Page 3

Editorial

Les relations avec le public un enjeu de transparence et de légitimité

L

e CSA exerce une responsabilité importante vis-à-vis du public, tantôt comme médiateur, tantôt dans un rôle de juge des plaintes ou doléances, tantôt comme arbitre, parfois aussi comme relais entre le public et d’autres instances actives dans le secteur audiovisuel (c’est notamment le cas avec le Conseil de déontologie journalistique, auquel nous consacrons le débat 360° de ce numéro). Le public lui-même peut d’ailleurs être notre interlocuteur en de multiples capacités : téléspectateur-auditeur, citoyen ou consommateur.

Marc Janssen Président du CSA

Cette responsabilité est fondamentale ; quand une instance de régulation se voit conférer autonomie et indépendance pour traiter et trancher des questions importantes liées à notre paysage audiovisuel, elle devient aussi garante de l’exercice efficace et transparent de l’autorité publique. Les membres de ses services sont rémunérés par la collectivité et les membres du Collège d’autorisation et de contrôle sont nommés par les représentants démocratiques. Il y a donc une forme d’allégeance explicite et permanente à l’intérêt général et une obligation organique de service au public. Cette responsabilité nécessite une détermination, des initiatives et des ajustements permanents. Nous ne sommes pas encore parfaits à ce jour, mais la priorité du nouveau Bureau du CSA a été, dès son installation fin 2007, de poursuivre et de concrétiser plusieurs objectifs. D’abord assurer un meilleur suivi des préoccupations et des plaintes que lui adresse le public, notamment par une information parfaite et complète du plaignant, à chaque étape de la procédure de traitement (procédure dont la longueur, administrativement et juridiquement nécessaire, ne peut être interprétée comme du désintérêt ou de l’inefficacité). Poursuivre également les efforts afin de rendre toutes nos décisions, et les raisonnements qui les fondent, plus claires, plus explicites et plus transparentes. Et enfin continuer à rendre la régulation elle-même plus compréhensible et plus accessible ; c’était notamment l’objet de la réforme du magazine que vous tenez en main, qui a pour objectif de mieux et plus faire écho aux opinions, débats et actualités qui dynamisent le secteur. Dans cette même perspective, nous allons développer encore de notre site internet, afin de rendre accessible un plus grand volume d’informations sur nos activités et sur la richesse et la diversité du secteur audiovisuel en Communauté française, citons par exemple la mise en ligne, à partir de www.csa.be, de sites sur la signalétique jeunesse ou très prochainement, sur le pluralisme et la transparence des médias. Les plaintes, questions ou préoccupations du public adressées au CSA sont des outils essentiels de la régulation. Elles constituent d’abord, comme les interpellations parlementaires, un baromètre utile à guider notre action et nos priorités. Elles constituent ensuite un signe sain de la participation des citoyens au débat démocratique sur les valeurs et règles qui encadrent leur paysage audiovisuel et de leur appropriation d’une autorité publique chargée de faire respecter ces valeurs et ces règles. La responsabilité du CSA dans la manière dont il traite les plaintes du public relève donc d’un enjeu de transparence et d’efficacité propre à toute institution publique, mais touche aussi à notre légitimité. C’est notamment dans cette perspective que le Bureau du CSA a recruté Alexis De Boe en tant que nouveau Secrétaire d’Instruction. Cette fonction, assurée jusqu’à présent ad interim par Françoise Vanhakendover, constitue une pièce centrale dans le dispositif de relations avec le public et relève, avec le nouveau décret sur les services de médias audiovisuels, de la responsabilité du Bureau. Fort de son expérience de cinq ans au service du Médiateur de la Communauté française, notamment dans les questions audiovisuelles, Alexis De Boe vient renforcer les services du CSA, il connait bien le secteur et les défis auxquels il sera confronté, il connait bien aussi le CSA et apportera une ligne forte et cohérente de politique de traitement des plaintes et des dossiers d’instruction. C’est avec lui, et toute l’équipe du CSA, que nous continuerons nos efforts de service au public.

editorial I Juin 2009 I Régulation #40 I

3

Profile for CSA Belgique

REGULATION #40  

Magazine trimestriel du CSA - juin 2009

REGULATION #40  

Magazine trimestriel du CSA - juin 2009

Profile for csa.be
Advertisement