continuum de soins et services de lutte contre le cancer    (En lien avec les objectifs présentés dans l’enjeu «La  mise en place de continuums de services répondant aux  besoins de notre population ») 

Indicateurs  Réalisation d’un projet concret d’amélioration pour le  continuum de soins et de services de lutte contre le  cancer  

Cibles  Projet réalisé d’ici 2014‐2015   

Axe d’intervention : Jeunes en difficulté, personnes atteintes de problèmes de santé mentale et personnes aux prises avec une dépendance Objectifs  Intervenir de façon concertée afin de réduire les  difficultés vécues par les jeunes et les familles, dont les  problèmes de négligence et les troubles de  comportement, selon les orientations relatives aux  jeunes en difficulté  

Assurer aux personnes qui le requièrent des services de  santé mentale de première ligne par une équipe  multidisciplinaire  Assurer l’accès aux services d’intégration dans la  communauté, pour les adultes ayant des troubles  mentaux graves 

À partir des résultats du modèle montérégien  d’évaluation de la performance, soutenir l’actualisation  de projets concrets d’amélioration dans les RLS pour le  continuum de services santé mentale (jeunes)    (En lien avec les objectifs présentés dans l’enjeu «La  mise en place de continuums de services répondant aux  besoins de notre population »)  Poursuivre le déploiement des mesures du Cadre de  référence Plan de service individualisé (PSI) en jeunesse 

Indicateurs  Présence d’un programme d’intervention en négligence  reconnu efficace, mis en place et fonctionnel pour  l’ensemble du territoire    Présence d’un programme d’intervention de crise et de  suivi intensif dans le milieu reconnu efficace, mis en  place et fonctionnel pour l’ensemble du territoire  Nombre de jeunes et d’adultes ayant des troubles  mentaux qui reçoivent des services de santé mentale de  première ligne offerts en CSSS  Nombre de places offertes en CSSS pour les adultes  ayant des troubles mentaux graves mesuré par le  nombre moyen d’adultes qui a reçu   ƒ un suivi intensif dans le milieu (SIM)  ƒ des services de soutien d’intensité variable (SIV)  Un projet concret d’amélioration dans notre RLS pour le  continuum de services santé mentale (jeunes) 

Cibles  Un programme d’intervention en négligence mis en  place et fonctionnel d’ici 2014‐2015       Un programme d’intervention de crise et de suivi  intensif dans le milieu reconnu mis en place et  fonctionnel d’ici 2014‐2015   (Selon cible déterminée par l’entente de gestion) 

Nombre total de PSI (CSSS impliqué) réalisés et à jour    Nombre total de cliniciens experts formés       

(Selon cible déterminée par l’entente de gestion)    (Selon cible déterminée par l’entente de gestion) 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

(Selon cible déterminée par l’entente de gestion) 

85 % des activités prévues au plan d’action du  continuum de services santé mentale‐jeunes auront été  réalisées d’ici 2014‐2015 

27 


ENJEU « LA PREMIÈRE LIGNE » – LA PRIMAUTÉ DES SERVICES DE PREMIÈRE LIGNE DANS UNE PERSPECTIVE D’INTÉGRATION ET DE HIÉRARCHISATION DES SERVICES Axe d’intervention : Personnes ayant une déficience et leur famille Objectifs 

Indicateurs 

Cibles 

Assurer la coordination des services dispensés par  plusieurs établissements aux personnes ayant une  déficience et à leur famille 

Nombre de personnes ayant une déficience pour qui,  dans l’année de référence, un plan de services  individualisé (PSI) élaboré par un centre de réadaptation  et impliquant le CSSS  Présence d’une trajectoire locale de services conforme à  la trajectoire régionale et convenue avec nos  partenaires 

(Selon cible déterminée par l’entente de gestion) 

Déterminer et soutenir l’implantation des trajectoires   régionales de services pour les clientèles DI‐TED‐DP 

Une trajectoire locale de services conforme et convenue  avec nos partenaires  d’ici 2014‐2015 

Orientation ‐ Répondre aux besoins d’une population vieillissante Axe d’intervention : Réseau de services intégrés Objectifs  Poursuivre la mise en place d’un réseau de services  intégrés pour les personnes en perte d’autonomie liée  au vieillissement (RSIPA), en favorisant son implantation  telle que définie dans les lignes directrices du MSSS 

Indicateurs  Degré d’implantation du réseau de services intégrés  pour les personnes en perte d’autonomie liée au  vieillissement (RSIPA)    Pourcentage de personnes de 75 ans et plus ayant été  dépistée avec « Prisma 7 » positif et bénéficiant d’un  accompagnement de la part du CSSS 

Cibles  100 %d’implantation du réseau de services intégrés d’ici   2014‐2015 (Le MSSS cible 55 %)      100 % des personnes âgées ayant un PRISMA 7 + feront  l’objet d’un accompagnement par le CSSS  d’ici 2011‐ 2012 

Objectifs 

Indicateurs 

Cibles 

Favoriser l’adoption en centre hospitalier de pratiques  organisationnelles et cliniques adaptées aux besoins  particuliers des personnes âgées  

Pourcentage de  mise en place des composantes de  l’approche gériatrique en milieu hospitalier 

100 % des composantes de l’approche gériatrique en  milieu hospitalier seront mises en place en 2012‐2013 

Dans le cadre du développement du continuum    « Personnes âgées », améliorer la prise en charge des  besoins des personnes de 75 ans et plus se présentant à  l’urgence 

Pourcentage des activités prévues dans le plan d’action  du continuum « Personnes âgées » touchant le volet des  services d’urgence qui auront été réalisées 

85 % des activités prévues dans le plan d’action du  continuum d’intervention « Personnes âgées » touchant  le volet des services d’urgence auront été réalisées en   2011‐2012 

Axe d’intervention : Adaptation des services

 

  (En lien avec les objectifs présentés dans l’enjeu «La  mise en place de continuums de services répondant aux  besoins de notre population ») 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

28 


ENJEU « LA PREMIÈRE LIGNE » – LA PRIMAUTÉ DES SERVICES DE PREMIÈRE LIGNE DANS UNE PERSPECTIVE D’INTÉGRATION ET DE HIÉRARCHISATION DES SERVICES Objectifs 

Indicateurs 

Cibles 

Dans le cadre du développement du continuum  « Personnes âgées », améliorer la prise en charge des  besoins des personnes de 75 plus hospitalisées      (En lien avec les objectifs présentés dans l’enjeu «La  mise en place de continuums de services répondant aux  besoins de notre population ») 

Présence d’un programme de maintien de la mobilité  fonctionnelle et de la réduction des effets de délirium  lors des épisodes de soins à l’urgence et en  hospitalisation    Pourcentage de personnes dont la mobilité  fonctionnelle s’est maintenue lors des épisodes de soins  à l’urgence et en hospitalisation    Pourcentage de personne dont les effets du délirium  mobilité fonctionnelle ont diminué  lors des épisodes de  soins à l’urgence et en hospitalisation 

85 % des activités prévues dans le plan d’action du  continuum d’interventions personnes âgées touchant le  volet de l’hospitalisation auront été réalisées en 2011‐ 2012 

DANS LE CADRE DU DÉVELOPPEMENT DU CONTINUUM « PERSONNES 

Pourcentage des activités prévues dans le plan d’action  du continuum d’interventions personnes âgées  touchant le volet des résidences privées qui auront été  réalisées 

85 % des activités prévues dans le plan d’action du  continuum d’interventions personnes âgées touchant le  volet des résidences privées auront été réalisées en   2011 

ÂGÉES », AMÉLIORER LA PRISE EN CHARGE DES BESOINS DES  PERSONNES DE 75 ANS VIVANT EN RÉSIDENCES PRIVÉES 

  (EN LIEN AVEC LES OBJECTIFS PRÉSENTÉS DANS L’ENJEU «LA MISE EN  PLACE DE CONTINUUMS DE SERVICES RÉPONDANT AUX BESOINS DE  NOTRE POPULATION ») 

Orientation ‐ Favoriser le soutien à domicile des personnes ayant des incapacités Axe d’intervention : Services de soutien à domicile Objectifs  Définir l’offre de services de soutien à domicile pour  l’ensemble des clientèles susceptibles de requérir ces  services, incluant les familles et les proches aidants,  selon les profils de besoins, les milieux de vie et en  précisant les modalités de contribution des usagers  Assurer une offre globale de services de soutien à  domicile de longue durée pour s’adapter à  l’augmentation des besoins de l’ensemble des  clientèles, y compris les familles et les proches aidants  Harmoniser les critères d’accès en matière de SAD pour  les personnes âgées 

Indicateurs  Présence d’une offre de services en soutien à domicile  définie selon les profils de besoins et le milieu où vit la  personne 

Cibles  (En attente des orientations du MSSS concernant la  définition de l’offre de services) 

Nombre total d’heures de services de soutien à domicile  de longue durée rendues par les différents modes de  dispensation de services (CSSS) 

(Selon cible déterminée par l’entente de gestion) 

L’application de critères d’accès harmonisés en matière  de SAD conforme aux orientations régionales 

(En attente des orientations régionales concernant  l’harmonisation des critères d’accès en matière de SAD  pour les personnes âgées)   

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

29 


ENJEU « LA PREMIÈRE LIGNE » – LA PRIMAUTÉ DES SERVICES DE PREMIÈRE LIGNE DANS UNE PERSPECTIVE D’INTÉGRATION ET DE HIÉRARCHISATION DES SERVICES Améliorer l’accès aux différents services de maintien à  domicile par le déploiement d’un progiciel  d’optimisation de processus cliniques et administratifs  dans la majorité des soins de première ligne  

Présence d’un progiciel  

Progiciel mis en place et utilisé d’ici 2012‐2013 

Axe d’intervention : Diversification des milieux de vie Objectifs  Adapter et diversifier l’offre de milieux de vie  accessibles aux personnes ayant des incapacités  significatives et persistantes (personnes âgées en perte  d’autonomie, personnes atteintes de déficience,  personnes atteintes de problèmes de santé mentale et  autres) 

Indicateurs  Présence d’un mécanisme de révision annuel de l’offre  de services en hébergement en fonction des besoins de  la clientèle.   

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Cibles  Mécanisme en place à compter de 2011‐2012       

30 


ENJEU « L’ACCÈS» – UN DÉLAI RAISONNABLE POUR L’ACCÈS AUX SERVICES Orientation ‐ Assurer l’accès aux services dans les délais acceptables Axe d’intervention : Services sociaux et de réadaptation Objectifs  Assurer aux personnes ayant une déficience un accès  aux services dont elles ont besoin dans les délais  établis :  ƒ demandes avec niveau de priorité urgente : trois  jours  ƒ demandes avec niveau de priorité élevée : 30 jours en  CSSS et 90 jours en centre de réadaptation  ƒ demandes avec niveau de priorité modérée : un an 

Indicateurs  Pourcentage de personnes ayant une déficience traitées  dans les délais établis      

Cibles  90 % des personnes traitées dans les délais établis en  2014‐2015   

Indicateurs  Pourcentage de personnes inscrites au mécanisme  central traitées à l’intérieur de 6 mois pour :  ƒ une chirurgie d’un jour  ƒ une chirurgie avec hospitalisation  ƒ une arthroplastie totale de la hanche  ƒ une arthroplastie totale du genou  ƒ une cataracte  ƒ autres chirurgies (à préciser)  POURCENTAGE DES PERSONNES TRAITÉES À L’INTÉRIEUR DES DÉLAIS  ÉTABLIS POUR L’ÉLECTROPHYSIOLOGIE  ƒ Catégorie A : moins de 72 heures   ƒ Catégorie B : de 72 heures à  3 mois    PRÉSENCE DE CORRIDORS DE SERVICES POUR LA CHIRURGIE  CARDIAQUE ET L’HÉMODYNAMIE PERMETTANT LE RESPECT DES DÉLAIS  RECONNUS POUR CES SECTEURS  Pourcentage de personnes traitées à l’intérieur d’un  délai de 28 jours en :  ƒ radio‐oncologie  ƒ chirurgie oncologique  ƒ chimiothérapie/traitements systémiques  Volume de chirurgies 

Cibles  90 % des personnes inscrites au mécanisme central  auront accès aux chirurgies dans un délai de 6 mois en  2014‐2015   

Axe d’intervention : Médecine et chirurgie Objectifs  Assurer aux personnes inscrites au mécanisme central  un accès aux chirurgies dans un délai de six mois 

Assurer aux personnes atteintes d’une maladie  cardiovasculaire les services dans les délais établis 

Assurer aux personnes atteintes de cancer les services à  l’intérieur d’un délai de 28 jours 

Assurer l’utilisation optimale des plateaux techniques et  opératoires au bénéfice de la population 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Atteinte des cibles en 2014‐2015 pour  l’électrophysiologie  ƒ Catégorie A : 100 %   ƒ Catégorie B : 75 %    Corridors de services en place d’ici 2014‐2015 

90 % des personnes en 2014‐2015 

(Selon cible déterminée par l’entente de gestion)  31 


ENJEU « L’ACCÈS» – UN DÉLAI RAISONNABLE POUR L’ACCÈS AUX SERVICES Maintenir le projet de prise en charge rapide et le  transfert des patients présentant un infarctus aigu du  myocarde dans le cadre de la collaboration avec  l’Institut de cardiologie de Montréal (Apéro) 

Pourcentage de patients présentant un infarctus aigu du  myocarde référés à ICM     

100 % en 2011‐2012   

Objectifs  Assurer une durée de séjour acceptable à l’urgence*  pour les personnes sur civière  * Plusieurs mesures du plan stratégique contribuent à  l’atteinte de cet objectif. 

Indicateurs  Pourcentage des séjours de 24 heures et plus sur civière  Pourcentage des séjours de 48 heures et plus sur civière  Séjour moyen sur civière   

Participer à la révision régionale de la répartition  ambulancière en suivant une approche populationnelle 

Pourcentage de la population de notre CSSS couvert par  notre desserte ambulancière 

Cibles  Atteinte des cibles ministérielles en 2011‐2012  ƒ Au plus 15 % des séjours  ƒ Moins de 1 %  ƒ 12 heures ou moins    (Selon cible déterminée par les orientations régionales) 

Axe d’intervention : Urgences

Axe d’intervention : Santé mentale Objectifs  Assurer aux personnes ayant des problèmes de santé  mentale l’accès :  ƒ aux services spécifiques de première ligne offerts par  les CSSS à l’intérieur de 30 jours  ƒ aux services spécialisés de deuxième et troisième  ligne à l’intérieur de 60 jours 

Indicateurs  Pourcentage de personnes dont les services ont débuté  à l’intérieur des délais établis 

Cibles  90 % des personnes d’ici 2014‐2015   

Axe d’intervention : Références aux services médicaux spécialisés Objectifs  Améliorer l’accès aux services diagnostiques et aux  médecins spécialistes pour les personnes présentant  certaines conditions cliniques et référées par un  médecin de famille 

S’assurer que les corridors de services liés aux RUIS sont  cohérents avec notre organisation des services de santé 

Indicateurs  Présence d’un service d’Accueil clinique fonctionnel  pour offrir un mécanisme d’accès aux services  diagnostiques et aux médecins spécialistes pour les  personnes présentant des conditions cliniques de  nature subaiguë ou semi urgente et référées par un  médecin de famille  Présence d’ententes formelles avec le RUIS de  Sherbrooke et certains centres hospitaliers de Montréal  en fonction des critères d’accessibilité, de continuité et  en prenant en compte les corridors traditionnels  particuliers à notre territoire.  

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Cibles  Un service d’Accueil clinique mis en place et fonctionnel  place en 2011‐2012 

Ententes formelles en vigueur en 2014‐2015   

32 


ENJEU « LA QUALITÉ » – LA QUALITÉ DES SERVICES ET L’INNOVATION Orientation ‐ Assurer la qualité et la sécurité des soins et des services Axe d’intervention : Démarche intégrée de qualité Objectifs  Élaborer une politique d’assurance qualité qui permet :  ƒ de donner une vision intégratrice de l’assurance  qualité  ƒ d’harmoniser les différents mécanismes d’évaluation  et d’appréciation de la qualité  ƒ de préciser les modalités de mise en œuvre et de suivi  des normes établies 

Indicateurs  Présence d’une politique locale élaborée selon les  paramètres établis par la politique ministérielle   

Cibles  Une politique locale d’assurance qualité adoptée d’ici  2011‐2012 

Axe d’intervention : Contrôle des infections nosocomiales Objectifs 

Indicateurs 

Cibles 

Maintenir les taux d’infections nosocomiales faisant  l’objet d’une surveillance provinciale inférieurs ou égaux  aux seuils établis  

Taux d’infections nosocomiales pour les programmes de  surveillance établis 

(Selon cible déterminée par l’entente de gestion) 

Orientation ‐ Valoriser l’apport de la mission d’enseignement au sein de notre CSSS Axe d’intervention : Formation et disponibilité de milieux de stages Objectifs  Assurer la formation et la disponibilité de milieux de  stage adaptés et diversifiés, notamment pour les  disciplines de base 

Indicateurs  Nombre de milieux de stage par discipline      Pourcentage des places disponibles pour l’accueil de  stagiaires qui ont été comblées 

Cibles  (Cible établie selon les besoins déterminés par la  planification de la main d’œuvre annuelle)    100 % des places disponibles et comblées en 2014‐2015 

Orientation ‐ Assurer l’intégration et la circulation de l’information clinique Axe d’intervention : Dossiers cliniques informatisés et Dossier Santé du Québec Objectifs  S’assurer de l’utilisation de dossiers cliniques  informatisés (DCI) dans notre CSSS  Collaborer à l’implantation du Dossier de Santé du  Québec (DSQ) et l’intégrer à la stratégie  d’informatisation du réseau 

Indicateurs  Présence d’un DCI implanté et utilisé par les équipes  concernées  Pourcentage des médecins, pharmaciens et infirmières  de notre RLS ayant accès aux bases de données du DSQ 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Cibles  Solution informatique DCE implantée en 2014‐2015 (en  fonction des disponibilités financières obtenues) 70 % des médecins, pharmaciens et infirmières auront  accès d’ici 2014‐2015 

33 


ENJEU « LES RESSOURCES HUMAINES » – L’ATTRACTION, LA RÉTENTION ET LA CONTRIBUTION OPTIMALE DES RESSOURCES HUMAINES Orientation ‐ Assurer l’équilibre entre l’offre et la demande de main‐d’œuvre qualifiée Axe d’intervention : Disponibilité de la main‐d’œuvre médicale Objectifs  Participer à l’élaboration du plan quinquennal d’effectifs  en médecine spécialisée afin que les besoins de la  population du territoire du CSSS soient couverts.  Obtenir une répartition équitable de nouveaux  médecins de famille pour les besoins de la population 

Indicateurs  Niveau de recrutement selon le plan quinquennal  d’effectifs en médecine spécialisée déterminé par  l’Agence pour notre territoire de CSSS  Niveau de recrutement selon le plan régional d’effectifs  en médecine générale déterminé par l’Agence 

Cibles  100 % du recrutement autorisé en médecine spécialisée  d’ici 2014‐2015    100 % du recrutement autorisé en médecine générale  d’ici 2014‐2015 

Axe d’intervention : Disponibilité et utilisation optimale de la main‐d’œuvre Objectifs  Produire et mettre à jour annuellement le plan de main‐ d’œuvre,de façon à identifier et mettre en œuvre les  stratégies pour assurer l’équilibre entre les effectifs  requis et disponibles  Dans le cadre des projets d’optimisation des ressources,  assurer une utilisation optimale des compétences du  personnel par la réalisation de démarches concertées de  révision des processus de soins et de services et de  réorganisation du travail 

Réduire le temps travaillé en heures supplémentaires  dans l’ensemble des secteurs d’activité  Réduire le recours à la main‐d’œuvre indépendante  dans les secteurs d’activité clinique  Mettre en place un processus local d’identification des  titres d’emploi en vulnérabilité et participer à une  stratégie régionale pour augmenter la visibilité et  l’attraction 

Indicateurs  Présence d’un plan de main‐d’œuvre mis à jour  annuellement  

Cibles  Un plan de main d’œuvre mis à jour annuellement d’ici  2011‐2012 

Nombre  de projets de révision de processus de soins et  services et de réorganisation du travail pour les unités  de soins de l’hôpital    Nombre  de projets de révision de processus de soins et  services et de réorganisation du travail pour les unités  de vie des CHSLD    Nombre  de projets de révision de processus de soins et  services et de réorganisation du travail pour les  programmes en CLSC  Nombre d’heures travaillées en heures supplémentaires    Pourcentage des heures travaillées par du personnel  clinique à l’emploi des agences privées  

Deux projets d’ici 2012‐2013        Un projet d’ici 2012‐2013        Un projet d’ici 2012‐2013 

Présence d’une  stratégie 

Mise en œuvre de la stratégie d’ici 2011‐2012 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Diminution de 10 % d’ici 2014‐2015  (En attente des orientations à définir dans le cadre d’un  plan régional convenu entre les établissements) 

34 


ENJEU « LES RESSOURCES HUMAINES » – L’ATTRACTION, LA RÉTENTION ET LA CONTRIBUTION OPTIMALE DES RESSOURCES HUMAINES Orientation ‐ Offrir des conditions de travail et de pratique attractives et valorisantes Axe d’intervention : Rétention et mieux‐être au travail Objectifs  Mettre en œuvre des mesures pour améliorer le climat  de travail et favoriser la santé et le bien‐être du  personnel en s’appuyant sur les programmes de type  Entreprise en santé  Favoriser l’adaptation de la relève professionnelle à la  profession et au milieu de travail  Dans le cadre du projet régional FORTERESSS, assurer  une utilisation optimale des compétences du personnel  par une démarche concertée de révision des processus  de soins et de services et de réorganisation du travail 

Indicateurs  Accréditation par un programme reconnu visant  l’amélioration du climat de travail    Ratio des heures en assurance salaire par rapport aux  heures travaillées  Présence d’un programme de soutien à la relève  professionnelle adopté et mis en œuvre  Nombre d’unités de soins ou d’installation ayant fait  l’objet d’une révision de processus de soins et de  services et de réorganisation du travail dans le cadre du  projet régional FORTERESSS    Nombre d’infirmières pratiquant en CHSLD formées :  ƒ pour l’examen pulmonaire  ƒ pour l’examen abdominal  pour l’évaluation de l’état mental 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

Cibles  CSSS accrédité d’ici 2014‐2015      (Selon cible déterminée par l’entente de gestion)  Un programme adopté et mis en œuvre d’ici 2014‐2015  Cinq CH et cinq unités de soins de courte durée d'ici  2012‐2013        100% des infirmières (selon le nombre prévu au plan  régional de formation) 

35 


ENJEU « LA PERFORMANCE » – UNE GESTION PERFORMANTE ET IMPUTABLE Orientation ‐ Améliorer la performance de notre réseau de santé et de services sociaux Axe d’intervention : Optimisation de l’utilisation des ressources Objectifs  Mettre en œuvre des projets structurés d’optimisation  de l’utilisation des ressources  Développer des indicateurs comparatifs d’amélioration  de la productivité pour certains secteurs  Intégrer les données sur le suivi financier et la  productivité au modèle d’appréciation de la  performance utilisé dans la région 

Indicateurs  Nombre de projets d’optimisation de l’utilisation des  ressources dont les résultats sont atteints à 90 %  Présence d’une méthodologie et indicateurs disponibles 

Cibles  Sept projets réalisés annuellement jusqu’en 2014‐2015 

Présence d’analyses de benchmarking  

Analyse de benchmarking produites et diffusées d’ici  2014‐2015 

Méthodologie et indicateurs disponibles en 2012‐2013 

Axe d’intervention : Amélioration de la performance Objectifs  Développer la capacité d’exécution de nos équipes en  déployant un cycle annuel de réalisation de projets  structurés d’amélioration de la performance 

Indicateurs  Nombre de projets réalisés   

Cibles  Un projet réalisé annuellement d’ici 2014‐2015 

Axe d’intervention : Suivi et rétroaction sur la performance Objectifs  Déployer un cycle annuel d’appréciation de la  performance en fonction de priorités convenues  localement  Assurer un accompagnement à l’interprétation et à  l’utilisation des résultats de performance auprès des  directions du CSSS 

Indicateurs  Identification et réalisation de portraits d’appréciation  de la performance sur une base annuelle 

Cibles  Un ou deux portraits par année, selon la portée des  thèmes choisis 

Production et diffusion des rapports de performance 

Selon les portraits réalisés 

Centre de santé et de services sociaux Richelieu‐Yamaska – Planification stratégique 2011‐2015  

36 


ANNEXE A PORTRAIT DE SANTÉ POPULATION DU TERRITOIRE DU CSSS RICHELIEU‐YAMASKA 15 DÉCEMBRE 2010


LISTE DES FIGURES Figure 1

Population totale et par groupe d’âge (n), territoire de Richelieu-Yamaska, 2006-2031

Figure 2

Population par groupe d’âge (%), territoire de Richelieu-Yamaska, 2006-2031

Figure 3

Évolution du poids démographique des personnes de moins de 18 ans et de 65 ans et plus, territoire de Richelieu-Yamaska et Montérégie, 2001-2026

Figure 4

Naissances par année selon le territoire de CLSC

Figure 5

Naissances de faible poids, prématurées et retard de croissance intra-utérine (%), territoire de Richelieu-Yamaska, 1987-1991 à 2002-2006

Figure 6

Signalements reçus (n) au Centre Jeunesse – Population de moins de 18 ans, territoire de Richelieu-Yamaska, 1999-2000 à 2005-2006

Figure 7

Signalements retenus au Centre Jeunesse selon la problématique (%) et le groupe d’âge, territoire de Richelieu-Yamaska, 2002 à 2006

Figure 8

Incidence de l’infection à Chlamydia trachomatis par 100 000 personnes, selon le CSSS, Montérégie, 2008

Figure 9

Population (%) vivant sous le seuil de faible revenu selon les groupes d’âge, territoire de Richelieu-Yamaska, 1995, 2000 et 2005

Figure 10

Espérance de vie à la naissance (ans) selon le sexe, territoire de RichelieuYamaska, 1985-1989 à 2004-2006

Figure 11

Personnes (%) ayant une incapacité selon l’âge – Population vivant en ménage privé, territoire de Richelieu-Yamaska, 2001-2006

Figure 12

Mortalité par maladies de l’appareil circulatoire (taux ajusté pour 100 000), territoire de Richelieu-Yamaska, Montérégie et Québec, 1985-1989 à 20042006

Figure 13

Mortalité selon la cause chez les femmes (taux ajusté pour 100 000), territoire de Richelieu-Yamaska, Montérégie et Québec, 1985-1989 à 2004-2006

Figure 14

Mortalité selon la cause chez les hommes (taux ajusté pour 100 000) , territoire de Richelieu-Yamaska, Montérégie et Québec, 1985-1989 à 2004-2006

Figure 15

Prévalence des principaux problèmes de santé chronique ($ et nombre estimé) – Population de 12 ans et plus, territoire de Richelieu-Yamaska, 2007

Figure 16

Incidence du cancer (n annuel moyen et taux ajusté pour 100 000), territoire de Richelieu-Yamaska, 1986-1990 à 2001-2005

Figure 17

Facteurs de risque de maladies chroniques (%) – Population de 18 ans et plus, territoire de Richelieu-Yamaska et Montérégie, 2009

Figure 18

Mortalité par suicide selon le sexe (taux ajusté pour 100 000) , territoire de Richelieu-Yamaska , 1985-1989 à 2004-2006

Portrait de santé de la Population du territoire du CSSS Richelieu-Yamaska

1


DESCRIPTION DU TERRITOIRE Le CSSS Richelieu-Yamaska est le deuxième CSSS en importance en Montérégie. En 2010, il dessert une importante population de plus de 200 000 habitants, répartie sur un territoire d’une superficie de 2 405 km2 pour un total de 37 municipalités. Le CSSS Richelieu-Yamaska comprend l’Hôpital Honoré-Mercier, le CLSC des Maskoutains, le CLSC de la MRC-d’Acton, le CLSC des Patriotes et les centres d’hébergement de l’Hôtel-Dieu-de-Saint-Hyacinthe, de la MRC-d’Acton, Andrée-Perrault, Marguerite-Adam et de Montarville. La plus récente réforme du système de santé au Québec donne maintenant aux CSSS une « responsabilité populationnelle ». Ceci implique donc qu’au-delà des soins et services à sa clientèle, le CSSS doit se soucier du maintien et de l’amélioration de la santé de l’ensemble de la population de son territoire. À ce sujet, les déterminants de la santé tels que les facteurs biologiques, les habitudes de vie, l’environnement, les conditions socio-économiques et l’organisation des soins et des services de santé sont de plus en plus reconnus comme ayant une influence majeure sur la santé et le bienêtre des individus. Le CSSS est au cœur d’un réseau local de services et la promotion de la santé tout comme la prévention des maladies et des traumatismes sont au cœur de nos préoccupations. Depuis 2004, les centres de santé et de service sociaux (CSSS) sont conviés à prendre en charge la santé de l’ensemble de la population de son territoire. Il faut dans un premier temps bien connaître cette population, notamment quant à son « état de santé » et de ses particularités. Le Réseau local de services (RLS). Le CSSS Richelieu-Yamaska a la responsabilité de créer des liens de collaboration avec ses partenaires. Son réseau local de services se compose d’environ 350 partenaires. Ce nombre inclut, entre autres : 20 cliniques médicales privées, 3 groupes de médecine familiale, 47 pharmacies communautaires, 116 organismes communautaires dont 65 ont leur siège social sur le territoire, 3 commissions scolaires, 58 écoles primaires privées et publiques, 15 écoles secondaires privées et publiques, différentes écoles professionnelles, 2 institutions collégiales, 2 campus universitaires, 34 centres de la petite enfance, 3 centres locaux de développement et chambres de commerce, 4 corporations de développement communautaire, 2 entreprises de transport adapté, 2 CHSLD privés conventionnés, 63 résidences privées totalisant 2 068 places d’hébergement, 5 fondations, Centre jeunesse de la Montérégie et une unité de médecine familiale (Réseau universitaire intégré de service de Sherbrooke).

Portrait de santé de la Population du territoire du CSSS Richelieu-Yamaska

2


1. UNE POPULATION EN CROISSANCE, MAIS VIEILLISSANTE 1

Selon les projections démographiques de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) , le territoire de Richelieu-Yamaska compte près de 206 000 personnes en 2010. Il s’agit du 2e territoire en importance en Montérégie quant à la taille de sa population (15 % de la population montérégienne), du 1er territoire quant à sa superficie et du 9e quant à la densité de population (81 personnes / km2). Entre 2006 et 2031, l’ISQ prévoit un accroissement démographique un peu moins important pour le territoire de Richelieu-Yamaska que pour la Montérégie, soit une augmentation de 15 %, comparativement à 18 % pour la région.

Figure 1

Figure 2

Population totale et par groupe d'âge (n) RLS Richelieu-Yamaska, 2006-2031

Population par groupe d'âge (%) RLS Richelieu-Yamaska, 2006-2031

Nombre 100%

250 000

13,0 200 000

15,6

18,2

20,9

23,7

25,9

61,9

58,9

56,4

54,9

80%

150 000 60% 65,0 100 000

64,0

40% 50 000

0 Moins de 18 ans

20% 2006

2011

2016

2021

2026

2031

43638

42502

42934

44995

45877

45068

18 à 64 ans

129328

132797

133607

131718

129799

65 ans ou plus

25856

32283

39313

46812

54488

128903 60934

Total

198822

207582

215854

223525

230164

234905

Source : ISQ, Perspectives démographiques selon le territoire de RLS, 2006-2031, édition 2009 Production : Équipe Surveillance, DSP Montérégie, 2010

21,9

20,5

19,9

20,1

19,9

19,2

2006

2011

2016

2021

2026

2031

0%

Moins de 18 ans

18 à 64 ans

65 ans ou plus

Source : ISQ, Perspectives démographiques selon le territoire de RLS, 2006-2031, édition 2009 Production : Équipe Surveillance, DSP Montérégie, 2010

L’évolution du poids démographique des jeunes et des âgés du territoire se distingue peu de celle de la Montérégie. Entre 2006 et 2031, la proportion de personnes de 65 ans et plus dans la population du territoire de Richelieu-Yamaska passera de 13 à 26 % alors qu’en Montérégie, ces proportions sont respectivement de 13 à 25 %. Quant au poids démographique des jeunes, il passera de 22 à 19 % tant dans notre territoire qu’en Montérégie. En 2006, 25 800 personnes avaient 65 ans et plus dans notre territoire; elles seront environ 32 000 en 2011 et l’ISQ estime à 61 000 leur effectif en 2031. En début d’année 2011, un portrait de santé spécifique sera produit pour la population de 65 ans et plus de notre territoire. Ce portrait détaillé soutiendra les travaux en cours pour le continuum de services Personnes âgées. 1

Projections démographiques 2006-2031

Portrait de santé de la Population du territoire du CSSS Richelieu-Yamaska

3


Figure 3 Évolution du poids démographique des personnes de moins de 18 ans et de 65 ans et plus RLS Richelieu-Yamaska et Montérégie, 2001-2026 % 30

65 ans ou plus Moins de 18 ans

20

10

0 2001

2006

2011

2016

2021

2026

Moins de 18 ans - RLS Richelieu-Yamaska

65 ans ou plus - RLS Richelieu-Yamaska

Moins de 18 ans - Montérégie

65 ans ou plus - Montérégie

Source : ISQ, Perspectives démographiques selon le territoire de RLS, 2001-2026, édition 2003 Production : Équipe Surveillance, DSP Montérégie, 2007

2. LES JEUNES, UNE POPULATION À NE PAS NÉGLIGER En 2011, plus d’une personne sur cinq est âgée de moins de 18 ans dans le territoire, ce qui représente environ 42 600 jeunes - dont plus de 2 000 ont moins d’un an. Parmi ceux-ci, rappelons que 8 % vivaient sous le seuil de faible revenu en 2005. Concernant plus spécifiquement les nouveau-nés et les enfants en difficulté, des données locales sont disponibles. En voici un aperçu. Les nouveau-nés. Entre 2002-2006, les femmes de notre population ont donné naissance à plus de 1 900 enfants par année, dont 5 % avaient un poids insuffisant (moins de 2 500 g) et 8 % étaient prématurés (moins de 37 semaines). Comme dans l’ensemble de la région, la prématurité est en croissance dans notre territoire alors que le retard de croissance intra-utérin est en baisse. De ces nouveau-nés, 7 % avaient une mère faiblement scolarisée (moins de 11 ans de scolarité), une valeur significativement plus faible que celle du Québec (11 %). Toujours entre 2002-2006, 3 % avaient une mère âgée de moins de 20 ans, la plus faible proportion enregistrée au cours des 15 dernières années.

Portrait de santé de la Population du territoire du CSSS Richelieu-Yamaska

4


Figure 4 Nombre de naissances par année selon le territoire de CLSC

Nombre de naissances

1200 1000

1132

1064

1116

958

948

831

790

869

854 CLSC Saint-Bruno - Beloeil Saint-Hilaire

758

800

CLSC Les Maskoutains

600 400

CLSC Acton 151

200

152

135

188

145

0 2003

2004

2005

2006

2007

Année

Figure 5 Naissances de faible poids, prématurées et retard de croissance intra-utérine (% ) RLS Richelieu-Yamaska, 1987-1991 à 2002-2006

% 14

12,1 12

10,6 9,4

10

7,5 (-)

8 6

6,2 (-)

5,6 (-)

5,9 (-)

5,3 (-)

5,1 (-)

4,9 (-)

1987-1991

1992-1996

1997-2001

Retard de croissance intra-utérine 7,5

Prématurité (<37 semaines) Faible poids (<2 500 grammes)

4

5,3

2 0 2002-2006

(-) indique une différence significative avec le reste du Québec à un seuil de 5 % Source : Ministère de la Santé et des Services Sociaux, Fichier des naissances Production : Équipe Surveillance, DSP Montérégie, 2010

Portrait de santé de la Population du territoire du CSSS Richelieu-Yamaska

5


Les jeunes en difficulté. En 2005-2006, le Centre jeunesse de la Montérégie (CJM) a reçu 1 144 signalements concernant des enfants de notre territoire et en a retenu 413 pour évaluation. Le nombre de signalements est en augmentation constante alors que le nombre de signalements retenus et le nombre de nouvelles prises en charge est constant (±125). En 2005-2006, le CJM a formellement pris en charge 105 nouveaux cas. Toutes proportions gardées, le nombre de nouvelles prises en charge est l’un des moins élevé de la région au cours de la période 2000-2005 (2,8 c. 4,6 pour 1 000 jeunes de 0-17 ans en Montérégie). La négligence demeure le principal motif de rétention chez les enfants de 12 ans et moins, alors que chez les 12-17 ans, ce sont en premier lieu les troubles de comportement et ensuite la négligence.

Figure 6 Signalements reçus (n) au Centre Jeunesse Population de moins de 18 ans, RLS Richelieu-Yamaska, 1999-2000 à 2005-2006 1400

60

Nombre

1000 800

1144

50

1078 891

40

810

785

733

30 600 400

422

382

150

200 0

n.d. 1999-2000

n.d 2000-2001

445

412

352

328

413

140

100

20

105

n.d. 2001-2002

Taux de rétention (%)

1188

1200

10 0

2002-2003

2003-2004

2004-2005

2005-2006

Nombre de signalements

Nombre de signalements retenus

Nombre de nouvelles prises en charge

Taux de rétention

n.d. : non disponible Source : Centre Jeunesse de la Montérégie, 2007 Production : Équipe Surveillance, DSP Montérégie, 2007

Portrait de santé de la Population du territoire du CSSS Richelieu-Yamaska

6


Figure 7 Signalements retenus au Centre Jeunesse selon la problématique (% ) et le groupe d'âge RLS Richelieu-Yamaska, 2002 à 2006 ¹

Abandon 1%

Troubles de comportement 4%

Abus physiques 19%

Abandon 1% Abus physiques 27%

Abus physiques 14% Abus sexuels 9%

Abus sexuels 14% Négligence 54%

Abus sexuels 14%

Négligence 66%

0 à 4 ans

Négligence 27%

Troubles de comportement 50%

5 à 11 ans

12 à 17 ans

Source : Centre Jeunes s e de la Montérégie, 2007 Production : Équipe Surveillance, DSP Montérégie, 2007 ¹ Les données pour l'année 2004-2005 s ont m anquantes

Le décrochage scolaire. La Commission scolaire de Saint-Hyacinthe, qui couvre le territoire du CLSC des Maskoutains et du CLSC de la MRC de la région d’Acton, a connu une diminution spectaculaire du taux de décrochage. Le taux de décrochage scolaire est passé de 43,1 % pour l’année 2006-2007 à 27,2% pour l’année 2007-2008. Cette diminution est d’autant plus importante que le taux de décrochage national s’est maintenu autour de 29%. La Commission scolaire de Saint-Hyacinthe qui était en queue du peloton, est désormais dans la moyenne nationale. Le taux de décrochage chez les filles est passé de 34,7% à 24 % et chez les garçons de 50,1% à 35%. ITSS Depuis 2000, on assiste à une recrudescence sans précédent des infections transmissibles par le sexe et par le sang (ITSS) sur tout le territoire québécois. L’augmentation significative des cas de chlamydiose chez les jeunes de 15 à 24 ans et de l’infection de l’hépatite C chez les utilisateurs de drogues injectables est particulièrement préoccupante. Figure 8

Sources : Direction de santé publique de la Montérégie (2010). Rapport de la directrice de santé publique 2010. Épidémie d’infections transmissibles sexuellement et par le sang : Inversons la tendance ! Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie, p.15.

Portrait de santé de la Population du territoire du CSSS Richelieu-Yamaska

7


3. DES GROUPES SOCIOÉCONOMIQUES ET CULTURELS À CONSIDÉRER Les conditions socioéconomiques et culturelles étant associées de diverses manières à l’état de santé et au bien-être, il importe de tenir compte des particularités de cette population. En comparaison de la Montérégie, notre population comptait proportionnellement moins de personnes vivant sous le seuil de faible revenu en 2005 (10 contre 13 %) et un peu moins de prestataires de l’assistance-emploi en 2005 (4,5 contre 5,8 %). Ces proportions représentent plus de 18 600 personnes vivant sous le seuil de faible revenu et 7 700 personnes de moins de 65 ans prestataires de l’assistance-emploi. Figure 9 Population (% ) vivant sous le seuil de faible revenu selon les groupes d'âge RLS Richelieu-Yamaska, 1995, 2000 et 2005

% 30

1995

2000

2005

25

20 16

16

14

15 12

14 12 12

12 8

8

9

14

13

13

12 10

10

19

18

15 14

11 10 8

9

11 10

9

5

0 0 à 5 ans

6 à 17 ans 18 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans

65 ans et plus

Total

Source : Statistique Canada, Recensements Production : Équipe Surveillance, DSP Montérégie, 2010

En 2006, 3 % de la population de Richelieu-Yamaska, soit plus de 5 600 personnes, parlaient le plus souvent l’anglais à la maison, soit environ 5 % des anglophones de la Montérégie. Les immigrants, au nombre de 7 500, forment 4 % de la population du territoire mais 8 % des immigrants de la Montérégie. Depuis le début des années 2000, la région de Saint-Hyacinthe est ciblée comme terre d’accueil pour l’immigration régionalisée. Enfin, à l’instar de la Montérégie, 22 % de la population (25 ans et plus) n’ont pas obtenu de certificat d’études secondaires. 4. L’ESPÉRANCE DE VIE PROGRESSE, MAIS DES INÉGALITÉS PERSISTENT Les personnes du territoire de Richelieu-Yamaska nées entre 2004-2006 ont une espérance de vie de 80,3 ans, une valeur comparable à celles de la Montérégie et du Québec (80,4). Les femmes peuvent espérer vivre plus longtemps que les hommes (82,9 ans c. 77,6 ans) et, comme partout au

Portrait de santé de la Population du territoire du CSSS Richelieu-Yamaska

8


Québec, notre population enregistre des gains à ce chapitre. Entre 1985-1989 et 2004-2006, l’espérance de vie à la naissance a progressé de 3,5 ans dans le territoire, le gain étant plus important chez les hommes (4,4 ans) que chez les femmes (2,5 ans). Par conséquent, l’écart entre l’espérance de vie des hommes et des femmes s’est réduit passant de 7,2 ans à 5,3 ans.

Figure 10 Espérance de vie à la naissance (ans) selon le sexe RLS Richelieu-Yamaska, 1985-1989 à 2004-2006 86

82

81,3

82,2

80,4 78,0 (+)

78

81,5 78,8 (+)

Femmes 80,3 Total 77,6

76,8 (+) 75,9 (+)

Ans

79,5

82,9

76,6

Hommes

74,6 (+) 74

73,2

70

66 1985-1989

1990-1994

1995-1999

2000-2003

2004-2006

(+) indique une différence significative avec le reste du Québec à un seuil de 5% en tenant compte du nombre de territoires comparés Source : Ministère de la Santé et des Services Sociaux, Fichier des décès Production : Équipe Surveillance, DSP Montérégie, 2010

Si la population connaît des gains de longévité, il n’est pas acquis que les années de vie gagnées soient des années de vie en bonne santé. Pour Richelieu-Yamaska, l’espérance de vie sans incapacité était de 67,9 ans à la naissance en 2001. En 2006, parmi la population vivant à domicile, 45 % des personnes de 75-84 ans et 65 % des personnes de 85 ans et plus avaient une incapacité due à un problème de santé physique ou mental qui limitait leurs activités quotidiennes.

Portrait de santé de la Population du territoire du CSSS Richelieu-Yamaska

9


Figure 11 Personnes (% ) ayant une incapacité selon l'âge Population vivant en ménage privé, RLS Richelieu-Yamaska, 2001 et 2006 % 100

2001

2006

80 70,1 65,3

60 47,9

44,6

40 25,5

20

22,8

14,1 14,9 5,2

3,6 4,3

4,5 4,4

5,9 6,6

9,2 10,3

8,3 9,6

3,0 3,8

3,1 4,4

3,2

0à5 ans

6 à 14 ans

15 à 17 18 à 24 25 à 34 35 à 44 45 à 54 55 à 64 65 à 74 75 à 84 ans ans ans ans ans ans ans ans

0 85 ans et plus

Total

Source : Statistique Canada, Recensements Production : Équipe Surveillance, DSP Montérégie, 2010

L’espérance de vie permet aussi d’illustrer la présence d’inégalités de santé entre différents groupes de la population (Direction de santé publique, 2007, p. 23). À titre d’exemple, en 20002003 en Montérégie, l’espérance de vie à la naissance chez les femmes habitant en milieux défavorisés (au niveau matériel et social) est moins élevée que chez celles habitant en milieux favorisés (79,9 c. 84,5 ans). La situation est la même chez les hommes (72,5 c. 78,8 ans). De plus, à cette inégalité liée à la défavorisation s’ajoutent les écarts de santé entre les sexes, les hommes habitant en milieux favorisés ayant une espérance de vie moins longue que les femmes vivant dans des secteurs défavorisés (78,8 c. 79,9 ans). 5. LA SANTÉ PHYSIQUE : FOCUS SUR LES PRINCIPALES CAUSES DE DÉCÈS Les maladies chroniques figurent parmi les principales causes de décès, le cancer et les maladies de l’appareil circulatoire comptant, à eux seuls, pour près de 70 % des décès en Montérégie (Noiseux, 2007). Les maladies de l’appareil circulatoire ont constitué, pendant près d’un siècle, la première cause de décès au Canada et dans les pays occidentaux. Or, au cours des dernières décennies on note une décroissance du nombre de décès attribuables à ces maladies grâce, entres autres, à l’allongement de l’espérance de vie et aux gains faits dans le traitement des maladies chroniques. D’autre part, la mortalité due au cancer a peu régressé, les tumeurs malignes se classant maintenant au premier rang des causes de décès au Québec malgré la baisse de la mortalité par cancer du poumon chez les hommes ou par cancer du sein chez les femmes. Pour le territoire de Richelieu-Yamaska (2004-2006), les maladies de l’appareil circulatoire comptent pour 30 % des décès et le cancer est identifié comme la cause initiale de 32 % des décès. 5.1

Les maladies de l’appareil circulatoire : la mortalité en baisse

Au cours des 20 dernières années, on observe une diminution (de 378 en 1985-1989 à 212 en 2004-2006) des taux ajustés de mortalité (pour 100 000 personnes, sexes réunis) pour des maladies de l’appareil circulatoire.

Portrait de santé de la Population du territoire du CSSS Richelieu-Yamaska

10


Figure 12 Mortalité par maladies de l'appareil circulatoire (taux ajusté pour 100 000) RLS Richelieu-Yamaska, Montérégie et Québec, 1985-1989 à 2004-2006 440 400 (+)

CIM-9

CIM-10

Taux ajusté pour 100 000

400 386 360

378

320

331 (+) 324 319

295 (+) 284

280

277

238 (+)

240

232 (+)

200

206 (+)

219

191 (+) 182

160 1985-1989

1990-1994 RLS

1995-1999

2000-2003

Montérégie

2004-2006

Québec

(+) indique une différence significative avec le reste du Québec à un seuil de 5 % Source : Ministère de la Santé et des Services Sociaux, Fichier des décès Production : Équipe Surveillance, DSP Montérégie, 2010

Malgré cette diminution, les taux (sexes réunis, femme et homme) sont significativement supérieurs à la valeur québécoise en 2004-2006. Enfin, les hommes (taux ajusté 250 pour 100 000) présentent des taux de mortalité supérieurs à ceux des femmes (taux ajusté 170 pour 100 000).

Figure 13 Mortalité selon la cause chez les femmes (taux ajusté pour 100 000), RLS Richelieu-Yamaska, 1985-1989 à 2004-2006 600 CIM-9

Taux ajusté pour 100 000

500

CIM-10

400 297 262

300

228 196 (+)

200 100 0

196

182

37

44

18 1985-1989

16 1990-1994

183

181 59 19

183 170 (+)

41

40 (-)

2000-2003

2004-2006

16

1995-1999

17

Tumeurs

Mal. appareil respiratoire

Mal. appareil circulatoire

Traumatismes non intentionnels

(-), (+) indique une différence significative avec le reste du Québec à un seuil de 5 % Source : Ministère de la Santé et des Services Sociaux, Fichier des décès Production : Équipe Surveillance, DSP Montérégie, 2010

Portrait de santé de la Population du territoire du CSSS Richelieu-Yamaska

11


Figure 14 Mortalité selon la cause chez les hommes (taux ajusté pour 100 000) RLS Richelieu-Yamaska, 1985-1989 à 2004-2006 600 CIM-9

CIM-10

489 Taux ajusté pour 100 000

500 406 400

339 290 (+)

300

250 (+)

315 (-)

305 (-)

280 (-)

279

259

200 97

99

93

59 (-)

100 0

46 1985-1989

60 (-)

49

36

37

39

1990-1994

1995-1999

2000-2003

2004-2006

Tumeurs

Mal. appareil respiratoire

Mal. appareil circulatoire

Traumatismes non intentionnels

(-), (+) indique une différence significative avec le reste du Québec à un seuil de 5% Source : Ministère de la Santé et des Services Sociaux, Fichier des décès Production : Équipe Surveillance, DSP Montérégie, 2010

Même si la mortalité par maladies de l’appareil circulatoire décline, grâce notamment à l’amélioration des soins de santé, la prévalence de ces maladies ne baisse pas pour autant. En Montérégie, en 2007, environ 5 % des personnes de 12 ans et plus déclaraient souffrir d’une maladie cardiaque et 15 % indiquaient avoir un problème d’hypertension confirmé par un diagnostic médical. Chez les Montérégiens de 65 ans et plus, ces proportions s’élèvent respectivement à 18 et 45 %. Figure 15 Prévalence des principaux problèmes de santé chronique (% et nombre estimé), Population de 12 ans et plus, RLS Richelieu-Yamaska, 2007 % (nestimé) Maux de dos (autres que arthrite et fibromyalgie)

16,0 (27 800)

Hypertension

15,2 (26 400)

Arthrite / rhumatismes

10,3 (17 900)

Asthme

9,2 (16 000)

Migraines

8,5 (14 800)

Diabète

5,3 (9 200)

Maladie cardiaque

4,6 (8 000)

Ulcères à l'estomac / intestin

3,2 (5 600)

Bronchite chronique

2,4 (4 200)

Cancer

1,6 (2 800)

Emphysème ou bronchopneumopathie (30 ans et plus)

1,0 (1 300) 0,0

2,0

4,0

6,0

8,0

10,0

12,0

Portrait de santé de la Population du territoire du CSSS Richelieu-Yamaska

14,0

16,0

18,0

12


Parce qu’elles demeurent encore très répandues, les maladies de l’appareil circulatoire représentent un fardeau important pour le système de soins. Elles constituent l’une des plus importantes causes d’hospitalisation, comptant pour 30 % de l’ensemble des hospitalisations de la population du territoire en soins physiques de courte durée pour la période 2004-2006. Le taux ajusté d’hospitalisation pour les maladies de l’appareil circulatoire, en diminution, atteint en 2006-2009, 116 pour 10 000 personnes, un taux comparable à celui de la Montérégie (120) et du Québec (119). Au cours de la période 2006-2009, le taux chez les hommes (taux ajusté 158 pour 100 000) est comparable à celui de la Montérégie mais il est, chez les femmes (taux ajusté 80 pour 100 000), significativement plus faible que celui du Québec. 5.2

Les tumeurs : des gains et des pertes

Entre les périodes 1986-1990 et 2001-2005, le nombre de nouveaux cas de cancer diagnostiqué pour la population de Richelieu-Yasmka est passé de 585 à 864 cas en moyenne par année. Cette situation s’explique en partie par la croissance démographique et le vieillissement de la population. En termes relatifs, on constate que le taux d’incidence du cancer tous sièges confondus a peu varié depuis une quinzaine d’années, oscillant autour de 446 cas par an pour 100 000 personnes.

Figure 16 Incidence du cancer (n annuel moyen et taux ajusté pour 100 000) RLS Richelieu-Yamaska, 1986-1990 à 2001-2005 1 000

Nombre annuel moyen

600

Taux ajusté pour 100 000

800

452 (-)

500

655 600

749

431 (-)

443 (-)

459 400

585 300

400 200 200

Taux ajusté pour 100 000

Nombre annuel moyen de nouveaux cas de cancer

864

100

0

0 1986-1990

1991-1995

1996-2000

2001-2005

(-) indique une différence significative avec le reste du Québec à un seuil de 5 % Source : Ministère de la Santé et des Services Sociaux, Fichier des tumeurs Production : Équipe Surveillance, DSP Montérégie, 2010

Cette apparente stabilité de l’incidence du cancer cache cependant une réalité différente chez les hommes et les femmes du territoire. D’une part, l’incidence est plus élevée chez les hommes que chez les femmes (taux ajusté pour 100 000 de 553 c. 393) et d’autre part, cet écart, qui avait diminué, semble se creuser à nouveau. L’analyse nous permet aussi de constater que l’incidence du cancer du poumon pourrait être en augmentation chez les femmes. Parallèlement, les hommes (taux ajusté 272 pour 100 000) sont encore proportionnellement plus nombreux que les femmes (taux ajusté 188 pour 100 000) à mourir d’un cancer. Depuis une

Portrait de santé de la Population du territoire du CSSS Richelieu-Yamaska

13


quinzaine d’années, le taux de mortalité des hommes pour cette cause a diminué alors que celui des femmes est stable. Considérant l’importance de la problématique du cancer, rappelons l’importance du dépistage précoce pour certains siège de cancer. À cet effet précisons qu’en 2005, 78 % des femmes de 18 ans et plus de notre territoire déclaraient (différent de la couverture ou de la participation au PQDCS) avoir passé un test de PAP au cours des trois dernières années On ne décèle pas d’écarts significatifs entre notre population et la Montérégie. 5.3

Les autres principales causes de décès : également sous surveillance

Les maladies de l’appareil respiratoire, les maladies de l’appareil digestif et les traumatismes non intentionnels constituent d’autres causes importantes de décès, responsables respectivement de 7, 4 et 4 % des décès dans le territoire pour la période 2004-2006. Les taux de mortalité pour ces causes s’écartent peu des valeurs régionales ou québécoises. Depuis le milieu des années 1990, les hospitalisations pour les maladies de l’appareil respiratoire, de l’appareil digestif et pour traumatismes non intentionnels sont en baisses (Richard, 2010a). 6. CERTAINS FACTEURS DE RISQUE TOUJOURS DANS LA MIRE 6.1

L’obésité : sujet d’actualité

Comme autres défis, on ne peut passer sous silence la préoccupation grandissante à l’égard de l’obésité et du diabète, problèmes qui prendront de l’ampleur avec le vieillissement de la population. En effet, même si, par rapport à la région, la population du territoire présente (20062007) une proportion relativement faible (7 %), cela représente près de 10 500 personnes de 20 ans et plus souffrant de diabète. Les personnes obèses sont plus à risque de diabète, d’hypertension, de maladies cardiaques et de certains cancers. Rappelons qu’au Québec, le problème de l’obésité tend à s’accroître. En 2009, 55 % de la population adulte du territoire présentait un surplus de poids (embonpoint et obésité) comparativement à 54 % en Montérégie. La population de Richelieu-Yamaska ne présente pas d’écart de proportion chez les personnes obèses (16 %) et un faible écart chez les personnes qui font de l’embonpoint (33 c. 36 %) (Dufour et Bellerose, 2007). 6.2

Les habitudes de vie : incontournables

S’abstenir de fumer, consommer des fruits et légumes et pratiquer régulièrement des activités physiques peuvent contribuer à prévenir plusieurs maladies chroniques. Comment se comportent les adultes du territoire à cet égard? Si on en croit leur déclaration de 2009, plus d’un adulte sur quatre (19 %) fume, près d’un adulte sur trois déclare faire rarement de l’activité physique durant les loisirs (38 %) et moins d’un adulte sur deux (42 %) consomme moins de cinq portions de fruits et légumes par jour. À l’échelle de la Montérégie, ces proportions sont respectivement de 24, 36 et 46 %.

Portrait de santé de la Population du territoire du CSSS Richelieu-Yamaska

14


Figure 17 Facteurs de risque de maladies chroniques (% ) Population de 18 ans et plus, RLS Richelieu-Yamaska et Montérégie, 2009 % 60

RLS

50

Montérégie

55

54

46 42

40

38

36

30 24 19

20

10

0 Consomme moins de 5 Ne pratique pas d'activités portions de fruits et légumes physiques de loisir toutes les semaines par jour

Fumeurs réguliers ou occasionnels

Présente un surplus de poids (IMC>25)

Source : Bellerose, C. et coll. Enquête maladies chroniques, 2009. Résultats préliminaires Production : Équipe Surveillance, DSP Montérégie, 2010

7. LA SANTÉ MENTALE : LA POINTE DE L’ICEBERG Il existe peu de données sur la sante mentale des populations, surtout à l’échelle des RLS. L’enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) menée en 2002 (Statistique Canada, s.d.) estime néanmoins que, sur une période de 12 mois, environ 10 % des Québécois de 15 ans et plus vivant à domicile ont déclaré un épisode de trouble mental ou un problème de dépendance à l’alcool, aux drogues ou au jeu (Richard et autres, 2010d). Pour la population de Richelieu-Yamaska cela représente, en 2008, environ 16 500 individus de 15 ans et plus. Au Québec, et toujours selon cette enquête canadienne, la dépression majeure (5 %) serait le trouble mental le plus répandu alors que le risque de dépendance à l’alcool (2 %) serait le problème de dépendance le plus fréquent. On ne saurait par ailleurs passer sous silence la problématique du suicide, particulièrement importante au Québec. Pour la période 2004-2006, on a enregistré en moyenne 25 décès par année pour la population du territoire de Richelieu-Yamaska. Comme partout au Québec, la mortalité par suicide est plus élevée chez les hommes que chez les femmes. Au cours des dernières années, le taux ajusté annuel moyen de mortalité par suicide (pour 100 000 personnes) a diminué chez les deux sexes pour atteindre en 2004-2006, un taux ajusté semblable à celui de la moyenne régionale (13 pour 100 000 c. 14 pour 100 000).

Portrait de santé de la Population du territoire du CSSS Richelieu-Yamaska

15


Figure 18 Mortalité par suicide selon le sexe (taux ajusté pour 100 000) RLS Richelieu-Yamaska, 1985-1989 à 2004-2006 40

Taux ajusté pour 100 000

35 30 28

25 25 20

23

23 (-) 21

15 16

15

15 (-)

Total 13

10 5

Hommes

19

10

9*

7*

Femmes

5*

5*

0 1985-1989

1990-1994

1995-1999

2000-2003

2004-2006

(-) indique une différence significative avec le reste du Québec à un seuil de 5% en tenant compte du nombre de territoires comparés * Coefficient de variation supérieur à 16,5% et inférieur ou égal à 33,3%. La valeur doit être interprétée avec prudence Source : Ministère de la Santé et des Services Sociaux, Fichier des décès Production : Équipe Surveillance, DSP Montérégie, 2010

8. LES SERVICES DE SANTÉ : QUELQUES REPÈRES Sur le territoire de Richelieu-Yamaska en 2005, près d’un adulte sur cinq (19 %) déclarait ne pas avoir de médecin de famille. En 2005-2006, 72 % de la population du territoire a consulté un médecin omnipraticien en cabinet privé (le taux le plus élevé de la région) et 55 % a eu recours aux services d’un médecin spécialiste. Ces proportions sont légèrement différentes de celles de la Montégérie (66 et 57). Au cours de la période 2006-2008, on dénombre en moyenne 14 700 hospitalisations par année en soins physiques de courte durée pour la population du territoire, soit une diminution de 10 % par rapport à 1991-1995. Cette tendance reflète, du moins en partie, le virage ambulatoire entrepris au Québec depuis 1995. Le taux ajusté d’hospitalisation des résidents de Richelieu-Yamaska (taux ajusté 747 pour 10 000 personnes) est semblable à celui de la Montérégie (741) ou du Québec (746). Le taux ajusté liée à 2 des conditions propices aux soins ambulatoires (32 pour 10 000) est significativement plus faible que celui du Québec (39 pour 10 000).

2

Les conditions propices aux soins ambulatoires sont celles où des soins appropriés évitent l’hospitalisation ou en réduisent la nécessité. Un taux élevé d’hospitalisation pourrait indiquer un problème d’accès aux soins primaires (Portrait de santé du Québec et de ses régions, 2006b).

Portrait de santé de la Population du territoire du CSSS Richelieu-Yamaska

16


CONCLUSION Les indicateurs présentés dans ce portrait de santé ne représentent qu’une partie des indicateurs disponibles pour décrire l’état de santé de notre population. Ce portrait est en continuel renouvellement en fonction des nouvelles données disponibles jour après jour. La santé de notre population exige d’entreprendre des actions afin de réduire les problèmes de santé qui sont évitables. Dans cette perspective, les mesures à prendre ou à renforcer nécessitent la collaboration de nombreux partenaires au sein d’une vaste entreprise d’actions individuelles et intersectorielles. La mobilisation de tous les secteurs de la société est indispensable pour atteindre nos objectifs de santé publique. Par ailleurs, il faut également opter sur la conscientisation de la population amorcée il y a de nombreuses années. La réalisation des interventions au sein de la communauté en sera facilitée à coup sûr!

Portrait de santé de la Population du territoire du CSSS Richelieu-Yamaska

17


POUR INFORMATION : CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX RICHELIEU‐YAMASKA SIÈGE SOCIAL 2750, BOULEVARD LAFRAMBOISE SAINT‐HYACINTHE (QUÉBEC) J2S 4Y8 450 771‐3333 www.santemonteregie.qc.ca/richelieu‐yamaska


Planification stratégique 2011-2015