Issuu on Google+

N°12 - octobre 2008

les cahiers

de l’autonomie

Esch/Alzette Port payé PS/610


Sommaire

Sommaire Le mot du Président John Castegnaro, Président

La Croix-Rouge luxembourgeoise Jacques Hansen, Directeur général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 ..............................................

Historique José Luxen, Coordinateur général Vito Annicchiarico, Secrétaire général

....................................

3

4

Doheem versuergt, partenaire du réseau Help Catherine Gapenne, responsable département des soins . . . . . . . . . . . 8 Doheem versuergt, service activités / animations Gérard Bazi, responsable du service activités / animations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Syrdall Heem, partenaire du réseau Help Dr. Jean-Marie Mangen, Président et Sonia Sanna-Marzona, Chargée de direction

....................

11

Les centres de jour au sein du réseau Help Les membres du comité de coordination . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Muselheem, partenaire du réseau Help Gust Stefanetti, Président et Marielle Oberweis, Chargée de direction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

Les enfants ne deviennent pas les parents de leurs parents Christine Buttol, psychologue, Doheem versuergt

.................

Le service bénévolat «eng Hand fir dei Krank» François Bernard, Christine Buttol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Centre Hospitalier Emile Mayrisch Docteur Michel Nathan, Directeur général CHEM

..................

................

Pour me sentir encore mieux chez moi... Caroline Caudmont, ergothérapeute, Doheem versuergt

...........

15

Mettre en place un processus dynamique favorable au patient et à ses proches Carole Longhini, membre du CA du réseau Help

...................

Schrëtt fir Schrëtt, asbl Maggy Wagner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Le tricycle au centre psycho-gériatrique de Steinfort Les 100 ans de Mme Jacoby . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 Objectif Plein Emploi, partenaire du réseau Help Romain Binsfeld et Romain Biever, administrateurs . . . . . . . . . . . . . . . 22

Personne relais au CHEM Dudelange Caroline Caudmont, ergothérapeute, Help- Doheem versuergt . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 ...........

Le service kiné, maillon d'une prise en charge interdisciplinaire Myriam Jacoby, kinésithérapeute, Help-Doheem versuergt

......

37

38

Le petit déjeuner à l'hôpital intercommunal de Steinfort Sophie Marson, ergothérapeute, HIS Steinfort . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Steinfort et son infrastructure hospitalière Nico Ollinger, Directeur HIS Steinfort . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 La qualité des prestations aux personnes à domicile Groupe de travail «qualité» au sein du réseau Help . . . . . . . . . . . . . . 42 Help et la culture: les sorties cinéma Madame, patiente au réseau Help Daniela Coccia, aide socio-familiale Doheem versuergt . . . . . . . . . . . . . . 44

Comité de rédaction: les collaborateurs du réseau Help Editeur responsable: José Luxen, coordinateur général du réseau Help Adresse de rédaction: 54, rue Emile Mayrisch • L-4240 Esch-sur-Alzette • tél. 26 70 26 Graphisme: Paprika+ • Bascharage • tél. 26 501 775 Imprimerie: Watgen • Luxembourg • tél. 43 84 86-1 Photos: Marc Deloge, Vito Annicchiarico, Dani Octave, José Luxen

les cahiers de l’autonomie

34

16

Au bout du fil, les cahiers de l'autonomie la parole à une lectrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19

2

30

La continuité des soins palliatifs Simone Majerus, infirmière spécialisée en soins palliatifs, DV et Christian Schmitz, responsable soins palliatifs, CHEM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

L'infirmier relais - José Luxen, Coordinateur général «Bonjour Madame, vous vivez à domicile» Témoignage de Madame, patiente au réseau Help

26

Les cahiers de l’autonomie paraîtront 4 fois par année. Les textes transmis sont publiés sous la responsabilité des auteurs respectifs. Tirage: 8.000 exemplaires


Le mot du Président

Par rapport à ce défi de taille, permettez-moi de considérer la genèse du réseau HELP à cette époque comme un pari titanesque.

Il y a dix ans le réseau HELP est devenu opérationnel avec l'application de la loi sur l'assurance dépendance au Luxembourg. Ce fut un projet de loi qui a fait époque dans le sens qu'il agissait sur un phénomène démographique dans nos sociétés à l'aube du 21e siècle qui devenait de plus en plus perceptible, en l'occurrence, le vieillissement de nos populations. Il devenait évident que les instruments existants et historiquement installés à travers la construction de notre Etat Social ne tenaient pas compte de cette nouvelle donne. Aujourd'hui, le constat est que l'espérance de vie des femmes et des hommes est en constante augmentation, ce que nous saluons tous. Le constat est également que la tranche de la population des personnes âgées gagne en importance par rapport à la population totale et que de nouvelles responsabilités et obligations solidaires dans le domaine des soins et de l'accompagnement de ces personnes deviennent primordiales et engagent toute la société.

D'abord il y avait une ambition, celle de créer un réseau opérationnel d'acteurs et de prestataires pour subvenir aux nouvelles exigences posées par cette mission inédite, certes réglées par la loi, mais demandant une compréhension profondément humaine ainsi qu'un esprit tout aussi altruiste que créatif, pour y parer. Ceci d'autant plus que les protagonistes de la première heure étaient persuadés qu'il fallait aller au-delà des requêtes exprimées à travers le texte de loi et qu'une approche humaine et généreuse, englobant tous les aspects d'une vie décente dans notre société, s'imposerait. Ainsi, nous considérions que la prestation ou l'acte de soins en soi n'avait de sens et de valeur que si la personne nécessiteuse est une personne heureuse et pouvant jouir d'un cadre de vie bienséant.

toute pièce à partir d'un engagement fort de quelques institutions et de leurs représentants respectifs. Ce fut, à ce moment, un acte construit sur une grande solidarité et un extraordinaire courage entre les promoteurs et ces mêmes notions devinrent les mots clés et maître-mots qui nous ont guidés jusqu'à aujourd'hui. Je suis persuadé que ces fondements sensiblement humains sur lesquels s'est construit le réseau d'aides et de soins HELP sont tout aussi perceptibles pour toutes les parties concernées à travers le travail quotidien et les relations engagées. Le choix pour le prestataire HELP, qu'on fait plus de 3.000 personnes, ne peut que confirmer cette appréciation et soutient considérablement les efforts journaliers des plus de 1.000 salariés de notre réseau. Je remercie toutes celles et tous ceux qui ont choisi le réseau HELP pour leur confiance et qui nous permettent ainsi de persévérer dans notre démarche. John Castegnaro

En fait, nous concevions notre projet dans le cadre de l'assurance dépendance comme étant un projet à dimension sociétale globale.

Président et cofondateur de Help et d'Objectif Plein Emploi, membre du Conseil d'Administration de la Croix Rouge luxembourgeoise

Pour cela, nous partions de zéro. Le réseau HELP a été monté de

les cahiers de l’autonomie

3


Help

1998-2008: 10 ans déjà 2008-2018: et à l'avenir

» Vivre à domicile n’a de sens... que si on vit heureux « Historique

1998… Raconte-moi, 10 ans déjà... Autour d’une table des femmes et des hommes se sont posés la question en 1998; quelle initiative prendre dans le monde de la santé en tenant compte non seulement de l’assurance maladie, de la nouvelle assurance dépendance mais en développant un concept global de l’accompagnement à domicile? Avec l’économie solidaire, avec les partenaires hospitaliers, avec les prestataires du domicile, la capitalisation des compétences de chacun va engendrer la création du réseau Help. Chaque patient est reconnu comme un être humain à part entière. Notre slogan développé en 1999 a été présent dans tous les développements de nos projets. Le réseau Help souhaite apporter des soins et des services de qualité à domicile et d’améliorer ainsi la vie au quotidien de l’ensemble des patients et de leurs proches. Ce n’est pas seulement un réseau d’aides et de soins, et vous trouverez en lisant ce cahier de l’autonomie différentes initiatives développées par le réseau Help, initiatives dans la sphère culturelle, touristique ou de santé publique. Autonomie, proximité et qualité de vie riment avec accompagnement à domicile.

4

les cahiers de l’autonomie

Help, réseau d‘aides et de soins à domicile est créé par Objectif Plein Emploi, réseau de développement local de l‘emploi. Les partenaires sont: la Croix-Rouge luxembourgeoise et les 4 hôpitaux du sud: l’hôpital de la ville d’Esch/Alzette, hôpital Princesse Marie Astrid de Differdange, l’hôpital de la ville de Dudelange et l’hôpital intercommunal de Steinfort le 1er juillet 1998. Le complément de services apporté par l‘économie solidaire et la filière soins avec les hôpitaux sont les originalités. Il couvre les cantons d‘Esch-surAlzette et de Capellen, la CroixRouge engage les soignants. Les antennes de la Croix-Rouge de Pétange et de Steinfort étaient déjà fonctionnelles. Avec l’association des médecins généralistes, mise en place du carnet du patient. Sous forme d’un agenda, ce support

est une aide quotidienne pour les patients, les proches et tous les intervenants. Inauguration du premier centre d’initiative et de gestion local par Objectif Plein Emploi, les services de proximité se mettent en place.

1999... L'Assurance Dépendance démarre le 1er janvier 1999. Le slogan “Vivre chez soi n'a de sens que si on vit heureux” est lancé lors de la conférence présentant le concept du réseau Help. Les idées d'interdisciplinarité et de soins continus sont exprimées. Démarrage du Help Line.

Prix Johnson et Johnson de 600.000 frs pour le projet: création d’une antenne mobile de la douleur auprès des personnes dépendantes.

2000... Un code de bonne conduite est signé avec les médecins généralistes. Ouverture de deux antennes d’aides et de soins: • dans l’enceinte de l’hôpital de Dudelange


Message de José Luxen Coordinateur général du réseau Help et de

Vito Annicchiarico

Secrétaire général

• à l’hôpital Princesse Marie Astrid de Differdange.

2001... 150 soignants prestent des soins à partir de 6 antennes du sud du pays. Emménagement dans les nouveaux bureaux de l'ancienne maison du concierge dans l'enceinte de l'Hôpital de le Ville d'Esch-sur-Alzette. Inauguration des antennes d’aides et de soins: • à Kopstal • à Esch-sur-Alzette Prix Johnson et Johnson de 20.000 euros: “j’avais 20 ans en ce temps là”.

2002... Fusion avec les partenaires de Muselheem, de Syrdall Heem et d‘Uelzechtdall. Help devient réseau national d‘aides et de soins à domicile. 4 centres de jour s‘ajoutent à la réponse apportée à la population. (Wasserbillig, Remich, Niederanven et Bofferdange). Pour la Croix-Rouge luxembourgeoise, une asbl spécifique pour les aides et soins à domicile est créée: Doheem versuergt. Participation aux journées santé, expositions ou foires à raison de +/- 20 journées /an

afin de présenter les services offerts à domicile. Contrat free lance dans le cadre du conseil et du soutien des psychologues, ergothérapeutes et kinésithérapeutes. Ouverture des antennes à Remerschen et Luxembourg Nord. Objectif Plein Emploi développe les centres d’initiative et de gestion local sur plus de 35 communes. Les services de proximité apportent une complémentarité aux aides et soins à domicile. Développement de modules de formation en commun.

2003... Engagement des psychologues et ergothérapeutes sous statut salariés par les partenaires. Ouverture des antennes à Ell, Wiltz et Schifflange.

Fusion des hôpitaux d‘Esch-surAlzette et de Dudelange pour former le Centre Hospitalier Emile Mayrisch (CHEM). Emménagement de Doheem versuergt au 11, Place Dargent, L-1413 Luxembourg. Engagement de kinésithérapeutes salariés par les partenaires. Le carnet du patient, tiré à 6.000 exemplaires, continue à être sponsorisé par la firme Hospilux.

2006... Ouverture d'une plateforme info-éducative à Esch/Alzette. En collaboration avec Horesca, le projet Hôtel-autonomie est lancé. Le premier “cahier de l’autonomie” sort de presse, trimestriel bilingue qui s’adresse en

2004... Définition de la ligne graphique pour les voitures. Ouverture de l’antenne d’aides et de soins à Vianden.

2005... Ouverture du Centre Psycho-Gériatrique à Steinfort. Ouverture de l’antenne d’aides et de soins à Luxembourg sud.

les cahiers de l’autonomie

5


Help

priorité aux personnes dépendantes. Le tirage est de 6.000 exemplaires. Le financement est réalisé entièrement par le réseau Help.

Reprise de la structure “Vital Home” à Kayl, structure d‘hébergement accompagné, gérée dorénavant par Doheem versuergt.

Création d’un groupe qualité au sein du réseau.

Le CHEM fusionne avec l‘HPMA.

Ouverture du Centre de Jour Felix Chomé géré par Doheem versuergt.

Reconnaissance de Help le 15 juin 2007 comme association d’utilité publique.

Reprise des activités d’aides et de soins à domicile et du Centre de Jour de l’asbl Uelzechtdall par Doheem versuergt.

2007... Démarrage d’une permanence au Centre Thermal de Mondorf deux fois / semaine.

2008... Ouverture de l’antenne d’aides et de soins à Schieren par Doheem versuergt et d’une antenne à Dalheim par Syrdall Heem. Ouverture le 8 août 2008 du centre de jour à Junglinster au sein du CIPA géré par la Croix-Rouge.

Evolution du personnel du réseau Help entre 1998 et 2008 Salariés 1000 __

Ouverture d’un Centre de Jour à Sandweiler par Syrdall Heem en automne 2008.

Avec le CIGL d’ Esch/Alzette et le CIGL de Schifflange, programme cinéma à la Kulturfabrik “Kino a Kaffi”. Démarrage du projet “dossier du patient informatisé”.

2008-2018 et à l'avenir De tout temps les hommes ont regardé l’avenir, comme en témoigne l’intérêt intact pour les prophéties de Nostradamus. “Vivre plus longtemps et en bonne santé est une chance sans précédent” Au regard de l’évolution démographique, nous allons être les pionniers face à une situation nouvelle. Certains regards se tourneront vers l’évolution sociale et intergénérationnelle, d’autres vers les progrès de la médecine, certains vers l’aspect économique et le coût de la sécurité sociale.

900 __ 800 __ 700 __ 600 __ 500 __ 400 __ 300 __ 200 __ 100 __ 0 __ 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008

Le nombre des salariés des différents CIGL prestant dans les services de proximité s’élève à 260.

6

les cahiers de l’autonomie

La recherche et l’échange d’informations par internet vont changer fortement le monde des connaissances. Le patient et ses proches rechercheront davantage de réponses à leur questionnement, et ils affirme-


ront leurs pensées sous forme d’avis sur les différents supports de la communication. Les générations futures seront davantage influencées par la culture de la consommation, de l’accès au crédit, l’information quant au moyen d’obtenir des aides ou d’avoir accès à un service d’aide à domicile.

Des bouleversements? 1. “L'usager doit savoir, vouloir et pouvoir“

3. Le comportement des aidants Le comportement des aidants se modifie. Ils s‘interrogent et sont à la recherche de plus de coordination et d’un dialogue plus soutenu avec les intervenants, les offres de services s’adapteront en fonction du marché. Ces activités du domicile le plus souvent effectuées par les aidants de sexe féminin, le seront-elles encore à l’avenir? Quelles seront leurs attentes?

«Cette reconnaissance de la compétence de l’usager, différente de celle des professionnels et aussi de celle de ses proches est l’outil le plus fondamental des droits des usagers et sans doute un des plus difficile à mettre en œuvre. Il déstabilise les certitudes plus ou moins conscientes des intervenants divers, oblige à motiver les propositions, à les expliquer, à apprendre mieux à tenir compte des vulnérabilités particulières sans aboutir à un déni de ce savoir»

4. Et les métiers de l'accompagnement à domicile

Madame Geneviève Laroque «Droit des usagers»

Conscients de ce défi, les acteurs ont recherché des stratégies transversales et novatrices: agir en amont et favoriser la mobilisation des ressources des territoires et des habitants dans la construction de réponses collectives. Les personnes dépendantes continuent ainsi à vivre et à agir avec les autres générations.

Ed. Fondation Nationale de gérontologie

2. Les nouvelles technologies à domicile Le télé-alarme en a été un premier outil, des dizaines de nouveaux supports apparaissent. La personne dépendante sera-telle à même de les utiliser? Leur utilisation ne se fera-t-elle pas au détriment du facteur humain et relationnel?

Les emplois du domicile vont-ils intéresser les jeunes? Sont-ils suffisamment attractifs? Allonsnous professionnaliser davantage les métiers du domicile? Si oui, quel sera l’impact financier pour la collectivité? Quels seront les nouveaux métiers? Les professionnels des services à domicile ne peuvent répondre à des attentes allant au-delà de leurs missions.

Les nouveaux besoins de la société vont entraîner la recherche de réponses originales et efficientes, partagées par les acteurs

tout en conservant une culture de l’humanisme. Et c’est à ce niveau que l’ensemble des partenaires du réseau apporteront leurs compétences spécificiques. La capitalisation de toutes ses démarches professionnelles, de leurs dynamismes et de leurs innovations renforceront ce maillage en réseau. Help a rassemblé les acteurs d’Objectif Plein Emploi, du Centre Hospitalier Emile Mayrisch, de la CroixRouge luxembourgeoise et Doheem versuergt, de Syrdall Heem, de Muselheem, d’Uelzechtdall et de l’hôpital intercommunal de Steinfort et pour l’avenir c’est avec confiance que nous pourrons agir dans le monde social face aux nouveaux défis.

En deux mots, Le séjour à domicile sera-t-il le choix du cœur, la maison de retraite sera-t-elle encore le choix de la raison? Mais qui fera le choix dans 10 ans? Quelles politiques sociales voulons-nous développer à l'avenir? Quelles politiques sociales pourrons-nous développer? Quelles seront les conséquences des choix qui seront faits? “Je rêve que dans quelques années nous puissions avoir une tolérance zéro contre l'âgisme, qui est un ignoble racisme de l'âge et qui à considérer qu'un vieux n'est pas l'équivalent d'un jeune” M.Champvert, président de l'Adehpa France

les cahiers de l’autonomie

7


Doheem Versuergt

Doheem versuergt asbl, Association membre du réseau HELP

L'association Doheem versuergt est le service des aides et soins de la Croix-Rouge luxembourgeoise. Lors de l'introduction de l'assurance dépendance, en 1999, associée à d'autres partenaires, la Croix-Rouge luxembourgeoise a été un membre fondateur du réseau Help. Elle offrait depuis plus de 20 ans déjà des services d'aides et de soins à domicile dans de nombreuses régions du pays. Devant l'accroissement rapide de l'activité des services à domicile, Doheem versuergt asbl fut fondée en 2002. A partir du 1er janvier de cette même année elle a repris légalement la gestion des services d'aides et de soins à domicile de la Croix-Rouge luxembourgeoise. Ses services se sont sans cesse développés et diversifiés afin de pouvoir offrir la panoplie de prestations requises, dans le cadre de l'assistance à la personne, ainsi que de l'assurance dépendance et de l'assurance maladie. Doheem versuergt, est une association sans but lucratif, reconnue d'utilité publique et rattachée au domaine santé de la Croix Rouge luxembourgeoise. Elle jouit des agréments ministériels requis pour toutes ses activités.

Une approche centrée sur le client et ses proches Notre mission consiste à: aider, conseiller, assister et soutenir par une prise en charge globale, interdisciplinaire et personnalisée. Elle s'adresse à toute personne souffrante, handicapée ou en 8

les cahiers de l’autonomie

perte d'autonomie nécessitant de l'assistance au niveau physique, psychique ou social. Le but recherché est de lui permettre de maintenir ou de recouvrer son autonomie, et ainsi garder une bonne qualité de vie à domicile pour continuer à y vivre aussi longtemps qu'elle le désire. Ce service au client et à ses proches est basé sur ses besoins et ses attentes, dans le respect de son libre choix, de sa vie privée, de ses convictions et de ses habitudes de vie. Il s'agit de laisser le client faire ce qu'il sait faire, le laisser choisir comment il veut le faire. Parce qu'il est l'expert de sa propre situation, nos prestations se veulent respectueuses de sa volonté, de ses rythmes et de ses compétences.

Une offre de services complète et variée Afin de répondre aux besoins de ses clients, Doheem versuergt propose: • Des soins infirmiers ou des actes de kinésithérapie réalisés sur prescription médicale (injections, séances de massages, pansements, prises de sang…). • Des aides aux actes essentiels de la vie répondant au besoin d'hygiène, de nutrition et de mobilité (l'hygiène corporelle, aide à l'habillage, soins d'incontinence...). • Des activités de soutien et de conseil réalisées en groupe ou en individuel (sorties et démarches administratives,

sorties pour faire des courses, activités de groupe…). • Des tâches domestiques afin de maintenir un lieu de vie propre et agréable. • Des activités de soutien ou de conseil spécialisé pour le client ou ses proches (réalisées par des psychologues, ergothérapeutes, éducateurs spécialisés, infirmiers, kinésithérapeutes…). • De l'aide et du soutien pour les démarches administratives (demande assurance dépendance, tarif social…). • Un accueil en Centre de Jour où lui sont proposées des activités de groupe visant à maintenir son autonomie et à soulager ses proches. • Des activités d'animations, de loisirs et de divertissement (séjours vacances, excursions, pique-niques, journées découverte du patrimoine…). • Un soutien et un accompagnement spécifique pour les personnes en fin de vie et leurs proches (soins spécifiques au confort et au bien-être du patient, soutien moral, prise en charge de la douleur et des symptômes pénibles, permanence téléphonique…).

Une volonté de proximité des services Afin d'être au plus proche de ses clients et de ses partenaires, Doheem versuergt se veut accessible et concernée. L'association a donc implanté ses antennes de soins sur les différentes régions du territoire luxembourgeois.


Message de Catherine Gapenne Responsable du département des soins de Help - Doheem-versuergt, infirmière diplômée d’état. Master en gérontologie de l’Université de Luxembourg.

Ainsi l'accessibilité des services est toujours dans la proximité des clients et des partenaires et garantit ainsi une disponibilité et flexibilité plus importante. L'association dispose de 18 antennes locales ainsi que de 3 centres psycho gériatriques, bénéficiant chacun d'une équipe interdisciplinaire. D'autres projets de centres de jour sont actuellement en cours et permettraient d'accueillir 48 clients supplémentaires. Doheem Versuergt gère également depuis 2007, une structure «logement encadré» comprenant 40 studios où le client dispose donc de son «chez lui» et profite également de structures communes pour entretenir une vie sociale, ainsi que de services collectifs requis pour sa vie quotidienne.

Une approche compétente et interdisciplinaire

Cela vaut également pour le personnel administratif et logistique, support indispensable au «personnel de terrain». La compétence professionnelle regroupe ainsi leurs qualités professionnelles (engagement, sens des responsabilités, expertise, savoirs, expérience…) ainsi que leurs qualités personnelles (tact, politesse, amabilité, persévérance, sensibilité…). L'interdisciplinarité quant à elle, permet la mise à profit des compétences spécifiques de chaque intervenant et représente un élément indispensable à une prise en charge de qualité. Cette compétence chez Doheem versuergt permet d'évaluer au mieux une situation, utiliser au mieux les ressources disponibles et apporter une réponse efficiente. Pour garantir le maintien et le développement de cette compétence interdisciplinaire, le personnel participe activement à des actions de formation, évaluation et supervision.

Une approche qualité et innovation Parce que les clients sont la raison d'être de l'association, la qualité des prestations doit viser à satisfaire leurs besoins, leurs souhaits,

leurs attentes et leurs exigences. C'est ce que Doheem versuergt s'efforce de faire en respectant des critères éthiques, déontologiques, légaux, scientifiques et économiques. En effet, nos prestations sont construites et réalisées sur « des modèles et des règles de bonnes pratiques » et garantissent ainsi qualité et sécurité des aides et soins prestés. La démarche qualité mise en place se veut dynamique et innovante. L'innovation se fait par la recherche et la détection systématique des besoins des clients pour y répondre par de nouvelles prestations ou la création de nouveaux services. Elle se retrouve à tous les niveaux, que ce soit dans les actes de tous les jours ou encore dans les grands projets de l'institution. Puisque la qualité et l'innovation sont garants de la fidélité des clients, elles sont les leviers indispensables à la pérennité de notre association. L'augmentation constante de l'activité de notre association témoigne de la satisfaction et de la fidélité des clients. Investie de cette confiance, Doheem versuergt s'engage à toujours répondre au mieux à leurs besoins actuels et futurs.

A Doheem versuergt plus de 750 collaborateurs sont au service de ses clients et partenaires. Les prestations dispensées par chacun d'eux sont réalisées dans des conditions humaines qui allient le respect de la personne ainsi que le savoir-agir de notre personnel.

les cahiers de l’autonomie

9


Doheem Versuergt

Service Activités / Animations Message de Gérard Bazi

Soucieux de toujours améliorer le bien être de ses clients, Doheem versuergt a créé un service interne, le service Activités / Animations, composé d’un éducateur, d’un coordinateur et de soignants volontaires. Ce nouveau service vise à apporter quelques propositions et solutions ponctuelles au problème d’isolement, de solitude, de routine vécu par certains de nos clients. En effet, un grand nombre de nos clients ont formulé ces dernières années à nos soignants des regrets de ne plus pouvoir voyager du fait de leur état de santé. Lors des prises en charge des soins, ils ont exprimé les vœux de pouvoir, avec l’aide de Doheem versuergt, bénéficier de journées d’excursions, de séjours de vacances, de revoir (ou voir ) la mer… Bref de rompre avec le quotidien, d’oublier la maladie, d’élaborer un nouveau projet où ils se sentent acteurs et décideurs, vivre de beaux moments et inscrire de jolies souvenirs au grand livre de la mémoire.

Nous veillons particulièrement à un transport adapté à chaque personne et à réserver des lieux d’accueil répondant aux besoins de nos clients.

Ainsi le service Activités /Animations a bâti pour nos clients un catalogue d’activités autour de différents thèmes, susceptibles d’être menées tout au long de l’année en partenariat avec l’ensemble de nos antennes de soins à domicile: excursions ludiques et culturelles, visites de musées, de sites naturels, de fabriques, journée à Remich, croisière sur la Moselle, visite de régions touristiques, mais également séjours de vacances. Le succès de ce projet dès sa création provient de la qualité des prestations proposées mais également du fait que la continuité des soins est garantie 24h sur 24h par nos équipes de soins professionnels (Infirmiers, aide soignants).

Depuis septembre 2007 nous avons organisé: deux séjours de vacances d’une semaine à Palma de Majorque, un séjour à la forêt noire, un séjour en Hollande, deux week-ends à Blankenberge, trois week-ends à Bernkastel et de nombreuses journées d’excursions. Plus de 400 clients ont à ce jour déjà bénéficié de ces prestations. Témoignages de clients: M. R… C’est la première fois que je prends l’avion, c’est formidable et tout le monde est si gentil avec nous, à quand le prochain voyage? Mme C… Ces vacances sont merveilleuses nous sommes comme en famille, il y a du soleil, la mer est belle, on mange bien et l’hôtel est très beau. Mme B… Pouvoir encore une fois marcher sur une plage, dans l’eau…c’est un rêve. Inespéré. Témoignage de salariés: Mme V… C’est un régal de voir nos clients choisir leurs repas, leurs boissons, leurs excursions du jour, l’heure du coucher... Mlle F… L’on ne reconnaît plus nos clients, ils sont de bonne humeur, ils ont un bon appétit, ils déploient beaucoup d’énergie pour marcher et ne se plaignent de rien.

10

les cahiers de l’autonomie


Syrdall Heem

Syrdall Heem a.s.b.l. Dr. Jean-Marie Mangen Président

Sonia Sanna-Marzona Chargée de direction Nous sommes actifs depuis l’année 1990 dans le domaine des soins ambulants et à domicile. Cette tâche nous met continuellement devant de nouveaux défis qui font évoluer nos concepts et exigent un important savoir-faire professionnel. Notre service est né initialement d’une initiative des communes Contern, Niederanven, Sandweiler et Schuttrange. Que ce soit à domicile ou dans nos foyers du jour, nos collaborateurs vous proposent toute une gamme de soins et d’aides. Nous partons du principe que chaque personne devrait pouvoir rester chez soi le plus longtemps possible et y bénéficier des soins et d’une assistance appropriée, notamment aussi pour le ménage. Dans le cadre de l’assurance dépendance, Syrdall Heem asbl assure les soins aux personnes dépendantes dans les foyers du jour ainsi que des conseils gratuits au niveau de l’assurance dépendance. Les soins complets développés sur une base individuelle couvrent non seulement les soins actifs mais aussi des mesures d’accompagnement spécifiques et personnalisées. Les soins ambulants (soins à domicile, doheem hellefen) couvrent les injections, bandages, infusions, etc,… par notre personnel soignant. Depuis 2003 notre Club Senior propose de nombreuses activités dans des domaines très divers (sport, culture, loisirs…) et favorise le contact avec un environnement social. Ce Club Senior se trouve sous la direction de Monsieur Grosser Gerry. Une équipe multidisciplinaire garantit un haut degré de qualité et de flexibilité. Nous sommes disponibles pour vous conseiller et assister sous le numéro 34 86 72.

Actuellement notre conseil d’administration se compose de membres venant des communes Contern, Dalheim, Niederanven, Sandweiler, Schuttrange, Waldbredimus et Weiler La Tour.

Les membres du comité: Président: Jean Marie MANGEN Vice-Présidente: Francine ERNSTER Secrétaire: Jacqueline REITER Trésorier: Edmond NICOLAY Chargée de direction: Sonia SANNA-MARZONA La région concernée par nos services s’étend sur les communes suivantes: Secteurs Bous: Assel, Bous, Erpeldange, Rolling Contern: Contern, Medingen, Moufort, Oetrange Dalheim: Dalheim, Filsdorf, Welfrange Lennigen: Canach, Lenningen Niederanven: Ernster, Hostert, Niederanven, Oberanven, Rameldange, Sennigen, Senningerberg, Waldhof Sandweiler: Findel, Sandweiler Remich: Remich Schuttrange: Munsbach, Neuhäusgen, Schrassig, Schuttrange, Übersyren Stadtbredimus: Greiveldange, Stadbredimus Waldbredimus: Trintange, Trintange-Ersange-Roedt Weiler-La-Tour: Hassel, Syren, Weiler-La-Tour

Pour nous joindre: Syrdall Heem asbl Siège Soins et aide à domicile à Niederanven Centre de Jour spécialisé à Niederanven Am Sand • L-6999 Oberanven Tél.: 34 86 72 • Fax: 34 01 45 Mail: info@syrdallheem.lu Soins et aide à domicile à Dalheim 6-10 An der Kettengaas L-5680 Dalheim Tél.: 26 67 17 73 • Fax: 26 67 09 46 Centre de Jour spécialisé à Remich Soins et aide à domicile 4, rue de l’Hospice • L-3537 Remich Tél.: 23 68 61 01 • Fax: 23 68 61 02 Centre de Jour spécialisé à Sandweiler (Ouverture prévue pour le mois de novembre 2008) Rue Principale • L-5201 Sandweiler Club Senior Syrdall à Sandweiler 18, rue Principale L-5201 Sandweiler Tél.: 26 35 25 45 • Fax: 26 35 25 46 Mail: syrdall@clubsenior.lu

les cahiers de l’autonomie

11


Centres de Jour

L'Accompagnement

La mission des Centres de Jour consiste à: • Accueillir de jour, des personnes en perte d’autonomie physique, psychique et sociale, dans une ambiance chaleureuse et dans le respect de leur projet de vie. • Garantir un accompagnement interdisciplinaire par des professionnels compétents et engagés. Les 9 centres de jour de Help répondent aux exigences légales et sont agréés par le Ministère de la Famille et de l'Intégration.

• Respect de son droit de vivre sa vie selon ses volontés, ses choix, ses convictions et son individualité • Respect de ses capacités et de ses habitudes de vie La personne qui vit encore à domicile peut, en fréquentant un Centre de Jour, maintenir son autonomie physique, psychique et sociale grâce aux nombreuses activités qui lui sont proposées durant la journée.

Leur mission s'appuie sur des valeurs, telles que: • Respect de la dignité de la personne et de son entourage

L'équipe qui les accompagne au quotidien est composée de professionnels de qualifications multiples: infirmières, aides-soignantes, ergothérapeutes, kinésithérapeutes, psychologues, éducateurs, chauffeurs, aides sociofamiliales...

Activité “Snoezelen” L’expérience sensorielle permet de comprendre le monde qui nous entoure. Le snoezelen nous ouvre la porte vers des moyens de communication non verbaux. Nous apprenons à utiliser un langage sensoriel adapté au besoin de la personne. Ce qui construit la confiance et permet une véritable rencontre avec l’autre.

12

les cahiers de l’autonomie

Elle offre à chaque client une prise en charge individualisée basée sur ses besoins, capacités et attentes. Ce travail collectif se fait en étroite collaboration avec les équipes d'aides et de soins à domicile, les médecins traitants, les services sociaux, les hôpitaux... afin de garantir la continuité des soins.

Activité “Soins esthétiques” S’occuper de soi, de son image; se faire «dorloter», être beau: des besoins qu’il ne faut pas mettre de côté sous prétexte que nous n’avons plus 20 ans! Dans ces lieux de vie, de nombreuses activités intérieures (bricolage, danse, cuisine, jeux de société, soins corporels et esthétiques…) et extérieures (jardinage, excursions culturelles et touristiques, activités personnalisées, vacances…) sont proposées aux clients. Des échanges entre les centres de jour sont réguliers, ainsi qu'avec les crèches, les écoles, les clubs séniors, les associations locales... Notre but principal reste la satisfaction et la qualité de vie du client et de ses proches.


en Centre de Jour Doheem Versuergt Centres de Jour spécialisés (Felix Chomé, Luxembourg - Bofferdange Junglinster - Mondorf-les-Bains) Aides et soins à domicile 11, Place Dargent • L-1413 Luxembourg Tél.: 26 26 33 1 • Fax: 26 26 33 333

Centrale Centre de Jour Antenne de soins

info@doheem-versuergt.lu www.doheem-versuergt.lu

Muselheem Centre de Jour spécialisé Aides et soins à domicile - Club Senior 12, rue St Martin • L-6635 Wasserbillig Tél.: 74 87 87 • Fax: 74 91 20 info@muselheem.lu

Syrdall Heem Centres de Jour spécialisés (Niederanven - Remich - Sandweiler) Aides et soins à domicile - Club Senior Am Sand • L-6999 Oberanven Tél.: 34 86 72 • Fax: 34 01 45 ssanna@syrdallheem.lu

Steinfort Centre de Jour spécialisé 1, rue de l'Hôpital • L-8423 Steinfort Tel: 39 94 91-1 • Fax: 39 82 73 info@his.lu

Intergénérationnel Steinfort A l'heure actuelle, les différentes générations ont de moins en moins l'occasion de se rencontrer et d'échanger. Pour éviter l'incompréhension qui pourrait naître de cette situation, le CPG de Steinfort a développé un projet de rencontres intergénérationnelles avec la Maison Relais de Koerich «den Daimerléck».

Et c'est ainsi que, chaque jeudi, les enfants viennent passer une partie de l'aprèsmidi avec les personnes accueillies au Centre de Jour. Ces moments riches en joie, rencontres, rires, spontanéité sont vécus comme de réels moments de bonheur par tous.

Echanges intergénérationnels

les cahiers de l’autonomie

13


Titre rubrique Muselheem a.s.b.l.

Gust Stefanetti Président

Marielle Oberweis chargée de direction

Le foyer de jour Muselheem a ouvert ses portes en octobre 1989.

Soins à Domicile ainsi que tout le personnel ont été intégrés à la Muselheem a.s.b.l.

En 1990, le service Aide à domicile a été introduit dans le cadre de Muselheem a.s.b.l.

Muselheem a.s.b.l. s’est développée au cours des années et a atteint le format d’une entreprise moyenne.

Les communes de Grevenmacher, Betzdorf, Biwer, Flaxweiler, Manternach, Mertert, Mompach, Rosport, et Wormeldange ont créé en 1988 le Syndicat intercommunal pour soins à domicile dans la région Est. (SAD-Est). Le siège de cette institution se trouvait également à Wasserbillig. Pour les citoyens, ces trois services étaient réunis sous un seul toit et ont gardé un seul et même numéro de téléphone. Le syndicat intercommunal pour soins à domicile SAD-Est a été dissolu en 2001 à la demande des communes concernées et les services de

14

les cahiers de l’autonomie

impeccable des soins et services offerts. Les personnes dépendantes se trouvent au centre de toutes leurs préoccupations.

Muselheem a.s.b.l. offre aujourd’hui les services suivants: Centre de Jour spécialisé, Maintien à Domicile et le Club Senior. Depuis la fondation de Muselheem a.s.b.l., Monsieur Gust Stefanetti de Wasserbillig assure la présidence et la chargée de direction momentanée est Madame Marielle Oberweis.

Date d’établissement: le 25 août 1987

Muselheem a.s.b.l. occupe actuellement (situation au 1er août 2008) 95 personnes.

Lieu d’établissement: Mairie “Um Prënz” à Wasserbillig.

Le personnel qualifié et diplômé assure un déroulement

Siège de l’association: 12, rue St. Martin à Wasserbillig,


Muselheem Titre rubrique a.s.b.l.

“Bonjour Madame, vous vivez à domicile” soins d'hygiène et me préparer pour le Centre de Jour. Le chauffeur passe vers 8 heures et je me retrouve ici à cette place vers 8h30 pour prendre mon petit déjeuner. C'est avec plaisir que je retrouve mes voisins de table mais qui, avec le temps, sont devenus mes amis. Je suis née le 4 janvier 1931. En 1991, j'ai eu un grave problème de santé et depuis lors j'ai besoin d'une aide quotidienne. Je vais vous confier quelques éléments de ma vie de ces dernières années. Je viens au Centre de Jour de Muselheem à Wasserbillig depuis 1991. C'est ma maison, mon chez moi. Là à cette table c'est ma place, elle m'est réservée. Vous pensez certainement que si je fréquente cet espace depuis 17 ans et maintenant 7/7 jours , je devrais trouver les journées longues, interminables. Et bien non, le personnel connaît mes habitudes et je participe à mes activités préférées: les mots croisés, Millchen, Mensch ärgere dich nicht... Je vous avoue que je n'apprécie pas de perdre, je me fâche souvent. Ma journée, mon quotidien: Les soignants passent à domicile vers 6h30 pour m'aider à me lever, m’accompagner pour les

Je trouve que le personnel a toujours une réponse à tout et nous sommes très sollicités jusqu'à midi, heure du déjeuner. Les après-midis sont bien chargées et le retour a lieu vers 17 heures. Un soignant passe dans la soirée pour m'installer pour la nuit. Avec le temps, je les connais tous et je les appelle par leurs prénoms. C'est ma famille en fait. Et hier, nous avons visité le Parc Merveilleux à Bettembourg, tout le monde y a participé. L'endroit est très beau et nous avons pris le déjeuner au restaurant là-bas. Quelle belle journée. Je me réjouis d'être en 2009 et de voir comment ils ont transformé l'ancien bâtiment, que j'ai fréquenté durant 13 ans. Il paraît que le nouveau Centre de Jour sera superbe. Au revoir!

les cahiers de l’autonomie

15


Ergothérapeute

Pour me sentir encore mieux chez moi ! Les chutes représentent la 1ère cause de décès par accident de la vie courante Suite de l'article “Comment j'évite les chutes à la maison” paru dans le n° 10/11

Soignants, psychologues, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, aide-ménagères, soins palliatifs proximité

Mon équilibre n'est plus comme avant et pour entrer facilement chez moi, j'ai fait installer un plan incliné.

Ma boîte aux lettres est difficile d'accès et je m'y rends chaque jour. Choisissez un endroit accessible et stable. Entretenez hiver comme été vos abords et si nécessaire faites appel à un service de proximité.

Utilisez des mains courantes de chaque côté, le long des marches de l'escalier ou du plan incliné. Ne négligez pas l'éclairage à l'extérieur comme à l'intérieur. Optez pour un revêtement antidérapant sur les marches.

Hier j'ai failli tomber car j'étais en retard et le paillasson gênait Fixez les tapis au sol. Adaptez les seuils de porte et évitez les différences de niveau. Utilisez des couleurs contrastantes pour les châssis, les poignées et la sonnette par exemple. 16


Message de Caroline Caudmont ergothérapeute auprès de Help - Doheem Versuergt, diplômée universitaire de neuropsychologie clinique N'hésitez pas à nous contacter: Par téléphone (portable 691 887 039): le mercredi de 14 à 17h Par e-mail: caroline.caudmont@doheem-versuergt.lu

Maintenant j’ai une canne pour marcher plus facilement. Mais l’escalier me pose problème… Optez pour l’installation d’une seconde rampe.

Une maison encombrée est une source de danger

Recherchez un espace où vous circulez facilement et sans danger dans votre salon, cuisine, salle de bain…. Disposez de votre téléphone sans fil toujours près de vous, et ayez sous la main votre aide technique comme la canne, la béquille, éventuellement votre émetteur télé-alarme… Ne vous précipitez pas lorsqu’on sonne à votre porte. Evitez les câbles électriques qui traînent.

les cahiers de l’autonomie

17


Ergothérapeute J'ai des difficultés à utiliser les commandes de la douche, et j'ai peur de me brûler Installez un mitigeur thermostatique avec un préréglage de la température et un robinet à levier unique facile pour contrôler le débit.

J'adore préparer de bons petits plats mais c'est parfois fatiguant de cuisiner debout. La cuisine, c'est mon espace favori. Mes bonnes recettes, recevoir des amis et partager un moment ensemble

Disposez vos ustensiles et vos réserves alimentaires à portée de main et évitez ainsi d'utiliser le tabouret. Le plan de travail sert également de point d'appui.

Les toilettes sont-elles encore adaptées ?

Réfléchissons ensemble, sur les différentes possibilités d'adaptation du logement et améliorons votre sécurité et celle de vos proches.

Le jardin a toujours été pour moi, mon coin de bonheur et de détente

Et pourquoi pas un espace pour vous asseoir ? Gardez vos bonnes habitudes sans négliger la sécurité. Pensez à: • prévoir un banc pour se détendre • installer des mains courantes • ranger les outils et tuyaux d'arrosage • renforcer l'éclairage • adapter les sentiers en évitant les marches 18

les cahiers de l’autonomie


Le personnelTitre administratif rubrique

Au bout du fil Les réseaux d'aides et de soins ne fonctionnent pas seulement avec des professionnels de santé. Les salariés de l'administration, de la comptabilité, de la logistique et de l'accueil téléphonique prestent des activités essentielles à la bonne organisation du réseau.

Les “cahiers de l'autonomie” J’ai 78 ans et je viens au Centre de Jour de Steinfort chaque mercredi. Je suis veuve et j’habite avec mon fils et sa famille. J’adore la musique classique et surtout Beethoven, les concerts et les pièces de théâtre. J’adore André Rieu.

Le cahier de l’autonomie Je viens de recevoir un exemplaire et il contient beaucoup de conseils. Par exemple, lorsque ma canne tombe, je n’arrive plus à la prendre, et j’ai vu qu’il y avait une pince pour éviter de m’abaisser. Je vais me renseigner.

beaucoup de recommandations, c’est très utile mais comment les mettre en pratique?

La lecture? Lorsque je ne comprends pas certains mots, je vais lire la version dans l’autre langue. C’est bien utile d’avoir ce cahier dans les deux langues. Les photos sont jolies.

Les prochains articles? Vous devriez parler de la gestion des biens, nous quand nous sommes âgés, c’est une question à laquelle nous pensons souvent.

L’article reprenant les conseils de la police m’a interpellé, elle donne

Et puis le conflit entre générations, et la solitude.

Mme Bernadette Theis, chargée de direction de la Maison de Soins et du Centre PsychoGériatrique de Steinfort: “Je pense qu’il était très important pour cette dame de fréquenter le Centre de Jour au moins une fois par semaine et elle a fait ce choix, même si elle ne bénéficie pas de l’Assurance Dépendance.

Ayant fait plusieurs chutes à domicile, elle a besoin de conseils en tous genres: matériel de prévention et d’adaptation du domicile par exemple. Mais aussi, elle peut partager ses expériences, bonnes et moins bonnes, avec d’autres personnes et soignants et se rendre compte

Je souhaite aller au théâtre mais quand on est seul, je pense que c’est devenu pratiquement impossible de s’y rendre. qu’elle n’est pas la seule à vivre certains moments difficiles. Le challenge qu’elle s’est fixé est de rester le plus autonome, le plus longtemps possible et, c’est entourée de nous tous, qu’elle travaille à l’atteinte de cet objectif”.

les cahiers de l’autonomie

19


Association

Schrëtt fir Schrëtt: Pas après pas: apprendre à comprendre

désirs, ses besoins, communiquer,... sont des droits essentiels de l'homme. Nous essayons de trouver pour ces êtres handicapés graves les moyens d'apprendre tout celà et de participer activement à la vie de leur entourage. Nous leur fournissons les moyens de comprendre, nous développons autant que possible les moyens moteurs dont ils disposent, si possible abordons la lecture et l'écriture par ordinateur. Peut-être pourrez-vous comprendre la joie d'un enfant de

Notre but est une qualité de vie qui permet à ces êtres de vivre comme nos autres enfants, en s'exprimant, avec leurs qualités, leur caractère, leurs idées,... à participer à la vie de tous les jours, dépendants corporellement, mais libres autant que possible dans leurs têtes.

Pour un enfant, adolescent ou adulte polyhandicapé, qui sera dépendant de soins pendant toute sa vie - avec une espérance de vie normale de presque 80 ans - notre objectif principal doit être l'amélioration de sa qualité de vie. Nous disposons du système conductif, (fondé par le pédiatre hongrois Andràs Petö il y a plus de 60 ans) qui réussit, par un apprentissage assidu et de longue haleine, à lui donner une compréhension de son corps, de contrôler autant que possible ses mouvements, d'apprendre si possible à tenir assis, marcher, manger seul,... Cependant la pensée fait de nous un être humain; donc: apprendre à saisir son entourage par les mains, puis par les sens: à le voir, l'entendre; comprendre et structurer son entourage, exprimer ses 20

les cahiers de l’autonomie

une discussion sur un match de foot qu'on a vu en famille,... sans pour autant savoir parler.

Schrëtt fir Schrëtt asbl 34, rue A. Weis L-7260 Bereldange Tél: 33 27 08 maggy.wagner@education.lu 10 ans qui a réussi pour la première fois dans sa vie, à porter seul la cuillère à la bouche; d'avoir compris ce que c'est qu'un jeu et de serrer son nounours dans les bras, le soulagement de pouvoir faire comprendre qu'il a mal au ventre... ou le bonheur de participer aux fêtes, de savoir intervenir dans


Au quotidien

Le tricycle au CPG de Steinfort Je suis née en 1939, j'ai 4 enfants.

Christine, soignante:

Je venais 4 fois par semaine au Centre de Jour de Steinfort; aujourd'hui, je réside à la maison de soins de Steinfort. Toute notre jeunesse, nous avons circulé en vélo, la voiture est apparue et j'ai moins roulé en vélo jusqu'au moment où mes enfants étaient en âge d'en faire.

Comment décrivez-vous ce vélo? Utilisez-vous le moteur?

J'ai redécouvert le plaisir de rouler en vélo l'année dernière. Depuis lors, avec Christine, nous faisons régulièrement une promenade mais je préfère aller à l'extérieur. L'effet du vent est agréable mais pour cela il faut pédaler beaucoup. Au début je me suis dit quel drôle d'engin mais je n'ai pas eu peur même si le guidon est fixe. Votre impression: “je suis toujours heureuse de me retrouver sur un vélo et en sécurité car je ne suis pas seule”.

Ce genre de vélo doit être utilisé régulièrement pour que la personne âgée qui est assise devant, avec le guidon fixe, prenne confiance et dépasse ses peurs pour profiter de ce moment d'évasion… elle doit s'habituer au fait de ne pas conduire le vélo... quand cela tourne, elle ne peut pas tourner car c'est le soignant qui est assis derrière qui tournera. Il m'a fallu également un temps pour “l'apprivoiser” et me sentir en confiance pour le proposer aux clients du Centre de Jour. Le moteur du vélo m'est très utile dans les côtes: il me permet d'oser m'aventurer sur les pistes cyclables de Steinfort. Quels sont les commentaires des personnes après la ballade?

Mr B. rigole et s'amuse en faisant des sons de sonnette chaque fois que nous croisons quelqu'un. Mr F, pour lui rouler à vélo est un réel moment d'aventure. Mme H. sourit et dès qu'elle me voit arriver avec le vélo, elle se lève et s'empresse de venir vers moi… chacun retrouve des sensations d'autrefois et des souvenirs, des émotions réémergent. Quelle place a le vélo au CPG? Il prend beaucoup de place!, il est d'ailleurs rangé près de la réception de notre Centre de Jour. Quand je roule à vélo dans les couloirs du Centre de Jour, les spectateurs sont attirés par cet “engin”, nous suivent des yeux (peut-être veulent-ils aussi grimper dessus?); des sourires se dessinent sur les visages, les souvenirs refont surface,… bref, il ne laisse personne indifférent.

Antenne d’aide et de soins Doheem versuergt d’Esch-sur-Alzette

Mme Marie Jacoby Recking a fêté ses 100 ans. Le personnel de l’antenne d'aides et de soins d'Esch-sur-Alzette l'a invitée pour fêter cet événement en présence de sa fille et de son gendre. Bon anniversaire Madame !

les cahiers de l’autonomie

21


Objectif Plein Emploi

Les services de proximité du réseau Objectif Plein Emploi Un soutien au quotidien et bien plus encore A Steinsel c’est le Fläissege Fiisschen, à Mondorf ce sont les Wullmais, Dudelange offre un Coup de main, à Differdange, Niederkorn et Oberkorn c’est Jonk hëlleft stänneg, à Schieren et Colmar on appelle les Äerdwiermrecher, à Dippach le Hexemeeschter intervient – entre temps 51 communes du Luxembourg peuvent compter sur les services de proximité du réseau Objectif Plein Emploi. Il s’agit de quelques 200 personnes qui assistent les personnes à partir de 60 ans et les personnes dépendantes qu’il s’agisse de changer une ampoule, de tondre un morceau de pelouse ou d’une tombe à arranger pour la Toussaint. Même si ces petits travaux sont exécutés rapidement et correctement, l’objectif même de ce service est souvent dépassé. Le réseau Objectif Plein Emploi s’est engagé avec ses 30 centres d’initiative et de gestion (CIG) dans l’économie solidaire. De telles activités – qui couvrent également les services de proximité – ne visent pas l’obtention d’un bénéfice en exécutant un maximum de travail le plus rapidement possible, mais leur but principal consiste à améliorer la qualité de vie, la joie de vivre et l’autonomie des usagers. Pour cette raison les renards, souris et autres apprentis sorciers d’OPE aiment s’occuper de jardins, remplacer des joints et effectuer quelques petites démarches administratives, tous 22

les cahiers de l’autonomie

ces petits travaux peu compliqués pour lesquels il est souvent si difficile de trouver quelqu’un et qui sont parfois très compliqués surtout pour des personnes âgées et ayant besoin d’aide. Ils savent qu’ils rendent un grand service aux utilisateurs et ne rechignent pas à échanger encore quelques paroles avec eux une fois leur tâche accomplie. Les collaborateurs du service de proximité sont souvent des personnes qui vivent dans la même commune, sont connues et connaissent la famille et l’histoire des personnes concernées. L’avantage est qu’il ne faut pas faire confiance à un inconnu et l’insécurité ou la méfiance sont minimisées dès le début. La plupart du temps, les collaborateurs sont actifs dans ces services de proximité pour une durée déterminée et utilisent cette occasion pour étendre leur expérience professionnelle et leurs connaissances pratiques. Tous reçoivent une formation solide pour l’activité qu’ils exerceront mais peuvent aussi suivre d’autres cours. Il s’agit là d’un autre objet de l’économie solidaire et donc du réseau Objectif Plein Emploi: offrir aux collaborateurs les meilleures chances possibles d’apprendre un métier et de se perfectionner de manière continue pendant leur contrat de travail. L’utilisateur est doublement bénéficiaire : Il peut s’at-

tendre à un travail professionnel tout en sachant que chaque commande qu’il fait permettra aux personnes occupées d’étendre leurs connaissances et savoir-faire. Les usagers sont absolument ravis de ces services. C’est le résultat d’une enquête effectuée il y a quelque temps au niveau national avec 95% d’usagers qui se disaient très satisfaits de ces services et 94 % des usagers qui ont trouvé que leur qualité de vie en était améliorée. Cette occasion s’est aussi prêtée pour s’enquérir des besoins des utilisateurs, de sorte que les services offerts sont encore mieux adaptés


Message de

Usagers SP Grevenmacher

M. Binsfeld et M. Biever,

“J'ai 79 ans et il existe de nombreux travaux que je ne peux plus effectuer moi-même. Aidez aussi les autres personnes qui sont dans la même situation que moi.”

administrateurs délégués “Objectif Plein Emploi”

“Cela me plaît que l'on recherche ici de manière interdisciplinaire et créative des solutions. Avec mes compliments. Merci.”

Usagers Geschirkëscht - Pétange

aux besoins des personnes à partir de 60 ans dépendantes. Les Geschirkëschten, Appëschdéngschter, Ateliers et Handkesselcher essaient toujours d’être une aide réelle pour ces personnes.

Des informations au sujet des services de proximité du réseau Objectif Plein Emploi sont disponibles au numéro 53 04 45 0, sur la page web www.cig.lu, ou par courrier électronique à:

info@cig.lu

“Quand on arrive à un certain âge et que la force et la santé diminuent, on ne peut plus faire soi-même les travaux de la maison. Grâce à la Geschirkëscht, nous et d'autres personnes âgées, nous pouvons rester dans nos quatre murs. Nous profitons de ce soutien depuis bientôt dix ans et en sommes pleinement satisfaits. Le secrétariat, les chefs et les gens du terrain sont très gentils et serviables. Voilà pourquoi nous tenons à les remercier de tout cœur.”

Usager Jonk hëlleft stänneg Differdange “Le CIGL Differdange est une bonne chose pour les personnes âgées. Les entreprises ne se déplacent malheureusement pas pour des petits travaux de bricolage. C'est pourquoi nous sommes heureux de pouvoir faire appel au service de proximité. Sans le CIGL, nous ne saurions que faire!”

Usagers Réiserbänner Handkesselchen - Roeserbann

EISEN GUDDEN NOPER CIGR Wiltz Plus

“Les garçons du Réiserbänner Handkesselchen sont toujours aimables et serviables. Je fais appel à leurs services depuis trois ou quatre ans pour les travaux que je ne peux plus réaliser moimême dans et autour de la maison.”

D’ÄERDWIERMERCHER CIGR Nordstad

DEN ATELIER DE FLÄISSEGE FIISSCHEN

CIGR Canton de Grevenmacher

CIGR Steinsel-Lorentzweiler

SYRDALLER ATELIER D’SEECHOMES

KNIWWELKËSCHT

D‘WISSBEIEN

CIGL Kopstal

CIGR Syrdall

DE MAACHER ATELIER CIGR Canton de Grevenmacher

CIGL Walferdange

CIGL Steinfort

D‘SEECHOMES NO BEI IECH

CIGL Strassen

CIGL Clemency

HESPER GESCHIRKËSCHT

DE KÄERJENGER PASSE-PARTOUT

DEN HEXEMEESCHTER

CIGL Pétange

JONK HËLLEFT STÄNNEG

CIGL Hesperange

CIGR Direga

CIGL Käerjeng

D‘GESCHIRKËSCHT

“Certains travaux sont trop difficiles pour les gens qui ont atteint la soixantaine. Les personnes plus âgées ont souvent besoin de l'aide offerte par le service de proximité. Ce serait une bonne idée d'étendre ce service à d'autres localités ou d'inviter d'autres communes à le proposer.”

DE RÉISERBÄNNER HANDKESSELCHEN CIGL Roeserbann

HËLLEF AM ALLDAG CIGL Mondercange

AEREN ATELIER AM PARK CIGL Bettembourg

CIGL Differdange

DE KLENGEN ATELIER CIGL Sanem

DEN APPESCHDÉNGSCHT CIGL Schifflange

DEN HANDKESSELCHEN

KLENG AARBECHT

CIGL Esch-sur-Alzette

CIGL Kayl

FIR IECH DO

DEN DIDDELENGER COUP DE MAIN

CIGL Rumelange

CIGL Dudelange

D‘WULLMAIS CIGR Kanton Réimech

“Depuis ses débuts, j'appelle le Réiserbänner Handkesselchen pour effectuer de petits travaux. La décision de faire appel au service de proximité est venue pour soulager ma maladie. Les services rendus ont été excellents, je suis plus que satisfaite.”

les cahiers de l’autonomie

23


Croix-Rouge

La Croix-Rouge luxembourgeoise

En juin 1859, lors de la bataille de Solferino, un citoyen suisse, Henri Dunant, improvise des secours aux soldats des deux camps, sans discrimination, avec l'aide des populations locales. L'idée de la Croix-Rouge est née. Aujourd'hui, présent dans 186 pays, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge est la première organisation humanitaire du monde avec 97 millions d'hommes et de femmes bénévoles et salariés. Son histoire La Croix-Rouge luxembourgeoise voit le jour en 1914 pour porter secours aux blessés de guerre. En 1923, elle élargit son champ d'action pour lutter contre les fléaux sociaux et agir en faveur de l'hygiène et de la prévoyance sanitaire. Après 1945, la Croix-Rouge luxembourgeoise met en place une structure administrative et adapte ses activités aux exigences de l'époque.

24

les cahiers de l’autonomie

Ses valeurs 7 principes fondamentaux sont au cœur de son action: Humanité, Volontariat, Impartialité, Neutralité, Indépendance, Unité et Universalité. En s'appuyant sur ces valeurs, la CroixRouge vise à «améliorer les conditions d'existence des plus vulnérables en mobilisant le pouvoir de l'Humanité».

Son action aujourd'hui Près d'une trentaine de ses services apportent au quotidien soin et assistance aux plus vulnérables, au Luxembourg comme à l'étranger, dans les domaines de la santé, du social, de la jeunesse et de l'humanitaire. Acteur social majeur au Luxembourg, la Croix-Rouge apporte aux personnes dans le besoin un service social de proximité et des aides matérielles et alimentaires. Elle mène des actions de solidarité en faveur des personnes âgées isolées et des parents ayant perdu leur enfant. Elle soutient les personnes vivant avec le sida, fait

de la prévention sur les maladies sexuellement transmissibles, tient à disposition des «sexworkers» un dispensaire, accueille et accompagne les migrants et réfugiés. Activité nationale vitale de santé, le service du sang de la Croix-Rouge garantit l'approvisionnement des cliniques et hôpitaux du pays. La CroixRouge intervient dans la phase dite de post-hospitalisation en préparant les personnes à leur retour à domicile dans son centre national de convalescence à Colpach et en proposant des aides et soins via son service Doheem Versuergt aux personnes âgées et dépendantes. Depuis août 2008, un CIPA a également été ouvert à Junglinster. La Croix-Rouge propose enfin un service ambulancier et organise des formations de premiers secours. Les activités en faveur des jeunes sont nombreuses, à l'image des maisons des jeunes et des colonies de vacances, et dynamisées par la Croix-Rouge de la Jeunesse. La Croix-Rouge apporte également un soutien


Message de M. Jacques Hansen directeur général de la Croix-Rouge luxembourgeoise

de la société et des conditions d'existence de ses populations les plus vulnérables afin de répondre au mieux à leurs besoins. Le soutien du grand public est le garant de son autonomie d'action et de sa réactivité face aux défis humanitaires actuels et à venir.

De g. à d.: Michel Simonis, directeur de Doheem Versuergt, Jacques Hansen, directeur général et Marc Crochet, directeur des opérations.

aux familles via ses centres d'accueil, ses foyers de jour et maisons relais mais également ses services socio-familiaux (adoption, placement familial et aide aux familles en crise) et thérapeutiques. Sur le plan international, la Croix-Rouge apporte une aide humanitaire d'urgence importante et met en place de plus en plus de projets de développement.

Pour plus d'informations ou pour soutenir son action: www.croix-rouge.lu, info@croix-rouge.lu ou 450202-1

Répartition des activités de la Croix-Rouge en 2007

11%

16% Social Santé Jeunesse Humanitaire

26%

47%

La Croix-Rouge luxembourgeoise s'efforce de suivre l'évolution

It’s easier to leaseplan www.leaseplan.lu

les cahiers de l’autonomie

25


Psychologue

Les enfants ne deviennent pas les parents de leurs parents Enfants, parents, une question de rôles... Ma première réflexion lorsqu’on m’a demandé de rédiger cet article a été de m’interroger sur la portée et le sens de cette phrase... Enfants, parents, mais pourquoi pas aussi frères, sœurs, épouses, époux, beaufils, brus... Autant de rôles que nous sommes amenés à jouer dans la vie de tous les jours auprès des personnes qui nous entourent... Et puis un jour, quand survient la dépendance d’un membre de notre famille, se pose la question d’un nouveau rôle à tenir, celui d’aidant informel, auquel nous n’avons pas forcément été préparés... Et par la même occasion, la manière avec laquelle gérer et intégrer ce nouveau rôle tout en se préservant et en permettant à la famille de conserver un certain équilibre... Aidant informel: comme un funambule sur une corde raide... Et voici donc qu’un jour, un membre de la famille se retrouve catapulté en aidant informel. C’est une situation totalement inédite. Il se retrouve sur une sorte de corde raide, d’équilibre plus ou moins stable qu’il s’efforce de gérer au mieux... Il lui faut apprendre à jouer à l’équilibriste... Et cela, il l’apprend avec le temps, l’expérience, la patience et le soutien des proches ou des professionnels. C’est un tra26

les cahiers de l’autonomie

vail énorme, 24 heures sur 24, qui n’est pas forcément facile.... En effet, il n’est pas évident d’accompagner et de prodiguer des soins à une personne de sa famille tout en ne se perdant pas dans un rôle de soignant. L’équilibre se situe à ce niveau: entre soins corporels et amour, entre compétences techniques et affection ou attention, entre le fait de tenir un rôle de soignant et de rester un repère familial ou affectif pour la personne soignée... Les rôles familiaux, des repères pour tous... Les rôles familiaux sont des repères pour tous les membres de la famille. Ils contribuent à l’équilibre de tous. Les occulter, c’est fragiliser tout le système

familial. La personne dépendante continue à avoir besoin de l’amour, de l’attention et de l’affection de ses proches même s’ils lui dispensent des soins. Elle a besoin de conserver les rôles qu’elle a joués, mais aussi ses droits familiaux comme être reconnue comme membre à part entière, exprimer un avis favorable ou défavorable, participer aux décisions la concernant... Elle reste également responsable. Il en est de même pour les aidants informels, qui ont besoin de se ressourcer auprès des membres de leur famille, et pour qui il est également important de continuer à vivre des moments de partage, de connivence et d’échange avec la personne dépendante, vécus allant bien au-delà des soins prodigués...


Message de Christine Buttol psychologue Help - Doheem versuergt

Le réseau d'aide et de soins: une perche pour garder l'équilibre?

S'armer au mieux pour faire face... Alors, l’aidant informel et sa famille vont puiser dans les ressources matérielles et psychologiques à leur disposition, tout ce qui pourra les aider à conserver cet équilibre: organisation pratique, soutien de proches, repères culturels, valeurs, associations,... Et pourquoi pas alors le réseau d’aide et de soins?... La démarche peut faire peur dans un premier temps. En effet, il s’agit de faire rentrer des personnes extérieures à la famille dans son propre foyer. Les questions que les membres de la famille peuvent se poser sont les suivantes: “et si faire rentrer ces professionnels signifiait que nous ne sommes pas capables de nous occuper de notre parent? Ou pire encore, que nous ne l’aimons pas assez!?... Que nous ne voulons pas nous en occuper!?...” Ces peurs sont bien présentes et ont leurs raisons qui sont respectables... Alors, peut-être devientil bénéfique de regarder la situation sous un autre angle...

Et si le réseau d’aide et de soins pouvait venir soutenir l’équilibre de la famille? Et s’il devenait notre perche, à nous, membres de la famille, qui sommes devenus des équilibristes? Et si le fait de déléguer un accompagnement nous permettait à nous, aidants informels, d’être un peu plus présent comme épouse, époux, fille ou fils et de ne pas devenir le parent de nos propres parents, ou le parent de notre propre conjoint? Et si le fait de profiter d’une garde à domicile nous permettait de souffler un peu, pour ne pas nous épuiser et pour pouvoir nous rendre disponible pour d’autres choses qui sont importantes à notre équilibre et celui de notre propre famille... Et si transférer un peu de cette charge psychologique ou émotionnelle que nous portons comme aidant informel ou comme personne soignée, nous permettait de vivre sans nous sentir toujours sous pression, nous, qui ne sommes que des femmes ou des hommes qui tentons de faire de notre mieux... Se donner le droit d'exiger une perche adaptée à notre parcours... En tant que membre d’une famille, nous avons tous une

histoire personnelle, familiale, des ressources, des convictions, des valeurs... Cela nous rend unique comme famille et comme personne. Et quand survient la dépendance, nous pouvons nous donner le droit de demander une aide personnalisée à des professionnels, une aide adaptée aux besoins spécifiques de notre famille. Chacun, personne soignée ou aidant informel, nous pouvons nous donner ce droit de nous exprimer vraiment, de chercher à être entendu dans notre requête, de demander ou de refuser une aide, de demander une adaptation à une aide déjà proposée, un conseil, de revoir son avis,... Tout cela pour nous permettre de continuer à vivre nos rôles au sein de notre famille et de continuer à conserver notre équilibre familial,... Continuer à avancer... La vie continue et le temps aidera chacun à trouver de nouveaux repères. Les anciens repères n’auront pas disparus et serviront encore d’assise à l’équilibre de la famille qui aura évolué dans ses rôles notamment... Un nouvel équilibre s’installera... Il ne tient qu’à nous de vouloir nous donner les moyens de trouver un nouvel équilibre, entre soins dispensés et amour, dans ce parcours inédit que la vie nous réserve...

les cahiers de l’autonomie

27


Bénévolat

Entretien avec

Monsieur François Bernard, de Bridel Visites d'Africa et de Danielle, toutes deux bénévoles au service:

«Eng Hand fir déi Krank» Depuis combien de temps recevez-vous la visite d'un bénévole?

François Bernard: Une bonne année... Comment s'est déroulée votre première rencontre avec le bénévole? François Bernard: C'était Africa, et elle était tout de suite à l'aise... Moi, j'étais dans un état après la mort de ma femme...

C'est elle qui m'a mis tout de suite sur le bon chemin... On a parlé de ci, de là. On a parlé un peu de ma femme, on a regardé des photos... C'est toute une vie qui est passée comme cela par les photos... Comme cela, c'était bien... Avant qu'Africa ne parte à l'étranger, comment se passaient les visites?

François Bernard: Elle est venue régulièrement,... tous les mer-

Un souvenir inoubliable... Un jour, elle m'a dit: «Ecoutez, pour moi, Haydn, c'est un de mes compositeurs préférés!»... Je lui ai dit, moi, que je ne connaissais pas Haydn... Et alors, elle a apporté un disque,... il y en a quatre,... et elle a chanté... (En riant) Elle a chanté un passage,... et vraiment!... Et quand j'ai pensé à elle maintenant, j'ai repassé ce passage là, comme souvenir... C'est ainsi qu'on a écouté un petit peu de la musique ensemble... (En riant) Et c'était ça... Elle avait mis la musique, et après, je me suis dit: «Qu'est ce que vont penser les voisins?!...». Elle avait mis la musique assez fort et elle a chanté avec!

28

les cahiers de l’autonomie

credis. Elle est restée deux heures... Alors, on a pris une tasse de café... J'avais pris aussi une fois une crème... Elle avait dit que c'était une crème andalouse, mais ici, c'est une crème brûlée... Alors, on a fait une fois cela... On a parlé ensemble de la musique... On a parlé ensemble d'une connaissance: la princesse de Croÿ... Nous avions été évacués dans un château en Saôneet-Loire en 1940, c'est là que


Message de Christine Buttol Psychologue Formatrice et superviseuse des bénévoles du service «Eng Hand fir déi Krank»

nous l'avions rencontrée... Elle avait septante ans à l'époque... Alors, Africa a trouvé sur Google le château où nous étions en 1940... (En riant) Elle s'est donnée de la peine... Je crois que j'ai encore les photos ici... (Monsieur Bernard cherche les photos dans ses documents, les montre et les explique). Alors, on s'est entretenu de cela, on a parlé de ça... Ensuite, on a parlé de musique... Y a-t-il d'autres activités que vous avez fait avec les bénévoles?

François Bernard: Une fois, nous sommes allés promener quand il a fait beau, ici, au cimetière,... parce que c'est un très beau cimetière dans le parc,... et déjà du temps de ma femme,

souvent, je suis allé tout seul là... Seul, je n'aime pas y aller, car souvent mes jambes ne marchent pas...

Les choses simples qui font plaisir...

Qu'est-ce que cela vous apporte de recevoir la visite d'un bénévole?

Une petite carte reçue du Sénégal, avec du sable coloré, représentant une maman qui porte son bébé sur le dos, qui trône sur l'appui de cheminée.

François Bernard: Cela m'apporte beaucoup,... comme je suis tout le temps tout seul... C'est important... Je trouve que ce n'est même pas assez... Elles restent deux heures là... Mais on comprend que les bénévoles ont aussi des choses à faire, comme Africa qui est partie au Sénégal... Vous dites que cela vous apporte beaucoup et que c'est important... Est-ce que vous vous sentez moins seul?

François Bernard: Cela m'apporte que je ne suis pas seul, d'accord,... Mais en plus, tous ces petits trucs là: la musique, ces conversations. Ça, ce sont des choses qui re-viennent,... qu'on a vécues quand on était plus jeunes... et c'est ainsi qu'on trouve quelqu'un à qui parler...

Une drôle de coïncidence... Alors, il y a une autre dame, qui est aussi gentille et qui l'a remplacée... On a vu qu'on est né le même jour, mais pas la même année... (en riant) et alors elle m'a invité à aller manger pour l'anniversaire !

les cahiers de l’autonomie

29


CHEM

Région hospitalière du sud Le processus de fusion entre le CHEM et l’HPMA

Le Centre Hospitalier Emile Mayrisch (ci-après «CHEM») est né de deux processus de fusion consécutifs qu'a traversés l'Hôpital de la Ville d'Esch-sur-Alzette (ci-après «HVEA»), d'abord en 2004 avec l'Hôpital de Dudelange et, le 1er janvier dernier avec l'Hôpital Princesse Marie-Astrid de Niederkorn (ci-après «HPMA»).

La Commission administrative, qui siège en principe une fois par mois, se compose de 14 membres.

Suite à la première fusion de deux structures hospitalières du sud du pays, une démarche de rapprochement entre l'HPMA et le CHEM a débuté fin 2005. Les travaux et les efforts réalisés par le Comité de pilotage chargé de la gestion du projet, ont mené le 12 mars 2007 à un accord de collaboration, puis à la signature officielle de la convention de fusion en date du 17 décembre 2007. La mise en commun des ressources disponibles aux trois établissements, a permis de créer un centre médical de 640 lits qui réunit 200 médecins agréés et 1700 salariés. C'est ainsi que le CHEM devient un des plus importants employeurs de la région Sud du Luxembourg.

La gestion journalière du CHEM est assurée par le Conseil de direction, qui se compose des membres suivants:

L'organisme gestionnaire du Centre Hospitalier Emile Mayrisch est la Commission administrative. En tant qu'organe suprême de décision, elle peut déléguer son pouvoir en tout ou partie à la direction de l'établissement. Elle est investie des pouvoirs les plus étendus pour la gestion et l'exploitation du CHEM.

30

les cahiers de l’autonomie

La composition habituelle est élargie par des représentants du Conseil médical et des représentants de la délégation du personnel, qui assistent aux réunions avec voix consultative.

Directeur général: Dr Michel NATHAN Directrice administrative: Madame Pascale AREND Directeur médical Dr Claude BIRGEN Directeur des finances: Monsieur Jos BOHNERT Directeur des soins: Monsieur Serge HAAG Directeur technique: Monsieur Henri HINTERSCHEID Directeur des ressources humaines: Monsieur Luc GINDT

Le projet médical incluant la surspécialisation dans différents domaines représente le noyau central du nouveau Centre Hospitalier fusionné. Dans l'élaboration de ce projet, la direction générale et le conseil de direction

jouent un rôle moteur, en collaboration avec le conseil médical et avec les autres responsables de l'hôpital.

Les axes principaux à court terme: La stabilisation de l'activité médicale sur les trois sites. Actuellement, le site d'Esch-surAlzette assure la couverture de la population en termes de médecine aiguë et de chirurgie lourde. Le site de Dudelange est dédié à la rééducation gériatrique et la rééducation neuro-vasculaire, de même qu'il assure la couverture de base de la population locale. Sur le site de Niederkorn, nous assurons la prise en charge de patients présentant des pathologies médicales ou chirurgicales diverses, tout en offrant à la population locale des services de proximité tant en hospitalisation traditionnelle qu'en consultation ou traitement d'urgence et ambulatoire.

L'intégration de l'ensemble du personnel en une seule équipe La prise de contact entre employés des différents sites, travaillant dans des secteurs ou services identiques,


Message du Dr Michel Nathan Directeur général du Centre Hospitalier Emile Mayrisch (CHEM)

personnes de référence par département. Le personnel et les médecins sont régulièrement informés sur les travaux en cours. a été le premier pas en vue de souder les équipes. Les premiers échanges sur l'organisation, les procédures et les standards appliqués n'ont représenté que le début d'un processus assez complexe de mise en commun des méthodes de travail et des standards appliqués. Différents groupes de travail, composés de collaborateurs du CHEM et de l'HPMA, ont mené des projets d'intégration opérationnelle.

La mise en place d'un management des risques et de la qualité La mise en application d'un instrument informatique pour identifier les sources de risques potentiels représente une de nos priorités. L'identification précoce des sources de risques potentiels vise à augmenter la sécurité de nos patients, et nous permet d'optimiser les processus de prise en charge de nos patients. Les déclarations sont transmises à une équipe d'évaluation de l'hôpital pour permettre une analyse détaillée de l'événement. Cette équipe propose des mesures d'amélioration qui sont mises en œuvre sous la responsabilité de

Projets de modernisation En ce qui concerne l'état des infrastructures, des travaux de modernisation sont en cours au niveau des trois sites afin d'augmenter la sécurité et le confort des patients. Il s'agit principalement de travaux de mise en sécurité du bâtiment, d'une mise à niveau technique et de création de locaux supplémentaires. En 2010, un nouveau bâtiment, actuellement en construction, est destiné à intégrer une nouvelle urgence, la policlinique chirurgicale, ainsi qu'un espace d'accueil moderne et adapté aux besoins actuels.

Organisation à moyen et à long terme Actuellement les décideurs du CHEM travaillent sur l'élaboration de concepts pour le futur. La définition des missions et des spécialisations pour chaque site du complexe hospitalier représentent un objectif majeur pour l'année 2008. Les pistes de réflexion plus concrètes qu'on peut retenir déjà aujourd'hui sont les suivantes: • Le site de Dudelange aura une

vocation d'établissement spécialisé en gériatrie, en gérontologie et en évaluation neurologique. • En ce qui concerne le site de Niederkorn, la création d'un centre de médecine aiguë hyper-spécialisé en endoprothétique représente une piste de réflexion assez probable. • Au niveau du site d'Esch-surAlzette il est prévu de centraliser la maternité, le service des urgences ainsi que la chirurgie lourde qui requiert de la réanimation • Les trois sites garderont un service de policlinique afin de répondre aux soins médicaux de base de la population. Il est évident qu'en cours d'évolution des projets et en cas de prise de décisions importantes, les responsables du CHEM s'engagent dans l'information permanente du public. En tout état de cause, tous nos efforts visent à couvrir au mieux les besoins sanitaires actuels et à assurer une mission de santé publique tout en réalisant une plus-value en efficience qualitative et économique dans le cadre d'une prise en charge globale des patients. Dr Michel Nathan Directeur général

les cahiers de l’autonomie

31


CHEM

Continuité des soins palliatifs un projet CHEM - HELP - SHD

Continuité des soins palliatifs:

tients et à leurs familles a été élaboré.

• pour qui ? • comment ? • pourquoi ? Je suis hospitalisé en Unité de Soins Palliatifs, mais je veux rentrer à domicile pour passer le temps qui me reste chez moi, dans mon milieu connu et entouré de ma famille. Est-ce possible? Qui va s'occuper de mes soins? Qui va m'écouter? Qui va soutenir ma famille? Est-ce que mon médecin traitant sera au courant de mon traitement palliatif? Estce que je peux avoir le matériel et les médicaments dont j'aurai besoin? Est-ce que les infirmières du réseau sont aussi compétentes que celles de l'hôpital? Est-ce qu'ils communiquent entre eux? Pour répondre à ces questions, mais surtout pour garantir la qualité de la prise en charge palliative, le CHEM ainsi que les deux grands réseaux d'aide et de soins, HELP et SHD, ont décidé de s'investir dans un projet commun pour garantir la continuité des soins palliatifs pour la région sud du Grand-Duché. Les soignants des trois partenaires ont participé à des formations communes, un dépliant d'informations destiné aux pa32

les cahiers de l’autonomie

Mais ce partenariat trouve sa force surtout dans les réunions hebdomadaires qui réunissent des soignants pour renforcer l'accompagnement des patients qu'ils suivent ensemble. Ainsi tous sont au courant de l'évolution et la liaison entre l'hôpital et le domicile se fait de façon optimale. Avant d'envisager la sortie de l'hôpital, le médecin, le patient, sa famille et les soignants auront élaboré des modalités de cette sortie, de l'organisation pour disposer du matériel de soins et des médicaments nécessaires. Le patient saura que les soignants intra- et extrahospitaliers se connaissent, travaillent en étroite collaboration, ce qui augmentera sa confiance et lui procurera un sentiment de sécurité non négligeable pour envisager sereinement son retour à domicile. En cas de besoin, un membre de l'équipe mobile en soins palliatifs (EMSP) du CHEM pourra même accompagner l'équipe du domicile pour soutenir le malade et/ou sa famille. Lorsque la question d'une éventuelle réhospitalisation va se poser, les mêmes mécanismes fonctionneront dans l'autre sens, car la communication entre les différents intervenants ne s'est jamais arrêtée. Ainsi les hospitalisations en

catastrophe seront évitées, et le transfert d'un lieu de soin vers un autre se fera sans peur et sans stress. Monsieur T. Suite à l'initiative de l'équipe HELP, l'épouse de M. T. ainsi qu'un autre membre de sa famille sont venus à l'hôpital pour s'informer sur les modalités de la prise en charge en soins palliatifs. Mais Mme ne voulait pas informer son mari sur la gravité de sa maladie et donc le mot palliatif était « interdit ». Elle a eu toutes les informations nécessaires et il a été convenu qu'elle pourrait appeler à tout moment si elle avait besoin de l'équipe. Deux mois plus tard, Mme appelle d'abord l'équipe des soins à domicile pour une prise en charge de son mari, qui se rend compte tout de suite que M. T. est arrivé en phase terminale, le réseau appelle l'EMSP

MÉDI C AMENTS D O MICILE PARTE N ARIAT MA T ÉRIEL L I AISON CO N FIANCE SÉC U RITÉ SO I GNANTS HÔPI T AL M É DECIN


Message de Mme Simone Majerus, infirmière spécialisée en soins palliatifs, Doheem versuergt

et de M. Christian Schmitz, responsable soins palliatifs, CHEM

chez lui il a pu faire des excursions avec sa compagne, aller voir sa famille en France, fêter l'anniversaire de son petit-fils à la maison, bref jouir d'une bonne qualité de vie malgré son état de santé précaire.

qui arrive rapidement et ensemble, ils font le point de la situation avec la famille. Comme il est clair que le patient souffre d'importantes douleurs, le médecin traitant est contacté, fait une ordonnance pour adapter le traitement et le malade est soulagé rapidement de ses douleurs. Ainsi la famille a pu voir concrètement ce qu'on lui avait proposé deux mois auparavant et elle a pu apprécier la collaboration efficace entre les deux partenaires. Le patient, quant à lui, a pu décéder calmement chez lui, entouré de l'affection des siens comme il l'a toujours souhaité.

Monsieur R. M. R. était hospitalisé pour un problème d'occlusion, mais désirait absolument rentrer à la maison. La responsable de l'équipe de soins palliatifs du domicile lui a rendu visite à l'hôpital et ensemble avec l'équipe hospitalière et Mme M., la compagne de M. R. ils ont fait le point de la situation et le patient à pu rentrer chez lui. Assez vite, il a commencé à souffrir de douleurs importantes, mais suite aux excellents contacts entre médecin, EMSP et l'équipe HELP, le traitement antalgique a chaque fois pu être adapté rapidement. Vu la complexité de sa pathologie M. R a dû être hospitalisé à plusieurs reprises pour de courts séjours, mais à nouveau rentré

Malheureusement sa maladie s'est aggravée brusquement nécessitant une nouvelle hospitalisation pendant laquelle il est décédé.

Conclusion La continuité des soins, le dialogue permanent entre tous les acteurs, le climat de confiance et le professionnalisme sont les piliers essentiels de l'organisation des soins palliatifs tant en milieu hospitalier qu'à domicile.

EMSP: Équipe mobile de soins palliatifs: soignants de l'hôpital qui font des visites à domicile, sur demande du réseau CHEM: Centre Hospitalier Emile Mayrisch SHD: Stëftung Hëllef Doheem

Ne laissez pas l’incontinence urinaire vous gâcher la vie ! Gamme d’étuis péniens hypoallergéniques Coloplast Belgium NV/SA, Humaniteitslaan 65, 1601 Ruisbroek, Tél. 02/334.35.35, Fax 02/334.35.36, numéro gratuit pour les utilisateurs: 0800-12888 be@coloplast.com, www.coloplast.be

Conveen Optima

les cahiers de l’autonomie

33


CHEM

Mettre en place un processus dynamique favorable au patient et à ses proches C'est dans un contexte socio-économique appuyé par une fusion, que la Direction Générale du Centre Hospitalier Emile Mayrisch (CHEM) développe un pôle d'activité centré sur la prise en charge spécifique de la personne âgée sur le site de Dudelange. Les services de soins présents sur se site sont: • le service de revalidation neuro-vasculaire (rééducation après un accident vasculaire cérébral (AVC), • le service de gériatrie aiguë (prise en charge de patients âgés présentant plusieurs pathologies), • le service de rééducation gériatrique (rééducation après un traumatisme ou intervention orthopédique). Leur objectif prioritaire est d'obtenir le retour du patient dans son milieu social précédent dans des conditions de sécurité et de qualité de vie souhaitées satisfaisantes par la personne âgée et son entourage. Pour parvenir à cet engagement, un partenariat est envisagé pour accompagner le patient et sa famille dès son admission dans les services de soins et ce jusqu'à sa sortie définitive.

Une nécessité: créer des liens entre les acteurs Ainsi, ces unités de soins spécifiques collaborent avec les différentes structures de santé ou autres, intraet extra-hospitalières afin de garantir la continuité des Soins. Effectivement, conformément à notre politique des Soins où sont 34

les cahiers de l’autonomie

décrites les valeurs partagées par les soignants travaillant au CHEM, la qualité de la prise en charge inclut entre autre les notions fondamentales de «continuité» et de «prise en charge globale». Cela signifie que la continuité débute au moment de l'admission à l'hôpital et peut s'étendre jusqu'à la phase de post-hospitalisation. Si un patient est déjà pris en charge par une structure d'aides à domiciles, l'unité de soins qui réalise l'admission la contacte pour un échange d'informations afin d'éviter au patient de «subir» de nombreuses questions sur ces habitudes de vie et ses besoins en ressources quotidiens. C'est pourquoi, il est nécessaire de mettre en œuvre des filières de soins (processus) avec les partenaires de soins. Ce partenariat est renforcé par la mise en place de modalités pratiques de transfert (fiche de liaison) et la mise en place de réunion interdisciplinaire ayant pour mission l'analyse multifactorielle (liée à la pathologie, à l'environnement familial, social, de la situation clinique du patient) ainsi que l'élaboration du programme de soins adapté à ses besoins. Des entretiens, avec la famille et le patient, sont menés au préalable par des professionnels de santé comme l'assistante sociale. Ils vont nous permettre de respecter si possible leurs choix et leur avis afin de les accompagner au mieux dans cette situation nouvelle à gérer. Ainsi, pour établir un tel programme de soins, les équipes organisent des réunions de synthèse pluridisciplinaire « staffs » où sont discutées le cas clinique du patient afin de réaliser le partage d'informations, d'échanger autour des actions de soins nécessaires à entreprendre.

Le plan global multidisciplinaire qui prend en compte l'ensemble des approches professionnelles (infirmier, aide soignant, ergothérapeute, kinésithérapeute, assistante sociale, diététicienne, orthophoniste, neuropsychologue) associe le plan de soins et le programme thérapeutique médical. La participation d'un membre des réseaux de soins intervient dès le premier staff afin de suivre l'évolution de la prise en charge au cours du séjour hospitalier. Cela nous permet également d'organiser ensemble le retour à domicile de manière progressive en autorisant les sorties week-end… en organisant la préparation des moyens nécessaires et adéquates à la perte d'autonomie (transformations de locaux, aides techniques)…

Un défi: définir ensemble des filières de soins Une filière de soins est une forme d'organisation structurée dans l'approche de la maladie avec une succession de stades de prises en charge visant à orienter le «trajet» du patient pour une meilleure qualité des soins, une meilleure utilisation des équipements et une prise en charge interdisciplinaire. L'organisation en filière favorise le suivi personnalisé du patient avec la nécessité de disposer d'un interlocuteur préférentiel dans l'approche globale du patient. Ainsi, cette approche particulière en «filière de soins» nous permet d'optimiser l'ensemble des offres de soins luxembourgeoises proposées par les partenaires hospitaliers et extra hospitaliers. Cette étroite collaboration, ce «maillage» permet de mettre en place une cohérence et une continuité des soins dans la prise en


Message de Carole Kosowski-Longhini Membre du Conseil d'Administration HELP Chef de Département Rééducation et Revalidation CHEM

charge développée. Elle est très enrichissante et occasionne surtout un bénéfice réel pour le patient. Le véritable défi est d'assurer la transmission des informations sans rupture à chaque changement d'intervenant. Le rôle de la filière créée est de soutenir les équipes en place par différents moyens: réunions interdisciplinaires, infirmière de référence à l'hôpital ou infirmière de liaison pour le réseau de soins à domicile. Pour cela, les professionnels de santé disposent de nombreux outils qui leur permettent de collaborer; dossier patient hospitalier, fiches de liaison, feuille de staff...

Le cas spécifique du retour à domicile La majorité des personnes souhaitent continuer à vivre chez elles comme elles l'entendent et mêmes lorsqu'elles ont de lourdes déficiences et incapacités. La clé de voûte du maintien à domicile repose sur le désir de la personne et de son entourage à participer activement aux choix des actions proposées. Prendre en charge et effectuer des soins aux personnes en perte d'autonomie nécessite de prendre en compte dans la démarche médicale et soignante multidisciplinaire la personne dans son individualité, non seulement à travers le reflet de sa vie, mais aussi dans son état actuel, avec ses pathologies, ses handicaps… Il est donc essentiel de répondre au désir du patient qui souhaite retourner chez lui tout en maintenant le niveau de compétences nécessaires pour une qualité dans la continuité des soins. Cela est plus facile si les équipes soignantes réseau / hôpital entretiennent des relations de collaboration.

Le retour à domicile n'est possible que lorsqu'il est préparé minutieusement, notamment avec l'assistante sociale et les proches, qui doivent être écoutés, entendus, soutenus, informés et guidés dans leurs démarches pour obtenir les aides existantes. Il est donc très important de réaliser dès que possible une évaluation de l'environnement par une visite de leur domicile afin de réaliser un dossier (Assurance Dépendance) comportant les transformations et aides nécessaires à entreprendre pour envisager un retour en toute sécurité. A cette étape, l'équipe soignante et le médecin envisagent une coordination avec les différents services de maintien à domicile afin d'offrir les solutions personnalisées et adaptées aux ressources de la personne. En outre, le retour du patient à domicile est et reste possible si les différents organismes, institutions participent à l'accompagnement des proches et organisent sa mise en œuvre par: • La coordination entre professionnels • La continuité de la prise en charge • Le soutien des proches ou des aidants informels dans leur démarche, dans leur quotidien • Des actions de formations (connaissance de la maladie, groupe de paroles…) • La mise en place d'un processus dynamique favorable au patient et à ses proches.

Pour conclure, nous pouvons dire que la participation de chacun joue un rôle essentiel dans la continuité des soins. Toutes les attitudes doivent être cohérentes et chaque intervenant doit valoriser, féliciter la réussite de la personne dans son activité. Il est important de solliciter les capacités restantes de la personne et de l'inciter et de la motiver à faire ce qu'elle est capable de faire que de faire à sa place… c'est nous aider à nous recentrer sur les ressources, le respect du choix et de la décision du patient. C'est permettre à la personne de restaurer, de retrouver le maximum de son autonomie grâce à une stimulation et à un maintien de ses aptitudes, par une approche pluridisciplinaire intra et extra hospitalière et multidimensionnelle.

les cahiers de l’autonomie

35


Ergothérapeute

Personne relais / CHEM et ergothérapeute Message de Caroline Caudmont Parmi les nombreuses missions de l'ergothérapeute, les visites à domicile chez le patient âgé sont essentielles pour le maintien à domicile dans les meilleures conditions possibles. Par leurs interventions, les ergothérapeutes du réseau HELP mettent à disposition une compétence spécifique auprès de la personne âgée hospitalisée en travaillant avec les différents services du CHEM. Les ergothérapeutes ont ce rôle de liaison avec la personne relais, entre le CHEM de Dudelange et les différentes antennes du réseau HELP. Après avoir suivi l'évolution du patient à l'hôpital, celui-ci ne retrouve pas toujours son mode de vie antérieur de façon identique.

Dès lors, lorsque l'on commence à parler de sortie, il est parfois nécessaire de mettre en place un projet de vie post hospitalisation (dû aux pathologies induites, fragilité de la personne et son isolement social ou affectif). C'est à ce moment là que l'ergothérapeute du réseau HELP effectuera une visite à domicile avec le patient et sa famille, et parfois un professionnel de l'antenne.

niveau social, psychologique que physique. - Les mauvais positionnements (qui peuvent entrainer des plaies, des rétractions…) • Evaluer les barrières architecturales • Proposer et conseiller - L'aménagement du domicile - L'adaptation des aides et des soins du réseau HELP - L'utilisation d'aides techniques

La visite à domicile consiste à: • Evaluer les capacités de la personne (déplacements, activités de la vie quotidienne, transferts…) • Evaluer la sécurité à domicile - Les chutes - Les risques que court l'aidant informel tant au

• Assurer un suivi après le retour si besoin Après la visite à domicile, nous communiquons les informations lors des réunions avec le CHEM pour continuer à préparer le retour à la maison avec le patient et sa famille dans les meilleures conditions possibles.

Schéma général de la démarche ergothérapeutique* Rencontre du patient et de sa famille dans son environnement

Analyse de la situation Evaluation du domicile

«Check-up»

Inventaire des activités de la vie quotidienne Fonctionnalité Importance relative Degré de satisfaction de la situation Avis des autres membres du ménage Visite du domicile Lieux des AVQ Adéquation Causes environnementales Facteurs de risques divers Besoins de la personne âgée et de son entourage

Intervention

Evaluation finale

36

les cahiers de l’autonomie

Apprentissage Aménagement Conseil en aide fonctionnelle *GRApE, Groupe de Recherche Appliquée en Ergothérapie


Infirmier relais

Infirmiers relais Les objectifs des infirmiers relais: optimiser la qualité de la prise en charge et la coordination de la sortie ou de l'entrée du patient dans un établissement de soins afin

Réseau HELP Centrale Centre de Jour Antenne de soins

Message de José Luxen Coordinateur général du réseau Help

• de réduire au minimum requis les durées d'hospitalisations et les réhospitalisations • de satisfaire au bien-être du client et de ses proches.

de garantir la continuité des soins et satisfaire les besoins et attentes du client et de ses proches dans un souci: • de maintenir et de rétablir au maximum l'autonomie de la personne soignée

Infirmiers relais • écouter • informer • coordonner • conseiller • accompagner • transmettre

Etablissements hospitaliers et organisations de santé

Wiltz

Ettelbruck

Kirchberg Luxembourg-Ville

Steinfort Differdange Esch-sur-Alzette

Dudelange

Réseau HELP

Infirmiers relais

Etablissements hospitaliers et organisations de santé

Osez parler de votre incontinence Nous vous attendons dans notre nouvel

“Espace conseil”

16, rue Edmond Reuter L-5326 Contern

et ensemble, nous choisirons la solution adaptée

Tél.: 36 97 17 1 meditec@meditec.lu

les cahiers de l’autonomie

37


Kiné

Le service kiné, maillon d'une prise en charge interdisciplinaire Myriam Jacoby

Pourquoi ce service a vu le jour? Beaucoup de nos patients, qui devaient avoir un suivi de rééducation à domicile, avaient du mal à organiser une intervention régulière de leur Kiné libéral à leur domicile. Certains d'entre eux ont souvent interrompu leur rééducation pour ce motif. Il est pourtant important pour eux de poursuivre la rééducation à domicile afin de retrouver ou maintenir leur autonomie dans la vie de tous les jours. Ce besoin de suivi, post-hospitalisation ou post-rééducation en équipe interdisciplinaire, est donc devenu une nécessité au sein de notre réseau pour nos patients et nos partenaires. Help a commencé à offrir ce service kiné à partir de janvier 2006 en engageant une kiné, qui travaillait essentiellement dans la région Est et Sud du pays. Suite à l'augmentation de la demande de nos patients, nous avons étendu cette offre progressivement et, dès octobre 2007, nous l'assurons pour l'ensemble du territoire luxembourgeois. Notre intervention se fait auprès des patients ayant besoin de soins kiné, et ce dans les 48 heures qui suit la demande. Notre service est ouvert toute l'année du lundi au vendredi de 8 à 18 heures, ainsi que le weekend en cas d'urgence. 38

les cahiers de l’autonomie

Nous comptons actuellement une moyenne de 500 prises en charge par semaine qui sont réparties entre les 15 kinésithérapeutes du réseau. Ils sont particulièrement engagés dans leur mission auprès du client et particulièrement compétents dans le domaine de la gériatrie.

Licenciée en kinésithérapie, spécialisée en cardio-respiratoire, responsable de l'équipe kiné

En quoi consiste notre travail au sein du réseau Help? Au niveau du patient: nous offrons une prise en charge globale et personnalisée, avec un bilan kiné lors de la première séance, un traitement individuel et spécifique en incluant les objectifs du patient et enfin un suivi continu par un seul kiné. Au niveau des prescriptions médicales: nous assumons un suivi de prise en charge sur ordonnance médicale en spécifiant bien que celleci doit être faite au domicile du patient. Nous intervenons auprès des patients (enfant, adulte ou personne âgées) quelque soit leur pathologie (chirurgical, orthopédique, neurologique, respiratoire ou palliatif) nécessitant de la kinésithérapie à domicile conformément à l'ordre médical. Au niveau interdisciplinaire: nous participons aux réunions d'équipe et, quand c'est nécessaire, faisons une visite au domicile du patient pour évaluer les difficultés rencontrés, les besoins per-

turbés et le risque de chute. Nous essayons de proposer des solutions ou des aides au patient ou à l'entourage pour répondre au mieux au(x) problème(s) identifié(s) lors de cette visite.

Comment nous contacter? • Soit par la Help line: 26 70 26 • Soit par le personnel soignant (l'infirmière, l'aide-soignante ou la responsable d'antenne) • Soit par l'équipe interdisciplinaire d'un hôpital ou d'un centre de rééducation et de revalidation • Soit via le médecin traitant du patient.

Pour plus informations, veuillez contacter la Help line (26 70 26) ou l'antenne des soins à domicile de votre région.


Projet à Steinfort

Le petit déjeuner à l’HIS de Steinfort

Mme Sophie Marson Ergothérapeuthe à l’HIS de Steinfort

Description du petit déjeuner:

Comment l'idée est-elle venue?

Tous les mardis, nous offrons aux résidents qui le souhaitent, de prendre leur petit déjeuner sur la passerelle qui relie la Maison de Soins au CPG.

Nous avons eu envie de reproduire le petit déjeuner convivial qu'ils avaient autrefois à la maison, de les inciter à sortir de leur chambre et de se rendre dans un endroit agréable, aéré avec vue sur la nature environnante.

Nous dressons les tables “comme à la maison” avec planches et panier à pain, choix de garnitures (confitures, fromage, miel…). Nous invitons les résidents à venir s'installer autour d'une table ronde, de quitter si possible leur fauteuil roulant et de partager ensemble un moment important de la journée.

Notre idée était de favoriser l'interactivité et l'échange entre les résidents. En effet, stimulés par la présence des autres, ils apprécient de faire leurs tartines seuls, de se passer le panier de pain, les confitures,… et ils ont également tendance à avoir meilleur appétit.

Il s'agit d'un moment de socialisation, de partage et d'échange. Les discussions vont bon train, les souvenirs refont surface. C'est l'occasion d'évoquer les sujets d'actualité et du passé.L'avis de Mme Mélanie S., 86 ans Avez-vous aimé les petits-déjeuners sur la passerelle? - Oui c'était bien, ça! - C'est autre chose… c'est plus intéressant.

Qu'est ce que vous avez le plus aimé? L'avis général des résidents: Certains résidents apprécient le fait d'être ensemble, l'ambiance de ces petits déjeuners, la vue sur la nature, l'atmosphère… Ils sont toujours partants pour renouveler l'expérience. D'autres, au contraire, préfèrent l'intimité de leur chambre et participent occasionnellement à cette rencontre.

paprika par sympathie

graphisme 171 avenue de Luxembourg L-4940 Bascharage tél. 26 501 775 paprika@pt.lu

les cahiers de l’autonomie

39


HIS Steinfort

Steinfort et son infrastructure hospitalière Message de Nico Ollinger Directeur

des Sœurs Franciscaines qui en assure la gestion. Début des années 1930, alors que les activités de l'usine s'arrêtaient, celles de l'hôpital cessent également. L'hôpital est aménagé en maison de retraite qui se trouve dans la rue de Hobscheid. Elle est démolie en 1993.

Un premier hôpital est mis en service à Steinfort en 1898 par les frères Collart, alors propriétaires et exploitants d'une usine à Steinfort. A ce moment, l'usine de Steinfort occupe quelque 600 ouvriers et l'hôpital a pour mission de soigner les ouvriers blessés et malades. La famille Collart fait donation de l'hôpital à la Congrégation

Les origines de l'établissement actuel remontent dans les années 1950. A la fin de la guerre, le château des Collart se trouve dans un état de ruines. C'est alors que Monsieur Demy Steichen, bourgmestre de la commune de Steinfort, avec l'aide du Dr Audry, décide d'installer un hôpital. L'objectif est d'améliorer les soins médicaux de la population de notre région.

40

les cahiers de l’autonomie

A ces fins, il est créé un syndicat intercommunal composé des communes de Steinfort, Hobscheid, Koerich, Garnich et Saeul pour assurer la construction, l'exploitation et l'entretien d'un hôpital à Steinfort. L'hôpital est inauguré en novembre 1957. Il comporte 57 lits, une salle d'opération, un service de radiologie et un laboratoire d'analyses.


HIS Steinfort

Un nouveau projet pour l'Hôpital Intercommunal de Steinfort Ouverture d'un hôpital de jour en rééducation fonctionnelle gériatrique

Dans les années 70, l'hôpital développe ses activités kinésithérapeutiques et de rééducation en étroite collaboration avec le Centre Hospitalier de Luxembourg. Fin des années 80, le Ministre de la Santé M. Benny Berg et le comité syndical, prennent la décision de réduire le nombre de lits aigus de 57 à 30 unités et de créer 52 lits de long séjour (Maison de Soins). La réalisation de ces travaux a lieu en 3 étapes au courant des années 1990 à 1996. L'hôpital regroupe alors un service de Rééducation Gériatrique de 30 lits et une Maison de Soins de 52 lits. En 2002, le Ministère de la Famille, de la Solidarité sociale et de la Jeunesse a répondu positivement à la demande du Syndicat Intercommunal de Steinfort de construire un Centre Psycho-Gériatrique pouvant accueillir 24 personnes. Celui-ci a commencé ses activités en novembre 2005. C'est en 1998 que Steinfort est devenu membre fondateur du réseau Help, rejoint par d'autres institutions hospitalières, et a développé un partenariat soutenu avec celui-ci.

Dès le 1er novembre, le service de rééducation fonctionnelle gériatrique se verra doté d'une structure d'hôpital de jour en rééducation gériatrique.

Les missions de l'hôpital de jour Cette structure propose une approche préventive, diagnostique et curative des pathologies entrainées par le vieillissement en vue d'améliorer la qualité de vie et le maintien à domicile. L'hôpital de jour assure des traitements ambulatoires interdisciplinaires en journée ou demijournée pour des patients âgés.

L'hôpital de jour accueille 2 types de patients Les patients qui peuvent bénéficier de ce service, sont ceux qui nécessitent une prise en charge rééducationnelles après hospitalisation dans un centre de rééducation fonctionnelle gériatrique ou des patients envoyés par leur médecin traitant pour réaliser des Evaluations Globales Gériatriques suivies de prises en charge rééducatives ambulatoires

Qui peut faire une demande de séjour en hôpital de jour? Les médecins traitants, généralistes ou spécialistes, le personnel des réseaux d'aides et de soins, les proches ou les patients eux-mêmes peuvent être à l'ori-

gine de la demande d'intervention. Quelle que soit l'origine de la demande, l'accord du médecin traitant est un impératif avant toute intervention. Le médecin traitant du patient sera avisé si une demande provient d'une autre source de référence.

Quels sont les bénéfices attendus? • Réduire le déclin fonctionnel et améliorer la qualité de vie • Détecter des problèmes de santé débutant traitables (démence, dépression, malnutrition, douleurs, troubles de l'équilibre, problème de compliance médicamenteuse) • Réduire ou éviter des hospitalisations à répétition et une entrée prématurée en Maison de Soins La spécificité de l'équipe de l'Hôpital de Jour Gériatrique est son travail en interdisciplinarité tant dans l'évaluation que dans la prise en charge. Cette équipe est coordonnée par les médecins spécialistes en gériatrie et en rééducation.

les cahiers de l’autonomie

41


Qualité

La qualité des prestations aux personnes à domicile

Help asbl avec ses partenaires d'aide et de soins:

Cycle PDCA

Amélioration continue

De nombreuses personnes et familles utilisent les services à domicile. D'autres, en plus grand nombre encore, sont susceptibles de les utiliser aussi au cours des prochaines années. La particularité des services à domicile(1) est qu'ils sont La qualité délivrés chez notre client(2) ou à partir de son domicile. Le domicile est le lieu privé qui abrite son existence familiale et intime. Ces services font coexister l'espace privé du client et l'espace de travail de l'intervenant, ce qui est exceptionnel dans l'exercice d'une activité professionnelle.

• Syrdall Heem, • Muselheem • Hôpital de Steinfort • Doheem versuergt

Respect, discrétion, réserve, délicatesse et une relation de confiance

se sont engagés dans une démarche qualité afin d'améliorer continuellement les prestations délivrées ainsi que tous les moyens humains, matériels, documentaires et organisationnels requis pour fournir un service de qualité. Help a choisi de placer le client au cœur de son organisation pour la réalisation de ses prestations. Si notre engagement a toujours été de satisfaire nos clients, la démarche qualité entreprise selon le référentiel AFNOR «Services aux personnes à domicile» va nous permettre aujourd'hui d'évaluer notre capacité à les satisfaire et aussi nous conduire à la mise en place de stratégies efficientes et innovantes. Pour cela nous mettrons en œuvre les actions nécessaires pour favoriser la participation de tous à la démarche. De plus, nous nous engageons à fournir les moyens utiles et nécessaires pour atteindre nos objectifs, tout en garantissant une utilisation raisonnable et responsable de nos ressources

Intervenir à domicile n'est pas un acte anodin et demande respect, discrétion, réserve, délicatesse et une relation de confiance afin d'éviter que la visite ne soit vécue comme une intrusion.

Quelles garanties vous apporte une démarche qualité?

Les contenus de ces services sont très diversifiés, allant des services à dominante domestique tels que le nettoyage, à des services à dominante relationnelle, tels que l'aide aux personnes isolées, fragiles(3). Ces derniers impliquent de tenir compte de la situation psychologique du client, de ses liens familiaux et de son histoire.

• Une garantie de qualité, de fiabilité et de sérieux du service fourni, • Une information actualisée et une relation claire et transparente, • la conformité du service aux engagements définis dans la norme «Services aux personnes à domicile».

42

les cahiers de l’autonomie

Garanties pour nos clients


Message du Groupe de travail «qualité»

Les engagements qui font la différence: Une éthique exigeante

Satisfaire nos clients Participation de tous

• Une attitude générale de respect de la personne et de ses biens • Un respect intransigeant de vos données personnelles • Une intervention individualisée Un partenaire pour satisfaire vos besoins

Un partenaire pour satisfaire vos besoins

• Un accueil et une écoute professionnelle • Une analyse interdisciplinaire de votre situation • Une offre répondant à vos besoins • Des aides et soins adaptés • Un suivi et une continuité des prestations Des professionnels compétents

Des professionnels compétents, de confiance

• Des intervenants de confiance, sélectionnés et formés • Des interlocuteurs privilégiés qui répondent à vos questions • Des équipes qui assurent un suivi et la continuité des aides et des soins Les garanties pour l'avenir

La qualité c'est l’affaire de tous

• Une amélioration continue grâce à vous S'améliorer • Une efficience de pour satisfaire l'organisation interne nos clients • Un respect de et nos l'environnement collaborateurs • Une recherche de l'innovation pour la satisfaction de nos clients et salariés

Groupe de travail «qualité»: Mesdames Jeanne Schneider de Syrdall Heem, Ute Schneider de Doheem versuergt, Messieurs Castor Aguilera Doheem versuergt, et Marco Nicolai de Muselheem

Domicile Résidence privative du client, principale ou secondaire, habituelle ou temporaire (1)

Client Le terme «client» est utilisé dans le présent article au sens de «destinataire» du service à domicile, c'est-à-dire le bénéficiaire qui reçoit ou utilise ce service. (2)

Client fragile Personne ou groupe familial qui notamment en raison d'une situation de précarité sociale, de handicap ou de dépendance, de pathologies diverses, a besoin d'un service pour accomplir les actes essentiels et/ou ordinaires de la vie et/ou d'un accompagnement social et/ou éducatif. (3)

les cahiers de l’autonomie

43


Culture Message de Daniela COCCIA aide socio-familiale au sein de l'antenne de Help Doheem versuergt à Esch-sur-Alzette

Mme Becker Charlotte, 66 ans, rue Général Patton, Esch-sur-Alzette Mme Becker, en deux mots, que pensez-vous des sorties Kino a Kaffi? J'ai appelé le réseau Help le 11 novembre 1999 pour la première fois. Les années ont passé et je me suis inscrite à quasi toutes les activités du réseau sauf la Schueberfouer, pour moi c'est trop bruyant. Et en mars, j'ai eu la chance d'emmener ma mère âgée de 90 ans au cinéma à la Kulturfabrik, la séance débutait à 14 heures. Le transport était organisé par les soignants et nous avons regardé Perl oder Pica. Pour elle, c'était la première fois qu'elle s'y rendait, vous vous rendez compte à 90 ans. Quel grand moment pour nous deux. J'ai participé à toutes les séances comme “la Grande Duchesse”, “Entrée d'artistes” et “Luxembourg/USA”. Des souvenirs et beaucoup d'émotions. Votre préférence? Des films en langue luxembourgeoise, des anciens documentaires. Ce n'est pas évident de suivre lorsque le texte est en sous-titré. Je pense au club des chômeurs de Andy Bausch et dans un autre domaine à Jonggesellekëscht. Mais gardez l'idée de la tasse de café dans l'autre salle de la Kulturfabrik après le film, je peux ainsi retrouver d'anciennes connaissances. 44

les cahiers de l’autonomie

Souhaitez-vous d’autres activités culturelles? Les chansons populaires, des chants traditionnels luxembourgeois.

Il est important de rester actif, de côtoyer d'autres personnes sinon le risque est grand de tomber dans les idées noires. Mais seule cela n'est pas évident d'y participer.

Le projet cinéma en deux mots pour vous, aide socio-familiale: D. Coccia: Super. Les gens se sentent à l'aise et se projettent des années en arrière... des souvenirs d'antan... Les sorties de cinéma, c'est toujours un événement spécial. Quelles attitudes expriment les personnes âgées lors de la présentation d'une sortie cinéma? D. Coccia: Les personnes âgées sont très enthousiastes, contentes de sortir avec une joie presque enfantine. de pouvoir aller regarder un film «cela fait longtemps que je n'étais plus allée au cinéma». Nous leur présentons le prochain film sous forme d'une affiche qui reprend le résumé du film, les acteurs et quelques photos. Et Madame Becker, plus particulièrement? D. Coccia: Pour Madame Becker, le film d'abord, de nombreux souvenirs, certains sont exprimés avec beaucoup d'émotions… mais surtout la tasse de café après le film, pour avoir le contact avec les autres (Fir ze poteren). Quelles suggestions feriez-vous en tant que soignant? D. Coccia: Des documentaires sur le Luxembourg en langue luxembourgeoise, les principales attractions, les traditions, les monuments et les régions du Grand-Duché et leurs coutumes.


Cahiers de l'autonomie n12 - 1998-2008 : 10 ans déjà