Issuu on Google+

www.coolture.fr

GEN

INVITÉ

SE CULTIVER, AGIR ET ENTREPRENDRE

AGIR

CLAUDE BÉBÉAR

DOSSIER

CLUB JUNIOR-ENTREPRISES

ZOOM

DOSSIER DIVERSITÉ

SORTIR

DESIGN CHALLENGE

BD

LA SÉLECTION

JEUX

3 SECONDES

CINEMA

XENOBLADE CHRONICLES

Rencontre :

CLAUDE

THE ARTIST

BEBEAR

MANGA

GARÔDEN

COOLTURE N°22 : L’Invité : Claude BEBEAR (p4)

“Le rôle des entreprises est aussi de créer du lien social” [RE] AGIR ! : Zoom sur le 1er EDF Sustainable Design Challenge : L’énergie du design au service de l’innovation sociale (p12) - Dossier Diversité - Les entreprises qui innovent (p14) - Paris pour l’emploi (p17) [SE] CULTIVER ! : Sortir (p18) - Jeux Vidéo (p20) - Manga (p20) - Ciné (p21) - BD (p22) Imprimé sur papier recyclable - Ne jetez pas ce magazine sur la voie publique, offrez-le. Merci !

22 SEPTEMBRE 2011

GRATUIT

• © Casterman • © Nintendo • © 2011 Warner Bros. - The Artist / Peter Iovino • © Delcourt 2011 • © FNAC • Les vainqueurs © EDF - Wallace Valery • Junior-Entreprises © CNJE • Claude BÉBÉAR - 2002 © Jean-Pierre HOLBART • Claude BÉBÉAR © Richard Kalvar •

Y


�������

���������������

����

�������������

��������

�����������������������

�����

�����������������

�������

����������������

��

������������

����

����������

��������������������

������

������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������

� ���

����������������������������������

�����������

�������

����������

�����

������

������������������������������������������������������������������

����������������������������������������������������������������� ���������������������������������� �������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� ����������������������������������������������������������������������������������������� ���������������������������������������������������������������������������������������������������

��

��������

�������

����������������������������������������������

��������������

COOL_N22 p1>24 rev4 ab.indd 1

14/09/11 1:13:46

COOLTURE® 9/11 rue Ernest Renan 92130 Issy-les-Moulineaux www.coolture.fr Directeur de la publication : Hervé Giraud Communication et publicité : 06 88 18 32 52 coolture@orange.fr Webmaster : Thierry, webmaster@coolture.fr Rédaction : coolture@orange.fr Remerciements à : Claude Bébéar, Agnès Bonnet, Thierry Pigot, Balency, l’association Starting Block, la CNJE et à EDF. Impression : Corelio Printing Coolture® est un magazine gratuit indépendant édité par HE! Media SARL au capital de 41 013€ Siège social : 9/11 rue Ernest Renan 92130 Issy-les-Moulineaux Dépôt légal à parution ISSN : 1964-888X Imprimé en Belgique sur papier recyclable. Ne pas jeter sur la voie publique. Ne peut être vendu. Où trouver COOLTURE N°22 ? Dans les grandes écoles, les universités, certains lieux de vies étudiants et centres UCPA, les IDTGV et toutes les FNAC.

Toute reproduction, même partielle, est interdite sans autorisation préalable des auteurs ou de l’éditeur.

7 le 1

“ e

obr

oct

IAL

Goethe

PEC

H/F E T I PAR °23 N

S

COOLTURE COOLTURE

Quoi que tu puisses faire ou rêver de faire, ENTREPRENDS ! L’audace a du génie, de la puissance et de la magie, COMMENCE MAINTENANT !

IDÉES N°22

> SOMMAIRE

RENCONTRER

Édito Dans le contexte économique mondial particulièrement difficile que nous traversons, certains pensent que se replier sur soi, fermer les frontières et se protéger des autres est la solution. Ce n’est pas le point de vue de COOLTURE. Aussi nous avons voulu avec ce numéro vous montrer que l’ouverture au monde, la coopération et la Diversité peuvent être source de solutions aux difficultés que nous rencontrons. Fort de son expérience, Claude BEBEAR va plus loin. Invité du dernier Club Junior-Entreprises, il nous rappelle que les périodes de crise sont aussi les plus riches en opportunités qu’il faut savoir saisir : opportunité de prendre la parole, opportunité de mettre fin au laxisme et de définir de nouvelles règles, opportunités enfin de créer sa propre activité et de construire son avenir. Pensez, votez, bougez ! Et puisque nous sommes aussi en pleine Coupe du Monde de Rugby, n’oubliez pas : si une opportunité se présente, n’hésitez pas à la saisir pour marquer l’essai ! Hervé Giraud co-fondateur

La rédaction n’est pas responsable des documents qui lui sont adressés et n’est en aucun cas tenue de les retourner. Les textes sélectionnés ne donnent pas lieu à rétribution, et peuvent subir des modifications en vue d’une parution. Les dates de sorties des nouveautés culturelles sont données sous toutes réserves ; des changements indépendants de notre volonté peuvent intervenir.

04

INVITÉ : Claude BÉBÉAR Le rôle des entreprises est aussi de créer du lien social !

[RÉ] AGIR ! 12

L’ENERGIE DU DESIGN

14

DOSSIER : LA DIVERSITÉ ZOOM : LES ENTREPRISES QUI INNOVENT

[SE] CULTIVER! 18

SORTIR

20

JEUX VIDEO

20

MANGA

21

CINÉ

22

BD

1 AN = 12 € SEULEMENT !!

Gardez le contact, abonnez-vous à COOLTURE ! Oui, je m’abonne à COOLTURE pour 1 an (6 numéros) pour 12 € TTC/an Nom ..............................................................Prénom.................................................................. Adresse .............................................................................................................................................................. Code postal ............................ Ville ................................................................................................................... Tel …………....................…… Email............................................................................................................... ............................................................................................................... Je joins mon règlement :

par chèque bancaire ou postal à l’ordre de HE! Média

Bon à retourner accompagné de votre règlement à >> COOLTURE/Abonnements - 9 rue Ernest RENAN - 92130 ISSY-LES-MOULINEAUX >>


COOLTURE

AGIR

> 04

ENTRETIEN AVEC

CLAUDE BÉBÉAR

Photo © CNJE

“ EST AUSSI DE CRÉER

LE RÔLE DES

“Le rôle de l’entreprise n’est pas seulement économique”. Le ton est donné. Président d’honneur d’AXA, président fondateur de l’Institut Montaigne, considéré comme l’ «un des plus grands hommes d’affaires français», Claude BEBEAR est un “homme libre”. Passionné par les questions d’ouverture sociale et de diversité, admiré mais aussi redouté, il ose “secouer le cocotier” et critiquer l’ordre établi lorsqu’il le juge utile. Invité du Club Junior-Entreprises dont COOLTURE est partenaire, il a répondu sans langue de bois aux questions que nous nous posons tous : la crise, la cupidité généralisée, les retraites, la place des jeunes dans la société... > UN PARCOURS BRILLANT © DR

Club Junior-Entreprise : Nous sommes en 1975. Vous arrivez dans une PME des assurances qui représente moins de 1% de parts de marché. 25 ans plus tard, AXA est le leader mondial de l’assurance... Aviezvous imaginé en arriver là ?

Claude BÉBÉAR, Président d’honneur d’AXA, Président Fondateur d’IMS-Entreprendre pour la Cité et de l’Institut Montaigne.

Claude BEBEAR : “Non, pas tout à fait. Tout d’abord, en sortant de l’X, je ne voulais surtout pas être fonctionnaire comme l’avaient été mes parents et je n’avais aucune envie d’avoir un «petit chef». J’ai aussi découvert très rapidement que l’on peut être fonctionnaire d’une entreprise privée comme on est fonctionnaire de l’Etat. J’aurais bien créé une start-up mais cela n’existait pas à l’époque. Donc j’ai décidé d’intégrer une toute petite entreprise en me disant que là au moins je serais tout de suite dans le petit groupe qui décide. Je me disais aussi que je pourrais ensuite essayer de bâtir quelque chose. Et si je voulais que cette entreprise – que je finissais par considérer comme mienne – existe dans le futur, il fallait d’abord qu’elle soit grande et forte dans son pays pour ensuite se développer sur de nouveaux marchés.C’était ma volonté. Dans un 1er temps, mon idée fut d’aller voir ce qui se passait à l’étranger. Je suis donc parti en mission au Canada, envoyé par ma petite entreprise car j’avais soumis l’idée qu’on s’y développe. J’ai découvert l’Amérique du Nord et surtout les prémices de la mondialisation.

COOLTURE N°22 - SEPTEMBRE 2011

J’ai acquis assez vite la conviction que pour réussir il fallait avoir un «métier». D’où notre spécialisation dans l’assurance qui nous permettra de partir à la conquête du monde. Alors que les conglomérats - nombreux à l’époque - se casseraient la figure les uns après les autres”. CJE : Vous parliez de conquête du monde. Vous vous êtes implanté sur les marchés asiatiques bien avant tout le monde. Qu’est-ce qui vous a poussé à prendre ces décisions ? Est-ce qu’il faut parler de courage, de flair, d’inconscience ou tout simplement de risque bien mesuré ? CB : “Un peu tout cela à la fois... Comment faire pour grandir quand on est tout petit ? Soit on a des idées géniales comme Bill GATES. Soit on n’a pas d’idée géniale et il ne reste qu’une solution : regarder ce qui se passe autour de vous et voir s’il n’y a pas des opportunités. Et quand il y en a - c’est-à-dire sans arrêt, surtout dans les périodes de crise - il faut y aller très vite. Au rugby c’est un peu la même chose, s’il y a une brêche, il faut s’y engouffrer pour marquer l’essai. Notre 1ère opportunité très importante a été l’élection de François MITTERRAND au pouvoir. Il est arrivé en ayant annoncé qu’il allait privatiser toutes les compagnies d’assurance. Panique dans les rangs. Cela m’a permis d’acquérir à moindre frais le Groupe DROUOT qui était l’un de nos concurrents et dont je connaissais parfaitement les qualités et les défauts. À l’époque, le groupe avait quitté


COOLTURE

Être homme, c’est précisément être responsable. C’est sentir en posant sa pierre, que l’on contribue à bâtir le monde.

AGIR

> 05

ENTREPRISES,

DU LIEN SOCIAL ! son métier de l’assurance pour faire de l’immobilier. Ce fut une erreur. Et tout le monde était paniqué en pensant que la société allait faire faillite. Or je savais qu’indépendamment des problèmes rencontrés, il y avait des équipes formidables avec énormément de dynamisme. Donc grâce à la peur des marchés qui sont toujours stupides - les marchés se trompent toujours, il faut que vous le sachiez - nous avons pu acquérir bon marché une entreprise qui - en la nettoyant de ses erreurs faites essentiellement dans l’immobilier – était formidable. On est passé en 2 ans d’une perte de 200 millions de francs à un gain de 200 millions. Nous avions complètement renversé la situation car nous savions que l’entreprise était très saine. Comme cela, nous sommes allés d’acquisition en acquisition. On a vécu la même chose aux EU dans les années 90, quand nous avons racheté EQUITABLE, une très belle entreprise qui fut leader mondial. Or il y avait eu les junk bonds («obligation pourrie» en français, NDLR) et cette société s’effondrait parce qu’elle avait commis des erreurs dans ses investissements immobiliers. Là aussi, je savais que l’équipe d’assureur était de 1ère qualité. Pendant 5 mois nous avons étudié cette société dont tout le monde attendait la chute. Puis nous avons demandé au marché de fixer son prix. Et comme le marché se trompe toujours, il a fixé un prix ridiculement bas. Ce qui nous a permis d’acquérir pour un peu moins de 1 milliard une société qui, 10 ans plus tard, serait revendue 10 fois son prix d’achat. C’est du “Management by opportunities” Donc regardez les opportunités. Il y en a toujours, surtout en temps de crise !”.

Photo 2002 © Médiathèque AXA - Jean-Pierre HOLBART

Photo © CNJE

Antoine de Saint-Exupéry, “Terre des hommes”

place le chèque syndical. Comment, aujourd’hui peuton être un patron social dans un système économique qui recherche la rentabilité à court terme ? CB : “Dès l’instant où je vous dis que l’essentiel c’est la qualité des hommes et des femmes, il est évident qu’il faut que tous soient motivés. Il ne suffit pas d’avoir une petite équipe. J’aimais beaucoup M. Barre, mais il avait dit un jour une phrase idiote : «Donnez-moi 10 personnes et je vais redresser la France». C’est faux. Ça n’existe pas. Il faut que tout le monde soit bon. Chez AXA, j’expliquais souvent aux personnes chargées du ménage qu’elles étaient très importantes. En effet, si vous venez travailler dans un endroit sale, vous ne serez pas heureux. De même cela donnera une mauvaise image aux clients qui viendront. Il faut faire rêver les gens et leur allumer des étoiles. Il faut leur donner des objectifs collectifs et surtout leur faire partager la fierté des succès car ils ont été atteints tous ensemble. Je crois vraiment que c’est une chose très importante. Je me souviens très bien de mes débuts du côté de Rouen dans une région très communiste. Le syndicalisme y était extrêmement agressif. En peu de temps, nous avons transformé l’entreprise par des actes qui étaient perçus comme étant des risques. Alors que nous faisions simplement confiance aux gens qui rapidement nous ont fait confiance à leur tour. À ce moment là, notre CGT a disparu. Et un jour nous avons eu le plaisir d’avoir un article dans un journal de la CFDT posant la question : «Comment peuton encore exister comme syndicat quand le patronat est social?». C’était gagné !

Le rôle de l’entreprise “ n’est pas seulement économique ... chaque entreprise doit pouvoir s’investir avec les moyens dont elle dispose, afin que la Cité se porte mieux.

> VERS UNE ENTREPRISE RESPONSABLE CJE : Vous avez réussi à faire d’AXA un N°1 mondial. À côté de ça, vous avez aussi entrepris la mise en œuvre d’un certain nombre de mesures sociales, notamment AXA Atout Cœur. Vous essayez aussi d’encourager vos employés à soutenir des associations. Pour aménager leur temps de travail, vous avez mis en

Donc à la question “Pourquoi être social ?” je dirais tout simplement : «pour mieux motiver ses collaborateurs et avoir de meilleurs résultats». Car être une entreprise sociale, c’est être une entreprise qui recherche de meilleurs résultats.” www.coolture.fr


COOLTURE

ENTRETIEN AVEC

AGIR

CLAUDE BÉBÉAR

> 06

CJE : Vous avez créé IMS Entreprendre pour la Cité il y a 25 ans. À l’époque, dans le but d’inciter les entreprises à mettre en place des programmes de solidarité impliquant leurs salariés. Avec le recul, quel regard portez-vous sur ces pratiques aujourd’hui ? Ne s’agit-il pas avant tout d’actes de communication bien maîtrisés ? CB : “Non je ne crois pas. D’abord ce qui m’avait beaucoup frappé aux EU, c’était de voir combien les entreprises faisaient des actions humanitaires et sociales. C’était presque obligatoire. J’ai compris que cela venait du fait qu’il s’agit d’un pays d’immigration. Or, si les immigrants ne se tiennent pas les coudes, ils meurent. Donc on est obligé de s’aider les uns les autres. Et, à leur niveau, les entreprises ne sont plus seulement un endroit où l’on crée de la richesse, elles deviennent aussi un endroit où l’on crée du lien social ! Quand je suis revenu en France, j’ai été frappé de voir qu’on faisait du sponsoring sportif ou culturel mais rien au niveau humanitaire. Et il n’y avait pas de communication pour sensibiliser des entreprises aux activités humanitaires. Or - j’en reviens toujours à la même chose - ce qui est efficace pour le moral d’une entreprise et la motivation des collaborateurs, c’est justement d’impliquer son personnel plutôt que de simplement signer un chèque. Nous avons donc lancé l’IMS en leur disant d’aider leurs salariés à réaliser les actions humanitaires de leur choix. J’ai fait le tour des entreprises en leur expliquant qu’il est primordial de vivre dans un monde et un pays où les choses se passent bien sur le plan social pour que les affaires marchent bien. Et ce qu’elles feront à l’extérieur via leurs collaborateurs, elles le retrouveront d’une certaine façon puisqu’elles le feront vis-à-vis de gens qui sont les premiers intéressés : leurs clients ! Voilà comment nous avons monté et développé le projet IMS.

sur le “ Révoltante plan de l’éthique et de la morale, la discrimination en entreprise est aberrante sur le plan économique. Claude BÉBÉAR,

fondateur et Président d’IMS-Entreprendre pour la Cité

CJE : En 2004, vous avez rédigé un rapport commandité par le Premier Ministre – sur l’intégration des minorités visibles. Sept ans après, la situation at-elle évolué et vos recommandations ont-elles été prises en compte ? CB : “Il y a eu de réels progrès. Mais il en reste beaucoup à faire. Nous avons démarré grâce à Malek BOUTIH qui était à l’époque président de SOS Racisme (de 1999 à 2003 ndlr). Il est venu me voir pour me parler des gamins des quartiers qui ont Bac+2, +3, +4, envoient leur CV et jamais n’ont de réponse ! Il me demandait de l’aider. Pas forcément pour une embauche, mais au moins pour obtenir des rendez-vous qui leur redonneraient le moral. Nous avons fait suivre des CV à quelques grandes entreprises ayant accepté de les recevoir pour des entretiens. Cela a eu comme conséquence d’une part de remotiver ces garçons et ces filles qui étaient absolument découragés. Et quelqu’un de découragé peut tomber dans des excès tout à fait regrettables. D’autre part cela a fait découvrir aux entreprises avec stupeur qu’on peut s’appeler “Mohamed”, habiter dans le “9.3” et être quelqu’un de bien ! Donc il y a eu un changement de mentalité dans les entreprises elles-mêmes. J’en ai parlé au Premier Ministre de l’époque, Jean-Pierre RAFFARIN, qui m’a demandé un rapport sur le sujet. D’où nos 24 propositions. Parallèlement, nous avons pris notre bâton de pèlerin et sommes allés un peu partout en France en disant «Faites en sorte que votre entreprise soit aux couleurs de la France, vous n’avez pas le droit de faire de discrimination. Ce n’est pas conforme aux principes républicains». D’une part, vous verrez qu’il y a dans ces quartiers des jeunes qui cherchent absolument s’en sortir, qui en veulent et ont réellement «la gnac». Ce sont des pépites que vous laissez totalement inexplorées et inutilisées. Et d’autre part, n’oubliez pas que ce sont aussi vos clients.” CJE : En avril 2011, une étude du CREST (Centre de a remis en cause l’efficacité du CV anonyme. Vous continuez de le défendre mais pensez qu’il n’est pas utile de le généraliser. Ne considérez-vous pas que c’est un peu contradictoire ? CB : “Non pas du tout. Car s’il a un intérêt évident dans les grandes entreprises, il n’a pas de sens dans les PME où c’est le patron qui embauche lui-même. En effet, s’il est raciste, il restera raciste... S’il est très ouvert, il le restera.

COOLTURE N°22 - SEPTEMBRE 2011

1982, Claude Bébéar dans son bureau à Marly (ancien siège de Drouot) © Médiathèque AXA - Droits réservés

Recherche en Economie et Statistiques, NDLR)

Tout naturellement, nous avons débouché ensuite sur les problèmes de l’accueil des immigrants et de l’intégration des minorités visibles - terme que nous avons inventé - qui restent les problèmes majeurs de notre société actuelle”.


COOLTURE

L’avenir est quelque chose qui se surmonte. On ne subit pas l’avenir, on le fait.

AGIR

> 07

Georges BERNANOS, écrivain

Photo 2002 © Médiathèque AXA - Jean-Pierre HOLBART

Nous disons, en particulier aux grandes entreprises, d’utiliser le CV anonyme pour faire leur sélection en fonction des compétences et non plus de réflexes “a priori” tels que : la personne (sa photo), son âge, son sexe, l’endroit d’où elle vient, son patronyme, etc. L’idée vient des EU et s’y applique depuis très longtemps. Cela permet aux entreprises de voir arriver des gens extrêmement divers. Et je peux vous assurer que dans les grandes organisations, cela marche très très bien. Pourquoi ne pas le rendre obligatoire ? Tout simplement parce qu’il vaut toujours mieux convaincre qu’obliger. Et je constate que les entreprises qui nous ont suivi dans cette voix sont très contentes de cela. Par exemple, chez AXA et en particulier dans les réseaux commerciaux, vous avez aujourd’hui 30% des collaborateurs issus de la diversité. C’est même un pourcentage plus fort que ce qui existe dans la population.” CJE : Depuis 2009, vous êtes le président du comité des sages du MEDEF. Vous défendez la transparence sur les rémunérations, comme vous l’avez fait vousmême, pour permettre une autorégulation. Cependant le salaire d’un patron du CAC40 ne diminue pas et reste en moyenne équivalent à 150 SMIC. La transparence est-elle vraiment suffisante ? CB : “Pour moi le salaire d’un patron est légitime à 3 conditions. Tout d’abord, il doit être lié de très près aux résultats de l’entreprise et c’est le cas pour la plupart des patrons. Ainsi je me rappelle une histoire qui m’a beaucoup frappé. Alors que CHRYSLER était en faillite en 1979, son PDG, Lee LACOCCA, a déclaré un salaire de 1$! Car il était uniquement lié au résultat. Puis il a redressé admirablement l’entreprise. Et personne n’a remis en cause les 20 millions qu’il a touchés par la suite après avoir sauvé l’entreprise et des milliers d’emplois. Ensuite, la rémunération doit être comprise et acceptée par les collaborateurs. Je reviens toujours sur ce thème, mais la valeur d’une entreprise, c’est la qualité de ses collaborateurs. Et s’ils ont le sentiment de vivre dans une entreprise qui est injuste, ils ne seront pas motivés.

© CNJE

Enfin, le salaire doit être compris dans le pays dans lequel vous vivez. Or, on observe depuis 20 ans, que les salaires des patrons ont été multipliés par 7 ou 8 quand ceux des ouvriers et des employés n’ont pas suivi la même courbe. Là, il y a effectivement une déraison. Et la transparence n’a pas suffit. Plus que des règlements, des sanctions ou des lois, dont les effets peuvent être contraires à ceux espérés, je crois beaucoup que la pression de l’opinion publique, éventuellement du gouvernement ou fiscale, peuvent empêcher ces dérives.”

> LES RÉFORMES À MENER CJE : Vous défendez un modèle d’entreprise libéral. Pourtant la crise de 2008 a semble-t-il montré les limites du libéralisme. Selon vous, quels enseignements peut-on tirer de cette crise ? CB : “La crise n’a pas montré les limites du libéralisme. Elle a montré les limites du laxisme ! Or vous savez que votre liberté s’arrête où commence celle d’autrui. Ça veut dire que la liberté, ce n’est pas faire n’importe quoi. Elle demande des lois. Pas trop, mais il en faut. Et dans l’économie, c’est exactement la même chose. Il faut qu’il y ait des règles et qu’elles soient respectées. Il faut d’une part, des législateurs qui définissent les règles et d’autre part, des régulateurs en contrôlant l’exécution. Or que s’est-il passé? On a fait sauter les règles pour laisser-faire le «bon sens», la «main invisible» d’Adam SMITH... conception stupide du XIXème siècle. Bref, certains ont voulu faire confiance au marché alors que je répète qu’il a toujours tort. On a donc déréglementé - dans le domaine financier en particulier - et permis des choses qui n’auraient jamais dû l’être comme les ventes à découvert, etc.

La crise n’a pas montré les limites du libéralisme. Elle a montré les limites du laxisme. L’économie demande des lois. Il faut qu’il y ait des règles et qu’elles soient respectées.

Par dessus le marché, les vérificateurs ne vérifiant pas, il y a eu un laxisme incroyable en particulier aux EU, avec comme point d’orgue la faillite de la société d’assurance AIG. C’était totalement irresponsable et vous connaissez la suite de l’histoire.

www.coolture.fr


COOLTURE

AGIR

> 08

ENTRETIEN AVEC

CLAUDE BÉBÉAR

Il y a eu des bulles spéculatives dans tous les sens et tout a explosé en créant une crise profonde. Les gens ont paniqué. Ils ont arrêté de commercer. Les banquiers ont arrêté de prêter de l’argent. Et sans argent, c’est comme si on arrête notre circulation sanguine. On est entré alors dans une crise financière aigüe. La crise financière a entraîné des faillites d’entreprises et donc créé une crise économique entraînant une crise sociale...

“ retraite est totalement Notre système de irresponsable et totalement inacceptable. Comment voulezvous assumer à la fois l’éducation de vos enfants et la retraite de vos parents ? C’est impossible. C’est de

CJE : Fin 2010 a eu lieu la réforme des retraites. Les français y sont forts réticents. Selon vous comment peut-on rendre le modèle français efficace ? CB : “D’abord, les seniors ne doivent pas être mis à la retraite. Je suis contre l’âge de la retraite. Je suis contre la retraite car elle tue. Quand on est vieux comme moi, il faut rester actif. C’est important d’en être conscient. Je rappelle qu’il y

COOLTURE N°22 - SEPTEMBRE 2011

Alors que faire ? Cette solidarité intergénérationnelle doit exister mais pas à 100% comme nous le faisons. C’est trop. Il faut que l’on puisse se charger de constituer sa retraite en mettant de côté de l’argent. Et si vous le faites collectivement cela s’appelle des « fonds de pensions ». Et là, les syndicats poussent des hurlements. En réalité ils n’ont rien compris car ces fonds de pensions ont une gestion paritaire. Ils gèrent avec le patronat et ont un vrai pouvoir économique. Les jeunes actifs ont donc la nécessité de mettre de l’argent de côté pour ne pas être à la charge de leurs enfants et petits enfants. Et pour que cela ne soit pas douloureux, il faut commencer très vite et très jeune comme savent le faire les américains qui placent de l’argent dès l’université.

© CNJE

l’anti-solidarité.

En résumé, cette crise est due à une insuffisance du côté des régulateurs censés vérifier l’application des règles et à la cupidité de tous. J’accuse donc les entreprises américaines en particulier - d’avoir été cupides. Car si le désir de s’enrichir peut être un moteur, la cupidité s’accompagne de perte de bon sens. C’est le cas des subprimes, lorsque l’on prêtait de l’argent à des gens qui ne seraient jamais capables de rembourser. C’était déjà le cas en 1989 avec la crise des junk bonds. On n’aurait jamais dû laisser faire. D’une certaine façon, il y a eu démission de l’État. Or pour qu’il y ait un vrai libéralisme, il faut un État fort.

a des pays comme le Canada, la Finlande et maintenant la Suède où il n’y a pas d’âge de la retraite. Vous partez quand vous le voulez. La retraite n’y est pas considérée comme un “âge d’or”. On y travaille aussi longtemps que l’on veut et que l’on peut. C’est un élément de liberté très important. Si votre patron ne veut plus de vous, il doit vous payer une indemnité de licenciement qui n’est évidemment pas la même à 100 ans qu’à 60 ans. Deuxième point, nous avons un système de retraite en France, dite par répartition, qui est un pur scandale. Son principe : quand un jeune travaille, il paie la retraite de ses parents et de ses grands-parents. Et il espère que ses enfants paieront la sienne. C’est-à-dire qu’il reporte la charge de sa retraite sur ses descendants. Or ce système a été créé après la seconde guerre mondiale, à une époque où il avait 4 actifs pour 1 retraité. Donc cela ne coûtait pas cher. Avec l’évolution de la démographie, nous sommes aujourd’hui à moins de 2 actifs pour 1 retraité. Et il y aura probablement rapidement 1 actif pour 1 retraité... Comment voulez-vous alors assumer à la fois l’éducation de vos enfants et la retraite de vos parents ? C’est impossible. C’est donc un système totalement irresponsable et totalement inacceptable. C’est de l’anti-solidarité.

Autre problème avec le vieillissement de la population, c’est la dépendance. Les gens vivent de plus en plus vieux et beaucoup seront centenaires. Or les niveaux d’invalidité seront très variés. Il y a donc une grande discussion sur le sujet en ce moment et là aussi, il y a des irresponsables disant que cela doit être réglé par répartition, c’est-à-dire par les générations suivantes. Ce qui étouffera l’activité. Comme pour le problème des retraites, je crois qu’il doit y avoir une solidarité entre les générations mais, une grande partie doit être assumée par chacun en économisant pour son éventuelle dépendance. Cet argent sera injecté dans l’économie et lui permettra de se développer. Donc ce sera très bien pour les générations suivantes.”


Vous voulez

développer votre expertise ?

- Crédit photo : Getty image

Un des premiers signataires de la Charte de la diversité et précurseur du CV anonyme, AXA est certifié ‘Label Diversité’ depuis 2009 et ‘Label Égalité’ depuis 2006.

Finies les promesses, AXA donne des preuves de son engagement. Vous êtes de formation Bac + 2 ou plus, AXA vous propose de nombreuses opportunités de carrières commerciales dans votre région. Vous êtes de formation Bac + 5, AXA recrute dans les métiers de l’actuariat, la finance, la gestion de patrimoine, l’audit, des systèmes d’information, du marketing… Rendez-vous sur

www.carrieres.axa.fr


COOLTURE

ENTRETIEN AVEC

AGIR

CLAUDE BÉBÉAR

© CNJE

> 10

> LES JEUNES CJE : Vous avez parlé de perte de «bon sens» amenant certains décideurs à prendre des risques inconsidérés. L’ambition des Juniors-Entreprises est justement de former des managers responsables. Selon vous, quelles sont les valeurs à transmettre en priorité aux juniors entrepreneurs ?

Pour les jeunes qui vont rentrer dans une entreprise, ce que je vous conseille, c’est de choisir votre patron, celui qui va vous diriger directement et vous apprendra quelque chose ou vous brimera. C’est très important.

CB : “Si vous êtes “cadre” dans une entreprise, apprenez bien votre métier. Essayez de comprendre le monde dans lequel vous entrez car il s’agit d’un monde dans lequel les capitaux et les gens se déplacent vite. Si vous créez votre entreprise ou si vous êtes tout de suite à des postes de décisions, restez raisonnables, gardez votre bon sens et ne regardez pas ceux qui apparemment font des merveilles. Car certains titres économiques sont aussi mauvais que des magazines people vous faisant croire à des success stories ou des drames qui n’en sont pas... Ainsi, lorsque j’étais chez AXA, on pouvait lire régulièrement que je prenais des risques insensés. Des journalistes annonçaient la chute de l’entreprise alors qu’ils oubliaient que nous étudiions très bien la situation et que notre “risque” était extrêmement bien calculé. Donc gardez votre bon sens et pensez toujours que vous êtes sur du long terme et pas du court terme. Regarder les comptes trimestriels des entreprises n’a aucun sens. Cela ne signifie rien sur le plan économique et au contraire cela incite à faire des faux bilans. De même, la cotation instantanée des valeurs n’a aucun intérêt sauf à spéculer. On devrait les supprimer. Mais hélas on va les garder...” CJE : Vous avez évoqué les start-up. Quels sont vos conseils aux jeunes entrepreneurs ? CB : “Ce que je peux vous dire, c’est que créer une start-up c’est très enthousiasmant. Cependant vous allez en baver dès le départ. Mais vous vous ferez plaisir. C’est vrai pour tous les créateurs d’entreprise. Par exemple, Jean-Claude DECAUX avait 18 ans lorsqu’il a eu l’idée

COOLTURE N°22 - SEPTEMBRE 2011

géniale des abribus. Il est allé voir son banquier pour lui présenter son business plan et lui demander un prêt de 500 000 anciens francs soit 750 euros. Devant cette somme dérisoire, le banquier les lui a prêtés de sa poche. Il a donc démarré cette entreprise avec «rien» pour en faire aujourd’hui un groupe mondial. Mais quand vous discutez aujourd’hui avec lui, alors qu’il a 72 ans, il vous explique : «je n’aurais sans doute pas le courage de recommencer, mais qu’est-ce que je me suis amusé !» Et il vaut mieux en baver comme ça plutôt qu’en baver avec un patron qui vous embête. D’ailleurs, pour les jeunes qui ne créent pas de start-up et vont rentrer dans une entreprise, ce que je vous conseille, c’est de choisir votre patron, celui qui va vous diriger directement et vous apprendra quelque chose ou vous brimera. C’est très important. Donc, vous allez d’abord en baver un petit peu. Et si votre start-up démarre très bien. Il vous faudra franchir une étape. Passer de l’inventeur au gestionnaire. Il faudra toujours rester inventeur, créateur et innovant mais il faudra gérer. Il faut que vous appreniez des choses que vous n’avez pas apprises à l’école et que vous ne savez pas faire : gérer du personnel, motiver du personnel, connaître les règles fiscales... Il faut être conscient qu’à partir d’un certain moment, vous commencerez à faire un 2ème métier. Et c’est une des difficultés que nous avons en France. Notre pays a beaucoup de créateurs qui démarrent des entreprises. Mais au bout de 5 ans, vous en avez 50% qui ont disparu. Alors qu’aux EU, il en reste 80% ! Pourquoi ? Probablement parce que leurs études sont moins théoriques que les nôtres mais surtout parce que les américains sont plus pragmatiques que nous. Ils suivent un cursus relativement court, terminé à 21 ou 22 ans, puis ils commencent à travailler. Rapidement, ils reprennent parallèlement des études en faisant par exemple un MBA. Et ça je crois que c’est une bonne solution pour être efficace.” CJE : D’après les sondages, les jeunes se sentent mal préparés à l’insertion professionnelle. Pour cette raison, le Ministère de l’Enseignement Supérieur a désiré rapprocher les universités des entreprises notamment via l’apprentissage et le développement des Juniors-Entreprises. Qu’en pensez-vous ? CB : “Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Effectivement, il y avait auparavant une véritable idéologie interdisant aux entreprises d’entrer dans les universités françaises par peur qu’elles veuillent les gouverner. Or ce qu’elles veulent, ce n’est pas le pouvoir mais que les universités leur préparent des jeunes aptes à travailler.

>> PLUS D’INFO SUR WWW.CLUB.JUNIOR-ENTREPRISES.COM


Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays.

John Fitzgerald Kennedy, “discours d’investiture”, 1961

Je me souviens très bien du temps où Édouard BALLADUR était 1er Ministre. Nous avions déjà travaillé sur le thème : «Que faut-il pour que les jeunes entrent harmonieusement dans le monde du travail ?». Nos conclusions étaient qu’il faut commencer très tôt les 1ers contacts, dès le primaire. Se promener dans une entreprise, voir ce que c’est que travailler et comprendre ce que leurs parents font. Car tous les métiers ne sont pas faciles à expliquer à des enfants. Après ces 1ers contacts, il faut offrir, dans le secondaire, des stages pour réellement commencer à travailler et tester certains métiers... Ainsi lorsque vous arrivez dans le supérieur, vous pouvez à priori choisir une orientation qui, par expérience, va vraiment vous plaire. Je crois beaucoup à la nécessité de généraliser l’apprentissage et la formation duale. Elle n’est pas facile à organiser mais c’est la bonne direction. Il faudrait que toutes les grandes écoles et les universités en proposent. Ce rapprochement entre les universités et les entreprises me paraît très important. De plus l’autonomie des universités va permettre aux entreprises de leur donner de l’argent. Ce qui leur donnera les moyens d’offrir des bourses ou de recruter des professeurs internationaux. Les entreprises sont prêtes à jouer le jeu et beaucoup ont commencé.” CJE : Le marché de l’emploi est particulièrement difficile actuellement. Comment concilier des seniors qui resteraient plus longtemps dans l’emploi avec des jeunes diplômés qui souhaiteraient l’intégrer ? CB : “J’ai cru aussi dans les années 80, qu’en mettant les vieux à la retraite, on faisait de la place pour les jeunes. Mais rapidement je me suis aperçu que ce n’était pas vrai. Car en les mettant intempestivement à la retraite, on perd la mémoire de l’entreprise. Or, une entreprise est un corps vivant qui a besoin d’avoir une mémoire, de savoir pourquoi et comment on fait les choses. Et les seniors, avec leurs souvenirs sur les méthodes de travail, etc, ont toujours quelque chose à apporter à l’entreprise. D’autre part, on s’aperçoit que les entreprises se réorganisent plus ou moins bien et finalement n’ont plus besoin d’embaucher un jeune. Donc cela ne marche pas.

COOLTURE

AGIR > 11

Il faut vraiment se dire que la création d’emplois pour les jeunes ne passe pas par l’éviction des vieux. Au contraire, l’expérience montre que les pays qui réussissent le mieux l’entrée des jeunes sur le marché du travail sont ceux qui gardent leurs séniors. Vous avez des choses très intéressantes qui ont été faites en Finlande, en Suède et même en France pour garder intelligemment les plus de 50 ans. Partant du postulat qu’ils sont le savoir mais n’ont plus forcément les mêmes moyens physiques, des entreprises ont décidé de les faire travailler moins et de les utiliser pour former et parrainer leurs jeunes. Cela passe aussi par l’acceptation d’une baisse de la rémunération. Quand vous regardez les courbes des salaires, dans tous les pays du monde, cela passe par un maximum vers la cinquantaine et ensuite cela décroît doucement et logiquement jusqu’à la retraite. En France cela continue à monter. Il faut changer cette mentalité. Il faut que le senior accepte, parce qu’il travaille moins, une baisse de sa rémunération et de consacrer du temps au profit des jeunes. Je cite encore la Finlande qui est devenue un pays exemplaire dans beaucoup de domaines. Ce pays avait un taux d’activité des plus de 50 ans qui était tombé à 35%. Considérant que cela n’était pas acceptable, ils ont pris des mesures pour repasser au-dessus des 50% et, ô surprise, ils se sont aperçus que l’emploi des jeunes avait suivi. Ces derniers rentraient plus vite dans le travail.

L’expérience montre “ que les pays qui réussissent le mieux l’entrée des jeunes sur le marché du travail sont ceux qui gardent leurs séniors.

Donc il faut se demander pourquoi les entreprises ne prennent pas de jeunes si ce n’est pas à cause des seniors. La réponse est très simple. Si vous avez le choix entre quelqu’un qui a déjà de l’expérience et quelqu’un qui sort de l’école, pour pratiquement le même salaire, comprenez que le chef d’entreprise choisira le premier. Par contre si cette personne d’expérience est un senior, il hésitera car il pensera qu’il est peut-être fatigué. Finalement le vrai concurrent des jeunes n’est pas le senior mais la personne de 30-45 ans... - Propos recueillis dans le cadre du Club Junior-Entreprise -

LE PROCHAIN RDV DU CLUB • RDV en novembre pour le prochain Club Junior-Entreprises : “Universités vs Grandes Écoles, vers la fin d’une lutte des classes ?” • Informations et inscription gratuite sur www.club.junior-entreprises.com

>> PLUS D’INFO SUR WWW.CLUB.JUNIOR-ENTREPRISES.COM

www.coolture.fr


COOLTURE

AGIR

RESPONSABILITÉ SOCIÉTALE : er

1 CHALLENGE DU

> 12

The EDF Sustainable Design Challenge

L’ÉNERGIE DU DESIGN

AU SERVICE DE L’INNOVATION SOCIALE Lancé en 2010 par le Groupe EDF avec le concours de l’Agence pour la Promotion de la Création Industrielle (APCI), The EDF Sustainable Design Challenge réunit des étudiants du monde entier autour d’un même défi : faire émerger des initiatives créatives en lien avec les comportements énergétiques responsables de demain. Retour sur cette 1ère édition ayant réuni une dizaine d’écoles parmi les plus prestigieuses du monde.

Parmi ces chercheurs d’EDF, une équipe de designers intégrés contribue à l’innovation collective pour réduire les

Afin d’anticiper les évolutions du paysage énergétique mondial

consommations énergétiques et participer à la dissémination

et d’accompagner les ruptures technologiques, 2.000

des énergies renouvelables, en favorisant d’incessants aller-

chercheurs du groupe EDF explorent chaque jour de nouvelles

retours entre usages et technologies. Ils mènent de nombreux

perspectives énergétiques et développent des produits

projets en collaboration avec des acteurs internationaux,

innovants en collaboration avec des experts et des partenaires

(écoles de design, centres de recherche, agences de design),

de tous horizons (bâtiments, transports, énergies...).

à l’image du programme de recherche mené avec la Cité du

© DR

Design de St Etienne. © DR

Nous avons la conviction profonde que l’avenir se construit avec les nouvelles générations, capables de porter un regard neuf et critiques sur nos comportements en matière d’économie d’énergie.

> Le design industriel : un pont entre innovations technologiques et innovations d’usages quotidiens

Bernard SALHA, Directeur de la R&D à EDF, Président du Jury du Challenge

D.R.I.P.S

HP CITY

LOWELL HIGH SCHOOL (E.U.)

ENSCI (FRANCE)

> Récupérer la rosée pour l’irrigation des cultures.

COOLTURE N°22 - SEPTEMBRE 2011

> Pour créer une ville selon les envies.

En l’absence de précipitations importantes, certaines régions

HP city est un projet qui place l’être humain au coeur

arides disposent encore de volumes d’eau étonnants dans

de la production d’énergie. Il permet de capturer l’énergie

la brume. Le projet «DRIPS» propose un entonnoir qui

provenant des systèmes de vélos en libre service et des

récolte l’eau présente dans l’air via un processus

tourniquets de métro. Cette énergie est ensuite utilisée pour

de condensation ou de collecte et achemine les

réaliser des projets proposés par les citadins grâce à une

gouttelettes en dessous du niveau d’évaporation. Ainsi

interface Internet.

la rosée peut constituer une source d’eau propre, modeste

Une fois soumis, le projet est étudié par une commission qui

mais fiable. Le «DRIPS» serait une aide pour les agriculteurs

évalue les besoins énergétiques requis par chaque dispositif.

et permettrait à un plus grand nombre de plantes nutritives

Lorsque l’énergie accumulée correspond aux objectifs fixés par

de pousser dans des zones où leur développement est

la commission, le projet est réalisé. Si en revanche, le projet

actuellement impossible.

n’accumule pas suffisamment d’énergie avant la date limite,

« DRIPS » est un projet open source et libre !

il est abandonné. L’énergie déjà accumulée retourne alors

Des informations et des plans sont disponibles sur

aux utilisateurs pour qu’ils puissent la redistribuer à d’autres

www.DRIPSproject.com

projets.


COOLTURE

AGIR

DESIGN ET DE L’ÉNERGIE

> 13

Les vainqueurs © EDF - Wallace Valery

> Un concours ambitieux

> Huit projets lauréats

The EDF Sustainable Design Challenge vise à réunir des

Le Jury a sélectionné 8 projets finalistes selon 4 critères:

étudiants du monde entier autour d’un même défi : faire

pertinence, innovation, qualité technique et présentation.

émerger des innovations apportant à la fois plus de confort et

Les lauréats recevront une dotation financière afin de passer du

une meilleure efficacité énergétique. Il est proposé en priorité à

« scénario créatif » à sa matérialisation. Ils auront également le

des équipes pluridisciplinaires inter écoles ou universités, dans

privilège d’être exposés au Pavillon EDF aux Jeux Olympiques

les domaines du design, de l’architecture, de l’ingénierie, du

et Paralympiques de Londres en 2012, dont le Groupe est

business,...

partenaire officiel et partenaire Développement durable.

© EDF - Wallace Valery

Cette 1ère édition a réuni une dizaine d’écoles parmi les plus prestigieuses comme l’ENSCI ou le Central St Martins College

La 2ème édition de The EDF Sustainable Design Challenge

de Londres. Les 31 projets déposés reflètent l’extrême liberté

vient d’être lancée sous la signature «Encouraging

de création qu’offre le Challenge, de la maison zéro émission

responsible energy behaviour for better living»! Pour

au jeu interactif où gaspiller l’énergie sert la bonne cause en

participer, inscrivez-vous sur http://design.edf.com

© DR

© DR

passant par un nouveau concept d’activisme écologique.

L’APCI a la conviction que le design est un facteur clé de la compétitivité des entreprises et de l’innovation économique, sociale et culturelle.

Anne-Marie BOUTIN, Présidente de l’APCI

BIOTECH LIVING SAVES ENERGY

WIND SKIN

ART CENTRE COLLEGE OF DESIGN (E.U.)

ENSCI (France)

> Des unités d’habitation favorisant les économies d’énergie.

> Produire et matérialiser l’énergie du vent. Le projet Wind Skin propose l’installation, sur des

Le projet «Biotech» poursuit 4 objectifs : Imaginer une

constructions

maison ayant un impact environnemental et social positif ;

présentant 2 caractéristiques.

existantes,

d’une

surface

active

Imaginer une maison réduisant de 50% l’énergie nécessaire

La première consiste à représenter visuellement le vent

à sa production et à sa construction ; Réduire de façon

traversant la ville en tant que source d’énergie.

significative les coûts d’une maison durable ; Intégrer la

La seconde fait appel à la technologie piézo-électrique qui

technologie avancée à la nature.

s’appuie sur la capacité d’un matériau, lorsqu’il est soumis à

Il rassemble une composante technique - un module en

une pression, à se polariser électriquement et à générer une

aluminium qui comprend une cuisine, une salle de bain et

étincelle électrique. Couplée à des revêtements structurés,

un noyau technique - et une composante biologique utilisant

cette technologie pourrait produire une certaine quantité

principalement les ressources naturelles du site comme

d’énergie. Il serait alors possible d’imaginer un cycle court

matériaux de construction.

dans lequel l’énergie récupérée pourrait être réinjectée à proximité afin de participer modestement à l’alimentation énergétique du bâtiment sur lequel elle serait mise en œuvre.

www.coolture.fr


COOLTURE

AGIR

DOSSIER DIVERSITÉ

CES ENTREPRISES

> 14

REPÈRES QU’EST CE QUE LA DIVERSITÉ ? La Diversité du capital humain en entreprise recouvre de nombreuses dimensions, les plus souvent traitées sont : la diversité de genre, la diversité des âges, la diversité des origines (sociales, ethniques, culturelles), le handicap. D’autres sujets peuvent également être intégrés aux politiques de la Diversité : l’orientation sexuelle, l’équilibre vie privée/vie professionnelle, la diversité religieuse, la diversité des diplômes et des formations...

QUELS INTÉRÊTS POUR L’ENTREPRISE ? Les enjeux de la diversité sont propres à chaque entreprise. Les plus souvent cités sont : La lutte contre la pénurie de main d’oeuvre L’attraction et la rétention des talents Le renforcement de la fierté d’appartenance et l’implication des salariés L’amélioration de la capacité d’adaptation et d’innovation La capacité à mieux cerner les attentes de sa clientèle Une présence renforcée de l’entreprise sur son bassin d’emploi

COOLTURE N°22 - SEPTEMBRE 2011

LA DIVERSITÉ : UN IMPACT AVÉRÉ SUR LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE DE L’ENTREPRISE Depuis quelques années, les mentalités évoluent et la Diversité est de plus en plus considérée comme un atout pour la performance économique. Pour la 1ère fois en France, 4 grandes entreprises du réseau IMS-Entreprendre pour la Cité - AXA, L’Oréal, Orange et Vinci - ont travaillé en étroite collaboration avec le Cabinet Goodwill Management et l’IMS pour analyser leurs données commerciales, qualité, ressources humaines.... Les résultats sont concluants. Ils vont à l’encontre des stéréotypes envers les seniors, les personnes handicapées, les femmes et les minorités visibles. Surtout ils confirment le lien positif entre Diversité et performance. Les enjeux sont multiques : avantages concurrentiels, image vis-à-vis de la clientèle, capacité d’innovation… De plus en plus d’entreprises ont pris conscience de cette réalité et se sont rapprochées de nouveaux partenaires pour développer des actions innovantes.

1

DIVERSITÉ ET ALTERNANCE > JEUNE... DANS LE MÉTIER Face à la faible attractivité des métiers du bâtiment et des travaux publics auprès des candidats à l’emploi, CARI a souhaité agir à travers la formation de personnes sans diplôme ou expérience préalable dans ce secteur. Un dispositif gagnant/gagnant qui s’inscrit dans les valeurs sociétales de l’entreprise. L’action menée vise à former en alternance, durant 7 à 9 mois, des débutant(e)s, en leur permettant de se qualifier au métier de constructeur béton

armé. Afin que cette initiative soit la plus efficace possible, des partenariats ont été mis en place pour l’identification des candidats avec l’ANPE, les PLIE, les Missions Locales, les dispositifs de la 2ème Chance, des ETTI, des associations de quartiers ainsi que la Fédération du Bâtiment. Ainsi, depuis sa création, ce dispositif a permis à 191 personnes de se qualifier et aujourd’hui 70 % d’entre elles sont toujours en poste au sein de CARI.

>> PLUS D’INFORMATIONS SUR WW.IMSENTREPRENDRE.COM


COOLTURE

AGIR

QUI INNOVENT

© DR

> 15

2

DIVERSITÉ ET RECRUTEMENT > 100 CDI POUR 100 JEUNES DES ZUS

58%

des Français estime que la discrimination par le lieu de résidence est une pratique répandue,

40%

et d’entre eux pense qu’il est nécessaire de reconnaître légalement le lieu de résidence comme critère de discrimination.

MEDIAPOST, leader sur le marché de la communication ciblée en boîtes aux lettres, s’est engagée à intégrer en CDI 100 jeunes issus des ZUS, sur des postes de distributeurs, magasiniers, conseillers clientèle, assistants commerciaux... Pour mettre en œuvre son engagement, MEDIAPOST a développé un partenariat national avec les Missions Locales. Il a été décliné dans chaque région, pour la mise en place d’actions spécifiques, en lien avec les problématiques de chaque bassin d’emploi. Les résultats ont été au rendez-vous puisque 113 jeunes de moins de 26 ans issus des ZUS ont été recrutés en CDI ! L’entreprise se penche désormais sur les processus d’insertion durable et d’évolution professionnelle de ces jeunes recrutés.

Notre conviction est que la Diversité accroît la compétence collective et permet de faire face au défi démographique à venir, qui posera des problèmes de pénurie de main d’œuvre. Centre d’Analyse Stratégique

3

DIVERSITÉ ET INTÉGRATION > STOP À L’ILLETTRISME DES SALARIÉS ! Pour fournir une qualité de services accrue, la MÉDITERRANÉENNE DE NETTOYAGE (MDN), qui emploie 380 salariés, s’est particulièrement intéressée à l’un des freins de son propre développement : l’illettrisme des salariés. En effet, pour les salariés concernés, une situation d’illettrisme peut entraîner un repli sur soi-même, tant au niveau professionnel que personnel, mais également bloquer les évolutions dans l’entreprise et créer des inégalités.

MDN a donc décidé d’agir en lançant, une formation « appui linguistique en Français » de 250 heures par salarié. Des bilans sont régulièrement établis pour s’assurer de l’efficacité de l’action au niveau personnel, pédagogique et professionnel.

8 IDÉES CLÉS 1

. Il est économiquement plus rentable pour l’entreprise de se doter d’une politique de prévention des discriminations que de risquer une condamnation. Ce phénomène s’accentue, avec en particulier la recrudescence constatée chaque année des recours devant la HALDE.

2

. Les salariés seniors ne sont pas moins productifs que les juniors. Si les aptitudes physiques des seniors peuvent diminuer, elles sont compensées par l’expérience qu’ils ont acquise et qu’ils partagent. Selon une étude canadienne, ils semblent également moins sujets au stress que les plus jeunes.

3.

Les travailleurs seniors ne sont pas plus chers. Cette perception erronée vient du fait qu’en réalité, le salaire augmente en fonction de la performance et du niveau de responsabilité, deux variables souvent corrélées à l’âge.

4.

La performance des travailleurs handicapés n’est pas inférieure à celle des autres salariés. Et seuls 10% d’entre eux ont besoin d’un aménagement de poste.

Résultat, dans leur vie personnelle, les salariés ont une meilleure autonomie. Et au niveau professionnel, l’action a également permis de renforcer l’esprit d’initiative des salariés ainsi que leur intégration, et de diminuer le turn over, tout en développant une dynamique sociale positive et un dialogue différent.

>> PLUS D’INFORMATIONS SURWW.CHARTE-DIVERSITE.COM

www.coolture.fr


COOLTURE

AGIR

DOSSIER DIVERSITÉ

CES ENTREPRISES

> 16

8 IDÉES CLÉS (SUITE)

4

5

Pédagogiquement innovant, l’initiative vise à promouvoir les études scientifiques et techniques qui préparent aux métiers de pointe de demain. Il s’agit d’un partenariat tripartite : Collèges-Lycées / Universités / Entreprises. Centrée sur la technologie et les sciences, “Course en Cours” permet de faire travailler en équipe des collégiens et lycéens, sous le tutorat d’étudiants de l’enseignement supérieur. Chaque équipe doit concevoir, simuler, fabriquer et faire concourir une mini voiture de course (échelle 1/18e ). Elle doit également travailler sur les aspects transversaux marketing et sponsoring pour soutenir son projet. En fin de parcours, elle est amenée à élaborer une présentation de sa démarche devant un jury de professionnels. L’action a aidé les jeunes à changer leurs perceptions de l’ingénierie, de la science et de la technologie. Elle leur a également permis de se rapprocher du monde professionnel et, parfois, de se projeter dans une carrière ambitieuse !

6.

La diversité des origines se traduit par une baisse de l’absentéisme et du turnover. Elle est vectrice de performance économique dès lors que le management y est préparé et garantit les mêmes conditions d’évolution et de formation à tous les salariés.

7. Les équipes les plus diverses sont également les plus performantes. Les plus performantes sont celles qui ont le taux d’emploi de travailleurs handicapés le plus élevé, un encadrement de proximité fortement féminisé, une forte féminisation globale et un fort emploi des salariés séniors.

La mise en place des politiques de gestion de la Diversité est essentielle. Bien managée, elle augmenterait de 5 à 15% la rentabilité de l’entreprise, selon les types d’activités. *Selon une étude inédite réalisée en novembre 2010 par Goodwill Management pour IMS-Entreprendre pour la Cité.

COOLTURE N°22 - SEPTEMBRE 2011

> COURSE EN COURS Depuis 2006, DASSAULT SYSTÈMES et RENAULT ont décidé de décliner leur engagement autour d’un dispositif en lien direct avec leurs métiers : “Course en cours”.

. Hors maternité, les femmes ne sont pas plus absentes que les hommes.

8.

DIVERSITÉ ET ÉDUCATION

5

Un homme ayant un nom à consonance maghrébine aurait à

5 fois moins de

4

chance d’être convoqué à un entretien. Source : Centre d’Analyse Stratégique

LA FRANCE est le seul pays de l’Union européenne à décerner (depuis 2009, ndlr) un “Label Diversité” à ses entreprises les plus vertueuses.

DIVERSITÉ ET FORMATION > RETOUR À L’EMPLOI “La formation, un levier vers le retour à l’emploi”. Tel est le leitmotiv de cette initiative signée KONÉ, spécialiste de l’installation, de la maintenance et de la modernisation d’ascenseurs, escaliers mécaniques et portes automatiques. Confrontée à une pénurie de main-d’oeuvre, KONÉ a souhaité ouvrir son recrutement à des personnes n’ayant ni le niveau, ni la qualification préalable et les amener aux métiers techniques de l’entreprise, via la formation. Sur 40 personnes formées, 38 ont accédé à un emploi au sein de l’entreprise. Une déclinaison de cette action vise plus particulièrement un public de femmes sans qualification. Elle comprend une remise à niveau de 200 heures et 12 mois en contrat de professionnalisation. S’inscrivant dans une politique d’insertion active, l’initiative “Retour à l’Emploi” permet ainsi à ce public d’accéder à un métier stable et évolutif.

En 2009,seulement

10,5%

des sièges aux conseils d’administration des sociétés du CAC 40 étaient pourvus par des femmes. Source : Centre d’Analyse Stratégique

>> PLUS D’INFORMATIONS SURWW.IMSENTREPRENDRE.COM


COOLTURE COOLTURE

RÉUSSIR ! QUI INNOVENT

6

AGIR AGIR > 09 > 17

DIVERSITÉ ET RECRUTEMENT > PRÉPARATION À L’ENTRETIEN D’EMBAUCHE La méconnaissance de l’entreprise, de ses métiers et de ses codes peut représenter un obstacle majeur à l’emploi des jeunes des quartiers. Pour les accompagner lors de cette phase charnière, COCACOLA ENTREPRISE a lancé le programme “Passeport vers l’Emploi” qui intègre notamment des simulations d’entretiens d’embauche.

LES DISCRIMINATIONS prennent racine dans des stéréotypes véhiculés par la société elle-même. Une grande majorité sont indirectes et inconscientes, donc plus subtiles à déceler et à combattre.

L’entreprise réalise son action à l’aide d’un outil d’animation flash et évalue le taux de satisfaction à l’aide de fiches enquête, qui révèlent un taux de satisfaction de 100% de la part des bénéficiaires. Depuis sa création, près de 2 000 jeunes ont bénéficié de ces séances de découverte métiers ou simulations d’entretiens de 4 heures dispensées par les cadres de chez COCA-COLA ENTREPRISE sur l’un des 15 sites industriels ou commerciaux de l’entreprise.

HORAIRES La 9ème édition du forum de recrutement «PARIS POUR L’EMPLOI» se tiendra Place de la Concorde les jeudi 6 et vendredi 7 octobre 2011, de 9h à 18h

1400 RECRUTEURS ! 450 collectivités et entreprises proposeront 15.000 emplois touchant la plupart des secteurs d’activité à tout niveau de qualification et à tout degré d’expérience. Une chance à exploiter sans hésitation !

À SAVOIR L’édition

2011

propose

4

villages

thématiques : travailleurs handicapés, économie sociale et solidaire, emploi international. Avec ou sans diplôme, avec ou sans

7

expérience, salarié en reconversion ou en

DIVERSITÉ ET SOLIDARITÉ

quête de mobilité, senior ou junior, candidat

> UNE POLITIQUE D’ACHATS SOLIDAIRES

> DES CHANTIERS D’INSERTION

d’un handicap, vous aurez tous au moins

Motivée par la volonté de faire preuve d’un véritable dynamisme sociétal au sein de sa Direction des Achats, la SNCF a mis en place une politique d’Achats Solidaires incluant le Secteur de l’Insertion par l’Activité Economique (SIAE). Elle souhaite ainsi contribuer à l’accès ou au retour à l’emploi de personnes en grande difficulté.

En cohérence avec cette politique et en tant qu’acteur économique responsable, la SNCF s’est aussi engagée à mettre en place des chantiers d’insertion afin de lutter contre l’exclusion.

Afin d’atteindre un objectif de montant d’achats ambitieux mais réaliste auprès des SIAE, la SNCF a été développé un guide d’Achats Solidaires pour aider l’ensemble des collaborateurs concernés. Une plateforme d’échanges entre les entreprises dites classiques, les SIAE et celles relevant du secteur protégé, «Pas@Pas», a aussi été créée. Elle recense toutes les SIAE et permet aux donneurs d’ordre de publier leurs appels d’offres.

Les personnes très éloignées de l’emploi y sont sollicitées comme prestataires pour certains travaux comme le nettoyage des voies ferrées. Grâce à ces chantiers d’insertion, elles pourront, par la suite, suivre une formation diplômante ou retrouver un emploi. D’ici fin 2011, ce sont 135 chantiers d’insertion qui doivent être achevés (40 en Ile-de-France). À terme, ce programme doit permettre à 1500 personnes de bénéficier d’un accompagnent social et professionnel personnalisé.

>> PLUS D’INFORMATIONS SURWW.CHARTE-DIVERSITE.COM

à un emploi international, travailleur relevant une proposition qui vous correspondra...

ENTRÉE GRATUITE L’entrée est libre, gratuite et sans préinscription. Surtout, n’oubliez pas vos CV sans faute d’orthographe !

PRÉPARATION Informez-vous sur www.parisemploi.org Des offres multiples, des conseils ainsi qu’une vidéo préparatoire aux entretiens d’embauche sont à votre disposition. Si vous le souhaitez, vous pourrez même télécharger gratuitement le guide du forum remis à tous les candidats à leur entrée. Contact : 01.53.95.15.15 info@parisemploi.org

www.coolture.fr


COOLTURE

SORTIR

LA SÉLECTION DE

:

© DR

© DR

© DR

© C. RIHET

> 18

du 22 au 24/03/2012 Paris, le Zénith

du 22/10 au 31/12

Dix ans de scène et 3 Victoires de la musique ont placé Bénabar dans le top des chanteurs français les plus populaires. Sa vocation initiale de cinéaste est peutêtre à l’origine de ses textes, si précis et touchants. Véritable bête de scène, ses concerts ébouriffants, gavés d’énergie, de drôlerie et d’émotion, restent gravés dans les mémoires. A voir et revoir sur scène sans modération à partir de février 2012.

Paris, l’Alhambra

>> En tournée dans toute la France, à partir du 16/02/2012 (consultez le détail de la tournée sur www.fnac.com).

TARIFS : De 31,80€ à 48€ (selon ville et catégorie)

DRACULA

LE COMTE DE BOUDERBALA

à partir du 30/09 Paris, Palais des Sports

Sami livre sa version des faits, une vision décalée et originale des grands thèmes de société qui s’appuie sur son parcours étonnant et atypique. Il nous emmène dans son univers drôle, incisif et percutant avec ses anecdotes et ses réflexions sur notre monde. > En tournée : le 04/11 à Bourg-lès-Valence, le 05/11 à Lyon, le 16/11 à Sanary-sur-Mer, le 19/11 à Béziers, le 01/12 à Aix-en-Provence, le 03/12 à Florange, le 15/12 à Nantes, le 21/01/2012 à Cannes, le 03/03 à Guipavas, le 04/04 à Voiron, le 03/05 à Bordeaux et le 26/05 à Nancy.

LE SONGE D’UNE NUIT D’ÉTÉ jusqu’au 31/12

Paris, Théâtre de la porte St-Martin Nicolas Briançon, avec une équipe 20 comédiens et danseurs menée par Lorànt Deutsch et Mélanie Doutey, nous offre un grand spectacle de divertissement qui fera assurément aimer Shakespeare à toute la famille !

>> En tournée dans toute la France, à partir du 20/02/2012 (consultez le détail de la tournée sur www.fnac.com).

TARIFS :

Mise en scène de Nicolas Briançon, Avec : Lorant Deutsch et Mélanie Doutey

Paris : de 25€ à 85€ (selon catégorie) Tournée : de 39€ à 65€ (selon catégorie)

TARIFS : de 18€ à 50,20€ (selon catégorie) Carré Or : 61,20€

TARIFS :

Sur des chansons originales, le spectacle met en avant l’histoire de l’amour impossible de Dracula, tiraillé entre passion et raison. La troupe de chanteurs, comédiens et danseurs évoluera dans un univers onirique, tantôt obscur, tantôt ludique.

© DR

BÉNABAR

CABARET

© DR

© DR

De 21,80€ à 35,30€ (selon ville et catégorie)

du 29/09 au 31/12

Paris, Théâtre Marigny

PEUR SUR LE PARC ASTÉRIX du 22/10 au 02/11 Plailly (60) Le Parc Astérix vous ouvre ses portes pour 12 journées terrifiantes et 4 nuits d’horreur ! Attractions métamorphosées, créatures maléfiques, maisons hantées... et bien plus encore. Frissons garantis pour petits et grands !

TARIFS :

HARLEM GLOBETROTTERS

Au cours d’un voyage dans la capitale allemande, le jeune écrivain américain, Cliff Bradshaw, découvre le Kit Kat Klub, une boîte de nuit décadente où se produit la chanteuse Sally Bowles dont il tombe amoureux...

Drôles, surprenants et impressionnants, ces amoureux de la balle orange combinent une bonne dose d’habileté et d’humour au service d’un show époustouflant à l’envergure internationale.

>> En tournée dans toute la France, à partir du 14/01/2012 (consultez le détail de la tournée sur www.fnac.com).

> En tournée : Le 02/11 à Beauvais, le 03/11 au Havre, le 04/11 à Berck, le 05/11 à Châlons-en-Champagne, le 06/11 à Sélestat, le 07/11 à Châteauroux, le 08/11 à Avignon, le 09/11 à Boe, le 10/11 à Bayonne et le 11/11 à Tours.

TARIFS : Paris : de 25€ à 79€ (selon représentation et catégorie) Tournée : de 29€ à 69€ (selon catégorie)

TARIFS :

Adulte : 40€ - Enfant (3-11 ans) : 30€ Nocturnes les 28, 29 et 30/10 : 24€ Nocturne le 31/10 : 27€

De 29€ à 40€ (selon ville et catégorie)

>> COOLTURE N°22 - SEPTEMBRE 2011

OFFRE ADHÉRENTS FNAC

>>

dans la limite des quotas disponibles à ce tarif

BILLET IMPRIMABLE À DOMICILE

>>

BILLET SUR VOTRE MOBILE


EN DIRECT DANS VOTRE CINÉMA SAISON LIVE 2011/12 Assistez en direct aux plus beaux opéras et ballets sur grand écran. Sur les scènes de New York, Moscou et Paris, se produisent les plus beaux opéras et ballets du monde. Plus de 60 cinémas participants à travers la France. Prochainement : > le 09 octobre, Esmeralda, en direct du théâtre du Bolchoï > le 15 octobre, Anne Boleyn, en direct du du Metropolitan Opera de New York (nouvelle production)

Paris, Porte de Versailles, de 10h à 19h, nocturne le vendredi soir jusqu’à 22h. Le rendez-vous incontournable des passionnés de cuisine. Au menu : plus de 200 cours et animations gratuites, du manchot de la casserole aux toqués des fourneaux, pour apprendre, tester, goûter, réaliser et partager. À ne pas manquer : des shows culinaires seront dispensés par les plus grands chefs et figures emblématiques de M6. Et retrouvez sur le Stand Fnac une sélection d’ouvrages gourmands et de coffrets cadeaux coups de cœur.

GIACOMETTI ET LES ÉTRUSQUES jusqu’au 08/01/2012

Paris, La Pinacothèque de Paris Aucune exposition sur les Étrusques n’a été présentée à Paris depuis 1955. Or, c’est précisément cette exposition qui permit à Giacometti de découvrir cette civilisation extraordinaire, reposant sur une économie d’hommes de la mer.

lans P n Bo s 18-25 an le pour

TARIFS : Billet 1 jour : 18€ Etudiant, Scolaire et Groupe : 14€ Billet 1 jour Cuisine privilège : 41€

TARIFS : Exposition > Adulte : 12,30€ - Jeunes (12-25 ans), Etudiant et Famille nombreuse : 10,30€ - Exposition + Collections > Adulte : 19,30€ - Jeunes (12-25 ans), Etudiant et Famille nombreuse : 15,30€ © DR

© DR

>> Infos et réservations : magasins Fnac, mobiles et sur Fnac.com

SALON CUISINEZ

du 06 au 09/10

© DR

OPÉRAS ET BALLETS

© L’Ombre du soir, IIIe siècle av.J.-C., bronze, h. 57,5 cm. Volterra, Musée étrusque Guarnacci © Photo: ArrigoCoppitz. Alberto Giacometti, Grande Femme debout 1, 1960, bronze, 270 x 56 x 34 cm. L’Homme qui marche I, 1960, bronze, 183 x 26 x 95,5 cm. Colle

© DR

© DR

CONCERTS, CINEMA, SPECTACLES, EXPOSITIONS ET SPORTS

EXPOSITION FNAC ARLUDIK / RIO

jusqu’au 22/10

Exposition & vente de tirages d’art dans les Fnac

MATISSE, CÉZANNE, PICASSO... L’AVENTURE DES STEIN du 05/10 au 16/01/2012 Paris, Grand Palais, Galeries nationales Cette importante manifestation réunit un ensemble exceptionnel d’œuvres des différentes collections des Stein : Renoir, Cézanne, Picasso, Matisse, Manguin, Bonnard, Vallotton, Laurencin, Gris, Masson, Picabia...

TARIFS : Adulte : 13,50€ - Jeunes (13-25 ans) : 9,50€

FESTIVAL LUMIÈRE 2011 du 03 au 09/10 Lyon, divers lieux Cette année, le Prix Lumière 2011 est attribué à Gérard Depardieu. Près de 190 séances seront proposées pendant une semaine dans les salles de cinéma et de spectacle du Grand Lyon, présentées par des personnalités.

TARIFS : Soirée d’ouverture : 10€ Billet séance (hors séance spéciale) : 5€ Pass : 15€ (retrouvez le détail de la programmation sur www.fnac.com)

À l’occasion de la sortie en DVD du film d’animation RIO, la Fnac organise en partenariat avec la Galerie Arludik une exposition de dessins pour petits et grands ! Retrouvez dans vos magasins Fnac de nombreux croquis, dessins et travaux préparatoires du film, présentant l’univers artistique du réalisateur Carlos Saldanha. Deux tirages d’art numérotés et signés par le réalisateur seront également vendus, en exclusivité mondiale à la Fnac. Exposition & vente de tirages d’art : Paris Forum des Halles, Paris St Lazare, Paris Ternes, Aix en Provence, Rouen, Bordeaux, Lyon Bellecour, Poitiers, Reims, Vélizy et sur Fnac.com. Vente de tirages uniquement : Montparnasse et Val d’Europe.

>> RETROUVEZ TOUS LES SPECTACLES ET LOISIRS SUR WWW.FNAC.COM

pris m o c t Le tou à petit prix UCPA

ances ! c a v s De laisir p % 100

32 60 dites “UCPA” 0,15 € TTC/ min UCPA - Union nationale des Centres sportifs de Plein Air - Association www.coolture.fr loi 1901 à but non lucratif et à gestion désintéressée, agréée et cogérée par les ministères en charge, de la jeunesse, du sport, de la vie associative, du tourisme - Crédits photos : Vibert / actionreporter.com


COOLTURE

MANGA

JEUX

NOS

> 20

COUPS DE CŒUR

Genre : Action / Jeu de Rôle Plate-forme : Xbox 360, PS3 et PC Editeur : Square Enix

Une légende renaît ! Nous sommes en 2027, une ère de grande innovation en matière de neuroprothèses, mais également de chaos. Vous incarnez Adam Jensen qui a été choisi pour surveiller l’une des sociétés de biotechnologie les plus expérimentales des États-Unis...

AFTERSCHOOL CHARISMA T1

© Glénat 2011

GARÔDEN

PEACEMAKER T1

Sur son visage se lisait une solitude grande comme le monde.

L’Ouest sauvage en manga…

de Jirô Taniguchi Casterman / Sakka - 12,50€

de Kumino Suekane Éditions : Ki-oon - 7,5€

Hitler, Mozart, Marie Curie... clonés !! Mais leur destin se répètera-t-il ? :: L’Histoire :: À l’académie St Kleio, le droit d’entrée est très exclusif. La prestigieuse institution n’accueille que des clones de personnages historiques célèbres ! Sommés d’exceller dans les disciplines où ont brillé leurs modèles, ils ignorent tout de la raison de leur existence. Sont-ils condamnés à revivre le destin de leur modèle comme le prouve l’assassinat de John Kennedy, premier clone sorti de l’Académie ? Quels moyens ont-ils d’échapper à leur sort ?

XENOBLADE CHRONICLES

Genre : Jeu de Rôle / RPG Plate-forme : Wii Éditeur : Nintendo

>> Garôden, manga plus noir et plus dur, nous dévoile le jeune mangaka que fut TANIGUCHI et un pan caché de son œuvre magistrale. :: L’Histoire :: Bunshichi TANBA a commencé à combattre pour savoir qui était le plus fort. À ses dépens, il a découvert que parmi les lutteurs professionnels se trouvent de vraies bêtes de combat cheminant comme lui sur la voie du combat à mains nues. Jusqu’au jour où Bunshichi TANBA connaît sa seule défaite, contre un jeune catcheur inconnu : KAJIWARA. Six ans plus tard, alors que le destin des deux catcheurs va se croiser à nouveau. Et le souvenir de cette défaite brûle encore en lui. Une flamme noire, sombre…

de Ryouji Minagawa Éditions : Glénat Seinen - 7,50€

>> Duels endiablés, chasse aux trésors et bandits mercenaires, Peacemaker (du nom du célèbre revolver censé «pacifier» l’Ouest) est une fresque fabuleuse. C’est aussi un seinen riche de multiples références au cinéma : Trinita, Soleil rouge, Il était une fois dans l’Ouest... :: L’Histoire :: Hope Emerson, fils du célèbre Peace Emerson, a hérité de son père l’étrange technique du Spot Burst, un tir multiple qui fait de lui le tireur le plus redoutable de l’Ouest des États-Unis. Un talent qui finalement le transforme en cible pour tous les mercenaires désireux de se faire un nom... ou mandatés par un riche millionnaire du nom de Philip Crimson qui semble étrangement déterminé à l’abattre....

Nouvelle série !

DRAGON HEAD T5

ENMA T1 et T2

ASCENSION T6

de Shin-Ichi Sakamoto (Delcourt - 7,95€)

JÉSUS & BOUDDHA T2

de Tsuchiya et Masaki (Kana - 6,75€)

Teru et Ako poursuivent leur périple dans un paysage effrayant transformé par la boue. Tant bien que mal, ils parviennent à atteindre une ville...

Les enfers regorgent d’âmes de personnes tuées inutilement. Le roi des enfers ne peut plus les juger sereinement alors il a envoyé Enma réclamer vos os...

Lors d’un entraînement dans les Alpes japonaises, en plein cœur de l’hiver, une erreur de Nîmi entraine la blessure d’un membre de l’équipe...

En vacances dans la banlieue de Tôkyô, Bouddha compte toujours le moindre sou, tandis que Jésus met son blog à jour aussi vite que sa connexion le lui permet...

© Pika 2011

© Kana 2011

© Delcourt 2011

de Minetaro Mochizuki (Pika / Graphic - 10,50€)

de Hikaru Nakamura (Kurokawa - 6,70€)

© Kurokawa 2011

© Nintendo

Aux confins de 2 mondes gigantesques, plongez dans une épopée de plus de 100 heures de jeu captivantes. Chaque élément visible à l’horizon peut être atteint, offrant une liberté totale et permettant à la fois d’explorer et de planifier efficacement les nombreuses quêtes du jeu.

MANGA EXPRESS

Un RPG hors du commun !

COOLTURE N°22 - SEPTEMBRE 2011

© Sakka 2011

© Square Enix

DEUS EX HUMAN REVOLUTION

Nouvelle série !

© Ki-ion 2011

Nouvelle série !


Michel HAZANAVICIUS, réalisateur

THE ARTIST

COOLTURE

CINE > 21

© 2011 Warner Bros.- The Artist / Peter Iovino

Le cinéma muet est très émotionnel, sensoriel, le fait de ne pas passer par le texte vous ramène à une manière de raconter fonctionnant sur les sensations créées.

> En salle le 19 octobre

Un film de Michel HAZANAVICIUS, avec Jean DUJARDIN, Bérénice BEJO et John GOODMAN

Présenté au dernier Festival de Cannes 2011, The Artist est un film drôle, émouvant, plein de surprises et formidablement interprété par un Jean DUJARDIN couronné du Prix d’Interprétation masculine. Pour l’anecdote, Robert de NIRO, le président du Jury, aurait souhaité donner au film la Palme d’or, mais il n’a pas pu en raison de l’interdiction des doubles prix !

LE MOT DE JEAN DUJARDIN… > Quand Michel HAZANAVICIUS vous a-t-il parlé de son envie de faire un film muet ? “Je crois que la 1ère fois, c’était sur le tournage d’O.S.S. 1, entre deux prises, mais... je ne l’ai pas cru ! Et puis, un jour, il est venu avec cette histoire de THE ARTIST, une histoire d’amour, presque un vrai mélo. Il m’a tendu le scénario, un peu fébrile: « Lis, mais ne te fous pas de moi, tu crois que ça va passer ? Qu’est-ce que tu en penses ? Est-ce que tu serais prêt à le faire ? »”

> Quelle a été votre réaction ? “C’est quoi le cinéma muet ? C’était quoi, les acteurs avant le parlant ? Je voulais qu’il m’apprenne, je l’ai suivi à la Cinémathèque, il m’a montré L’AURORE et CITY GIRL de Murnau, LA FOULE de King Vidor, et plein d’autres. J’ai découvert un autre cinéma muet que la pantomime ou les tartes à la crème... C’était sans doute aussi pour me rassurer, pour me montrer qu’on pouvait suivre une histoire sans parole pendant une heure et demie, qu’on pouvait être surpris et émus... J’ai été très touché par ces films. Sans la parole, au fond il reste l’essentiel : le jeu et l’émotion pure.”

> Ça vous faisait peur ? “Un peu, mais surtout ça m’excitait. En fait, ce qui me faisait peur, c’est que d’habitude, j’aime bien préparer mes rôles, presque scolairement, et savoir où je vais. Là, je ne pouvais rien

préparer parce que, finalement, je ne pouvais pas m’appuyer sur grand-chose. Je savais que j’allais être privé du texte, je savais que j’allais être privé de la voix. Ce n’est pas rien !”

:: LE SYNOPSIS :: Hollywood 1927, George Valentin est une vedette du cinéma muet à qui tout sourit. L’arrivée des films parlants va le faire sombrer dans l’oubli. Peppy Miller, jeune figurante, va elle, être propulsée au firmament des stars.

> Vous avez aussi appris à faire des claquettes... “C’est la partie du travail que j’adore. C’est d’ailleurs une des 1ères questions que Michel m’a posées lorsqu’il écrivait : «Ça te dirait de danser, de faire des claquettes?» Forcément, on dit oui tout excité et on ne se doute pas qu’ensuite, il va falloir y aller, apprendre les bases des claquettes pendant plusieurs mois, commencer par shuffle, step, shuffle, step, douter, avoir l’impression de ne pas progresser puis repartir de plus belle, travailler des bouts de chorégraphie avec Bérénice et se laisser porter par le plaisir de la découverte. Même si je sais que je ne serai jamais Gene KELLY !”

> Si vous deviez ne garder qu’un seul moment de toute cette aventure ? “La dernière scène de claquettes avec Bérénice et tout ce qu’on a vécu tous les deux à ce moment-là... Et puis, en étant égoïste, je dirais la sortie du cinéma, l’Orphee Theater, après la première, au début du film... C’était le soir à la Warner... Le décor, la foule, les flashes, les têtes des figurants, la musique à fond, les voitures des années 20, les flics... j’étais dans un vieux film, j’étais dans la photo !” www.coolture.fr


COOLTURE

LIRE

> 22

BD

NOS

COUPS DE CŒUR

Talent !

LUMINAE T1

AIR GUITARE

PORTUGAL

de Bengal Éditions : Ankama - 14,90€

de Le Quellec et Ronzeau Éditions : Delcourt - 25€

de Pedrosa Éditions : Dupuis / Aire Libre - 35€

L’ovni du mois ! Génial !

Tout simplement lumineux !

:: L’histoire :: C’est bien connu, pour emballer les filles, rien de mieux que de savoir jouer de la guitare. Pour les yeux de la belle Julie, Paul - pas très doué en drague - se met en quête de devenir champion du monde d’Air Guitare...

:: L’histoire :: Luminae, que les légendes surnomment parfois “La Sainte”, et dont on ignore l’origine et la destinée, est la source même de toute magie. Elle vit à l’écart du monde et doit se déplacer sans répit. Protégée par ses Dames, six guerrières dévouées, elle ne doit jamais être rattrapée par le Mal qui convoite son âme

© Rivages/Casterman/Noir 2011

Série Noire !

pour détruire le monde...

BENGAL : >>> “Après Naja, je voulais voir en travaillant seul sur une nouvelle série si je saurais retranscrire ce que j’ai appris aux côtés de Jean-David Morvan tout en ajoutant mes propres idées de narration et en profitant d’une pagination différente”.

L’excellente collection “Rivages/Casterman/Noir” accueille 3 nouveaux titres

ADIOS MUCHACHOS

de Bacilieri et Matz - 18€ D’après le roman de Daniel Chavarria

Une histoire sensuelle d’après un classique du polar latino-américain.

LE POLICIER QUI RIT

de Viot et Seiter - 18€ D’après le roman de Sjöwall et Wahlöö

© Dargaud 2011

© Dupuis 2011

© Ankama 2011

© Delcourt 2011

Talent !

Quand un retour aux sources imprévu devient une renaissance. :: L’histoire :: Plus vraiment d’envies et pas de projets, Simon végète doucement dans son boulot d’animateur scolaire, et exaspère Claire, sa compagne, qui le voudrait plus investi. Invité à passer quelques jours au Portugal, dont sa famille est originaire et où il n’était plus allé depuis l’enfance, il va y découvrir une autre façon d’exister et d’être - et peut-être le début d’une nouvelle inspiration ?

>> Cyril Pedrosa nous livre un récit introspectif qui explore la redécouverte d’un lieu d’enfance, noyé dans les brumes du souvenir.

EMPIRE USA - SAISON 2

Scénario de Stephen Desberg et 6 dessinateurs Éditions : Dargaud - 16,95€

6 albums en 3 mois ! :: L’histoire :: Jared Gail a fini par quitter la CIA. Sa hiérarchie, le jugeant rongé par une obscure culpabilité, a préféré se passer de ses services plutôt que de le voir échouer dans une mission. Tout en suivant une psychanalyse, Jared s’est reconverti en devenant le responsable de la sécurité d’un milliardaire américain, Marlin Deckard. Mais sa nouvelle vie est bouleversée le jour où il apprend l’assassinat de son ami Duane, son ancien équipier au sein de la CIA. Désormais, Jared n’aura de cesse qu’il ne retrouve les coupables...

Talent ! 9/11 T3

de Bartoll, Corbeyran et Jef (12bis - 13,50€) Cindy Mayer est envoyée pour enquêter en Arabie Saoudite suite au sanglant attentat contre les Khobar Towers à Dharan où ont péri 19 militaires américains et 1 citoyen saoudien.

Nouvelle série !

DANS LA NUIT, LA LIBERTÉ NOUS ÉCOUTE

LE VAMPIRE DE BENARES T1

LA CONTESSA T1

de Crisse et Herval (Vents d’Ouest - 11,50€)

de Bess (Glénat - 13,50€)

de Le Roy (Le Lombard - 24,95€) Un récit superbe et tout en nuances de gris conçu et mis en images par Maximilien Le Roy (auteur des déjà superbes Nietzsche et Faire le Mur !

Lorsque son ami journaliste disparaît soudainement à Bénarès, en Inde, Mircéa part à sa recherche. Ce qu’il va trouver dépasse l’entendement...

Série surprenante dans la lignée des grands films de casse comme Haute Voltige ou Ocean’s 11, La Contessa met en scène une “Arsène Lupin” glamour, sexy et audacieuse.

COOLTURE N°22 - SEPTEMBRE 2011

© Glénat 2011

© Le Lombard 2011

Étincelles, musique et humour noir !

© 12bis 2011

ROUGE EST MA COULEUR

de Chauzy - 18€ D’après le roman de Marc Villard

© Vents d’Ouest 2011

Un classique du polar suédois à redécouvrir. Suspense garanti !


Marc-Antoine MATHIEU

COOLTURE

BD

> 23

© 2011 Delcourt- 3“ / Marc-Antoine MATHIEU

C’est un album où notre regard serait la loupe, ou le limier. Il s’agit de fouiller dans les coins, de visiter le hors-cadre, de retrouver la trame principale ou de la perdre....

3 SECONDES de Marc-Antoine MATHIEU (Delcourt - 14,95€)

Trois secondes, le temps pour la lumière de parcourir 900 000 kilomètres, le temps d’un coup de feu, d’un SMS... Au travers d’un puissant zoom graphique inédit en bande dessinée, Marc-Antoine Mathieu vous propose de ralentir le temps pour enquêter sur un complot.

LE MOT DE MARC-ANTOINE MATHIEU… > Que sous-entend ce titre “3 Secondes” ? “Ça sous-entend un temps très court, mais si ces trois secondes durent tout un album, c’est qu’il y a une raison. En 3 secondes, il peut se passer beaucoup de choses, et c’est l’objet du livre. C’est un espace-temps particulier, une tranche de vie sur Terre très courte, mais durant laquelle beaucoup d’événements vont se dérouler et le lecteur va pouvoir projeter pas mal de choses.”

> Comment as-tu réfléchi au tempo de cette succession de scènes qui se déroulent simultanément ? “Le tempo graphique du livre s’est imposé de la manière suivante : «l’incrément» (l’indice de grossissement) devait être suffisamment court et à la fois suffisamment ample pour pouvoir avancer dans ce tunnel d’images en ayant le sentiment de découverte. Et il fallait absolument que je puisse garder le contrôle de l’esthétique de l’ensemble de la page.”

> C’est une BD papier et numérique. Qu’as-tu eu envie d’explorer avec cet album ? “Mon envie était de développer un espace-temps particulier, et de faire une expérience autour de ça plutôt que de raconter une histoire. C’est non seulement une histoire qui est présentée linéairement, mais ce sont aussi beaucoup d’autres histoires annexes, autant d’arborescences à ce tronc central qui constituent cet album et cet objet numérique.”

> Un tueur tire une balle, mais on ne sait pas vers qui. Est-ce le but de cette histoire : démêler le vrai du faux, se poser des questions ? “C’est une BD où l’on est le héros, un album où notre regard serait la loupe, ou le limier. Il s’agit de fouiller dans les coins, de visiter le hors-cadre, de l’imaginer, de retrouver la trame principale ou de la perdre... C’est tout l’intérêt de l’expérience de lecture de 3 Secondes.”

> C’est un polar ludique où il faut trouver les indices que tu as semés au fil des pages. Tu avais envie que le lecteur s’amuse avec ton livre objet ? “Exactement. Il y a autant d’indices que de clins d’oeil. Il peut y avoir une lecture policière, mais il peut aussi y avoir une lecture plastique. Il y a aussi une lecture spatiale : tenter de reconstituer l’espace, recomposer la trajectoire de la balle, etc. C’est vraiment un jeu à plusieurs étages, mais avant tout un jeu de lecture.”

de fouiller dans “ lesIl s’agit coins, de visiter le hors-cadre, de l’imaginer, de retrouver la trame principale ou de la perdre… C’est tout l’intérêt de l’expérience de lecture de 3 secondes.

> Cet album a été pensé simultanément pour le papier et pour le numérique. Pourquoi ? “Le travail du regard est différent. C’est en ce sens que les deux objets se complètent. Et on peut s’interroger : qu’est-ce que le papier ? Qu’est-ce que le numérique ? Quelle est la différence ? On a les mêmes données et le résultat est différent au niveau de la lecture. Je pense que ça peut générer de beaux débats en perspective !” www.coolture.fr


EDF 552 081 317 RCS PARIS, 75008 Paris –

240 métiers. Donc forcément un pour vous. Pour que chacun prote de l’électricité, il ne faut pas moins de 240 métiers mobilisés au sein des équipes d’EDF. L’énergie rassemble les compétences. Venez y ajouter les vôtres. Plus d’informations sur edfrecrute.com

L’énergie est notre avenir, économisons-la !


COOLTURE N°22 (Spécial Diversité 2011)