Page 1

TRIMESTRIEL JANVIER FÉVRIER MARS 2016

N°10

LE VOYAGE en AFRIQUE

NAMIBIA

TAKE A WALK ON THE WILD SIDE

CONGO

UN ROYAUME À BUNKEYA

CÔTE D’IVOIRE

ASSINIE, ENTRE DEUX EAUX

MOZAMBIQUE,

LES DERNIERS FILS DE SINDBAD

World

PARIS GENÈVE ROME

TRAVEL IN AFRICA

HAMAJI I 1


N°10

JANVIER FÉVRIER MARS 2016

SOMMAIRE

VOYAGEZ AVEC UN TARIF UNIQUE PAR CONTINENT Lorsque vous voyagez avec airtel, vous profitez d’une tarification unique associée au continent d’accueil visitez : africa.airtel.com

16

ASSINIE UN PARADIS ENTRE DEUX EAUX ASSINIE, PARADISE FLOATING

EN AFRIQUE

26

CONGO UN ROYAUME À BUNKEYA

36

AU SÉNÉGAL, LA LUTTE EST UNE FÊTE IN SENEGAL, WRESTLING IS A FEAST

44

RENCONTRE 52

DIDIER MPAMBIA, KADERIK ARTISTE POP ART

GLAMOUR 60

PRÉCIEUSE AFRIQUE AFRICAN CREATIVE BY A. CONSTANT

FASHION 64

LE NZASSA MODE IN ABIDJAN

MAGAZINE 66

AU MOZAMBIQUE LES DERNIERS FILS DE SINDBAD IN MOZAMBIQUE, SINDBAD LAST SONS

DECOUVERTE 74

LA PEINTURE DE MODE MUNTU MODE MUNTU ‘SPAINTING CÉCILE FHAKOURY’S GALLERY

CHRONIQUES AFRICAINES

COMPELING LIFESTYLE IN BLUE ROCK

82

AILLEURS 86

LIFESTYLE IN PARIS

TRAINEAUX, CHIENS, BIENVENUE AU GROENLAND ! DOGSLEDDING GREENLAND!

88

IN GENEVE

94

IN ROME

100

Plus de page 55 Plus dedétail détailsur en la page 110 2 I HAMAJI

OUT OF AFRICA

NAMIBIA, TAKE A WALK ON THE WILD SIDE

FOOD 104

LA CUISINE INSIPREE DE NATHALIE GUIRAL THE INSPIRED CUISINE OF NATHALIE GUIRAL

HAMAJI’S PEOPLE 108 PHOTO DE COUVERTURE ROBBERT KOENE

HAMAJI I 3


L’empreinte de votre succès

Votre partenaire numéro un en RD Congo Plus importante banque par le total de bilan, les dépôts, les crédits et les fonds propres, RAWBANK est le numé¬ro un en République démocratique du Congo. S’appuyant sur ces fortes positions, RAWBANK entre aujourd’hui dans une nouvelle dimen¬sion : le numéro un veut être « la meilleure des banques en RDC », au bénéfice de toutes les parties prenantes. Préférer RAWBANK pour vous développer en République démocratique du Congo, c’est choisir un partenaire solide et efficace, proche du terrain, très impliqué dans l’économie congolaise et dont la crédibilité internatio¬nale est incontestable.

Rawbank

ITMS 636931

IS 636930

Rawbank sa


. U MONDE U BOUT D R ’A IE U L Q B S U U ÈNE J OUR P GAZINE P OUS EMM A V M E E IN L Z R A AG CTE . À CONTA HAMAJI M INATIONS INVITONS S PÉRÉGR S O U V CTEURS. O T V E S S S TO NOU DE SE LE E R T E. N VOS PHO O C REN I’S PEOPL PART À LA AU SUJET HAMAJ E IN Z A G A VE HAMAJI M S STARS DU NOU ECTURES LE Z E N E V EZ VOS L E G D TA W. R A P , TTES WW LÉGER OS TABLE OYAGEZ V V R ! U S S A E P LIEZ GAZIN ET N’OUB MAJI MA OM RGEZ HA A H LESIMA.C C IL É E L N É COR ET T

JOIN US!

TRIMESTRIEL

ÉDITO

LE VOYAGE en AFRIQUE

LE MOT DE L’ÉDITEUR

Hamaji Magazine vous emporte toujours plus loin Grâce à votre adhésion, Votre magazine est aujourd’hui imprimé à 20000 exemplaires. Avec une très vaste circulation, ce sont plus de 450000 lecteurs qui emportent nos voyages en Afrique et dans le reste du monde

ON ALLAIT VERS D’AUTRES PORTS, D’AUTRES EMBOUCHURES. MANNA, SETTA KROU, TABU, SASSANDRA, INVISIBLES DANS LES PALMES SOMBRES, ET LES ÎLES APPARAISSANT, DISPARAISSANT, LES FLEUVES ROULANT LEURS EAUX LIMONEUSES, POUSSANT VERS LA MER LES TRONCS ERRANT COMME DES MÂTS ARRACHÉS DANS UN NAUFRAGE, BANDAMA, COMOE, LES LAGUNES, LES IMMENSES PLAGES DE SABLE.

Chers amis lecteurs, Hamaji Magazine vous a accompagné tout au long de 2015, partageant avec vous nos rêves de voyage à la découverte du continent africain et du monde. L’aventure continue en Afrique de l’ouest, Hamaji Magazine est lu en Côte d’Ivoire. Vous trouverez votre magazine transformé, enrichi de nouveaux sujets. En 2016, ensemble, nous continuerons à vivre, aimer, créer, sortir, vivre la nuit, lire, partager, être libres de nos choix, croire en un monde plus tolérant, rêver pour nos enfants à des futurs pleins de lumière... Et toujours, espérer. Toute l’équipe d’Hamaji Magazine s’associe à moi pour vous souhaiter une merveilleuse année faite de sérénité et de paix. Et de merveilleux voyages à la découverte du monde…

! S U W FOLLOtagram

acebook F

WE WERE CRUISING TOWARDS OTHER PORTS, OTHER RIVER MOUTHS. MANNA, SETTA KROU, TABU, SASSANDRA, INVISIBLE BETWEEN THE DARK PALMS, AND ISLANDS APPEARING, DISAPPEARING, RIVERS ROLLING THEIR MUDDY WATERS, PUSHING TOWARDS THE SEA THE WANDERING TREE TRUNKS COMPARABLE WITH MASTS DESTROYED DURING A SHIPWRECK, BANDAMA, COMOE, LAGOONS, THE IMMENSE SANDY BEACHES.

Ins

4633 243 85257 + 5 1 8 9 om 2 eillesima.c +243 8534 : rn o ts c .c ta w n w o w C .com rneillesima o c r@ o it d e

JEAN-MARIE GUSTAVE LE CLÉZIO « ONITSHA » HAMAJI I 7


Contributeurs

Contributeurs

OUT OF AFRICA Robbert Koene

OUT OF AFRICA Gerda Denis

Grand voyageur, Robbert Koene a développé une connaissance approfondie sur l’Afrique australe. Il s’est découvert une passion pour la photographie d’intérieur, les paysages et les gens. Having become quite a seasoned traveler, Robbert Koene has developed an extensive knowledge of the Southern Africa. His wonderment of Africa, its culture and influences started coming to the fore. and Robbert found himself drawn towards shooting interiors, landscapes and people.

Ses photos ont été publiées dans de nombreux magazines sud-africains et internationaux tels que Harper’s Bazzar, GQ, Elle et Marie Claire. Photographe professionnelle depuis de nombreuses années, Gerda Genis est respectée pour son souci du détail et de la conception. Vérité et caractère sont les forces motrices de son travail. Her work has appeared in many SA and international magazines, the likes of American Harper’s Bazaar, GQ, Elle and Marie Claire. Long-time professional photographer Gerda Genis, it is her eye for detail and design that she is respected for. The pursuit of truth and character is the driving force behind her work

EN AFRIQUE Jean-Marc Lederman

Jean-Marc est un photographe de mode Français installé au Cap depuis plus de 20 ans. Il a également fait des études d’archi à l’école des Beaux Arts de Paris, mais sa passion pour la photo a pris le dessus. Pour Hamaji Magazine il signe le sujet sur les lutteurs du Sénégal. Jean Marc is a French fashion photographer who’s been living in Cape Town for more than 20 years. He’s also been studying architecture in Paris at l’Ecole Des Beaux Arts, but became more passionate about photography, reason why he followed this path. For Hamaji Magazine he realises a subject on wrestling in Senegal.

EN AFRIQUE Nabil Zorkot

EN AFRIQUE Nathalie Bardin

EN AFRIQUE Raphaël Kalume

est un autodidacte. Ce juriste passionné de photographie est membre du collectif AMKA. Il vit en République Démocratique du Congo, à Lubumbashi. Pour Hamaji Magazine il signe un sujet sur le Royaume de Bunkeya. Raphael Kalume is a lawyer, photography enthusiast and member of the AMKA collective. He lives in Lubumbashi, Democratic Republic of Congo. For Hamaji Magazine, he writes a story about the Kingdom of Bunkeya.

8 I HAMAJI

Nathalie est une photographe et bloggeuse Franco- Norvégienne établie au Cap depuis maintenant 2 ans. Elle a grandit en Afrique de l’Ouest et voyage toute sa vie, d’où sa passion pour le photo reportage. Nathalie is a French and Norwegian photographer and blogger, established in Cape Town for 2 years. She grew up in West Africa and travelled her entire life, reason why she became passionate about photo journalism.

MAGAZINE Stéphane de Rouville

Gwenn Dubourthoumieu s’est intéressé à la photographie alors qu’il travaillait en Afrique pour des ONG humanitaires. Correspondant pour l’Agence France Presse en République Démocratique du Congo d’avril 2010 à décembre 2011, il vit aujourd’hui à Paris. Son travail est régulièrement récompensé. Gwenn Dubourthoumieu became interested in photography while working in Africa for humanitarian NGOs. Correspondent for Agence France Presse in the Democratic Republic of Congo from April 2010 to December 2011, he now lives in Paris. His work is regularly rewarded.

Cinéaste de formation mais photographe de métier, Nabil Zorkot parcourt la Côte d’Ivoire depuis 20 ans pour son travail d’éditeur ou pour des commandes clients. Ce photographe polyvalent est très attaché à la protection de l’environnement. Son travail artistique est une interpellation permanente. Filmmaker but also photographer, Nabil Zorkot has been travelling around Ivory Coast for 20 years either for his publishing business or to fill customer orders. This multi-skilled photographer is very committed to the protection of the environment. His artistic work is a permanent questioning.

HAMAJI I 9


Contributeurs AU BOUT DU MONDE Pierre-Alexandre Van de Walle

L’homme aux lunettes rouge! Economiste, conseiller financier, Pierre-Alexandre voyage à travers le monde une bonne partie de l’année pour découvrir de nouveaux endroits…souvent hors des sentiers battus… The man with the red glasses! Economist, financial advisor, Pierre-Alexandre crosses the world as often as he can to discover new places …out of the tracks…

CHRONIQUES AFRICAINES Maxime Delafoy

Etudiante en Business à l’Université de Stellenbosch en Afrique du Sud, Maxime Delafoy signe pour Hamaji Magazine son premier reportage dans une toute nouvelle rubrique intitulée « Les Chroniques de l’African Missioner ». Depuis toute jeune, elle se passionne pour les voyages et est sans cesse à la recherche de nouvelles adresses et expériences à faire partager. Currently studying Business at the University of Stellenbosch in South Africa, Maxime Delafoy writes for Hamaji Magazine her first article in a brand new section entitled «The Chronicles of an African Missioner». Ever since she was very young, she has been a fan of travels and is constantly in search for new ‘places to be’ and expe

FOOD Nathalie Guiral

Nathalie Guiral entre en cuisine en 2002 après avoir travaillé dans la finance et l’évènementiel. Au commencement, elle donne des cours de cuisine à Malmö en Suède et à Lyon. Puis se professionnalise à Paris à l’école Ferrandi. Après un poste au restaurant étoilé « Le Grand Véfour » elle devient chef à domicile chez des particuliers. Aujourd’hui, elle collabore avec des entreprises comme Marmiton, Mastrad, Curver pour lesquelles elle écrit des recettes et organise la logistique des vidéos culinaires. Nathalie Guiral starts working as a chef in 2002 after a job in finance and event management. In the beginning, she gives cooking classes in Malmö, Sweden and Lyon. Nathalie then professionalized in Paris at the Ferrandi school. After a job in the starred restaurant «Le Grand Véfour», she becomes “chef at home” for private events. Today, Nathalie works with companies like Marmiton, Mastrad, Curver for which she writes recipes and organizes the logistics side of culinary videos.

10 I HAMAJI


FOCUS

PHOTOGRAPHIE KRIS PANNECOUCKE

Piroguier traverse le Fleuve Congo dans un brouillard de matin. DRC. A boatman crosses the Congo river in a morning fog.

14 I HAMAJI

HAMAJI I 15 Cette image vous est offerte par la Trust Merchant Bank


OUT OF AFRICA

KAOKOLAND

Embarquez-vous à la découverte de contrées sauvages. Une aventure où vous êtes votre propre chauffeur, à travers les grands espaces du territoire du Koakoland en Namibie.

NAMIBIE

Take a Ride on the Wild Side. A self-drive adventure through the vast open spaces of Koakoland, Namibia. TEXTE & PHOTOS ROBBERT KOENE, GERDA GENIS

16 I HAMAJI

HAMAJI I 17


 Les chutes d’Epupa, dans le fleuve Kunene, qui forme la frontière naturelle entre la Namibie et l’Angola Epupa Falls, in the Kunene River, forms the natural border between Namibia and Angola

CARACTÉRISÉE PAR DES PAYSAGES ÉPOUSTOUFLANTS AUX CONTRASTES SAISISSANTS, LA NAMIBIE EST UN VASTE PAYS OÙ LES ANIMAUX SAUVAGES PAISSENT DANS LE HALO DES MIRAGES, OÙ S’OFFRE À VOUS LE SPECTACLE PRODIGIEUX DE LA VIE SAUVAGE.

S

itué dans le Nord du pays, le Kaokoland est la région la

avant-poste, Okangwati, pour se terminer aux magnifiques

moins parcourue et la plus reculée de la Namibie, où l’on

chutes d’Epupa. Les chutes sont alimentées par le fleuve

peut s’immerger dans de vastes étendues à perte de vue.

Kunene, seule source d’eau permanente de la région, qui

C’est l’une des seules contrées encore réellement sauvages…

forme la frontière naturelle entre la Namibie et l’Angola. De

Un paradis perdu, aux paysages d’une beauté sans fin.

somptueux paysages de cascades, de palmiers, de montagnes

Le Kaokoland est le territoire de la tribu nomade des Ovahimbas

escarpées et de dunes spectaculaires récompensent le

(Himbas), des pasteurs pacifistes qui vivent encore au rythme de

voyageur épuisé par la route tout au long de la ceinture

leurs traditions ancestrales. Les visiteurs ne sont les bienvenus

de ce fleuve. Si vous campez au gîte et au camping des

que s’ils sont accompagnés d’un guide, qui négocie en plus de

chutes d’Epupa, vous vous retrouverez au beau milieu d’une

ses propres honoraires, des aliments et des provisions à offrir à

oasis luxuriante à l’ombre des palmiers, avec des douches

la tribu. Les Himbas sont très photogéniques, mais, d’ordinaire,

écologiques chaudes et revigorantes, où vous pourrez

ils ne se laisseraient pas facilement photographier. Cela dit,

vous remettre de votre interminable périple sur les routes

comme ils se sont progressivement habitués à ces « conditions

poussiéreuses.

d’échange », ils se prêtent tranquillement aux photos, du

18 I HAMAJI

Conduite à travers la vallée de Marienfluss, avec ses « cercles des fées » magiques Driving through the Marienfluss with its ‘magical fairy circles’

moment que vous ne succombez pas à la chaleur, aux mouches

Depuis cette oasis, la route vers l’ouest qui retourne à

et au soleil de plomb.

Okangwati en passant par le col de Van Zyls, célèbre pour

Notre périple démarre à Opuwe et sillonne à travers un petit

son franchissement délicat, est la seule voie pour accéder à HAMAJI I 19


 Le camping sauvage dans le lit de la rivière Hoarusib fait partie des moments inoubliables d’une aventure en Namibie où vous êtes votre propre chauffeur • Wilderness camping in the Huarusib riverbed is part of the thrill of an Namibian self drive adventure  Le Kaokoland est le territoire des Himbas. Avant leur puberté, les petites filles portent deux nattes qui pendent sur leur visage. Une fois pubères, leurs cheveux sont tressés en deux nattes plus petites, ornées de cuir et de perles • Kaokoland is home to the Himba. Little girls wear - before reaching puberty - two braids hanging into the face. When they pass puberty, their hair is woven into a couple of smaller braids decorated with leather and pearls  Tous les enfants himbas portent des nattes et des colliers décoratifs dès leur naissance. Les garçons sont d’un naturel curieux, et ils sont encouragés à faire preuve de courage. Ces deux-là étaient fascinés par notre appareil photo • All Himba children are adorned with braids and necklaces from birth. Boys are naturally curious and encouraged to be brave. These two were fascinated by our camera.

la vallée de Marienfluss, notre prochaine destination. Le plan

qui mène à Puros. Là, nous avons pu connaître l’exaltation de

d’information officiel du Kaokoland indique clairement que

la conduite à travers des cours d’eau, l’exaspération d’être

ce périple ne peut être entrepris que d’est en ouest, du fait

embourbés dans des sables mouvants et l’immense privilège

du terrain impraticable et escarpé. L’itinéraire à suivre est le

de camper dans les espaces sauvages et d’observer les étoiles

K

aokoland, in the north, is the less travelled and remoter part of Namibia where one can become immersed in the wide, open

spaces. It is one of the last remaining true

suivant : le soir du premier jour, rejoignez le camping du col de

jusque tard dans la nuit.

wilderness areas … a barren inaccessible region

Van Zyls et, le deuxième jour au petit matin, lancez-vous dans

Arrivés à Puros, nous avons enfin pu nous désaltérer avec une

with endless scenic beauty.

la traversée périlleuse après un bon petit-déjeuner. Ne perdez

bière bien fraîche et savourer quelques encas provenant de

Kaokoland is home to the nomadic Ovahimba

pas un instant, car le voyageur moyen doit prévoir 5 bonnes

Sesfontein, notre prochaine étape, qui signera finalement

(Himba) tribe, peaceful cattle herders who still

heures pour parcourir les quelque 12 km de ce périple. Vous

notre retour à la civilisation.

ne manquerez pas de savourer les vues époustouflantes sur

live according to their ancient traditions. Visitors are only welcomed with a guide, who negotiates

les montagnes et les plaines sans fin, sans parler des montées

Quand y aller :

a gift of food and provisions for the tribe besides

d’adrénaline lors du contournement des crevasses et des

Nous avons voyagé au cours des 2 premières semaines

his own fee. Usually the very photogenic Himba

roches jonchées çà et là, et des remaniements à effectuer sur

d’avril, où le thermomètre monte à environ 30 °C durant la

are camera shy, but having grown used to these

la route en rempilant prudemment les roches afin de niveler la

journée, avant de retomber le soir à une température douce

‘conditions of trade’, they remain quietly available

voie pour nos 4X4 imposants.

et agréable de 20 °C.

for photos for as long as you can manage the

Au cours de l’après-midi, la route sillonne et serpente

La saison humide (pluvieuse) est en été, de novembre à avril, où

heat, the flies and the glaring sun.

pendant des heures qui semblent interminables à travers la

le thermomètre peut monter jusqu’à une chaleur insupportable,

Our route starts in Opuwe, and meanders

savane africaine spectaculaire et les chaînes montagneuses

avec des températures maximales qui dépassent les 45 °C... Au

through a small outpost, Okangwati, until it

ondulantes, et il faut résister à la tentation de s’arrêter pour

cours de l’hiver ou la pleine saison sèche, de juin à septembre,

reaches the magnificent Epupa Falls. The falls are

prendre des photos afin de s’assurer d’atteindre le prochain

les températures en journée peuvent encore grimper jusqu’à

created by the Kunene river; the only permanent

camping officiel, qui se trouve 100 km plus loin.

35 °C, mais elles retombent rapidement pendant la nuit.

source of water in the region and forms the natural

boundary

between

Namibia

and

C’est également dans le Kaokoland que vivent les célèbres

• Découvrez la vidéo de notre périple sur You Tube en cliquant

Angola. Awesome scenes of various beautiful

éléphants, rhinocéros, lions et girafes du désert, qui se sont

sur ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=ugGoQ2_ARpg

waterfalls, palm trees, rugged mountains and

progressivement adaptés pour survivre dans ces conditions.

dune landscapes reward the road-weary traveller

Il n’est pas rare de voir galoper des troupeaux de zèbres et

along this entire river belt. Camping at Epupa

quelques gemsboks solitaires au loin. Le dernier chapitre de

Falls Lodge and campsite provides an oasis of

notre aventure nous a amenés le long du lit de la rivière Hoarusib,

lush shady palms with warm fresh eco showers

20 I HAMAJI

HAMAJI I 21


Puros finally provided the opportunity to refresh with a cold

as one of the toughest passes to cross in Africa.

beer and some snacks from where the next stop would be

• Your vehicle needs to be equipped with recovery gear and

Sesfontein, finally back to a fair amount of civilization.

2 spare tyres, a tyre repair kit and compressor, as you will experience a variety of surfaces from rocky to sandy, each of

TRAVEL INFO: When to go:

water, petrol, before heading out into the wilderness. Your

temperatures were around 30 degrees Celsius and the evening

driving ability will be tested by the steep rocky tracks on Van

a nice balmy 20 degrees.

Zyls Pass and the soft sandy riverbeds. The going is slow and you can expect to travel only 50km in an entire day.

These are the summer months when it can become unbearably

• Stock up on diesel, water and food wherever you can. Opuwe

hot with temperatures soaring into the mid and upper 40s...

is the last town where you can stock up on food (OK Bazaar)

The winter or peak dry season occurs June – September, when

and diesel before venturing into the remote Kaokoland. In

daytime temperatures can still reach 35 degrees, but can cool

Epupa there is a general store where you van buy basics like

down considerably at night.

sugar, flour, mealie meal, baked beans etc.

Tips: Vehicles, equipment and challenges: • This is one of the most remote wild places in Africa and it is recommended to travel with at least 2 cars. We travelled for two and a half days without seeing another car! When traveling

and a chance to recover from travelling dusty dirt roads for

• You need to be completely self-sufficient with regards to food,

We traveled during the first 2 weeks of April where the daily

The wet – or rainy - season occurs from November to April.

 Par un ciel nocturne exceptionnellement dégagé, le plaisir d’observer les étoiles est incomparable. • Exceptionally clear skies make stargazing a highlight at night.  Dans la vallée de Marienfluss, les vastes contrastes entre le ciel bleu et la terre rouge offrent un spectacle extraordinaire. • Vast contrasts between blue skies and red soil in the Marienfluss remains an exhilarating sight.  Tels de grands voyageurs, exaltés par l’aventure, nous paradons sur nos véhicules des cornes que nous avons récemment achetées, parfaitement inconscients que nous devrons les céder à la patrouille frontalière de Palmwag avant de finalement quitter la région. • Like proud travellers, exhiliarated by the adventure, we display newly purchased horns attached to our vehicles, blissfully unaware that we would have to surrender them to Border Patrol at Palmwag before finally leaving the area.

which needs its own pressure setting.

solo, you must bring a satellite phone

• Bring cameras: Kaokoland is a paradise for photographers. You will find amazing landscapes, brightly lit starry night skies and of course the local Himba culture. (Please respect the people and ask if you can take a picture. • You can watch a video of our trip on You Tube via this link https://www.youtube.com/watch?v=ugGoQ2_ARpg

• For this trip a 4X4 vehicle is essential. Van Zyls pass must rate

in order to even out the path for our mighty 4-wheeled chariots.

hours on end. The afternoon drive curls and weaves for seemingly endless From this oasis, the road to the west leads back to Okangwati

hours through stunning African savannas up and down mountain

from crossing the infamous Van Zyls Pass, is the only way into

ranges and the desire to stop for pictures has to be fought off in

the Marienfluss, our next destination. The official Kaokoland

order to reach the next official campsite 100kms further.

Info map states clearly that this journey that can only be undertaken from east to west, due to the inaccessible and

The Kaokoland is also the home of the famous desert elephant,

rugged terrain. The way to go is: get to the Van Zyls Pass

rhino, lion and giraffe that have adapted through time to

campsite by evening on day one and start the daunting journey

survive in these conditions. Herds of zebra and a few solitary

after a early sunrise breakfast on day two. There is no time to

gemsboks can often be seen galloping in the distance. The

loose, because the mere 12 kms will take the average traveller

final part of our adventure took us along the bed of the

a solid 5 hours to do. Beautiful views of unending mountains

Huarusib River to Puros. Here we experienced the thrill of

and plains are the continuous rewards, not to mention the

driving through streams of water, the exasperation of getting

adrenalin pumping negotiation of crevices, loose stones and

stuck in sinking wet sand and the awe-inspiring privilege of

careful re-engineering of the road by restacking loose stones

wilderness camping, stargazing till deep in the night.

22 I HAMAJI

HAMAJI I 23


Voir l’hotellerie autrement ... MARQUES

HOTELS

HEDEN (Hôtel 04 Etoiles)

Heden Golf Hôtel Abidjan

IRIS (Hôtel 03 Etoiles)

Iris Hôtel Sol Béni Iris La Maison de l’Espérance Iris Hôtel Les Frontières

CONCIERGERIE HOTELS (Residence de Luxe)

Conciergerie Hôtels Limaniya Conciergerie Hôtels Achenbach

BLUE SKY (Hôtels Balnéaires)

Blue Sky Les Bulles Blue Sky La Baie d’Assinie Blue Sky Assouinde Beach Blue Sky Les Chalets Dime Blue Sky La Residence des Lagune

TAMARIN LODGE (Hôtel Safari)

Tamarin Lodge Hôtel Safari 08 BP 1287 Abidjan 08 Tél / Fax: + 225 22 43 81 34 E-mail: infos@iroko.ci www.iroko.ci République de Côte d’Ivoire


EN AFRIQUE

ASSINIE Un paradis ENTRE DEUX EAUX Assinie, c’est pour l’abidjanais l’assurance d’un depaysement garanti. Le temps d’un weekend les citadins aisés migrent vers ce bout de terre à la recherche du calme et de la volupté longtemps disparue dans la métropole. On s’éloigne de la ville et on se rapproche de la nature le temps d’un week-end.

S

i ce n’est pas le paradis, ça lui ressemble. Les sternes royales virevoltent dans le ciel à la recherche de nourriture dans une eau poissonneuse. Les eaux de l’océan

atlantique penetrent nerveusement dans la lagune Aby et lui donne une apparence de clarté ou d’obscurité selon les marées. Une pinasse surchargée, dont certains passagers ont annexé le toit, se dirige vers la rive orientale de la lagune, probablement vers Adiaké. Lovée entre lagune et océan, Assinie,

Assinie, for the abidjanese people, is the guarantee of a change of scenery. On weekends, the privileged few migrate to this piece of land in search of calm and voluptuousness. Distancing themselves from the city to get closer to nature for a short break.

les Assinies devrait-on dire, est piquée sur une longue bande

Texte et Photos Nabil Zorkot

proximité de la réserve ornithologique classée de N’ganda

de sable blottie dans un écrin de verdure bordé de cocotiers ondoyant doucement au vent. Pinasses de transport etw pirogues de pêcheurs longent paisiblement ses berges. Le silence est parfois interrompu par les moteurs de bateaux de quelques plaisanciers. Le plus souvent il est égayé par le chant d’oiseaux multicolores très nombreux dans la région, en raison de la N’ganda. La bande de terre d’Assinie est aujourd’hui colonisée par les abidjanais aisés en quête de tranquilité et qui loin du brouhaha d’Abidjan, ont transformé ce bout de terre de 22 kilometres en petite Floride. Là sur ce miracle de la nature ont été construit des centaines de cabanons, aussi beaux les uns que les autres. Quelques magnifiques réceptifs hoteliers tenus par des européens et des ivoiriens ont été construits le long de la route principale sur le bord de la lagune, loin des embruns de la mer et du tumulte d’un ocean qui peut souvent s’avérer capricieux, surtout, au moment des grandes marées de l’été. Assinie est le premier comptoir et le premier fort ( Fort Nemours ) de la côte ivoirienne posé au XVIIIe siècle sur une langue de

26 I HAMAJI

HAMAJI I 27


sable aujourd’hui disparue. La ville a vu la naissance de la colo-

paré par la lagune Aby, à Elima, se trouve l’ancienne planta-

nie de Cote d’Ivoire par une signature entre les chefs locaux

tion de café gérée par Amédée Brétignère et Marcel Treich

Abourés et les représenant du roi de France, dont Treich Lap-

Laplène à l’epoque de la colonie. Ce berceau de l’agriculture

lene. Quelques vestiges abandonnés sur la lagune témoignent

moderne et de l’école ivoirienne, aujourd’hui à l’abandon, est

de ce passé.

tristement surplombé par les ruines de la splendide maison

Non loin, en direction du Ghana, on peut découvrir sur les îles

blanche construite en 1883 par Arthur Verdier, l’ami du roi des

Éhotilé des tombes d’explorateurs datant du XVIIe siècle et

Agnis de Krindjabo.

I

f this is not paradise, it is pretty close to it. The elegant terns

times interrupted by some boaters boat engines. Most often

twirl in the sky in search of food in a fishy water. The waters

it is enlivened by the singing of the many colorful birds in the

of the Atlantic Ocean entering tumultuously the Aby Lagoon

area, due to the proximity of the renowned N’ganda N’ganda

gives it an appearance of lightness or darkness depending on

bird sanctuary.

the tides. An overloaded pinasse boat is heading towards the

Assinie’s strip of land is now colonized by the wealthy abi-

eastern shore of the lagoon, probably Adiaké. Nestled between

djanese in search of tranquility. Away from the hustle and bustle

lagoon and ocean, Assinie, or the Assinies should we say, is stit-

de vieux canons restant des expeditions coloniales du roi de

of Abidjan’s city-life, they have transformed this narrow 22 kilo-

ched on a long strip of sand, nestled in a green cocoon borde-

France Louis XIV

meters strip of land in a mini Florida. There, on this wonder

red by coconut palms gently swaying in the wind. Pinasses and

of nature were built hundreds of modern “huts”, as beautiful

Plus loin à l’interieur de la lagune, juste en face d’Adiaké, sé-

fishing canoes peacefully sail along its banks. Silence is some-

as each other. Some beautiful hotels either held by European

28 I HAMAJI

HAMAJI I 29


expats or by Ivorians people were built along the lagoon, away from the ocean spray and the tumult of the ocean often capricious, especially during the high tides of summer. Assinie is the first trading post and the first fort (Fort Nemours) of the Ivoirian coastline built in the eighteenth century. The city saw the birth of the first Ivoirian colony after a signature between the Abourés local chiefs and the King of France representative, Treich Laplène. Some abandoned structures still stand along the lagoon…. witnesses of the past. Nearby, on the way to Ghana, one can discover on the Ehotilé islands the graves of explorers dating from the seventeenth century as well as old cannons, remnants of the colonial expeditions of King Louis XIV of France. Farther inside the lagoon, opposite Adiake separated by the Aby Lagoon, in Elima, is the former coffee plantation managed, during the colonial era, by Amédée Brétignère and Marcel Treich Laplène. This cradle of modern agriculture, now abandoned, is sadly overlooked by the ruins of the splendid white house built in 1883 by Arthur Verdier, friend of the king of the Agnis people of Krindjabo.

UNE ÉQUIPE DE PROFESSIONNELS

multilingues disponibles et chevronnés : agents de comptoir, agents de tourisme, guides. Une grande diversité des prestations offertes:billets d’avion, produits touristiques en Côte d’Ivoire et à l´étranger. Location de véhicules transferts,assurance. Un parc automobile répondant à toutes les normes de sécurité et de confort.

UN ACCUEIL ET UN SERVICE DE QUALITÉ

La rapidité dans le traitement des demandes. Un service aprés vente quelles que soient les prestations. Un équipement moderne et efficace.

TOURISME INTERNATIONAL

toutes destinations confondues en phare Brésil, Émirats, Maroc, Afrique du Sud, Kenya, Chine, Europe, Jordanie, Dubai, Oman.

NOS PARTENAIRES Mondial assistance Fly Afrika

30 I HAMAJI

GOLF HÔTEL

01 BP 7179 ABIDJAN 01 CÔTE D’IVOIRE

+225 22 43 60 28 78090002 •78090003 fatou.mbaye@ivtci.com monikmph@gmail.com serap.aribal@ivtci.com

www.ivtci.com


DORMIR ET MANGER

Carré blanc ( ex Maison d’hotes ) 09090994 hotel.lecarreblanc@hotmail.com African Queen Lodge à Assinie 21300666 - 07933872 africanqueenlodge@gmail.com Chambres d’hôtes (km5) chez alain 05 13 67 32 Hotel Zion PK 7,5 07 05 62 84 / 09 19 42 42 / 54 33 33 43 hotel.zion@yahoo.com Marines de babihana km8 07 07 57 40 / 07 93 55 32 m.babihana@gmail.com Coucoué Lodge (Assinie) 21 30 81 81 / 07 07 77 69 Village Bakea KM 9,5 09538803 ( maison d’hote ) villabakea@hotmail.com Akwa Beach (km 9,5) 08 83 33 74/21 00 06 66/05 49 49 19 info@akwabeach.com Ehotilé lodge ( KM 11) 06 67 77 97 hotelehotile@gmail.com Assinie Lodge à Assinie Mafia +225)09 09 33 35 / 01 48 33 02 maherdimario@yahoo.fr Cool mafia ( km 22 ) situé sur l’embouchure +225 67342061 info@coolmafia.com Cotton beach club (assinie) 20 32 99 99 info@hotels.ci Le splendide hôtel situé à Assinie Mafia : +225 07 99 56 20 +225 03 58 99 74 Splendidhotel.group@gmail.com

VISITEZ

Le magnifique parc zoologique de Crocodile dipi à Assinie 07933872- 21300666 Le Marché d’Adiaké le mercredi de chaque semaine Le parc national des iles Ehotilés ( OIPR à Adiaké) En Pirogue, L’embouchure ( la passe ) d’Assinie au KM 22

SE RESTAURER SEULEMENT

On pourra se restaurer tres facilement dans chaque hotel . On peut aussi aller À Assinie village d’Assoindé où il y a quelques gargotes et des maquis

32 I HAMAJI


EN AFRIQUE

P

roche des chutes Kiubo et du parc Upemba, au Katanga (RDC) et de la zone annexe du parc Kundelungu à l’Est, Bunkeya est l’ancienne capitale du Royaume de M’Siri (MSIRI, Roi du Katanga né dans l’Usumbwa actuelle Tanzanie, vers 1835 - Bunkeya, 19 12 1892).

C’est aujourd’hui le chef-lieu de la chefferie des Bayeke, dans le district de Lubudi, province du Lualaba en RDC, situé à 200 km au nord-ouest de la ville de Lubumbashi et à 75 km de la ville de Likasi en passant par Lwambo. C’est le commerce à longue distance qui amena les Nyamwezi à s’installer au Katanga à la suite de la découverte du cuivre et de l’ivoire. Plusieurs migrations s’y sont infiltrées dont la plus importante était celle de M’siri. Celui-ci fut accueilli par le chef Katanga qui lui confia Lutipuka pour s’y installer. M’siri y regroupa tous les Yeke pour y former la première agglomération. Mais, à la mort du chef Katanga, M’siri se décida de quitter ce village pour celui du chef Pande. Partout il montra ses hauts faits militaires et son esprit guerrier. A cet effet, l’afflux continu de nouveaux Yeke ainsi que d’autres populations autour de lui grandissaient le nombre de ses sujets. Ainsi, M’siri songea à choisir un endroit où les terres sont fertiles pour nourrir tout ce monde. Après avoir été successivement à Lutipuka, Kisungu, Kisanga, Mulungushi et Luambo, Msiri découvrit vers les années 1879-1880 le site de Bunkeya où il fixa sa capitale. Il y établit ses principales

LE ROYAUME M’Siri fut le fondateur de l’Empire Yeke au Katanga. De son vrai nom Ngelengwe, il était le fils de Kalasa, un audacieux voyageur que le négoce avait déjà mené en Uganda et qui décida un jour de porter ses affaires vers les régions du cuivre.

DE BUNKEYA

M’Siri was the founder of the Yeke Empire in Katanga. His real name Ngelengwe and he was the son of Kalasa, a fearless traveller trading in Uganda who decided one day to expand his business into the Copper Belt. TEXTE PALMA OKAPI TOUR PHOTOS RAPHAËL KALUME

36 I HAMAJI

HAMAJI I 37


résidences à Kimpata, à Nkulu et à Munema ainsi que plusieurs

effective du Katanga par les agents de l’E.I.C installés au poste

• Les cultures maraichères

autres villages. M’siri réussit à maintenir son autorité parmi les

de Lofoi. Mukanda Bantu, fils et successeur de M’siri fait allé-

• La cité

clans et les tribus par une politique dictatoriale et népotiste.

geance aux nouveaux maitres et participe avec ses hommes

Le 20 décembre de chaque année, une cérémonie tradition-

Les multiples campagnes militaires de M’siri dans la région du

aux multiples campagnes de pacification de la région.

nelle est organisée pour commémorer la mort de M’Siri et le

T

Luapula-Moero ont affaibli la puissance du Mwami tandis que

Plusieurs lieux et sites de mémoire témoignent des faits, no-

renouvèlement du pouvoir du chef en place.

of the Bayeke chiefdom, in the district of Lubudi, Lualaba pro-

les guerres contre les « Kazembe » et les « Arabo-swahili » de

tamment :

On peut également visiter la tombe de Mwenda Wa Bayeke

vince in DRC, located 200 km northwest of Lubumbashi and 75

Simba au lac Moero ont coûté aux Yeke un lourd tribut non

• l’emplacement de l’assassinat du Roi M’Siri dans l’ancien

Jean Bosco (1930-1990), qui fut un des descendant de M’Siri.

km from Likasi via Lwambo.

seulement en matériel mais aussi en hommes. Les défaites

he former capital of the M’Siri Kingdom (MSIRI, King of Katanga (RDC) born in Usumbwa, today’s Tanzania, around 1835 – Bunkeya, 12.19.1892) is located near the

Kiubo Falls and Upemba Park. Today, the place is the capital

quartier de la reine Mahanga par le capitaine, ainsi que la

Populaire dans d’autres pays africains, notamment en Afrique

It is long-distance trade that brought the Nyamwezi people to

subies contre Simba par les Yeke les obligeront à abandonner

tombe dans les parages devenus le cimetière royal, aussi où

de l’Est, Il était un pionnier de la musique congolaise de gui-

settle in Katanga after the discovery of copper and ivory. Among

le contrôle politique et économique de la région. Les Sanga,

sont inhumés tous les Mwami (rois) qui se sont succédé et les

tare acoustique.

the several migrations that entered the country, the most impor-

profitant du meurtre de Masengo, se révoltent et tiennent à se

notables de la chefferie.

Palma Okapi Tours organise du 18 au 20 décembre un circuit

tant was that of M’Siri whom did the King of Katanga welcome.

pour ceux qui veulent participer à la cérémonie ancestrale

M’siri was offered Lutipuka for him to settle there. He brought

Yeke . A découvrir également les chutes Kiubo, Luvilombo et

together the entire Yeke community and formed the first agglo-

la cité de Bunkeya

meration. Following the death of Katanga chief, M’Siri decided

défaire de l’hégémonie yeke sur leur espace. A cette même période, plusieurs expéditions de l’E.I.C (Etat Indépendant du Congo) convergent vers Bunkeya afin de faire signer à M’siri un traité de soumission. Il s’y oppose. Un membre de l’expé-

• Le Mont IKULU lieu de méditation, de recueillement du M’Siri et de réunion avec les membres de la Cour • Le quartier de la Reine Marie da Fonseca, la métisse angloportugaise

to leave this village and headed to Pande. Wherever he was

dition Stairs, le capitaine Belge Omar Bodson tue M’siri le 19

• La tombe du capitaine Bodson

famous for his great military achievements and his real warrior

décembre 1891. Le capitaine fut à son tour tué par le fils de

• Le palais et le tribunal royal

spirit while always being surrounded by new subjects through to

M’Siri quelques instants après. C’est le début de l’occupation

• Le marché

the continuous influx of new people around him. M’Siri decided

38 I HAMAJI

HAMAJI I 39


to search for a place where the land was fertile enough to feed all these people. After travelling successively to Lutipuka, Kisungu, Kisanga, Mulungushi and Luambo, M’siri discovered the site of Bunkeya (around 1879-1880) where he settled down and created his capital city. He established his main residences in Kimpata, Nkulu and in Munema and several other villages. M’Siri managed to maintain its authority among the clans and tribes through a dictatorial and nepotistic structure. M’siri’s multiple military campaigns in the Luapula-Moero region weakened the Mwami’s power while wars against the Kazembe and Arabo-Swahili people from Simba near

CARNET DE ROUTE

Lake Moero were very costly for the Yeke tribe in terms of military equipment material and men. Defeated by the Simba tribes, they were forced to abandon the political and economic control of the region. The Sanga people, taking advantage of Masengo’s murder, revolted and decided to free themselves from the Yeke’s hegemony on their own territory. At this time, several expeditions of the EIC (Congo Free State) converged towards Bunkeya in order to sign with M’Siri a Treaty that the King refused to sign. A member of the Stairs expedition, the Belgian captain Omar Bodson, killed M’Siri on the 19 December 1891. M’Siri’s son in turn killed the captain a few hours later. M’siri’s death marks the beginning of the effective occupation of Katanga by E.I.C agents installed at the Lofoi post. Mukanda Bantu, M’siri’s son and successor pledged his allegiance to the new masters and participated with his men in multiple regional pacification campaigns. Several places of remembrance are worth a visit and include: • The place where King M’Siri was murdered by the captain in the old neighbourhood of Queen Mahanga and the grave in the vicinity that became the royal cemetery where are buried the Mwamis (kings). • Mount IKULU place of meditation, M’Siri of meditation 40 I HAMAJI

and meeting place of the King’s court members • The Queen Mary da Fonseca’s suburb • The grave of Captain Bodson • The palace and the royal court • The market • The market gardening • The city On the 20th of December each year, a traditional ceremony is held to commemorate the death of M’Siri and the renewal of the power of the current leader. You can also visit the grave of Jean Bosco Mwenda Wa Bayeke (1930-1990), who was a descendant of M’Siri... Quite popular in other African countries, particularly in East Africa, he was a pioneer of acoustic guitar Congolese music. Palma Okapi Tours organizes from 18 to 20 December a circuit for those who want to participate in the ancestral Yeke ceremony. Also discover the

Y ALLER Route Likasi puis à Likasi prendre la route jusquà Bunkeya. Palma Okapi Tours organise le tour y compris le transport. DORMIR Gite de la communauté des Frères chrétiens de Garangaze +243 816831723 et +2453 978476834. GH Paroisse St. André SE RESTAURER Il n’y a que « des gargotes» mais fameuses… VOIR À découvrir également les chutes Kiubo, Luvilombo et la cité de Bunkaya (Bunkeya). On peut également visiter la tombe de Mwenda Wa Bayeke Jean Bosco (1930-1990), qui fut un des descendant de M’Siri. Populaire dans d’autres pays africains, notamment en Afrique de l’Est, Il était un pionnier de la musique congolaise de guitare acoustique. Palma Okapi Tours organise du 18 au 20 décembre un circuit pour ceux qui veulent participer à la cérémonie ancestrale Yeke.

TO GO Take the road to Likasi then from Likasi take the road to Bunkeya. Palma Okapi Tours can drive you as well TO SLEEP Gite de la communauté des Frères chrétiens de Garangaze +243 816831723 et +2453 978476834 GH Paroisse St. André TO EAT Try the small and local restaurant SEE Also discover the Kiubo falls, Luvilombo and the city of Bunkaya You can also visit the grave of Jean Bosco Mwenda Wa Bayeke (19301990), who was a descendant of M’Siri... Quite popular in other African countries, particularly in East Africa, he was a pioneer of acoustic guitar Congolese music. Palma Okapi Tours organizes from 18 to 20 December a circuit for those who want to participate in the ancestral Yeke ceremony.

Kiubo falls, Luvilombo and the city of Bunkaya

HAMAJI I 41


EN AFRIQUE

La lutte au Sénégal Wrestling in Senegal AU SÉNÉGAL, LA LUTTE EST UN PHÉNOMÈNE OMNIPRÉSENT AYANT TELLEMENT GAGNÉ EN POPULARITÉ QU’IL A DÉPASSÉ LE FOOTBALL. LES GROSSES AFFICHES BRASSENT DES DIZAINES DE MILLIONS DE FCFA ET CHACUN A SON LUTTEUR FÉTICHE IN SENEGAL, WRESTLING IS AN OMNIPRESENT PHENOMENON THAT HAS GAINED SO MUCH IN POPULARITY THAT IT EVEN EXCEEDS SOCCER. LARGE POSTERS BREW TENS OF MILLIONS CFA AND EVERYBODY HAS HIS FAVOURITE WRESTLER.

Texte Nathalie Bardin photos Jean-Marc Lederman Les lutteurs séduisent les foules The wrestlers are getting ready with their charms

44 I HAMAJI

HAMAJI I 45


Les fans enflamment le stade The fans are getting crazy in the stadium

L

a lutte était autrefois une fête rythmique, qui permettait

Avant chaque affrontement, le Berekat se livre au Baccou qui

potions desquelles il sera aspergé par son marabout (une star

sont transformés en vrais Hooligans nécessitant donc une forte

tout en se divertissant de mesurer la valeur et l’adresse

consiste à chanter ses prouesses en vue d’intimider l’adversaire

peut avoir jusqu’à 20 marabouts).

présence policière.

des guerriers.

et de séduire son public en dansant au rythme du tam-tam.

Les femmes ne peuvent cependant pas s’approcher des

On ne parle plus de prix mais de cachets qui peuvent atteindre

Ce sport était jadis pratiqué dans les campagnes pour célébrer

Les chants sont alors entonnés par les ndawrabines, femmes

lutteurs pendant leur préparation car cela perturberait le travail

des centaines de millions de FCFA.

la fin des récoltes chez les ethnies Sérères et Diolas, qui restent

habillées en tenue traditionnelle et dansant avec leur foulard

des marabouts, et sont donc exclues des combats, dû à ce

Depuis, de multiples écuries de lutteurs ont vu le jour, 138

jusqu’à ce jour un vivier d’excellents lutteurs.

durant toute la durée de la lutte.

mysticisme mais peuvent cependant être dans les tribunes.

officiellement et de plus en plus de jeunes rêvent de devenir les

Le but est simple : faire trébucher ou éjecter du cercle son

Entre également en scène le Simb (Faux Lion), toujours présent

Mais le phénomène a prit de l’ampleur, surtout depuis les années

futures stars de la lutte.

partenaire tout en lui donnant des coups ou recourant au corps

lors des spectacles traditionnels, qui représente à l’origine un

70 ou la lutte traditionnelle s’est transformée en lutte a frappe

Tous les jours sauf le weekend end, ces futurs athlètes s’entrainent

à corps (lutte avec frappe).

rite de possession.

qui s’est professionnalisée.

sans relâche après leur travail sur la plage.

Mais le spectacle ne s’arrête pas là. En effet, se greffe alors

Mais le plus impressionnant reste toute de même les marabouts

Désormais les lutteurs se battent plus pour leur gloire personnelle

Apres cinq minutes d’entrainement avec eux notre cher

tout un folklore mystique et quasi religieux symbolisé par des

et leurs gris-gris.

ainsi que pour leur quartier ou village et la lutte va dépasser son

photographe n’a pas tenu le coup !

rites, des chants et des processions typiques de la culture

En effet, quel serait l’intérêt d’un combat de lutte sans son

cadre ludique et traditionnel pour devenir une activité lucrative

Sénégalaise mais aussi Gambienne.

attirail de rituels et de croyances qui donnent à l’évènement

à fort potentiel.

Dès l’arrivée au stade, on peut déjà sentir l’effervescence de

toute sa substance, sa tension et sa magie ?

Fini donc le temps où l’heureux vainqueur repartait avec du

l’évènement.

Chaque écurie a son marabout dont le rôle est de protéger le

bétail, des céréales ou d’autres biens.

Les supporters de chaque équipe, en folie, crient a tout va.

lutteur contre le mauvais sort et les esprits. Le lutteur va alors

Les places de villages sont vite supplantées par des arènes et,

avant chaque combat, se purifier le corps et l’esprit avec les

à l’aube des années 80, par des stades où les supporters se

46 I HAMAJI

La lutte s’exporte de plus en plus à l’étranger et certains rêvent même que ce sport intègre les Jeux Olympiques. À voir…

HAMAJI I 47


T

his fight originated from a rhythmic feast that allowed,

the tam tam.

preparation has it would, according to the marabous, disrupt

reach hundreds of millions FCFA.

while entertaining, to measure the value and skills of the

The songs are then taken over by the ndawrabines, women

their work, and are therefore excluded from the combats but

Since then, multiple wrestler stables were born, officially 138, and more and more youngsters are dreaming of becoming future

warriors.

dressed in their traditional costumes and dancing with their scarf

allowed in the stands.

This sport was once practiced in small villages to celebrate the

during the entire wrestling game.

The phenomenon of wrestling has gained a lot in popularity,

stars.

end of harvest in Serere and Diola ethnic groups, who remain to

Also comes in scene, the Simb (Fake Lion), always there during

especially since the 70’s, when the traditional wrestling turned

Everyday, except weekends, these future athletes are training

this day great warriors.

traditional events and celebrations and who originally represents

into a wrestling with strikes that became more and more

tirelessly after work on the beach.

a possession ritual.

professional.

circle while kicking or infighting (wrestling with strikes).

But the most impressive of it all has to be the marabous and their

Wrestlers are now fighting more for their personal glory and for

But the show does not stop there. Starts then an almost religious

charms.

their neighbourhood or village, and the fight now exceeds its

mystical folklore, symbolized by rites, songs and processions that

What would the Senegalese wrestling be without the

The goal is simple: make the opponent trip or eject him from the

playful and traditional purpose to become more of a lucrative business with high potential.

are typical to the Senegalese and Gambian culture.

paraphernalia of rituals and beliefs that brings to the events its

When arriving at the stadium, we can already feel the

entire magic?

effervescency of the event.

Each team has its marabou whose role is to protect the fighters

Each team’s supporters are shouting in madness.

against evil and bad spirits. The wrestler will then, before each

Village squares were quickly replaces by arenas and in the 80’s

Before each confrontation, the Berekat engages in the Baccou

fight, cleanse its body and mind with potions that the marabou

by stadiums in which the supporters quickly turned into real

that consists in singing his prowesses in order to intimidate its

will spray on him (a star can have up to 20 marabous).

hooligans, thus requiring an important police presence.

opponent and charm its public while dancing to the rhythm of

Women, however, cannot approach the wrestlers during this

We also no longer speak about prices, but contracts that can

48 I HAMAJI

After five minutes of training with them, our dear photographer could not keep up with them. The Senegalese wrestling is gaining more and more popularity abroad and some even dream that this sport will one day incorporate the Olympics.

The times when the lucky winner walked away with livestock, grains and other goods are now over.

To be continued…

HAMAJI I 49


RENCONTRE

I CULTURE I ÉVÈNEMENT I PEOPLE I

Didier M’Pambia OPTIMUM BOSS Didier M’PAMBIA MUSANGA Managing Partner, OPTIMUM Corportate, Directeur de publication OPT1MUM Magazine, Spin doctor et concepteur d’évènements

2005

Marque le retour au pays

The year I returned to my country

2009 2010

Création de l’agence Optimum avec Alice Buxant Creation of Optimum agency with Alice Buxant Lancement du numéro 1 du magazine Optimum Launch of the first issue of Optimum magazine

En vacances êtes vous plutôt city, plage, nature?

City et nature

Le voyage en trois mots : vacances ou affaires ?

Découvertes, évasion et moments de quiétude Votre voyage de rêve

Le Tibet

Un lieu fétiche

Jérusalem Un hôtel

Cocoa Island aux Maldives Le meilleur restaurant du monde

Photo Michel Katompa

Restaurant La Mer à Casablanca

Né à KINSHASA, Didier M’Pambia a passé son enfance et son adolescence à travers toute la RD CONGO dans les bagages d’un père Haut fonctionnaire dans l’administration territoriale. Il achève ses études au Collège Alfajiri à Bukavu. Puis c’est le départ vers la Belgique à Mons, ensuite vers le Canada pour études universitaires en Administration des affaires option marketing, Relations Publiques puis journalisme. Il multipliera les expériences en relations publiques, journalisme et développement des affaires. En 2005, il rentre en RDC. Il créera l’agence Optimum avec Alice Buxant en 2009. Le magazine OPT1MUM est lancé en 2010.

M’PAMBIA MUSANGA Didier, managing partner, OPTIMUM corporate director, OPT1MUM Magazine publication director, spin doctor and

Sur une île, qu’est-ce que vous emporteriez ?

Ma bible, un dictionnaire, une montre-boussole, des carnets d’écriture, du dentifrice et des brosses à dent, un couteau suisse, des cartons de savon, une tente imperméable et résistance, un hamac, des briquets, un panneau solaire, une carabine, une hache, des babouches, des boxers, deux jeans et une canne à pêche. Un retour dans le temps

La Renaissance

Votre dernier voyage

Maputo au Mozambique Votre prochain voyage

Israël

Qu’est que vous demanderiez si la réponse était « Oui » ???

La RDC transformée ! Un havre de paix, de justice et de prospérité équitablement partagée.

TEXTE CORNEILLE ET SIMA 52 I HAMAJI

HAMAJI I 53


G

U O R

PE

République Démocratique du Congo

Born in Kinshasa, Didier M’Pambia spent his entire childhood travelling throughout the RD CONGO following his father, a senior official of territorial administration. He completed his studies at the Alfajiri College in Bukavu. Didier then moved to Mons, Belgium before heading to Canada where he completed a degree in Business Management – majoring in marketing, public relations and journalism. He acquired further skills and experiences in the public relations and journalism industries as well as through the development of business cases. In 2005, Didier returned to the DRC and created in 2009 the Optimum agency with Alice Buxant. The OPT1MUM Magazine will be launched in 2010.

When on vacation where do you spend most of your time, in the town, on the beach or out and about exploring nature?

City and nature.

Describe your trip in 3 words.

Discoveries, getaways, stillness.

What is your dream destination?

Tibet.

What is your favourite place in the world?

Jerusalem.

An hotel?

Cocoa Island in the Maldives. Your favourite restaurant in the world?

La Mer Restaurant in Casablanca.

54 I HAMAJI

On an island what would you take with you (key items)?

My Bible, a dictionary, a watch, a compass, a few notebooks, toothpaste and toothbrush, a Swiss Army knife, soap, a waterproof and resistant tent, a hammock, lighters, a solar panel, a rifle, an axe, my slippers, a few boxers, two jeans and a fishing rod. Back in time…

The Renaissance period. Your last trip:

Maputo in Mozambique. Your next trip:

Israel.

What question would you ask if the answer was “yes”???

A new DRC! A haven of peace, justice, fairness and prosperity.

de Le pu ad is er 19 51


RENCONTRE

KADARIK ARTISTE POP KADARIK’S POP ART

I CULTURE I ÉVÈNEMENT I PEOPLE I

1972

Ma naissance en champagne (France) My birth in Champagne (France)

1999

Création de mes premières toiles Birth of my first paintings

2001

Ma première exposition à la citée des images d’Epinal sous l’impulsion de l’artiste Kamel ATTAB My first exhibition at the Citée Des Images d’Epinal under the impulse of artist Kamel ATTAB

2007

Mon arrivée en Côte d’Ivoire - Abidjan My arrival in Côte d’Ivoire - Abidjan

2009

La rencontre de ma fiancée The year I met my fiancee

Il voyage de continent en continent, projette tout sur la toile, ses émotions, ses expériences, des rencontres, sa vision du monde… Il arrive en Côte d’Ivoire en 2009, et accroche sa première exposition à Abidjan en 2013. Puis en 2014 et 2015. Il crée le concept Expo resto pour accueillir des expositions dans les restaurants et autres lieus (lieux) atypiques de la place. En vacances êtes-vous plutôt city, plage, nature?

City pour son effervescence, son architecture, ses tags et graffitis, ses galeries d’art, ses restaurants … Le voyage en 3 (trois) mots

- Artistique, Atypique, Gastronomique Votre voyage de rêve

Le désert d’Arabie Saoudite pour son immensité ou (où) seul le silence est roi Un lieu fétiche

Chez moi (ou (où) que ce soit). J’aime me retrouver dans mon cocon qui me permet de créer et de laisser libre court à mes ‘pulsions artistiques’ Un hôtel

Hotel Dar Sabra à Marrakech - Palmeraie : l’hôtel est propriétaire de nombreuses œuvres d’artistes tels que : Richard DI ROSA, Peter STAMPFLI, SATORU SATO, Rodrigo SOLORZANO

Le meilleur restaurant du monde

Le beef bar à Monaco, spécialiste du Kobé. Sur une île qu’est-ce que vous emporteriez?

Ma fiancée et mes deux rottweilers : Misaki et Shogun Un retour dans le temps

Aucun, j’évite de me retourner sur le passé et préfère me consacrer au futur Votre dernier voyage ?

En famille, à Monaco

Votre prochain voyage ?

En Russie : Visite de à (de) Moscou et St Petersburg, notamment le musée Erarta qui est le plus grand musée privé d’art contemporain de Russie Qu’est que vous demanderiez si la réponse était « Oui » ?

De m’emmener sur la lune.

TEXTE CORNEILLE ET SIMA 56 I HAMAJI

HAMAJI I 57


He travels from a continent to another, projects emotions, experiences, encounters and his worldview on canvas ... He moved to Ivory Coast in 2009, and holds his first exhibition in Abidjan in 2013. In 2014 and 2015, Kadarik created the Expo restaurant’s concept to host exhibitions in restaurants and other atypical settings.

When on vacation where do you spend most of your time: in the city, on the beach or out and about exploring nature?

I love cities for their turmoil, architecture, tags and graffiti, art galleries, restaurants ... Describe the trip in 3 words.

Artistic, atypical, gastronomical What is your dream destination?

The desert of Saudi Arabia for its vastness where only silence is king

Your favorite restaurant in the world?

The beef bar in Monaco, Kobé’s specialist. On an island what would you take with you?

My fiancee and Misaki and Shogun, my 2 rottweilers Back in time…

No thanks; I’d rather devote myself to the future Your last trip:

Monaco with my family

What is your favorite place in the world?

Your last trip:

Favorite hotel?

Take me to the moon.

At home (wherever it could be). I like to find myself in my cocoon that allows me to create and unleash my artistic impulses’ Hotel Dar Sabra in Marrakech-Palmeraie: the Hotel owns many great artworks by inspiring artists such as Richard DI ROSA, Peter STAMPFLI, SATORU SATO, Rodrigo SOLORZANO 58 I HAMAJI

Russia: Visiting Moscow and St Petersburg, including the Erarta museum, which is the largest private museum of Russian contemporary art

What would you ask for if the answer was “yes”?


GLAMOUR

COLLECTION « SANDOLA »

COLLECTION « ACALATA »
 


SANDOLA, le «dollar des sables » ainsi dénommé à cause

Afrique, terre nourricière, mère de toutes les beautés, berceau

de sa ressemblance avec un vieux dollar rejeté sur les

de l’humanité, elle a inspiré des générations entières de

grèves tropicales. Dès sa découverte au creux d’un ressac,

créateurs et révolutionné nombre de codes modernes; ainsi la

ce coquillage devient alors porteur de mythes et légendes,

communication orale et symbolique Africaine, riche et variée,

Nourrissant votre imagination, elle vous fait parcourir les

la symbolique des masques, objets porteurs d’expressions,

océans et les récifs à la recherche d’une symbolique et

d’émotions mais aussi de rites initiatiques s’inscrit dans

d’une vérité esthétique. Vous voici tour à tour conquistador,

l’universalité, le masque Africain est porteur de l’âme de

explorateur ou découvreur de trésors. Il était dès lors évident

tout un continent, transgressant la forme au profit de son

pour AC by AC de transformer ce vrai talisman intemporel en

contenu, de son sens. Jean-Philippe Constant artiste peintre

un joyau qui reprend la géométrie radiale d’une des formes

et sculpteur, pour AC by AC s’est emparé de la beauté de

les plus parfaites de la nature, ce véritable pentacle naturel qui

cet art, d’une esthétique du domaine de l’indicible, de celles

vous ramène aux symboliques du nombre d’or et de la divine

qui provoquent l’émotion et, de même que les Arts premiers

proportion, et vous invite à un voyage initiatique depuis les

Africains révolutionnèrent les débuts du Cubisme en Europe,

rivages tropicaux du continent Africain aux lointaines limites

AC by AC a fait de cette économie de lignes et de formes des

de votre imagination grâce à sa puissance émotionnelle…

joyaux porteurs d’un subtil mélange entre l’intemporalité de

PRÉCIEUSE AFRIQUE African Creative By A. Constant…

A.CONSTANT, JOAILLIER IMPLANTÉE DEPUIS TROIS GÉNÉRATIONS À ABIDJAN ET DONT L’EXPERTISE EST RECONNUE EN CÔTE D’IVOIRE ET DANS TOUTE L’AFRIQUE DE L’OUEST, SE LANCE AUJOURD’HUI DANS UNE NOUVELLE ÉPOPÉE EN LANÇANT UNE NOUVELLE MARQUE : AC BY AC - AFRICAN CREATIVE BY A.CONSTANT, PREMIÈRE MARQUE DE JOAILLERIE AFRICAINE CONTEMPORAINE.

Gauguin, Matisse ou encore Picasso ne s’y trompèrent pas, eux, qui en explorant

Tous les bijoux sont en or 18 carats et pierres précieuses

l’Art Africain et la contemporanéité de ce Continent originel…

COLLECTION « SANDOLA »

les racines du Cubisme furent interpellés, inspirés par la puissance et la simplicité des Arts premiers Africains. Aujourd’hui, forts de ce riche passé c’est au tour de A. Constant, de restituer et revendiquer ses racines, cette épure, cette sobriété, cette puissance esthétique que seul le continent Africain impose. Avec ses collections Acalata, Sandola, Ashanti, Origine et Abla Pokou, AC by AC porte sur les fonds baptismaux de la joaillerie contemporaine l’expression revisitée de ces émanations telluriques, de cet esthétisme incandescent. A. Constant est l’ambassadeur de tout un continent, jadis berceau, aujourd’hui écrin… 60 I HAMAJI

A. CONSTANT Sofitel Hôtel Ivoire +(225) 22 44 20 95

Cap Sud +(225) 21 35 10 09 +(225) 21 35 21 74

Plateau +(225) 20 21 13 93 +(225) 20 21 77 84

ABIDJAN Côte d’Ivoire 06 25 06 25 contact@constatnt.ci www.constantabidjan.com

constantabidjan aconstantabj

HAMAJI I 61


Tous les bijoux sont en or 18 carats et pierres précieuses

COLLECTION « ACALATA »

La Côte d’Ivoire comme jamais vue ! Partez à la découverte

de la Côte d'Ivoire à travers des images authentiques et des textes sans complaisance. Ce livre est une fenêtre ouverte sur une Côte d'Ivoire

plurielle, riche de ses coutumes et traditions et en pleine mutation... Entre lagunes et savanes, entre montagnes et

PRECIOUS AFRICA African Creative By A. Constant…

fleuves, l'histoire chemine à travers l'action des hommes et la Côte d'Ivoire admire son passé et tente d'appréhender

A.CONSTANT,

JEWELERY

ESTA-

«ACALATA»
 COLLECTION 


BLISHED IN ABIDJAN FOR 3 GENE-

Africa,

RATIONS AND WHOSE EXPERTISE IS

and

l'avenir avec sérénité. Partez avec l'auteur pour une

«SANDOLA» COLLECTION

all

beauties

is

découverte enrichissante qui débute à Abidjan, pour une

of

humanity,

the bearer of myths and legends.

RECOGNIZED IN IVORY COAST AND

traversée qui vous mènera à travers les plages du Sud,

inspired generations of creators and

Nourishing your imagination, it takes

THROUGHOUT WEST AFRICA, IS TO-

revolutionized many modern codes;

you through the oceans and reefs in

l'Ouest montagneux, l'or et le cacao du Centre,

DAY EMBARKING ON A NEW ADVEN-

African

communication,

search of a symbolic and aesthetic

TURE BY LAUNCHING ITS NEW BRAND:

rich and varied, its symbolic masks,

truth, turning you into a conquistador,

AC BY AC - AFRICAN CREATIVE BY

expressions, emotions bearers worn

explorer and treasures discoverer. It was

A.CONSTANT, FIRST CONTEMPORARY

during initiation rites. The African

therefore obvious for AC by AC to turn

AFRICAN JEWELLERY BRAND.

mask carries the soul the continent,

this timeless talisman-like symbol into

transgressing the form to the benefit of

a jewel evoking the radial geometry

Gauguin, Matisse or Picasso were not

its content, its meaning. Jean-Philippe

of one of the most perfect forms of

fooled when exploring the roots of

Constant, painter and sculptor for AC

nature, the true natural pentacle that

Cubism and discovering the power

by AC, seized the beauty of this art

takes you back to the myth of the

and simplicity of the first African

of an indescribable beauty, the one

divine proportion, and invites you on

masterpieces. Today, it is through this

that arouses a deep emotion. As the

a journey from the tropical shores of

extremely rich past that A. Constant

primitive African arts revolutionized the

the African continent to the depths of

claims these roots, this blueprint, this

beginnings of Cubism in Europe, AC

your imagination through its emotional

sobriety, this aesthetic power that only

by AC used this technique of lines and

power...

the African continent imposes. With the

shapes in the design of jewels carrying

launch of the Acalata, Sandola, Ashanti,

a subtle blend of the timelessness of

Origin and Abla Pokou collections, AC

African Art and the contemporaneity of

by AC celebrates the glowing aesthetics

this original Continent...

mother

wonders,

of cradle

emblematic

SANDOLA,

the

«sand

dollar»

les traditions royales de l'Est et les danses sacrées du Nord.

of contemporary jewelry. A. Constant is the ambassador of an entire continent... 62 I HAMAJI

EDITIONS PROFOTO 26 BP 1222 Abidjan 26 • Tél : (225) 21 25 12 54 • Fax : (225) 21 24 64 62 info@editionsprofoto.com • www.editionsprofoto.com


FASHION

INITIATED BY STYLIST CISS ST MOÏSE, THE NZASSA MODE FESTIVAL IN TREICHVILLE WAS HELD FOR THE FIRST TIME FROM THE 20TH TO THE 23RD MARCH 2015 IN ABIDJAN, CÔTE D’IVOIRE.

INITIÉ PAR LE STYLISTE CISS ST MOISE, LE FESTIVAL NZASSA MODE DE TREICHVILLE A

Thirty-seven young Ivoirian designers from various backgrounds

The concept of cultural and artistic brewing advocated by the

participated in two shows in the streets of Treichville.

Nzassa Mode is a showcase of the new emerging Côte d’Ivoire,

Aware of the role of fashion and design in the world, the

reflecting its historical diversity. The mythical city of Treichville

festival’s official sponsor, Ciss St Moïse and his association

stood out as the perfect venue to host such an event, this

have become the standard-bearers of this new generation of

legendary district alone carrying inherited values specific to

designers, talented and creative.

Côte d’Ivoire; its hospitality, brotherhood and the cultural and ethnic diversity of this great country.

TENU SA 1ÈRE ÉDITION DU 20 AU 23 MARS 2015 À ABIDJAN EN CÔTE D’IVOIRE.

T

rente-sept jeunes designers issus de divers horizons de

émergente, reflet de sa diversité historique. Dès lors, le choix

la capitale Ivoirienne ont défilé lors de deux shows dans

de Nzassa Mode s’est porté sans la moindre hésitation sur la

les rues de Treichville.

cité mythique de Treichville, ce quartier de légende portant

Conscient de la place de la mode et du design dans le

à lui seul des valeurs propres à la Côte d’Ivoire et reçues en

monde, le promoteur de cet événement, Ciss St Moïse et son

héritage : son hospitalité, la fraternité et la diversité culturelle

association, sont devenus les porte-étendards d’une nouvelle

et ethnique de ce grand pays.

génération de créateurs, talentueuse et créative.

Alors que l’enthousiasme du public était au rendez-vous

Le concept de brassage culturel et artistique que prône

et devant le succès de ce festival de la mode, vivement la

le Nzassa Mode est une vitrine de la nouvelle Côte d’Ivoire

deuxième édition du Nzassa Mode de Treichville.

64 I HAMAJI

HAMAJI I 65


MAGAZINE

Les derniers fils de Sindbad THE LAST CHILDREN OF SINDBAD Texte et photos Stéphane de Rouville

LE BOUTRE EST ENFIN À FLOTS. LA VOIX DU MUEZZIN RÉSONNE DANS LE PETIT MATIN BLÊME. PUIS, PAR UNE INDICIBLE MAGIE, L’IMMENSE VOILE ARABE SE DÉPLOIE SOUS LES ÉTOILES. UNE LONGUE, TRÈS LONGUE TRAVERSÉE COMMENCE, JUSQU’À LA MYTHIQUE ÎLE DE ZANZIBAR

Nous sommes à Mocimboa da Praïa, bourgade à l’allure paisible de la côte Nord du Mozambique. Quelques bâtiments coloniaux décrépits sont les derniers témoins de l’histoire : 5 siècles de colonisation portugaise, suivis de la guerre civile qui a opposé pro et anticolonialistes de 1975 à 1992. Mais depuis plus de 2000 ans, dans les étroites et pentues venelles qui plongent sur la plage dite de « Zalala », on parle swahili, mwani, macua, makonde, très peu portugais.

Des boutres traditionnels relient encore Mocimboa à Zanzibar. Un attroupement se crée, des pêcheurs viennent de rentrer. Une criée est improvisée. D’élégantes femmes macua arborent fièrement le « musiro », ce masque de beauté et de protection à base de pâte de bois, qui servait autrefois à adresser de discrets messages : « Je suis mariée » ou « Mon mari est en mer ». Un équipage de huit marins se prépare pour prendre la mer. Ils sont tous mwani, une ethnie côtière du nord du Mozambique. Les sept matelots ont entre 20 et 40 ans et, hormis Ibrahim, pêcheur tout juste reconverti en convoyeur. Ils font équipe depuis plusieurs années. Dans quatre jours, ils partiront livrer 30 tonnes de bois sur l’île de Zanzibar, 650 kilomètres plus au nord, en face des côtes tanzaniennes.

66 I HAMAJI

HAMAJI I 67


Une route mythique

livraison du sucre. Des pêcheurs nous abordent, nous leur

l’arrivée est proche.

Ce n’est pas un mais six boutres qui prendront la mer. Deux

achetons quelques poissons. Lorsque la caravane reprend

La silhouette du palais de l’ancien sultan de Zanzibar fait son

énormes mastodontes, à l’allure de bateaux de pirates, dont

sa route, les vents et la houle ont forci, ce qui augmente

apparition. Le mythe surgit. Il est 18h30, la voix du muezzin

le « Mwawa Kumu » et quatre embarcations de taille plus

considérablement notre allure, mais également les dangers.

nous accueille. Elle dit que Dieu est grand et surtout que

modeste. Une caravane dont Henry de Monfreid aurait été

Il faut écoper presque en permanence. Faire bouillir de l’eau

les marins sont courageux. Avec une précision millimétrique,

fier. L’embarquement a lieu loin de la rive. Je monte à bord en

devient un exploit. Les charbons incandescents virevoltent

nous accostons dans le vieux port et nous frayons une place

escaladant le gouvernail.

dans tous les sens. Quand les vents sont vraiment trop forts,

parmi la centaine de boutres déjà présents. Ils viennent du

Ismaïl donne l’ordre de baisser la voile et de jeter l’ancre près

Kenya, de Tanzanie, du Mozambique. Tous sont chargés de

d’un atoll. Parfois, les nuages rendent tout point de repère

mystérieuses marchandises…et d’une part de rêve.

Avant l’aube, la marée haute nous libère. Tout doucement, la caravane s’étire, Mocimboa s’éloigne. C’est parti pour une route gravée depuis plus de mille ans dans les sillons de l’océan Indien.

inexistant. Une grande connaissance des vents et un sens de l’orientation acquis au fil des siècles sont alors indispensables.

Le temps de procéder à quelques réparations et de recevoir un salaire bien mérité, Ismaïl et toute la caravane repartent.

Les eaux tanzaniennes marquent le début des vraies difficultés Au troisième jour, nous entrons en territoire tanzanien. Escale nocturne à quelques encablures de Mtwara. Les acheteurs viennent discrètement en chaloupe à bord du boutre prendre 68 I HAMAJI

Terre à l’horizon !

Ils sont chargés, cette fois-ci, de convoyer plusieurs tonnes

Au dixième jour, nous pénétrons enfin le détroit de Zanzibar.

de sucre, plus au sud sur la côte tanzanienne. Quelques

Depuis 48 heures, la pluie, qui nous avait plutôt épargnés

frigos, télévisions, chaînes hi-fi et bicyclettes font également

jusque là, est venue se mêler aux vents violents. Les hommes

partie du convoi. Ce sont des commandes de Mocimboa qui

sont épuisés, mais ne relâchent pas la tension. Ils savent que

leur permettront d’arrondir leurs fins de mois. HAMAJI I 69


Tanzanian waters announce the beginning of a real challenge.

salary, Ismail and the whole caravan left. They were in charge,

On the third day, we arrived in the Tanzanian territory. A

this time, of conveying several tons of sugar, further south

night stop has been planned a few hundred yards away

along the Tanzanian coast. Fridges, televisions, stereos and

from Mtwara. Fishermen quietly approached us with their

bicycles were also part of the convoy. These are Mocimboas’

daily catch. When the caravan resumed its course, winds and

orders to help them round off the month’s income.

waves have become stronger, greatly increasing our speed, but danger too. We were constantly bailing out the water that sloshed aboard. Boiling water became a struggle. The burning coals were flying in all directions. When the winds got THE DHOW HAS BEEN KEPT AFLOAT. THE VOICE OF THE MUEZZIN ECHOES IN THE PALE MORNING. THEN, BY AN

really too strong, Ismail gave the order to lower the sail, we

UNSPEAKABLE ENCHANTMENT, THE BEAUTIFUL ARABIAN SAIL UNFOLDS UNDER THE STARS. A LONG, LONG JOURNEY

anchored near an atoll. Sometimes the clouds would make any

BEGINS, TO THE MYTHICAL ISLAND OF ZANZIBAR.

landmark invisible. Extensive knowledge of winds and a sense of direction acquired over centuries turned out to be essential.

We are in Mocimboa da Praia, a peaceful village on the

They are between 20 and 40 years old and have formed a team

north coast of Mozambique. The decrepit-looking colonial

for several years. In four days time, they will leave and deliver

First coast line on the horizon

buildings stand as the last witnesses of the history: 5 centuries

30 tons of wood to the island of Zanzibar, 650 kilometres further

of Portuguese colonization, followed by civil war between

north, in front of the Tanzanian coast.

On the tenth day, we finally penetrated Zanzibar strait. For 48

pro and anti-colonialists from 1975 to 1992. But for more than 2000 years, in the narrow alleyways leading to «Zalala» beach, people speak Swahili, Mwani, Macua, Makonde, a little bit of Portuguese.

hours, the rain came to mingle with high winds. The men are exhausted, but do not release the tension. They know we are

A mythical route

getting closer to our destination.

This is not one but two dhows that go out to sea. Two huge pirate-looking vessels, including the «Mwawa Kumu» and four

The silhouette of Zanzibar’s former Sultan’s palace appeared,

smaller boats. A caravan, which Henry de Monfreid would have Traditional dhows still connect Mocimboa to Zanzibar.

a myth arose. It was 18:30; the voice of the muezzin welcomed

been proud of. Boarding takes place away from the shore. I

us. It said that God is great and the sailors are brave. With

A crowd is gathered; the fishermen just came back from their

boarded by climbing over the rudder.

the precision of an electronically controlled machine, we

journey. An auction is improvised. Elegant Macua women proudly display the «musiro», a beauty mask made of wood pulp, which was once used to send subtle messages: «I am married» or «My husband is at sea.» A crew of eight sailors is preparing to go out to sea. They are all Mwanis, a coastal ethnic group from northern Mozambique. 70 I HAMAJI

anchored in the Old Port and battled to find a space among Right before dawn, the high tide frees us. Slowly, the caravan stretches as we move away from Mocimboa. It follows a route that has been engraved for over a thousand years in the

the hundred dhows that were already present. They came from Kenya, Tanzania, and Mozambique. All are loaded with mysterious goods ... and dreams.

furrows of the Indian Ocean. After carrying out some repairs and receiving a well-deserved


BRT1AGENCE DE COM

C

M

Y

CM

MY

LeBoucherisaboutfamily-andthelaughter,memoriesandconversationssharedwith specialpeopleoveragreatmeal.Weofferexcellentfood,outstandingserviceandwarm hospitality.AndwhileLeBoucherisrenownedforissteaksandsushithemenucaters for all tastes with a selection of salads, chicken and sea food dishes. LeBoucher’spicturesquelakesettingwillenhanceanymood,itisveryconvenientlysituated with ample parking We cater for all functions: Business meeting, Birthday parties, Engagements, Weddings, Anniversaries.

CY

CMY

K

Gaming is so much better at Kings & Queens! with every flip of the card and turn of the wheel our casino deals a winning combination of service and elegance in our plush surroundings. Conveniently situated, Kings & Queens boasts ample secure parking

Games on offer include: • American Roulette • Poker • Blackjack • Punto Banco • Slots ROUTE DU GOLF - LA PLAGE - LUBUMBASHI (+243) 811 524 649 • (+243) 822 030 004 leboucher@lattelicious.co.za

1446 AV KILELABALANDA, QUARTIER KIMBWAMBWA (+243) 825584610 | (+243) 852555061 kingsandqueens@lattelicious.co.za


copyright ad hoc © Extrait du livre : Mode Muntu par Michael De Plaen – Prisme Editions.

DÉCOUVERTE

APPRÉCIER UN TABLEAU DE MODE MUNTU (1940-1985), PROVOQUE LA MANIFESTATION D’UNE VIVE ÉMOTION. JAN HOET LE CONSERVATEUR DU S.M.A.C.K. AVAIT PRÉDIT QU’IL SERAIT L’ARTISTE DU XXIÈME SIÈCLE.

L

e graphisme moderne de la peinture de Mode vibre au milieu d’un décor d’innovations délicates. Des couleurs se livrent une joute osée pendant que des silhouettes épurées s’agitent devant des motifs répétés. Plus loin des

points scintillent. Un lien évident unit la vie de Mode à son œuvre. Les tragédiens grecs auraient

d’ailleurs jalousé son destin. Issu d’un petit village du Katanga, moqué par ses pairs, ses tableaux se disséminent pourtant après sa mort, aux quatre coins de la planète. En dehors de sa peinture, Muntu ne supporte pas l’écrasante responsabilité de la vie et lui préfère son monde intérieur qu’il peint avec frénésie. Le caractère le plus profond de cette peinture en est certainement l’instinct. Ses tableaux sont la quintessence d’émotions brutes. L’œuvre complète devient le kaléidoscope d’une société en mutation. La carrière de Muntu réside dans un carrefour où l’Art rencontre l’Histoire. Toutes les périodes de sa peinture sont imprégnées de cette métamorphose. L’homme est traversé par l’indépendance, le mobutisme et le début d’une crise identitaire où une civilisation prend conscience qu’elle perd ses valeurs traditionnelles au profit d’une brusque urbanisation. Mode, lui, ne parvient pas à détacher sa vision d’un idéal rural. Il peint une société fière de ses traditions où la vie, la mort et les esprits coexistent. Il illustre aussi par quelques proverbes sa vision d’une morale contemporaine. L’œuvre que Mode laisse est riche et étonnante. Elle est redécouverte depuis peu grâce notamment à l’incontournable exposition de la Fondation Cartier pour l’Art Contemporain Beauté Congo - 1926-2015 - Congo Kitoko. La récente monographie sur Mode Muntu détaille aussi l’émergence de la peinture moderne au Congo et étaye son œuvre par une intéressante grille de lecture et une série de photos qui permettent d’apprécier une collection remarquable de tableaux encore jamais réunis. Caractéristiques de l’ouvrage : Titre : Mode Muntu, 256 pages, en français et anglais, 49 € - 60$

Mode Muntu Peintre Démiurge Texte de Marie-Aude Priez • Photos Catherine Trautes

74 I HAMAJI

HAMAJI I 75


ENJOYING A MODE MUNTU ‘S PAINTING (1940-1985) MOST OFTEN TRIGGERS A BLEND OF EMOTIONS. JAN HOET, S.M.A.C.K.’S CURATOR, ONCE PREDICTED THAT MUNTU WOULD BE THE ARTIST OF THE XXI CENTURY.

The modern graphic design of Mode’s artwork vibrates amidst

losing its traditional values in favour of a sudden urbanization.

a backdrop of delicate innovations. Funky colour combinations

Mode was unable to change his vision of a rural ideal. He

complement sleek silhouettes while, in the background, stars-

painted a society proud of its traditions where life, death and

like dots keep twinkling.

spirits coexist. He also illustrates through a few proverbs his vision of a contemporary morality.

An obvious bond links Mode’s life to his work. Greek tragedians would have envied his fate. Born in a small village in Katanga,

The artworks Mode leaves behind him are vibrant and

mocked by his peers, his paintings are today being sold all

fascinating. They were rediscovered recently thanks to the

around the world.

not-to-be-missed exhibition of the Cartier Foundation for

Apart from his painting, Muntu could not bear the

Contemporary Art Beauté Congo - 1926-2015 - Congo

overwhelming responsibility of life and prefers his inner world

Kitoko. The recent monograph about Mode Muntu celebrates

he paints frenetically.

the emergence of modern painting in Congo and supports his work through an interesting reading grid and a series of

The deepest nature of this paintwork is certainly a kind of

photos that assess a remarkable collection of Muntu’s most

instinct. His paintings are the quintessence of raw emotions.

remarkable paintings.

The final artwork becomes a kaleidoscope of an ever-changing society. Muntu’s career is at a crossroads where art meets

About the book:

history. His works are imbued with this metamorphosis. The

Title : Mode Muntu, pages : 256, Langues : FR, EN, ISBN :

man went through the independence, Mobutism and the

9782930451183, Price : 49 € - 60$

beginning of an identity crisis where a civilization realizes it is

Publisher : http://www.prisme-editions.be

76 I HAMAJI

HAMAJI I 77


DÉCOUVERTE OUVERTE EN SEPTEMBRE 2012 ET BASÉE À ABIDJAN EN CÔTE D’IVOIRE, LA GALERIE CÉCILE FAKHOURY ŒUVRE À LA PROMOTION DE L’ART CONTEMPORAIN SUR LE CONTINENT AFRICAIN EN TANT QUE STRUCTURE LOCALE DYNAMIQUE.

S

on espace entièrement dédié à la création contemporaine est un lieu de découvertes, d’échanges et de rencontres. La galerie propose des expositions individuelles et collectives, dont certaines voyagent, afin de donner une visibilité à la créativité et à la diversité artistique contemporaine en Afrique et permet de sensibiliser un public international. En 2013, la galerie Cécile Fakhoury invite la commissaire d’exposition et critique d’art Marie Muracciole à proposer une exposition de films et de vidéos, intitulée Mécaniques des fluides (naviguer, transporter, filmer). En 2014, la galerie s’associe avec Art Twenty One à Lagos, Nigeria pour l’exposition Abroad, de François-Xavier Gbré et en collaboration avec la Galleria Continua, elle accueille Akwaba, Assinie mon amour de Pascale Marthine Tayou. La galerie a également proposé, en 2013, une exposition d’œuvres d’artistes du Congo Kinshasa Kin-Babi, en collaboration avec la Galerie Magnin-A, Paris. Depuis sa création, la galerie Cécile Fakhoury a accueilli neuf expositions personnelles : En 2014, Nouchi City d’Aboudia, des peintures comme des scènes instantanées qui sont l’essence de la vie urbaine qui agite les faubourgs de la capitale ivoirienne. Fragments, une exposition du photographe Francois-Xavier Gbré révélant au public un travail réalisé à Abidjan, sur le paysage et les transformations de la ville, pendant deux ans. En 2015, No man’s land du sculpteur ivoirien Jems Robert Koko Bi, dont toutes les œuvres ont été produites à Abidjan, lors d’un atelier organisé par la galerie. Et persona, la première exposition personnelle de l’artiste Yéanzi.

Forts de leur identité et de leurs histoires respectives, les artistes de la galerie se distinguent par un langage qui a la particularité d’abolir les frontières en refusant la stigmatisation géographique. Le dialogue créé par les artistes de la galerie se veut résolument contemporain, fort, passionné, parfois engagé. Observateurs du monde dans lequel ils vivent, ces hommes portent un regard lucide et acéré sur notre société dont ils consignent l’histoire, contribuant à la mémoire vive de leurs pays et à la redéfinition de leurs liens au monde. Au centre, l’artiste Yo-Yo Gonthier, lors de sa performance «Le Nuage qui parlait» à la Galerie Cécile Fakhoury et dans les rues d’Abidjan dans le cadre de l’exposition «Présences» In the center, the artist Yo-Yo Gonthier, during his performance «Le Nuage qui parlait» at the Galerie Cécile Fakohury and in the streets of Abidjan for the exhibition «Présences»

78 I HAMAJI

La Galerie Cécile Fakhoury a participé à des événements internationaux notamment à la Contemporary African Art Fair à New York en 2015 et à Londres en 2013 et 2014, et également la foire Art Dubai 2015. Elle a proposé une exposition de ses artistes dans le OFF de la Biennale de Dakar en 2014 au Sénégal. La galerie représente les artistes Aboudia, Nestor Da, François-Xavier Gbré, Jems Robert Koko Bi, Vincent Michéa, Cheikh Ndiaye, Sadikou Oukpedjo, Paul Sika et Yéanzi. HAMAJI I 79


 No man’s land, vue de l’exposition à la galerie Cécile Fakhoury - Abidjan © Jems Robert Koko Bi. Courtesy de l’artiste et de la Galerie Cécile Fakhoury - Abidjan // No man’s land, view of the exhibition at Galerie Cécile Fakhoury - Abidjan . © Jems Robert Koko Bi. Courtesy of the artist and Galerie Cécile Fakhoury - Abidjan

OPENED SINCE SEPTEMBER 2012 AND HEADQUARTERED IN ABIDJAN, CÔTE D’IVOIRE, CÉCILE FAKHOURY GALLERY STRIVES TO PROMOTE CONTEMPORARY ART ON THE AFRICAN CONTINENT. This space dedicated to contemporary art is a place of discoveries, exchanges and meetings. The individual and collective exhibitions, some of which have travelled, give visibility to the creativity and diversity of contemporary art in Africa and educate an international audience. In 2013, Cécile Fakhoury Gallery invited the curator and art critic Marie Muracciole who is preparing an exhibition of films and video, entitled Fluid Mechanics (browse, move, shoot). In 2014, the gallery partenered with Art Twenty One in Lagos, Nigeria for the exhibition entittled Abroad by the artist FrançoisXavier Gbré and in collaboration with Galleria Continua, it welcomes Akwaba, Assinie mon amour by Pascale Marthine Tayou. The gallery also presented, in 2013, an exhibition of artworks by artists from Congo Kinshasa Kin-Babi, in collaboration with the Magnin-A Gallery, Paris. Since its creation, Cécile Fakhoury Gallery hosted nine personal exhibitions. In 2014, Nouchi City of Aboudia, paintings of instantaneous scenes that are the essence of urban life that stirs up the outskirts of the Ivorian capital. Fragments, an exhibition by photographer Francois-Xavier Gbré revealing to the public a work done in Abidjan, about the landscape and the transformation of the city over two years. In 2015, No Man’s Land by the Ivorian sculptor Jems Robert Koko Bi, whose artworks were all produced in Abidjan, organized a workshop sponsored by the gallery. And persona, the first solo exhibition of the artist Yéanzi. With their identities and their respective histories, the gallery’s artists are distinguished by a language that is unique and abolishes geographical borders by refusing stigmatisation. A contemporary dialogue that is strong, passionate, sometimes engaged. Witnesses of this world they live in, these artists have a clear and sharp 80 I HAMAJI



Cécile Fakhoury

 Vue extérieure de la galerie © Galerie Cécile Fakhoury - Abidjan View of the outside of the galery © Galerie Cécile Fakhoury - Abidjan

look on our society, redefining their relationship to the world. Cécile Fakhoury Gallery has participated in international events including 1:54 Contemporary African Art Fair in New York in 2015 and in London in 2013 and 2014 as well as Dubai’s Art Fair in 2015. The gallery also presented an exhibition by its artists in the OFF of the Dakar Biennale, Senegal, in 2014. It represents the artists Aboudia, Nestor Da, François-Xavier Gbré, Jems Robert Koko Bi, Vincent Michéa, Cheikh Ndiaye, Sadikou Oukpedjo, Paul Sika and Yéanzi.

AUTOMNE HIVER 2015 MAMOUNIA & JAMAICA WWW.BIJOUXMEDECINEDOUCE.COM HAMAJI I 81


CHRONIQUES AFRICAINES

Blue Rock Village une philosophie de vie unique en son genre The story of a compelling lifestyle Texte Maxime Delafoy – Photos Blue Rock

N

iché au milieu d’un écrin de verdure, au pied des imposantes montagnes de l’Helderberg et d’Hottentot’s, un lac de sept hectares aux eaux translucides se fond parfaitement dans ce décor paisible. Le lac de Blue Rock est unique en son genre : sa clarté et sa pureté comme aucun autre dans la région du Western Cape ont inspiré Lukas Reichmuth lors de la création du Blue Rock Village. Derrière ce nom se cache une vision, la création d’un micro-village écologique offrant des appartements de luxe construits selon les normes européennes. Grâce à l’utilisation de nouvelles technologies et de matériaux de qualité, l’autonomie énergétique des structures est assurée: isolation thermique et chauffage par le sol, système hydraulique écologique, fenêtres à double vitrage et panneaux solaires.

À seulement 30 minutes en voiture de Cape Town, Blue Rock Village se situe au carrefour des plus célèbres routes des vins du Western Cape, à proximité de Somerset West et son océan Atlantique, Table Mountain en arrière plan... La vue depuis les terrasses ouvertes des appartements est unique. La philosophie de Blue Rock Village se reflète dans la création d’un village exclusivement réservé aux piétons afin de créer un environnement sécurisé, grâce à la rocade donnant sur des garages souterrains ayant un accès direct sur les appartements ou hôtels des invités. Le but est de créer un environnement convivial favorisant les échanges sociaux ; ainsi, restaurants haut de gamme, cafés, bars à cocktails et autres lieux exclusifs offerts par le village font office de centres de quartier et lieux de réunion. Il est donc possible de se déplacer dans un environnement ouvert et choisir d’utiliser l’espace comme bon semble à chacun. Combinant un environnement cosmopolite et une philosophie de vie au grand air, le village et ses environs offrent un large éventail d’activités sportives et traitements holistiques aussi divers que variés. Les plages privées autour du lac invitent les habitants en quête de tranquillité à un plongeon dans ses eaux à 26°C tandis que les amateurs de sports se laissent tenter par une session de wakeboard, une plongée sous-marine ou un bol d’air frais sur le Vita Parcour. Possibilités d’investissement. Pour plus de détails : village@bluerock.co.za Site internet : bluerockvillage.co.za

82 I HAMAJI


N

estled in a beautiful lush greenery situated on the lower slopes of the impressive Helderberg and Hottentot’s mountain ranges, a 7 hectares and 50 meters deep crystal clear lake blends seamlessly into this peaceful setting. Blue Rock Lake is the only one of its kind, the cleanest and clearest lake in the Western Cape and it is the uniqueness of this site that inspired Lukas Reichmuth to create Blue Rock’s village.

The vision behind this name is the creation of a green micro-village offering luxury apartments designed to high European standards to ensure better climate control and energy efficient living through the use of the latest technology and materials to increase the energy-efficiency of the structures: entirely thermal insulated buildings, environmentally-friendly hot-water system, large double glazed windows. Village is run on solar generated energy that is created on site. Blue Rock Village’s potential lies in its ideal and accessible location: only a 30 minutes drive from Cape Town, at the crossroads of the most famous wine routes of the Western Cape, the proximity to Somerset West and the flawless beauty of the ocean and Table Mountain in the background that can be enjoyed from the large open terraces of the apartments. What’s more, the car-free living concept that is at the core of the Blue Rock Village design promotes the creation of a safe, open and green environment through the creation of a ring road leading guests and residents to underground parking garages directly under the apartments or the hotel. The intention is to create a peaceful environment that encourages sociability. Upmarket restaurants, coffee shops, cocktail bars and exclusive stores and daily shops set through the village would form the Lifestyle Centre and become a meeting place, giving the residents the freedom to work, play, live. Children and other pedestrians can move freely in a boundary less landscape and enjoy various open spaces available. Together with the cosmopolitan lifestyle, a healthy and outdoor living philosophy is promoted through the wide array of exciting sporting activities and holistic treatments offered by the Village and its vicinity. The private beaches around the lake invite the residents in search for tranquillity to a dip in the 26 degrees crystal clear waters while other sport enthusiasts will be offered a set of various options ranging from wakeboarding to the on site Vita Parcour or even diving. Great investment opportunities available. Enquire now. Contact details: village@bluerock.co.za Website : bluerockvillage.co.za 84 I HAMAJI


L’ Edmond Hôtel Paris Welcome to L’Edmond Hôtel

THIS 19TH CENTURY BUILDING WAS ONCE HOME TO EDMOND ROSTAND. AFTER EXTENSIVE RENOVATIONS, THE BOUTIQUE 4-STAR HOTEL RECENTLY OPENED ITS DOORS. WE DECIDED TO PAY A VISIT.

The place is elegant and modern, imaginative and creative.

sports coaches, beauty institutes and spas, the hotel offers a

Two apartments on the top 6th floor open out to vast 50m2

range of services to make this Parisian sojourn unique.

terraces cleverly planted out with hanging gardens and offer

The rooms have a discrete kitchen area and are well-

panoramic views of Paris and its monuments – the Arc de

appointed for business meetings or welcoming friends.

Triomphe, the Eiffel Tower and Sacre Coeur in Montmartre.

They each have LED TV sets and free Wi-Fi.

A further 15 luxury suites, several with a private terrace, face into the central courtyard making this boutique hotel a unique retreat in the city of lights. Your stay will be made unforgettable by the luxuriant comfort of the suites. The separate living room and spacious mosaic stone bathrooms with separate shower and bath all work on bestowing a comfortable feeling of being better than at home. Located in an area of Paris that has held on to its authenticity, Edmond Hôtel Paris is near the Parc Monceau, Place de la Concorde and the Champs-Elysées. The village atmosphere

AUTREFOIS, CET IMMEUBLE DU 19

ÈME

SIÈCLE FUT L’ANCIENNE DEMEURE D’EDMOND ROSTAND. ENTIÈREMENT

RÉNOVÉ POUR LA CRÉATION DE CE BOUTIQUE HÔTEL 4 ÉTOILES , ET OUVERT TOUT RÉCEMMENT, L’EDMOND HÔTEL PARIS NOUS OUVRE SES PORTES.

of Saint-Germain-des-Prés is just a hop and a skip over the Seine. This exclusive location in the heart of the 17th also what makes the boutique hotel stand apart. Whether on holiday or on business, here for a night or longer,

longs séjours. En partenariat avec des professionnels, coach

everything has been thought of to make each guest’s stay

Deux appartements situés au 6ème et dernier étage

sportifs, instituts de beauté et de bien-être, c’est toute une

as smooth as possible. Working with other professionals,

s’étendent sur de très grandes terrasses de 50m² aménagées

gamme des services qui est proposée pour rendre cette

en jardin suspendus, qui offrent une vue panoramique à

escale parisienne unique.

360 degrés sur Paris et ses monuments, l’Arc de triomphe,

Les chambres possèdent toutes une armoire cuisine discrète

la Tour Eiffel, le Sacré cœur... Les quinze suites luxueuses

et sont parfaitement équipées pour recevoir les réunions

dont plusieurs sont aménagées avec des terrasses donnent

d’affaires ou réceptions amicales. Elles sont dotées de la

sur une cour intérieure conférant à ce boutique-hôtel une

dernière techno-logie avec Ecran LED. Le WiFi est disponible

atmosphère unique dans la ville des lumières. Le confort

gratuitement.

Un salon séparé, de grandes salles de bain en pierre et en mosaïque avec douches et baignoires indépendantes. Le sentiment confortable d’être presque mieux que chez soi.

cœur du 17ème arrondissement, ses commerces, ses marchés typiques. Tout a été mis en œuvre pour faciliter le quotidien des voyageurs de loisir et d’affaires au cours de leurs moyens et 86 I HAMAJI

While the French capital boasts a plethora of places to stay, Edmond Hôtel stands out for the warmth of its welcome and comfort. The select services it can provide will transform your stay into a unique experience in travel hospitality. Make this central exclusive address the next place you stay in Paris!

L’Edmond Hotel 22, avenue de Villiers 75017 Paris (France) Tél : +33 (0)1 44 01 09 40 www.edmond-hotel.fr

leur écoute, il propose des offres sur mesure dans un cadre des séminaires, des réceptions privées.

l’une des particularités de ce boutique-hôtel logé en plein

a sumptuous setting.

le séjour de ses hôtes vingt-quatre heures sur vingt-quatre. A somptueux, pour la mise en œuvre d’évènements comme

Saint-Germain des Prés. Ce placement unique, c’est aussi

made services for events, seminars and private receptions in

maisons d’autrefois. Le personnel dévoué, discret, veille sur

l’Edmond Hôtel Paris se trouve à proximité du Parc Monceau, traverser la Seine pour retrouver l’atmosphère de village de

round the clock, seven days a week. They can create tailor-

L’Edmond Hôtel a su préserver l’intimité des grandes

Situé dans un quartier qui a su conserver son authenticité, tout près de la Concorde et des Champs Elysées. Il suffit de

houses. The helpful, discrete staff watches over their guests

arrondissement with its characteristic shops and markets is

Le lieu est à la fois élégant, tendance, imaginatif et convivial.

exceptionnel des suites rend le cours d’un séjour inoubliable.

Edmond Hôtel has retained the intimacy of former grand

Alors que la capitale française dispose d’une offre pléthorique de réceptifs, l’Edmond Hôtel se singularise par la convivialité de son accueil et le confort. Les services originaux qu’il propose transformeront votre séjour en une expérience unique dans l’hôtellerie de voyage. Une adresse unique en plein cœur de Paris à découvrir d’urgence !

HAMAJI I 87


AILLEURS

AU BOUT DU MONDE

C

ette destination peut sembler se trouver aux antipodes, mais est-ce réellement le bout du monde?

Vous embarquez pour votre vol à Copenhague direction Kangerlussuaq sur Air Greenland avant votre transfert sur un ATR72 direction Ilulissat.

Traineaux, chiens, bienvenue au Groenland ! Dogsledding Greenland! Texte et photos Pierre-Alexandre Van de Walle

Le challenge principal consiste en la prononciation des différentes bourgades du Groenland. Kangerlussauaq est une ancienne base de l’Air Force Américaine, et l’aéroport est le centre du petit village au bord de la calotte glacière. Ilulissat, au Nord, est situé sur la côte Ouest de cette énorme île. Ici, au mois de Mars, l’endroit est le point de ralliement de ceux qui cherchent l’aventure, au contact des chiens, de la glace, et de la population locale. Vous pourriez sortir pour une seule matinée, mais le but est l’aventure qui vous amènera durant deux nuits consécutives à découvrir la grande étendue blanche. La première nuit, vous dormirez dans un abri sur le bord du Fjord. La seconde nuit, il sera temps de planter votre tente, sur la glace, au milieu du Fjord d’Ilulissat. Vous passerez vos journées, assis sur votre traîneau, votre guide effectuant la plus grande partie du travail. Prêt? Ce sera une expérience relativement froide, mais tellement fascinante!

88 I HAMAJI

HAMAJI I 89


I

t sounds so far away, and yet, this is not really the end of the world. Your international flight will leave Copenhagen to Kangerlussuaq on Air Greenland before transferring to a small propeller to Ilulissat. The main challenge here will be to pronounce the name of the little cities in Greenland. Kangerlussuaq is a former US Air force Base, and today, the airport is the center of the little village on the edge of the ice sheet. Ilulissat is way north, by the sea on the West side of the massive island. Here, in March, the place is packed with those wanting some adventure, with the dogs, the ice and the locals! You could go for a single morning, or for multiple days. Do at least the two nights trip to enjoy the real adventure. You will ride the local hills before exploring Ilulissat Fjord, sitting on your own sled, with your guide doing most of the job. Your first night will be spent in a hut by the fjord, on your second night, the tent will be pitched on the ice! It can be cold, but it will simply be fantastic!

90 I HAMAJI


TOUCH EVENT

TOUCH’EVENTS A REMIS LE COUVERT ! Et oui, la deuxième édition des Apéros Lushois a eu lieu en début d’année dans le cadre bucolique du Riverside Hotel. Sous leur tente mythique, les Lushois & Co ont eu l’occasion de se délecter des cocktails de Touch’Events devenus incontournables. Le food truck de Food Factory était bien sûr au rendez-vous pour régaler les papilles de tous avec ses frites, ses burgers et ses mitraillettes typiquement belges. Une musique lounge, un décor hors du commun, l’Ice bar Beaufort et surtout des Lushois au top ont permis de faire de cette deuxième édition une réussite! Pour les Followers sur Facebook, n’hésitez pas à aller sur la page www.facebook.com/toucheventsss pour vous retrouver à travers les photos de l’évènement. Pas de panique! L’édition trois est en marche, PLUS de surprises, PLUS de nouveautés… Venez nombreux, Touch’Events vous le rendra !

TOUCH’EVENTS STRUCK AGAIN! As you might have heard, the second edition of Apéros Lushois took place earlier this year in the bucolic setting of River Side Hotel. Under the legendary tent, the ‘Lushois & Co’ had the opportunity to enjoy Touch’Events’ cocktails that became a must. Food Factory’s food truck was ready to delight the taste buds of the participants with delicious burgers and its typical Belgian ‘mitraillettes’. Lounge music, an incredible setting, the Beaufort Ice Bar and especially the guests… all contributed to make this second edition a success! For our Facebook followers, please go to the www.facebook. com/toucheventsss page to find yourself on the event’s photos. Do not panic! The third edition will be coming up soon, more surprises, novelties ... Come join us, Touch’Events will reward you! 92 I HAMAJI

CONTACTS

info@touch-events.co www.touch-events.com www.facebook.com/toucheventsss Filipa De Sousa filipa@touch-events.com 0979593000

Saskia Toussaint saskia@touch-events.com 0970013607


AILLEURS

Break à Genève Texte & Photos Christian Vellas

G

râce à ses organisations internationales, Genève

est la plus petite des grandes villes qui comptent.

Le monde entier s’y croise. Qu’offre-t-elle à ses

visiteurs ? Le cadre superbe de sa rade tout d’abord, au bout du lac Léman. Avec le doigt levé de son Jet d’eau, monument pratique que l’on peut ranger tous les soirs en fermant le robinet. Genève étant la cité de Calvin, on ne peut éviter d’aller voir le Mur des Réformateurs, dans le parc des Bastions.

Une immense fresque composée d’autant de statues que de textes gravés dans la pierre. Ce Mur a une autre utilité : adossé à la Vieille-Ville, il la soutient et la renforce. Une fois ce devoir de mémoire accompli, le visiteur peut monter vers la place du Bourg-de-Four et le lacis de ses rues chargées d’Histoire. Romains, Burgondes, Allobroges sont passés par là et laissé quelques pans de leurs murailles. La cathédrale, adoptée par les protestants, sera le point d’orgue de la balade. Le voyageur moins pressé pourra ensuite découvrir la merveilleuse campagne genevoise, ses vignes et ses coteaux, et peut-être prendre le téléphérique pour aller contempler du haut du Salève (1379 mètres d’altitude) la totalité du canton de Genève.

Le Mur des Réformateurs avec dans l’ordre: Farel, Calvin, Bèze, Knox.

www.editionsjonglez.com 94 I HAMAJI

HAMAJI I 95


La place du Bourg-de-Four au cœur de la Vieille-Ville  La place du Bourg-de-Four et la cathédrale  Le Jet d’eau dans la rade de Genève

T

hrough its international organizations, Geneva is the smallest

of the most influential cities in the world. It is an international crossroads. What does it have to offer? The beautiful setting

of its roadstead is a first thing, on the shores of Lake Geneva. Geneva being Calvin’s city, one cannot miss the Reformation Wall in the

Bastions Park: a huge fresco made up of statues and texts engraved in stone. This wall has another purpose: backing onto the Old Town, it sustains and strengthens it. Once this duty accomplished, visitors can head to the Place du Bourg-de-Four and the meandering twists and turns of his streets. It is a place of history and heritage. Romans, Burgundians, Allobroges have passed through there and left a few tangible signs of their journeys. The cathedral, adopted by the Protestants, will be the highlight of this walk through the city. If you are not in a hurry, discover the wonderful Geneva countryside, vineyards and hillsides, and perhaps take the cable car to admire from the top of Salève (1379 meters high) the incredible view of the Canton of Geneva.

96 I HAMAJI


AILLEURS

Texte d’Adriano Morabito - Traduction

L

e « triangle d’or » délimité par le Colisée, la Piazza del Popolo et le quartier de Trastevere, est la partie la plus fréquentée de la Ville Eternelle : du Forum à la Piazza di Spagna, de la Fontaine de Trevi à la Piazza Navona, du Panthéon à l’Île Tibérine … Mais il suffit de franchir les frontières de ce périmètre pour découvrir la Rome authentique.

Monti, entre la Via dei Serpenti, la Via Panisperna, la Via Leonina et la Via Urbana est un quartier de boutiques d’habillement vintage et de « modernariato » (objets de l’après-guerre jusqu’aux années ’60), de petits ateliers d’artisans, de nombreux bars et restaurants. Chez Aromaticus (www.aromaticus.it – Via Urbana 134), on pourra acheter des produits gastronomiques rares ou déguster des plats originaux. Le pâtissier Grezzo–Raw Chocolate (www.grezzoitalia.it – Via Urbana 130), propose des gâteaux et des glaces fabriqués exclusivement avec des ingrédients non cuits. Sur le « Petit Aventin », la basilique médiévale de Saint Saba mérite le détour. Piazza Bernini est le poumon vert du quartier. On y respire un air de petite ville de campagne, avec ses rares boutiques et ses rangées de petits immeubles des années ’20. Pour se reposer et se restaurer, le Queen Makeda

100 I HAMAJI

française Maria Franchini

(www.queenmakeda.it – Via di San Saba 11) propose des salades originales, yakitori, burger, fritures et wok. Le quartier Ostiense est devenu le lieu des artistes de rue qui y expriment tout leur esprit créatif : des dizaines d’immeubles se sont transformés en toiles pour des artistes célèbres tels que Clemens, Behr et Spy. Un des musées archéologiques les moins connus est le Musée Central : d’énormes machines noires font fonction de toiles de fond aux statues gréco-romaines en créant un contraste unique en son genre. Chez Port fluvial (www.portofluviale.com – Via del Porto Fluviale 22), dans un local informel et accueillant, on peut boire un verre au comptoir, manger une pizza ou s’installer au restaurant. Chez le glacier artisanal La Romana (www.gelateriaromana.com) ne pas manquer le parfum « sacher ».

T

he ‘golden triangle’, surrounded by the Colosseum, Piazza del Popolo and the district of Trastevere, is the busiest part of the Eternal City: from the Forum to the Piazza di Spagna, from the Trevi Fountain to the Piazza Navona and from the Pantheon to the Tiber Island ...

Today, crossing the borders of this perimeter is the starting point for exploring the real Rome. Monti, between the Via dei Serpenti, Via Panisperna, Via Leonina and Via Urbana is a trendy neighbourhood characterized by its vintage clothing and ‘modernariato’’ (articles from the post-war years up to the 60’s) shops, tiny craft workshops and its many bars and restaurants. At Aromaticus (www.aromaticus.it - Via Urbana 134), one will find rare gourmet products or enjoy some original dishes. The Grezzo-Raw Chocolate confectionery shop (www.grezzoitalia.it - Via Urbana 130), offers cakes and ice creams manufactured exclusively with raw ingredients. On top of the Aventine Hill, Saint Saba’s medieval Basilica is worth a look. Piazza Bernini is the green lung of the neighbourhood. Like a small village lost in the countryside, it exudes typical Roman charm with a few shops and authentic buildings from

the 20’s. If you are looking for a place to rest and eat, Queen Makeda (www.queenmakeda.it - Via di San Saba 11) offers delicious salads, yakitori, burgers, fries and woks. The Ostiense neighbourhood has become the place for the street artists who freed their creative spirit on dozens of buildings that were transformed into paintings for famous artists such as Clemens, Behr and Spy. One of the least known archaeological museums is the Central Museum: huge black machine serve as backdrops to the Greco-Roman statues creating a unique contrast, probably the only one of its kind. If you go to Porto Fluviale (www.portofluviale.com - Via del Porto Fluviale 22), you can have a drink at the counter, eat a pizza in the most informal and friendly atmosphere or have a seat in the restaurant. At La Romana (www.gelateriaromana. com), traditional ice-cream parlour, the ‘sacher’ flavour is a must.

www.editionsjonglez.com HAMAJI I 101


4

CH

C RE E

ES

DE

TT

FOOD

30’

N

athalie Guiral entre en cuisine en 2002 après avoir travaillé dans la finance et l’évènementiel. Au commencement, elle donne des cours de cuisine à Malmö en Suède et à Lyon. Puis se professionnalise à Paris à l’école Ferrandi. Après un poste au restaurant étoilé « Le Grand Véfour » elle devient chef à domicile chez des particuliers. Aujourd’hui, elle collabore avec des entreprises comme Marmiton, Mastrad, Curver pour lesquelles elle écrit des recettes et organise la logistique des vidéos culinaires.

EFS•

N

athalie Guiral started working as a chef in 2002 after working in the finance and event management industries. Initially, she gives cooking classes in Malmö, Sweden and Lyon. She then professionalized in Paris at the Ferrandi school. After a position in the starred restaurant «Le Grand Véfour» she becomes a private chef. Today, she works with companies like Marmiton, Mastrad, Curver for which she writes recipes and organizes their culinary videos’ logistics.

INGRÉDIENTS POUR LA PÂTE 125 g de beurre 75g de sucre glace 1pincée de sel 1 œuf 250g de farine le zeste d’un citron Corse GARNITURE le zeste et le jus de 2 citrons Corse 2 œufs 50g de beurre 80g de sucre glace 2 Kumquats confits INGREDIENTS HOMEMADE DOUGH 125g butter 75g icing sugar 1 pinch of salt 1 egg 250g plain flour Zest of 1 Corsican lemon FOR THE FILLING Zest and juice of 2 Corsican lemons 2 eggs 50g butter 80g icing sugar 2 candied kumquats

Tartellette au Citron Lemon Pie

CHEZ NATHALIE CHEFFE CHEFFE MARMITON CHEZ NATHALIE MARMITON PARIS PARIS FRANCE FRANCE

102 I HAMAJI

Pâte : Mélangez les ingrédients dans un robot jusqu’à obtention d’une pâte ferme. Envellopez là dans un papier film et mettez la au frigo 1H. Ensuite étalez la sur2 mm environ d’épaisseur ,disposez la sur un moule à tarte beurré et piquez à la fourchette. Déposez un papier sulfurisé sur cette pâte et des haricots secs, enfournez à 180° pendant 30 mn, lorsqu’elle est cuite, retirez les haricots et laissez refroidir à l’air libre. Garniture : Mélangez les ingrédients sauf les kumquats dans un grand bol en métal. Mettez le dans une large casserole remplie au 1/3 d’eau. Faites cuire au bain marie sans cesser de fouetter et arrêtez au premier bouillon. Vous devez obtenir une crème assez épaisse. Trempez le bol métallique dans de l’eau glacée pour stopper la cuisson. Continuez à mélanger à la spatule jusqu’à ce qu’elle devienne tiède. Coupez les kumquats en quartiers et otez les pépins. Disposez la garniture sur la pâte refroidie, étalez là à la spatule et répartissez quelques quartiers de kumquats ça et là.

Dough: Mix the ingredients in a food processor until getting firm dough. Wrap it in a cling film then chill for at least 1 hour. Roll out the pastry on a lightly floured surface to about 2 mm thick, press down gently on the bottom and sides, and then trim off any excess pastry. Stab a few holes in the bottom with a fork and heat oven to 180C. Line the tart with foil and fill with rice or dried beans, bake for 30 minutes until biscuity. Remove it from the oven and leave to cool. Filling: Beat all the ingredients, except for the kumquats, together in a large metal bowl. Put it in a large pot filled to 1/3 of water. Cook in a bain-marie while still beating and stop as soon as it starts boiling – you will get a thick cream. Dip the metal bowl in ice water to stop the cooking process. Continue mixing with a spatula until it becomes warm. Cut kumquats into quarters and remove the seeds. Pour in the lemon mixture before adding the kumquats. Leave to cool, then remove the tart from the tin and serve at room temperature or chilled. HAMAJI I 103


HAMAJI’S PEOPLE PHOTOS BY MUSTACHE

Notre photographe vous a croisés avec notre Hamaji en main, Vous avez acceptez d’être photographié, nous vous rendons hommage ici !

Le collectif des femmes leader du Katanga, créé par Aline Selemani et Nyra Mpumba, a organisé un dîner le 18 octobre 2015 avec des mentors qui sont de femmes d’exception et des participantes particulièrement sensibles à la cause du développement de la femme dans le milieu des affaires. Coaching, échanges, partage, étaient au rendez-vous autour de cette soirée exceptionnelle.

5

The women leaders community in Katanga created by Aline Selemani and Nyra Mpumba hosted a dinner on the 18th October 2015 inviting mentors who are of exceptional women. Other participants were particularly sensitive to the cause of development of women in the business community . Coaching, interactions and powerful speeches were on the menu during this exceptional evening.

6 7

1

2

8

3 108 I HAMAJI

4

1à 4 : Collectif femme leader du « Katanga » 5 . Josephine Bonamy - Enseignante de langue Etrangère 6 . DJ Moses de Ilevel 7 . Patricia Kabwe – Commerciale Corneille et Sima 8 . Julian et Mary Etudiante Zambiene 9 . Angela, Stan Ross et Mutala l’équipes de Mojo Creatives Unlimited de la Zambie

9 HAMAJI I 109


Avec airtel world, où que vous alliez, nos offres vous accompagnent… A chaque continent son tarif* Nous vous simplifions le Roaming. “Avec airtel World, nous disons : A chaque continent son tarif car où que vous soyez en Afrique, en Europe, en Amérique ou en Asie, vous êtes facturé sur un tarif unique par continent.” Nous vous proposons les meilleurs tarifs Roaming et ce, en toute transparence. Afrique

Europe

Amérique

Asie

Appeler dans le pays visité / Min.

0,65 U

1,30 U

1,95 U

2,60 U

Appeler vers la RDC & international / Min.

1,30 U

2,60 U

3,90 U

5,20 U

Recevoir les appels / Min.

0,65 U

1,30 U

1,95 U

2,60 U

SMS sortants

0,35 U

0,65 U

0,95 U

1,30 U

Internet / MB

3,25 U

6,45 U

9,65 U

12,90 U

Afrique

Europe

Amérique

Asie

65 U

130 U

195 U

260 U

130 U

260 U

390 U

520 U

Recevoir les appels / Min.

65 U

130 U

195 U

260 U

SMS sortants

35 U

65 U

95 U

130 U

Abonné postpayé

Abonné prépayé Appeler dans le pays visité / Min. Appeler vers la RDC & international / Min.

Amérique = Amérique du Nord / Amérique Centrale / Amérique du Sud /Les Caraïbes Asie = Moyen Orient / Océanie Les SMS entrants sont gratuits *Offre disponible sur le réseau partenaire du pays d’accueil.


Et voyager devient un plaisir

12 -2 3331 4

Voyages d’affaires

A vos côtés depuis 1974

Voyages loisirs et vacances

Permanence téléphonique (24/24, 7/7) +243 815 000 422 (Vols Internationaux) +243 825 555 426 (Vols Nationaux) +243 (0) 85 05 53 333 accueil@congotravel.biz lionel.nardon@congotravel.biz


LE PROCHAIN NUMÉRO

LAISSEZ-VOUS PORTER PAR LES NUAGES

HAMAJI MAGAZINE ÉDITEUR : CORNEILLE & SIMA DIRECTRICE DE PUBLICATION MARIE-AUDE PRIEZ RÉDACTRICE EN CHEF MARIE-AUDE DELAFOY SECRETARIAT DE RÉDACTION INFO-ADMINISTRATION : +243 852347463 TRADUCTION MMDD AGENCY CONTACT HAMAJI MAGAZINE RELECTURE CHRISTILLA DE CHARRY

114 I HAMAJI

SOUTH AFRICA + 27 72 8124437 LE CAPE TOWN JOURNAL +27823420016 CONTACT@LECAPETOWNJOURNAL.COM RÉGIE PUB : LUBUMBASHI : MUSAL +243 997108271 - BM@MUSAL.ORG KINSHASA: PAGEWEB CONGO +243 815250100 MANAGER@PAGEWEBCONGO.COM PUBLICITE/ADVERTISING C&S LUBUMBASHI +243 852574633 +243818443016 KINSHASA : +243 813826187

MAQUETTE ET RÉALISATION BRT1 BRT1@BRT1.FR DIFFUSION : KINSHASA : AFRICAN MEDIA GROUP - +243 991 725 635 DISTRIBUTION RSA : EZWENI DISTRIBUTION +27 11 6093137 - +27 826938848 INFO@EZWENIMAGS.CO.ZA ZAMBIE : CLEAR VISION AFRICA +243 994405390 CÔTE D’IVOIRE : CORNEILLE & SIMA +225 9808569 NADIGUICH@YAHOO.FR EDITOR@CORNEILLESIMA.COM WWW.CORNEILLESIMA.COM IMPRESSION : PAARL MEDIA HAMAJI MAGAZINE EST TIRÉ À 12 000 EX


ENSEMBLE, A L LO N S PLUS LOIN ! FUSIONNONS NOS TALENTS, NOS EXPÉRIENCES, NOS CONNAISSANCES POUR ÊTRE LES PREMIERS EN RDC ET PARTOUT AILLEURS.

PERSONAL BANKING - BUSINESS BANKING

I

www.tmb.cd

Profile for GroupeCorneilleSima

HAMAJI MAGAZINE N°10  

HAMAJI MAGAZINE N°10

HAMAJI MAGAZINE N°10  

HAMAJI MAGAZINE N°10