Page 130

      Interview. Rencontre publiée le 5 novembre 2015         BØRNS était de passage à Paris en ouverture du Pitchfork Music Festival, le 27 octobre dernier. Dans la   petite salle du Café de la Danse, l’auteur-compositeur-interprète de 23 ans a présenté quelques morceaux   de Dopamine, son premier album. Un concert court qui nous a confirmé la première intuition : il a encore   beaucoup à révéler. La veille de sa performance, Garrett Borns, de son vrai nom, nous a reçus à la table   d’un restaurant parisien. Une atmosphère calme et inspirante où le jeune homme est revenu avec nous   son (jeune) passé de magicien professionnel, ses premiers pas à Paris à l’âge de 19 ans et ce qui l’a sur   inspiré dans l’écriture de son premier album.      

Il a une silhouette mince et élancée. Un visage en partie caché par ses cheveux qui tombent négligemment juste au-dessus de ses épaules. On se dit qu’il doit être fatigué : il a atterri le matin même à Paris, sur les coups de 6 heures. Il met même quelques secondes à se souvenir de ce qu’il a fait la veille et où il était, tant les soirs de concerts s’enchaînent, passant d’un continent à l’autre en quelques heures de vol. Aujourd’hui Paris, demain Londres. Hier, un festival de musique à North Charleston, en Caroline du Sud, sponsorisé par une célèbre marque de thé. Une étrangeté qui fait sourire Garrett Borns, surtout parce que le thé n’est pas très bon, selon lui. Au fur et à mesure que progresse l’interview, après avoir bu un ou deux verres d’eau fraîche et plaisanté sur ces petits chiens habillés avec des robes qu’il a vus le matin même à l’aéroport, Garrett Borns partage ses expériences et sa vision de la musique avec un naturel déconcertant. Peut-être qu’il se sent à l’aise à Paris, une ville qu’il aime bien et dans laquelle il s’est déjà rendu à l’âge de 18 ans. Un ami réalisateur du Michigan l’avait invité à le suivre dans la capitale française pour deux ou trois jours. Le résultat ? On peut encore le voir aujourd’hui sur YouTube, grâce à une performance TedX, enregistrée à Grand Rapids, dans le Michigan, son État de naissance. Quand on lui évoque la vidéo, il rougit presque. Et pourtant Garrett Borns, connu aujourd’hui sous le nom de BØRNS, n’a pas vraiment de quoi être embarrassé. Dans cette vidéo, le jeune homme a la voix déjà affirmée et un aplomb attendrissant. Une vision d’artiste aussi, qu’il partage aux spectateurs sans pudeur et tout en poésie.

commencée sur la côte Est américaine où le jeune Garrett a grandi. Son enfance, il raconte l’avoir passée à construire des forts en bois ou à skier avec son husky tout en évoluant dans son propre univers artistique. Le piano, l’écriture de “chansons stupides” à l’école élémentaire, la magie à 10 ans qu’il pratique comme un vrai pro : “J’ai appris quelques tours car il y avait beaucoup de magiciens professionnels dans ma ville et je me suis dit que je pouvais moi aussi en faire sérieusement. J’étais un gamin mais même à cet âge, ce qui m’intéressait, c’était de repousser mes limites. Essayer de voir jusqu’où je pouvais aller.” Après le lycée, l’envie de passer derrière la caméra et une escale de 6 mois à New York, Garrett s’envole de l’autre côté des Etats-Unis, à Los Angeles. C’est là bas qu’il finira par composer et enregistrer les 11 morceaux de Dopamine. “Je suis arrivé à Los Angeles pour une session d’écriture. Je ne devais y rester que quelques jours”. Mais l’air des plaines californiennes sied bien à BØRNS. Il affine son style musical, conduit une Mustang dans les rues de LA et vit dans une cabane dans les arbres. Une vie de bohème, de soleil et d’espaces qui se traduit dans chacun des morceaux de Dopamine, où l’amour se vit comme une drogue. “La plupart des chansons de l’album ont été inspirées par cette réaction chimique qui se déclenche lorsque qu’on cède à la tentation amoureuse et au désir”, explique t-il. “Mon inspiration vient aussi des fantasmes ou des fantaisies que j’imagine dans mon esprit. Je me demande toujours « Qu’est-ce qui aurait pu se passer si j’avais fait ça » ou « J’aurais dû lui dire ça » à cette fille qui est maintenant très loin”. Dommage pour elle. Tant mieux pour nous.

BØRNS a aujourd’hui troqué sa guitare acoustique contre une électrique, raccourci son blaze et rallongé ses cheveux. Il vient de sortir Dopamine, son premier album. Le résultat d’une quête de soi artistique,

Propos recueillis par Arièle Bonte

Crumb magazine 2010 2015  

Le meilleur du fanzine CRUMB, 2010-2015 dans un book digital. Fil rouge de 5 années d'aventures en 300 pages et 70 interviews, riches en pho...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you