Issuu on Google+

LES CAHIERS DE L’AUTONOMIE N° 24 • avril 2012

Active Ageing

Bien vieillir en restant actif

Chaque jour se présente bien Esch/Alzette Port Payé PS/610


Sommaire Interview Active Ageing - Bien vieillir et rester actif

éditorial 3

Témoignage 5 Les cafés des âges, pour la dynamique de l’Année européenne du Vieillissement actif et la Solidarité intergénérationnelle au Luxembourg Portraits Alessandra Balsamo ( Eng Hand fir déi Krank ) Manuel Guedes ( Eng Hand fir déi Krank ) Centre de Convalescence Emile Mayrisch Vieillir en restant actif, c’est avoir une meilleure qualité de vie !

7 8 9

Témoignage Rééducation gériatrique de la ZithaKlinik : Rester actif jusqu’à un âge avancé – un objectif louable !

10

Témoignage Active Ageing- bien vieillir en institution

12

Séjours, excursions et activités

13

Comité de rédaction : Les collaborateurs du réseau Help Editeur responsable : José Luxen, coordinateur général du réseau Help Adresse de rédaction : 54, rue Emile Mayrisch L-4240 Esch-sur-Alzette tél. 26 70 26 Graphisme : Alternatives Communication S.à r.l. Imprimerie : Imprimerie Centrale Photos : Réseau Help Les cahiers de l’autonomie paraîtront 4 fois par année Les textes transmis sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs respectifs Tirage : 7.000 exemplaires

page 2

Interview

Active Ageing - Bien vieillir et rester actif Régine Arnold, Psychologue, chargée de la direction Centre de Jour psycho-gériatrique de l‘Hôpital Intercommunal de Steinfort

2012 est l’Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle. Elle sera, pour nous professionnels, l’occasion de se pencher sur l’évolution de notre société : mieux comprendre les besoins et les attentes de nos ainés pour y ajuster nos réponses. En effet, vieillir aujourd’hui n’est plus synonyme de passivité et d’attente. Les progrès considérables des soins et des services en tout genre ont permis d’améliorer largement la qualité de vie. Avec les nouvelles technologies, la personne âgée est de mieux en mieux informée et elle peut être réellement un acteur de sa vie. Elle n’est plus tributaire du bon vouloir des autres. Désormais, les offres s’adapteront aux personnes et non l’inverse. Cette liberté de choix et de parole, cette possibilité de faire entendre son droit, se fait aisément aussi bien pour sa santé que pour ses loisirs. Être actif c’est aussi pouvoir continuer à contribuer à la solidarité citoyenne, à l’échange entre les générations. Ainsi « actif » prend tout son sens.

Régine Arnold

Prof. Dr. Dieter Ferring, Université de Luxembourg, Directeur de l‘Unité de recherche INSIDE, directeur d‘études «Master en Gérontologie»

La Commission Européenne a placé l’année 2012 sous le titre de « Active Ageing » et de la solidarité entre les générations. Elle lance ainsi un appel clair aux pays membres de concevoir les conditions pour le vieillissement de telle manière que chaque individu puisse rester actif et vieillir sereinement. Cet appel se base sur la conception qu’« être actif » est une condition primordiale pour bien vieillir. Les questions ouvertes dans ce contexte sont ce que « bien vieillir » veut dire et quelles sont les activités qui peuvent y contribuer. Nous allons analyser ces deux questions plus en détail par la suite. Que veut dire bien vieillir ? Une description pertinente du vieillissement est sans doute que vieillir est universel mais pas uniforme. Les hommes vieillissent différemment en fonction de la dimension que nous considérons ( p.ex. physiquement, psychiquement, socialement, mentalement ). Je peux rester en forme psychiquement et avoir un bon moral même si je souffre de restrictions physiques. D’autre part il y a des personnes qui tout en restant dans une bonne forme physique, déclinent mentalement. Ceci montre que l’âge chronologique ne permet pas nécessairement un diagnostic fiable de la condition physique et psychique. Pour parler de forme physique : les octogénaires entrainés ont une meilleure forme physique que des quinquagénaires qui ne s’entrainent pas. Les hommes vieillissent donc de manière différente et ceci est dû à trois facteurs : le capital génétique, le style de vie de chacun et les conditions sociales du vieillissement. Chacun de nous dispose d’un capital génétique propre qui à travers notre métabolisme peut avoir un impact positif ou négatif sur notre santé. Par ailleurs, le style de vie joue un rôle prépondérant et c’est ce facteur que nous pouvons influencer à l’inverse de notre capital génétique. Les extrêmes sont les meilleurs exemples : chacun de nous devrait comprendre qu’une personne qui consomme régulièrement de l’alcool pendant sa vie d’adulte, fume et ne bouge pas suffisamment en plus de s’alimenter de manière incorrecte, a peu de chance de bien vieillir. D’autre

part une alimentation équilibrée, de l’exercice régulier et une consommation modérée de denrées d’agrément peuvent favoriser un bon vieillissement. Reste la société : Il est clair à ce niveau aussi que vieillir dans une société qui fournit une assurance santé et garantit les pensions et retraites crée d’autres conditions pour le vieillissement qu’une société avec des soins de santé coûteux et qui ne garantissent pas de couverture financière pour les personnes âgées. Dans ces sociétés, la durée de vie est nettement réduite et les personnes vieillissent avec de nombreux problèmes physiques et fonctionnels. Nous en venons donc à la question des facteurs qui peuvent influencer le bon vieillissement. Il est évident qu’il s’agit du style de vie et des facteurs sociaux car nous pouvons les influencer directement ou indirectement. « Active Ageing » au niveau individuel. Il convient de se rendre compte qu’il n’est jamais trop tôt pour commencer à vivre de manière active et saine. Les recherches médicales et psychologiques ont montré qu’une alimentation saine, une activité physique régulière, une consommation très modérée de denrées d’agrément et de drogues et suffisamment de sommeil sont les facteurs les plus importants pour être et rester en bonne santé. Une alimentation saine couvre ce que nous mangeons et comment nous mangeons. Activité physique ne signifie pas que nous devons tous devenir des super sportifs mais plutôt que nous devrions veiller à bouger régulièrement. Par denrées d’agrément on comprend surtout les drogues acceptées par la société comme l’alcool et la nicotine. La consommation régulière d’alcool comme faisant partie de la vie est un facteur à risque pour de nombreuses maladies. L’alcool influence également la capacité de fonctionnement de manière aigue : nos réactions sont plus lentes et moins précises, ce qui augmentent les possibilités de blessures et d’accidents. Fumer a aussi, de manière prouvée, des effets négatifs sur de nombreux organes et représente toujours un des plus importants facteurs de risque pour les maladies cardio-vasculaires et cancers. En référence aux habitudes de sommeil il est également évident

Les cahiers de l’autonomie - n° 24 - avril 2012

page 3


que le corps a besoin de temps de sommeil régulier pour garantir sa régénération. La signification de tous ces facteurs ne fait pas de doute – le problème est que les hommes veulent bien s’y tenir mais ne le font souvent pas. L’explication en sont les facteurs psychiques qui déterminent notre comportement. Chacun de nous doit prendre la décision consciente de mener une vie saine et de mettre en pratique les bonnes résolutions. Ceci dépend largement et de manière triviale de l’importance que chacun accorde à sa propre vie ! Un autre élément déterminant est également la conviction de chacun que ces changements comportementaux auront les effets souhaités sur sa vie. Néanmoins il convient dans un premier temps de connaître les risques pour ma santé. Trop boire et manger, peu d’exercice, sommeil insuffisant, tout cela dépend largement de ce que nous considérons comme normal ou pas.

En guise de conclusion. « Active ageing » veut dire, commencer tôt – au plus tard vers la fin de la cinquantaine – à se décider pour une bonne hygiène de vie. Avec un capital génétique positif et de bonnes conditions sociales, la probabilité de bien vieillir est nettement plus élevée. Le tout est de le vouloir vraiment !

© LG Magazine – Marlene Soares

Témoignage

Les cafés des âges, pour la dynamique de l’Année européenne du Vieillissement actif et la Solidarité intergénérationnelle au Luxembourg Jean-Michel Caudron, consultant en Ingénierie Gérontologique

La Commission européenne a retenu 2012 comme l’année du vieillissement actif et ( nous l’oublions souvent ) de la solidarité intergénérationnelle.

Aujourd’hui, de nombreux cafés des âges ont déjà été organisés : plus de 1 200 en France, avec l’association « Vieillir, c’est vivre ! », une centaine au Québec, avec l’Institut du Nouveau Monde et Espaces 50+ ( avec l’objectif de repenser le contrat social entre les générations au Québec ), ainsi que plusieurs en Belgique.

Le Grand-Duché du Luxembourg ne doit-il pas profiter de ce focus pour mettre en valeur un panorama de la dynamique locale qui existe déjà sur ces 2 thèmes et se projeter dans l’avenir pour les renforcer grâce à ses politiques gouvernementales et communales, en s’appuyant sur la parole des retraités et, plus largement, de tous ses citoyens, nés ici ou ailleurs ?

Le concept de « café des âges » a été créé en 2005 en France, par une équipe autour de Paulette Guinchard, ancienne Secrétaire d’Etat chargée des personnes âgées du Gouvernement Jospin et de Jean-Michel Caudron-Callewaert afin de mettre réellement au cœur des politiques publiques en France les problématiques de l’allongement de la vie, des relations entre les générations, de la qualité en fin de vie. Les cafés des âges ont été élaborés à partir du concept de « café géronto » créé en Belgique, pour répondre à une commande ministérielle, de la Ministre de l’Environnement, de la Protection de la consommation et du Développement durable, Freya Van den Bossche, d’aborder le thème du vieillissement dans le cadre du Plan fédéral 2005-2008.

page 4

© Haykuhi Margaryan

Festivasion a organisé en une année quatre cafés des âges ( 12 novembre 2010 à Esch-sur-Alzette, 16 février 2011 à Luxembourg-Ville, 5 juin 2011 à Echternach, 18 novembre 2011 à Esch-sur-Alzette ). En 2012 HELP, RBS – Center fir Altersfroen et tous les partenaires de Festivasion vont organiser, avec l’aide technique de Jean-Michel CaudronCallewaert, consultant en ingénierie gérontologique, des cafés des âges dans les différentes régions du Luxembourg, ceci avec le soutien de la Ministre de la Famille et de l’Intégration, Madame Marie-Josée Jacobs, afin d’associer de nombreux citoyens à cette réflexion.

Le café des âges est un lieu de débats démocratiques, entre des citoyens de toutes générations, à l’instar des cafés philo ou autres cafés citoyens, où la parole doit circuler librement dans un cadre convivial d’écoute réciproque. Mais à la différence de ceux-ci, le café des âges est centré sur le « vivre ensemble à

travers nos âges », ainsi que sur la production d’un compterendu. Celui-ci permettra, après analyse, de dégager des préconisations citoyennes qui seront transmises aux différents niveaux de pouvoirs politiques…

Les cahiers de l’autonomie - n° 24 - avril 2012

page 5


Portraits

Lancée le lundi 27 février 2012 par la Ministre de la Famille et de l’Intégration, Madame Marie-Josée Jacobs, à la Maison de l’Europe, cette dynamique luxembourgeoise des cafés des âges devrait permettre de renforcer la « participation sociale, économique, politique et culturelle » des retraités, ainsi que « la valorisation de leurs ressources », voulues par le Gouvernement.

De nombreux participants signalent avoir une vie active avec un emploi du temps bien chargé. Certains reconnaissent que dans leur entourage, ils connaissent des personnes qui ont peu de contacts sociaux et qui ne sortent quasiment plus. La population masculine âgée rencontrerait plus de difficultés à maintenir un canevas social.

Ces cafés des âges permettront aux citoyens de toutes générations de s’interroger ensemble sur leurs vécus et leurs perceptions du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle, ainsi que sur leurs attentes.

Certaines personnes vivent isolées et ne participent pas aux activités. Une méconnaissance des différentes possibilités existent ( exemple les activités des clubs senior ). Certains groupes se sont interrogés sur les raisons et signalent une perte de confiance, la peur du changement, la problématique de la langue pour les migrants ou le choix des activités. Mais dès que le contact est pris avec une association, facilité par l’accompagnement d’un proche le plus souvent lors des premières sorties, les personnes y participent régulièrement.

Une synthèse des débats offrira une vision nationale et locale autour de celles-ci et facilitera l’émergence de préconisations

Prochains cafés des âges : 24 mai de 14h à 17h : Club Sen ior Sandweiler 28 juin de 15h à 18h : Lycée Ste -Anne Ettelbrück 20 septembre : Centre de Jour HIS Steinfort 25 septembre : Club Senior à Lor entzweiler (à confirmer) 4 octobre : Club Senior Schiffla nge

citoyennes que pourrait reprendre le Gouvernement pour optimiser la chance pour tous que constitue l’allongement de la vie et pour aborder de façon fraternelle les défis que cet allongement pourraient poser à la société luxembourgeoise. Le premier café des âges a eu lieu le 27 février 2012 à la Maison de l’Europe et a eu pour thème l’Année européenne du vieillissement actif et la Solidarité intergénérationnelle. Au total 70 personnes de tout âge et nationalité ont participé au débat. Après l’accueil et les discours des autorités, M. Caudron, modérateur de ce café des âges, a décrit brièvement le fonctionnement de la discussion. 5 groupes ont été constitués comprenant chacun un modérateur et un rapporteur.

Conscients que la vie s’arrête un jour, ils souhaitent profiter pleinement de celle-ci et sont sensibles à une vie active, à une stimulation de la mémoire et à garder ou nouer de nouveaux contacts. Autre constat surtout par les migrants : la société évolue et la crise a modifié certains projets personnels. Suggestions : les espaces de rencontre ou les solutions proposées par les communes ne sont pas toujours suffisants. Certains souhaitent participer davantage à la vie associative et aider les jeunes. Le facteur intergénérationnel est abordé et plusieurs personnes souhaitent s’impliquer davantage. Pour d’autres, ils gardent régulièrement leurs petits enfants. Les réflexions ont aussi porté sur la question « Tout le monde n’a pas envie de vieillir activement, faut-il respecter cette décision ? ». Cette question relève de l’éthique et les commentaires sont divergents à ce sujet. Ainsi il est suggéré pour 2013 de porter le débat sur comment nouer un contact avec une personne isolée et comment l’emmener vers une vie plus active ? Nous vous invitons vivement à participer à cette discussion dans le cadre des prochains cafés des âges.

Eng Hand fir déi Krank

Alessandra Balsamo, Responsable du service « Eng Hand fir déi Krank » de la Croix-Rouge luxembourgeoise

Le service « Eng Hand fir déi Krank » de la CroixRouge luxembourgeoise a pour mission de répondre aux besoins des personnes souffrant de solitude et d’isolement. Les personnes les plus touchées sont les personnes âgées, malades ou handicapées qui voient leur réseau social s’amenuiser. La mission des bénévoles est de contribuer à améliorer la qualité de vie de ces personnes. Au terme de leur formation, ils signent une charte dans laquelle ils s’engagent à soutenir et à encourager l’envie de lien social, en apportant un accompagnement basé sur le respect et sur la communication. Leur action illustre une reconnaissance, une valorisation et une mise en confiance de l’autre. Ils tiennent compagnie à la personne isolée et partagent avec elle des activités d’intérêt commun. Chacune des parties en retire une source d’épanouissement, ce qui fait objet de la nouvelle culture du bénévolat. En 6 promotions, 60 bénévoles ont été formés dont 37 sont actifs actuellement. Une formation est assurée chaque année. 86 personnes sont accompagnées, réparties sur 17 localités différentes du pays.

Les tâches d‘Alessandra Balsamo : Recrutement et coordination des bénévoles ; Formation et encadrement des bénévoles ; Supervision de groupe ou individuelle ( lors des stages ) ; Travail de sensibilisation avec les patients pour les préparer à recevoir un bénévole ; Administration ; Sensibilisation pour le grand public ; Lien avec les différents services de la Croix-Rouge.

Comment bénéficier de ce service ? « Tout simplement en le demandant et selon les disponibilités des bénévoles. Généralement, je suis contactée par l’antenne des soins à domicile et je vais ensuite rendre visite au patient pour faire un travail de sensibilisation ainsi que pour le préparer. Le service est également contacté par les familles des personnes en besoin ». Comment devenir bénévole ? « Je dirais qu’il faut tout d’abord être motivé et disponible une fois par semaine. Il faut ensuite faire une formation de 30 heures et un stage. Après une supervision réussie, vous pouvez devenir bénévole ».

Les discussions dans les différents groupes ont montré les différents points de vue des participants et ont aussi abouti à des propositions de solutions. page 6

Les cahiers de l’autonomie - n° 24 - avril 2012

page 7


Centre de Convalescence Emile Mayrisch

Eng Hand fir déi Krank

Manuel Guedes,

Jean-Philippe Schmit,

Bénévole du service « Eng Hand fir déi Krank » de la Croix-Rouge luxembourgeoise

« Il faudrait plus de bénévoles, ils ne le regretteront pas ! » Manuel est un ancien serrurier de 61 ans. Il a suivi la formation pour être bénévole dans ce service il y a trois ans et pratique ce bénévolat depuis deux ans. « Une fois la formation terminée, nous sommes envoyés chez des personnes demandeuses et généralement le courant passe très bien. Nous créons des liens rapidement ». Cet homme rend visite à une femme de 95 ans et ce, une fois par semaine. Cette activité est devenue un véritable passe-temps. « C’est également une occupation pour moi ; on se raconte notre vie, on se parle de nos enfants, de la vie de tous les jours. C’est très agréable ! Quand il fait beau, on se promène. En ce moment, je suis accompagné d’une stagiaire, une jeune maman qui prend son nouveau-né avec elle et ma patiente apprécie énormément. Théoriquement, Madame Balsamo nous demande de ne rester qu’une heure avec le patient mais le temps passe si vite qu’il est pratiquement impossible de respecter cet horaire ».

Directeur du Centre de Convalescence Emile Mayrisch

Personnellement, vous préférez rendre visite à des dames ou à des messieurs ? « Pour ma part, je trouve qu’il est plus facile de rendre visite à une femme qu’à un homme car entre hommes, nos conversations se limitent souvent au sport ».

J’ai tout simplement choisi ce service parce que j’aime le contact avec les personnes âgées, c’est sans doute parce que j’ai perdu mes parents très jeune. Je suis toujours content d’aller lui rendre visite, ça m’occupe et je ne saurais plus m’en passer. Manuel suit également une formation sur la démence pour peut être un jour s’occuper d’une personne qui en est atteinte. Une fois par mois, tous les bénévoles se réunissent pour se raconter leurs expériences. Autrement dit, Manuel est un retraité plutôt bien occupé !

Rester actif, c’est avoir une vie sociale, en fonction de ses pôles d’intérêt. Le Centre de Convalescence organise un cycle de conférences, à visée de santé publique, intitulé « les mardis de la santé publique ». Ces conférences auront lieu dans les locaux du centre et se termineront par un « Kaffiskränzchen ». L’accès à ces conférences est libre à toute personne intéressée. Rester actif, c’est avoir une alimentation équilibrée. La Croix-Rouge luxembourgeoise organise pour les communes avoisinantes un service de repas sur roues. Une alimentation variée, de grande qualité, et souvent issue des jardins du château de Colpach compose le menu journalier. Les conférences du mardi auront aussi pour sujet l’alimentation de la personne âgée.

Pourquoi avez-vous décidé de faire du bénévolat ? Et pourquoi ce service ? Je suis pensionné depuis 3 ans et étant quelqu’un d’actif, je ne me voyais pas ne plus rien faire de mes journées. J’ai donc décidé de m’engager et de devenir bénévole.

« Malheureusement, il n’y a pas assez de bénévoles, dans le sud du Luxembourg en particulier. Il en faudrait plus et je suis persuadé qu’ils ne le regretteront pas ! »

page 8

Vieillir en restant actif, c’est avoir une meilleure qualité de vie !

Lors de l’année internationale de la personne âgée en 1999, l’OMS a lancé le slogan « Restons actif pour bien vieillir ! » Ce thème est en parfaite harmonie avec le thème de l’Année européenne 2012 « Vieillissement actif et solidarité intergénérationnelle ». Le Centre de Convalescence Emile Mayrisch de la CroixRouge luxembourgeoise à Colpach participe à l’année du vieillissement actif et soutient ce concept en développant quatre axes distincts : Rester actif, c’est avoir une activité physique, en fonction de son âge et de ses capacités. Le parc de 33 hectares, arboré de sujets remarquables, traversé par un ruisseau avec étang est pourvu d’un parcours VITA de 15 postes. Le but est de retrouver la nature grâce à la marche et aux exercices possibles aux stations VITA. L’accès à ce parcours est libre à chacun. Le parcours VITA est un parcours de santé proposant différentes activités sportives et exercices physiques, généralement dans un cadre naturel.

Rester actif, c’est avoir un réseau social, c’est-àdire avoir des interactions sociales avec des individus ou des organisations. C’est rester actif, fuir l’isolement social, la solitude… Le Centre de Convalescence Emile Mayrisch peut vous accueillir via les conférences, les promenades dans le parc, la possibilité de soins Wellness, coiffeur, esthéticienne et d’une cafétéria dès la fin de rénovation du château. Mener une vie saine et aussi enrichissante que possible est un gage de « bien vieillir ». C’est ce que nous souhaitons pour chacun d’entre nous.

Les cahiers de l’autonomie - n° 24 - avril 2012

page 9


Témoignage

Rééducation gériatrique de la ZithaKlinik : Rester actif jusqu’à un âge avancé – un objectif louable !

d’actes que possible. Une rééducation gériatrique est utile pour les patients âgés qui après un incident aigu subissent une diminution de leur autonomie fonctionnelle, notamment après : Infarctus, modifications dégénératives, syndrome de Parkinson Fractures, prothèses, osteoporose sévère, polyarthrite Décompensation de maladies chroniques Maladies cardio-pulmonaires ( p.ex. insuffisance cardiaque, emphysème pulmonaire ) Opérations qui impliquent une immobilité progressive Syndrome de douleur chronique Maladie métabolique avec conséquences tardives Tumeurs

L’objectif de la rééducation gériatrique de la ZithaKlinik est d’aider les personnes âgées qui par une maladie, une opération ou un accident se trouvent menacées dans leur autonomie ou qui l’ont déjà partiellement perdue à retrouver une vie active, indépendante et digne. L’équipe multidisciplinaire est composée de médecins, thérapeutes ( kinésithérapie, ergothérapie, orthophonie, psychomotricité, psychologie ), infirmières, aides soignants spécialisés, assistants sociaux et nutritionnistes sous la coordination de médecins spécialistes.

Demandes : Les demandes d’admission en rééducation gériatrique ( stationnaire ou ambulante ) doivent se faire par un médecin de l’hôpital ou le médecin traitant auprès du secrétariat. De plus amples informations ainsi que les formulaires de demande sont disponibles auprès du secrétariat de la rééducation gériatrique ou sur le site internet www.zitha.lu sous le centre de compétence Gériatrie.

Que signifie « rééducation gériatrique à la Zitha- Klinik ? » Au centre de l’attention se trouvent les fonctions pratiques de la vie quotidienne de patients âgés : se lever sans assistance d’un tiers, se laver et s’habiller, aller à la toilette, marcher sur une distance plus grande, monter et descendre les escaliers ou quitter la maison. La maîtrise de ces fonctions détermine si ces personnes peuvent vivre de manière autonome à l’avenir. Nous essayons de pratiquer avec les patients une rééducation aussi proche que possible de leur condition de vie réelle. Ainsi, il a été possible au courant de l’année passée de laisser retrourner 3 patients sur 4 ( 73 % ) dans leur environnement de vie habituel. Une collaboration multi-professionnelle en coordination avec les patients âgés et leur famille est un facteur important de la rééducation gériatrique stationnaire et ambulatoire à la ZithaKlinik.

ir dans le but d’offr Pour ses efforts e qualitativ une rééducation individuelle, de haut niveau et çu le prix la ZithaKlinik a re 10. bourgeois en 20 de qualité luxem

Au courant des premiers jours de la rééducation, le médecin, les thérapeutes et le personnel soignant établissent un diagnostic d’admission détaillé. Par ailleurs, les services sociaux du département sont à la disposition des patients et de leur famille dès l’admission afin d’organiser un suivi individuel après la rééducation.

groupe. Les progrès sont vérifés sur base hebdomadaire avec une adaptation correspondante des plans et des objectifs de thérapie. Toutes les mesures visent à l’activation du patient, sa mobilisation et finalement à lui rendre le plus d’autonomie possible.

Au courant des premiers jours, l’équipe de rééducation détermine avec le patient les objectifs d’une thérapie individuelle et planifie les mesures de thérapie à prendre. Le traitement se déroule aussi bien de manière individuelle qu’en

Le personnel soignant assiste le patient pour toutes les questions de soins ( notamment l’hygiène corporelle ). Cette assistance est adaptée graduellement aux progrès faits par le patient afin de lui permettre d’accomplir lui même autant

page 10

Personnes de contact Médecin coordinateur Dr Andreas Dinsenbacher andreas.dinsenbacher@zitha.lu Secrétariat

Loni Zimmermann rge@zitha.lu

Coordinatrice

Pascale Bleser pascale.bleser@zitha.lu

Pour toute information complémentaire ou question vous pouvez joindre le secrétariat de la rééducation gériatrique les jours ouvrables de 9.00 à 17.00 heures au 49776-4701.

Les cahiers de l’autonomie - n° 24 - avril 2012

page 11


Témoignage

Séjours, excursions et activités pour le 2ème trimestre 2012

Active Ageing - bien vieillir en institution Jean Bohler, Directeur du Jousefshaus, Centre Intégré pour Personnes Âgées à Remich ; Chargé de direction du Jousefsclub, Club Senior à Remich ; Président du Conseil Supérieur des Personnes Âgées au Luxembourg ; Président du GRIPA asbl, Groupement des Responsables des Institutions pour Personnes Agées ; Membre du Bureau Exécutif de E.D.E. asbl, Association Européenne des Directeurs de Structures d’Accueil et de Services aux Personnes Agées

Active Ageing - Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle 2012, telle fut déclarée l’année 2012 par la Commission européenne. Le but au niveau européen est clairement défini : Bien vieillir tout en restant actif ! Il n’est jamais trop tard pour… Nous pouvons tous et toutes bien vieillir à l’endroit où nous nous trouvons, au domicile, en institution, en déplacement à l’étranger ou au Luxembourg. Il n’y a pas de limites, pas de frontières, pas d’obstacles externes, si ce n’est notre propre courage de continuer et de progresser, ou de nous épanouir pleinement. L’ultime déménagement, l’arrivée en institution, se réalise de plus en plus tardivement, à un âge avancé, voire très avancé et la vie continue évidemment. En effet, il faut que chacun se rende compte qu’il n’y aura pas de différence dans les relations intergénérationnelles, le voisinage, la vie en couple, la vie en communauté. La plupart des institutions en Europe et au Luxembourg se font le plaisir d’accueillir un grand nombre de personnes âgées dans une structure, sous un toit. Très souvent une centaine de personnes ou plus doivent reprendre l’habitude, apprendre à vivre en communauté, à s’adapter à une vie en groupe souvent oubliée au domicile. Les dimensions du terrain autour de la maison, de l’appartement en soi ont peut-être diminué progressivement avant l’entrée en institution et l’aménagement du logement, de la chambre individuelle font peut être peur, mais ces barrières difficilement surmontables pour les uns créent un réel défi pour les autres. Je ne peux que conseiller toute personne concernée, sa famille, ses voisins et amis de bien préparer ce changement

page 12

environnemental sans pour autant changer les habitudes prises au courant des décennies passées. La vie active en institution n’est pas forcément synonyme d’exploits physiques importants et la convivialité, l’harmonie de la vie commune, les échanges réciproques succèdent à la réalisation des activités de la vie journalière. Les priorités changent et il est important de ne rien forcer, de se concentrer plutôt sur les progrès réalisés sans se préoccuper uniquement des déficits éventuels. Chaque être humain doit apprendre et réapprendre tout au long de sa vie pour pouvoir évoluer et avancer. Des buts, des visions à court, à moyen et à long terme permettent à chacun de réaliser ses exploits désirés et malgré la différence énorme d’une personne à l’autre, il est important de continuer, de ne jamais s’arrêter. Le déménagement en institution de la personne âgée ne veut donc pas dire qu’elle oublie ses occupations, ses désirs, ses souhaits et néglige les contacts humains entretenus, qu’elle se laisse faire, qu’elle devienne passive et essaye de rompre avec sa vie passée.

Avril

11 avril - 18 avril : Séjour d’une semaine à Ténériffe en demi-pension. Prix par personne en chambre double : 1980 e ; supplément chambre single : 400 e. Le prix comprend la prise en charge à domicile, le voyage aller / retour en avion au départ du Luxembourg avec Luxair en classe economy suivant programme, l’hébergement de 7 nuits à l’Hôtel Mediterranean Palace en demi-pension, une excursion d’une journée, l’assurance du voyage.

12 avril à 14h00 : Kino a Kaffi. « A Wopbopaloobop a Lopbamboom !!! » au Kinosch ( Esch-sur-Alzette ). Prix par personne : 8 e ( Café et tarte inclus ). 18 avril : Grande fête de printemps à Helmdange. Ambiance festive, repas convivial et musiques de tous les coins du monde vous attendent. Une belle tombola clôturera la journée. Prix de l’entrée avec le repas : 16 e ( Boissons à charge des participants ). Le transport est à la charge de chacun, si vous rencontrez des difficultés, contactez nous, nous vous aiderons à trouver un moyen de locomotion adapté.

26 avril à 14h30 : Kino mat Häerz a Kaffi. « Les Vacances de M. Hulot » L’Inoubliable M. Hulot avec sa pipe et ses innombrables gaffes ! ( Version originale française ) à la Cinémathèque ( Cloche d’Or ). Accès pour personnes à mobilité réduite. Prix par personne : 8 e ( Café et tarte inclus ).

Tout changement accompagné d’une activité physique et mentale positive est le garant d’un vieillissement actif agréable pour la personne et son entourage.

Mai

La vie est une évolution constante ! Acceptons-le, profitons-en et partageons-la. Découvrons ensemble les horizons nouveaux, inattendus mais réels.

10 mai à 14h00 : Kino a Kaffi. « The invention of Hugo Cabret » au Kinosch (Esch-sur-Alzette). Prix par personne : 8 e ( Café et tarte inclus ). 22 mai : Excursion croisière d’une journée sur le bateau Princesse Marie Astrid de Grevenmacher à Mettlach.

Accessible à tous mais avec une escale de 2h à Sarrebourg uniquement réservée aux personnes valides. Les personnes à mobilité réduite resteront sur le bateau en compagnie d’une animation musicale. Prix par personne : 70 e. 24 mai à 14h30 : Kino mat Häerz a Kaffi. « Léif Lëtzebuerger… D’Grande-Duchesse am Exil 1940- 1945 » Un documentaire impressionnant sur notre Grande- Duchesse pendant la Guerre ! ( Version originale luxembourgeoise ) à la Cinémathèque ( Luxembourg-Ville ). Prix par personne : 8 e ( Café et tarte inclus ).

Juin

5 juin - 8 juin : Séjour de 4 jours à Blankenberge. Prix par personne en chambre double : 700 e ; supplément chambre single : 85 e. Le prix comprend la prise en charge à domicile, le voyage en autocar selon programme, l’hébergement de 3 nuits à l’hôtel Saint Sauveur en demi-pension, l’assurance de voyage.

6 juin : Thé Dansant – Live Music zu Hielem. Le plaisir de se retrouver pour célébrer un thé dansant avec une ambiance festive, un repas convivial et de la musique danse standard, tango, passo doble, bossa nova. Une belle tombola clôturera la journée. Prix de l’entrée avec le repas : 16 e ( Boissons à charge des participants ).

14 juin : Kino a Kaffi. « Schacko Klak » au Kinosch ( Esch-sur-Alzette ). Prix par personne : 8 e ( Café et tarte inclus ).

28 juin à 14h30 : Kino mat Häerz a Kaffi. « Die Drei von der Tankstelle » Un classique avec bonne humeur garantie et Germaine Damar, l’actrice luxembourgeoise ! ( Version originale allemande ) à la Cinémathèque ( Luxembourg-Ville ). Prix par personne : 8 e ( Café et tarte inclus ).

Les cahiers de l’autonomie - n° 24 - avril 2012

page 13


Séjours de vacances 2

ème

semestre 2012

15 juillet - 22 juillet : Séjour au Timmendorfer Strand au Maritim Seehotel. Voyage en Autocar Comfort. Logement de 7 nuits en demi- pension au Maritim Seehotel, Timmendorfer Strand. Prix par personne : 1420 e ( supplément en chambre single : 154 e).

Courant septembre : Séjour d’une semaine en demi-pension à Palma de Majorque. Merci de contacter la Helpline ou votre antenne de soins à domicile à partir du mois d’avril pour connaître les dates du séjour.

Pour plus d’informations sur nos activités et loisirs ou pour confirmer votre participation à une des activités proposées, contactez-nous à la Helpline HELP 26 70 26.

Réponses au jeu du Cahier de l’Autonomie Nr°23 page 19

1 L’appareil Nemo est un téléphone 2 L’appareil Nemo permet la géolocalisation 3 A domicile Nemo sert de base de réception 4 Nemo ne nécessite pas l’installation d’une ligne téléphonique 5 La géolocalisation couvre l’ensemble du territoire luxembourgeois 6 Nemo garantit une accessibilité 24 h / 24 et 7 j / 7 7 Nemo a un poids de 272 grammes

Vrai Vrai Vrai Vrai Vrai Vrai

Faux

( poids : 82 gr. )

Gagnants du jeu : Monsieur Marcel Kieffer, Madame Jeanne Nangaroni-Weber, Madame Chantal Cannivé

Le réseau HELP souhaite tous les meilleurs vœux à Madame Madeleine Wagener-Latour pour ses 100 ans, fêtés en décembre 2011.

page 14


Active Ageing