Page 1

Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:51 Page1

page 10 D ÉVELOPPER

LE

P ÉRIGORD

La Rochebeaucourt : la déviation en service

page 11 D OSSIER

page 21 L E P ÉRIGORD S OLIDAIRE

Habitat-logement

La mission de téléassistance

Vivre en Périgord LE MAGAZINE

DU

CONSEIL GÉNÉRAL

DE LA

DORDOGNE

n°32 - Janvier 2012


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:51 Page2

Le nouveau Centre Départemental d’Appel d’Urgence : Un outil moderne pour la sécurité civile Inauguré le 16 décembre dernier, ce bâtiment haute technologie accueille désormais le Service Départemental d’Incendie et de Secours et le service informatique du Conseil général. Cette structure va permettre une plus grand efficacité et rapidité d’intervention avec des systèmes à la pointe de la technologie. Cela représente un investissement de 8,72 M€ avec une participation de 4,12 M€ du Conseil général pour financer le bâtiment. Au printemps 2012, tous les systèmes de gestion des alertes seront basculés sur ce site qui sera totalement opérationnel.


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:52 Page3

É DITORIAL

«

Dans la période de crise que nous traversons, et qui n'épargne pas la Dordogne, le rôle du Conseil général reste majeur. Plus qu'un simple amortisseur des difficultés économiques auxquelles nous sommes confrontés, le Département doit demeurer un moteur du développement territorial. C'est pourquoi je reste déterminé à ce que soit maintenu le volume des investissements du Conseil général. Les actions mises en oeuvre en matière de logement symbolisent parfaitement, comme l'explique notre dossier, la triple détermination qui est la nôtre, de travailler sans cesse pour améliorer le cadre et les conditions de vie des Périgourdins (aides visant à améliorer la performance énergétique des logements), d'accompagner les moins favorisés à bénéficier d'un logement à un coût décent (fonds de solidarité logement), et de soutenir l'activité économique, en particulier dans le bâtiment. Par nos initiatives propres, par nos actions d'accompagnement (dans la lutte contre l'habitat indigne notamment), notre implication s'avère toujours incitative et mobilisatrice. Elle est souvent décisive pour susciter et déclencher des investissements privés.

BERNARD CAZEAU Président du Conseil général Sénateur de la Dordogne

Malgré le contexte morose, la volonté du Conseil général reste donc intacte. 100 millions d'euros seront cette année encore consacrés à investir sur nos routes, nos bâtiments, nos collèges, nos infrastructures. Autant de crédits qui contribuent directement à soutenir l'emploi dans le BTP, qui viennent compléter l'aide financière massive apportée dans le secteur des services à la personne, à travers notre action sociale. Le Département contribue ainsi de façon très volontaire à préparer les conditions d'une sortie de crise, que j'espère prochaine. Tel est le voeu que je formule à l'aube de cette nouvelle année. Celui d'une Dordogne refusant le fatalisme, une Dordogne active, ambitieuse et solidaire. Celui aussi d'une France plus juste et plus confiante en elle-même.

Excellente année à toutes et à tous ! » S OMMAIRE ACTUALITÉS EN PÉRIGORD

p.4

......................

DÉVELOPPER LE PÉRIGORD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p.8 n Le Triangle d’or de la Vallée Dordogne, Site majeur d’Aquitaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p.8 n La Rochebeaucourt : la déviation en service . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p.10

DOSSIER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p.11 n Habitat – logement : le rôle leader du Conseil général

LE PÉRIGORD SOLIDAIRE

p.20

.......................

n Le centre de planification et d’éducation familiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p.20 n La mission sociale de téléassistance

PLANÈTE PÉRIGORD

p.22

...............................

n Développement durable : où en est-on ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p.22

EXPRESSION EN PÉRIGORD

p.24

.................

n Groupes politiques du Conseil général

AU RYTHME DU PÉRIGORD

p.25

...................

n Signalétique bilingue français / occitan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p.25 n « Ici Bas », un film vraiment périgourdin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p.26 n FDAC : exposition « Mises au jour » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p.27

p.21

...................................

3


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:52 Page4

A CTUALITÉ EN P ÉRIGORD

Une résidence flambant neuve pour les personnes âgées inaugurée à la Roche-Chalais

Service hivernal sur les routes départementales Du début décembre à la mi-mars, des équipes spécialisées de la Direction des Routes et du Patrimoine Paysagers assurent un service d’information sur l’état des routes départementales et interviennent pour lutter contre les aléas climatiques affectant le réseau routier.

D

epuis septembre dernier, les résidents de l’Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes « la Porte d’Aquitaine » à la Roche-Chalais sont installés dans un établissement reconstruit à neuf. Cette structure de 104 lits était inaugurée début novembre par Bernard Cazeau, Président du Conseil général en présence notamment de Jacques Billant, Préfet, Colette Langlade, Députée, Jean-Jacques Gendreau, Conseiller général du canton et Béatrice Gendreau, Conseillère régionale. La réalisation de cet établissement d’accueil pour les personnes âgées a coûté 10,4 M€, financée avec une aide du Conseil général de 1,6 M€. n

Un numéro vert est mis en place (numéro gratuit) pour vous renseigner sur l’état des routes départementales : 08000 24 001 (mise à jour quotidienne) Toutes ces informations sur l’état des routes sont aussi disponibles sur le site internet du Conseil général : www.cg24.fr

Le contournement Sud de la ville de Nontron prévu pour 2013

C

olette Langlade, Députée de la Dordogne, Bernard Cazeau, Président du Conseil général, Jacques Auzou, VicePrésident délégué aux routes et transports, Pascal Bourdeau, Conseiller général du canton de Nontron et Pierre Giry, Maire de Nontron ont présenté le tracé de la déviation de la ville de Nontron. Ce futur contournement d’environ 4km350 permettra de relier la Route Départementale 675, qui enregistre le passage de 2300 véhicules par jour, à la Route départementale 707, en évitant Nontron. Cette liaison empruntera la Voie Communale n°11 sur la commune de St-Martial-de-Valette, la Voie Communale n°5 sur la commune de Sceau-St-Angel et la Route départementale n°3 sur les communes de Sceau-St-Angel et Nontron. Elle passera également sur la Voie Communale n°2

4

sur la commune de Nontron. Après la phase de fouilles d’archéologie préventive, les déplacements des réseaux sont prévus fin 2012. Les travaux réels sont programmés pour 2013 avec une ouverture à la fin de cette année-là. Le montant global de l’opération est estimé à environ 1,5 million d’euros (TTC). n


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:52 Page5

Le film du Périgord Raid Aventure 2011 téléchargeable sur le site du Conseil général : www.cg24.fr

L

e Conseil général de la Dordogne et la ville de Ribérac ont organisé mardi 13 décembre une projection en

avant-première du film sur le Périgord Raid Aventure 2011 intitulé « Les Cluzeaux des Deux Rivières ». Le film « Les Cluzeaux des Deux Rivières » est dès aujourd’hui disponible gratuitement sur le site du Conseil général de la Dordogne www.cg24.fr. De quoi répandre à travers le monde une image toujours plus attractive de notre Périgord qu’il est possible de découvrir par des chemins de traverse, que ce soit à vélo, à pied ou en canoë. C’est ce que font précisément depuis plus de dix ans les jeunes de 14 à 16 ans qui ont la chance de participer à cette fabuleuse aventure. Cette projection a été aussi l’occasion pour le Maire de Ribérac, Rémi Terrienne, de « passer le témoin » à Michel Lajugie, Conseiller général du canton de Salignac-Eyvigues et Maire de Saint-Geniès. En effet, le Périgord Raid Aventure 2012 se déroulera sur le canton de Salignac-Eyvigues en août 2012. n

Le Comité Dordogne de la Ligue contre le cancer développe ses antennes dans le département

P

remier financeur privé et indépendant de Renseignements : la recherche contre le cancer, la Ligue 05 53 09 54 45 développe une activité qui repose sur la générosité du public et sur l’engagement de ses militants. Cette association concentre son action sur 3 axes complémentaires : la recherche ; l’information, la prévention et la promotion des dépistages ainsi que les actions pour les malades et leurs proches. En Dordogne, le comité départemental présidé par le Dr Michel Massenat dispose d’une vingtaine d’antennes réparties sur le territoire et développe ses points relais dans le département. Antennes en Dordogne : • Antonne, Boulazac, Bergerac, Champcevinel, Chancelade, Jumilhac, Lalinde , Lanouaille, Montpon, Notre-Dame-de-Sanilhac, Rouffignac - La Douze, Salignac Eyvigues, Sarlat, St-Pardoux- la-Rivière, Ste-Alvère, Thiviers, Trélissac. • Fin 2011, 3 antennes rejoignent le Comité Dordogne de la Ligue : Verteillac, St-Pantaly-d’Excideuil , Coursac. • En ouverture pour début 2012 : Le Bugue, Coulounieix-Chamiers, Montignac. • En prévision : Brantôme – Champagnac-de-Bélair. n

Site de Saint-Estèphe, coup de cœur au Congrès des maires de France

L

e Conseil général de la Dordogne a reçu le Prix des Collectivités Accessibles 2011 (Coup de Cœur du Jury) au Congrès des Maires de France pour les aménagements du site de Saint-Estèphe (qui est déjà labellisé sur le plan national tourisme handicap et handi-plage). Ce prix, remis en présence de Roselyne Bachelot, ministre des solidarités et François Sauvadet, ministre de la Fonction Publique, salue les acteurs qui ont permis cette réalisation : le Conseil général, le Comité Départemental du Tourisme, Handisport Dordogne et l’ensemble des associations investies dans le projet. n

5


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:52 Page6

A CTUALITÉ EN P ÉRIGORD

Le collège de Beaumont officiellement inauguré

A

u terme d’une opération de rénovation commencée en 2009, le collège « Léo Testut » à Beaumont-duPérigord a fait peau neuve et c’est un établissement complètement restructuré qui a été inauguré début novembre. Au total, 5 millions d’euros ont été investis par le Conseil général dans ce vaste chantier. L’objectif de cette restructuration lourde était de proposer le meilleur outil de travail possible et, pour cela, d’améliorer les structures et équipements du collège. Pari réussi au vu de ces premiers mois d’occupation et d’utilisation par les 235 collégiens, les enseignants et per-

La traverse de Castelnaudla-Chapelle réaménagée et sécurisée

A

ménagée et sécurisée, la traverse du bourg de Castelnaud a été inaugurée le 23 décembre dernier. Les travaux réalisés s’inscrivent dans une opération globale visant à réorganiser et sécuriser l’accès au Château depuis la route départementale n° 57, ainsi qu’à créer un parking enherbé en bordure de cette voie, afin d’améliorer l’accueil des visiteurs de ce site historique emblématique de la vallée. Le Département a réalisé et pris en charge financièrement la reconstruction de la chaussée et participé aux aménagements urbains. Ce chantier achevé depuis le mois d’août dernier a représenté un investissement total de plus de 1 million d’euros. Le Conseil général a financé la traverse et participé aux aménagements pour un montant global de 642 682 € . n

6

sonnels qui, depuis la rentrée 2011, bénéficient pleinement de ces locaux rénovés et bien équipés. n

Empoissonnement des sites départementaux

L

e Département réalise chaque année des opérations d’empoissonnement sur les sites départementaux. Dans le cadre du plan de gestion piscicole des étangs départementaux (2012-2016), le plan d’eau de Miallet fait l’objet d’une nouvelle orientation piscicole marquée vers la pêche à la carpe. Ce site présente les caractéristiques idéales pour ce type de pêche. Un projet de mise en place d’un parcours permanent de pêche à la carpe de nuit est à l’étude. Ainsi, et pour débuter, le 8 novembre dernier, environ 30 carpes dites « carpes trophées » ont été introduites dans le plan d’eau. Leur poids varie entre 11 kg et 23 kg (10 carpes atteignaient les 20 kg). L’objectif est de créer ainsi un parcours de pêche à la carpe où les pêcheurs viendront s’adonner à cette pêche qui reste en « no-kill », à savoir le poisson pêché est remis à l’eau. Fin 2010, après une vidange, le plan d’eau de Miallet avait déjà été empoissonné en poissons blancs et carnassiers. D’autres empoissonnements sont programmés pour 2012. À terme, le Conseil général vise à proposer différentes pratiques de pêche en adéquation avec les potentialités de chacun des étangs qui lui appartiennent. n

Haut Débit Les ouvertures de NRA-ZO

Le plan départemental d’amélioration de la couverture ADSL va permettre de porter le taux de couverture haut débit en Dordogne de 94 à environ 98 % des lignes téléphoniques. Ce projet départemental repose sur l’installation de petits locaux télécoms (nommés NRA-ZO) sur les 92 zones blanches majeures du département. • Janvier 2012 : Terrasson, Bourdeilles, Veyrignac • Février 2012 : Sarlat 1 (ZAE Carsac-Aillac) • Mars 2012 : Sarlat 2 (Croix Rouge - ville) À venir ensuite : Tamniès.


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:52 Page7

Restos du Cœur, une aide exceptionnelle Le Conseil général soutient l’action des Restos du cœur en Dordogne. Parallèlement à l’aide au fonctionnement de la structure, le Département a décidé de participer à deux investissements utiles à l’action quotidienne de l’association. À Bergerac, dans des locaux mis à disposition par la Ville, a été créé un centre de distribution pour le sud de la Dordogne. La subvention d’investissement (12 500 €) du Conseil général va en faciliter l’équipement : • aménagement d’une chambre froide, • achat d’un chariot élévateur. A Périgueux, l’aide exceptionnelle du Département (8 000 €) va permettre l’acquisition d’un camion frigorifique.

Un Comité d’Honneur pour Lascaux

À

l’initiative de Bernard Cazeau, un Comité d’Honneur pour Lascaux, l’Exposition Internationale et pour le Centre International d’Art Pariétal de Montignac a été constitué. Réunie au Sénat en décembre dernier, cette assemblée se compose de personnalités attachées à l’Aquitaine, plus particulièrement au Périgord et dont la notoriété contribuera à faire connaître les deux projets Préhistoire. C’est à Cap Sciences Bordeaux que Lascaux, l’Exposition Internationale débutera son parcours, l’exposition est attendue ensuite à Chicago, Montréal, Cleveland, San Francisco, Victoria, Denver, New York, avant d’entamer une tournée en Asie. Quant au projet du Centre International d’Art Pariétal de Montignac, il sera organisé autour d’une reproduction intégrale de la grotte de Lascaux et proposera un espace dédié aux nouvelles technologies de l’image et du virtuel. Il sera ouvert au public à l’été 2015. Au-delà de la caution « morale » que ces personnalités apportent, les membres du Comité d’Honneur sont les ambassadeurs de notre patrimoine préhistorique auprès des décideurs politiques, économiques, et des médias. n

L’espace Tourisme à Périgueux : les instances du tourisme départemental réunies sur un même site

Germinal Peiro, vice-président du Conseil général chargé du Tourisme, Bernard Cazeau, président du Conseil général, Christophe Gravier, nouveau président du CDT et André Barbé, président de la Sémitour.

L

’Espace Tourisme, rue Wilson à Périgueux, accueille désormais toutes les instances départementales du tourisme dans un même lieu : • service tourisme du Conseil général, • Comité Départemental du Tourisme • et Semitour. Début décembre, la présentation de ce pôle nouvellement réaménagé a permis à Bernard Cazeau, Président du Conseil général de rappeler les grands domaines d’intervention de ces 3 structures : • le service tourisme du Conseil général est chargé de la mise en œuvre de la politique départementale du tourisme, de l’aide aux porteurs de projets publics et privés, du développement de l’offre touristique de pleine nature, … • le Comité Départemental du Tourisme (CDT) s’occupe de l’observation touristique, du montage de produits, de la promotion des activités, … • la SEMITOUR gère et exploite des sites culturels et d’hébergement… Cette visite était aussi l’occasion de présenter officiellement les nouveaux directeurs de la Semitour : André Barbé (à la tête de la société depuis l’été dernier), et du CDT : Christophe Gravier (qui prendra ses fonctions début janvier). n

7


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:52 Page8

D ÉVELOPPER LE P ÉRIGORD

Le Triangle d’or de la vallée Dordogne, Site majeur d’Aquitaine Le 23 décembre à Castelnaud-la-Chapelle, a été signée, pour le Triangle d’or de la Vallée Dordogne, la convention cadre des Sites majeurs d’Aquitaine. Le Département, qui a soutenu cette candidature, en est un acteur important et le premier financeur.

L

es objectifs mis en avant par la les sept communes* du Triangle d’or Région pour les appels à projets des de la vallée Dordogne apparaissent Sites majeurs sont précis : un projet privilégiées. Pour préserver leurs atouts cohérent d’organisation touristique et patrimoniaux et naturels, et la qualité des territoires, la mise en réseau des du bâti, elles disposent déjà de Zones acteurs touristiques privés et publics, des de Protection du Patrimoine Architecactions associant valoritural, Urbain et Paysager Améliorer sation du patrimoine et (ZPPAUP). projets de développement l’accès aux sites Mais, alors que la concurtouristique, économique, rence touristique est plus du « Triangle d’or » social, culturel. forte chaque année entre Avec ses panoramas sur la rivière, les territoires, la fréquentation importante onze châteaux (de Monfort à Beynac) peut transformer ces atouts en autant de dont celui de Castelnaud est le plus points faibles, si rien n’est fait pour amévisité d’Aquitaine, quatre des neufs vil- liorer la circulation et l’accès aux sites : lages périgourdins classés parmi les stationnement, signalisation, accueil... « Plus beaux villages de France », une Ce territoire, riche aussi de tourisme de accumulation de sites classés qui cap- pleine nature et de gastronomie, idéal tent une large part des trois millions de pour les vacances en famille, a besoin touristes fréquentant le Département, de gagner en sécurité, en fluidité, et

doit évoluer vers un tourisme raisonné et durable. Cela passe par des projets importants que l’or du Triangle ne peut pas financer seul et dont les effets seront bénéfiques bien au-delà. Ce constat général, et la conscience de réelles urgences – les dangers et la saturation des traverses de Beynac, La Roque-Gageac et Castelnaud-la-Chapelle – ont conduit Germinal Peiro (lire ci-contre), président de la Communauté de communes de Domme, et les élus locaux à mettre en œuvre cette candidature aux Sites majeurs d’Aquitaine et à solliciter l’appui du Conseil général. n *Les communes de Beynac-et-Cazenac, Castelnaudla-Chapelle, Cénac-et-Saint-Julien, Domme, La Roque-Gageac Vézac et Vitrac. Elles appartiennent aux Communautés de communes de Domme et de Sarlat-Périgord Noir

Les projets

À

Castelnaud-la-Chapelle, la place centrale vient d’être réaménagée au sortir du pont. Il faut maintenant requalifier les ruelles et les cheminements du bourg castral. La traverse de La Roque-Gageac pourrait voir les premiers travaux en 2012, les études confiées à la SEMIPER (société d’économie mixte du Périgord) étant très avancées. Côté rivière, un mur de soutènement supportera le cheminement piétonnier. C’est un chantier stratégique pour la Vallée et le Département va Village de Castelnaud s’y engager fortement. Tout aussi nécessaires, les conditions d’amélioration de la traverse de Beynac-et-Cazenac sont étudiées par la SEMIPER. Une passerelle piétonne en surplomb de la rivière sécurisera les piétons, tout en facilitant le croisement des flux routiers. Le chantier emblématique à conduire à Domme est la restauration de la halle où se fera l’accueil touristique. La

8

bastide perchée a aussi besoin d’améliorer son réseau d’eaux pluviales avec de nouveaux collecLa halle de Domme teurs et son accessibilité. L’aménagement de l’aire d’accueil Saint-James (réalisé) en est la première étape, la Porte de la Dombe sera la suivante. Ces quatre sites sont des priorités. À Vézac (où se situent les jardins de Marqueyssac), un jardin de curé va revivre près de l’église. À Cénac-et-Saint-Julien, autour du site du marché (allée des Pommiers) sera aménagé un nouveau cheminement piétonnier. À Vitrac enfin, c’est le village de Montfort qui a besoin d’être requalifié pour devenir un écrin digne de son châLe château de Montfort à Vitrac teau. n


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:52 Page9

TÉMOIGNAGE

« Le rôle décisif du Département » Germinal Peiro, président de la Communauté de communes du Canton de Domme, à l’origine de la candidature Site Majeur, est vice-président du Conseil général, chargé du tourisme : Conserver ce fort point d’ancrage tou«ristique qu’est le Triangle d’or de la vallée

L’effort départemental : 2 millions d’euros

4

M€ de travaux sont éligibles au programme Site majeur, financés par le Département (807 000 €), la Région (808 000 €), les fonds européens, les deux Communautés de communes, les communes. 2 M€ de travaux supplémentaires, hors convention Site majeur mais directement liés aux sites concernés, sont également programmés. Le Département y participe à hauteur de 546 000 €. 2 M€ seront nécessaires (dont 600 000 € du Conseil général maître d’ouvrage) pour aménager les chaussées des traverses de La Roque-

Gageac, Beynac, Castelnaud-laChapelle et Montfort (à Vitrac). Ce sont donc au total près de 2 M€ d’euros qui vont être investis par le Département dans l’amélioration de l’environnement de ces sites touristiques vitaux pour la Dordogne. La déviation de Sarlat (20 M€ pour le premier tronçon, deux autres tranches programmées) et les aménagements futurs de la Voie de la Vallée avec le projet de contournement de Beynac, entrent aussi dans cette perspective de développement portée par le Département. n

Sites majeurs d’Aquitaine et de Dordogne

U

n Site majeur est défini comme un ensemble architectural inscrit ou classé, un cadre naturel exceptionnel et un territoire homogène. Le premier appel à projets lancé par la Région avait retenu trois sites : le château de Biron, l’abbaye de Cadouin, puis l’ensemble Bourdeilles / Brantôme, lié par l’histoire et par la Dronne. Lors de l’appel à projets 2010 pour la période 2011-2013, le périmètre

des candidatures a évolué, mais la Dordogne conserve trois Sites majeurs d’Aquitaine : • la poursuite des actions du site Brantôme / Bourdeilles, • le Site majeur Biron / Cadouin / Saint-Avit-Sénieur, fer de lance d’une dynamisation touristique du Périgord méridional, • l’arrivée du Site majeur « Triangle d’or de la vallée Dordogne ». n

Dordogne nous impose de résoudre les problèmes liés à la surfréquentation touristique. Les sept communes qui forment un territoire homogène, préservé, et reconnu par le classement en Site majeur, répondent à ce défi par la solidarité et la coopération, après avoir travaillé trop longtemps seules. Au-delà des actions intégrées au projet Site majeur, de nombreux autres projets touristiques sont reliés à l’attractivité du Triangle d’or : • les développements du plan départemental des itinéraires de randonnées, • le parcours cyclable de la Vallée du Céou, • l’itinéraire jacquaire créé en 2010, • le tourisme de pleine nature en général et les activités aquatiques en particulier. Il faut souligner le rôle décisif du Département dans toutes ces actions. Son volontarisme est la condition et la garantie du succès. Les programmes lourds engagés par ailleurs pour améliorer l’accessibilité du Périgord Noir, comme la déviation de Sarlat, les axes vers l’A20, les projets de la Voie de la Vallée viennent aussi conforter le rôle majeur du Triangle d’or dans l’équilibre économique de la vallée de la Dordogne, du Périgord Noir et de l’ensemble du département. La réussite du Site majeur peut ouvrir la voie à une labellisation Grand Site.

»

9


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:52 Page10

D ÉVELOPPER LE P ÉRIGORD

La Rochebeaucourt : la déviation en service Depuis le 22 décembre, les véhicules circulant sur l’axe Ribérac-Angoulême ne traversent plus les rues étroites de La Rochebeaucourt, mais empruntent la nouvelle déviation.

L

ongue de quelques centaines de mètres, elle relie la RD 939, à l’entrée du village côté Charente, où a été aménagé un giratoire, à un nouveau carrefour sur la route de Ribérac, à la hauteur du cimetière. Sur le nouveau tracé, ont été construits deux ouvrages pour franchir la Nizonne et son canal (ils comportent des équipements facilitant le passage du vison d’Europe). La traversée de zones humides a nécessité des confortements spécifiques des sols et des compensations environnementales par l’acquisition d’environ 7 ha Après plusieurs d’espaces naturels soit 1,5 fois l’emprise dizaines d’années de la déviation. Pour les usagers, c’est un point noir redouté d’attente, qui disparaît. Pour les habitants du bourg, enfin la fin un rêve vieux de plusieurs dizaines d’and’un point noir nées se réalise et s’ouvre la perspective dans le bourg d’un meilleur cadre s’appuyant sur la qualité architecturale du bourg. La déviation n’est cependant que la première phase d’aménagement de cette porte du département. Va être réalisé en continuité, le recalibrage de la RD 939 (Angoulême-Périgueux) dans la traversée de l’agglomération.

Le pont élargi On commencera côté Charente. L’acquisition et la démolition d’un garage automobile et de bâtiments attenants ont libéré l’espace nécessaire pour reprofiler la route, avant le franchissement de la Nizonne. Le pont sera reconstruit et élargi et le tracé adouci de la nouvelle traverse fera vite oublier les deux virages à angle droit de part et d’autre du pont. Suivra, de façon plus classique, l’aménagement de la voie et de ses abords (stationnements) dans la partie urbaine en direction de Périgueux. Pendant les travaux, la circulation des poids lourds sur l’axe PérigueuxAngoulême sera déviée à partir de Brantôme par Nontron et Marthon. Des solutions plus locales seront possibles pour les voitures. Le coût global des travaux est de l’ordre de 6 M€, financés par le Conseil général de Dordogne, maître d’ouvrage, avec une participation de 1 M€ du Conseil général de Charente. n

10

À

S AV O I R

Des aménagements paysagers Dans ce cadre de prairies humides, dans le périmètre d’un château classé et à proximité du plateau d’Argentine, espace naturel départemental, le Conseil général a apporté un soin particulier aux aménagements paysagers pour obtenir la meilleure intégration paysagère possible, respectant le patrimoine architectural et végétal, les unités paysagères, l'hydraulique et les biotopes. Ainsi, l'alignement remarquable de platanes a été préservé et mis en valeur. La végétalisation des abords du giratoire crée une continuité entre les jardins du château et la déviation (les essences seront similaires). Ensemencement herbacé et plantations de plus de 5000 jeunes plants forestiers sur les talus vont reconstituer le boisement des rives, tout en ménageant des vues sur le village. Tous ces aménagements, les techniques de plantation et le choix des essences répondent à des critères de développement durable : prairies fleuries, matériaux biodégradables, essences locales. Comme l’ensemble du réseau départemental, la déviation fera l'objet d'un entretien respectueux de l'environnement, avec fauchage tardif et zéro herbicide.


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:52 Page11

D OSSIER

Habitat – logement : le rôle leader du Conseil général En 2006, le Conseil général de la Dordogne obtenait de l’Etat la délégation des aides à la pierre pour la période 2006-2011. Devenu l’instance de répartition des aides nationales – en conciliant politiques locales et orientations de l’Etat – et consacrant lui-même chaque année quelque 3 M€ de son budget à l’habitat (hors aides à la personne), le Département a exercé un rôle leader dans l’émergence d’une politique du logement qui a gagné en cohérence, en force et en résultats. En 6 ans, 42 M€ d’aides au logement (à la pierre) ont été injectées dans l’économie locale, entraînant 150 M€ de travaux. En cela, indépendamment de l’aide apportée aux habitants, la délégation des aides à la pierre a joué le rôle d’un véritable amortisseur de crise depuis 2008. Aujourd’hui, fort de son bilan, de l’expérience acquise et avec la volonté de mettre en œuvre un Plan Départemental de l’Habitat (PDH), le Conseil général a sollicité et obtenu de l’Etat la reconduction de cette délégation des aides à la pierre pour la période 2012-2017.

11


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:52 Page12

D OSSIER

Un Plan départemental de l’habitat en 2012

D

epuis 2006, le Département s’est attaché à renforcer la cohérence de tous les dispositifs d’aide au logement. Un nouveau palier va être franchi avec l’adoption, au printemps prochain, par le Conseil général d’un Plan Départemental de l’Habitat (PDH). Conclu pour la durée de la nouvelle délégation des aides à la pierre accordée au Département, de 2012 à 2017, il englobe l’ensemble des dispositifs existant à l’échelle départementale. Il intègre aussi les orientations locales de

Une compétence choisie

Pour le Conseil général, le logement n’est pas une compétence obligatoire, mais un choix. Avec le budget départemental et avec la délégation des aides de l’Etat, la politique départementale du logement soutient, en complémentarité : • les territoires, à travers les collectivités et les bailleurs publics ou privés de logements sociaux. Ce sont les aides « à la pierre ». • les habitants, propriétaires occupants ou locataires. Certaines interventions publiques relèvent des programmes ou des améliorations de l’habitat et sont pilotées ou encadrées par le service du logement. D’autres interventions appelées « aides à la personne » répondent à une urgence sociale et sont placées sous la responsabilité de la direction départementale de la solidarité et de la prévention.

la Communauté d’agglomération de Périgueux et des Communautés de communes, avec lesquelles une concertation a été réalisée et/ou va être renforcée pour rechercher une cohérence à la fois locale et départementale dans l’offre de logements et dans l’action.

Un Observatoire départemental de l’habitat Le diagnostic du PDH repose notamment sur les constats et les analyses de l’Observatoire de l’habitat créé en 2008. La dynamique de construction, l’ancienneté du bâti, les classements cadastraux, la mobilité des habitants, la part de loge-

ments sociaux dans les résidences principales, mais aussi les caractéristiques économiques et démographiques : l’Observatoire ausculte en continu l’évolution du logement et les politiques publiques s’y rapportant. Tous les partenaires du Conseil général alimentent cet Observatoire animé par le service du logement. Pour les organismes œuvrant sur le logement, les professionnels de l’immobilier, et en premier lieu, les élus, c’est un outil d’aide à la décision. n Les travaux de l’Observatoire sont disponibles sur le site Internet du Conseil général : www.cg24.fr Voir « Le Logement » dans le menu « Missions Actions »

État, Département : des aides complémentaires

Q

uelques chiffres pour donner la mesure du travail accompli durant cette première délégation : Dans le parc public, les crédits délégués ont été de 7,5 M€ (97% ont été consommés) qui ont permis de participer à la réalisation de 1411 logements. Les crédits ont été presque doublés pour répondre à la nécessité de construire des logements « très sociaux » en adéquation avec les revenus des ménages.

12

Et cela, même si la réduction des subventions à la réhabilitation est une difficulté. Dans le parc privé, l’enveloppe déléguée a atteint 17,56 M€ (consommés à 98%) et a permis d’aider à la rénovation de 3386 logements : 770 appartenant à des propriétaires bailleurs et 2717 occupés par leurs propriétaires. De bons résultats qui correspondent à la fois aux priorités nationales et locales.


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:52 Page13

« Le Département chef de file » Michel Karp est vice-président du Conseil général chargé du logement

«

Nous avons sollicité, devant la commission régionale de l’habitat, la reconduction de la délégation des aides à la pierre, pour que le Conseil général conserve sur son territoire, ce rôle de chef de file dans les politiques liées au logement. Même si les besoins restent importants, le bilan de la première délégation est très satisfaisant. Le rôle moteur joué par le Département favorise un aménagement concerté du territoire en développant la complémentarité des parcs public et privé. Nous sommes les mieux placés pour connaître les besoins des habitants et du territoire. Délégataire des aides de l’Etat, nous pouvons d’autant mieux y répondre. Avec le Plan départemental de l’habitat, nous allons continuer notre action, en étroite collaboration avec les territoires. Une véritable politique du logement dépasse le cadre de l’habitat pour prendre en compte l’aménagement du territoire, les déplacements quotidiens, les transports... Le Conseil général peut inciter par exemple – et ce sera un enjeu fort des prochaines années – à la reconquête des bourgs, et du parc ancien en général, pour limiter l’étalement des surfaces construites.

»

Logement public : « produire » du neuf et redonner vie à l’ancien

C

onstruire des logements sociaux nouveaux, mais aussi entretenir et réhabiliter l’existant, soutenir les bailleurs et notamment les collectivités qui restaurent du bâti ancien pour remettre des logements sur le marché : les choix du Département et la répartition des aides à la pierre interagissent sur plusieurs fronts complémentaires. Il faudrait maintenir le cap annuel des 200 nouveaux logements sociaux (construits ou remis sur le marché).

Aider les communes 7500 € par logement sont attribués par le Département hors aides de l’Etat aux communes (ou à l’intercommunalité) pour la création de logements locatifs dans leur patrimoine bâti ancien, permettant ainsi de fixer des habitants et de contribuer à la revitalisation des bourgs. En 2011, une quarantaine de communes a bénéficié de ces aides à la pierre, dont actuellement Bardou, Saint-Vincent-de-Connezac, Parcoul, Villetoureix, Sainte-Foy-de-Longas, etc.

Soutenir l’action des bailleurs sociaux Bras armé du Département pour le logement social, Dordogne Habitat perçoit une aide spécifique de 5000 € pour

chaque logement neuf (80 en moyenne désormais chaque année). La réhabilitation du parc ancien fait l’objet d’un soutien global annuel de 500 000 €. Les programmes de travaux sont concertés entre Dordogne Habitat et le Conseil général. Auprès de deux bailleurs sociaux, Périgordia Habitat (Bergerac) pour les communes de moins de 3000 habitants et Dordogne Habitat, le Département apporte sa garantie aux emprunts contractés pour lancer de nouveaux programmes. Pour tous les bailleurs, s’ajoutent d’autres aides : • une subvention de 1500 € par logement neuf s’il prétend au classement Très Haute Performance Energétique ou Bâtiment Basse Consommation, • une subvention de 1000 € pour chaque logement à ossature bois. n

Financer le renouvellement urbain

À Bergerac, Boulazac et Périgueux, les démolitions d’immeubles anciens et les reconstructions dans le cadre des opérations de renouvellement urbain sont en bonne voie et devraient s’achever en 2013. Aux crédits de l’Agence nationale de rénovation urbaine, s’est ajoutée une aide globale du Conseil général de l’ordre de 4,8 M€.

Un lotissement mixte : la Charouffie à Ribérac La maîtrise de la gestion des aides de l’Etat a permis au Département de créer un effet de levier, notamment là où les effets sont les plus immédiats : auprès des bailleurs du parc public, premiers producteurs de logements sociaux, et auprès des propriétaires pour remettre sur le marché des logements de bon niveau, adaptés aux attentes et aux ressources des familles. n

Inauguré en novembre dernier, la Charouffie est un lotissement mixte (accession et location) d’habitat individuel réalisé par un promoteur privé, Le projet avait été initié par la commune avec l’aide de la SEMIPER, société d’économie mixte du Département. Dordogne Habitat est devenu partenaire du volet locatif en faisant l’acquisition de 28 logements locatifs sociaux (T3 et T4). Ces logements THPE (Très Haute Performance Energétique) comportent des panneaux solaires intégrés pour l’eau chaude sanitaire. Pour l’office public de l’habitat, c’est un investissement de plus de 3 M€. L’aide départementale (aides à la pierre et fonds propres du Conseil général) est de 276 000 €. 13


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:53 Page14

D OSSIER

Dordogne Habitat, service public du logement

D « Conserver nos financements » Jean-Paul Lotterie, conseiller général de Montpon, est président de Dordogne Habitat

Nous sommes le seul bailleur social présent dans «les petites communes et nous entretenons des contacts étroits avec les collectivités. Nous sommes attentifs à conserver des loyers compatibles avec les ressources des Périgourdins : l’objectif est de rester sous la barre des 5 € le m². Le Conseil général fait du logement une priorité. Nos orientations principales y répondent : • continuer à construire des logements neufs au rythme de 80 par an, • développer les opérations de rénovation urbaine en remplaçant des logements qui ne sont plus attractifs, • revenir à la réhabilitation de bâti ancien dans le cadre d’actions concertées avec les communes. Pour cela, nous avons besoin de conserver nos financements. Et c’est peu de dire que nous avons des incertitudes à ce sujet... Nous n’avons aucune visibilité et les communes sont dans la même situation. Nous allons donc avancer programme par programme, en nous concentrant sur le court terme.

»

Repères

80 % de la population périgourdine répond aux critères d’accession à un logement social. Le parc de Dordogne Habitat comprend 5185 logements, sur 165 communes, dont 50 % de logements individuels. Dordogne Habitat est présent avec ses 5 agences locales (Bergerac, Périgueux, Mussidan, Nontron, Sarlat), interlocutrices directes des locataires et des demandeurs, et lien de proximité avec les collectivités.

Qualibail 2008

Dordogne Habitat compte parmi la vingtaine de bailleurs (sur 800) qui ont obtenu la certification Qualibail pour la qualité de service. Ce label obtenu en 2008 sera élargi cette année à la propreté des parties communes, l’aide à la maîtrise des charges, le traitement des problèmes de voisinage, les propositions de parcours résidentiel.

14

ordogne Habitat veut être le service public d’un logement social en pleine évolution. L’Office public d’habitat s’est orienté dès 2008 vers le logement individuel labellisé Très Haute Performance Énergétique (THPE), et maintenant vers le label Bâtiment Basse Consommation (BBC). Autre évolution, l’adaptation aux besoins des personnes âgées, des personnes handicapées S’orienter vers ou à mobilité réduite : une cinquantaine de logedes logements ments d’une totale accessibilité sont en projet Très Haute ou en construction. Performance Des logements existants seront également adapÉnergétique tés, certains sont déjà en cours. L’Office public de l’habitat construit son action en totale concordance avec les objectifs du Département : • il produit de 80 à 100 logements neufs par an • programme plus de 20 M€ de réhabilitations et de gros entretien à réaliser sur une période de 5 à 10 ans. Cette politique s’appuie sur les aides apportées par le Conseil général et les communes (foncier, voiries, réseaux).

Des opérations ambitieuses Parmi les dernières réalisations, citons : • les 28 logements locatifs de la Charouffie à Ribérac (voir page 13), • les 13 maisons ossature bois de La Coquille, • ou la démolition / reconstruction de 16 logements à Savignac-lesEglises. Cette action de renouvellement de patrimoine s’appuie sur l’expérience des opérations de renouvellement urbain menées avec l’ANRU (Agence Nationale de Rénovation Urbaine), comme le quartier de Naillac à Bergerac. « Ces opérations ambitieuses sont l’occasion d’une véritable refonte urbaine, en partenariat avec les communes, qui créée des logements répondant aux attentes des habitants. Dans ce cadre, l’Office a prévu la démolition à terme de 225 logements sur le département, » note Serge Marcilly, directeur de Dordogne Habitat. Ambitieuse également, cette orientation de renouvellement de patrimoine avec des projets d’envergure passant également par de la réhabilitation, des rétrocessions des voiries et espaces publics. Tout cela en parfaite collaboration avec les communes concernées comme à Nontron, Terrasson et Saint-Astier notamment. L’Office propose également, en priorité à ses locataires, la vente de 200 logements Dordogne Habitat, (80 vendus à ce jour et une moyenne 25 rue de Varsovie d’une quinzaine de ventes par an) avec à Périgueux, tél. : 05 53 02 15 00. un accompagnement et un conseil finanwww.dordognehabitat.fr cier de l’ADIL 24. n


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:53 Page15

Logement privé

S

ur ses fonds propres, hors des aides de l’Etat qu’il répartit et des aides à caractère social, le Département mobilise environ 3 M€ chaque année pour soutenir la production de logements.

Encourager l’accession sociale Le Département soutient la création des lotissements communaux (communes de moins de 3500 habitants) s’ils ont vocation à faciliter l’accession sociale à la propriété. Les 5000 € accordés à chaque lot réduisent d’autant le prix de vente pour l’abaisser autant que faire se peut vers 10 € du m² : depuis 2005, les 33 projets et 305 lots à vocation sociale. De plus en plus, ces projets d’accession sont intégrés à des programmes favorisant la mixité de l’habitat (comme actuellement à Saint-Front-la-Rivière ou Angoisse) avec des lots « classiques » ou la construction de logements locatifs.

Diagnostic autonomie

Une convention en faveur des personnes âgées ou handicapées va être signée au 1er semestre 2012 entre le Conseil général, le PACT Dordogne, les 5 CLIC couvrant le département, l’aide à domicile en milieu rural et l’union départementale des CCAS. Dans la perspective d’une adaptation du logement pour permettre à la personne qui l’occupe d’y conserver son autonomie, le Conseil général finance un diagnostic autonomie qui peut donner accès à un taux majoré de subventions pour les travaux

Animation de l’amélioration de l’habitat Les Communautés de communes ont compétence pour engager des Opérations Programmées d’Amélioration de l’Habitat (OPAH) ou des Programmes d’Intérêts Généraux (PIG) pour inciter les habitants à accéder aux aides de l’Agence NAtionale de l’Habitat (ANAH), souvent complétées par des aides locales. Pour sensibiliser le public, l’accompagner dans ses démarches, ces dispositifs, qui durent de 3 à 5 ans, ont besoin d’une animation, assurée en interne ou confiée à des organismes comme le PACT (lire par ailleurs). Le Conseil général finance cette animation, à hauteur de 30%. Son intervention permet aux collectivités portant ces actions de dégager des moyens supplémentaires pour accorder des aides spécifiques aux habitants, pour le diagnostic thermique par exemple. n

Les gens du voyage : la première moitié du schéma départemental réalisée

D

e la responsabilité du Conseil général, en lien avec les collectivités locales, le schéma départemental d’accueil et d’habitat des gens du voyage est réalisé à 52%. Il comprend aujourd’hui 10 aires d’accueil (206 places) et 2 terrains dits de « grand passage », à Bergerac et sur la Communauté d’agglomération de Périgueux. La révision du schéma, approuvée par le Conseil général, prend effet en 2012. Elle prévoit notamment de ramener de 20 à 10 places la capacité des futures aires d’accueil du Bugue (dans un secteur déjà bien équipé) et de Thiviers, Brantôme, Excideuil où l’on va privilégier la création de terrains familiaux pour les parcours de sédentarisation. L’accompagnement de la sédentarisation, en lien avec les collectivités locales, est d’ailleurs un des axes ambi-

tieux du nouveau schéma. Concernant les aires d’accueil, il en reste neuf à créer : celle de Montpon (20 places) se termine. Vont débuter les aménagements des aires de Saint-Astier (24), de Terrasson (24) et, pour compléter l’équipement de l’agglomération de Périgueux, celle de Razacsur-l’Isle (8) et enfin l’aire portée par la communauté de communes Eyraud - Lidoire. Les aires existantes fonctionnent plutôt bien, accueillant le plus souvent des séjours de courte ou moyenne durées. Des associations à vocation sociale sont missionnées pour accompagner les gens du voyage, y compris pour l’aide à l’activité économique qui touche 4 à 500 familles. n

15


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:53 Page16

D OSSIER

Lutter contre l’habitat indigne

9

,42 % du parc de logements apparaît comme « médiocre » ou « très médiocre » dans les classements cadastraux. 11% des locations du parc privé sont jugées « potentiellement indignes ». L’objectif du Programme d’Intérêt Général (PIG), reconduit pour 2012, est d’apporter un appui financier et technique aux propriétaires, en plus des aides de l’ANAH, pour remettre en état des logements indignes. Ce dispositif est actif sur l’ensemble du Département, sauf (se renseigner à la mairie) là où des Opérations programmées de l’habitat en cours ont le même objectif. Les aides financières sont attribuées selon le classement du logement

16

concerné : non décent, dégradé, très dégradé ou insalubre. Pour que les propriétaires occupants ayant de très faibles ressources acceptent de s’engager dans des travaux qui nécessitent souvent de 30 000 à 50 000 €, le Conseil général a mobilisé des partenaires qui subventionnent ou prêtent à taux 0 : banques, organismes sociaux, caisses de retraites dans certains cas et même collectivités (le Pays Beaumontois). Le Conseil général, tout en finançant l’accompagnement des ménages dans leurs démarches (mission confiée au PACT), complète les concours obtenus par une aide allant de 1600 € à 2000 €. Les propriétaires de logements locatifs conventionnés peuvent aussi bénéficier de ce programme avec les mêmes aides du Conseil général et les subventions de l’ANAH. Depuis 2009, 30 dossiers environ ont été traités chaque année. Les seuls projets en cours à la mi-décembre réunissaient 116 000 € de subventions et 194 000 € de prêts à taux 0 pour un montant de travaux de 800 000 €. Un impact économique sensible pour l’artisanat. n

Pour mieux loger les personnes défavorisées Le Plan Départemental d’Action Etat / Département pour le Logement des Personnes Défavorisées (PDALPD) est un outil de coordination des actions menées pour garantir à ce public le droit au logement décent et promouvoir l’insertion sociale par le logement. Il permet de mieux articuler les besoins sociaux des familles et l’attribution des aides à la personne. La Direction Départementale de la Solidarité et de la Prévention est en première ligne. C’est à partir des dossiers préparés par les travailleurs sociaux des Unités Territoriales répartis sur l’ensemble du territoire que se mettent en œuvre les actions aidant les familles à vivre dans un logement décent. De 2006 à 2011, 440 ménages ont été accompagnés dans leur relogement. 508 situations d’habitat non décent ont été étudiées (348 logements ont fait l’objet d’un diagnostic thermique), faisant apparaître des manquements aux normes. A partir des signalements d’impayés transmis à la Direction Départementale de la Solidarité et de la Prévention, les services sociaux de terrain sont sollicités pour préparer les interventions destinées à prévenir les expulsions locatives. Une commission spécifique de coordination Etat/Département (la CCAPEX) a été mise en place en 2011.

Le Fonds Solidarité Logement

Lorsqu’une famille est en difficulté, le logement ou les charges locatives constituent souvent le premier problème. Au titre de l’accompagnement social, certaines familles peuvent avoir accès aux aides locatives du FSL. De 2006 à 2011, 2,6 M€ d’aides directes ont été allouées par le FSL à plus de 11 000 foyers.


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:53 Page17

Pratique : des aides pour améliorer l’habitat

L

es aides de l’ANAH, pilotées par le Département dans le cadre de sa délégation, sont désormais clairement orientées vers la lutte contre l’habitat dégradé et contre la précarité énergétique, avec le programme « habiter mieux ». Autre évolution, les aides ciblent en priorité les propriétaires occupants qui ont des ressources modestes. Les aides aux propriétaires bailleurs sont accordées pour résorber l’habitat dégradé et à la condition que les logements relèvent ensuite des loyers conventionnés. Pour en savoir plus sur les aides auxquelles vous pouvez prétendre :

• il faut se rapprocher de votre mairie qui vous orientera, • s’informer auprès du PACT de la Dordogne, de l’ADIL (lire pages 18 et 19), • contacter la délégation locale de l’ANAH, à la cité administrative de Périgueux : 05 53 45 56 00. www.anah.fr Pour toutes les questions relatives à la précarité énergétique, aux économies d’énergie et aux aides possibles, il est conseillé de consulter les techniciens des Espaces Info Energie : • au PACT de la Dordogne, 05 53 06 81 20 ; • au CAUE de la Dordogne, 2 pl. Hoche

Habiter mieux Contrat entre l’Etat et le Conseil général pour lutter contre la précarité énergétique, ce programme s’adresse aux propriétaires occupants (sous conditions de ressources) qui souhaitent adopter un mode de chauffage moins consommateur d’énergie, isoler leur logement, utiliser une énergie renouvelable, etc. Il faut toutefois que le gain énergétique attendu soit d’au moins 25% et que la personne s’engageant dans cette démarche fasse d’objet d’un accompagnement agréé (qui est subventionné).

à Périgueux, 05 53 08 37 13 ; • à la maison du Parc naturel régional Périgord-Limousin, à La Coquille, 05 53 55 36 00. n

En Dordogne

70% de propriétaires occupants. 74% des locataires dans le parc privé. 7,4% des résidences principales sont des logements sociaux. 84% de logements individuels. 11% des logements potentiels sont vacants. Avec un fort taux de propriétaires occupants, beaucoup de ménages à faibles revenus et 60% des résidences principales construites avant 1975 (42% avant 1948).

Indépendamment des aides qui pourraient être accordées par ailleurs (pour la remise aux normes du logement), l’aide forfaitaire de l’ANAH est de 1100 €. Si une aide locale (dans le cadre d’une OPAH ou d’un PIG) est obtenue en plus, l’aide « Habiter mieux » sera augmentée. De quoi améliorer durablement la performance énergétique du logement. Une évaluation énergétique est réalisée avant et après les travaux. « Habiter mieux » bénéficie de nombreux partenariats, des financeurs (les SACICAP, la CARSAT), des professionnels (CAPEB, FFB), des fournisseurs d’énergie (GDF)...

Renseignements auprès de la délégation locale de l’ANAH, à la cité administrative de Périgueux : 05 53 45 56 00 17


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:53 Page18

D OSSIER

Logement : ce qu’ils peuvent faire pour v L’ADIL 24

L

a mission première de l’Agence Départementale d’Information sur le Logement (ADIL), cofondée par le Département (qui en est le premier financeur) et par l’Etat, est d’informer, gratuitement, confidentiellement et en toute neutralité, les habitants, les professionnels, les collectivités. Tous les domaines peuvent être abordés : la location, les plans de financement, les contrats, les assurances, la fiscalité, la copropriété, la réglementation, la qualité de l’habitat. L’ADIL 24 démultiplie son action au travers d’un réseau de 16 points de permanences hebdomadaires ou mensuelles, dont 3 permanences chaque semaine au Point Info Famille CAF de Bergerac (24 boulevard Victor-Hugo).

Aider à prévenir les expulsions Au sein de l’ADIL, un service de prévention des expulsions locatives travaille en liaison avec les services sociaux du Conseil général. « Nous informons les familles sur les premières démarches à effectuer. Nos agents

rencontrent propriétaires et locataires, des familles et les guident vers les soluétudient la situation sur place et pro- tions possibles et les aides disponibles. « Les ménages nous posent des solutions adaptées, un plan d’apuconsultent lorsqu’un prorement de la dette par blème se pose, et dans ce exemple, » explique la cas, c’est souvent le bouche à oreille qui directrice Frédérique Frioriente les personnes vers son-Lefèvre. nous. Nous essayons L’ADIL participe égaleADIL 24 également d’être présents ment à la lutte contre la 3 rue Victor-Hugo dans la presse et notamprécarité énergétique. à Périgueux. Tél. : 05 53 09 89 89. ment dans les radios Des conseillères en écowww.adil24.org locales pour sensibiliser nomie sociale et familiale se penchent sur les budgets énergie le public à notre rôle de conseil. » n

« Répondre aux attentes » Roland Laurière, conseiller général du canton de Mussidan, préside l’ADIL 24

Du fait de l’augmentation des taux d’emprunt et des prix du foncier, en raison aussi de «la crainte de perdre son emploi, souvent invoquée par les personnes qui viennent à l’ADIL, l’accession sociale à la propriété semble marquer le pas. L’ADIL est justement là pour aider les gens à bien prendre en compte l’ensemble des paramètres, dont le financement, avant d’engager un projet ou d’y renoncer. Les autres missions de conseil dans lesquelles est engagée l’ADIL répondent aux attentes des personnes en difficulté. Qu'il s’agisse de la prévention des expulsions locatives, pour laquelle le Département mobilise fortement ses services, ou de la lutte contre la précarité énergétique qui peut aider des familles à mieux vivre en dépensant moins, nous étudions des centaines de situations chaque année.

»

18

S’informer pour anticiper

En matière d’habitat, les règles changent souvent désormais. Il est difficile de suivre si l’on n’est pas un professionnel. Le nouveau calcul des plus values réalisées lors d’une vente, les nouvelles règles du prêt à taux 0, les modifications des conditions de location, les crédits d’impôts en vigueur cette année, le prochain changement du mode de calcul de la surface habitable : autant de questions d’actualité qui incitent les personnes avisées à venir s’informer auprès de l’ADIL.


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:53 Page19

r vous Le PACT Dordogne

L

a mission principale du PACT est le conseil aux particuliers pour la rénovation de l’habitat privé à caractère social : les propriétaires occupants sous conditions de ressources et les propriétaires bailleurs, s’il s’agit de logements bénéficiant d’aides publiques (ANAH) dont les loyers seront conventionnés. Le PACT suit ainsi de 600 à 700 dossiers chaque année. Il assure l’animation d’Opérations programmées de l’habitat ou de Programmes d’intérêt général lancées par les collectivités locales. Il accompagne la demande des caisses de retraite les personnes qui les sollicitent pour financer des tra- niveau de leurs logements dans le vaux d’adaptation de leur logement. cadre de la lutte contre l’habitat « Cela peut aller jusqu’à une mission indigne, » précise Michel Eychenne, complète d’assistance le directeur du PACT. pour la réhabilitation d’un Elargissement de son logement, avec suivi techactivité de conseil, le nique du dossier, jusqu’à PACT est agréé Espace la réception des travaux. Info Energie et peut être PACT Dordogne 56 rue Gambetta, Nous sommes également consulté avant d’entretél. : 05 53 06 81 20. missionnés par le Conseil prendre des travaux www.pact-dordogne.fr général pour guider les pour économiser l’énerpersonnes candidates à la remise à gie ou réduire les charges.

Il peut aussi réaliser, pour le compte d’un propriétaire public (une commune) ou privé, des opérations immobilières en maîtrise d’ouvrage directe. Ce qu’il prévoit de faire à Vélines avec la construction de logements pour la sédentarisation des gens du voyage. Il peut aussi devenir le propriétaire provisoire (dans le cadre d’un bail à réhabilitation) de logements à rénover, se substituant au propriétaire qui n’a pas la capacité de financer les travaux. Le PACT Dordogne / Habitat et Développement est une association, ses administrateurs sont des conseillers généraux (le Département subventionne son fonctionnement), des maires et des personnalités qualifiées. n

Agence immobilière sociale

Au sein du PACT, le SIRES (Service Immobilier Rural et Social) est une agence immobilière à vocation sociale qui aide les propriétaires bailleurs (SCI, collectivités, particuliers) à gérer leur patrimoine locatif. Le SIRES a ainsi plus de 70 logements en portefeuille.

19


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:53 Page20

LE

P ÉRIGORD S OLIDAIRE

Le centre de planification et d’éducation familiale Contraception, sexualité, vie du couple, relations familiales, le Centre de Planification et d’Education Familiale (CPEF), service du Conseil général, dispose de cinq antennes dans le département.

B

ien que présent à Bergerac depuis rant garder l’anonymat ou toute per1980, à Sarlat depuis 1988, le sonne sans couverture maladie. CPEF n’est pas toujours bien identifié Au CPEF aussi, on peut solliciter des entretiens de conseil conjugal par les jeunes et les familles. et familial, de préparation à Ce qui doit être rappelé, Diverses la vie de couple ou à la foncc’est sans doute la diversité activités tion parentale. Pour cela, des activités, confidentielles et gratuites, exercées dans confidentielles chaque antenne réunit des les cinq antennes du CPEF : et gratuites compétences complémentaires. Le responsable techles consultations médicales nique, un médecin, est relatives à la maîtrise de la fécondité (contraception), les entretiens entouré d’une conseillère conjugale et préalables à l’interruption volontaire familiale, d’une sage-femme, et d’une de grossesse, le conseil sur la régula- assistante chargée du premier accueil, tion des naissances, notamment après étape importante pour mettre en une IVG, la délivrance de produits confiance une personne arrivant avec contraceptifs pour les mineures dési- un sentiment d’urgence ou d’inquiétude.

Le CPEF mène également de nombreuses séances d’information et de prévention dans les collèges de Dordogne et, à la demande, dans d’autres établissements accueillant des jeunes. En 2010, les conseillères conjugales et familiales ont ainsi animé 456 séances réunissant 6635 personnes. Les centres de planification sont des services du Conseil général. Ils travaillent également en lien avec les Centres de Dépistages Anonymes et Gratuits (CDAG), les centres IVG, le mouvement du Planning familial et les réseaux de santé : le réseau VIH 24, Périnat Aquitaine, etc. n

Les 5 CPEF de Dordogne Service de la Direction départementale de la solidarité et de la prévention (DDSP), les CPEF sont installés (hors Périgueux) dans les locaux des unités territoriales. L’accueil est assuré tous les jours (l’après-midi seulement à Périgueux). Périgueux, 12 rue Guynemer : 05 53 35 99 50 Bergerac, 27 avenue de Verdun : 05 53 57 19 63 Sarlat, « Les Jardins de Madame », rue Jean-Leclaire : 05 53 31 71 71 Nontron, place du Champ-de-Foire : 05 53 56 05 80 Ribérac, Maison du Département en Val-de-Dronne, route de Périgueux : 05 53 92 48 62

TÉMOIGNAGE

« En toute confidentialité » Questions à Clémence Guirand, conseillère conjugale et familiale à l’antenne de Sarlat Qui vient au centre de planification ? Pour le public jeune, il s'agit de démarches individuelles ou collectives. Parfois, certains parents accompagnent leurs enfants; les infirmières scolaires sont aussi des partenaires essentiels. Nous rencontrons également des couples et des personnes majeures confrontées à des violences (notamment conjugales). Les travailleurs sociaux orientent vers nous du public qui a besoin de cet espace de parole. Il n'y a pas d'âge limite pour venir au CPEF.

sonnes vers un psychologue, un thérapeute ou vers la médiation familiale. Nous assurons les entretiens pré-IVG obligatoires pour les mineurs. À l’extérieur, nous sommes sollicitées pour de nombreuses animations de prévention dans les collèges, les lycées et divers établissements.

Les nouvelles générations sont-elles mieux informées ? C’est plutôt un éternel recommencement. Il y a beaucoup de familles Quel est votre rôle ? où l’on ne parle pas facilement de contraception ou de sexualité. Nous avons des temps d’entretien qui se déroulent en toute confi- Certains jeunes veulent aussi d’autres interlocuteurs que leurs parents dentialité. Lorsque cela devient nécessaire, nous orientons les per- pour aborder ces questions. Nous sommes là pour ça. 20


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:53 Page21

La mission sociale de la téléassistance Le Département a choisi de faire de la téléalarme une téléassistance renforçant le lien social. Cette mission est assurée par l’association Cassiopea, dans le cadre d’une délégation de service public.

O

n connaît le principe : une simple pression sur le déclencheur médaillon ou bracelet, porté par la personne âgée ou handicapée, et le boîtier transmetteur, branché sur le secteur, donne l’alerte. On connaît moins la façon dont sont traitées ces alertes et l’ensemble des services mis en œuvre par Cassiopea et son service de téléassistance. L’alerte parvient au centre d’appels de l’association à Périgueux. Aussitôt, l’une des opératrices appelle la personne. S’il s’agit d’une erreur de manipulation, d’un besoin de parler, d’une question à poser, d’une angoisse, le dialogue s’engage pour bien apprécier la situation, rassurer. S’il y a eu chute ou malaise ou toute autre difficulté, l’opératrice dispose d’un second poste téléphonique pour alerter la famille ou les contacts désignés, demander l’intervention d’une infirmière ou des sapeurspompiers, tout en gardant le contact via le haut-parleur du boîtier transmetteur. Pour agir avec efficacité, toutes les informations nécessaires sont réunies dans une base de données informatique, contacts familiaux ou voisins, médecin ou infirmière, services sociaux, mais aussi pathologies, fragilités... Pour entretenir ce lien, l’association a créé une « centrale d’appels de convivialité » dont les opératrices contactent régulièrement les abonnés pour prendre des nouvelles, souhaiter les anniversaires. Elles peuvent effectuer des appels plus fréquents si la solitude devient pesante.

« Cette proximité est essentielle. Les personnes ont besoin de cet accompagnement social et humain. Nous avons également une équipe de cinq conseillers qui sillonnent le département. Nous organisons des animations extérieures, des déjeuners pour rompre la solitude, » souligne le Dr Frédéric Woné, président de Cassiopea.

Qui adhère à la téléassistance ? « Cette approche sociale de la téléassistance est encore très rare en France, note Samuel Tognarini, directeur de la structure. Nous sommes en contact permanent avec les services du Conseil général, les services d’aide à la personne ou de soins à domicile. » Le Département évalue chaque année l’action de Cassiopea. « Beaucoup d’adhérents nous rejoignent après avoir connu une difficulté, une chute. Mais la téléassistance est d’abord un dispositif préventif qui rassure et permet de profiter de son domicile en sécurité, » argumente Béatrice Blidon, chargée de communication de Cassiopea. Un tiers des 4600 personnes abonnées au service de téléassistance est constitué de bénéficiaires de l’Allocation personnalisée d’autonomie (1435) et de la Prestation de compensation du handicap (73). C’est alors le Conseil général qui prend en charge tout ou partie des 25 € de l’abonnement mensuel. Les personnes seules (83% de femmes, moyenne d’âge de 84 ans) qui font le choix de la téléassistance peuvent

Un appareillage léger qui rompt la solitude.

bénéficier d’une prise en charge partielle de leur mutuelle ou de leur caisse de retraite. « 8% des personnes de plus de 75 ans en Dordogne adhèrent à notre service, » rappelle Samuel Tognarini. n

En chiffres

150 appels en moyenne par jour dont 12 nécessitent l’intervention d’une tierce personne. Soit plus de 50 000 appels et 4000 interventions par an. 60% des interventions ont pour origine une chute ou un malaise. Seules 14% des interventions sont effectuées par les pompiers.

Cassiopea

TASD 24 créée il y a 25 ans grâce au Conseil général est l’association à l’origine de Cassiopea qui réunit aujourd’hui 3 services à destination des mêmes publics : le service de téléassistance (TASD 24), le centre local d’information et de Coordination gérontologique (CLIC) du Grand Périgueux et ALMA 24 (Allo maltraitance personnes âgées et/ou handicapées). Cassiopea 29 rue de Metz à Périgueux Direction : 05 53 53 20 40 Téléassistance : 05 53 53 54 54 CLIC du grand Périgueux : 05 53 53 62 62 ALMA 24 : 05 53 53 39 77

D’autres opérateurs

Si l’association Cassiopea est titulaire de la délégation de service public créée pour la téléassistance en Dordogne, d’autres opérateurs, notamment des entreprises spécialisées, assurent également des prestations de téléalarme. Leurs coordonnées sont disponibles auprès des CLIC de la Dordogne.

21


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:53 Page22

P LANÈTE P ÉRIGORD

Développement durable : où en est-on ? Pour la première fois, le Conseil général a rendu public un rapport sur la situation en matière de développement durable de son fonctionnement et des politiques qu’il engage.

C

e rapport est un instantané des projets que le Département favorise sur notre territoire. Le Conseil général s’était doté, en mars 2009, d’un outil pour mettre en œuvre sa politique de développement : l’Agenda 21. Cette photographie permet d’évaluer l’impact des mesures que le Conseil général a entreprises sur les 5 finalités qui définissent le développement durable. Ce rapport est l’occasion d’entrevoir de nouvelles perspectives et de

poursuivre en visant l’amélioration les efforts engagés. Ces finalités sont : 1) La cohésion sociale et la solidarité entre les territoires et les générations, 2) La dynamique de développement selon des modes de production et de consommation responsables, 3) L’épanouissement de tous les êtres humains, 4) La préservation de la biodiversité, des milieux et de la ressource,

5) La lutte contre le changement climatique. Pour illustrer l’engagement du Département, nous avons choisi de vous présenter 5 projets significatifs. n

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin, le rapport sur la situation en matière de développement durable est consultable sur le site du Conseil général : www.cg24.fr.

PIG (Programme d’Intérêt Général) pour le logement indigne

L

e Département porte un programme visant à lutter contre l’habitat indigne. Il subventionne une animation spécifique sur le territoire et complète les aides de l’Etat (ANAH) pour les rénovations de logements privés habités par des locataires ou des propriétaires occupants. Avec pour vocation première de vaincre l’insalubrité des logements, ces aides permettent d’agir en matière d’isolation, d’amélioration énergétique et de confort (réduction de l’humidité) des occupants. C’est un programme volontaire du Conseil général (voir dossier dans ce magazine à partir de la page 11). Les objectifs développés : • Soutien des personnes en difficulté • Amélioration du confort • Maîtrise de l’énergie (isolation, chauffage) Le programme est élaboré avec les collectivités engagées dans la démarche. n

22

Convention culturelle cantonale

L

e schéma départemental de la culture a mis l’accent notamment sur la logique et la concertation à l’échelle du territoire. Depuis, le Département initie une concertation à l’échelle des cantons dans le cadre des conventions cantonales. L’objectif est de structurer l’offre, de soutenir et fédérer les acteurs locaux et de permettre un accès à la culture sur l’ensemble du territoire. Les objectifs développés : • Soutien des personnes en difficulté (gens du spectacle) • Accès à la culture pour tous • Offre de proximité Le schéma est élaboré en concertation avec tous les acteurs d’un territoire. Des réunions spécifiques sont menées autour des centres culturels. n


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:53 Page23

Transpérigord

L Programme agricole biologique, filière courte, vente directe

E

ntré en vigueur cette année, ce programme vise à augmenter notre part de Surface Agricole Utile cultivée en agriculture biologique, à structurer les filières courtes agricoles sur notre département et à aider les producteurs locaux à réaliser de la vente directe. Il introduit un paramètre social puisque les aides sont différenciées en fonction des revenus disponibles de l’exploitant. Les objectifs développés : • Réduction du nombre d’exploitants attributaires du RSA • Promotion d’un mode de consommation de proximité • Préservation de la biodiversité agricole • Approvisionnement et service de proximité Il s’agit d’un programme d’aide du Conseil général avec un comité de pilotage. n

a préoccupation du Département est l’offre de déplacement contribuant ainsi à la lutte contre le changement climatique. En effet, en milieu rural, il est difficile de ne s’appuyer que sur du transport collectif. Néanmoins, le service des transports a la charge de cette compétence obligatoire et organise l’offre de transport « Transpérigord ». Avec la mise en place du ticket unique à 2€, le Département a voulu redynamiser ces lignes et favoriser de fait le transport collectif. Les objectifs développés : • Transport de scolaires et de voyageurs • Promotion du transport collectif • Éviter les voitures particulières. n

Le PDIPR (Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnée)

L

es Départements ont une compétence en matière de conservation du patrimoine des chemins ruraux par l’intermédiaire du Plan Départemental d’Itinéraires, de Promenade et de Randonnée (PDIPR). Dans son approche, le Département de la Dordogne a souhaité aller audelà de ce simple objectif. Il donne aux territoires la possibilité d’organiser un réseau cohérent à leur échelle et structuré autour du potentiel existant (hébergement, restauration, sites patrimoniaux…). Les objectifs développés : • cohésion sociale et territoriale (évè-

nementiel « randonnée en fête », itinérances thématiques) • promotion d’une consommation responsable (panier pique-nique, assiette de pays) • accession à la connaissance patrimoniale (sentiers de découverte) • sensibilisation à la préservation du milieu (sentiers d’interprétation, charte du randonneur) • promotion de loisirs ne produisant aucune émission de CO2 Ce plan est géré par les services du Conseil général en association avec les comités départementaux de randonnées équestre, pédestre et cycliste. n

23


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:53 Page24

E XPRESSIONS EN P ÉRIGORD

Oui, d’autres choix sont possibles !

L

’année 2011 s’est conclue par la présentation des orientations budgétaires. Un moment fort où nous affichons nos ambitions pour le département en budgétisant nos choix politiques. Nous sommes dans le concret et avec un budget de plus de 496 millions d’euros, en hausse de 2,36 %, nous abordons l’année 2012 avec la volonté d’agir encore plus, notamment en faveur des plus démunis…mais pas seulement ! Pas seulement car cette crise à la fois financière, économique, sociale et démocratique, touche un très large panel de citoyens. Cette crise qui génère un accroissement de nos dépenses sociales

(RSA essentiellement) que nous devons continuer à gérer en subissant, de la part de l’Etat, la faiblesse des compensations, le gel des dotations, les mesures d’austérité annoncées par Monsieur Fillon et les réformes qui tendent à minimiser le rôle des Conseils généraux. Nous en sommes convaincus, une partie des réponses à la crise se trouve dans l’augmentation des capacités d’action des collectivités telles que la nôtre. C’est ce que nous démontrons par des orientations budgétaires qui soulignent notre volonté d’aménager, de développer et de moderniser toujours davantage nos territoires.

D’autres choix en 2012

L

a France est désormais engagée dans un scénario à la grecque. Le deuxième plan de rigueur du plan Fillon a provoqué la hausse des taux d’intérêts de notre dette publique. Nous sommes devant l’injonction contradictoire des marchés : ils veulent à la fois la rigueur et la relance de l’activité. Ils n’auront ni l’un, ni l’autre. La note de la France sera déclassée. La politique de Nicolas Sarkozy et l’alignement sur les marchés financiers se soldent déjà à la fois par un appauvrissement des États et par un appauvrissement de l’activité économique. Est-il possible de faire autrement ?

L’issue est dans une transformation profonde des conditions actuelles de production, de commerce et donc de financement intégrant le triple enjeu du développement social contre le développement financier, du développement écologique contre la liberté commerciale, du développement mondial contre les politiques de compétitivité. Il est possible pour la France et l’Europe, de renégocier la fiscalité des grandes entreprises multinationales qui accèdent à nos marchés. Il est possible pour un pays comme la France de réorienter sa politique agricole dans le sens de sa souveraineté alimentaire,

Maintenir le cap ?

P

etit à petit, et nous ne pouvons que nous en féliciter, la prise de conscience de l’existence de la crise qui touche depuis 2007 la France, l’Europe et plus largement l’ensemble des pays développés, semble se faire dans la majorité départementale. Certes cette prise de conscience est minimale et tardive mais, pour la première fois peut-être, on peut entendre parler au Conseil général de la Dordogne de gravité de la situation économique et sociale, de pays fragilisés, de dette nationale… Passer de la prise de conscience à l’acceptation des efforts à mener est par contre insurmontable pour cette majorité, alors que nos voisins, comme en Corrèze, reconnaissent enfin – même si ce n’est qu’en fin d’année 2011, l’indispensable nécessité de réduire la voilure dans leur département. En Dordogne, non ! En Dordogne le raisonnement, patiné

24

d’idéologie d’un autre temps, pourrait être désarmant s’il n’était irresponsable : pour la majorité départementale c’est l’État qui aggrave la crise. Hors de cette affirmation point de discussion et encore moins de remise en question. Alors que quasiment tout le monde s’accorde à dire que les mesures prises depuis des mois par le Président de la République et le Gouvernement nous ont permis d’éviter les mesures autrement drastiques prises en Irlande, au Portugal, en Grèce, en Italie ou en Espagne, pour la majorité départementale, seul l’Etat est responsable de la situation du Département. Pour cette majorité départementale, un seul impératif : On doit maintenir le cap ! Ce cap suivi depuis des années nous a notamment mené – rappelons-le – à être parmi les 25 départements avec le taux de chômage le plus élevé de France au 2e tri-

Groupe Socialiste et Apparentés Contact : 05 53 02 59 07 e-mail : p.bel@dordogne.fr Ce budget 2012, qui maintient son niveau d’investissement grâce à un fonctionnement maitrisé, illustre notre détermination à jouer pleinement notre rôle de partenaire de la vie quotidienne des Périgordins. Il donne du sens au devoir de redistribution et démontre qu’il est possible de faire d’autres choix politiques que ceux que l’on nous vend à l’échelle nationale et européenne. Il permet aussi de nourir l’espoir de changement auquel aspire la majorité de nos concitoyens pour 2012. Très bonne année à vous toutes et tous. n

Groupe communiste Contact : 05 53 02 20 31 e-mail : jpsalon1@wanadoo.fr de la rémunération des producteurs, d’une agriculture plus écologique sans se défaire de la totalité de ses engagements internationaux. Il est possible de maîtriser le crédit en créant un pole public de financement, de revenir aux financements des collectivités par les banques centrales. Ces mots ne sont pas que des idées généreuses. Ce sont des choix que l’année 2012 nous imposera de faire pour ne pas accepter l’austérité et ses conséquences la récession et le chômage. Meilleurs vœux à tous ! n

Groupe de l’Union des Démocrates de la Dordogne Contact : 05 53 02 20 30 e-mail :p.favard@dordogne.fr mestre 2011 et une hausse du nombre de demandeurs d’emplois de plus de 60 % en 3 ans, à être parmi les 5 départements les plus endettés de France par habitant en 2011, à être parmi les 20 départements les plus pauvres de France. Alors s’il y a bien une chose que nous ne devons pas maintenir en Dordogne c’est bien le cap qui est suivi depuis plus de 20 ans contre toutes les réalités, contre toutes les évidences et contre tous les avertissements. En attendant, les Conseillers généraux de l’Union des Démocrates de la Dordogne vous présentent leurs vœux les plus sincères, des vœux de santé, de bonheur, mais aussi des vœux de courage pour une année qui nécessitera fermeté et sens des responsabilités. n


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:53 Page25

AU

R YTHME DU P ÉRIGORD

Signalétique bilingue français/occitan Senhaletica bilingüa occitan/francés

L

D

e vendredi 25 novembre 2011, avait lieu à l’Espace culturel de La Coquille l’inauguration des panneaux de double signalisation français/occitan d’entrées des communes faisant partie de la communauté de communes du Pays de Jumilhac-le-Grand. Si de telles initiatives ont déjà été prises ailleurs en Dordogne, comme à Chancelade, Coulounieix-Chamiers, PiégutPluviers, Domme, Bergerac ou les communes du canton de Saint-Pardoux, c’est la première fois que cette expérience est menée à l’échelle d’une communauté de communes dans son ensemble. Ce projet a notamment été favorisé par la « double casquette » de Bernard Vauriac, à la fois Président de la communauté de communes et Président du Parc Naturel Régional Périgord Limousin ; le PNR étant lui-même très engagé sur la question de la langue et de la culture occitanes. La soirée d’inauguration du 25 novembre a également été l’occasion d’un temps d’échange et de médiation autour de l’enjeu que peut représenter la mise en valeur de la réalité occitane, en termes d’attractivité, d’originalité et de valorisation d’un territoire, la manière de le nommer, (et donc la langue employée) en représentant le premier marqueur. Comme souvent lors de telles opérations, Jean-Louis Lévèque, Président de Novelum (Institut d’Etudes Occitanes de la Dordogne) a, lors d’une conférence, expliqué les choix techniques et scientifiques qui ont conduit aux formes occitanes telles qu’elles sont restituées sur les panneaux. Pour sa part, et dans le cadre de sa politique de valorisation de la langue et de la culture occitanes, le Conseil général peut, à travers les contrats d’objectifs, apporter une aide financière aux communes qui souhaitent faire la démarche de double signalisation. n

ivendres lo 25 de novembre de 2011, fuguren inaugurats a l’Espaci culturau de La Coquilha los paneus de dobla senhalisacion francés/ occitan d’entradas de las comunas de la comunautat de comunas dau País de Jumilhac lu Grand. Si entau de las iniciativas fuguren desja presas en Dordonha, coma a Chancelada, Colonhés e Champs Niers Puei ‘gut e Pluviers, Doma, Brageirac o las comunas dau canton de Sent Pardol la Ribiera, qu’es lo prumier còp que ‘quela experiença es menada au niveu d’une comunautat de comunas dins son ensemble. Qu’es vrai que lo President de la comunautat de comunas, lo Bernat Vauriac, es tanben lo President dau Parc Naturau Regionau Perigòrd Lemosin, que lo PNR es se-mesma plan engatjat. La serada d’inauguracion dau 25 de novembre fuguet tanben l’ocasion d’un momenton d’eschanja e de mediacion a l’entorn de l’enjuòc que pòt esser la mesa en valor de la realitat occitana, en terma d’atractivitat, d’originalitat e de valorisation d’un territòri, que lo biais de lo nommar ne’n es lo prumier marcaire. Coma sovent, per de las operacions entau, lo Joan-Lois Lévèque, President de Novelum, (Institut d’Estudis Occitans de Dordonha) expliquet, pendant una conferencia, las chausidas tecnicas e escientificas que l’an menat a las formas occitanas coma las retrobem sus los paneus. Fau dire tanben que lo Conselh generau, dins l’encastre de sa politica de valorisacion de la lenga e de la cultura occitanas, pòt, tras los contacts d’objectius, menar una ajuda financiera a las comunas que vòudrian far la desmarcha de botar lors paneus d’entrada en occitan. n

Les communes faisant partie de la communauté de communes du Pays de Jumilhac-le-Grand sont : Chalais, La Coquille, Jumilhac-le-Grand, St-Jory-de-Chalais, St-Paul-la-Roche, St-Pierre-de-Frugie, St-Priest-les-Fougères.

Las comunas que fan partida de la comunautat de comunas dau País de Jumilhac lu Grand son : La Coquilha, Chalés, Jumilhac lu Grand, Sent Jòri de Chalais, Sent Pau la Ròcha, Sent Peir de Frègia, Sent Prich las Faugieras.

25


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:53 Page26

AU

R YTHME DU P ÉRIGORD

« Ici Bas », un film vraiment périgourdin La sortie nationale du dernier film de JeanPierre Denis est fixée au mercredi 18 janvier. Dès le 13 janvier, il est diffusé en avant-première à Périgueux et dans les salles du réseau Ciné-Passion en Périgord.

D

epuis la création, au sein de CinéPassion en Périgord, d’une régie de tournages puis de la Commission du Film Dordogne soutenue par le Conseil général, l’effet d’aubaine du passage des équipes de production s’est transformé en une solide organisation qui fait ses preuves. Des repérages de sites et décors à l’intendance des journées de tournage, en passant par le recrutement des techniciens, figurants et prestataires, sans oublier l’organisation des avant-premières et la diffusion sur le réseau des salles locales, il y a toujours – au moins – un projet en cours, comme actuelle-

ment le tournage du long-métrage où il réside. La productrice, Marie« Jappeloup ». Les retombées ne sont Claude Arbaudie, est originaire de pas négligeables : 8 à 9 € dépensés Mouleydier. en Dordogne pour 1 € investi par le Surtout, l’intrigue du film est librement inspirée, d’un épisode douloureux de Département. À chaque projet, le Conseil général la Résistance en Périgord. avec son fonds d’aide à la production « L’écho donné à cette histoire dont le cinématographique et audiovisuelle souvenir est toujours vif pouvait inquiés’attache, au-delà du ter, mais nous connaisprojet artistique, à prosons la sensibilité de 1 € investi mouvoir l’ancrage Jean-Pierre Denis. Son par le Département : film est une fiction, » local, valorisant les liens tissés avec les 8 à 9 € de retombées dit-on au Conseil génémaisons de producral. Le tournage s’est en Dordogne tion, les réalisateurs, déroulé intégralement les comédiens. Mais, difficile de en Dordogne, à Périgueux (Saint-Front, faire plus périgourdin que le film de les allées Tourny, le musée du Périgord, Jean-Pierre Denis. Le réalisateur et Barnabé,…), en vallée de l’Isle, dans scénariste est né à Saint-Léon-sur-l’Isle la Double, à Bergerac, … n

2011, l’année record

Avec 200 jours de tournage, l’année 2011 fait encore mieux qu’une année 2010 déjà bien chargée (154 jours). Ont été tournés notamment en 2010 et 2011 : • « Un jour mon père viendra » (François Berléand, Gérard Jugnot et Olivia Ruiz), • « Désordres » (Sonia Rolland et Isaach de Bankolé), • « Ici bas » (Eric Caravaca, Céline Sallette), • « Jappeloup » (Guillaume Canet, Daniel Auteuil). Pour la télévision : • la saga historique « Rani » qui vient d’être diffusée • le téléfilm « I love Périgord », vu en octobre par plus de 3 millions de téléspectateurs. La Dordogne a également accueilli des documentaires, des courts métrages. Le fonds d’aide à la production a attribué 362 000 € de subventions, attirant une manne de plus de 3 M€ de retombées directes.

26


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:53 Page27

TÉMOIGNAGE

Jean-Pierre Denis : « Je suis d’ici » En 30 ans, Jean-Pierre Denis, n’a écrit et réalisé « que » huit films. Pourtant, peu de réalisateurs ont cueilli autant de lauriers : caméra d’or du festival de Cannes en 1980 et sélection officielle en 1987, meilleur réalisateur au festival argentin de Mar del Plata en 2001, nominations (film et réalisateur) aux César la même année. Quatre des films signés par Jean-Pierre Denis, à commencer par l’emblématique « Histoire d’Adrien », sont liés à la Dordogne à des degrés divers : « La palombière », « Champ d’honneur » et maintenant « Ici bas ». « Je suis d’ici, j’y vis le plus possible et je n’ai jamais été domicilié ailleurs. C’est là aussi que je suis venu au cinéma, à la réalisation. Je n’avais vraiment aucune raison d’aller tourner ailleurs cette histoire d’ici que je connais depuis toujours. Je l’ai approfondie lors d’une enquête documentaire sur des groupes de maquisards. Je ne pouvais pas prétendre à retracer l’histoire telle qu’elle s’est déroulée. J’utilise des éléments appartenant à la Résistance, mais pas forcément à l’affaire de sœur Philomène. Le plus sensible est évidemment le dénouement, j’ai veillé à ne pas tourner sur les lieux mêmes. Je me suis inspiré des faits, et aussi de ce que l’on ne sait pas, pour construire un drame classique en essayant d’éclairer le cheminement interne de la religieuse. Pour moi ce film s’inscrit dans ce qui dépasse les hommes, d’où le choix du titre. Ce film correspond vraiment à ce qui fonde ma relation au cinéma. De la préparation aux avant-premières, j’ai travaillé étroitement avec la régie d’accueil de tournages. J’ai été très bien entouré. Il y avait sur le tournage quelque chose qui cimentait l’édifice, une excellente ambiance de travail pour que chacun donne le meilleur de lui-même. »

Fonds Départemental d’Art Contemporain

Exposition « Mises au jour » 20 janvier – 16 mars 2012 Depuis de nombreuses années, le Conseil général de la Dordogne affirme une politique volontariste, propose des clès d’accès à l’art moderne et contemporain.

D

ans ce contexte, le Fonds Départemental d’Art Contemporain joue pleinement son rôle de vitrine de la création artistique. Depuis 2002, une Commission départementale acquiert des œuvres qui viennent régulièrement enrichir le FDAC. Les nouvelles acquisitions sont exposées à l’Espace culturel François Mitterrand de Périgueux, puis dans tout le département, grâce à des collections itinérantes proposées gracieusement aux communes. Aujourd’hui, plus d’une centaine d’œuvres sont présentées dans les locaux communaux transformés en salles d’expositions temporaires, portant la création au plus près des populations et sensibilisant notamment les scolaires qui bénéficient de médiations réalisées par les artistes. n

À S AV O I R

Artistes présentés Benjamin Bondonneau, Lydie Clergerie, Jeylina Ever, Daniel Faure, Gérard Fioretti, Kristof Guez, Rip Hopkins, Paul Hossfeld, Nicolas Lux, Bernard Maricau, Greg Mattera, Philippe Mouchés, Anita Pentecote, Pierre-Marie Pequignot, Thierry Sellem, Sereirrof, Dominique Sylvestre, Francisco Vilaplana-Esteve. Espace culturel François Mitterrand - Périgueux Entrée libre du mardi au samedi de 14h à 18h Coordination Conseil général de la Dordogne, Direction de l’Education et de la Culture Renseignements 05 53 06 83 14 - www.cg24.fr

L'annuaire culturel de l'Agence Un outil numérique interactif

L

'Agence culturelle Dordogne-Périgord a mis en ligne dernièrement sur son site internet : www.culturedordogne.fr un annuaire culturel départemental qui offre la possibilité de trouver un artiste, un cours d'enseignement, un programmateur, un festival ; d'être répertorié en tant qu'artiste, organisateur de spectacle, lieu de diffusion, ateliers, cours... en s'inscrivant en ligne. n

Renseignements : 05 53 06 40 00

27


Vivre en Périgord 32-simple_Mise en page-simple 29/12/11 08:54 Page28

Vivre en Périgord Le magazine du Conseil général - 2, rue Paul-Louis Courier 24019 Périgueux tél. : 05 53 02 20 78 - www.cg24.fr Directeur de publication : Bernard Cazeau Directeur de la communication : Nicolas Platon Secrétaire de rédaction : Sophie Cabanel Rédaction : Service communication du Département et Jacques Bonnet

Photos : Denis Nidos (Hors mention) Conception, réalisation : Corazon Communications Laudonie 24390 Tourtoirac - www.corazon.fr - 05 53 51 84 67 Impression : Imaye Graphic sur papier Condat Intérieur : Couché brillant sans bois 115g/m2 Couverture : Couché brillant sans bois 150g/m2 Dépôt légal : 1er trimestre 2012 N°ISSN : 1779-0700

Vivre en Périgord - janvier n°32  

Magazine bimestriel du Conseil général de Dordogne.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you