Page 203

L’esthétique est un choix, je suis plutôt d’accord. Ce n’est pas quelque chose qui vient se poser sur le fond puisque qu’ils ne fonctionnent pas indépendamment l’un de l’autre. Je me suis amusée avec mes mains et mon visage devant la caméra et j’ai trouvé ça fascinant, ce que cela pouvait raconter et cacher. “On Ne Meurt Plus D’Amour” est-il adressé à une personne en particulier ? C’est une chanson d’amour adressée, évidemment. Elle vient de quelqu’un et de quelque part mais c’est aussi une interrogation. Je me souviens, après ce terrible chagrin d’amour, mes amis étaient nombreux autour de moi à me dire de ne pas m’inquiéter et que j’allais m’en remettre. Je crois qu’il était plus terrible encore de m’entendre dire ces choses que la perspective que je pouvais en mourir. C’était insupportable de me dire qu’on pouvait se remettre de ça puisque ça voulait dire que si je m’en remettais, plus rien définitivement n’avait de sens. C’est une chanson avant tout adressée à moi-même et évidemment à cet autre en miroir. C’est aussi une réflexion. Est-ce que finalement on n’en meurt pas ? Et si on n’en meurt pas, est-ce que ce n’est pas plus absurde encore ? Est-elle en adresse aux femmes qui, peut-être, auraient pu partager tes sentiments ? Je pense que ma musique est asexuée puisque je pense que les hommes aiment et souffrent aussi. Le sentiment n’est pas le seul fait de la femme. C’est d’ailleurs amusant de remarquer le virement de situation quand on voit que le fait sentimental était réservé à l’homme et que la femme n’était pas

                                                 

capable de grands sentiments mais confinée à des choses très concrètes. Aujourd’hui, la question sentimentale est à la femme et le concret est à l’homme. Il est bon de le rappeler de temps en temps. Avec des titres si personnels et si intimes, le fait d’un concert doit beaucoup apporter à ta musique. C’est évident puisque la musique est vécue à travers le corps. C’est beaucoup plus physique mais la musique reste du même ordre puisque qu’un concert est un équilibre entre une nécessité de rester juste à l’intérieur de soi et d’être dans le partage à la fois. C’est un moment très plaisant dans lequel j’ai beaucoup de bonheur mais c’est aussi un endroit dans lequel on peut facilement s’enfermer ou au contraire être trop à l’extérieur de l’intimité du propos. C’est en ce sens que c’est un travail de spectacle vivant et que c’est un travail qui m’intéresse énormément. Ton hiver à toi, tu veux qu’il soit comment ? Ah ! L’hiver ! J’ai beaucoup de mal avec l’hiver mais en même temps, ce qu’il bouscule en moi et ce qu’il m’oblige à mettre en œuvre pour lutter m’intéresse. En tant que grande fainéante, je travaille bien davantage et mieux en hiver. Cet hiver sera essentiellement consacré au prochain album, ce qui est encore une joie.

Textes et propos recueillis par Ariel Carol Novak.
 Photographies : Justine Tellier, pour Crumb magazine

Crumb magazine 2010 2015  

Le meilleur du fanzine CRUMB, 2010-2015 dans un book digital. Fil rouge de 5 années d'aventures en 300 pages et 70 interviews, riches en pho...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you