Page 11

émissions, reportages, etc.), puis en les triant, en en acceptant certaines, en en rejetant d’autres. Sans cette sélection, forcément opérée par un nombre restreint de personnes, on perd l’essence de la radio et on aboutit à SoundCloud, un réservoir potentiellement infini de sons. Aujourd’hui, seules certaines radios intègrent la logique contributive en amont. Les autres se contentent d’une version édulcorée en aval, la logique “communautaire”, “participative”, celle des réseaux sociaux, où le commentaire a posteriori qui se propage est roi. Enfin, le nœud c’est évidemment l’image, pris ici dans son sens le plus large. L’avenir de la radio n’est pas de se transformer en télévision. Les webcams dans le studio, les clips vidéo, etc., tout cela draine du public sur les sites web, mais la radio c’est d’abord de l’audio, du son seul. Trace.tv14 qui semble constituer la source musicale de RnB par excellence pour de nombreux jeunes ne sera jamais une radio. Pour Julien Mourlon, fondateur de Laid-Back.be, « la seule image que doit donner la radio sur Internet, c’est la première, celle qui appelle le clic sur le play »15. Autrement dit, pour qu’il y ait radio, les images suivantes doivent rester celles de l’auditeur. Même si demain, en plus de fournir du son, la radio – pour « exister sur les écrans »16 – devra sans doute fabriquer un flux associé de métadonnées17, l’audio restera sa matière première. Ne sollicitant que l’ouïe, la force de la radio, c’est qu’on peut l’écouter en faisant autre chose. Cela restera son atout majeur par rapport à tous les autres médias. Il y a radio dès qu’il y a diffusion audio régulière partant d’un point, physique ou virtuel, c’est-à-dire avec des choix assumés, opérés par une personne ou un groupe identifié. Cette définition actualisée et minimaliste de la notion de radio conduit au deuxième postulat de cette recherche : Postulat 2 : L’avenir des radios est d’abord du côté du son L’enfer c’est le jeune « La “jeunesse” n’est qu’un mot » disait Pierre Bourdieu18. Sa formule est restée. Elle nous rappelle que les divisions entre les âges sont arbitraires. On le sait aujourd’hui, « la frontière entre jeunesse et vieillesse est dans toutes les sociétés enjeu de lutte »19. Ici, dans le cadre de cette recherche, il s’agit d’y ajouter une autre discrimination plus insidieuse, celle qui sépare le “bon Chaîne musicale dédiée aux musiques et aux cultures urbaines (Rap, R&B, Raï, Ragga, Zouk, Electro, Dance, Coupé Décalé, Salsa ...).www.trace.tv. Entretien réalisé le 18/7/2012 à Bruxelles (cf. page 35). 16 Un des leitmotivs défendus par Francis Goffin, directeur général des radios de la RTBF. Entretien réalisé le 20/7/2012 à Bruxelles (cf. page 35). 17 Textes, images, vidéos, informations, références, liens, etc. 18 Entretien avec Anne-Marie Métaillé, paru dans Les jeunes et le premier emploi, Paris, association des âges, 1978, pp. 520-530. 19 Pierre Bourdieu, op. cit. 14 15

Le deuxième siècle des radios

10/60

10

Le deuxième siècle des radios ne fait que commencer  

Les jeunes et la radio à l’heure du Web 2.0

Le deuxième siècle des radios ne fait que commencer  

Les jeunes et la radio à l’heure du Web 2.0

Advertisement