Page 1

Portfolio Cosette MERIC

étudiante en paysage à l’ensnp

blois, FRANCE


Cosette

MERIC

Formation

2013 :

Erasmus à l’University College Dublin.

2010-2014 : Première, deuxième, troisième et quatrième années à l’Ecole Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage (ensnp). 2009-2010 : L1 à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Bordeaux. 2008-2007 : Bac européen allemand, série scientifique. Mention très bien.

Etudiante à l’ensnp Ecole Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage 20 ans (née le 29.10.1992) 6 rue Henri Drussy 41 000 Blois

cosette.meric@gmail.com


Expériences professionnelles

Divers

Juin-Juillet 2013: Stage à l’agence Interscène, surccusale Marrakech. Juillet-Août 2012 : Bénévole WOOF dans différents jardins et fermes en Irlande Avril-Mai 2012 : Stage dans une ferme en agroforesterie en Amérique Centrale (Bélize).

Logiciels : Photoshop, InDesign, Illustrator, Sketchup, Autocad, Vectorworks, QGis. Titulaire du PSC1 (Prévention Secours Civique 1er niveau). Scoutisme : responsable et animatrice d’enfants. Loisirs et intérêts : lecture, dessin, voyage, théatre.

Juillet-Août 2011 : Bénévole WOOF dans différents jardins en Angleterre. Avril-Mai 2011 : Stage au Jardin Botanique de l’Université de Cambridge.


projeter


milieu urbain

Escalier Denis Papin, Blois.

1Redonner une perception locale Donner une meilleure conscience de la vie locale environnante avec un projet son et lumière. Actuellement, le passant, arrivant en haut de l’escalier Denis Papin à Blois, se retrouve happé par la perspective grandiose et le bruit de l’avenue en contrebas. Le site est ponctué de seuils lumineux et sonores qui rendent chaque passant perceptible à l’échelle locale. Des plaques métalliques, au sol, marquent chaque passant d’un son profond et rond et créent une nouvelle empreinte sonore au quartier. La nuit, ses seuils s’allument de spots rasants très puissants, projetant l’ombre des passants sur la surface opposée. Des silhouettes se meuvent et dansent au bout d’un fil. Le soir, la vie des habitants du quartier, visibles par les fenêtres illuminées, est amplifiée par des faisceaux lumineux rasant les pignons aveugles.


milieu urbain

2 Associer la forêt à l’urbain Vielliers Fins, Blois

b

a

rue

jardins privés

forêt communale

jardins privés


n

A chemin entre jardins et forêts

Dessiner l’agrandissement de l’agglomération blésoise, en créant un lien avec sa forêt domaniale. Mon parti-pris est de tirer la forêt dans la ville en deux coulées sur lesquelles s’appuie un résidentiel dense. Sur des parcelles étroites mais relativement vastes, le bâti, est très compacte, s’élèvant généralement sur 2 étages, pignon sur rue. Sur le côté rue les habitants vivent dans une véritable rue, sur le côté jardin, ils ont un accès direct à la forêt qui sert de liaison douce vers le centre ville.

b


grand paysage

Chémery, Loir-et-Cher.

3 concilier axe routier et environnement Dessiner et argumenter un tracé de déviation à 110km/h d’un village en pleine campagne. Défendre une déviation à 110km/h (30m d’emprise minimale) en rase campagne n’est pas aisé. Le tracé téméraire, se joue et joue avec les reliefs pour intégrer la route et limiter les impacts sonores et visuels. De plus la déviation par son emprise foncière importante devient l’occasion de créer une plus grande continuité écologique à travers de la plaine agricole tourangelle. Ma séquence correspond au passage de la déviation sous une départementale. L’entrée dans un boisement s’accompagne de la séparation des voies pour accentuer le resserement du paysage. La route s’enfonce alors peu à peu, dessinant des talus empiérés où s’étage une forêt riche et diversifiée.


10m


milieu urbain

Welligton Quay, Dublin.

3 amĂŠnager le fleuve en centre ville

n 5m

20m


1m

5m

Réfléchir à une nouvelle organisation des quais de Dublin pour rendre le fleuve Lifee plus attractif et prévoir la montée des eaux. Concevoir les berges comme étant un espace de promenade, oblige à restraindre au minimum la place de la voiture pour libérer une voie cyclable en double sens. Les piéton gagnent sur le fleuve grace au porte à faux élancé et sont clairement séparés du flux automobile par la végétation. Les détails en acier corten plié qui rythme le projet, rapellent la légèreté du papier.


milieu urbain

Grand Canal Square, Dublin.

5 proposer l’amélioration d’une place Analyser le microclimat et l’appropriation d’une place. Réfléchir à une solution simple. La célèbre place de Martha Schwartz Partners ne présente aucun espace confortable face aux bourrasques de vent. Elle n’est, par ailleurs, pas réellement fréquentée mais plutôt traversée. En remplaçant les tristes plantations actuelles en bac de béton par des saules en cépée et en créant une clairières dans ce bosquet, un brise-vent efficace serait créé ainsi qu’un espace plus intime et ludique qui viendrait adoucir la raideur de cet espace public.

avant

après


milieu urbain

Parnell square & Jardin du Souvenir, Dublin.

6 un Métro urbain en forêt

eet

Parnell Str

Hopital Rotunda

Installer un arrêt de métro à Parnell square. Parnell square est n’est malheureusement plus d’un square que dans son nom. Encombré d’un hôpital chaotique et d’un jardin clos iconique, il ne reste rien du parc Victorien du 19 ième. L’arrivée du métro me semble une occasion de recréer un espace unifié où le citoyen peut avoir un contact avec le végétal. L’hôpital est restructuré en densifiant son espace bâti. Le Jardin du Souvenir est conservé à l’identique excepté que ses pelouses sont plantées de rangées de bouleaux blancs. Ces bandes sont tracées en rapport avec le parcellaire particulier des maisons attenantes pour renforcer le lien entre ce jardin exogène et l’espace urbain.

Jardin du Souvenir

n

La « forêt urbaine » qui recouvre l’autre part de l’espace est un compromis entre la Ville et la Nature où les piétons sont acteurs de l’équilibre. De larges dalles de granite permettent aux usagers de traverser et d’utiliser les espaces qu’ils veulent. Ceux restant ne sont ni piétinés, ni entretenus et la végétation peut s’y exprimer librement.

métro


découvrir expérimenter


grand paysage

Les Causses et les Cévennes.

1voyage D’étude pluridisciplinaire Analyser et comprendre, croiser différents champs disciplinaires, retranscrir les athmosphères et rassembler les informations.

paysage Des Causses


Un herbier dans les cevennes


paysage très lointain

2 stage Dans une ferme d’agroforesterie Maya Mountains, Bélize, Amérique Centrale.


-découvrir les écosystèmes de l'Amérique tropicale et en comprendre leurs enjeux - apprendre les principes de l'agroforesterie et de la conservation des sols -vivre dans une démarche d'autosuffisance et cultiver café et caco.

kamito goyave

papaye

cacao


milieu urbain

Av de la Liberté, Differdange, Luxembourg.

3 workshop: Diffusion culturelle Participer à un Workshop européen et réaliser une oeuvre en extèrieur sur le thème de la migration. L’installation représente le passage d’une frontière et le processus complexe de création et de combinaisons de cultures. De passer d’un pays à un autre peut provoquer une lutte identitaire qui est symbolisé par la métaphore du pont. Malgré ses multiples couches culturelles, nous appartenons tous à la même communauté humaine comme ces cubes de bois colorés dépouillés de leurs peintures.


installation rĂŠalisĂŠe avec Aisling Clarke et Laura Doherty


milieu urbain

Dundrum, Dublin.

4 décomposer les perceptions Analyser comment nous percevons le monde physique qui nous entoure pour comprendre les fondements esthétiques portés sur un paysage.

SenSory

Formal

expreSSive


Portfolio paysage Cosette MERIC  

un résumé de mon travail, en tant qu'étudiante à l'ensnp, Blois et l'UCD Dublin

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you