Rapport d'activités 2020 de la Croix-Rouge de Belgique

Page 1

Rapport d’activités 2020 En 2020, la Croix-Rouge de Belgique s’est mobilisée pour protéger la population face au Covid19. Elle a informé la population, testé en masse, soutenu le personnel médical et aidé les plus vulnérables. En collaborant avec nous, vous avez contribué à ce mouvement !


Édito 2020 a été une année difficile pour chacun·e d’entre nous. Notre société a été touchée de plein fouet. Elle a pris conscience de sa vulnérabilité. Mais notre société a aussi pris conscience de ses ressources et de l’importance de la solidarité humaine. La solidarité humaine, c’est le leitmotiv de la Croix-Rouge, 365 jours sur 365 ! La crise sanitaire n’a fait que la décupler. Nos équipes se sont mobilisées en nombre et se sont souvent réinventées pour poursuivre leurs activités. Les pouvoirs publics, confiants dans notre capacité à gérer les situations de crise, nous ont mandatés au travers de différentes missions pour protéger la population face au Covid19 et soutenir le personnel médical. Plus que jamais, nous avons aidé les personnes vulnérables, de manière inconditionnelle. La Croix-Rouge sera toujours là ! C’est grâce à nos volontaires, à nos salarié·es et à toutes les personnes qui nous soutiennent ! Merci à toutes et à tous ! Pierre Hublet Administrateur Délégué


2019



41.100 Utilisateur.rices de nos outils digitaux de formation

2021


© Colin Delfosse

6


Nous informons et protégeons la population

Face à la pandémie de Covid19 qui a marqué toute l’année 2020, la première mission de la Croix-Rouge de Belgique est d’agir pour protéger la population. Informer, d’abord, avec des conseils adaptés et digitalisés, mais aussi prévenir les souffrances mentales liées à une situation inédite. Agir sur le terrain, enfin, pour aider à protéger les plus faibles et les plus âgés, en maisons de repos.

Des formations « covid-proof »

Une application premiers secours et des capsules vidéo

Inventivité ! Voici le fil rouge qui a guidé nos activités en cette année particulière. La Croix-Rouge forme chaque année 40.000 personnes aux premiers secours. En raison de la crise sanitaire, nos formations ont été interrompues durant 5 longs mois, et ont été repensées ensuite pour « oser agir » sans se mettre en danger, même en situation de pandémie. Dans l’intervalle, nous avons rebondi, innové, avec le développement rapide, dès le début de la crise, de plusieurs tutoriels : sur les gestes barrière, sur le port du masque, sur le retour à l’école ou au travail après le premier confinement. Mais aussi des tutoriels pour nos bénévoles de terrain, qui sont restés en première ligne au plus fort de la crise.

Lancée au printemps 2019, avec grand succès, notre application « premiers secours » pour smartphone a connu un véritable boom avec plus de 30.000 téléchargements ! Elle résume de manière très pratique les meilleures façons de réagir face à tous les accidents qui peuvent survenir : coupures, plaies, hémorragies, arrêt cardiaque… Nous l’avons complétée, tout comme notre chaîne You Tube, avec nos conseils et tutoriels pour se protéger face au coronavirus, ainsi que plusieurs vidéos explicatives sur le port du masque et les conseils pour éviter la propagation.

7


Le psychosocial en renfort Premier confinement. Semaine 1. Nos spécialistes de l’aide psycho-sociale urgente (SISU), sont présents 7 jours sur 7 au call-center fédéral, pour répondre aux questions angoissées d’une partie de la population ; des grands-parents, tellement tristes de ne plus voir leurs petits-enfants, des enfants, aussi, privés de copains… Ils seront 35 bénévoles et salariés à s’y relayer, totalisant des centaines d’heures d’appels. Un jeu de cartes « Et toi comment tu vas ? » est à présent disponible en ligne pour le grand public. Le SISU encadre également secouristes et ambulanciers Croix-Rouge qui agissent dans des conditions extrêmement difficiles, emballés dans leurs combinaisons stériles. Depuis plus de 20 ans, la CroixRouge prend ainsi soin des victimes ou témoins de crises et de catastrophes, et de leurs blessures invisibles.

L’année scolaire 2020 a été complètement chamboulée par le coronavirus. Nos activités de la Croix-Rouge Jeunesse aussi ! Qu’à cela ne tienne : si nous ne pouvons plus aller physiquement dans les écoles, nous proposons une solution digitale, mise gratuitement à la disposition des professeurs, pour toutes les classes de primaire. Cette « boîte à outils » de l’enseignant comprend différents modules à utiliser en classe : l’importance des gestes barrière, la gestion des émotions ressenties durant la pandémie, les virus. Environ 5.000 enfants sont formés par année scolaire par les biais de nos animations : il est important de continuer à les sensibiliser dès le plus jeune âge. 8

© S.Lecocq

Une boîte à outils pour les enseignants


Soutien actif aux maisons de repos Les maisons de repos ont payé un très lourd tribut à la pandémie. Nous avons réalisé plus d’une centaine d’interventions en Wallonie et à Bruxelles : diagnostics de la situation par des équipes mobiles, formations pour le personnel de soin, livraisons de plusieurs centaines de bouteilles d’oxygène durant la première vague… En de multiples endroits, d’Arlon à Bruxelles, des bénévoles de la Croix-Rouge ont également apporté leur soutien pour les distributions de repas ou l’accueil des visiteurs. Ces actions se prolongent encore aujourd’hui. Enfin, face aux résidents confinés durant de longues semaines, dans l’espace clos d’une chambre, plongés dans un isolement et une tristesse sans précédent, les équipes de soutien psychosocial ont mis en place des espaces de parole et les bénévoles, privés de visite, ont fait chauffer le téléphone pour garder le contact et remonter le moral des pensionnaires.

9


« Notre organisation est notre force » C’était un mercredi férié. Le 11 novembre. Drôle d’armistice pour une armada de secouristes volontaires. Ils et elles ne soignent pas, mais clouent, forent, placent des cloisons. 24 heures plus tard, un « village testing » est prêt à dépister ses premiers patients au Nord de Bruxelles ! Le troisième que nous coordonnons dans la capitale. Déjà, en prémisse de ces « villages », nous avons mis du personnel administratif et médical à disposition des hôpitaux dès l’été et en septembre, nous ouvrons le premier centre « Croix-Rouge » à la demande de la commune de St Josse-Ten-Noode. Gilles De Schepper, coordinateur du testing à Bruxelles, se souvient : « Tout a toujours été très vite. Notre force, notre expertise, c’est notre organisation : nous avons l’habitude de déployer des postes médicaux sur toute sorte d’événements. Les centres de testing ont été pensés et réfléchis comme ces postes médicaux : une entrée, un « in », puis la gestion d’un flux de patients en continu jusqu’à la zone de soins, sans jamais croiser les autres jusqu’à la sortie. Le matériel a changé, les circonstances aussi, mais la gestion est restée la même ».

10

© EmotionsStudio


Nous participons au testing de masse et préparons la vaccination La seconde vague de la pandémie, qui survient à la fin de l’été, intensifie le dépistage de masse. La Croix-Rouge se positionne comme un acteur essentiel en coordonnant plusieurs « villages testing » dans le pays. Certains de ces villages vont ensuite jouer un rôle majeur dans la vaccination. Plusieurs « villages testing » se déploient

En Wallonie, nos équipes transforment le hall des départs déserté de l’aéroport de Liège et y déploient des boxes de testing permettant d’accueillir jusqu’à 750 personnes/jour. Le réveillon de la Saint-Sylvestre se passe également au milieu des câbles, pour installer les villages testing de l’aéroport de Charleroi et de la Gare du Midi, alors que le testing est rendu obligatoire pour tous les voyageurs revenant de l’étranger.

Réactivité ! C’est le maître-mot des équipes de la Croix-Rouge dans le déploiement du dépistage de masse. Nos premières actions furent de renforcer les capacités en milieu hospitalier. Dès le mois d’août, nous mettons du personnel administratif et médical à la disposition de plusieurs hôpitaux à Bruxelles. En septembre, nous ouvrons le premier centre Croix-Rouge à l’échelle communale, à St Josse-ten-Noode. Monté en seulement quelques heures, ce centre occupe uniquement du personnel Croix-Rouge. Tout s’est enchaîné très vite ensuite. Dès le début octobre, le premier « village » testing, fait de tentes et de containers, est érigé à Bruxelles, devant le Cinquantenaire, puis un second, dans une ancienne école. Et un troisième, dans un centre sportif.

Nous sommes, enfin, les premiers à lancer sur la route un bus de testing mobile, bus réaménagé qui comporte un desk d’accueil ainsi qu’une cabine de test. Cette équipe mobile répond à une autre de nos missions : être au plus proche des plus démunis qui n’ont pas accès aux soins de santé.

11


© EmotionsStudio

12


Nous soutenons les hôpitaux et le personnel médical Postes d’orientation devant les établissements hospitaliers, ambulances dédiées aux patients covid, participation à des études cliniques… La Croix-Rouge, dès mars 2020, a joué son rôle de soutien aux services de santé du pays débordés. Cela fut rendu possible par la force de notre réseau de volontaires, grâce, aussi, à notre expertise logistique, rodée à une mobilisation rapide en cas de catastrophe ou de pandémie.

Les ambulanciers en première ligne

Distribution de 9 millions de masques

Nous disposons de plus d’une vingtaine d’ambulances qui tournent 24/24h. Plusieurs ont été entièrement dédiées au transport des patients covid. Une mission terriblement éprouvante pour nos salariés et volontaires, obligés de s’équiper avec du matériel de protection spécifique qui les rend anonymes, de respecter un lourd protocole de désinfection après chaque mission et de laisser leurs émotions de côté : « non madame vous ne pouvez pas accompagner monsieur à l’hôpital ». Les journées de 17 heures ou plus se sont succédé. En première ligne. Dans le stress permanent.

9 millions de masques pour le personnel médical ! La Croix-Rouge est chargée par la Santé publique de gérer et de redistribuer les équipements de protection individuelle aux médecins généralistes, kinés, pharmaciens, dentistes, infirmiers à domicile... Masques, mais aussi gants, blouses et lunettes de protection, transitent par nos centres de secours, de Bruxelles à Arlon. A nouveau, un énorme défi logistique : les premières livraisons représentaient en effet pas moins de 5 semi-remorques ! 13


Le plasma des patients guéris pour aider les malades hospitalisés Et si le plasma provenant de donneurs guéris du covid19 pouvait aider les patients gravement malades ? L’espoir est en effet que la transfusion de ce plasma, véritable concentré d’anticorps, améliore le taux de survie des patients sous respirateur de plus de 30 % et réduise les séquelles à long terme. La Croix-Rouge collabore à deux études cliniques de référence. Un appel massif au don de plasma des patients guéris du covid a été lancé et grâce au plasma collecté plus de 500 malades ont été aidés. Une contribution importante à la lutte contre le coronavirus. Les échantillons collectés dans nos centres de prélèvement contribuent aussi à suivre l’évolution du taux d’immunité de la population.

Une logistique dans les starting-blocks En temps normal, notre équipe logistique assure les commandes et les livraisons de matériel médical pour les secours, mais aussi pour les actions sociales d’aide aux plus démunis ou les formations de secourisme. Depuis le début de la crise sanitaire, il est surtout questions de masques, de blouses, de gel, de combinaisons, lunettes ou gants… Un système de garde a été mis en place, pour se rendre disponible 24h/24, 7 jours sur 7, et approvisionner en continu nos quinze centres de secours en suractivité.

Appuyer les hôpitaux débordés Tout a commencé par là. Une tente marquée d’une croix rouge devant les urgences d’un grand hôpital bruxellois, fin février. Tout s’est enchaîné ensuite. Une autre tente puis des dizaines… Nous les avons appelées « les postes médicaux d’orientation » et c’est bien de cela dont il s’agissait. Orienter ce flot continu de malades qui se présentaient à l’entrée des urgences, au plus fort de la première vague. Définir qui avait des symptômes covid et qui n’en avait pas. Et soutenir ainsi les hôpitaux débordés. Des centaines de secouristes s’y sont relayés sans relâche parfois 24h/24.

14


Un call-center pour ceux qui n’ont pas de médecin

Prise de température à l’aéroport

15

© Tim Bruyninx

A la relance des vols commerciaux au départ de l’aéroport de Charleroi, la Croix-Rouge a reçu la mission de contrôler la température des voyageurs en partance. Chaque jour, depuis juin, une équipe est sur place. L’approche se veut humaine dans le but de maintenir une relation d’écoute et de confiance avec les usagers de l’aéroport. La même initiative a eu lieu sur le circuit de Spa-Francorchamps durant l’été.

A Bruxelles, où nombreux sont ceux qui n’ont pas de médecin généraliste, la Croix-Rouge opère un call center spécifique, le 1710 (numéro gratuit) pour renseigner et aiguiller les patients présentant des symptômes du coronavirus. Au bout du fil, les secouristes ont travaillé 11 heures/jour et traité des milliers d’appels.


Toujours plus de colis alimentaires La demande a augmenté dès le mois d’avril. Et cela n’a pas cessé depuis. Les files se sont allongées à chaque distribution de colis alimentaires. Nos bénévoles ont accueilli de nouvelles personnes, qu’ils n’avaient pas l’habitude de voir avant le covid. Des indépendants qui ont perdu leur emploi à cause de la fermeture des commerces, des gens du spectacle, des étudiants aussi, d’autres, mis au chômage temporaire. Par endroits, l’aide alimentaire a été multipliée par cinq. Chaque jour, 300 colis, avec des produits essentiels de base, des fruits, des légumes, de la viande, sont distribués. Initialement prévues pour répondre à des situations d’urgence, ces distributions sont devenues un rendez-vous récurrent vital pour un public hélas toujours plus nombreux.

16

© Colin Delfosse


Nous renforçons et adaptons nos actions pour aider les plus vulnérables Distribution de colis alimentaires, soutien aux aînés isolés, urgences internationales… La solidarité est le moteur de nos activités, en Belgique et à l’étranger. Solidarité envers les plus démunis, les familles et les enfants vivant dans la précarité, solidarité envers les personnes sans-abri, solidarité, encore, envers les demandeurs de protection internationale et tous ceux qui perdent le contact avec leurs proches. Quand une catastrophe ou une pandémie survient, tout s’accélère.

Un plan hivernal renforcé

Tournées en rue multipliées auprès des personnes sans-abri

L’hiver est toujours une période difficile. Encore plus quand une pandémie accroît les besoins. Nous avons adapté nos activités, car l’aide est devenue indispensable pour nombre de nos bénéficiaires. Les bars à soupe restent ouverts et s’organisent pour proposer des soupes et sandwiches à emporter ; parfois, on installe une tonnelle avec canon à chaleur à l’extérieur. A Liège, nous avons investi un bâtiment de plusieurs étages, ce qui permet d’accueillir en journée, 7jours/7, plus de 100 personnes dans le strict respect des normes sanitaires. Il est important de garder le lien social, alors que la crise augmente les vulnérabilités. Outre la nourriture, l’échange et la considération sont essentiels !

Au plus fort de la crise, nos visites sont devenues vitales pour les personnes sans-abri, laissées seules dans des grandes villes confinées. Nous avons ajouté à la nourriture des produits d’hygiène, du gel, des masques. Nous avons aussi développé d’autres tournées, pour informer sur le virus et les gestes barrière, et orienter les personnes vers les centres d’hébergement et de confinement, tout en veillant à créer du lien social, essentiel en cette période. Nous avons mis en place de nouvelles équipes de bénévoles, à La Louvière et à Mons.

17


Rompre la solitude des aînés isolés Ce mois de mars 2020, Suzanne ne peut plus quitter sa chambre, où elle prend seule ses repas. Elle ne voit plus personne dans sa résidence. Les visites de Bernard, bénévole à la Croix-Rouge, sont interdites... Depuis plus de dix ans, la Croix-Rouge lutte contre l’isolement social et la solitude des personnes âgées en organisant des visites à domicile ou en maison de repos. La crise sanitaire a conduit nos équipes à se réinventer pour garder le contact, par téléphone, courrier, en distribuant des fleurs ou des smartphones de récupération.

Des centres de confinement dans les grandes villes pour ceux qui n’ont pas de toit Comment confiner ceux qui n’ont pas de toit ? La Croix-Rouge a mis en place et coordonné des centres de confinement à Bruxelles, Liège, Arlon, La Louvière, Mons et Tournai. Ces lieux, aménagés dans l’urgence, ont accueilli inconditionnellement, jour et nuit, les personnes sans-abri malades ou présentant des symptômes du covid, en fournissant tout le matériel de protection et en répondant à leurs besoins de base.

Un accueil digne même pendant la pandémie Le confinement fut particulièrement difficile à organiser et à vivre dans les centres d’accueil de la Croix-Rouge, où sont hébergées plus de 5.000 personnes demandeuses de protection internationale, privées d’activités, de repas partagés, de formations, d’école pour les enfants. Chaque centre a ouvert des espaces de quarantaine et pris les mesures sanitaires adéquates pour préserver un accueil digne et de qualité pour ces personnes qui ont déjà tant souffert avant d’arriver chez nous. De nombreuses personnes accueillies ont tenu à se mobiliser face à l’épidémie, en fabriquant des masques pour la population et des blouses pour le personnel soignant. 18


© Pauline Marcoty

19


20


Des équipes mobiles auprès des migrants en transit Conflits armés, catastrophes naturelles, ou parcours migratoire : chaque année, des familles entières perdent tout contact en quelques minutes. La Croix-Rouge de Belgique aide à rétablir le lien familial. Cette activité est aussi essentielle que fournir une aide alimentaire de base ou des soins médicaux. Nos actions de connectivité se sont poursuivies durant la pandémie et ont été élargies à Namur, Liège et le Hainaut, avec la mise sur pied d’équipes mobiles qui permettent aux migrants en transit de téléphoner à leurs proches.

Nos délégués urgence sur le terrain au Sahel En Afrique, les conséquences de la pandémie sont préoccupantes. Les enfants ne mangent plus à leur faim, ne sont plus vaccinés. Les petits commerces sont fermés, sans aucune aide de l’Etat. Ces pays, déjà marqués par les conflits armés, la malnutrition ou les catastrophes climatiques, sont encore plus fragilisés. La Croix-Rouge de Belgique a mandaté trois délégués de notre pool d’urgence au Tchad, en Mauritanie, et au Sénégal. Ils appuient les efforts des Croix-Rouge locales pour gérer la crise covid, tout en répondant aux besoins essentiels de la population.

© Bruno Bernier

Une catastrophe internationale en pleine crise sanitaire L’explosion qui se produit début août à Beyrouth, au Liban, provoque des centaines de morts et laisse un demi-million de personnes sans-abri. Elle survient en pleine crise économique et sanitaire, alors que les hôpitaux sont déjà surchargés et que le matériel manque. La Croix-Rouge libanaise a été sur le terrain dès les premières minutes du drame d’abord pour sauver des vies et secourir les victimes, ensuite pour apporter une aide essentielle et des abris. La Croix-Rouge de Belgique a soutenu les efforts de la Croix-Rouge libanaise en contribuant financièrement à leurs opérations de secours. Une campagne de récolte de fonds auprès du grand public belge a permis de collecter 175.000€. 21


Nous poursuivons nos autres missions essentielles limiter les effets néfastes des conflits armés sur le plan humanitaire. Nous avons réagi dans l’urgence pour adapter la finale du concours de droit international humanitaire, prévue le 26 mars. En lieu et place des débats publics, les étudiants ont présenté leurs plaidoiries en vidéo, sur Facebook. Pareillement, l’édition 2020 du cours annuel de DIH s’est déroulée exclusivement de manière digitale : bienvenue à l’ACADIHMIE, où les cours étaient donnés en visioconférences, et sur une plateforme en ligne offrant tout le contenu de la formation.

Le virtuel au service de nos activités Premiers secours version 2.0 sur une application, « boîte à outils » pour les enseignants, rassemblement jeunesse et escape game humanitaire pour nos jeunes volontaires, formations des nouveaux bénévoles via des webinaires… Nos services se sont réinventés en 2020 pour que nos missions d’éducation perdurent ! Le virtuel a permis de continuer la diffusion du droit international humanitaire (DIH), qui a pour objectif de 22


© Colin Delfosse

Nos magasins solidaires encore plus solidaires

Matériel paramédical et transports non urgents : la sécurité avant tout

Les vestiboutiques, une centaine de magasins de vêtements de seconde main, permettent aux acheteurs de trouver des produits de qualité à prix réduit, tout en promouvant l’économie circulaire. Elles permettent surtout, grâce aux ventes, de financer les actions locales de lutte contre la précarité. Comme les autres commerces du pays, les magasins Croix-Rouge ont connu plusieurs semaines de fermeture, ce qui a considérablement diminué nos ressources, alors que les demandes d’aide connaissaient une croissance importante. À la réouverture, dans le strict respect des normes sanitaires, nous avons pu accueillir de nombreux nouveaux acheteurs impactés par la crise ou soucieux de nous aider avec des dons de vêtements.

Béquilles, chaise roulante, lit électrique… Pour aider les personnes malades ou victimes d’un accident à conserver leur autonomie et leur confort, la Croix-Rouge propose la location de matériel paramédical adapté. Ce service, très important pour la population, a été maintenu malgré la pandémie. Nous avons adapté nos permanences téléphoniques pour répondre aux urgences, tout en imposant des règles sanitaires strictes. Les bénévoles ont pu de la sorte continuer à livrer et installer à domicile, dans les plus brefs délais, les équipements urgents, et notamment pour les patients sortant d’une hospitalisation covid. Avec le même professionnalisme, nous avons poursuivi nos transports non urgents de patients, vers des consultations spécialisées (dialyse) ou adaptés aux personnes à mobilité réduite. 23


Nos partenaires : des piliers de la solidarité en Belgique et dans le monde Merci infiniment. C’est le message de toutes les forces vives de la Croix-Rouge de Belgique à chacune des entreprises partenaires. Année après année, leur soutien et leur confiance nous aident à mener nos opérations de solidarité, de formation et de secours, à deux pas de chez elles ou à l’échelle de la planète.

NOS PRINCIPAUX PARTENAIRES COVID Les entreprises ci-dessous nous ont apporté un précieux soutien dans notre déploiement face à la crise Covid. Leur mobilisation a été forte, et leurs dons essentiels durant cette période particulière.

La Fondation Roi Baudouin a pour mission de contribuer à une société meilleure. Elle a particulièrement soutenu la Croix-Rouge cette année en appuyant ses actions de terrain envers les personnes les plus impactées par la crise sanitaire. La Croix-Rouge de Belgique remercie vivement la Fondation Roi Baudouin pour son important soutien.

3 PARTENAIRES STRUCTURELS Une SICAV solidaire en faveur des plus démunis.

Un support à notre lutte contre la précarité et notre déploiement Covid.

Un partenariat multi-facette pour soutenir notre organisation dans différents programmes (récolte de sang, santé, précarité…).

Nos plus vifs remerciements vont également à : Beiersdorf Big Mat Biogen Bristol Meyers Squibb

Edenred Essity Fondation Orange Innocent

Keytrade Bank Kiabi M&M’s Pepsi Foundation 24

Play Mobil Sanofi Suez Unilever

Urgo Wanty Wikipower


Nos partenaires institutionnels Cette année, nous avons particulièrement démontré notre rôle d’acteur opérationnel clé en soutien du secteur de la santé et des différents niveaux de pouvoirs publics (locaux, provinciaux, régionaux et fédéraux). Merci pour votre confiance !

Premier mécène du pays, la Loterie Nationale contribue depuis de très nombreuses années à financer le fonctionnement de la Croix-Rouge de Belgique. Elle nous aide ainsi à assurer dans les meilleures conditions nos missions humanitaires.

La Banque nationale est un mécène important et récurrent de la Croix-Rouge de Belgique. Son intervention nous permet d’améliorer en permanence notre offre dans le domaine social

PARTENAIRES INSTITUTIONNELS POUR LES PROJETS NATIONAUX :

Service public fédéral Chancellerie du Premier Ministre

Bruxelles-Environnement

SPF Intégration Sociale

Bruxelles-Mobilité

Les villes et communes de la Fédération Wallonie-Bruxelles, ainsi que les CPAS et les gouverneurs provinciaux

SPF Santé publique

Bruxelles Prévention et Sécurité Cap48 Commission Communautaire Commune Coopération belge au développement (DGD)

PARTENAIRES INSTITUTIONNELS POUR LES PROJETS INTERNATIONAUX :

Démocratie ou barbarie Fedasil Fédération Wallonie-Bruxelles

Bruxelles environnement - IBGE

Fondation Be.source

Coopération belge au développement (DGD)

Fonds Asile, Migration et Intégration de l’union européenne (AMIF)

Croix-Rouge britannique, espagnole, finlandaise, luxembourgeoise et néerlandaise

Fonds Houtman

ENABEL

Info intégration

Médecins du Monde - Espagne

Iriscare

Rode Kruis Vlaanderen

Office de la Naissance et de l’Enfance

Union européenne (ECHO et DEVCO)

Province du Brabant wallon

Vivaqua

Région de Bruxelles-Capitale

Wallonie-Bruxelles International (WBI)

Région Wallonne

Éditeur responsable : P. Hublet, rue de Stalle 96, 1180 Bruxelles | Mise en page : Sébastien Gairaud 25


Merci de votre engagement !

© Colin Delfosse

Agir. Continuer. Ensemble.

Croix-Rouge de Belgique Rue de Stalle 96 - 1180 Bruxelles

26

www.croix-rouge.be BE72 0000 0000 1616