Page 17

Te l e c o m

17

Abondance pour les uns, restriction pour les autres ! Au départ, le ministre des entreprises publiques voulait limiter les salaires des patrons de ce secteur à 290.000 €, sur base annuelle. Sous le prétexte de l’existence d’une forte «  concurrence » dans le domaine des télécommunications, le salaire de la nouvelle CEO de Belgacom a été relevé à 500.000 €, assorti d’une partie variable de maximum 30 % de la rémunération fixe, soit un total de 650.000 €. On apprend aujourd’hui par la presse que ses revenus annuels pourraient finalement atteindre les 800.000 €, grâce à divers « avantages  complémentaires » ! Y a-t-il une réelle volonté gouvernementale de réguler les revenus des CEO des entreprises publiques ? Selon les explications fournies par le ministre JeanPascal Labille, divers avantages sont du ressort du Conseil d’Administration (CA) et non du gouvernement. Les représentants de l’Etat, actionnaire principal de Belgacom, ne siègent-ils pas majoritairement au sein de ce CA ! Le ministre de tutelle est, dès lors, censé connaître parfaitement la situation. Pourquoi s’est-il tu à ce sujet, lors de la prise de fonction de Dominique Leroy, au début de cette année ? Ce qui est certain, par ailleurs, c’est la volonté affichée par Dominique Leroy dès ses premières déclarations, dans la presse, de «  réduire les coûts de fonctionnement » de Belgacom tout en continuant à « rémunérer les actionnaires » et à chercher des « sources de profits ». Manifestement le contrôle des coûts ne prend pas en considération les propres émoluments de Dominique Leroy ! Qui a dit que l’exemple devait venir d’en haut ? En clair, de nouveaux sacrifices sont imposés au seul personnel alors que les actionnaires viennent de se voir attribuer un dividende extra comme les deux dernières années, que notre nouvelle CEO bénéficie d’un salaire augmenté de divers avantages cachés et qu’une série de personnes au top management ont un salaire qui avoisine ou dépasse le million d’euros. Alors que le Ministre J.P Labille peine à limiter le salaire des CEO de Belgacom et de Bpost, les discutions, en vue de limiter -voire de réduire ! - les « coûts », vont bon train chez Belgacom. Et c’est le personnel qui va trinquer !

« Toutes les pistes proposées par les uns ou par les autres, autour de la table des négociations, devront être analysées » disait la direction de Belgacom, il y a peu. Mais il lui est manifestement très difficile de respecter cet engagement, car les seules solutions prises en considération sont finalement… les siennes ! Provoquant notre indignation, avec l’aval du syndicat socialiste, mi-février, a déjà été approuvée, en réunion de négociation, une réduction du budget WLU, en totale contradiction avec la CCT 2011-2012. C’est d’autant plus consternant que la CSC-Transcom avait proposé des alternatives indolores pour le personnel ! Pour la CSC-Transcom, il est inadmissible de cautionner des réductions de ce budget « social », alors que nos propositions sont écartées les unes après les autres, et totalement exclu d’accepter cette diminution sous prétexte que la situation financière de l’entreprise serait « plus difficile », au moment même où l’on apprend le versement d’un « extra-bonus » aux actionnaires ! Les pistes alternatives avancées par la CSC-Transcom sont : • Analyser la légitimité de certains types de sponsoring ; • Analyser la cohérence d’une entreprise en «  pseudodifficulté » avec sa politique actuelle d’achat d’œuvres d’art ; • Analyser la définition de seuils de rémunérations pour pouvoir bénéficier des interventions de Work Life Unit (WLO). Des restrictions sont socialement intolérables, tant qu’il est permis aux revenus les plus élevés de bénéficier des mêmes avantages que les revenus les plus faibles ; • Analyser tous les types de privilèges du top 200 ; • Supprimer ou limiter l’extra dividende pour les actionnaires en 2014 ; • Ne plus utiliser les intérêts notionnels à une aussi grande échelle pour la filiale Belgacom Group International Services (BGIS) ; • …

Transcom-Info mars 2014  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you