__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1


Edito

Le Mag Poney As, n°13

EDITO

Entretenir des liens forts, un contact permanent : une conduite plus qu’indispensable en ce moment Long, que c’est long… … nous avons tous beaucoup de raisons d’avoir le moral dans les chaussettes et de ne pas faire preuve d’un optimisme débordant, mais il y aura un après. Et on l’espère le plus proche possible ! Gardons le moral et tenons-nous prêts à démarrer la saison ! Comme nos jeunes Bleuets. A l’instar des deux dernières éditions, ce Magazine Poney As sort pendant la crise sanitaire. Le circuit sportif n’a pas repris (quelques compétitions seulement étaient au programme cet été et au début de l’automne), mais le travail des cavaliers de l’équipe de France, suivis par le staff fédéral, s’est bien sûr poursuivi. La perspective d’une échéance européenne, même en plein doute, est dans toutes les têtes : il faut être prêt (et ils le sont !). L’idée d’un article de fond sur les stages fédéraux où sélectionneurs et cavaliers se confient, étaient alors toute trouvée. Vous remarquerez en le lisant qu’ils entretiennent des liens forts, un contact permanent : une conduite plus qu’indispensable en ce moment. C’est d’ailleurs aussi l’état d’esprit de notre équipe : le Magazine Poney As, publié une fois de plus en version numérique, permet de garder cette interaction avec vous. Même si nous préférons, et de loin, le distribuer sur les terrains de compétitions, en définitive, peu importe le moyen, l’important est de vous le proposer. Bien sûr, l’âme de Poney As et de notre équipe perdure. Nous allons régulièrement à la rencontre des jeunes cavaliers tricolores et éleveurs. L’objectif ? Mieux comprendre leur quotidien et mettre en valeurs leurs parcours comme leurs personnalités. Pour ce treizième numéro, nous adoptons une autre formule : des formats longs, à l’instar du reportage sur l’élevage Pondi de Gilles le Mouellic. Voilà un article de fond qui met à l’honneur l’un des élevages les plus réputés de France et hors de nos frontières. Bonne lecture à tous ! Continuons de nous évader, de faire des projets, visons loin et haut !

Le Mag Poney As, n°13 Edition de Printemps Revue ponctuelle - Gratuite Editeur SARL PONEY AS LE GRAND GAST - 86240 ITEUIL 06 62 27 86 17 / contact@poney-as.com Directeur de publication SARL Poney As 06 71 95 05 79 / pauline@poney-as.com Rédactrice en chef Pauline Bernuchon Création graphique Anaïs Barbier régie publicitaire SARL Poney As en couverture Lola Brionne - ph. Poney As Photos Poney As, Marine Delie, Rose Harang, Judith’s Art, Marie Oriol et collections privées Toute reproduction, même partielle, est interdite, sauf autorisation écrite de l’éditeur. L’éditeur ne peut être tenu responsable du contenu des annonces publiées dans ce numéro. Les agences de presse et photographie renoncent à réclamer tous droits de garde et indémnités pour perte ou détérioration.

Dépôts légal - ISSN : 2262-6018

e Anaïs & Paulin

5


Sommaire

14 18

24

S O M M A I R E 6

PONEY AS – dossier équipe de france Quels sont les couples performants du moment, ceux qui, potentiellement, ont les meilleures chances d’obtenir leur billet pour les championnats d’Europe de Strzegom prévus du 11 au 15 août ? Long-list, état de forme des troupes, calendrier (très) prévisionnel : les sélectionneurs nationaux des trois disciplines olympiques nous en disent davantage. Nul besoin de rappeler les médailles obtenues lors des championnats d’Europe Poneys : le projet sportif fédéral Jeunes, bien rôdé, prouve son efficacité depuis quelques années. Les stages fédéraux, dispensés par toute une équipe d’intervenants et de professionnels, y font figures de socle. Ils sont bâtis pour aider les jeunes talents visant le haut niveau. Focus sur ces rassemblements avec les sélectionneurs nationaux et les cavaliers.

14 Long-list des équipes de France stages fédéraux, socle de la 18 Les réussite des Bleuets

28

36

PONEY AS – SPORT Poney As va régulièrement à la rencontre des jeunes cavaliers tricolores. L’objectif ? Mieux comprendre leur quotidien et mettre en valeurs leurs parcours comme leurs personnalités. Dans ce numéro, partons à la rencontre du cavalier de CCE Mathieu Cuomo. Avec l’étalon Céleste du Montier, il a réussi son pari : performer en Grand Prix et viser les sélections internationales. N’est-il pas d’ailleurs monté sur le dernier podium du CCIP de Montelibretti ? Propulsée au niveau As Elite grâce au maître d’école Osbourne, la toute jeune Valentine Bineau a pris de l’expérience qu’elle va mettre à profit. Ses ambitions de championnats d’Europe, elle les entrevoit avec sa nouvelle recrue Brouwershaven Uthopia II. L’une des cavalières les plus performantes du moment en saut d’obstacles ? Lola Brionne, assurément. Depuis ses derniers championnats de France, la jeune fille a remporté cinq Grand Prix nationaux, trois Grands Prix de CSIP, un Grand Prix de CSIOP et une Coupe des nations. Rien que ça ! Lola revient avec nous sur son CSIOP Bellifontain et sa récente tournée en Espagne.


32 08

12

46

24 Cuomo : « je suis fier, ravi des à Jean-François Marès : le 28 Mathieu 08 Hommage résultats et motivé de voir qu’avec du poney Connemara lui doit beaucoup Lola Brionne collectionne les victoires

Pour ce numéro, Poney As vous propose un format long : 8 pages consacrées à l’élevage du Breton Gilles le Mouellic.

travail régulier, on progresse »

46 Ils ont fait l’histoire : Gilles le Bineau : tous les espoirs sont 32 Valentine Mouellic et son élevage Pondi permis avec Brouwershaven Uthopia II 36 Le BIP, comme si on y était !

58 L’étalon Kanshebber décoré à titre posthume

LES AMBASSADEURS PONEY AS

40

Esprit sportif et de famille, bienveillance régnante, Amalia Lopes, Sarah Desmoules et Juliette Mondot, qui a rejoint notre équipe depuis quelques jours, nous livrent leur actualité.

PONEY AS – elevage Sport et élevage : façonnée sur les terrains par le charismatique Dexter Leam Pondi et moult produits ou petits chevaux très remarqués, la réputation de l’élevage Pondi n’est plus à prouver. Voilà l’une des plus belles références françaises connues au-delà de nos frontières.

mais aussi...

12 La sélection shopping de Poney As des étalons du Catalogue 54 L’annuaire Poney As

7


Hommage

ph. Poney As

Jean-François Marès : le poney Connemara lui doit beaucoup Jean-François Marès nous a quittés dans sa quatre-vingt-sixième année. Avec son épouse Christine, il avait fait naître pas loin de 250 poulains dont plusieurs étalons et lauréats au National de race, ainsi que des internationaux et trois européens : Arpège en CCE ; Ix et Vox Pop en CSO. Instigateur de l’élevage de l’Aulne et président de l’Association Française du Poney Connemara durant 19 ans, il fut de ceux qui ont construit la réputation du poney Connemara en France. Homme de convictions, cultivé, passionné, Jean-François Marès a été un inconditionnel amoureux des poneys Connemara. Ses premiers poneys, acquis d’abord pour ses enfants, sont arrivés en 1973 d’Irlande, un pays qu’il a toujours adoré et où il se rendait fréquemment. C’est ici, dans le berceau de race, que Christine et lui avaient tissé des liens étroits avec de nombreux éleveurs et personnalités. L’Irlande était leur deuxième maison…

8

Monsieur Marès a créé son élevage dans le Val d’Oise, avant de s’installer en Mayenne, en 1975 (année où l’affixe de l’Aulne a été apposé), dans sa propriété de l’Aulne Montgenard. Ancien ingénieur dans la phytopharmacie, cavalier à ses heures perdues et issu d’une famille de gens de chevaux qui élevaient en Afrique du Nord (Jean-François Marès est né en Algérie), il avait d’ailleurs ouvert dans son domaine un PoneyClub de 1981 à 1995.

En 1973, il achète l’étalon Glenree Bobby (par le chef de race Carna Bobby) et 3 juments Claddagh Colette (Joyful Boy), Silken Slipper (Clonjoy), toutes deux pleines d’Abbeyleix Owen, ainsi que Claddagh Girl (Bridge Boy). L’année suivante, il fait l’acquisition des irlandaises Ardmore Rose (Doon Paddy), Village Pride (Killyreagh Kim) et Moy Storeen Deas (Windy Cove Ranger), alors âgée de 2 ans. Cette dernière lui laissera des souvenirs incroyables et parmi eux, Arpège de l’Aulne, trois fois sélectionné pour les championnats d’Europe de CCE et vainqueur de la Coupe de France de Grand Prix en 1999, l’une de ses fiertés. Moy Storeen Deas a fait son retour dans l’actualité grâce à Ix de l’Aulne (Dexter Leam Pondi x Gold Fort) dont elle est la troisième mère. Cet excellent sauteur, issu de la première génération des produits de


Fervent défenseur de la race, Jean-François Marès a porté de tout son cœur l’Association Française du Poney Connemara (AFPC) dont il occupa la présidence – un rôle fait pour lui – de 1978 à 1983, puis de 1992 à 2005. Sa stature, son dynamisme et son investissement ont permis à l’association de tripler son nombre d’adhérents (415 à une époque). Le National de race organisé à Tours puis à Poitiers à compter de 1994 (aujourd’hui tenu à Pompadour) comptabilisait alors des records d’engagés. La manifestation était devenue une véritable vitrine dont il était le coordonnateur. Un régal à observer. L’homme a toujours prôné les avantages des commissions étalons (elles n’existent plus aujourd’hui, ndlr) et a décrié, en revanche, les classifications ainsi que les exportations massives ces dernières années de poneys Connemara irlandais dont il se disait être révolté. « Je récupèrerai mon exemplaire du magazine Poney As à LamotteBeuvron, mais pourrez-vous nous en donner deux ou trois autres pour nos amis irlandais ? » ou « il n’y a plus de magazines sur le parc, auriez-vous la gentillesse de nous en mettre un au courrier ? ». Nous n’entendrons plus ses mots. Ce magazine est dédié à tous les anciens éleveurs, les piliers, ceux qui ont bâti les bases du poney de sport français et qui nous ont transmis leur passion.

En haut, l’étalon Glenree de l’Aulne. En bas, Rebecca Faity et Arpège de l’Aulne venus faire une démonstration lors du National Connemara en 1999. Le couple européen a empoché la Coupe de France Grand Prix de CCE cette même année - ph. Poney As

Dexter, est devenu le pilier de l’équipe nationale de Suède (7 sélections aux championnats d’Europe !). Plus récemment, Vox Pop de l’Aulne (Glenree de l’Aulne x Dexter Leam Pondi), vice-champion d’Europe par équipe et 5e de la finale individuelle des championnats d’Europe de CSO de Bishop Burton sous couleurs suédoises, a fait écho à cette souche. Elle est la cinquième mère de cet étalon performer vendu depuis en Allemagne. Moy Storeen Deas est aussi la troisième mère de Glenree de l’Aulne, Réserve champion Suprême du National Connemara en 1997, l’un des étalons de cœur de la famille Marès. En 1976, c’est au tour de l’irlandaise Ocean Moon (Inver Rebel) d’intégrer le piquet de poulinières Mayennais. Elle deviendra la deuxième mère du petit Orient de Frebourg (vainqueur du Derby de la Baule associé à Patrice Delaveau) ou encore des étalons Clifden de l’Aulne (poney de taille C, finaliste du championnat de France D1 Elite de CSO) et Dream of Aulne. La fille de Clifden, UptoYou de l’Aulne (par Bailen de Kergroas, une fille de Macky qui a produit l’expressive Iena de l’Aulne et Kliff de l’Aulne, tous deux performers en Grand Prix de CSO), vendue en Irlande au Killaughey Stud, avait d’ailleurs remporté la classe des petites juments (Small mares class) au Clifden Show en 2015. Une victoire d’un poney français lors du célèbre Show irlandais était alors une première… En TREC, l’homme était fier d’annoncer les performances de Tosca de l’Aulne (Clifden de l’Aulne x Telex), médaillée d’argent au championnat du monde Junior. A l’élevage, pas loin de 250 poneys ont vu le jour.

Ix et Vox Pop de l’Aulne, les célèbres poneys de Jumping de Christine et Jean-François Marès. Tous deux se sont illustrés dans la sélection nationale suédoise - ph. Poney As

Jean-François Marès : le poney Connemara lui doit beaucoup

9


Image à la Une

Venise des Islots, puis Sligo de Mormal et enfin Armene du Costilg. Trois des cinq poneys de l’équipe de France de saut d’obstacles ont récemment été vendu à l’étranger. La première, associée à Emma Méric, est partie chez l’Italienne Arianna Cairo, une jeune élève de la famille Polizzi. Les deux autres, complices des enfants Scalabre et de Jeanne Hirel, font aujourd’hui le bonheur de jeunes amazones britanniques. Ces cavalières ont acquis les trois excellentes cartouches françaises dans le but de performer au plus haut niveau. Elles visent tout bonnement les championnats d’Europe. Fait regrettable pour l’équipe de France, pour le sport, mais aucun acheteur de l’Hexagone ne s’est manifesté ou aligné sur le tarif. Pas d’investisseur : l’histoire se répète. Pour notre élevage tricolore en revanche, c’est encore une belle réussite, surtout lorsque nos poneys sont courtisés par les meilleures nations d’Europe à l’instar de la Grande-Bretagne ou de l’Irlande.

10


Image à la une

11


Shopping

-------------------------------------------------------------------------------

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - ------------------------------------------- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -------------------------------------------

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une sélection parmi...

-------------------------------------------------------------------------------

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - ------------------------------------------- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -------------------------------------------

Groov Original

Motion S ----------------

----------------

KRAFFT propose un aliment pour tous les chevaux qui assure l’apport en protéines de haute qualité et en fibres. L’aliment a une teneur moyenne en protéines facilement digeste et une teneur élevée en acides aminés essentiels. Libération d’énergie lente et de longue durée. Prix : 20 € TTC Vente en ligne sur www.krafftnutritionequine.fr

krafft

Arbalou Aloe vera à boire ----------------

NOUVEAU L’aloe vera BIO est une plante précieuse qui permet à votre cheval de conserver ou de retrouver santé et bien-être sans effets secondaires nocifs. C’est une source très riche de substances nutritives. Certifié Bio, disponible en 1, 2 et 5 litres. Très forte concentration : 99,35 % d’aloe vera bio natif. 1L : 24,90 € disponible en 2L et 5L Vente en ligne sur www.boutique-arbalou.com

a r b al o u s o i n s 12

Véritable électrocardiogramme connecté, le Motion S d’Equisense vous aidera à repousser toutes vos limites grâce à une analyse de la forme, de la locomotion et de l’alimentation de votre cheval. • Suivi de la fréquence cardiaque et de la locomotion • Suivi GPS avec vitesse, distance et dénivelé • Accès en temps réel à plus de 17 indicateurs • Exercices d’entraînement et calendrier des soins et des sorties gratuits Vente en ligne sur www.equisense.com

Equisense Masque anti-mouches ----------------

Equipement indispensable pour votre cheval lorsqu’il est au pré. En effet, les insectes attaquent en général la tête mais plus précisément les yeux et les oreilles ce qui nuit gravement à la tranquillité de votre cheval. Equestra vous propose une large gamme de masques anti-mouches, intégral, avec ou sans oreilles et pour certains même anti-uv pour une protection optimale de votre équidé au pré. Vente en ligne sur www.equestra.fr

Equestra


Logo sur-mesure

Porte-selle pliable

----------------

----------------

Porte-selle pliable unibloc et amovible, qui va vous simplifier la vie pour installer votre équipement d’équitation lorsque vous préparez votre cheval ! Grâce à sa forme ergonomique, vous pouvez le replier vers le haut et ainsi le transporter facilement en y laissant vos accessoires (filet, bombe, licol…) ou vers le bas pour un gain de place.

Pour votre structure et activité professionnelle ou votre marque, créez votre logo surmesure et offrez-vous une visibilité personnalisée !

A partir de 195,00 € HT Contact anais@poney-as.com ou 06 62 27 86 17

Disponible en trois couleurs standards Or, Argent et Bronze et déclinable en 72 autres couleurs. Détails disponibles sur notre site www.ekestre.fr

pourquoi p’as

Ekestre Tapis de selle spécial Motion S

Stress Relief

----------------

----------------

Spécialement conçu pour être utilisé avec votre Motions S. Sa zone en tissu doux et à scratch à l’intérieur permet à l’électrode haute du Motion S de rester parfaitement en place.

Un complément alimentaire composé de tryptophane, magnésium, vitamines B, acides aminés favorisant l’équilibre du tempérament du cheval lors de situations stressantes. 700 Grammes Prix : 25,50 € TTC Vente en ligne sur www.krafft.nu ou sur www.jbsol.fr

Un bouton pression vous permet d’accrocher le câble élastique de l’électrode en fin de séance, pour un rangement optimisé. Tapis gris chiné liseré orange et blanc, forme CSO, taille cheval. Vente en ligne sur www.equisense.com

krafft -----------------------------------------------------------------------------------

Equisense

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - ---------------------------------------- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - ----------------------------------------

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

... les produits phares

-----------------------------------------------------------------------------------

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - ---------------------------------------- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - ----------------------------------------

La sélection shopping de Poney As

13


Equipe de France

Pour tous cavaliers, les championnats d’Europe Poneys sont mémorables. Ici les Bleuets lors de la cérémonie d’ouverture des championnats d’Europe de Strzegom en 2019 - ph. Poney As

Long-list des équipes de france Quels sont les couples performants du moment, ceux qui, potentiellement, ont les meilleures chances d’obtenir leur billet pour les championnats d’Europe de Strzegom prévus du 11 au 15 août ? Long-list, état de forme des troupes, calendrier (très) prévisionnel : les sélectionneurs nationaux des trois disciplines olympiques nous en disent davantage. Long-list de CSO Cavalier / poney de tête / origines du poney et naisseur Lola Brionne / Clémentine (Oc, par Mozart de Beny, Sf et Salie, Pfs par Jocker des Nouettes) née pour le compte de L’Epinette de Boisemont (95) Junie Buisson / Vertige de Bélébat (Pfs, par Zodiak SL, Nrps et Forever Love de Cé par Selim de Siam), né chez Angélique Prin (77) Jeanne Hirel / Vedouz de Nestin (Copb, par Imperial du Blin, Co et Leila du Nereau, Sf par O Malley), né chez Louis-Paul Duthoit (45) et Fanny Vauvelle (35) Emma Koltz / Baluche de la Bauche (Pfs, par Jimmerdor de Florys SL et Ehiva des Leus par Hadj A, Aa), né pour le compte de la SARL Les Ecuries du Clos (44) Léo Nerzic / Callas Rezidal Z (Z, par Campione, Holst et Galathe de Lune, Bywbl par Caletto, Holst), née chez Jean-Michel Dechamps (Belgique) / Boutade Ste Hermelle (Sf, par Norman Pré Noir et Tamalyse Ste Hermelle par Marlou des Etisses), née à l’élevage Sainte Hermelle (Belgique) Olympe Rameau Glodieu / Up Le Ti’Wan (Pfs, par Moonlight Berenger et Diwan du Boqueteau par Blaise, Ar), né pour le compte de la EARL du Bois Inger (27) Anna Szarzewski / Vaughann de Vuzit (Co, par Dexter Leam Pondi et Voter ar Crano par Moyglare Bruff), né chez Stéphanie Le Marec (29) Nohlan Vallat / Urlevent d’Hurl’Vent (Pfs, par Millefeux des Sureaux et Rumba d’Hurl’Vent, Co par Leadership), né chez Jean Drexler (26) Habituellement, le groupe est composé de 10/12 cavaliers performants sur 1,30m et il se resserre au fil de la saison. Cette long-list est provisoire en attendant la reprise des compétitions.

14

Olivier Bost Poney As : Peux-tu revenir plus précisément sur ta long-list ? Olivier Bost : Ce groupe-là est resserré au vu des championnats d’Europe de cette année, si jamais l’échéance a lieu. Ce sont les huit cavaliers identifiés et avec lesquels nous avons déjà travaillé l’an passé : ils sont opérationnels. Ils auraient pu prétendre courir le CSIOP d’Opglabbeek, mais comme les enfants n’ont pas de statut professionnel, la fédération a préféré ne pas les emmener (ce qui a été le cas aussi, le même week-end, pour quelques dresseurs français engagés au CDIP de Sint-Truiden en Belgique, ndlr). Bien sûr, je n’oublie pas les autres. Comme la compétition est complètement stoppée, il est compliqué d’établir une computerlist et d’imaginer la suite, mais j’ai besoin de construire les saisons futures : il est impératif que les compétitions nationales reprennent afin que le groupe s’élargisse et que l’on puisse former les équipes de 2022, 2023 et 2024. PA : Si dans l’hypothèse où les Tournées des As reprennent en mai ou en juin, astu calé des Grands Prix phares, des ras-


semblements ou des Super As ? OB : Se projeter et établir un calendrier est très compliqué car nous ne savons pas quand les concours vont reprendre. Nous sommes en train d’essayer de faire un évènement jeunes « Poney » par région, en inter-région ou au niveau national, mais pour l’instant nous n’avons ni de lieu ni de date. Nous attendons d’avoir une date du ministère concernant la reprise de la compétition pour les amateurs. PA : Es-tu optimiste quant au fait d’une reprise de la compétition plus ou moins rapide ? OB : Oui j’y crois, et puis je suis de toute façon d’une nature optimiste (rire) ! Nous allons être confinés pendant un mois, bien sûr il faut faire super attention car la maladie est

Emmanuel Quittet Poney As : Quel est le niveau de ton équipe ? Emmanuel Quittet : Le stage fédéral s’est extrêmement bien passé, je les ai trouvé prêts ! Prêts à attendre (rire). Plus sérieusement, ils sont très au point. C’est un groupe très sérieux et je suis optimiste pour la suite. Ils ont très peu de stops sur le cross voire pas du tout et le niveau de dressage de certains est excellent. PA : Ta long-list se compose de dix couples. Elle est habituellement un peu plus fournie ? EQ : Les années passées, il y avait toujours quatre ou cinq couples qui pou-

grave. Les gens vont être de plus en plus vaccinés et si on adopte bien les gestes barrières, il n’y a pas de raison que cela ne se décante pas. PA : As-tu des nouvelles des championnats d’Europe ? Pour l’instant, ont-ils toujours lieu à la date indiquée ? OB : Oui tout à fait, il est toujours prévu un championnat d’Europe et à cette date. En France, le sport amateur a été interdit, mais je ne sais pas si les autres nations sont dans le même cas pour leurs équipes Poneys et Childrens. A Opglabbeek, je vais m’entretenir avec les autres sélectionneurs afin de comprendre leur fonctionnement et savoir si l’on peut envisager un championnat hors statut pro. Les cavaliers belges sortent par exemple en concours avec un

statut pro, mais je ne sais pas comment ils s’organisent avec leurs poneys. Je suis curieux de savoir comment ils gèrent tout ça.

Long-list de CCE Cavalier / poney de tête / origines du poney et naisseur Zoé Ballot / Voltair de Lalande (Pfs, par Quoutsou et Molene des Verrouis par Titan du Mougard), né chez Ludovic Burnouf (50) Alizée Bourguet / White Lightning’s Grevenr (Nrps, par Orchard Wildeman, Wpb et Jurolien par Juravel, Ar), née chez F. Schoneville Vd Kamp (Pays-Bas) Jeanne Brunel / Cooleen Pete (Co, par Gurteen Lad et Brannigans Pride par Silver Cloud), né chez Patsy Lynch (Irlande) Carole Cidji Chaghouri Koning / Coccinelle de la Rive (Pfs, par Golden Valido, Drp et Gotthame Maria, Haf par Quick Storn), née chez Sandrine Pinault (85) Mathieu Cuomo / Céleste du Montier (étalon Pfs, par Tricky Choice du Péna et Epine II par Alhanac, Ar), né chez Roger Gardin (50) Chloé Gualtieri / Virtuose Teakitina (Wpb, par Kooihuster Teake SL, Poet et Ratina de la Folie, Sf par Isgard, Trak), né chez Amélie et Anaïs Thibot (72) Loukas Peillon / Sage de Conquet (Oc, par Bajhir d’Aromas et Miss Tral de Conquet, Onc), né chez Philippe Chaze (07) Valentin Quittet Eslan / Winnetou (Nrps, par Wannahave et Rainy van de Kiboets, Co par Marvel van graaf Janshof), né chez J. S. Broers (Pays-Bas) Maé Rinaldi / Boston du Verdon (étalon Pfs, par Salam du Roc et Dame des Vents, Co par Abbeyleix Apollo), né au Haras du Verdon (49) Jade Sadet / Thaisse de Lauziere (Co, par Kevin V. Schueracher et Neptune des Mielles par Nicholas), née chez Emilie Morin (26) vaient se rajouter, c’est-à-dire que les six couples sélectionnés pour l’échéance européenne n’étaient pas systématiquement inclus dans la long-list du début de l’année. Là, c’est un peu plus compliqué : même si les compétitions reprennent en juin et juillet, ils n’auront pas l’expérience de ceux qui ont déjà tourné en Grand Prix l’an passé.

Emmanuel Quittet après le cross des championnats d’Europe de Strzegom. Sa troupe a fait une belle opération. L’accompagnent sur la photo Maryline Lesage, Conseillère Technique Nationale et Louis-Marie Desmaizières, vétérinaire fédéral - ph. Poney As

A Strzegom toujours, les trois sélectionneurs prennent la pose - ph. Poney As

PA : Actuellement, sont-ils tous qualifiés pour les championnats d’Europe ? EQ : Jeanne, Alizée et Zoé ne sont pas qualifiées, mais nous allons les aider. Si je peux les faire courir sur un CCIP le plus tôt possible, cela sera très bien même si à l’étranger, la technicité équivaut à une As 1 ou à une petite As Elite. C’est en France qu’on les prépare véritablement. L’idéal serait même d’emmener tous les couples sur un international au mois de mai…mais visiblement, il n’y en a pas au programme. Lorsqu’il y avait le CCIP de Marbach (le label CCIP a été supprimé en 2020, deux ans après le décès de l’organisateur qui y était très attaché, ndlr), le groupe était présent et nous en profitions pour qualifier les deux ou

trois couples qui ne l’étaient pas. Au calendrier, il y a un CCIP prévu en Allemagne le week-end de notre TDA à Tours. Le CCIP de Pallare (sont plutôt envoyés en Italie, les jeunes cavaliers performants en As1 et prêts à débuter en As Elite, ndlr) devrait se tenir juste avant Pompadour. PA : Comment envisages-tu le planning des compétitions s’il y a une reprise ? EQ : Je n’en sais rien du tout, mais si je suis optimiste, peut-être un Grand Prix à Jardy, puis un autre à Tours et Pompadour ; ainsi, les couples seront prêts pour les championnats d’Europe. L’important est que les enfants puissent enchainer, ils ont juste besoin de courir et de répéter le dressage. J’ai bon espoir que l’on puisse caler une saison sportive comme l’an passé. Si Jardy ne peut avoir lieu, nous essaierons de replacer la date dans le calendrier. Il pourrait y avoir une étape à Saint-Mars-d’Outillé, Macon et Fontainebleau. Si la compétition reprend, nous pourrons sans doute compter sur sept TDA et un ou deux internationaux.

Long-list des équipes de France

15


Equipe de France Muriel Leonardi Long-list de Dressage Cavalier / poney de tête / origines du poney et naisseur Laure Billy Beaute / Robinson (étalon Drp, par Languard et Narzisse par Loriot), né chez Gks Mv Gmbh & Co (Allemagne) Valentine Bineau / Osbourne (Drp, par Othello et Rolanda H par Benetton S), né chez Hake Werner (Allemagne) / Brouwershaven Uthopia II (Wpb, par Metall, Kwpn et Brouwershaven’s Loesje par Vita Nova’s Hanassie), né chez Sr Brouwer (Pays-Bas) Stella Briand / Under Cover Fast (étalon Pfs, par Latimer, Trak et Mata Hari, Drp par Cansas), né pour le compte de la SCEA Elevage Fast (24) Suzanne Camus / Oscar (Nf, par Orlando et Desteny par Oosterbroek Sergio), né chez G. Timmer (Pays-Bas) Blanche Carre Pistolet / Dazzling Kid d’Herbord (Aes, par Oscar la Chevalerie, Pfs et Ma Rousse d’Herbord, Wpb par Flatteur, Wtc), né pour le compte de la SCEA Herbord (86) Charlotte Monteilhet / Dinky Toy VH Bloemenhof (étalon Csb, par Champion de Luxe, Drp et Mac Dehlia VH Bloemenhof, Rhdl par Don’t Worry, Drp), né chez Isolde Tuypens (Belgique) Également vues en stage : Anna Dupuy Pelardy / Champomy (Drp, par FS Champion de Luxe et Djungle Drum par Dein Freund), né chez Ilka Boening (Allemagne) et Fleur Weijkamp / Dragon Ball de Mel (Pfs, par Aron N SL, Drp et Ulema de Villée par kiss Me de Villée), né chez Caroline Grou (72) Poney As : Quels couples peuvent prétendre entrer dans la long-list dans la perspective d’une échéance européenne ? Muriel Leonardi : Tous les couples que j’ai pu observer cette année et en 2020 (cf. encadré et article sur les stages fédéraux). Si d’autres ont le potentiel, je ne les ai pas encore vu. Contrairement aux championnats d’Europe Jeunes qui devraient se tenir début juillet et où les sélections vont être compliquées car les couples n’auront que très peu tourné, l’échéance européenne des poneys est prévue pour la mi-août, cela nous laisse donc un petit peu plus de temps. PA : Quel est l’état de forme des couples observés lors des derniers stages ? ML : Le travail était vraiment pas mal lors des stages et des séances individuelles, mais je reste prudente car je les ai vu chez eux et non pas en situation de compétition. Avec Blanche Carré Pistollet, nous avons travaillé le trot et le pas de Dazzling lors du dernier CDIP. Son poney progresse, il appuie bien, les pirouette au pas se passent mieux, il passe très bien les ferme à ferme

16

au galop à la maison. Nous avons également accentué le travail au trot de Dinky, le poney de Charlotte Monteilhet. Il a gagné en qualité à cette allure et le galop est plutôt son point fort. Suzanne Camus a produit un bon travail, mais elle n’a aucune expérience pour le moment. Elle a 15 ans et devrait encore monter son poney l’année prochaine. Oscar tournait en Amateur 2 et fait le job même s’il faut encore le mécaniser sur la reprise. Valentine n’a pas pu sortir Uthopia, elle est encore au stade de la découverte avec lui. C’est une très jeune cavalière, il faut qu’elle se routine avec. Elle avait d’ailleurs fait une demande pour engager sur un CDIP en Italie. Le poney est très chouette, il est doté d’un joli trot et galope très bien. Il est en plus très gentil. Je pense qu’ils vont former un bon couple tous les deux. PA : Under Cover Fast, l’un des piliers de tes dernières sélections, devrait faire son retour avec une cavalière du circuit Children. Un petit mot sur ce futur tandem ? ML : Under Cover Fast devrait évoluer désormais sous la selle de Stella Briand. Cette

Olivier Bost et Muriel Leonardi - ph. Poney As

association est une bonne idée. C’est un poney que j’ai déjà sélectionné trois fois et que je connais très bien car je l’ai eu au travail pendant 2 ans lorsqu’il était associé à Charlotte Palas. Tout comme le poney, Stella a du métier : elle compte deux championnats d’Europe Children à son actif et commence les Juniors avec U2 Jass du Derby. Il faut qu’elle apprenne à le monter. Je suis très contente de récupérer la cavalière et l’étalon dans l’équipe Poney.

Long-list des équipes de France


Publi-rédactionnel

Premium pony ventes aux enchères

PREMIUM PONY ONLINE AUCTION

Toutes trois amies et passionnées de poneys, c’est au début de l’année 2020 que le point de départ de ce projet a été initié : une maison de vente aux enchères en ligne. C’est un outil fabuleux et novateur mis à dispotition de tout utilisateur qui souhaite vendre ou faire l’acquisition d’un poney de sport, en France mais aussi à l’étranger. Notre volonté est de pouvoir mettre à disposition de toute la filière poney ce service à l’image des ventes aux enchères en ligne des chevaux de sport.

Que proposez-vous et à qui vous adressez-vous ? PREMIUM PONY est une maison de vente aux enchères en ligne, exclusivement consacrées aux poneys de sport. Notre concept repose sur l’organisation régulière de ventes aux enchères 100% online, afin de réunir acheteurs et vendeurs au bon endroit et au bon moment. Nos ventes sont ouvertes à tous et garantissent une visibilité internationale ainsi que des transactions transparentes et sécurisées. Notre équipe, composée en interne de juriste et commissairepriseur, propose un accompagnement sur mesure, en fonction des besoins de chaque utilisateur du site, pour vendre ou acheter. Aucune partie de notre activité n’est sous-traitée : nous gérons notre propre site web PREMIUM PONY. Notre plateforme d’enchères en ligne est également disponible à des tiers - éleveurs, associations ou écuries de commerce - afin qu’ils y organisent leurs propres sessions de vente. Pourquoi des enchères ? Elles permettent la rencontre entre l’offre et la demande au-delà des Comment sont sélectionnés les poneys ? frontières d’un pays. La visibilité à l’international des produits en vente, Qu’il s’agisse de poneys de sport ou d’élevage, les candidats sont des éleveurs et plus généralement des vendeurs, est accrue. Nous sélectionnés en fonction du type de vente organisée. savons que l’un de nos principaux facteurs clé de succès repose sur Nous mettons en place et adaptons des listes de critères à remplir la communication et le choix des supports, mais aussi, pour faire la pour que les poneys candidats puissent participer : critères sportifs différence, sur des sessions de vente autour de différents thèmes bien et génétiques, attestation vétérinaire etc…Ces critères, actualisés à précis, avec une réelle valeur ajoutée en termes de génétique, préchaque vente, sont basés sur des faits, ils sont traçables et vérifiables, dispositions sportives et performances. Trois éléments que le savoirde manière à conserver la plus grande objectivité possible. faire de l’élevage français maitrise plutôt très bien ! Les poneys sélectionnés seront à découvrir avant le début de la vente Nous souhaitons créer LE rendez vous des acheteurs. Ces derniers aux enchères, afin que les acheteurs potentiels aient la possibilité de les auront la possibilité d’accéder à des ventes ciblées (poneys de 0 rencontrer et d’échanger avec les vendeurs. à 3 ans, de 4 à 6 ans, poneys de sport clé en main, ventes en partenariat avec les associations etc…). Voilà une belle opportunité pour comparer, enchérir et acheter en exclusivité le ou les poneys parmi un panel de sujets correspondant aux critères des acheteurs. C’est un gain de temps et une réelle valeur ajoutée en matière de transparence et de visibilité. De plus, elles ne riment pas avec vente impersonnelle : ce n’est pas parce que les poneys sont vendus aux enchères qu’ils partiront n’importe où ! Bien entendu et comme avant toute vente, les poneys ont la possibilité d’être vus et essayés. De cette manière, les vendeurs et acheteurs ont l’occasion de pouvoir se rencontrer et échanger.

« Frais d’inscription offerts pour les ventes de 2021 : tentez l’expérience ! »

www.premiumpony.com Publi-rédactionnel PREMIUM PONY

17


Equipe de France

Le projet sportif fédéral Jeunes, bien rôdé, prouve son efficacité. N’est-ce pas grâce à cette restructuration, entre autres, que l’équipe de France Poneys de CSO et de CCE a réussi à empocher, lors des six dernières éditions, seize médailles aux championnats d’Europe ? - ph. Poney As

Les stages fédéraux, socle de la réussite des Bleuets Nul besoin de rappeler les médailles obtenues lors des championnats d’Europe Poneys : le projet sportif fédéral Jeunes, bien rôdé, prouve son efficacité depuis quelques années. Les stages fédéraux, dispensés par toute une équipe d’intervenants et de professionnels, y font figures de socle. Véhiculer les valeurs fédérales, la technique équestre, rapprocher les troupes en créant une cohésion d’équipe, accompagner, axer le travail, s’atteler à quelques détails qui font la différence : ces rassemblements sont bâtis pour aider les jeunes talents visant le haut niveau. La Covid-19 bien sûr et récemment la rhinopneumonie équine - qui a brutalement frappé certains chevaux français et étrangers en compétition en Europe - ont définitivement stoppé le circuit sportif dédié aux amateurs, et donc aux cavaliers sur poneys. Néanmoins, les jeunes pousses tricolores ont pu bénéficier des désormais traditionnels stages fédéraux, par le biais de rassemblements ou de séances individuelles dans

18

leurs propres écuries. Ces stages fédéraux sont dédiés au groupe « élite » - soit aux cavaliers de l’équipe de France identifiés sur la long-list des sélectionneurs nationaux - le but étant de les préparer en prévision des compétitions majeures du circuit. Ils se différencient des stages de détection mis en place également par la Fédération Française d’Equitation (FFE). Pour ces derniers, souvent organisés en région, l’équipe

fédérale d’encadrement repère des jeunes talents issus des catégories Enfants et Juniors sélectionnés sur performances. Ne dit-on pas : « détecter des jeunes talents, c’est découvrir les élites de demain » ?

Stages et déploiement de séances individuelles chez les cavaliers « Ces stages étaient importants, surtout pour les cavaliers Childrens et Poneys : en cette période, c’est eux qui en ont le plus besoin car ils ne peuvent pas sortir en compétition. Même s’ils étaient inscrits sur une liste de sélection et étaient considérés comme athlètes de haut niveau, ils n’ont pas de statut professionnel, or, c’est


concours, je les vois quand même régulièrement », indique-t-il.

Optimiser les performances Il est intéressant de constater que depuis quelques années, la Direction Technique Nationale a renforcé l’aspect technique grâce à l’intervention de l’encadrement fédéral des Seniors. Le sélectionneur de CCE, en poste depuis 1992 (il occupait plus

Visite vétérinaire des championnats d’Europe de Pilisjászfalu : Blanche Carré Pistollet présente son complice Dazzling Kid d’Herbord - ph. Rose Harang

le seul moyen actuellement pour se rendre en compétition », insiste Muriel Leonardi. La sélectionneuse de l’équipe de France de Dressage est intervenue lors de stages organisés à Pierrelatte et au Mans à l’issu de l’international du mois de février. « Au Mans, j’ai réuni Suzanne Camus, Blanche Carré Pistollet et Fleur Weijkamp avec son nouveau poney, ainsi qu’un petit groupe de jeunes cavaliers âgées de 10/11 ans pour de la détection, comme à Pierrelatte », poursuit-elle. En période de confinement, pour garder cette proximité et poursuivre le travail entrepris, la chef d’équipe se rend aussi chez les cavaliers : « Angers, Saumur, Saint-Etienne, Genève, Deauville… je me suis organisée pour faire une petite tournée. En ce qui concerne les cavaliers de l’équipe Poneys, je suis allée voir Suzanne et Blanche qui montent dans la même écurie, Anna Dupuy Pelardy désormais associée à Champomy et Valentine Bineau avec ses poneys Osbourne et Uthopia. A titre privé, j’ai fait travailler Charlotte Montheillet et Dinky ». Et pour maintenir l’accompagnement de ses cavaliers, Muriel Leonardi utilise également en routine un système de coaching vidéo. Voilà un outil dans l’air du temps qui s’avère en ces temps-ci bien pratique ! L’amazone tricolore Blanche Carré Pistollet en est convaincue : « nous n’hésitons pas à compléter mes entrainements par des séances en visio, une ou deux fois par mois environ. C’est un outil qui fonctionne bien et surtout qui est très commode ! Nous faisons surtout cela avant les concours. Cela permet à Muriel de voir l’état général de mon couple ». Pour Olivier Bost, patron du CSO « Jeunes », les stages se sont tenus à Toulouse et à Lamotte-Beuvron. « Nous avons fait profiter nos trois cavalières du Sud, Olympe Rameau Glodieu, Lola Brionne et Jeanne Hirel, du rassemblement de nos

équipes de France Juniors et Jeunes Cav’ à Toulouse. Les autres stages ont été organisé à Lamotte-Beuvron. Avec Henk Nooren, nous nous sommes également répartis les séances chez les cavaliers car nous espérions une reprise de la compétition un peu plus rapide. En visant l’échéance européenne, l’idée est de continuer à suivre nos cavaliers, de voir ou est-ce qu’ils en sont pendant ce confinement qui dure malheureusement », explique-t-il. En somme, « ne pas les lâcher ». Fin décembre, Junie Buisson, Jeanne Hirel, Emma Koltz, Léo Nerzic, Anna Szarzewski et Nohlan Vallat se sont ainsi retrouvés au Parc Fédéral. Les cavaliers de Concours Complet, réunis cet été à Saumur avant le CCIP d’Italie, se sont quant à eux rendus à Lamotte-Beuvron à la mi-février. Emmanuel Quittet, chef d’équipe des Bleuets dans cette discipline, avait convié neuf cavaliers : Maé Rinaldi, Chloé Gualtieri, Carole Cidji Chaghouri Koning, Alizée Bourguet, Valentin Quittet Eslan, Mathieu Cuomo, Loukas Peillon, Jade Sadet et Zoé Ballot. « J’organise aussi des stages privés au cours de l’hiver, comme à Macon par exemple. Quand il n’y a pas de

Depuis 2018, Jeanne Hirel est suivie par le staff fédéral. Pour percer à haut niveau, son papa Nicolas est convaincu que le soutient d’une filière forte optimise les performances (encadré à lire ci-dessous). - ph. Poney As

précisément un poste d’entraineur national par le passé, ndlr) intervient ainsi aux côtés de ses deux confrères, Jean-Pierre Blanco pour le dressage et Pascal Henry pour le saut d’obstacles. « Les enfants ont été observés sur deux séances de saut d’obstacles et de plat et je les ai moi-même vu

Partage d’expérience de parent Nicolas Hirel est le père de Jeanne, membre de l’équipe de France de CSO alignée en Coupe des nations et médaillée de bronze par équipe des championnats d’Europe de Strzegom. « Jeanne est un boute-en-train, mais je pense que le sport de haut niveau l’a rendu très vite mature. Par rapport à l’école, du jour où elle est entrée dans ce circuit, elle n’a plus eu les mêmes comportements et la même façon de fonctionner dans son organisation scolaire et son loisir. Quoi qu’on en dise, il y a beaucoup de déconvenues, d’échecs à gérer, il n’y a pas que des victoires, même si, plus tard on ne garde en mémoire que les bons moments. Les enfants sont en mesure de se mettre en position de sportifs de haut niveau car ils sont très bien encadrés entre les coachs particuliers et le staff fédéral. Lors des stages, ils sont accompagnés par des professionnels de la discipline, coachs sportifs et personnes compétentes leur faisant travailler la gestuelle ou l’anglais. Je pense que le sport de haut niveau, de façon générale, permet aux enfants de grandir ».

Les stages fédéraux, socle de la réussite des Bleuets

19


Equipe de France avec des pistes de travail, lesquelles sont suivies tout au long de la saison de manière régulière avec le staff fédéral. Il poursuit : « je connais bien ceux qui ont suivi le stage de cette année. Nous avons passé une petite semaine ensemble lors du CCIP d’Italie. Avant cet international de Montelibretti, nous nous étions réunis à la fin août. Une bonne partie de ce groupe s’était rendue également au CCIP de Pallare en 2019 ». Muriel Leonardi ajoute : « vérifier les acquis et surtout répéter les reprises comme s’ils allaient en compétition, voilà ce sur quoi je m’attarde. Les mettre en situation est important et mine de rien, le fait de venir chez eux les stresse un petit peu. Le but est de les garder opérationnels car en ce moment, l’aspect émotionnel est particulièrement mis à mal : un jour, on leur dit qu’ils peuvent partir en concours, un autre jour ce n’est plus possible…Ils ont cependant toujours la perspective des championnats d’Europe : cette échéance les garde en alerte ! ». Muriel Leonardi et les quatre cavalières de l’équipe de France lors de la cérémonie d’ouverture des derniers championnats d’Europe - ph. Rose Harang

sur le cross. Ils ont également pu bénéficier d’exercices en salle et de préparation mentale », confie-t-il. Comme pour les complétistes, les pilotes de Jumping ont évolué sous l’œil de professionnels à l’instar de Bertrand Poisson et Henk Nooren. « Nous avons vraiment axé les stages sur la technique équestre. Concernant les cours d’anglais, nous nous sommes rendus compte qu’ils parlaient assez bien la langue, donc nous avons surtout insisté sur la préparation mentale et physique, sur le bien-être animal, l’état de forme des poneys et la manière de gérer leur carrière », appuie Olivier Bost avant de poursuivre : « le fait de les réunir nous permet de voir l’état de forme de chacun, de leur passer un discours fédérateur et surtout de leur apprendre à être ensemble puisqu’il n’y a pas de concours

en ce moment. J’ai besoin qu’ils apprennent à se connaître », tout en insistant sur l’aspect positif des échanges avec les coachs, échanges auxquels il tient beaucoup. L’idée globale inculquée par le frère de Bosty et son staff est en effet d’harmoniser le discours auprès des enseignants sur ce que l’on attend d’un jeune en vue de le former pour le haut niveau. « Les intervenants s’attardent sur des petits détails que l’on ne voit pas forcément au quotidien. Ils nous donnent des axes de travail à suivre ensuite chez nous », concluait au micro de la FFE Emma Koltz, membre de l’équipe de France de CSO. Indubitablement, ces stages permettent de faire des points d’étapes comme l’explique Emmanuel Quittet : « l’hiver est long et l’un des avantages de ces regroupements pour les sélectionneurs nationaux est de jalonner ces périodes où ils pourraient un peu se laisser aller. Là, ils sont obligés de préparer le stage quelque part, de travailler ». Les jeunes repartent de ces rassemblements

De plus, en équitation, on parle de couple. La performance est impossible si la monture n’est pas en forme, alors comme pour les séniors, cavaliers, coachs et staff fédéral travaillent en collaboration étroite avec le ou les vétérinaires de l’équipe de France. Pour les poneys, les stages fédéraux sont souvent l’occasion d’y réaliser des checkup.

La filière « Jeunes » aboutissant à l’élite Si l’on se résume, les succès sportifs s’obtiennent grâce aux qualités propres des cavaliers (sportive, mentale…) développées par un travail sur le long terme et permanant, celui qui permet d’acquérir la technique. Ils se construisent avec l’aide d’entraîneurs qualifiés et compétents et le soutient d’une filière forte, orientée vers la réussite à plus ou moins long terme. Voilà sans aucun doute le socle de la réussite d’une équipe nationale au plus haut niveau : un appui fort de sa fédération ou d’une organisation bien

Léo / Callas : une paire qui promet !

Léo Nerzic est le nouveau cavalier de la star Callas Rezidal Z. C’est avec elle et Boutade Ste Hermelle qu’il a suivi les derniers stages - ph. coll. famille Nerzic

20

L’origine de leur association est assez logique. Léo Nerzic monte en effet chez Éric Denarnaud, qui est à la fois le gérant des écuries de la Clémenterie et le propriétaire de Callas Rezidal Z. Evoluer avec la double championne de France et triple médaillée de bronze aux championnats d’Europe est « un honneur, un privilège. Je suis très content. C’est une jument qui au quotidien est très attachante, elle adore qu’on la caresse et qu’on lui fasse les soins : c’est vraiment un amour de jument ! Elle peut être très chaude à monter aussi ! J’ai réussi à m’adapter assez facilement à elle ». Si Léo ne monte plus Ken van Orchid actuellement, nous confie-t-il, son association avec Callas - pointure internationale de premier plan – et Boutade – jument très prometteuse - annonce une saison 2021 sous les meilleurs augures. La dernière sur le circuit Poney néanmoins avant son passage définitif à cheval : « l’avenir de toute façon sera à cheval et la transition se prépare en amont. Si je monte quelques chevaux chez Éric, je n’en ai pas à moi pour l’instant. Je suis à la recherche de bons chevaux pour la suite ».


structurée qui doit prévoir des entraîneurs qualifiés, des structures d’accueil pour les recevoir et d’entraînements réguliers de suivi. N’est-ce pas grâce à cette restructuration, entre autres, que l’équipe de France Poneys de CSO et de CCE a réussi à empocher, lors des six dernières éditions, seize médailles aux championnats d’Europe ?

venu deux fois à la Clémenterie. J’ai vraiment le sentiment d’être suivi. Venir nous voir, garder le contact aussi : c’est vraiment bien ! Cela nous permet de maintenir une certaine motivation et des objectifs. Maintenant, nous espérons toujours une reprise imminente des concours … Il doit y avoir le CSIOP d’Oblabeek du 14 au 18 avril et Olivier Bost a prévu d’y amener une équipe (les cavaliers Poneys n’ont en définitive pas pu y aller, ndlr). Je ne sais pas ce qui est prévu ensuite, on attend de voir ce qui va se dire ce soir (nous étions le 31 mars, date à laquelle le président Macron a fait une allocution officielle à 20 heures…, ndlr) ».

Léo Nerzic : « Participer aux stages fédéraux est une chance qui n’est pas donnée à tout le monde, mais pour y accéder il faut beaucoup travailler ».

Maé Rinaldi : « Nous avons suivi des séances de préparation mentale ainsi que des briefings de la saison »

Finistère et région parisienne : Léo Nerzic partage son temps entre ses écuries familiales et celles de la Clémenterie où il y monte ses poneys de tête. Cavalier très talentueux, fin et instinctif, il a fait preuve lors de sa première Coupe des nations d’un sang-froid et d’une envie remarquables. Pas une faute dans l’épreuve par équipe n’est venue gâcher sa fête ; seule une barre dans le Grand Prix du CSIOP l’a privé des honneurs. Il y présentait l’étalon Ken van Orchid, l’ancienne cartouche d’Ilona Mezzadri avec lequel il a vite trouvé une connivence. Léo fêtera ses 16 ans en septembre prochain et s’apprête donc à courir sa dernière saison sur le circuit international Poney avec Boutade Ste Hermelle et… la célèbre complice d’Ilona, Callas Rezidal Z ! Les stages fédéraux, il les a suivis cet hiver. Nous lui donnons la parole. « J’ai été convié à trois stages fédéraux cet hiver. Pour le premier, qui se tenait en novembre, j’ai emmené Ken et Boutade. Pour les deux autres, je me suis entrainé avec Callas et Boutade de nouveau. Bertrand Poisson nous a donné des conseils sur le plat et Henk Nooren a été notre intervenant pour la partie obstacle. Sur le plat, nous avons beaucoup travaillé la rectitude, le fait d’avoir nos poneys bien droits et disponibles. Cela m’apporte beaucoup au quotidien car je refais très régulièrement les exercices effectués au cours de ces stages ou ceux qui y ressemblent. Avec Henk, le premier jour, nous travaillons souvent des exercices sur des petites lignes. Le second jour, nous enchaînons un parcours avec des contrats de foulées et des lignes différentes. C’est extraordinaire de pouvoir suivre ces stages fédéraux et de travailler avec des gens comme eux. Je dirais aussi que c’est une chance qui n’est pas donnée à tout le monde, mais pour y arriver il faut beaucoup travailler. C’est ce que le staff nous inculque. A un moment donné, comme nous ne pouvions pas faire de rassemblements, le staff fédéral s’est divisé pour continuer à faire travailler ses jeunes cavaliers. Henk est donc

En 2020, Maé Rinaldi a été de tous les podiums, placée très souvent sur la plus haute marche comme ce fut le cas sur les Tournées des As de CCE de Cornillon, Vernoil-Le-Fourrier et sur le CCIP de Montelibretti. L’amazone de 14 ans (15 en octobre) nous donne son avis sur les deux stages fédéraux qu’elle a suivis avec son complice Boston du Verdon. « Ces stages sont l’occasion de pouvoir bénéficier d’installations de qualité, d’experts spécialisés dans chaque discipline et enfin de tous nous retrouver. J’attendais avec impatience ce stage fédéral surtout à cause de l’arrêt des compétitions et des activités depuis la Toussaint 2020. C’était l’occasion de retravailler avec Jean-Pierre Blanco après le stage du mois d’août organisé à Saumur. Il a trouvé que le poney avait progressé cet hiver et nous a donné des nouveaux axes de travail. Ces stages sont toujours organisés dans des lieux de grande qualité.

Même si la saison a été écourtée, Maé Rinaldi et Boston du Verdon ont littéralement explosé les compteurs en 2020 - ph. Zg Photo

La Marseillaise à Montelibretti ! Très au point sur le circuit national, le couple Maé Rinaldi / Boston du Verdon a dominé de bout en bout le CCIP italien de Montelibretti. Cette première sortie internationale synonyme de victoire vient confirmer son excellent niveau technique. « J’étais très heureuse de le courir à la veille du deuxième confinement, surtout qu’à la base, j’étais prévue pour le CCIP de Kronenberg aux Pays-Bas. Il a été annulé à la dernière minute ! Mes parents ont dû organiser en quatre jours toutes les démarches administratives pour se rendre en Italie à 1120 kilomètres des écuries. J’ai beaucoup apprécié la qualité du terrain, le beau temps, l’ambiance. Boston a été exemplaire sur les trois épreuves en se plaçant à la première position dès le dressage. J’ai eu beaucoup de plaisir à porter les couleurs de l’équipe de France pour ma première sélection internationale : j’attends avec impatience la prochaine sélection à l’étranger ! »

Les stages fédéraux, socle de la réussite des Bleuets

21


Equipe de France Nous avons pu bénéficier des installations de l’IFCE à Saumur et de celles du Parc Fédéral à Lamotte-Beuvron. Ici, nous avons pu profiter du grand manège où le rectangle de dressage et le parcours de CSO étaient installés. C’est Pascal Henry qui nous a encadré durant ce stage en saut d’obstacles. Pour la première fois, nous avons suivi des séances de préparation mentale ainsi que des briefings de la saison. Malheureusement, la crise sanitaire ne nous permet pas de concourir ni de nous déplacer pour d’autres stages. J’espère rapidement pouvoir refouler les terrains de concours et revoir mes camarades ! ».

Blanche Carré Pistollet : « Muriel Leonardi m’indique les points en progression et ceux qui vont moins bien. C’est un œil extérieur indispensable » Blanche Carré Pistollet a intégré l’équipe de France de Dressage l’an passé et a conclu sa première saison de Grand Prix par une sélection européenne aux rênes de son jeune complice Dazzling Kid d’Herbord. La jeune fille avoue que de l’avoir récupéré jeune (après son titre de champion des 6 ans) est un avantage : « j’ai pu grandir avec lui et j’ai la sensation d’avoir une belle marge de progression ». C’est avec Dazzling, poney qui lui est confié par Marine Colmant, gérante des écuries MC Sporteam et coach de plusieurs cavaliers de Grand Prix de CCE, qu’elle tentera à nouveau de s’illustrer en Grand Prix et de briguer deux autres championnats d’Europe. Blanche suit les conseils de sa maman, mais aussi

Blanche Carré Pistollet et Dazzling Kid d’Herbord en action sur le rectangle hongrois, lieu de l’échéance européenne de 2020 - ph. Rose Harang

ceux de Muriel Leonardi. Entre stages fédéraux et entrainements individuels sous la houlette de la cheffe d’équipe, Blanche nous livre son sentiment. « Muriel Leonardi est venue il y a 3 semaines aux écuries. L’objectif était de me faire travailler avant le CDIP de Sint-Truiden que je devais courir à la mi-avril (concours où les cavaliers français n’ont pu s’y rendre, ndlr). Je trouve cette organisation très bénéfique car cela lui permet de voir le poney à la maison, sans stress du concours. Dans d’autres conditions, il peut en effet être dif-

Championnats d’Europe de Pilisjászfalu : la cour des grands A leur actif, cinq Grands Prix : un petit bagage qui s’est étoffé grâce à leur participation aux championnats d’Europe en 2020. « Une sacrée expérience ! », nous confie Blanche. « Je ne m’étais pas encore présentée sur un concours international, je montais mon poney depuis à peine 1 an : autant dire que j’ai été projetée d’un coup dans la cour des grands ! ». L’amazone a abordé cette compétition comme une autre bien que la concurrence régnante y soit de taille. « Quand je suis partie, je savais que ce n’était pas pour performer, mais pour prendre de l’expérience. Nous avons été un peu déçues car nous aurions pu mieux faire, mais la concurrence étrangère ne m’a pas perturbée. Les allemands, danois et hollandais ont plus de métier. Je les ai observés lors de leur détente, cela ne peut être que bénéfique. J’ai retenu qu’ils n’avaient pas les mêmes méthodes de travail que nous, mais cela reste des poneys qui travaillent très bien et de manière très précise. Je m’attendais à cela. Ces championnats m’ont permis de voir véritablement le niveau attendu en international, ce sur quoi s’attardent les juges : la précision. Nous pouvons grapiller des points assez facilement si nous sommes précis et recevoir aisément un point de plus par figure. Je suis revenue avec beaucoup d’expérience ».

22

férent. Comme elle me voit moins souvent que ma mère qui me fait travailler, cela me permet d’avoir un vrai œil extérieur : elle va me dire où je me situe, les points en progression et ceux qui vont moins bien. Nous travaillons les éléments des différentes reprises et très souvent, je déroule l’Equipe. Je me sens suivie : je suis toujours en contact avec Muriel. J’ai aussi assisté au stage fédéral de février. Ces stages sont un peu différents car ils sont organisés sur plusieurs jours : le premier, nous balayons les points acquis et ceux qui ne le sont pas. Le deuxième jour, nous déroulons. Par exemple, lors du stage de Macon, un juge international (Lionel du Tranoy, ndlr) était là : il nous a fait un debrief juste après notre reprise. Nous avons pu voir le protocole à la fin, comme en inter ; c’est très intéressant ! Si nous laissons tranquille nos poneys après la reprise, lors de la séance du lendemain, nous retravaillons les éléments qui ont posé problème. Nos poneys voient le vétérinaire fédéral également, il va vérifier les flexions, et nous montrer avant les championnats d’Europe comment nous devons nous y prendre pour la visite vétérinaire. Lors de ces rassemblements, j’ai pu rencontrer l’an passé tout le staff fédéral à l’instar d’Emmanuelle Shramm et les cavaliers Juniors et Jeunes cav’ : cela nous permet de nous projeter, de voir le niveau qui nous attend dans quelques années. J’aimerais beaucoup pour ma part poursuivre sur ce circuit Jeunes, mais actuellement, je n’ai pas de cheval, je ne participe qu’au circuit Poney ».

Les stages fédéraux, socle de la réussite des Bleuets


Saut d’obstacles

Avec Valiant des Charmes, Lola Brionne a réussi à se hisser dans la long-list des couples présélectionnés pour les championnats d’Europe en 2019. Blessé en fin de saison, l’étalon revient en belle forme sur les terrains de compétition - ph. Poney As

Lola Brionne collectionne les victoires L’une des cavalières les plus performantes du moment en saut d’obstacles ? Lola Brionne, assurément. Petit décompte, à la louche : depuis ses derniers championnats de France, la jeune fille a remporté cinq Grand Prix nationaux, trois Grands Prix de CSIP, un Grand Prix de CSIOP et une Coupe des nations. Rien que ça ! Il y a à peine 2 ans, nous consacrions un portrait de Lola Brionne dans notre magazine (la dixième édition !). A 13 ans, elle s’apprêtait à courir ses premiers championnats de France As Poney Elite Excellence avec Valiant des Charmes (Quabar des Monceaux x Etoile d’Hardy) et espérait bien y montrer le meilleur. C’est ce qu’elle fit : sa compétition, rondement bien menée, s’est conclue par une quatrième place et une ambition d’aller toujours plus loin, toujours plus haut. Sans la blessure de son étalon intervenue à Macon lors du rassemblement des couples de la long-list, Lola aurait sans doute revêtu

24

à Strzegom la veste bleue marine au col rouge. Intégrer l’équipe de France et courir les championnats d’Europe : voilà son projet à poney. « Mon rêve ». Alors que Valiant, soumis à une longue période de convalescence, est immobilisé, Lola a redoublé de travail avec Audanum de Grangues avec qui elle a amassé deux Grands Prix (l’étalon qu’elle a valorisé sur le circuit a depuis changé de selle) ainsi qu’avec sa jeune complice Clémentine. Conquise par les qualités de la sanguine grisette, sa famille en a fait l’acquisition

quelques mois après. Avant de sauter dans le grand bain, toutes deux se sont formées et rodées sur plusieurs compétitions à l’instar du Bonneau International Poney (sans-faute dans le Grand Prix des 7 ans, 4 points le plus rapide du barrage), du championnat de France As Poney 1 Excellence (12e/106) et de la finale Future Elite 7 ans. Au fil des Grands Prix, le couple apprend à créer une vraie osmose. Il se façonne, se durcit et devient… une machine à gagner ! Les CSIP du Mans et de Sainte-Cécile, l’As Excellence de Lherm, la Super As du Jumping de Bordeaux : aucun de ces Grands Prix ne leur a résisté ! Si bien qu’en août 2020, la Toulousaine est appelée dans la sélection tricolore du CSIOP de Fontainebleau : « mon rêve de courir une Coupe des nations, surtout à Fontainebleau, se réalisait. J’étais très fière… ».


« J’ai réussi à transformer mon stress en énergie positive » Vendredi, jour de Coupe des nations. Lola est positionnée dans l’équipe de France numéro 1 (du fait de la faible fréquentation, les sélectionneurs ont eu le droit de faire partir exceptionnellement une seconde équipe, ndlr). « Je me suis mise à stresser et j’assimile mes fautes de la première manche à cela. Je ne sais pas trop ce qui m’est arrivé à ce moment-là, mais en tout cas, je n’ai pas monté comme d’habitude : ma ponette l’a senti tout de suite. Elle était moins en confiance et moi aussi, nous avons toutes les deux perdu nos repères ! ». La jeune fille s’est immédiatement ressaisie et s’est senti beaucoup mieux à quelques minutes de l’ouverture du second round. « Je connaissais le tour et voulais surtout bien faire, je me suis dit dans ma tête « fais comme d’habitude » et j’ai beaucoup mieux monté». Cette première sélection s’est soldée par une victoire aux côtés de ses trois co-équipières, Ilona Mezzadri (Callas Rezidal Z), Jeanne Hirel (Armene du Costilg) et Anna Szarzewski (Vaughann de Vuzit). Pas de répit : le Grand Prix s’est tenu le lendemain. Sur ce parcours, Lola et Clémentine ont montré une efficacité redoutable, celle qui ne laisse peu de chance à ses adversaires. « Là encore, j’étais stressée, mais je ne me suis pas démontée ! J’ai réussi à transformer mon stress en énergie positive ». Partie tambour battant au barrage, personne n’a pu l’arrêter. « Et pourtant, ça s’est joué de très près avec Anna, les temps étaient vraiment très serrés ! ». Un centième d’écart ! Le Grand Prix de Fontainebleau est une victoire importante « car c’était mon premier CSIO avec mes poneys. Je suis hyper contente, mais la victoire dont je suis sans doute la plus fière est celle de la TDA de Bordeaux en février 2020 ». Le parcours bellifontain, que vous avez pu analyser sur notre site web (www.poney-as.com) grâce au chef de piste Arnaud Richou, était pour la jeune fille « technique, mais pas très gros ». Cela tombe bien puisque « plus l’épreuve est technique, mieux je monte. C’était le gros concours de rentrée après le confinement, il nous a permis de nous retrouver, d’avoir un objectif et de nous remettre dans le bain du haut niveau ». Quinze jours plus tard, Lola fait coup double sur la Tournée des As de Muret : le Grand Prix As Excellence avec Clémentine et le Grand Prix As Poney Elite avec Valiant. Associé à ce dernier, elle réédite quelques jours après et met à son actif le Grand Prix du CSIP de Canteleu cette fois. Valiant n’a plus de séquelle. Voilà une interrogation en moins : « il est en pleine forme. Sa blessure est une histoire ancienne ». A l’instar des couples de l’équipe de France,

Clémentine est la monture de tête de Lola Brionne. Au centre de la photo, le couple descend le Grand Parquet pour se rendre à la remise des prix. L’équipe de France a en effet remporté la Coupe des nations de Fontainebleau. Plus bas, Lola et sa grisette sur le Grand Prix de ce même CSIOP. Encore une nouvelle victoire ! - ph. Poney As

tous les feux étaient au vert pour briguer les plus belles échéances sportives du circuit Poney. Pas de sortie de mars à juin, l’arrêt des compétitions s’est malheureusement poursuivi cet hiver et en ce début de printemps. Comme tous les sportifs interrompus dans leur passion, Lola avoue que cette période est difficile. « Nous n’avions pas trop d’objectif non plus l’an passé, c’était compliqué. Dans tous les cas, nous n’avons pas lâché le travail et nous espérons reprendre le plus tôt possible le chemin des concours ! ». Du 15 au 18 avril, Lola et les Bleuets auraient dû se rendre au CSIOP d’Opglabbeek, « mais les labels Childrens et Poneys n’ont pas été pris ». Ils devront encore patienter…

« Clémentine est une complice extraordinaire » Lola et Clémentine (Mozart de Beny x Jocker des Nouettes) se sont bien trouvées. Pourtant, lorsque la cavalière a commencé à sautiller quelques barres avec sa future complice, rien n’était gagné : « Je me suis dit « oulala », c’est quoi cette ponette ! Je ne la comprenais pas très bien, mais il faut dire que je n’avais pas l’habitude de monter des poneys aussi chauds et… fous ! », confie-t-elle, petit rire à moitié caché. Tout a véritablement commencé il y a 2 ans lors du Bonneau International Poney où le couple était engagé dans les épreuves dédiées aux poneys de 7 ans. « C’est assurément une ponette qui va rester gravé dans ma mémoire, c’est celle qui m’a permis de m’élancer sur ma première Coupe des nations. Entre nous, il y a une complicité extraordinaire ! ». Très heureuse d’avoir croisé sa route, Lola met tout en œuvre pour réaliser ses objectifs : les CSIOP et les championnats d’Europe, « mon rêve depuis toute petite. Ce serait vraiment génial d’y aller avec Clém ! ». ph. Poney As

Lola Brionne collectionne les victoires

25


Saut d’obstacles Une tournée en Espagne bénéfique Néanmoins, Lola a pu engager ses deux poneys et sa nouvelle jument Divent Andour de Hus (Castronom Z de Hus x Galoubet A) au CSI 1* d’Oliva, du 12 au 28 février, soit trois semaines consécutives de compétitions aux côtés de sa grande sœur Sara qui avait elle aussi amené ses chevaux. Cette absence signifie pour la cavalière de rattraper ses cours « mais je suis habituée, cela nécessite d’être bien organisée. Mes copines m’envoient mes devoirs chaque jour ». Sportivement, « cette tournée était idéale car nous pouvions y aller toutes les deux : elle nous a permis de reprendre sereinement les concours. Même si je reste encore à poney, je suis en train de faire ma transition à cheval. A Oliva, j’ai pu monter ma nouvelle jument sur différents parcours. Ça se passe très bien, je suis très contente d’avoir pu la récupérer. Elle a son caractère et n’est pas toute facile, mais elle est top ! Elle va me permettre d’évoluer progressivement. Je vais d’abord essayer d’être régulière sur les 1,30/1,35m. Peut-être ferai-je avec elle les 1,40m voire plus », confie la pilote qui souhaite continuer sur le circuit Junior. En Espagne, Lola a ainsi pu réaliser 24 parcours. Quoi de mieux que d’enchaîner pour progresser et (re)trouver ses marques ? « J’ai pu évoluer en situation de concours durant trois semaines, c’est très enrichissant, j’ai trouvé ça super bien de pouvoir partir si longtemps ! En plus, j’ai eu de bons résultats avec mes poneys et ma jument ». Clémentine et Valiant ont donc sauté sur des distances chevaux « et ils se sont montrés à l’aise. J’étais d’ailleurs la seule cavalière à monter des poneys dans mes épreuves », poursuit-elle. Lola a bouclé plus de la moitié de ses tours sans aucune pénalité. On retiendra plus particulièrement ses six classements avec Divent Andour (dont trois 7e places dans les 1,30m) et Clémentine (une victoire dans une 1,25m et une 2e place dans une 1,30m), ainsi qu’un 2e rang avec Valiant dans une 1,30m. Pas d’inquiétude, ni aucun impact en ce qui concerne la rhinopneumonie. « Dès que nous avons su qu’il y avait la rhino en Espagne, nous avons pris la température de nos chevaux matin et soir. Nous n’avons vu aucun cheval avec des symptômes, nous

Lola Brionne rêve depuis toute petite d’être sélectionnée en équipe de France et de représenter ses couleurs aux championnats d’Europe. Comme l’a fait sa grande sœur Sara aux rênes de Quibel des Etisses - ph. Poney As

avons eu beaucoup de chance », réagitelle. Sur cette tournée, Lola et Sara ont été coachées par Philippe Barbot, présent sur

Rominet de Bruz et United des Islots sous sa selle Il y a quelques jours, Lola a commencé à monter les poneys de Jeanne et Louise Sadran. Pourquoi la famille Sadran a fait appel à la jeune cavalière ? « Nous nous entendons très bien et habitons à 10 minutes les uns des autres. Comme je continue de monter sur le circuit Poney, le choix était tout trouvé ». Ainsi, en plus de ses trois montures, Lola va travailler Rominet de Bruz et United des Islots trois fois par semaine (mercredi, samedi et dimanche), « peut-être un peu plus aujourd’hui du fait du confinement ». L’objectif est de les sortir en compétition afin de les commercialiser.

26

place une semaine. « Il me fait beaucoup travailler ma position et le fait de bien me relâcher avec mes chevaux. Philippe vient de temps en temps dans le Sud. Il m’apprend énormément de choses, c’est un très bon coach. Je progresse beaucoup grâce à lui et bien sûr grâce à ma sœur qui m’entraine quotidiennement ». Lorsque l’occasion se présente, comme ce fut le cas avec Gilles Bertran de Balanda l’an passé, Lola suit d’autres conseils d’experts, « c’est toujours très bénéfique, nous apprenons beaucoup avec ces grands cavaliers. J’ai également suivi un stage fédéral en février avec Olivier Bost, Henk Nooren et Bertrand Poisson. Pour le staff, c’est l’occasion de s’assurer que tout aille bien ».

Lola Brionne collectionne les victoires


ORGANISÉ PAR

LE MEILLEUR DU SANG PONEY FRANÇAIS

23 ET 24 AOÛT 2021

FOALS, 2 & 3 ANS, POULINIÈRES & SEMENCES D’ÉTALONS

ELITE PONY AUCTION 1ère ÉDITION WWW.THE-BEST-HORSES.COM

EN PARTENARIAT AVEC

OVV n°002-2012 du 12/01/2012


Concours Complet

Céleste du Montier et Mathieu Cuomo, voilà un tandem qui fonctionne. Le cavalier a fait son apparition sur le circuit Grand Prix en 2020. Pari réussi, les résultats sont là ! - ph. Marine Delie

Mathieu Cuomo : « je suis très fier, ravi des résultats et motivé de voir qu’avec du travail régulier, on progresse » Troisième de son premier Grand Prix à Saint-Mars-d’Outillé aux rênes de son sanguin Céleste du Montier, Mathieu Cuomo a réédité une excellente performance à Pompadour empochant par là même une sélection internationale. En ligne de mire, le CCIP de Montelibretti. Sur terre italienne, le jeune garçon n’a pas fait dans la demi-mesure : il monte tout bonnement sur le podium ! A travers cette interview passionnante, balayons son parcours, son actualité et ses ambitions. Poney As : Mathieu, peux-tu te présenter ? Mathieu Cuomo : J’ai 14 ans (15 le 29 avril !), je suis né à Abou Dabi aux Emirats Arabes Unis en 2006 et j’habite à Villed’Avray dans le 92 depuis 2008, après avoir

28

vécu une petite année au Yémen. PA : Qu’est-ce qui t’a amené à l’équitation ? MC : J’ai commencé l’équitation quand j’avais 6 ans, un peu par hasard... J’avais

un très bon ami qui montait à Brimborion et qui m’a emmené une fois aux écuries. Ça a été une révélation. J’ai tout de suite aimé le lien avec l’animal et j’ai commencé l’équitation à la rentrée qui a suivi, en 2012, puis j’ai progressé rapidement au rythme des cours et des stages. Je ne suis pas du tout issu d’une famille du milieu du cheval même si mon père montait un peu à cheval étant jeune. PA : Quel est ton parcours à poney ? MC : Après deux années en cours loisirs, j’ai souhaité faire de la compétition, plutôt du CSO à la base puisque j’aime cette discipline, mais la coach de CCE m’a fait


essayer une galopade de cross dans le pré de Brimbo et c’est ce qui m’a décidé à pratiquer cette discipline. Deux années de compétition à Shetland ont suivi au niveau A1. Pour une question de cavalerie, j’ai ensuite décidé d’aller monter au Haras de Jardy en 2016. J’y ai donc intégré l’équipe de CCE compétition pendant 2 ans avec des concours de la Poney 3 à la Poney 2 et déjà quelques résultats sympas, notamment une victoire lors d’une TDA de CSO et quelques jolis classements en Dressage. PA : Avec qui t’entraînes-tu et depuis combien de temps ? Comment as-tu rencontré Céleste ? MC : C’est en 2018 que j’ai décidé de quitter les Haras de Jardy parce que je souhaitais encore progresser et tenter le haut niveau à poney. Et puis, c’est aussi un concours de circonstances : c’est à ce moment que Céleste du Montier, le poney de ma coach Léa Lebbihi que j’avais rencontrée à Lamotte-Beuvron pendant l’été et que j’avais trouvée très sympa, s’est retrouvé sans cavalier. Quand je suis arrivé aux écuries pour l’essai de Céleste, ça a tout de suite collé : c’est un poney calme et gentil même si c’est un entier donc avec du caractère. PA : Comment pourrais-tu définir Céleste justement ? MC : Ses qualités sont, entre autres, ses capacités de saut car il est capable d’avoir des foulées de cheval, sa propension à apprendre vite et son mental d’acier qui font qu’en concours, c’est une machine de guerre. Un défaut, parce qu’il faut bien en trouver un (!), serait l’impatience ce qui ne fait pas toujours bon ménage avec ma propre impatience ! Au quotidien, c’est un bon élève qui est toujours prêt pour la leçon et qui adore partir en concours. On voit qu’il change dès qu’on arrive sur un terrain de concours. Même si le dressage n’était pas initialement son point fort, nous avons progressé tous les deux et il a une super allure dès qu’il entre sur le carré. Il aime paraître ! Quant au cross et au CSO, c’est effectivement une machine de guerre : il est très franc, ne recule devant rien ou ne dérobe jamais, sauf si je fais une erreur. Après presque 3 ans ensemble, de nombreux concours et encore plus d’entrainements, on se connaît très bien et on peut même dire qu’on se ressemble : gros caractère, gros mental, parfois mal-aimable mais tendre. PA : Tu es très vite passé des petites épreuves avec tes anciens poneys à l’As2/As1 avec Céleste : comment expliques-tu cette progression rapide ? MC : A la fin de ma première saison avec lui, j’ai participé à mon premier Lamotte en As Poney 2 où je suis classé 4e, à cause d’une petite seconde de temps dépassé sur le CSO. Le précédent Lamotte avec Jardy était en Poney 2 donc une belle accélération que j’explique de plusieurs façons : j’ai un super poney aux qualités exception-

Mathieu et Céleste sur le cross du Grand Prix de Pompadour. Ils terminent à la 6e place, « derrière certains couples déjà bien rodés à ce niveau » - ph. Poney As

nelles, un lien très fort qui s’est créé tout de suite entre Céleste et moi, beaucoup de travail avec ma coach Léa. Je monte en effet cinq fois dans la semaine avec des séances parfois compliquées, mais au final, ça paye. On n’a rien sans rien ! PA : Tu n’es donc pas passé loin d’une médaille aux championnats de France As Poney 2 en 2019 : quelle a été ta réaction ? MC : Ce premier résultat à Lamotte avec Céleste était au-delà de mes espérances, même si on espère toujours finir sur le podium : passer de la Poney 2 à l’As Poney 2 en un an et finir 4e est fantastique. Le travail a payé... et a mis la barre très haut pour la suite. Forcément, c’est plutôt agréable comme sensation et ça donne envie de continuer à avoir de bons résultats. PA : Comment analyses-tu ta saison 2020 et que retiens-tu de celle-ci ? MC : La suite logique était le passage en As Poney 1 et de nouveau du travail pour progresser en dressage. Donc la saison 2019-2020 a débuté en As Poney 1 et les bons premiers résultats (4e/36 à la TDA de Fontainebleau) nous ont fait nous questionner sur un éventuel passage en Grand Prix, qui s’est fait à Saint-Mars-d’Outillé début 2020 avant le confinement. Un beau pari puisque nous finissons 3e derrière Carla Nahra et Léa Dardillac. Quand les concours ont pu reprendre pendant l’été avec la TDA de Pompadour, notre deuxième Grand Prix

s’est fait dans un contexte différent avec plus de pression, plus de monde et le cadre majestueux de Pompadour. Je suis donc ravi d’avoir fini 6e derrière certains couples déjà bien rodés à ce niveau. C’est lors de ce concours que j’ai été sélectionné pour le stage de préparation aux concours internationaux à Saumur, fin août. Donc en 2020, malgré le contexte particulier de la crise sanitaire, la décision de passer en Grand Prix plus vite que prévu s’est révélée être une bonne décision (au vu des résultats) que je ne regrette absolument pas. Nous étions prêts Céleste et moi. PA : Ta première sélection en CCIP se solde par une troisième place. Tu nous racontes ? MC : Je suis ravi de voir que notre travail sur le dressage porte ses fruits puisqu’après ce test je suis déjà classé 4e sur 30. La détente de dressage s’est faite de façon très zen ce qui m’a permis d’arriver sur le carré de dressage détendu malgré l’enjeu. Représenter son pays rajoute une petite touche de stress mais je suis quelqu’un qui gère plutôt bien le stress des concours. Comme Céleste, j’adore ça ! Et quelle fierté de se dire qu’on court aux couleurs de la France ! Avoir le drapeau tricolore sur son tapis et la toque bleu blanc rouge, c’est magique. Le départ pour le cross s’est fait juste après un déluge mémorable (d’autres ont dû courir sous le déluge !) et le terrain était donc très glissant, mais encore une fois, nous réalisons un super cross et en plus maxi !

Pari réussi pour Mathieu Cuomo

29


Concours Complet C’est une organisation militaire pour arriver à tout gérer, mais c’est à ce prix que je peux continuer à monter à ce niveau. PA : Quel a été ton entrainement de cet hiver ? Sur quels exercices accentues-tu le travail ? MC : Cet hiver, j’ai orienté mon travail avec ma coach comme une suite logique de ce que nous faisions jusqu’à présent. En dressage : des exercices de barres au sol, travail latéral et longitudinal et travail sur les éléments de la reprise. A l’obstacle : mécanisation sur des lignes de fonctionnement et enchaînements pour stabiliser le travail sur la qualité de galop et la gestion de l’utilisation de ma main. J’entretiens aussi le physique de Céleste par de nombreux cardios avec des dénivelés. Les écuries où je monte se prêtent bien à ce genre de travail.

Sur le rectangle de Dressage, Mathieu et Céleste sont en capacité d’obtenir des scores de 71/72%. C’est en tout cas l’un des objectifs du jeune pilote - ph. Marine Delie

Il n’y a eu que très peu de changements au classement après le cross. En revanche, le sans-faute dans le temps du CSO m’a permis de passer à la 3e place devant Valentin et ainsi monter sur la dernière marche du podium. Au final, je suis donc très fier, ravi des résultats et motivé de voir qu’avec du travail régulier, on progresse. PA : Quel a été le plus grand temps fort de ta carrière ? MC : Ce premier concours international reste le moment le plus fort de ma carrière à cheval : ça a été une super expérience autant équestre qu’humaine. En effet, nous avons pu passer pas mal de temps avec les autres cavaliers, avec Emmanuel Quittet, ma coach et ma mère, le tout sous le soleil. Un bon résultat et le fait de représenter son pays, que demander de plus ? En dehors de cet international, du Grand Prix de Jardy et du stage de l’équipe de France à LamotteBeuvron en février, la saison équestre 2021 est bien plus réduite que celle de 2020. Donc un peu déçu pour le moment de ne pas pouvoir aller en découdre sur les terrains... PA : Comment se déroule une journée normale pour toi ? MC : Ma journée type commence à 7h30, mon heure de lever. Ensuite je petit déjeune et je vais au collège à 9h00. Quand je rentre, je me change et soit ma coach passe me prendre, soit je prends le train

30

pour aller aux écuries à Villepreux sinon ma mère m’y emmène (j’arrive entre 15h00 et 19h00 selon les jours). Puis je prépare Céleste et je me mets à cheval pour une séance dressage, saut ou cardio. Les jours où je sors plus tôt, je monte Céleste et un petit nouveau soit en dressage soit en saut. Ça rend service à ma coach et c’est super bon aussi pour moi de monter un autre poney de temps en temps. Ensuite je prends le temps de masser Céleste, de ranger mes affaires et je rentre chez moi entre 19h00 et 21h00. Je mange et je fais mes devoirs.

ph. Marine Delie

PA : Quel est le meilleur conseil que l’on t’a donné jusqu’à maintenant ? MC : On m’a donné de nombreux conseils très utiles en 8 ans d’équitation, mais plus on avance en âge et dans les niveaux de concours, plus la différence se fait sur des petits détails et plus la progression devient subtile. Le dernier conseil qu’on m’ait donné et qui paraît évident - mais à force de répéter ses gammes, les petits défauts reviennent et s’installent doucement - c’est de mettre moins de main, surtout en saut où Céleste a besoin d’avancer. PA : Que retiens-tu du stage fédéral de février ? MC : Le stage de l’équipe de France à Lamotte-Beuvron était encore une expérience fantastique avec des conseils personnalisés de Jean-Pierre Blanco en dressage et des vidéos de nos séances pour voir ce que nous devions corriger. En CSO, c’est Pascal Henry qui nous a fait sauter et là aussi, les conseils personnalisés étaient plus que bienvenus (longueur d’étrivières, importance de la main, rythme au galop...) Nous avons terminé le stage par une séance de cross avec Emmanuel Quittet sous le soleil, plus qu’appréciée en cette période étrange. Nous avons aussi pu bénéficier de séances de préparation mentale avec Maxime Chataignier et de préparation physique ainsi que de conseils pour notre routine de concours de la part de Michel Asseray. Bref, un vrai stage complet, c’est le cas de le dire. Un grand merci encore à la FFE qui nous a reçus et à Emmanuel de m’avoir sélectionné ainsi qu’aux différents intervenants ! PA : Comment procèdes-tu pour analy-


ser tes cross lors des reconnaissances, quelle est ta méthode ? MC : Pour les reconnaissances de cross, je répète encore, encore et encore. Je fais toujours un premier passage à pieds avec ma coach : pour chaque difficulté, on réfléchit et on discute comment l’aborder, par où passer. Je prends aussi en photo chaque obstacle. Je fais ensuite au moins une autre (voire deux idéalement) reconnaissance pour qu’ensuite je visualise parfaitement le parcours et qu’à cheval cela soit juste une formalité. Je regarde aussi les photos la veille du cross pour me remémorer encore une fois le parcours jusqu’à le faire machinalement. Il y a donc un gros travail de mémorisation et d’analyse de tracé. PA : Que se passe-t-il dans ta tête avant de t’élancer sur un cross de Grand Prix ou de CCIP ? MC : Avant de m’élancer sur un cross, je pense aux obstacles à venir : j’ai tellement visualisé le parcours en le « marchant » et en analysant les photos d’obstacles que lorsque je m’élance avec Céleste, je n’ai pas de stress. C’est juste de la concentration. Et puis j’ai une telle confiance en lui que nous déroulons le parcours de façon naturelle même si un cross de Grand Prix c’est super sportif ! PA : As-tu un « grigri » porte-bonheur pour les concours, es-tu superstitieux ? MC : Absolument pas ! PA : Qu’est-ce qui te motive le plus au quotidien ? MC : Monter à cheval et pouvoir partir en concours. J’aime cette adrénaline des concours et cette ambiance. Du coup, c’est un peu frustrant en ce moment car il n’y a aucun concours. On a la sensation de tourner en rond et je ronge mon frein, mais comme tout le

monde. Malgré tout, je m’estime très chanceux de pouvoir continuer à pratiquer mon sport alors que d’autres ont dû tout arrêter à cause du Covid. PA : Quels sont tes principaux objectifs sur le circuit Poney ? MC : Mes objectifs sur le circuit Poney sont de continuer à progresser et atteindre les notes de dressage au-dessus de ce que nous avons pu faire jusqu’à présent avec Céleste, c’est-à-dire tenter les 71-72% et rester double zéro en saut. Niveau concours, j’espère qu’ils vont vite reprendre et ainsi envisager un GOF 2021. En rater un en 2020 était déjà difficile, mais renouveler en 2021 serait vraiment horrible ! Bien sûr, le Graal ce sont les championnats d’Europe... S’ils peuvent avoir lieu cette année début août à Strzegom, j’aimerais pouvoir y aller puisque ce sera ma dernière chance d’y participer à poney. En effet, je vous l’annonce : je passerai à cheval à la rentrée ! Ma taille (1,70m) et mon gabarit font que je ne peux pas rester un an de plus sur Céleste qui mesure 1,44m. La séparation sera difficile après avoir partagé autant, mais il fera le bonheur d’un autre cavalier qui aura intérêt à en prendre soin ! Pour ma part, j’irai rejoindre les écuries de Christopher Six ! Ma coach Léa Lebbihi m’aura apporté le meilleur de mes années poney, m’aura fait évoluer de la Poney 2 au Grand Prix avec la chance en plus d’aller en équipe de France. Je la remercie infiniment pour tout ce travail que nous aurons fait au cours de ces trois années. J’espère que cette saison n’est pas finie pour pouvoir éventuellement conclure de la meilleure façon qui soit. PA : Quels cavaliers t’inspirent ? MC : Il y a de nombreux très bons cavaliers en CCE qui sont d’excellents exemples, mais s’il faut en choisir un ou deux, Christopher Six et Sébastien Cavaillon sont des cavaliers qui m’inspirent. Ils sont travailleurs, sobres, méticuleux, appliqués et ont de bons résultats. J’ai déjà pu faire un stage dans les écuries de Sébastien Cavaillon et rencontré Christopher Six : c’est ce genre de cavalier pro que j’aimerais devenir, j’aimerais avoir mes écuries comme eux. Je sais que le chemin sera difficile, mais je suis motivé !

Mathieu ne tarit pas d’éloges quant à son champion : « Céleste est une machine de guerre : il est très franc et ne recule devant rien » - ph. Poney As

Pari réussi pour Mathieu Cuomo

31


Dressage

L’un a l’expérience et lui a appris les mouvements. L’autre est plus jeune, mais figure parmi les grosses pointures. Osbourne et Brouwershaven Uthopia II sont les deux montures de Dressage de Valentine Bineau - ph. Améliebpictures

Valentine Bineau : tous les espoirs sont permis avec Brouwershaven Uthopia II Fin novembre, Valentine Bineau a accueilli dans son piquet de poneys l’européen Brouwershaven Uthopia II, membre de l’équipe des Pays-Bas médaillée de bronze aux championnats d’Europe de Dressage. Une sacrée bonne recrue pour la cavalière de 12 ans qui a débuté sur le circuit international l’an passé avec l’expérimenté Osbourne. Propulsée au niveau As Elite grâce au maître d’école Osbourne (Othello x Benetton S), un poney qui a longtemps trusté les sélections européennes sous la selle de Mathilde et Aurore Thévenot, Valentine Bineau a ainsi pris de l’expérience et est aujourd’hui suivie, comme tous les cavaliers potentiellement sélectionnables en équipe nationale, par la cheffe d’équipe des Bleuets Muriel Leonardi. Sa première saison en Grand Prix, bien qu’écourtée, s’est traduite l’été dernier par une participation au CDIP hongrois de Pilisjászfalu, un international organisé quelques jours avant l’échéance européenne des

32

jeunes (y compris les poneys). Une première pour la jeune fille. « Ce concours avec Osbourne était une superbe expérience avec la découverte des membres des équipes étrangères qui préparaient les championnats d’Europe (Autriche, Pologne, Tchéquie...). Je me suis très bien entendue avec toutes les cavalières et nous avons profité des belles installations et d’une météo favorable ». Un concours pas comme les autres puisque couru à l’étranger et de ce fait, très formateur : « j’ai appris la gestion de la compétition, la gestion d’une très longue route et le fait d’assurer une bonne récupération à Osbourne. La reprise Equipe s’est très bien

déroulée (68,286 %), nous n’avions aucune pression. Le lendemain, j’ai fait une petite erreur en fin de reprise qui m’a un peu déstabilisée. Je sais que je ne dois rien lâcher jusqu’au salut final ! », explique-t-elle. Valentine, engagée ensuite sur le CDIP du Mans (67,477% dans l’Individuelle), s’avoue prête à réaliser une dernière année sur le circuit FEI associé à son alezan.

Une formation sous l’aile de Morgan Barbancon Mestre Valentine évolue avec la cavalière numéro 1 de l’équipe de France : Morgan Barbancon Mestre. Une rencontre sympathique, comme un signe du destin et qui mérite que l’on s’y attarde : « la première fois que j’ai rencontré Morgan, c’était lors de mon premier Grand


La jeune amazone nous présente ses 3 poneys : outre ses deux complices de Dressage, Volcan du Marais (le gris) lui permet d’évoluer dans la discipline du CSO - ph. coll. privée

(par Vita Nova’s Hanassie), est arrivé dans l’écurie de la française trois semaines plus tard après l’essai. Il évoluait jusque-là sous la selle de l’élève d’Adelinde Cornelissen, Sita Hopman et avait d’ailleurs réalisé un très bon championnat d’Europe en août dernier, ponctué par une médaille de bronze par équipe (72.886%) et une qualification pour la Kür (10e, à quasi 75%). Des références au plus haut niveau pour ce poney d’envergure qui devrait permettre à la jeune tricolore de prendre le départ à de belles échéances. « Ses qualités sportives sont ses allures au trot et au galop. Il a un très bon équilibre et reste léger dans son déplacement : les exercices lui paraissent faciles et sans effort ! ». Valentine et Uthopia travaillent au moins une fois par semaine avec Morgan Barbancon Mestre, le reste du temps étant consacré au stretching, aux balades « ou à un travail un peu plus poussé. Il y a peu, Muriel Leonardi est d’ailleurs venue nous voir en remplacement des stages fédéraux que nous n’avions

Prix à Cluny, en septembre 2019. Je montais donc Osbourne ! Elle m’a parlé juste après ma reprise et m’a dit qu’elle trouvait que mon couple ressemblait au sien lorsqu’elle montait à poney bien des années auparavant... Nous avons fait des essais et elle me suit depuis janvier 2020. Morgan vient dans nos écuries (situées dans l’Ain, à Grilly, ndlr) une fois par semaine pour tous nos poneys et chevaux et nous allons chez elle de temps en temps pour nous mettre en mode « préparation concours » et dérouler les reprises ». Alors, quand la famille Bineau a décidé l’an passé de chercher un poney au très fort potentiel pour le Dressage, c’est tout naturellement vers Morgan qu’elle s’est tournée.

Brouwershaven Uthopia II : sa nouvelle cartouche « Morgan a reçu beaucoup d’offres. Notre demande était très précise : elle a sélectionné les poneys qui pourraient correspondre au mieux et a organisé un voyage à l’étranger. Notre premier arrêt était prévu en Hollande, fin octobre. Ce jour-là, j’ai essayé un autre poney mais qui ne me correspondait pas. Quand j’ai vu Uthopia pour la première fois, il avait l’air vraiment gentil. Je l’ai d’abord

Avec Uthopia, Valentine espère intégrer l’équipe de France et courir les championnats d’Europe – ph. Marie Oriol

essayé une fois juste tranquillement pour voir s’il me convenait et s’il était à l’écoute. Je l’ai adoré donc nous sommes revenues le lendemain pour confirmer mon choix et il a encore une fois été super coopératif ! ». Le Néerlandais Brouwershaven Uthopia II, hongre de 10 ans fils du Kwpn Metall (Olympic Ferro) et de Brouwershaven’s Loesje

Une troisième cartouche, mais… de CSO ! Un, deux… et trois poneys ! En plus de ses deux complices de Dressage, Valentine dispose de Volcan du Marais, un poney Connemara issu du croisement entre Baurisheen King et Canal Misty Fionn (il s’agit donc du frère utérin de la ponette d’As Elite Tiga du Marais, ndlr). Volcan n’est pas inconnu puisqu’il s’est illustré en Grand Prix As Elite de CSO sous la selle de la sœur de Valentine, Maurine. Le couple a d’ailleurs remporté les Petits Grands Prix de Vichy et de Saint-Genest-Lerpt en octobre 2019. Pour le moment, la jeune pousse du dressage tricolore souhaiterait évoluer avec son gris en As Poney 2. Et par la suite ? « Pourquoi pas faire les Grands Prix ! ».

pas pu faire. La séance était une prise de connaissance du couple car elle avait déjà vu le poney lors des championnats d’Europe en 2020 ». Vous l’avez compris, Valentine semble conquise par son nouveau complice et ne mâche pas ses mots : « au quotidien, c’est un poney super gentil, facile et sociable surtout avec Osbourne ! Son petit défaut est qu’il doit être en confiance avec les personnes qui s’occupent de lui sinon il est un peu stressé. Uthopia m’a déjà énormément appris et je suis très contente de nos progrès ! C’est un poney qui pourra, je l’espère, m’emmener sur les plus beaux concours en France et à l’étranger. Mon objectif, mon rêve, c’est une médaille aux championnats d’Europe avec lui. Vivement que la saison commence ! ».

Valentine Bineau : tous les espoirs sont permis avec Brouwershaven Uthopia II

33


Saut d’obstacles

Coupe des nations, Grand Prix, Derby... En dix-neuf éditions, le Bonneau International Poney a collectionné les grands moments sportifs - ph. Poney As

Le BIP, comme si on y était ! A l’image des anecdotes retranscrites l’an passé sur poney-as.com, lors du premier confinement, retraçons trois moments exceptionnels de sport vécus à Fontainebleau, lors du Bonneau International Poney. A l’honneur dans ce numéro, les Grands Prix des éditions 2002, 2009 et 2014 marqués par les victoires respectives de Zara Phillips, Maurice Tebbel et Camille Condé Ferreira. Alors prêts à les (re)vivre ?

2002 : Le God Save The Queen pour Zara Phillips Pour sa deuxième édition, le BIP se dote du label international « CSIP ». Soixantequatre couples (!) figurent sur le listing de départ du Grand Prix et parmi eux… de grands noms ! Le spectacle de haut niveau tient ses promesses. Le tracé est technique et l’enchaînement des obstacles est ardu. Un triple, un oxer sur bidet en descente, une barre de spa puis un bel oxer préparent cavaliers et poneys à enchaîner un vertical sur palanques, une rivière (très fautive !) et un double vertical / oxer. L’ancien entraîneur national Roger Bost (le père de Bosty et Olivier) tout comme l’actuel Marcel Delestre (le père de Simon !) sont convaincus : « seuls

36

les meilleurs s’en sortiront indemnes ! ». Et ils ont vu juste ! Trois couples réussissent le clear round, à peine 5% du plateau, incroyable ! Premier à s’élancer au barrage : le Suisse Jordan Schoch aux rênes du meilleur poney actuel de la scène internationale, l’étalon Machno Carwyn. Le couple tourne court, très court : à couper le souffle ! Mais une barre est renversée sur l’avant dernier obstacle. La Britannique Zara Phillips et la Française Loren Bolcato feront-elles mieux ? La cavalière de Short Step soigne ses abords, sans toutefois prendre d’options et assure, en définitive, le parcours sans-faute. Une porte ouverte pour la française et sa Gazelle d’Equistar ? Sans aucun doute, mais encore faut-il que tout lui réussisse… Loren part tambour battant… elle est visiblement plus rapide que son adversaire. En effet,

moins de 2 secondes séparent les deux jeunes filles, mais alors que le public français retient son souffle, le couple enlève une foulée pour sauter l’ultime difficulté, c’est long… bien trop long, et la ponette ne peut couvrir le dernier plan. 4 points ! Zara, Jor-

Jordan Schoch et Machno Carwyn - ph. Poney As


Deuxième couple en partant de la gauche : Zara Phillips associée à Short Step. La Britannique pose avec son équipe et l’entraineuse Katrina Moore - ph. Poney As

dan et Loren : tel est le trio de tête respectif de ce Grand Prix du CSIP de l’année 2002. Absolument mémorable !

2009 : Maurice Tebbel, le roi de la piste

L’épreuve phare, le Grand Prix du CSIOP à 1,30/1,35m, est la seule épreuve à se courir sous un soleil radieux. Le maître des lieux, André Bonneau, livre son analyse sur le parcours : « La construction est plus compliquée dans le sens de la descente : de gros oxers, un vertical, les poneys n’auront visiblement pas le temps de respirer avant l’abord du triple. Puis la dernière ligne spa /

double est très meurtrière. Les poneys ont fait la Coupe des nations hier, avec pour certains trois parcours dans les pattes ; peut-être accumuleront-ils la fatigue… ». Un pronostic André ? « Je mise une pièce sur l’Allemand Maurice Tebbel. Ce n’est pas n’importe qui, je l’ai vu aux championnats d’Europe ! ». L’une des premières à s’élancer, sur les 27 couples en lice, est Emily Turkington associée à l’extraterrestre Sambo Lino. Elle faute sur le 10, l’une des difficultés majeures de ce tour. Le ton est donné ! Tous les espoirs tricolores sont placés sur Robin Muhr, acteur décisif de la victoire par équipe la veille. Le cavalier du sud livre une vraie leçon d’équitation, le sans faute est proche, mais Kalifa de la Barre renverse le premier élément du double, soit le dernier obstacle ! Les cavaliers défilent mais aucun clear round n’est comptabilisé… Vient le tour des champions de France en titre, Baptiste Lecomte et Jimmerdor de Florys SL : le tour est avalé avec maîtrise, si bien que le public se met à croire au sans faute. Dernière ligne, spa / double, Baptiste fait une petite erreur, Jimmerdor renverse l’entrée – se déferre au passage – puis s’arrête. Dix points au compteur sur le dernier, un score plutôt cher payé ! Même l’étalon Anydale Ron, 6e des derniers championnats d’Europe avec sa cavalière danoise capitule. Casaque n°21 : il s’agit de Maurice Tebbel, vice-champion d’Europe en individuel avec Giovanni. Le couple est acclamé, le voici enfin ce premier

Le BIP, comme si on y était !

37


Saut d’obstacles entourent Lars Volmer sur le podium, Vicvictoire, il la veut ! Sans toria occupe le 6e rang et Camille Coloma pénalité avant la dernière (Quel Dame de Curieres), le 7e ! ligne droite, il profite de l’amplitude de son crack pour gagner du temps. L’ultime vertical est franchi. Sans faute en 40’’64 ! Voici le temps de référence. Quelques minutes plus tard, l’étalon blanc et la veste bleue au col rouge entrent en piste. Voici Pumkins et Camille. Tout est bien fait, tout est construit. Et ça galope ! Au franchissement du double, Maurice Tebbel et Giovanni - ph. coll. privée Camille tourne, tourne très très clear round ! Comme une évidence même, court, passe à ras des figurines tant le cavalier est doué... La compétition se en buissons made in BIP, la seule termine et l’annonce d’un éventuel barrage à cet instant à avoir tenter l’opsemble peu évidente. On s’arrête bien là : le tion. « Oh Camille, t’es gonflée ! Grand Prix du CSIOP met à l’honneur MauCette option est improbable ! », rice Tebbel, accompagné à la remise des lance inquiet son père Tony. Rien prix de son célèbre papa René. ne l’arrête, elle continue de galo« Alors, qu’ai-je gagné au jeu des pronosper très vite vers le dernier obstics ? Maurice monte très bien, il est très tacle. Une dernière reprise, un adroit et son poney est aux ordres, il nous dernier « oh », Pumkins saute… en a donné la preuve. Bon, il aurait pu faire tout le monde retient son souffle. tomber une barre, c’est vrai qu’il a eu chaud La barre ne tombe pas, la frandans le dernier double, mais pour gagner il çaise a de nouveau les bras en faut de la chance. Ceci dit, si la barre n’est l’air : 40’’30, elle a réussi ! La tripas tombée, c’est qu’il avait quand même colore a la réponse finale après un bon équilibre et une bonne foulée ! », de les quatre passages suivants : conclure André. c’est une victoire éblouissante, 10 ans après le sacre de Juliette Boulle et de la regrettée Chaveta 2014 : Camille Condé II. Sans nul doute le plus beau Ferreira, 10 ans après succès à poney de la talentueuse cavalière. Après une Coupe des Juliette Boulle ! nations conclue par une 2e place, les tricolores ont bonne mine à la Camille Condé Ferreira et Pumkins Pondi - ph. Poney As remise des prix ! Camille et Nina Quarante-trois couples en lice de nationalités norvégienne, néerlandaise, suisse, allemande, suédoise, irlandaise, danoise et française. Une piste aérée signée JeanRémy Lesacq et Arnaud Gandon prennent le relai d’AnClaude Quque et Jean-Paul Lepetit, ponctuée de difficultés techniques patentes – bien dré Bonneau que l’on ait connu des tours rehaussés et plus compliqués sur quelques éditions préL’été dernier, il nous l’avait confié : « j’ai signé la vente de la société AMC », acronyme cédentes – promet un alléchant suspens… de « André, Mélanie, Christelle », ses deux filles avec lesquelles il est associé depuis Résultat : 11 barragistes, parmi lesquels les 2015. André Bonneau, fondateur du Bonneau International Poney, a en effet passé quatre mousquetaires français de la Coupe le témoin à Rémy Lesacq et Arnaud Gandon (LGB organisations), professionnels de des nations, Nina Mallevaey (Rominet de l’événementiel et partenaires de longue date du BIP (notamment dans la fourniture de Bruz), Victoria Tachet (Rexter d’Or), Ninon tentes). La nouvelle équipe organisatrice a pour ambition de pérenniser l’évènement, Castex (Quabar des Monceaux) et Camille en gardant l’âme qui l’anime depuis toujours, mais en y ajoutant une petite touche Condé Ferreira (Pumkins Pondi). Le gang personnelle quant à l’organisation et la logistique. des étalons a encore frappé ! Malheureusement, face à la crise sanitaire jumelée à l’épidémie de rhinopneumonie, Lars Volmer, premier à s’être démêlé de la vingtième édition du BIP n’a pu encore être fêtée, mais un report de la compétition la première manche en selle sur son fancet été est en cours d’évaluation. Outre cet anniversaire marquant que nous attentastique étalon Carrick, part en ouvreur. dons tous, ce sera aussi l’occasion de découvrir les nouveaux aménagements du Décidé le pilote Allemand ? Bien plus que Grand Parquet. cela. Chaque foulée est travaillée. Cette

38

Le BIP, comme si on y était !


Des attaches et des sangles connectées pour analyser la condition physique, la locomotion et suivre les progrès de votre cheval. Simplement, sur votre téléphone.


Ambassadeurs

De gauche à droite : Amalia Lopes, Juliette Mondot et Sarah Desmoules - ph. coll. privée & Poney As

Nos ambassadeurs Poney As Esprit sportif et de famille, bienveillance régnante, Amalia Lopes, Sarah Desmoules et Juliette Mondot, qui a rejoint notre équipe depuis quelques jours, nous livrent leur actualité.

Amalia Lopes

titions que nous avons pu faire cette année. Je suis très fière de lui, car cela le classe parmi les 1 pour 100 des poneys les plus performants de France (en effet, 1 à 2% environ des poneys indicés atteignent ou dépassent l’indice 140, ndlr). Du coup, je vais repousser l’échéance de mon arrêt de la compétition

« Le deuxième confinement a été décisif pour moi. J’ai vite compris que l’année serait vide de compétitions et j’en ai profité́ pour changer d’écurie. J’ai rejoint le Centre Equestre de La Roche, dirigé par Emmanuelle Arnone et Patrick Vallat. Là-bas, j’ai retrouvé beaucoup de mes amis des épreuves As Poney 1 et Grand Prix, notamment Nohlan et Mathis Vallat, cavaliers de l’équipe Le confinement de France. L’ambiance est très bonne et nous travailde l’automne a été lons ensemble à garder mis à profit pour faire notre niveau et les chevaux en condition pour être prêts un check-up santé ! dès que nous en aurons l’occasion. Black Out adore sa nouvelle écurie. Le le plus possible, afin de confinement de l’automne a été mis à profit pour faire un check-up santé ! Et il est en nous permettre de parpleine forme ! J’ai eu la joie d’apprendre rétager encore de grands moments d’émotion cemment que son indice (IPO) était passé à 144 et ce, malgré le petit nombre de compéensemble sur les pistes.

Ce sera une vraie fête de pouvoir nous rassembler pour vivre notre passion ! Je croise les doigts pour que les championnats de France aient lieu cette année et aussi le magnifique BIP de Fontainebleau. De plus, je suis à la recherche de mon prochain partenaire de concours car j’aimerais passer à cheval, donc je commence déjà à me renseigner ! »

Amalia Lopes et Black Out des Aucels - ph. Poney As

40


Sarah Desmoules et Quorane Nils - ph. Judith’s Art

Sarah Desmoules Sarah Desmoules a intégré notre équipe d’ambassadeurs en 2017, ce fut la première. Nous l’avons suivie depuis ses débuts en Grands Prix Poneys, avons partagé dans nos colonnes ses premières sélections en équipe de France avec Tutti Quanti Joyeuse*du Mystère, puis le passage de relai avec la sœur utérine de sa ponette de cœur, Austin Joyeuse. Quatre ans plus tard, Sarah entame une nouvelle carrière, à cheval cette fois. De ses premières victoires sur le circuit international en 1 et 2*, à ses premiers Grands Prix à 1,40m, en passant par son intégration dans une équipe du Grand National : un vrai cap a été passé. Sarah nous raconte…

Gorla Minore, un CSI synonyme de réussite En 2018, Sarah et Tutti avaient été sélectionnées pour leur premier CSIOP à Gorla Minore. La cavalière était alors âgée de 13

CSI1* étaient à 1,20m/1,25m. Une fois sur ans (enfin pas tout à fait !) et avait glané de place, nous avons été confrontés à l’épidébien beaux accessits : une victoire dans la mie de rhinopneumonie ! Nous avons donc Coupe des nations et une deuxième place failli repartir après la première semaine, dans le Grand Prix ! Fin février, début mars, mais la compétition a finalement été mainnotre ambassadrice est retournée sur ses tenue. Nous étions moins d’engagés le terres italiennes (fétiches !) pour disputer un CSI 1 et 2* avec trois chevaux, accompasecond week-end, mais le plateau était tout de même assez conséquent. J’ai donc prognée de son papa coach Rodrigue et d’Alice fité de cette petite tournée pour me mettre Pinet des Ecots, une élève des écuries de avec mon nouTrangy, assoveau cheval, ciée désormais à son ancienne Durango Danfer, et continuer jument Une J’arrive aujourd’hui à faire mon travail Chance. des sans-faute sur 1,40 m, mais avec Quorane « Nous ne pouvions pas engaNils et Uniflor pour m’approcher des autres du Chene, une ger en France et essayer de les égaler, je dois jument que et il s’est trouvé l’on me prête qu’il y avait le encore beaucoup travailler et avec qui CSI de Gorla j’ai disputé les Minore au proépreuves du gramme de la CSI 1*. Dans le 2*, Durango a fait un preFEI. C’est un concours qui m’a laissé un mier week-end prometteur et a fini la comtrès bon souvenir durant mes années sur le circuit Poney, alors nous avons choisi d’y pétition par un sans-faute et un 4 points sur des épreuves à 1,30m. Quorane a réalisé aller, et ce, durant deux semaines. C’est la des sans-faute les trois premiers jours, dans première fois que je participais à un label la 1,30m, la 1,35m et la 1,40m ! Sur ce der2*, mais à vrai dire, je n’avais pas le choix car il n’y avait pas de CSI Amateur et les nier tour, nous faisons deux barres au bar-

Nos ambassadeurs Poney As

41


Ambassadeurs rage, mais il a été fantastique ! La semaine suivante, j’ai gagné une épreuve à 1,35m ! Avec Uniflor, je remporte deux épreuves à 1,15m. Faire une tournée avec ses chevaux permet de progresser car nous enchainons les parcours : les erreurs commises sur les premiers tours peuvent se corriger quasi dans la foulée. Nous savions que ce CSI se courrait sur une piste de qualité. L’endroit est très beau et les boxes sont bien, nous y allions en toute confiance et avec sérénité. Ce CSI ma remémoré de beaux souvenirs ! J’ai vécu ici de supers belles choses avec ma ponette Tutti. J’ai eu un petit pincement au cœur en arrivant. C’est décidément un concours qui me porte chance ! ».

Une équipe pour disputer le Grand National ! « Je cherchais à intégrer une équipe du Grand National. Avoir un pied dans ce circuit peut me permettre d’évoluer sur des épreuves assez proches de celles qui m’attendront sur le circuit Junior si je remonte sous les couleurs de l’équipe de France. Olivier, notre sélectionneur, cherche vraiment à ce que les jeunes y participent et prennent le départ de la 1,40m du dimanche matin. Nous avons un voisin qui nous a proposé, papa et moi, de monter une équipe avec sa cavalière maison : Anouk Kort. Nous avons donc une équipe et nous nous élancerons sous les couleurs de l’écurie Olsen Stables (Anouk et la famille Olsen) et la société Allié Boxes (location de boxes démontables). Notre calendrier n’est pas encore calé et dépendra de l’évolution de la crise sanitaire. Bien sûr, si nous le pouvons, nous irons courir le plus possible d’étapes dont celles de Vichy et Tours Pernay, nous avons composé une équipe pour ça. Papa devrait faire les 1,40, 1,45m et si tout va bien les 1,50m et Anouk les 1,40m/1,45m ! En ce qui me concerne, j’arrive aujourd’hui à faire des sans-faute sur 1,40 m, mais pour m’approcher des autres et essayer de les égaler, je dois encore beaucoup travailler ».

Continuer de se former avec Quorane et préparer Durango et Brigitte pour la suite Rodrigue Desmoules nous a confié, lors de la Tournée des As de Vichy en octobre dernier, que le couple Sarah / Brigitte (sa jument avec qui il espère tourner prochainement sur des 1,50m) était en net progrès. Les espoirs de Sarah se fondent notamment avec cette jument, c’est sans doute elle qui devrait lui permettre d’atteindre son objectif à court terme : le circuit Junior. « Nous avons acheté cet hiver Durango en copropriété avec notre ami Christian. C’est un cheval que j’ai commencé à monter en

42

Sarah et Dimerdor Merveilles. Si la carrière à poney de notre ambassadrice est terminée, elle souhaite tout de même l’engager sur quelques Grands Prix en attendant qu’il soit vendu ph. Poney As

février. Il a de gros moyens, mais n’est pas si facile que cela : il est assez atypique ! C’est un Quick Star, avec ses qualités et ses défauts, notamment son galop. Il est assez rondouillet, petit, très court, avec énormément de force ! Je pense qu’il va vraiment bien faire les 1,45m. Il était sorti auparavant sur 1,40m et les 7 ans avec Alexis Deroubaix. C’est un cheval qui va épauler Quorane. Quorane, lui, est en pleine forme, il a la joie de vivre ! C’est un super maître d’école, mais il a 17 ans, il ne faut donc pas trop le forcer, il est en fin de carrière. En attendant que je monte définitivement Brigitte, Durango arrive au bon moment : il me permet de faire la transition. J’ai déjà bien avancé dans le travail, je la monte sur le plat une ou deux fois par semaine et ai pris mes marques cet hiver en sautant dans le manège. Fin mars, j’ai fait un stage avec Jérôme Ringot et je l’ai emmenée. Elle était top et Jérôme m’a bien aiguillé dans la façon de la monter. C’est prometteur. En parlant de stage, j’en ai suivi

un autre fin janvier, à Lamotte-Beuvron, dédié aux clubs labellisés Sport études excellence (sur la vingtaine de structures labellisées Sport études excellence présentes en France, sept ont pu faire le déplacement dont les Ecuries de Trangy, tenues pour rappel par les parents de Sarah, ndlr). C’était intéressant. Je montais Uniflor et Quorane et j’ai adoré travailler avec Pascal Henry. Il m’a appris à me relâcher sur mes chevaux et à bien me concentrer ».

Une carrière à poney qui prend fin... Sarah a monté plusieurs poneys, mais deux principalement lui ont permis d’évoluer à haut niveau : Tutti Quanti Joyeuse*du Mystère, aujourd’hui poulinière et Austin Joyeuse, toutes deux nées chez Véronique et Dominique Doucelin. Passée définitive-


Durango Danfer est le nouveau complice de Sarah. Le couple s’est découvert en piste lors du CSI de Gorla Minore – ph. sassofotografie

ment à cheval, notre ambassadrice devrait encore prendre le départ de quelques Grands Prix jusqu’à ce que son excellent Dimerdor Merveilles, qui lui est confié, soit vendu. « Ma carrière à poney se termine, mais je vais essayer d’engager Dimerdor sur quelques Tournées des As et CSIP lorsque je me rendrais sur les CSI avec les chevaux. C’est un vrai bon poney auquel je crois beaucoup. Je suis sûr qu’il peut sauter les championnats d’Europe, il en a les moyens ! Austin va retourner chez ses propriétaires, Véronique et Dominique, et sera mise à la reproduction. Elle m’a énormément appris, surtout à être précise. Je ne la remercierai jamais assez car même si nous n’avons pas finis notre carrière comme je l’aurais voulu – j’avais pour objectif les championnats d’Europe, elle en était capable dans les moyens – elle m’aura

beaucoup marqué. J’ai appris avec elle à persévérer et même si nous n’avons pas réussi notre pari, j’ai tout donné pour que ça marche. Ça reste une super expérience. Et puis si je n’avais pas eu Austin, je n’aurais pas été capable de monter Dimerdor, Durango ou Brigitte. Ce sont des chevaux qui demandent de la précision, il faut savoir monter correctement à cheval. Quant à Tutti, elle va très bien. Lucie, sa propriétaire, me donne des nouvelles, mais je vais retourner la voir car elle me manque beaucoup ! C’est une ponette qui m’aura marqué : je peux le dire, c’est la ponette de ma vie. J’ai tout fait avec elle, de mes premiers Grands Prix à mes premières sélections en équipe de France. Mes parents et Lucie ont vraiment tout donné pour Tutti et moi, je les en remercie encore bien fort ! ».

Les deux prochains poulains de Tutti Quanti déjà réservés Des nouvelles toutes fraîches de Tutti (Pfs, Iowa, Kwpn x Reden du Reden, Nf) ? C’est sa propriétaire Lucie Lelong qui nous les donne. Après avoir été mariée à Quabar des Monceaux, la belle est pleine de l’étalon Connemara Roughan Sparrow, « le terme est prévu le 17 juin. Ce poulain est déjà réservé, à 50% par Florence Fages (la cavalière de Tutti sur le circuit de formation du Cycle Classique, ndlr) et à 50% par un éleveur qui souhaite pour le moment garder l’anonymat. Le prochain étalon n’est pas encore choisi, mais cet embryon est lui aussi réservé par le vétérinaire Jean-ChrisTutti Quanti est en pleine tophe Bayle, sa femme étant l’ex forme(s) ! - ph. Lucie Lelong cavalière de Brionne (la mère de Tutti et d’Austin, ndlr) ».

Nos ambassadeurs Poney As

43


Ambassadeurs Juliette Mondot Juliette Mondot, élève de la MFR de Fonteveille, fait son entrée dans notre team d’ambassadeurs et prend le relai de notre Rider School Charles Magaud, passé à cheval depuis quelques mois. Nous lui souhaitons de réaliser tous ses projets sur le circuit Jeunes et de belles saisons de compétition en compagnie de sa prometteuse jument Amsterdam d’Eglefin acquise auprès de Maxime Livio.

Les formateurs sont très agréables, nous Juliette habite dans le Loiret (45) et suit ses stages depuis presque 3 ans chez Marc-Ansommes vraiment bien encadrés. A 18 ans, c’est à nous de savoir nous prendre en main toine Deweirdt, à Subligny en Bourgogne. et être autonomes. C’est tout de même très « C’est une écurie de valorisation et de commerce avec une sympathique de sortir du bac en étant petite activité d’élevage. Je travaille ambassadrice. Je suis sérieuse dans comme cavalière Voir ma ponette mon travail profesmaison : je monte les avancer dans sa carrière poneys, m’occupe des sionnel et je sais que cela pourra m’aider écuries et participe sportive me fait prendre aux concours aussi. pour la suite de ma de l’expérience tout en carrière ». Je suis très autonome. Plus tard, j’aimerais Être ambassadrice gardant le plaisir des devenir cavalière maid’une marque est concours en effet une preson et m’occuper des mière pour elle : « je chevaux d’un professuis régulièrement sionnel ». Lorsqu’elle n’est pas Poney As et lorsque j’ai appris que nous pouvions envoyer une chez son maître de stage, la cavalière poursuit ses études à Fonteveille, elle y passera candidature, je n’ai pas hésité. Représenter Poney As est pour moi un honneur ainsi d’ailleurs son baccalauréat à la fin de l’année scolaire. « Les études se passent bien. qu’une immense fierté ».

ph. coll. privée

Parmi les candidatures reçues à la mi-mars, nous avons retenue celle de Juliette, élève en Terminale Bac CGEH (Conduite et Gestion de l’Entreprise Hippique). « J’ai découvert la passion du cheval lorsque que j’avais 3 ans après que mes parents m’aient offert une promenade à poney. A partir de ce moment, j’ai commencé à prendre des cours dans un centre équestre. C’est à l’âge de 14 ans que j’ai décidé de faire de ma passion, ma future profession. Puis, j’ai alors été admise et ai commencé mes études au sein de l’établissement. La discipline que je pratique depuis mes 6 ans est le CSO. Aujourd’hui, malgré la période difficile que nous traversons, j’espère que le championnat de France et le Sologn’Pony auront lieu afin de pouvoir y participer en As Poney 2 et éventuellement en As Poney 1 », nous explique Juliette. La cavalière est associée à Féerie du Pinson (Pfs, par Udaipur Nordmann et Rafale du Pinson par Karisto de l’Aumont), une ponette acquise au mois d’août dernier. « Elle a du sang, est respectueuse et est agréable au quotidien même si elle a son petit caractère de jument. Elle est arrivée en valorisation vente chez mon patron et avec lui, elle est sortie sur le circuit Cycle Classique et a participé au Critérium des 5 ans l’an passé (montée par Mathieu Laisney à 4 ans, ndlr) ». Le but est de la valoriser, puis probablement de la vendre, notre ambassadrice étant âgée de 18 ans. « Voir ma ponette avancer dans sa carrière sportive me fait prendre de l’expérience tout en gardant le plaisir des concours : l’ambiance, les victoires et les fautes qui nous font évoluer ».

44

Juliette Mondot et Féerie du Pinson - ph. coll. privée

Nos ambassadeurs Poney As


Elevage

Gilles le Mouellic a acheté ses deux premières pouliches en 1987. Les prémices de l’élevage Pondi… – ph. Poney As

Ils ont fait l’histoire Gilles le Mouellic et son élevage Pondi Sport et élevage : façonnée sur les terrains par le charismatique Dexter Leam Pondi et moult produits ou petits chevaux très remarqués, la réputation de l’élevage Pondi n’est plus à prouver. Voilà l’une des plus belles références françaises connues au-delà de nos frontières. L’œuvre du Breton Gilles le Mouellic. Loin l’idée de méconnaitre son parcours d’éleveur, je souhaite juste capturer son état d’esprit du moment. Comment et avec qui continue-t-il l’élevage, quel sont ses projets ? Mars 2021, un petit coup de fil s’impose. « Je suis en voiture en pleine campagne, mais je viens de m’arrêter. Tu ne me déranges pas ; je t’écoute ». Parler de sa passion pour les poneys Connemara me parait pour lui aussi délicieux que le gâteau qu’il s’apprête à déguster en famille. Pourtant, c’est évident, notre échange va le mettre en retard… « Ne t’inquiète pas, ils ont l’habitude ! ». Entre passé et présent : retraçons son histoire aux côtés de ses petits protégés, les Pondi.

46

Sans fioriture et discret Pontivy dans le Morbihan, ville située à la jonction des deux principaux canaux du centre Bretagne : le canal du Blavet et le canal de Nantes à Brest. C’est ici, à Neulliac plus précisément, que Gilles le Mouellic a choisi de bâtir son élevage de poneys Connemara « Pondi », une référence toute trouvée puisque l’affixe signifie Pontivy en langue bretonne. Morbihannais de souche, enfant d’agriculteurs, Gilles est né dans cette région qu’il n’a quitté qu’un temps, une première fois pour étudier dans le Jura et dans le Doubs, dans une école de laiterie, puis une seconde

fois pour prendre la direction du Nord, où il intègre l’Ecole Nationale Supérieure des Industries Agricoles et Alimentaires (ENSIA). Il travaillera d’ailleurs dans ce domaine à son retour à Pontivy, où une importante industrie s’est développée avant de s’installer à son compte, en 1983. Au fil du temps, au milieu de ses 30 poneys et chevaux, il y développe une activité principale : l’élevage porcin composé de 200 truies. Afin d’entretenir ses pâtures, il fait aussi l’acquisition d’un troupeau de 20 vaches Salers, plus connues sous le nom de grandes cornes du Morvan. Alors que ses poneys ne cessent de faire parler d’eux - notamment le porte-drapeau, un certain Dexter Leam Pondi, l’étalon vedette de l’équipe de France puis d’Italie, le premier poney à avoir fait la une des magazines de sports équestres habitués à traiter l’actualité des chevaux – l’homme de terroir œuvre dans sa ferme aux côtés de ses salariés : un ouvrier polyvalent embauché à temps plein et deux autres, exerçant à mitemps s’occupant des bêtes. Les journées


sont bien chargées dans cette propriété avoisinant les 85 hectares, dont une trentaine dédiée aux poneys et aux vaches, le grain et le fourrage étant aussi produit sur place. Les honneurs de ses petits protégés ne cessent de retentir sur les terrains, un milieu qu’il affectionne même si on l’imagine lointain de son mode de vie. Le mode de vie sobre de l’agriculteur, qui travaille dur, avec acharnement même, mais dont les valeurs sont indispensables et utiles à tous. Un modèle moral, opposé à la futilité et aux vices finalement d’une certaine élite ? Probablement. Un mode de vie semblable à beaucoup d’éleveurs pionniers : ceux qui ont légué de bien belles richesses, celles que l’on retrouve dans les souches maternelles et paternelles de nos poneys les plus performants, en France et à l’étranger. Aujourd’hui, le paysage à Neulliac a un peu changé. Des vaches s’abritent dans les stabulations placées à l’endroit où étaient installés les porcs, une activité qu’il a arrêtée il y a 7 ans. Les vaches de race Black Angus ont remplacé les Salers. « Je fais beaucoup d’agriculture environnementale. Mes terres de cultures sont exploitées par un lycée agricole et j’ai gardé 20 hectares de pâtures », confie-t-il, en plus de quelques chevaux et poneys de propriétaires qu’il a en pension. Même s’il ne les fait pas, Gilles le Mouellic s’apprête à fêter ses 72 ans. C’est un homme simple, jovial, souriant, toujours partant pour discuter autour d’un repas ou d’un petit verre. Les sujets ? Le sport de haut niveau, les concours de modèle et allures, l’élevage et ses Pondi. L’histoire de Dexter bien sûr, mais il s’attardera encore davantage à vous conter avec passion celle de White Granite, Apollon, Banquise ou vous parler de l’Irlande. Sans fioriture et discret de nature. Pas d’esbrouffe : discourir avec emphase sur son élevage de poneys Connemara, l’un des plus réputés de France, n’est pas dans ses habitudes. C’eut été si aisé, après avoir fait naître de tels poneys… Homme de confiance. Instinctif. Associatif aussi. Voilà d’autres traits de sa personnalité. Membre de l’Association Française du Poney Connemara (AFPC) lors de la présidence de la Baronne de Sevin, d’Alain Debilly et bien sûr de Jean-François Marès (époque où il s’occupait des commissions étalons) et encore aujourd’hui, il est aussi vice-président de l’association Connemara Bretagne dont le régional est l’un des plus fréquenté de l’Hexagone. Une place de président d’honneur de son association régionale aurait pu lui être confiée. Non, il est bien trop indépendant. Et puis l’administratif, ce n’est pas son truc !

White Granite, Apollon Pondy, Simoun de Ravary et Un prince du Ruère - ph. coll. privée

White Granite et Gilles le Mouellic, indissociables Pourquoi s’être lancé dans l’élevage de poneys et la race Connemara ? Ses enfants, ou plutôt ses deux filles Marielle et AnneLaure – son fils Ronan était bien plus passionné par le hand-ball – sont attirées par l’équitation. Gilles affectionne lui aussi l’animal qu’il connait bien. Ses parents possédaient des chevaux : des postiers Bretons. Il a la place, les terres, alors faire l’acquisition de poneys n’est pas si insolite que cela… Il lit dans une revue un article sur Louis-Marie Philibert (élevage Duff). Intéressé, il se rend chez lui et ce dernier lui présente Hubert Laurent. C’est à l’élevage Melody qu’il achète ses deux premières pouliches en 1987 en vue de devenir poulinières : Ulotte et Utopie Melody. Le voilà lancé. Le poney Connemara le conquis définitivement. « C’est aussi grâce à ces rencontres que je suis rentré dans l’Association Française du Poney Connemara », racontet-il. 1987 s’amorce comme l’année de la découverte de cette race, d’ailleurs, lors d’un voyage en Irlande, il entend parler d’une poulinière potentiellement à vendre, en France. Remarquable l’avait-on qualifiée. Gilles est intrigué par cette jument de 13 ans, fille de Marble et de Ganty Jane II, elle-même issue du chef de race Carna Bobby. La grise est née chez Monsieur Joe Mac Namara en 1974 et a été importée à l’âge de 2 ans par René-Louis Chagnaud (élevage de Ravary et R.C), ancien président de l’Association Française du Poney Connemara. Elle se nomme… White Granite ! Suitée d’un petit mâle (le sanguin Vizir du Ruère, qui deviendra étalon, performer jusqu’en Grand Prix de CCE), elle est alors visible dans la Nièvre chez son propriétaire, Monsieur Bouché-Pillon, l’instigateur de l’élevage du Ruère. « On m’en avait tellement parlé en bien que je m’attendais à mieux, je dois dire que White Granite ne m’a pas trop emballé au premier coup d’œil. Néanmoins, j’ai vite compris qu’une bonne souche, une base solide, était primordiale », se souvient-il. Précédemment, White Granite avait mis au monde neuf poulains : six pour le compte de René-Louis Chagnaud (Nougatine, Old Boy, Pickpocket, Quinquina, Ramuntcho et Simoun, tous nés sous l’affixe « de Rava-

ry »), fruit du mariage avec l’étalon bai foncé Robber Boy (Clonjoy x Doon Paddy) et trois pour celui de Bernard Bouché-Pillon (Toast et les étalons Un Prince et Vizir du Ruère), soit un septième produit de Robber Boy ainsi que deux fils d’Island Earl (Carna Dun x Cilciarain). Un Prince du Ruère, dont la carrière fut gérée par Alain Corbinus, tournera à bon niveau en Dressage, sur le circuit cheval et sera gratifié d’un IDR 134 sous la selle de la fille de son propriétaire, Roxane.

White Granite est devenue une poulinière phare de l’élevage de poneys Connemara. Gilles le Mouellic avoue avoir eu une chance énorme de la croiser sur sa route – ph. coll. privée

La belle arrive à Pontivy pleine pour la troisième fois d’Island Earl : le premier poulain de l’élevage Pondi nait trois mois plus tard. C’est Apollon Pondy. L’affixe se termine par un « y » ? Il avait bel et bien été choisi à dessein, mais les réflexions sur la faute d’orthographe ont poussé l’éleveur à le réécrire avec un « i ». Grand et athlétique, facile, étendu, avec une belle locomotion, gagnant du concours étalon organisé à Tours, puis sacré réserve champion Suprême au National Connemara (un titre qui n’échappera pas, 3 ans plus tard, à son frère utérin Dexter), avant de performer jusqu’en C1 chevaux et sur de belles épreuves du circuit Poney (IPO 130), Apollon a été très convoité (achat et location) pour le sport et par les Haras Nationaux, mais pour ces derniers, sa semence n’a malheureusement pas pu être congelée. En tant que père, il est un étalon reconnu tant en Show (Equinoxe Melody, 2 fois championne Suprême au Na-

Ils ont fait l’histoire : Gilles le Mouellic et son élevage Pondi

47


Elevage tional Connemara et mère du premier étalon français importé en Irlande, l’excellent I Love You Melody) qu’en sport (l’européen en Dressage Emir de Kerglenn, également sorti en Grand Prix de CCE et médaillé dans cette discipline au plus haut niveau ; l’étalon Pumkins Pondi, vainqueur de nombreux Grands Prix nationaux et internationaux ; les poneys de Grand Prix de CSO El Prince Melody, Elan du Haut, les étalons Forban Pondy et Pilerlann ar Park…). Jusqu’à ses 31 ans, âge de sa disparition, Apollon est resté sur ses terres natales… « Il a toujours vécu dans sa pâture avec les poulinières, il nous a laissé un grand vide. Il était le poney de mes filles et n’a quitté l’exploitation qu’une seule année, en 2005, pour être monté par Marie Blareau. Il reste un reproducteur courtisé par les éleveurs et je reçois régulièrement des demandes de pouliches pour en faire des souches basses. Quelle chance ai-je eu d’avoir Apollon, quelle immense fierté de l’avoir présenté en show ». En 1988, sous les conseils de Louis-Marie Philibert et Hubert Laurent, l’éleveur breton lui choisit un nouveau prétendant : Leam Finnigan (par Leam Bobby Finn), un étalon porteur de grande taille et remarquable sauteur du coin. S’il ne fut que très peu utilisé en France – à regret d’ailleurs - Leam Finnigan a néanmoins été vendu en Suisse et a été un véritable maître d’école pour les enfants Schoch (Fay et Jordan, cavaliers du célèbre étalon Machno Carwyn, toujours bon pied bon œil du haut de ses 29 ans). Née alors Banquise Pondi, l’une des grandes fiertés de son éleveur : « elle avait le même potentiel que Dexter disait-on à l’époque. C’était une guerrière, rien ne l’arrêtait ! ». Malheureusement toisée à 1,50m (la toise était à cette époque fixée à 1,49 m ferré au maximum, ndlr), cette toute bonne

L’étalon Magic Leam Pondi sous la selle de Manon Ravenel lors des championnats de France Grand Prix As Excellence en 2011 – ph. Poney As

ponette, classée 3e le second jour du difficile Grand Prix de Fontainebleau en 2001 alors qu’elle reprenait la compétition sous la selle de Nolwenn Loiseau (la première édition du BIP qui se nommait alors « Le printemps du Grand Parquet »), n’a pas eu la carrière

Apollon Pondy et Gilles au National Connemara de Poitiers en 1999 – ph. Poney As

48

sportive qu’elle méritait (IPO 130). White Granite est ensuite mariée à l’étalon du Haras National d’Hennebont : Galway de la Dive (Bambu x Carna Dun), très peu chic, mais avec de l’os, armé et solide. Ce mariage aboutit à la naissance de Cyrano Pondi, qui suivra les traces de son père et s’adonnera à la monte publique en tant que fonctionnaire. Propriété des Haras nationaux, Cyrano foule les terrains de compétition et se classe jusqu’en Grand Prix de CSO (IPO 139). En tant qu’étalon, il laisse une belle trace, grâce notamment à l’étalon Rohirrim Palija (15e de la finale individuelle de CSO des championnats d’Europe de Millstreet), Grace Pondi (présélectionnée pour les championnats d’Europe de CSO, IPO 151), Kanter White (IPO 157), Kim de l’Alleu (IPO 169, ISO 133), Giovanni Roscoat (IPO 166, ISO 139), Jet Set Roscoat (IPO 166), Koko du Chesnay (IPO 154), performers en Grand Prix dans la même discipline ou encore Roméo Leplubo (IPC 155, IPD 142), classé jusqu’en Grand Prix de CCE. Très emballée par Banquise, sa première pouliche, Gilles le Mouellic réédite le croisement avec Leam Finnigan. Celui-ci lui donne un très beau mâle : Dexter Leam Pondi (cf. encadré page 53). Il faudra attendre les deux années suivantes pour découvrir les propres frères, Feu d’Granit (IPO 133) et Granit’Boy (IPO 125),


par l’excellent Coolfin Bobby, classés en D1 et Grand Prix pour le second avant qu’il ne se blesse. En 1995 et 1996, White Granite met au monde deux autres femelles : Height Granite, fille de Canal Misty Fionn et son dernier produit, Istoir Degranit, par Idenoir, l’étalon d’Hubert Laurent. Comme un clin d’œil à son ami. Les trois filles de White Granite sont conservées à l’élevage afin de perpétuer la souche. Banquise laisse 6 produits : 2 compétiteurs, Vega Leam Pondi (As Poney 2D CSO, IPO 125) et l’étalon Pixies Leam Pondi SL, petit cheval gagnant sur des épreuves à 1,40m ainsi que 4 poulinières parmi lesquelles Upsalla Leam Pondi (mère de Flipper du Rond Pré, IPO 137) et Qwithe Granite (mère d’Athos Leam Pondi, ISO 140). D’Height Granite proviennent les petits chevaux Lusty Grey Pondi (ISO 131) et Talitha Pondi (ISO 136) ainsi que le performer en Grand Prix de CCE Uttack Pondi (IPC 147, ICC 124). Istoir Degranit a quant à elle mit au monde Nador Pondi (Cocum Thunder Boy) classé en petit Grand Prix et surtout Milton Graff Pondi (par Naughty van graaf Janshof SL), un excellent sauteur, très performant et régulier sur le circuit Grand Prix As Excellence sous la selle de Camille Pailhous (8e du championnat de France en 2008), mais toisé un peu grand… « Je fais beaucoup de chose par impulsion. Je marche à l’instinct : je ne me suis jamais soucié de la taille par exemple ». Le Breton met un terme à la carrière de reproductrice de sa poulinière fétiche lorsque celle-ci est âgée de 23 ans. Gilles et White Granite ont partagé 20 ans de vie commune. La belle s’en est allée 10 ans plus tard, à 33 ans – âge auquel Leam Finnigan a lui aussi tiré sa révérence – laissant derrière elle un patrimoine génétique de qualité et une histoire passionnelle avec la famille le Mouellic. White Granite et son éleveur breton indissociables ? En tout cas, ces deux-là se sont forgés une solide renommée. En sa mémoire, la société agricole de Gilles porte son doux nom. Il n’est pas rare non plus de trouver dans les croisements de l’éleveur de l’inbreeding sur sa poulinière de cœur.

Les jeunes « Pondi » Ces dernière années, Gilles le Mouellic a réduit son effectif. Quatre poulinières le compose et en 2021, trois poulains sont attendus. Bien sûr, White Granite est encore présente dans les pedigrees de ses jeunes rejetons : son sang coule notamment dans les veines de Teresa Leam Pondi, fille de Banquise et de Gentle Dancer. « Elle est pleine de Glenree de l’Aulne. J’imagine déjà un joli petit mâle bai ! », plaisante-t-il avant de poursuivre : « dans les apparentés du futur produit de Teresa, entre Dexter et Glenree, ce sont près de 10 médailles aux championnats d’Europe ! ». Teresa a eu 4 poulains : une poulinière par Magic Leam

Pondi, deux mâles, l’un par Darkito Pondi (Sf, par Parco), l’autre par Dexter Leam Pondi (non pas la star de CSIOP, mais le « jeune » né en 2013. C’est aussi un fils de Leam Finnigan) et une femelle de 2 ans par le frère utérin de Magic Leam Pondi, Ubaye Pondi. Dexter (le jeune) et Ubaye appartiennent toujours à Gilles : le premier fait la monte chez lui et le second est distribué en IAC car il concourt toujours. Qualifié de maître d’école, Ubaye a lui aussi atteint le niveau Grand Prix et est actuellement sous la selle d’une très jeune cavalière avec qui il devrait débuter les As Poney 1. « Je l’adore, il a la mentalité de son père Apollon et s’adapte à tous ses cavaliers. C’est une force tranquille, il faut parfois le titiller un peu

comme le disait son ancienne cavalière Alihyaa Rinto ! ». Very Star Pondi (par Stentor Pondi - Lehid Canal Prince sur la mère de Magic Leam Pondi - et Hazure Pondi par Cyrano Pondi, soit la propre sœur de l’internationale Grace Pondi), lauréate de la classe des femelles de 11 ans et plus au National de Pompadour l’an passé, est la mère du jeune Dexter Leam Pondi, d’une femelle d’Adad Leam Pondi et de deux autres par Morgan de Briac (par Flanagan Duff). Elle a été adressée l’an passé à Caruso Melody (classé en Future Elite 7 ans, évoluant désormais en Allemagne) pour le compte de Corentin et Charlotte Duchesne. Lorlai de Kerglenn, née chez Alain Richard,

Concilier le sport et les concours de modèle et allures Les concours de modèle et allures tiennent une place importante aux yeux de l’éleveur : nombreux sont les lauréats de ces shows sortis des pâtures de Neulliac. Le premier National Connemara du Breton fut celui de 1990, organisé à Tours. Qui ne se souvient pas de ce prix des lignées de 1994, que sa matrone White Granite – représentée par Un Prince, Vizir, Apollon et Dexter - avait remporté ? Qui ne se souvient pas du sacre de Dexter Leam Pondi ? Le National de Poitiers, en 1994, est d’ailleurs l’un des plus beaux souvenirs de Gilles le Mouellic : « Il y avait 247 poneys, les juges étaient anglaises. Il y avait eu vraiment «flashing» dès l’apparition de Dexter et ma fille sur le ring. J’ai retrouvé la cassette où, bien sûr, Dexter était omniprésent mais aussi White Granite et Apollon. Les descendants de White Granite avaient raflé tous les prix à ce National. Quelques mois plus tard, toute la petite famille a été rassemblée au Lion d’Angers pour la continuité du film qui était en train de se tourner, en présence de nombreux invités du monde du poneys et du cheval. Les différents évènements qui ont suivi, les articles dans les journaux agricoles et régionaux, ont été des moments très forts de ma vie professionnelle et qui sont toujours présents à ce jour. C’était une fierté immense d’avoir un poney Connemara dans ses écuries en ces années-là. Les répercussions allaient au-delà du monde du cheval ». Il en est de même pour les commissions étalons. Apollon, Cyrano, Dexter, Feu d’Granit et Granit’Boy sont tous passés, avec succès, devant les juges des commissions étalons avant qu’elles ne disparaissent Dexter Leam Pondi, Marielle (la fille de Gilles) et Jean-François Marès au milieu des ph. coll. privée années 2000 au profit des classifications. « A l’époque des commissions étalons, nous n’avions pas peur de faire des kilomètres, ce n’était pas une contrainte : présenter notre étalon était très excitant ! Une semaine avant, nous ne pensions qu’à cela, il y avait de l’adrénaline. Tout cela me manque… ». L’éleveur n’a pas tellement apprécié la libéralisation de la monte (sans passage devant une commission donc) pas plus que la méthode de classification des poneys Connemara imposée par l’Irlande, mais il ajoute qu’elles « se durcissent un peu. Nous pourrions les organiser lors du National et des interrégionaux uniquement, et avec des juges irlandais indépendants ».

Ils ont fait l’histoire : Gilles le Mouellic et son élevage Pondi

49


Elevage Autres poulinières marquantes L’élevage Pondi a pu compter sur Voyel de Beauchamp (Abbeyleix Apollo x Clonjoy). Cette ancienne reproductrice de l’élevage de Beaureil, a notamment produit les étalons Magic Leam Pondi et Stentor Pondi (par Lehid Canal Prince). Le premier, classé 4e du championnat de France de CSO D1 Elite en 2007 sous la selle de Lara Postillon, a poursuivi en Grand Prix As Excellence et internationaux sous le pilotage notamment de Manon Ravenel. A cette période, le bel étalon était confié et non loué, « je souhaitais rester libre de le vendre au cours de la saison dans le cas où l’on m’aurait fait une proposition sérieuse ». Mandoline, une fille de Gold Fort (par Marble, le père de White Granite) a également produit pour le compte de l’élevage Pondi durant quelques années. Achetée à une amie de Madame de Sevin (ancienne présidente de l’AFPC), Mandoline lui a laissé une certaine Grace Pondi qui a beaucoup gagné en Grand Prix, mais aussi Hazure, sa propre sœur, à l’origine de l’étalon Soprano Leam Pondi (par Magic Leam Pondi). Dakota Melody (par Idenoir et la célèbre Carrabaun Cracker par Carrabaun Boy), achetée à l’âge de 6 mois, a produit de bons poneys même s’ils n’ont pas atteint le haut niveau. Ils étaient plutôt maitres d’école à l’instar d’Ile d’Island Pondi et de Je Suis un Pondi. Gilles le Mouellic préfère d’ailleurs produire des poneys avec du look, du cadre, au bon tempérament, soit des poneys facilement exploitables par des enfants. Very Sweet d’Heitz (par Idenoir et Hilda des Ludes, mère de 5 produits ayant participé aux championnats d’Europe, sans doute la meilleure jument Connemara de tous les temps en France), guerrière, bourrée de sang, réserviste des championnats d’Europe du Touquet en 1998, a aussi foulé les pâtures de Pontivy tout comme sa fille Olly Sweet d’Opal, appartenant à la famille Chambaud, propriétaire de Dexter Leam Pondi (le père d’Olly Sweet !). Le Morbihannais reconnaît avoir fait des erreurs en vendant Ulotte et d’Utopie Melody. La première est à l’origine de Giovanni Roscoat (grand gagnant en Grand Prix de CSO) et la seconde a été vendue pleine d’Elan du Haut (par Apollon) qui s’est avéré être un bon acteur du circuit Grand Prix au milieu des années 2000.

fait aussi partie du troupeau de poulinières de l’élevage Pondi depuis 2012. Elle est la propre sœur de l’européen en Dressage Emir de Kerglenn et de la ponette de Grand Prix de CSO Itanny de Kerglenn, ou encore une sœur utérine de Bourask de Kerinou, la mère de l’ancien complice de Guillaume Batillat, l’étalon de Grand Prix de CSO Forban Pondy. Croisée auparavant avec Adad Leam Pondi (un fils de Soprano et Istoire Degranit) et Dexter (le jeune), elle a été adressée l’an passé à Holiday Leam Pondi, un étalon de 4 ans fruit du mariage entre le jeune Dexter et Teresa. « J’ai aussi acheté une poulinière en Grande-Bretagne : Charlesland Dream Came True (par Glencarrig Marble et Coral Misty Jane par Cloonisle Cashel). Traduit en Français, cela veut dire « le rêve de Charles est devenu réalité ». C’est une descendante de Marble ! J’ai eu deux produits avec elle et mon jeune Dexter, je les trouve très beaux ». Ubaye Pondi est son prétendant de l’an passé.

préparation d’un poney pour en arriver là est exorbitant ». L’époque a-t-elle changé ? Qu’il s’agisse de Laurent le Vot, la famille Chambaud, Marc Hardy, ou encore la famille Pailhous qui lui a acheté Milton Graaf Pondi, Gilles le Mouellic avaient pourtant collaboré avec ces personnes, des parents, propriétaires, entraineurs qui lui avaient permis de construire la carrière sportive de ses poneys, en toute confiance. « Ça ne se fait plus… ou plutôt, c’est devenu plus compliqué. Et puis il y a beaucoup plus de poneys de Grand Prix qu’avant. Le milieu du poney de sport de haut niveau a véritablement évolué et chacun essaie d’en tirer parti, à tous les niveaux… Mais après tout, c’est normal que les choses aient évolué en 20 ans… ». Gilles a néanmoins son jeune Holiday Leam Pondi au travail, en vue de préparer la saison des 4 ans. « Je garderai peut-être, de temps en temps, un entier afin d’essayer de l’amener assez loin au niveau sportif. Si le produit de Teresa et Glenree est beau et bon, je le ferai sans doute ». L’élevage aussi a évolué. « Les jeunes éleveurs rêvent qu’un de leur produit participe aux championnats d’Europe, or, un poney sur dix est peut-être rentable et neuf coûtent de l’argent car trop petits, trop grands, trop difficiles, pas assez bons... Nous, nous ne pouvons pas faire cela. Pour moi, les poneys sont une activité de mon exploitation et l’on

« Les temps ont changé et le sport de haut niveau aussi » Le sport ? Le Breton s’y intéresse toujours, mais ses objectifs (entendez par là de haut niveau) ne sont plus les mêmes. Il s’explique : « je pense que cela devient de moins en moins accessible. Le coût de

50

Milton Graff Pondi s’est montré performant et régulier sur les Grands Prix As Excellence. Dans cette catégorie, il se classe 8e du championnat de France en 2008 sous la Selle Camille Pailhous – ph. Poney As


toujours été. J’ai toujours été soucieux de leur rentabilité comme je l’ai été pour mes porcs, mes bovins et mes cultures ». Une démarche de professionnel, et non d’amateur obsessionnel qui en fait un hobby. « Je remarque un bon nombre de poneys, souvent très sérieux lorsqu’on leur demande de sauter 1,30 m avec un cavalier professionnel, mais qu’en est-il lorsqu’ils passent sous la selle d’un enfant ? Pour connaitre le système des locations puisque je loue mon étalon Ubaye Pondi, il y a énormément de poneys qui sont rendus au propriétaire au bout de 3 mois. Encore une fois, « rentabiliser » un poney est compliqué ». Gilles le Mouellic a fait naître jusqu’à 10 poulains par an. Hormis quelques exceptions – Dexter, Magic, Milton ont été valorisés – il vend ses produits avant leur débourrage. « Financièrement parlant, c’est intéressant. Depuis mes débuts, j’ai toujours réussi à vendre mes poulains avant leur 3 ans et certains sont même réservés dans le ventre de leur mère. L’an passé, je les ai vendus à 6 mois et actuellement je n’en ai pas de disponibles. J’ai même des contacts pour l’année prochaine », assure-t-il. Il lui arrive aussi de louer le ventre de ses poulinières. La situation actuelle semble moins préoccupante qu’il y a quelques années : « je suis de nouveau optimiste et trouve qu’il y a de la demande pour nos poneys. Au sevrage, on les vend très correctement, c’est-à-dire à 4000/4500 €. D’après les échos que j’ai, les gens ne trouvent plus de 3 ans ». La grande majorité de ses contacts et clients lui demande des poneys sans objectif de haut niveau, mais beaux… et polyvalents ! « C’est une très bonne chose d’avoir communiqué sur les capacités sportives du poney Connemara, mais pour moi il doit avoir les deux : les aptitudes et le modèle. J’ai toujours vendu mes poneys grâce à leur look. Je trouve d’ailleurs que l’on voit beaucoup plus de poneys dans le standard. Mais Dexter et Apollon sont présents dans beaucoup de pedigree… », plaisante-t-il. Quant à la section Part-Bred instaurée il y a quelques années, le puriste reste mitigé : « j’ai fait des croisements avec mes poneys, mais en visant une production de petits chevaux. Pourquoi avons-nous associé le Part Bred au Connemara ? Le poney de croisement, c’est le Poney Français de Selle. Ce Stud-Book est très orienté vers le haut niveau, tout comme l’est le Selle Français. On ne devrait pas être concurrents mais complémentaires. En plus, je suis persuadé que les éleveurs de Pfs devront puiser dans les souches de poneys de race pure et notamment dans celles de nos poneys Connemara afin de ramener de la puissance et du mental… ». L’homme imagine aisément un regain des races pures dans quelques années, ne serait-ce pour les passionnés de croisements, « par rapport au type, à la taille, au caractère ». Toujours membre de l’AFPC et vice-président de l’association Connemara Bre-

Uttack Pondi et sa cavalière Salomé Queme ont évolué jusqu’en Grand Prix de CCE. Ils galopent ici sur le cross de la TDA de Mettray – ph. Poney As

tagne, Gilles soutient ses institutions et insiste particulièrement sur un aspect : le courage, l’une des vertus fondamentales des présidents et des juges. « Philip Scott, l’un des juges irlandais les plus réputés, était venu juger un concours en Bretagne. Il était passé chez moi ensuite ce qui nous avait valu de discuter pas mal de temps ensemble. Il m’a confié être immédiatement contesté sur les réseaux sociaux, c’est infernal. Tout est source de polémique et de contestation. C’est facile de critiquer dans son bureau, devant son écran. Certains éleveurs désavouent les indices de performances… Ces mêmes éleveurs font de leurs poneys des champions sur les réseaux sociaux. Je pense pour ma part que la meilleure publicité est celle des terrains, des résultats. On se rappelle d’un IPO de 170, c’est un acquis qui est intéressant ! Beaucoup de jeunes éleveurs se font avoir avec cette communication sur les réseaux. C’est regrettable, mais c’est d’époque et on ne peut rien contre cela ».

Entre défis, projets et rêves… Marquant de son empreinte l’élevage de poneys Connemara, l’homme de terroir s’est

lancé le défi il y a quelques années de produire des petits chevaux de sport d’environ 1,60m grâce à sa sélection faite préalablement sur ses poneys. Sur ce sujet, Gilles se rappelle d’un conseil : « Ma grand-mère m’a toujours dit qu’il fallait faire le contraire des autres ! ». Ainsi, en plus de ses naissances de poneys Connemara, il achète, après la vente de son crack Dexter Leam Pondi, une bonne souche Selle Français, celle de Kara d’Amaury, la propre sœur d’Electra d’Amaury, une jument internationale sous la selle d’Alexandra Ledermann. Le Breton croise aussi des chevaux de selle sur ses poulinières Connemara. Ainsi, en 1998, il décide de marier Height Granite avec l’étalon Selle Français Elan de la Cour, d’où Lusty Grey Pondi. Double sans faute à Fontainebleau à 4 ans, puis finaliste à 5 et à 6 ans, le petit cheval entame une carrière en CSIJ avec Steven Le Vot, puis les internationaux sous la selle d’Arnoldo Bologni et de Martina Tabarini (CSIJ / 1.30m). Height Granite est mariée à d’autres chevaux tels que Gold de Becourt, Damiro L, Jivaro du Rouet… Qui ne connait pas l’étalon Pixies Leam Pondi SL, le fils d’Elan de la Cour et de Banquise Pondi ? Ce petit cheval, qui a fait sensation sur le circuit jeunes chevaux avec Bruno Souloumiac, a ensuite été le complice de Camille Conde Ferreira avec laquelle il a

Ils ont fait l’histoire : Gilles le Mouellic et son élevage Pondi

51


Elevage gagné des Grands Prix jusqu’à 1,40m. A cette époque, Gilles le voyait même remporter le Derby de la Baule ! Le Breton a toujours été convaincu du développement de ce marché, et du fait de fabriquer des petits chevaux pour une clientèle d’amateurs ou de jeunes souhaitant performer sur le circuit Children et Junior. Le circuit Children n’a d’ailleurs-t-il pas connu une recrudescence impressionnante, à l’insu même de celui des poneys ? Un côté visionnaire. Bonne pioche ! « Ces dernières années, j’ai réduit les croisements avec les chevaux et les ai même arrêtés. Pourtant, j’ai énormément de demandes, ils partiraient comme des petits pains. Ma petite-fille aimerait bien refaire ce type de croisement, nous avons d’ailleurs une fille de Very Star avec beaucoup de sang et un très beau modèle qui pourrait convenir ». Les petits-enfants de Gilles partagent en effet cet amour pour le poney Connemara. « Ma petite-fille de 16 ans aime beaucoup l’élevage, mais n’a pas pour optique, je pense, de viser les grosses épreuves avec les poulains qu’elle fera naitre ». Son envie de présenter ses poneys dans les shows reste intacte. « Presque pour frimer ! », rapporte-t-il en rigolant. « Au-

Banquise Pondi lors du Grand Prix national de Fontainebleau en 2001. Elle était associée à Nolwenn Loiseau – ph. coll. privée

jourd’hui, cela me fait autant plaisir que les résultats de mes poneys en concours. Dans un concours d’élevage, je suis acteur de la présentation. Mon envie, mon rêve même, est de présenter un poney à Clifden ! Il n’y a pas que les médailles ! Et puis je n’ai plus beaucoup de chance d’arriver au niveau où j’étais ! Je vise autre chose… et j’ai l’âge de raconter ce qui me passe par la tête », dit-il avec une belle pointe d’humour. Voilà… Nous y sommes. L’Irlande, le retour aux sources, le Clifden Show ! « Je me lance un autre défi. D’ailleurs, un éleveur irlandais m’a demandé de la semence d’Ubaye, nous allons sans doute trouver un accord pour qu’il la distribue là-bas. Je suis en relation avec plusieurs éleveurs irlandais qui s’intéressent au sport. J’ai l’impression que l’Irlande, dans le creux de la vague il y a peu, se refait. Dans un avenir proche, ce pays sera à nouveau le maître du terrain ». L’homme partage également une autre vision : la culture anglo-saxonne transmise par le poney Connemara. « Je le constate avec ma petitefille : Philip Scott, qui n’a pas loin d’avoir mon âge, l’a invitée chez lui et elle en garde un superbe souvenir. Louis-Marie Philibert, qui a fait ses stages en Irlande, à cette même vision, tout comme Sophie Bolze, Daniel Chupin, Hubert Laurent, Pascal Wandon, Olivier Verove, Emmanuelle de Monleon et bien sûr Christine et Jean-François Marès. Nous sommes un petit noyau très attaché à l’Irlande. Le poney Connemara, l’Irlande, sa culture, je souhaiterais transmettre cela à mes petits-enfants ».

Pixies Leam Pondi SL est le fruit du mariage entre le Selle Français Elan de la Cour et la fille de White Granite, Banquise Pondi. Ce petit cheval a brillé sur des épreuves à 1,40m sous la selle de Camille Condé Ferreira – ph. Poney As

52

Gilles le Mouellic rêve d’acheter une petite maison en Irlande et de présenter au Clifden Show l’un de ses petits Pondi, mais il aimerait aussi se mettre à la randonnée pédestre. « Mon objectif est le GR20 en Corse, mais est-ce que je vais pouvoir le réaliser ? ». Des idées, des projets : « oui, j’en ai encore ! Vais-je devoir demander une prolongation à Saint Pierre ? »


Dexter Leam Pondi, le génie L’ange blanc l’avait-on surnommé. Un crack atypique, au style bien à lui : six championnats d’Europe de CSO à son actif (en argent par équipe en 2002, en bronze en 2004, 7e ex aequo en individuel en 2006), quatre victoires en Grands Prix de CSIP (Nichelino, Marsens par deux fois, Cinzano), un Grand Prix de CSIOP (Arezzo) et plusieurs Coupes des nations, un titre de champion de France Grand Prix Elite en 2003 (médaillé d’argent en 2005) et de champion d’Italie en 2007 (IPO 164). Une bouille d’ange, mais un caractère bien trempé ! Ce ne sont pas ses proches ou les spectateurs avertis qui diront le contraire comme ceux par exemple qui ont pu assister à l’épreuve par équipe du CSIP indoor de Chartres où l’étalon avait décidé de ne pas bouger de son coin alors que le départ lui avait été donné. Alice Chambaud et lui y boucleront… un magnifique sansfaute ! Mais la jeune fille a eu bien chaud en l’espace de quelques secondes ! A chacune de ses apparitions, en France bien sûr, mais aussi à l’étranger, Dexter Leam Pondi créait l’émoi. Un brouhaha s’instaurait quelques minutes avant son passage, puis plus un mot. Silence de plomb. L’étalon Connemara pouvait alors faire le show. Son Show ! Nous ne résistons pas à l’idée de réécrire l’anecdote le concernant, lors des championnats d’Europe de Saumur en 2006, avec son dernier cavalier, Filippo Marco Bologni, aujourd’hui cavalier professionnel et membre de l’équipe Senior d’Italie. « A cette époque, la finale individuelle de saut d’obstacles se disputait le vendredi pour ceux qui s’y étaient qualifiés le jeudi et les championnats se finissaient le dimanche par la Coupe des nations. Dexter Leam Pondi a fait sensation… Comme toujours ! C’est là, au milieu de la piste, que l’on ressent de plein fouet l’engouement des spectateurs pour un cheval ou un poney. Le magicien blanc était l’un d’eux : ph. Poney As

ph. Poney As

il entrainait le public, la foule, lui faisait battre le cœur un peu plus vite que les autres. Ovationné à son arrivée en piste et lorsqu’il la quittait, entre, il arrêtait le temps. Et son petit cavalier italien Filippo Marco Bologni s’y prêtait bien volontiers. Haut comme trois pommes, il le laissait faire. Dexter n’aimait pas la contrainte, c’est lui qui prenait les initiatives ! A Saumur, il signa d’ailleurs son plus beau classement en individuel : 7e ex aequo. Impressionnant de facilité dans la qualificative du jeudi, l’étalon s’était fait surprendre par un double de verticaux et s’était arrêté. Mais son pilote, toujours très motivé (soutenu par les encouragements continus du public), avait mis « les gaz » pour ne pas être pénalisé par le temps. Bis repetita sur la première manche de la finale, cette fois, un abord improbable sur l’entrée du difficile triple. Dexter ne put la sauter à la première tentative. Phénoménal encore sur l’ultime round (sansfaute), le couple fut pénalisé de 5 points au total : 1 de trop pour pouvoir barrer pour le podium…». Showman et étalon reconnu. Dexter est en effet le père de 4 produits ayant participé aux championnats d’Europe de CSO et pléthore d’excellents poneys de Grands Prix (83 indicés à plus de 130, 18 à plus de 150).

Ils ont fait l’histoire : Gilles le Mouellic et son élevage Pondi

53


Elevage

Annuaire des étalons du catalogue poney as Pour la deuxième fois publié dans le Magazine, l’Annuaire des étalons recense sous forme de tableau les données objectives des fiches des reproducteurs parues dans le Catalogue des Etalons Poney As. En un coup d’œil, l’annuaire des étalons tiré du Catalogue Poney As de 2021 permet de cibler les origines, le niveau sportif et les critères de performances propres (indices sportif et génétique) des étalons, ainsi que les coordonnées de leurs étalonniers. Pour plus de précisions (descriptif, type de monte, stud-book d’approbation, tarifs, photos et vidéos), nous vous convions sur notre plate-forme dédiée www.etalons-poney-as.com.

ETALONS CONNEMARA Nom

Né en

Taille (en m)

Père

Mère

Père de mère

Niveau sportif

Indices / BPO

Prod. indicés à + de 120

Cannon Ball Briovere

2012

1,48

Kimono Melody

Océane Briovere

Grange Surf Sparrow

AsP2/1 CSO

IPO 126 BPO +5 (0.53)

Haras du Semnon - 35134 THOURIE 06 88 53 93 65 / 06 08 09 93 25 - nagherve@gmail.com

Caruso Melody

2012

1,49

Cocum Thunder Boy

Imagine Melody Pondi

Dexter Leam Pondi

Grand Prix CSO

IPO 131 BPO +11 (0,54)

Elevage du Roy - 63120 SAUVIAT 06 88 55 87 38 / 06 81 14 62 11 - elevageduroy@gmail.com

Beetlejuice du Gite

2011

1,48

Poetic Justice SL

Melisse du Villon

Quignon du Parc

AsP2 CSO CCE Amat 4

IPO 115 BPO +4 (0.49)

Elevage d’Argan - 85710 CHATEAUNEUF 07 87 22 24 00 - contact@elevage-d-argan.fr

Dexter Leam Pondi

1991

1,50

Leam Finnigan

White Granite

Marble

Champ. Europe CSO

IPO 164 / ISO 137 BPO + 21 (0.96)

Di Caprio de Circée

2013

1,47

Poetic Justice SL

Indienne des Genêts

Dexter Leam Pondi

CCJP CSO

BPO +11 (0.48)

Don Juan V

1991

1,46

Abbeyleix Apollo

Vinca II

I des Cartes

Grand Prix CSO

IPO 135 / ISO 128 BPO +7 (0.97)

Eden Park d’Argan

2014

1,47

Paps Late*Vincou

Free de l’Aulne

Origan Melody

Emblème du Ham

2014

1,47

Dexter Leam Pondi

Grey Rock Tina

New Beginning

Espoir de Lauriere

2014

1,49

Quitus de Kerglenn

Uppsala des Touches

Fairyhill Mozart

2009

1,48

Monaghanstown Boy

Geronimo de Circée

2016

1,46

Gentleman d’Argan

2016

Ice and Fire d’Albran

140

Prod. indicés à + de 140

40

Coordonnées étalonnier

Haras de la Bouloye - 62240 WIRWIGNES 06 62 99 57 35 - contact@harasdelabouloye.com Haras de Circée - 14430 VICTOT-PONTFOL 06 66 71 10 20 - caroline@harasdecircee.com

143

29

Haras de Circée - 14430 VICTOT-PONTFOL 06 66 71 10 20 - caroline@harasdecircee.com

BPO +6 (0.37)

Elevage d’Argan - 85710 CHATEAUNEUF 07 87 22 24 00 - contact@elevage-d-argan.fr

CCJP CSO

IPO 129 BPO +18 (0.49)

Pony Planet - 62350 ROBECQ 06 16 81 23 76 - contact@pony-planet.fr

Lehid Canal Prince

Poney Elite CSO

IPO 110 BPO +4 (0.36)

Elevage de Fontenille - 86160 Champagné-saint-Hilaire 06 78 86 62 29 - r_cayre@orange.fr

Kingstown Molly 2nd

Coral Prince

Poney 1 CSO

IPO 92

Elevage de Boloï - 22260 PLOEZAL 07 83 96 37 84 - connemara.de.boloi@orange.fr

Don Juan V

Indienne des Genêts

Dexter Leam Pondi

CCJP CSO

BPO +9 (0.45)

Haras de Circée - 14430 VICTOT-PONTFOL 06 66 71 10 20 - caroline@harasdecircee.com

1,46

Blue Ice des Bretis

Allo View Butterfly

Sinndar du Luot

CCJP Hunter

1996

1,48

Dexter Leam Pondi

Underline of Laps

Fort Doolin

Grand Prix CSO

IPO 132 BPO +12 (0.89)

17

3

Elevage d’Albran - 62170 LA CALOTTERIE 06 08 21 25 90 - edemonleon@albran.com

Paps Late*Vincou

2003

1,46

Cocum Thunder Boy

Iolick Late

Alexander du Blin

Grand Prix CSO

IPO 146 BPO +8 (0.81)

3

1

Elevage du Vincou - 87300 Saint-ouen-sur-gartempe 06 74 79 25 67 - elevageduvincou@gmail.com

Rip Off du Frêne

2005

1,46

Quillon

Dadou des Chenes

Sticky du Blin

Am. Elite Dress. E1P CSO et CCE

IDR 117 BDR +7 (0.58)

Krystelle Freville - 42720 NANDAX 06 62 06 69 09 - ecuries-de-nandax@hotmail.fr

Roughan Sparrow

2003

1,48

Glenayre Silver Fox

Emlagh Suzie

Gun Smoke

Champ. Europe CSO

IPO 132 BPO +5 (0.36)

Haras du Semnon - 35134 THOURIE 06 88 53 93 65 / 06 08 09 93 25 - nagherve@gmail.com

Sinbad de Boloï

2006

1,45

Six Pence Duff

Jabadao de Boloï

Dexter Leam Pondi

AsP2 CSO Club 1 CCE

IPO 104 / IPC 100

Elevage de Boloï - 22260 PLOEZAL 07 83 96 37 84 - connemara.de.boloi@orange.fr

Soprano Leam Pondi

2006

1,47

Magic Leam Pondi

Hazure Pondi

Cyrano Pondi

CSO 1,20 m Am. 2 CCE

IPO 106 / ICC 99

4

Thunder du Blin

1985

1,45

King-Cup R. C

Fort Helen

Glenarde

Champ. Europe CSO

IPO 112 BPO +8 (0.98)

295

Top du Verron

2007

1,47

Rococo du Thuit

Java du Verron

Don Juan V

AsP2 et Amat 2 CCE AsP1 Dress

IPC 131

Haras de Meursanges - 21200 MEURSANGES 06 29 62 21 17 - harasdemeursanges@gmail.com

Tréma des Brimbelles

2007

1,49

Ice and Fire d’Albran

Voyelle du Ruère

Island Earl

AsP1 CSO

IPO 106 BPO +4 (0.63)

Elevage d’Argan - 85710 CHATEAUNEUF 07 87 22 24 00 - contact@elevage-d-argan.fr

Vandal du Tyria

2009

1,48

Westide Mirah II

Hoella

Macky

Grand Prix CSO

IPO 137 BPO +14 (0.55)

Haras du Semnon - 35134 THOURIE 06 88 53 93 65 / 06 08 09 93 25 - nagherve@gmail.com

Westide Mirah II

2003

1,52

Westside Mirah

Grange Sandy

Callowfeenish Mairtin

Grand Prix CSO

IPO 128 / ISO 116 BPO +9 (0.85)

54

Elevage d’Argan - 85710 CHATEAUNEUF 07 87 22 24 00 - contact@elevage-d-argan.fr

11

Elevage des Trèfles et Ecurie du Cléret - 14260 BREMOY 06 84 15 76 40 - segolene.groualle@gmail.com 63

1

Elevage du Ralmar - 57480 MALLING 06 08 86 77 11 - elevageduralmar@hotmail.fr

Haras du Semnon - 35134 THOURIE 06 88 53 93 65 / 06 08 09 93 25 - nagherve@gmail.com


ETALONS PONEYS FRANCAIS DE SELLE Nom

Né en

Taille (en m)

Père

Mère

Père de mère

Niveau sportif

Indices / BPO

Prod. indicés à + de 120

Prod. indicés à + de 140

Alto de Fougnard

2010

1,43

Jimmerdor de Florys SL, Pfs

Qure de la Rive* Fougnard, Pfs

Linaro SL, Drp

Grand Prix CSO

IPO 165 / IPD 140 BPO +29 (0.61)

Elevage du Cyan - 91160 SAULX-LES-CHARTREUX 06 08 96 43 20 - nathaliegr06@gmail.com

Angies Star*d’Oseana

2010

1,46

Rock Star de la Fosse, Pfs

Ribinn d’Ar Cus, Pfs

Rasmus SL, Co

Grand Prix CSO

IPO 151 BPO +11 (0.56)

Pony Stallion Company - 49000 ANGERS 06 68 97 23 49 - contact@poney-stallion.fr

Blue Tinka Tilia*Kerveyer

2011

1,44

Tinka’s Boy, Kwpn

Hourloupe du Tilia, Wb

Elvey Jarnac, Wb

Grand Prix CSO

IPO 128 BPO +21 (0.60)

Boticelli de Rohan

2011

1,49

Sea Bird Fast, Drp

Kantje’s Zanoeska, Nf

Lamento III, Nf

Grand Prix CSO

IPO 159 BPO +16 (0.50)

Broocklyn Williams

2011

1,47

Quabar des Monceaux, Pfs

Ouelcome Dornalo, Pfs

Kantje’s Ronaldo SL, Nf

AsP1 CSO

IPO 137 BPO +23 (0.61)

1

Ecurie de l’Hyrome - 49120 Chemillé-en-Anjou 06 29 79 93 19 - ecuriedelhyrome@hotmail.fr

Champagne d’Ar Cus

2012

1,48

Machno Carwyn, Wd

Utopie de Kerglenn, Sf

Quidam de Revel, Sf

Grand Prix CSO

IPO 164 BPO +32 (0.52) / BSO +6 (0.45)

2

Pony Planet - 62350 ROBECQ 06 16 81 23 76 - contact@pony-planet.fr

Champagne d’Audes

2012

1,43

Intermede A Bord, Pfs

Navette d’Audes, Pfs

Rocky Grichet, Co

CCJP CSO Am. 1,15 m

IPO 142 / ISO 111 BPO +18 (0.51)

Elodie Millavaud - 58250 MONTARON 06 99 48 99 51 - elodie.millavaud@orange.fr

Cherry Coco du Rouget

2012

1,35

Pidji du Tilia SL, Pfs

Grenadine d’Emery, Wb

Ceulan Seryddwr, Wa

As2C CSO

IPO 144 BPO +19 (0.53)

Elevage de Ryes - 77510 HONDEVILLIERS 06 38 71 47 59 - anne@turlin.net

Crazy Horse Flayelles

2012

1,46

Furzley Fox Trot, Nf

Qui Vive du Gite, Pfs

Durello SL, Drp

AsP1 CSO

IPO 132 BPO +16 (0.52)

GAEC des Flayelles - 59132 OHAIN 06 34 77 17 32 - ghislaine.destailleurs@gmail.com

Dramairino de Florys

2013

1,43

Jowourits SL, Nf

Ramaire, Kwpn

Heartbreaker, Kwpn

CCJP CSO

IPO 150 BPO +16 (0.41)

Haras de Florys 06 09 93 27 38 - glevesque@wanadoo.fr

Eye Catcher de Lourcq

2014

1,52

Aron N SL, Drp

Kadira de Tyv, Pfs

Envol d’Angrie, Pfs

CSO 1,20 m

IPO 150 / ISO 121 BPO +22 (0.51)

Audrey Poezevara et Haras du Semnon 35134 THOURIE 07 82 81 07 88 - elevageduguesot@gmail.com

Fest Noz Williams

2015

1,46

Rambo SL, Nf

Ouelcome Donarlo, Pfs

Kantje’s Ronaldo SL, Nf

CCJP CSO

IPO 130 BPO +9 (0.48)

Ecurie de l’Hyrome - 49120 Chemillé-en-anjou 06 29 79 93 19 - ecuriedelhyrome@hotmail.fr

Foly Star de Florys

2015

1,30

Very Star Kerveyer, Pfs

Tolie Cha de Florys, Pfs

Meeping Cha de Florys SL, Pfs

CCJP CSO

IPO 125 BPO +22 (0.36)

Aurore Fleurance 06 84 48 58 52 - aurore.fleurance@sfr.fr

Freebox Bélébat

2015

1,49

Box Office du Péna, Pfs

Twiggy My Dear, Pfs

Opium de Talma, Sf

CCJP CSO et Hunter

IPO 115 BPO +18 (0.32)

Elevage de Bélébat - 77760 Achères-la-foret 06 70 48 85 51 - angie_prin@yahoo.fr

Gabor Starr

2016

1,33

Qu’Amour de Voulpiac, Wd

Qonstantine de Florys, Pfs

Constantin, Wb

CCJP CSO

IPO 115

Elevage Farrier - 27300 Bernay 06 50 94 19 95 - halboutmarechalerie@orange.fr

Ganay de Choc

2016

1,47

Quest du Buhot, Pfs

Pourquoi de Hus Z, Z

Pilot de Hus, Old

Elevage de Choc - 61160 MONTREUIL-LA-CAMBE 06 30 15 67 30 - elevagedechoc@gmail.com Pony Planet - 06 16 81 23 76

Graham’s d’Eté

2016

1,47

Heros Ter Putte, Bwp

Jingl’Bells du Borget, Sf

Coriolan, Holst

Haras de la Bouloye - 62240 WIRWIGNES 06 62 99 57 35 - contact@harasdelabouloye.com

Grand Cru d’Ar Cus

2016

1,44

Champagne d’Ar Cus, Pfs

Quaoura des Menhirs, Pfs

Linaro SL, Drp

CCJP CSO

IPO 119

Ecurie des Lays - 85230 Saint-Gervais 06 15 84 80 73 - ecuriesdeslays@hotmail.fr

Greatstar Embet Tilia

2016

1,23

Very Star Kerveyer, Pfs

Hourloupe du Tilia, Wb

Elvey Jarnac

CCJP CSO

BPO +19 (0.36)

Elevage L’Rio - 03350 CERILLY 06 23 45 34 05 - marionmeric@gmail.com

H-Clyde des Rivières

2017

1,48

Ogrion des Champs, Sf

Drimstar des Rivières, Co

Leadership

BSO +4 (0.32)

Elevage des Rivières - 38630 LES AVENIERES 06 26 81 39 95 - elevagedesrivieres@gmail.com

Henri IV de Twin

2017

1,52

Consul DL Vie Z, Z

Sakoura Hermitiere, Co

Hurricane Of Laps

Elevage de Twin - 61430 ATHIS SUR L’ORNE 06 10 90 01 54 - lblotdolfus@hotmail.com

Hévoli des Till

2017

1,47

Syriac, Pfs

Havane de Query, Pfs

Tonnerre d’Angrie, Pfs

Elevage des Till - 14400 RYES 06 41 47 91 49 - elevagedestill@gmail.com

Holaff Dimavi

2017

1,25

Intermede A Bord, Pfs

Epona d’Audes, Wb

Icare de Chaudry, Pfs

BPO +8 (0.34)

Elevage L’Rio - 03350 CERILLY 06 23 45 34 05 - marionmeric@gmail.com

Hold up des Charmes

2017

1,49

Quabar des Monceaux, Pfs

Pépite des Charmes, Pfs

Linaro SL, Drp

BPO +18 (0.41)

Pony Stallion Company - 49000 ANGERS 06 68 97 23 49 - contact@poney-stallion.fr

Inédit des Herbages

2018

1,46

Rembrandt DDH, Drp

Baccara des Herbages, Pfs

Sir Shutterfly, Han

Ecurie des Herbages - 50180 SAINT-GILLES 06 41 43 16 69 - philipperainteau@orange.fr

Instant Crush Drapdor

2018

1,45

Ken van Orchid, Nrps

Mandoline d’Opale, Pfs

Kantje’s Admiraal, Oep

Elevage du Drap d’Or - 62340 CAMPAGNE-LES-GUINES 07 86 63 87 55 - elevagedudrapdor@gmail.com

Mad du Bosc

2000

1,50

Nabor SL, Drp

Izara du Bosc, Sf

Laeken, Sf

Champ. Europe Dress. Grand Prix CSO

IPD 137 / IDR 120 IPO 132 - BPO +12 (0.89) BDR +6 (0.66)

O Ma Doué Kersidal

2002

1,49

Willoway All Gold, Nf

Roz Ar Moor, Aac

Kit, Aa

Champ. Europe CCE

IPC 177 IPD 129

Quabar des Monceaux

2004

1,46

Nabor SL, Drp

Gina des Monceaux, Sf

Rosire, Sf

Champ. Europe CSO

IPO 175 BPO +27 (0.93)

84

16

André Magdelaine - 50340 TREAUVILLE 02 33 52 41 26

Roudoudou d’Hurl’Vent

2005

1,47

Leadership, Co

Naborah d’Hurl’Vent, Pfs

Nabor SL, Drp

Grand Prix CSO

IPO 163 BPO +30 (0.87)

22

7

Lona Giry - 01400 NEUVILLE-LES-DAMES 07 89 50 18 23 - lona.giry@gmail.com

Sauvage des Morins

2006

1,44

Durello SL, Drp

L’Odyssée du Sud, Pfs

Banagher Magee, Co

Grand Prix Dress AsP2 CSO/CCE

IPD 145 / IPC 135 / IPO 122 BPO +15 (0.61) / BDR +8 (0.41)

Syriac

2006

1,49

Machno Carwyn, Wd

Letizzia, Po

Shining Starr Aristo, Oep

Grand Prix CSO

IPO 143 BPO +9 (0.81)

Tivano d’Elb

2007

1,46

Linaro SL, Drp

Hedge de Louzes, Po

Alfa van de Fluithoek, Co

CSO 1,20 m AsP1

IPO 158 / ISO 128 BPO +29 (0.60)

Tricky Choice du Péna

2007

1,45

Quick Star, Sf

Kilina Aluinn, Co

Thunder du Blin

Grand Prix CSO

IPO 169 BPO +35 (0.77) - BSO +8 (0.76)

Ugo des Clas*Dorcamp

2008

1,50

Machno Carwyn, Wd

Kissmie du Touney, Pfs

Thunder du Blin, Co

CSO 1,25 / 1,30 m

IPO 122 / ISO 120 BPO +12 (0.63)

Elevage Dorcamp - 25390 ORCHAMPS-VENNES 06 72 65 71 26 - morgane.rostaing@dorcamp.fr

Vaguely Noble Haryns

2009

1,43

Jimmerdor de Florys SL, Pfs

Noble Star d’Haryns, Pfs

Quick Star, Sf

Grand Prix CSO

IPO 154 BPO +21 (0.59)

Ecurie de l’Aumoy - 72540 ÉPINEU-LE-CHEVREUIL 06 76 60 67 61 - ecuriedelaumoy@yahoo.fr

Valiant des Charmes

2009

1,50

Quabar des Monceaux, Pfs

Mado des Charmes, Pfs

Etoile d’Hardy, Nf

Grand Prix CSO

IPO 177 BPO + 27 (0.60)

Pony Stallion Company - 49000 ANGERS 06 68 97 23 49 - contact@poney-stallion.fr

Valmont de Fougnard

2009

1,49

Kantje’s Ronaldo SL, Nf

Qure de la Rive*Fougnard, Pfs

Linaro SL, Drp

Grand Prix CSO

IPO 161 BPO + 27 (0.64)

Elevage Philou - 64210 Arbonne 06 16 67 23 26 - lisaforgeard@yahoo.fr

Vandal des Cibaudes

2009

1,45

Miglesey des Cibaudes, Wb

Beline III, Sf

Nuance de Mai, Sf

AsP1 CSO

IPO 132 BPO +10 (0.63)

1

EARL des Cibaudes - 42140 FONTANES 06 03 62 14 07 - earl.descibaudes@42.sideral.fr

Very Star Kerveyer

2009

1,28

Movie Star Tilia, Pfs

River Dance Derlenn, Pfs

Kantje’s Ronaldo SL, Nf

B Elite CSO

IPO 149 BPO +25 (0.62)

4

Elevage des Embets - 68650 LAPOUTROIE 06 73 69 71 17 - salome.schmitt@gmail.com

Volcan de Chambord

2009

1,49

Kantje’s Admiraal, Oep

Sirène de Chambord, Pfs

Linaro SL, Drp

Grand Prix CSO

IPO 153 BPO +22 (0.63)

3

Coordonnées étalonnier

Elevage Kerveyer - 70160 CONTREGLISE 06 73 81 94 15 - elevagekerveyer@gmail.com Domaine de Xanthos - 83440 FAYENCE 07 60 11 07 07 - domainedexanthos83@orange.fr

19

4

Elevage du Bosc - 32600 PUJAUDRAN 06 59 37 80 52 - elevagedubosc@wanadoo.fr Eddy Gualtieri - 77410 ANNET-SUR-MARNE 06 82 01 11 99 - cliniquegualtieri@icloud.com

Elevage des Morins - 17810 PESSINES 06 76 39 74 86 - contact@elevagedesmorins.fr 19

Elevage des Till - 14400 RYES 06 41 47 91 49 - elevagedestill@gmail.com Elevage de la Barbinière - 61290 LONGNY LES VILLAGES 02 33 83 76 97 - contact@elevagedelabarbiniere.com

14

5

Haras de Circée - 14430 VICTOT-PONTFOL 06 66 71 10 20 - caroline@harasdecircee.com

Ferme Equestre de Maisonnette - 41600 SOUVIGNY-EN-SOLOGNE 06 40 21 92 75 - fe.maisonnette@orange.fr

Annuaire des étalons du Catalogue Poney As

55


Elevage ETALONS NEW FOREST Nom

Né en

Taille (en m)

Père

Mère

Père de mère

Niveau sportif

Indices / BPO

Prod. indicés à + de 120

Prod. indicés à + de 140

Coordonnées étalonnier

Atoll de Civry

2010

1,46

Glen de l’Aumont

Quadrille de Civry

Shining Starr Aristo, Oep

Grand Prix CSO

IPO 167 BPO +10 (0.56)

Emmickhoven’s Diego SL

1997

1,50

Kantje’s Ronaldo SL

Nonnenbos Charlotte

Duke’s Forest Oberon

Champ. Europe CSO

IPO 155 BPO +13 (0.78)

Leao

2014

1,40

Ashdene Cock Robin

Golden Virginia

Monkshorn Minstrel

CCJP CSO

IPO 112

Stéphane Decoret - 42590 NEULISE 06 15 66 27 44 - sdecoret@free.fr

Orchid’s Zeus

2014

1,49

Kantje’s Carlando

Melle Malou

Brummerhoeve’s Boss

CCJP CSO

IPO 125 BPO +11 (0.41)

Caroline de Valady - 14500 CAMPAGNOLLES 07 60 49 29 70 - angiestereden@gmail.com

Talisman du Gévaudan

2007

1,48

Watershof Pretendent SL

Calypso de Montain

Scalp Lugny

As Elite Prép. Dress

IPD 116 / IDR 111 BDR +5 (0.53)

Elevage du Gévaudan - 44210 PORNIC 06 81 33 71 05 - bonnan.sylvie@wanadoo.fr

Alban Moulière - 14600 GENNEVILLE 06 60 19 02 16 4

1

Syndicat Linaro - 14130 COQUAINVILLIERS 06 25 46 40 39 - syndicatlinaro@wanadoo.fr

ETALONS WELSH Nom

Né en

Taille (en m)

Père

Mère

Père de mère

Niveau sportif

Indices / BPO

Eleios Sir d’Alcova, Wb

2014

1,35

Sir Raspoetin Tilia

Coupe de Vestale

Ike Ravignan

AsP2 CSO

IPO 119 BPO +4 (0.48)

Elevage des Embets - 68650 LAPOUTROIE 06 73 69 71 17 - salome.schmitt@gmail.com

Fire du Plantis, Wd

2015

1,45

Merlemont d’Artagnan

Candyapple du Sottier

Ubiwan des Colines

CCJP Dress

IPD 102

Elevage du Plantis - 16370 CHERVES RICHEMONT 06 25 41 22 60 - ecurieduplantis@gmail.com

First des Chouans, Wpb

2015

1,47

Quabar des Monceaux, Pfs

Quimba des Chouans, Wd

Dyffrynaled Gari Tryfan, Wd

CCJP CSO et Dress

IPO 127 BPO +19 (0.44)

Les Ecuries d’Eskame - 85190 AIZENAY 06 30 18 72 40 - camille.sauvages@gmail.com

Le Look Tilia, Wb

1999

1,36

Elvey Jarnac

Nouhka de Gabriac

Kirby Cane Statecraft

C Elite

IPO 110 BPO +8 (0.76)

3

Merlemont d’Artagnan, Wd

2002

1,46

Cappells Challenger

Davids Sally

Geler llewellyn

Hunter Style 2 et Amat 3 Dress

ISO 98

3

Miglesey des Cibaudes, Wb

2000

1,27

Anglesey Horatio

Gazelle d’Audes

Quiz Game du Logis

B Elite CSO

IPO 133 BPO +5 (0.91)

18

Orchard NL* Poney As, Wpb

2012

1,49

Brouwershaven Diamond Hit, Wpb

Orchard Jr Anna Palowna, Wpb

Orchard Red Prince, Wpb

Grand Prix Dress.

IPD 127 / IDR 116 BDR +11 (0.48)

Usandro Tilia Derlenn, Wpb

2008

1,46

Sandro Boy, Old

Queen Sympatico Tilia, Pfs

Welcome Sympatico SL, Han

VIP des Demoiselles, Wpb

2009

1,47

Hondsrug Raspoetin SL, Wb

Quedge Deenne, Sf

Elan de la Cour

BPO +20 (0.62) Grand Prix CSO

IPC 132 / IPO 131 BPO +11 (0.65)

Prod. indicés à + de 120

Prod. indicés à + de 140

2

Coordonnées étalonnier

Elevage des Embets - 68650 LAPOUTROIE 06 73 69 71 17 - salome.schmitt@gmail.com Elevage du Plantis - 16370 CHERVES RICHEMONT 06 25 41 22 60 - ecurieduplantis@gmail.com

4

EARL des Cibaudes - 42140 FONTANES 06 03 62 14 07 - earl.descibaudes@42.sideral.fr Poney As 06 62 27 86 17 - contact@poney-as.com

9

4

Haras du Phoenix 06 60 94 15 13 - harasduphoenix@gmail.com Elevage des Embets - 68650 LAPOUTROIE 06 73 69 71 17 - salome.schmitt@gmail.com

ETALONS PONEYS DE SELLE NES A L’ETRANGER Nom

Né en

Taille (en m)

Père

Mère

Père de mère

Niveau sportif

Indices / BPO

Prod. indicés à + de 120

Prod. indicés à + de 140

Coordonnées étalonnier

Heat Lightning d’Arezzo, Csb

2013

1,39

Ulk d’Eté, Pfs

Jhamila, Oes

CD Sukkar Maoud, Ar

CCJP CSO

IPO 120 BPO +7 (0.44)

Haras de la Bouloye - 62240 WIRWIGNES 06 62 99 57 35 - contact@harasdelabouloye.com

Ken Van Orchid, Nrps

2010

1,49

Kanshebber, Nrps

Orchid’s Celestyi, Nf

Kantje’s Ronaldo SL, Nf

Grand Prix CSO

IPO 168 / ISO 126 BPO +29 (0.55)

Elevages des Muses - 63300 ESCOUTOUX 06 67 80 32 10 - elevagedesmuses.groisne@gmail.com

Kryptonite van Orchid’s, Nrps

2014

1,48

Kanshebber, Nrps

Orchid’s Black Star, Nf

Kantje’s Carlando, Nf

CCJP CSO

IPO 137 BPO +21 (0.41)

Haras des Lyres - 28200 LANNERAY 06 38 33 01 37 - elevagedeslyres@gmail.com

Montbazillac du Lin, Drp

2006

1,49

Montpellier, Drp

Pepita, Drp

Principal Boy

Grand Prix CSO

IPO 155 BPO +18 (0.54)

Ecurie de la Claise - 36250 NIHERNE 06 32 97 74 30 - ecuriedelaclaise@yahoo.fr

Mr. Miagi S, Drp

2014

1,46

FS Mr. Right, Drp

Diara, Westf

Don William

CCJP Dressage

IPD 137

Elevage des Embets - 68650 LAPOUTROIE 06 73 69 71 17 - salome.schmitt@gmail.com

Rex The Robber SL, Drp

2008

1,50

Kantje’s Ronaldo SL, Nf

Nadja, Drp

Nantano SL

IPO 116 BPO + 9 (0.46)

Haras de Cordemais - 44360 CORDEMAIS 02 40 57 70 37 - contact@harasdecordemais.com

ETALON CHEVAUX Nom

Né en

Taille (en m)

Père

Mère

Père de mère

Niveau sportif

Indices / BPO

Prod. indicés à + de 120

Prod. indicés à + de 140

Coordonnées étalonnier

Ninio de Rox, Sf

2001

1,60

Quick Star

Roxane de Gruchy

Le Sartillais

CSO 1,45/1,50 m

ISO 154 / BSO +15 (0.95) BPO +31 (0.78) / BCC +7 (0.49)

52

9

Ecurie de la Claise - 36250 NIHERNE 06 32 97 74 30 - ecuriedelaclaise@yahoo.fr

Pixies Leam Pondi SL, Sf

2003

1,56

Elan de la Cour, Sfa

Banquise Pondi, Co

Leam Finnigan

CSO 1,40 m

ISO 145 BPO +15 (0.38) / BSO +11 (0.62)

56

Ecurie de l’Aumoy - 72540 ÉPINEU-LE-CHEVREUIL 06 76 60 67 61 - ecuriedelaumoy@yahoo.fr

Annuaire des étalons du Catalogue Poney As


Elevage

Lors d’une cérémonie qui lui était consacrée début avril, Kanshebber a reçu, à titre posthume, deux prestigieux labels. Photo prise en 2012 à l’élevage Orchid’s – ph. Poney As

L’étalon Kanshebber décoré à titre posthume Trois ans après sa disparition, l’étalon néerlandais Kanshebber continue de faire parler de lui. Si ses produits ne cessent de se faire remarquer sur les terrains de compétition, le charismatique alezan a reçu début avril de la part de l’association de race du Nrps le label « predicaat preferent », un nouveau titre honorifique décerné à un cheval ou un poney qui se distingue de manière exceptionnelle en élevage et en sport. Si l’étalon Kanshebber a évolué jusqu’en épreuves internationales sur le circuit du saut d’obstacles, notamment sous la selle de Judith Vetker au début des années 2000, c’est surtout en tant que père qu’il s’est distingué. Son nom est devenu une véritable référence de la scène sportive européenne. Le fils de Krimh et de la célèbre Daisy Brown, championne d’Europe de la finale individuelle de CSO en 1986 et gratifiée des labels « Keur », « Preferent » et « Prestatie-

sport », est même sans nul doute aujourd’hui à placer aux rangs des légendes. Ambassadeur de l’élevage néerlandais, n’est-il pas connu pour être le père d’innombrable poneys d’internationaux dont dix ayant participé aux championnats d’Europe ?

Le Stud-Book du Nrps lui rend hommage Début avril, lors d’un salon des étalons, l’association de race du Nrps a décidé de mettre à l’honneur Kanshebber et lui a décerné à titre posthume le label « prédicat préférentiel ». Sous la houlette de Liesbeth Bonder, l’étalon vedette des Pays-Bas a fait l’objet d’un reportage sur sa vie et sa carrière. Une vidéo de son fils Kosmo van Orchid’s a été

58

L’étalon Kanshebber décoré à titre posthume

projetée et deux de ses fils approuvés ont fait une démonstration. La cérémonie a également été filmée et diffusée sur la chaîne Clip My Horse. Présents, son éleveur Wim Versteeg, sa propriétaire Ina Majoor et sa copropriétaire Carla van der Laar (Orchid’s Stud) ont été convié à la cérémonie et ont reçu une décoration. Cet hommage a aussi été l’occasion de distinguer Kanshebber d’un autre label : « prédicat Boegbeeld », attribué aux ambassadeurs du Stud-Book (Boegbeeld pouvant être traduit par figure de proue). Il est le premier étalon à l’obtenir.


Profile for Poney As

Poney As le Mag n°13, édition de printemps avril 2021  

Au sommaire du Magazine Poney As n°13 PONEY AS – DOSSIER EQUIPE DE France - Long-list des équipes de France - Les stages fédéraux, socle de...

Poney As le Mag n°13, édition de printemps avril 2021  

Au sommaire du Magazine Poney As n°13 PONEY AS – DOSSIER EQUIPE DE France - Long-list des équipes de France - Les stages fédéraux, socle de...

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded