Page 108

                                    Interview publiée le 6 mai 2010       Poétique, surprenant… Le premier album autoproduit d’Ödland, Ottocento, est un projet fou et unique   dans l’univers de la création musicale indépendante.          

ÖDLAND

Pouvez vous nous présenter Ödland en quelques mots ? C’est un projet musical intégralement acoustique qui puise ses inspirations dans le XIXe siècle et le Romantisme. Le groupe est formé de Lorenzo Papace, pianiste et compositeur, à l’origine du projet, d’Alizée Bingöllü au chant, d’Isabelle Royet-Journoud aux ukulélé et jouets et de Léa Bingöllü au violon. Sur l’album, la formation est complétée par Alice Tahon, au violoncelle. Votre unité est musicale mais, au delà, votre album est comme visuel, presque théâtral. Ce n’est pas seulement de la musique que l’on écoute, c’est aussi des images ! Par qui/quoi ont-elles été inspirées ? L’image est en effet une composante essentielle du groupe, comme de tout projet par essence en réalité. Le monde est pensé et dicté par l’image. Cela ne signifie pas que la nôtre est superficielle mais elle est un chemin obligatoire pour faire passer nos idées. Lorsqu’une image est ratée ou mal adaptée, un projet est mal perçu voire incompris. Nous utilisons beaucoup internet pour diffuser notre musique. Or internet est un média lui-même voué à l’image. Il n’y a que ça, pas de sons et encore moins de goûts ou d’odeurs. Si l’odorat était le sens le plus important dans notre société, alors peut-être aurions nous développé un parfum qui reflèterait notre univers musical. Quelle odeur ce parfum aurait-il pu avoir ? L’odeur d’un fruit désuet, sûrement. Notre culture est

bien trop limitée en ce sens pour imaginer quelque chose d’intéressant. En revanche pour l’image, nous sommes plus à l’aise. Dans le groupe, Alizée est comédienne, Isabelle est photographe et Lorenzo est photographe et réalisateur. Ottocento en tant que disque, ce n’est donc pas seulement de la musique, c’est aussi un objet graphique précieux, inspiré par l’imagerie artisanale des vieilles boîtes de collection richement décorées. Nous avons réalisé les photographies en argentique, pour garder la magie de la chimie, en surface. Lorenzo a coréalisé deux clips pour la sortie du disque. “The Queen of Hearts” avec Vincent Pianina et “The Well” avec Maximilien Dumesnil sur le thème d’Alice au Pays des merveilles. L’idée était de se rapprocher des ambiances originales créées par Lewis Carroll. En parlant de Lewis Caroll, le nom du groupe fait d’ailleurs référence à un conte scandinave. Et l’univers de l’album pourrait parfaitement se retranscrire en livre… Absolument ! Nous aimerions beaucoup faire un livre qui reprenne l’ensemble des photographies que l’on a faites. Nous tenons énormément à ces images et au bout d’un moment, les voir sur un écran c’est lassant. Le format papier est incomparable, bien que le web fasse des merveilles, avec CRUMB, vous le savez, mais nous sommes déjà très contents du livret intérieur d’ « Ottocento » pour lequel on a vraiment soigné la présentation. Nous aimerions aussi publier un livre de partitions, mais c’est sûrement encore trop tôt. Il ne faut pas oublier qu’Ödland n’a pas plus d’un

Crumb magazine 2010 2015  

Le meilleur du fanzine CRUMB, 2010-2015 dans un book digital. Fil rouge de 5 années d'aventures en 300 pages et 70 interviews, riches en pho...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you