Issuu on Google+

Conservatoire à rayonnement régional de Paris

CRR DE PARIS


« Rêver peut-être… », osons être plus affirmatifs qu’Hamlet lui-même en affirmant : « Rêver assurément !», c’est en tout cas le pari que cette nouvelle série thématique de la saison du CRR de Paris vous propose de tenir. Les arguments pour étayer cette affirmation ne nous manquent pas : la musique, la danse et le théâtre partagent avec le rêve la fascinante faculté de nous mettre à distance de la réalité la plus immédiate, de nous extraire de nos repères habituels pour nous faire vivre des expériences sensorielles inédites et imprévisibles. Grâce à eux nous réalisons un passage de l’ « autre côté du miroir », passage propice à nous révéler le secret des choses que ce soit le sens caché du monde ou un aspect enfoui de notre personnalité. Rien d’étonnant alors que Philippe Hersant se plonge pour Au temps du rêve dans les mythes aborigènes

australiens, que Zad Moultaka pour Hanbleceya (Implorer le rêve) s’attache à un rite d’initiation amérindien et que nous découvrions Le rêve du papillon de Tchouang-Tseu, livre de la philosophie chinoise écrit au IVe siècle avant notre ère dans lequel le lettré s’interroge sur la réalité du monde à la suite d’un songe dont il ne savait s’il était rêve ou réalité. Voici donc convoqués les mythes et légendes, pourquoi alors ne pas faire également appel aux contes comme Roger Boutry dont les Evocations sollicitent des contes taïwanais ou Maxime Aulio dont Le vieux chêne commente Andersen avant que n’arrive Le petit Poucet ? Mais l’ambiance sereine et onirique des Nocturnes de Chopin ne peut cacher que la littérature pianistique aime à faire surgir de la nuit d’inquiétantes créatures comme la figure diabolique

3

de Scarbo ; le rêve devient alors cauchemar et comédiens et danseurs prennent plaisir à explorer la mince frontière entre les deux états. Enfin art et rêve sont également le domaine de l’éphémère et de l’instantané. C’est cette fugacité que se propose de capturer le Duo Kristoff K.Roll : il s’agit de se saisir des souvenirs de rêves et d’en réaliser une transcription musicale, expérience inédite… La série thématique « Rêves » est l’occasion de nouveaux partenariats pour le CRR qui remercie pour sa confiance Patrick André, directeur pédagogique des Ateliers Beaux Arts de la Ville de Paris et se félicite d’accueillir des éléments de programmation du Théâtre de la Ville et du Festival d’automne. Xavier Delette


Le tournoiement des Songes Lundi 16

19h | Auditorium du CRR Le fil conducteur de ce programme s'articule autour du songe, associant quatre compositeurs français des XXe et XXIe siècles. Les Evocations de Roger Boutry créées en 2006 à Taïpei, sont basées sur des contes et thèmes taïwanais où le sacré et le profane se côtoient. Hans Christian Andersen a quant à lui inspiré Maxime Aulio grâce à son Dernier rêve du chêne dont les éléments descriptifs alliant merveilleux, fantastique et humour n'ont pas échappé à ce jeune compositeur. Le songe est mis également en valeur grâce à la main experte d'Anthony Girard suite à la commande de ce Concerto pour trompette par Clément Saunier.

5

Enfin, Désiré Dondeyne sollicita Henri Tomasi qui, n'ayant pas eu le temps de se consacrer à l'écriture d'une pièce originale pour vents, l’autorisa à transcrire trois des cinq mouvements de son ballet les Noces de cendres composé en 1953 sur un argument d'Hubert Devillez. BOUTRY Evocations GIRARD (création) Le Tournoiement des songes AULIO Le dernier rêve du chêne d'après un conte d'Andersen TOMASI Les noces de Cendres (transcription de D. Dondeyne) Orchestre d’harmonie du CRR de Paris et du PSPBB. Clément Saunier, soliste. Philippe Ferro, direction.


Rêves multicolores Mardi 17 19h | Auditorium du CRR Les plus jeunes élèves du conservatoire vous invitent à rêver avec eux. Laissez vous guider à travers le sommeil, l’imaginaire, la nature, et leurs propres propositions musicales vous guideront à travers rêves et rêveries. SÉBASTIEN CANDELON Rêver de toutes les couleurs (arr. P. Bernard) DAVID L. BRUNNER Hold fast your dreams TRADITIONNEL ITALIEN La notte (arr. C.E. Fantin) DIMITRI KABALEVSKI Gute Nacht (arr. instr. V. Dao) TRADITIONNEL CORSE Ninnina la mia diletta ALBERTO GRAU ¡ Si en este momento te duermes, querube !

TRADITIONNEL DAUPHINOIS Je fis un rêve (arr. V. Dao) FELIX MENDELSSOHN Abendlied MIKLÓS KOCSÁR Tavasz – Ébresztő TRADITIONNEL ANGLAIS Ô ma belle aurore WITOLD LUTOSŁAWSKI In every Seashell IMPROVISATION COLLECTIVE Vents et nuages ETIENNE DANIEL Nuages (arr. clavecin N. Spieth) MAURICE RAVEL L’enfant et les sortilèges, Air de la rose ISABELLE ABOULKER Rêver JOHN RUTTER Magical Kingdom JEAN-MARC LESAGE Si tous les poissons de la mer Chœur préparatoire de la Maîtrise de Paris. Brigitte Coppola, chef de chœur Shun Irakawa, piano. Classes de formation musicale instrumentale Préparatoire 1 et 2. Virginie Dao, professeur.

Le Rêve du papillon Mercredi 18

D’après « Zhuangzi » l’histoire de Tchouang-Tseu, sage chinois

19h | Auditorium du CRR « Zhuangzi rêva une fois qu'il était un papillon, un papillon qui voletait et voltigeait alentours, heureux de lui-même et faisant ce qui lui plaisait. Il ne savait pas qu'il était Zhuangzi. Soudain, il se réveilla, et il se tenait là, un Zhuangzi indiscutable et massif. Mais il ne savait pas s'il était Zhuangzi qui avait rêvé qu'il était un papillon, ou un papillon qui rêvait qu'il était Zhuangzi. Entre Zhuangzi et un papillon, il doit bien exister une différence ! C'est ce qu'on appelle la Transformation des choses. » Tchouang-Tseu, Zhuangzi, chapitre II, « Discours sur l'identité des choses » LE RÊVE DU PAPILLON

7

PSPBBAND, étudiants du cycle spécialisé Jazz et du PSPBB. Etudiants d’art dramatique, de l’atelier. Jazz de Stéphane Tsapis et de l’atelier de marionnettes d’Alexandra Vuillet du Conservatoire du 18e arrondissement Gustave Charpentier. Joe Quitzke, direction.


Au temps du Rêve Jeudi 19 19h | Auditorium du CRR Au temps du rêve de Philippe Hersant est une pièce commandée par les CRR de Paris, Lyon, Strasbourg, Grenoble et Toulouse, un concerto pour orchestre où les instruments sont tour à tour mis en valeur. Elle s’inscrit dans une série d’œuvres inspirées par les mythes aborigènes australiens. C’est en lisant Le Chant des pistes, le livre de Bruce Chatwin, que Philippe Hersant a pris connaissance des mythes aborigènes de la création du monde. Bruce Chatwin écrit que « les mythes aborigènes de la création parlent d’êtres totémiques légendaires qui avaient parcouru tout le continent au Temps du Rêve. Et c’est en chantant le nom de tout ce qu’ils avaient croisé en chemin – oiseaux, animaux, plantes, rochers, trous d’eau – qu’ils avaient

8

fait venir le monde à l’existence ». HERSANT Au temps du Rêve FAURE Après un Rêve Orchestre des jeunes du Conservatoire. Xavier Delette, direction.


Rêve tes pas et danse ! Vendredi 20 19h | Auditorium du CRR Dès le début du spectacle Nocturne nous plonge dans les méandres du sommeil, les espaces oniriques communicatifs et les nuits agitées. A travers la qualité des mouvements, la première partie de Belles de nuit évoque un rêve enfantin, léger et joyeux. La deuxième partie, un rêve sur les débuts de l'adolescence. D’un monde à l’autre, « Rêver seul ne reste qu’un rêve. Rêver ensemble devient la réalité » (John Lennon) Upside down prend le contrepoint du rêve en s'apparentant au cauchemar par une ambiance qui s'apparente aux films d'Alfred Hitchcock. Inspiré par la citation

d’Alain Foix « Les rêves vivent leur vie de rêves et leur réalité naît de la nôtre comme l'ombre de la lumière », Les rêveurs nous replongent dans le monde onirique. NOCTURNE Chorégraphie : Sophie Ardillon Musique : Calling Eggun, Omar Sosa BELLES DE NUIT Chorégraphie : Priscilla Danton Musique : Twisted Nerve, Bernard Hermann, When I was a boy, Jeff Lynne's Elo D’UN MONDE À L’AUTRE Chorégraphie : Sylvie Duchesne Musique : The Face of Love, Esbjörn Svenson Trio UPSIDE DOWN Chorégraphie : Priscilla Danton Musique : Psycho, Bernard Hermann LES RÊVEURS Chorégraphie : Patricia Alzetta Musique : Dead Can Dance,

11

Laurent Garnier et Bugge Wesseltoft Élèves du département danse du conservatoire : Lisa Audonnet, Lucie Branger, Guillaume Elbes, Manon Flages, Ysatis Fort, Hazania Gorin, Anaïs Hubert, Alice Huguet, Urara Imamura, Thaïs Kamioner, Chloé L’heveder, Guila Mbikinkam, Jennifer Reininger, Sandro Romano, Cléa Rulkin, Cloé Senejoux, Romane Atac, Luna Bevilacqua, Sarah Bezy, Louise Dupuis, Prune Favre, Loïse Girard-Bezerra, Balthazar Jander, Léandre Lapassatet, Gabrielle Lerche, Salomé Marcus, Julia Perrin, Diane Piat, Gabriel Rolland, Thaïmee Samut, Gabriel Scottez, Morad Amhaouch, Jeanne Chauchat, Pierrick Claudel, Martin Dimier, Lola Dupriez, Antoine Dupuy, Héloïse Giret, Inès Laridan, Lou Lenormand, Hannah Nelson-Gabin, Josué Paulo, Ange Scotto Di Carlo, Gabrielle Van Den Brule, Vasco Vassard Valero.


Rêve, délire et vision Samedi 21 17h | Auditorium du CRR Entre rêves et visions, le pianiste Ferenc Vizi nous conduit de Chopin à Messiaen, et de Couperin à Schumann en passant par Scriabine. Entre Le Baiser de l’enfant Jésus de Messiaen et le Poème-Nocturne de Scriabine, on ne verrait pas le rapport si on n’avait pas quelques visions. Entre les Scènes d’enfant de Schumann et Les Barricades mystérieuses de Couperin, il y a un même esprit de jeu. Et si le pianiste Ferenc Vizi commence son récital par le Nocturne en ré bémol majeur de Chopin, c’est sans doute que délires et visions peuvent commencer par des rêves. David Christofell

CHOPIN Nocturne en ré bémol majeur, op. 27 MESSIAEN Le Baiser de l’enfant Jésus SCRIABINE Poème-Nocturne, op. 61 SCHUMANN Kreisleriana, op. 16 COUPERIN Les Barricades mystérieuses Ferenc Vizi, piano. En partenariat avec le Théâtre de la Ville. Entrée payante sur réservation : http://www.theatredelaville-paris.com/

12


Attrape-Rêves Mardi 24 18h | Salle Fauré Kristoff K.Roll (Carole Rieussec et J-Kristoff Camps) invitent les étudiants du Conservatoire et des migrants, élèves des cours de français de l’association Kolone à raconter les souvenirs de rêves devant leur microphone. Ces récits sont ensuite montés, retravaillés musicalement.* Le « récit de rêve » c’est ce qu’il reste le matin au réveil ou qui perdure le long des jours et des nuits dessinant une vie parallèle… les vestiges du rêve transformés par la parole, le souvenir, le présent. Le récit de rêve est d’autant plus précieux qu’il fourmille de détails, qu’il incite l’autre à entrer dans sa demeure, sa construction spécifique,

13

son ambiance. Des rêves collectés prennent place dans la bibliothèque sonore de récits de rêves que le duo Kristoff K.Roll constitue au fil des rencontres. Carole Rieussec Enregistrement des souvenirs de rêves des étudiants du CRR et des migrants de l’association Conférence du duo d’art sonore Kristoff K.Roll sur la poétique onirique et sonore. Carolle Rieussec et J-Kristoff Camps, conférenciers. *restitution lors de la performance publique A l’Ombre des Ondes, en automne 2017, en partenariat avec le Festival d’Automne de Paris.


Implorer le Rêve Mardi 24 20h | Auditorium du CRR Avec Hanbleceya – implorer le rêve – Zad Moultaka regarde vers un rite d’initiation amérindien, point culminant de l’évolution spirituelle des Sioux Lakota. Le voyage, le cheminement, voire la violence physique, sont les moyens d’accéder à une «autre vision». L’univers créé par les danses, le climat, l’énergie président à l’écriture. La Suédoise Lisa Streich (1985) nous invite, elle, à regarder au-delà du 60ème parallèle. On dit qu’y apparaissent des anneaux de champignons là où des elfes ont dansé. Älv Alv Alva est une musique furtive et onirique. À l’opposé, l’Anglaise Joanna Bailie (1973) fixe intensément nos villes et leurs bruits en faisant

l’essai optique de transcrire pour instruments un original électronique. C’est dans un espace mixte que la compositrice française Clara Maïda (1963) et la designer américaine Jenny E. Sabin tissent les fils d’une toile virtuelle à la fois sonore et visuelle par l’interaction entre instruments, électronique et vidéo 3D. LISA STREICH Älv Alv Alva création française JOANNA BAILIE Symphony-Street-Souvenir création mondiale CLARA MAÏDA /JENNY E. SABIN Web studies création mondiale Ensemble 2E2M. Pierre Roullier direction. Pablo Márquez guitare. La Muse en Circuit réalisation informatique musicale et diffusion sonore.

14


15


16


Rêves et cauchemars dans la littérature pianistique Mercredi 25 19h | Auditorium du CRR La thématique du rêve a toujours trouvé son expression privilégiée dans la musique, en particulier dans le monde romantique. Le rêve, c'est ce lieu où l'on s'évade pour fuir le monde réel dans sa brutalité et son prosaïsme. Schumann, Liszt, Fauré entre autres l'ont merveilleusement exprimé, tout comme on le retrouve sous la plume de poètes comme Jean-Paul, Novalis, Nerval, Baudelaire, Verlaine... Mais le rêve, et ce dès la période romantique n'est pas que ça, le rêve c'est aussi le cauchemar, l'exutoire des pulsions et de l'inconscient, l'effroi... On pense à Hoffmann, donc à Schumann chez qui les deux aspects cohabitent

et s'entrechoquent, à Hugo, à Nodier, à Poe, à Aloysius Bertrand et aux visions musicales hallucinées qu'ils ont inspirées à des compositeurs comme Debussy et Ravel...et plus proches de nous à des compositeurs comme Kurtag, Crumb, Ligeti… Dans ces constructions oniriques, musique et littérature semblent s'être sans cesse inspirées mutuellement, et ce sont ces allers-retours et ces paradoxes que cette soirée se propose de faire vivre à travers des œuvres pour piano, des lieder et des textes. Prologue E.T.A HOFFMANN « Les souffrances musicales du maître de chapelle Johannes Kreisler »

SCHUMANN, Fantasiestücke op.12 n°1 Des Abends GUY DE MAUPASSANT « Le Horla » DUPONT, Les heures dolentes : nuit blanche, hallucination GÉRARD DE NERVAL « Aurélia ou le Rêve et la Vie » DEBUSSY Ce qu’a vu le vent d’ouest FAURÉ La lune blanche luit dans les bois DEBUSSY La fille aux cheveux de lin PAUL VERLAINE « Mon rêve familier » KURTAG La fille aux cheveux de lin – enragée VICTOR HUGO « Rêverie » R. SCHUMANN, Rêverie BRAHMS, Es traümte mir R. SCHUMANN, Fantasiestücke op.12 n°5 In der nacht CHARLES NODIER « Smarra » RAVEL extraits de Scarbo LISZT Lugubre gondole SCHUMANN

17

Ich hab’ im Traum geweinet LIGETI Musica ricercata IX THÉOPHILE GAUTIER « Cauchemar » RAVEL extrait de Scarbo CRUMB Le gondolier fantôme CHARLES BAUDELAIRE « Rêve parisien » RAVEL Ondine FRÉDÉRIC DE LA MOTTE-FOUQUÉ « Ondine » GIRARD Prière pour réconcilier les ombres et le jour Epilogue WILLIAM SHAKESPEARE « La tempête » Conception Anne-Lise Gastaldi et Jérôme Granjon. Conseiller littéraire Frédéric Sounac. Elèves des classes de piano d’Anne-Lise Gastaldi, Jérôme Granjon et de Billy Eidi et de la filière voix (Florence Guignolet, Olivier Lacoste et Yves Sotin).


Après un rêve ou l’utopie de la jeunesse Jeudi 26 18h | Auditorium du CRR Le rêve a toujours bercé la jeunesse… de même que le temps de la nuit a toujours été le berceau des songes de l’enfance. Ici les rêveries juvéniles se mêlent aux espoirs des temps de guerre où la musique a su se faire consolatrice et l’expression d’une douceur tant espérée. OFFENBACH Belle nuit TAILLEFERRE Berceuse MILHAUD Le Printemps CAPLET Rêverie et Petite Valse FAURÉ Après un rêve SATIE Choses vues à droite et à gauche (sans lunettes) YSAŸE Rêve d’enfant HONEGGER Sonate n° 1 MASSENET Méditation de Thaïs BOULANGER L. Nocturne et Cortège VIEUXTEMPS Rêverie

MILHAUD Sonate n° 2 Etudiants des classes de violon de Stéphanie Moraly et de piano d’Hugues Leclère.

Rêve de Paix Jeudi 26 20h | Auditorium du CRR Le déclenchement de la Grande Guerre perturbe très fortement l’activité artistique en France. La plupart des artistes en âge de l’être sont mobilisés et nombre d’entre eux périront sur le champ de bataille. Face à l’enlisement du conflit, la création reprend progressivement vie dès 1916 et semble jaillir en 1917,

18

comme un exutoire désespéré aux horreurs des combats. De nombreux compositeurs, comme Claude Debussy et Lili Boulanger, signent avant l'issue de la guerre leur testament artistique. Ce Rêve de paix, qui s’incarne parfois dans une forme de fureur de vivre autant que dans l’expression d’un sourd désespoir, voit éclore, par la puissance salvatrice de l'art, parmi

les plus brillants talents créatifs du XXe siècle. Trois sonates de l’espoir en 1917 BOULANGER D’un matin de printemps ROPARTZ Sonate n°2 en mi majeur DEBUSSY Sonat Stéphanie Moraly, violon. Hugues Leclère, piano.


19


Contes et légendes Vendredi 27

PROKOVIEV Suggestion diabolique, opus 4 n°4 Marwan Piéchaud, étudiante dans la classe d’orchestration d’Anthony Girard LANDOWSKI Le petit Poucet* Lucien Mora, transcription Sebastian Sanchez Giraldo Création mondiale Etudiant de la classe de composition d’Edith Canat de Chizy du PSPBB PROKOVIEV Contes de la vieille grand-mère, opus 31 ** Pierre Bristie, Marwan Piéchaud et Paul Orsoni, étudiants de la classe d’orchestration d’Anthony Girard TAILLEFERRE La nouvelle Cythère (extraits) D. Dondeyne, transcription

19h | Auditorium du CRR Au travers d'un hommage à Marcel Landowski par l'interprétation de son Petit Poucet, la thématique des Contes et légendes propulse la Musique des gardiens de la paix dans un monde de variétés et de découvertes musicales partagées notamment avec des étudiants des diverses classes du CRR et du PSPBB. Hansel et Gretel, Contes de grand-mère, Nouvelle cythère, création… transportant d'un monde à l'autre, ce concert ne manque pas de nourrir l’imaginaire sonore.

Orchestre des gardiens de la Paix. *Texte lu par un étudiant en lasse d'art dramatique d’un conservatoire de la Ville de Paris. ** par Misato Sumihiro (pièces 1, 2 et 3) et Benjamin Brunet (pièce 4), étudiants

LANDOWSKI Le Petit Poucet Humperdink - Ouverture d’Hansel et Gretel L. Debraux, transcription

20

20

de la classe d’accompagnement au piano d’Ariane Jacob. Gildas Harnois, direction Paul Coispeaun et David Hurpeau, étudiants de la classe de direction du PSPBB de Nicolas Brochot.


« Ah, laissez moi rêver… » Samedi 28 15h | Auditorium du CRR Le rêve, un thème qui jusqu'au XVIIIe siècle « des Lumières » fait fantasmer bien des esprits. Sujet d'enchantements, envoûtements et autres faits surnaturels du domaine de l'invisible. Les Lumières viendront calmer les passions en quantifiant, rationalisant ce moment d'entre deux de la conscience. Dans les temps anciens songe et rêve avaient la même signification. Pour ce programme, ceux-ci ont été différenciés et modernisés dans leur sens. Le rêve domaine du sommeil, le songe celui de l'être en éveil telle Marie qui en berçant son tendre Jésus, pense avec effroi au douloureux et grand destin

qui attend la chair de sa chair. Quand à Creuse, affolée par un cauchemar, elle décrit à Cleone ce songe affreux, prédiction d'un futur lourd de drames, qui en écho fait apparaître Medée courroucée. Enfin Joseph, doué de dons divinatoires, est chargé par Phanor, commandant en chef des armées de Pharaon, d’interpréter le rêve de ce dernier. Dans ce programme thématique, Yvan Garcia a voulu s'éloigner des standards du genre baroque où le sommeil est synonyme de paix. Il a, dans ses recherches, privilégié la diversité de styles, d'actions dramatiques et de propos théâtral. La rareté des œuvres est aussi un choix didactique qui doit permettre une appropriation plus

22

personnelle, plus neuve de la part des interprètes, instrumentistes et chanteurs. Tarquino MERULA, Canzonetta Spirituale sopra alla nanna Joseph François SALOMON, Médée et Jason (tragédie lyrique, intégralité de l'acte deux) HAENDEL, Joseph and his brethren (oratorio, trois premières scènes) Étudiants du département supérieur pour jeunes chanteurs et du département de musique ancienne du CRR de Paris et du PSPBB Isabelle Poulenard, préparation des chanteurs. Manuel Weber, mise en scène. Yvan Garcia, direction.


23


Rêves en couleur

Exposition par les élèves des Ateliers des Beaux-arts de la ville de Paris, site Glacière Martin Bissière, professeur. Patrick André, direction pédagogique. Les visuels de cette brochure sont extraites de l’exposition des Ateliers des Beaux-Arts : Anne L.Raffalli (couverture et page 10), Paskale Met (page 2 et 23), Brigitte Biechy (page 4),

Madeleine Sins (pages 5 et 14), Nathalie Demri (pages 6 et 9), Catherine Hemery (page 8), Marlene Laurent (page 11), Pierre Morquin (page 12), Anne-Marie Pernet (page 13), Edith Delattre (page 15), Catherine Thiéblin (page 16), Anne Viret (pages 16 et 19), Myriam Legras (page 19), Catherina Kouninioti (page 21), Françoise Martin (pages 23 et ci-contre).

En écho à la programmation du CRR, la Maison de Victor Hugo vous invite à la visite de l’exposition « La Pente de ma rêverie » le 28 janvier à 16h. Entrée gratuite sur réservation : florence.claval@paris.fr Le 27 janvier, le Conservatoire accueille l’Association Parcours d’Exil dans le cadre d’un atelier avec les classes de percussions.

24

Design Graphic : Mairie de Paris > DAC > BEA > Philippe Diversy

C’est avec grand enthousiasme et tout naturellement que le CRR de Paris organise une exposition des œuvres des élèves des Ateliers des Beaux Arts de la Ville de Paris qui sont exposées dans différents espaces publics du Conservatoire (hall, foyer de l’auditorium et 4e étage) à l’ouverture des semaines autour de la thématique « Rêves… » et en résidence pour plusieurs mois.


Rêves