Page 1

N° 161 - Février 2013 - 18 €

TRACTEURS, MOISSONNEUSES

La Pologne bat des records

Les investissements explosent, portés par un programme de soutien qui s’achève fin 2013. Page 7

Droit de cité

Les participants à la convention allemande LTU (voir p. 5) n’ont pas coupé aux discours convenus et rebattus de grands dirigeants des principaux groupes mondiaux. Un peu avant, une poignée de concessionnaires ou leurs représentants professionnels sont intervenus à la tribune. Ils ont, de loin, apporté le plus de substance aux échanges. L’un des exposés les plus remarquables a été celui d’un concessionnaire qui a présenté dans le détail ses politiques tarifaire et salariale. Quelques heures plus tard, un bruit de couloir disait qu’il s’était fait taper sur les doigts par son concédant. Pourquoi ? Parce que dans le grand embrouillamini des remises et tarifications à la carte en fonction des zones ou des pays, la transparence n’a pas droit de cité.

Rémy Serai

8, cité Paradis, 75493 Paris Cedex 10 Machinisme & Réseaux est une publication du Groupe France Agricole destinée aux professionnels de l’agroéquipement. POUR VOUS ABONNER (1an - 10 numéros plus les deux guides La France des concessionnaires et des ETA : 149,90 € TTC) ou pour tout renseignement concernant votre abonnement : tél. : 01 40 22 79 85, fax : 01 40 22 70 37, e-mail : abos@gfa.fr. POUR CONTACTER LA RÉDACTION e-mail : machinisme@gfa.fr - Tél. 01 40 22 78 74.

M&R - N° 161 - FÉVRIER 2013

Tracteurs : encore un bon millésime

Nouveau pic. Pour la quatrième fois en vingt ans, la France franchit

la barre des 40 000 tracteurs en toutes catégories.

Presque aussi bien qu'en 2008 2007 MARCHÉ TOTAL

37 610

MARCHÉ STANDARDS

27 098

2008

43 661

31 557

2009 39 757

28 606

2010

31 313

22 290

2011 38 133

27 402

2012

42 712 31 134

Détails des ventes

Moins de 60 ch

5 372

6 159

5 885

5 343

5 729

5 625

De 60 à 79 ch

2 906

2 812

2 912

2 209

2 540

2 556

De 80 à 99 ch

7 694

7 622

7 092

5 610

5 978

6 725

De 100 à 119 ch

8 283

8 698

7 836

5 715

6 930

8 272

De 120 à 149 ch

7 174

7 956

6 991

5 475

7 061

9 040

De 150 à 179 ch

3 025

5 342

4 362

3 507

5 708

5 441

180 ch et plus

3 156

5 072

4 679

3 453

4 187

5 053

R

ares sont les pays d’Europe à connaître une croissance à deux chiffres pour les immatriculations de tracteurs en 2012. La France en fait partie avec ses 12 % de hausse en toutes catégories et 13,6 % en standards. Il faut arriver à la sixième place du classement pour trouver l’Autriche, à 10,2 % de croissance et 8 139 tracteurs immatriculés en 2012. Entre les deux, l’Allemagne enregistre 36 264 ventes, soit 287 de plus qu’en 2011. En excluant les 19,3 % de modèles de moins de 50 ch, les agriculteurs ont acheté 30 397 « gros » tracteurs. En troisième place, l’Italie passe sous la barre symbolique des 20 000 tracteurs. Les 19 343

unités comptabilisées correspondent à une baisse de 17,4 %, comparé à 2011. Surprise pour

Parts de marché tracteurs Marque

2011

2012

John Deere New Holland Claas Massey Ferguson Case IH Fendt Deutz-Fahr Valtra Kubota Same McCormick Landini Autres marques Lamborghini

20,2 17,3 13,2 10,4 9,1 8,6 5,65 5,5 3,5 2 1,8 1,5 0,75 0,5

20,9 17,9 12 10,1 9,6 8,2 5,8 5,1 3,7 2,1 1,9 1,5 0,7 0,5

Estimations en % - Source : enquête NGPA

Source : Axema

sur le vif

la quatrième place, avec la Pologne à 19 315 tracteurs neufs (voir aussi p. 7). Le RoyaumeUni se classe cinquième avec un score quasi stable (– 1 %), à 13 951 tracteurs. Toujours établi à partir d’estimations, le classement général des parts de marché reste dans le même ordre que l’an dernier. Parmi les reculs les plus notables, figure Claas, qui explique le phénomène par sa difficulté à fournir ses nouveaux Arion 500 et 600. De leur côté, Fendt et Massey justifient leur léger repli, l’un par le transfert d’activité dans la nouvelle usine, l’autre par la saturation de son outil de production. ■ R. S. 1


Entreprises INTERVIEW Andrea Piras, directeur général de Argo France

en bref PLUVIOMÉTRIE RECORD

Ça baigne pour Stark Industries

L’importateur français des chenilles Tidue a commercialisé 30 paires de chenilles au cours des trois premiers trimestres de 2012. À partir de fin octobre, il en a vendu 70 paires en trois semaines, sollicité par des entrepreneurs voulant équiper leurs moissonneuses à maïs. Pour répondre à cette demande subite, Stark Industries s’est procuré des chenilles initialement destinées aux marchés italien et nord-américain. TRAVAIL DU SOL, SEMIS

Agrisem sous pavillon polonais

Un article, diffusé le 15 janvier sur le site www.usinenouvelle.com, mentionne que « Michel Evin, fondateur d’Agrisem, a cédé l’ensemble des parts et des brevets de cette société au polonais Unia ». Dans un communiqué diffusé en novembre, Agrisem avait fait état d’un accord de coopération avec le groupe Unia, mais s’était refusé à préciser jusqu’où allait la prise de participation. MOISSONNEUSES

Sampo accélère en Algérie

Le constructeur finlandais de moissonneuses-batteuses conventionnelles a posé un pied en Algérie courant 2010. La société CMA-Sampo est détenue à 38 % par Sampo et à 62 % par deux entreprises d’État algériennes : CMA et PMAT. Installée à Sidi Bel Abbès, l’usine a démarré l’activité à un rythme de 500 machines par an. Elle va doubler sa capacité pour atteindre les 1 000 unités. Les moteurs de ces machines seront fabriqués à Constantine dans le nouveau complexe industriel qui fabrique des tracteurs Massey Ferguson.

2

« Nous allons lancer neuf séries de tracteurs en deux ans »

A

rgo France a récemment intégré de nouveaux locaux, à Saint-Dizier (Haute-Marne). Lors des journées d’inauguration, Andrea Piras a fait le point sur la situation de l’entreprise. Pourquoi avez-vous déménagé ? Parce que depuis la cession de l’usine de Saint-Dizier au groupe chinois Yto, en mars 2011, nous étions locataires des murs pour notre stock de pièces et notre siège social. Nous avons investi 2,5 millions d’euros dans l’achat et l’aménagement de notre nouveau bâtiment. Sur 4 800 m², 4 200 m² sont dédiés au magasin de pièces de rechange et 600 m² aux bureaux. Nous avons aussi un magasin annexe de 3 400 m², situé à 1 km, toujours pour les pièces de rechange. Comment va Argo France ? Rappelons qu’en 2011, nous avons réalisé 43 millions d’euros (M€) de chiffre d’affaires : 24 M€ en ventes de tracteurs, 19 M€ en ventes de pièces. Nous n’avons pas encore les chiffres 2012, mais nous devrions approcher les 50 M€. Argo France emploie 60 personnes, dont 12 en permanence sur le terrain et 35 pour le secteur MPS (magasin, pièces et services). Et comment vont les ventes de tracteurs ? Au premier semestre 2011, notre part de marché était de 2,97 % avec McCormick et Landini. Au premier semestre 2012, nous étions à 3,2 %. Notre objectif est d’atteindre les 3,87 %. Grâce à quels moyens ?

Andrea Piras dirige la filiale française de Argo Tractors. Les quatre usines italiennes de ce groupe détenu par la famille Morra ont produit environ 17 000 tracteurs en 2012.

« Il nous faut saisir de nouvelles opportunités pour étoffer notre réseau. » Nous nous employons tout d’abord à ré-humaniser les relations avec les réseaux. Les années 2008 et 2009 ont été difficiles à cause des difficultés de livraison et de quelques problèmes de fiabilité. Nous devons aussi améliorer notre couverture du territoire. Nous avons 81 concessionnaires Landini avec 27 bases, soit 108 points de vente et 72 concessionnaires McCormick avec 28 bases, soit 100 points de vente. Ils couvrent respectivement 39,9 et 44 % du territoire. Il nous faut donc saisir de nouvelles opportunités et profiter des remaniements qui se produisent dans les réseaux concurrents. Vous avez des nouveautés dans les cartons ? Auparavant, Argo Tractors consacrait 1,5 % de son chiffre

d’affaires au développement de nouveaux tracteurs. En 2011, ce sont 5 % qui ont été investis dans de nouveaux projets. Cela va se traduire par le lancement de neuf séries de tracteurs entre 2012 et 2014. Nous avons déjà présenté les Landini 5H, 5D (85 à 113 ch) et les McCormick X50 à l’Eima. Au Sima, arriveront des quatre cylindres de 143 à 166 ch. Nous lancerons ensuite des six cylindres de 175 à 212 ch, puis une série de 230 à 280 ch de puissance maximale. Ajoutons que la transmission à variation pourra équiper certains tracteurs à partir de 120 ch. Il s’agit de projets complets avec de nouveaux moteurs Tier 4 Interim à technologie SCR, mais aussi un design et des cabines complètement revus. Avec nos nouveaux locaux et ces lancements, nous mettons en place des actions cohérentes pour atteindre nos objectifs en France, un marché qui est crucial pour Argo Tractors. ■ Propos recueillis par Rémy Serai

Abreuvoirs La Buvette Russie Nouveau partenaire passe chez Siparex et Somfy pour Same Deutz-Fahr Les fonds d’investissement Siparex et Somfy Participations (qui détient par ailleurs 47,5 % de Pellenc) ont pris une participation majoritaire dans Sofilab, société dont la marque phare est La Buvette. L’entreprise réalise 21 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 30 % à l’export.

Same Deutz-Fahr a signé un accord de jointventure 50/50 avec la société russe JSC Kirovsky Zavod, bien connue dans le pays avec sa marque Kirovets. L’usine, installée près de Saint-Pétersbourg, produira des tracteurs et des moissonneuses-batteuses de marque Deutz-Fahr Kirovetz, distribués dans le réseau JSC Kirovsky Zavod. M&R - N° 161 - FÉVRIER 2013


Entreprises

en bref

ENTRE 0 ET -5% C’EST LE CHIFFRE Manutention

Stoll acheté par un fonds d’investissement

La rumeur disait que le constructeur allemand était potentiellement à vendre. C’est chose faite.

R

ien ne va plus pour Freudendahl Invest A/S. En septembre 2011, cette holding familiale danoise a dû céder à Kongskilde la marque JF avec son usine de Sonderborg (Danemark). Fin novembre 2012, elle a été placée en cessation de paiement. Dans ce contexte, Stoll, qui appartenait aussi à Freudendahl Invest A/S, s’est désolidarisé de son acStoll a clos, en tionnaire. Quelques jours septembre 2012, plus tard, le constructeur all’un des meilleurs lemand de chargeurs fronexercices de taux a annoncé qu’il passait son histoire. dans le giron de Deutsche Mittelstand Beteiligungen (DMB). Ce fonds d’investissements, basé à Hambourg, possède, par ailleurs, plusieurs entreprises dans différents secteurs d’activité en Allemagne, en Suisse et en Autriche. Ce changement d’actionnaire intervient alors que Stoll vient de clore l’un de ses meilleurs exercices en termes de chiffre d’affaires (85 millions d’euros) et de résultat net. L’usine de Lengede, au sud de Hanovre, sort d’un important programme d’investissements pour son agrandissement et l’installation d’équipements. Stoll annonce que 10 millions d’euros supplémentaires vont être investis dans les trois ans qui viennent. La marque emploie 500 personnes. Outre sa principale implantation, elle possède deux filiales. Metec fabrique les adaptations et R. S. Stoll Polska, les outils. ■

lu dans la presse

QUI REVIENT LE PLUS SOUVENT CONCERNANT L’ÉVOLUTION DU MARCHÉ FRANÇAIS EN 2013.

La poignée de constructeurs, qui s’aventure à faire des projections sur 2014 et 2015, table sur de nouvelles variations positives. CHIFFRE D’AFFAIRES

1,4 milliard pour le groupe Krone

La division « véhicule utilitaires » du constructeur allemand a produit 27 000 unités-véhicules en 2012 et a réalisé 878 millions d’euros (M€) de chiffre d’affaires. Sa division « Technique agricole » a fabriqué plus de 20 000 machines sur le site de Spelle et totalise 512 M€ de ventes l’an dernier, contre 410 M€ en 2011. Depuis août 2011, l’activité que Krone avait dans la distribution des machines agricoles a été dissociée et ne contribue plus au chiffre d’affaires du groupe. PIÈCES ET CONSOMMABLES

Sterenn accélère à l’export

Sterenn, le groupe qui détient entre autres Fournial, totalise 55 millions d’euros (M€) de chiffre d’affaires en 2012, dont 6 % à l’export. Son objectif est d’atteindre les 100 M€ à l’horizon 2015 grâce à une stratégie de croissance externe et en continuant d’investir 1 M€ chaque année. Installé à côté de Rennes, Sterenn emploie 260 personnes.

Kuhn consacre, en moyenne, 4 % de son chiffre d’affaires (832 millions d’euros) à la R & D. Un effort qui s’intensifiera avec la construction du Kuhn Center of Progress, à Monswiller (Bas-Rhin). Ce bâtiment de 5 700 m², d’un coût de 6,5 millions d’euros, sera opérationnel en août 2013. www.usinenouvelle.com du 16 décembre 2012

M&R - N° 161 - FÉVRIER 2013

Véhicules agraires Le Boulch et Joskin feront route ensemble Le Boulch, fabricant de remorques, épandeurs, plateaux fourragers, et bétaillères, était en redressement judiciaire depuis mars 2012. Il a été repris par le constructeur belge Joskin. La marque Le Boulch sera maintenue et poursuivra son activité sur son siège de La Vieille-Lyre (Eure). De même, Joskin continuera de fabriquer des remorques sur son site de Bourges et des épandeurs depuis ses usines en Belgique et en Pologne. Dans un communiqué, Joskin annonce qu’il avait déjà à deux reprises (en 1994 et en 2004) étudié le rachat de Le Boulch. Il indique qu’il va lancer dès 2013 un investissement de 3 millions d’euros dans la construction et l’équipement d’un nouveau hall de production sur le site Le Boulch.

Nouvelle marque Sky Agriculture, spécialiste des TCS Il y aura une nouvelle marque française de semoirs au Sima. Sky Agriculture est une nouvelle division du groupe Sulky-Burel. Cette structure sera spécialisée dans la fourniture d’équipements pour les techniques culturales simplifiées et le semis direct. Sky Agriculture commercialisera sous ses couleurs et assurera le service pour les semoirs Easy Drill et Maxidrill en France et à l’étranger. La gamme va s’enrichir avec de nouveaux produits lancés au Sima. Sky Agriculture a établi son siège social sur une exploitation agricole à côté de Blain (Loire-Atlantique).

Exercice 2012 Claas progresse de 10 %

Claas a clos son exercice 2012 avec un chiffre d’affaires de 3,436 milliards d’euros (Md€). Le groupe allemand a cédé deux activités liées aux composants automobiles et aéronautiques. En tenant compte de la cession de ces branches, Claas connaît une progression de 10 % de son chiffre d’affaires dans le domaine des machines agricoles, comparé à 2011. Son résultat avant impôt s’élève à 315,6 millions d’euros, soit 24 % de plus que les 255,3 M€ de 2011. Claas réalise l’essentiel de ses ventes (781 M€) en Allemagne. Vient ensuite la France, avec 744,8 M€, le reste de l’Europe (668,4 M€), l’Europe centrale et de l’Est (657,5 M€) et les autres pays (583,8 €). L’entreprise emploie 9 077 salariés, dont 2 435 en France, auxquels s’ajoutent 900 personnes au Gima et 2 200 dans le réseau de concessionnaires. 3


Carnet

Pompes Renson UR s’installe à Cambrai

cartes & réseaux AISNE

PM-Pro, plus grand à Neuilly-St Front

Deux ans après leur fusion, Renson et Usines de Rumaucourt (UR) s’installent dans une toute nouvelle usine juste à côté de Cambrai (Nord). Ce site a été retenu, entre autres, parce qu’il est à égale distance entre les anciens sièges des deux sociétés, basées respectivement à Landrecies et à Rumaucourt. Le bâtiment de 11 000 m² couverts et ses installations ont demandé un investissement de 6,5 millions d’euros. Il abrite plusieurs lignes d’assemblage de toutes formes de pompes : à eau (20 000 par an), à carburant, à eaux chargées, à effluents, à engrais liquides, à haute pression… Renson UR (83 salariés, 26 millions d’euros de chiffre d’affaires) s’identifie comme étant le spécialiste en traitement et en transfert des fluides et de tout ce qui gravite autour du pompage.

Manutention Stoll va créer sa propre filiale en France

Dans la foulée de son récent changement d’actionnaire (voir p. 3), Stoll va créer sa propre filiale de distribution en France. De son côté, le groupe allemand Lemken a acheté à Stoll la totalité de ses parts dans Lemken Stoll France. La filiale s’appellera bientôt Lemken France et continuera de distribuer les épandeurs Bogballe et les presses Feraboli. Stoll France va se mettre en place progressivement avec les spécialistes « chargeurs » de Lemken Stoll France et avec le soutien de Lemken France pour que la continuité du service soit assurée.

Télescopiques Bourgoin ne fabrique plus de chargeurs

Il n’y aura pas de chargeur télescopique sur le stand de Bourgoin au Sima. Le groupe a choisi de recentrer son activité sur les matériels de récolte du maïs et des légumes. Bourgoin proposait une petite gamme « Bourgoin Handler » depuis 2007, année où il a acheté Secomag, une entreprise française spécialisée dans les chargeurs très compacts.

Allemagne Krone acquiert un spécialiste des essieux

Le groupe familial Gigant Trenkamp & Gehle est depuis début janvier intégré à Krone. Gigant (100 personnes) fournit Krone depuis 40 ans, pour sa division véhicules industriels. L’un des objectifs de Krone est d’en faire aussi un fabricant d’essieux pour ses véhicules agricoles. 4

PM-Pro, concessionnaire John Deere agricole et espaces verts dans l’Aube, la Marne et l’Aisne était à l’étroit au cœur de Neuilly-Saint-Front. En décembre dernier, la base a été déplacée de quelques rues pour s’installer au large : sur 1,7 hectare de terrain, dans un bâtiment de 3 320 m2,dont 700 m2 de

magasin et 1 300 m2 d’atelier. Vingt-quatre personnes y travaillent. Le groupe compte 130 salariés sur huit bases. SOMME

Team3 Services : huit bases en 2013

Après sa nouvelle succursale de Quevauvillers près d’Amiens (Somme), inaugurée en décembre dernier, la concession John Deere a démarré l’année dans son nouveau siège social à Estrées-Deniécourt (Somme). Un autre site va ouvrir à Villers-lès-Guise (Aisne), portant à huit le nombre de bases réparties sur trois départements : Aisne, Somme, Pas-de-Calais. AISNE

Ravillon ouvre à Château-Thierry

Le concessionnaire New Holland et Case IH, avec sa filiale Champ’Agri, vient d’ouvrir sa huitième base à Château-Thierry. Ce site sera spécialisé pour offrir un service de proximité à une clientèle viticole et commercialisera aussi les enjambeurs Tecnoma. Ravillon (160 personnes, 58 M€ de CA) communique que son chiffre d’affaires en activité viticole a progressé de 27 % en 2012, notamment grâce aux méthodes plus respectueuses de l’environnement.

Algérie L’usine Massey sort ses premiers tracteurs

Voilà un an, Massey Ferguson fondait l’Algerian Tractors Company en partenariat avec deux sociétés d’état algériennes de production et de distribution de machines agricoles. L’usine, installée près de Constantine a récemment produit son premier tracteur aux couleurs Massey Ferguson. Elle va en fabriquer annuellement 3 500 unités, d’une puissance entre 46 et 150 ch. À terme, la production pourrait atteindre les 5 000 tracteurs, pour la plupart destinés au marché algérien et à quelques pays d’Afrique du Nord. Lors de la cérémonie de sortie du premier exemplaire, Martin Richenhagen, le grand patron d’Agco, a indiqué que le groupe a prévu d’investir 100 millions de dollars sur le continent africain dans les années qui viennent.

Occasion Claas définit un segment haut de gamme

Un segment entre le neuf et l’occasion : c’est là que Claas situe certaines de ses machines de retour de location. Machines qui ont pour la plupart deux campagnes et totalisent moins de 300 heures au compteur. Le nouveau service « Claas Selection Premium » a pour mission de valoriser ces machines « presque neuves » qui intéressent une clientèle particulière. Elles passeront dans des ateliers agréés pour subir une série de contrôles (222 pour une moissonneuse-batteuse) et seront vendues avec un contrat d’extension de garantie. L’offre débute avec des moissonneuses Tucano ou Lexion et compte aussi quelques tracteurs Xerion. À terme, elle intégrera aussi des ensileuses Jaguar et des presses Quadrant. Claas France est à l’origine de cette démarche de certification des occasions. Site : www.claas-selection-premium.com

Internet Un nouveau site pour la FNEDT

La Fédération nationale Entrepreneurs des Territoires a récemment lancé une nouvelle mouture de son site internet. Sa première fonction est d’informer tout visiteur sur la profession, ses multiples activités, ses métiers. La seconde fonction, d’accès réservé, apporte différents services en ligne aux adhérents. Site : www.fnedt.org

M&R - N° 161 - FÉVRIER 2013


Carnet WÜRZBURG (BAVIÈRE), LES 10 ET 11 JANVIER

La filière allemande en congrès

Constructeurs et concessionnaires allemands ont des préoccupations identiques à celles de leurs homologues français.

agenda 14 FÉVRIER, ZEDELGEM (BELGIQUE)

Club des concessionnaires New Holland

Les membres du club des concessionnaires New Holland se retrouveront jeudi 14 février à l’usine de Zedelgem (Belgique). La dernière assemblée générale (photo ci-dessous), à l’usine moteurs FPT de Bourbon-Lancy (Saône-et-Loire) a regroupé plus de 80 personnes. Ce club a été créé en 1995, après la fusion des amicales Fiat et Ford-New Holland. Ses adhérents pèsent 80 % du chiffre d’affaires de New Holland en France. Le club est actuellement coprésidé par Vincent Ortiou et Philippe Ravillon.

L

a France était l’invitée de la dernière convention LTU, l’équivalent allemand de notre congrès national des agroéquipements. La délégation (photo ci-dessus) était composée de concessionnaires, spécialistes des petites annonces et de quelques constructeurs. Certains d’entre eux sont Constructeurs et intervenus pour présenter concessionnaires qui leur organisation, qui allemands sont leur façon d’appréhender aussi confrontés le marché. à une pénurie Les différents exposés et de main-d’œuvre. discours des confrères allemands ont montré que les difficultés de recrutement tant chez les concessionnaires que chez les constructeurs, la tarification de la main-d’œuvre ou la gestion des garanties ne sont pas que des problèmes rencontrés uniquement en France. Le sujet n’était pas à l’ordre du jour, mais les discussions lors des poses ou des déjeuners gravitaient souvent autour de la problématique du vol des matériels. Les organisateurs de LTU avaient aussi invité les grands patrons des six principaux groupes mondiaux de la machine agricole, tous optimistes quant à l’avenir de leur activité. En témoigne le propos de Martin Richenhagen (Agco) : « Au cours des 200 prochaines années, la demande R. S. sera plus grande que l’offre. » ■

la phrase

21 MARS, PARIS

Journée du marketing agricole direct

Le groupe Hyltel organise sa quatorzième journée du marketing direct agricole à La Défense. Cette nouvelle formule laisse davantage la place à des témoignages d’entreprises hors agriculture. La table ronde sera, en revanche, un échange de points de vue entre constructeurs et concessionnaires dans le secteur du machinisme. La journée comprend aussi la cérémonie de remise du Trophée du marketing direct et s’achève par un after work convivial. Inscriptions avant le 28 février. Site : www.hyltel.com

« Il n’est pas exclu que nous complétions la gamme Le Boulch-Hauswirth par la reprise d’une marque concurrente en épandeurs de lisier. » Victor Joskin, fondateur du groupe Joskin.

M&R - N° 161 - FÉVRIER 2013

Nominations Élodée Rousseau est la nouvelle responsable Communication chez New Holland Agriculture. Elle occupait un poste similaire chez au sein du groupe Zodiac Aerospace. Olivier Le Flohic prend la

tête de l’équipe Marketing & Communication France chez New Holland. Recruté chez Fiat en 2002, il a occupé les fonctions de responsable marketing opérationnel, puis responsable commercial tracteur dans le Sud-Ouest, puis en zone Picardie-Champagne Ardennes.

Loïc Morel rejoint l’équipe Marketing Europe au siège de New Holland à Turin. Entré chez New Holland en 2002, il a été responsable commercial tracteur dans la grande région Centre, puis responsable tracteurs au service marketing et responsable marketing et communication. Bruno Rouault entre dans le groupe Pellenc en qualité de directeur de la division Green & City Technology. Sa carrière l’a amené à occuper des fonctions marketing entre autres chez Renault et Valéo. Philippe Loubière intègre Pellenc au poste de directeur Communication & Marketing. Auparavant ingénieur-consultant chez Assystem, il est intervenu auprès de groupes comme PSA, Areva ou EDF. Luc Guillerm assure la

fonction de directeur commercial & marketing dans l’entreprise Remorques Rolland. Son parcours professionnel l’a amené à occuper différentes fonctions dans le machinisme agricole et dans l’agroalimentaire.

David Guy est directeur de Sky Agriculture (voir p. 3). Ingénieur agronome et agriculteur, David a été directeur commercial chez Agrisem avant d’occuper le poste de directeur de cette société entre 2008 et 2011.

5


Produits

Semis Sulky va vite avec le Kronos

Par mi les nouveautés à voir sur le stand Sulky au Sima, figure le semoir Kronos. Conçu pour travailler à des vitesses jusqu’à 15 km/h, ce semoir est équipé de dents semirigides, disposées sur 5 rangées. Il se décline en versions repliables de 4,8 m, 5,6 m et 6 mètres, toutes dotées d’une trémie de 1 700 litres. Le dosage et la distribution pneumatique passent par un monodoseur animé par un moteur électrique. Sulky exposera aussi ses combinés de semis Xeos TF, proposés en versions repliables ou rigides entre 3 et 6 m de largeur. La trémie avant, de 1 000 ou 1 800 litres, peut être équipée d’un « tass’avant » directionnel à pneus.

Récolte Plus d’automatismes sur les autochargeuses Krone

Krone équipe ses autochargeuses AX, MX et ZX de capteurs de pression et de volume. L’un est placé au-dessus du rotor, l’autre sur la trappe de chargement. Leur action combinée commande le fond mouvant, quand la pression et le volume du fourrage augmentent dans l’espace de chargement. Ils contribuent ainsi au remplissage maximal de la remorque. Parmi les autres machines de récolte exposées chez Krone, figure un combiné de fauche avec un module avant et deux arrière qui travaille sur 10,10 m. Krone présentera aussi une nouvelle version de son bec à maïs EasyCollect 603 (8 rangs). La conception de la structure et sa forme plus aplatie le font peser 400 kg de moins que le modèle précédent.

la phrase

en bref MANUTENTION

Altec équipe les gros bras

Altec lance un manipulateur de balles haute densité. Il peut contenir jusqu’à 5 balles superposées ou jusqu’à 2 200 kg. Le constructeur met aussi dans son catalogue une pince à balles enrubannées de 1,10 à 1,40 m de diamètre, pesant jusqu’à 1 500 kg. Il a aussi développé une version large de sa remorque pailleuse. Elle peut contenir deux balles cubiques posées côte à côte. Cette pailleuse peut se décliner en version automotrice ou suspendue sous toiture. ÉPANDEURS D’ENGRAIS

Kuhn propose des gabarits étroits

Kuhn complète son offre avec des épandeurs d’engrais étroits, pouvant se faufiler entre les rangs de vigne ou dans les plantations d’arbres. Leur largeur hors tout est de 1,08 m pour une trémie de 500 l ou de 1,40 m pour une trémie de 800 litres. L’ouverture des vannes de dosage peut être manuelle, hydraulique ou électrique. Ces appareils MDS épandent entre 10 et 18 m de large, mais aussi en localisé au pied des rangs grâce à un dispositif spécial.

« John Deere fait aujourd’hui plus d’investissements dans plus d’endroits que jamais auparavant. En un peu plus d’un an, nous avons annoncé des projets pour établir sept usines sur les marchés essentiels à notre croissance future : trois en Chine, deux au Brésil, une en Inde et une en Russie. » Samuel R Allen, président de Deere & Co.

Kverneland Pleins feux sur l’iM Farming Kverneland fait de 2013 l’année de développement sur le terrain de son offre iM Farming. Au Sima, un espace sera occupé par des simulateurs de fonctionnement. Les visiteurs pourront aussi découvrir l’application AutosetApp pour le réglage des distributeurs d’engrais. Couplé à un smart phone, le boîtier IsoMatch Tellus va chercher sur le site Internet de Kverneland les paramètres de réglage de l’épandeur. Une fois que le conducteur a indiqué le type d’engrais, la largeur de travail, la dose à apporter, le boîtier active les réglages du distributeur. Aucune autre intervention sur l’appareil n’est nécessaire. Ce sera aussi la première apparition d’une charrue varilarge semi-portée 9 corps, dont la variation de largeur sera pilotée par GPS. Le labour reste ainsi rectiligne, quels que soient les types de sols rencontrés d’un bout à l’autre de la parcelle. Kverneland exposera, par ailleurs, un nouvel élément semeur Cx II universel. Cet élément à disque autonettoyeur gagne en force de terrage (35 kg) et reçoit des roues plombeuses avec davantage de positions de réglage. Arrive aussi la « génération 2013 » en presses à balles rondes, qui se démarque avec le renforcement des structures et une nouvelle cinématique.

Pulvérisateur automoteur Caruelle passe à la cabine avancée

A p rè s u n e p re mière présentation sous d’autres couleurs, les pulvérisateurs automoteurs à cabine avancée arrivent chez Caruelle. Ces gammes Nympheos FC et APX FC seront présentées au Sima. Elles reçoivent des cuves de 3 200, 4 200 et 5 200 litres. La motorisation Deutz développe de 180 à 245 ch. Enfin, les rampes peuvent être en acier ou en aluminium dans des largeurs de 24 à 44 m. Les rampes en aluminium arrivent aussi sur les modèles traînés Caruelle et Seguip de 6 000 litres. Fournies par Pommier, ces rampes à trois bras se déclinent en largeurs de 36-38, 40-42 ou 42-44 mètres. Elles sont fixées sur un nouveau cadre, qui a fait l’objet de deux dépôts de brevet. Le premier porte sur le rattrapage dans les dévers. Le second est un anti-fouet pour réduire les effets dus aux accélérations, freinages et dévers.

Editée par le Groupe France Agricole, Machinisme & Réseaux est une publication destinée aux professionnels : entreprises et commerciaux de l’agroéquipement, concessionnaires, techniciens, artisans... - Commission paritaire des publications et agences de presse : 0314 l 85840. ISSN 1277-4308. - Directeur de la publication : Jean-Marie Savalle. Directeur général : Gérard Julien. Directeur des rédactions : Eric Maerten. Directeur des informations numériques : Yvon Herry. Rédaction : Rémy Serai, rédacteur en chef, Corinne Le Gall, Nicolas Levillain, Mireille Belliol, Cécile Giamberini, assistés d’Elisabeth Godziemba, téléphone : 01 40 22 78 74, e-mail : machinisme@gfa.fr. Secrétariat de rédaction : Jean-Paul Baloufaud. Infographie et photos : Frédéric Leclancher, rédacteur en chef édition. - Imprimeur : Stipa (Montreuil). - Tarif abonnement 1 an (10 numéros + 2 hors-série) : 149,90 euros. Vente au numéro : 18,00 euros au 01 40 22 79 86. Service publicité : 01 40 22 70 20. - Groupe France Agricole, 8, cité Paradis, 75493 Paris Cedex 10. - Société anonyme au capital de 10 479 460 euros, durée 99 ans à compter de 2004. RCS Paris 479 989 188.

6

M&R - N° 161 - FÉVRIER 2013


Indicateurs

en bref

42 712 TRACTEURS ONT ÉTÉ IMMATRICULÉS ENTRE JANVIER ET DÉCEMBRE 2012, DONT 31 134 STANDARDS.

Tracteurs, moissonneuses

La Pologne bat des records

I

l s’en est fallu de peu pour que la Pologne se hisse, en 2012, à la troisième place dans le classement européen des immatriculations de tracteurs. Avec ses 19 315 tracteurs neufs, elle se positionne juste derrière l’Italie, à 19 343. En moins de cinq ans, elle a doublé l’Espagne et le Royaume-Uni, qui étaient deux habitués du classement top Depuis trois ans, 5 des immatriculations en il se vend Europe. Jusqu’à fin 2013, plus de neuf les agriculteurs polonais que d’occasion. restent bénéficiaires d’un programme européen d’aide à l’investissement. Ils peuvent recevoir jusqu’à 50 % de subvention en cas d’achat d’un matériel neuf, voire d’une jeune occasion. La fin prochaine de ce programme quinquennal 2007-2013 doit contribuer à précipiter les investissements. Les ventes en neuf n’ont pas cessé de croître ces quatre dernières années : 13 657 en 2009, 14 529 en 2010, 16 692 en 2011 et 19 315 en 2012. L’incitation financière fait que les ventes en neuf sont supérieures à celles d’occasion. Ainsi, en 2011, la Pologne a immatriculé 31 106 tracteurs : 14 414 d’occasion, 16 692 neufs. L’activité est aussi soutenue en moissonneusesbatteuses. Avec 1 520 machines neuves mises en service durant la dernière campagne, la Pologne est devenue le troisième marché européen, derR. S. rière la France et l’Allemagne. ■

Les cotations 800 750 700 650 600 550 500

692,70 euros/t

586,64 euros/t

Octobre 2011

Octobre 2012

M&R - N° 161 - FÉVRIER 2013

450 375 300 225 150 75 0

Quelques chiffres commencent à circuler concernant l’estimation des ventes mondiales de tracteurs et de moissonneuses-batteuses. Hors Chine et Inde, le marché du tracteur est estimé à 577 800 unités en 2012 : 210 400 en Amérique du Nord, 173 000 en Europe, 74 600 en Amérique du Sud, 119 800 dans le reste du monde. Les livraisons ont progressé de 0,5 %, comparé à 2011. Pour 2013, les grands groupes s’attendent à un léger tassement, à 575 000 tracteurs. En Europe, les ventes baisseraient un peu, à 168 000 unités. En moissonneuses-batteuses, les ventes mondiales ont atteint 37 500 machines en 2012 :

RÉFORME DES DPI

Les investissements explosent, portés par un programme de soutien.

Acier laminé à chaud en plaques

38 133 tracteurs ont été immatriculés en 2011, dont 27 402 standards. Record de 2008 : 43 661 tracteurs toutes catégories dont 31 557 standards.

Marché mondial 2013 comparable à 2012

Investissements revus à la baisse

Selon un sondage en ligne lancé à partir du site « lafranceagricole.fr » début janvier, la réforme des dotations pour investissements aurait un impact sur la stratégie d’investissement des agriculteurs. Sur une base de 879 réponses, 63,82 % déclarent que la réforme va impacter leur stratégie. 30,26 % annoncent le contraire et 5,8 % ne se prononcent pas. IMMATRICULATIONS

Sept tractoristes travaillent sur Diva

Dans « Machinisme & Réseaux » de décembre, un article présente le projet Diva (Données d’immatriculations des véhicules agricoles). Il mentionne que six tractoristes (Agco, Case IH, Claas, John Deere, Kubota et Same Deutz-Fahr) se sont mis autour de la table pour trouver des positions communes, notamment dans la segmentation des marchés et des classes de puissance. En fait, ils sont sept, puisque New Holland fait également partie du groupe.

Coke import UE 306,51 euros/t

195,59 euros/t

Octobre 2011

Octobre 2012

150 130 110 90 70 50 30

12 700 en Amérique du Nord, 11 300 en Europe, 7 900 en Amérique du Sud, 5 600 dans le reste du monde. L’activité pourrait croître en 2013, à 38 500 machines. L’Europe serait, en revanche, en léger recul, à 10 400 unités.

Importations Du mieux en Roumanie Selon le bureau Ubifrance de Bucarest, la Roumanie a importé pour 548 millions d’euros de matériels agricoles neuf et d’occasion en 2011. Sur les neuf premiers mois de 2012, les importations étaient encore en croissance de 3 %, à 433 millions. Comme tout pays récemment intégré dans l’Union européenne, la Roumanie bénéficie d’un plan d’aide à l’investissement provisionné à hauteur de 9 milliards d’euros. Ce programme s’étale entre 2007 et 2013 et, selon quelques intervenants sur place, la moitié de l’enveloppe n’aurait pas été utilisée. Le pays a subi plusieurs années d’aléas climatiques et les agriculteurs ont du mal à accéder au crédit. Le marché roumain est estimé à plus ou moins 1 700 tracteurs neufs par an et 450 moissonneuses-batteuses. Les principaux fournisseurs du pays sont l’Allemagne (25 %), l’Italie (15 %), l’Autriche (9 %) et la France (8,5 %).

Minerai de fer import UE 129,95 euros/t

89,61 euros/t

Octobre 2011

Octobre 2012

400 350 300 250 200 150 100

Vieilles ferrailles E3 épaisseur à 6 mm 293,72 euros/t

Décembre 2011

293,04 euros/t

Décembre 2012

7


Indicateurs

L’observatoire des marchés Paris

Évolution des immatriculations de tracteurs agricoles neufs en France

Pas-de-Calais

973 1030 +5,9%

Hauts-de-Seine

878 792 -9,8%

Val-de-Marne

24 38 +58,3%

26 32 +23,1%

Nord

Marché total de janvier à décembre en :

Somme

Variation

780 866 +11%

Manche

892 1026 +15%

Calvados

549 643 +17,1%

879 983 +11,8% Ille-et-Vilaine

569 661 +16,2%

LoireAtlantique

687 843 +22,7%

Mayenne

Sarthe

503 562 +11,7%

432 582 +34,7% Maine-et-Loire

793 886 +11,7%

TRANSPORTEURS

Demande croissante auprès des collectivités

Vendée

Cher

Vienne

316 358 +13,3%

305 323 +5,9%

440 507 +15,2%

Haut-Rhin

472 523 +10,8%

Haute-Sâone

268 282 +5,2%

Côte-d'Or

Indre-et-Loire

331 380 +14,8%

473 625 +32,1%

Allier

438 465 +6,2%

424 380 -10,4%

290 286 -1,4%

Saône-et-Loire

377 473 +25,5%

Territoire de Belfort

31 47 +51,6%

Doubs

466 577 +23,8%

Nièvre

378 424 +12,2%

Bas-Rhin

452 550 +21,7%

Vosges Haute-Marne

Yonne

Loir-et-Cher

Indre

505 646 +27,9%

Aube

481 573 +19,1%

487 526 +8% 290 339 +16,9%

DeuxSèvres

324 338 +4,3%

Meurthe-et-Moselle

446 476 +6,7%

Loiret

464 506 +9,1%

Meuse

Seineet-Marne

102 129 +26,5%

Moselle

321 363 +13,1%

Marne

757 820 +8,3%

Yvelines

383 461 +20,4% 753 927 +23,1%

99 82 -17,2%

Eure-et-Loir Essonne

617 737 +19,4%

Ardennes

452 567 +25,4% Val-d'Oise

143 262 +83,2%

575 593 +3,1%

857 923 +7,7% Morbihan

Eure

358 495 +38,3%

Aisne

586 681 +16,2%

Oise

561 568 +1,2%

Orne

Côtes-d’Armor

Finistère

591 677 +14,6%

Seine-Maritime

2011 2012 - 1,5%

881 930 +5,6%

Seine-Saint-Denis

22 17 -22,7%

41 47 +14,6%

Jura

434 491 +13,1% Ain Creuse 418 504 +20,6% Haute-Savoie Les ventes de transporteurs, HauteCharente327 320 -2,1% Vienne 272 334 +22,8% Maritime 342 346 +1,2% engins spéciaux pour l’agriculture Rhône Loire Puy-de-Dôme de montagne sont estimées 309 359 +16,2% 467 595 +27,4% Charente Savoie +12,7% 361 407 à près de 50 unités chaque année +2,5% 518 531 458 482 +5,2% 215 199 -7,4% Isère Corrèze en France. La moitié des clients sont des agriculteurs de l’arc alpin 279 312 +11,8% 451 536 +18,8% Dordogne Haute-Loire Cantal et une poignée de leurs confrères -11,2% 457 406 Drôme +4,9% 325 341 328 364 +11% installés dans les Pyrénées. 628 629 +0,2% 374 448 +19,8% L’autre moitié des machines va Hautes-Alpes Gironde Ardèche travailler dans des collectivités locales. +0,8% 120 121 Lot Lozère 227 180 -20,7% Elles servent au déneigement, Lot-et-Garonne 263 242 -8% -15,8% 152 128 Aveyron mais aussi à différentes tâches Alpes399 484 +21,3% 537 635 +18,2% de-Haute-Provence Landes tout au long de l’année (transport, AlpesGard Tarn-et-Garonne Vaucluse 139 172 +23,7% Maritimes arrosage…). Trois marques 420 523 +24,5% 279 348 +24,7% Tarn +6,8% 292 312 +13% 284 321 30 45 +50% représentent l’essentiel des ventes : Gers 349 363 +4% Aebi (Suisse), Lindner (Autriche) Var Hérault Bouches-du-Rhône 495 511 +3,2% Hauteet Reform (Autriche). 283 301 +6,4% 330 359 +8,8% Garonne 188 186 -1,1% Pyrénées-Atlantiques 420 462 +10% 678 758 +11,8% Aude HautesPyrénées

QUADS

Marché en repli

183 190 +3,8%

Il s’est immatriculé 25 842 quads en France l’an dernier, soit 13,7 % de moins qu’en 2011. Selon les estimations des professionnels, les ventes de ces engins auprès des agriculteurs représenteraient 10 à 15 % du volume total, soit 2 600 à 3 900 unités. Les ventes de SSV, engins où conducteur et passager s’assoient côte à côte, restent estimées à 1 500 véhicules.

Ariège

115 133 +15,7%

254 335 +31,9% PyrénéesOrientales

1/2

Enquête ADquation effectuée au téléphone du 3 au 5 décembre auprès de 404 agriculteurs exploitant au moins 50 ha de SAU. SAU moyenne : 117 ha. Age moyen : 49 ans.

8

Corsedu-Sud

27 20 -25,9%

Chiffres Axema

QUESTION AUX AGRICULTEURS :

environ des agriculteurs répondent oui. La pratique est plus répandue dans les exploitations à orientation cultures (66 %), dans le Nord-Est (59 %) et sur les exploitations de 150 ha et plus (58 %). Près des deux tiers de ceux qui travaillent à pression constante gonflent leurs pneus entre 1 et 2 bars. Un agriculteur sur cinq qui travaillent à pression constante n’a pas su dire à quelle pression ses pneus sont gonflés.

47 53 +12,8%

38 132 42 712 + 12 %

116 99 -14,7%

« Ajustez-vous la pression des pneus du tracteur à la tâche que vous effectuez ? »

Haute-Corse

Total France

Un peu 51 % plus de la moitié des exploitants 47 %

51 %

travaillent en gardant une pression fixe. 2 kg/cm2 ou plus

9%

32 %

Entre 1,5 et 1,99 kg/cm2 font ont varier la pression en fonction des types de travaux

31 %

Entre 1 et 1,49 kg/cm2 2% non précisé

Moins de 1 kg/cm2 Non précisé

9% 19 %

M&R - N° 161 - FÉVRIER 2013

M & R  

Lettre machinisme

Advertisement