Page 112

Vincent Chauvier voulait faire de la Noisy Pop. La Fossette a ensuite eu du succès et de fil en aiguille il a sorti pas mal d’artistes solos similaires à ce genre. A la longue, il en avait marre de cette image de label proposant de nouveaux chanteurs français. Au fond, cela ne l’intéressait pas. Le label a été imprégné de la personnalité de Vincent. Même sur mes disques et notamment les quatre premiers, des choix ont vraiment été faits, de par sa personnalité. Je ne peux pas dire que je regrette car à la fin on arrivait dans le mur où on se frittait sur les choix artistiques, mais cela a été très fructueux. Beaucoup d’artistes vous citent comme influence. Vous êtes une référence pour les acteurs de la chanson française, de la scène rock ou indé. Vous faites également parti d’une même scène globale, on pourrait dire. Je pense à Miossec, Cali, Yann Tiersen, entre autres. Christophe Miossec vous a même piqué votre groupe pour son très bon dernier album. (Rires) Oui c’est vrai, qu’un cercle s’est créé. Bon cette fois-ci cela en devenait quand même un peu grotesque. Le groupe est parti enregistrer avec Miossec sans trop m’en avoir parlé ; je l’ai un peu mal pris. En même temps je ne les salarie pas, il n’y a pas de contrat d’exclusivité. Ce groupe composé de David Euverte, Thomas Poli et Sébastien Buffet a été constitué sur ma tournée précédente et un son de groupe s’est créé sur celle-ci. J’avais envie de continuer avec eux. Ensuite ils ont eu envie de faire des choses avec Miossec, j’ai rien à dire, simplement, ce que je disais à Christophe,- et on s’est expliqué à ce niveau-là, c’est que l’on s’est déjà tellement rapproché l’un de l’autre que si en plus on tourne avec les mêmes musiciens, hormis les problèmes d’organisations, cela ne peut être sain. Après ce qu’ils ont fait sur l’album de Miossec a une identité, qui n’est pas forcément celle qu’il y aura sur mon prochain disque. Donc pour moi il n’y a pas de souci, du moment qu’on ne tourne pas en même temps. C’est tout le problème, justement, pour rejoindre ta question, d’appartenir à une même scène. Pour continuer à parler de cette scène justement, vous aviez d’ailleurs failli monter un groupe avec Philippe Katerine plus jeune ? Oui, on avait créé un petit truc tous les deux, on faisait cela chez lui, il habitait encore chez ses parents. On avait fait des enregistrements quatre pistes, qui ont donné trois-quatre morceaux débiles, assez marrant d’ailleurs. C’était surtout un truc d’amitié. Un mot sur la tournée événement-anniversaire. Cela se passe bien ? Oui très bien. On propose une relecture à trois (piano, guitare, synthé, voix, ndlr) de La Fossette, avec très peu de boîtes à rythmes contrairement au disque original. C’est assez épuré, mais cela fonctionne plutôt bien. La deuxième partie est réservée exclusivement aux nouvelles chansons, on est dix sur scène dont un quintet à vents. C’est à la fois très électrique et arrangé, assez ample en fin de compte. Les gens viennent voir un double truc, c’est assez marrant.

Ce n’est pas vraiment une tournée, car c’est une formule qui est très lourde. Onze musiciens plus cinq techniciens, cela fait seize personnes sur la route, pour des soucis de logistiques on est davantage sur des dates événementielles. On fait cinq dates en janvier juste après avoir enregistré l’album. Début février nous mixons et l’on ne rejouera pas avant fin mars, début avril. D’ailleurs, quelle sera l’ambiance de ce nouveau disque ? Il y aura le groupe rock de base, plus un bassiste, un américain excellent, Jeff Hallam. Nous avons mis l’accent sur le quintet à vent (hautbois, cor anglais, clarinette, clarinette basse, et flûte, ndlr). Les arrangements ont été faits par David Euverte aux claviers. Je lui ai remis les guitares-voix, je voulais vraiment travailler sur le mélange électrique et acoustique, du coup on s’est basé sur un quintet à vents pour l’accompagnement. Une fois les arrangements fait à partir de mes guitare-voix, on a travaillé tous ensemble, électrique plus acoustique. Il y a vraiment eu un travail autour du quintet, et harmoniquement c’est assez riche, très coloré. Beaucoup de chansons sont accès sur le thème de la lumière, avec une approche un peu moins urbaine. En contraste avec Remué ? Oui, c’est un peu plus rural (rires). Il y a beaucoup de chansons sur la campagne, comme un cadre rupestre. C’est quelque chose qui est à la fois énergique, tenu, mais avec beaucoup d’éléments mélodiques et harmoniques. Nous avons enregistrés dans des conditions qui s’apparentent à du live. Avec le groupe de base on a fait les prises de cette façon, cela nous a permis de transmettre une nouvelle énergie et le quintet est venu se greffer par-dessus. C’est quelque chose de nouveau pour vous en studio, d’enregistrer en live. Oui. Je crois que le disque va sonner de manière différente. Tout sera comme avant, assez boursouflé. Je voulais retenter quelque chose dans ce genre là, mais sans les boursouflures, avec un côté immédiat, sans aucunes bricoles ou bidouillages sur Pro Tools. A la base, sur celui-ci on devait enregistrer en live total, pour être au plus proche de ce que l’on fait actuellement sur scène. Au Théâtre de la Ville, ce que l’on va jouer, ce sera le son de l’album. Il y a un truc très direct. L’écriture est assez ambitieuse en terme d’arrangements, il fallait alors que ce soit très immédiat, et c’est cela qui marche. Ce sera toujours Dominique Brusson au son? (Collaborateur, co-producteur ou mixeur des albums de Dominique A depuis 1999 et l’album Remué, et ingénieur du son des lives, ndlr) Oui, comme c’est lui qui fait le live, c’était évident que pour ce disque ce soit encore lui. On travaille bien, il y a vraiment un ping-pong entre lui et moi. Il y a un rapport de complicité dans la production que j’aime. Si aujourd’hui on me dit de travailler avec un autre producteur, cela ne m’intéresse pas. C’est un truc que l’on a développé ensemble sur des années, que moi

Crumb magazine 2010 2015  

Le meilleur du fanzine CRUMB, 2010-2015 dans un book digital. Fil rouge de 5 années d'aventures en 300 pages et 70 interviews, riches en pho...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you