Issuu on Google+

FRANÇAIS

i

G

Routes culturelles

Costa Brava Pirineu de Girona


Costa BRAVA La Costa Brava s'étend tout au long des 206 km du littoral qui va de Portbou, presque à la frontière française, jusqu'à Blanes. Cette côte fortement découpée et capricieuse commence avec la chaîne des Albères et le Cap de Creus, là où littéralement les Pyrénées se précipitent dans la mer, et se termine en de longues plages sablonneuses. Elle égrène sur son chemin toute une suite de petites calanques annelées, comme semées de rochers à pic sur lesquels les pins en arrivent jusqu'à toucher la mer, un paysage empreint d'une sauvagerie qui fait honneur au nom de « Costa Brava ». C'est le cas des calanques de Cadaqués, Begur, Calella de Palafrugell, Tamariu, Llafranc ou Tossa de Mar. Mais on y trouve également de grandes plages de sable, comme dans la baie de Roses, Pals, Palamós, Platja d'Aro, Lloret de Mar et Blanes. 2

Sur ce chemin, il y a également des zones d’un haut intérêt environnemental, lesquelles bénéficient donc d’une protection particulière, comme le Parc naturel du Cap de Creus, l’unique parc catalan à la fois terrestre et maritime ; le Parc naturel des Aiguamolls de l’Empordà, en importance la seconde zone humide de Catalogne ; le Parc naturel du Montgrí, des îles Medes et du Baix Ter, que ses exceptionnels fonds marins ont transformé en l’une des grandes destinations pour les amateurs de plongée sous-marine ; ou encore la Réserve maritime de Ses Negres, sur le littoral de Begur. La relation de l'homme avec cette côte est tout aussi étroite qu'ancienne, à preuve les nombreux vestiges mégalithiques, les peuplements ibériques, la ville gréco-romaine d'Empúries (les Grecs s'y établissent au VIe av. J.-C., et les Romains y commenceront, au IIe siècle av. J.-C., la romanisation de la péninsule Ibérique), la grande quantité d'art roman et les villages médiévaux. Ceux qui ont su y cultiver la terre ont su aussi sortir en mer et faire ainsi de la pêche un art. Des localités comme Roses, Palamós, Llançà, El Port de la Selva ou Blanes sont de grands ports de pêche et, encore aujourd'hui, l'arrivée des barques de pêcheurs, en milieu de soirée, est un véritable spectacle que ceux qui visitent notre région ne voudraient rater pour rien au monde. La combinaison des produits de la terre et de la mer a favorisé la naissance d’une cuisine unique et réputée, à la fois de mer et de montagne. C’est ainsi que la Costa Brava est devenue une destination de premier ordre pour les amateurs de grande cuisine, avec des chefs prestigieux tels que Ferran Adrià et les frères Roca, les 18 étoiles Michelin des restaurants les plus réputés et, tout au long de l’année, de multiples journées gastronomiques autour de produits divers. Plus à l'intérieur des terres, le paysage s'adoucit jusqu'aux alentours de Gérone, référence obligatoire pour son riche patrimoine historique, artistique et culturel, et jusqu'au Pla de l'Estany, où se trouvent tout à la fois le plus grand plan d'eau de Catalogne et l'un des centres sportifs les plus réputés du pays, lequel, après avoir été siège olympique partenaire des Jeux de 1992, a accueilli le Championnat du monde d'aviron en 2004. Aussi bien dans ses petits villages de charme que dans les grands centres touristiques, la Costa Brava offre une vie culturelle intense et de multiples choix artistiques ; mais aussi une foule d'activités pour tous les goûts, de la pratique du golf sur certains des terrains européens les plus réputés, à toutes sortes d'activités nautiques ; du parachutisme à la plongée sous-marine en eaux pures et calmes ; de la détente dans des établissements de santé et de bien-être à la recherche de distractions nocturnes.


PIRINEU de Girona À mesure que l'on pénètre vers l'intérieur du pays, le paysage se transforme peu à peu, mais radicalement. Tout d'abord, on rencontre quelques cordillères littorales, comme la chaîne des Albères, où se fait sentir la présence immédiate des Pyrénées de Gérone et qui, dans la zone de la Garrotxa et de son parc naturel des volcans, surprend encore par la verdeur de ses forêts et le charme indéniable de villages tels que Santa Pau, Oix, Beget, Besalú, Els Hostalets d'en Bas ou Beuda. Et nous voilà arrivés en haute montagne, dans de grandes vallées comme celles de Ribes, Camprodon, Núria ou la Cerdagne, parsemées de villages qui ont su garder leur cachet et leur patrimoine naturel, comme Vallfogona de Ripollès, Camprodon, Setcases, Pardines, Queralbs, Planoles, Llívia ou Meranges. Ce ne sont pas les stations de ski alpin qui manquent ici (La Molina, Masella, Vall de Núria, Vallter 2000), ni d'ailleurs celles de ski de fond (Guils-Fontanera). Il y a aussi des communes plus importantes, véritables centres régionaux de commerce ou de loisirs, tels Olot, Ripoll ou Puigcerdà. Dans toute la région, et toute l'année, de nombreuses possibilités sont ouvertes aux amateurs d'activités de montagne. Dans ces Pyrénées de Gérone aux nombreux paysages de rêve, l'histoire parle elle aussi, en particulier au travers de l'art roman, illustré par les monastères de Ripoll et de Sant Joan de les Abadesses, lesquels, avec Sant Pere de Rodes, constituent les plus beaux exemples de cet art et témoignent de certaines des plus brillantes pages de l'histoire de la Catalogne.

3


HISTOIRE Qu'on se déplace le long de la Costa Brava ou qu'on traverse les Pyrénées de Gérone, impossible de voyager bien longtemps sans rencontrer de vénérables témoignages de l'histoire de ce territoire. Le climat méditerranéen, l'ensoleillement, la richesse du terroir, les rivières et la mer, ainsi que la situation géographique, ont fait des régions de Gérone une terre habitée depuis la préhistoire et convoitée par tous les peuples qui ont sillonné la péninsule Ibérique. Nos ancêtres nous ont laissé de nombreux vestiges ainsi que de multiples traces de leur passage. À commencer par les grottes préhistoriques de Serinyà, près de Banyoles, ou les mégalithes de la chaîne des Albères, de la chaîne de Rodes et du massif des Gavarres. 4

La culture ibère, laquelle donnera son nom à toute la péninsule occupée désormais par l'Espagne et le Portugal, est présente dans de nombreux sites de peuplements, la plupart sur des promontoires stratégiquement situés, comme entre autres Puig Castellet (Lloret de Mar), Castell (Palamós), Ullastret ; c'est d'ailleurs grâce à l'étude de ces sites que nous connaissons aujourd'hui le mode de vie et d'organisation des Ibères. C'est par la Méditerranée, si chère à notre cœur, qu'arrivèrent les Grecs pour s'installer dans un endroit dont la beauté surprend encore aujourd'hui : Empúries. Ils y fondèrent la première colonie grecque de la Péninsule et c'est pour cela qu'en 1992, dans le port même, la flamme olympique des Jeux de Barcelone allait arriver en Catalogne. Les Grecs nous ont légué leur culture, que les Romains ont sagement prolongée. Ce sont d'ailleurs ces derniers qui ouvriront la principale voie de communication qui traverse la région de Gérone du nord au sud : la Via Augusta. Le parcours actuel de l'autoroute AP-7 emprunte en grande partie le tracé de cette ancienne route. Il y a également des vestiges de la culture romaine comme la Via de Capsacosta, dans les Pyrénées, comme la villa romaine des Ametllers (Tossa de Mar) et comme les thermes de Caldes de Malavella.

LA GÉR ONE MÉDI ÉVALE

l'importance du roman Au Moyen-Âge, le territoire aujourd'hui connu sous le nom de Catalogne était divisé en comtés, certains très importants. Parmi les terroirs de Gérone, se distinguaient ceux des seigneurs d'Empúries, de Besalú, de Torroella, de Peralada, etc. Ces fiefs, qui détenaient un grand pouvoir, avaient établi de fortes alliances avec l'Église, ce qui allait favoriser l'implantation d'ordres religieux et la prolifération des monastères, d'où l'abondance de ces derniers, le plus souvent d'architecture romane, dans tout la Catalogne. Grâce à cela, l'art roman a connu un développement extraordinaire dans tous ces comtés, et en particulier dans la frange pyrénéenne. En effet, tout au long des Pyrénées de Gérone, se sont construits de grands monastères, des églises et de petits ermitages, toutes constructions obéissant aux canons dominants de l'époque, en particulier celles provenant du roman lombard. Cet extraordinaire patrimoine roman est inséparable de l'histoire. C'est à Ripoll, au XIIe siècle, que le comte Wilfred le Velu fait construire le monastère Santa Maria, tenu pour une œuvre

le monde juif La ville de Gérone, berceau de cultures, a connu l'une des périodes marquantes de son histoire au Moyen-Âge, pendant les années de splendeur de la communauté juive qui y vécut du IXe au XVe siècles. C'est probablement à la destruction du Temple de Jérusalem, responsable d'une immense diaspora, qu'il faut attribuer l'arrivée des premiers juifs sur les côtes catalanes, en l'an 70 de l'ère chrétienne. On sait peu de chose de ces débuts, si ce n'est que Gérone est une cité où la présence juive est répertoriée de très longue date, plus précisément depuis le IXe siècle, alors qu'aucun document en Catalogne n'en fait état avant les XIIe et XIIIe siècles. Les juifs ont donc habité Gérone plus de six cent ans, durant lesquels ils ont participé pleinement de la société et de la structure économique municipale. Leur période dorée s'étend du XIIe à la première moitié du XIVe siècle. Les plus aisés d'entre eux accédaient aux affaires et aux finances de l'État, et certains bénéficiaient d'un statut spécial parce qu'ils étaient protégés par le roi, qu'ils conseillaient souvent. C'est à cette époque que le mouvement cabalistique se développe en Languedoc et en Provence, sous l'impulsion d'Isaac de Narbonne et de son cercle intellectuel et religieux. La kabbale, une philosophie mystique et ésotérique très ancienne, arrivait du Sinaï et prétendait analyser et comprendre le monde qui se trouve au-delà de la connaissance rationnelle.


5

décisive du roman européen pour son splendide portail en pierre sculptée. Ce seigneur, considéré comme le premier roi de la dynastie catalane, exercera une influence déterminante dans la création de ce qu'on appelle la « Vieille Catalogne » et, partant, dans l'histoire de la Catalogne. Très près de Ripoll, il fondera également le monastère de Sant Joan de les Abadesses, où on peut admirer le Très Saint Mystère, un groupe de sept statues grandeur nature, exemplaire unique de la sculpture romane de l'époque. Il y a encore un troisième monastère dans cette région, celui de Sant Pere de Camprodon, également du XIIe siècle ; bien que dénué de l'importance historique des deux premiers, il contient une coupole octogonale et une fort curieuse nef, d'envergure peu commune. Si l'on quitte la région du Ripollès en direction de l'Alt Empordà, on rencontre à nouveau d'importants monastères, dont le plus remarquable de tous, Sant Pere de Rodes (Xe siècle), occupe un site spectaculaire au-dessus du Cap de Creus, avec de vues splendides sur la mer.

Ces monastères ont été les fers de lance pour la construction d'autres églises et ermitages, notamment à la faveur des pèlerinages à SaintJacques de Compostelle. Pour toutes ces raisons, la région du Ripollès possède l'une des plus fortes concentrations d'art roman de toute l'Europe, avec 98 monuments.

Elle parvint à Gérone par le biais de disciples du sage de Narbonne, et s'y développa très vite grâce à des personnalités de grande qualité philosophique telles qu'Esdras et Azriel. Le grand maître de Gérone, Mossé ben Nahman, également connu sous le nom de Nahmànides, ou, selon d'autres, sous celui de Bonastruc ça Porta, se voua lui aussi à la kabbale, entre autres sciences.

Grâce à sa structure labyrinthique, à ses ruelles étroites et à l'abondance de la pierre, non seulement la juiverie ne sera jamais détruite, mais elle deviendra un quartier comme un autre et de nombreuses familles chrétiennes ou converties viendront y habiter ; la vie y continuera, de l'expulsion à nos jours, permettant ainsi au quartier de parvenir jusqu'à nous pratiquement intact et de figurer en bonne place parmi les juiveries les mieux conservées d'Europe occidentale. Gérone est donc membre du Réseau des juiveries d'Espagne, une association publique à but non lucratif qui se charge de défendre le patrimoine urbain, architectural, historique, artistique et culturel de l'héritage juif en Espagne. Actuellement, le réseau se compose des villes d’Ávila, Barcelone, Besalú, Cáceres, Calahorra, Castelló d’Empúries, Cordoue, Estella, Gérone, Hervás, Jaén, Léon, Lucena, Monforte de Lemos, Oviedo, Palma de Majorque, Plasence, Ribadavia, Ségovie, Séville, Tarazona, Tolède, Tortosa et Tudela.

Pour honorer sa mémoire, son nom a été donné à la maison qui allait abriter la troisième synagogue de la communauté juive de Gérone. Au départ, les juifs vivaient sur les hauteurs de la ville, autour de la cathédrale. Dès 1160, on trouve trace d'un quartier juif, connu comme dans les autres villes de Catalogne, sous le nom de call. Call est le mot qui, en catalan, désigne la juiverie. C'est un dérivé du latin callis, qui signifie « rue ». Ce n'est qu'à la fin du XVe siècle, avec le début des conflits, que ce quartier devient un ghetto, un espace de réclusion. En 1448, une ordonnance municipale accorde aux juifs un délai de six jours pour quitter leurs résidences et venir s'installer à l'intérieur du call. La communauté sera attaquée à plusieurs reprises. L'épisode le plus sanglant se produit la nuit de la Saint Laurent, en 1391. Sous prétexte de les protéger, les autorités enferment les juifs dans la tour Gironella durant 17 semaines : pendant ce temps-là, toutes leurs maisons seront mises à sac. Les conflits se poursuivront, le ghetto se réduira peu à peu, puis disparaîtra suite à l'ordre d'expulsion définitive qui en frappera les habitants, en 1492.

À Gérone également, l'art roman a laissé de précieux témoignages, parmi lesquels se détache, par-dessus tout, le campanile de la cathédrale primitive, qui servit de contrefort pour la cathédrale gothique. La Tapisserie de la Création, la pièce romane tissée la plus importante qui nous soit parvenue, se trouve justement au Musée de la cathédrale. Il s'agit d'une toile brodée, dont le dessin extrêmement complexe est traversé d'influences diverses. Un bijou, sans aucun doute, qui vaut à lui seul le voyage. Mais l'art roman est également présent au bord de la mer, avec, notamment, l'ancien monastère de Sant Feliu de Guíxols, ou non loin de la côte, comme à Breda ou à Banyoles.

Avec un ensemble historique et artistique médiéval parmi les mieux conservés de Catalogne, la ville de Besalú est au demeurant le complément idéal de la visite du call de Gérone, dans la mesure où elle conserve des bains de purification uniques en Europe, les célèbres miqvé. Les siens datent du XIIe siècle et constituent le principal actif du patrimoine juif de Besalú. À Castelló d'Empúries, on trouve enfin les vestiges de ce qui fut le quartier juif le plus peuplé de toute la région de Gérone ; on peut encore y observer la structure de la nouvelle synagogue.


L'ART

6

Après l'art roman, les différentes manifestations artistiques qui se sont succédées au cours de l'histoire ont également laissé leur empreinte dans la région. Peut-être l'art gothique en est-il l'expression la plus remarquable, lui qui s'y est exceptionnellement développé, en particulier à Gérone même, avec plusieurs exemples d'architecture civile et religieuse, ainsi qu'une cathédrale possédant la plus large nef de tout le gothique européen. La construction de cette nef fut la cause d'un long et curieux débat entre les responsables ecclésiastiques et les architectes. L'art gothique eut également son importance à Castelló d'Empúries, dont l'église paroissiale Santa Maria est connue populairement sous le nom de « cathédrale de l'Empordà » en raison de ses dimensions. Si les autres manifestations artistiques qui ont parsemé l'histoire de l'art n'ont pas été absentes de ce territoire, il a pourtant fallu attendre la fin du XIXe siècle, avec l'Art nouveau, pour que Gérone retrouve une place de choix dans le monde de l'architecture et des arts décoratifs, présence renforcée par la grande tradition picturale qui prend naissance avec l'École paysagiste d'Olot et culmine avec le surréalisme de Salvador Dalí. L'art contemporain s'exprime également au Parc Art de Cassà de la Selva, où l'on peut admirer une synthèse réussie entre la sculpture actuelle et la nature.

SAL VA DOR DALÍ


7

Salvador Dalí (1904-1989) fut un membre éminent du surréalisme, mouvement qui, durant la première moitié du XXe siècle, ébranla le monde de la peinture, de la littérature, du cinéma et des arts en général. Forte personnalité et personnage marquant de la culture contemporaine, génie universel, le peintre est un magnifique exemple d'homme attaché à un terroir, l'Empordà, un paysage, celui du Cap de Creus au nord de la Costa Brava, et des traditions, celles de la Catalogne. Né à Figueres, il étudie à l'École des Beaux-arts de Madrid, où il fait la connaissance de toutes sortes de personnalités et d'intellectuels de l'époque, notamment le cinéaste Luis Buñuel ou le poète Federico García Lorca. De caractère passionné, il découvre le cubisme, le futurisme, la peinture métaphysique, le monde de la photographie et du cinéma, et il en explore toutes les possibilités. Après avoir exposé à Barcelone, en 1925, puis à Madrid en 1926, il part pour Paris afin de rencontrer Picasso ; il y découvrira le mouvement surréaliste.

achètera plusieurs maisonnettes de pêcheurs dans la petite baie de Portlligat, à deux pas de Cadaqués, et y aménagera sa résidence et son atelier. Il partagera désormais son temps entre sa résidence sur la Costa Brava et les séjours à Paris et New York, véritables centres mondiaux de l'art. Finalement, vers la fin de sa vie, il choisira de s'établir ici et offrira un château à Gala, tenant ainsi la promesse qu'il lui avait faite un jour de la convertir en « reine d'un château ». Il s'agit du château de Púbol, sur la commune de La Pera, près de La Bisbal d'Empordà, où Gala se réfugia, et où, dit-on, le peintre ne pouvait pénétrer sans la permission écrite de la châtelaine.

En établissant sa villégiature à Cadaqués, lieu d'origine de son père, il parvient à attirer en ces lieux, à l'époque perdus et solitaires, nombre de ses amis de Madrid et de Paris, en particulier Paul Eluard, qui s'y rendra en compagnie de son épouse Gala. Dès lors, Dalí et Gala ne feront plus qu'un, réunis en une curieuse symbiose qui durera jusqu'à leur mort.

Après la mort de Gala, tout d'abord, puis celle de Salvador Dalí ensuite, sera constituée la Fondation Gala-Salvador Dalí, qui, entre autres missions, se charge de gérer les trois espaces emblématiques de la vie de Dalí : le Théâtre-musée Dalí de Figueres, la Maison-musée Château Gala Dalí de Púbol et la Maison-musée Salvador Dalí de Portlligat, autrement dit un véritable « Triangle Dalinien » qui permet au visiteur de mieux connaître la dimension artistique et humaine du peintre, tout en profitant d'un environnement sans égal.

S'étant brouillé avec les surréalistes, Dalí s'établit aux ÉtatsUnis en 1940 et y donne toute la mesure de son génie créatif, remportant un succès considérable et exerçant son influence sur la mode, la publicité ou la création de costumes et de décors pour divers ballets. Toujours très attaché à son terroir, au zénith de sa carrière, il

En 1974, Dalí réalise l'un de ses rêves : il ouvre à Figueres le Théatre-musée Dalí, où un large éventail d'œuvres décrivent sa trajectoire artistique. En réalité, le musée est en quelque sorte lui aussi une œuvre du génie, puisqu'il a été conçu et dessiné par l'artiste lui-même. C'est aujourd'hui l'un des musées les plus fréquentés d'Espagne, mais aussi une référence incontournable pour qui veut comprendre l'évolution de l'art du XXe siècle.

Telle est la meilleure façon de comprendre pourquoi les paysages de la Costa Brava ont toujours inspiré le génie, et en quoi sa relation avec l'Empordà et ses traditions font désormais partie de l'imaginaire artistique universel.


1

Le GRAND ITINÉRAIRE

du ROMAN Fiche technique

Présentation de l'itinéraire

VALEUR CULTURELLE Entre le Xe et le XIIIe siècles, l'art roman s'est répandu dans toutes les Pyrénées et les Pré-pyrénées catalanes, ainsi qu'autour des grands monastères, constituant peu à peu un riche patrimoine composé essentiellement d'ermitages, d'églises et de monastères.

Au Moyen-Âge, l'art roman connaît un essor spectaculaire dans les Pyrénées de Catalogne. Cet art austère, traversé d'influences lombardes et byzantines, s'harmonise à la perfection avec leurs paysages. Dans la région de Gérone, les petites églises rurales ne manquent pas : il y en a un peu partout. Mais la grandeur du roman y est associée à l'histoire du pays ; plusieurs monastères ont en effet joué un rôle d'importance vitale pour la Catalogne : Santa Maria de Ripoll, Sant Joan de les Abadesses et Sant Pere de Rodes composent une triade exceptionnelle à cet égard, aux côtés d'autres monastères autour desquels se sont formées nombre de localités de grand intérêt.

TYPE D'ITINÉRAIRE Transversal, couvrant toute la région, avec plusieurs tronçons et routes alternatives. TRAJET DE L'ITINÉRAIRE Principal : 320 km environ (variable selon les sites que l'on choisit de visiter). Premier itinéraire secondaire : 135 km. Second itinéraire secondaire : 85 km.

8

DÉPART Vue son ampleur et les différents tronçons, l'itinéraire peut débuter dans différentes villes principales : Puigcerdà, Ripoll, Gérone ou Figueres.

1

PUIGCERDÀ

L'itinéraire débute à Puigcerdà, capitale de la Cerdagne et grand centre commercial, culturel et de loisirs dont les charmes valent bien une visite, et notamment le clocher de l'église Santa Maria, l'ancien couvent Sant Domènec, la Plaça Cabrinetty, plusieurs maisons autour du lac et le parc qui contient ce dernier. C'est également ici que débute l'itinéraire 6, « Le chemin de Saint-Jacques à travers la Cerdagne », que conduit à La Seu d'Urgell et passe par bon nombre d'édifices romans : plusieurs églises et un sanctuaire. Aussi quitterons-nous Puigcerdà dans l'autre sens, c'est-à-dire en direction de Ripoll. À Puigcerdà, prendre la GIV-4035 pour rallier Guils de Cerdanya, où se trouve l'église Sant Esteve (XIIe), flanquée d'un extraordinaire portail et d'un grand clocher-mur à trois arcades. Revenir à Puigcerdà et prendre la N-152, puis la direction d'Alp. Au centre de la ville, il y a l'église Sant Pere, très imposant bâtiment à trois nefs et campanile carré, qui a malheureusement subi de nombreuses transformations. Revenir sur la N-152 pour prendre le col de Toses, une route de haute montagne où il faut souvent chausser les chaînes en hiver.

Description de l'itinéraire

2 TOSES

Sant Quirze de Colera

Puigcerdà

Peralada

Ripoll

Toses

Sant Pere de Rodes

Besalú

Girona

Sant Joan de les Abadesses Camprodon Molló et Beget Alta Garrotxa

Vilabertran Figueres

Au bout de cette route se trouvent la commune très étendue de Toses, qui comprend les localités de Fornells, Dòrria, Nevà et Toses, et celle de Planoles, dont dépend l'agglomération de Planès. Ces bourgades pleines de caractère sont les points de départ d'une foule de randonnées et d'excursions, dans une région aux paysages remarquables, où il vaut la peine de faire un séjour. Toutes possèdent des églises romanes : Sant Martí de Fornells, Sant Víctor de Dòrria (avec peintures romanes), Sant Cristòfol de Nevà, Sant Cristòfol de Toses (avec peintures romanes), Sant Marcel de Planès et Sant Vicenç de Planoles. Comme c'est souvent le cas des églises rurales isolées, il n'est pas rare que les bâtiments soient fermés et il faut donc en demander la clé pour pouvoir les visiter. Si telle est votre intention,


9

nous vous conseillons de consulter auparavant les offices de tourisme ou de vous renseigner à la mairie. Nous sommes dans la vallée de Ribes, où il y a d'autres villages possesseurs d'églises romanes, notamment Campelles, Queralbs, Pardines ou Fustanyà, mais la grande route principale nous conduit à Ripoll. Rester sur la N-152 jusqu'à Ribes de Freser, puis jusqu'à Ripoll.

3 RIPOLL. MONASTÈRE SANTA MARIA Ripoll est une capitale régionale au passé fort important, lié, surtout, au monastère bénédictin de Santa Maria, un des plus beaux exemples du roman catalan et l'un de ceux qui jouèrent un rôle majeur dans l'histoire de la Catalogne. Plus près de nous, le travail du fer a transformé la ville en centre producteur d’armes à feu légères. Aujourd’hui, c’est une grosse bourgade de commerce et de foire, ainsi que le point de départ de nombreux itinéraires de randonnée vers les vallées pyrénéennes. Son territoire municipal conserve des vestiges de l’ancienne muraille, avec une des portes par lesquelles on accédait à la localité, et plusieurs maisons remarquables. On peut également visiter le Musée ethnographique de Ripoll, qui aide à appréhender la société à partir du patrimoine corporel et incorporel. Parmi ce patrimoine, citons tout particulièrement les collections liées aux bergers, à la paysannerie, aux métiers, à la religiosité populaire, à la forge catalane et au fer forgé, ainsi qu’aux armes à feu portatives du Ripollès. Fermé en l'an 2000, il rouvrira prochainement ses portes, agrandi et doté de trois centres thématiques. Monastère de Santa Maria. Fondé au IXe siècle par le comte Wilfred le Velu, il fut grâce à sa bibliothèque l'un des foyers culturels majeurs de l'Europe médiévale. Panthéon de la dynastie comtale jusqu'à 1162, il contient les dépouilles de plusieurs de ses nobles fondateurs, notamment celles de Wilfred le Velu. C'est pourquoi Ripoll est la capitale de la « Vieille Catalogne », telle qu'on la nomme, authentique berceau de l'identité catalane. Son portail de pierre sculptée, où sont reproduites des scènes de la vie des rois David et Salomon, de Moïse et des prophètes, est tenu pour une œuvre fondamentale du roman européen. Son cloître à deux étages est d'une grande beauté, encore rehaussée par la richesse ornementale des chapiteaux. Il a été achevé au XVIe siècle, ce qui explique que seule la galerie nord est totalement romane. De l'église de style roman lombard, on remarquera surtout la décoration des murs. Scriptorium vaut une visite ; il s'agit d'une exposition interactive permanente, qui montre la vie des copistes médiévaux, permettant au visiteur de se mettre à leur place et d'écrire avec les matériaux de l'époque et dans les mêmes conditions d'éclairage.

4 SANT JOAN DE LES ABADESSES MONASTÈRE DE SANT JOAN Comme à Ripoll, l'histoire de cette commune est étroitement liée à celle de son monastère. La ville elle-même vaut une promenade car c'est un rare exemple de planification urbaine médiévale, qui conserve plusieurs éléments dignes d'intérêt, notamment le Vieux Pont ; le palais de l'Abbaye (XVe), avec une salle romane (la salle Tosca) ; les vestiges des murailles ou la Plaça Major, entourée d'édifices baroques sur portiques, où se tient chaque semaine un gros marché. Monastère de Sant Joan. Également fondé par Wilfred le Velu, qui y plaça sa fille Emma à la tête de la communauté bénédictine, il renferme un groupe de sept statues grandeur nature, le Très Saint Mystère, considéré comme un exemplaire unique de la statuaire du XIIIe siècle et de la transition du roman au gothique. À mentionner également le cloître et d'autres éléments gothiques du monastère, notamment les retables consacrés à sainte Marie la Blanche et saint Augustin. Au musée du monastère, sont exposés des pièces romanes et d'art sacré, et une collection de maquettes des édifices romans de la région. Suivre la C-26, puis la C-38, quittant la vallée de Ribes pour celle de Camprodon, autre site de grande beauté et point de départ de nombreuses activités de randonnée et de neige. Ici encore, plusieurs villages pourraient ponctuer l'itinéraire roman de la vallée : Setcases, Tregurà, Vilallonga, Abella ou La Roca. Mais la route principale nous mène à Camprodon.

5 CAMPRODON Cet important centre touristique possède des éléments dignes d’intérêt, comme le Pont Neuf, construction romane qui symbolise la ville, l’église Santa Maria, de style gothique, les vestiges de la muraille, ainsi que plusieurs maisons art nouveau et le célèbre Passeig Maristany (promenade), également de style art nouveau. Monastère Sant Pere. Bien que moins important que les précédents, ce monastère se distingue par sa curieuse coupole octogonale et par une nef d’envergure peu commune. Bien que l’itinéraire principal se poursuive jusqu’à Molló par la C-38, faire un détour à Llanars par la GIV-5264 vaut la peine ; pas très éloignée de Camprodon, cette localité rassemble en effet ses maisons autour d’une église romane tout à fait remarquable : l’église Sant Esteve (XIIe). De retour à Camprodon, prendre la C-38 en direction de Molló. On reprendra ensuite la même route jusqu’à rencontrer la GIV-5223 qui conduit à Beget.

Prendre la C-26 et suivre le cours de la rivière Ter en direction de Sant Joan de les Abadesses, qui se trouve à 10 km.

Cet itinéraire complète les itinéraires 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11 et 12.


1

Le GRAND ITINÉRAIRE du ROMAN

10

6 MOLLÓ et BEGET À Molló, on verra l'église Santa Cecília (XIIe), remarquable pour son clocher carré à quatre étages et pour son portail latéral. Beget a gardé sa structure de village médiéval. Remarquable église consacrée à saint Christophe (Xe), l'un des plus beaux exemplaires romans de la région, avec un svelte campanile de 22 mètres de haut à quatre étages. À l'intérieur, on y vénère le Christ en majesté de Beget, précieuse figure en bois polychrome (XIIe) portant une couronne d'épines et une tunique longue jusqu'aux pieds, qui est considérée comme l'une des plus belles sculptures romanes qui soient. Après Beget, on entre dans la région de la Garrotxa. Plusieurs possibilités s'offrent au randonneur : a) Descendre la C-38 sur quelques kilomètres jusqu'à la C-26, qui part en direction d'Olot, puis s'en écarter pour rallier Sant Joan les Fonts (monastère roman) et Castellfollit de la Roca ; après quoi, en prenant la GIV-5221, monter jusqu'à Oix. b) Descendre par la C-38 jusqu'à Sant Pau de Segúries et prendre une piste qui conduit à la vallée de Bac, où l'on pourra voir plusieurs monastères romans avant de rallier Oix. c) De Beget, prendre une piste de terre battue conduisant directement à Oix.

7 La HAUTE GARROTXA La région de la Haute Garrotxa est un vaste territoire pré-pyrénéen, abrupt, mais de grande richesse naturelle et paysagère. Elle est classée Site d'intérêt naturel et offre en tant que telle de nombreuses possibilités aux randonneurs et aux amateurs de marche à pied, les itinéraires pouvant aisément y être combinés avec la visite des petits ermitages romans disséminés sur le territoire. Pour la parcourir en voiture, la meilleure solution consiste à prendre pour fil conducteur la C-38 (Sant Pau de Segúries Molló) et la N-260 (La Vall de Bianya - Castellfollit de la Roca Besalú - Figueres), puis, par les différentes routes départementales qui en partent, à grimper en direction des petites villages pleins de charme que sont Beget, Oix, Montagut, Sadernes, Tortellà, Sales de Llierca ou Beuda. Oix a été la capitale de la Haute Garrotxa jusqu'à 1972, année où, en raison du dépeuplement, elle a perdu ce titre au bénéficie de Montagut. Oix peut s'enorgueillir d'un passé assez important, depuis l'occupation maure jusqu'au XVe siècle, et ce grâce à son château. Les vestiges de ce château, tout comme l'église Sant Llorenç (XIIe), sont des joyaux de l'art roman. À voir également : le pont médiéval. Beuda est un village d'origine romane qui illustre parfaitement la

manière dont l'architecture religieuse et médiévale s'intègre dans l'environnement. Châteaux, demeures ancestrales et monastères attendent le visiteur, répartis dans les agglomérations de Segueró, Palera et Lligordà. Sant Domènec de Palera, consacrée en 1085, et Sant Feliu de Beuda, avec des fonds baptismaux du XIIe siècle ornés de figures en relief, méritent une mention spéciale.

8 BESALÚ Magnifique village classé Ensemble historique et artistique national depuis 1966, en raison de sa valeur architecturale et de son histoire, liée au comté de Besalú, indépendant jusqu'à ce qu'il passe sous la dépendance des comtes de Barcelone. Longtemps habité par une grande communauté juive (voir itinéraire 4), on y trouve divers témoignages de la cohabitation entre celle-ci et la culture chrétienne, ainsi qu'un splendide ensemble médiéval avec plusieurs éléments dignes d'intérêt : pont médiéval, Tribunal Royal, hospice Sant Julià, Plaça de la Llibertat, diverses églises, etc. (voir itinéraire 10). PREMIÈRE ROUTE SECONDAIRE : De Besalú, on peut entamer une variante de l'itinéraire principal en prenant la C-66 en direction de Banyoles et de Porqueres, tout près du lac de Banyoles, où se trouve un magnifique exemple d'église romane : l'église Santa Maria. Il y a également plusieurs ermitages et églises dans la zone du Pla de l'Estany. De là, on peut faire un détour jusqu'à Mieres et Santa Pau, bel exemple de village médiéval (voir itinéraire 7). Et nous voici à Gérone, ville aux nombreux monuments, qui mérite une visite détaillée en raison des multiples options culturelles, artistiques, commerciales et ludiques qu'elle offre. En matière d'art roman, nous citerons les bains arabes ; la cathédrale qui, bien qu'essentiellement gothique, présente quelques éléments romans, notamment l'ancien campanile ou tour de Charlemagne (XI e), construction à cinq étages de style lombard qui fit office de contrefort pour édifier le bâtiment gothique ; l'église Sant Nicolau, et le magnifique monastère Sant Pere de Galligants, qui abrite le Musée d'archéologie. Au Musée de la cathédrale, est exposée la Tapisserie de la Création, le plus remarquable tissu roman jamais parvenu jusqu'à nous. Daté de la première moitié du XII e, il s'agit d'une grande pièce (12 m2) brodée de figures et motifs complexes, où l'on remarque toutes sortes d'influences (voir itinéraires 2, 4 et 10). De Gérone, prendre la GI-531 jusqu'à la vallée de Llémena, où les églises romanes Sant Martí et Sant Esteve de Llémena se dressent dans un paysage encore vierge, bien que la ville de Gérone soit très proche. La route se jette dans la C-63 (Olot-Anglès), à la hauteur de Les Planes d'Hostoles. Aller jusqu'à Amer, où se trouvait le monastère bénédictin de Santa Maria (X e), dont il ne reste que l'église romane et l'ancien emplacement du cloître. La Plaça de la Vila à Amer est en ordre de grandeur la seconde place à portiques de Catalogne. Descendre en direction d'Anglès, et prendre la GI-542, qui pénètre dans La Selva, la région de l'eau. Une fois à Osor (ancien prieuré bénédictin du XII e au sanctuaire de la Mare de Déu del Coll), continuer en direction de Sant Hilari Sacalm, la ville aux mille sources d'où partent de nombreux itinéraires de randonnée et d'activités diverses dans le massif des Guilleries. Descendre en direction d'Arbúcies (autre haut lieu de la région) par la GI-550, et rallier Breda par la GI-552. Breda est l'une des localités productrices de céramique de la région de Gérone (itinéraire 8). De ses vieux quartiers médiévaux, citons le svelte et imposant campanile de 32 mètres de haut, seul élément qui reste de la construction romane primitive du monastère Sant Salvador. De Breda, on peut pousser jusqu'au Parc naturel du Montseny, et monter à Riells, où nous attendent une autre église romane et de multiples possibilités de randonnée. Breda est à quelques encablures de l'AP-7, le grand axe routier qui relie Barcelone à Gérone et Figueres.


11

9 ITINÉRAIRE PRINCIPAL : L'AXE BESALÚ-FIGUERES De Besalú, suivre la N-260 jusqu'à Figueres. À Navata, on peut visiter l'ancienne église (XIIe), baptisée Can Miró en raison de sa proximité avec le mas du même nom. À la hauteur de Navata, la GIP-5239 conduit à Lladó, où se trouvent l'église Sant Feliu (demander la clé à la mairie) et le monastère Santa Maria de Lladó (XIIe), ancienne chanoinerie augustine encore habitée par des moines. Le portail présente des archivoltes très enjolivées. De Lladó, une piste conduit à Cistella, village où l'on peut également se rendre en empruntant la GIP-5101, un peu plus loin sur la N-260. Santa Maria de Cistella est une petite église dont font déjà état des documents datant de 978. Reconstruite, elle conserve une façade romane. De Cistella, continuer de grimper la GIP-5101 qui se jette dans la GI-510 ; prendre cette dernière en direction d'Albanyà, où se trouve le sanctuaire de la Mare de Déu del Mont, à 1 123 mètres d'altitude. Érigé au XIVe siècle, il est de style néo-roman. Revenir par la même route en direction de Figueres (voir itinéraire 3). Prendre la C-252 pour aller à Vilabertran, à un kilomètre, puis à Peralada.

10 CHANOINERIE DE SANTA MARIA DE VILABERTRAN Ce magnifique ensemble monumental a été construit pour abriter une chanoinerie des Augustins. Il possède trois éléments dignes d'intérêt : son église à trois nefs (XIe), son campanile lombard (XIIe) et son cloître (XII-XIIIe). C'est ici que le roi Jacques II épousa Blanche d'Anjou en 1295. Dans l'une des chapelles est conservée une croix du XIVe siècle, joyau de l'orfèvrerie catalane. La chanoinerie est le cadre de concerts, et notamment des remarquables Schubertiades.

11 PERALADA Cette ancienne cité comtale au passé brillant conserve un ensemble monumental qu'il convient de visiter sans se presser (voir itinéraire 10). Du roman, elle possède un cloître, celui de l'ancien couvent Sant Domènec de Peralada (XII-XIIIe), ensemble de grande beauté avec des colonnes et des chapiteaux remarquables. Continuer sur la C-252 jusqu'à Garriguella, puis prendre la GIV-6032 qui monte vers Vilamaniscle. À mi-chemin entre Vilamaniscle et Rabós d'Empordà, on rencontre une piste qui conduit au monastère Sant Quirze de Colera.

12 MONASTÈRE SANT QUIRZE DE COLERA Cet ancien monastère bénédictin, aujourd'hui en ruines, présente des vestiges de différentes époques, notamment l'église (X-XIe) et le cloître. À 200 mètres, se dresse l'église Santa Maria de Colera (XII et XIIIe). Nous sommes aux portes du Site naturel d'intérêt national des Albères, une chaîne contenant plus de 130 mégalithes (menhirs et dolmens) qui vaut la peine d'être visitée (consulter les différents itinéraires auprès des offices de tourisme locaux ou des points Infos du site naturel). Reprendre la GI-603 jusqu'au croisement avec la N-260, et emprunter cette dernière pour aller à Llançà, d'où l'on peut continuer, par la côte, vers Colera et Portbou, pour y voir le « Memorial Passagen » érigé à la mémoire conjointe du philosophe allemand Walter Benjamin, décédé en ces lieux alors qu'il fuyait les nazis, et des exilés européens de la Seconde Guerre mondiale. On peut ici retracer l'histoire et les diverses routes de l'exil, telles que les suivirent les Républicains à la fin de la guerre civile espagnole. Revenus à Llançà, la GI-612 vous emmènera à El Port de la Selva. Un peu avant, un embranchement conduit au monastère Sant Pere de Rodes.

13 MONASTÈRE SANT PERE DE RODES Situé dans la chaîne de Verdera, au-dessus de la mer, c'est un magnifique belvédère sur la côte et le Cap de Creus. Il date de 878 et a été habité par des moines jusqu'en 1789. D'origine incertaine, il adopte sa configuration d'ensemble entre le Xe et le XIIe siècle, en pleine époque de splendeur du roman. L'église n'a pas d'équivalent au sein du roman catalan. Le monastère, l'église Santa Helena, les vestiges du village et du château de Verdera composent un extraordinaire ensemble monumental, qu'on ne saurait manquer de visiter et qui met fin au grand itinéraire transversal du roman. À noter que le monastère héberge d'un des offices de renseignement du Parc naturel du Cap de Creus (voir itinéraire 3). SECOND ITINÉRAIRE SECONDAIRE : De retour à Figueres, prendre la N-II et la C-31 jusqu'à Torroella de Fluvià, puis tourner dans la GIV-6216 et aller jusqu'à Sant Tomàs de Fluvià, ancien prieuré (XII-XIII e ), avec de belles peintures, et Sant Miquel de Fluvià, ancien monastère bénédictin datant de 1045 (demandez la clé au magasin d'en face). Retourner à la C-31 et prendre la route Verges - Torroella de Montgrí et Pals (itinéraires 9 et 10). Dans les environs de la GI-651, qu'on aura prise un peu avant Pals, se trouvent Sant Julià de Boada (église préromane), Palau-sator et Peratallada (cité médiévale, voir itinéraire 10) et Canapost (église Sant Esteve, avec deux édifices juxtaposés, l'un préroman et l'autre roman), avant d'arriver à la C-66, tout près de La Bisbal d'Empordà (importante ville potière et commerçante, voir itinéraire 8 et 9), d'où on ira jusqu'à Cruïlles (autre cité médiévale – voir itinéraire 10 – remarquable pour son ancien monastère bénédictin du XII e siècle). De là, revenir vers La Bisbal et prendre la GI-660 qui traverse le massif des Gavarres pour aboutir sur la Costa Brava (Palamós, Calonge et Platja d'Aro), qu'on longera par la corniche jusqu'à Sant Feliu de Guíxols, terminus de cet itinéraire secondaire. Dans cette ville touristique et maritime, sont à voir plusieurs édifices modernistes (itinéraire 2) et le monastère, compendium de styles architecturaux assis sur des fondations romanes. En été, il s'y célèbre une importante manifestation musicale, le Festival de la Porta Ferrada.

Cet itinéraire complète les itinéraires 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11 et 12.


2

12

Le GRAND ITINÉRAIRE

ART NOUVEAU Fiche technique

Présentation de l'itinéraire

VALEUR CULTURELLE L'Art nouveau, important mouvement artistique et culturel, est né au tournant du siècle dernier, vers 1900. Il a fait florès en Catalogne, et s'est tout particulièrement distingué en architecture. TYPE D'ITINÉRAIRE Transversal, il traverse la province du sud au nord et d'est en ouest. TRAJET DE L'ITINÉRAIRE PRINCIPAL Environ 380 km. DÉPART Nous partons de Blanes, mais étant donné la longueur du trajet, on peut le commencer dans l'une des principales localités qu'il traverse : Gérone, Figueres, Olot, Ripoll ou Puigcerdà.

L'Art nouveau (Modernismo en Espagne ; Modernisme en Catalogne ; Jugendstil en Allemagne ; Sezession en Autriche ; Modern Style en Angleterre ; Stile Liberty en Italie) a eu beaucoup d'importance en Catalogne, dans les arts décoratifs et graphiques comme en peinture. Mais c'est en architecture qu'il s'est tout particulièrement distingué, avec de grands noms comme ceux d'Antoni Gaudí, Lluís Domènech i Montaner, Josep Puig i Cadafalch ou Rafael Masó. De très nombreux édifices en témoignent dans la région de Gérone, aussi bien dans les villes principales que dans les villégiatures où la bourgeoisie catalane se faisait construire des demeures dans le style en vogue à l'époque.

1

Description de l'itinéraire

Camprodon

Ripoll

Figueres

Olot

BLANES

L'itinéraire débute à Blanes, où se trouvent deux importants foyers Art nouveau. D'une part, celui que composent les maisons dotées d'éléments Art nouveau que les familles dites indianas se firent construire à leur retour des Amériques. Parmi ces bâtiments, citons la Casa del Poble, qui jusqu'au début de la guerre civile, fut un important centre culturel, récréatif et politique. Sont également dignes d'être mentionnées, la Casa Tordera, avec un mirador circulaire et des fenêtres ouvragées, Can Alemany, la Casa de l'Estrella, Can Panxo Gordo... D'autre part, il faut mentionner les jardins botaniques. La visite de celui de Marimurtra, situé entre les calanques de Sant Francesc et Sa Forcanera, est incontournable. Son promoteur, Karl Faust, en avait confié la conception à Josep Goday en 1928. Actuellement, c'est l'un des jardins botaniques les plus importants d'Europe, avec plus de 6 000 espèces végétales provenant du monde entier. À Blanes, on peut également visiter le Jardin botanique Pinya de Rosa, qui se distingue par sa valeur paysagère et environnementale.

Girona La Bisbal d’Empordà Palafrugell

2 LLORET DE MAR

Caldes de Malavella S’Agaró Sant Feliu de Guíxols Tossa de Mar Lloret de Mar Blanes

Il s'agit de l'une des principales agglomérations touristiques de Gérone, une ville qui a plus de mille ans d'histoire, comme le montre le site ibérique de Puig Castellet (voir itinéraire 11). Dans


13

cette localité insigne, plusieurs architectes de l'époque Art nouveau (Enric Monserdà, Bonaventura Conill ou Puig i Cadafalch) ont construit de remarquables bâtiments : sanctuaire de la Mare de Déu de Gràcia, église Sant Romà, chapelle du Santíssim, etc. Au cimetière, qui donne sur la mer, il y a aussi plusieurs panthéons représentatifs de ce style, dont celui de la famille Costa Macià. Également recommandable, la visite des Jardins de Santa Clotilde, dessinés en 1919, en pleine époque Art nouveau, par l’architecte Nicolau Maria Rubió i Tudurí. Par la route GI-682, qui suit la corniche et surplombe quelques-unes des calanques les plus spectaculaires de la Costa Brava (faire une halte au mirador : vaut la peine), vous arriverez à Tossa de Mar.

5 S'AGARÓ C'est l'une des zones les plus résidentielles de la côte ; le style noucentista s'y fait remarquer, avec plusieurs édifices raffinés mais d'une sobriété toute classique. Citons le lotissement S'Agaró, de Rafael Masó et Francesc Folguera, avec la Senya Blanca et l'Hôtel de la Gavina. Ne pas quitter la route de la côte, qui se transforme en C-253, et traverser Platja d'Aro, Sant Antoni de Calonge et Palamós. La calanque de La Fosca, au nord de cette localité, présente également quelques maisons Art nouveau. Par la C-31, on quittera légèrement la ligne de côte pour rallier Palafrugell.

6 PALAFRUGELL 3 TOSSA DE MAR La Vieille Ville de Tossa possède l'une des plus importantes murailles médiévales de Catalogne. En 1931, elle a été classée Monument historique et artistique national (voir itinéraires 9 et 11). C'est une cité phare pour le monde de l'art, et l'on y trouve plusieurs musées tout a fait remarquables. Le principal élément Art nouveau de la ville est la Casa Sans, œuvre de l'architecte Antoni de Falguera. Suivre la GI-682 jusqu'à Sant Feliu de Guíxols.

4 SANT FELIU DE GUÍXOLS Cette localité touristique est l'un des plus importants ports de pêche de la Costa Brava. Les miradors sont l'un des charmes de cette cité dont l'ancien monastère (voir itinéraire 1) est une référence culturelle. Il s'agit de l'une des communes dotées du plus riche patrimoine Art nouveau de toute la région de Gérone : le Casino dels Nois ou la Casa Patxot, œuvres de l'architecte municipal General Guitart i Lostaló ; le siège de “la Caixa” (Caisse d'épargne) et Can Casa, de Rafael Masó, et le panthéon Casas, de Puig i Cadafalch. Ici encore, le cimetière mérite une visite. Citons aussi, parmi les éléments Art nouveau, la Casa Estrada ou la tour de Les Punxes, dans le quartier Sant Pol de la commune. En continuant le long du littoral, après la calanque de Sant Pol, vous arriverez à S'Agaró.

Importante localité, avec un gros marché, une vie culturelle intense et un passé industriel lié à la production de liège (voir itinéraire 8). C'est là qu'est né et qu'a vécu de nombreuses années l'écrivain Josep Pla, dont un itinéraire spécial permet de découvrir pas à pas les lieux qui l'inspirèrent. La localité est ponctuée d’édifices Art nouveau : la Casa Almeda, la Casa Miquel, le Casino, La Económica Palafrugellense, le Musée du liège, l’usine Armstrong - Can Mario, etc. Les calanques de la commune, à quelques kilomètres seulement de Palafrugell (Calella, Llafranc, Tamariu, Aigua Xelida) sont les plus caractéristiques de la Costa Brava, à l'instar de celles de la commune de Begur qui les suivent en direction du nord. Sites traditionnels de villégiatures, ces calanques comptent quelques maisons Art nouveau. S'y promener vaut la peine, de même que suivre leurs chemins de ronde, surplombant des calanques de grande beauté. De Palafrugell, prendre la C-66 jusqu'à La Bisbal d'Empordà, puis Gérone.

7 LA BISBAL D'EMPORDÀ Le chef-lieu de la région du Baix Empordà est une bourgade rassemblée autour de son château, qui a eu une grande importance historique (voir itinéraire 9). Grand centre céramiste et commercial de la province (voir itinéraire 8) ; parmi les joyaux de son patrimoine art nouveau, citons la maison Carreras-Dagas – aujourd’hui transformée en un petit hôtel du centre-ville –, et l’ancien cinéma El Mundial. Le bâtiment Les Voltes, de style noucentiste, est également remarquable du point de vue architectural.

Cet itinéraire complète les itinéraires 1, 3, 4, 5, 8, 9, 10, 11 et 12.


2

Le GRAND ITINÉRAIRE ART NOUVEAU

14

8 GÉRONE Gérone, l'une des quatre capitales de Catalogne, est une ville riche de monuments, de musées, de culture et d'art. On y trouve des éléments de différentes époques, du roman à l'architecture rationaliste des années 60 (voir itinéraires 1, 4 et 10). Au chapitre Art nouveau, plusieurs bâtiments de grande valeur sont à inscrire, notamment la Casa Teixidor ou Casa de la Punxa, qui abrite le siège de l'Association professionnelle des architectes techniques ; la Farinera Teixidor, en face de la précédente, siège actuel du journal El Punt, ou la Casa Batlle, avec ses huit chouettes de céramique sur la corniche. On y trouve en outre d'autres maisons, œuvres de l'architecte Rafael Masó, comme la Casa Ensesa, la Casa Gispert Saüch o la Casa Masó. Suivre le cours du Ter, site industriel de grand intérêt (voir itinéraire 8) en prenant la N-141 en direction de Bescanó, où l'on pourra voir la Centrale électrique, œuvre Art nouveau de l'architecte Joan Roca i Pinet, et d'Anglès, avec deux maisons Art nouveau situées dans le vieux quartier : la Casa Vinyes et la Casa Cendra, œuvres de Rafael Masó. À Anglès, prendre la GI-542, route de grande beauté qui pénètre dans la région de La Selva à travers le massif des Guilleries. Elle va jusqu'à Sant Hilari Sacalm, petite ville balnéaire et de villégiature qui possède également quelques édifices Art nouveau, notamment les thermes Font Picant et l'ancienne coopérative. À sept kilomètres, il y a le château de Villavecchia, d'Enric Sagnier i Villavecchia. Arrivés à la route C-25 (« Eix Transversal »), vous la quitterez pour prendre la direction de Santa Coloma de Farners, gros bourg de tradition thermale (voir itinéraire 9), d'où vous prendrez la C-63 vers Vidreres, puis la C-35 jusqu'à Llagostera. De là, en empruntant la GI-674, vous arriverez à Caldes de Malavella.

9 CALDES DE MALAVELLA De toutes les villes de la région de l'eau (La Selva), Caldes de Malavella est sans doute celle dont le patrimoine Art nouveau a le plus valeur. Ici, entre la fin du XIXe et le début du XXe, s'est développée une très importante culture balnéaire, à la faveur de la richesse des eaux thermales de la région. Ceci a amené la bourgeoisie catalane à y faire construire des villégiatures, dont certaines dans le style Art nouveau en vogue à l'époque. Plusieurs maisons du village arborent également des éléments noucentistes (arches, faïences décoratives, grilles de fer forgé aux fenêtres et balcons, vitraux, mobilier, etc.). Le résultat est un important patrimoine Art nouveau d'une bonne vingtaine de constructions, tels les thermes Vichy Catalan, de Gaietà Buïgas ; les thermes Prats, d'Eusebi Bona ; la Casa de Les Punxes ; la Casa Rosa ou Casa Estapé et la Casa Mas i Ros, où vécut le compositeur de sardanes Francesc Mas i Ros. De Caldes de Malavella, prendre la direction de la N-II ou de l'AP-7 pour monter vers Figueres, à une cinquantaine de kilomètres.

10 FIGUERES La ville de Figueres, la plus importante au nord de Gérone, présente de nombreux attraits culturels et muséographiques ; aussi mérite-t-elle une visite attentive qui ne se limitera pas au Musée Dalí, sa pièce de choix (voir itinéraire 3 et 9). À la fin du XIXe siècle, la prospérité de la ville amène plusieurs familles aisées à financer la construction de bâtiments de style Art nouveau, qui constituent aujourd'hui un héritage qui vaut le détour : la Casa Puig Soler, où naquit Salvador Dalí ; la Casa Mas-Roger (second domicile du peintre) ; la Casa Salleras, la Casa Roda, etc. Parmi les autres types d'édifices, citons la Salle Edison (le premier cinéma jamais construit dans la région de Gérone) ; le CinémaThéâtre El Jardí ; le Casino Menestral ou l'ancien abattoir municipal. Parmi les architectes auteurs de ces bâtiments, citons Josep Azemar, Josep Martí, Sebastià Pi, Josep Bori et Llorenç Ros. De Figueres, on peut rallier Cadaqués (voir itinéraire 3) par la C-260, qui passe par Castelló d'Empúries et Roses, d'où l'on rejoindra Cadaqués. Localité étroitement liée à Salvador Dalí et au monde de l'art, la petite ville vaut une promenade, pour sa beauté et ses calanques. On y trouve également quelques maisons Art nouveau et, au cimetière, un certain nombre de caveaux avec des sculptures de Josep Llimona. Reprendre la route de Figueres, puis la N-260 en direction de Besalú, une de localités les plus charmantes de Gérone (voir itinéraires 1, 4, 10) et Olot.


15

11 OLOT Olot est la capitale de la Garrotxa, l'une des régions à la personnalité la plus marquée de toutes celles qui composent la province de Gérone, grâce à la présence des volcans. Le Parc naturel des volcans de la Garrotxa est un vaste espace protégé d'une beauté et d'une valeur écologique exceptionnelles, qui englobe 11 communes et 26 réserves naturelles, avec plus de 40 volcans. Dans le parc, il y a de nombreux sites de randonnée. Pour toutes ces raisons, la région a inspiré les poètes, et notamment Joan Maragall (qui a dédié un poème à la Fageda d'en Jordà), et les peintres : c'est ici qu'est née la célèbre École paysagère d'Olot, avec de remarquables noms de la peinture catalane des XIXe et XXe siècles, comme Josep Berga i Boix et Marià et Joaquim Vayreda. Située au beau milieu du parc naturel, la ville d'Olot compte de nombreux attraits : culturels, avec une longue tradition artistique (peinture, sculpture, imagerie religieuse) ; naturels (volcan Montsacopa, marais de la Moixina, jardin botanique) ; gastronomiques et commerciaux. On y remarquera diverses constructions Art nouveau et noucentistes comme la Casa Solà-Morales (restaurée par Domènech i Montaner), la Casa Gaietà-Vila et la Casa Gassiot entre autres ; des édifices religieux tels que l'église Sant Esteve, celle de la Mare de Déu del Tura et les cloîtres Renaissance du Carmen ; et des musées, en particulier le Musée régional de la Garrotxa, situé dans l'édifice néoclassique de l'Hospice (tableaux de l'École paysagère d'Olot), le Musée des volcans et la Casa Trincheria, maison du XVIIIe dont on peut visiter les pièces.

12 CAMPRODON L'essor industriel de Ripoll et l'expansion de Camprodon en qualité de destination touristique, grâce notamment au Dr. Robert qui recommandait la vallée de Camprodon à ses patients, ont facilité dans ces deux localités le développement de l'Art nouveau. À Camprodon (voir itinéraires 1 et 12), les familles bourgeoises de Barcelone se firent bâtir des maisons, en particulier le long de la promenade de Maristany. Citons Can Oliveda, Can Torrent, Casal, Can Winkle, Can Conde, Can Cabot, Can Mas de Xeixàs, Can Guasch ou Can Maristany. La localité, qui possède également un musée consacré au musicien Isaac Albéniz, est le point de départ idéal pour toute randonnée dans la vallée du même nom.

13 RIPOLL Encore que son histoire tourne autour du monastère roman et du centre médiéval (voir itinéraires 1 et 5), on trouve à Ripoll bon nombre de maisons Art nouveau : Can Bonada, Sant Miquel de la Roqueta, Can Codina, Casa Dou et la Casa Alòs. L'itinéraire Art nouveau peut se poursuivre par la N-152 jusqu'à Ribes de Freser, puis, en prenant la route du col de Toses, une route de haute montagne, se prolonger jusqu'en Cerdagne pour en visiter la capitale, Puigcerdà. Nous vous invitons toutefois à peser le pour et le contre ; en effet, si Puigcerdà offre pas mal d'options culturelles (voir itinéraires 1 et 6) et si la vallée est spectaculaire, l'intérêt Art nouveau de la ville reste assez limité car seules quelques-unes des maisons autour du lac méritent le détour.

D’Olot, prendre la N-260 jusqu'à rencontrer la C-38 qui va de Ripoll à Camprodon, ville que l’on visitera avant de continuer en direction de Ripoll et de Puigcerdà.

Cet itinéraire complète les itinéraires 1, 3, 4, 5, 8, 9, 10, 11 et 12.


3

Le TRIANGLE DALINIEN Fiche technique

Présentation de l'itinéraire

VALEUR CULTURELLE Suivre les pas de Salvador Dalí, maître du surréalisme, en visitant trois espaces qui, grâce au travail de la Fondation Gala-Salvador Dalí (www.salvador-dali.org), reproduisent fidèlement la vie et l'œuvre du peintre.

Le peintre Salvador Dalí est l'un des maîtres du surréalisme et, indéniablement, l'un des artistes majeurs du XXe siècle. Il est né à Figueres, où un musée rassemble une partie de son œuvre, et il a vécu de longues années à Portlligat, près de Cadaqués, en plein Cap de Creus, où il avait établi sa résidence et son atelier. Dalí est l'un des génies qui ont tiré l'essentiel de leur inspiration de la nature, et les rochers, la mer et le paysage abrupt du Cap de Creus sont omniprésents dans son œuvre. L'itinéraire passe également par le château de Púbol, la maison que Dalí offrit à son épouse, Gala.

TYPE D'ITINÉRAIRE Linéaire. TRAJET DE L'ITINÉRAIRE PRINCIPAL 130 km. DÉPART Figueres. 16

1

Description de l'itinéraire

Portlligat Figueres

Cap de Creus

Cadaqués

Girona

Púbol

Sanctuaire dels Àngels

FIGUERES

Figueres est la ville la plus importante au nord de Gérone. Capitale de la région de l'Alt Empordà, l'une des plus anciennes de l'histoire de la Catalogne (comme le prouvent les nombreux mégalithes qui parsèment la chaîne des Albères ou l'immense héritage roman de la zone), elle possède nombre d'attraits culturels qui la rendent digne d'une visite attentive, dont le Musée Dalí ne sera qu'un élément parmi d'autres. Citons le Musée du jouet de Catalogne, le Musée de l'Empordà, avec des collections d'archéologie, d'art et d'histoire locale, et le Musée de la technique de l'Empordà. Tout à fait intéressante s'avère également la visite du château de Sant Ferran, un impressionnant bâtiment construit entre 1753 et 1772 (voir itinéraire 9). Figueres possède également plusieurs édifices Art nouveau dignes d'intérêt, une riche vie culturelle et commerciale, ainsi que plusieurs marchés (fruits et légumes, vêtements, brocante).

2 THÉÂTRE-MUSÉE DALÍ Situé au centre de Figueres, tout près de la Rambla, et coiffé d'une coupole qui est devenue l'emblème de la ville, le Musée Dalí est l'un des plus visités de toute l'Espagne. Il s'agit du chef d'œuvre de Salvador Dalí, qui y travailla plus de dix ans, en concevant jusqu'aux moindres détails. C'est à lui qu'on doit l'idée de couronner l'édifice par la structure réticulaire en forme de coupole. Il créa également un ensemble d'œuvres, peintures,


17

sculptures et installations monumentales, spécialement conçues pour être exposées au musée, notamment la salle Mae West, la salle Palais du Vent ou la Cadillac pluvieuse. Le musée se compose de trois espaces : le Théâtre-musée proprement dit, installé dans un ancien théâtre détruit dans un incendie que Dalí transforma en espace d'expositions ; le groupe de salles, fruit des agrandissements successifs, où sont exposées les nombreuses œuvres héritées de l'artiste, et les salles d'exposition Dalí · Bijoux, où sont présentés trente-sept bijoux en or et pierres précieuses dessinés par l'artiste. Le musée contient un large éventail d'œuvres qui décrivent la trajectoire artistique du peintre, de ses premières expériences artistiques (impressionnisme, futurisme, cubisme, etc.) et ses créations au sein du surréalisme, aux œuvres des dernières années de sa vie. Depuis 21 ans, en août, le musée ouvre ses portes la nuit ; cette visite nocturne est une façon différente d’en découvrir les collections. Pour toutes ces raisons, la visite du Théâtre-musée est une excellente opportunité de découvrir l’univers unique et captivant de Salvador Dalí. Pour toutes ces raisons, la visite du Théâtre-musée est une excellente opportunité de découvrir l'univers unique et captivant de Salvador Dalí. Quitter Figueres par la C-260 en direction de Castelló d'Empúries et de Roses. Avant Roses, prendre la GI-614 qui conduit à Cadaqués.

3 CADAQUÉS Entourée d'un paysage sans égal et de quelques-unes des plus belles et des plus tranquilles calanques de la Costa Brava, cette bourgade est devenue un grand centre artistique grâce aux peintres et artistes plasticiens de l'avant-garde qui y sont passés ou y ont résidé dans le sillage de Salvador Dalí, lui-même associé depuis toujours à la localité. Se perdre dans ses ruelles et visiter l'église Santa Maria vaut la peine. L'agglomération possède un musée d'art, quelques maisons Art nouveau et, au cimetière, plusieurs caveaux de famille ornés de sculptures de Josep Llimona (sculpteur catalan réputé qui vécut à cheval sur le XIXe et le XXe siècles, et dont l'œuvre hésite entre le post-romantisme et l'Art nouveau). C'est l'endroit idéal pour passer une nuit et vivre l'atmosphère nocturne de la ville.

4 PORTLLIGAT Au nord de la localité, à un kilomètre, se trouve une petite baie qui forme l'une des plus jolies calanques de Cadaqués : Portlligat. C'est là que Dalí acheta une série de maisonnettes de pêcheurs pour y établir sa résidence et son atelier. L'ensemble, dont on admirera la structure labyrinthique, est en quelque sorte une autre grande œuvre du peintre. Y sont conservés des meubles et des objets personnels de Dalí, notamment sa bibliothèque et son atelier. La visite doit être concertée au préalable par téléphone (972251015).

De Portlligat, on peut prendre la route en direction du Cap de Creus, pour parcourir les paysages dont Dalí s'est le plus inspiré. Toujours de Cadaqués, un chemin de ronde offrant un excellent panorama sur les calanques conduit jusqu'au Cap de Creus en un peu plus d'une heure. C'est une promenade hautement recommandable.

5 CAP DE CREUS Le Parc naturel du Cap de Creus est le premier parc maritime et terrestre de Catalogne. Il s'agit d'une superficie rocheuse vieille de plus de 450 millions d'années, que la tramontane (fameux vent du nord qui balaie cette zone) a érodée au cours des siècles, façonnant un littoral découpé d'une beauté spectaculaire. Ces paysages ont toujours inspiré Salvador Dalí. Les offices d'information du parc se trouvent au monastère Sant Pere de Rodes, un impressionnant monastère roman situé près de la localité de El Port de la Selva. Le phare de Cap de Creus abrite un espace consacré à plusieurs expositions sur la faune, la flore et les valeurs du parc. Revenir à Figueres pour prendre, tout d'abord la N-II, puis la C-252 et finalement la C-31 en direction de La Bisbal d'Empordà. Cette route traverse du nord au sud l'intérieur de l'Alt Empordà, passant par des localités telles que Torroella de Fluvià, Viladamat, Verges et Parlavà, où l'on prendra la GI-643 en direction de Rupià Gérone, pour aller à La Pera, où se trouve le château de Púbol.

6 PÚBOL Le château de Púbol est un cadeau que Dalí fit à son épouse Gala, laquelle — dit-on — lui interdisait de s'y présenter sans permission écrite de sa part. On peut y voir une collection d'art, les appartements privés de Gala, une collection de robes de haute couture, la célèbre Cadillac que possédait le couple et la crypte où repose la muse de Dalí, ainsi qu'un jardin avec des éléphants stylisés et une source wagnérienne. De Púbol, suivre la C-66 en direction de La Bisbal. Avant, toutefois, prendre au village de Corçà la GIV-6702 qui conduit au sanctuaire de la Mare de Déu dels Àngels.

7 SANCTUAIRE DE LA MARE DE DÉU DELS ÀNGELS C'est dans ce sanctuaire que Salvador Dalí et Gala se sont mariés. Bien que d'intérêt architectural limité, il offre de magnifiques vues à 360º sur pratiquement toute la province de Gérone.

Cet itinéraire complète les itinéraires 1, 2, 8, 9, 10, 11 et 12.


4 Retrouvons le MONDE JUIF Fiche technique

Présentation de l'itinéraire

VALEUR CULTURELLE Visitons les villes de Gérone et de Besalú, toutes deux riches d'un patrimoine historique et culturel qu'elles doivent aux importantes communautés juives qui y vécurent. Gérone fait partie du Réseau des juiveries d'Espagne - Chemins de Sefarad, dont Besalú est l'une des villes partenaires.

Entre les IXe et XVe siècles, la communauté juive de Gérone a eu une grande importance pour l'essor de la ville. Le call (mot catalan dérivé du latin callis « rue », qui désigne le quartier juif), situé au cœur de la Vieille Ville, comprend un lacis de rues et de ruelles qui renferment les vestiges laissés par la communauté juive, qui y vécut 600 années durant. Vous visiterez le Musée d'histoire des juifs et les principaux bâtiments historiques de la ville, puisque la plupart se trouvent dans ou tout près de ce quartier. Besalú compte quant à elle un ensemble historique et artistique médiéval considéré comme l'un des mieux conservés de Catalogne, en particulier pour sa juiverie, avec un miqvé ou bains rituels, unique en son genre en Europe.

TYPE D'ITINÉRAIRE Itinéraire urbain, pour se promener tranquillement et découvrir la ville sur plusieurs jours.

18

TRAJET DE L'ITINÉRAIRE PRINCIPAL Environ 80 km. DÉPART Gérone.

1

GÉRONE

L'itinéraire est urbain, raison pour laquelle nous recommandons de choisir une visite guidée. Consulter l'Office de tourisme de la Rambla ou le point Accueil (tél. 972211678), en face du Parc de la Devesa, où se trouvent un parc de stationnement municipal et les tribunaux. Le visiteur ne doit pas craindre de se perdre dans les ruelles, et se laisser emporter par la magie de la Vieille Ville : son histoire et sa culture, ses restaurants et ses bars, ses boutiques... Aussi ne proposons-nous pas d'itinéraire fixe, et nous contentons-nous d'indiquer les endroits marquants de la ville.

Le call

Description de l'itinéraire

Castelló d’Empúries Besalú

Girona

Cet ancien quartier juif est l'un des mieux conservés d'Europe occidentale. Grâce au labyrinthe de pierre de ses rues, il a résisté aux outrages des siècles, et la restauration dont il a bénéficié il y a quelques années lui a rendu la physionomie qui était la sienne à l'époque dorée de la communauté juive. Le centre névralgique du quartier est le Carrer de la Força (l'ancienne Via Augusta romaine), un rue qui monte de la Plaça del Correu Vell (au XIVe siècle, il y avait là un portail qui fermait le quartier) jusqu'à la cathédrale. On ne peut la manquer, les principales rues de la Vieille Ville y aboutissent : Quatre Cantons, où va mourir la Rambla et son prolongement, le Carrer Argenteria ; la Cort Reial et le Carrer Ciutadans (au début duquel se trouve la mairie, sur la Plaça del Vi) et son prolongement, le Carrer Carreras Peralta. On pense que le quartier compta jusqu'à trois synagogues. La première s'élevait entre la cathédrale et le palais épiscopal. La seconde, du XIIIe siècle, occupait l'emplacement de la maison sise au 23 du Carrer de la Força, devant les escaliers de La Pera. Le Carrer Sant Llorenç était l'artère centrale du call au XVe siècle. Murée pendant des années, cette rue a été rouverte au public en 1975. La dernière synagogue qu'ait eu le quartier se trouvait à peu près au milieu de cette rue ; on y accédait en traversant plusieurs cours et porches. L'endroit abrite aujourd'hui le Centre Bonastruc Ça Porta, dont l'entrée se trouve au numéro 8 du Carrer de la Força.


19

Il s'agit du Musée d'histoire des juifs, qui conduit le visiteur à travers l'histoire des communautés juives de la Catalogne médiévale et expose une importante collection de stèles en hébreu qui ont été mises à jour au cimetière de Montjuïc. Le Centre accueille également l'Institut d'études Nahmànides, un centre de documentation, de recherche et de formation. Le Carrer Claveria marquait la limite Est de la juiverie. La partie supérieure du call coïncidait avec l'actuel Carrer de Cúndaro, au bout duquel, au Moyen-Âge, se trouvait le marché juif.

Cathédrale (XI-XVIIIe) On en admirera la nef, la plus large nef gothique au monde, qui fit l'objet d'une célèbre polémique entre l'archevêché et les architectes. De l'église romane d'origine, elle conserve une tour, qui fait office de contrefort, et le cloître. À l'intérieur, outre des pièces de grande valeur, on contemplera la Tapisserie de la Création, chef d'œuvre du roman (XIe), et le Beatus (Xe), qui sont exposés au Musée capitulaire.

Bains arabes (XIIe) Édifice de style roman qui imitait la structure des anciens bains maures. e

Église Sant Fèlix (XIII-XVI ) Bâtie à partir de l'ancienne muraille, son chevet a été fortifié. Sur une structure romane, elle présente une nef gothique où vous admirerez plusieurs pièces de valeur : le Christ gisant du Maître Aloi, chef d'œuvre du gothique catalan. Il était prévu que la façade occidentale (XVIIe) soit flanquée de deux tours, mais une seule fut construite.

Monastère Sant Pere de Galligants (XI-XIIe) Ancien monastère bénédictin, siège actuel du Musée d'archéologie. Par leur gigantisme, l'église et le cloître figurent parmi les meilleurs exemplaires d'architecture romane catalane.

Musées La ville de Gérone peut s'enorgueillir d'un patrimoine exceptionnel. La visite de ses musées est le meilleur complément de bien des itinéraires proposés dans ce catalogue. Outre ceux qui ont d'ores et déjà été mentionnés, citons le Musée d'histoire de la ville, le Musée d'art, le Musée d'archéologie de Catalogne et le Musée du cinéma, basé sur la collection particulière de Tomàs Mallol, qui présente un bel éventail de témoignages de la protohistoire du cinéma, sous une forme très didactique.

ses boutiques, qui ont leur prolongement, de l'autre côté de la rivière, dans le Carrer Santa Clara et le quartier dit de l'Eixample. Le Passeig de la Muralla suit le tracé de l'ancien chemin de ronde de la partie haute de l'enceinte. Le parc de la Devesa est le principal espace vert de Gérone. Par la C-66, prendre la direction de Banyoles et Besalú.

2 BESALÚ Cette ancienne cité comtale dotée d'un magnifique ensemble historique et artistique médiéval présente de l'intérêt pour plusieurs itinéraires (1, 2, 8, 10, 12). Sa situation, entre deux rivières (Fluvià et Capellades) et au carrefour de trois régions, en a fait une ville fondamentale de l'histoire locale, ville qui s'est bâtie autour du château de Besalú (Xe).

Le miqvé juif (XIIe) Le miqvé ou bains rituels de Besalú est le seul établissement thermal de ce genre qui ait été mis à jour jusqu'ici dans la péninsule Ibérique et en Europe. Il s'agit d'un bâtiment de pierre datant du XIIe siècle, avec une voûte en berceau typiquement romane. Le miqvé souterrain, auquel on descend par un escalier de pierre, était l'endroit où s'accomplissait, par immersion totale, le rite religieux de purification.

Ensemble historique et artistique À Besalú, il faut déambuler dans les rues et se laisser pénétrer de leur histoire. Parmi les édifices dignes d'intérêt, citons l'ancienne église du monastère Sant Pere (XIIe) ; l'église Sant Vicenç (XIIe), avec une chapelle gothique latérale ; la façade l'ancienne église et hospice Sant Julià (XIIe) ; la Casa Cornellà, roman de belle facture (XIIe) et la salle gothique du Tribunal Royal. À signaler également le pont roman sur la rivière Fluvià. Pour compléter l'itinéraire, de Besalú, prendre la N-260 en direction de Figueres. Continuer vers Llançà jusqu'à l'embranchement qui mène à Vilajuïga. L'histoire de cette ville débute au X e siècle ; à l'époque, elle dépend du monastère de Sant Pere de Rodes (voir itinéraire 1). Très attachée au comté d'Empúries et au château de Quermançó, son toponyme signifie à l'évidence « ville juive » ou « ville des Juifs ». Son centre historique vaut bien une promenade, ne serait-ce que pour voir l'église Sant Feliu, d'origine romane. De là, plusieurs itinéraires fort intéressants s'offrent au promeneur : la route des dolmens, celle du vin ou celle de l'eau.

Le ticket M5 permet de visiter les cinq musées de Gérone à prix réduit.

Divers Gérone se distingue également par ses maisons et ses ponts sur l'Onyar. Les maisons qui bordent la rivière ont été construites à la fin du Moyen-Âge, contre les murailles. Les ponts sont de splendides belvédères, en particulier le pont de Pedra et le pont de Ferro, conçu par l'équipe de Gustave Eiffel. La Rambla de la Llibertat est l'une des artères emblématiques de la ville, avec ses arcades, ses terrasses et

3 CASTELLÓ D’EMPÚRIES On peut mettre un terme à cet itinéraire en visitant Castelló d'Empúries, (à 10 km), ville médiévale (voir itinéraire 10) et comtale, avec une imposante église et une juiverie qui fut l'une des plus peuplées de Catalogne. Il y reste plusieurs stèles funéraires et l'on peut encore y voir la structure de la synagogue dans le Carrer Peixateries Velles.

Cet itinéraire complète les itinéraires 1, 2, 8, 10, 11 et 12.


5

L'ESPRIT de la CATALOGNE FÉODALE Fiche technique

Présentation de l'itinéraire

VALEUR CULTURELLE En suivant les traces et la légende du comte Arnau, personnage emblématique s'il en est de notre historiographie, vous visiterez deux monastères romans qui ont joué un rôle majeur dans l'histoire de la Catalogne. Remarquables paysages.

Le Ripollès, l'une des régions des Pyrénées de Gérone, a joué un rôle majeur dans la formation de la Catalogne, grâce aux monastères romans Santa Maria de Ripoll et Sant Joan de les Abadesses. Ce terroir montagneux a été propice à la formation de nombreuses légendes. La plus importante, répandue dans toute la Catalogne, raconte l'histoire du comte Arnau, personnage qui maltraitait ses vassaux, abusait ses soldats et circonvenait les jeunes filles, ce pour quoi il fut condamné à hanter ces contrées pour l'éternité. L'itinéraire se prolonge jusqu'à Gombrèn, village millénaire dominé par le château de Mataplana, où se trouve un musée consacré au comte Arnau.

TYPE D'ITINÉRAIRE Circulaire, avec des possibilités de promenades à pied. TRAJET DE L'ITINÉRAIRE PRINCIPAL 82 km. DÉPART Ripoll.

20

1

RIPOLL

Les origines de la ville sont étroitement liées au comte Wilfred le Velu (840-897) et au monastère bénédictin Santa Maria, qui a joué un rôle majeur dans l'histoire de la Catalogne en raison de sa puissance politique, religieuse, économique et culturelle.

Description de l'itinéraire

En 888, un nouveau monastère est consacré à Sainte Marie en présence de Guifré et de son épouse Guinedilde. L'élément majeur en est le portail, construit au XIIe, l'un des monuments romans les plus importants du monde. L'un des éléments culminants de la visite du monastère est la tombe du comte Wilfred le Velu. Une légende lui attribue l'origine des quatre barres du blason de la Catalogne.

Montgrony

Sant Joan de les Abadesses Ripoll

Girona

Gombrèn Campdevànol Vallfogona de Ripollès

La visite de Scriptorium donne au visiteur l'exacte mesure de l'importance du monastère. Il s'agit d'une exposition permanente sur le monde des copistes du Moyen-Âge. À titre d'exemple, il suffira de dire que c'est de cet atelier monacal, où travaillaient des copistes, des enlumineurs et des miniaturistes, que sortirent les bibles mondialement connues dites de Farfa et de Rhodes. Prendre la C-26 direction Sant Joan de les Abadesses ; au bout de 10 km, suivre le cours du Ter.


21

2 SANT JOAN DE LES ABADESSES L'histoire de cette commune est associée à celle de son monastère, également fondé par Wilfred le Velu, qui y installa sa propre fille, Emma, à la tête de la communauté bénédictine. Le monastère renferme un groupe de sept statues grandeur nature qui est tenu pour unique dans la statuaire du XIIIe siècle et la période de transition entre le roman et le gothique. La cité mérite qu'on s'y promène : c'est un exemple rare de planification urbaine médiévale, qui conserve en outre plusieurs éléments remarquables comme le Vieux Pont, les vestiges des murailles ou la grand place à portiques entourée d'édifices baroques, où se tient chaque semaine un important marché. Par la GI-521, en passant par le col de Sentigosa, on débouche sur la N-260, que l'on suit jusqu'à Vallfogona de Ripollès.

3 VALLFOGONA DE RIPOLLÈS Occupant un site montagneux et boisé de grand intérêt écologique, cette petite ville possède un assez remarquable patrimoine, notamment le château de La Sala, avec son plan rectangulaire et sa tour de sept étages ; l'église de la Mare de Déu del Pòpul, qui renferme des éléments romans ; un quartier médiéval très bien conservé, avec en particulier la Plaça de la Vila, les rues alentours et leurs demeures des XVIIe et XVIIIe siècles fort bien restaurées ; le pont médiéval (XIVe) et l'église Sant Julià de Vallfogona, dont certaines parties datent du XIIe. Par la N-260 ; à Ripoll, prendre la N-152 en direction de Ribes de Freser, et faire halte au premier village : Campdevànol.

5 GOMBRÈN - CHÂTEAU DE MATAPLANA Ce château est une maison-forte de style roman. Sa mission n'était pas défensive (elle n'est pas assez haute), mais résidentielle. Au XII e et XIII e siècles, ce fut un grand foyer de culture troubadouresque. La lignée des Mataplana, relativement importante à une époque, est considérée comme l'une de celles qui ont forgé de l'identité nationale catalane et andorrane. Près du château, se dressent une chapelle et un quartier où vécurent cinq familles jusqu'au XIVe siècle. C'est ici que résida le comte Artau de Pallars, qui a souvent été identifié à tort au comte Arnau. Le comte Arnau n'a semble-t-il jamais existé, mais sa légende est encore très vive, au point que certains pensent que ce château fut sa demeure. La légende dit qu'il ne payait pas la solde de ses soldats, qu'il avait des rapports avec les moines du monastère de Sant Joan de les Abadesses et qu'il pactisait avec le diable, ce pour quoi il fut condamné à errer éternellement dans ces contrées. Descendre par le chemin jusqu'aux panneaux indiquant le sanctuaire de Montgrony.

6 SANCTUAIRE DE MONTGRONY Le sanctuaire roman de Montgrony, de la fin du IXe siècle, abrite une hôtellerie. Il se distingue par des escaliers taillés dans la roche, que le comte Arnau fit exécuter par ses serfs, auxquels il refusa de verser le prix convenu. On y trouve également l'église romane Sant Pere, consacrée en 1138. L'endroit jouit d'une vue panoramique excellente. Retour à Gombrèn

4 CAMPDEVÀNOL Passé le village, au bord de la route, on trouve le Pont d'en Cabreta, un pont roman qui doit ce surnom populaire à la figure du diable. La légende veut que le comte Arnau ait emprunté ce pont pour traverser la rivière Freser, car il se trouvait sur la route menant de Campdevànol à Ribes de Freser. Nous reviendrons sur nos pas pour entrer dans Campdevànol, dominé par l'église romane Sant Pere d'Auira. Prendre la GI-401 en direction de Gombrèn. Traversez le village et, à environ 2,5 km, prendre l'embranchement à droite qui conduit au château de Mataplana.

7 GOMBRÈN À Gombrèn, on visitera le Musée du comte Arnau. Il s'agit en réalité d'un musée culturel municipal, où sont abordés divers aspects archéologiques et historiques de la localité, principalement liés au château de Mataplana : pièces mises à jour lors des fouilles du château, maquettes et dessins montrant l'évolution architecturale et des scènes de la vie quotidienne. Le musée rend également compte de la mythologie et la littérature associées au comte Arnau.

Cet itinéraire complète les itinéraires 1, 2 et 12.


Le chemin de SAINT-JACQUES à travers la CERDAGNE

6

Fiche technique

Présentation de l'itinéraire

VALEUR CULTURELLE Cet itinéraire emprunte le chemin de Saint-Jacques, premier itinéraire culturel européen, issu du pèlerinage à SaintJacques de Compostelle (Galice), à son passage dans la région de la Cerdagne. Il n'est pas très long mais, il faut le savoir, de nombreuses occasions de descendre de voiture et de marcher un peu se présentent en cours de route.

Lorsque les restes de l'apôtre Saint–Jacques y furent découverts, au IXe siècle, la Galice devint rapidement un but de pèlerinage. Les itinéraires européens convergeaient vers les Pyrénées, où l'on pénétrait par deux portes principales, en Navarre et en Aragon. Outre ces importantes routes principales, il y en avait d'autres, que nous qualifierons de secondaires. L'une pénétrait en Catalogne par les cols de la Perche et du Puymorens, aboutissant à Sant Jaume de Rigolisa, à Puigcerdà. Elle traversait ensuite la Cerdagne et le reste des Pyrénées pour atteindre Jaca, où elle rejoignait le chemin principal. Le présent itinéraire allie de magnifiques paysages à différents sites d'intérêt historique et culturel, principalement des églises, des ermitages et des hospices de pèlerins.

TYPE D'ITINÉRAIRE Linéaire. TRAJET DE L'ITINÉRAIRE PRINCIPAL 60 km. DÉPART Puigcerdà.

22

1

Description de l'itinéraire Llívia

PUIGCERDÀ

Puigcerdà est la capitale de la région de la Cerdagne, et l'une des principales villes des Pyrénées. Fondée en 1170, elle est pour la région un grand centre historique, commercial, culturel et de loisirs dont les charmes valent bien une promenade de découverte. À ne pas manquer : le clocher de l'église Santa Maria, l'ancien couvent Sant Domènec, la place à portiques de Cabrinetty, plusieurs maisons autour du lac et le parc Schierbeck et son lac. Prendre la N-154 direction Llívia, une enclave catalane, telle une île en territoire français.

Puigcerdà Bolvir

2 LLÍVIA Isòvol Bellver de Cerdanya Martinet

Girona

Ses vieux quartiers, classés Site d'intérêt culturel, se composent de maisons typiques de la région. À remarquer la Cure, l'église de la Mare de Déu dels Àngels, la tour Bernat de So et la croix de Toret. Mais le joyau de la ville est sans doute l'ancienne pharmacie Esteva, qui, datant du XVe siècle, est selon toute vraisemblance l'une des plus anciennes d'Europe. Elle renferme une intéressante bibliothèque, des instruments de laboratoire, des livres de formules, etc., ainsi que des bocaux en verre du XIXe siècle.


23

La pharmacie appartient au Musée municipal, qui conserve une belle collection de coffrets de style Renaissance et d’intéressantes pièces, dont un cordialer, armoire baroque où l’on rangeait préparations et substances médicinales. Le musée abrite également une salle consacrée à l’archéologie et à l’histoire locale. L'itinéraire a également pour axe central la route N-260, mais la quitte fréquemment pour emprunter des pistes de terre battue, très larges et praticables par toutes sortes de véhicules. De Llívia, nous recommandons de chercher la piste qui mène à Ur, mais on peut également prendre la route en direction de Puigcerdà et tourner à l'embranchement conduisant à Ur.

3 UR - BOLVIR DE CERDANYA À Ur, vous trouverez l'église Sant Martí. En suivant la piste de terre qui conduit à Bolvir de Cerdanya, vous emprunterez le chemin de Saint–Jacques originel, qui longe la route. Vous passerez par l'église Sant Jaume de Rigolisa, par Puigcerdà, puis par le pont de Sant Martí d'Aravó. À Bolvir, l'ermitage du Remei vaut le détour (il y a là des panneaux explicatifs de l'itinéraire), de même que l'église Santa Cecília, à la faveur d'une promenade dans le village. Celui-ci est assez ancien, et l'on sait qu'il y avait à cet emplacement un site de peuplement dès l'âge du bronze, et un village ibérique au IIe siècle. Au Moyen-Âge, l'endroit était attaché au monastère de Sant Miquel de Cuixà. Traverser la route et, juste en face, prendre le chemin indiqué par le panneau « Molí ». Il y a des indications pour randonneurs. Le chemin suit le cours du Segre et le traverse à plusieurs reprises. En voiture, ce tronçon est le plus malaisé de tout l'itinéraire. Si la rivière n'est pas franchissable, il est possible de faire demi-tour jusqu'à la route, d'aller à Isòvol, puis de revenir par le même chemin car, de ce côté, la piste est large et ne présente pas de difficultés.

4 BOLVIR DE CERDANYA - SANCTUAIRE DE SANTA MARIA DE QUADRES - ISÒVOL En continuant la route depuis Bolvir, vous passerez par Saga (église Santa Eugènia) ; Ger, où se trouve l'ancien moulin de Ger, aujourd'hui propriété privée, et All (église Santa Maria). Vous ferez un tout petit détour pour aller à Olopte (église Sant Pere) et, tout près d'Isòvol, vous rencontrerez le sanctuaire de la Mare de Déu de Quadres. Aux XIIIe et XIVe siècles, ce sanctuaire était un domus hospitalis, autrement dit un hospice de voyageurs. L'édifice d'origine était de style roman (XII e), mais il a été reconstruit au XVIIe. Les fouilles archéologiques ont permis de réhabiliter un certain nombre d'éléments romans.

Après le sanctuaire, le chemin se perd et, non loin d'Isòvol, débouche sur la route. Il est préférable de la suivre jusqu'à Baltarga, où on pourra récupérer le chemin, ou encore d'aller jusqu'à Alp, puis de prendre la petite route GIV-4033 qui va d'Alp à Bellver. Si vous le préférez, toutefois, il est possible de continuer directement jusqu'à Bellver de Cerdanya, une commune très étendue qui possède de nombreuses ressources, ainsi qu'une douzaine d'églises romanes sur son territoire.

5 BELLVER DE CERDANYA Avant d'arriver à Bellver de Cerdanya, il y a plusieurs ermitages et églises à voir dans les agglomérations entre Alp et Bellver, le long de la GIV-4033 : Santa Maria (Mosoll-Das) ; Sant Salvador de Predanies (Prats i Sansor) ; Sant Andreu (Baltarga, Bellver). Il faut savoir que Bellver, dont dépendent 21 agglomérations, est l'une des plus grandes communes de la Cerdagne. On y trouve une vieille ville qui mérite une visite, notamment les rues les plus anciennes et les vestiges de murailles qui ont été restaurés. Ici encore, les possibilités de randonnée sont nombreuses (Bellver est l'une des portes du Parc naturel du Cadí-Moixeró), notamment dans la vallée d'Ingla ou suivant le Chemin des Bons Hommes, la route que les cathares empruntèrent dans leur fuite. Mais le clou de cette partie de l'itinéraire est Santa Maria de Talló, un imposant bâtiment de grandes dimensions qui abrita une communauté de chanoines au Xe siècle. Il s'agit de l'exemple le plus grandiose de roman cerdan. Santa Eugènia de Nerellà, une magnifique église romane classée Monument historique et artistique et conservant le seul clocher de style lombard intact de la commune vaut elle aussi le détour. Son inclinaison de 1,25 mètres lui a valu le surnom de « tour de Pise de la Cerdagne ».

6 MARTINET Poursuivant la route, vous arriverez à Martinet de Cerdanya, village qui doit son nom à une ancienne forge (ou martinet) qui mettait à profit le débit de la rivière Segre. Étant en bordure de route, il est devenu le centre administratif et commercial de la zone. Plusieurs agglomérations en dépendent, dont certaines possèdent des églises intéressantes.

Cet itinéraire complète les itinéraires 1 et 12.


7

24

Petits villages du

PLA DE L'ESTANY à LA VALL D'EN BAS Fiche technique

Présentation de l'itinéraire

VALEUR CULTURELLE Vous parcourrez quelques-uns des petits villages du Pla de l'Estany, vous traverserez le Parc naturel des volcans de la Garrotxa, pour arriver à La Vall d'en Bas. L'itinéraire permet de visiter des villages qui n'ont rien perdu de leur essence rurale et gardent de nombreux attraits naturels, historiques et culturels.

Cet itinéraire permet de découvrir quelques-unes des zones les plus charmantes et les plus méconnues des régions du Pla de l'Estany et de la Garrotxa. Doté d'un indéniable intérêt paysager et naturel, il passe par une série de petits villages au patrimoine dominé par l'art roman, mais non dénué d'éléments remarquables d'autres époques, notamment des châteaux, un musée de l'horlogerie et un curieux parc de sculptures. Les volcans sont les principaux protagonistes du parc du même nom, et la gastronomie constitue l'un des autres attraits de l'itinéraire, avec, en particulier, plusieurs établissements vendant des produits agricoles que nous vous conseillons de visiter.

TYPE D'ITINÉRAIRE Circulaire. Nous vous recommandons de le combiner avec les itinéraires de randonnée que nous proposons en divers endroits : itinéraires « Soldados de Salamina » au Pla de l'Estany, itinéraires du Parc naturel des volcans de la Garrotxa ou promenades dans La Vall d'en Bas. TRAJET DE L'ITINÉRAIRE PRINCIPAL Environ 160 km. DÉPART Banyoles.

1

Description de l'itinéraire

Sant Miquel Falgons de Campmajor Santa Pau Banyoles Hostalets d’en Bas La Vall Vall de d’en Bas Llémena

Cornellà del Terri Palol de Revardit

Girona

Camós

BANYOLES

La ville du lac possède une histoire. Elle est née à l’ombre du monastère Sant Esteve, qui se distingue par son portail du gothique tardif. L’église actuelle et le cloître datent quant à eux du XVIIIe, mais conservent des éléments plus anciens, tels l’arche de Sant Martirià (XVe) et un retable du XVe. Intéressants édifices civils et religieux : la Plaça Major (XIIIe), place à portiques où se tient le marché hebdomadaire, chaque mercredi ; la muraille ; la Plaça del Teatre ; le Carrer de la Paraireria ; la Pia Almoina (hospice du XIVe), la Llotja del Tint (fabrique de teinture du Moyen-Âge), l’église gothique Santa Maria dels Turers. Valent également une visite le Musée Darder et le Musée archéologique. À deux pas du lac, il y a le Parc néolithique de La Draga. Le lac est l'axe autour duquel s'organise la ville ; c'est aussi un magnifique terrain de loisirs. Banyoles et le Pla de l'Estany possèdent le certificat de Destination touristique sportive pour les modalités suivantes : aviron et canoë-kayak en eaux tranquilles, cyclisme, VTT, natation et triathlon. Le lac offre également de bons miradors pour observer les oiseaux, ainsi que divers itinéraires pour découvrir la flore et la faune de cet environnement unique. Prendre la GIP-5121 en direction d'Esponellà.

2 ESPONELLÀ Petit bourg rural d'où se détache l'église romane Sant Cebrià, avec un portail en fer forgé et une remarquable façade, le pont medieval et les restes du château d'Esponellà, d'origine médiévale. Au bourg


25

de Centenys, église Sant Iscle, bel exemple de roman rural. Prendre la GI-554 en direction de Bàscara et Vilert, qui possède l'église Santa Maria (IX e), la chapelle Sant Esteve et la tour de Caselles. À Orfes, citons l'église Santa Maria (XII e, mais modifiée au XVIIIe) et plusieurs maisons dignes d'intérêt historiquement et architecturalement parlant. Rester sur la GI-554 jusqu'à rencontrer la GIV-5131, que l'on prendra jusqu'à Galliners, où plusieurs maisons et une belle place sont également à voir. Par la GIV-5132, prendre la direction Vilavenut, mais s'en écarter pour aller à Espasens. L'église Santa Caterina, de la fin du XI e siècle, est un bel exemple de restauration romane exécutée par les habitants de la zone. Nouveau détour pour aller à Ollers, petit hameau avec une église dont l'origine remonte au XIe siècle. Vilavenut possède également une église, romane à l'origine, mais qui a subi de nombreuses modifications postérieures.

3 FONTCOBERTA Dans ce village, connu pour ses crèches vivantes, l'église Sant Feliu se distingue par ses grandes dimensions et sa très haute nef ; elle a aussi un campanile en forme de tour carrée, à l'origine de style roman lombard. Sur la place, on remarquera également la mairie. Au hameau de La Farrés, la tour Borrella est un exemple de maison fortifiée. La maison de Can Jan abrite un musée ethnographique et une remarquable collection de pièces d'horlogerie due à Maître Bofill, certaines récupérées de l'ancienne horlogerie française, d'autres sorties de l'imagination du maître lui-même. (Horaire restreinte : du mardi au vendredi, de 17h00 à 20h00. Dimanches et jours fériés, de 11h00 à 13h00.) De Fontcoberta, reprendre la route en direction de Banyoles. Contourner le lac, passer par Porqueres (voir itinéraire 1) et prendre la GI-524 en direction de Mieres. Au km 25,5, un embranchement conduit au bois de Can Ginebreda, un curieux parc à l'air libre contenant des sculptures érotiques. On arrive ensuite à Sant Martí de Campmajor et, un peu plus haut, à Sant Miquel de Campmajor.

4 SANT MIQUEL DE CAMPMAJOR L'endroit se distingue par son église, romane à l'origine, mais modifiée postérieurement. Celle-ci a trois nefs et une abside ornée d'éléments lombards. En suivant la GIV-5244, on admirera encore le Pont Vieux (XIIe ou XIIIe), le château et le moulin de Roca (moulin à farine médiéval) et, sur la piste forestière, le village abandonné de Briolf, avec une église romane et une tour fortifiée. De retour sur la route, on arrive au sanctuaire de Collell où se passe une partie du roman de Javier Cercas Soldats de Salamine, qui a été porté à l'écran et raconte des faits véridiques de la Guerre Civile espagnole (1936-1939) qui se sont produits dans les forêts de la région. Trois itinéraires de randonnée portent le nom « Soldados de Salamina ». Deux d'entre eux ont pour cadre les environs de Sant Miquel de Campmajor.

Retourner à Sant Martí de Campmajor, qui possède une église romane du IX e siècle ; de là, on peut se rendre à Falgons (GIV-5246), dont l'église romane a été modifiée et agrandie au XVIII e ; après en avoir vu le château à plan carré flanqué de tours de renfort, qui date de 1126, reprendre la route principale en direction de Mieres et de Santa Pau.

5 SANTA PAU ET LES VOLCANS DE LA GARROTXA Santa Pau possède l'une des enceintes historiques de plus grande valeur de la province de Gérone, structurée autour d'un ancien château (XIII-XIVe) et de la Plaça Major, une place à portiques. Église gothique du XVe siècle, à nef unique et campanile carré. En déambulant par les ruelles, passé un intéressant groupe de maisons, on arrive au Portail de la Mer, qui offre une belle vue sur la vallée de Santa Pau. Si l'on grimpe aux sanctuaires des Arcs et de la Cot, on y apercevra quelquesuns des cônes volcaniques du Parc naturel des volcans de la Garrotxa. Suivre la route GI-524 en direction d’Olot jusqu’à rencontrer l’Aire de Can Serra, point de départ de la célèbre Fageda d’en Jordà, chantée par des poètes tels que Joan Maragall et source d’inspiration des peintres de l’École paysagiste d’Olot. Il y a à cet endroit un point Infos du Parc naturel et, comme partout dans les environs, plusieurs itinéraires de randonnée, bien signalisés. À Olot, on peut visiter le Musée des volcans, idéal pour en savoir plus sur le sujet, puis prendre la C-152 le long de la rivière Fluvià que ouvre La Vall d’en Bas.

6 LA VALL D'EN BAS Sous ce nom générique, sont rassemblés une commune et huit petits villages situés le long de la C-152 et de la C-153. Le premier d'entre eux, Sant Privat d'en Bas (en prenant la GIP-5226), possède de vieux quartiers nichés autour de la place, une église et un cimetière. Un peu plus haut, il y a une cascade de la rivière Sallent et la chapelle de Les Olletes. À Puigpardines, citons l'église Santa Maria (ancien monastère) et une boutique de produits agroalimentaires. Prendre la GIP-5273 en direction de Joanetes, où il y a une église romane et une chute d'eau 35 mètres. L'endroit est le point de départ de nombreuses randonnées, notamment vers le Puigsacalm (1 515 mètres). Sant Esteve d'en Bas possède une église romane (XIIe) avec un beau groupe de sculptures en pierre (Christ en majesté) ; le pont roman de la Cau et la maisonmusée La Rectoria. Els Hostalets d'en Bas est connu pour le Carrer Teixeda (Monument historique et artistique), avec ses balcons uniques en Catalogne. Il y a également un pont roman, le monument à la famille paysanne et un monolithe classé Ensemble historique et artistique. Revenir à Sant Esteve d'en Bas pour prendre la C-63 jusqu'à Les Planes d'Hostoles (itinéraires de randonnée, notamment au château d'Hostoles), où l'on prendra la GI-531. Un embranchement conduit à Sant Aniol de Finestres, excellent site également pour les excursions, qui se distingue par plusieurs églises et ermitages romans. Retourner à la GI-531 et traverser la vallée de Llémena (voir itinéraire 1) jusqu'à Gérone, d'où l'on reviendra à Banyoles.

Cet itinéraire complète les itinéraires 1, 8, 10, 11 et 12.


8

Patrimoine INDUSTRIEL et métiers ARTISANAUX Fiche technique

Présentation de l'itinéraire

VALEUR CULTURELLE Découvrez le riche patrimoine artisanal et quelquesunes des industries traditionnelles des différentes régions de Gérone, tout en parcourant le passé et l'avenir dans le terroir tout entier, de la Costa Brava aux Pyrénées de Gérone.

Cet itinéraire permet de découvrir des métiers liés à la mer, comme la pêche ou le gardiennage de phare ; à la terre, au monde rural, à la paysannerie et la fabrication du vin et de l'huile ; trois des grandes villes céramistes de Catalogne ; l'importance de l'eau pour différentes industries ; les forêts du massif des Gavarres et la production de liège ; l'imagerie religieuse et les crèches vivantes... Dans des paysages magnifiques, vous visiterez des petits musées, des centres de fabrication de céramique et des vestiges du passé industriel, qui vous permettront de prendre la mesure des rapports qu'entretenait l'homme avec son terroir.

TYPE D'ITINÉRAIRE Circulaire, avec plusieurs tronçons et un itinéraire alternatif.

26

TRAJET DE L'ITINÉRAIRE PRINCIPAL Environ 270 km. L'itinéraire alternatif fait environ 170 km. DÉPART Gérone. Mais étant donné le nombre de tronçons, on peut également le débuter à Figueres, Olot, La Bisbal d'Empordà ou Tossa de Mar.

1

GÉRONE

Outre de nombreuses ressources culturelles (voir itinéraires 1, 2, 4 et 10), Gérone possède aussi un patrimoine industriel, dont font partie l'ancienne minoterie Teixidor, édifice moderniste qui abrite aujourd'hui le siège du quotidien El Punt, ou le Carrer de la Sèquia, où passait l'eau destinée aux industries. Nous vous recommandons également le Musée du cinéma, où vous découvrirez la protohistoire du septième art. Quitter Gérone par la N-141, direction Salt.

2 SALT ET L'ARCHITECTURE DE L'EAU Dans le centre même de Salt, vous visiterez le Musée de l'eau, qui occupe un ancien mas fortifié (tour du XIIe). Il montre l'importance qu'avaient le canal et le cours moyen de la rivière Ter pour l'activité industrielle (textile, papier, fer, puits de glace, blé, etc.). D'ici, les adeptes de la randonnée peuvent suivre la Route de l'architecture de l'eau qui relie Salt à Bescanó et permet de voir le lavoir des femmes de Salt, le canal Monar, l'écluse de la Pilastra, l'embarcadère de Bescanó, deux centrales hydroélectriques et le puits de glace de Vilanna.

Description de l'itinéraire

Suivre la N-141 jusqu'à Anglès. Monter par la C-63 jusqu'à Olot. Un peu avant, au lieu-dit Les Preses, on peut voir le Parc de Pedra Tosca, un paysage modelé par les éruptions volcaniques, il y a 11 000 ans. On y voit les parcelles de culture, les chemins et les cabanes de pierre sèche qui s'y construisaient pour survivre dans les dures conditions volcaniques ambiantes. Continuer jusqu'à Olot.

3 OLOT Peralada Figueres

Castelló d’Empúries

Olot

Girona Salt

Arbúcies

Sils

La Bisbal d’Empordà

Palafrugell Palamós

Breda Hostalric Tossa de Mar Lloret de Mar

Cette ville (voir itinéraire 2), capitale de la région des volcans de la Garrotxa, peut s’enorgueillir d’une longue tradition artistique (École paysagiste d’Olot) et d’une réputation méritée pour son artisanat religieux (crèches, santons et imagerie). C’est précisément dans l’un de ces ateliers, encore en activité, qu’a été créé le Musée des santons, avec des œuvres originales de célèbres sculpteurs. Il est également recommandable de visiter le Musée de la Garrotxa, du Musée des Volcans et le Musée Can Trincheria, installé dans une ancienne demeure seigneuriale. Prendre maintenant la A-26 en direction de Castellfollit de la Roca, site aux impressionnantes rochers escarpés qui compte un petit musée de la charcuterie, passer par Besalú (itinéraires 1, 4 et 10) et Figueres (itinéraires 2 et 3), où l’on verra le Musée de la technique de l’Empordà et le Musée du jouet de Catalogne. Suivre la N-260 jusqu’à l’embranchement en direction de Peralada.


27

4 PERALADA et l'Appellation d'origine EMPORDÀ-COSTA BRAVA La ville de Peralada (itinéraire 10) possède un important Musée du vin, à l'intérieur du Musée du château de Peralada, où l'on peut voir différents objets du XIVe siècle associés à la culture du vin. C'est à Peralada également que se trouve le seul Wine-Spa d'Espagne. On peut de cet endroit suivre un itinéraire à travers les zones vinicoles de l'A.O. Empordà-Costa Brava (tél. 972507513). Plusieurs caves sont visitables, notamment celles d'Oliveda, à Capmany, mais la plupart ne reçoivent que sur rendez-vous. Certaines organisent également des visites de leur vignoble. L'itinéraire englobe le quadrilatère formé par la N-260, la GI-602 et la E-15, les routes locales qui les croisent et les principales localités : Vilajuïga, Garriguella, Espolla, Capmany et Cabanes. C'est un itinéraire agricole fort intéressant qui permet de mieux connaître la trilogie méditerranéenne de la vigne, du blé et de l'olivier. Entre décembre et février, on peut également y voir fonctionner les moulins à huile. Par la C-260, aller jusqu'à Castelló d'Empúries (itinéraire 10). Il y a là l'écomusée La Farinera, seul moulin qui reste sur les trois que possédait le village au XIVe siècle. On y voit fonctionner un moulin à farine avec ses machines d'origine. On peut également visiter le Tribunal-prison, qui abrite une exposition sur la vie des troubadours. Par la GIV-6216, aller à Torroella de Fluvià, puis prendre la C-31 jusqu'à Torroella de Montgrí et Pals. Un peu avant, cependant, la GI-651 vous conduira à Palau-sator, où se trouve le petit Musée rural, vitrine de toutes sortes d'outils et machines propres à l'activité rurale. Et nous voici à Pals (itinéraire 10), où il y a encore de petit marais où l'on cultive le riz. On peut en acheter au moulin (visitable). Continuer jusqu'à Palafrugell.

5 PALAFRUGELL - PALAMÓS - LA BISBAL D'EMPORDÀ Palafrugell possède un Musée du liège qui témoigne de l'importance qu'a eu cette activité dans toute la région, où l'on peut voir des ustensiles de travail de l'industrie du bouchon. Il est également recommandable de visiter la Fondation Josep Pla, installée dans la ville natale de ce grand écrivain. Suivre la C-66 jusqu'à Palamós, l'un des principaux ports de pêche du littoral catalan. Nous vous recommandons d'organiser votre promenade de manière à y arriver l'après-midi pour pouvoir ainsi voir revenir les barques et assister à la criée. Situé au port de Palamos, l’Espai del Peix (Espace du poisson) se propose de contribuer à la découverte, à la durabilité et à la gastronomie des produits de la mer ; de plus, il souligne la valeur et contribue à faire connaître une série d’espèces peu prisées en dépit de leur excellente qualité culinaire. Dans le port, également, ne pas rater le Musée de la pêche, établissement unique en son genre dans toute la Méditerranée, conçu de manière à traduire une relation ludique entre la mer et l'homme. Quitter Palamós pour rallier Calonge par la C-256, puis suivre la GI-660

en direction de La Bisbal. Au milieu de paysages spectaculaires, l'itinéraire traverse le massif des Gavarres, dont les forêts abritaient les activités d'exploitation du liège. La Bisbal est l'une des principales villes céramistes d'Espagne. Elle possède de nombreux ateliers et magasins de vente, où il vaut la peine de flâner. L'une des anciennes fabriques de céramique abrite désormais le Terracotta Museu, où, après avoir admiré l'architecture du bâtiment, on découvrira le processus de fabrication de la céramique. Par la GI-664, en traversant de nouveau le massif des Gavarres, se rendre à Cassà de la Selva, localité où les fabriques de liège étaient autrefois nombreuses. Ici se trouve le Parc Art, un parc des arts contemporains qui, au cours d'une agréable promenade, permet d'admirer une bonne centaine de sculptures. Prendre la C-65 et aller à Quart, ville où la poterie est une tradition de longue date ; nombreuses boutiques, artisans et industries. Suivre la N-II, passer à côté de Gérone et aller à Sant Julià de Ramis. Celrà se trouve sur la droite. Le siège de la mairie est établi dans l'ancienne fabrique Pagans, désormais visitable puisque transformée en centre culturel. En prenant sur la gauche, descendre vers Sarrià de Ter, localité industrielle encore très liée à l'industrie du papier, puis retour à Gérone.

ITINÉRAIRE ALTERNATIF De Gérone, descendre par l'AP-7/E-15 ou par la N-II en direction d'Hostalric et Breda. Cette localité (voir itinéraire 1) est également un important centre céramiste, avec de nombreux artisans, industries et boutiques. Le Centre culturel Els Forns est installé dans les bâtiments d'anciens fours à céramique. Nous sommes au cœur du Montseny, un parc naturel qui a été classé Réserve de la biosphère par l'Unesco. En continuant la route jusqu'à Arbúcies, on peut visiter le Musée ethnologique du Montseny, La Gabella, qui examine la relation qu'entretient l'homme avec cet espace naturel, au moyen d'un système multivision de 12 projecteurs consacré aux légendes du Montseny, et de 14 salles dédiées à l'évolution de la société locale, des peuplements les plus anciens du massif à l'industrialisation, constituant ainsi l'une des références actuelles de la muséographie ethnologique actuelle en Catalogne. Revenir à Hostalric et, par la GIV-5121, aller à Sils. Sans quitter la route, on peut voir la Collection d'automobiles de Salvador Claret, qui se compose de plus de 300 véhicules (vélocipèdes, bicyclettes, motos, automobiles, matériel d'aviation, etc.) exposés dans l'ordre chronologique. Par la C-63, pousser ensuite jusqu'à Lloret de Mar, grande ville touristique. Sur sa promenade maritime, se trouve le Musée de la mer – Can Garriga, qui occupe une belle maison coloniale et où l'on peut voir, entre autres choses, une collection de maquettes navales. Longer la côte par la GI-682 en direction de Tossa de Mar (voir itinéraire 9). Dans l'ancien phare, qui occupe le point le plus élevé de l'emblématique Vieille Ville, on peut visiter le Centre d'interprétation de la Méditerranée, espace novateur qui propose une approche du monde des phares, de la vie de leurs gardiens, de l'histoire, l'architecture et l'attrait qu'ils ont exercé sur le cinéma et la littérature, etc. De Tossa de Mar, rentrer sur Gérone.

Cet itinéraire complète les itinéraires 1, 2, 3, 4, 7, 9, 10, 11 et 12.


9

Entre CHÂTEAUX et MURAILLES Fiche technique

Présentation de l'itinéraire

VALEUR CULTURELLE Au long de la riche histoire des régions de Gérone, il a fallu bâtir ça et là des structures défensives. Les nombreux châteaux et murailles qui parsèment nos villes et villages constituent aujourd'hui un patrimoine d'une valeur inestimable.

Cet itinéraire passe par des villages qui ont une longue histoire. Dans certains cas, vous visiterez de vieux châteaux, quelques-uns en ruines mais de grande valeur historique et paysagère, dont la plupart datent de l'époque où la région faisait office de frontière entre le monde arabe et le monde chrétien. Ce sont parfois de véritables forteresses, de grandes dimensions, et d'autres de simples murailles défensives, fort bien conservées. S'agissant très fréquemment de localités d'origine médiévale, cet itinéraire complète parfaitement l'itinéraire numéro 10 consacré aux villages médiévaux. Mais le visiteur doit savoir qu'il y a aussi de nombreux châteaux et vestiges de murailles dans d'autres localités dont nous ne parlons pas ici, pour les besoins de l'itinéraire et parce qu'il était nécessaire de n'évoquer que les plus précieux. Nous recommandons par conséquent aux personnes intéressées de consulter les offices de tourisme.

TYPE D'ITINÉRAIRE Linéaire, du sud au nord. PARCOURS DE L'ITINÉRAIRE PRINCIPAL Environ 300 km. 28

DÉBUT Hostalric, ville en bordure de l'AP-7 et de la C-35.

1

HOSTALRIC

Déclarée «Bien d’intérêt national», la ville d’Hostalric conserve presque intégralement un des héritages architecturaux les plus remarquables de l’époque médiévale catalane, ainsi qu’une importante forteresse militaire d’époque moderne. La tour des Frares (Frères) est l’un des monuments emblématiques de la commune. Datée du XIIIe, c’est la plus ancienne de toutes celles que conserve la localité, et, avec ses 33 mètres, également la plus haute ; depuis son mirador, on bénéficie d’une vue imprenable sur la ville. Le portail de Barcelone est l’un des accès à l’enceinte fortifiée, dont 600 mètres de murailles et 10 tours ont été préservés. Nous recommandons de suivre le chemin de ronde des murailles jusqu’à la tour d’Ararà, la plus noble de la cité. Le bâtiment où est installée la mairie (ancien couvent de frères), la tour du Couvent, qui abrite une salle d’expositions, la grotte de Relliguer et le château sont également incontournables. Le château d’Hostalric compte une longue histoire militaire ; il a été le témoin d’un des épisodes guerriers les plus importants de la mémoire de la commune : la Guerre d’indépendance espagnole. La majeure partie de sa structure actuelle correspond à la reconstruction réalisée au XVIIIe, mais on sait qu’il existait déjà en 1145 une fortification au même endroit. Des visites guides, e-routes et visites avec la clé de la cité sont proposées: pour tous renseignements, prendre contact avec l’Office de tourisme. Prendre la C-35 en direction de Sant Celoni. À 8 km, continuer par la GI-552 jusqu'à Breda, et traverser le village. À deux kilomètres environ, un chemin conduit au château de Montsoriu.

Description de l'itinéraire

2 MONTSORIU ET AUTRES CHÂTEAUX DE LA SELVA

la Jonquera

Figueres

Roses

Torroella de Montgrí la Bisbal d'Empordà

Girona Château de Montsoriu Calonge Hostalric Tossa de Mar

Begur Castell d'Aro

Montsoriu est l'un des plus beaux châteaux médiévaux de Catalogne. C'est le berceau de la lignée des vicomtes de Girona-Cabrera, l'une des plus puissantes de la Couronne d'Aragon. Au XIIIe siècle, le chroniqueur Bernat Desclot qualifiait déjà Montsoriu par ces mots : « l'un des plus beaux et des plus nobles (châteaux) du monde ». Du point de vue architectural, l'ensemble se compose de trois enceintes fortifiées, bâties entre le Xe et le XVe siècles, qui occupent un demikilomètre de périmètre. Le château est en cours de restauration. Suivre la GI-552 jusqu'à Arbúcies, au coeur du Montseny (voir itinéraire 8), un Parc naturel classé Réserve de la biosphère par l'Unesco. Au Musée ethnologique du Montseny - La Gabella, une salle est consacrée au château de Montsoriu. La bourgade compte également un intéressant Itinéraire Rusiñol, qui permet d'admirer huit des paysages qui inspirèrent le peintre Santiago Rusiñol entre 1927 et 1930 (avec panneaux de commentaires). Poursuivre la route jusqu'à la C-25, qui conduit à Sant Hilari Sacalm, avec le château de Solterra (il n'en reste que des ruines, puis à Santa Coloma de Farners, où se trouve le château de Farners (XI e) propriété des comtes de Barcelone. De plan trapézoïdal, il conserve une grande tour cylindrique de plus de huit mètres de diamètre et douze mètres de haut. On y parvient par une piste de 4 km qui part du parc de Sant Salvador, site de grande beauté, raison pour laquelle nous vous recommandons de laisser la voiture et de faire la promenade à pied. En prenant la route qui mène à Anglès, vous rencontrerez très vite un embranchement conduisant à Brunyola, petit village où se dressait le château du même nom, daté de 1106. De ses quatre tours originelles, il n'en reste plus que trois. L'une d'elles fait office de clocher pour l'église, et abrite la mairie. Demi-tour vers la C-25, direction Cassà de la Selva, où vous prendrez la C-65 pour rallier Llagostera et en visiter les murailles en empruntant un itinéraire signalisé. Par la GI-681, vous prendrez ensuite la direction de la côte et de Tossa de Mar.


29

3 TOSSA DE MAR Nichée dans l'un des sites de nature les plus exubérants de la Costa Brava, avec 85% de son territoire classé PEIN (Plan d'espaces à intérêt naturel), la ville de Tossa conserve le seul exemplaire d'enceinte fortifiée de la côte catalane. Ses murailles médiévales sont devenues le symbole le plus international de la Costa Brava. En 1931, elle a été déclarée Monument historique et artistique national. La première référence au Castrum de Torsa date de 966. Il faut savoir que, jusqu'à 1784, la cité dépendit du monastère de Ripoll. Le château, aujourd'hui disparu, se dressait tout en haut de la Vieille Ville (là où se trouve aujourd'hui le phare) ; bâti en 1187, c'était un élément défensif important. Les murailles datent quant à elles du XIIe siècle, bien que la majeure partie soit le fruit de restaurations ultérieures, en particulier du XIVe siècle. Le magnifique pan de muraille se distingue par ses tours : celle de Joanàs, que garde la baie ; celle de Codolar ou tour de l'Hommage, que surveille l'une des plages les plus appréciées de Tossa (elle servait en effet de refuge aux pêcheurs), et enfin la tour des Heures, qui présidait l'entrée de la cour d'armes. Célèbre pour sa tradition artistique, la Vieille Ville abrite le Musée municipal, l'un des plus importants musées d'art moderne de la région de Gérone. On y admirera les œuvres de la cohorte extraordinaire de grands peintres d’avant-garde qui séjournèrent à Tossa entre 1930 et 1935, notamment Marc Chagall et André Masson. On peut également visiter le Centre d’interprétation des phares de la Méditerranée (itinéraire 8).

4 CASTELL D’ARO - CALONGE - BEGUR Emprunter la GI-682, belle route sinueuse qui longe la corniche et conduit à Sant Feliu de Guíxols et Platja d'Aro ; de là, prendre la direction de Santa Cristina d'Aro et Castell d'Aro. Le château d'Aro était à l'origine le château médiéval de Benedormiens, qui défendait le monastère de Sant Feliu de Guíxols. Classé Monument culturel d'intérêt national, ce château se trouve sur une éminence de 42 mètres de haut. Partiellement restauré, il abrite une salle d'expositions. Continuer la C-31 jusqu'au village voisin de Calonge, où se trouve un château daté de 1019, avec une grande cour d'armes intérieure ceinte de tour et de murailles. Continuer la route jusqu'à Palamós et Palafrugell (C-31), puis tourner dans la GI-653 en direction de Begur, charmant village dominé par un château circulaire auquel on peut grimper : promenade tranquille offrant un magnifique panorama sur les calanques. À partir d'ici, plusieurs villages médiévaux distants de quelques kilomètres méritent une visite attentive (voir itinéraires 8 et 10) : Pals, Palau-sator (tour des Heures), Peratallada, Cruïlles, Monells, Corçà, Ullastret... Poursuivre le chemin jusqu'à La Bisbal d'Empordà.

5 LA BISBAL D'EMPORDÀ Cette grosse bourgade de potiers (voir itinéraires 2 et 8) renferme un important château, daté de 1180, qui a été la résidence des évêques de Gérone. Il est classé Monument historique et artistique depuis 1972, et Monument national. Bel exemple d'architecture civile du Moyen-Âge, il a été restauré à plusieurs reprises, aux XVe, XVIe et XVIIe siècles. Il se trouve dans le centre-ville et conserve une partie de ses murailles ; non loin de là, dans le hameau de Castell d'Empordà, on peut également voir un autre château daté de 1301. Quitter la ville par la C-66, puis prendre la C-252 jusqu'à la C-31, direction Torroella de Montgrí.

6 TORROELLA DE MONTGRÍ Ville de grande importance historique (elle a été cité royale en 1273), avec un centre médiéval, des palais et une église gothique assez intéressante. Le roi Jacques II projette d'y bâtir un château en haut de la montagne du Montgrí (309 mètres). Inachevée, cette construction conserve son périmètre et ses quatre tours cylindriques, offrant un panorama spectaculaire sur la région et les îles Mèdes. On y accède par un chemin de randonnée, au bout d'une heure de marche environ. Revenir à la C-31 et la suivre jusqu'à Figueres, où se trouve le château de Sant Ferran.

7 FIGUERES. CHÂTEAU DE SANT FERRAN Voici l'une des plus grandes forteresses d'Europe. En forme de pentagone étoilé, il présente une double enceinte de murailles, avec un périmètre extérieur de plus de 3 100 mètres, et un périmètre intérieur de 2 100. Entre les deux, prennent place un grand fossé et 8 citernes. La cour d'armes occupe 12 000 m2. Le château abritait une garnison de 6 000 hommes, en dépit d'une capacité lui permettant d'en accueillir le double. Il n'est ouvert au public que depuis 1997, aussi est-il en très bon état. Il a été classé Monument d'intérêt culturel et Monument historique et artistique. Par la C-260, pousser jusqu'à Castelló d'Empúries, autre village médiéval de grand intérêt (itinéraire 10), puis à Roses, où on visitera la Citadelle, ensemble monumental qui témoigne des diverses occupations subies par la localité, de sa fondation par les Grecs à l'abandon de l'enceinte, au XIXe siècle (voir itinéraire 11). La Citadelle en elle-même est une fortification Renaissance, détruite en partie pendant l'occupation napoléonienne. Revenir à Figueres, d'où l'on prendra l'AP-7 ou la N-II jusqu'à La Jonquera, ville frontalière. De là, on peut se rendre au château de Rocabertí et, en particulier, à celui de Requesens, situé au milieu du Parc naturel des Albères. Mentionné dans des documents de 1050, il a été reconstruit au XIX e siècle dans un style néo-médiéval assez spectaculaire. Bien qu'abandonné, il conserve trois pans de murailles, des tours rondes et carrées, des cours et des escaliers, etc.

L'itinéraire prend fin au château de Requesens.

Cet itinéraire complète les itinéraires 1, 2, 3, 8, 10, 11 et 12.


10 Les VILLAGES MÉDIÉVAUX Fiche technique

Présentation de l'itinéraire

VALEUR CULTURELLE La riche histoire et la culture millénaire de Gérone trouvent leur parfaite expression dans une longue liste de villages d'origine médiévale conservant un précieux patrimoine culturel et architectural.

Dans la région de Gérone, le Moyen-Âge a eu une importance énorme, comme le montre une histoire faite de petits comtés indépendants (Empúries, Peralada, Besalú, Gérone...) et de monastères. Villes fortifiées, châteaux, églises romanes et gothiques, palais et autres éléments architecturaux et culturels en sont la preuve. Cet itinéraire passe en revue quelques-unes des localités les plus représentatives de ce passé, dont la plupart ont conservé leur charme. D'autres ont su concilier savamment passé, présent et avenir, et devenir des lieux au charme particulier, qui offrent au visiteur une riche vie artisanale. Certaines célèbrent d'importantes foires et marchés médiévaux. Il faut dire que cet itinéraire en complète parfaitement plusieurs autres, notamment le numéro 9 (« Entre châteaux et murailles ») et le numéro 1 (« Art roman »).

TYPE D'ITINÉRAIRE Circulaire, du sud au nord. TRAJET DE L'ITINÉRAIRE PRINCIPAL Environ 210 km.

30

DÉBUT Gérone.

1

GÉRONE

La ville de Gérone conserve de nombreux éléments médiévaux, mais elle fait l'objet d'un itinéraire spécial, le numéro 4. Quitter Gérone par le nord, en prenant la C-66 en direction de La Bisbal d'Empordà. À la hauteur de Bordils, prendre la GIV-6701 qui passe par Sant Martí Vell, village rural et tranquille au charme indéniable dont on admirera l'église (1433) et son curieux clocher gothique tardif qui s'achève en pointe ; Madremanya, autre village au charme naturel, avec un ensemble monumental ; Monells et Cruïlles. Tout près, sur la C-66, se trouvent La Bisbal et Corçà.

2 MONELLS - CRUÏLLES - LA BISBAL - CORÇÀ À La Bisbal, capitale du Baix Empordà et importante ville de céramistes, il faut voir le château, dans le centre même de l'agglomération (voir itinéraire 9), les portiques, la Plaça Major et le Carrer del Call. Avec les trois autres localités, La Bisbal compose un itinéraire de charme où abondent maisons de pierre, voûtes, portes et fenêtres ornementées. Monells et Cruïlles ne sont distantes que de 2 km, tout comme Monells et Corçà. À Monells, on contemplera la place à portiques. Mais l'élément le plus remarquable des trois villages est sans doute la tour romane de Cruïlles. Il s'agit de la tour de l'Hommage de l'ancien château de Cruïlles (XI-XIIe) ; elle mesure 22,5 mètres de haut, 24 de circonférence et 2,39 mètres d'épaisseur de murs. L'ensemble monumental de Cruïlles comprend les églises Sant Joan de Salelles et de l'Esperança, et le monastère bénédictin Sant Miquel (IXe), qui se trouve au hameau de Salelles. Il n'en reste que la basilique romane et une petite partie du cloître.

Description de l'itinéraire

Après La Bisbal, prendre la C-66 en direction de Palafrugell, puis, immédiatement, la GI-644 en direction de Peratallada. Peralada Beuda Hostalets d’en Bas

Castelló d’Empúries

3 PERATALLADA

Besalú Banyoles Amer Anglès

Castellfollit de la Roca

Figueres

Peratallada Corçà

Girona

Monells Cruïlles

Pals

Sant Julià et Sant Feliu de Boada

Nous sommes ici dans une ancienne agglomération fortifiée, typiquement médiévale, avec des rues irrégulières fermées d'un côté par les murailles et débouchant sur la place principale de l'autre. Le noyau du village s'est constitué autour du château, avec une élégante façade gothique et une magnifique tour de l'Hommage, l'une des plus belles de Catalogne. Hors les murailles, on peut également visiter l'église romane Sant Esteve. Reprendre la route jusqu'au village d'Ullastret, célèbre site de peuplement ibérique (voir itinéraire 11) tout proche.

Ullastret


31

4 ULLASTRET - PALAU-SATOR - SANT JULIÀ ET SANT FELIU DE BOADA De nouveau, quatre petits villages séparés par très peu de distance. Ullastret a gardé une physionomie médiévale, avec de très hautes murailles, dix tours défensives (XIII-XIVe) ; la loggia gothique et l'église romane Sant Pere. Tout près, voici Palau-sator, village médiéval aux rues disposées autour des vestiges de l'ancien palais de La Torre, avec sa grande tour préromane. On y trouve aussi des restes de la muraille et des tours de défense. De retour sur la GI-651, à Sant Julià de Boada, on verra une petite église préromane (Xe) et, en face, Sant Feliu de Boada, avec une église fortifiée de style gothique. Le village de Pals est maintenant à deux pas.

5 PALS La commune de Pals, qui comprend une longue plage à deux kilomètres du centre, possède l'un des ensembles médiévaux les plus remarquables de Catalogne. Les vieux quartiers, connus sous le nom « El Pedró », occupent le sommet d'une éminence car la zone était autrefois lacustre (on y cultive d'ailleurs toujours le riz) ; on les aperçoit donc de très loin, et l'on y jouit d'une vue panoramique sur la région. Classé Monument historique et artistique, l'ensemble compte de nombreux éléments dignes d'intérêt, du roman au XVIIIe siècle : fenêtres, arches, puits, etc. Ne pas manquer Ca la Pruna, maison fortifiée (XV-XVIe) à l'entrée de l'enceinte, qui abrite plusieurs salles d'expositions ; l'église gothique Sant Pere ; la tour des Heures, seul vestige de l'ancien château, authentique phare de la région ; les murailles, conservées presque en totalité, et six tours défensives. On parcourra tranquillement les ruelles, en admirant l'architecture et les étalages des boutiques d'artisanat. Par la C-31, rallier Torroella de Montgrí, ville commerciale qui conserve des restes d'anciennes tours et murailles médiévales (portail de Santa Caterina, tour des Sorcières, maisons sur portiques de la place, ancien palais royal, église gothique Sant Genís, etc.). En l'été, il s'y tient un important festival international de musique. En direction de Verges par la C-31, à la sortie de Torroella, on trouve Ullà, petit village, médiéval lui aussi, dominé par son église (XVIII e). Plus loin, prendre l'embranchement de la GI-632 en direction de Bellcaire d'Empordà, qui se distingue par son château (XIII e) et l'église romane Sant Joan. Passer ensuite par Albons (église romane Sant Cugat), pour récupérer la C-31 qui conduit près de Figueres, où l'on prendra la C-260 jusqu'à Castelló d'Empúries.

6 CASTELLÓ D'EMPÚRIES Cette cité médiévale, qui a été la capitale du comté d'Empúries, en garde d'intéressants édifices, notamment l'hôtel de ville et l'ancienne loggia, la Casa Gran, d'anciens couvents, des restes de murailles, le Pont Vieux, etc. Mais le joyau de la localité est l'église gothique Santa Maria (XIIIe)

qui, en raison de ses dimensions, est connue sous le nom de « cathédrale de l'Ampurdan ». Son clocher est de style roman. Revenir à Figueres, et contourner la ville par le nord pour prendre la C-252 qui mène à Peralada.

7 PERALADA Capitale de l'ancien comté de Peralada, elle passe ensuite aux mains des vicomtes de Rocabertí, lesquels en construiront le château qui, restauré au XIXe siècle, est parvenu jusqu'à nous. Il abrite un casino et, en été, le plus important festival international de musique de Catalogne. Le village possède un grand ensemble historique et monumental qu'il convient de visiter sans se presser. Citons le cloître de l'ancien couvent Sant Domènec, un monument roman (XII-XIIIe) de grande beauté, avec des chapiteaux et des scènes bibliques ; le couvent del Carme (XIVe), avec un cloître et une église gothique, qui abrite les archives historiques ; la grande bibliothèque (plus de 70 000 volumes) et le musée du château. Revenir à Figueres et prendre la N-260 jusqu'à Besalú, importante cité médiévale (voir itinéraire 1 et, tout spécialement, 4) qui mérite une visite attentive et peut faire office de point de départ vers d'autres sites historiques d'origine médiévale de la Garrotxa.

8 VILLAGES MÉDIÉVAUX DE LA GARROTXA Tout près de Besalú, sur la GIV-5234, voici Beuda, village d'origine romane qui conserve de précieux châteaux, des maisons seigneuriales et des monastères, dans une symbiose parfaite avec l'environnement. Citons l'église romane Sant Domènec de Palera (XIe) et celle de Sant Feliu de Beuda, avec d'inestimables fonts baptismaux (XIIe). Descendre ensuite vers Banyoles (voir itinéraires 1 et 7) pour prendre la GI-524 et pousser jusqu'à Santa Pau, en plein Parc naturel des volcans de la Garrotxa. Ce village, d'origine médiévale, est structuré autour du château et de la Plaça Major (XIII-XIVe), avec ses portiques et une forte personnalité, dans un environnement naturel tout à fait spectaculaire (voir itinéraire 7). Aller jusqu'à Olot, puis, par la C-152 tout d'abord et la GIP-5272 ensuite, continuer jusqu'à Els Hostalets d'en Bas, village niché au cœur de La Vall d'en Bas. De son enceinte historique, nous citerons le Carrer Teixeda, classé Monument historique et artistique national, avec ses balcons de bois. Remarquable également ; le pont roman (voir itinéraire 7). Reprendre la route en direction de Sant Feliu de Pallerols, Les Planes d'Hostoles et Amer. On y verra la Plaça de la Vila, tenue pour la seconde place à portiques de Catalogne en termes d'ampleur. Tous les portiques diffèrent les uns des autres, de même que les bâtiments de la place, qui sont d'époques et de styles très variés. À remarquer surtout le sol, revêtu de pavés provenant de différents sites de Catalogne. On ne manquera pas de visiter le monastère bénédictin Santa Maria, dont l'origine remonte à 949 et qui est resté en activité jusqu'à 1835. Il en reste l'église, des vestiges du cloître et l'ancienne demeure de l'abbé (aujourd'hui siège du dispensaire médical). L'ancienne gare a été transformée en office de renseignements touristiques et en halte sur le passage de la voie verte cycliste qui unit Gérone à Olot et Sant Feliu de Guíxols. Suivre la route jusqu'à Anglès, qui possède l'un des plus beaux quartiers gothiques de Catalogne. Les rues Major et Avall sont les plus remarquables de la localité. Hors de l'agglomération, disséminés dans toute la commune, on peut visiter de magnifiques mas, tels Can Biel et Can Planes (mas fortifiés du XVI e) ; la ferme moulin de Cuc (XV e) ; Bellveí ou le mas Perarnau (XII e). On y trouve également plusieurs ermitages. D'Anglès, revenir vers Gérone, terminus de l'itinéraire.

Cet itinéraire complète les itinéraires 1, 2, 3, 4, 7, 8, 9, 11 et 12.


11 Les RACINES de NOS ANCÊTRES Fiche technique

Présentation de l'itinéraire

VALEUR CULTURELLE Il s'agit d'un itinéraire au gré de quelques-uns des importants gisements archéologiques qui parsèment la région de Gérone et constituent le patrimoine exceptionnel laissé par nos plus lointains ancêtres.

Le terroir fertile de Gérone est habité depuis des temps immémoriaux, comme le démontrent les différents cultures et civilisations qui y ont vécu au long de l'histoire et y ont laissé toutes sortes de témoignages : mégalithes, grottes préhistoriques, sites de peuplement ibériques, gisements gréco-romains, etc. L'itinéraire met à profit quelques-uns de ces gisements archéologiques pour vous permettre de mieux connaître ces civilisations, tout en découvrant le paysage et les coutumes hérités d'elles. Le temps fort de l'itinéraire est le gisement grécoromain d'Empúries, l'un des plus importants de toute l'Espagne, qui est également l'endroit par lequel les civilisations grecques et romaines pénétrèrent dans la Péninsule.

TYPE D'ITINÉRAIRE Circulaire, du sud au nord. TRAJET DE L'ITINÉRAIRE PRINCIPAL Environ 320 km. DÉPART Figueres.

32

1

3 ROSES. LA CITADELLE

FIGUERES - LES ALBÈRES MÉGALITHIQUES

Quitter Figueres par l'AP-7 ou la N-II en direction de La Jonquera. Par la GI-602, on arrive à Espolla, où se trouve le Centre d'information du Site naturel des Albères. On s'y renseignera au sujet des itinéraires axés sur la culture mégalithique qu'offre la zone : plus de 130 éléments, principalement des dolmens et des menhirs. N'oublions pas les nombreux monuments romans (voir itinéraire 1), ni les châteaux, tel celui de Requesens (voir route 9). À la hauteur de la naissance de la GI-602, de l'autre côté, commence la route GI-502 qui conduit à Darnius, tout près du lac de Boadella. Plus loin, en montant, un autre embranchement mène à Agullana par la GI-500.

2 ITINÉRAIRE DES MÉGALITHES SALINES-BASSEGODA Darnius et Agullana sont les points de départ de la zone Salines-Bassegoda. À Agullana, on peut également voir des menhirs, des dolmens et, tout près du village, une nécropole. Entre monuments romans et châteaux, on peut pousser jusqu'au sanctuaire de la Mare de Déu de les Salines, au château de Cabrera, à Albanyà et Sant Llorenç de la Muga, village fortifié. Revenir à Figueres pour prendre la C-260 jusqu'à Castelló d'Empúries et Roses.

Description de l'itinéraire

À Roses, remarquable localité touristique et commerciale, on visitera la Citadelle (voir itinéraire 9), ensemble monumental qui permet de suivre la chronologie des occupations successives subies par la cité. C'est un gisement ibérique, grec et romain. On peut y voir un quartier hellénistique (IV et IIIe siècles avant J.-C.) ; une grande villa romaine ; un cimetière médiéval et la fortification Renaissance. Revenir à Castelló d'Empúries pour prendre la GIV-6216 qui, à travers le Parc naturel des Aiguamolls de l'Empordà conduit à Sant Pere Pescador, L'Armentera puis, par une route locale, à Viladamat, d'où la GI-623 mène à L'Escala.

4

ENSEMBLE MONUMENTALE D'EMPÚRIES

L'Escala est une localité touristique et maritime, célèbre pour son industrie de la conserve d'anchois. De L'Escala, il est très agréable de longer la côte à pied jusqu'à Sant Martí d'Empúries (1,8 km), un charmant bourg médiéval de quatre maisons (littéralement), dominé par une église (Xe). Le lieu est idyllique, enfoui dans la verdure et flanqué d'un petit bois allant jusqu'à la plage. Là, un chemin réaménagé à l'occasion des Jeux Olympiques de Barcelone, en 1992 (la flamme olympique arriva en Catalogne par mer, débarquant à l'endroit même où l'avaient fait les Grecs 2 500 années auparavant), conduit au gisement archéologique, en passant par l'ancien port grec, encore visible. Empúries a été fondée en 550 avant J.-C., lorsqu'une colonie grecque, la première à mettre pied sur la péninsule Ibérique, s'yétablit. Vers l'an 100 avant J.-C., débute la construction de la ville romaine, au-dessus de la grecque. Le musée n'est pas très grand, mais conserve des pièces de valeur mises à jour lors des fouilles et, de manière très didactique, explique parfaitement l'importance du site de peuplement et les rapports que celui-ci entretenait avec le village d'Ullastret. De L'Escala, revenir sur la GI-623 jusqu'à rencontrer la C-31, qui l'on suivra jusqu'à Verges et Parlavà ; prendre ensuite la direction de Torroella de Montgrí. À mi-chemin, la GI-644 mène au site de peuplement ibérique d'Ullastret.

Salines-Bassegoda Agullana Darnius

L’Albera Figueres

Sant Pau de Segúries

Roses Sant Martí d’Empúries

Olot Banyoles

Ullastret

Girona Castellfollit de la Roca Tossa de Mar Lloret de Mar

5 ULLASTRET. SITE DE PEUPLEMENT IBÉRIQUE Ce gisement, qui date du VIIe siècle avant J.-C., permet de connaître de près la culture des Ibères : enceinte de murailles, structure urbaine, rites funéraires, activités sociales, etc. Le site compte également un musée d'archéologie. Descendre la GI-644 jusqu'aux environs de La Bisbal, où l'on prendra la C-66 qui conduit à Palafrugell. Aller à la calanque de Llafranc et monter jusqu'au phare de Sant Sebastià d'où l'on bénéficie, à 178 mètres d'altitude, d'un beau panorama sur la mer. Il y a là quelques vestiges du site de peuplement ibérique de Sant Sebastià de la Guarda. En direction de Palamós, on rencontre un embranchement pour la plage de Castell, un des rares endroits encore totalement vierge de la zone. Un chemin de ronde conduit aux vestiges d'un autre village ibérique. Suivre la route de la côte jusqu'à Platja d'Aro puis, vers l'intérieur, Castell d'Aro (voir itinéraire 9), où se trouvent les restes de la villa romaine de Pla de Palol (I er siècle avant J.-C.). On pénètre dans la région des Gavarres par une route locale de grande beauté. Près de Romanyà de la Selva, il y a le Dolmen de la Cova d'en Daina. Revenir vers la côte, et la suivre jusqu'à Tossa de Mar.


33

6 TOSSA DE MAR - VILLA ROMAINE ELS AMETLLERS er

e

Cet établissement romain (I siècle avant J.-C. - VI après J.-C.) de grandes dimensions, se trouve dans l'agglomération, en face de l’ancien hôpital Sant Miquel, actuelle Maison de la culture. Il s'agit d'une villa agricole qui se consacrait à la culture et à l'exploitation de la vigne, un exemple unique de ce qu'étaient les villas côtières. Elle est divisée en deux parties : la partie urbaine, où se trouvaient les appartements et les dépendances nobles ; et la partie rustique, qui comprenaient les dépendances agricoles. Un ensemble thermal et un système de récupération de l'eau (guère fréquents dans les villas agricoles) y sont la preuve que l'exploitation du terroir n'était pas incompatible avec le luxe et le confort urbain. Au Musée municipal, on admirera les objets qu'a livrés la villa Els Ametllers, ainsi que des sculptures en marbre de Carrare et l'extraordinaire mosaïque de Vitalis. Suivre la GI-682 jusqu'à Lloret de Mar. À l'entrée de la localité, une intersection conduit à un lotissement. À 500 mètres, se trouve une tour sépulcrale romaine avec à ses côtés une nécropole, la tour des Noisetiers. C'est une tour prismatique massive, de 4 mètres de haut, avec un réceptacle cylindrique où l'on déposait les cendres des défunts. En continuant à travers le lotissement, à environ 2 km, on arrive au site de peuplement ibérique, qui occupe le haut de la colline.

7 LLORET DE MAR. SITES DE PEUPLEMENT IBÉRIQUE PUIG CASTELLET ET MONTBARBAT À Lloret de Mar, plusieurs gisements témoignent de la présence de la culture ibérique : Puig Castellet, Montbarbat, Turó Rodó... Puig Castellet est situé dans un site étonnant : dominant toute la plaine pré-littorale, il reste invisible de puis la mer. Habité de 250 à 120 avant J.-C., le site est ceint de murailles et compte 11 espaces rectangulaires de une, deux ou trois pièces. Chaque maison disposait également d'un espace de travail et, au centre, on a mis à jour les vestiges de maisons communes. Le village de Montbarbat (5 700 m2 environ) a été quant à lui habité entre le IVe et le IIe siècles avant J.-C. On y parvient depuis le sanctuaire Nostra Senyora del Vilar. De Lloret, prendre la C-63 et la N-II jusqu'à rencontrer la GI-673 pour aller à Caldes de Malavella.

8 CALDES DE MALAVELLA. THERMES ROMAINS DE PUIG DE SANT GRAU Classés monument historique d'intérêt national, ces thermes datent du Ier siècle après J.-C. L'ancienne Aquis Voconis, appelée ensuite Aquae Calidae, était un lieu de passage obligatoire le long de la Via Augusta. Parmi les vestiges de grande valeur, citons une vaste piscine, des restes de constructions annexes, des murs d'une hauteur impressionnante et le mécanisme de fonctionnement, pratiquement intact. Chercher l'AP-7 ou la N-II, traverser Gérone et Sarrià de Ter, et aller jusqu'à Sant Julià de Ramis, où se trouve le site de peuplement ibérique de Sant Julià (V-I e avant J.-C.), en cours de fouilles, dont on pense qu'il a été l'un des plus importants de la région. Une route balisée permet de le parcourir à pied. Prendre la C-66 en direction de Banyoles (voir itinéraire 7).

9 BANYOLES. PARC DES GROTTES PRÉHISTORIQUES Gisement lacustre de La Draga. Ce site paléolithique et néolithique se trouve tout près du lac de Banyoles. Parce qu'il était partiellement immergé, on y a mis à jour des ustensiles, notamment des outils agricoles, en parfait état... Un peu après Banyoles, à Serinyà, il y a le Parc des Grottes préhistoriques. Il s'agit de cavernes qui ont été habitées du paléolithique à l'âge des métaux. La visite du parc comprend celle des grottes, un film audiovisuel et une salle d'expositions. Les objets mis à jour dans les deux gisements sont exposés au Musée archéologique. À Banyotes, prendre la GI-524 en direction de Santa Pau et d'Olot, à travers le Parc naturel des volcans de la Garrotxa (voir itinéraires 2, 7 et 8). Les passionnés de vulcanologie ont ici un rendez-vous à ne pas manquer, qui comprend également la visite du Musée des volcans d'Olot. Par la C-26, aller jusqu'à Sant Pau de Segúries.

10 VOIE ROMAINE DE CAPSACOSTA Il s'agit d'une ancienne voie romaine qui unissait l'Empordà et le Ripollès. Le tronçon qui va de Sant Pau de Segúries à La Vall de Bianya permet d'admirer l'œuvre d'ingénierie exécutée par les Romains : deux rangées de blocs de pierre carrés ou rectangulaires et, entre elles, un pavage en blocs de pierre du pays. Par la N-260, revenir à Olot, puis prendre la A-26 jusqu’à Sant Jaume de Llierca, où l’on prendra l’embranchement en direction de Tortellà et du pont de Llierca. Il y a dans cette vallée plusieurs gisements archéologiques, notamment la Bauma de Serrat del Pont, restaurée et bénéficiant d’un parc de stationnement au pont de Llierca. Revenir sur la A-26 pour aller à Besalú (voir itinéraires 1, 4 et 10), puis rentrer sur Figueres.

11 CAMÍ RAL DE VIC-OLOT Le Camí Ral, comme on appelle le chemin qui va de Vic à Olot, s’étend sur 44 km et traverse la plaine d’Olot, le Cabrerès et la plaine de Vic. Signalisé pratiquement tout du long, il conserve une partie de son empierrement d’origine et plusieurs constructions intéressantes. Il se distingue par son tronçon central, dit des Marrades, une œuvre d’ingénierie impressionnante qui se fond dans un paysage extrêmement abrupt. Lorsqu’on y est préparé, le chemin peut être parcouru en une journée ; cependant, pour le couvrir plus calmement, il vaut mieux prévoir deux jours. Si l’on souhaite uniquement faire le tronçon des Marrades, il faut se rendre à Els Hostalets d’en Bas par la C-153, puis prendre la direction de Molí de l’Aubert, où, après avoir garé son véhicule, on commencera l’itinéraire, qui grimpe résolument les 400 mètres de dénivelé jusqu’à l’Hostal del Grau. On peut alors rebrousser chemin, ou poursuivre jusqu’à Els Hostalets par l’itinéraire balisé.

Cet itinéraire complète les itinéraires 1, 2, 3, 4, 7, 8, 9, 10 et 12.


12 L'ARCHITECTURE

traditionnelle des PYRÉNÉES Fiche technique

Présentation de l'itinéraire

VALEUR CULTURELLE Cet itinéraire fait découvrir au visiteur de petits villages des Pyrénées qui ont su garder l'essence et les traditions des bourgades de montagne, ainsi que d'autres plus particulièrement liés au ski et aux activités de montagne.

Les Pyrénées de Gérone sont un vaste espace qui occupe la partie nord de la province. Entre les plus hautes cimes de la Cerdagne et le Parc naturel du Cap de Creus, se trouvent des zones de grand intérêt et de nombreuses vallées spectaculaires : Camprodon, Ribes, Núria, Cerdagne... Et dans chacune d'elles, de petits villages où l'architecture pyrénéenne traditionnelle et les activités économiques locales ont été préservées, ainsi que d'autres qui ont su puiser dans les stations de ski une nouvelle forme de vie axée sur le tourisme de montagne. Associer l'itinéraire en voiture et les itinéraires de randonnée est ici tout à fait recommandable, aussi vaut-il la peine de s'équiper. Cet itinéraire complète admirablement l'itinéraire 1 : « Le grand itinéraire du roman ».

TYPE D'ITINÉRAIRE Linéaire. TRAJET DE L'ITINÉRAIRE PRINCIPAL Environ 368 km. DÉBUT Figueres. Mais on peut également démarrer de Ripoll ou de Puigcerdà.

34

1

Description de l'itinéraire Puigcerdà

Salines-Bassegoda

Camprodon

FIGUERES - SALINES-BASSEGODA

Quitter Figueres par le nord en prenant la N-II, puis prendre la GIP-5107 en direction de Sant Llorenç de la Muga, village ceint de murailles avec une église romane et un vieux pont. De là, on peut continuer jusqu'à Albanyà, qui compte plusieurs ermitages, sanctuaires et monastères répartis sur le territoire de sa commune. On peut ensuite grimper jusqu'au Puig de Bassegoda (1 374 m). Rebrousser chemin jusqu'à la N-II et la prendre en direction de La Jonquera jusqu'à l'embranchement de la GI-502 qui conduit à Darnius, point de départ d'excursions au lac de Boadella. Continuer la route jusqu'à Maçanet de Cabrenys, ancienne place forte construite autour d'une église du roman tardif et point de départ de diverses excursions, notamment au sanctuaire des Salines (à 12 km par une piste forestière).

Figueres Sant Llorenç de la Muga Albanyà Ribes de Freser Ripoll Sant Joan de les Abadesses

Girona

Revenir à Figueres et prendre la N-260 en direction de Besalú (itinéraires 1, 4, 8 et 10), Castellfollit de la Roca et Olot. De ce grand axe routier, on peut rallier plusieurs petits villages tels que Beuda, Oix, Sant Joan les Fonts, Santa Pau, etc. (voir itinéraires 1, 7 et 10). D'Olot, la C-26, puis la C-38, vous conduiront à Sant Pau de Segúries et Camprodon.


35

2 VALLÉE DE CAMPRODON (voir itinéraire 1) De Camprodon, on peut monter à Molló et Beget, villages de grand charme à la magnifique architecture romane, ou bien, suivant le cours du Ter, grimper par la GIV-5264 jusqu'à Llanars, Vilallonga de Ter et Setcases. Ce village, où l'itinéraire 1 ne fait pas halte, possède une église romane du XIIe siècle avec un autel baroque. C'est l'une des capitales gastronomiques des Pyrénées. En suivant la route, d'une grande beauté, on arrive à Vallter, où se trouve la station de ski Vallter 2000. Ici, nous vous recommandons un itinéraire de randonnée qui, par le GR-11, s'enfonce entre prairies alpines et pâtures jusqu'à Ulldeter, source de la rivière Ter. Revenir à Camprodon et se rendre à Sant Joan de les Abadesses. Suivre la GI-521, belle route qui passe par le col de Sentigosa (1 064 mètres d'altitude) et conduit à Vallfogona de Ripollès, ville qui vaut une promenade tranquille, notamment parce qu'elle est entourée de bois et possède un remarquable patrimoine : château La Sala, avec une tour de sept étages ; bourg médiéval bien conservé ; pont médiéval et église d'origine romane. Suivre la N-260 jusqu'à Ripoll.

3 VALLÉE DE RIBES (voir itinéraires 1 et 5) À Ripoll, prendre la N-152 jusqu'à Campdevànol, d'où on peut se rendre à Gombrèn (voir itinéraire 5) ou continuer la route jusqu'à Ribes de Freser, ville qui posséda un château et conserve l'église Santa Maria, reconstruite, mais dont ont subsisté trois absides de style roman lombard. C'est de là que part le train à crémaillère qui mène à la vallée de Núria. De Ribes partent trois petits itinéraires que nous vous recommandons : a)Prendre la GIV-5263 jusqu'à Bruguera et continuer, par une piste forestière qui passe par le col de Jou, jusqu'à Ogassa, d'où la GIV-5211 ramène à Sant Joan de les Abadesses. C'est un itinéraire de grande beauté. b)Prendre la GIV-5262 jusqu'à Pardines, agglomération typique pyrénéenne, très montagnarde et bénéficiant de vues magnifiques. Structure médiévale intacte. Tout près, l'église romane Santa Magdalena de Puigsac offre une vue imprenable sur la vallée de Ribes. c) Prendre la GIV-4011 qui, en 6 km, grimpe un dénivelé de 230 mètres et conduit à Campelles, village situé à 1 145 mètres d'altitude où se trouve une église d'origine romane et un établissement thermal. Le bourg attenant de El Baell vaut la

peine pour le panorama, le calme et les possibilités de randonnée qu'il offre. Continuer la GIV-5217 jusqu'à Queralbs, pittoresque village de montagne qui possède une église romane du XIIe siècle. Son portail sud est l'un des plus beaux exemples de porche roman catalan. Le train à crémaillère y fait un arrêt. Impossible, de là, de monter en voiture au sanctuaire de Núria : il faut faire la route à pied (difficile en hiver) ou en train.

4 VALLÉE DE NÚRIA Le train à crémaillère offre sur son parcours d'impressionnantes vues qui donnent une idée du grandiose de la vallée de Núria, située à 2 000 mètres d'altitude et entourée de cimes frôlant les 3 000, raison pour laquelle elle est le point de départ de nombreuses excursions. La vallée de Núria est une petite station de ski familiale. Parmi ses charmes, citons le sanctuaire abritant la statue romane de la Vierge de Núria. De retour à Ribes de Freser, prendre la N-152, le col de Toses, pour aller à Puigcerdà, capitale de la Cerdagne. On emprunte ici une route de haute montagne, qui est souvent enneigée en hiver et réclame l'usage des chaînes. Au début, on traverse des villages pleins de charme, comme Planoles, Dòrria ou Toses (voir itinéraire 1) et, vers la fin, on rencontre les embranchements qui conduisent aux stations de ski de La Molina et Masella, deux grands centres de sports d'hiver et d'activités estivales diverses, avant d'arriver à Puigcerdà.

5 LA CERDAGNE (voir itinéraires 1 et 6) Certains des villages les plus importants de la Cerdagne (Llívia, Alp, Bellver de Cerdanya) figurant déjà dans les itinéraires 1 et 6, nous vous proposons ici de suivre la N-260 jusqu'à Bellver de Cerdanya et La Seu d'Urgell. À quelques kilomètres, passé Ger, vous trouverez l'embranchement de la GIV-4031, qui conduit à Meranges, typique village de montagne, point de départ de nombreuses excursions vers les lacs de Malniu et la station de ski nordique de Guils-Fontanera. À Meranges, il y a un intéressant Musée du sabot.

Cet itinéraire complète les itinéraires 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10 et 11.


MUSÉES G Costa Brava

i

Arbúcies Musée ethnologique du Montseny — La Gabella C/ Major, 6 · Tél. +34 972 860 908 · Fax +34 972 860 983 memga@arbucies.org · www.museuetnologicmontseny.org Banyoles Musée archéologique Pl. de la Font, 11 · Tél. +34 972 572 361 · Fax +34 972 575 961 macb@ajbanyoles.org · www.museusdebanyoles.cat Musée Darder Pl. dels Estudis, 2 · Tél. +34 972 574 467 · Fax +34 972 571 660 museudarder@ajbanyoles.org · www.museusdebanyoles.cat Besalú Musée de miniatures et de micro-miniatures de Besalú Pl. del Prat de Sant Pere, 15 · Tél. +34 972 591 842 info@museuminiaturesbesalu.com · www.museuminiaturesbesalu.com 36 Breda Musée Josep Aragay C/ Nou, 2 · Tél. +34 972 870 220 · info@museuaragay.org · www.museuaragay.org Cadaqués Maison-musée Salvador Dalí Portlligat · Tél. +34 972 251 015 · Fax +34 972 251 083 pllgrups@fundaciodali.org · www.salvador-dali.org/museus/portlligat/es Musée Municipal de Cadaqués C/ de Narcís Monturiol, 15 · Tél. +34 972 258 877 museucadaques@gmail.com · www.cadaques.org Capmany Musée des robinets C/ de la Roca, 3 · Tél. +34 972 549 012 · Fax +34 972 549 106 comercial@grupoliveda.com · www.grupoliveda.com Castelló d'Empúries Tribunal-prison Pl. de Jaume I, s/n · Tél. +34 972 156 233 · Fax +34 972 158 063 turisme@castello.cat · www.castello.cat Ecomusée Farinera C/ de Sant Francesc, 5-7 · Tél. +34 972 250 512 · Fax +34 972 158 149 ecomuseu-farinera@castello.cat · www.castello.cat Musée paroissial de Castelló d’Empúries Pl. de Mossèn Cinto Verdaguer, s/n · Tél. +34 972 158 019 info@catedraldecastello.com · www.catedraldecastello.com Castell-Platja d'Aro Musée de la poupée C/ de Lluís Companys, 1 · Tél. +34 972 817 179 · Fax +34 972 825 657 turisme@platjadaro.com · www.platjadaro.com Cervià de Ter Musée d’art moderne de Raset C/ de Raset de Baix, 29 · Tél.+34 972 496 261 museoraset@gmail.com · www.museo-raset.org Figueres Musée de l'Empordà Rambla, 2 · Tél. +34 972 502 305 · Fax +34 972 510 765 infome@museuemporda.org · www.museuemporda.org Musée de la technique de l'Empordà C/ dels Fossos, 12 · Tél. +34 972 508 820 · Fax +34 972 510 765 · mte@mte.cat · www.mte.cat Musée du jouet de Catalogne C/ de Sant Pere, 1 (Hotel París) · Tél. +34 972 504 585 · Fax +34 972 676 428 correu@mjc.cat · www.mjc.cat Théâtre-musée Dalí Pl. de Gala-Salvador Dalí, 5 · Tél. +34 972 677 500 · Fax 972 501 666 tmgrups@fundaciodali.org · www.salvador-dali.org Girona Bains arabes C/ de Ferran el Catòlic, s/n · Tél. +34 972 190 797 · banysarabs@girones.cat · www.banysarabs.cat Maison Masó C/de les Ballesteries, 29 · Tél. +34 972 413 989 info@rafaelmaso.org · www.rafaelmaso.org Musée d'archéologie de Catalogne — Gérone Pl. de Santa Llúcia · Tél. +34 972 202 632 · Fax +34 972 210 454 macgirona.cultura@gencat.net · www.mac.es Musée d’art de Gérone (MD’A) Pda. de la Catedral, 12 · Tél. +34 972 203 834 · Fax +34 972 227 595 museuart_girona.cultura@gencat.net · www.museuart.com Musée d'histoire des juifs — Bonastruc ça Porta C/ de la Força, 8 · Tél. +34 972 216 761 · Fax +34 972 214 618 callgirona@ajgirona.org · www.girona.cat/call Musée d’histoire de la ville de Gérone C/ de la Força, 27 · Tél. +34 972 222 229 · Fax +34 972 206 989

museuciutat@ajgirona.cat · www.girona.cat/museuciutat Musée du cinéma C/ de la Séquia, 1 · Tél. +34 972 412 777 · Fax +34 972 413 047 info@museudelcinema.cat · www.museudelcinema.org Musée Trésor de la Cathédrale de Gérone Pl. de la Catedral, s/n · Tél. +34 972 427 189 · Fax +34 972 215 814 visites@catedraldegirona.org · www.catedraldegirona.org L'Escala Musée de la moto – Collection Vicenç Folgado Closa d'en Llop, 9-11 · Tél. +34 972 774 302 · info@motosfolgado.com Musée d’archéologie de Catalogne — Empúries Apt. de correus 21 · C/ de Puig i Cadafalch, s/n · Tél. +34 972 770 208 Fax +34 972 775 975 · macempuries.cultura@gencat.net · www.mac.cat Musée de l'anchois et du sel Av. de Francesc Macià, 1 · Tél. +34 972 776 815 · Fax +34 972 773 268 info@anxova-sal.cat · www.anxova-sal.cat La Bisbal d'Empordà Terracotta Musée C/ del Sis d'Octubre de 1869, 99 · Tél. +34 972 642 067 · Fax +34 972 646 925 terracottamuseu@labisbal.cat La Jonquera M.U.M.E., Musée Mémorial de l'Exile C/ Major, 43-47 · Tél. +34 972 556 533 · Fax +34 972 556 534 info@museuexili.cat · www.museuexili.cat La Pera (Púbol) Maison-musée Château Gala Dalí Pl. de Gala Dalí · pbgrups@fundaciodali.org · www.salvador-dali.org/museus/pubol Llagostera Maison-musée Emili Vilà i Gorgoll C/ de Sant Pere, 25-27 · Tél. +34 972 830 253 · www.museuvila.com Llançà Musée de l’aquarelle J. Martínez Lozano · Maison de la culture Pl. Major · Tél. +34 972 121 470 · Fax +34 607 462 600 · mda@mda.cat · www.mda.cat Lloret de Mar Museé de la Mer - Can Garriga Pg. de Camprodon i Arrieta, 1-2 · Tél. +34 972 364 735 lloret-turisme@lloret.org · www.lloretdemar.org Palafrugell Musée du liège de Palafrugell C/ de Pi i Margall, 26-28 · Tél. +34 972 307 825 · Fax +34 972 302 310 info@museudelsuro.cat · www.museudelsuro.cat Fondation Josep Pla C/ Nou, 51 · Tél. +34 972 305 577 info@fundaciojoseppla.cat · www.fundaciojoseppla.cat Palamós Musée de la pêche Moll Pesquer, s/n · Tél. +34 972 600 424 · Fax +34 972 316 686 museudelapesca@palamos.cat · www.museudelapesca.org Palau-sator Musée rural C/ d’Extramurs, 1 · Tél. +34 972 634 125 · Fax +34 972 635 013 museu@maspou.com · www.maspou.com Pals Musée d’Archéologie Sous-Marine - Ca la Pruna C/ de la Creu, 7 (Casa de Cultura) · Tél. +34 972 636 833 · Fax +34 972 636 951 cultura@pals.es · www.pals.es Peralada Musée du Château de Peralada Pl. del Carme, s/n · Tél. +34 972 538 125 infomuseo@castilloperalada.com · www.museucastellperalada.com Roses Musée de la Citadelle Av. de Rhode, s/n · Tél. +34 972 151 466 · Fax +34 972 458 290 info@patrimonideroses.cat · www.patrimonideroses.cat Salt Musée de l’eau C/ de Sant Antoni, 1 - Edifici Factoria Cultural Coma Cros Tél. +34 972 402 148 · Fax +34 972 402 148 · museu@salt.cat · www.viladesalt.cat Sant Feliu de Guíxols Musée d’histoire de la ville Pl. del Monestir, s/n · Tél. +34 972 821 575 · Fax +34 972 821 574 museuhistoria@guixols.net · www.guixols.cat/museu Musée d’histoire du jouet Rbla. Vidal, 48-50 · Tél. +34 972 822 249 · Fax +34 972 322 106 botiga@museudelajoguina.cat · www.museudelajoguina.cat Musée du sauvetage maritime Pda. de Guíxols, s/n (turó del Fortim) · Tél. +34 972 820 167 · Fax +34 972 821 574 museuhistoria@guixols.cat · www.guixols.cat


Sant Hilari Sacalm Musée Guilleries Pl. del Doctor Robert, s/n (edifici La Cooperativa) · Tél. +34 972 869 447 museuguilleries@santhilari.cat · www.santhilari.cat

Llívia Musée Municipal C/ dels Forns, 10 · Tél. +34 972 896 313 patronat@llivia.org · www.llivia.com

Santa Coloma de Farners Musée Trias de la biscuiterie Ctra. de Sils, 36 · Tél. +34 972 841 213 · Fax +34 972 842 414 trias@triasbiscuits.com · www.triasbiscuits.com

Meranges Musée du sabot Pl. Major, 3 · Tél. +34 972 880 054 · Fax +34 972 880 054 meranges@meranges.cat

Santa Cristina d'Aro Grand Musée de la Magie ‘Casa Mágica’ – Collection Xevi Av. de l'Església, 1 · Tél. +34 972 837 209 · Fax +34 972 837 209 casamagica@xevi-ilusionista.com · www.xevi-ilusionista.com

Olot Maison-musée Can Trincheria C/ de Sant Esteve, 29 · Tél. +34 972 271 166 museucomarcal@olot.cat · www.olot.cat/cultura Musée régional de la Garrotxa C/ de l'Hospici, 8 · Tél. +34 972 271 166 · Fax +34 972 273 070 museucomarcal@olot.cat · www.olot.cat/cultura Musée des saints C/ de Joaquim Vayreda, 9 · Tél. +34 972 266 791 museusants@olot.cat · www.museusants.cat Musée des volcans Ctra. de Santa Coloma, 43 · Tél. +34 972 266 762 · Fax +34 972 270 455 museuvolcans@olot.cat · www.olot.cat/cultura Musée Paroissial Casa Rectoral · Tél. +34 972 260 474

Sils Collection d’automobiles de Salvador Claret Ctra. N-II, km 698 · Tél. +34 972 853 036 · Fax +34 972 853 786 casc@museuautomobilsclaret.com · www.museuautomobilsclaret.com Torroella de Montgrí Can Quintana — Musée de la Méditerranée C/ d'Ullà, 27-31 · Tél. +34 972 755 180 · Fax +34 972 755 182 info@museudelamediterrania.cat · www.museudelamediterrania.cat Musée de peinture Palau Solterra C/ de l'Església, 10 · Tel. +34 972 761 976 · Fax +34 972 760 607 ncosta@fundacionvilacasas.cat · www.fundacionvilacasas.cat Tossa de Mar Centre d’interprétation des phares de la Méditerranée Pl. del Far, s/n · Tél. +34 972 343 359 www.tossademar.cat/esfardetossa Musée ethnographique de Can Ganga C/ del Codolar, 4 · Tél. +34 972 343 359 www.tossademar.cat/canganga Musée municipal de Tossa (oeuvre de Chagall) Pl. de Roig i Soler, 1 (Vila Vella) · Tél. +34 972 340 709 · Fax +34 972 341 834 museu@tossademar.org · www.tossademar.cat/museu Ullastret Musée d’archéologie de Catalogne — Ullastret Puig de Sant Andreu, s/n · Tél. +34 972 179 058 macullastret.cultura@gencat.cat · www.mac.es

Ripoll La Farga Palau Pg. de la Farga Catalana, 14-16 · Tél. +34 972 714 142 · Fax +34 972 702 351 turismeripoll@ajripoll.com · www.ajripoll.com Musée ethnographique de Ripoll Pl. de l'Abat Oliba, s/n · Tél. +34 972 703 144 museuderipoll@museuderipoll.com · www.museuderipoll.org Sant Joan de les Abadesses Musée du monastère de Sant Joan de les Abadesses Pl. de l'Abadia · Tél. +34 972 722 353 turisme@santjoandelesabadesses.com · www.santjoandelesabadesses.com Toses Musée du berger Cal Pastor - C/ del Camí del Pelós, 2 · Tél. +34 972 736 163 ajuntament@toses.cat · www.toses.cat

Parcs de sculptures

G Pirineu de Girona

i

Calella de Palafrugell Jardins de Cap Roig Paratge de Cap Roig, s/n · Tél. +34 972 614 582 info@caproig.cat · www.obrasocial.lacaixa.es

Das Collection-Musée de Das Pg. de Rossend Arús, 3 - Ajuntament · Tél. +34 972 890 220 · Fax +34 972 890 836 das@das.cat · www.ddgi.es/das

Cassà de la Selva Parc Art (Collection d’art contemporain) Veïnat de Matamala · Tél. +34 972 463 081 parcart@parcart.net · www.parcart.net

Gombrèn Musée du Comte Arnau C/ del Carbasser, 3 · Tél. +34 972 730 300 · Fax +34 972 712 224 ajuntament@gombren.cat · www.gombren.cat

Porqueres Bois de Can Ginebreda Ctra. de Mieres, km 25 · Tél. +34 972 582 538 info@canginebreda.com · www.canginebreda.com

FÊTES DÉCLARÉES D’INTÉRÊT NATIONAL DATE

ACTIVITÉ

LOCALITÉ

Jeudi saint Vendredi saint Lundi de Pâques Samedi, dimanche et lundi de Pentecôte Dimanche précédant la Fête-Dieu 8 septembre Décembre

Danse de la mort Chemin de croix vivant Plantada de l’Arbre del Maig et Ball del Cornut Bal des petits chevaux Les Enramades Mare de Déu del Tura Pastorets et crèches vivantes

Verges Sant Hilari Sacalm Cornellà del Terri Sant Feliu de Pallerols Arbúcies Olot Général

37


Recommandations GÉNÉRALES Plutôt qu'un recueil exhaustif de ressources, les douze itinéraires culturels que vous propose ce guide sont un point de départ qui permet de découvrir l'énorme patrimoine culturel des régions de Gérone. Et donc n'oubliez pas ceci :

• Ces itinéraires sont prévus pour être faits en voiture. Parfois ils empruntent une piste forestière mais que peut parfaitement suivre une voiture particulière Cependant, vous trouverez toujours d'autres options qui vous permettront de ne pas quitter l'asphalte. Pour profiter de ces itinéraires et de leur environnement, nous signalons souvent des possibilités parallèles ou complémentaires de parcours à bicyclette ou de randonnées. 38

• En règle générale, le réseau routier de Gérone est fort bon et bien que ces itinéraires suivent tout type de routes, certaines même locales, ils ne devraient présenter aucun problème. En hiver, certaines routes des Pyrénées peuvent être gelées ou enneig��es ; il faut l'avoir prévu. • Le guide donne des indications qui suffisent pour ne pas rencontrer de problème en suivant les itinéraires, mais ce n'est tout de même pas un road book. Nous vous conseillons de vous munir d'une carte routière actualisée. • Les itinéraires ont été conçus par thèmes ; cependant bien des localités sont intéressantes à plus d'un titre. C'est pourquoi, à la fin de chaque parcours vous en seront indiqués d'autres qui peuvent se combiner avec celui que vous suivez. • Certains sont très longs. Nous les avons conçus pour vous permettre de découvrir en plusieurs journées les possibilités qu'offre le territoire. • La façon dont ces itinéraires sont présentés, en insistant sur les points forts et les localités principales par lesquelles ils passent, permet à chacun de s'organiser comme il le désire : les arpenter du début à la fin, n'en suivre que quelques tronçons, partir de son point de chute le plus proche, prendre des initiatives en fonction des goûts et des priorités de chacun, les combiner à d'autres activités, etc.


• Tous les itinéraires offrent de multiples possibilités de logement. Les voyageurs n'auront donc aucun problème en ce sens ; cependant il est bon, en haute saison, de planifier quelque peu et de réserver dans les endroits les plus touristiques. • Nous vous signalons le kilométrage approximatif de chaque itinéraire mais jamais sa durée : chacun planifie en fonction de ses goûts et du temps qu'il veut passer, dans chaque endroit, à visiter un musée ou à se promener dans un village ou dans une ville. Nous n'avons pas cherché à faire un rallye culturel mais à vous permettre de profiter au maximum de la région, de la gastronomie, du paysage, du commerce, des activités offertes à chaque fois, de tranquilles promenades… en un mot, de la façon méditerranéenne de jouir du temps et de la vie. • Il ne faut pas oublier les manifestations qu'offre la culture populaire à certains jours de l'année (Noël, Pâques, les fêtes patronales, les journées médiévales, etc.) et la gastronomie (il y a de multiples campagnes consacrées à des produits locaux tout au long de l'année). Toutes ces ressources renforcent encore l'attrait d'un endroit. • En été, de nombreux festivals de musique surgissent sur tout le territoire. Clore heureusement une journée en assistant à un concert dans un cadre historique ou architectural particulier n'est jamais déplaisant. • C'est pourquoi nous vous conseillons tout particulièrement de consulter les offices de tourisme locaux et régionaux ou Turisme de Catalunya qui vous procureront l'agenda des activités culturelles et des loisirs de chaque endroit. Ces activités sont évidemment encore bien plus nombreuses et plus variées que celles que nous vous proposons. • Les voyageurs qui désirent approfondir leur connaissance culturelle de ces régions trouveront aussi dans ces bureaux de nombreuses informations complémentaires.

39


OFFICES D’INFORMATION TOURISTIQUE

40

i

G

Costa Brava

Arbúcies : C/ Major, 6 Tél. +34 972 162 477 · Fax +34 972 860 983 www.arbucies.cat/turisme E-mail: ofturisme@ajarbucies.cat Banyoles : Pg. Darder – Pesquera, 10 Tél. +34 972 583 470 · Fax. +34 972 574 917 www.banyoles.cat/turisme E-mail: turisme@ajbanyoles.org Begur : Av. Onze de Setembre, 5 Tél. +34 972 624 520 · Fax +34 972 624 578 www.visitbegur.com E-mail: turisme@begur.cat Blanes : Pg. de Catalunya, 2 Tél. +34 972 330 348 · Fax +34 972 334 686 www.visitblanes.net E-mail: turisme@blanes.cat Pl. Catalunya, s/n Tél. +34 972 330 348 www.visitblanes.net E-mail: turisme@blanes.cat Breda : C/ Santa Victòria, 1 Tél. +34 972 871 530 www.breda.cat E-mail: elsforns@breda.cat Cadaqués : C/ des Cotxe, 2A Tél. +34 972 258 315 www.visitcadaques.org E-mail: turisme@cadaques.cat Caldes de Malavella : C/ Vall-llobera, s/n Tél. +34 972 480 103 www.caldesdemalavella.cat/turisme E-mail: turisme@caldesdemalavella.cat Calella de Palafrugell : C/ de les Voltes, 4 Tél. +34 972 614 475 www.visitpalafrugell.cat E-mail: turisme@palafrugell.cat Calonge : Pl. Major, s/n Tél. +34 972 609 445 ww.calonge-santantoni.com E-mail: turisme@calonge.cat Castelló d’Empúries : Pl. Jaume I, s/n Tél. +34 972 156 233 www.castello.cat E-mail: turisme@castello.cat Colera : C/ Labrun, 34 Tél. +34 972 389 050 · Fax +34 972 389 283 www.colera.cat E-mail: ajuntament@colera.cat

El Port de la Selva : C/ Illa, 13 Tél. +34 972 387 122 · Fax +34 972 387 413 www.elportdelaselva.cat E-mail: turisme@elportdelaselva.cat Empuriabrava : Pompeu Fabra, s/n (Centre Cívic) Tél. +34 972 450 802 · Fax +34 972 450 600 www.empuriabrava.cat E-mail: turisme@empuriabrava.cat Figueres : Pl. del Sol, s/n Tél. +34 972 503 155 · Fax +34 972 673 166 www.figueres.cat E-mail: turisme@figueres.org Girona : Av.Joan Maragall, 1 Tél. +34 872 975 975 www.gencat.cat/generalitatgirona E-mail: ot.girona@gencat.cat Punt de Benvinguda C/ Berenguer Carnicer, 3-5 Tél. +34 972 21 1 678 · Fax +34 972 221 135 www.puntdebenvinguda.com E-mail: pbturisme@ajgirona.org Rambla de la Llibertat, 1 Tél. +34 972 226 575 www.girona.cat/turisme E-mail: turisme@ajgirona.cat Hostalric : C/ Raval, 45 Tél. +34 972 864 565 · Fax +34 902 196 446 www.hostalric.cat · E-mail: turisme@hostalric.cat L’Escala : Pl. de les Escoles, 1 Tél. +34 972 770 603 · Fax +34 972 773 385 www.visitlescala.com ·E-mail: turisme@lescala.cat L’Estartit : Pg. Marítim, s/n Tél. +34 972 751 910 www.visitestartit.com · E-mail: info@visitestartit.com La Bisbal d’Empordà : Edifici Torre Maria - C. de l’Aigüeta, 17 Tél. +34 972 645 500 www.visitlabisbal.cat E-mail: turisme@labisbal.cat Castell Palau - Pl. del Castell, s/n Tél. +34 972 645 166 www.visitlabisbal.cat E-mail: turisme@labisbal.cat Llafranc : Pg. de Cípsela, s/n Tél. +34 972 305 008 · Fax +34 972 611 261 www.visitpalafrugell.cat E-mail: turisme@palafrugell.net Llagostera : Pg. Romeu s/n · Estació del carrilet Tél. +34 972 832 322 · Fax +34 972 805 468 www.llagostera.cat · E-mail: turisme@llagostera.cat

Llançà : C/ Camprodon, 16-18 Tél. +34 972 380 855 · Fax +34 972 121 931 www.llanca.cat · E-mail: turisme@llanca.cat Lloret de Mar : Av. de les Alegries, 3 Tél. +34 972 365 788 · Fax +34 972 367 750 www.lloretdemar.org E-mail: central-turisme@lloret.org Pg. Camprodon i Arrieta, 1-2 (Museu del Mar) Tél. +34 972 364 735 · Fax +34 972 360 540 www.lloretdemar.org · E-mail: lloret-turisme@lloret.org Maçanet de Cabrenys : Aparcament del Pont, s/n Tél. +34 972 544 297 · Fax +34 972 544 108 www.massanet.org · E-mail: turisme@massanet.org Mont-ras : Pl. de l’Ajuntament, 1 Tél. +34 972 301 974 · Fax +34 972 301 956 www.mont-ras.cat · E-mail: ajuntament@mont-ras.cat Palafrugell : C/ Carrilet, 2 Tél. +34 972 300 228 · Fax +34 972 611 261 www.visitpalafrugell.cat E-mail: turisme@palafrugell.net Palamós : Pg. del Mar, s/n Tél. +34 972 600 550 www.visitpalamos.cat E-mail: oficinadeturisme@palamos.cat Pals: Pl. Major, 7 Tél. +34 972 637 380 · Fax +34 972 637 326 www.pals.cat · E-mail: info@pals.cat C/ Aniceta Figueres, 6 Tél. +34 972 667 857 · Fax +34 972 637 818 www.pals.cat · E-mail: info@pals.cat Peralada : Pl. Peixateria, 6 Tél. +34 972 538 840 · Fax +34 972 538 327 www.peralada.org · E-mail: promocio@peralada.org Peratallada (Forallac) : C/ Unió, 3 Tél. +34 972 645 522 · Fax +34 972 645 524 www.forallac.cat · E-mail: turisme@forallac.cat Platja d’Aro : C/ del Mn. Cinto Verdaguer, 4 Tél. +34 972 817 179 · Fax +34 972 825 657 www.platjadaro.com E-mail: turisme@platjadaro.com Portbou : Pg. Lluís Companys Tél. +34 972 125 161 · Fax +34 972 125 123 www.portbou.cat E-mail: turisme@portbou.cat Roses : Av. de Rhode, 77-79 Tél. +34 972 257 331 · Fax +34 972 151 150 www.roses.cat · E-mail: turisme@roses.cat

Sant Antoni de Calonge : Av. Catalunya, 26 Tél. +34 972 661 714 · Fax +34 972 661 080 ww.calonge-santantoni.com E-mail: turisme@calonge.cat Sant Feliu de Guíxols : Pl. Del Mar, 8 - 12 Tél. +34 972 820 051 · Fax +34 972 820 119 www.guixols.cat E-mail: turisme@guixols.cat Sant Hilari Sacalm : Pl. del Doctor Robert, s/n Tél. +34 972 869 686 · Fax +34 972 869 677 www.santhilari.cat E-mail: oficinaturisme@santhilari.cat Sant Llorenç de la Muga : C/ Esglesia, 2 Tél. et fax +34 972 569 140 www.santllorençdelamuga.cat E-mail: ajuntament@santllorencdelamuga.cat Sant Pere Pescador : Ctra. De la Platja , s/n Tél. +34 972 520 535 · Fax +34 972 550 323 www.santpere.cat E-mail: oficinaturisme@santpere.cat Santa Cristina d’Aro : C/ Pl. Catalunya, 1 Tél. +34 972 837 010 www.santacristina.net E-mail: turisme@santacristina.net Tamariu : C/ de la Riera, s/n Tél. +34 972 620 193 · Fax +34 972 611 261 www.visitpalafrugell.cat E-mail: turisme@palafrugell.net Torroella de Montgrí : Museu de la Mediterrània Can Quintana. C/ d’Ullà, 31 Tél. +34 972 755 180 · Fax +34 972 755 182 www.museudelamediterrania.cat E-mail: info@museudelamediterrania.cat Tossa de Mar : Av. Pelegrí, 25, Ed. La Nau Tél. +34 972 340 108 · Fax +34 972 340 712 www.infotossa.com E-mail: info@infotossa.com Verges : C/ de la Placeta, 1 Tél. +34 972 780 974 http://webspobles.ddgi.cat/sites/verges E-mail: turisme@verges.cat Vilobí d’Onyar : Aéroport Gérone-Costa Brava Tél. +34 972 942 955 E-mail: ot.aeroportgirona@gencat.cat


i

G

Pirineu de Girona

Alp : Av. Tossa d’Alp, 6 Tél. et Fax +34 972 890 385 www.alpturisme.cat E-mail: turisme@alp2500.cat Besalú : Pl. Llibertat, 1 Tél. +34 972 591 240 · Fax +34 972 591 150 www.besalu.cat · E-mail: turisme@besalu.cat Camprodon : Pl. d’Espanya, 1 Tél. +34 972 740 010 · Fax +34 972 130 324 www.camprodon.cat E-mail: turisme@camprodon.cat La Vall d’en Bas (els Hostalets d’en Bas) : C/ Teixeda, 12 Tél. +34 972 692 177 · Fax +34 972 690 326 www.vallbas.cat E-mail: turisme@vallbas.cat La Vall de Camprodon (Camprodon) : Ctra. C-38, km 9,6 Tél. +34 972 740 936 · Fax +34 972 130 359 www.valldecamprodon.org E-mail: turisme@valldecamprodon.org

La Vall de Núria : Station de montagne Vall de Núria Tél. +34 972 732 020 www.valldenuria.cat E-mail: valldenuria@valldenuria.cat La Vall de Ribes (Ribes de Freser) : Pl. de l’Ajuntament, 3, baixos Tél. +34 972 727 728 www.vallderibes.cat · E-mail: turisme@vallderibes.cat Les Planes d'Hostoles : Pg. de l'Estació, 2 Tél. +34 972 448 026 · Fax +34 972 448 593 www.lesplanes.cat · E-mail: turisme@lesplanes.cat Les Preses : Antiga Estació, s/n Tél. +34 972 692 023 · Fax +34 972 692 020 www.lespreses.cat · E-mail: otlespreses@gmail.com Llívia : C/ dels Forns, 10 · Tél. et fax +34 972 896 313 www.llivia.org · E-mail: patronat@llivia.org Olot : C/ de l’Hospici, 8 Tél. +34 972 260 141 · Fax +34 972 271 900 www.turismeolot.cat · E-mail: turisme@olot.cat

Centre d’informació Casal dels Volcans Av. Santa Coloma, s/n Tél. +34 972 268 112 · Fax +34 972 270 455 www.gencat.cat/parcs/garrotxa E-mail: pnzvg@gencat.cat Puigcerdà : C/ Querol, 1 Tél. +34 972 880 542 · Fax +34 972 141 522 www.puigcerda.cat · E-mail: info@puigcerda.cat Ripoll : Pl. Abat Oliba, s/n Tél. et fax +34 972 702 351 www.ripoll.cat/turisme E-mail: turismeripoll@ajripoll.com Sant Feliu de Pallerols : Ctra. d’Olot, 43 (Antiga Estació) Tél. +34 972 444 474 · Fax +34 972 444 422 www.santfeliudepallerols.cat E-mail: turisme@santfeliudepallerols.cat Sant Joan de les Abadesses : Pl. de l’Abadia, 9 Tél. +34 972 720 599 · Fax +34 972 720 650 www.santjoandelesabadesses.cat E-mail: turisme@santjoandelesabadesses.com

Sant Joan les Fonts : C/ Juvinyà, s/n Tél. +34 972 290 507· Fax +34 972 291 289 www.santjoanlesfonts.cat E-mail: turismesantjoan@hotmail.com Santa Pau : Can Vayreda, Pl. Major, 1 Tél. et fax +34 972 680 349 www.santapau.com E-mail: turisme@santapau.cat Setcases : C/ del Rec, 5 Tél. +34 972 136 089 · Fax +34 972 136 037 www.setcases.cat E-mail: info@setcases.cat Vallter 2000 : Pla de Morens, s/n Tél. +34 972 139 057 www.vallter2000.com E-mail: comercial@vallter2000.com Vallfogona de Ripollès : C/ Puig Estela, 9 Tél. +34 972 701 909 · Fax +34 972 700 512 www.ddgi.es/vallfogona · E-mail: vallfogona@ddgi.es

Patronat régional de tourisme de la Cerdanya : Croisement routes N-152 et N-260 17520 Puigcerdà Tél. +34 972 140 665 · Fax +34 972 140 592 www.cerdanya.org E-mail: info@cerdanya.org

Turisme Garrotxa: Av. Onze de Setembre, 22, 2a planta 17800 Olot Tél. +34 972 271 600 · Fax +34 972 271 666 www.turismegarrotxa.com E-mail: info@turismegarrotxa.com

Offices de renseignements régionaux Costa Brava Centre de visitants del Gironès : Av. de França, 221 · 17840 Sarrià de Ter Tél. +34 972 011 669 www.turismegirones.cat E-mail: centredevisitants@girones.cat Conseil régional de l’Alt Empordà : C/ Nou, 48 · 17600 Figueres Tél. +34 972 514 431 · Fax. +34 972 505 681 www.empordaturisme.com E-mail: turisme@altemporda.org Conseil régional de la Selva : Pg. de Sant Salvador, 25-27 17430 Santa Coloma de Farners Tél. +34 972 841 702 · Fax +34 972 840 804 www.selvaturisme.cat E-mail: info@selvaturisme.cat

Pirineu de Girona Consorci Ripollès Desenvolupament: Polígono Industrial dels Pintors C/ Joan Miró, 2-4 · 17500 Ripoll Tél. +34 972 704 499 · Fax +34 972 704 530 www.elripolles.com E-mail: consorci@ripollesdesenvolupament.com

CERDANYA RIPOLLÈS

ALT EMPORDÀ

GARROTXA PLA DE L’ESTANY

Conseil régional du Baix Empordà : C/ dels Tarongers, 12 ·17100 La Bisbal d’Empordà Tél. +34 972 642 310 www.visitemporda.com E-mail: turisme@baixemporda.cat Conseil régional du Pla de l’Estany : C/ Catalunya, 48 · 17820 Banyoles Tél. +34 972 573 550 - Fax +34 972 575 012 www.plaestany.cat/turisme E-mail: turisme@plaestany.cat

GIRONÈS BAIX EMPORDÀ

SELVA

41


P D

Llívia

Eller

Coborriu de Viliella la Llosa Arànser

Ordèn Cortàs

Lles

Músser

Travesseres

Martinet

Nas

Ger

PUIGCERDÀ Bolvir

el Segre

All

Fontanals de Cerdanya

el Vilar d’Urtx

PA R C N AT U R E L DU CADÍ-MOIXERÓ

Riu de Urús Cerdanya Masella Túnel E-9 del Cadí

Pedra

E R

8

Núria

Queixans Urtx

Alp

I N G I

Vallter 2000 Vilallobent

Santa Eugènia Talló BaltargaSansor TarteraDas Beders Prats Olià Pi CoborriuBor

Villec Estana

Olopte

Prullans Bellver de Isòvol Cerdanya N-260

Montellà Bèixec

Saga

Gréixer

Talltendre

France

N-154

Guils de Cerdanya

Meranges

Girul

I R E

3

ser el Fre la Molina

Queralbs

3

C-16

Tregurà de Dalt Tregurà de Baix

Dòrria

Toses

Molló Rocabruna

Vilallonga de Ter

Planès

Ventolà

Nevà

ne arcelo vers B

Pardines Ribes de Freser

Planoles

France

Espinavell

7

Setcases

Llanars C-38

Abella

Beget

13

Camprodon

Campelles Bruguera

el Baell

Sant Joan de les Abadesses

N-260

Gombrèn

Campdevànol - Sant Llorenç de Campdevànol

RIPOLL

N-153a

la Vall de Bianya

N-260

C-26

Campdevànol Grand Chemin et Ancienne Route de Bergers

Oix

Sant Pau de Segúries

Ogassa

Montgrony

r el Te Route du fer et du charbon

Túnel de Collabós

Castellfollit l’Hostalnou de la Roca de Bianya Sant Joan les Fonts

Ripoll - St.Joan de les Abadesses Ogassa - Olot N-260a

C-17

Vallfogona de Ripollès

Beg

Riudaura La Pinya

C-26

14

OLOT

Sant Privat d’en Bas

les Llosses

Puigpardines

les Preses Sant Miquel del Corb

Joanetes

Vidrà vers Vic - Barcelone

Collada de Bracons

Bas

la Vall d’en Bas

els Hostalets d’en Bas

C-37

Sant Feliu de Pallerols

les d’H

la Salut

San Sac

Édition Patronat de tourisme Costa Brava Gérone Conception et production Centre d’Imatge i Comunicació Textes Alfons Berruezo Traduction Link Impression Agpograf Dépôt légal GI. 1558-2012 Photographes Àriadna Àlvarez Albert Duch Alfons Berruezo Antonio Garrido Arthur Selbach Francesc Tur J. Trull Joan Ureña Vidal Josep Maria Oliveras Josep Padilla Kim Castells Laura Moreno Maria Geli Melitó Casals “Meli” Pau Giralt-Miracle Pep Iglesias Pep Callís Pilar Planagumà Rafael Bosch Margarida Vila Iñaki Relanzón Photos cédées par : Archives photographiques del PTCBG A.C.T., Agence catalane de tourisme Mairie de Besalú Mairie de Blanes Mairie de Castelló d'Empúries Mairie de Lloret de Mar Mairie de Girona Mairie de Roses Mairie de Torroella de Montgrí Mairie de Tossa de Mar Conseil régional du Pla de l'Estany Conseil régional de la Selva Consortium Ripollès Desenvolupament Château de Peralada Fondation Gala-Salvador Dalí Musée du Cinéma, Girona Musée de l'Art, Girona Musée de l'Histoire du jouet, Sant Feliu de Guíxols M.U.M.E., Musée Mémorial de l'Exile, La Jonquera Parc Art, Parc des Arts Contemporains, Cassà de la Selva Vallée de Núria

Autoroute à péage Route nationale Voie rapide Voie prioritaire Route régionale Route locale En construction Autres routes Rivière Train à crémaillère

AP-7

Code d’autoroute Sortie d’autoroute

N-141

Code de route nationale

C-1411

Code de route régionale

C-25

Code de voie régionale prioritaire

C-151

Codage remplacé Limite régionale Chemin de fer Voie verte Tunnel

Principaux attraits 1- Festivals de musique de Torroella de Montgrí et Peralada 2- Calanques de Begur, Palafrugell et phare de Sant Sebastià 3- La Molina - Masella 4- Lac de Banyoles 5- Cités médiévales de Pals et Peratallada 6- Village ibère d’Ullastret 7- Vallée de Camprodon 8- Vallée et sanctuaire de Núria 9- Vila Vella (vieille ville) de Tossa de Mar 10- Jardins botaniques de la Selva maritime (Santa Clotilde, Pinya de Rosa et Marimurtra) 11- Vieux quartier de Gérone 12- Céramique de La Bisbal 13- Alta Garrotxa (Oix et Beget) 14- Parc naturel des Volcans de la Garrotxa 14- Parc naturel du Cap de Creus 16- Sant Pere de Rodes 17- Santa Pau 18- Besalú 19- Ruines d’Empúries 20- Cadaqués 21- Parc Naturel du Montgrí, des îles Medes et du Baix Ter 22- Parc naturel des Aiguamolls de l’Empordà 23- Triangle dalinien (musées de Figueres, Portlligat et Púbol) 24- Roman (global) 25- Gastronomie : « mer et montagne » (global)

Pantà de Susqueda

O

vers Vic - Manresa - Lleida

Sant Hilari Sacalm

Espinelves

Sant M de Clad

Viladrau

Arbúcies PARC NATUREL DU MONTSENY

Riells

Can Salvà

Viab

s ver

cel Bar


U O

N

A

France

CHAÎNE DES ALBÈRES

la Jonquera Sant Quirze de Colera

Maçanet de Cabrenys

la Vajol

E-15 AP-7

Agullana

Tapis

Darnius

Colera Platja de Garbet

Rabós

Sant Climent Sescebes

Llançà

Garriguella

Biure

Albanyà

13

Sadernes

Montagut

17

Maià de Montcal

18

Besalú Sant Ferriol

C-66

Falgons

Olot - Girona

4

Pujarnol

Camós Palol de Revardit

Sant Martí de Llémena

E-15 AP-7

Sant Gregori

r

Bonmatí

Sarrià Sant Julià de Ter de Ramis

11

Bescanó

Anglès

Aiguaviva

Sant Dalmai

Aéroport Girona-Costa Brava

Castanyet

brea

e

lon

Hostalric

Ullastret

6

Palau-sator

Fonteta

Platja Gran

Platja de Pals Platja del Racó Cala d’Illa Roja Platja de Sa Riera Sa Riera Platja d’Aiguafreda Sa Tuna Platja de Sa Tuna Begur

Sant Julià de Boada

5

C-66

Torrent

Regencós Esclanyà

Cala de Aigua Xelida Platja de Tamariu Tamariu Cala Pedrosa GIV-6548 Cala de Gens Ermedàs Llafranc Platja de Llafranc Calella de Platja del Canadell Palafrugell Platja de Port Bo

Palafrugell Mont-ras Vall-llòbrega Route du Petit Train

Palamós - Vall-llòbrega - Mont-ras - Palafrugell C-31 Calonge

2Cap de Begur

Platja Fonda Fornells Cales de Fornells Platja d’Aiguablava Aiguablava

GIV-6542

2

Platja de la Fosca la Fosca Cala Margarida Platja Palamós Gran Sant Antoni de Calonge Platja des Monestri Llagostera Platja de Sant Antoni Platja de Torre Valentina C-65 Cala Cristus-ses Torretes Castell d’Aro Solius Platja d’Aro Cala Sa Cova Cala Rovira Santa Cristina Platja Gran Cala Sa Conca d’Aro s’Agaró Plages d’extrême qualité 2012 Platja de Sant Pol Label octroyé par l’Union européenne pour la qualité des eaux et des services que les Sant Pol Platja de Sant Feliu de Guíxols plages offrent aux estivants. Sant Feliu de Guíxols Canyet Platja de Canyeretes Platja del Senyor Ramon Sant Grau Cala Salionç Port à pavillon bleu Salionç

Caldes de Malavella C-35

Vidreres

C-253

9

Cala Giverola Cala Bona Platja de la Mar Menuda Platja Gran Lloret de Mar Cala Llorell Platja de Canyelles Platja de Lloret de Mar Platja de Fenals Santa Cristina Platja de Sa Boadella Platja de Santa Cristina Blanes Platja de Sant Francesc Platja de Blanes Palafolls Platja de S’Abanell

Tossa de Mar

10

10

A-19

21

Parc Naturel du Montgrí, des les Medes et du Baix Ter

Romanyà de la Selva

E-15

Tordera

Parlavà

23 Corçà

Cassà de la Selva

AP-7

10

Torroella Gualta de Montgrí Serra de Daró Llabià Fontanilles

L E S G AVA R R E S

Massanes Breda

Fonolleres

Cala Pedrosa

l’Estartit

Ultramort Rupià

Girona - St. Feliu de Guíxols

Maçanet 9 de la Selva

1

C-31

Sils Sant Feliu de Buixalleu

Cala Farriola Golf de la Monedera

Sobrestany

Ullà

Llambilles

C-63 A-2

Cala Montgó

Riells

Albons

Bellcaire d’Empordà

12

Route du Carrilet

Riudarenes

Platja del Moll Grec Platja de les Muscleres Platja de l’Escala l’Escala Platja de Riells

Llofriu

Riudellots Campllong de la Selva Sant Andreu Franciac Salou

C-25

SANTA COLOMA DE FARNERS

19

Sant Martí d’Empúries

C-252

8

Vilobí d’Onyar

i

Fornells de la Selva l’Onyar

43

Verges

el Ter

Quart A-2

Salitja

Brunyola

Golf de Roses

Monells LA BISBAL Peratallada Canapost D’EMPORDÀ Sant Sadurní Vulpellac Sant Feliu Pals Cruïlles de l’Heura de Boada

7

Vilablareix

Badia de Cadaqués Montjoi

22

la Tallada d’Empordà

Jafre

Púbol

23 20

l’Armentera

C-31

Foixà

GIRONA

N-141

ga

Ventalló

Vilopriu Colomers

Madremanya

Portlligat

Cadaqués

Torroella de Fluvià

Garrigoles

Sant Martí Vell la Pera

Cap de Creus Platja de S’Alqueria

Platja de Roses Cala Jóncols Platja de la Punta Empuriabrava Platja de Canyelles Platja de l’Almadrava Platja d’Empuriabrava

Mu

Viladamat

Flaçà

Juià

la

Roses

C-260

Vilamacolum Sant Pere Pescador

Saus

Sant Jordi Desvalls

Sant Joan de Mollet

Celrà

Salt

C-63

Miquel dells

Cervià de Ter

Castelló d’Empúries

Sant Miquel de Fluvià

Viladasens

Cornellà del Terri

15

Vilacolum

Orriols

Camallera

Vilamarí Sant Esteve de Guialbes Pujals dels Cavallers Olives

6

Siurana

Sant Tomàs de Fluvià

Sant Mori

Bordils Canet d’Adri

Vilamalla

Palau de Santa Eulàlia

5

P A R C N AT U R E L

P. N . D E S A I G UA M O L L S D E L’ E M P O R D À

Riumors

Vilaür

Vilademuls

16

Palau-saverdera D U C A P D E C R E U S

Fortià

el Far d’Empordà

Arenys d’Empordà

Medinyà

el Te

Osor

Vilavenut

Pujals dels Pagesos

Amer

la Cellera de Ter

Vila-sacra

23

Ermedàs

Bàscara

Galliners

Fontcoberta

Granollers de Rocacorba

Route du Carrilet

Romanyà d’Empordà

Pedret i Marzà

el Port de la Selva la Selva de Mar

Vilabertran

Garrigàs

Pontós

Espinavessa Orfes

Porqueres Estany de Banyoles BANYOLES

Sant Aniol de Finestres

nt Martí calm

Esponellà

Sant Miquel de Campmajor

Sant Esteve de Llémena

el Fluvià

Serinyà

Mieres

s Planes Hostoles

Crespià

el Torn

Sant Martí Vell

Cabanes

FIGUERES Vilanant Vilafant Avinyonet de Puigventós Santa Llogaia d’Àlguema Cabanelles Borrassà 4 Navata N-260 Ordis

Beuda

Sant Jaume Argelaguer de Llierca

Santa Pau

Peralada

Lladó

A-26

PARC NATUREL DES VOLCANS DE LA GARROTXA

3

Cistella

Mare de Déu del Mont

Sales de Llierca

Tortellà

Pont de Molins Llers

Terrades

Vilajuïga Pau

1

A-2

Boadella d’Empordà

El Golfet

Sant Pere de Rodes

C-252

Sant Llorenç de la Muga

Cala Canyelles Platja de Grifeu Platja del Port Platja de les Tonyines Platja del Port de la Selva Platja del Pas

Grifeu

Vilamaniscle

Mollet de Peralada

Masarac

Pantà de Boadella

N-260

Espolla Capmany

04/12

Cala de les Rates Platja Gran

Portbou

Cantallops 2

gudà

4

France

vers Barcelone

Label “Q” de qualité touristique (ICTE) 2012 Begur: Platja d’Aiguablava, Platja del Racó et Platja de Sa Riera Calonge: Platja de Sant Antoni Castell-Platja d’Aro: Platja Gran de Platja d’Aro et Platja de Sa Conca Castelló d’Empúries: Platja d’Empuriabrava Torroella de Montgrí: Platja Gran de L’Estartit Cerdanya: station de ski La Molina Garrotxa: Parc naturel des volcans de la Garrotxa Ripollès: station de ski Vall de Núria

Cruise port EMAS 2011 Eco-Management & Audit Scheme Calonge : Cala Cristus - Ses Torretes, Platja des Monestri, Platja de Sant Antoni et Platja de Torre Valentina El Port de la Selva : Club Nàutic Port de la Selva L’Escala : Platja del Moll Grec, Platja de les Muscleres, Platja de Riells, La Platja, Cala del Port d’en Perris, Platja del Portitxol et Club Nàutic l’Escala Llançà : Club Nàutic Llançà Palafrugell : Platja del Canadell, Platja de Llafranc et Platja del Port Bo Palamós : Port Esportiu Marina Palamós Roses : Platja de l’Almadrava, Cala del Bonifaci, Cala Calís, Cala Calitjàs, Cala Canadell, Platja de Canyelles Petites, Cala Jóncols, Cala Montjoi, Cala Murtra, Platja Nova, Platja dels Palangrers / Segon Moll, Cala Pelosa, Platja de la Punta, Platja del Rastrell, Cala Rostella, Platja del Salatar, Platja de Santa Margarida et port de Roses Sant Feliu de Guíxols : Cala Ametller, Platja de Can Dell, Platja dels Canyerets, Cala Jonca, Cala de Maset, Cala del Peix, Platja de Sant Pol, Sa Caleta, Platja de Port Salvi, Platja de Sant Feliu, Cala Urgell, Cala del Vigatà et Club Nàutic Sant Feliu de Guíxols Torroella de Montgrí : Platja Gran de L’Estartit et Club Nàutic Estartit


www.costabrava.org www.pirineugirona.org

T茅l. +34 972 208 401 路 Fax +34 972 221 570 costabrava@costabrava.org


Routes Culturelles