Page 82

A quels artistes émergents souhaiteriez-vous confier un remix ?
 Jono : En parlant d’eux, justement, les Pachanga Boys ont fait un remix de Come save Me absolument fantastique qui vient de sortir en vinyle. Il est sur la face A et dure 12 min. Ils l’ont passé au Burning Man cette année, le dernier jour du festival à 7 heures du matin, c’était fou ! Tu peux trouver la vidéo sur YouTube, c’est très intéressant à regarder, je te le conseille ! En termes d’artistes émergents, plus sérieusement, on aime beaucoup Dan Avery qui vient d’Angleterre et qui produit des choses vraiment très excitantes. Il y a quelques mecs en Australie aussi, Guerre par exemple, pour ne citer qu’eux. Je pense que l’on peut considérer ça comme de l’électro, mais son style est vraiment très difficile à définir. Ca se rapproche de James Blake vocalement parlant, je ne sais pas si tu vois. A écouter et découvrir aussi, quoi. Sinon, nous sommes vraiment fans de Jonti qui vient aussi de Sydney et avec qui on est amis depuis longtemps car on a grandi dans le même quartier. Il est en train de nous faire un remix. Il travaille avec The Avalanches pour leur prochain album et sur son propre album aussi, en même temps, qui est incroyable. Pour te donner une idée, ça sonne comme du J Dilla qui remixerait les Beach Boys, tu vois ? (Rires). Vous pouvez nous parler de l’écriture et de l’enregistrement de Howlin’ ? 
Gab : Il y a des idées qui reviennent souvent et qui remontent à très longtemps. Quand on travaille sur des mélodies, on va chercher très loin dans nos souvenirs d’enfance. Après l’enregistrement de l’album en lui-même a duré environ un an. Jono : On a commencé quand on s’est mis à mixer Come Save Me. Quelle chanson vous parait être la plus représentative de Jagwar Ma ?
 Jono : Encore une fois c’est comme choisir un de ses enfants, c’est difficile de répondre. Enfin, je crois. Gab : C’est comme si tu fouillais dans l’œuvre de Freud en cherchant lequel de ses écrits résume le mieux sa pensée. Nous concernant je pense quand même que c’est Come Save Me. Pour Freud, je ne sais pas. Jono : Ouais celle-là et The Throw car elle contient tous les ingrédients qui nous caractérisent : de la pop, des éléments plus sinistres, des éléments deep dance très calmes, des samples, des beats, des guitares… Tout cela à la fois. Un équilibre entre une pop très directe et une musique électronique plus profonde. Vous avez déjà fait des DJ set dans le passé ?
 Jono : Oui. J’en ai fait personnellement pendant des années en Australie. Récemment j’ai mixé en Croatie, d’ailleurs, dans un festival, sur une péniche, c’était génial ! Je collectionne des disques depuis des

années et j’adore les mixer. En octobre vous revenez à Paris pour jouer au Pitchfork Music Festival. Vous allez partager la scène avec les Disclosure, que nous avons interviewé (lire page 174, ndlr) qui sont très connus en France, vous pensez quoi de leur musique ?
 Jono : Ils sont incroyables ! Ils sont tellement jeunes, c’est leur tout premier album mais c’est déjà d’une efficacité redoutable ! Quand tu l’entends à la radio, ça te tranche comme une lame de rasoir ! On les a vus pour la première fois au Midi Festival, en France, l’année dernière. On ne savait pas encore qu’ils allaient sortir un album, c’était avant qu’ils explosent, et je me revois me dire « Wow ces mecs vont être gros, très gros ! » Donc ouais, nous sommes de grands fans ! Vous pouvez leur dire. Un mot sur le choix de cette pochette d’album ? C’est quoi en arrière-plan ? On dirait Sangoku pendant la pleine lune…
 Gab : C’est vrai ouais ! Jono : Tu as raison. Gab est un grand fan de Dragon Ball Z (rires) ! Plus sérieusement, c’est un dragon. C’est mon frère Dave et un pote à nous qui ont travaillé sur le visuel. Mon frère est photographe et il nous a envoyé plein de vieilles photos de paysages jusqu’à ce que l’on tombe sur cet étrange visuel qui ressemble un peu à une photo de famille. Je crois qu’elle date des années 80. La photo lle a été prise dans un parc à thèmes qui n’existe plus aujourd’hui. On s’est dit qu’elle avait un genre de pouvoir surnaturel, c’est pour ça qu’elle est devenue le visuel de l’album !

Propos recueillis par Maxime Rosenfeld Merci à Maxime Pascal et à La Mission

Crumb magazine 2010 2015  

Le meilleur du fanzine CRUMB, 2010-2015 dans un book digital. Fil rouge de 5 années d'aventures en 300 pages et 70 interviews, riches en pho...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you