Page 60

                                            Rencontre/texte publiée le 15 juillet 2014         De passage à Paris pour le festival We Love Green, les deux têtes pensantes de Jungle nous ont reçus   dans leur tipi du parc de Bagatelle pour parler, en vitesse, de leur premier album. Au programme :   football, Japon, feu de camp et hélicoptère. Rencontre express.              

JUNGLE

Nous avons découvert Jungle, il y a un peu plus d’un an, avec la vidéo de Platoon. Plus récemment, nous les avons vu pour la première fois en live, en mars dernier, à l’occasion du concert des soeurs Haïm à Paris. Une mystérieuse équipe est arrivée sur scène, enclenchant une euphorie rarissime pour une première partie. Marquante, l’équipe enchaîne des titres à l’empreinte soul unique, car innée. « On aime juste les bonnes chansons, de n’importe quel style. Je pourrais très bien mettre un super son de reggae là. On se mettrait à danser tous les trois dans ce tipi, mais si la chanson ne vous plaît pas, le moment sera gâché. Les seules choses qui comptent sont la mélodie, le rythme et l’émotion. On ne souhaite pas rentrer dans un genre particulier pour se rassurer, ce serait malhonnête. » Les mystérieux fondateurs de Jungle : T. et J. se connaissent depuis qu’ils ont dix ans et souhaitaient créer librement, avec leurs potes londoniens qu’ils ont embarqués par hasard dans leur épopée. « Nous sommes des producteurs, on aime rester en arrière plan. En équipe, il y a une excitation et une spontanéité qui nous plaît vraiment. On sait

mieux prendre conscience et profiter des instants que nous sommes en train de vivre. Ce n’était pas prévu à l’origine mais des concerts ont vite été programmés et on voulait surtout s’entourer de bons musiciens ». Attendu par les médias anglais, le groupe décide de miser sur la discrétion et pour préserver leur musique. « La sortie de l’album est un moment excitant car il représente le moment où nous nous sommes tous rapprochés. Une bulle de bonheur s’est créée pendant la préparation du disque. » J. attrape le cendrier sur la table pour évoquer leur cercle de coolitude, une bouteille de bière pour désigner le NME, une canette de Coca pour Crumb « si vous voulez nous rejoindre dans la sphère c’est cool, sinon on s’amusera très bien tous seuls. » La découverte de l’album et les shows maîtrisés des sept joyeux lurons nous donne, sans le dire, envie de joindre la ronde. L’usine à talents qu’est l’Angleterre nous livre, cet été, un album contenant douze pépites. L’alliance de la mélancolie des paroles et une avalanche de cool dans les mélodies marchent ici à tous les coups. Le duo

Crumb magazine 2010 2015  

Le meilleur du fanzine CRUMB, 2010-2015 dans un book digital. Fil rouge de 5 années d'aventures en 300 pages et 70 interviews, riches en pho...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you