Issuu on Google+

Solin #3 - Édition 2010

TOIT & MOI Journal interne de Maurice Lachance Inc.

Sommaire

C SD L : E CO L E ST-G I L L E S

• CSDL École StProjet qui a débuté fin juin 2010 et a Gilles — page 1 • CSDL École Horizon-Jeunesse page — page 2 • SIQ — 7510 rue Jarry E.— page 2 • R É S I D E N C E DOUGLAS - page 3 • V I L L E D E MONTRÉAL— Natatorium — page 3

pris fin le 28 septembre. D’une superficie de 10,700’², par une équipe de 7 hommes soit, Normand Gariépy, Pierre Yves Cotton, Patrick Laporte, Denis Lamoureux, Joao Pacheco, Doris Chapados ainsi que Robert Simard, le tout sous la direction du chef d’équipe, Bernard Lamoureux. L’installation des solins métalliques, dont la couleur fait tout le charme, est une création de PierreLuc Monette assisté de Zénon Gariépy et Yan Dufour. Ce fut un projet sans complexité majeur. Merci à tous. Belle photo — Temps magnifique

• HISTOIRE des m a t é r i a u x + AUJOURD’HUI pages 4 et 5 • L’INFLUENCE de la MÉTÉO sur nos activités — page 6 • SÉCURITÉ- page 7 • NOUVEAU VISAGE et NOUVEAU CONCEPT - page 7 • A C T I V I T É S SOCIALES- page7 • PÊLE-MÊLE et Mots de la fin – page 8

Preuve que les règles de sécurité sont respectées Beau contraste

Chose notable, la clarté et la précision du dossier d’exécution réalisé et bien maitrisé par la firme d’architectes Robert Crépeau et Alain Duval avec qui nous avons eu une l’excellente collaboration. Et nous espérons pouvoir travailler encore avec cette firme dans un futur proche. Nous les remercions pour les commentaires qu’ils nous ont adressés concernant le bon travail effectué par notre équipe. Excellente finition


Solin #3 - Édition 2010

Page 2 - TOIT & moi

CSDL : ÉCOLE HORIZON JEUNESSE Un des plus gros contrats de l’année, plus de 52 000’². L’ouverture de chantier s’est faite au mois d’août et a duré 2 mois. Plus de 17 hommes ont travaillés sur ce chantier. Dame nature n’était pas au rendez-vous! Que de problèmes avec toute la gamme de conditions climatiques ; pluie, risques de pluie, orages, vents... De plus, nous avons utilisé l’expressboard non sans peine, car il contenait un taux d’humidité anormal, ce qu’il le rendait spongieux et difficile à ancrer mécaniquement, est-ce un mauvais lot ou un point faible du matériau? La particularité de se projet est le nombre important de sorties de toit. Deux sous-traitants ont œuvré sur ce chantier. Plomberie Noël Fredette Inc. Et J.P. Lemieux et Fils enr. Pour les métaux ouvrés. Merci du professionnalisme habituel.

Projet piloter par Casoni architecte sous la direction de Michèle Casoni, qui a fait un bon suivi de son projet ainsi que son habituelle collaboration.

Démolition

Préparation du support

Un peu trop encombré !!!

Les intersections des parapets, de largeurs et hauteurs différentes, sont réussi !!!

S I Q — 7 510 JA R RY E ST Petit projet qui semblait plus complexe qu'il ne l’était en réalité. En dix jours le système d’étanchéité était en place. Le tout était collé a l’asphalte. Beaucoup d’unités sur deux bassins. La firme d’architectes était Menkes, Shooner, Dagenais et Letourneux. Merci de l’excellente collaboration.

Avant travaux

Après travaux


Page 3 - TOIT & moi

Solin #3 - Édition 2010

RÉSIDENCE DOUGLAS Bloc de logements situé dans la ceinture du Montroyal. L’étanchéité est constituée d’une membrane multicouche 5 plis. Contrairement au précédent projet celui-ci paraissait à première vue simple, mais s’est avéré une zone de sable mouvant… Il fallait faire beaucoup avec peu, des détails très pointilleux qui ne cadrent pas avec la typologie du bâtiment. Notre équipe a réussi à s’en sortir, non s a n s p e i n e particulièrement la ferblanterie, où un grillage en acier inoxydable était requis. Des détails d’assemblage très précis étaient exigés, sans c om pter un nom br e impressionnant de cols de cygne qu’ils a fallu sabler et peindre. Espérons que le client saura apprécier la qualité de notre travail.

Beaucoup de décrochements sur les parapets

Chaque étape fut scrupuleusement suivi lors de l’installation du solinage

Le fameux grillage en acier inoxydable qui nous a causé bien du souci.

Les cols de cygnes !!! On va s’en souvenir longtemps...la poussière ne retombera pas de sitôt...

V I L L E D E M T L — N ATATO R I U M Situé à Verdun le projet a été réalisé en un temps record, mis à part la ferblanterie. De gros travaux de menuiserie ont été exécutés sur de hauts parapets et en piteux état. Nous avons eu un soustraitant sur ce projet, MJM Leblanc pour la réinstallation électrique des lampadaires, fixée sur des bases métalliques fourni par le client.

État initial du parapet— sans commentaire !

Le même parapet après gros travaux de menuiserie


Page 4 - TOIT & MOI

Solin #3 - Édition 2010

HISTOIRE DES MATERIAUX Il était une fois...lorsque l’homme est sorti de sa caverne, il a construit le premier habitat « la cabane » et, a couvert le toit de feuillage afin de la rendre plus étanche. Puis plus tard, les populations rurales utilisaient des matériaux organiques: bois, feuillage et paille. Les toits étaient généralement en pente, mais là où ces matériaux étaient plus rares (condition climatique oblige), le concept de toit plat est apparu dans l’architecture égyptienne, persane, romaine.

Le couvreur d'Albert Desenfans Sculpteur Belge

Au Moyen-Orient et en Asie, les couches de mortiers imperméables étaient étendues sur une structure faite d’une charpente de bois, d’un plancher en bois et d’une couche de bambou et d’un enduit de plâtre, entre la structure et l’étanchéité, une couche de charbon de bois compacté était installée. Ce qui permet au support de se dilater et se contracter librement, et de réguler la vapeur. En Égypte, le même principe était utilisé, mais avec des couches d’argile et de sable de 16" d’épaisseur, et la couche finale était de l’argile melangée à des briques concassées, puis installée en une forme de pente. Cette technique de toit plat a été exportée en Europe par " les croisés ". Utilisé en premier sur les bâtiments militaires et les châteaux. Dans le château de Versailles, on a utilisé des feuilles de plomb, recouverte d’argile d’un lac voisin. Ces toitures ont parfaitement fonctionnées de 1700 jusqu’au 2e siècle.

Photo ci-dessus, de l’album Maurice Lachance inc.

Le cuivre a été utilisé il y a aussi fort longtemps. Le Panthéon de Rome construit au 2e siècle était couvert de cuivre ainsi que la coupole de la mosquée Sainte- Sophie à Istambul. On trouve en Suède des églises et des châteaux du 16e et 17e siècle qui possedent leur couverture de cuivre d’origine.

En France le cuivre était employé en couverture par les architectes de Napoleon 1er. Tous les couvreurs accordent au cuivre une haute estime, et reconnaissent en lui un matériau noble, de grande qualité, son grand avantage et son faible coefficient de dilatation 1,68 mm/m a 100ºC, est l’un des plus faible parmi les métaux. Le bitume connu depuis l’antiquité sous forme naturelle (ne pas confondre avec l’asphalte dont il n’est qu’un composant) à cette époque il était utilisé pour étanchéiser sous le nom de « bitume de Judée » chez les Égyptiens, hébreux, sumériens, il existait déjà sous forme naturelle au bord de la mer Morte, utilisé pour le calfatage des navires, la conservation des momies égyptiennes, mais de nos jours il provient exclusivement de la distillation du pétrole brut. La découverte de mines d’asphalte naturel en Suisse (1712) et en France (1735) est le vrai tournant de la technologie de l’étanchéité en Europe.


Solin #3 - Édition 2010

Page 5 - TOIT & MOI

HISTOIRE DES MATERIAUX—SUITE Puis 1900 l’invention du « bitume souffle » (sorti des unités de raffinage le bitume est trop mou pour être utilisé pour le revêtement de toiture, pour le rendre plus dure on procède a son soufflage par un procédé complexe). En 1908 première utilisation de la toile de jute en tant que membrane de bitume — innovation de M. Geysen, créateur de SOPREMA.

Bien que les nouveaux matériaux tel que le béton armé (1928) précontraint (1948) fut inventé, leur généralisation dans la construction se fait après la Deuxième Guerre mondial, ce fut le grand développement technologique. Et là, les ennuis commencent, car le bitume est incapable de faire face aux mouvements de ses matériaux. Pour répondre à cette problématique, toute l’industrie se lance dans « la recherche ».

Les résultats sont surprenants : •1967 invention du bitume modifié par polymères APP en Italie. •1968 invention du bitume modifié par polymère SBS en France. - PVC en Allemagne, EPDM au ÉtatsUnis. Les croisades du Moyen Âge sont des pèlerinages armés prêchés par le pape. (10951291) Références - École d’étanchéité, ouvrage collectif, 1988 - Théorie de l’étanchéité, Ghislain Croyere, 1991

- L’étanchéité dans la construction G. Varlan Eyrolle, 1964

AUJOURD’HUI Ces dernières années, l’industrie des matériaux de construction a connu un "boom" extraordinaire. Un nombre incalculable de nouveaux matériaux sont mis sur le marché. La grande question est : sont-ils tous fiables ? On nous dit qu’ils ont tous subi des « essais » en laboratoire et possèdent certaines de ces normes, ASTM, FM, CAN, ONCG, ACNOR, ULC… Mais à laquelle doit-on se fier? Est-ce que les normes internationales ou américaines sont adaptables à la situation canadienne ? De plus si un matériau possède les normes « ASTM » (les plus fréquentes sur les fiches techniques) comment s’y retrouver, car a lui seul peut en avoir huit, celle de la traction, du poinçonnement, allongement à la rupture,…. mais sa tenue au feu? Il faut rechercher cette fois la norme ULC ou FM (assureurs Canadien ou Américain)…. Très compliqué tout ça …

Ma is s i n ous pa r l o ns de com pat ib ilité avec d’aut res matériaux ? Ou leurs applications dans des conditions météorologiques particulières, ou sur un site spécifique avec des conditions climatiques spécifiques, sur un bâtiment ayant une structure particulière, plusieurs types de pontage, des âges différents (car beaucoup de bâtiments à Montréal - pour ne nommer qu’une ville - on subit des changements tels que agrandissement avec des matériaux différents, qui travail différemment) quand est-il? Le fabricant, quant à lui, affirme que son produit est des plus fiable, plus simple à l’emploi, sans restriction aucune, et plus économique. Le choix définitif revient à l’architecte, qui lors de la soumission a déjà déterminé sa composition. Même si le couvreur soulève certaines ambigüités quant à la composition, il est vite « rabroué ». Mais où se situe l’entrepreneur couvreur dans tous ces imbroglios ?

S’il apparaît un problème quelconque sur une toiture, qui est responsable? L’entrepreneur couvreur, comme toujours... Pourquoi ce serait aux entrepreneurs couvreurs d’être responsable de la mauvaise qualité du produit. Il n’en est pas le fabricant. Ou responsable de la composition du système puisque ce n’est pas lui qu’il l’a conçu. Il n’est pas l’architecte. Ou responsable du pontage existant, si ce n’est pas lui qu’il a calculé. Il n’est pas l’ingénieur. Nous pensons qu'il est grand temps de déterminer les responsabilités de tous et chacun, car les grandes entreprises de couvertures sont réellement en danger. Une trame est entrain de se tisser reliant les fabricants, architectes, inspecteurs, firmes d’experts et l’AMCQ, lais sant l’entrepreneur couvreur complètement isolé, Donc, plus vulnérable… Faut agir rapidement. À suivre...


Page 6 - TOIT & MOI

Solin #3 - Édition 2010

L’INFLUENCE DE LA MÉTÉO SUR NOTRE ACTIVITÉ Les conditions météorologiques ont une influence déterminante dans l’accomplissement de notre secteur d’activité et mettent en péril la santé économique de notre entreprise. Nous avons vécu cette situation tout le long de l’année 2010. Notre calendrier s’est vu amputé de plusieurs journées de travail dû aux différents comportements météorologiques qui se sont manifestés, et qui ont été lourds de conséquences pour l’entreprise. Si dans le passé, les phénomènes météorologiques étaient exceptionnels et sont en voie de devenir de plus en plus fréquents. Plusieurs facteurs vont influés sur notre activité, a des degrés différents. Nous avons la pluie, la neige (nous avons déjà abordé se sujet dans solin #2), les grosses chaleurs, le froid extrême, les vents et l’humidité. La pluie Ennemi numéro 1 des couvreurs. Événement banal et tristounet pour la majorité des citoyens, qui empêche certaines activités familiales ou sociales, mais pour une entreprise de couvreurs, c’est un drame.

Lorsque nous avons, comme en 2010, pour tout le mois de juin, 19 jours de pluie et 6 jours de pluie sur les 15 jours travaillés au mois de juillet, ici ne parlerons pas des échéanciers scolaires…, c’est assez rock-and-roll d’exceller dans ce secteur d’activité. Aussi, il faut prendre note que c’est le seul secteur d’activité de la construction qui risque d’énormes dommages au contenu d’un bâtiment. La pluie pose plusieurs problèmes. Lorsqu' il pleut ou qu'il y a risque de pluie nous ne pouvons travailler à l’aise et tentons le tout au le maximum, et cela demande une organisation particulière et une étroite collaboration avec les météor olog u es , qu i malheureusement pour nous se trompent aussi quelques fois. Des journées non travaillées, car ils avaient prévu de la pluie alors qu’il n’en a point eu, ou pire le beau temps annoncé, l'équipe s’affaire a démolir le complexe d’étanchéité existant et malheur...un orage survient avec son lot de conséquences. Autre situation, s’il fait beau, mais qu’il a plu la veille, il faut assécher et .... Que de perte de temps et $$$ qui n’ont pas et ne peuvent être comptabilisés et récupérés.

AUTRES CAUSES D’IMPORTANCES : La chaleur avec le facteur Humidex, qui est une innovation canadienne, utilisée depuis 1965 . L'indice humidex sert à mesurer le degré d'inconfort ressenti par le corps humain lorsque l'air ambiant est humide. Attention à ne pas confondre avec le taux d’humidité relative qui lui est en pourcentage et mesure le taux d’humidité contenu dans l’air. Le Facteur Humidex (voir tableau) combine la température et l’humidité en une seule valeur. Cette valeur indiquant comment l'être humain moyen ressent la chaleur sur une échelle donnée. Un taux d’humidité élevé accompagné de grosses chaleurs, se phénomène nous l’avons vécu cet été, trois jours au mois d’août et au mois de septembre, les chantiers ont été d’ailleurs désertés . Autre conséquence, les matériaux utilisés qui parfois sont très sensibles a un taux d’humidité élève, posent problème pour leurs mises en œuvre ou qui perdent certaines de leurs propriétés. Le vent un facteur quotidien qu’il ne faut surtout pas négliger, car certaines dispositions sont à prendre. Les vents qui soufflent en rafales sont dangereux, car ils provoquent beaucoup de dégâts, en transformant n’importes quels objets en de véritables projectiles. Rappelez-vous, les travaux de l’aéroport, un petit bout d’isolant oublié aurait pu avoir des conséquences dramatiques. Le projet l’igloo à sel, où malheureusement une forte rafale (un mini ouragan) a soufflé au mauvais moment, au mauvais endroit et surtout de mauvaise direction. Il s’est engouffré dans une ouverture et a fait décoller l’igloo (qui avait déjà une structure très fragile), de sa base, pour la déposer par la suite. Une chose est sûre, si l’édifice était solide, rien de tout cela ne serait arrivé. Voilà encore un exemple des conséquences financières que doit assumer l’entreprise face aux phénomènes climatiques .


Page 7 - TOIT & MOI

Solin #3 - Édition 2010

SÉCURITÉ, ENCORE SÉCURITÉ, TOUJOURS SÉCURITÉ La loi 35 a été adopté à l’unanimité par les députés de l’assemblé. La commission de la santé sécurité du travail a multiplié les constats d’infractions depuis deux ans et le montant ont doublé en juillet 2010 et vont triplé en janvier 2011. Par conséquent, les amendes imposées aux sous-traitants et aux maîtres d'œuvre vont varier de 1500 $ à 300 000 $, selon la nature de l'infraction. Des peines sont aussi prévus pour les travailleurs récidivistes, car la notion de récidive génère des amendes plus importantes.

Le meilleurs remède est la prévention. Comment? par l’éradication de toutes sources de danger. Des efforts ont été constaté chez les couvreurs de Maurice Lachance inc., mais ce n’est pas encore suffisant, la vigilance reste de mise. L’image de l’entreprise dépend aussi du niveau de sécurité dont bénéficient ses intervenants. Nous tenons à remercier notre personnel pour la mise en application de notre programme de prévention. SECURITÉ SUR LES TOITS !!! Tolérance zéro

NOUVEAU VISAGE, NOUVEAU CONCEPT Maurice Lachance inc. s’est doté d’un nouveau siège social, d’un nouveau logo. Comme toute entreprise en pleine expansion, l’entreprise a tenu à évoluer en adéquation avec une réalité économique. De nos jours, il ne faut pas seulement être bon, mais très bon, très efficace, très professionnel. La barre est haute et par conséquent, il faut adopter de nouvelles stratégies, de nouveaux concepts, aborder les choses différemment.

Mieux exploiter nos ressources, qu’elles soient matériels ou humaines, la préservation de notre environnement : promouvoir l’utilisation des matériaux recyclés, l’utilisation rationnelle des énergies sur le chantier. Ne jamais perdre de vue la satisfaction du client «allé vers celui-ci et non attendre qu’il vienne a nous et cela est le rôle de notre nouveau collègue, Michel Perrino, engagé pour remplir cette tâche.

ACTIVITÉS SOCIALES La famille Rougeau une connaissance de longue date pour Maurice, père. L’activité de cette famille est la lutte, une longue tradition chez eux qui s’est transmise de génération en génération. Des soirées familiales sont organisés, afin de promouvoir ce sport

,mais surtout pour que nos jeunes en difficultés soient capable de canaliser leur agressivité dans la pratique de ce sport, ceci est une action louable, c’est pourquoi l’entreprise commandite l’activité de la famille Jacques Rougeau. L’entre pris e a aussi sponsorisé :

• l’équipe de soccer de Terrebonne

• l’hôpital

Santa Cabrini, un don en $

• Fondation du rein, don de 2 pick-up

• En

plus d’une multitude de dons en $$$


Page 8 - TOIT & moi

Solin #3 - Édition 2010

LA BOÎTE À POTINS/ PÊLE-MÊLE De n ou v ea ux membres ont rejoint la grande famille : Alexandre Gosselin, Ginette Madore, Michel Perrino .

l n i e x D a u ure à L a m o ge a n s démé u o N . Lavaltrie uhaitons so lui ! chance e bonn

Notre chef d’équipe, Sébastien Ferland, est un Schumacher maison. Nous lui souhaitons réussite sur les pistes.

rince a Patrick P so n officialisé citali é F . union x n ou tions au riés! a m veaux pa p a l -i -t ra Se fois e 4 pour la ? À ? ? e n 2 01 1 suivre

Grand merci a Paul Wright, qui a tout fait pour que l’on retrouvent la forme physique de notre jeunesse, trop optimiste Paul !!!

est Joao e r t n o u a e nouv e d r u e ff c ha u u o N s b oo m ! tous s e s om m reux très heu car i lu p ou r s t un v on s nous l’a a l’œ u v re, c’e u v déjà air. ur hors p llent conducte ton exce u n ti n o c n s, Félicitatio ! il a trav

a un Ja s o n a u e nouv t un e bé bé e en deuxièm . route ..

Éric abandonne ses douillettes pantoufles afin de conquérir la Floride. Histoire rocambolesque… Et c’est pas tout...

fêtes !!! lle Joyeuses tte nouve Et que ce meilleure it année so cédente ré p que la

ENTRE LES

Mot de la fin

BRANCHES

Prompt rétablissement

L’année 2010 est maintenant derrière nous. Ouf, que de mauvais souvenirs. Elle aura été une année riche ??? en rebondissements tant dans les dossiers des changements, climatiques, économiques et stratégiques. Audelà de cela, nous continuons à solliciter la participation de tous afin d’élaborer des stratégies d’actions communes ainsi que celles qui nous aideraient à cout et à long terme, notre infrastructure et nos orientations. Je ne peux passer sous silence l’implication constante de notre toute dévouée Nadia.. Un model à suivre. Enfin, je tiens à souligner la mobilisation grandissante de tous les employé(e)s. C’est grâce à vous tous que Maurice Lachance inc. représente un réseau dynamique où tous ses acteurs réunis regardent vers l’avenir.

Garry Barerra a été victime d’un accident de la route. Nous lui souhaitons prompt

BONNE ANNÉE 2011 — ENSEMBLE RELEVONS DE BEAUX DÉFIS !

rétablissement.

Retrouvez-nous sur le Web! www.couvreurslachance.com

• Naouel Aboura, plume • Nadia Lounis, collaboration • Eric Dumoulin, collaboration • Martin Lachance, collaboration • Joanne Lachance, plume

La direction

5530 rue Maurice-Cullen, Laval (Qc) H7C 2T3 Tél. 514.388-3532 et 450.665.2500 Sans frais 1.888.414.TOIT (8648) Vous avez des événements à nous faire part, envoyez-nous les informations et photos au adm@couvreurslachance.com


Édition 2010