Page 21

                                               

SKY FERREIRA Rencontre/texte publiée le 17 mars 2014

Je devais rencontrer Sky Ferreira la semaine du 7 mars. Mais sa blessure à la jambe droite, qu’elle s’est infligée lors de sa première date en ouverture du Bangerz Tour de Miley Cyrus, s’est infectée. Impossibilité de prendre l’avion. L’interview a donc été repoussée à la semaine suivante, bousculant l’emploi du temps de la jeune artiste. Alors qu’il était convenu d’un entretien de trente minutes, j’hérite finalement de quinze petites minutes en compagnie d’une Sky discrète, la mine un peu fatiguée, mais disponible et surtout, honnête. Sky Ferreira est assise sur un fauteuil d’une chambre du W Hotel, à deux pas de l’Opéra Garnier, à Paris. La pièce a été vidée de ses meubles. Une grande baie vitrée donne sur les rues de la capitale, jetant dans la pièce une lumière chaude et claire. Elle est vêtue d’une parka verte et chaussée de grosses boots noires, comme si c’était encore l’hiver. Un jean boyfriend cache partiellement un bandage autour de sa jambe droite. Un brin déglinguée, légèrement maquillée, elle pianote sur son téléphone. J’ai découvert Sky Ferreira lorsqu’elle posait pour nos confrères du magazine Jalouse en juin 2010 à l’occasion du Jalouse Rocks Paris festival, une de ses premières scènes, aux côtés de We Have Band, The Drums ou encore I Blame Coco. Sky Ferreira y apparaissait comme une gamine aux airs de Lolita avec ses longues boucles blondes et sa pop bubblegum. Cette adolescente m’a tout de suite paru volontaire et différente des autres starlettes de l’époque. Son compte Facebook, alimenté de ses pensées de passage, était d’une honnêteté assez

inédite. Quelques 20 000 personnes likaient la page, certains la suivaient depuis l’époque Myspace (le site qui lui a permis d’être produite par BloodShy & Avant, les producteurs du Toxic de Britney Spears, ndlr). Presque quatre ans plus tard, plus de 290 000 personnes suivent Sky Ferreira sur le réseau social, et peuvent enfin écouter son premier album, Night Time, My Time qui sort ce jour en France. Il a été enregistré en trois semaines avec la complicité d’Ariel Rechtshaid et Justin Raisen. Le résultat pour Sky Ferreira d’une longue bataille avec son label. “J’ai commencé très jeune. Je n’avais pas les bonnes personnes autour de moi et elles ne cherchaient pas à m’aider ou à faire valoir mes intérêts. Je devais constamment me battre contre des gens avec un ego et du pouvoir. Dans le label, le principal problème était que chaque personne voulait que je sois quelqu’un de différent. Ils désiraient beaucoup de choses mais ils ne voulaient pas me laisser être moi-même.” Après deux EPs, As if en 2011, et Ghost, l’année suivante, Sky Ferreira explique que son label avait perdu de l’intérêt pour elle, mais qu’il fallait tout de même sortir un album. “Capitol a posé une deadline et m’a dit “nous avons besoin d’un album dans trois semaines” ou quatre semaines, quelque chose comme cela. Il y avait déjà un album de prêt mais je sentais que j’avais beaucoup plus en moi que ce qui était prévu. Donc nous sommes allés en studio avec Justin et Ariel, et nous avons écrit ce qui représente la moitié de Night Time, My Time pendant ces trois semaines.” Durant cette période intensive de studio, naissent les titres I Blame Myself, Heavy Metal Heart,

Crumb magazine 2010 2015  

Le meilleur du fanzine CRUMB, 2010-2015 dans un book digital. Fil rouge de 5 années d'aventures en 300 pages et 70 interviews, riches en pho...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you