Page 71

Etant donné que c’est un livre de photos, on voulait avoir le regard de quelqu’un dont c’est le métier. Il y a donc les soirées, le livre, et maintenant la fameuse compilation Ed Banger Records volume X. On célèbre les dix ans dans tous les sens et sous toutes les formes ! Au niveau du world-tour, y a-t-il des dates qui te font frétiller d’avance ? Ce serait injuste de n’en choisir qu’une. Les dix me font vibrer ! On a choisi de faire précisément dix dates par rapport aux dix ans, mais dans des villes dans lesquelles on se sent bien, avec lesquelles on a des affinités, des rendez vous, des habitudes. Si je devais n’en choisir qu’une je citerai peut-être la dernière ; Mexico, où ça risque d’être intense ! On n’a pas encore vraiment confirmé la date mais on risque de faire ça au moment de la fête des morts là bas, vers le 2 ou 3 novembre. Ca va rajouter un peu d’intensité à l’événement car le pays sera en fête à ce moment là. Et puis Mexico est une ville assez exotique où j’ai dû aller deux ou trois fois, contrairement aux autres villes où j’ai mes habitudes. D’autres qui te font, ou t’ont fait peur ? Paris. J’avais peur évidemment. On est chez nous, les gens sont beaucoup plus critiques et le projet était quand même beaucoup plus ambitieux. Ed Banger Land dans la Grande Halle, 7000 tickets à vendre – ce n’est pas rien – avec l’envie que les artistes du

label soient surpris… Tout ça a fait que, en effet, j’avais un peu peur. Entre Ed Banger Land et, plus récemment, les platines du Social Club, comment sens-tu le public parisien en ce moment ? Je le sens plutôt bien. Tu sais, j’ai beaucoup entendu parler du petit drama “Paris est mort, plus personne ne sort, on ferme toutes les boites et les bars”. Je trouve que le public parisien est toujours présent, et tellement large. Au contraire, je trouve même qu’il se passe plein de chose ! Quand tu vois le Wanderlust, le Nüba, le Social Club qui se portent bien, que tu entends parler de la Concrete qui fait un carton, le paysage nocturne est plutôt en forme. Après, personnellement, je sors de moins en moins, je deviens une vieille dame, tu sais (rires). Quels étaient les enjeux en faisant une compilation qui célèbre les dix ans d’un label aussi libre, éparse et pointu qu’ Ed Banger ? Je vais te dire la vérité : en faisant la Ed Rec X on avait le choix de faire soit ce que l’on a fait, soit une rétrospective, un espèce de best of. Mais je trouvais ça un peu opportuniste et pas excitant, tout simplement. J’ai donc proposé aux artistes de continuer ce qu’on avait commencé, dans l’esprit des trois premiers volumes. Finalement, on a sorti trois compilations en 10 ans ; et là était le clin d’œil : sauter du 4 au 10 pour marquer le coup. C’est une

Crumb magazine 2010 2015  

Le meilleur du fanzine CRUMB, 2010-2015 dans un book digital. Fil rouge de 5 années d'aventures en 300 pages et 70 interviews, riches en pho...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you