Page 146

                                                               

YUKSEK Rencontre/texte publiée le 7 mai 2013

Deux ans après la sortie de son deuxième album, Living on the Edge of Time, qui l’avait propulsé sur le devant de la scène, Yuksek revient. Avec un projet ambitieux et surprenant, notamment le lancement de son propre label “Partyfine”. Il nous raconte l’histoire du projet.

On t’a vu travailler sur beaucoup de choses différentes ces derniers temps, ton projet personnel sous le nom de Yuksek, plusieurs remixes intéressants et la production d’autres groupes comme Juveniles par exemple. Comment est née cette envie de monter ton propre label en plus de tout ça ? J’ai toujours travaillé tout seul en studio, enfin, artistiquement en tout cas. Encore plus sur le deuxième album où il n’y avait pas de featuring, je chantais, faisais le mixage, l’écriture, tout ! Et je crois que je suis arrivé au bout de cette logique. Même pour le live, j’avais décidé de ne pas le faire en solo et de recommencer une “vie de groupe” et des collaborations. En septembre, à la fin de ma tournée, je me suis remis à la production pour d’autres gens. J’ai travaillé sur l’album de Juveniles, je produis toujours The Magician avec qui j’ai d’ailleurs un autre projet (Peter & The Magician), j’ai fait des sessions studio avec Oh Land, bossé avec JD Samson… Du coup, j’ai vraiment eu envie de développer tout ça. C’est un truc que l’on me demandait depuis longtemps mais que je n’avais pas encore eu le temps de faire. J’avais produit l’album de Birdy Nam Nam ainsi que celui de

Bewitched Hands, mais c’était toujours entre deux trucs personnels. En septembre, je me suis dit qu’il fallait que je laisse le champ libre à tout ça et que je fasse le contraire. Si entre temps j’ai des trucs pour moi je les sortirais mais l’idée c’est vraiment de travailler pour et avec les autres désormais. Comment s’est réellement concrétisée cette envie ? Quand j’ai produit l’album de Juveniles, on s’est super bien entendus, on a fait un morceau en plus ensemble mais on ne savait pas trop quoi en faire. Et puis il y a eu beaucoup de rencontres, celle avec Oh Land avec qui j’avais commencé à faire quelque chose, et un nouveau Peter & The Magician. On avait sorti deux maxi chez Kitsuné qui ont eu un bon impact. On s’est dit qu’avec l’image et la notoriété que l’on a, ce ne serait pas si différent de le sortir nous-même. La valeur ajoutée d’un label indépendant, que ce soit le tien ou un autre, est quasiment la même. Alors, oui, des labels comme Kitsuné renvoient une image forte, mais je pense que Stéphane (de The Magician, ndlr) et moi, en avons une aussi. Qui nous est propre. C’est ça leur logique chez Kitsuné : sortir des nouveaux projets de mecs pas trop connus et garder un ou deux groupes pour faire des albums plutôt Pop.

Crumb magazine 2010 2015  

Le meilleur du fanzine CRUMB, 2010-2015 dans un book digital. Fil rouge de 5 années d'aventures en 300 pages et 70 interviews, riches en pho...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you