Issuu on Google+

LES HUMEURS DE L A PRESQU' ILE N° 5 Octobre 2004 776655 aaddhhéérreennttss,, ttoouuss ssoolliiddaaiirreess

L'édito

Bonne Humeur… ¤ Le nombre de cyclomoteurs bruyants aurait sensiblement baissé. Nous faisons confiance à la Police Municipale, un peu plus présente cette saison, pour convaincre les récalcitrants.

Chers adhérents et sympathisants, En dépit de certaines suspicions ou rumeurs complaisamment répandues et génératrices d’attitudes méfiantes voire hostiles envers le CQA, notre apolitisme ne peut être mis en doute. En premier lieu, en matière d’amélioration de la qualité de la vie, qu’il s’agisse de la tranquillité et de la sécurité des résidents, ou bien de la propreté et de la salubrité de l’espace public, nos revendications n’outrepassent pas les droits qu’accordent la réglementation publique à tout citoyen, et que tout Maire a pour mission de faire appliquer dans sa Commune. Il en est d’ailleurs et à titre personnel légalement responsable. En second lieu, et en conformité avec l’esprit de nos statuts, nous privilégions le dialogue constructif, dans un esprit de démocratie participative. Il est toutefois des cas où l’attitude de nos interlocuteurs (absence de réponses à nos demandes, ignorance voulue du CQA, annonces non suivies d’effet , …) nous impose d’agir avec une détermination accrue, en alertant les pouvoirs publics ou en ayant recours aux médias, avec certes le risque d’altérer l’image de la Municipalité. Nous en sommes conscients, aussi avons nous toujours respecté une graduation dans nos interventions. En outre, personne n’a encore pu constater ni dénoncer une quelconque infraction aux règles d’apolitisme inscrites dans nos statuts et développées dans les articles 15 et 16 de notre règlement intérieur. Enfin, refusant tout esprit partisan, si nous dénonçons dans nos mauvaises humeurs ce qui ne nous convient pas, nous rendons hommage, dans nos bonnes humeurs, aux attitudes et actions que nous apprécions. De Romain Jean

¤ La fête des associations nous a permis d’apprécier des moments de convivialité avec nos confrères du CQRU puis, à l’occasion du repas officiel, de lever le verre de l’amitié avec le Maire. ¤ Pour la première fois en deux ans, le Maire nous a fait l’honneur de participer à une réunion publique du CQA. ¤ Nos soirées théâtre, appréciées du public et honorées par la presse, pourraient, selon le souhait exprimé par Mme l’Adjointe à la Culture, être reconduites à la Maison du Peuple. ¤ Enfin un arrêté municipal contre les déjections canines non ramassées. Mettez un sac au collier de votre chien ! ¤ Une réunion très constructive avec le Directeur du pôle "Déchets" de l'Agglo. ¤ Bravo pour l’embellissement de l’entrée de Balaruc les Bains,. Avec les palmiers, ça a quand même une autre allure ! ¤ Bravo aussi pour les pancartes d’information sur la végétation, installées dans le Parc Sévigné.

Mau Mauvaise Humeur… ¤ Plusieurs adhérents, amenés à porter plainte pour des méfaits de différentes natures (dégradations, inscriptions d’insultes sur les portes, tapage nocturne, problème de voisinage …) déplorent le mauvais accueil au poste saisonnier de la Gendarmerie. Qu'en est-il de la Charte de l'accueil? ¤ Poubelles puantes, non nettoyées, et maintenues sur l’espace public : ça continue, malgré nombre d’actions menées par le CQA, et l’amorce de réactions des élus, dont on commence à douter de la capacité à faire respecter la réglementation par certains restaurants. En refusant de se plier aux règles les plus élémentaires de salubrité publique, ceux-ci n’affichent-ils pas leur mépris pour notre station thermale et à l’évidence, pour nos élus. ¤ L’Adjoint concerné avait accepté le principe de faire démarrer les travaux de nettoyage des plages depuis le Casino. Pourquoi cette disposition, appliquée pendant une quinzaine de jours, n’a t-elle pas été maintenue? On veut savoir. ¤ Concernant les animations nocturnes des restaurants de la plage, Le CQA va demander à la DDASS une étude d’impact prenant en compte les nuisances perçues au domicile des riverains, afin de réduire en conséquence la puissance des sonos.

Comité de quartier Athéna Association loi 1901 enregistrée sous le N° 34 3031236 Siège social: résidence Lou Biau, 17, Avenue des Thermes Athéna, 34540 Balaruc les Bains Tel : 04 67 43 94 97 Portable : 06 74 36 40 03 E-mail : romain.jean@tiscali.fr


Après l’élection de Miss « Etang de Thau » : l’élection de Miss « poubelle » avec un palmarès élogieux pour une station thermale ! Le CQA, réuni en comité restreint, a désigné les lauréates de l'élection en toute objectivité. Les candidates devaient « résider » sur le périmètre du CQA Les critères retenus étaient au nombre de 7 : présence prolongée sur le domaine public , arômes perceptibles, propreté extérieure et intérieure (après vidange), couvercles fermés, présence d’ordures au sol, nectar de poubelle se répandant sur le trottoir. Par modestie les lauréates, qui sont toutes des poubelles de restaurants, ont tenu à garder l’anonymat, se privant ainsi d’un support publicitaire gratuit.

…et voici Miss Poubelle ! Classée première pour 6 des 7 critères, elle s’est nettement détachée de ses concurrentes. Comme on peut le constater, la décoration intérieure évoque, par ses couleurs et ses sculptures, les vitraux modernes d’une cathédrale, malheureusement infréquentable en raison des odeurs de sainteté qu’elle dégage DDASS Art.77/79 Le remisage des récipients vides correctement nettoyés doit se faire aux emplacements où ils gênent le moins; les lieux comme les conteneurs doivent être maintenus en constant état de propreté, et désinfectés / désinsectisés aussi souvent que nécessaire.

Oui ! C’est la première Dauphine ! Les dépôts qui s’accumulent à ses pieds la rendent encore plus attirante. S’agit-il de l’œuvre du vent, ou de goélands attirés par l’odeur et ayant eu le bonheur de trouver un couvercle ouvert, ou d’indélicats venus apporter leur obole ? Ce restaurant, viendrait-il, au vu du carton, d’acquérir un nouveau micro onde ?

DDASS Art.82 Pour les récipients de grande capacité mis par la municipalité à la disposition des habitants en certains points, leur implantation, leur aménagement et leur exploitation doivent être réalisés de façon telle qu'il n'en résulte aucune gêne ou insalubrité pour le voisinage.

La 2ième Dauphine n’a pas démérité ! Et le blanc que l’on voit sur le sol n’est pas l’œuvre d’un plâtrier. La poubelle dont le fond n’a plus de bouchon depuis longtemps, répand généreusement des sucs collants et fort odorants qui ont fini par s’incruster sur le trottoir.

776655 aaddhhéérreennttss,, TToouuss ssoolliiddaaiirreess

Ne jugez pas la qualité des restaurants d’après leurs poubelles !

Vous auriez tort.


Journal CQA octobre 2004