Page 2

ÉDITORIAL

EDITORIAL

PENSER JUSTE. PARLER VRAI. AGIR FORT.

L

René Roch

■ Président de la FIE. ■ President of the FIE. ■ Presidente de la FIE.

e Congrès électif qui s’est réuni à Paris le 9 décembre 2000 a connu un réel succès. Jamais nous n’avions rassemblé tant de participants puisque quatrevingt-dix-huit fédérations sur cent six étaient présentes ou représentées. Cette participation exceptionnelle montre tout l’intérêt que nos membres affiliés portent à l’avenir de notre sport car il s’agissait de voter certes pour le renouvellement des instances dirigeantes mais plus exactement sur un programme et sur un bilan. Les congressistes ont choisi et ils ont clairement démontré leur volonté de faire évoluer notre sport vers la médiatisation et la modernisation de ses fondements. Ce fut une très grande satisfaction pour moi de recueillir plus des trois quarts des suffrages exprimés et je tiens à remercier tous ceux qui m’ont encore une fois honoré de leur confiance. Cet honneur impose bien évidemment des devoirs et le premier est de respecter les engagements pris devant vous tous. Bien évidemment, rien ne pourra être fait sans votre collaboration et la bonne compréhension de la démarche que vous devons entreprendre. Un sport ne peut plus être ésotérique dans la mesure où il est nécessaire d’être reconnu par les médias pour survivre. Il est évident que, si nous voulons que nos tireurs reçoivent la juste rémunération de leurs efforts en plus de la considération dont nous les honorons, il faut qu’ils présentent des prestations valables. Nous devons raisonner en terme de marketing et il est bien certain que, pour qu’un produit soit achetable, il faut soigner sa qualité et le rendre attractif. C’est pourquoi j’ai axé mon programme sur deux idées forces: meilleure présentation de nos compétitions, réforme de certains points du règlement afin de rendre notre sport plus compréhensible. Nous avons déjà recueilli à Sydney les bienfaits des efforts faits en ce sens durant les quatre années précédentes. Nous devons persister et développer nos actions dans les trois directions suivantes: marketing, Internet, télévision. Allons-nous accepter de mettre en péril notre sport pour préconiser une mauvaise interprétation de notre règlement lors de l’électrification du fleuret? Allons-nous rester immobiles devant la dégradation de cette arme? Serons-nous capables d’accepter des réformes raisonnables pour que le public comprenne les décisions de l’arbitre? Serons-nous capables de nous discipliner afin que l’organisation rationnelle de nos compétitions soit possible? En cette période de vœux, permettez-moi de souhaiter que nous regardions les choses en face sans a priori et surtout objectivement. Nous avons une année pour parachever les réformes entreprises qui nous permettront d’entrer brillamment dans le troisième millénaire. Qui aurait pu croire que notre sport aurait un tel succès à Sydney? Qui pouvait penser que nous manquerions de billets pour les finales des JO? Bien évidemment, nous devons remercier les organisateurs de ces Jeux et plus particulièrement Bob Elphinston et Bill Ronald qui nous ont assuré une collaboration très efficace. Je souhaite que cette année 2001 prouve que l’image de notre sport aux Jeux olympiques n’était pas le fruit d’une passion fugitive, mais bien une démarche durable assurant la pérennité de l’escrime que nous aimons tous. Si nous pensons juste, n’hésitons pas à parler vrai et à agir fort. ● Bonne année à tous.

2 • ESCRIME INTERNATIONALE

FIE Escrime # 35  

Fencing Escrime Magazine # 35

Advertisement