Page 1

numéro 12 / AOÛT 2018 Bulletin municipal de Maré

La Fête du Ura s’est déroulée à Tawaïnedr du 13 au 15 juillet. Une édition limitée, plus modeste, mais qui a offert de nombreuses activités aux visiteurs et résidents. Parmi les spectacles, la troupe de danse traditionnelle de Wakoné a une nouvelle fois fait le bonheur de tous en valorisant le patrimoine Nengone.


EDITO 2

Directeur de publication Pierre Ngaiohni

Nous avons voulu commencer ce douzième numéro de Nengone’Info par un hommage au grand chef Jean Yeiwene qui nous a quitté le 15 juin. Les agents et les élus de la commune ont tout particulièrement tenu à honorer sa mémoire. Cette disparition aura marqué la période qui vient de s’écouler mais la vie a continué par ailleurs, et c’est encore le dynamisme de l’île et les Si Nengone que ce numéro veut saluer.

Réalisation ACP Coordination Isabelle Lurton Rédaction Sophie Mendes et Municipalité de Maré Photos intérieures Sophie Mendes, sauf mention

La commune n’aura pas manqué à son devoir de soutien et d’ouverture en organisant une troisième édition des journées communales à Nouméa ; en mettant à l’honneur les femmes et leur savoir-faire pour une quatrième année consécutive, ou encore en invitant le groupe Vocal à venir surprendre les visiteurs de la fête du Ura. Les petits ne sont pas en reste. Ils sont notre avenir grâce à celles et ceux qui, dans l’ombre, les accompagnent. Cette fois-ci, Nengone’Info fait le zoom sur les écoles de Tadine.

Photo couverture Sophie Mendes Impression IRN

Enfin, vous aurez le plaisir de découvrir encore quelques personnalités de Maré, parmi celles qui ont écrit le passé, comme Rosina Wayaridri, ou celles qui vont écrire l’avenir comme Johannes Ekediwo, le porte-parole de notre nouveau conseil municipal jeunes. Ils sont aussi notre présent, un présent dont nous sommes fiers.

Bonne lecture ! Le maire, Pierre Ngaiohni

p.3

Hommage au grand chef de Tadine

p.

4/5

Journées communales à Nouméa

p.

6/7

Le groupe Vocal à Maré


HOMMAGE

Yeiwene Jean Yeiwene

3

Grand chef de Tadine

Cette période aura été marquée par le décès du grand chef de Tadine survenu le vendredi 15 juin. Ce nouveau numéro de Nengone’Info a voulu rendre hommage à l’homme simple et humble que tous décrivent.

Le deuil

C’est ensemble que les agents et élus municipaux et provinciaux ont choisi de porter leur geste et message de soutien à la famille du défunt, lundi 18 juin.

Les funérailles

De profession catholique, le grand chef Yeiwene était connu pour son ouverture en matière de religion. Marié au temple, c’est également au temple que la cérémonie funéraire a été célébrée le mardi 19 juin.

Représentant les institutions de l’État, le commissaire délégué de la République pour les îles Loyauté a tenu à honorer le grand homme, touché par son regard profond et sa grande simplicité.

Toute l’île de Maré est venue rendre un dernier hommage au grand chef Jean Yeiwene.

Il repose désormais auprès de son épouse, partie trois mois avant lui, au cimetière de Tadine.


ÉVÉNEMENT 4

© Sophie Mendes

Les préparatifs sur le quai de Tadine

Journées communales à Nouméa La commune a organisé une troisième édition de son grand marché au quai Ferry les 23 et 24 juin. Objectifs : exporter Maré au-delà de ses frontières et offrir aux producteurs de l’île une nouvelle opportunité de vente. Retour en images sur une nouvelle opération réussie.

− − − − −

75 exposants Deux conteneurs de marchandises Trois chariots de produits plus fragiles Des glacières de poissons et crustacés Un budget communal de plus de 2 millions

La nouveauté de cette 3e édition C’est le Syndicat d’initiative Nengone (SIN) qui a pris en charge l’organisation de ce grand marché. « Le marché nécessite des engagements auprès des prestataires qui ne peuvent pas supporter les délais de l’administration. En le confiant au SIN, on fluidifie l’organisation en garantissant une meilleure satisfaction de tous », a expliqué Jean Waheo, chef du service communal Moyens.

Le bilan 12 201 kg de produits réceptionnés et affrétés par le syndicat par bateau et par avion. Une recette de 6 856 150 F pour les exposants.

© Sasha François-Mendes

Le grand marché en chiffres


© Sacha François-Mendes

© Sacha François-Mendes

© Julien Cinier

© Sacha François-Mendes

© Julien Cinier

ÉVÉNEMENT 5


DOSSIER SPÉCIAL 6

L’île qui parle à votre chœur… Le groupe Vocal à Maré À l’occasion de la dernière visite du groupe Vocal à Maré, mi-juillet, lors de la Fête du Ura, ce numéro de Nengone’Info vous propose de revenir sur l’amitié qui lie ces « enfants de chœur » à notre île depuis quelques années.

2013, la naissance du lien avec Maré public, puisque ce dernier assiste à une projection simultanée d’un extrait de film. « À la fin du spectacle à Nécé, on a voulu faire une surprise au grand chef en entonnant le chant Nengone Nengona à quatre voix. Tous les enfants se sont mis à chanter avec nous. Tout le monde pleurait. Le grand chef était ravi. Il nous a suggéré d’en chanter d’autres et nous a offert le chant La Monique », raconte Pascale encore émue par ce souvenir. C’est de là qu’a germé l’idée du spectacle qui allait suivre, La rencontre des mondes, avec des chants polyphoniques de 16 langues kanak.

© Vocal

© Vocal

Tous deux élus au Congrès de la Nouvelle-Calédonie, Nidoïsh Naisseline et Pascale Doniguian, vice-présidente de l’association groupe Vocal (voix calédoniennes), se sont liés d’amitié et partageaient une passion commune, la musique. Après des échanges avec Basile Citré, alors maire de Maré, le groupe vient une première fois en terre Nengone en juillet 2013 pour y présenter son spectacle Disney Ciné Concert au temple de Nécé puis à l’eika de Ténane. Le spectacle consiste en une reprise en polyphonie de 11 chants parmi les plus célèbres des films animés de Disney qui fait interagir le groupe Vocal et le

La chorale est accueillie par le grand chef à la chefferie de Nécé le 13 juillet 2013.

La chorale pendant sa représentation Disney Ciné Concert à l’eika de Ténane le 14 juillet 2013.

2015, le groupe Vocal de retour à Maré « Entre-temps, le grand chef et les descendants d’Abraham Manane nous ont officiellement offert le chant La Monique à l’occasion d’un geste coutumier place des Cocotiers à Nouméa », se souvient Pascale. Le groupe Vocal chantera leur version de La Monique pour la première fois devant le cercueil du grand chef pendant la veillée mortuaire. Quand la chorale revient à Maré en octobre 2015, c’est pour présenter son nouveau spectacle La rencontre des mondes, à Nécé, Rôh et Pénélo. « C’était une promesse faite à Nidoïsh, qui aimait l’idée qu’on aille chanter chez les catholiques », précise Pascale. JeanMarc, l’un des chanteurs du groupe, se remémore un moment

qu’il qualifie de mystique. « Lors de ce spectacle à Maré en 2015, au moment où l’on a entonné La Monique, une fenêtre s’est ouverte et a fait entrer à l’intérieur du temple de Nécé la tempête qui grondait dehors. Ça s’est arrêté quand le chant s’est terminé. C’était mystique. On a tous eu le sentiment que le grand chef était venu. Je m’attendais à lire dans Les Nouvelles du lendemain qu’on avait retrouvé l’épave ! » À Pénélo, les chanteurs seront émus par les gestes que les anciens et les mamies leur adressent, touchés par le chant La Monique et les liens que tous ont avec les disparus.


DOSSIER SPÉCIAL

© Sophie Mendes

7

Lors de la représentation à Tawaïnedr le samedi 14 juillet 2018.

2018, une dernière prestation étonnante à Tawaïnedr et Atha C’est dans le cadre de la Fête du Ura, puis à l’eika d’Atha le lendemain, que le groupe Vocal, accompagné de la troupe de danse RéSurreCtion Crew, a pu présenter son dernier spectacle aux Si Nengone, D’1 Rive à l’Eau-tre. Un dialogue entre un style musical ancien, le baroque, et une danse actuelle, le hip-hop. Une rencontre entre deux mondes qui a beaucoup plu au public de la fête du Ura, formé de jeunes et de moins jeunes. L’expression de deux arts qui pouvaient toucher tous les cœurs. Un défi artistique et technique largement relevé par tous. De retour à Nouméa, voici ce que Pascale a voulu partager de ce moment vécu à Maré : « Nous avons adoré notre week-end à Nengone. Nous sommes heureux d’avoir pu

donner notre spectacle au mieux des possibilités du moment et de l’endroit. Nous sommes tellement honorés que le public ait bravé la pluie et le vent du premier quart d’heure pour, tantôt en mode drive in, tantôt sous la capuche ou le parapluie, profiter de ce moment. Cette kyrielle d’enfants accrochés devant à la barrière, entonnant un merci sonore dans l’unité et la joie a fait oublier tout ce qui a manqué en confort, pour le transformer en émotion. Il n’y a que ça qui compte, ainsi que tous les efforts déployés et la reconnaissance des Si Nengone, sans oublier la volonté indéfectible de la commune de nous faire nous sentir chez nous. »

© Vocal

Photos : © Sophie Mendes

Une rencontre entre deux mondes qui a touché tous les cœurs


UNE JOURNÉE AVEC... 8

L’école de Tadine Découvrez de l’intérieur l’école de Tadine qui fait face au port. Elle accueille cette année, le temps des travaux, les petits de l’école maternelle.

La primaire de Tadine

Les 5 élèves de CP et 13 élèves de CE1 dans la classe de Hélène Waimene. Après avoir travaillé pour la fête des parents en période 1, ils s’attaquent à la création d’un petit jardin de plantes médicinales dans le cadre d’un projet avec le CLK, en langue nengone. s de CE2 charge les 5 élève Jean Wanesse a en ec qui il travaille sur trois 1 av et 11 élèves de CM chanson et une expo pour e Un e. né an tte ce ll pour s projet du monde de footba e up co la , ue iale et nd La Moniq mo hie rap nt la géog une ur découvrir autreme po K CL le e danse avec une chanson et un e culturel Yeiwene Yeiwene ntr ce étudiée en représentation au cigale et la fourmi, en fin d’année. La one pour ng ne on faç , sera revue l’occasion. littérature jeunesse

ene auront la de Marguerite Yeiw CM2 de la classe s pour la fête ité inv été t on y Les 11 élèves de Ils Lifou cette année. en nengone. à jet rtir pro pa n de d’u ce an dre ch ca prochain, dans le re se du conte ba tob la oc r en su s le rel iné cultu une danse imag et t an . ch ite un t erm ron l’h Ils présente et le bernardhnanada, l’oiseau de Maré Wade Wa

Une équipe sans qui l’école ne pourrait pas tourner ! Kala Waiwe pour la maternelle, Sophie Jebez pour la primaire, que tous appellent mamie Toto, et Élisabeth Goubairate, surveillante.

Les agents de la cantine de Tadine


UNE JOURNÉE AVEC... 9

La maternelle de Tadine

Les 31 élèves de l’école maternelle de Tadine occupent cette année, en raison de travaux de rénovation de leur école, les locaux de la primaire. Une bonne occasion de découvrir ce qui les attend dans quelques années. ejoine, qui ire, Alexandrine Wh e sections, nn C’est la jeune stagia ye mo petite, petite et aternelle. s’occupe des très e-m aid , ne we Wo ne avec l’aide de Jean

Les moyenne et grande sections sont prises en charge par l’enseignant Joseph Ngadae.

Les projets de la maternelle

Un chant pour la commémoration de La Monique le 31 juillet. La participation à la fête culturelle organisée par les enseignants CLK pour le cycle 1, le 8 novembre à Wakuarory.


CITOYENNETÉ 10

Journée « valeur de la femme communale no Nengone » Retour en images sur la 4e édition de la journée de la femme organisée par la commission communale de la femme et la Fédération des associations de femmes de Maré. C’était jeudi 28 juin sur le marché de Tadine.

Actrices de la condition féminine à Maré Isabelle Iyuienon Oujanou, présidente de l’ONG Femmes Pays, et Henriette Tahmumu, 3e adjointe en charge de la commission communale des femmes.

Retrouvailles émouvantes avec Charlotte Wadrawane, une autre femme engagée au service des femmes.

Ozin Eatene, secrétaire adjointe de l’ONG Femmes Pays.

Jeannine Wahea, 2e adjointe aux commandes de la journée, accueille Henriette Pujapujane, élue provinciale en charge de la commission Femme et Famille.

Avec Émélie Katrawi, chef du service provincial Femme et Famille.

Les « sœurs Malo », Hudruné et Truba, très actives dans l’économie et la valorisation de Maré.

Zoom sur l’ONG Femmes Pays Créée le 8 mars 2018 à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, cette nouvelle ONG a vocation à représenter les femmes calédoniennes à l’international, dans toute leur diversité. Le contact à Maré est la secrétaire adjointe de l’ONG : Ozin Eatene. L’ONG se donne pour objectifs de travailler sur 4 volets : −  L’égalité entre les hommes et les femmes avec, en ligne de mire, la défense des droits des femmes et la lutte contre les violences dont elles sont victimes. −  L’économie solidaire que les femmes kanak ont particuliè-

Jeanne Wanaro, présidente de la Fédération des associations de femmes de Maré.

rement développée. Un réseau d’entraide que l’ONG veut ériger en modèle. −  La culture et les arts pour mettre à l’honneur le savoir-faire en matière de tressage, danse, chant et autres pratiques traditionnelles uniques. −  La lutte contre toutes les discriminations à l’égard des femmes. Un programme ambitieux dans lequel l’ONG s’investit déjà en siégeant au conseil de lutte contre les discriminations, en participant à une formation couture à Mallicolo pour partager avec les femmes vanuataises ou encore, en organisant un marché tous les deux mois à l’espace expo-vente solidaire Arti’Fées de Nouméa.


PORTFOLIO : Une belle mobilisation, l’occasion de se retrouver.

CITOYENNETÉ 11


PORTRAIT 12


PORTRAIT 13

Rosina Wayaridri Un trésor de femme

Rosina Wayaridri, mariée Uedre, est maman de quatre filles et cinq garçons, et grand-mère de vingt petits-enfants. Elle fait elle-même partie d’une fratrie de dix enfants dont elle est la deuxième. Autant dire que la famille et l’éducation, ça la connaît ! Rosina a grandi à Hnawayac, où son père travaille au champ pour payer les études de ses enfants. C’est après un examen d’admission de deux jours à Tadine, alors qu’elle termine son CM1, que Rosina quitte Maré pour se rendre à Poindimié. Elle y poursuit son CM2 puis entre au collège, avant de partir pour Nouméa, au lycée Lapérouse. Elle ne terminera pas sa scolarité, soucieuse de rentrer à Maré auprès de ses parents, tous deux hospitalisés à Tadine. Nous sommes en 1973. Pour subvenir aux besoins du foyer, elle postule au vice-rectorat pour des remplacements dans les écoles et obtient son premier poste à l’école de Padawa, le temps du congé administratif du moniteur Keciehni Wagada. « Ce premier poste m’a encouragée à m’investir dans ce métier », commence à se souvenir Rosina. En 1977-78, elle fera partie d’un groupe d’enseignants remplaçants désignés pour suivre une formation d’un an à l’École normale après un examen à l’école de Nécé où elle a été reçue. Si cette formation l’a menée à suivre des stages dans des écoles de Nouméa et du Grand Nouméa, Rosina enseignera surtout à Maré, de Tadine à Tuo, Wakuarory, Atha et Hnawayac où elle terminera sa carrière en tant que directrice en 2008.

féminine à la Province. « Elle m’a demandé de l’accompagner pour un événement appelé Destination îles Loyauté au quai Ferry. J’y ai apporté des objets que j’avais tressés à Maré et y ait animé un atelier de tressage. » Leur collaboration avait commencé. Depuis ce premier voyage avec la Province, Rosina fait partie de la Fédération des femmes en tant qu’artiste. Elle sera choisie deux fois pour participer au Festival des arts du Pacifique aux îles Salomon et à Guam, et une fois au Festival mélanésien. Bien avant 2008, Rosina avait appris à tresser des nattes avec sa mère qui avait un champ de pandanus. « Ma mère et ma grandmère tressaient des nattes et des paniers. Je les observais. Maintenant, je tresse toute seule sur la base de ces souvenirs. Ces trésors sont rangés dans les tiroirs de mon cœur et ils sortent. Je m’envole avec tous ces tressages. » En classe aussi elle exploitait ce savoir-faire avec les enfants pour leur apprendre, de façon pratique, à compter ou à fabriquer des phrases.

Des trésors dans la nature

Cette activité artistique est lucrative, puisque ses productions sont vendues. Des mamans viennent également lui passer commande à la maison. « Avec la petite enveloppe gagnée Des trésors dans la salle de classe « J’ai beaucoup appris des enfants. Ils étaient aussi des for- lors de ma première sortie, j’ai acheté une bétonnière et une mateurs. Ils arrivent avec des problèmes de la maison. Il faut tronçonneuse. Mon fils a pu construire un faré. La bétonleur redonner la joie de vivre. Ne jamais leur dire ‟c’est mal”. Ce nière continue à tourner dans les foyers, pour les besoins de sont autant de trésors que l’on a devant nous. Il faut toujours construction des familles. Grâce à cette activité, je continue leur donner des paroles d’encouragement et de félicitations. à aider mes enfants. Les feuilles de cocotier et de pandanus Nous sommes là pour les sont dans la nature mais me aider à construire leur vie. permettent d’avoir des rentrées d’argent ! Papa disait Je n’aime pas le mot déque ces éléments de la linquance. J’aime les mots qui construisent la vie. Les nature étaient des trésors. enfants sont des dons de Maman disait qu’ils ne Dieu. Même adulte, on a besoin de mots qui consolent, de mots parlent pas mais travaillent beaucoup. Quand ils sont chargés, qui construisent. » Tous ces enfants ont donné un sens à sa ils font tomber les fruits pour qu’on se serve. Les éléments de vie et à un choix de carrière qu’elle n’a jamais regretté. « Des la nature nous apprennent à partager. » Rosina aime toutes les parents et d’anciens élèves viennent encore me remercier. Mais rencontres qu’elle a faites au cours de sa vie et ce vivre enc’est Dieu qui m’a enseigné comment m’y prendre avec ces semble auquel elle adhère. En brousse, elle se souvient de ces filles de pasteur qui lui ont beaucoup appris, et de la commune petits trésors dans les salles de classe », dit-elle humblement. de Poindimié qui « a beaucoup fait pour les enfants des îles. J’ai toujours partagé mes histoires pour transmettre ce qu’on m’a Des trésors dans les tiroirs de son cœur Quand en 2008, jeune retraitée, Rosina confectionne des élé- appris, quand j’étais moi-même élève ». Un jour, Rosina aimerait ments de décoration pour l’installation du pasteur Paul Saulia bien aller remercier ces gens de Poindimié, comme elle remerà Padawa, elle se fait remarquer pour son travail de tressage cie encore Charlotte Wadrawane pour son implication quand auprès de Charlotte Wadrawane, alors en charge de la condition elle était à la province.

« On a besoin de mots qui consolent, de mots qui construisent »


ACTUALITÉ MUNICIPALE 14

Johannes Ekediwo

Porte-parole du conseil municipal jeunes Parce qu’il vient d’être désigné porte-parole par les jeunes conseillers municipaux, nous vous proposons le portrait de ce jeune homme de 28 ans, plein d’ambition pour la jeunesse de Maré. Après une scolarité à Maré, Johannes s’envole pour Nouméa où il entame une formation Maintenance au lycée Jules-Garnier. Avec son BEP et un niveau bac pro, il quitte néanmoins ce domaine d’activité et se fait engager comme brancardier au CHT de Nouméa pendant trois ans, puis dans les cliniques Magnin et Baie des citrons pendant un an. Il décide finalement de rentrer à Maré pour aider ses parents qui y vivent seuls et travaille à la tribu avant d’être engagé comme surveillant pour les études du soir au collège de Tadine pendant un an. Sans emploi aujourd’hui, il reste très actif au sein de sa tribu. Investi avec les jeunes de la paroisse de Ténane, il a participé au Kerisiano et aux 160 ans de l’école pastorale de Béthanie. Fervent pratiquant de volley-ball, d’athlétisme et de football (où il opère aussi comme arbitre), avec deux années de sport études à son actif, il s’engage pour la jeunesse dans le domaine sportif. « Le sport est ce qui me définit le mieux probablement. Il me permet de garder la forme et de conserver des rapports humains avec les autres jeunes. J’aimerais encourager les jeunes et les moins jeunes à pratiquer le sport », et pourquoi pas au sein de l’OMS ?

des conséquences liées à ces abus. On pointe les jeunes qui boivent et qui fument, mais pour moi, ça n’est pas de leur faute. Il faut aussi s’intéresser à l’éducation à la maison. »

Son souhait pour l’avenir

« Je prie pour que les grandes chefferies travaillent ensemble. On a le sentiment que c’est chacun pour soi. »

Sa participation au CMJ

« Je suis déjà impliqué dans les organisations relatives à la jeunesse, dans le sport, etc. Il faut aussi que les jeunes fassent leur part dans la construction de demain. C’est cela qui m’a poussé à être candidat comme porte-parole. Les autres me disaient d’y aller, ils avaient peur de se présenter. Moi, je n’ai pas peur. J’ai l’habitude de parler. J’ai été vice-président de la Journée mondiale de la jeunesse pour la Province des îles. J’ai eu à discuter avec les institutions. Je me sens à l’aise. »

Ses ambitions pour la jeunesse de Maré

« Pour faire avancer Maré, en retard par certains côtés, il faudrait des plateaux sportifs comme il en existe à Lifou. Il faut aussi continuer de développer la formation des jeunes de l’île pour encadrer les plus jeunes et les enfants. En somme, créer des structures et des compétences. Il faut occuper les jeunes en initiant leurs projets dans les tribus. Et tenir compte de notre vision, différente de nos aînés. Elle n’est pas moins bien pour autant. »

L’un des problèmes majeurs de la jeunesse maréenne

« Il n’y a pas de délinquance grâce à nos traditions et nos coutumes, mais l’alcool est un fléau. Je ne bois pas, je ne fume pas, car ça ne sert à rien. J’encourage les jeunes à arrêter en raison

Johannes Ekediwo en mairie de Tadine. Récemment désigné porte-parole du CMJ qui a vu le jour cette année à Maré, il s’investit déjà dans les dossiers communaux et « observe pour le moment ».


INFOS DIVERSES 15

Calendrier culturel QUOI

QUAND

Commémoration La Monique

31 juillet

Tadine

Fifo hors les murs

6 → 10 août

Wakuarory

Jeudi du centre-ville

9 août

Nouméa

Fête du wajuyu

9 → 11 novembre

Roh

Fête de la musique

25 → 30 novembre Maré

Fête du patrimoine

5 → 6 décembre

Fête du wailu

27 → 29 juillet

Journées communales/ marché de Noël

Hnawayac

bulle on. Dorénavant, dans le tion des autres lecteurs ou de la rédacti na sti coups de vos courriers à de s coups de cœur ou vo de rt pa re fai us om ou en N’hésitez pas à no ngone@gmail.c ne n. io at ic un m munication. gueule, via : com l’attention de la com à ie air m en r rie ur déposant votre co

Wakoné

14 → 15 décembre Nouméa

Noël des enfants/feu d’artifice 21 décembre

teurs c le s e d r ie r r u à Co place sera dédiée tin municipal, une

Tadine

Sous réserve de modifications

Le savie z-vous ?

La comm une d Découvre ispose dorénavan z-le et do t de son s nnez-nou ite Intern devienne s et. v otre avis aussi votr p our qu’il e o u til de com www.m munic airiede mare.c ation ! om

Numéros utiles Mairie

Tadine : 45 41 07 7 h 15-11 h 30 / 12 h 30-16 h 15 (15 h 15 le vendredi) Annexe de La Roche : 45 43 28 7 h 15-11 h 30 / 12 h 30-16 h 15 (15 h 15 le vendredi) Permanence du maire le mardi. Permanence CCAS et Régie le mercredi matin.

Syndicat d’Initiative Nengone Tadine : 45 03 49 8 h 30-11 h 30 / 13 h-16 h 15 (15 h 15 le vendredi)

Dispensaire (24h/24h)

Tadine : 45 41 01 7 h 30-11 h 30 / 14 h-16 h 30 (semaine) La Roche : 45 42 12 8 h-midi / 14 h-17 h (semaine)

Poste

Tadine : 45 41 05 7 h 45-15 h (semaine) La Roche : 45 41 25 10 h-14 h (semaine)

Air Calédonie

La Roche : 45 55 10 Vente à distance : 25 21 77 Horaires d’ouverture du comptoir : 7 h 30-11 h / 14 h-17 h du lundi au vendredi (7 h 30-11 h le samedi) + selon horaires des vols week-end et jours fériés

Gendarmerie – 24h/24h

Tadine : 45 53 00 (en journée) ou le 17

Province des Iles Loyauté Antenne de La Roche : 45 44 00 7 h 30-11 h 30 / 12 h 30-16 h 30 (15 h 30 le vendredi)

Centre d’enfouissement et de traitement

La Roche : 72 75 19 7 h-11 h / 12 h 30-15 h 30 (semaine)

Pharmacie

Tadine : 45 45 50 8 h-midi / 13 h 30-16 h 30 (semaine)

Banque BCI

Tadine : 25 53 20 7 h 20-midi / 13 h-15 h 45 (13 h 30 le mercredi)

Betico

Tadine : 45 05 85 7 h 30-midi / 13 h-15 h 45 (semaine)

Centre de secours et d’incendie (24h/24h) Tadine : 18


CELLuLE ENSEIGNEmENT SupérIEur

La reussite

pour horizon

Province des Îles loyauté

Originaire de la province des Îles, tu désires poursuivre tes études en Nouvelle-Calédonie ou hors du Territoire. La province des Îles s’engage avec toi.

Pour connaître les conditions d’attribution et pour plus d’informations, tu peux nous joindre au 28 18 26 ou nous rejoindre à la Direction Générale des Services de Nouméa. ATTENTION : Le retrait des dossiers se fait début juillet et le dépôt avant le 30 septembre de l’année précédant la rentrée universitaire.

Direction Générale des Services de Nouméa 10, rue Georges Clémenceau, centre-ville Tél. 28 18 26 - Fax 28 06 00

NENGONE INFO N°12  

NENGONE INFO N°12 BULLETIN MUNICIPAL DE MARE PROVINCE DES ILES LOYAUTE NOUVELLE-CALEDONIE

NENGONE INFO N°12  

NENGONE INFO N°12 BULLETIN MUNICIPAL DE MARE PROVINCE DES ILES LOYAUTE NOUVELLE-CALEDONIE

Advertisement