Page 262

                                                                                   

BEN

HOWARD Interview publiée le 25 novembre 2011

« Le problème, lorsque je viens à Paris, c’est que je n’ai le temps que de fréquenter salles de concerts et cafés et très peu la ville au final ». C’est sur ces mots que Ben Howard commence notre entrevue à l’heure du déjeuner, à quelques minutes de son premier grand rendez-vous dans une radio française. Le temps manquait, alors nous ne nous sommes pas assis. Nous avons préféré nous balader et parler en marchant, dans le dédale des rues du 1er arrondissement de la capitale. Le temps, peut-être, qu’il voie enfin Paris. Des échanges entrecoupés de rires, d’attention aux rues que l’on traverse et aux voitures qui luisent sous la lumière de l’automne. Je pose une première question à Ben, qui rêvasse. Il me répond « Beautiful day isn’t It ? »…

Tu fais partie des artistes qui utilisent leur guitare comme instrument de percussion… Peut-on commencer là-dessus ? Cela m’intrigue assez… (Rires) La guitare est pour moi l’instrument le plus frustrant au monde ! Je suis très souvent limité, j’arrive parfois à cette impression de ne pas en savoir assez. J’aimerais pouvoir composer un bon morceau de blues, jouer de manière plus libre et surtout comprendre comment cela fonctionne. Car je ne sais jamais vraiment ce que je joue. J’imagine, j’entends les notes dans ma tête, mais je ne connais pas leur nom. Alors, en attendant, en effet, je tapote dessus !

Est-ce que tu sais au moins comment fonctionne l’amour ? J’ai remarqué que le mot « Love » revient dans chacune de tes chansons, titres ou paroles ? Ah ça, je ne sais pas. Mais en effet, « Love » est partout. Il me semble qu’il est toujours plus facile d’écrire sur ses sentiments, notamment les chagrins ou contrariétés liées aux relations amoureuses car il s’agit d’émotions brutes, au sens premier du terme. Mes chansons parlent des gens, en général, de la manière dont ils interagissent ensemble et dont j’interagis avec eux. Les relations les plus fortes que l’on entretient avec ceux qui nous entourent impliquent très souvent l’amour. Du moins pour moi.

Crumb magazine 2010 2015  

Le meilleur du fanzine CRUMB, 2010-2015 dans un book digital. Fil rouge de 5 années d'aventures en 300 pages et 70 interviews, riches en pho...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you