Page 9

9

Ce projet sera structurant pour l’avenir du rail en-dessous du sillon mosan (offre de service suffisante et matériel roulant en nombre), structurant pour l’emploi au sein de la SNCB, structurant par rapport aux TEC et aux initiatives locales, structurant dans nos rapports économiques, sociaux et culturels avec le Grand-Duché de Luxembourg. Par structurant, nous entendons un départ par heure et dans les deux sens soit environ 40 passages par jour et par gare pour cette « Boucle – Mobilité - Rail ». Les tarifs frontaliers ne peuvent être surtaxés. Nous préconisons le passage des gares sur la « Boucle – Mobilité - Rail » au statut de « gare mixte belgo-luxembourgeoise ». La CSC Luxembourg défend : • L a mise en œuvre réelle et rapide d’un SMOT (Schéma de Mobilité Transfrontalière) • Un projet ambitieux d’une « Boucle – Mobilité – Rail » • Une complémentarité train/bus en fonction des horaires (Aller en train et retour en bus par ex) - (CFB) • Des tarifs frontaliers exempts de surtaxe de « passage de frontière » par un passage au statut de « gare mixte belgo-luxembourgeoise » sur la « Boucle-MobilitéRail ». Une mobilité sociale est nécessaire ! La mobilité ne peut pas être un obstacle à l’emploi, à la vie sociale et culturelle. Le coût de la mobilité en région rurale doit être un facteur à prendre en considération dans les choix politiques. La CSC Luxembourg prône le déploiement de bus multiservices qui iront vers le citoyen et compenseront en partie les recentralisations des services publics. La CSC Luxembourg continue de revendiquer la gratuité des transports pour les demandeurs d’emploi dans le cadre de leurs recherches d’emploi avec une simplification administrative. Quand les transports en commun sont déficients, les demandeurs d’emploi doivent pouvoir être remboursés des frais liés à un transport individuel.

Le Forem doit reconnaître le remboursement des frais de déplacement sur le territoire grand-ducal dans le cadre d’une recherche d’emploi. Une information accrue doit être mise en place. Les différentes formules de mobilité doivent permettre l’accès, en soirée, aux formations et aux activités culturelles. Avons-nous les moyens financiers en adéquation avec nos projets ? Nous devons constater qu’aujourd’hui, l’éparpillement des moyens n’est pas vraiment gage d’utilisation optimale des budgets engagés. Nous pouvons ouvrir un débat sur la pertinence de la politique actuelle de saupoudrage communal. La commune est-elle la dimension adéquate sur notre territoire ? Quels sont les moyens mis en œuvre, isolément, déjà aujourd’hui ? • Fédéral : Financement SNCB. • Régional Wallon : Financement TEC, SNCB, DG 01 Route et bâtiment, DG 02 Transport, DG 03 Agriculture (voies lentes), DG 04 Aménagement du territoire, DG 06 Emploi / Formation. • Province : Locomobile, Lux-covoiturage, Contrat gestion NGE 2000, Budget du Député à la mobilité. • Communes : Bus local, Locomobile, Flexitec, ASBL locales, Croix-Rouge, Déficit TEC, transport extrascolaire, CPAS. La CSC Luxembourg réclame : • un inventaire exhaustif des sources de financement. • une coordination garantissant une efficacité maximale des moyens engagés. Une gouvernance provinciale efficace Depuis la mise en veille de la grappe mobilité de Réseaulux, nous devons constater un manque de transparence, un manque d’ambition, un manque de concertation, un

Transcom-Info mars 2014