Page 8

Chemins de fer

des prix doit contribuer à un attrait plus important. Les parkings de dissuasion aux nœuds routiers doivent contribuer au recours aux TEC ou aux initiatives locales de mobilité. Ce type de parking ne peut être qu’un dernier recours vers le co-voiturage à défaut d’autres moyens collectifs de transport. Ces infrastructures doivent faire l’objet d’une utilisation parcimonieuse des sols. La CSC Luxembourg demande des parkings : • prioritairement en lien avec les gares et points TEC, • ensuite favorisant le co-voiturage par défaut d’autres moyens, sans être un incitant à l’usage du véhicule personnel si un moyen collectif de transport est accessible. Une vision transfrontalière… au service du territoire provincial Nous ne pouvons développer notre territoire provincial sans nos liens avec les autres provinces wallonnes mais aussi avec nos voisins grand-ducaux et français. En matière transfrontalière, nous regrettons le manque d’initiative et de soutien au développement de la mobilité. Le projet de SMOT (Schéma de Mobilité Transfrontalière) est toujours aujourd’hui une chimère malgré un accord politique signé « médiatiquement » début 2013 entre les gouvernements wallon et grand-ducal. Des formules de bus « Rapido » doivent être mises en circulation en complémentarité avec un plan rail. En permanence, nous devons rappeler que les lignes SNCB 162 (Namur – Luxembourg) et 42 (Liège – Rivage – Luxembourg) doivent conserver leur statut de ligne internationale. Les liaisons vers le Grand-Duché de Luxembourg, à partir de Bastogne, doivent être renforcées. La mobilité structurante doit se préparer avec une ambition importante à l’horizon 2040 en promouvant une « Boucle – Mobilité - Rail » composée de deux éléments: • Une boucle Libramont – Bertrix – Virton – Athus – Esch / Belval – Luxembourg – Arlon – Libramont • Une boucle Libramont – Bertrix – Virton – Athus – Arlon – Libramont.

Transcom-Info mars 2014  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you