Page 65

                                                                       

PHILIPPE

KATERINE Interview publiée le 10 mai 2014

Nous vous avions parlé de Magnum – le film – dans un précédent article, nous avons cette fois rencontré l’artiste. Entre une balance et le direct d’une émission télé, Katerine nous parle en toute simplicité de son projet, de sa collaboration avec SebastiAN, des dictateurs, d’Arielle Dombasle, d’un saxophone, de la critique et de lui, entre autres…

Magnum c’est tout un projet, un album et un film. Pourquoi « Magnum » ? C’est un nom que j’apprécie, je l’ai choisi avant de faire le disque. Et j’étais obligé de faire quelque chose de bien avec un nom pareil. Un rapport avec Tom Selleck ? Non, pas vraiment. Il y a toutes sortes de choses, des glaces, des flingues… Après oui, il est peut-être question du fait d’être un héros de sa propre vie. Magnum, c’est un héros aussi bien sûr. Vous êtes un éternel insatisfait de votre travail, et là, vous sortez 12 clip de 12 titres, vous faites un film avec l’album, est-ce que vous êtes satisfait de ce que donne le projet fini ? Oui, sinon, je ne le sortirais pas. Je fais plein de choses, des chansons, des disques entiers que je ne sors pas, parce que je ne les trouve pas bien ! Donc il faut que j’estime, quand c’est fini, que ce soit vraiment le maximum que je puisse faire, et que ce

disque-là soit essentiel à la communauté. Peut-être que je me trompe, enfin il faut que j’en sois persuadé au moment où ça sort, sinon je ne fais rien. Comment est venue l’idée du film ? Elle est venue assez tôt. A un moment donné, cela devait être un film sur une croisière, et puis aucune compagnie de croisière n’a été intéressée, sûrement pour leur image, ou je ne sais pas trop d’ailleurs, je n’ai même pas cherché à savoir. Ce qui fait qu’après, le film s’est construit sur le fait que le bateau était échoué, et c’est là que commence l’histoire. Donc j’ai recommencé le scénario une fois que j’ai eu tous les refus. Le scénario était complètement écrit, ou vous avez laissé une grande part d’improvisation ? Non, il n’était pas complètement écrit, mais il n’y avait pas énormément d’improvisation non plus. On travaillait sans, comment on appelle ça au cinéma ? Sans bible ! Personne ne savait trop ce qu’on allait

Crumb magazine 2010 2015  

Le meilleur du fanzine CRUMB, 2010-2015 dans un book digital. Fil rouge de 5 années d'aventures en 300 pages et 70 interviews, riches en pho...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you