Issuu on Google+

t

ravailler ensemble. Etre collectivement son propre patron. Se regrouper pour partager solidairement le travail. Tels sont les moteurs de certaines entreprises de l'économie sociale. Dans les Scop (sociétés coopératives de production), les entreprises d'insertion, les entreprises associatives..., la propriété est collective et le projet fait appel aux talents et à la responsabilité de chacun. Travailler dans une entreprise coopérative c'est travailler à un projet commun et c'est être copropriétaire de son outil de production.

La vie,

Coopérer pour travailler ensemble entreprendre autrement

rien que la vie

La SOPCZ de Limoges C'est l'une des plus importantes entreprises de second oeuvre du bâtiment de la région. La Société Ouvrière des Plombiers Couvreurs Zingueurs est aussi l'une des plus vieille SCOP du Limousin. Créée en 1905 elle regroupe 200 ouvriers, électriciens, plombiers et zingueurs. A Limoges, le campanile et le premier dôme de la gare des Bénédictins, celui de la préfecture, la sphère paratonnerre de l’église Saint Michel des Lions, le réseau de chaleur de la technopôle Ester, c'est elle ! Elle se distingue par sa longévité, une notation « excellente » sur la sécurité de ses chantiers mais aussi par l'effort de formation (6,5% de la masse salariale) ainsi que l'implication des salariés.

Et aussi Les SCIC Créé en 2001 le statut de SCIC est un nouvel outil de l'économie sociale. « Société coopérative d'intérêt collectif », elle est faite pour réunir des partenaires différents (usagers, salariés, collectivités locales...) autour d'un projet commun d'intérêt général. En Limousin plusieurs SCIC sont en création autour de l'alimentation bio, du service à la personne, du bois énergie ou du logement.

Ambiance Bois Salaires égaux, gestion collective et partage des tâches de production : cette scierie-raboterie d'une vingtaine de salariés coopérateurs est installée à Faux la Montagne (23). C'est une Société anonyme à participation ouvrière, pionnière dans le secteur de l'éco-habitat. Avec quelques autres entreprises limousines elle fait partie du Réseau d'échanges et de pratiques alternatives et solidaires.


...libres de notre destin

Les Jardins de Saintary A Rimondeix (23), la ferme de Saintary accueille depuis 2005 un chantier d'insertion qui permet à 12 salariés de reprendre pied dans le monde du travail. Soutenu par un encadrant technique et une animatrice, ils produisent des légumes vendus sous la forme de paniers aux adhérents-consommateurs de l'association. Les jardins de Saintary font partie depuis 2007 du réseau national des « Jardins de Cocagne ».

Cesam Oxalis Installée en 2006 à Eymoutiers (87) cette coopérative d'entrepreneurs salariés regroupe une vingtaine de professionnels : un tailleur de pierre, des graphistes, une conteuse, une traductrice, un créateur en mobilier en châtaignier, etc. Le principe : chaque créateur développe sa propre activité dans un cadre collectif coopératif où la gestion et l'administration sont mutualisées.

Et aussi

La Chélidoine Un théâtre à la campagne ? C'est la Chélidoine qui depuis 1987 a dressé ses tréteaux en Corrèze, à Egletons d'abord, puis à St Angel. Lieu de création artistique, d'accueil de spectacles, mais aussi de formation et d'animation culturelle en Haute Corrèze, l'équipe est organisée en Scop et réunit 3 comédiens, 2 administratifs et un technicien. Ce choix est avant tout philosophique : « Il s'agit de défendre notre outil de travail en s'y impliquant totalement. Avec le statut Scop nous prenons notre destin en main.»

« Les salariés sont sociétaires et seuls porteurs du capital. Cela veut dire que nous sommes libres de notre destin » Claude Pajot, PDG de la SOPCZ


800x1090