Page 1

RAPPORT DEVELOPPEMENT DURABLE 2017 POUR L’ANNEE 2016


SOMMAIRE 3

Synthèse de la situation 2016 .............................................................................................................................. 4 Préambule ............................................................................................................................................................ 6 Les 5 finalités du développement durable et les éléments déterminants de méthode 1. La lutte contre le changement climatique Eléments de contexte ..................................................................................................................................... Objectifs généraux .......................................................................................................................................... Politique régionale............................................................................................................................................ Action Phare : Guide environnemental de construction et de rénovation durables ............................. Fonctionnement de la collectivité ................................................................................................................. Axes d’amélioration ......................................................................................................................................... 2. La préservation de la biodiversité, des milieux et des ressources Eléments de contexte ..................................................................................................................................... Objectifs généraux .......................................................................................................................................... Politique régionale ........................................................................................................................................... Action Phare : Projet Green Sensor ................................................................................................................ Axes d’amélioration ......................................................................................................................................... 3. La cohésion sociale et la solidarité entre les territoires et les générations Eléments de contexte ..................................................................................................................................... Objectifs généraux .......................................................................................................................................... Politique régionale ........................................................................................................................................... Action Phare : Programme de coopération décentralisée entre la Région Nouvelle-Aquitaine et la Région du Plateau central (Burkina-Faso) ............................................................................................ Fonctionnement de la collectivité ................................................................................................................. Axes d’amélioration ......................................................................................................................................... 4. L ’épanouissement de tous les êtres humains Eléments de contexte ..................................................................................................................................... Objectifs généraux .......................................................................................................................................... Politique régionale ........................................................................................................................................... Action Phare : Mise en service de nouveaux matériels ferroviaires ........................................................... Fonctionnement de la collectivité ................................................................................................................. Axes d’amélioration ......................................................................................................................................... 5. Une dynamique de développement suivant des modes de production et de consommation responsables Eléments de contexte ..................................................................................................................................... Objectifs généraux .......................................................................................................................................... Politique régionale ........................................................................................................................................... Action Phare : Lutte contre le gaspillage alimentaire ................................................................................. Fonctionnement de la collectivité ................................................................................................................. Axes d’amélioration .........................................................................................................................................

10 11 13 14 21 22 23 24 25 26 27 34 35 36 37 39 40 45 46 47 48 49 51 52 60 61 62 63 64 66 67 76 77 78

6. Les éléments déterminants de méthode Eléments de contexte Objectifs généraux PARTICIPATION DE LA POPULATION ET DES ACTEURS Politique régionale ........................................................................................................................................... Action Phare : Lancement du Conseil permanent de la transition énergétique et du climat (COPTEC) et mise en place du CRATEC (in extenso), outil participatif ..................................................... Fonctionnement de la collectivité ................................................................................................................. Axes d’amélioration ......................................................................................................................................... ORGANISATION DU PILOTAGE ET TRANSVERSALITE Politique régionale ........................................................................................................................................... Action Phare : Le COPTEC : un organe de pilotage transversal de la TEC - « Le carnet des suggestions COPTEC » ..................................................................................................................................... Fonctionnement de la collectivité ................................................................................................................. Axes d’amélioration ......................................................................................................................................... EVALUATION ET STRATEGIE D’AMELIORATION CONTINUE Politique régionale .......................................................................................................................................... Action Phare : Le Conseil permanent de la transition énergétique et du climat (COPTEC) : une stratégie d’innovation en faveur de la TEC .......................................................................................... Fonctionnement de la collectivité ................................................................................................................. Axes d’amélioration .........................................................................................................................................

80 81 84 85 85 87 88 89 90 90 91 92 94 95 95 96 97 98

Annexes Liste des indicateurs ......................................................................................................................................... 99 Liste des Référents développement durable ............................................................................................... 100 Lexique .............................................................................................................................................................. 102

RAPPORT DÉVELOPEMENT DURABLE 2017

Editorial du Président


EDITORIAL

À l’heure de la mondialisation des échanges et du constat unanime d’une planète affectée par les impacts négatifs sur l’environnement donc nuisant à la qualité de vie et à la santé des populations humaines, le développement durable de la Nouvelle-Aquitaine est un enjeu majeur pour le conseil régional. C’est une priorité pour celles et ceux qui y vivent, c’est un investissement innovant pour l’avenir mais également, une obligation de solidarité avec l’ensemble des autres régions du monde. Agir régionalement en pensant globalement, voilà le sens de l’action que porte notre collectivité et que je souhaite que nous partagions plus encore ensemble et au quotidien.

La Région a innové dans de multiples domaines et au-delà de ses compétences premières pour que le développement durable soit une réalité concrète pour les habitants, les entreprises, les associations et les collectivités locales : transport par le train, plan contre le gaspillage alimentaire dans les lycées, formation professionnelle pour les publics fragiles en recherche d’un emploi qualifié, territoires à énergie positive, Usine du futur alliant modernisation des outils de production et accompagnement des ressources humaines, agroécologie et agriculture biologique, Tiers lieux, rénovation énergétique des logements, Pôles de santé en milieu rural, …. Autant d’exemples que vous découvrirez dans ce premier Rapport développement durable de la Nouvelle-Aquitaine. Ils peuvent apparaître disparates. Ce n’est pas le cas, bien au contraire : ils reflètent une vision globale, inclusive et environnementale d’un aménagement du territoire qui associe intelligemment et dans une perspective de temps long les dimensions économique, sociale et environnementale. Cette vision globale s’illustre également avec la création, en 2016, du Conseil permanent de la transition énergétique et du climat, qui vise tant au sein de l’administration régionale qu’avec les partenaires publics et privés de la Région, à travers le Comité régional des acteurs, à partager les mêmes ambitions sur la réduction des gaz à effet de serre, les économies d’énergie, les énergies renouvelables et l’adaptation au climat, ainsi qu’à démultiplier et multiplier les initiatives sur l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine.

Alain Rousset

3

RAPPORT DÉVELOPEMENT DURABLE 2017

2016 est une année toute singulière pour notre exceptionnel territoire, celle de la naissance officielle de la Région Nouvelle-Aquitaine. Elle est aussi particulière : enrichie des politiques volontaristes en matière de développement durable des trois anciennes régions, 2016 a permis de dynamiser notre action pour un monde plus soutenable.


SYNTHÈSE DE LA SITUATION 2016 • •

• •

Concernant la cohésion sociale et la solidarité entre les territoires et les générations sur son territoire et avec les territoires extérieurs, la Région s’efforce d’assurer la cohésion par le développement territorial, notamment par des contrats d’accompagnement des projets de territoire prenant en compte leur fragilité, de faciliter la communication par le développement d’une mobilité durable, en particulier grâce à la modernisation des pôles multimodaux de transports, de maintenir les services et d’améliorer la qualité de vie en déployant les infrastructures numériques. Elle s’attache à promouvoir au sein de ses politiques, l’égalité entre les femmes et les hommes, l’inclusion sociale et l’insertion professionnelle des personnes fragiles et/ou en difficulté. À cet effet, elle a adopté en décembre 2016 les principes et les modalités de la nouvelle politique contractuelle pour soutenir et développer les atouts de tous les territoires. L’objectif : optimiser la mise en œuvre des politiques sectorielles régionales à leur service, apporter un appui différencié aux territoires les plus vulnérables et co-construire les contrats avec les territoires, depuis le diagnostic jusqu’à la mise en œuvre du plan d’actions contractualisé. Au titre de sa politique de mobilité durable et d’encouragement des modes de travail alternatifs, elle a amplifié la modernisation et la mise en accessibilité des gares et haltes TER et a lancé un nouvel AMI TiersLieux 2017-2018, afin de réaliser un maillage de proximité (« Partout à moins de 20 minutes de chez soi »). Au titre de ses dispositifs de promotion de l’égalité femmes hommes et de lutte contre les discriminations, elle a soutenu 76 structures (associations, lycées, universités, collectivités, etc.) portant des initiatives favorisant la lutte contre les discriminations et l’égalité dans le cadre de l’appel à projets Égalité 2016-2017, ainsi que le projet de recherche « Décrochage scolaire en zone rurale », etc. Enfin, dans le cadre de ses initiatives en faveur de la solidarité entre les territoires, elle a poursuivi à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine le partenariat avec la Région du Plateau Central, au Burkina Faso, dans le cadre d’une coopération décentralisée structurante inscrivant ce projet dans une dynamique favorable au développement économique et à la création d’emplois.

Ainsi, en matière de lutte contre le changement climatique et de protection de l’atmosphère, la Région Nouvelle-Aquitaine vise à intégrer cette finalité à l’ensemble de ses politiques, notamment par la performance énergétique des bâtiments comme les lycées et les CFA, l’efficacité énergétique des entreprises, l’intégration d’une démarche environnementale à l’ensemble des opérations de construction et de rénovation, la mobilité durable et à développer fortement les énergies renouvelables, les filières decarbonées, comme les matériaux biosourcés. À noter, en particulier, au titre de l’exercice 2016 : • • • • • •

le lancement de nouvelles dynamiques, telles que le plan régional pollinisateurs avec la conférence de Gilles Bœuf (biologiste français, Professeur à l’Université Pierre et Marie-Curie), le lancement d’une démarche de concertation sur l’eau afin de définir les orientations et priorités régionales ; la mise en place d’un cadre régional à l’échelle néo-aquitaine, comportant une démarche de concertation régionale sur l’élaboration de la politique d’éducation Nature Environnement pour un Développement Soutenable avec l’adoption du règlement d’intervention et l’adoption du cadre d’intervention de la politique régionale pour les Parcs Naturels Régionaux après concertation avec les parcs ; l’extension à la Nouvelle-Aquitaine d’un certain nombre de dispositifs, tels que la certification environnementale AREA (Agriculture Respectueuse de l’Environnement en Aquitaine) ; l’appui aux projets de recherche concourant à l’innovation dans le domaine environnemental (Athéné, destiné à prédire la composition future des forêts en Aquitaine, POLLIMPACT, relatif d’une part à l’impact sur la santé de l’exposition aux polluants atmosphériques et d’autre part aux méthodes de traitement de ces pollutions, MODICO, visant à concevoir un outil de simulation permettant de prévoir les transferts de contaminants vers la mer et les pertuis charentais, etc.).

les 9 démarches TEPOS (Territoires à énergie positive) en cours, 5 en ex-Poitou-Charentes et 4 en exAquitaine, couvrant 2 % de la population régionale (307 250 personnes) ; les dispositifs et outils soutenus ou mis en place par la collectivité, en faveur de la rénovation énergétique des bâtiments (Reno’Aqt, Artéé, Espaces InfoEnergie, etc.) ; les dispositifs en faveur de la performance énergétique des entreprises, tels que l’appel à projets Compétitivité énergétique des entreprises lancé en 2016 dans le cadre de l’Usine du futur ; le plan comptages des flux et Gestion technique centralisée (GTC) des bâtiments des EPLE, première étape pour harmoniser les pratiques sur les établissements d’enseignement afin de réaliser des économies d’énergie et d’eau significatives ; le guide environnemental de construction et de rénovation durables, outil de référence pour l’harmonisation des procédures au niveau de la Région en matière de construction durable ; l’accélération du développement des filières de production d’énergie d’origine renouvelable : solaire thermique et photovoltaïque, énergies marines, méthanisation et biomasse (1re énergie renouvelable du territoire régional).

Afin de préserver les ressources naturelles et la biodiversité du territoire néo-aquitain, la politique régionale est fondée en priorité sur la préservation et la valorisation des espaces naturels (trame verte et bleue, PNR) dans un contexte de pressions foncières et climatiques (mitage, étalement urbain, plantes invasives, érosion littorale, etc.), sur la gouvernance pour une coordination des politiques publiques en matière de biodiversité (Agence régionale de la biodiversité de Nouvelle-Aquitaine), sur l’accompagnement des acteurs pour assurer l’intégration de ces enjeux, en particulier au travers de l’encouragement de pratiques touristiques durables (aménagement durable des stations et des territoires touristiques du littoral) et de productions agricoles soutenables (démarche environnementale de certification, certification Agriculture Biologique, agroforesterie) ainsi que sur la sauvegarde des ressources naturelles, comme l’eau –bien commun- et la réduction des impacts environnementaux des activités, notamment grâce au soutien à la recherche. À noter plus spécifiquement en 2016 :

La collectivité a la volonté de participer à la Finalité d’épanouissement de tous les êtres humains, ce à travers les questions de formation, de qualification professionnelle, de santé et de bien-être. Afin de tendre vers cette Finalité dans sa politique territoriale, elle a ciblé plus particulièrement en 2016 la promotion d’une politique de formation favorisant l’accès à l’emploi et répondant aux besoins en compétences des entreprises régionales, la lutte contre la précarité afin d’enrayer l’isolement social et d’améliorer les conditions de vie des populations les plus fragiles, l’appui aux conditions d’une mobilité choisie, l’accès de tous les néo-aquitains à une culture émancipatrice, l’accès au sport pour le plus grand nombre, la protection de la santé des néo-aquitains et l’affirmation comme priorité de la politique jeunesse. Elle a développé plusieurs actions de formation en faveur de l’accès à l’emploi en 2016, en particulier le programme régional de formation au service de la croissance verte pour développer les compétences des

4

RAPPORT DÉVELOPEMENT DURABLE 2017

N

ouvel acte de la décentralisation, la loi portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe) du 7 août 2015, redéfinit la carte de France des Régions et leur confie de nouvelles compétences. Parmi celles-ci figure la compétence en matière de développement économique avec l’élaboration du schéma régional de développement économique, d’innovation et d’internationalisation (SRDEII). 2016 marque la naissance de la Région Nouvelle-Aquitaine résultant de la fusion des ex-Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes. La collectivité régionale l’a mise à profit pour définir ses politiques et harmoniser les régimes d’intervention des ex-Régions. Elle a adopté le 19 décembre 2016 son SRDEII, fondé sur les principes suivants : le souci d’aménagement du territoire régional, le respect du développement durable, l’égalité femmes-hommes, la recherche de la simplification et de l’efficacité et la volonté de coopération permanente. L’intégration du développement durable dans l’ensemble de ses dispositifs, programmes et actions a été considérée avec une logique de transversalité. Un nouveau réseau de Référents développement durable au sein de l’administration régionale a été constitué pour cela. La transition énergétique et l’adaptation au changement climatique sont pleinement intégrées à la première des 9 orientations stratégiques de son SRDEII : «Anticiper et accompagner les transitions numériques, écologiques et énergétiques, et de mobilité». C’est un fil conducteur et un axe central du développement durable de par l’importance des impacts du changement climatique et des coûts d’accès à l’énergie pour les activités socio-économiques de la Nouvelle-Aquitaine.


SYNTHÈSE DE LA SITUATION 2016 • •

En matière de participation de la population et des acteurs, la Région Nouvelle-Aquitaine soutient des instances de participation variées pour organiser la concertation avec les acteurs du territoire et pour parvenir à construire un socle commun de connaissances nécessaires à une action concertée et partagée. À noter en particulier : • • •

• • • • • •

la mise en place dans le domaine de la Transition énergétique et du climat, du conseil permanent (COPTEC) chargé du pilotage transversal de cette politique ; la structuration de 20 comités de ligne adaptés au nouveau contexte territorial avec des approches par ligne ou par bassin de vie ; 10 territoires lauréats de l’appel à projets « Vulnérabilité et adaptation du territoire face au changement climatique », volontaires pour l’élaboration de leur stratégie locale d’adaptation aux changements climatiques.

En matière d’organisation du pilotage et de transversalité, la Région promeut un pilotage partenarial de l’ensemble des projets qu’elle soutient et le déploiement du développement durable sur l’ensemble du territoire. Aussi, elle encourage, par exemple, le partenariat et la co-construction de solutions pour la transition énergétique et l’adaptation au climat. Illustration en est donnée avec « Le carnet des suggestions » impliquant toutes les Directions pour enrichir toutes les politiques d’un volet climat-énergie ou encore avec le lancement du projet Resonance (Responsabilité Sociétale pour une Nouvelle-Aquitaine Novatrice, Compétitive & Exemplaire), lors du Colloque du 23 novembre 2016 qui a rassemblé 180 entreprises et organisations. Ce projet favorise le déploiement de la démarche de RSE/O sur le territoire.

Pour lancer et soutenir des dynamiques de développement suivant des modes de production et de consommation responsables, la Région s’attache à développer l’économie des éco-activités et les démarches d’écoconception (éco-socio conditionnalités des aides régionales aux entreprises agroalimentaires, Mesures Agro-Environnementales et Climatiques, promotion de démarches éco-responsables dans le tourisme…), à soutenir la recherche et le transfert de technologies (projet Bio Protection Fermentation, Institut des Batteries…), à promouvoir une économie sociale et solidaire - ESS (soutien à l’Insertion par l’activité économique, appui au développement des entreprises de l’ESS, expérimentation de projets socialement innovants…), à soutenir le développement d’une économie bleue régionale. En particulier en 2016 : •

la conférence co-organisée par la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (RESS), l’Etat et la Région a permis de proposer une vision stratégique pour le développement de l’ESS dans les années à venir ; des comités de pilotage et des comités techniques sont mis en place pour déployer à la rentrée 2017 des actions d’envergure pour la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Enfin, en matière d’évaluation et de stratégie d’amélioration continue, la Région veut généraliser une culture de l’évaluation en interne et avec les partenaires extérieurs et inscrire l’action régionale dans une démarche d’amélioration continue globale. À noter à cette fin : •

un comité de pilotage régional a été mis en place pour travailler à un approvisionnement bio et en circuits courts des restaurants des lycées ; un colloque, organisé par l’AFNOR, a invité les établissements éco-labellisés, sites de visite et offices de tourisme, à étendre l’Ecolabel à tous les acteurs de l’écotourisme de Nouvelle-Aquitaine ; le dispositif pour accompagner durablement un développement à long terme des entreprises agroalimentaires avec la prise en compte des composantes environnementales et sociétales a été étendu à l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine ; un AMI est lancé par la Région pour soutenir les innovations en termes de pulvérisation ou autres techniques permettant de réduire en quantité et limiter dans le temps l’utilisation des pesticides ; plus de 1000 agriculteurs ont demandé à contractualiser des surfaces en Mesures AgroEnvironnementales et Climatiques (MAEC) pour un montant total d’aide d’environ 40 M€ ; lancement, en novembre 2016, d’un appel à projets pour aider les exploitants agricoles se lançant dans l’agroforesterie ; une harmonisation du Plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations agricoles (PCAE) pour l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine ;

5

la mise en place lors de la séance plénière d’octobre 2016 de la CEPP (commission d’évaluation des politiques publiques), chargée d’élaborer et de présenter, conjointement aux propositions des services, le programme d’évaluation annuel.

RAPPORT DÉVELOPEMENT DURABLE 2017

demandeurs d’emplois, le dispositif « Nouvelle Chance » pour donner un 1er niveau de qualification à des personnes en difficulté d’insertion et le « Plan national 500 000 formations supplémentaires » pour permettre aux publics demandeurs d’emploi de construire un projet professionnel et d’accéder à une qualification ou directement à un emploi. Pour lutter contre la précarité en matière scolaire, les dispositifs existants ont été harmonisés en un seul, intitulé « Aides de rentrée scolaire », applicable dès la rentrée scolaire de 2016-2017. Pour faciliter une mobilité soutenable et choisie, dès l’été 2016, une première phase d’harmonisation des tarifications des transports collectifs régionaux a été déployée pour les tarifs occasionnels. Pour atteindre l’objectif d’une réouverture de la ligne ferroviaire internationale entre Pau et Canfranc en Espagne, les circulations ferroviaires entre Oloron-Sainte-Marie et Bedous, stoppées depuis plusieurs décennies, ont repris le 26 juin 2016. Pour permettre l’accès des jeunes à une culture émancipatrice, la collectivité a notamment mis en place le Nouveau-Festival, qui fait suite aux festivals lycéens qu’organisaient les 3 ex-Régions. Elle favorise l’intégration du développement durable au sport, à travers ses trois dispositifs (soutien aux ligues et comités régionaux des fédérations sportives et à leur regroupement régional, soutien aux manifestations sportives de rayonnement national ou participant à l’animation territoriale d’une thématique régionale, soutien aux équipements sportifs d’envergure nationale ou internationale, de proximité) et en prenant en compte l’insertion de tous les publics, la diversité et la proximité des lieux de pratiques. Enfin, la Région s’est fixée comme objectif en matière de politique de jeunesse, au-delà des compétences clés d’éducation et de formation, de créer les conditions d’un parcours de réussite pour accompagner chaque jeune, dès sa sortie du collège, vers un emploi stable et durable. Il s’agit à ce titre, d’accompagner la vie quotidienne, de motiver la mobilité internationale, de favoriser l’engagement des jeunes et d’encourager l’éducation citoyenne.


PRÉAMBULE Le développement durable, une définition

Avec la promulgation des lois Grenelle 1 et 2, l’Etat français s’est engagé de manière opérationnelle dans une nouvelle étape en faveur du développement durable. Couplées à la Stratégie Nationale de Développement Durable d’alors, elles ont défini les orientations prioritaires de la politique française. Cellesci sont désormais liées à la nouvelle Stratégie Nationale de Transition Ecologique vers un Développement Durable (SNTEDD) pour la période 2015-2020. Un des éléments instaurés par le Grenelle 2 pour les collectivités est notamment l’obligation de rédiger un rapport :

Le concept de développement durable renvoie à autant de définitions qu’il y a d’acteurs dans ce domaine, mais celle qui fait référence dans la plupart des documents officiels est proposée par Gro Harlem Brundtland dans son rapport Notre Avenir à tous (1987) commandé par l’ONU et qui servit de base pour la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement Humain de Rio en 1992 :

« L’article 255 de la loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement prescrit aux collectivités territoriales et aux EPCI de plus de 50 000 habitants d’élaborer un rapport sur leur situation en matière de développement durable. »

Plus récemment, adoptés à l’unanimité lors de l’Assemblée générale des Nations unies en septembre 2015, les 17 Objectifs de développement durable (ODD) définissent une vision universelle du développement pour les peuples, la planète, la prospérité, la paix et les partenariats.

« Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. »

Décret n° 2011-687 du 17 juin 2011 relatif au rapport sur la situation en matière de développement durable dans les collectivités territoriales

17 ODD autour de 5 domaines clés

Ce document doit faire un bilan des politiques, programmes et actions conduits par la Région, au titre du développement durable, dans ses politiques territoriales et en interne, dans le fonctionnement de la collectivité. Au-delà d’un simple état de l’Art, le rapport analyse les processus et méthodes mis en œuvre dans l’élaboration, la mise en place et l’évaluation de ces actions, programmes et politiques. Ces informations permettent de légitimer les politiques publiques et de faire émerger des axes d’améliorations qui vont orienter les politiques à venir. A cette fin, ce document est présenté lors des débats d’orientation budgétaire.

PEUPLE Mettre fin à la pauvreté et à la faim, dans toutes leurs formes et assurer la dignité et l’égalité.

PROSPÉRITÉ

PLANÈTE

Assurer une vie prospère et épanouissante.

Protéger les ressources naturelles et le climat de notre planète pour les générations actuelles et futures.

Le rapport doit être construit selon les cinq finalités et les cinq éléments de méthode décrit par le Cadre de référence pour les projets territoriaux de développement durable publié par le Commissariat général au développement durable.

Les cinq finalités 1 | Lutte contre le changement climatique et protection de l’atmosphère 2 | Préservation de la biodiversité, des milieux et des ressources

Les cinq éléments de méthode

PARTENARIATS

PAIX

Un Partenariat mondial revitalisé pour le développement durable et un esprit de solidarité renforcé.

Favoriser l’avènement de sociétés pacifiques, justes et inclusives, libérées de la peur et la violence.

ONU, BCR mahmoud.ghouil@undp.org Tunis- Septembre 2016

1 | Participation des acteurs

PEUPLE

PROSPÉRITÉ

•Objectif 1. Eradiquer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde.

•Objectif 7. Assurer l’accès à une énergie abordable, fiable, durable et moderne pour tous.

•Objectif 2. Fin de la faim, réaliser la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir une agriculture durable.

•Objectif 8. Promouvoir une croissance économique soutenue, inclusive et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous.

•Objectif 3. Assurer une vie saine et promouvoir le bien-être pour tous à tous les âges.

•Objectif 9. Construire une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation inclusive et durable et favoriser l’innovation.

•Objectif 4. Assurer une éducation de qualité inclusive et équitable et promouvoir les opportunités d’apprentissage pour tous tout au long de la vie.

•Objectif 10. Réduire les inégalités dans et entre les pays.

Ils visent à opérer d’ici 2030 (agenda 2030, convergence du programme Action 21 adopté à la conférence de Rio sur l’environnement et le développement en 1992 et des Objectifs du Millénaire pour le développement adoptés en 2000) une transformation du monde en éradiquant la pauvreté et en assurant sa transition vers un développement durable (économique, social et environnemental) dans tous les PAIX pays, y compris les pays développés, en luttantPLANÈTE contre les inégalités et l’injustice et contre le changement climatique (« transformer les vies tout en préservant la planète »).

2 | Organisation du pilotage

•Objectif 5. Réaliser l’égalité du genre et l’autonomisation des femmes et des filles.

3 | Cohésion sociale, solidarité entre les territoires et les générations

3 | Transversalité de l’approche

4 | Épanouissement de tous les êtres humains

4 | Dispositif d’évaluation partagé

•Objectif 6. Assurer la disponibilité et la gestion durable de l’eau et l’assainissement pour tous.

•Objectif 12. Assurer des modes de consommation et de production durables.

•Objectif 16. Promouvoir des sociétés pacifiques et inclusives pour le développement durable, permettre un accès à la justice pour tous et bâtir des institutions efficaces, redevables et inclusives à tous les niveaux.

PARTENARIATS •Objectif 17. Renforcer les moyens de mise en œuvre et revitaliser le partenariat mondial pour le développement durable.

Il s’agit d’objectifs ambitieux, visant à poursuivre et achever l’éradication de la pauvreté amorcée par la mise en œuvre des OMD, définir des « planchers individuels » constitués d’un ensemble de droits et de services à visée inclusive, établir des « plafonds collectifs » prenant en considération dans chaque domaine des limites imposées par la planète et la capacité des technologies disponibles à les faire reculer et à créer des emplois, sauvegarder l’environnement et combattre les causes du dérèglement climatique. Il s’agira également de renforcer les capacités de mise en œuvre et de développer des institutions efficaces, redevables et ouvertes sur lesquelles le caractère transversal de ces problématiques de développement durable aura des incidences en termes organisationnels et de formes de responsabilité nouvelles. •Objectif 13. Prendre des mesures urgentes pour lutter contre le changement climatique et ses impacts.

•Objectif 14. Conserver et utiliser durablement les océans, les mers et les ressources marines pour le développement durable.

5 | Développement économique suivant des modes de production et de consommation responsables

•Objectif 11. Rendre les villes et les établissements humains inclusifs, sûrs, résilients et durables.

•Objectif 15. Protéger, restaurer et promouvoir l’utilisation durable des écosystèmes terrestres, la gestion durable des forêts, lutte contre la désertification, et stopper et inverser la dégradation des terres et la perte de biodiversité.

5 | Stratégie d’amélioration continue

6

RAPPORT DÉVELOPEMENT DURABLE 2017

Un rapport de developpement durable... pour quoi faire ?


PRÉAMBULE

Les 2 à 3 trillions de dollars relatifs à l’estimation des besoins financiers liés à l’agenda 2030, vont nécessiter la mobilisation de financements innovants, à la fois en termes de sources et de mécanismes, en raison des limites de l’aide publique traditionnelle et du fait que l’épargne ne s’oriente pas spontanément vers des projets de développement durable inscrits dans le long terme et dont le rendement social est élevé mais le rendement privé est apparemment faible et incertain. Afin d’évaluer les résultats de la mise en œuvre de ces objectifs, le caractère quantifiable des cibles associées doit être assuré et va nécessiter l’acquisition d’une nouvelle « connaissance statistique », partagée et uniformisée. Ceci représente en soi une ambition très importante, au regard des difficultés liées à la mobilisation des données et à la mise en place de standards communs entre Etats. La question des indicateurs a été à l’agenda des Nations Unies de l’année 2016. Celles-ci vont jouer un rôle clé dans la mise en place d’un cadre d’évaluation commun à l’ensemble des pays de la planète, qui repose sur un système de rapportage annuel, sous l’égide du secrétaire général des Nations unies, basé sur des indicateurs et des données statistiques nationales. Ce cadre de référence va permettre aux gouvernements de suivre et d’évaluer les politiques publiques à l’aune des trois dimensions du développement durable, ainsi que leurs interrelations. Chaque objectif est décliné en cibles (169 cibles en tout), assorties de 230 indicateurs. Chaque cible représente un futur souhaitable tel que défini par l’ODD correspondant et implique des engagements de la part de chaque pays. Ceux-ci, dès lors qu’ils ont été signés par les Etats (c’est le cas pour la France), devraient se traduire dans les stratégies nationales dès 2016, ce qui nécessite la réalisation d’exercices de prospective et d’analyse des écarts à la cible avec la participation amont de la société civile. La France a présenté un premier rapport sur sa démarche nationale lors du Forum Politique de Haut Niveau des Nations unies (FPHN) qui s’est tenu à New York du 11 au 20 juillet 2016. L’expertise d’une quinzaine de scientifiques et spécialistes, l’apport des parties prenantes (ONG, entreprises, syndicats, associations…) consultées en juin 2016, une concertation avec les territoires et une consultation des citoyens sur internet, ont contribué à l’élaboration de ce premier rapport. Dans le cadre du FPHN de juillet 2017, elle doit présenter un projet d’indicateurs de suivi de 7 des ODD au niveau national, résultant d’un processus participatif de sélection à partir de 110 indicateurs identifiés par l’INSEE, à cette fin.

Légende du schéma On retrouve ici les trois piliers du développement durable : l’écologie, l’économie et le social dont le croisement des trois cercles donne le développement durable représenté par un triangle vert. La culture peut englober ces trois dimensions et se trouve donc aussi placée au centre. Le tout fonctionne grâce à la gouvernance qui entoure le schéma. Par rapport à ces composants principaux, sont également figurés dans des rectangles de couleur, les 5 finalités et les cinq éléments de méthodes du cadre de référence. Chaque finalité et élément de méthode est représenté par un pictogramme qui sera repris tout au long du présent rapport. Enfin, deux flèches représentent les échelles d’espace et de temps dans lesquelles se met en place le développement durable : agir du local au global et du global au local avec un souci d’équité entre les générations. Ont été intégrées les traductions de la démarche aux niveaux local et global, à travers l’agenda 21 local (ou démarche territoriale de développement durable) et les Objectifs de développement durable constitutifs de l’Agenda 2030, ainsi que sa prise en compte à l’échelle française au travers de la stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable 2015-2020.

Le développement durable dans son acception la plus communément partagée, est représenté sous la forme de trois cercles d’importance égale, représentant les trois piliers que sont l’économie, le social et l’environnement, entourés par un cercle qui symbolise la gouvernance, élément fondamental de mise en pratique de ce concept, comme traduit dans le schéma qui suit. À ce schéma général, certaines représentations rajoutent d’autres piliers dont les plus fréquents sont la culture (représenté sur le schéma sous la forme d’un triangle rose concernant les trois éléments principaux) et l’éthique.

7

RAPPORT DÉVELOPEMENT DURABLE 2017

À cette ambition mobilisatrice, mais pour autant non dénuée de certaines critiques sur sa faisabilité ou sur les présupposés qui la fondent, doivent être associées des politiques effectives pour atteindre chaque objectif, assorties des financements correspondants et d’indicateurs pour en évaluer les résultats.


PRÉAMBULE

Ils seront ensuite repris précédés de flèches pour introduire les actions correspondantes. Elles comportent parfois des propos introductifs en italique et peuvent également être organisées selon des sous-objectifs ou encore des sous-sous-objectifs. LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DES LOGEMENTS En Nouvelle-Aquitaine le secteur résidentiel constitue le deuxième secteur consommateur d’énergie (28 %) avec une augmentation de sa consommation de 22 % entre 1990 et 2012. 14,7 % des ménages néo-aquitains sont en situation de précarité énergétique et jusqu’à 38 % pour certains départements, notamment dans l’ex-Limousin. La Région veut accélérer la rénovation énergétique des logements sur l’ensemble de son territoire, politique conduite par la direction Energie et du Climat. Ses objectifs en matière de rénovation énergétique sont : • •

40 000 à 90 000 logements du parc privé par an et 6 300 logements sociaux à partir de 2017 (déclinaison du Plan de Rénovation Énergétique dans l’Habitat et des trois ex-SRCAE) En 2050, ensemble du parc rénové en BBC (loi transition énergétique)

Les Espaces Infos Energie et l’Agence régionale pour les travaux d’économie d’énergie (Artéé) accompagnent cette rénovation énergétique. Espace Info Energie Les Espaces Info Energie ont une mission d’animation et de conseil des ménages sur la sobriété énergétique, la rénovation énergétique des logements et le développement des énergies renouvelables... La Région Nouvelle-Aquitaine, en partenariat avec l’ADEME, soutient financièrement le réseau des 33 Espaces Info Energie, soit 52 conseillers Espace Info Energie (50,5 ETP), répartis sur le territoire régional (cf. carte). Ce réseau a permis de conseiller, en 2016, lors de rendez-vous physiques ou téléphoniques, 13 800 ménages. (Ademe, mars 2016)

Artéé Créée par la Région et des actionnaires privés, cette Société d’Economie Mixte est missionnée pour mettre en place la massification de la rénovation énergétique des logements en offrant notamment un service intégré d’accompagnement complet. Elle accompagne de A à Z les particuliers souhaitant bénéficier de conseils pour rénover leur habitation et réduire leurs factures énergétiques et propose un accompagnement technique, administratif et financier à l’ensemble des habitants de la Nouvelle-Aquitaine. Ses missions • • • •

Rappel du contenu des chapitres Le rapport est organisé en 6 chapitres, un par finalité et un pour l’ensemble des éléments de méthode. Chaque chapitre s’ouvre sur des éléments de contexte permettant de mieux comprendre la genèse et l’importance de chaque finalité/élément de méthode et les enjeux qu’ils représentent aux échelles internationale et nationale. La thématique de la transition énergétique et du climat est le fil conducteur du rapport 2017. Aussi, les éléments de contexte pour les finalités 2 à 5 comprennent un encadré soulignant l’apport de la Stratégie Nationale Bas Carbone (réduction des gaz à effet de serre) à chaque finalité. La finalité 1 qui répond directement à cette priorité ne comporte pas, de fait, ce type d’encadré.

Guider et sécuriser les projets de rénovation des propriétaires privés. Développer une aide financière innovante constituant un levier financier, notamment le tiers financement dans le cadre duquel les économies d’énergie réalisées financent au fil du temps les travaux. Capitaliser les expériences permettant de définir, à terme, des référentiels « qualité » et des « bouquets de travaux type » par rapport à des typologies de construction ou de situation favorisant la massification. Développer et mettre en place des cadres et des conventionnements pour une montée en compétence des professionnels et la structuration d’une offre globale en suscitant l’organisation de groupements d’artisans du bâtiment…

Prise en compte

OUI

PARTIELLE

OUI

OUI

OUI

Impact

+

/

+

+

+

Part de l’électricité d’origine renouvelable dans la consommation d’électricité (particuliers, collectivités et entreprises en 2013)

16,9 % en France 25,4 % en Europe (DATALAB)

Grâce au partage local de la production d’électricité entre plusieurs consommateurs, l’autoconsommation collective, encadrée par l’ordonnance « Autoconsommation » publiée en août 2016, ouvre la voie à un nouveau modèle énergétique.

x 10 000

Un TEPOS vise à réduire ses besoins d’énergie au maximum, par la sobriété et l'efficacité énergétiques, et à les couvrir par les énergies renouvelables locales ("100 % renouvelables et plus") et «adopte des approches spécifiques répondant à de nombreux autres enjeux : économiques, sociaux, démocratiques et environnementaux, en faveur d’un authentique développement durable ». Pour 2016, en Nouvelle-Aquitaine, 9 démarches sont en cours, 5 en ex-Poitou-Charentes et 4 en ex-Aquitaine (cartographie ci-contre). La population des TEPOS représente 2 % de la population régionale (307 250 personnes). Tous les TEPOS sont par ailleurs lauréats de l’appel à projets national : Territoire à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV). La Nouvelle-Aquitaine en compte plus d’une cinquantaine. Les actions des TEPOS couvrent aussi bien les énergies renouvelables, la maîtrise de l’énergie, l’innovation des outils financiers, etc. Une grande diversité d’actions sur tous les territoires Les 9 TEPOS agissent dans la plupart des secteurs d’activité pour développer les énergies renouvelables et économiser l’énergie : • •

2012

2014

2015

Cet indicateur représente les gaz à effet de serre (GES) évités (en tonne équivalent CO2 par an) en substitution d’utilisation d’énergies fossiles par la mise en place d’installations énergétiques utilisant des énergies renouvelables, soutenues par la Région Nouvelle-Aquitaine en 2016 (méthanisation, bois énergie, photovoltaïque, solaire thermique, géothermie) et les 3 ex-régions en 2014 et 2015. Ces valeurs sont déterminées chaque année par les puissances installées dans l’année considérée.

-----------------EnR : énergies renouvelables

inauguration Tiper méthanisation

La création d’une Société d’Economie Mixte Locale (SEML) pour porter le financement participatif des énergies renouvelables en Haute Lande est un exemple d'action innovante et particulièrement ambitieuse développée par les territoires grâce à l’accompagnement régional. Créée en mars 2015, la SEML « TEPOS de la Haute Lande » est l’outil de la collectivité destiné à mettre en place un investissement participatif dans les projets d’énergies renouvelables du territoire (éolien, photovoltaïque, méthanisation, réseau de chaleur, etc.). Une coopérative citoyenne est en cours de création afin d’ouvrir le financement de ces projets à la population locale. Cette structure matérialise la volonté du territoire de garder la maîtrise de ses ressources naturelles et de créer une synergie entre les différents acteurs locaux. La répartition de l’actionnariat l’atteste : 50 % pour la communauté de communes Haute-Landes (CCHL) ; 25 % pour les habitants via la création d’une coopérative citoyenne ; 22,15 % pour deux entreprises innovantes régionales (Valorem, développeur éolien, à hauteur de 10,15 %, et BASE, start-up porteuse d’un brevet de panneaux hybrides photovoltaïque/ solaire thermique, à hauteur de 12,5 %) ; 2 % pour la coopérative Enercoop ; 0,05 % pour chacune des 7 communes de la CCHL, leur permettant de disposer d’un siège au Conseil d’administration.

développement du solaire thermique, de l’utilisation du bois énergie, des réseaux de chaleurs, de l’hydroélectricité ; mise en place d’une véritable démocratie énergétique locale – sensibilisation du grand public, financement participatif, sensibilisation/concertation citoyenne, création et alimentation du site internet de la collectivité avec le bilan des indicateurs TEPOS ; acquisition des compétences indispensables et des outils adéquats pour la mise en œuvre d’une politique énergétique territoriale ambitieuse : élus communaux TEPOS, renforcement des Espaces Information Energie…

FONCTIONNEMENT DE LA COLLECTIVITE Actions mises en place en interne La Région œuvre également à réduire son propre impact sur le climat, notamment en poursuivant ses efforts en matière de diminution des GES par l’investissement dans des véhicules moins polluants ou encore par l’équipement en systèmes de visioconférence. Sa politique d’achats responsables permettent également de lutter contre le changement climatique.

Améliorer l’empreinte environnementale des agents du Conseil régional La collectivité met en place des dispositions de nature à réduire les déplacements d’une part, et leurs impacts en termes d’émissions de GES d’autre part.

Le parc véhicules En 2016, le parc véhicules, géré par la Direction des ressources techniques et de l’exploitation, se compose de 411 véhicules répartis sur les 3 sites : 306 Véhicules Légers et 105 Véhicules Utilitaires. Le kilométrage total parcouru est de 5 188 000 km dont près de 3 millions de km sont effectués par les 110 véhicules du pool des trois sites partagés par plus de 1000 agents. Ces derniers ont effectués 13901 réservations sur un ou plusieurs jours pour des déplacements de 1 à 8 personnes. Les émissions totales de CO2 (hors véhicules utilitaires) se montent à 700 tonnes avec un taux moyen de CO2 de 127 g/km. Dans le cadre du renouvellement du parc, le renouvellement des véhicules en achat et en location se fait si possible par des véhicules à motorisation essence ou hybride à la place du diesel. En 2016, le parc compte 19 véhicules hybrides, 70 véhicules électriques, 4 scooters électriques et 32 vélos dont 17 électriques répartis sur les différents sites.

Définir une politique d’achats responsables pour l’institution La politique d’achats responsable En 2016, la collectivité intègre au périmètre l’ensemble des sites, poursuit ainsi sa politique d’achats responsables sur l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine au moyen de l’intégration de clauses environnementales et d’identification des dossiers à fort potentiel environnemental comme par exemple les marchés de location de véhicules, de fournitures de bureau et de décoration florale. Ces politiques sont conduites par la Direction des achats et de la commande publique.

Optimisation du parc informatique Des démarches sont engagées par la DSI pour l’homogénéisation du parc informatique, notamment des imprimantes afin de : • • • •

limiter le nombre de modèles et supprimer les anciens matériels : réduire les espace de stockage grâce à des toners plus homogènes, supprimer les machines dont la maintenance devenait plus lourde, renouveler le parc par des imprimantes moins consommatrices d’encre.

Cette démarche d’homogénéisation est également menée sur les ordinateurs, l’utilisation des serveurs physiques à travers la technologie de virtualisation, et plus globalement sur les matériels d’infrastructure. Ces actions se trouvent démultipliées dans le contexte de fusion des Régions, l’ensemble des parcs matériels étant sollicités.

L’objectif est de poursuivre les efforts en matière de diminution des GES liées à l’utilisation de la voiture qui représente plus de la moitié des GES dus au transport.

Optimisation du parc matériel

Systèmes de visioconférence

Degré d’intensité DD

Afin de limiter les déplacements de ses agents, l’ensemble des salles des bâtiments de la Région Nouvelle-Aquitaine ont été équipées de systèmes de visioconférence. Le matériel de type Webcam a été généralisé auprès des Directions & Services afin de permettre d’utiliser la visioconférence directement depuis le poste de travail informatique. En 2016, une analyse est conduite et une nouvelle solution de visioconférence («Starleaf/Breeze») est retenue. Elle vise à faciliter son usage et sa généralisation, à la fois sur l’ensemble des sites de la nouvelle Région, mais également en élargissant les utilisateurs de la solution (jusqu’au poste de travail, smartphone, etc.).

Le TEPOS bénéficie d’une une aide de la Région et de l’ADEME sur 3 ans, sous réserve de l’atteinte d’objectifs annuels chiffrés (puissance d’énergie renouvelable installée, énergie économisée…).

Cette politique est conduite par la Direction des systèmes d’information (DSI).

14

40 %

Prise en compte

OUI

NON

NON

NON

OUI

Impact

+

/

/

/

+

L’optimisation du parc informatique permet de consommer moins d’énergie (F1). Elle permet également une consommation responsable - moins d’encre, de papier… (F5).

22

Pour chaque chapitre, une action phare particulièrement marquante soutenue ou portée par la Région est présentée. Pour l’ensemble des éléments de méthodes, une seule action phare est retenue. Enfin, des axes d’amélioration relatifs aux politiques territoriales et au fonctionnement de l’institution sont présentés en fin de chapitre.

GUIDE ENVIRONNEMENTAL DE CONSTRUCTION ET DE RÉNOVATION DURABLES

Dans le prolongement des pratiques des 3 ex-Régions, la Région Nouvelle-Aquitaine entend mener une démarche d’amélioration continue des performances environnementales de son patrimoine des lycées en agissant sur la qualité des opérations de construction et de rénovation. Le Guide environnemental constitue l’outil opérationnel de cette ambition et a été retenu comme outil de référence pour l’harmonisation des procédures au niveau de la Région en matière de construction durable. À ce titre, trois objectifs principaux sont visés : • • •

garantir une démarche environnementale globale pour chaque opération de travaux quelle que soit sa taille ; réussir la transition énergétique pour les EPLE ; développer le recours aux éco-matériaux.

Le Guide environnemental est particulièrement adapté aux opérations de rénovation partielle. Pour les opérations d’envergure, lorsqu’un programme fonctionnel et environnemental spécifique est élaboré, les prescriptions qui y sont contenues constituent la référence pour orienter les choix techniques de ces opérations (hormis pour les éléments qui relèvent de la RT 2012 dans le cas d’une construction neuve). Il est composé de 3 éléments : n la partie « Guide » proprement dite qui : • • • •

définit les modalités de l’analyse de site simplifiée, définit les prescriptions : 134 prescriptions classées selon 12 grands thèmes, met à disposition des outils, est évolutive pour tenir compte des retours d’expériences et de l’évolution de l’état de l’art ;

LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE AXES D’AMÉLIORATION

La Région poursuit son action en matière de lutte et d’adaptation au changement climatique dans une perspective d’amélioration continue. Pour les TEPOS, un nouvel appel à projets est lancé en 2017 pour sélectionner 12 nouveaux territoires (33 candidatures issues des 12 départements sont reçues le 12 mai 2017). Concernant l’Appel à projets Compétitivité énergétique des entreprises, les premiers projets devraient être finalisés courant 2017. L’accélération de la diffusion des aides régionales, via des campagnes de sensibilisation et de mobilisation, et le renforcement des partenariats avec les représentants des filières et les acteurs locaux sont les principaux axes d’amélioration pour la version 2017 de cet appel à projets. Une stratégie régionale pour la rénovation énergétique des logements privés, visant une massification en favorisant les démarches de rénovation globale performantes, sera mise en place en 2017. Elle s’appuiera sur : • • • •

Concernant le développement des énergies renouvelables, l’amélioration du maillage territorial des équipements, le renforcement et l’optimisation de la gestion des réseaux de distribution permettant une production et une consommation locales, sont les principaux axes de progrès pour 2017.

la « fiche de suivi » qui permet de « tracer » la qualité environnementale tout au long du projet (c’est le support de discussion entre la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre), l’attestation finale signée par le Maître d’ouvrage qui valide la conformité environnementale de l’opération.

Une version 2017 du Guide environnemental est en cours de validation. En effet, le contenu du Guide a vocation à évoluer pour tenir compte à la fois de l’évolution de l’état de l’art, de la réglementation et des retours d’expérience. Cette politique est conduite par la Direction de la construction et de l’immobilier.

Ban Ki Moon

© ONU

21

13

8

le maintien d’un conseil de proximité et l’accompagnement tout au long du projet ; le développement d’outils régionaux de soutien financier innovants ; le soutien à la montée en compétences et la structuration des professionnels ; le développement d’une communication/sensibilisation lisible et efficace à destination des ménages néo-aquitains.

Un nouvel appel à projets « Bâtiment du futur » sera lancé en 2017, et portera sur une approche globale du bâtiment, en allant au-delà du simple critère de performance énergétique et en élargissant les thématiques traitées. L’anticipation de la future RT 2020 sera au cœur de cette démarche.

n et deux annexes : • •

Fonctionnement de la collectivité

Politiques sur le territoire

Secrétaire Général de l’ONU lors de la conférence climatique de Bali, décembre 2007

Christine Stewart

Méthanisation Outre la production d’une « énergie verte », la méthanisation permet de répondre à des enjeux majeurs pour la région : réduction des émissions de gaz à effet de serre, gestion et valorisation des effluents et déchets agricoles et agro-alimentaires et pérennité des exploitations agricoles. Cette filière, bien que vertueuse d’un point de vue environnemental, doit faire face à de nombreux freins. C’est pourquoi, depuis 2011, la Région et l’ADEME ont mis au point un dispositif visant à soutenir et accompagner la filière méthanisation (METHAQTION). En 2016 grâce à ce dispositif, une trentaine de porteurs de projets ont bénéficié d’un accompagnement technique et organisationnel et 14 projets d’une aide à l’investissement pour une production annuelle moyenne de 35 585 MWh.

5 x 10 000

(1)

Les principes des TEPOS • Définition d’une stratégie de transition énergétique intégrant la baisse des consommations, le développement des énergies renouvelables, la participation citoyenne… • Mise en œuvre d’un plan d’actions concret sur les différentes thématiques (bâtiments, entreprises, innovation, déploiement des énergies renouvelables…).

"…Nous sommes à la croisée des chemins. Un pas nous mène à un accord fondamental sur le changement climatique ; l’autre au néant…"

ex-Ministre de l’environnement du Canada © Andy Shott

2016

23

Afin d’amplifier l’effort de limitation des déplacements, il est envisagé en 2017 : • •

de poursuivre l’équipement des salles de réunion, des bureaux des Directeurs/trices avec de la visio « Grand Format » et de procéder à la généralisation totale de l’usage des Webcam au niveau des services (fourniture d’un minimum de 3 Webcams par service) ; de mettre en place une technologie de salles immersives entre les sites de Bordeaux, Poitiers et Limoges (1 salle par site) : salle dédiée visio et table tactile.

La revue des marchés des anciennes Régions a permis d’identifier ceux à renouveler de façon commune sur l’année 2017/2018. Aussi, les actions d’homogénéisation du parc informatique seront amorcées fin 2017 et se poursuivront en 2018. À l’échelle de l’ensemble des sites de la Nouvelle-Aquitaine, il faudra retravailler un axe de rationalisation des matériels d’édition pour diminuer globalement le nombre d’imprimantes avec pour objectif une plus grande mutualisation des outils. Il serait souhaitable de sensibiliser les Directions sur la quantité des impressions papiers réalisées au sein de leurs services : • •

objectif de fournir un état trimestriel ou mensuel de la volumétrie réalisée avec les impacts associés (coût, nb feuilles) - non fait sur les années précédentes, mais proposition d’identifier des Directions pilotes pour démarrer cette diffusion en 2018 ; sur la partie serveur, il s’agira de poursuivre la dynamique en optimisant l’équilibre entre serveur physique et virtuel.

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

"…Peu importe que la science soit fausse, il y a des avantages écologiques collatéraux… Le changement climatique offre la plus grande chance d’apporter la justice et l’égalité à la planète…"

2015

0

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

• améliorer l’empreinte environnementale des agents du Conseil régional, • définir dans la commande publique une politique d’achats socialement et écologiquement responsables.

2014

LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

ACTION PHARE

Cette finalité est aussi prise en compte dans le fonctionnement interne de la collectivité :

10

18

Intégration à l’ensemble des politiques de la prise en compte de la lutte contre le changement climatique

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

• réduction de 30 % des émissions de GES par rapport à 1990, • réduction de 30 % des consommations d’énergie par rapport à 2005, • part de 32 % d’EnR dans la consommation régionale

20 15

0

L’indicateur reprend la production pour l’ensemble des projets d’énergies renouvelables qui ont été financés par la Région Nouvelle-Aquitaine en 2016 (méthanisation, bois énergie, photovoltaïque, solaire thermique, géothermie) et les 3 ex-Régions en 2014 et 2015.

LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

Ses objectifs en matière d’énergie climat à l’horizon 2020 :

60 612

2

247 433

En 2016, la caisse d’avance créée en 2015 pour les travaux de rénovation énergétique, poursuit son extension et couvre tout le territoire ex-aquitain à la suite de l’adhésion des 2 SACICAP (Société Anonyme Coopérative d’Intérêt Collectif pour l’Accession à la Propriété) des Pyrénées-Atlantiques. Plus de 150 particuliers ont bénéficié des services de la caisse d’avance. L’objectif est qu’elle puisse être étendue progressivement à l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine.

POLITIQUES MENÉES SUR LE TERRITOIRE

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

• intégrer à l’ensemble des politiques la prise en compte de la lutte contre le changement climatique et d’adaptation aux conséquences de celui-ci, notamment par la performance énergétique des bâtiments comme les lycées et les CFA, l’efficacité énergétique des entreprises, l’intégration d’une démarche environnementale à l’ensemble des opérations de construction et de rénovation, la mobilité durable… • développer fortement les énergies renouvelables, les filières decarbonées, comme les matériaux biosourcés.

30 25

4

LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

Après les éléments de contexte, sont présentés les objectifs du chapitre qui traduisent les grandes lignes des politiques de la Région Nouvelle-Aquitaine.

En 2016, la Région Nouvelle-Aquitaine vise à :

En 2016, la Région a poursuivi ses efforts en faveur de la transition énergétique, en accélérant le développement des filières de production d’énergie d’origine renouvelable : solaire thermique et photovoltaïque, énergies marines, méthanisation et biomasse (1ere énergie renouvelable du territoire régional).

373 902

35

Chaque chapitre présente une analyse de la politique régionale sous l’angle du développement durable ainsi qu’un examen des actions de l’institution régionale, pour l’intégration du développement durable dans son fonctionnement interne.

11

La Région Nouvelle-Aquitaine s’est engagée dans une dynamique volontariste pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, diminuer les consommations énergétiques, dynamiser l’usage des énergies renouvelables (EnR) en diversifiant le mix énergétique, améliorer la qualité de l’air et anticiper l’adaptation au changement climatique.

DÉVELOPPEMENT DES FILIÈRES DE PRODUCTION D’ÉNERGIE D’ORIGINE RENOUVELABLE

472 029

50 45 40

©Region Nouvelle-Aquitaine • Francoise Roch

La loi de transition énergétique pose également les bases d’une Stratégie Nationale Bas-Carbone (SNBC). Celle-ci Part du nucléaire donne les orientations stratégiques pour dans la production d’électricité (2014) mettre en œuvre, dans tous les secteurs d’activité, la transition vers une économie 77 % en France bas-carbone permettant ainsi d’atteindre 24,1 % en Europe les objectifs de réduction des émissions (DATALAB) de gaz à effet de serre sur les moyen et long termes. Elle est composée d’un document de stratégie et de budgets carbone qui fixent, par périodes de 5 ans, les limites d’émissions de gaz à effet de serre de la France pour définir la trajectoire de baisse des émissions. Ils sont déclinés par grands domaines d’activité : transport, logement, industrie, agriculture et forêt, énergie, déchets.

OBJECTIFS

Cumul des évitements gaz à effet de serre (en tonne équivalent CO2)

8 6

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

La sécurité, au cœur des préoccupations d’aujourd’hui, est également concernée. En France, le ministère de la Défense va mettre en place « un observatoire géopolitique des enjeux des changements climatiques en termes de sécurité et de défense ». L’objectif est d’étudier les liens entre les facteurs climatiques, environnementaux et de conflits afin d’en déterminer les conséquences en termes de politique de défense des États, d’organisation des forces armées, d’équipements et d’infrastructures. En termes de probabilités, les phénomènes météorologiques sont d’ailleurs placés par les experts de Évolution de la température mondiale Davos en tête des risques pour 2017 sur la période 1901-2012 du Global Risks Report 2017, présenté +1,4°C en France à l’ouverture du Forum économique +0,9°C à l’échelle mondiale mondial de Davos qui s’est tenu du 17 au 20 janvier 2017. Ils se concrétisent par des (DATALAB) migrations involontaires de populations, des catastrophes naturelles de grande

En amont de la COP21, la France s’était engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40 % d’ici à 2030 par rapport à 1990. Avec la loi de transition énergétique pour la croissance verte, la France a défini ses objectifs et ses moyens d’action pour mettre en œuvre l’Accord de Paris, tels que réduire la consommation énergétique de 50 % en 2050 par rapport à 2012, diminuer de 30 % la consommation d’énergies fossiles en 2030 par rapport à 2012, porter la part des énergies renouvelables à 32 % de la consommation finale d’énergie et à 40 % de la production d’électricité, développer des « territoires à énergie positive » - c’est-à-dire capables de produire plus qu’ils ne consomment… Avec seulement 15,2 % d’énergies renouvelables (EnR) dans sa consommation finale brute d’énergie en 2015, la France est cependant endessous de la moyenne européenne. Les changements d’échelle et de modèles énergétiques sont inévitables.

112 556

12 10

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Le changement climatique n’est pas seulement une question de modification irréversible de l’environnement et de la biodiversité de la planète Terre. Il concerne chaque territoire, chaque individu et l’organisation même de nos sociétés, que ce soit au niveau local, national ou mondial. Pour exemple, en 2014 la République des Kiribati, un Etat archipélagique d’Océanie, faisant face à une montée des eaux plus que préoccupantes, a acheté 20 km² de terre refuge aux Iles Fidji, elles-mêmes menacées à moyen terme.

ampleur et des attaques armées importantes pour l’accès à des ressources naturelles. C’est la 2e année consécutive que les menaces environnementales et sociétales dépassent les risques économiques dans le classement établi par le Global Risk Report.

financé

146 789

14

Réno’Aqt

Degré d’intensité DD

(1)

16

Le ralentissement de la progression de ces indicateurs est principalement dû, d’une part à la mise en place de très grosses unités de production ENR en 2014 sur les 3 anciennes régions, et d’autre part à l’impact de la fusion en 2016. Cette année fut principalement dédiée à l’harmonisation des dispositifs très variés des 3 ex-Régions et l’émergence de nouveaux projets en a été ralentie.

15

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Les dérèglements climatiques sont avérés et s’accélèrent. Il faut, maintenant, agir vite. Face à l’urgence, les accords internationaux fixent des objectifs ambitieux. La COP 21 fixe une limite du réchauffement climatique entre 1,5 et 2°C d’ici 2100. L’Accord de Paris a été ratifié par 145 états, dont l’UE, en mai 2017 à l’issue de la conférence climatique de Bonn en Allemagne. Les pays l’ayant ratifié représentent 83,54 % des émissions mondiales. L’Accord de Paris comme les objectifs de Développement Émissions de CO2 depuis 1990 Durable de l’ONU, sont ambitieux mais +58 % à l’échelle mondiale non contraignants. Chaque Etat doit donc -16 % pour la France assumer pleinement ses responsabilités -26 % pour l’Europe et la Russie et tout faire pour que la catastrophe climatique, vers laquelle on se dirige en ne (DATALAB) changeant pas nos habitudes, soit évitée.

Cumul de la production EnR par la Région (en MWh/an)

Depuis mars 2014, l’ex-Région Aquitaine a mis en place le dispositif Réno’Aqt, piloté par la direction de l’urbanisme et du logement et qui vise à favoriser et accompagner les particuliers et les communes rurales dans le lancement de travaux de rénovation énergétique sur leur patrimoine consacré à l’habitat.

90 %

LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE L’Objectif 13 de développement durable vise à lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions.

Le développement des énergies renouvelables comme priorité régionale FILIÈRES DÉCARBONÉES ET ÉNERGIES RENOUVELABLES

RÉNO’AQT

TERRITOIRE À ÉNERGIE POSITIVE (TEPOS)

L’Objectif 7 de développement durable vise à garantir l’égalité d’accès à des services énergétiques fiables, durables et modernes à un coût abordable.

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Ce rapport est le premier rapport unique pour l’ensemble de la Région Nouvelle-Aquitaine. Son élaboration résulte d’un processus d’auto-évaluation et s’appuie sur la mobilisation d’un réseau de plus de trente Référents DD au sein de l’ensemble des services de la collectivité régionale. L’édition 2017 porte sur l’exercice 2016, première année de la fusion des 3 ex-Régions. Conçu à partir de la structuration du rapport d’ex-Aquitaine, la présentation a été repensée pour en faciliter l’appropriation par le plus grand nombre et exprimer, au mieux, la dynamique de la Nouvelle-Aquitaine. Ce rapport est singulier puisque 2016 est une année d’harmonisation des dispositifs préexistants et d’élaboration de nouvelles politiques adaptées à l’ensemble du territoire régional. Par ailleurs, les indicateurs du rapport sont de deux natures, certains ayant pu être établis sur l’ensemble de la Région, mais la plupart sont ceux des ex-Régions. Ils ont vocation à être harmonisés ou étendus à la Nouvelle-Aquitaine. Un travail, en ce sens, est en cours.

RAPPORT DÉVELOPEMENT DURABLE 2017

Comment lire le rapport ?


PRÉAMBULE

PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ, DES MILIEUX ET DES RESSOURCES

Deux territoires ont sollicité l’appui de la Région pour étudier l’opportunité et la faisabilité d’un Parc naturel régional : la gâtine poitevine, 82 communes bocagères du nord des Deux-Sèvres, et la Montagne basque, 111 communes du Pays basque, sur la partie la plus occidentale de la chaîne pyrénéenne. Les 2 territoires sont respectivement représentés par le Syndicat du Pays de Gâtine et par l’association des commissions syndicales Euskal Herriko Mendu Batasuna, sur lesquels la Région peut s’appuyer pour la constitution du dossier d’opportunité et la conduite de la concertation avec les acteurs locaux.

OUI si prise en compte de la finalité dans une proportion majoritaire de l’action (> 50%), (par son contenu, ses modalités de mise en œuvre ou éventuellement son montant)

Parcs naturels régionaux Degré d’intensité DD

100 %

Prise en compte

OUI

OUI

OUI

OUI

OUI

Impact

+

+

+

+

+

AGENCE RÉGIONALE DE LA BIODIVERSITÉ Le principe de la création d’une Agence Régionale de la Biodiversité de Nouvelle-Aquitaine a été validé à l’unanimité en décembre 2016. Cette nouvelle structure doit notamment permettre de regrouper l’Observatoire Régional de l’Environnement de PoitouCharentes et l’Agence Régionale pour la Biodiversité en Aquitaine, mais a l’ambition de regrouper plus largement les acteurs du territoire qui œuvrent pour la biodiversité.

Agence régionale de la biodiversité Degré d’intensité DD

40 %

Prise en compte

OUI

OUI

NON

NON

NON

Impact

+

+

+

+

/

L'action des Parcs, soutenue par la Région, permet une meilleure cohésion sociale et une cohérence territoriale pour une prise en compte des enjeux environnementaux dans le développement local, et pour l'accompagnement de modes de production et de consommation responsable. Elle participe à l’épanouissement de tous les êtres humains et concourt à la lutte contre le changement climatique.

FINALITÉ 2 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Devenir un chef de file en matière de biodiversité

PARC NATURELS RÉGIONAUX L’initiative de la création d’un Parc naturel régional relève de la compétence des Conseils Régionaux. Ce classement est obtenu par un décret signé du premier ministre après une longue procédure dont les étapes permettent de s’assurer de la qualité patrimoniale exceptionnelle du territoire (qualité du patrimoine naturel, culture et paysage) et du projet de développement durable proposé. Avant le lancement de la phase de création d’un Parc naturel régional, l’étape préalable est la constitution d’un dossier d’opportunité qui permet d’analyser la plus-value que peut apporter un Parc naturel régional.

©CRT Limousin • M. Turin

PNR Millevaches

NON si prise en compte nulle ou non pertinente

©Fotolia • Ana Vasileva

©CRT Limousin • M. Turin

PNR Périgord-Limousin

28

Par ailleurs, pour insister sur le lien intrinsèque entre les finalités et les ODD, chaque page du rapport est marquée avec d’une part, le pictogramme de la finalité correspondante et d’autre part, les ODD en lien direct avec la finalité. Ces ODD ne sont cependant pas exhaustifs : des ODD plus spécifiques aux différents objectifs au sein de chaque chapitre sont donc apposés à ceux-ci et le long de l’encadré de chaque action phare.

PARTIELLE si prise en compte inférieure ou égale à 50% : permet de traduire une prise en compte débutante ou partielle du DD dans l’action (uniquement pour une action d’un coût ≥ 100 000 €). Il permet aussi d’appréhender les impacts potentiels ou avérés de ces politiques sur chaque finalité : positif : + | négatif : - | neutre : /

LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

Cumul de la production EnR par la Région (en MWh/an) 16

(1)

financé

146 789

14 112 556

12

Cumul des évitements gaz à effet de serre (en tonne équivalent CO2)

8

30

6

25

4

60 612

20

2

15

0

10

x 10 000

2014

2015

2016

L’indicateur reprend la production pour l’ensemble des projets d’énergies renouvelables qui ont été financés par la Région Nouvelle-Aquitaine en 2016 (méthanisation, bois énergie, photovoltaïque, solaire thermique, géothermie) et les 3 ex-Régions en 2014 et 2015. Le ralentissement de la progression de ces indicateurs est principalement dû, d’une part à la mise en place de très grosses unités de production ENR en 2014 sur les 3 anciennes régions, et d’autre part à l’impact de la fusion en 2016. Cette année fut principalement dédiée à l’harmonisation des dispositifs très variés des 3 ex-Régions et l’émergence de nouveaux projets en a été ralentie.

Degré d’intensité DD

373 902

247 433

5 0

Action

472 029

50 45 40 35

10

x 10 000

2012

2014

2015

DÉVELOPPEMENT DES FILIÈRES DE PRODUCTION D’ÉNERGIE D’ORIGINE RENOUVELABLE En 2016, la Région a poursuivi ses efforts en faveur de la transition énergétique, en accélérant le développement des filières de production d’énergie d’origine renouvelable : solaire thermique et photovoltaïque, énergies marines, méthanisation et biomasse (1ere énergie renouvelable du territoire régional). Méthanisation Outre la production d’une « énergie verte », la méthanisation permet de répondre à des enjeux majeurs pour la région : réduction des émissions de gaz à effet de serre, gestion et valorisation des effluents et déchets agricoles et agro-alimentaires et pérennité des exploitations agricoles. Cette filière, bien que vertueuse d’un point de vue environnemental, doit faire face à de nombreux freins. C’est pourquoi, depuis 2011, la Région et l’ADEME ont mis au point un dispositif visant à soutenir et accompagner la filière méthanisation (METHAQTION). En 2016 grâce à ce dispositif, une trentaine de porteurs de projets ont bénéficié d’un accompagnement technique et organisationnel et 14 projets d’une aide à l’investissement pour une production annuelle moyenne de 35 585 MWh.

Cet indicateur représente les gaz à effet de serre (GES) évités (en tonne équivalent CO2 par an) en substitution d’utilisation d’énergies fossiles par la mise en place d’installations énergétiques utilisant des énergies renouvelables, soutenues par la Région Nouvelle-Aquitaine en 2016 (méthanisation, bois énergie, photovoltaïque, solaire thermique, géothermie) et les 3 ex-régions en 2014 et 2015. Ces valeurs sont déterminées chaque année par les puissances installées dans l’année considérée.

-----------------EnR : énergies renouvelables

(1)

50 %

©Region Nouvelle-Aquitaine • Francoise Roch

Prise en compte

OUI

NON

NON

PARTIELLE

OUI

Impact

+

-

/

+

+

18

Exemple Le tableau ci-contre présente une action qui prend en compte les finalités 1 et 5 (lutte contre le changement climatique et production / consommation responsables) et partiellement la finalité 4 (épanouissement de tous les êtres humains) sur lesquelles elle a des impacts positifs. Cela signifie que les efforts par rapport à ces finalités portent leurs fruits et sont à maintenir. Cependant, elle comporte des impacts négatifs sur F2 (préservation de la biodiversité) et elle ne la prend pas en compte. Cela signifie qu’une réflexion doit être engagée afin que cette action intègre mieux la finalité 2 à son contenu ou sa mise en œuvre. La prise en compte de la finalité 3 peut aussi être un point d’amélioration mais ne constitue pas une urgence étant donné que les impacts sur celle-ci sont neutres.

9

inauguration Tiper méthanisation

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Le développement des énergies renouvelables comme priorité régionale FILIÈRES DÉCARBONÉES ET ÉNERGIES RENOUVELABLES

RAPPORT DÉVELOPEMENT DURABLE 2017

Eléments particuliers Une particularité de ce rapport est la mise en exergue des éléments contribuant à la transition énergétique et au climat (TEC) pour les chapitres des finalités 2 à 5, en sus du chapitre 1 consacré aux actions contribuant nécessairement à la TEC. De ce fait, le pictogramme de la finalité 1 - Lutte contre le changement climatique et protection de l’atmosphère - est apposé sur chaque action considérée comme contributive à la TEC. Ces actions sont également encadrées.

Le tableau « degré d’intensité DD » Le Guide du Commissariat général au développement durable Premiers éléments méthodologiques pour l’élaboration du rapport sur la situation en matière de développement durable à l’usage des collectivités territoriales et EPCI à fiscalité propre de plus de 50 000 habitants publié en juin 2012 préconise « une analyse transversale » en s’interrogeant sur la prise en compte des différentes finalités du développement durable dans les politiques mises en place, au regard des impacts potentiels ou avérés que celles-ci peuvent avoir par rapport à chacune de ces finalités Afin de modéliser cette prise en compte par action, l’exercice d’évaluation des politiques régionales en matière de développement durable comporte une analyse de ce type, si possible pour chaque action, programme ou politique considéré. Le mode de représentation retenu consiste en un tableau intitulé «Degré d’intensité au regard du développement durable» et permet de visualiser le degré de transversalité de chaque action :


DE DÉVELOPEMENT DURABLE

FINALITÉ 1

LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE


LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE L’Objectif 13 de développement durable vise à lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions.

Les dérèglements climatiques sont avérés et s’accélèrent. Il faut, maintenant, agir vite. Face à l’urgence, les accords internationaux fixent des objectifs ambitieux. La COP 21 fixe une limite du réchauffement climatique entre 1,5 et 2°C d’ici 2100. L’Accord de Paris a été ratifié par 145 états, dont l’UE, en mai 2017 à l’issue de la conférence climatique de Bonn en Allemagne. Les pays l’ayant ratifié représentent 83,54 % des émissions mondiales. L’Accord de Paris comme les objectifs de Développement Émissions de CO2 depuis 1990 Durable de l’ONU, sont ambitieux mais +58 % à l’échelle mondiale non contraignants. Chaque Etat doit donc -16 % pour la France assumer pleinement ses responsabilités -26 % pour l’Europe et la Russie et tout faire pour que la catastrophe climatique, vers laquelle on se dirige en ne (DATALAB) changeant pas nos habitudes, soit évitée.

ampleur et des attaques armées importantes pour l’accès à des ressources naturelles. C’est la 2e année consécutive que les menaces environnementales et sociétales dépassent les risques économiques dans le classement établi par le Global Risk Report. En amont de la COP21, la France s’était engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40 % d’ici à 2030 par rapport à 1990. Avec la loi de transition énergétique pour la croissance verte, la France a défini ses objectifs et ses moyens d’action pour mettre en œuvre l’Accord de Paris, tels que réduire la consommation énergétique de 50 % en 2050 par rapport à 2012, diminuer de 30 % la consommation d’énergies fossiles en 2030 par rapport à 2012, porter la part des énergies renouvelables à 32 % de la consommation finale d’énergie et à 40 % de la production d’électricité, développer des « territoires à énergie positive » - c’est-à-dire capables de produire plus qu’ils ne consomment… Avec seulement 15,2 % d’énergies renouvelables (EnR) dans sa consommation finale brute d’énergie en 2015, la France est cependant endessous de la moyenne européenne. Les changements d’échelle et de modèles énergétiques sont inévitables.

Le changement climatique n’est pas seulement une question de modification irréversible de l’environnement et de la biodiversité de la planète Terre. Il concerne chaque territoire, chaque individu et l’organisation même de nos sociétés, que ce soit au niveau local, national ou mondial. Pour exemple, en 2014 la République des Kiribati, un Etat archipélagique d’Océanie, faisant face à une montée des eaux plus que préoccupantes, a acheté 20 km² de terre refuge aux Iles Fidji, elles-mêmes menacées à moyen terme.

Part de l’électricité d’origine renouvelable dans la consommation d’électricité (particuliers, collectivités et entreprises en 2013)

16,9 % en France 25,4 % en Europe

La sécurité, au cœur des préoccupations d’aujourd’hui, est également concernée. En France, le ministère de la Défense va mettre en place « un observatoire géopolitique des enjeux des changements climatiques en termes de sécurité et de défense ». L’objectif est d’étudier les liens entre les facteurs climatiques, environnementaux et de conflits afin d’en déterminer les conséquences en termes de politique de défense des États, d’organisation des forces armées, d’équipements et d’infrastructures. En termes de probabilités, les phénomènes météorologiques sont d’ailleurs placés par les experts de Évolution de la température mondiale Davos en tête des risques pour 2017 sur la période 1901-2012 du Global Risks Report 2017, présenté +1,4°C en France à l’ouverture du Forum économique +0,9°C à l’échelle mondiale mondial de Davos qui s’est tenu du 17 au 20 janvier 2017. Ils se concrétisent par des (DATALAB) migrations involontaires de populations, des catastrophes naturelles de grande

(DATALAB)

Grâce au partage local de la production d’électricité entre plusieurs consommateurs, l’autoconsommation collective, encadrée par l’ordonnance « Autoconsommation » publiée en août 2016, ouvre la voie à un nouveau modèle énergétique.

La loi de transition énergétique pose également les bases d’une Stratégie Nationale Bas-Carbone (SNBC). Celle-ci Part du nucléaire donne les orientations stratégiques pour dans la production d’électricité (2014) mettre en œuvre, dans tous les secteurs d’activité, la transition vers une économie 77 % en France bas-carbone permettant ainsi d’atteindre 24,1 % en Europe les objectifs de réduction des émissions (DATALAB) de gaz à effet de serre sur les moyen et long termes. Elle est composée d’un document de stratégie et de budgets carbone qui fixent, par périodes de 5 ans, les limites d’émissions de gaz à effet de serre de la France pour définir la trajectoire de baisse des émissions. Ils sont déclinés par grands domaines d’activité : transport, logement, industrie, agriculture et forêt, énergie, déchets.

11

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

L’Objectif 7 de développement durable vise à garantir l’égalité d’accès à des services énergétiques fiables, durables et modernes à un coût abordable.


LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE L’Objectif 13 de développement durable vise à lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions.

Les efforts à fournir pour lutter contre le changement climatique peuvent parfois sembler titanesques. Pourtant la mise en œuvre de la transition énergétique doit permettre non seulement de limiter les impacts du changement climatique, mais est porteuse de nombreuses opportunités, notamment pour l’économie et l’emploi. L’association nationale négaWatt a pour objectif de promouvoir et développer le concept et la pratique des négaWatts, c’est-à-dire le développement du triptyque vertueux : sobriété énergétique, efficacité énergétique et énergies renouvelables. Elle propose un scénario bien moins coûteux que le scénario tendanciel actuel, beaucoup plus riche en emplois et favorable également à la qualité de l’air, de l’eau et des sols, à la biodiversité et à la santé publique. Ce scénario offre une trajectoire et un rythme aux divers acteurs souhaitant s’engager dans la transition énergétique tels que les collectivités, notamment les Régions, qui ont un rôle notable à jouer dans cette dynamique… Dotée d’un comité scientifique sur le changement climatique: AcclimaTerra, la Région Nouvelle-Aquitaine a déjà amorcé le mouvement vers la transition énergétique et l’adaptation au changement climatique. En 2016, elle a créé également le COnseil Permanent de la Transition Energétique et du Climat (COPTEC) pour coordonner sa politique au sein de son administration et enrichir celle-ci des initiatives et suggestions des acteurs publics et privés…

© Sam Panthaky • Agence France-Presse

12

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

L’Objectif 7 de développement durable vise à garantir l’égalité d’accès à des services énergétiques fiables, durables et modernes à un coût abordable.


FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

La Région Nouvelle-Aquitaine s’est engagée dans une dynamique volontariste pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, diminuer les consommations énergétiques, dynamiser l’usage des énergies renouvelables (EnR) en diversifiant le mix énergétique, améliorer la qualité de l’air et anticiper l’adaptation au changement climatique.

En 2016, la Région Nouvelle-Aquitaine vise à : • intégrer à l’ensemble des politiques la prise en compte de la lutte contre le changement climatique et d’adaptation aux conséquences de celui-ci, notamment par la performance énergétique des bâtiments comme les lycées et les CFA, l’efficacité énergétique des entreprises, l’intégration d’une démarche environnementale à l’ensemble des opérations de construction et de rénovation, la mobilité durable… • développer fortement les énergies renouvelables, les filières decarbonées, comme les matériaux biosourcés.

Ses objectifs en matière d’énergie climat à l’horizon 2020 : • réduction de 30 % des émissions de GES par rapport à 1990, • réduction de 30 % des consommations d’énergie par rapport à 2005, • part de 32 % d’EnR dans la consommation régionale

Cette finalité est aussi prise en compte dans le fonctionnement interne de la collectivité : • améliorer l’empreinte environnementale des agents du Conseil régional, • définir dans la commande publique une politique d’achats socialement et écologiquement responsables.

"…Nous sommes à la croisée des chemins. Un pas nous mène à un accord fondamental sur le changement climatique ; l’autre au néant…"

"…Peu importe que la science soit fausse, il y a des avantages écologiques collatéraux… Le changement climatique offre la plus grande chance d’apporter la justice et l’égalité à la planète…"

Ban Ki Moon

Secrétaire Général de l’ONU lors de la conférence climatique de Bali, décembre 2007

Christine Stewart

ex-Ministre de l’environnement du Canada © ONU

© Andy Shott

13

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

OBJECTIFS


LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

Intégration à l’ensemble des politiques de la prise en compte de la lutte contre le changement climatique TERRITOIRE À ÉNERGIE POSITIVE (TEPOS) La création d’une Société d’Economie Mixte Locale (SEML) pour porter le financement participatif des énergies renouvelables en Haute Lande est un exemple d'action innovante et particulièrement ambitieuse développée par les territoires grâce à l’accompagnement régional. Créée en mars 2015, la SEML « TEPOS de la Haute Lande » est l’outil de la collectivité destiné à mettre en place un investissement participatif dans les projets d’énergies renouvelables du territoire (éolien, photovoltaïque, méthanisation, réseau de chaleur, etc.). Une coopérative citoyenne est en cours de création afin d’ouvrir le financement de ces projets à la population locale. Cette structure matérialise la volonté du territoire de garder la maîtrise de ses ressources naturelles et de créer une synergie entre les différents acteurs locaux. La répartition de l’actionnariat l’atteste : 50 % pour la communauté de communes Haute-Landes (CCHL) ; 25 % pour les habitants via la création d’une coopérative citoyenne ; 22,15 % pour deux entreprises innovantes régionales (Valorem, développeur éolien, à hauteur de 10,15 %, et BASE, start-up porteuse d’un brevet de panneaux hybrides photovoltaïque/ solaire thermique, à hauteur de 12,5 %) ; 2 % pour la coopérative Enercoop ; 0,05 % pour chacune des 7 communes de la CCHL, leur permettant de disposer d’un siège au Conseil d’administration.

Un TEPOS vise à réduire ses besoins d’énergie au maximum, par la sobriété et l'efficacité énergétiques, et à les couvrir par les énergies renouvelables locales ("100 % renouvelables et plus") et «adopte des approches spécifiques répondant à de nombreux autres enjeux : économiques, sociaux, démocratiques et environnementaux, en faveur d’un authentique développement durable ». Pour 2016, en Nouvelle-Aquitaine, 9 démarches sont en cours, 5 en ex-Poitou-Charentes et 4 en ex-Aquitaine (cartographie ci-contre). La population des TEPOS représente 2 % de la population régionale (307 250 personnes). Tous les TEPOS sont par ailleurs lauréats de l’appel à projets national : Territoire à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV). La Nouvelle-Aquitaine en compte plus d’une cinquantaine. Les actions des TEPOS couvrent aussi bien les énergies renouvelables, la maîtrise de l’énergie, l’innovation des outils financiers, etc. Une grande diversité d’actions sur tous les territoires Les 9 TEPOS agissent dans la plupart des secteurs d’activité pour développer les énergies renouvelables et économiser l’énergie : • •

développement du solaire thermique, de l’utilisation du bois énergie, des réseaux de chaleurs, de l’hydroélectricité ; mise en place d’une véritable démocratie énergétique locale – sensibilisation du grand public, financement participatif, sensibilisation/concertation citoyenne, création et alimentation du site internet de la collectivité avec le bilan des indicateurs TEPOS ; acquisition des compétences indispensables et des outils adéquats pour la mise en œuvre d’une politique énergétique territoriale ambitieuse : élus communaux TEPOS, renforcement des Espaces Information Energie…

Les principes des TEPOS • Définition d’une stratégie de transition énergétique intégrant la baisse des consommations, le développement des énergies renouvelables, la participation citoyenne… • Mise en œuvre d’un plan d’actions concret sur les différentes thématiques (bâtiments, entreprises, innovation, déploiement des énergies renouvelables…). Le TEPOS bénéficie d’une une aide de la Région et de l’ADEME sur 3 ans, sous réserve de l’atteinte d’objectifs annuels chiffrés (puissance d’énergie renouvelable installée, énergie économisée…). 14

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

POLITIQUES MENÉES SUR LE TERRITOIRE


LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DES LOGEMENTS En Nouvelle-Aquitaine le secteur résidentiel constitue le deuxième secteur consommateur d’énergie (28 %) avec une augmentation de sa consommation de 22 % entre 1990 et 2012. 14,7 % des ménages néo-aquitains sont en situation de précarité énergétique et jusqu’à 38 % pour certains départements, notamment dans l’ex-Limousin. La Région veut accélérer la rénovation énergétique des logements sur l’ensemble de son territoire, politique conduite par la direction Energie et du Climat. Ses objectifs en matière de rénovation énergétique sont : • •

40 000 à 90 000 logements du parc privé par an et 6 300 logements sociaux à partir de 2017 (déclinaison du Plan de Rénovation Énergétique dans l’Habitat et des trois ex-SRCAE) En 2050, ensemble du parc rénové en BBC (loi transition énergétique)

Les Espaces Infos Energie et l’Agence régionale pour les travaux d’économie d’énergie (Artéé) accompagnent cette rénovation énergétique. Espace Info Energie Les Espaces Info Energie ont une mission d’animation et de conseil des ménages sur la sobriété énergétique, la rénovation énergétique des logements et le développement des énergies renouvelables... La Région Nouvelle-Aquitaine, en partenariat avec l’ADEME, soutient financièrement le réseau des 33 Espaces Info Energie, soit 52 conseillers Espace Info Energie (50,5 ETP), répartis sur le territoire régional (cf. carte). Ce réseau a permis de conseiller, en 2016, lors de rendez-vous physiques ou téléphoniques, 13 800 ménages. (Ademe, mars 2016)

Artéé Créée par la Région et des actionnaires privés, cette Société d’Economie Mixte est missionnée pour mettre en place la massification de la rénovation énergétique des logements en offrant notamment un service intégré d’accompagnement complet. Elle accompagne de A à Z les particuliers souhaitant bénéficier de conseils pour rénover leur habitation et réduire leurs factures énergétiques et propose un accompagnement technique, administratif et financier à l’ensemble des habitants de la Nouvelle-Aquitaine. Ses missions • • • •

Guider et sécuriser les projets de rénovation des propriétaires privés. Développer une aide financière innovante constituant un levier financier, notamment le tiers financement dans le cadre duquel les économies d’énergie réalisées financent au fil du temps les travaux. Capitaliser les expériences permettant de définir, à terme, des référentiels « qualité » et des « bouquets de travaux type » par rapport à des typologies de construction ou de situation favorisant la massification. Développer et mettre en place des cadres et des conventionnements pour une montée en compétence des professionnels et la structuration d’une offre globale en suscitant l’organisation de groupements d’artisans du bâtiment…

RÉNO’AQT Depuis mars 2014, l’ex-Région Aquitaine a mis en place le dispositif Réno’Aqt, piloté par la direction de l’urbanisme et du logement et qui vise à favoriser et accompagner les particuliers et les communes rurales dans le lancement de travaux de rénovation énergétique sur leur patrimoine consacré à l’habitat. Réno’Aqt

Degré d’intensité DD

90 %

15

Prise en compte

OUI

PARTIELLE

OUI

OUI

OUI

Impact

+

/

+

+

+

En 2016, la caisse d’avance créée en 2015 pour les travaux de rénovation énergétique, poursuit son extension et couvre tout le territoire ex-aquitain à la suite de l’adhésion des 2 SACICAP (Société Anonyme Coopérative d’Intérêt Collectif pour l’Accession à la Propriété) des Pyrénées-Atlantiques. Plus de 150 particuliers ont bénéficié des services de la caisse d’avance. L’objectif est qu’elle puisse être étendue progressivement à l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine.

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS


LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DANS LES LYCÉES

APPEL À PROJETS COMPÉTITIVITÉ ÉNERGÉTIQUE

PLAN COMPTAGES ET GTC

En Nouvelle-Aquitaine, 19 % de la consommation finale d’énergie du territoire régional, concernent le secteur de l’industrie. Malgré une diminution de 18 % de leur consommation entre 2005 et 2012, la facture énergétique des entreprises est en constante augmentation (+27 %) sur cette même période.

Pour assurer le suivi de la transition énergétique dans les Etablissements Publics Locaux d’Enseignement (EPLE), il est indispensable qu’ils soient instrumentés (compteurs d’énergies et d’eau, enregistreurs de température, capteurs, etc.). Cette gestion est d’autant plus facilitée si ces équipements sont reliés à une Gestion Technique Centralisée (GTC).

La Région Nouvelle-Aquitaine a lancé un Appel à Projets Compétitivité énergétique des entreprises en 2016. S’inscrivant dans le cadre du développement de l’Usine du Futur, le Conseil régional a pris l’initiative d’accompagner les projets d’amélioration de la compétitivité énergétique des entreprises. En effet, l’utilisation rationnelle de l’énergie devient, de plus en plus, un enjeu de compétitivité.

Outre la gestion des bâtiments des EPLE, ces données permettent de mesurer l’impact des actions mises en œuvre par la Région pour répondre à l’engagement en faveur du Facteur 4. Elles ont aussi vocation à permettre l’établissement du bilan annuel des consommations et des productions énergétiques et des émissions de gaz à effet de serre.

Il propose d’une part un accompagnement spécifique aux entreprises pour identifier et quantifier les économies d’énergies potentielles. D’autre part, il soutient les investissements permettant une économie d’énergie du site industriel d’au moins 10 % ou une réduction minimum de la consommation annuelle de 25GWh/an des consommations d’énergie du process industriel dans son ensemble ou une récupération d’énergie fatale. Ces investissements peuvent porter sur : • • • •

les procédés ; les utilités : optimisation de l’air comprimé, de la ventilation, de la production de froid, de chaleur, de vapeur ; la récupération de l’énergie contenue dans les rejets, la chaleur perdue et la valorisation thermique dans les procédés industriels ; les équipements de gestion des installations : systèmes de régulation, de pilotage, de lissage et de suivi.

Les premiers projets devraient être finalisés courant 2017.

L’objectif pour la Direction de la donstruction et de l’immobilier est de parvenir à une harmonisation des pratiques entre les sites des trois ex-régions, dans le suivi et la conduite de la transition énergétique. Le plan comptages et GTC en constitue la première étape.

Appel à projets Compétitivité énergétique des entreprises Degré d’intensité DD

40 %

Prise en compte

OUI

NON

NON

NON

OUI

Impact

+

/

/

/

+

Plan Comptages et GTC pour les EPLE de Nouvelle-Aquitaine Degré d’intensité DD

60 %

Prise en compte

OUI

OUI

NON

NON

OUI

Impact

+

+

/

/

+

F1 et F2 pour la politique de limitation des impacts environnementaux, F5 pour une plus grande écoresponsabilité dans la gestion des lycées.

Par ailleurs, une ligne dédiée à l’efficacité énergétique est intégrée dans le Plan Pluriannuel d’Investissement des lycées.

La performance et la maîtrise de l’énergie font partie intégrante de la finalité 1. Etant liées aux entreprises, elles concernent aussi un mode de production responsable (F5). Les autres finalités ne sont pas concernées directement.

Cette politique est conduite par la Direction de l’énergie et du climat.

©Region Nouvelle-Aquitaine • Francoise Roch

16

Lycée Kyoto, Poitiers

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES ENTREPRISES


LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE Évolution 2004 - 2016 des émissions de CO2 dans les lycées

2004

La réalisation du bilan annuel des consommations et productions énergétiques et des émissions de CO2 des lycées en ex-Aquitaine permet de mesurer l’état d’avancement de l’engagement de la collectivité en faveur du Facteur 4 (diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050 par rapport à 2004 pour les EPLE). Actuellement effectif pour l’ex-Aquitaine, ce suivi sera étendu à l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine dans les toutes prochaines années. Il faudra pour cela instrumenter les établissements des territoires des ex-Limousin et ex-Poitou-Charente puis organiser la remontée des données. Cela permettra d’obtenir des données harmonisées pour l’ensemble du territoire.

soit une baisse de

LYCÉE

L’estimation du gain financier sur la facture énergétique des lycées, issu des actions menées pour réduire les consommations énergétiques est réalisée en considérant les consommations énergétiques (type d’énergie par type d’énergie) de l’année 2007 comme référence pour chacune des années suivantes, actualisée en fonction : • •

de la rigueur climatique du prix de chacune des énergies (actualisé à l’année N).

Cette valeur de référence est actualisée avec celle de l’année N, avec la rigueur climatique subie et tenant compte des optimisations et des substitutions (modification du mix énergétique) réalisées. Cela permet de comparer une situation théorique où rien n’aurait été fait pour maîtriser les dépenses énergétiques et la situation réelle qui tient compte de fait du travail réalisé.

2016

26,99 kgCO2/m²

30,68 %

LYCÉE

RÉSULTAT ATTEINT

18,71 kgCO2/m²

Évolution 2004 - 2016 des consommations énergétiques « trentenaires » (1)

Bilan annuel des consommations énergétiques et des émissions de CO² des lycées

Energie primaire (2) Energie finale (3) 2004 2016 soit 2004 177,3 kWhep/m² 143,26 kWhep/m² - 19,20 % 131,99 kWhef/m²

Degré d’intensité DD

2016 101,45 kWhef/m²

Energie primaire

Prise en compte

OUI

OUI

NON

NON

OUI

Impact

+

+

/

/

+

- 23,14 % RÉSULTAT ATTEINT

dont consommations thermiques « trentenaires » entre 2007 et 2014

60 %

soit

- 25,65 % Energie finale - 25,34 %

dont consommations électriques « trentenaires » (hors production de chaleur) entre 2007 et 2014 (4) Energie primaire

Cette politique vise à limiter les impacts environnementaux (F1 et F2) et à apporter une plus grande éco-responsabilité dans la gestion des lycées (F5).

- 1,96 %* Energie finale - 1,74 %*

Énergies renouvelables Energies renouvelables sur la partie thermique (bois, géothermie, aérothermie, solaire thermique)

6,01 %

Energies renouvelables sur la totalité de l’énergie consommée 32,92 % Ce résultat résulte de la souscription 100 % Electricité verte au 1er janvier 2016 (9,47 % en 2015).

Gain financier issu des actions mises en œuvre (économie nette sur la facture énergétique des EPLE) Gain 2016

2,84 M€

Gain depuis 2007

24,16 M€

-----------------(1) 

consommations énergétiques trentenaires : calculées à partir de l’indicateur du climat réellement subi et l’indicateur du climat de référence (période trentenaire) (2)  énergie primaire (ep) : extraite de la nature (chute d’eau, bois, gaz, pétrole, uranium, etc.) (3)  énergie finale (ef) : obtenue après conversion, utilisée et comptée (gaz, fioul et réseau de chaleur : ep = ef ; électricité : ep = ef x 2,58 ; bois : ep = ef x 0,6) (*)  poste difficile à maîtriser en raison de la multiplication des usages, notamment informatiques et bureautiques

17

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

BILAN ANNUEL DES CONSOMMATIONS ET PRODUCTIONS ÉNERGÉTIQUES ET DES ÉMISSIONS DE CO2 DES LYCÉES


LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

FILIÈRES DÉCARBONÉES ET ÉNERGIES RENOUVELABLES Cumul de la production EnR par la Région (en MWh/an) 16

(1)

financé

146 789

14 112 556

12

Cumul des évitements gaz à effet de serre (en tonne équivalent CO2)

35

8

30

6

25

4

60 612

20

0

373 902

Méthanisation Outre la production d’une « énergie verte », la méthanisation permet de répondre à des enjeux majeurs pour la région : réduction des émissions de gaz à effet de serre, gestion et valorisation des effluents et déchets agricoles et agro-alimentaires et pérennité des exploitations agricoles. Cette filière, bien que vertueuse d’un point de vue environnemental, doit faire face à de nombreux freins. C’est pourquoi, depuis 2011, la Région et l’ADEME ont mis au point un dispositif visant à soutenir et accompagner la filière méthanisation (METHAQTION). En 2016 grâce à ce dispositif, une trentaine de porteurs de projets ont bénéficié d’un accompagnement technique et organisationnel et 14 projets d’une aide à l’investissement pour une production annuelle moyenne de 35 585 MWh.

247 433

15

2 x 10 000

En 2016, la Région a poursuivi ses efforts en faveur de la transition énergétique, en accélérant le développement des filières de production d’énergie d’origine renouvelable : solaire thermique et photovoltaïque, énergies marines, méthanisation et biomasse (1ere énergie renouvelable du territoire régional).

472 029

50 45 40

10

DÉVELOPPEMENT DES FILIÈRES DE PRODUCTION D’ÉNERGIE D’ORIGINE RENOUVELABLE

10 2014

2015

2016

5 0

L’indicateur reprend la production pour l’ensemble des projets d’énergies renouvelables qui ont été financés par la Région Nouvelle-Aquitaine en 2016 (méthanisation, bois énergie, photovoltaïque, solaire thermique, géothermie) et les 3 ex-Régions en 2014 et 2015. Le ralentissement de la progression de ces indicateurs est principalement dû, d’une part à la mise en place de très grosses unités de production ENR en 2014 sur les 3 anciennes régions, et d’autre part à l’impact de la fusion en 2016. Cette année fut principalement dédiée à l’harmonisation des dispositifs très variés des 3 ex-Régions et l’émergence de nouveaux projets en a été ralentie.

x 10 000

2012

2014

2015

Cet indicateur représente les gaz à effet de serre (GES) évités (en tonne équivalent CO2 par an) en substitution d’utilisation d’énergies fossiles par la mise en place d’installations énergétiques utilisant des énergies renouvelables, soutenues par la Région Nouvelle-Aquitaine en 2016 (méthanisation, bois énergie, photovoltaïque, solaire thermique, géothermie) et les 3 ex-régions en 2014 et 2015. Ces valeurs sont déterminées chaque année par les puissances installées dans l’année considérée.

-----------------EnR : énergies renouvelables

(1) 

©Region Nouvelle-Aquitaine • Francoise Roch

18

inauguration Tiper méthanisation

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Le développement des énergies renouvelables comme priorité régionale


LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

Les 3 ex-Régions soutiennent depuis plus de 10 ans la filière photovoltaïque (Exosun, VMH, Valorem…). En 2016, la Région a soutenu 66 opérations représentant une puissance installée totale de 5,4 MWc produisant globalement plus de 4,6 GWh annuels. La Région a publié, en 2016, un nouvel appel à projets photovoltaïque privilégiant un nouveau modèle de développement pour les projets solaires photovoltaïques basés principalement sur l’autoconsommation et le stockage. Il s’agit d’accompagner l’utilisation de systèmes solaires photovoltaïques connectés au réseau et économiquement rentables dont la production électrique est destinée à être essentiellement autoconsommée sur site. Projets cibles : • •

inférieurs à 100 kWc avec 70 % d’autoconsommation avec ou sans revente d’électricité, supérieurs à 100 kWc avec 85 % d’autoconsommation sans revente d’électricité.

Le recours au stockage devra être envisagé pour une meilleure efficacité de gestion énergétique Le solaire thermique en collectif reste en retrait malgré le soutien régional.

Énergies Marines Renouvelables L’émergence des énergies marines renouvelables représente une réelle opportunité pour créer et structurer une nouvelle filière économique. Les emplois concernent des secteurs diversifiés, d’ingénierie, de recherche, de maintenance, avec à la clé l’émergence de compétences spécialisées. À partir de 2025, et au niveau mondial, le nombre d’emplois générés par le secteur de l’éolien offshore pourrait dépasser celui du secteur éolien terrestre.

Exemple du projet Coopérative Fruitière POMPADOUR une coopérative d’emballage, d’entreposage et de stockage frigorifique de fruits située à Arnac Pompadour en Corrèze Afin d’améliorer significativement la gestion des besoins d’électricité de l’activité, la coopérative porte un projet photovoltaïque en autoconsommation destiné aux besoins d’éclairage, de bureautique et de froid de conservation toute l’année. L’installation comporte la mise en place de 252 kWc (kilo Watt crête), soit 1 500 m² de panneaux installés en toiture de l’entrepôt. La production de cette installation est estimée à 293,7 MWh par an et il est prévu une autoconsommation à hauteur de 93 % sur 25 ans. Cette production autoconsommée représente une couverture de 16 % des besoins électriques (éclairage, bureautique et stockage froid) s’élevant à 1.708 MWh/ an. L’investissement (étude et diagnostic, panneaux, onduleurs, monitoring, câblage, structure porteuse, pose) s’élève à 383.000 € HT, dont 127 538 k€ (32,78 %) d’aides régionales, le coût de l’électricité produite s’élève à 9,93 c€/kWh compte tenu du coût de l’investissement et de l’exploitation sur 25 ans, dont le remplacement des onduleurs tous les 10 ans.

© SEENEOH

Le territoire régional comporte 720 km de côtes qui constituent un véritable gisement en termes d’énergies. Audelà de l’importante production d’électricité d’origine renouvelable, les énergies marines génèreront à moyen terme des retombées économiques significatives. Avec l’identification d’un gisement de production estimé à 1700 MW (presque l’équivalent de deux réacteurs nucléaires), elle est désormais investie pour la mise en place d’une véritable filière industrielle dans ce domaine.

En tenant compte du coût de l’électricité produite et autoconsommée sur 25 ans et du prix de l’électricité achetée et actualisée à 4 % par an, la parité réseau pour cette installation est prévue en 2030. Cette solution permet de réduire les émissions de CO2 à hauteur de 14 tonnes par an, soit près de 350 tonnes sur la durée de vie de l’installation.

À Bordeaux, un programme d’essais est en cours autour d’hydroliennes fluviales. Ces turbines destinées à exploiter l’énergie des courants ont été implantées sous le Pont de Pierre fin 2016. Le site d’essai SEENEOH (Site expérimental estuarien national pour l’essai et l’optimisation d’hydroliennes) dispose de trois emplacements. Unique en France, il permettra aux industriels d’analyser le comportement de leurs machines en conditions réelles, et de procéder aux certifications environnementales. La puissance d’une hydrolienne fluviale est comprise entre 15 et 100 kW, ce qui en fait un outil dédié à des usages ciblés, cantonnés à l’alimentation de sites isolés à faible consommation. Le littoral néo-aquitain porte ainsi une triple promesse d’innovation, de transition énergétique et de création d’emplois.

© ADEME/Sébart Olivier

Centrale éolienne et photovoltaïque autonome (détail)

19

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Photovoltaïque La Nouvelle-Aquitaine est un territoire favorable au développement du photovoltaïque (PV) tant pour les installations au sol que pour les installations en toitures. Le dispositif d’aide pour le PV en autoconsommation a renouvelé l’approche de l’offre et de la demande sur un bâtiment ou une activité. Le nombre et la qualité des dossiers démontrent la faisabilité et la maturité de la technologie photovoltaïque pour un usage en autoconsommation.


LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Bois énergie Première région forestière de France, la région Nouvelle-Aquitaine soutient le développement de la filière Bois énergie. Pour cela, au-delà d’une volonté de mobilisation de la ressource, la collectivité souhaite valoriser la ressource forestière en énergie. Le recours au bois énergie notamment en milieu rural trouve sa place malgré la concurrence des solutions fossiles, l’aide régionale permettant de franchir le cap décisionnel. Un nouvel appel à projets a été publié en 2016 pour soutenir financièrement les chaufferies bois plaquettes ou granulés, avec ou sans réseau de chaleur, inférieures à 100 tonnes équivalent pétrole, approvisionnées par les filières locales. Il permet de réaffirmer la politique volontariste en matière de développement de filière de production de combustible local et l’animation de cette filière, tant sur l’offre que la demande. Le bilan 2016 est de 25 opérations collectives représentant une puissance installée totale de 4,12 MW produisant globalement plus de 7,5 GWh annuels et permettant d’éviter 1 924 tonnes équivalent CO2 de gaz à effet de serre. Le fonds d’investissement Terra Energies Créé en avril 2016, ce fonds se veut complémentaire des modes d’intervention et dispositifs déjà existants de la Région. Il répond également à la volonté d’agir en faveur de la transition énergétique et d’atteindre 32 % d’énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie du territoire en 2021. Caractéristique fondamentale, ce fonds régional permettra aux territoires et aux citoyens de s’engager dans ces projets par le biais de financements participatifs. C’est une façon d’encourager l’ancrage territorial de ces projets et de favoriser leur acceptabilité locale. Doté, dans un premier temps, de 8,2 millions d’euros, avec un objectif à terme de 15 millions d’euros, Terra Energies permettra plus de 120 millions d’euros d’investissements sur 4 ans dans des projets en faveur des énergies renouvelables, à l’échelle du territoire régional. La Région est actionnaire du fonds à hauteur de 49 % Développer la production issue (4 millions d’euros) et mobilise d’autres investisseurs d’énergies renouvelables privés comme la Caisse des Dépôts et Consignations, la Banque Populaire Aquitaine Centre Atlantique, Degré d’intensité DD le Crédit coopératif, le Crédit Agricole, la Caisse 80 % d’Epargne, EDF, Quandra, Sergies, PCER ou encore la plateforme de financement participatif Wiseed. Prise en compte

Méthanisation, éolien, biomasse, photovoltaïque, hydroélectricité, géothermie, énergies marines, stockage d’énergies… Autant de domaines dans lesquels Terra Energies pourra investir afin d’aider à la constitution de tours de tables et, ainsi, à la réalisation de projets dans le domaine des énergies renouvelables, sur tout le territoire néo-aquitain. Il assurera un effet de levier indispensable pour de nombreux projets qui peuvent parfois rencontrer des difficultés à se financer.

Impact

OUI

OUI

OUI

NON

OUI

+

+

+

+

+

La transversalité des projets se mesure tant sur l’accès à l’énergie sur tout le territoire par l’utilisation des énergies renouvelables (F1, F3), contribuant à lutter contre le changement climatique (F1) et préservant mieux les milieux et les ressources (F2). Grâce à une augmentation d’énergie « propres », cette action contribue indirectement à la santé des néo-aquitains (F4). En contribuant à modifier la manière de produire de l’énergie, elle contribue à F5.

©Region Nouvelle-Aquitaine • Francoise Roch

Parc éolien, Voulême (86)

20


LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

GUIDE ENVIRONNEMENTAL DE CONSTRUCTION ET DE RÉNOVATION DURABLES

Dans le prolongement des pratiques des 3 ex-Régions, la Région Nouvelle-Aquitaine entend mener une démarche d’amélioration continue des performances environnementales de son patrimoine des lycées en agissant sur la qualité des opérations de construction et de rénovation. Le Guide environnemental constitue l’outil opérationnel de cette ambition et a été retenu comme outil de référence pour l’harmonisation des procédures au niveau de la Région en matière de construction durable. À ce titre, trois objectifs principaux sont visés : • • •

garantir une démarche environnementale globale pour chaque opération de travaux quelle que soit sa taille ; réussir la transition énergétique pour les EPLE ; développer le recours aux éco-matériaux.

Le Guide environnemental est particulièrement adapté aux opérations de rénovation partielle. Pour les opérations d’envergure, lorsqu’un programme fonctionnel et environnemental spécifique est élaboré, les prescriptions qui y sont contenues constituent la référence pour orienter les choix techniques de ces opérations (hormis pour les éléments qui relèvent de la RT 2012 dans le cas d’une construction neuve). Il est composé de 3 éléments : n la partie « Guide » proprement dite qui : • • • •

définit les modalités de l’analyse de site simplifiée, définit les prescriptions : 134 prescriptions classées selon 12 grands thèmes, met à disposition des outils, est évolutive pour tenir compte des retours d’expériences et de l’évolution de l’état de l’art ;

n et deux annexes : • •

la « fiche de suivi » qui permet de « tracer » la qualité environnementale tout au long du projet (c’est le support de discussion entre la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre), l’attestation finale signée par le Maître d’ouvrage qui valide la conformité environnementale de l’opération.

Une version 2017 du Guide environnemental est en cours de validation. En effet, le contenu du Guide a vocation à évoluer pour tenir compte à la fois de l’évolution de l’état de l’art, de la réglementation et des retours d’expérience. Cette politique est conduite par la Direction de la construction et de l’immobilier.

21

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

ACTION PHARE


LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

La Région œuvre également à réduire son propre impact sur le climat, notamment en poursuivant ses efforts en matière de diminution des GES par l’investissement dans des véhicules moins polluants ou encore par l’équipement en systèmes de visioconférence. Sa politique d’achats responsables permettent également de lutter contre le changement climatique.

Améliorer l’empreinte environnementale des agents du Conseil régional

Définir une politique d’achats responsables pour l’institution La politique d’achats responsable

La collectivité met en place des dispositions de nature à réduire les déplacements d’une part, et leurs impacts en termes d’émissions de GES d’autre part.

En 2016, la collectivité intègre au périmètre l’ensemble des sites, poursuit ainsi sa politique d’achats responsables sur l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine au moyen de l’intégration de clauses environnementales et d’identification des dossiers à fort potentiel environnemental comme par exemple les marchés de location de véhicules, de fournitures de bureau et de décoration florale. Ces politiques sont conduites par la Direction des achats et de la commande publique.

Le parc véhicules En 2016, le parc véhicules, géré par la Direction des ressources techniques et de l’exploitation, se compose de 411 véhicules répartis sur les 3 sites : 306 Véhicules Légers et 105 Véhicules Utilitaires. Le kilométrage total parcouru est de 5 188 000 km dont près de 3 millions de km sont effectués par les 110 véhicules du pool des trois sites partagés par plus de 1000 agents. Ces derniers ont effectués 13901 réservations sur un ou plusieurs jours pour des déplacements de 1 à 8 personnes.

Optimisation du parc informatique Des démarches sont engagées par la DSI pour l’homogénéisation du parc informatique, notamment des imprimantes afin de :

Les émissions totales de CO2 (hors véhicules utilitaires) se montent à 700 tonnes avec un taux moyen de CO2 de 127 g/km.

• • • •

Dans le cadre du renouvellement du parc, le renouvellement des véhicules en achat et en location se fait si possible par des véhicules à motorisation essence ou hybride à la place du diesel. En 2016, le parc compte 19 véhicules hybrides, 70 véhicules électriques, 4 scooters électriques et 32 vélos dont 17 électriques répartis sur les différents sites.

limiter le nombre de modèles et supprimer les anciens matériels : réduire les espace de stockage grâce à des toners plus homogènes, supprimer les machines dont la maintenance devenait plus lourde, renouveler le parc par des imprimantes moins consommatrices d’encre.

Cette démarche d’homogénéisation est également menée sur les ordinateurs, l’utilisation des serveurs physiques à travers la technologie de virtualisation, et plus globalement sur les matériels d’infrastructure. Ces actions se trouvent démultipliées dans le contexte de fusion des Régions, l’ensemble des parcs matériels étant sollicités.

L’objectif est de poursuivre les efforts en matière de diminution des GES liées à l’utilisation de la voiture qui représente plus de la moitié des GES dus au transport.

Optimisation du parc matériel

Systèmes de visioconférence

Degré d’intensité DD

Afin de limiter les déplacements de ses agents, l’ensemble des salles des bâtiments de la Région Nouvelle-Aquitaine ont été équipées de systèmes de visioconférence. Le matériel de type Webcam a été généralisé auprès des Directions & Services afin de permettre d’utiliser la visioconférence directement depuis le poste de travail informatique.

40 %

En 2016, une analyse est conduite et une nouvelle solution de visioconférence («Starleaf/Breeze») est retenue. Elle vise à faciliter son usage et sa généralisation, à la fois sur l’ensemble des sites de la nouvelle Région, mais également en élargissant les utilisateurs de la solution (jusqu’au poste de travail, smartphone, etc.).

Prise en compte

OUI

NON

NON

NON

OUI

Impact

+

/

/

/

+

L’optimisation du parc informatique permet de consommer moins d’énergie (F1). Elle permet également une consommation responsable - moins d’encre, de papier… (F5).

Cette politique est conduite par la Direction des systèmes d’information (DSI).

22

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

FONCTIONNEMENT DE LA COLLECTIVITE Actions mises en place en interne


LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

Fonctionnement de la collectivité

Politiques sur le territoire

Afin d’amplifier l’effort de limitation des déplacements, il est envisagé en 2017 :

La Région poursuit son action en matière de lutte et d’adaptation au changement climatique dans une perspective d’amélioration continue.

Pour les TEPOS, un nouvel appel à projets est lancé en 2017 pour sélectionner 12 nouveaux territoires (33 candidatures issues des 12 départements sont reçues le 12 mai 2017).

Concernant l’Appel à projets Compétitivité énergétique des entreprises, les premiers projets devraient être finalisés courant 2017. L’accélération de la diffusion des aides régionales, via des campagnes de sensibilisation et de mobilisation, et le renforcement des partenariats avec les représentants des filières et les acteurs locaux sont les principaux axes d’amélioration pour la version 2017 de cet appel à projets.

La revue des marchés des anciennes Régions a permis d’identifier ceux à renouveler de façon commune sur l’année 2017/2018. Aussi, les actions d’homogénéisation du parc informatique seront amorcées fin 2017 et se poursuivront en 2018. À l’échelle de l’ensemble des sites de la Nouvelle-Aquitaine, il faudra retravailler un axe de rationalisation des matériels d’édition pour diminuer globalement le nombre d’imprimantes avec pour objectif une plus grande mutualisation des outils. Il serait souhaitable de sensibiliser les Directions sur la quantité des impressions papiers réalisées au sein de leurs services :

Une stratégie régionale pour la rénovation énergétique des logements privés, visant une massification en favorisant les démarches de rénovation globale performantes, sera mise en place en 2017. Elle s’appuiera sur : • • • •

de poursuivre l’équipement des salles de réunion, des bureaux des Directeurs/trices avec de la visio « Grand Format » et de procéder à la généralisation totale de l’usage des Webcam au niveau des services (fourniture d’un minimum de 3 Webcams par service) ; de mettre en place une technologie de salles immersives entre les sites de Bordeaux, Poitiers et Limoges (1 salle par site) : salle dédiée visio et table tactile.

le maintien d’un conseil de proximité et l’accompagnement tout au long du projet ; le développement d’outils régionaux de soutien financier innovants ; le soutien à la montée en compétences et la structuration des professionnels ; le développement d’une communication/sensibilisation lisible et efficace à destination des ménages néo-aquitains.

• •

Un nouvel appel à projets « Bâtiment du futur » sera lancé en 2017, et portera sur une approche globale du bâtiment, en allant au-delà du simple critère de performance énergétique et en élargissant les thématiques traitées. L’anticipation de la future RT 2020 sera au cœur de cette démarche. Concernant le développement des énergies renouvelables, l’amélioration du maillage territorial des équipements, le renforcement et l’optimisation de la gestion des réseaux de distribution permettant une production et une consommation locales, sont les principaux axes de progrès pour 2017.

23

objectif de fournir un état trimestriel ou mensuel de la volumétrie réalisée avec les impacts associés (coût, nb feuilles) - non fait sur les années précédentes, mais proposition d’identifier des Directions pilotes pour démarrer cette diffusion en 2018 ; sur la partie serveur, il s’agira de poursuivre la dynamique en optimisant l’équilibre entre serveur physique et virtuel.

FINALITÉ 1 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

AXES D’AMÉLIORATION


DE DÉVELOPEMENT DURABLE

FINALITÉ 2

PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ, DES MILIEUX ET DES RESSOURCES


PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ, DES MILIEUX ET DES RESSOURCES L’Objectif 14 de développement durable vise à conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines.

Le réchauffement climatique s’ajoute aux pressions sur la biodiversité et les ressources naturelles engendrées par les activités humaines. Plusieurs auteurs, comme le prix Nobel de chimie Paul Crutzen, considèrent ces pressions comme le marqueur d’un passage à une nouvelle ère géologique : l’Anthropocène. Devant ces impacts massifs, les scientifiques étudient lesquelles de ces mutations compromettent le plus la résilience de la Terre. Le WWF dresse un état des lieux dans le Rapport Planète Vivante 2016 - Risque et résilience dans l’Anthropocène, En 2016, pour subvenir aux besoins en s’appuyant sur deux indicateurs : des Français, il a fallu 1,7 France. l’Indice Planète Vivante (IPV) qui permet (Global Footprint Network ) de mesurer la biodiversité et l’Empreinte Ecologique qui permet de mesurer la pression de l’homme sur la nature et de calculer en hectare global (Hag) la surface nécessaire à notre consommation de biens et services. D’après le rapport, nos actions nuisent non seulement à la pérennité des espèces et de l’environnement, notamment par des pratiques non soutenables d’agriculture, de pêche ou encore la consommation déraisonnée, mais également à nous-mêmes : détérioration de la qualité de l’air, pollution et raréfaction de l’eau…

L’Objectif 15 de développement durable vise à assurer la conservation, la restauration, et l’utilisation durable des écosystèmes terrestres et arrêter la dégradation des terres et la désertification.

tout comme le programme d’évaluation française des écosystèmes et des services écosystémiques (EFESE), contribution française au programme européen MAES (Mapping and Assessment of Ecosystems and their Services). La Stratégie nationale Bas-Carbone (SNBC) dont l’objet premier est la réduction des GES, prend également en compte la biodiversité et les ressources naturelles. La complémentarité entre économie, énergie et biodiversité apparaissent clairment : • •

la soutenabilité de la gestion forestière fixe le carbone et limite les pressions sur les ressources naturelles (sol, eau, biodiversité) ; le développement des linéaires de haies permet de stocker le carbone et de contribuer aussi au maintien des sols (réduction de l’érosion éolienne et hydraulique). Ces linéaires de haies constituent des éléments patrimoniaux clés du paysage (bocages) et des habitats essentiels pour la biodiversité.

L’eau est un sujet de plus en plus préoccupant et l’impact de sa rareté croissante se fait ressentir à travers le monde. Au sein de l’Union européenne, ce ne sont plus seulement les zones méditerranéennes qui sont touchées : d’ici 2030, les pénuries pourraient affecter la moitié des bassins fluviaux d’Europe. De ce fait, la Commission européenne a décidé de promouvoir la réutilisation des eaux usées traitées avec l’objectif de créer un cadre harmonisé d’exigences minimales. Aujourd’hui seuls 6 pays européens, dont la France, disposent d’une réglementation spécifique à ce sujet.

Dans son rapport intermédiaire de décembre 2016, l’EFESE confirme que les actions et les décisions prises aujourd’hui auront des conséquences y compris sur le très long terme pour les écosystèmes, les biens et services écosystémiques donc sur le bienêtre des Français. Il précise que la marche vers un développement soutenable exige de réduire les pressions sur les écosystèmes par la combinaison adaptée d’actions de politique publique, de technologies, d’investissements financiers et d’éducation.

La Loi du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages consacre l’objectif d’absence de perte nette de biodiversité, voire celui de tendre vers une reconquête de cette dernière. Mesure phare, l’Agence Française pour la Biodiversité (AFB) est officiellement entrée en fonction au 1er janvier 2016. Elle est chargée de collecter des données, d’apporter un appui technique aux services de l’Etat et aux collectivités, d’assurer le rôle de police de l’environnement ou encore d’animer les stratégies nationales et de soutenir financièrement des actions de protection ou de reconquête de la biodiversité. Les agences régionales de la biodiversité seront créées en partenariat avec l’AFB et doivent associer tous les acteurs, définir des priorités d’action et toucher tous les milieux (aquatiques, terrestres, marins, etc.). L’AFB doit également sensibiliser les Français à la biodiversité,

La richesse biologique et écologique du territoire a poussé la Région à s’engager pour sa préservation avec la mise en place d’un « GIEC biodiversité » régional, déclinaison de l’IPBES (Intergovernmental SciencePolicy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services).

25

©FD

Vallée de la Fontenelle, Sers (16)

FINALITÉ 2 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

L’Objectif 6 de développement durable cible d’ici à 2030 la mise en œuvre d’une gestion intégrée des ressources en eau à tous les niveaux, y compris au moyen de la coopération transfrontière.


PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ, DES MILIEUX ET DES RESSOURCES

Afin de préserver la diversité et la richesse du patrimoine naturel et géologique et de maîtriser l’exploitation des ressources et richesses naturelles du territoire néo-aquitain, la politique régionale est fondée sur les axes prioritaires suivants :

• l’accompagnement des acteurs pour assurer l’intégration des enjeux de la biodiversité et de la gestion des ressources, en particulier au travers de l’encouragement de pratiques touristiques durables (aménagement durable des stations et des territoires touristiques du littoral) et de productions agricoles soutenables (démarche environnementale de certification, certification Agriculture Biologique) • la préservation des ressources naturelles et la réduction des impacts environnementaux des activités, notamment grâce au soutien à la recherche.

• la préservation et la valorisation des espaces naturels (trame verte et bleue, PNR), dans un contexte de pressions foncières et climatiques (mitage, étalement urbain, plantes invasives) ; • la gouvernance pour une coordination des politiques publiques en matière de biodiversité (Agence régionale de la biodiversité de Nouvelle-Aquitaine) ;

"…Le monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous…"

Mahatma Gandhi

©CRT Limousin • M. Turin

PNR Périgord-Limousin

26

FINALITÉ 2 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

OBJECTIFS


PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ, DES MILIEUX ET DES RESSOURCES

Outre la poursuite des actions existantes sur les territoires des 3 ex-régions, un effort a été porté sur le lancement de nouvelles dynamiques en 2016 : • • • • • •

Un plan régional pollinisateurs avec la conférence de Gilles Bœuf (biologiste français, Professeur à l’Université Pierre et Marie-Curie) ; Une démarche d’élaboration et de concertation pour le Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets avec la mise en place d’un comité technique ; Une démarche de concertation régionale sur l’eau afin de définir les orientations et priorités régionales ; Un cadre régional à l’échelle néo-aquitaine est mis en place lors de la séance plénière de décembre 2016 avec : Une démarche de concertation régionale sur l’élaboration de la politique d’éducation Nature Environnement pour un Développement Soutenable avec l’adoption du règlement d’intervention ; L’adoption du cadre d’intervention de la politique régionale pour les Parcs Naturels Régionaux après concertation avec les parcs.

Les territoires côtiers, très présents en Nouvelle-Aquitaine, sont des espaces fragiles et soumis à de nombreuses pressions humaines. Afin de les préserver durablement, il est nécessaire de garantir une vision globale des différentes politiques régionales. À cette fin, une Délégation Littorale confiée à un élu régional placé sous la responsabilité du vice-président en charge de l’Environnement et de la Biodiversité, est créée en juillet 2016. L’objectif est de disposer avant 2017 d’une politique régionale en matière de biodiversité, de déchets et d’économie circulaire à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine.

Préserver et valoriser les espaces naturels Les projets suivants sont mis en œuvre par la Direction de l’environnement.

DES DISPOSITIFSÀ LA MESURE DES SITES NATURELS DE LA REGION TRAME VERTE ET BLEUE La Trame verte et bleue constitue un outil de préservation de la biodiversité s’articulant avec l’ensemble des autres outils (parcs nationaux, réserves naturelles nationales et régionales, Natura 2000, parcs naturels régionaux). En complément de ces outils de protection d’espèces et d’espaces remarquables, la Trame verte et bleue permet de franchir un nouveau pas en prenant en compte le fonctionnement écologique des espaces et des espèces dans l’aménagement du territoire et en s’appuyant sur la biodiversité ordinaire. Sur les ex-territoires, des actions de nature variée ont vu le jour, pour permettre de mobiliser les acteurs dans la mise en œuvre de la Trame verte et bleue : accompagnement pour la prise en compte dans les documents de planification ou encore dispositif opérationnel visant à restaurer des continuités écologiques en réponse à différentes mesures adoptées dans les Plans d’Action Stratégiques des trois Schémas de Cohérence Ecologique de la Nouvelle-Aquitaine.

En 2016 : •

Trame verte et bleue

19 territoires de SCOT et PLUi bénéficient de l’Assistance Continuités Ecologiques (ACE). L’ACE apporte aux territoires volontaires une expertise basée sur une cellule naturaliste et scientifique et un accompagnement des collectivités par des professionnels de l’aménagement et du développement durable des territoires. Une formation a également permis d’apporter des outils et des méthodes aux urbanistes et paysagistes du Conseil d’Architecture d’Urbanisme et d’Environnement (CAUE) d’ex-Aquitaine dans leurs missions d’appui à l’élaboration des documents d’urbanismes auprès des collectivités locales. Le dispositif « trame Verte et Bleue : communes » accompagne les communes dans la réalisation d’actions et opérations concrètes sur le paysage, l’eau, le bâti, les espèces et les espaces et leur permet d’agir en faveur de la biodiversité en milieux terrestres (vert) ou aquatiques (bleu) et a été reconduit pour les départements de Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vienne. 27

Degré d’intensité DD

60 %

Prise en compte

OUI

OUI

NON

OUI

NON

Impact

+

+

/

+

/

La trame verte et bleue répond en priorité à la Finalité 2, mais participe également à la conservation de zones naturelles participant à la lutte contre le changement climatique (F1) (atténuation des pics de chaleur, captation du carbone…), et à l’épanouissement des êtres humains (F4) en pérennisant des espaces favorables à la santé et à la détente.

FINALITÉ 2 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

POLITIQUES MENÉES SUR LE TERRITOIRE


PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ, DES MILIEUX ET DES RESSOURCES

L’initiative de la création d’un Parc naturel régional relève de la compétence des Conseils Régionaux. Ce classement est obtenu par un décret signé du premier ministre après une longue procédure dont les étapes permettent de s’assurer de la qualité patrimoniale exceptionnelle du territoire (qualité du patrimoine naturel, culture et paysage) et du projet de développement durable proposé. Avant le lancement de la phase de création d’un Parc naturel régional, l’étape préalable est la constitution d’un dossier d’opportunité qui permet d’analyser la plus-value que peut apporter un Parc naturel régional. Deux territoires ont sollicité l’appui de la Région pour étudier l’opportunité et la faisabilité d’un Parc naturel régional : la gâtine poitevine, 82 communes bocagères du nord des Deux-Sèvres, et la Montagne basque, 111 communes du Pays basque, sur la partie la plus occidentale de la chaîne pyrénéenne. Les 2 territoires sont respectivement représentés par le Syndicat du Pays de Gâtine et par l’association des commissions syndicales Euskal Herriko Mendu Batasuna, sur lesquels la Région peut s’appuyer pour la constitution du dossier d’opportunité et la conduite de la concertation avec les acteurs locaux.

AGENCE RÉGIONALE DE LA BIODIVERSITÉ Le principe de la création d’une Agence Régionale de la Biodiversité de Nouvelle-Aquitaine a été validé à l’unanimité en décembre 2016. Cette nouvelle structure doit notamment permettre de regrouper l’Observatoire Régional de l’Environnement de PoitouCharentes et l’Agence Régionale pour la Biodiversité en Aquitaine, mais a l’ambition de regrouper plus largement les acteurs du territoire qui œuvrent pour la biodiversité.

Parcs naturels régionaux Degré d’intensité DD

100 %

Prise en compte

OUI

OUI

OUI

OUI

OUI

Impact

+

+

+

+

+

L'action des Parcs, soutenue par la Région, permet une meilleure cohésion sociale et une cohérence territoriale pour une prise en compte des enjeux environnementaux dans le développement local, et pour l'accompagnement de modes de production et de consommation responsable. Elle participe à l’épanouissement de tous les êtres humains et concourt à la lutte contre le changement climatique.

©CRT Limousin • M. Turin

PNR Millevaches

©CRT Limousin • M. Turin

©Fotolia • Ana Vasileva

PNR Périgord-Limousin

28

Agence régionale de la biodiversité Degré d’intensité DD

40 %

Prise en compte

OUI

OUI

NON

NON

NON

Impact

+

+

+

+

/

FINALITÉ 2 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Devenir un chef de file en matière de biodiversité

PARC NATURELS RÉGIONAUX


PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ, DES MILIEUX ET DES RESSOURCES

POLITIQUE AREA

ACCOMPAGNER LES ACTEURS DANS L’INTÉGRATION DE LA PRÉSERVATION DU PATRIMOINE NATUREL À LEURS ACTIVITÉS

La certification environnementale AREA (Agriculture Respectueuse de l’Environnement en Aquitaine), initié par la Région, a été reconnue officiellement en 2012 pour le territoire d’Aquitaine par le Ministère de l’Agriculture comme certification environnementale de deuxième niveau dans le cadre de la loi Grenelle 2. En 2016, la Région Nouvelle-Aquitaine a souhaité étendre ce dispositif à l’ensemble de la nouvelle Région. Elle examine aussi les possibilités de soutenir la certification HVE 3, niveau le plus elevé de cette certification nationale environnementale des exploitations agricoles.

DISPOSITIF PLAN-PLAGE Sur le territoire ex-aquitain, il permet de maîtriser et d’encadrer : • • •

la sécurité ; la préservation de l’environnement : respect de l’environnement immédiat (dune, forêt de protection), conservation de la biodiversité, interdiction de la circulation, stabilisation de la dune, évolution du trait de côte… ; la canalisation des flux dans une optique de déplacements doux.

Politique AREA La certification AREA concernera toutes les exploitations de Nouvelle-Aquitaine quel que soit leur type de production : élevage, polyculture-élevage, Degré d’intensité DD viticulture, arboriculture, maraîchage, grandes 60 % cultures, etc. Elle permet de reconnaître et de valoriser les efforts Prise en OUI OUI NON NON OUI compte des agriculteurs de Nouvelle-Aquitaine en matière d’environnement au travers d’un référentiel constitué Impact + + / / + de 10 mesures à respecter, relatives aux enjeux liés à la fertilisation, la biosécurité, les produits phytosanitaires, Les pratiques promues par la politique régionale AREA les effluents végétaux, la biodiversité, l’énergie et limitent l’utilisation d’intrants chimiques et permettent un l’eau. mode de production durable qui favorise la lutte contre le changement climatique, la préservation de la biodiversité, Les exploitations agricoles certifiées AREA bénéficient et une pérennité économique des exploitations. notamment d’une priorisation dans les dispositifs d’aides de la Région aux investissements (PCAE). Le nombre d’exploitations certifiées AREA est en constante augmentation, pour atteindre 2006 exploitations en 2016. Le budget alloué par la Région à cette opération en 2016 est de 650 000 €.

La formalisation d’un plan-plage se traduit par une étude préalable à la réalisation d’investissements. En 2016, deux études préalables à Léon (40) et à Sanguinet (40) ont été réalisées pour un investissement régional de 8750 €. Pour la partie aménagement, 4 sites Plan-Plage dont 3 à Biscarosse Océan (40) et 1 plan plage lacustre à Gastes (Sud de Parentis, 40) ont été mis en place pour une participation régionale de 300 650 €. L’appel à projets « Aménagement durable des stations et des territoires touristiques du littoral aquitain » lancé en 2014 et dont l’objectif était de transmettre une vision à l’horizon N+30 ans de l’aménagement et du fonctionnement des stations, dans le cadre d’une approche globale liant les enjeux environnementaux, socio-économiques, urbanistiques et paysagers a conduit à l’élaboration d’un guide pratique Le référentiel d’innovation construit sur 10 enjeux clés (érosion, positionnement touristique, mobilités, rétrolittoralité...) modulables en fonction de la particularité de chaque station ou de chaque territoire. Ainsi, fin 2016, trois territoires (Audenge (33), Communauté de Communes de Mimizan (40), Bidart (64)) ont terminé l’étude préalable et engagent les premières actions opérationnelles. En outre, trois nouvelles candidatures (Lacanau (33), Seignosse (40), Saint-Jean-de-Luz (64) et Guéthary (64)) ont été initiées et verront leurs conclusions d’ici la fin de l’année 2017. Ce dispositif est mis en oeuvre par la Direction du tourisme.

Dispositif Plan-Plage Degré d’intensité DD

90 %

Prise en compte

OUI

OUI

PARTIELLE

OUI

OUI

Impact

+

+

+

+

+

Cette politique est mise en oeuvre par la Direction de l’agriculture, des industries agroalimentaires (IAA) et de la pêche.

Cette politique de valorisation maîtrisée du littoral concerne toutes les finalités, dont en majorité la finalité 1 (lutte contre le changement climatique), la finalité 2 (préservation de la biodiversité) et la finalité 4 (épanouissement de tous les êtres humains).

Coucher de soleil sur le bassin d’Arcachon

29

FINALITÉ 2 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Accompagner les acteurs pour assurer l’intégration des enjeux de la biodiversité et de la gestion des ressources


PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ, DES MILIEUX ET DES RESSOURCES SOUTIEN À L’AGRICULTURE BIOLOGIQUE

En 2016, la Région Nouvelle-Aquitaine a déployé le fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) sur l’ensemble de son territoire. La Région assure la gestion déléguée des mesures régionales qui représentent 29 M€ (588 M€ au niveau national). Sur cette enveloppe régionale, 3,8 M€ sont consacrés au Développement Local par les Acteurs Locaux (DLAL) avec 4 Groupes d’Action Locale pour la Pêche et l’Aquaculture (GALPA). Le FEAMP accompagne la mise en œuvre de la politique commune de la pêche au niveau national ainsi que la politique maritime intégrée. Les mesures régionalisées visent à soutenir le développement du littoral de la Nouvelle-Aquitaine et des entreprises de la filière halieutique. Les priorités : • Promouvoir une pêche durable ; • Promouvoir une aquaculture durable ; • Améliorer l’emploi et la cohésion territoriale ; • Favoriser la commercialisation et la transformation.

En France depuis 10 ans l’agriculture biologique se développe inexorablement, aussi bien chez les consommateurs que chez les agriculteurs. La fusion des Régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes fait de la Région NouvelleAquitaine un poids lourd de l’agriculture biologique la plaçant en deuxième ou troisième position des régions de France que ce soit en surfaces, en nombre d’exploitations ou en nombre de transformateurs/distributeurs.

Fonds pour les affaires maritimes et la pêche

Tirée par une croissance à deux chiffres de la consommation et forte du soutien des pouvoirs publics, l’agriculture biologique est dynamique en Nouvelle-Aquitaine. En l’espace de 20 ans, elle a conquis 5,3 % de la SAU régionale (207 255 ha) et environ 6 % des producteurs (4801 producteurs). Depuis 2015 et l’entrée en vigueur de la nouvelle programmation du fonds européen pour l’agriculture et le développement rural (FEADER), l’augmentation des surfaces en conversion à l’agriculture biologique connaît une hausse historique de près de 20% en 2 ans, avec environ 40 000 ha supplémentaires en 2016.

Degré d’intensité DD

70 %

Prise en compte Impact

OUI

+

OUI

+

PARTIELLE

+

NON

+

OUI

+

Cette politique a l’objectif de promouvoir pêche et aquaculture durables et ainsi une réduction des GES (F1). Elle tend vers une pêche responsable, permet de mieux gérer les stocks de poissons et donc leur renouvellement (F2). Elle contribue à avoir un impact moins important sur les fonds marins favorisant une gestion concertée et apaisée des ressources entre pays et régions frontalières et permettant à tous les utilisateurs d’en profiter (F3/F4), directement ou non. Enfin, elle permet de préserver la pérennité économique de la filière (F5).

En tant que gestionnaire du FEADER, la Région a mobilisé, en 2016, les moyens nécessaires pour accompagner l’ensemble des agriculteurs souhaitant se convertir à l’agriculture biologique. Au total, une enveloppe d’environ 47 M€ a été allouée aux agriculteurs biologiques dont environ 17 M€ de FEADER.

En 2016, la convention de délégation de gestion entre l’Etat et la Région a été signée et les premiers dossiers ont été instruits en Nouvelle-Aquitaine.

Soutien à l’agriculture biologique Degré d’intensité DD

60 %

Prise en compte

OUI

OUI

NON

NON

OUI

Impact

+

+

+

+

+

Les pratiques de l'agriculture biologique génèrent moins d’émissions de gaz à effet de serre (cultures de légumineuses, gestion des prairies permanentes, non utilisation d'intrants chimiques, etc.)(F1), impliquent une meilleure gestion de l’utilisation et du stockage de produits chimiques (F2) et constituent un mode de production responsable (F5).

Par ailleurs, la conversion à l’agriculture biologique implique des modifications profondes des systèmes agricoles : nouveaux itinéraires techniques, nouvelles filières, etc. Pour accompagner ce changement, les agriculteurs ont besoin de bénéficier de services de conseil, de formations et d’informations de qualité. Ces appuis doivent permettre une montée en compétence et le transfert de connaissances. De plus, comme dans tous les domaines, l’avenir de la filière tient aussi aux innovations techniques qui pourront être développées grâce à la rechercheexpérimentation.

La mise en œuvre de cette politique est assurée par la Direction de l’agriculture, des IAA et de la pêche.

PNR Millevaches

En 2016, la Région a maintenu son niveau de soutien aux structures accompagnant les agriculteurs biologiques et à celles agissant dans le domaine de la recherche-expérimentation, soit un montant d’environ 1,7 M€. Cette politique est mise en oeuvre par la Direction de l’agriculture, des IAA et de la pêche. ©Alban Gilbert

Pêcheur sur la jetée du Port de l’Adour

©Fotolia

30

FINALITÉ 2 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

FONDS POUR LES AFFAIRES MARITIMES ET LA PÊCHE


PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ, DES MILIEUX ET DES RESSOURCES

SOUTENIR LA RECHERCHE POUR UNE MEILLEURE PRÉSERVATION DE L’ENVIRONNEMENT

BIOMIMÉTISME Face aux enjeux énergétiques et du changement climatique, s’inspirer du fonctionnement du vivant pour faire évoluer les technologies vers plus de sobriété, d’efficacité et de respect de l’environnement prend tout son sens. Partant de cette idée, le biomimétisme est une démarche pluridisciplinaire consistant à étudier les modèles de la nature et à reproduire les propriétés essentielles (formes, matériaux ou processus) des systèmes biologiques en vue de résoudre des problèmes technologiques. De plus en plus d’entreprises collaborent avec des laboratoires de recherche dans le biomimétisme, pour innover dans les domaines des matériaux, des formes, des processus et cela dans les activités scientifiques, techniques ou industrielles, de l’agriculture à l’industrie en passant par l’architecture. En 2015, la Région ex-Aquitaine a souhaité regarder comment le biomimétisme pouvait constituer un levier de création de valeurs durables des entreprises du territoire régional en menant une étude confiée au Centre Européen d’Excellence en Biomimétisme de Senlis (CEEBIOS). Restituée en 2016, elle démontre que toutes les filières industrielles sont potentiellement concernées par le biomimétisme : énergies renouvelables imitant la photosynthèse, chimie douce grâce à des biocatalyseurs, traitement des eaux usées par phytoépuration, valorisation naturelle des déchets végétaux ou alimentaires... La première étape de ce travail consistait à dresser une cartographie des acteurs aquitains engagés dans une démarche de bio-inspiration. Il s’agit à présent d’élargir ce travail à l’ensemble des acteurs de la NouvelleAquitaine afin de fédérer l’ensemble des forces en présence.

Les projets suivants sont mis en œuvre par la Direction de l’enseignement supérieur, recherche et transfert de technologies.

Préservation de l’environnement et de la biodiversité PROJET ATHÉNÉ Les forêts de Nouvelle-Aquitaine constituent une ressource économique et écologique considérable, tant par la diversité des ressources biologiques qu’elles renferment que par les services et produits qu’elles fournissent. Or, elles sont déjà affectées par le changement climatique.

Biomimétisme

L’objectif du projet Athéné, porté par l’INRA et l’Université de Bordeaux, au sein des unités de recherche Biogeco (Biodiversité, gènes et communautés) et Ephyse, est de prédire la composition future des forêts en Nouvelle-Aquitaine, d’évaluer leur diversité génétique adaptative et de modéliser leurs interactions avec l’atmosphère et les écosystèmes aquatiques, afin de pouvoir proposer des stratégies de gestion forestière qui maintiendront les services écosystémiques rendus sous le climat futur. Il contribuera aussi à sensibiliser les étudiants aux enjeux de préservation de la biodiversité forestière, en particulier dans les zones humides.

Degré d’intensité DD

60 %

Prise en compte

OUI

OUI

NON

NON

OUI

Impact

+

+

/

/

+

Projet Athéné Degré d’intensité DD

60 %

Prise en compte

OUI

OUI

NON

OUI

NON

Impact

+

+

/

+

/

Cette action vise à atténuer les effets du changement climatique sur la biodiversité et les services écosystèmiques des forêts d’Aquitaine (F1) (F2) et contribue à sensibiliser les étudiants (F4).

PROJET POLLIMPACT

Cette politique est mise en oeuvre par l’Unité Croissance bleue au sein de la Direction Pilotage stratégique et qualité.

Ce projet porte sur l’impact sur la santé de l’exposition aux polluants atmosphériques et sur les méthodes de traitement de ces pollutions. Il est porté par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) au sein de l’IPREM (Institut des sciences analytiques et de physico-chimie pour l’environnement et les matériaux) en collaboration avec d’autres partenaires. Il vise à proposer un appui aux industriels en permettant une évaluation lors de la mise au point de produits/ procédés/matériaux par le diagnostic de leur impact environnemental et de leur impact sur la santé.

31

Projet POLLIMPACT Degré d’intensité DD

60 %

Prise en compte

NON

OUI

NON

OUI

OUI

Impact

/

+

/

+

+

FINALITÉ 2 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Préserver les ressources naturelles et réduire les impacts environnementaux des activités


PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ, DES MILIEUX ET DES RESSOURCES

Mené par l’IRSTEA (Institut national de recherche et sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture), ce projet a pour objectif principal de comprendre la capacité d’adaptation de l’alose (la grande alose et l’alose feinte) et sa résilience au changement climatique et aux contraintes anthropiques. Les retombées potentielles du projet sont importantes du point de vue scientifique (structuration inédite des équipes mobilisées sur le sujet), environnemental (espèce patrimoniale en déclin) et économique (services écosystémiques associés ainsi que les coûts et conséquences des opérations de conservation).

PROJET METROMER

Projet FAUNA

Le mercure élémentaire (Hg) est reconnu comme un contaminant mondial en raison de son caractère rémanent et de sa capacité à être transporté dans l’atmosphère. Cette forme de Hg est persistante dans l’environnement, s’accumule dans la chaîne trophique, et entraîne des effets graves et indésirables sur la santé humaine et les écosystèmes.

Degré d’intensité DD

60 %

Prise en compte

NON

OUI

NON

OUI

OUI

Impact

/

+

/

+

+

Ce projet de recherche vise la protection de la biodiversité (F2), a des retombées sur les services écosystémiques (F5), permet d’aboutir à de nouvelles connaissances et une organisation des équipes de recherche (F4).

Le projet MetroMer (Avancées sur la Métrologie et sur les mesures isotopiques du mercure), porté par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (IPREM), vise à assurer la fiabilité et la comparabilité des résultats de mesure du mercure, comme pour d’autres éléments toxiques similaires prévus par la législation. Les développements proposés permettront de mieux valoriser les connaissances générales des échanges, des cycles et des transferts des métaux dans l’environnement, mais aussi dans le corps humain (médecine). Enfin, ils seront utilisés pour la traçabilité des produits agroalimentaires.

Alose feinte

Projet MetroMer Degré d’intensité DD

60 %

Prise en compte

NON

OUI

NON

OUI

OUI

Impact

/

+

/

+

+

Le projet MetroMer s’intéresse à l’amélioration de techniques d’analyse et des outils de détection permettant la traçabilité des contaminations au mercure, substance classée dangereuse prioritaire pour la protection des milieux et espèces aquatiques : il s’inscrit donc dans la Finalité 2. Mais du fait de l’impact du mercure sur la santé humaine, il répond également à l’objectif d’épanouissement de tous les êtres humains. Les développements proposés seront utilisés pour la traçabilité des produits agroalimentaires (F5).

PROJET EN-PI En 2015, la production de plastique dans le monde représentait 350 millions de tonnes, soit 8 % du pétrole produit et une augmentation de plus de 620 % depuis 1950 (5 milliards de tonnes de plastique produits depuis cette époque). Environ 5 à 10 % de ce plastique finit en mer, sous l’effet du vent, du ruissellement et des rivières, soit 15 millions de tonnes par an et 250 millions de tonnes depuis les années 50. L’objectif du projet EN-PI (Environmental Nano-Plastics Insider) est d’apporter des éléments de réponse à l’enjeu central pour l’environnement de la dégradation à l’échelle nanométrique des microplastiques dans les océans et de leur impact sur la faune sous-marine. Sur la base de travaux collaboratifs menés ces deux dernières années et grâce à leurs compétences mutuelles tant en science des polymères qu’en instrumentation, l’entreprise CORDOUAN TECHNOLOGIES souhaitait travailler en lien avec l’IPREM, rattaché à l’UPPA pour :

Grande alose

Fabriquer et industrialiser des échantillons de nanoplastiques de référence issus de la fragmentation de macro-plastiques usuels afin de proposer des étalons commerciaux de nanoplastiques de différents types calibrés en taille ; Mener à bien le développement d’un système complet de détection et de qualification de nanoplastiques dans un prélèvement d’eau naturelle.

Projet EN-PI Degré d’intensité DD

20 %

Prise en compte

NON

OUI

NON

NON

NON

Impact

/

+

/

/

/

Ce projet s’inscrit directement dans la stratégie de la Région Nouvelle-Aquitaine en faveur du développement de technologies pour la surveillance et la gestion de la qualité des ressources en eau. 32

FINALITÉ 2 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Gestion durable des ressources en eau

PROJET FAUNA


PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ, DES MILIEUX ET DES RESSOURCES PROJET MODICO

Porté par l’IRSTEA, ce projet a pour objectif d’étudier : • •

Porté par l’UMR CNRS/Université de Bordeaux EPOC (Environnements et paléoenvironnements océaniques et continentaux), le projet MODICO (Modélisation de la dispersion particulaire estuarienne sur le plateau continental) vise à améliorer la compréhension et la modélisation des flux de matières particulaires sortant de l’estuaire de la Gironde et potentiellement contaminées, à travers la mise en place d’un outil de simulation permettant de prévoir les transferts de contaminants vers la mer et les pertuis charentais.

comment les changements globaux vont concerner la vision de la performance des Services d’Alimentation en Eau Potable (SAEP) ; comment ces évolutions pourront être intégrées dans leur stratégie de Gestion Patrimoniale Projet ChaPEau des infrastructures (GPI) à travers des outils de gestion permettant d’éviter des décisions Degré budgétaires irrationnelles et des surcoûts d’intensité DD découlant d’adaptations aux changements 60 % climatiques et sociétaux effectuées dans Prise en l’urgence et l’impréparation. NON OUI OUI OUI NON

Ce projet s’inscrit dans une thématique prioritaire pour la Région Nouvelle-Aquitaine (environnement/qualité de l’eau et des milieux aquatiques/vulnérabilité des territoires au changement climatique) : il implique acteurs socio-économiques et gestionnaires et permet d’entrevoir des perspectives de valorisation importantes pour le territoire.

compte

À travers sa dimension interdisciplinaire (SHS/ hydrogéologie) et l’implication d’acteurs socioéconomiques et gestionnaires (par l’intermédiaire notamment du Syndicat mixte d’études de la gestion de la ressource en eau du département de la Gironde), le projet s’inscrit en lien avec les priorités territoriales sur la gestion durable de la ressource en eau et vise plus largement à sécuriser sur le long terme l’accès des usagers à un service d’eau potable performant.

Impact

/

+

+

+

/

Le projet ChaPEau porte sur la performance des services d’alimentation en eau potable, pour une adaptation à long terme des stratégies de gestion patrimoniale des réseaux. Ainsi il contribue à la préservation des ressources (F2) et à l’accès à la ressource en eau des populations (F3 et F4).

Projet MODICO Degré d’intensité DD

40 %

Prise en compte

OUI

OUI

NON

NON

NON

Impact

+

+

/

/

/

©Alban Gilbert

Vue sur le bassin d’Arcachon

33

FINALITÉ 2 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

PROJET CHAPEAU


PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ, DES MILIEUX ET DES RESSOURCES

PROJET GREEN SENSOR

Le projet Green Sensor est porté par l’entreprise Syclope Electronique, en lien avec le Laboratoire de chimie analytique bio-inorganique et environnement (LCABIE) de l’Institut des Sciences Analytiques et de Physico-Chimie pour l’environnement et les matériaux (IPREM), rattaché au CNRS et à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA). Il vise à développer un capteur de terrain permettant de multiplier les mesures des métaux et de suivre en temps réel le bon état des cours d’eau afin de déceler d’éventuels événements transitoires. La mesure à haute fréquence des polluants permettra de mieux comprendre leur évolution au cours du temps, mais aussi de vérifier, de manière permanente, que les seuils définis par la réglementation sont respectés. En Nouvelle-Aquitaine, les ressources en eaux sont particulièrement concernées par les résidus de métaux issus de l’activité viticole et d’autres activités industrielles. Pour la Région, ce projet s’inscrit donc directement dans la stratégie de développement de technologies de monitoring pour la surveillance et la gestion de la qualité des ressources en eau.

34

FINALITÉ 2 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

ACTION PHARE


PRÉSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ, DES MILIEUX ET DES RESSOURCES

Fonctionnement de la collectivité

Politiques sur le territoire L’année 2017 sera marquée par l’harmonisation du schéma régional véloroutes voies vertes à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine et dans ce cadre, un des chantiers prioritaires sera le lancement du chantier des fréquentations qui se fera en deux temps : • •

La Direction des ressources techniques et de l’exploitation, constituée à l’issue de l’année 2016 dans le cadre de l’organisation de la nouvelle collectivité, devra définir des modalités de gestion et d’exploitation des bâtiments harmonisées aux trois sites, qui permettront à terme de réactualiser le suivi des flux et des indicateurs relatifs aux consommations d’eau, d’énergie, et autres consommables.

La préparation d’une enquête de fréquentation sur la Vélodyssée (lancement officiel en 2018) ; L’implantation de premiers compteurs sur les tronçons d’aménagement des autres territoires.

La Région va également s’engager au sein d’un nouveau comité d’itinéraire sur le projet de la Flowvélo (Atlantique au Périgord dit V92). En 2018, la réflexion sur l’observation des flux doit donner lieu à l’implantation de compteurs et à la mise en place d’une enquête de fréquentation. Un objectif d’actualisation du schéma régional à l’échelle de la grande région est également envisagé. Initié sur le territoire de l’ex Poitou-Charentes, le dispositif « Semaine régionale de l’arbre et de la haie » propose d’accompagner les collectivités et les associations dans la mise en œuvre d’un projet de plantation qui mobilise les citoyens. Ce sont ainsi des haies champêtres, vergers, petit bois ou encore alignement d’arbres qui sont plantés avec la participation des scolaires, des associations locales (randonneurs, chasseurs…). Cette initiative autour des plantations sera reconsidérée à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine pour conforter les continuités écologiques et la qualité paysagère.

35

FINALITÉ 2 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

AXES D’AMÉLIORATION


DE DÉVELOPEMENT DURABLE

FINALITÉ 3

COHÉSION SOCIALE ET SOLIDARITÉ ENTRE LES TERRITOIRES ET LES GÉNÉRATIONS


COHÉSION SOCIALE ET SOLIDARITÉ ENTRE LES TERRITOIRES ET LES GÉNÉRATIONS L’Objectif 5 de développement durable vise à atteindre l’égalité des sexes et l’autonomie des femmes dans le monde.

L’Objectif 10 de développement durable vise à réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre.

travers la Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale rédigée en 2005-2006 dans le cadre d’un projet mené à bien par le Conseil des communes et régions d’Europe. Cette charte pose un cadre général à adopter au sein de chaque commune autour de 6 principes fondamentaux comme le droit qu’est l’égalité entre les femmes et les hommes, la prise en compte des discriminations pour traiter de l’égalité, l’impérieuse nécessité d’éliminer les stéréotypes sexués pour l’instauration de l’égalité entre les femmes et les hommes…

Malgré certains progrès indéniables, tels qu’une diminution des inégalités de revenus dans plusieurs régions du monde (Amérique Latine, Asie…) ou encore une réduction du nombre de personnes en situation de sous-alimentation de 167 millions sur la dernière décennie, bien des inégalités perdurent. Dans son rapport à l’assemblée générale du Conseil des droits de l’homme sur le droit à l’alimentation, Olivier de Schutter, rapporteur spécial des Nations Unies, remarque que les calculs pour déterminer la sous-alimentation sont « basés sur un seuil peu élevé de besoins énergétiques quotidiens qui suppose un mode de vie sédentaire, alors que beaucoup de personnes pauvres ont des activités qui exigent des efforts physiques importants ». Par ailleurs, le changement climatique risque fortement de mettre en péril les progrès réalisés, surtout si les pays dits développés maintiennent leur mode de consommation et de production actuel.

En France, la loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, adoptée par le Parlement le 23 juillet 2014, vise également à faire progresser l’égalité des droits, en incitant les pères à prendre un congé parental, en conditionnant l’accès aux marchés publics au respect par les entreprises de l’égalité professionnelle, en protégeant les mères isolées des impayés de pension alimentaire… Enfin, la loi Rebsamen, adoptée le 17 août 2015, reconnaît et condamne désormais explicitement les agissements sexistes sur les lieux de travail. L’intégration dans les politiques publiques de ces enjeux témoigne d’un progrès certain, mais les inégalités persistantes, notamment dans la sphère domestique, nécessitent une implication vigilante de tous.

Le Conseil de l’Europe définit la cohésion sociale comme « la capacité de la société à assurer le bien-être de tous ses membres, incluant l’accès équitable aux ressources disponibles, le respect de la dignité dans la diversité, l’autonomie personnelle et collective et la participation responsable ». L’objectif de cette Finalité est de renforcer le lien social entre individus, sociétés et territoires afin d’assurer une égalité et une équité entre territoires et entre générations. Complémentaire à la cohésion et inversement, la solidarité est le sentiment de devoir moral envers son concitoyen, et ce, quelle que soit l’échelle à laquelle il s’exprime. La conférence Habitat III des Nations Unies, conclue le 20 octobre 2016 à Quito, va dans ce sens : l’objectif était de mettre en place un cadre opérationnel pour des villes durables résilientes, productives, inclusives et solidaires. La conférence adopte ainsi un Nouvel agenda urbain contenant des objectifs précis et des outils innovants à l’échelle mondiale afin de les mettre en œuvre.

Selon l’Avis du Conseil économique, social et environnemental (CESE) dans le Rapport annuel sur l’état de la France 2017, les discriminations selon l’origine et la couleur de peau sont également une question centrale: « il existe actuellement des phénomènes massifs à la fois de ségrégation et de discriminations au sein de la société française à l’égard des populations 27 % des immigré.e.s d’origine immigrée, notamment pour 31 % des descendant.e.s d’immigré.e.s celles qui sont originaires du Maghreb et et d’Afrique subsaharienne ». Cela est illustré 40 % des Français originaires des DOM par exemple par une difficulté d’accès à l’emploi et aux positions sociales disent avoir subi des discriminations supérieures et constitue une menace (CESE) fondamentale pour la cohésion du pays.

Précédant la conférence Habitat III, les ministres européens chargés de l’urbain adoptent le 30 mai 2016 le pacte d’Amsterdam, qui encadre l’Agenda urbain pour l’Union européenne. Ce dernier vise à associer plus étroitement les villes à l’élaboration des politiques européennes afin de mieux répondre aux enjeux auxquels elles sont confrontées, comme la menace de Ecart moyen de salaires nets entre pauvreté et d’exclusion sociale à laquelle les femmes et les hommes toutes font face 120 millions d’Européens, soit 24 catégories confondues % de la population européenne totale. 18,6 % L’UE tend également à lutter contre (CESE) d’autres types d’inégalités, notamment à

La fracture territoriale est un autre frein à la cohésion. En matière d’emploi et de chômage, les disparités territoriales françaises sont plus fortes que dans les pays voisins avec un fort déséquilibre entre zones urbaines et rurales. Il existe une spécialisation spatiale du travail héritée de l’histoire économique qui profite aujourd’hui aux métropoles au détriment des territoires plus ruraux. C’est le cas en Nouvelle-Aquitaine. Par ailleurs, les difficultés pour la mobilité en zone rurale réduisent également l’accès

37

FINALITÉ 3 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

L’Objectif 1 de développement durable vise à éliminer la pauvreté partout dans le monde (liens avec ODD 2, 3, 4, 10 et 16).


COHÉSION SOCIALE ET SOLIDARITÉ ENTRE LES TERRITOIRES ET LES GÉNÉRATIONS L’Objectif 5 de développement durable vise à atteindre l’égalité des sexes et l’autonomie des femmes dans le monde.

à l’emploi. Afin de résoudre ce déséquilibre, une nouvelle organisation territoriale est nécessaire. La pratique du télétravail peut être envisagée comme l’une des solutions : elle permet un accès plus aisé à l’emploi et offre également la possibilité d’une mobilité plus accessible et durable (trajet plus court réalisable à pied ou à vélo). Enfin, la transformation de l’emploi induite par les nouvelles technologies, offrant de multiples opportunités, est également à prendre en considération au regard de la future répartition du travail au sein des territoires.

L’Objectif 10 de développement durable vise à réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre.

La Stratégie nationale Bas-Carbone (SNBC) prend en compte la cohésion et la justice sociales, les modes de vie et l’autonomie territoriale, et la gouvernance des systèmes locaux. Elle considère l’innovation sociale et organisationnelle ainsi que les recherches en sciences sociales comme des leviers importants. En effet, pour faciliter la transition vers une économie bas-carbone, un travail sur les formes d’organisation sociale, les institutions et les modèles économiques est primordial. Les collectivités territoriales ont un rôle important à jouer dans l’expérimentation des innovations.

Territoire régional caractérisé par la population la plus âgée de France et une variation entre ruralité forte et pôles urbains, la Nouvelle-Aquitaine se trouve confrontée à plusieurs enjeux de cohésion. Pour faire face au défi du vieillissement de la population, elle priorise la silver économie, c’est-à-dire l’ensemble des activités économiques liées aux personnes âgées. Pour maintenir du lien social et de l’emploi local, elle favorise le télétravail en instaurant des tiers-lieux à travers son territoire. Enfin, le 8 mars 2017, elle signe la charte européenne pour l’égalité de femmes et des hommes dans la vie locale. Son objectif : créer une culture de l’égalité en Nouvelle-Aquitaine.

Afin de freiner le phénomène d’artificialisation du foncier et d’adapter le modèle existant, la SNBC vise également à répondre aux enjeux et objectifs suivants: • • •

adapter des stratégies de développement en fonction des enjeux locaux ; rapprocher les secteurs résidentiels des secteurs d’emploi ; repenser la mobilité.

Il sera question d’adapter différentes solutions selon les territoires concernés et d’accompagner des politiques de réhabilitation des centres bourgs, de continuité urbaine, de consolidation des polarités secondaires, de mixité fonctionnelle et de nature en ville, d’adaptation des réseaux, d’encourager des territoires ruraux sobres et innovants complémentaires des métropoles, de mobiliser et d’accompagner la jeunesse dans l’appropriation des enjeux de la transition écologique…

38

FINALITÉ 3 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

L’Objectif 1 de développement durable vise à éliminer la pauvreté partout dans le monde (liens avec ODD 2, 3, 4, 10 et 16).


COHÉSION SOCIALE ET SOLIDARITÉ ENTRE LES TERRITOIRES ET LES GÉNÉRATIONS

Afin de tendre vers une cohésion sociale forte en Nouvelle-Aquitaine ainsi qu’à une solidarité entre les territoires variés et les générations, la Région vise les objectifs suivants :

Cette Finalité est aussi prise en compte dans le fonctionnement interne de la collectivité : • la gestion équitable et durable des femmes et des hommes qui travaillent pour le Conseil régional ; • l’intégration de clauses d’insertion dans les marchés publics de la Région.

• assurer la cohésion du territoire par le développement territorial, notamment par des contrats d’accompagnement des projets de territoire prenant en compte leur fragilité ; • faciliter la communication par le développement d’une mobilité durable en poursuivant le projet de LGV Tours-Bordeaux et la modernisation des pôles de transports ; • maintenir les services et améliorer la qualité de vie en déployant les infrastructures numériques en réponse aux nouveaux besoins des territoires ; • promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes ; • promouvoir l’inclusion sociale ; • promouvoir l’insertion professionnelle sur le territoire.

"Réconcilier la France autour d’une conception partagée de son avenir implique d’abord de réconcilier les Français.e.s avec eux-mêmes. C’est pourquoi il est nécessaire de donner un nouvel élan à la cohésion sociale afin de pouvoir rendre la société plus innovante et la mettre en mouvement autour d’un nouveau projet d’avenir." Conseil économique social et environnemental © Ouest France

Rapport annuel sur l’état de la France 2017

© Laurent Billard

Conseil régional des jeunes, Limoges

39

FINALITÉ 3 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

OBJECTIFS


COHÉSION SOCIALE ET SOLIDARITÉ ENTRE LES TERRITOIRES ET LES GÉNÉRATIONS

Assurer la cohésion du territoire par le développement territorial CONTRATS D’ACCOMPAGNEMENT DES PROJETS DE TERRITOIRE POLITIQUE CONTRACTUELLE Les principes de la nouvelle politique contractuelle, harmonisée à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine, ont été présentés en séance plénière les 19 et 20 décembre 2016. Pour tenir compte des caractéristiques du territoire régional (la plus vaste de toutes les régions et aux forts contrastes, notamment entre la façade atlantique, dynamique et très attractive, et des territoires intérieurs qui cumulent des difficultés socio-économiques), elle s’appuie sur trois principes : • • •

soutenir et développer les atouts de tous les territoires en optimisant la mise en œuvre des politiques sectorielles régionales à leur service ; apporter un appui différencié aux territoires les plus vulnérables ; co-construire les contrats avec les territoires, depuis le diagnostic jusqu’à la mise en œuvre du plan d’actions contractualisé.

La politique contractuelle participe au développement durable en termes de cohésion territoriale à l’échelle régionale. Des contrats d’attractivité seront proposés aux territoires peu ou pas vulnérables, des contrats de dynamisation et de cohésion pour les plus vulnérables ou en situation intermédiaire.

Politique contractuelle Degré d’intensité DD

100 %

Elle s’appuie aussi sur des méthodes de participation des acteurs et d’organisation du pilotage :

Prise en compte

OUI

OUI

OUI

OUI

OUI

Impact

+

+

+

+

+

la gouvernance de chaque contrat de territoire sera co-animée par la Région et le territoire ; les acteurs publics et privés du territoire seront associés à la démarche.

Mise en œuvre par le Pôle DATAR, elle relève d’une grande transversalité au sein des services de la collectivité. Elle s’appuie en effet sur des moyens financiers mobilisés au travers des politiques sectorielles, qu’il convient de coordonner et d’optimiser à l’échelle des territoires, en réponse aux besoins spécifiques de ces derniers.

Les Contrats d’attractivité et les Contrats de dynamisation et de cohésion concernent différents projets sur des champs très variés. Bien que seules les Finalités 3, 4 et 5, apparaissent clairement dans la définition des Contrats, c’est une action générale qui est transversale, la prise en compte des Finalités du développement durable variant selon les projets. Il est important de noter tous les potentiels impacts positifs que peuvent avoir les différents projets.

© Fotolia

40

FINALITÉ 3 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

POLITIQUES MENÉES SUR LE TERRITOIRE


COHÉSION SOCIALE ET SOLIDARITÉ ENTRE LES TERRITOIRES ET LES GÉNÉRATIONS

Faciliter la communication par le développement d’une mobilité durable LA POURSUITE DU PROJET DE LGV TOURS-BORDEAUX ET DE LA MODERNISATION DES PÔLES DES TRANSPORTS TRAVAUX DE LA LGV TOURS-BORDEAUX Après les phases de construction de la plateforme et les travaux d’équipements ferroviaires, la ligne a été mise sous tension progressivement et les premiers trains d’essai ont pu circuler sur une partie de la ligne dès le mois de juillet 2016. Dès septembre, elle était circulable en totalité et les essais se sont poursuivis avant la mise à disposition de la LGV pour la formation des conducteurs de la SNCF. Le concessionnaire LISEA respecte les délais et a mis la LGV en service le 2 juillet 2017 en légère avance sur la programmation. Les travaux du plus gros chantier ferroviaire d’Europe (340 km de lignes, 24 viaducs et 500 ouvrages d’art), initiés en 2012, auront été réalisés en un temps record. Le dispositif de formation mis en place avec la Région en amont, a permis d’embaucher sur le chantier LGV des personnes en difficulté. Une grande partie a pu retrouver un emploi dans le secteur des travaux publics et de la construction. MESEA, filiale du concessionnaire chargée de la maintenance et de l’exploitation de la ligne, a recruté 150 personnes dès 2016. Dans le cadre de la définition du Service Annuel 2017 (SA 2017), un travail d’analyse et de réflexion sur le plan de transport proposé par la SNCF a permis d’y apporter des modifications, afin d’optimiser la diffusion de l’effet TGV dans les territoires. C’est une logique de « hub ferroviaire » qui a prévalu avec des liaisons TER cadencées et articulées autour d’une navette TGV (18,5 aller-retour rapides quotidiens Bordeaux-Paris). Des ajustements restent encore à trouver et seront étudiés pour optimiser la complémentarité TER+TGV.

MODERNISATION DES GARES ET AMÉNAGEMENT DES PÔLES D’ÉCHANGES La Région, en tant qu’Autorité Organisatrice des Transports régionaux, s’investit fortement en faveur de la modernisation des gares et de l’aménagement de pôles d’échanges, afin d’offrir les meilleures conditions d’accueil et d’intermodalité aux voyageurs, et de renforcer l’attractivité des modes alternatifs à la voiture.

Travaux de la LGV Tours-Bordeaux Degré d’intensité DD

La modernisation et la mise en accessibilité des gares et haltes Ter Nouvelle-Aquitaine recouvre des politiques conduites par le Pôle Transports infrastructures mobilités et cadre de vie :

80 %

Prise en compte

OUI

OUI

OUI

OUI

NON

Impact

+

-

+

+

/

La Ligne à Grande Vitesse Sud Europe Atlantique s’inscrit dans un schéma global d’aménagement du territoire issu des décisions du Grenelle de l’Environnement. Elle aura un impact positif sur les émissions de gaz à effet de serre par les gains liés au report modal en faveur du ferroviaire (en provenance des transports routiers et aériens). Elle répond donc à la Finalité 1 pour sa contribution à la Lutte contre le changement climatique, mais également aux Finalités 3 et 4 car elle permet de renforcer les liens entre territoires et permet l’accès à une mobilité choisie en diversifiant l’offre de transport.

Malgré un impact négatif sur la Finalité 2, la préservation de la biodiversité, des milieux et des ressources, celle-ci est prise en compte dans la mise en œuvre du projet. En effet, les lois Grenelle imposent la réalisation de mesures compensatoires réglementaires dans une logique ERC : Eviter, Réduire et Compenser. De plus, LISEA met en œuvre des actions supplémentaires sur le territoire des communes concernées par la LGV. D’une part, des actions sur la performance énergétique des bâtiments, l’éco-mobilité et la transition énergétique du monde Agricole grâce à sa fondation LISEA Carbone. D’autre part, des actions sur les inventaires du patrimoine naturel afin d’améliorer l’état des connaissances, la restauration et la préservation d’espaces naturels, puis, la sensibilisation des acteurs locaux, par le biais de sa fondation LISEA Biodiversité.

Modernisation des gares et aménagement des pôles d’échanges Degré d’intensité DD

60 % En 2016, la modernisation et la mise en accessibilité des gares et haltes Ter ex-Aquitaine Prise en OUI OUI OUI NON NON s’est poursuivie à un rythme soutenu. 10 gares compte et haltes modernisées (bâtiments voyageurs, Impact + + + / / abords ou quais) ont été livrées : 5 en Gironde, 1 en Lot-et-Garonne, 4 en Pyrénées-Atlantiques. F1: favorise les déplacements en train et donc une 4 chantiers de modernisation d’arrêts ont été réduction des GeS. lancés : 2 en Dordogne et 2 en Gironde. F3: renforce le maillage du territoire. Entre 2002 et 2016, 82 % des gares et 52 % des haltes Ter ex-Aquitaine ont été modernisées F4: mise en accessibilité des gares permet l’accès à tous. grâce à l’intervention de la Région, à hauteur de 34 millions d’euros. Les livraisons 2016 pour les ex-Régions Limousin et Poitou-Charentes comportent la modernisation des gares Ter Bellac (87) et Ussel (19) et la création des haltes Ter de La Jarrie (17) et d’Aigrefeuille d’Aunis (17), près de La Rochelle.

©Region Nouvelle-Aquitaine • Francoise Roch

Inauguration halte Ter Aigrefeuille-Le-Thou (17)

41

FINALITÉ 3 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

POLITIQUES MENÉES SUR LE TERRITOIRE


COHÉSION SOCIALE ET SOLIDARITÉ ENTRE LES TERRITOIRES ET LES GÉNÉRATIONS

Maintenir les services et améliorer la qualité de vie LE DEPLOIEMENT DU NUMÉRIQUE EN RÉPONSE AUX NOUVEAUX BESOINS DES TERRITOIRES LES TIERS-LIEUX Les trois ex-Régions de la Nouvelle-Aquitaine ont eu très tôt, avec des objectifs voisins nourris par des approches culturelles propres, l’intuition de l’importance du mouvement de création des tiers-lieux. Ces nouvelles formes de travail, accueillies en espaces partagés et rendant possibles les collaborations de proximité, ont été prises en compte depuis 2011 par les politiques territoriales des trois institutions (espaces de coworking en milieux rural et périurbain en ex-Aquitaine, « démarche tiers-lieux » à destination prioritaire des quartiers sensibles en ex-PoitouCharentes, dispositif d’actions territorialisées en direction des porteurs de projets incluant la médiation numérique, sociale et culturelle pour l’ex-Limousin). Le 22 avril 2015, ces trois Régions se sont accordées pour tester, sur la durée de l’année 2016, un outil commun pilote dans la perspective d’ouvrir un programme unifié d’intervention au sein de la Nouvelle-Aquitaine. Au total, ce sont 65 projets de tiers-lieux qui ont été soutenus depuis 2012 à l’échelle de la nouvelle Région, à hauteur de 2.7 millions d’euros. Ils s’inscrivent dans les quelque 160 espaces ouverts à la fin 2016. L’aide régionale moyenne est de l’ordre de 56 000 € par projet, soir 30% du besoin de financement sur 2 ans.

Politique contractuelle Degré d’intensité DD

70 %

Prise en compte

OUI

NON

OUI

PARTIELLE

OUI

Impact

+

/

+

+

+

F1 : Lutte contre le changement climatique en raison de la limitation des déplacements des ‘coworkers’ et partiellement/potentiellement sur l’optimisation de l’allocation de la surface des espaces de travail.

Partout à moins de 20 minutes de chez soi Désormais, c’est de maillage de proximité qu’il s’agit de réaliser. La Nouvelle-Aquitaine prévoit un réseau d’environ 300 espaces de coworking et/ou fablabs collaboratifs en 2020. Près de la moitié des 140 nouveaux espaces devraient pouvoir être soutenus par la Région en 4 ans. C’est dans cet objectif ambitieux que la Région a lancé un nouvel AMI Tiers-Lieux 2017-2018 . Désormais, la Région entend également faciliter l’interopérabilité des espaces, en réalisant notamment la mise en place de GROOM, premier service mutualisé de réservation et de paiement en ligne, partageable par tous les tiers-lieux qui le souhaitent. À la clé : une ardente obligation d’aménagement numérique, des groupements d’utilisateurs impliqués dans des actions locales et des services en harmonie avec les nouveaux modes de travail et d’organisation.

F2 : Le développement des Tiers Lieux n’a pas d’influence sur les milieux et les ressources naturelles. F3 : Le développement des Tiers Lieux participe fortement à la cohésion sociale et territoriale par un renforcement des partenariats entre professionnels, mais également par un développement économique mieux réparti et décentralisé sur les territoires. F4 : Les Tiers Lieux contribuent partiellement à l’épanouissement des êtres humains. En effet, les bénéficiaires voient leur cadre de vie et qualité de vie au travail s’améliorer. F5 : Le fonctionnement intrinsèque des Tiers Lieux participe à un développement responsable des modes de consommation, par le partage des espaces de travail, mais également des modes de productions, par le renforcement des partenariats et des échanges collaboratifs entre les professionnels d’un même territoire.

©Region Nouvelle-Aquitaine • Francoise Roch

Tiers-Lieux Weecolab (33)

42

FINALITÉ 3 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

POLITIQUES MENÉES SUR LE TERRITOIRE


COHÉSION SOCIALE ET SOLIDARITÉ ENTRE LES TERRITOIRES ET LES GÉNÉRATIONS

Inclusion Sociale

ÉGALITÉ FEMMES/HOMMES

ÉCOLE DE LA 2E CHANCE

Afin de parvenir à une égalité complète entre les femmes et les hommes, la Région :

À l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine, le concept « École de la 2e Chance » est né de la constatation que les jeunes exclus du système éducatif - disposant de peu de repères en provenance de leur cadre social et familial - n’ont pas les acquis indispensables pour leur insertion professionnelle.

• • • •

apporte son soutien à 76 structures (associations, lycées, universités, collectivités, etc.) portant des initiatives favorisant la lutte contre les discriminations et l’égalité dans le cadre de l’appel à projets égalité 2016-1017 ; organise une manifestation régionale le 8 mars 2016 à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes ; adopte la charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale en décembre 2016 ; s’engage dans un plan d’action régional en faveur de l’égalité et contre les discriminations.

Pour éviter le risque d’exclusion sociale, l’E2C permet aux jeunes, sortis sans diplôme et sans qualification du système scolaire, de s’inscrire dans un nouveau parcours éducatif d’acquisition de compétences et comportements leur permettant une intégration professionnelle et sociale durable. Pour atteindre cet objectif, les besoins de formation des jeunes et les besoins des entreprises doivent être pris en compte. Le dispositif est articulé sur deux projets indissociables :

Ces politiques sont mises en œuvre par la Direction sports, vie associative et égalité (Pôle éducation et citoyenneté). • • Égalité Femmes/Hommes

un projet pédagogique basé sur l’alternance et l’individualisation des parcours ; un projet d’insertion professionnelle fondé sur un partenariat actif avec l’entreprise au sein du dispositif de formation et de validation des acquis.

Ces politiques sont mises en œuvre par la Direction du fonds social européen (FSE) et de l’ingénierie de projets.

Degré d’intensité DD

40 %

Prise en compte

NON

NON

OUI

OUI

NON

Impact

/

/

+

+

/

École de la 2e Chance Degré d’intensité DD

30 %

L’égalité femmes/hommes contribue à la cohésion territoriale et à l’épanouissement de tous les êtres humains.

#8MARS2016 Journée internationale des droits des femmes

Prise en compte

NON

NON

OUI

PARTIELLE

NON

Impact

/

/

+

+

/

Cette opération cible principalement la Finalité 3, dans son volet inclusion sociale pour prévenir l’isolement, car l’objectif de l’école de la seconde chance est de favoriser l’insertion sociale et professionnelle des jeunes accueillis. La Finalité 4 est concernée aussi dans une moindre mesure car le projet lutte contre la précarité, la pauvreté et toute forme d’exclusion, et favorise l’éducation et formation tout au long de la vie.

Olympe de Gouges, 1748 - 1793

auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne

INVITATION

De l’invisibilité à la visibilité : les femmes s’en mêlent table ronde

© E2C

Ecole de la 2e chance

43

FINALITÉ 3 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Promouvoir l’égalité entre les Femmes et les Hommes


COHÉSION SOCIALE ET SOLIDARITÉ ENTRE LES TERRITOIRES ET LES GÉNÉRATIONS

PROJET DÉCROCHAGE SCOLAIRE ZONE RURALE Mis en œuvre par la Direction de l’enseignement supérieur, recherche et transfert technologie, ce projet est porté par l’Université de Bordeaux au sein du Centre Emile Durkheim (UMR Sciences Po Bordeaux, CNRS et UB), en lien avec le CRISALIDH (Centre de ressources sur l’innovation sociale par l’action locale et ses initiatives pour le développement humain) et le Rectorat de Bordeaux. L’enjeu est d’identifier jusqu’à quel point les caractéristiques du contexte économique territorial participent de l’explication des inégalités spatiales observées dans la répartition des trajectoires. Il doit conduire à la création d’un observatoire régional du décrochage scolaire (ORDS).

Projet Décrochage scolaire zone rurale Degré d’intensité DD

40 %

Prise en compte

NON

NON

OUI

OUI

NON

Impact

/

/

+

+

/

Le projet s’intéresse au décrochage scolaire en zone rurale (F3). Il vise d’autre part à apporter des clés de compréhension et d’accompagnement aux élèves en situation de décrochage (F4).

© Fotolia

44

FINALITÉ 3 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Promouvoir l’insertion professionnelle sur le territoire


COHÉSION SOCIALE ET SOLIDARITÉ ENTRE LES TERRITOIRES ET LES GÉNÉRATIONS

PROGRAMME DE COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE ENTRE LA RÉGION NOUVELLE-AQUITAINE ET LA RÉGION DU PLATEAU CENTRAL (BURKINA-FASO)

Le partenariat entre les Régions Nouvelle-Aquitaine et du Plateau Central, au Burkina Faso, initié au milieu des années 80 par l’ex-Région Limousin, a évolué vers une coopération décentralisée structurante et élargie à l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine. Ce partenariat s’est orienté vers l’appui à la mise en œuvre d’un développement économique durable au Plateau Central et a permis : • • • • •

la formation de 2 909 agriculteurs en agro-écologie, l’installation de 10 230 plants d’arbres ; l’accompagnement de 314 auto-entrepreneurs dans leurs projets économiques ; l’accompagnement de 402 gestionnaires des services de l’eau et de l’assainissement ; le soutien à la formation professionnelle et la mobilité, l’amélioration des services de santé et le renforcement de la maitrise d’ouvrage locale à travers le cofinancement de 5 projets d’aménagement du territoire ; l’élaboration d’un Plan Régional de Développement et d’un Plan Climat Energie Territorial.

Afin de poursuivre cette dynamique de coopération, les deux Régions ont élaboré un nouveau programme de coopération pour la période 2016-2018 qui vise à créer un cadre favorable au développement économique des territoires et à la création d’emplois. Il est structuré autour de 3 axes : • • •

Axe 1 – Renforcer l’accompagnement des acteurs économiques. Il s’agit de mettre en œuvre un dispositif d’aide à la création et au développement des entreprises, notamment à travers la structuration d’un fonds spécifique. De plus, des partenariats entre acteurs économiques des deux territoires permettront de renforcer des filières, et d’identifier et de saisir des opportunités d’affaires. Axe 2 – Soutenir l’innovation et les filières contribuant à atténuer les effets du changement climatique. Conformément aux orientations du Plan Climat du Plateau Central, cet axe vise à structurer des filières à potentiel économique et essentielles en matière de lutte contre les effets du réchauffement climatique (déchets, bois/forêt, énergies renouvelables, eau et assainissement). Axe 3 – Renforcer la gouvernance locale comme levier du développement économique des territoires : les partenaires se donnent comme objectif d’accompagner les processus.

Ces politiques sont conduites par la Direction de la coopération internationale.

45

FINALITÉ 3 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

ACTION PHARE


COHÉSION SOCIALE ET SOLIDARITÉ ENTRE LES TERRITOIRES ET LES GÉNÉRATIONS

La Région intègre la cohésion sociale et la solidarité dans son fonctionnement, notamment en visant une gestion équitable et durable des femmes et des hommes qui travaillent en tant qu’agents pour le Conseil régional et en intégrant des clauses d’insertion dans ses marchés publics.

La gestion équitable et durable des femmes et des hommes qui travaillent pour le Conseil régional Taux de féminisation par catégorie d’emploi en 2016 80 70

62,19 %

8

50

6

40

4

30

2

20

0 %

10 0 %

2014

2015

Dans le cadre de sa politique de marchés publics, la nouvelle Région poursuit le travail d’intégration de clauses sociales et d’identification des dossiers à fort potentiel.

10,31 %

10 55,25 %

60

INTÉGRATION DE CLAUSES SOCIALES DANS LES MARCHÉS PUBLICS

Pourcentage d’agents en situation de handicap en 2016 12

67,39 %

L’intégration de clauses d’insertion dans les marchés publics de la Région

7,18 %

7,20 %

Bordeaux

Limoges

8,23 %

Poitiers

Exemple de marché LEGTA Edgard Pisani à Naves (19) : aménagement du pôle social Dans un souci de promotion de l’emploi et de lutte contre l’exclusion, la collectivité fait application des dispositions de l’article 38 de l’ordonnance n°2015-899 du 23 juillet 2015 relative aux marchés publics, en intégrant dans le cahier des charges de ce marché public une clause sociale d’insertion et de promotion de l’emploi obligatoire. L’entreprise qui se verra attribuer le lot 11 (chauffage – ventilation – plomberie - sanitaires) devra réaliser une action d’insertion, par un nombre d’heures réservées, qui permette le retour à l’emploi de personnes rencontrant des difficultés sociales ou professionnelles particulières.

NouvelleAquitaine

2016

On constate un taux de féminisation en catégorie A de 68,11 % en ex-Limousin, alors que la moyenne Nouvelle-Aquitaine est de 62,19 % et inversement le taux de féminisation des catégories C est de 51,24 % en ex-Limousin, alors qu’il est de 55,25 % en moyenne sur la Nouvelle-Aquitaine.

Tout employeur public occupant au moins 20 agents à temps plein ou leur équivalent est tenu d’employer, à temps plein ou à temps partiel, des personnes handicapées dans la proportion minimum de 6 % de l’effectif total des agents rémunérés (article L.323-2 du code du travail).

L’entreprise retenue s’engage à réserver des heures de travail à des personnes considérées comme prioritaires au regard des politiques publiques de l’emploi, notamment : • •

La Nouvelle-Aquitaine se situe donc au-dessus de ce seuil. On peut noter le taux de 10,31 % de l’exPoitou-Charentes qui constitue un très bon taux vers lequel pourra tendre l’ensemble de la NouvelleAquitaine dans les années à venir.

• • • •

les Demandeurs d’Emploi de Longue Durée ; les jeunes de moins de 26 ans, diplômés ou non, sortis du système scolaire ou de l’enseignement supérieur depuis au moins 6 mois et s’engageant dans une démarche d’insertion et de recherche d’emploi ; les bénéficiaires de minima sociaux : revenu Social de Solidarité, Allocation Spécifique de Solidarité, etc. ; les Bénéficiaires de l’Obligation d’Emploi des Travailleurs Handicapés ; les personnes de plus de 50 ans sans emploi depuis au moins 6 mois ; les personnes relevant d’un dispositif d’insertion par l’activité économique.

Pour respecter son engagement, plusieurs modalités lui sont offertes : embauche directe, mise à disposition de salariés, recours à la sous-traitance ou cotraitance avec une entreprise d’insertion (EI) ou adaptée (EA). Ces politiques sont conduites par la Direction de la commande publique.

46

FINALITÉ 3 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

FONCTIONNEMENT DE LA COLLECTIVITE Actions mises en place en interne


COHÉSION SOCIALE ET SOLIDARITÉ ENTRE LES TERRITOIRES ET LES GÉNÉRATIONS

Fonctionnement de la collectivité

Politiques sur le territoire Dans une dynamique de cohésion sociale et territoriale, la Région Nouvelle-Aquitaine renforcera les actions lancées en 2016 sur l’égalité femmes /hommes et poursuivra ses dispositifs d’inclusion sociale. Ainsi, la Région normalisera son engagement (signature de la charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale, labellisations…), en lançant des travaux d’élaboration du plan d’actions régional en faveur de l’égalité, en structurant un réseau de référents « Lutte contre les discriminations – Égalité », en formant des agents régionaux pour une diffusion de la politique « Lutte contre les discriminations – Égalité » dans l’ensemble des politiques sectorielles régionales, en faisant évoluer le dispositif régional d’information et d’accès à la prévention pour les jeunes de NouvelleAquitaine. En matière d’inclusion sociale, la collectivité va poursuivre l’action E2C fin 2016-2017 par la création d’une école de la 2e chance à Bergerac (24). L’année 2016 a permis d’esquisser les principes de la politique contractuelle harmonisée. Sa mise en œuvre interviendra en 2017-2018, à la suite de l’adoption de la délibération afférente du 10 avril 2017. Elle prendra appui sur des diagnostics co-construits et partagés. En matière de mobilité, l’indicateur du trafic ferroviaire sera étendu en 2017 à l’ensemble de la NouvelleAquitaine avec une harmonisation des données des 3 ex-Régions afin de disposer d’un suivi de l’utilisation du train par les néo-aquitains.

Au niveau de la Direction des ressources humaines, les dispositifs des ex-Régions seront harmonisés.

Trafic en milliers de voyageurs km en ex-Aquitaine (nb voyageurs x nb km parcourus) 12 10 8 6 4 2 0 x100 000

2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015

Au niveau national, on constate une baisse de l’utilisation du Ter notamment du fait d’un usage plus régulier de la voiture individuelle avec la baisse du prix des carburants. En 2015 et en 2016, le trafic du Ter est donc plus faible que les années précédentes. En Nouvelle-Aquitaine, la baisse de la qualité du service Ter (retards, suppression de trains faute de conducteurs…) a contribué également à cette légère baisse. Enfin, la libéralisation en août 2015 par la loi Macron du secteur du transport en autocars, avec une offre à bas coût, a également fait concurrence au Ter.

47

FINALITÉ 3 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

AXES D’AMÉLIORATION


DE DÉVELOPEMENT DURABLE

FINALITÉ 4

ÉPANOUISSEMENT DE TOUS LES ÊTRES HUMAINS


ÉPANOUISSEMENT DE TOUS LES ÊTRES HUMAINS L’Objectif 4 de développement durable vise à garantir une éducation de qualité et des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie (liens avec ODD 8 et 10).

L’Agenda 2030 des Nations Unies inscrit pour la première fois la culture dans l’agenda international pour le développement durable. Elle est expressément citée à la cible 4.7 (ODD 4), qui appelle l’éducation à promouvoir une culture de paix et de nonviolence, ainsi qu’une appréciation de la diversité culturelle et de la contribution de la culture au développement durable. De plus, l’UNESCO souligne que les interventions en faveur du développement humain dans des domaines tels que l’ODD 3 ou l’ODD 4 sont plus efficaces lorsqu’elles tiennent compte du contexte culturel et des particularités d’un lieu ou d’une communauté.

Cette vision inclusive correspond tout-à-fait à la notion de santé environnementale, apparue à la fin du XXème siècle et provenant de la traduction du terme anglophone « environmental health ». Lors de la conférence d’Helsinki de 1996, le bureau européen de l’OMS la définit comme suit : « la santé environnementale comprend les aspects de la santé humaine, y compris la qualité de la vie, qui sont déterminés par les facteurs physiques, chimiques, biologiques, sociaux, psychosociaux et esthétiques de notre environnement. Elle concerne également la politique et les pratiques de gestion, de résorption, de contrôle et de prévention des facteurs environnementaux susceptibles d’affecter la santé des générations actuelles et futures ». Le nombre grandissant de facteurs environnementaux nocifs, tel que la pollution atmosphérique, les déchets électroniques – provenant majoritairement des pays développés –, les perturbateurs endocriniens, présentent un coût humain et également économique : la prise en compte de la santé environnementale permet ainsi une prévention bénéfique à plusieurs niveaux.

Certains des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) étaient directement liés à la santé, mais leur approche restait assez sectorielle, et seulement applicable aux pays en développement. Les ODD reprennent les OMD avec une vision plus systémique et plus ambitieuse. Il n’est non plus question seulement de santé mais de bonne santé et de bien-être. La 9e conférence mondiale sur la promotion de la santé « La Santé pour tous – tous pour la santé », tenue à Shanghai du 21 au 24 novembre 2016, devait d’ailleurs permettre de tracer les liens entre santé et développement durable afin d’inciter les gouvernements nationaux, responsables municipaux et autres parties prenantes à promouvoir la santé dans tous les secteurs de la société. Les ODD ne laissent nul doute sur les liens entre santé et pauvreté, inégalité, changement climatique et pollution. Un exemple d’interconnexion : l’ODD 6 pour une eau propre et saine contribue directement à la réalisation de l’ODD 3 pour la bonne santé et le bien-être, puisque sa réalisation dans certains pays engendrerait une amélioration considérable de la qualité de vie et de la longévité. Dans son atlas sur la santé infantile et l’environnement - Inheriting 92 % a sustainable world? Atlas on children’s de la population mondiale health and the environment - l’OMS dresse un état des lieux de la situation est exposée à une pollution actuelle en lien avec les ODD, renforçant atmosphérique nuisible l’interconnexion de la santé avec un (Organisation mondiale de la santé) bon nombre des ODD par des exemples concrets. Elle constate notamment que le changement climatique représente une des plus grandes nouvelles menaces pour les enfants : les hausses de températures ainsi que les taux élevés de CO2 dans l’atmosphère favorisent notamment la production de pollens associée à une augmentation de personnes asthmatiques.

Un autre aspect de la santé environnementale est le bien-être, état agréable dû à la satisfaction des besoins du corps et du calme de l’esprit. Favorisant un travail de meilleure qualité et un taux d’absentéisme plus faible, il a une importance non négligeable dans le milieu du travail. Un accord relatif à la qualité de vie au travail est d’ailleurs conclu dans les sociétés d’assurances le 15 décembre 2016 : les organisations signataires soulignent l’importance de la qualité de vie au travail comme levier pour la compétitivité des entreprises. En 2013, un colloque national sur les enjeux du bien-être au travail pour les entreprises françaises montrait que 87% des salariés estimaient qu’une bonne qualité de vie au travail profite à la fois aux salariés et aux entreprises. Les problèmes relevés pour les entreprises françaises concernaient, entres autres, la gouvernance d’entreprise et la focalisation des dirigeants sur la performance économique au détriment de la prise en compte des impacts humains liés aux décisions stratégiques. Plusieurs pistes permettent d’améliorer le bien-être au travail, telles que la formation des managers à la qualité de vie au travail, l’intégration de la performance sociale à la rémunération variable des managers, la gouvernance sociale… La loi NOTRe du 7 août 2015 intègre, au sein de son article 28A, la notion de droits culturels. Cette notion, énoncée par la déclaration de Fribourg en 2007, vise à rassembler et expliciter les droits qui sont déjà reconnus, mais de façon dispersée dans de nombreux textes internationaux. Cette clarification a été jugée nécessaire pour démontrer l’importance cruciale de ces droits culturels ainsi que des dimensions

49

FINALITÉ 4 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

L’Objectif 3 de développement durable vise à permettre à tous de vivre en bonne santé et à promouvoir le bienêtre de tous à tout âge.


ÉPANOUISSEMENT DE TOUS LES ÊTRES HUMAINS L’Objectif 4 de développement durable vise à garantir une éducation de qualité et des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie (liens avec ODD 8 et 10).

culturelles des autres droits de l’homme. Les droits culturels sont composés de trois dimensions essentielles et interdépen-dantes : celle de la créativité libre, notamment la promotion et la protec¬tion de la liberté indispensable à la créativité artistique et à la recherche scientifique ; celle du droit des personnes à l’accès au patrimoine culturel ainsi qu’aux nouvelles pensées et aux nouveaux développements ; et enfin, celle de la diversité. La loi NOTRe affirme le caractère conjoint de l’exercice de la responsabilité en matière culturelle entre l’Etat et les collectivités territoriales et en fait une des compétences partagées entre les collectivités.

La Stratégie nationale Bas-Carbone (SNBC) prend en compte l’épanouissement de tous les êtres humains en considérant les impacts sur la santé des actions : par exemple dans les enjeux pour le secteur agricole, il est question de la préservation de la santé publique, tant au travers de l’alimentation que des effets des pratiques agricoles sur les agriculteurs. Les objectifs visés par la SNBC permettent également de contribuer à la santé, en plus de lutter contre le réchauffement climatique :

La Région Nouvelle-Aquitaine s’attache notamment à structurer une politique publique concertée en faveur des langues régionales. Par ailleurs, elle conforte les liens entre environnement et santé, en ayant pris le copilotage du 3ème Plan Régional Santé Environnement (PRSE3) aux côtés de l’Agence Régionale de Santé (ARS) et de la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL). Elle lance un appel à projets « Sport Santé Bien-être » en 2017, pour soutenir les projets répondant aux enjeux d’adaptation, d’accessibilité et de développement de l’offre d’activités physiques tournées vers des publics spécifiques. Elle favorise également la mobilité ferroviaire, les tiers-lieux et le télétravail, prenant en compte ainsi à la fois le changement climatique et l’épanouissement de tous les néo-aquitains.

• •

50

l’isolation des bâtiments présente des co-bénéfices pour la santé, en hiver et en été, en assurant par exemple une meilleure protection des personnes vulnérables lors d’épisodes de fortes chaleurs. en termes de transport, les véhicules électriques et la substitution du gaz aux carburants traditionnels permettent de réduire les nuisances liées aux transports (bruit, pollution atmosphérique, et notamment impacts correspondants sur la santé). Enfin la mobilité active, du fait de l’activité physique induite, améliore la santé et permet la réduction de certaines pathologies. pour l’utilisation du bois-énergie, la diffusion d’équipements modernes en substitution aux chaudières anciennes permet de réduire significativement les émissions des polluants atmosphériques et de particules qui présentent des risques pour la santé.

FINALITÉ 4 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

L’Objectif 3 de développement durable vise à permettre à tous de vivre en bonne santé et à promouvoir le bienêtre de tous à tout âge.


ÉPANOUISSEMENT DE TOUS LES ÊTRES HUMAINS

La Région Nouvelle-Aquitaine vise l’épanouissement de tous les néoaquitains en considérant les questions de leur santé et de leur bienêtre. Afin de tendre vers cette Finalité dans sa politique territoriale, la collectivité s’est attachée en 2016 aux objectifs suivants :

Cette Finalité est aussi visée dans le fonctionnement interne de la collectivité : • améliorer les conditions de travail ; • renforcer le dispositif de formation continue à destination des agents.

• promouvoir une politique de formation afin de favoriser l’accès à l’emploi et de répondre aux besoins en compétences des entreprises régionales ; • lutter contre la précarité afin d’enrayer l’isolement social et d’améliorer les conditions de vie des populations les plus fragiles ; • favoriser les conditions d’une mobilité choisie ; • permettre l’accès de tous les néo-aquitains à une culture émancipatrice ; • permettre l’accès au sport pour le plus grand nombre ; • protéger la santé des néo-aquitains ; • affirmer comme priorité la politique jeunesse de la Région.

"... le but de la société n'est-il pas de procurer à chacun le bien-être ?.."

"…Le rôle de la culture dans le développement durable est (…) crucial et dépend de l’assurance des droits culturels pour tous : s’assurer que chaque femme, chaque homme, chaque enfant ait accès, prenne part et contribue à la vie culturelle et tout ce qu’elle implique. (…) De bien des façons, les droits culturels sont charnières dans la reconnaissance et le respect de la dignité humaine, qui doit toujours être la préoccupation principale de tout développement."

Honoré de Balzac

Farida Shaheed

La peau de chagrin (1831) © Larousse

Rapporteuse spéciale des Nations Unies dans le domaine des droits culturels © Centre of Excellence in Gender Studies, Quaid-i-Azam University Islamabad, Pakistan

51

FINALITÉ 4 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

OBJECTIFS


ÉPANOUISSEMENT DE TOUS LES ÊTRES HUMAINS

Promouvoir une politique de formation afin de favoriser l’accès à l’emploi et de répondre aux besoins en compétences des entreprises régionales La Région a développé plusieurs actions de formation en faveur de l’accès à l’emploi en 2016 : • • • • •

le programme régional de formation au service de la croissance verte en Nouvelle-Aquitaine pour développer les compétences des demandeurs d’emplois ; le dispositif « Nouvelle Chance » pour donner un 1er niveau de qualification à des personnes en difficulté d’insertion ; le « Plan 500 000 formations supplémentaires » pour permettre aux publics demandeurs d’emploi de construire un projet professionnel et d’accéder à une qualification ou directement à un emploi ; les plateformes de formation aux performances énergétiques pour favoriser le développement de l’offre de professionnalisation en adéquation avec les besoins en compétences nouvelles des entreprises ; le Fonds d’Action et d’Innovation Régional pour l’Emploi (FAIRE) pour activer des financements individualisés ou collectifs de formation pour le maintien et le développement de l’emploi.

UN PROGRAMME RÉGIONAL DE FORMATION AU SERVICE DE LA CROISSANCE VERTE EN NOUVELLE-AQUITAINE

LA POLITIQUE REGIONALE « NOUVELLE CHANCE »

FORMATION AU SERVICE DE LA CROISSANCE VERTE

ACCOMPAGNEMENT RENFORCÉ « NOUVELLE CHANCE »

Les achats de formation professionnelle par la Région pour les jeunes et adultes demandeurs d’emploi intègrent systématiquement les enjeux du développement durable. Cela permet le « verdissement » des compétences des futurs salariés dans tous les secteurs d’activités.

Le dispositif « Nouvelle Chance » : démarche pédagogique sur laquelle s’articulent une dimension formation professionnelle et une dimension réalisation d’utilité publique.

Objectifs du Programme Régional de Formation – PRF : élévation du niveau de qualification et insertion professionnelle des néo-aquitains.

Chantiers qualifications « Nouvelle Chance » : l’action portée par une collectivité territoriale permet de réaliser une production, service d’utilité publique et de donner un 1er niveau de qualification à des personnes en difficulté d’insertion.

En 2016, dans ce cadre : 17 678 parcours de formation « verdis » par une sensibilisation au développement durable ou par ajout de compétences environnement : transition énergétique, écoproduits, économie d’eau… Cette politique est mise en œuvre par la Direction de la formation professionnelle continue.

Formation au service de la croissance verte Degré d’intensité DD

30 %

Prise en compte

NON

NON

PARTIELLE

OUI

NON

Impact

/

/

+

+

/

En 2016 : •

Le programme régional de formation correspond essentiellement à la Finalité 4 car c’est la formation qui est au centre de cette politique, avec une coloration croissance verte. F3 partiellement sur le volet promotion sociale.

Accompagnement renforcé « Nouvelle Chance » Degré d’intensité DD

20 %

Prise en compte

NON

NON

NON

NON

Pour exemple, 12 stagiaires ont participé à une Impact / / + + / formation d’ouvrier du paysage sur un chantier Ce programme de formation entre essentiellement du bois de Bedat à Bayonne, partenariat GIP-DSU en Finalité 4 et prend donc peu en compte les autres (Groupement Intérêt Public – Développement Finalités, si ce n'est F3 partiellement sur le volet insertion Social et Urbain). La formation intégrait les éco- professionnelle sur le territoire. gestes et éco-responsabilités dans les pratiques professionnelles. Au total, 421 apprenants ont suivi ce type de formation-action d’intérêt public, incluant généralement la dimension développement durable, enjeux climatiques dans le cœur des formations.

Cette politique est mise en œuvre par la Direction de la formation professionnelle continue.

52

OUI

FINALITÉ 4 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

POLITIQUES MENÉES SUR LE TERRITOIRE


ÉPANOUISSEMENT DE TOUS LES ÊTRES HUMAINS DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES DES SALARIÉS PRAXIBAT : PLATEFORMES DE FORMATION AUX PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES

PLAN 500 000 FORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES

En 2009 et 2010, le Grenelle de l’environnement a fixé des exigences très ambitieuses de performances énergétiques pour le secteur du bâtiment.

Le 18 janvier 2016, le «Plan 500 000 formations supplémentaires» initié par l’Etat, se décline en Nouvelle-Aquitaine par une collaboration étroite de la collectivité régionale avec les partenaires sociaux, Pôle Emploi et le Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels. La Région est le chef de file du Service Public Régional de l’Orientation tout au long de la vie. Elle finance des formations d’orientation professionnelle ciblant les publics jeunes sans emploi et autres demandeurs d’emploi qui leur permettent de construire un projet professionnel et d’accéder à une qualification ou directement à un emploi. La validation du projet professionnel tient compte de la réalité économique et des possibilités d’insertion professionnelle tout en permettant une diversification des choix en matière de secteurs d’activités et de métiers.

Dans ce cadre, la Région cofinance avec l’Ademe par le biais d’appels à projets, des plateaux techniques pour des formations à la maîtrise de l’énergie : PRAXIBAT, dans les lycées en collaboration avec les CFA (Centre de Formation des Apprentis). Ils sont destinés à favoriser le développement de l’offre de formation en adéquation avec les besoins en compétences nouvelles des entreprises. Les apprenants acquièrent des compétences complémentaires dans les domaines thermique, hygrométrique, étanchéité à l’air, énergétique, ce dans une approche environnementale globale. Ce dispositif est géré par la Direction de l’apprentissage.

Afin de développer l’activité économique par l’insertion, la Région s’est engagée à réaliser 26 777 formations supplémentaires en lien avec Pôle Emploi pour les publics prioritaires suivants : • • • • •

En 2016, un plateau PRAXIBAT « Parois Opaques et Ventilation » au lycée Léonard de Vinci à Blanquefort en Gironde est inauguré. C’est un projet exemplaire tant sur le plan des publics en mixité que sur le plan de la coopération entre un établissement public de l’Education Nationale et un CFA de statut privé. Cette plateforme s’accompagne de l’ouverture du BTS « Enveloppe du Bâtiment, façade-étanchéité ».

Demandeurs d’emploi de longue durée et/ou faiblement qualifiés ; Jeunes âgés de 16 à 25 ans ; Personnes issues des quartiers prioritaires de la politique de la ville ; Personnes en situation de handicap ; Salariés en parcours d’insertion par l’activité économique.

Il s’agit aussi de réaffirmer une stratégie régionale autour de 4 axes de formation: • • • •

PRAXIBAT Degré d’intensité DD

80 %

Prise en compte

OUI

NON

OUI

OUI

OUI

Impact C’est la 18e plateforme sur la Nouvelle-Aquitaine et des + / + + + prévisions de développement sur l’ensemble du territoire répondront au plus près aux nouvelles exigences environnementales des entreprises du bâtiment et aux demandes de formations des apprenants localement. Une inauguration d’une nouvelle plateforme est prévue en Gironde en 2017 sur l’éclairage performant.

Première marche vers la qualification pour les personnes les plus éloignées de l’emploi, en particulier les jeunes ; Retour à l’emploi en priorité pour les demandeurs d’emploi de longue durée ; Qualifications d’avenir sur les métiers du numérique, filières innovantes ; Actions qualifiantes répondant aux besoins traditionnels de l’économie régionale dans les domaines industriel, agricole et de services (formation « maintenance des parcs éoliens » dans la Vienne, mention complémentaire « maintenance des énergies renouvelables » en Lot-et-Garonne).

ACTIVER DES FINANCEMENTS INDIVIDUALISÉS OU COLLECTIFS DE FORMATION POUR L’ADAPTATION DES COMPÉTENCES AUX BESOINS DES ENTREPRISES

En 2016, la Région a amplifié l’offre de formation d’orientation pour les publics demandeurs d’emploi : d’une planification initiale de 5 040 parcours d’orientation, la Région a engagé 6 072 parcours d’orientation professionnelle pour les demandeurs d’emploi intégrant un module de sensibilisation au développement durable et à la citoyenneté.

FONDS D’ACTION ET D’INNOVATION RÉGIONAL POUR L’EMPLOI La stratégie régionale de lutte contre le chômage s’appuie sur les partenariats noués avec les branches professionnelles et porte sur le déploiement d’actions de formation en faveur des demandeurs d’emploi cofinancées au titre du Fonds d’Action et d’Innovation Régional pour l’Emploi (FAIRE) dans le cadre des préparations opérationnelles à l’emploi (POEC).

Cette politique est mise en œuvre par le Pôle formation et emploi.

1 781 parcours financés en 2016 pour un montant de 1 551 368 € sur les secteurs du BTP, métallurgie, transport, commerce, hôtellerie restauration, sanitaire, social et médico-social, travail temporaire, numérique.

Fonds d’Action et d’Innovation régional pour l’emploi en Nouvelle-Aquitaine Degré d’intensité DD

30 %

Prise en compte

NON

NON

PARTIELLE

OUI

NON

Impact

/

/

+

+

/

Le fait de bénéficier d'une formation relève essentiellement de la Finalité 4 et contribue partiellement à la Finalité 3, en améliorant l’adaptation des compétences aux besoins des entreprises.

Cette politique est mise en œuvre par la Direction de la formation professionnelle continue. 53

FINALITÉ 4 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

DES FORMATIONS D’ORIENTATION PROFESSIONNELLE AVEC UNE SENSIBILISATION AU DÉVELOPPEMENT DURABLE


ÉPANOUISSEMENT DE TOUS LES ÊTRES HUMAINS

DISPOSITIF AIDES DE RENTRÉE SCOLAIRE Pour lutter contre la précarité, la Région vise à garantir à tous les néo-aquitains les mêmes chances de réussite et de conditions de vie acceptables. Dans le cadre des aides de rentrée scolaire, comportant les aides aux manuels et aux équipements professionnels, trois dispositifs à part entière existaient sur les 3 ex-Régions. En 2016, ils ont été harmonisés pour aboutir à un dispositif pour l’ensemble de la Région Nouvelle-Aquitaine, s’intitulant « Aides de rentrée scolaire » pour la rentrée scolaire de 2016-2017. Ce dispositif est mis en œuvre par la Direction de l’éducation.

Dispositif Aides de rentrée scolaire Degré d’intensité DD

30 %

Prise en compte

NON

NON

PARTIELLE

OUI

NON

Impact

/

/

+

+

/

La cohésion sociale et la solidarité entre les territoires et les générations : cette aide versée permet aux jeunes générations d’envisager la poursuite de leurs études plus confortablement. L’épanouissement de tous les êtres humains : cette participation financière vise à faciliter l’accès à l’éducation et à permettre aux élèves dont les parents sont en difficultés financières de poursuivre leurs études.

54

FINALITÉ 4 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Lutter contre la précarité afin d’enrayer l’isolement social et d’améliorer les conditions de vie des populations les plus fragiles


ÉPANOUISSEMENT DE TOUS LES ÊTRES HUMAINS

La Région poursuit une politique facilitant les choix de mobilité de la population, en particulier en veillant à la satisfaction des usagers des transports en commun. Cette politique est mise en œuvre par le Pôle transports, infrastructures, mobilité et cadre de vie.

MOBILITÉ DURABLE

Faciliter les déplacements multimodaux et améliorer la lisibilité des tarifications

Améliorer la satisfaction des usagers des transports en commun

FACILITER LES DÉPLACEMENTS MULTIMODAUX ET AMÉLIORER LA LISIBILITÉ DES TARIFICATIONS

ETUDIER LA REMISE EN CIRCULATION DU TER OLORON - BEDOUS

Dès l’été 2016, une première phase d’harmonisation des tarifications des transports régionaux a été déployée pour les tarifs occasionnels.

Poursuivant l’objectif d’une réouverture de la ligne ferroviaire internationale entre Pau et Canfranc en Espagne, afin d’y développer le fret ferroviaire transpyrénéen et le trafic voyageur transfrontalier, les circulations ferroviaires entre Oloron-Sainte-Marie et Bedous ont repris le 26 juin 2016. La gratuité initiale des circulations, lors de la journée de réouverture le dimanche 26 juin, a permis à près de 1 400 voyageurs de découvrir cette ligne. Les travaux ferroviaires, commencés en septembre 2014, ont été achevés au printemps 2016. Une période d’essai et de formation des conducteurs a suivi et il reste uniquement à compléter l’accès routier à la RD241.

Exemple de tarif pérenne • Le tarif Tribu pour les mini-groupes : de 20 % de réduction pour 2 personnes à 50 % de réduction pour 5 personnes pour tout trajet à l’échelle Nouvelle-Aquitaine. 329 272 personnes ont bénéficié de ce tarif au 2nd semestre 2016 (102 702 billets vendus). Ce tarif est bien installé dans le paysage des tarifs occasionnels. Exemples de tarifications promotionnelles • Forfaits PassOcéan : les forfaits estivaux PassOcéan ont été déployés pour se rendre en Ter sur la côte atlantique à prix préférentiel (Arcachon, de Royan à La Rochelle, Médoc, côte basque). L’édition 2016 a été un véritable succès avec 13 914 billets vendus, en hausse de 15 % par rapport au nombre de billets vendus en 2015. • Fest’Ter : la tarification Fest’Ter a été déployée en Nouvelle-Aquitaine pour se rendre en trains et cars régionaux à des évènements culturels labellisés par la Région, en bénéficiant d’un tarif préférentiel (-50 %). 3 283 billets ont été vendus pour 15 festivals labellisés, soit une hausse de 47 % par rapport à 2015.

Etudier la remise en circulation du Ter Oloron - Bedous Degré d’intensité DD

80 %

Prise en compte

OUI

OUI

OUI

OUI

NON

Impact

+

+

+

+

/

La Région, qui finance 100 % des travaux, a mandaté 38,8 M€ en 2016. Le coût total de l’opération est estimé à 102 M€.

Démarche billettique interopérable Faciliter les déplacements multimodaux et Afin de prolonger la dynamique intermodale du améliorer la lisibilité des tarifications concept Modalis à l’échelle du territoire de la Degré Nouvelle-Aquitaine, le Conseil régional, réuni en d’intensité DD séance plénière le 27 juin 2016, a acté Modalis 80 % comme support régional de l’intermodalité et de la Prise en multimodalité. OUI OUI OUI OUI NON compte De plus, après validation de la nouvelle signature graphique de Modalis en 2015, la nouvelle charte Impact + + + + / graphique signalétique et de communication a été élaborée et validée par les partenaires en 2016. Au-delà du visuel de la nouvelle carte et de la communication associée, la signalétique Modalis a vocation à être déclinée sur l’ensemble des pôles d’échange de Nouvelle-Aquitaine. © Alban Gilbert

Inauguration ligne Oloron-Bedous

55

FINALITÉ 4 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Favoriser les conditions d’une mobilité choisie


ÉPANOUISSEMENT DE TOUS LES ÊTRES HUMAINS

SOUTIEN À LA DIFFUSION DES SCIENCES ET TECHNIQUES

LE NOUVEAU-FESTIVAL

Les actions suivantes sont mises en œuvre par la Direction de l’enseignement supérieur, recherche et transfert de technologie.

Les 3 ex-Régions organisaient pour les lycéens un festival de jeunes présentant des projets essentiellement culturels sur chacun de leur territoire : en ex-Aquitaine, le Festival des lycéens et apprentis présentant sur un lieu les projets de création de différents domaines artistiques, culturels, scientifiques, numériques... ; en ex-Poitou-Charentes, la Fête des Talents lycéens sur les 4 départements ; en ex-Limousin, Vache’ment jeune valorisant des projets de musiques actuelles des 15-22 ans au sein d’un lieu culturel dédié sur chacun des 3 départements de l’ex-Région.

CAP SCIENCES Centre de Culture Scientifique, Technique et Industrielle, l’association Cap Sciences, créée en 1995, est soutenue par la Région Nouvelle-Aquitaine. Avec une fréquentation de 120 000 visiteurs par an de ses expositions au Hangar 20 à Bordeaux et ses expositions itinérantes, près de 240 000 personnes par an sont touchées par Cap Sciences en Nouvelle-Aquitaine et en France avec un public d’une grande diversité : jeunes, seniors, public familial, élus et représentants des collectivités, industriels et spécialistes.

En 2016, un travail est engagé par la collectivité et confié à la Direction de la jeunesse et de la citoyenneté pour la mise en place d’un nouvel événement 2017 à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine.

La programmation 2016 s’est articulée autour de 7 grandes thématiques - Economie, Lumière, Jeux vidéo, Archéologie, Robotique, Sport et Entreprenariat. La Région Nouvelle-Aquitaine et le FEDER ont ainsi accompagné plusieurs expositions et animations (Economie, Thema…), des activités jeunesses (Cap Sciences Juniors…), l’organisation d’évènements (La nuit des étoiles…), l’animation des acteurs et des territoires ainsi qu’un programme d’édition/multimédia (C-YOURMAG…). LACQ ODYSSÉE La Région soutient également Lacq Odyssée, situé dans le sud néo-aquitain, qui bénéficie d’un adossement étroit à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et d’une coordination étroite avec Cap Sciences. Ses activités touchent plus de 70 000 personnes par an. Les actions du programme 2016 contribuent à promouvoir la diffusion des sciences avec par exemple, des cycles de cafés des sciences organisés en partenariat avec l’Université et les organismes de recherche sur l’ensemble du territoire ou encore « Savoirs en partage », des parcours de découverte scientifique et technique qui s’adressent aux établissements scolaires.

© Région Nouvelle-Aquitaine

Festival des lycéens et apprentis

56

FINALITÉ 4 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Permettre l’accès de tous les néo-aquitains à une culture émancipatrice


ÉPANOUISSEMENT DE TOUS LES ÊTRES HUMAINS Permettre l’accès au sport pour le plus grand nombre

En 2016, la Région a accompagné le projet IMAGINEX, porté par la Fondation partenariale de l’Université de Limoges en partenariat avec Récréasciences, le centre de culture scientifique, technique et industriel du Limousin. D’une durée de 3 ans, cette initiative innovante vise à associer sciences et sport. La première discipline retenue pour l’année universitaire est le tennis. Ainsi, des animateurs et médiateurs scientifiques (Récréasciences, doctorants de l’Université) se sont rendus dans des clubs pour animer des ateliers sur des thématiques variées : utiliser une raquette connectée et étudier les données, disséquer une balle de tennis, étudier les liens nutrition et performances. Ces ateliers ont réuni 272 enfants de 5 à 18 ans sans compter les visiteurs du stand Imaginex lors de la Fête de la science (environ 400) ou lors de l’Open de tennis ENGIE à Limoges. Par ailleurs, les porteurs de ce projet se sont associés à la manifestation de l’association Fête le mur, portée par Yannick Noah, lors d’un événement à Limoges. Le projet a également donné lieu à la réalisation d’un quiz interactif sur écran tactile grand format ainsi que des panneaux ludiques. Un concours a permis d’associer tennis et sciences dans un objet artistique qui a couronné pour son 1er prix le travail d’un porcelainier de Limoges. En 2017, les ateliers s’adresseront aux jeunes basketteurs du territoire. Ce projet intègre également un volet environnemental visant à la valorisation des objets sportifs usagés (des balles de tennis pour la création de sols souples, de ballons pour la création de sacs design, récupération de boîtes aluminium permettant aussi d’acheter des fauteuils roulants handisport, par exemple). Cette réflexion pourrait déboucher sur la création de nouvelles filières de récupération et de valorisation.

SOUTIEN AU SPORT L’accompagnement régional du sport, mis en œuvre par la Direction des sports, de la vie associative et de l’égalité, s’inscrit dans les enjeux du développement durable au travers des trois dispositifs suivants prenant en compte, notamment, l’insertion de tous les publics, la diversité et la proximité des lieux de pratiques : •

Projet IMAGINEX Degré d’intensité DD

60 %

Prise en compte

NON

NON

OUI

OUI

OUI

Impact

/

/

+

+

+

Cette initiative originale permet d’associer plusieurs piliers du développement durable : cohésion sociale, solidarité entre les territoires et les générations, épanouissement de tous les êtres humains.

le soutien aux ligues et comités régionaux des fédérations sportives et à leur regroupement régional (les Comités Régionaux Olympiques Dispositif Aides de rentrée scolaire et Sportifs), soit un montant d’aide globale d’environ 2 500 000 €, réparti entre près de 89 Degré structures, résultat d’échanges partenariaux d’intensité DD pour soutenir des actions de développement, de 40 % structuration ou d’achat de matériels mutualisés ; Prise en NON NON OUI OUI NON le soutien aux manifestations sportives de compte rayonnement national ou participant à l’animation territoriale d’une thématique Impact / / + + / régionale. Pour ce dispositif, l’aide globale est d’environ 1 600 000 € répartis entre plus de 260 manifestations ; le soutien aux équipements sportifs d’envergure nationale ou internationale, de proximité, ceux-ci permettant la pratique de l’éducation physique et sportive des lycéens et des apprentis ou ceux permettant la pratique des sports de nature. 13 projets ont été aidés dans le cadre de ce dispositif pour un montant d’aide global d’environ 4 800 000 €.

© Phovoir

© Région Nouvelle-Aquitaine

Projet IMAGINEX

57

FINALITÉ 4 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

PROJET IMAGINEX


ÉPANOUISSEMENT DE TOUS LES ÊTRES HUMAINS Protéger la santé des néo-aquitains

POLITIQUE JEUNESSE

PROJET RECHERCHE/ACTION PESTICIDES

L’article 16 de la Loi Egalité et Citoyenneté confie à la Région le chef de filât en matière de politique de jeunesse, complétant les domaines de compétences prévues par la Loi NOTRe. Cet article confie également à la Région la coordination de manière complémentaire au Service Public Régional de L’Orientation (SPRO), des initiatives des collectivités territoriales en matière d’information des jeunes et dans le cadre de structures labellisées à ce titre par l’Etat.

La Direction de l’enseignement supérieur, recherche et transfert de technologie suit le projet de recherche/action pour une prévention innovante et pérenne de l’exposition aux pesticides, porté par l’Université de Bordeaux et l’INSERM, au sein du laboratoire Santé - Travail - Environnement, en lien avec l’association Phyto-victimes et la MSA (sécurité sociale agricole). Son objectif principal est de prendre en considération la sphère familiale, afin de développer des processus innovants de prévention des risques liés à l’usage des pesticides. Les objectifs sont :

Dans le cadre de la fusion des Régions et de l’exercice de la mandature 2016 -2021, l’exécutif régional s’est fixé comme objectif en matière de politique de jeunesse, au-delà des compétences clés d’éducation et de formation, de créer les conditions d’un parcours de réussite pour accompagner chaque jeune, dès sa sortie du collège, vers un emploi stable et durable.

• C’est à ce titre que la Direction de la jeunesse et de la citoyenneté a été constituée pour permettre de simplifier les dispositifs, les rendre visibles et lisibles pour les usagers en termes de soutien à un parcours de réussite. Cette Direction anime de manière transversale la politique jeunesse de l’institution à travers trois objectifs distincts : 1.

2. 3.

accompagner la vie quotidienne et la mobilité internationale avec la volonté de permettre aux jeunes usagers, quel que soit leur « statut » (lycéens, apprentis, étudiants, stagiaires de la formation professionnelle, apprenant du sanitaire et social ou demandeur d’emploi) de disposer d’une information claire et exhaustive regroupée en une seule « entrée » et d’un identifiant tout au long de leurs parcours au gré des aides régionales mobilisables ; favoriser l’engagement des jeunes (soutien aux initiatives de jeunes, démocratie jeune, évènementiels) ; encourager l’éducation citoyenne (Service civique et soutien aux projets en direction des jeunes).

la production des connaissances sur le rôle des conjoints et de leur famille dans le développement de la prévention et la détection de l’exposition aux pesticides ; l’articulation d’approches pluridisciplinaires (anthropologie, ergotoxicologie) au niveau des sphères travail et famille.

Projet recherche/action pesticides Degré d’intensité DD

60 %

Prise en compte

NON

OUI

NON

OUI

OUI

Impact

/

+

/

+

+

Cette démarche va être déroulée dans des exploitations viticoles de la Gironde et de la Charente.

Politique jeunesse Degré d’intensité DD

40 %

© Fotolia

Prise en compte

NON

NON

OUI

OUI

NON

Impact

/

/

+

+

/

Les rencontres et rassemblements des jeunes dans le cadre de leur engagement citoyen ou de leurs initiatives mises en œuvre contribuent à la cohésion sociale et territoriale (F3). La politique jeunesse contribue directement à l’épanouissement de tous les êtres humains (F4). © Alain Béguerie

Château Guiraud, Sauternes

58

FINALITÉ 4 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Affirmer comme priorité la politique jeunesse de la Région


ÉPANOUISSEMENT DE TOUS LES ÊTRES HUMAINS FINALITÉ 4 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

PLAN RÉGIONAL SANTÉ ENVIRONNEMENT En 2016, la Région est devenue co-pilote du 3e Plan Régional Santé Environnement aux côtés de l’ARS et de la DREAL. La santé-environnement appréhende l’ensemble des effets des conditions de vie sur la santé humaine (expositions liées à l’habitat, aux déplacements, etc.) ou à la contamination des compartiments de la biosphère (eau, air, sol, etc.). En Nouvelle-Aquitaine, le plan régional santé environnement (PRSE 3) est en cours d’élaboration et s’articule autour de 12 thématiques : anticiper les risques renforcés par le changement climatique (Lutte anti vectorielle [LAV], pollens…), connaître les pesticides pour limiter leurs impacts, gérer de façon intégrée la question du radon dans l’habitat, caractériser les inégalités environnementales de santé, promouvoir un cadre de vie favorable à la santé, améliorer la sécurité sanitaire liée à l’alimentation en eau potable, prévenir les risques liés à la qualité de l’environnement intérieur sur les femmes enceintes et les jeunes enfants, promouvoir la santé auditive des jeunes, former et éduquer, informer les citoyens, risques environnementaux à fortes incertitudes (Ondes et nanoparticules), et enfin, alimentation et santé.

Plan régional santé environnement Degré d’intensité DD

60 %

Prise en compte

NON

NON

OUI

OUI

OUI

Impact

/

/

+

+

+

La mise en œuvre en est assurée par le Service santé, silver économie au sein de la Direction pilotage stratégique et qualité.

59


ÉPANOUISSEMENT DE TOUS LES ÊTRES HUMAINS

MISE EN SERVICE DE NOUVEAUX MATÉRIELS FERROVIAIRES

Afin d’améliorer la satisfaction des usagers des transports ferroviaires, la Région poursuit un vaste programme de modernisation du transport ferroviaire régional. Cela lui permettra de disposer en 2018 d’un parc modernisé - tous les matériels auront moins de 20 ans - et massifié autour d’un nombre de séries plus réduit permettant des gains de productivité et de maintenance. De plus, les nouveaux matériels répondent aux normes européennes en matière d’accessibilité. SNCF-Mobilités passe le marché pour le compte de la Région auprès des constructeurs de trains. La satisfaction est ressentie tant par l’usager, voyageant dans des rames neuves, que par la SNCF, disposant d’un bon matériel. Au 31 mars 2017, la Région Nouvelle-Aquitaine disposera de 53 rames sur un total de 61 rames commandées. Cette politique est mise en œuvre par le Pôle transports, infrastructures, mobilité et cadre de vie.

60

FINALITÉ 4 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

ACTION PHARE


ÉPANOUISSEMENT DE TOUS LES ÊTRES HUMAINS

La Région cherche également à favoriser l’épanouissement de tous les êtres humains en interne, notamment en œuvrant à améliorer les conditions de travail et à renforcer le dispositif de formation continue à destination des agents.

Améliorer les conditions de travail

Renforcer le dispositif de formation continue à destination des agents

DISPOSITIF DE TÉLÉTRAVAIL

FORMATION DES AGENTS

Par suite de la fusion des ex-Régions, il est constaté que plusieurs dispositifs de télétravail existent sur le territoire régional. L’enquête de satisfaction réalisée début 2016 auprès de l’ensemble des télétravailleurs et de leurs managers débouche sur un bilan globalement positif. Ce résultat permet d’envisager un déploiement du dispositif sur l’ensemble du territoire. De plus, le décret n°2016-151 du 11 février 2016 relatif aux conditions et modalités de mise en œuvre du télétravail dans la fonction publique vient préciser la règlementation jusqu’alors en vigueur quant à l’organisation du télétravail dans la fonction publique territoriale.

La Région s’engage à renforcer le dispositif de formation continue à destination des agents sur les aspects liés au développement durable. Ainsi il est intégré au cursus de formation des agents, des formations spécialisées sur certaines thématiques du développement durable. En 2016, plusieurs formations sont mises en place : ¾ sur le site de Bordeaux: • Utilisation des pesticides (1 agent) ; • Gestion différenciée protection de la faune et de la flore (10 agents sur 1 journée) ; • Réglementation environnementale des projets maritimes et fluviaux (un agent sur 3 jours) ; • Lutte contre le gaspillage alimentaire (71 agents sur 2 jours). ¾ sur le site de Limoges : • Lutte contre le gaspillage alimentaire, intégration de produits locaux, évolution des pratiques de restauration collective (...) : 107 jours pour 73 agents ; • Espaces verts (coopérer pour améliorer notre habitat...) : 8 jours pour 5 agents ; • Bâtiment et urbanisme (transition énergétique...) : 10 jours pour 5 agents.

Dans ce contexte, un nouveau dispositif de télétravail, unique pour l’ensemble des agents de la Collectivité, sera mis en place en 2017 afin de bien définir les pratiques sur le territoire et être en conformité avec les nouvelles dispositions réglementaires. En 2016, le nombre d’agents en télétravail sur la Nouvelle-Aquitaine était de 62.

61

¾ sur le site de Poitiers: • Prévention du gaspillage alimentaire : 75 jours pour 63 agents ; • Formation sur les matériaux bio-sourcés et l’humidité dans les parois : 59 jours pour 30 agents.

Degré d’intensité DD

Globalement, en Nouvelle-Aquitaine, 12 432,5 jours de formations ont été réalisés.

Prise en compte

NON

NON

NON

OUI

NON

Impact

/

/

+

+

/

Formation des agents

20 %

FINALITÉ 4 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

FONCTIONNEMENT DE LA COLLECTIVITE Actions mises en place en interne


ÉPANOUISSEMENT DE TOUS LES ÊTRES HUMAINS

Fonctionnement de la collectivité

Politiques sur le territoire Le dispositif « Nouvelle Chance » devrait être soutenu en 2017 sur l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine, avec une consolidation des partenariats avec les Départements et les autres collectivités locales.

Au 1er janvier 2017 les dispositifs Sac Ados, favorisant le départ en vacances des populations fragiles, et les Chantiers internationaux de jeunes bénévoles ont été transférés à la Direction de la jeunesse et de la citoyenneté.

En septembre 2018, il est prévu de lancer un titre Modalis Ter+Vitalis sur carte Modalis de nouvelle génération en partenariat avec la communauté urbaine Grand Poitiers.

En 2017, les trois sites de la Direction du tourisme vont travailler selon le même règlement d’où une lisibilité plus marquée de leurs interventions.

Le site web Cultures Connectées contribue à rendre accessible au plus grand nombre les savoirs et cultures autour de la création numérique en région. Dans la continuité des années précédentes, l’objectif, en 2017, est de proposer une offre variée et qualitative sur le sujet. Ces contenus pourront engendrer une augmentation de l’audience du site, de ses abonnés à la newsletter et de ses réseaux sociaux associés.

62

FINALITÉ 4 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

AXES D’AMÉLIORATION


DE DÉVELOPEMENT DURABLE

FINALITÉ 5

DYNAMIQUE DE DÉVELOPPEMENT SUIVANT DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION RESPONSABLES


DYNAMIQUE DE DÉVELOPPEMENT SUIVANT DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION RESPONSABLES L’Objectif 12 de développement durable vise en particulier à instaurer une démarche systémique et la coopération entre les différents acteurs qui opèrent dans la chaîne d’approvisionnement depuis le producteur jusqu’au consommateur final.

Les enjeux du changement climatique sont forts et les défis à relever d’urgence sont grands mais ils ne sont pas irréalisables. Modifier notre manière de produire et de consommer est à portée de main et a un impact positif certain. Pour l’alimentation notamment, nos choix ont des conséquences considérables. L’évolution des préférences alimentaires vers une consommation favorisant les produits carnés, les denrées hors-saison et venant de loin ainsi que l’intensification de la demande, ont profondément transformé l’agriculture dans le monde entier. Cependant, ces « nouvelles habitudes » ne sont pas soutenables : elles sont considérablement dispendieuses en eau, épuisent la terre, Entre 2005 et 2007, nuisent à la biodiversité, et ont une 258 millions de tonnes de viandes empreinte carbone désastreuse. Elles ont été consommées dans le monde. sont également néfastes pour la santé, comme l’illustre l’augmentation des En 2050, ce seront maladies et troubles directement liées à 455 millions de tonnes de viande. l’alimentation (surpoids, diabète, allergies, (FAO) risques cardio-vasculaires…) et pour la société : coûts médicaux, discrimination sociale… Enfin du point de vue strictement économique, elles ne garantissent pas la pérennité du secteur agricole et obligent à des financements publics de compensation. Par ailleurs, bien que la production alimentaire mondiale soit quantitativement suffisante au regard des besoins élémentaires de tous, la défaillance systémique dans la gestion de cette production engendre un déséquilibre fatal pour certains, dont la famine est le quotidien.

prenantes de participer au débat mondial sur la sécurité alimentaire et la nutrition. Le Comité rend compte de ses activités à l’Assemblée générale des Nations Unies, par l’intermédiaire du Conseil économique et social de l’Organisation des Nations Unies et à la Conférence de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture). La perception de la sécurité alimentaire et les solutions proposées pouvant variées d’une plateforme à une autre, le défi réside dans leur coordination. La mise en œuvre des ODD peuvent également apporter des réponses. Lors du Sommet Mondial des dirigeants locaux et régionaux, 5ème congrès de CGLU (Cité et Gouvernement Locaux Unis), à Bogota en octobre 2016, il est question de l’ODD 2, lors d’un atelier sur les questions de sécurité alimentaire et de gouvernance territoriale de l’alimentation. La gouvernance alimentaire territoriale renvoie à une démarche de coordination de l’ensemble des acteurs de la chaîne alimentaire afin de reconsidérer la problématique de l’alimentation, selon une approche globale, à l’échelle des territoires. Les solutions déterminées lors de cet échange engagent nécessairement le développement fort d’une transition alimentaire en faveur de systèmes territorialisés en positionnant les villes et régions comme éléments centraux de ce système. C’est d’ailleurs une stratégie adoptée par plusieurs villes des pays anglo-saxons, telles que Londres ou San Francisco, qui prennent en compte l’alimentation dans leurs politiques d’aménagement : leurs programmes d’action combinent objectifs de développement économique, santé publique, cohésion sociale, aménagement urbain et préservation des ressources naturelles. En France, les politiques globales en faveur de l’alimentation sont naissantes. En France, Elles sont généralement relayées au un habitant jette en moyenne niveau régional, mais davantage axées 29 kg d’aliments par an, sur la sensibilisation des consom’acteurs. Ce critère est important, voir essentiel, dont puisqu’un consommateur sensibilisé aura 7 kg encore emballés. tendance à consommer de manière plus (Ademe) responsable, indépendamment de son revenu, comme le montre les études sur l’affichage environnemental. Cependant, cette sensibilisation seule est insuffisante : une réflexion en profondeur, interrogeant les problèmes sous-jacents de notre mode d’alimentation est essentielle. La loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte, dont plusieurs

À la suite de la crise financière, symptomatique d’une spéculation détachée de l’activité économique réelle, l’envolée des prix des céréales en 2008 eut un impact grave en Afrique, seul continent où la production alimentaire par habitant est en baisse depuis quatre décennies. Provenant des Etats-Unis, cette crise souligne le caractère mondial de la chaîne alimentaire, ses dangers et le besoin de coordination d’un système alimentaire mondial. En conséquence, le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA), établi dans le contexte de la crise alimentaire des années 1970, sur recommandation de la Conférence mondiale de l’alimentation de 1974, est réformé en 2009. Son objectif premier était de constituer la plateforme internationale et intergouvernementale la plus largement ouverte où toutes les parties prenantes œuvrent ensemble et de façon coordonnée à la sécurité alimentaire et à une meilleure nutrition pour tous. La réforme de 2009 devait permettre à d’autres parties

64

FINALITÉ 5 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

L’Objectif 9 de développement durable vise à promouvoir un développement industriel durable et inclusif, générateur de revenus et de solutions technologiques pour une industrialisation respectueuse de l’environnement.


DYNAMIQUE DE DÉVELOPPEMENT SUIVANT DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION RESPONSABLES L’Objectif 12 de développement durable vise en particulier à instaurer une démarche systémique et la coopération entre les différents acteurs qui opèrent dans la chaîne d’approvisionnement depuis le producteur jusqu’au consommateur final.

articles concernent la gestion, valorisation et réduction des déchets, et la loi du 11 février 2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire visant la réduction à la source (éviter le déchet), le don puis la valorisation (alimentation animale, compostage, méthanisation, etc.) du déchet, doivent permettre le développement de nouvelles dynamiques de production et consommation alimentaires. Mais une réflexion d’envergure est encore à mener en ce qui concerne l’agriculture qui souffre du réchauffement climatique tout en y contribuant et peine à s’adapter entre une mondialisation qui pousse à produire toujours plus et un consommateur à la recherche du mieux.

La Stratégie nationale Bas-Carbone (SNBC) dont l’objet premier est la réduction des GES prend nécessairement en compte les dynamiques de développement suivant des modes de production et de consommation responsables. La transformation profonde nécessaire à la transition vers une société « bas carbone » ne pourra être obtenue que par une combinaison complexe de ruptures technologiques, d’innovation et d’évolution des comportements du consommateur individuel au concepteur industriel.

Les collectivités territoriales ont un rôle à jouer notamment en apportant un soutien pour la transformation des produits des fermes de taille moyenne qui donne une valeur ajoutée aux produits (d’abattoirs, de légumeries, de laiteries à taille humaine). La métropole de Montpellier montre l’exemple en montant un atelier de transformation au sein du Marché d’intérêt national (MIN) : cela facilite la transformation de la production agricole régionale qui passe par le MIN et permet aux agriculteurs d’accéder à davantage de débouchés : restaurateurs, traiteurs, cantines, etc. La production de proximité est ainsi favorisée, tout comme le contact entre producteur et consommateur.

Il faudra pour cela évoluer vers : • • •

une économie de fonctionnalité (autoconsommation, nouveaux modes de mobilité...), une économie circulaire élargie (développement du recyclage, utilisation de tous les gisements de chaleur « fatale » ...) , une économie plus largement bio-sourcée (énergie, matériaux, produits intermédiaires).

Cette évolution passera nécessairement par une sensibilisation et une implication directe du consommateur.

La Région Nouvelle-Aquitaine s’est lancée dans des dynamiques de développement suivant des modes de production et de consommation responsables, notamment par sa politique de lutte contre le gaspillage alimentaire dans les lycées et son soutien à l’économie circulaire.

65

FINALITÉ 5 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

L’Objectif 9 de développement durable vise à promouvoir un développement industriel durable et inclusif, générateur de revenus et de solutions technologiques pour une industrialisation respectueuse de l’environnement.


DYNAMIQUE DE DÉVELOPPEMENT SUIVANT DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION RESPONSABLES

Les dynamiques de développement selon des modes de productions et de consommation responsables passent par un ensemble de politiques d’organisation, de développement et d’accompagnement des acteurs des territoires.

Cette Finalité est aussi prise en compte dans le fonctionnement interne de la collectivité : • inscrire la politique d’achat du Conseil régional dans une logique d’éco-socio-responsabilité ; • maîtriser les impacts environnementaux directs du Conseil régional.

Les objectifs de la Région Nouvelle-Aquitaine sont les suivants : • le développement économique des éco-activités et les démarches d’écoconception ; • le soutien à la recherche et le transfert de technologie ; • la promotion d’une économie sociale et solidaire ; • le développement d’une économie bleue régionale ; • le développement de politiques d’achat dans une logique d’écosocio-responsabilité.

"…Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir mais de le rendre possible..."

"…Mieux vaut prendre le changement par la main avant qu’il ne nous prenne par la gorge…"

Antoine de Saint-Exupéry

Winston Churchill

Le petit Prince (1943) © ONU

66

FINALITÉ 5 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

OBJECTIFS


DYNAMIQUE DE DÉVELOPPEMENT SUIVANT DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION RESPONSABLES

Soutenir le développement économique des éco-activités et les démarches d’écoconception TOURISME RESPONSABLE

Des moyens de transports doux pour accéder aux sites touristiques

La promotion de démarches éco-responsables dans le tourisme

DÉVELOPPEMENT DU CANAL DES DEUX-MERS

ECO-LABELLISATION DES HÉBERGEMENTS TOURISTIQUES

En matière de politique de transports doux pour l’accès aux sites touristiques, il existe notamment sur le site aquitain, un programme d’investissement prévoyant des actions de restauration des ouvrages du canal des Deux mers (optimisation de la gestion de l’eau, récupération des déchets, confortement des berges) que la Région a signé avec Voies navigables de France (VNF) dans le cadre du Contrat Aquitain pour le développement du Canal des Deux-Mers.

Après la mise en place de la politique régionale d’aide aux hébergements touristiques incitant à l’éco-labellisation, l’AFNOR (gestionnaire de l’Ecolabel) a organisé pour la troisième année consécutive un colloque invitant les établissements éco-labellisés, sites de visite et offices de tourisme, à étendre l’Ecolabel à tous les acteurs de l’écotourisme de Nouvelle-Aquitaine, à faire part de leurs expériences et à animer les collectifs des établissements éco-labellisés. Les 90 participants ont ainsi démontré leur intérêt pour la démarche d’éco-labellisation : une véritable implication de la part de ces professionnels qui laisse présager pour l’année 2017 des perspectives d’évolution très favorables.

En 2016, le montant global des travaux s’élève à 3,980 millions d’euros avec un investissement régional porté par la direction du tourisme de 1,681 millions d’euros.

En 2016, 3 sites touristiques de la Nouvelle-Aquitaine - Château de Hautefort (24), site de La Roque Saint Christophe (24), Le Gouffre de Proumeyssac (24) - ont été labellisés et viennent se rajouter au site pilote à l’initiative de la démarche (Transbordeur de Rochefort).

Ces travaux portent sur : • •

l’achèvement de la restauration du Pont Canal d’Agen (étanchéité de la cuvette et des parois maçonnées) ; la restauration de 2,7 km de berges en Lot-et-Garonne permettant de lutter contre les fuites d’eau et sécurisant également la pratique fluviale.

Cette politique est mise en œuvre par la Direction du tourisme.

La politique régionale en faveur de la modernisation des hébergements touristiques contribue pleinement au développement maîtrisé de ces établissements et à la qualification des services proposés aux clientèles.

Contrat Aquitain pour le développement du Canal des Deux-Mers Degré d’intensité DD

40 %

Prise en compte

NON

OUI

PARTIELLE

PARTIELLE

NON

Impact

/

+

+

+

/

Cette politique est mise en oeuvre par la Direction du tourisme.

Parmi les trois Finalités transversales à cette action, la Finalité 2 (Préservation des milieux...) est la plus concernée. Les Finalités 3 et 4 sont partiellement prises en compte. Au-delà des investissements conséquents sur ce type d'ouvrage (changement d'écluses, entretien des berges et régulation du trafic fluvial), ce type d'intervention touche de manière positive les êtres humains et les milieux et permet le maintien d'une cohésion sociale sur les territoires grâce à l'activité économique que génère ce canal. © Robin Paul

Pont-Canal d'Agen

S’agissant de déplacement doux, il n’y a pas d’impact négatif sur les Finalités 1 et 5.

67

Eco-labellisation des hébergements touristiques Degré d’intensité DD

80 %

Prise en compte

OUI

OUI

NON

OUI

OUI

Impact

+

+

/

+

+

Cette action prend majoritairement en compte les Finalités 4 et 5 en promouvant l’écotourisme, mais aussi la sensibilisation à la fois des gestionnaires et de la clientèle. Au travers du financement des travaux de modernisation d'hébergements, il s'agit d'obliger les entreprises à traiter a minima au niveau "performant" au moins deux cibles du référentiel HQE et notamment les cibles sur l'Eau et l'Energie et de les sensibiliser sur l'intérêt de rentrer dans la démarche de l'écolabel européen. Il est également demandé aux gestionnaires de sensibiliser les clientèles à la préservation de l'environnement. De ce fait, les Finalités 1 et 2 sont partiellement concernées.

FINALITÉ 5 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

POLITIQUES MENÉES SUR LE TERRITOIRE


DYNAMIQUE DE DÉVELOPPEMENT SUIVANT DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION RESPONSABLES FINANCEMENT DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION DURABLES

PRODUITS ISSUS DE L’AB ET DES FILIÈRES COURTES DANS LES RESTAURANTS DES LYCÉES

PARTENARIAT RÉGION NOUVELLE-AQUITAINE - ADEME DANS LE CADRE DU CPER

La crise de confiance qui existe aujourd’hui entre les agriculteurs et les consommateurs plaide pour recréer du lien à travers la commercialisation de produits de meilleure qualité en circuits courts et de proximité. La valorisation des productions locales permet à la fois de redynamiser l’économie des territoires ruraux et de mettre en avant les terroirs, les savoir-faire, tout en promouvant une production et une consommation soutenables.

La contractualisation entre la Région et l’ADEME a permis de financer les projets de développement durable, sur les thématiques suivantes : • • • •

Depuis 2010, l’ex-Région Aquitaine a lancé un programme engagé avec Arbio et la Draaf pour l’introduction de produits issus de l’agriculture biologique et des circuits courts dans 25 établissements pilotes d’enseignement. En 2016, des gestionnaires de lycées sont associés à titre d’experts, aux actions de promotion engagées auprès des EPLE pour les inciter à privilégier leurs approvisionnements auprès des filières courtes et des producteurs bio.

Efficacité énergétique ; Développement des énergies renouvelables ; Développement de l’économie circulaire et réduction des déchets ; Projets territoriaux de développement durable.

Cette politique est mise en oeuvre par la Direction de l’énergie et du climat.

Pour étendre ce programme à l’ensemble de la nouvelle Région, un comité de pilotage a été mis en place à la rentrée 2016 pour travailler à un meilleur approvisionnement des restaurants des lycées de la Nouvelle-Aquitaine. La Région se fixe un objectif d’approvisionnement de la restauration scolaire en produits locaux, de proximité et de qualité à 60% d’ici 2021, dont 20% en produits issus de l’agriculture biologique. Un plan de formation axé sur l’approvisionnement local et incluant les enjeux du gaspillage alimentaire sera également élaboré à destination des chefs de cuisine.

Répartition financière par politique CPER 37 % 45 %

Cette politique est mise en œuvre par la Direction de l’agriculture, des IAA et de la pêche. Approvisionnement en produits issus de l'agriculture biologique et des filières courtes de qualité dans les restaurants des lycées

7%

11 %

Degré d’intensité DD

80 %

Prise en compte

OUI

OUI

OUI

NON

OUI

Impact

+

+

+

+

+

¾ Efficacité énergétique et maîtrise de la demande en énergie ¾  Développement des énergies renouveleables ¾  Développement de l’économie circulaire et déchets ¾  Projets territoriaux de développement durable

L’approvisionnement en bio et en circuits courts a vocation à réduire autant que possible le bilan carbone des aliments tant dans leur élaboration que dans leur acheminement vers les lycées (F1). Ce type de production agricole ou d’élevage (bio ou circuit court de qualité) entre par définition dans la Finalité 2. Ce type d’approvisionnement permet de mettre en contact les producteurs (agriculteurs, éleveurs) avec les agents des lycées et les élèves, au-delà de l’aspect économique (F3). Le lien créé ainsi que la qualité de la production et de l’approvisionnement a un impact positif sur l’épanouissement de tous les êtres humains (F4). Cette action répond complètement à la Finalité 5 telle qu’elle est définie dans le cadre de référence pour les projets territoriaux de développement durable.

Plaisirs fermiers, magasin de vente directe

68

Partenariat Région Nouvelle-Aquitaine - ADEME dans le cadre du CPER Degré d’intensité DD

70 %

Prise en compte

OUI

OUI

PARTIELLE

NON

OUI

Impact

+

+

+

/

+

Ce partenariat prend en compte les Finalités 1 (développement d’EnR et incitation à l’efficacité énergétique, contribuant à une ‘décarbonation’ des filières énergétiques), 2 (préservation des ressources et moindres rejets) et 5 (production responsable), partiellement la Finalité 3 (développement d’activités et d’emplois verts localisés).

FINALITÉ 5 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

CONSOMMATION BIO ET CIRCUITS COURTS


DYNAMIQUE DE DÉVELOPPEMENT SUIVANT DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION RESPONSABLES

ECO-SOCIO CONDITIONNALITÉ DES AIDES RÉGIONALES AUX ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES

PLAN POUR ACCÉLÉRER LA RÉDUCTION DE L’USAGE DES PESTICIDES EN FILIÈRE VITICOLE

Les filières alimentaires représentent un secteur stratégique en Nouvelle-Aquitaine, créateur d’emplois et de valeur ajoutée. Le Conseil Régional souhaite accompagner les entreprises agroalimentaires au travers d’une politique de soutien renforcé aux projets répondant aux deux enjeux majeurs que sont le Développement durable et l’innovation.

Le plan régional pour accompagner la filière viticole vers la sortie des pesticides signé en juillet 2016 par le CIVB, la Région Nouvelle-Aquitaine, le Préfet de région et la Chambre d’Agriculture de la Gironde, démontre, au-delà du plan national Ecophyto 2, la volonté des acteurs de la filière d’être moteurs du changement radical de pratiques et d’accompagner l’ensemble des viticulteurs dans cette perspective.

Sur le territoire de l’ex-Aquitaine, la Région avait mis en place une éco-socio-conditionnalité des aides régionales pour les entreprises agroalimentaires en s’appuyant sur un diagnostic de responsabilité sociétale innovant. Le diagnostic 3D devait permettre ainsi d’apprécier les pratiques et résultats de l’entreprise au regard de sa responsabilité sociétale et donc de sa contribution au développement durable, conformément aux lignes directrices de la norme internationale ISO 26000.

Afin de satisfaire au mieux le consommateur par la production d’un vin de qualité dans le respect de l’environnement et de la santé humaine, le présent plan répond à 4 enjeux indissociables:

L’expérience a montré qu’il s’agit d’un très bon outil pour les entreprises agroalimentaires qui met d’abord en lumière leurs points forts et leurs bonnes pratiques, les aide à établir une stratégie RSE et qui s’inscrit dans une démarche de progrès. De plus, la démarche est la plupart du temps perçue positivement par les entreprises. En 2016, l’objectif pour la Région est d’accompagner durablement un développement à long terme des entreprises agroalimentaires avec la prise en compte des composantes environnementales et sociétales. Au-delà de l’appréciation de la responsabilité sociétale des entreprises, il s’agit surtout de les inciter à s’engager sur cette voie par la mise en œuvre d’un plan de progrès. Ce dispositif a donc été étendu à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine et repris dans le cadre du Règlement régional d’intervention en faveur des entreprises.

• •

Eco-socio conditionnalité des aides régionales aux entreprises agroalimentaires

• •

Degré d’intensité DD

L’objectif du plan est d’accompagner les viticulteurs à diminuer significativement l’utilisation des pesticides au sein de leurs pratiques agricoles :

100 %

Prise en compte

OUI

OUI

OUI

OUI

OUI

Impact

+

+

+

+

+

la santé des viticulteurs et des salariés agricoles ; la gestion du risque pour les riverains et la recherche du « bien vivre ensemble » dans les zones de production viticole ; la protection de l’environnement ; la pérennité économique de la filière.

Cette action incite à la réduction de la consommation énergétique (F1), contribue à favoriser une meilleure prise en compte des impacts environnementaux dans les processus de production (F2), favorise les dispositions en faveur de la cohésion et de l’égalité entre sexes, entre générations et entre territoires… (F3), contribue à améliorer le climat social et le dialogue, à développer la gestion et la prévention des risques en matière de sécurité et santé au travail (F4), permet un soutien seulement s’il y a un plan d’amélioration sur les 3 volets du développement et contribue à promouvoir l’appréciation des pratiques et résultats de l’entreprise au regard de sa responsabilité sociétale (F5).

à court terme, proposer à chaque viticulteur un panel de leviers et de solutions techniques ayant fait leurs preuves dans différentes exploitations de Nouvelle-Aquitaine et répondant à leurs objectifs de production ; sur le moyen et long termes, engager des mutations profondes des systèmes de production par des innovations techniques et scientifiques.

Plan pour accélérer la réduction de l’usage des pesticides en filière viticole Degré d’intensité DD

100 %

Prise en compte

OUI

OUI

OUI

OUI

OUI

Impact

+

+

+

+

+

Les 4 enjeux du plan correspondent à F4 en ce qui concerne la santé des viticulteurs et des salariés agricoles, F3 pour la gestion du risque pour les riverains et la recherche du «bien vivre ensemble» dans les zones de production viticoles, F2 pour la protection de l’environnement et F5 pour la pérennité économique de la filière. Ce plan contribue également au F1 car la réduction de pesticide contribue à lutter contre le changement climatique.

Pour répondre à ces enjeux, le plan régional de réduction des pesticides s’articule sur 4 axes : • • • •

surveiller l’évolution des pratiques et l’exposition des populations aux pesticides ; généraliser les bonnes pratiques en matière d’utilisation des pesticides ; financer l’innovation en matière d’agro équipements et de nouvelles technologies ; anticiper la recherche de solutions alternatives aux pesticides de synthèse.

Les premières actions mises en place en 2016 sont : • • •

69

le référencement des exploitations situées en zone sensible pour leur permettre de bénéficier d’un accompagnement particulier ; le lancement d’un AMI par la Région pour soutenir les innovations en termes de pulvérisation ou autres techniques permettant de limiter l’utilisation des pesticides ; une réflexion sur la mise en place d’un Laboratoire territorial d’innovation, outil innovant mettant les utilisateurs et la société civile au cœur du processus de recherche/innovation.

FINALITÉ 5 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Les politiques suivantes sont mises en oeuvre par la Direction de l’agriculture, des IAA et de la pêche.


DYNAMIQUE DE DÉVELOPPEMENT SUIVANT DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION RESPONSABLES

MESURES AGRO-ENVIRONNEMENTALES ET CLIMATIQUES

AIDE À L’AGROFORESTERIE

La Nouvelle-Aquitaine est riche d’un patrimoine naturel diversifié. Cette richesse s’exprime encore dans des milieux agricoles, fruit d’une coévolution millénaire entre l’homme et la nature. Mais l’état des ressources naturelles est dans de nombreux secteurs très dégradé : érosion de la biodiversité, mauvaise qualité des eaux, etc. Les pratiques agricoles intensives sont majoritairement responsables de cette dégradation.

L’agroforesterie est une pratique qui consiste à allier sur une même parcelle des productions agricoles (culture, élevage...) et des plantations d’arbres.

Les Mesures Agro-Environnementales et Climatiques sont un outil majeur du deuxième pilier de la PAC pour assurer la protection de l’eau et de la biodiversité dans les zones agricoles sensibles. Il s’agit, pour les agriculteurs volontaires, de s’engager à respecter des pratiques permettant un meilleur respect des ressources naturelles en échange de quoi ils sont rémunérés proportionnellement aux contraintes du cahier des charges. À l’échelle de la NouvelleAquitaine, une enveloppe de 200 M€ de crédits FEADER a été réservée pour la période 2014-2020.

• • • • •

En 2016, la contractualisation a été forte sur les territoires : plus de 1000 agriculteurs ont demandé à contractualiser des surfaces en MAEC pour un montant total d’aide d’environ 40 M€. Au total, depuis 2014 plus de 5 000 agriculteurs ont demandé l’engagement dans une MAEC ce qui représente plus de 300 000 ha, soit 7 % de la SAU de Nouvelle-Aquitaine.

Cette coexistence arbres/cultures apparaît comme bénéfique à de nombreux égards :

Mesures Agro-Environnementales et Climatiques en Nouvelle-Aquitaine Degré d’intensité DD

100 %

Prise en compte

OUI

OUI

OUI

OUI

OUI

Impact

+

+

+

+

+

• • •

protection des sols ; piégeage du carbone et des polluants ; préservation de la ressource en eau ; enrichissement du sol et du sous-sol ; revenu complémentaire pour l’exploitant (bois de chauffage, vente de bois à terme…) ; bien-être des animaux ; refuge pour la biodiversité ; contribution à l’attractivité du paysage.

Afin d’accompagner les agriculteurs dans l’atteinte de la double performance économique et environnementale, la Région a lancé en novembre 2016 un appel à projets pour aider les producteurs se lançant dans l’agroforesterie. Encore confidentielle (moins de 500 ha concernés), elle espère dynamiser son développement en aidant les porteurs de projet dans leurs investissements. Une enveloppe de 200 000 € a été réservée pour ce dispositif innovant.

F1 : augmentation du stockage de carbone, et réduction des GES pour la production des intrants chimiques F2 : soutien aux productions herbagères et donc préservation de la biodiversité F3 : maintien des paysages et bien vivre ensemble F4 : réduction des fuites de polluants dans l’environnement par des pratiques plus respectueuses et donc préservation de la santé des agriculteurs F5 : soutien à des modes de production extensifs utilisant moins d’intrants

70

Aide à l’agroforesterie Degré d’intensité DD

80 %

Prise en compte

OUI

OUI

NON

OUI

OUI

Impact

+

+

/

+

+

F1 : augmentation du stockage de carbone F2 : préservation des sols et donc de leur biodiversité + diversification des espèces cultivées + réduction de l’érosion des sols réduction des fuites de polluants et amélioration de la qualité des sols et de milieux aquatiques F4 : mode de production permettant la diversification des revenus et donc une plus grande résilience des exploitations agricoles F5 : favorise une pratique agricole soutenable

FINALITÉ 5 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Les politiques suivantes sont mises en oeuvre par la Direction de l’agriculture, des IAA et de la pêche.


DYNAMIQUE DE DÉVELOPPEMENT SUIVANT DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION RESPONSABLES

PLAN DE COMPÉTITIVITÉ ET D’ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES Chacune des trois anciennes Régions avait son Plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations agricoles (PCAE) avec ses spécificités. Ce dispositif est essentiel pour les agriculteurs afin de leur permettre de favoriser la performance économique, environnementale, sanitaire et sociale de leur outil de travail, par des aides aux investissements. La Région a souhaité harmoniser ces dispositifs pour assurer une totale équité de traitement entre les agriculteurs de NouvelleAquitaine, inscrire le programme dans la durée et simplifier les procédures administratives. Il se décompose en neuf opérations en fonction des filières agricoles de la Région dont : • • • • • •

PCAE

la modernisation des élevages permettant l’amélioration des conditions de travail, des conditions sanitaires et du respect de l’environnement ; le Plan Végétal Environnement permettant de réduire les pollutions en cultures végétales ; la transformation et commercialisation à la ferme pour favoriser la vente directe et les circuits courts ; l’agroforesterie alliant arbres et culture ou élevage sur une même parcelle ; la création d’Infrastructures Agro-Ecologiques pour la mise en place de haies, mares, talus, zones humides tampons et la mise en défens des berges ; l’agritourisme pour la diversification des activités à la ferme en aidant au développement d’une activité touristique.

Les objectifs globaux de ce dispositif visent à : • • • •

80 %

Prise en compte

OUI

OUI

NON

OUI

OUI

Impact

+

+

/

+

+

F1 : priorisation des projets en AB et donc réduction d’émission de GES

favoriser la compétitivité des exploitations ; préserver la qualité de l’environnement ; augmenter la valeur ajoutée ; encourager les projets des jeunes agriculteurs.

F2 : priorisation aux modes de production avec certification environnementale et donc préservation de la biodiversité

La prise en compte des éléments en lien avec le développement durable se fait à plusieurs niveaux et notamment à travers : • • •

Degré d’intensité DD

une bonification de certains taux d’aide conditionnée à des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement ; une priorisation des dossiers engagés dans une démarche environnementale (certification, etc.) ; des investissements éligibles permettant l’amélioration des conditions de travail ou la préservation de l’environnement.

F4 : mieux vivre ensemble par une meilleure gestion des effluents d’élevage, et une réduction de l’utilisation de produits phytosanitaires ; amélioration des conditions de travail des agriculteurs et salariés et préservation de leur santé F5 : priorisation de modes de production responsables (AB, circuits courts, etc.)

Le PCAE est un outil phare de la Région Nouvelle-Aquitaine pour l’agriculture, ce qui se traduit par un budget conséquent : près de 52 millions d’euros tous financeurs confondus, dont 25 millions d’euros de la part de la Région. L’objectif étant de soutenir 2 300 projets d’exploitation en 2017.

71

FINALITÉ 5 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

La politique suivante est mise en oeuvre par la Direction de l’agriculture, des IAA et de la pêche.


DYNAMIQUE DE DÉVELOPPEMENT SUIVANT DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION RESPONSABLES

Les projets correspondants à cet objectif sont tous mis en œuvre par la Direction de l’enseignement supérieur, recherche et transfert de technologie.

STRUCTURER LE TISSU ÉCONOMIQUE EN FAVORISANT PARTENARIATS ET CROISEMENTS DE COMPÉTENCES

INSTITUT DES BATTERIES

PROJET SERRE NÉMATODES XYLOCAMPUS

La Région Nouvelle-Aquitaine porte des acteurs dont les compétences sont reconnues internationalement dans le domaine du stockage électrochimique d’énergie, à la fois industrielle et scientifique.

Le Projet Serre Nématodes Xylocampus, porté par l’INRA, comprend la réalisation d’une serre de 160 m² et de laboratoires attenants en confinement de type S2+ sur le site de Villenave d’Ornon (33), qui permettront la réalisation d’un important programme de recherche sur le nématode du pin, la plus grave menace sanitaire actuelle pour le massif des Landes de Gascogne. Ce projet est inscrit dans le Contrat de Plan Etat-Région (CPER) 2015-2020 au sein du projet XYLOCAMPUS, qui a pour ambition de structurer et conforter les infrastructures et les interactions entre recherche, formation, valorisation et innovation pour soutenir la compétitivité des industries du bois et l’attractivité des territoires forestiers.

Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) est fort de ses compétences développées au sein du Laboratoire d’Innovation pour les Technologies des Energies Nouvelles et les nanomatériaux (LITEN) et de sa plateforme régionale CEA Tech. Il souhaite développer un Institut des batteries en Nouvelle-Aquitaine pour cristalliser l’ensemble des compétences technologiques et fédérer les acteurs industriels, notamment Arkema, Solvay, Saft, Total, Arts Energy, Serma, Evtronic, EasyLi et Ventec pour le développement des technologies des prochaines générations de batteries. La phase 1 vise à : •

renforcer la compréhension des marchés visés et des technologies associées, et des atouts des acteurs régionaux industriels, pour clarifier les enjeux stratégiques ; compléter l’identification des besoins des industriels en innovation et en équipements de recherche et de prototypage, ainsi que des ressources (expertises académiques notamment) mobilisables sur le territoire, cela en vue de consolider le positionnement de l’Institut des batteries.

Institut des Batteries Degré d’intensité DD

60 %

Prise en compte

OUI

NON

NON

OUI

OUI

Impact

+

/

/

+

+

72

Projet Serre Nématodes Xylocampus Degré d’intensité DD

60 %

Prise en compte

NON

OUI

NON

OUI

OUI

Impact

/

+

/

+

+

FINALITÉ 5 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Soutenir la recherche et le transfert de technologie pour acquérir les compétences environnementales dans les filières professionnelles d’excellence


DYNAMIQUE DE DÉVELOPPEMENT SUIVANT DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION RESPONSABLES

Financement des modes de production et de consommation durables

PROJET DVDM Porté par l’Université de Bordeaux (Institut Mécanique et Ingénierie - I2M), le projet DVDM (Durée de Vie et fiabilité des éléments structuraux bois sous environnement climatique variable – Diagnostic – Maintenance) vise à optimiser le dimensionnement des éléments porteurs des structures en bois soumis à des environnements climatiques variables et présentant des singularités. Sur cette base, le projet vise également à proposer des solutions de maintenance optimisées afin de garantir la fiabilité des ouvrages à long terme, notamment ceux présentant des fissures. Ce projet structurant associe des équipes de Bordeaux et Limoges (Groupe d’études des matériaux hétérogènes - GEMH), pour promouvoir la construction bois, et en particulier les essences de Pin maritime et Douglas, en apportant des solutions en termes de dimensionnement des ouvrages, d’aide au diagnostic et de maintenance des structures bois.

PROJET BIO PROTECTION FERMENTATION Le projet Bio Protection Fermentation est porté par le Syndicat des Vignerons Bio d’Aquitaine (SVBA), en lien avec l’unité de recherche Œnologie de l’ISVV (Institut des Sciences de la Vigne et du Vin).

Projet DVDM Degré d’intensité DD

Il vise à tester l’efficacité et les conditions d’utilisation des levures non-Saccharomyces comme outil de bioprotection dans le but de vinifier des vins sans SO2 (dioxyde de soufre) pour lesquels la demande des consommateurs augmente fortement. Le marché et le contexte actuel imposent aux producteurs de diminuer les intrants à la vigne mais également au chai : la diminution voire l’absence d’utilisation de SO2 est donc un enjeu majeur pour la filière vitivinicole. Labellisé par le cluster Inno’Vin, le projet contribuera directement à la compétitivité de la filière régionale en validant la pertinence de l’utilisation de ces produits, plus largement utilisés dans d’autres régions comme l’Alsace et la Bourgogne, dans le contexte de la viticulture en Nouvelle-Aquitaine et de ces spécificités en termes d’AOC, de cépages et de terroirs.

60 %

Prise en compte

OUI

OUI

NON

NON

OUI

Impact

+

+

/

/

+

Ce projet vise à promouvoir la construction bois, en particulier les essences de Pin Maritime et Douglas : il répond donc à la Finalité 5 et à la dimension de construction durable. Il prend également en compte les enjeux de préservation de la biodiversité, des milieux et des ressources identifié par la Finalité 2. Enfin il contribue à la Finalité 1 grâce l’immobilisation du carbone stocké dans les bois.

Projet Bio Protection Fermentation Degré d’intensité DD

60 %

Prise en compte

NON

OUI

NON

OUI

OUI

Impact

/

+

/

+

+

Le projet contribuera directement à la compétitivité de la filière régionale tout en favorisant une production responsable (F5). La diminution des intrants contribue à la protection de l’environnement (F2) ainsi qu’à la préservation de la santé des producteurs et consommateurs (F4).

APPEL À PROJETS DE RECHERCHE POUR LA VALORISATION DE COPRODUITS La Région et l’Université de Limoges ont lancé un appel à projets de recherche sur la thématique de la valorisation de coproduits issus de l’agriculture ou des industries agroalimentaires. 3 projets en ont été lauréats avec des propositions diverses et originales : •

73

Résine et agroproduit pour la mise au point d’un mortier écologique, à base de résine issue du bois notamment, permettant d’assembler des briques en terre crue ; Utilisation de champignons de culture comme source de bio-contrôle et d’élimination des pesticides par un procédé d’absorption ou de photodégradation sur des matériaux hybrides issus d’activités agricoles et forestières ; Valorisation des coproduits issus de la filière Fruits dans une approche intégrée Zéro déchet : écoextraction des contenus des fruits en composés d’intérêt biologique (notamment pour la cosmétique), méthanisation de la fraction de fibres résiduelles par co-digestion avec des déjections animales, générant ainsi des fertilisants agricoles.

Appel à projets de recherche pour la valorisation de coproduits Degré d’intensité DD

50 %

Prise en compte

PARTIELLE

OUI

NON

NON

OUI

Impact

/

+

/

/

+

Ce projet s'inscrit dans l'objectif de réduction des phytosanitaires, sur la conception de matériaux hybrides issus des activités agricoles et forestières ainsi que sur l'éco-extraction. Il répond à ce titre à la Finalité 5 ainsi qu'à la Finalité 2 (méthanisation et gestion des déchets).

FINALITÉ 5 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

SOUTENIR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE DES ÉCO-ACTIVITÉS


DYNAMIQUE DE DÉVELOPPEMENT SUIVANT DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION RESPONSABLES

ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L’ESS, définie par la loi du 31 juillet 2014, est un mode d’entreprendre et de développement économique porté par des personnes qui ont fait le choix d’organisations collectives. Le choix de ces entreprises d’orienter l’essentiel de leurs bénéfices vers la consolidation de leur outil de production en fait des acteurs incontournables pour le développement durable de l’économie régionale. Les coopératives, associations, mutuelles et les sociétés commerciales agréées d’utilité sociale (agrément ESUS) se retrouvent dans l’ensemble des secteurs d’activités qu’il s’agisse du champ purement concurrentiel ou dans des métiers œuvrant pour l’intérêt général. Marquée par les processus de fusion et de rapprochement des réseaux et des différents acteurs régionaux, 2016 aura été pour l’ESS la première année de mise en œuvre de la concertation prévue par la loi précitée à l’échelle de la NouvelleAquitaine. La conférence co-organisée par la CRESS, l’Etat et la Région s’est tenue le 4 juillet sur 3 sites simultanément et a permis de proposer une vision stratégique pour le développement de l’ESS dans les années à venir. Principales orientations menées dans le cadre de la politique régionale : 1 - Le soutien à l’Insertion par l’activité économique (IAE) L’IAE a pour finalité de permettre aux personnes exclues du marché du travail (allocataire du revenu de solidarité active [RSA], demandeurs d’emploi de longue durée…) de retrouver un emploi grâce à un parcours d’insertion et de qualification adapté. Elle compte en Nouvelle-Aquitaine 417 structures employant 27 800 salariés en insertion encadrés par 3 200 permanents et qui réalisent un chiffre d’affaires global de l’ordre de 223 M€. S’y ajoutent 24 Groupements d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification. Les aides de la Région interviennent à toutes les étapes de la vie de ces entreprises, du démarrage à la diversification en passant par le soutien aux acteurs en difficulté. En 2016, 1805 555 € ont été consacrés en investissement et en fonctionnement à ces entreprises. Par ailleurs 289 080 € ont été apportés aux têtes de réseaux (GARIE, IRIS, URSIE, FNARS et CR GEIQ) pour accompagner leurs adhérents et structurer l’offre d’insertion à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine. 2 – L’appui au développement des entreprises de l’ESS La politique régionale de soutien au développement de l’ESS intervient tant auprès d’entreprises individuelles lors de leur démarrage qu’auprès de collectifs pour des actions ponctuelles ou des Pôles de compétences visant la création d’emplois. Les coopératives de production sont la cible prioritaire du soutien aux entreprises coopératives (SCOP et SCIC). En lien avec l’URSCOP, la Région intervient en aide au démarrage avec un apport en fonds propres équivalent au capital souscrit par les sociétaires (les salariés pour les SCOP). L’aide régionale s’est élevée à 167 820 € pour la création de 9 coopératives. Enfin, la Région intervient auprès des CAE (Coopérative d’activités et d’emplois) pour accompagner la phase de test et la création d’activité. 466 porteurs de projets ont ainsi été financés par la Région pour un montant de 686 000 €. 3 – L’expérimentation de projets socialement innovants Pour la Région Nouvelle-Aquitaine, les projets d’innovation sociale visent à répondre à une aspiration, subvenir à un besoin nouveau ou mal satisfait, apporter une solution ou profiter d’une opportunité d’action afin de modifier des relations entre des personnes ou des organisations, de transformer un cadre d’action territorial ou de proposer de nouvelles orientations culturelles. Ils se caractérisent par la participation active et l’implication des acteurs aux processus de changement et sont fortement liés aux spécificités d’un territoire, lesquelles conditionnent le caractère innovant de la démarche. La recherche du bien-être est aussi importante, voire davantage, que celle du profit, pour les projets relevant de l’innovation sociale. Ils deviennent alors une source de transformations sociales et peuvent contribuer à l’émergence de nouveaux modèles de développement. En 2016, la politique en faveur de l’innovation sociale a été confortée à partir des résultats et spécificités des trois ex-Régions. Elle est mise en œuvre à partir d’un AMI (Appel à Manifestation d’Intérêt). Ainsi 164 projets ont été expertisés par le jury des partenaires (ARACT, ADI, PTCE...) et 33 ont été retenus pour un financement régional, dont 31 par la Direction de l’ESS pour un montant de près de 672 000 €. Les autres projets ont été financés par la Direction de la performance industrielle.

74

Economie sociale et solidaire Degré d’intensité DD

60 %

Prise en compte

NON

NON

OUI

OUI

OUI

Impact

/

/

+

+

+

L’ESS vise essentiellement les principes de solidarité, cohésion sociale et épanouissement des individus (F3 et F4) et par définition impulse une dynamique de développement selon des modes de consommation et de production responsables (F5).

FINALITÉ 5 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Promouvoir une économie sociale et solidaire


DYNAMIQUE DE DÉVELOPPEMENT SUIVANT DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION RESPONSABLES

ÉCONOMIE BLEUE En Nouvelle-Aquitaine, l’économie maritime représente environ 50 000 emplois, soit 2 % de l’emploi total de son territoire (respectivement 29 000 et 20 000 emplois dans les anciennes régions Aquitaine et Poitou-Charentes). En dehors du tourisme, qui joue un rôle majeur dans l’économie du littoral, trois secteurs d’activités se détachent : la pêche et l’aquaculture (ostréiculture notamment), la construction et la réparation navales et les activités portuaires. Les opportunités à saisir concernent les axes de développement des activités nouvelles ou traditionnelles de la croissance bleue, mais également la recherche et l’innovation qui peuvent stimuler la relance de la croissance et de l’emploi tout en assurant un avenir durable à cet espace naturel encore peu connu mais d’une très grande fragilité biologique.

AGROTEC Suivi par la Direction de l’enseignement supérieur, recherche et transfert de technologie, AGROTEC, le Centre de Ressources Technologiques pour le secteur agroalimentaire spécialisé sur les fruits et légumes, a initié en 2016, en s’appuyant sur l’expertise de l’Institut de Mécanique et d’Ingénierie de Bordeaux, un nouveau projet d’optimisation qui vise à paramétrer la nouvelle installation et à développer ses compétences sur la maîtrise des procédés thermiques de transformation et de conservation des aliments. Les objectifs sont de réduire les dépenses d’énergie des opérations de transformation, d’adapter les procédés pour mieux protéger les principes actifs des produits traités et pouvoir valoriser à moindre coût les éléments nutritionnels (antioxydants notamment) issus de coproduits industriels non valorisés à ce jour.

Économie bleue Degré d’intensité DD

100 %

Prise en compte

OUI

OUI

OUI

OUI

OUI

Impact

+

+

+

+

+

L’économie bleue prend en compte les 5 Finalités du développement durable. Elle est source de production d’énergie renouvelable marine et valorise les bioressources marines, ce qui répond aux Finalités 1 et 2. De plus, par la revitalisation de ses activités elle répond aux Finalités 3, 4 et 5.

Cette politique est mise en œuvre par l’Unité croissance bleue au sein de la Direction pilotage stratégique et qualité.

75

AGROTEC Degré d’intensité DD

40 %

Prise en compte

OUI

NON

NON

NON

OUI

Impact

+

/

/

/

+

F1: objectif de réduire les dépenses d’énergie des opérations de transformation F5: accompagne développement selon des modes de productions responsables

FINALITÉ 5 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

Soutenir le développement de politiques d’achat dans une logique d’éco-socioresponsabilité

Soutenir le développement d’une économie bleue régionale


DYNAMIQUE DE DÉVELOPPEMENT SUIVANT DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION RESPONSABLES

LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE

Lutter contre le gaspillage, c’est engager une gestion structurée des déchets. La réflexion doit donc être conduite en amont sur ce que l’on va, au final, jeter. Cela permet d’anticiper sur des économies d’énergies à venir pour l’élimination de ces déchets. En effet, la gestion des déchets coûte de plus en plus cher. Cette action amène également à une prise de conscience des cycles de la nature et de la saisonnalité, à favoriser une alimentation fondée sur le qualitatif plutôt que le quantitatif, à limiter les pollutions induites et à privilégier les modes de production agricole respectueux de l’environnement. Enfin, cette démarche induit une consommation raisonnée (en quantité) en motivant la responsabilité du consommateur. C’est un moyen très concret d’alerter sur la nécessité de ne prélever et de ne consommer que ce dont on a réellement besoin. Depuis plusieurs années, les trois ex-Régions ont conduit des actions de sensibilisation à la lutte contre le gaspillage alimentaire à destination de la communauté éducative en participant à des manifestations nationales, en mettant à disposition des lycées des outils de communication et en collaborant avec des partenaires extérieurs : Centres Permanents d’Initiatives à l’Environnement (CPIE), Associations d’éducation à l’environnement, Ademe, Collectivités et syndicats de collecte… Les lycées doivent s’emparer des enjeux de l’alimentation pour les faire sortir des restaurants et les intégrer aux projets pédagogiques d’établissement. En 2016, des comités de pilotage et des comités techniques sont mis en place pour déployer à la rentrée 2017 des actions d’envergure pour la lutte contre le gaspillage alimentaire. 15 territoires rassemblant 92 établissements, participeront à la première vague de ce déploiement. Cette politique est mise en œuvre par la Direction de l’éducation.

76

FINALITÉ 5 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

ACTION PHARE


DYNAMIQUE DE DÉVELOPPEMENT SUIVANT DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION RESPONSABLES

Le développement durable passe par de nouveaux modes de productions et de consommations responsables. Aussi la Région améliore sa politique d’achats publics dans une logique d’éco-socio-responsabilité.

Soutenir le développement de politiques d’achat dans une logique d’éco-socioresponsabilité

Inscrire la politique d’achat dans une logique d’éco-responsabilité

INTÉGRATION DE CLAUSES ENVIRONNEMENTALES ET IDENTIFICATION DES DOSSIERS À FORT POTENTIEL ENVIRONNEMENTAL

CLAUSES D’INSERTION DANS LES MARCHÉS PUBLICS

Concernant la flotte de véhicules de la collectivité, les véhicules proposés doivent répondre à des caractéristiques techniques, avec une note du critère valeur technique tenant compte du niveau de respect de l’environnement.

Afin de renforcer la cohésion sociale, la Région a poursuivi l’intégration des clauses sociales et l’identification des marchés publics de travaux à fort potentiel permettant de développer les clauses d’insertion sociale.

La Région s’est également engagée à fournir des encres d’impression supports grands formats plus respectueuses de l’environnement, à base d’huiles végétales et sans pigments minéraux contenant des métaux lourds.

Pour contribuer à améliorer la qualification et l’accès à l’emploi des publics concernés, en vue d’une insertion professionnelle durable, les entreprises attributaires dans le cadre de ces marchés de travaux s’engagent à intégrer 7% à 10% du volume d’heures de main d’œuvre pour ces publics.

En ce qui concerne les fournitures de bureau, le prestataire doit veiller à utiliser des emballages recyclés ou recyclables, et éviter autant que possible le suremballage des articles à l’intérieur des colis. Enfin, pour l’entretien décoration florale, la valeur environnementale est prise en compte via des précisions sur la nature et l’origine des substrats, les produits pesticides, les procédés et méthodes retenus visant à diminuer l’impact environnemental de la prestation. En 2016, 7 460 marchés ont pris en compte le développement durable sur 10 362 marchés passés par la Région, ce qui représente 72 % des marchés.

Clauses d’insertion dans les marchés publics Degré d’intensité DD

60 %

Prise en compte

NON

NON

OUI

OUI

OUI

Impact

/

/

+

+

+

Ces clauses d’insertion ne concernent pas les Finalités 1 et 2 car il n’y a pas de critères environnementaux. Cette action vise essentiellement les principes de solidarité, cohésion sociale et épanouissement des individus (F3 et F4). Il s’agit enfin d’une politique d’économie solidaire, donc de responsabilité (F5)

Cette politique est mise en œuvre par la Direction de la commande publique.

Maîtriser les impacts environnementaux directs

Démarche de dématérialisation Degré d’intensité DD

60 %

DÉMARCHE DE DÉMATÉRIALISATION En 2016, des solutions de dématérialisation sur de nouveaux processus sont étendues à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine. Les différentes approches et solutions des 3 ex-Régions sont confrontées pour définir un fil directeur aux projets de dématérialisation et une homogénéisation des plateformes. Une généralisation des équipements de type «double écran» est mise en place afin de faciliter la consultation des dossiers dans les phases d’instruction sans avoir besoin de les éditer en format papier. Concernant les tablettes électroniques, l’ensemble des élus a été équipé en début d’année 2016 pour permettre la consultation des projets de délibération sous forme électronique. 77

Prise en compte

OUI

OUI

NON

NON

OUI

Impact

+

+

/

/

+

La dématérialisation favorise l’usage du numérique et réduits l’usage du papier (F1, F2). Elle permet également le développement de nouvelles manières d’agir responsables (F5).

FINALITÉ 5 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

FONCTIONNEMENT DE LA COLLECTIVITE Actions mises en place en interne


DYNAMIQUE DE DÉVELOPPEMENT SUIVANT DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION RESPONSABLES

Politiques sur le territoire Les décisions prises et les actions lancées en 2016 par la Région se poursuivront en 2017, notamment : en matière de tourisme soutenable • les politiques de la Direction du tourisme seront harmonisées pour l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine ; • les territoires devront faire émerger leurs besoins et identifier une nouvelle stratégie d’accompagnement de l’emploi saisonnier pour déployer un nouveau Plan régional des saisonniers ; • l’année 2017 verra l’aboutissement du schéma de développement portuaire permettant de prioriser les interventions de développement et de service sur les sites à fort potentiel de valorisation touristique ; • l’AFNOR poursuit son action en faveur du label environnemental NF Environnement - sites de visite et incite les territoires, notamment les parcs naturels régionaux et les territoires d’enjeux «Opérations Grands Sites : Vallée de la Vézère », à travailler sur ces éléments. en matière de croissance bleue La Région Nouvelle-Aquitaine souhaite développer une véritable stratégie régionale en faveur du développement durable et de la maîtrise des ressources liées à l’océan. Pour ce faire, elle s’est fixées les priorités d’actions suivantes : • • •

identifier et coordonner des acteurs (institutionnels, académiques, économiques et territoriaux) sur le principe d’un CLUSTER CROISSANCE BLEUE ; analyser le potentiel de développement des filières de la croissance bleue en Nouvelle-Aquitaine ; intégrer les enjeux environnementaux et sociétaux à la démarche croissance bleue.

en matière d’éducation soutenable Pour continuer à lutter contre le gaspillage alimentaire, la valorisation des bonnes pratiques recensées sur l’ensemble du territoire (diminution des déchets de pain, adaptation des portions servies, pesée des déchets…) se poursuivra en 2017 avec pour objectif une diminution de 20 % des déchets dans les établissements volontaires. Le tri des biodéchets (compostage) est complémentaire à la lutte contre le gaspillage. Cette action, transversale puisqu’elle implique plusieurs directions (Direction de la construction et de l’immobilier, Direction de l’environnement, Direction de l’éducation…), devra être étendue à l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine. en matière d’industrie soutenable En 2016, la Région a décidé de poursuivre l’opération Usine du Futur sur l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine. Ce sont ainsi plus de 300 entreprises PME/ETI qui dès 2017, seront accompagnées dans leur plan de développement. Les sociétés s’engageant dans cette démarche durable d’amélioration de leur performance industrielle agiront sur 3 leviers : • • •

Part de l’aide croissance verte sur le budget total de la Direction de la performance industrielle (site de Bx) 40

la performance de l’organisation industrielle (flux, qualité, flexibilité, productivité et respect des délais, amélioration des conditions de travail, ergonomie, sécurité, engagement du personnel et du management, niveau actuel de compétences et besoins à venir), les technologies de production à l’ère numérique (technologies-clés de production, solutions numériques, relations partenaires/clients/fournisseurs, expérience-client, marketing digital, modernisation des équipements…), l’usine durable (optimisation des ressources, efficacité énergétique et environnementale, approvisionnement durable et de proximité, gestion et valorisation des déchets, limitation des rejets, innovations process/produit…).

29 %

20 0 %

2014

17 %

22 %

2015

2016

Dans le budget Développement économique et emploi (plus précisément budgets artisanat / TPE, création / transmission, recherche / transfert de technologie, industrie), l’indicateur des aides participant à l’objectif régional de croissance verte sera étendu à l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine.

78

Part du budget total de la Direction de la performance industrielle pour maintenir la priorité (R&D) et accompagner les entreprises sur l’innovation (site de Bx) 38 36 34 %

37,7 %

37,7 %

2015

2016

36,1 % 2014

L’indicateur de la part du budget de la Direction de la performance industrielle pour maintenir la priorité Recherche et Développement (R&D) et accompagner les entreprises sur l’innovation sera également étendu à l’ensemble de la NouvelleAquitaine.

FINALITÉ 5 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

AXES D’AMÉLIORATION


DYNAMIQUE DE DÉVELOPPEMENT SUIVANT DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION RESPONSABLES

Fonctionnement de la collectivité

Politiques sur le territoire en matière d’économie sociale et solidaire La Région accompagne la création d’emplois dans l’ESS à plusieurs titres. L’indicateur ci-contre, composé du nombre de créations d’emplois relevant de l’ESS soutenus par la Région, sera étendu à la Région Nouvelle-Aquitaine.

Nombre d’emplois créés annuellement par l’ESS et soutenus par la Région (site de Bx) 1000

29 %

500 0

2014

17 %

22 %

2015

2016

Il y aura en 2017-2018 une augmentation du périmètre concernant la plateforme de dématérialisation d’ex-Aquitaine, à la fois sur l’ensemble des sites de la Nouvelle-Aquitaine, mais également sur les dispositifs. Une plate-forme de dématérialisation est une plate-forme sécurisée utilisée pour la gestion dématérialisée, c’est-à-dire via l’outil numérique, des appels d’offres de marchés publics et privés et des subventions. L’expérimentation de l’usage de la tablette comme périphérique de consultation des documents dématérialisés sera poursuivie.

en matière d’achats responsables Le Schéma de promotion des achats responsables s’inscrit dans un dispositif législatif et réglementaire (Loi ESS du 31 juillet 2014, Loi transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015, etc.) imposant aux collectivités ayant un montant total annuel d’achats supérieur à cent millions d’euros hors taxe l’adoption d’un « schéma de promotion des achats publics socialement et écologiquement responsables ». Ce schéma, inédit jusqu’alors en Nouvelle-Aquitaine déterminera les objectifs de passation de marchés publics comportant des éléments à caractère social et environnemental, ainsi que les modalités de mise en œuvre et de suivi annuel de ces objectifs. Les travaux concernant ce schéma ont été initiés en 2016, avec la collecte d’informations sur les bonnes pratiques de chaque site et des groupes de travail transversaux. Grâce à lui, la Région Nouvelle-Aquitaine devrait conduire une politique harmonisée et élargie sur cette thématique, complémentaire à la mise en œuvre du Schéma Régional de Développement Economique, d’Innovation et d’Internationalisation (SRDEII) prévu par la loi NOTRE du 7 août 2015 et adopté par l’Assemblée régionale le 19 décembre 2016. Ainsi, en tant qu’acheteur public, la Région pourra répondre en partie aux besoins économiques des territoires en jouant un rôle de « porteur d’affaires » et, en même temps, enrichir les territoires par l’incitation faite aux entreprises d’évoluer positivement. Les travaux concernant ledit schéma ont été initiés en 2016, avec la collecte d’informations sur les bonnes pratiques de chaque site et des groupes de travail transversaux.

79

FINALITÉ 5 DE DÉVELOPEMENT DURABLE

AXES D’AMÉLIORATION


6 CHAPITRE

ELÉMENTS DÉTERMINANTS DE MÉTHODE


L’Objectif 12 de développement durable vise à renforcer et à revitaliser le partenariat mondial pour le développement durable. Il s’avère essentiel pour la réalisation de l’ensemble des 16 autres Objectifs de Développement Durable, puisqu’il doit créer les synergies nécessaires entre les différents acteurs pour l’Agenda 2030.

Concernant l’ODD 16, l’UNESCO souligne que « les sociétés du savoir inclusives (…) ont le potentiel d’entraîner des impacts positifs durables sur l’éducation, la prospérité économique, l’inclusion sociale et la protection de l’environnement, nous faisant progresser ensemble vers une nouvelle ère de paix et de développement durable ».

de retour d’expériences, mais aussi d’un point de vue conceptuel comme le souligne le philosophe Loïc Blondiaux : « (…) (le) décalage entre l’importance des enjeux soulevés par la question de la participation, le consensus dont fait l’objet cette idée aujourd’hui et la pauvreté des concepts, des cadres théoriques et des moyens dont les acteurs disposent pour penser cette réalité nouvelle ».

En France, lancée le 11 octobre 2016 conformément à l’ordonnance du 3 août 2016 relative à la démocratisation du dialogue environnemental, la Charte de la participation de public du Ministère de l’environnement précise par son préambule et ses articles 1 à 4 l’importance d’un processus participatif vertueux. La Charte peut être utilisée par les organismes et personnes se reconnaissant et s’engageant à mettre en œuvre ou à promouvoir les valeurs et principes qu’elle énonce : par exemple, la nécessité d’un cadre clair et partagé, ou encore l’encouragement au pouvoir d’initiative du citoyen, notamment en termes de méthodes et d’outils participatifs de qualité.

Le sommet mondial du partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO) est une initiative internationale pour la promotion de la transparence des pouvoirs publics, de la lutte contre la corruption, et de la participation citoyenne au gouvernement par le recours aux technologies numériques. Le 9 décembre, dernière journée du sommet 2016, les résultats de la procédure de 68 % des personnes interrogées se disent sélection de l’appel à candidatures pour favorables à la création d’un fonds pour expérimenter les dispositions de l’open data financer les initiatives citoyennes. par défaut présentes dans la loi Lemaire (HARRIS INTERACTIVE, RESPUBLICA) ont été annoncés. L’expérimentation est appelée à se déployer sur l’ensemble de l’année 2017 sur les neuf territoires expérimentateurs (dont les trois Régions Bretagne, Occitanie et PACA font partie) et bénéficiera d’un appui financier de l’Etat. Il s’agit surtout, pour le gouvernement, de mettre en avant des modèles de coordination et de mutualisation à l’échelle d’un territoire régional ou départemental et d’explorer les voies par lesquelles l’ouverture des données pourrait s’avérer attractive et abordable au-delà des grandes métropoles.

La loi de programmation pour la Ville et la Cohésion urbaine du 21 février 2014 a inscrit la politique de la ville dans une démarche de co-construction avec les habitants, les associations et les acteurs économiques. Elle prévoit notamment la mise en place, dans le cadre des contrats de ville, de conseils citoyens, nouvelles instances favorisant le caractère participatif de cette politique publique transversale. Le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) a réalisé, en 2016, un bilan de la mise en œuvre de ces instances participatives. Enfin, la loi n° 2017-86 du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté intègre notamment l’extension du rôle des conseils citoyens, au travers de la reconnaissance d’un droit d’interpellation qui permettra de modifier le contrat de ville afin de mieux répondre aux besoins des habitants.

Le devoir de vigilance est une obligation faite aux entreprises donneuses d’ordre de prévenir les risques sociaux, environnementaux et de gouvernance liés à leurs opérations mais qui peut aussi s’étendre aux activités de leurs filiales et de leurs partenaires commerciaux (sous-traitants et fournisseurs). En France, ce devoir s’incarne dans la loi relative au devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre, adoptée le 21 février 2017. Elle a pour objectif de remettre le respect des droits humains au cœur des préoccupations des multinationales et concerne les grandes entreprises : les sociétés françaises qui emploient au moins 5 000 salariés en France et celles de plus de 10 000 salariés dans l’Hexagone ayant leur siège social ailleurs dans le monde. Celles-ci doivent établir et publier un plan de vigilance pour prévenir les risques en matière d’environnement, de droits humains mais aussi de corruption sur leurs propres activités mais aussi celles de leurs filiales, sous-traitants et fournisseurs, en France comme à l’étranger.

En complément de ces dispositifs réglementaires, l’usage d’outils numériques peut favoriser des méthodes de concertation plus agiles. De même, au travers d’expérimentations citoyennes de par le monde, des méthodes plus inclusives apparaissent et favorisent l’implication citoyenne, telles que les budgets participatifs ou encore l’expérimentation 860 conseils citoyens sont recensés : 637 sont constitués de modèles d’organisation visant à 223 en phase de préfiguration reproduire le fonctionnement de la nature. Cependant, ce champ reste (CGET) largement à explorer à la fois en termes

81

ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DE MÉTHODE

L’Objectif 9 de développement durable met l’accent sur la promotion de sociétés pacifiques et inclusives pour le développement durable, l’accès à la justice pour tous et le renforcement des institutions responsables et efficaces à tous les niveaux.


L’Objectif 12 de développement durable vise à renforcer et à revitaliser le partenariat mondial pour le développement durable. Il s’avère essentiel pour la réalisation de l’ensemble des 16 autres Objectifs de Développement Durable, puisqu’il doit créer les synergies nécessaires entre les différents acteurs pour l’Agenda 2030.

En France, la mise en œuvre de l’Agenda 2030 et de ses Objectifs de développement durable, a été officiellement lancée le 6 juin 2016, placée sous l’égide des ministères de la Transition écologique et solidaire et de l’Europe et des Affaires étrangères. La Déléguée interministérielle au développement durable anime et coordonne l’action des administrations de l’Etat en faveur du développement durable et coordonne à ce titre l’élaboration de la démarche française de mise en œuvre des ODD. Le programme de travail pour les ODD est structuré en trois axes :

La plateforme nationale RSE, présidée par Hélène Valade, a produit en 2016 un avis sur le Plan d’action d’application des Principes directeurs des Nations Unies pour les droits de l’homme et les entreprises. Cet avis porte sur les moyens de mise en œuvre dans les entreprises des principes directeurs des Nations Unies pour les droits de l’homme, adoptés par consensus par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies en juin 2011. De même le Global Compact France (émanation du Pacte Mondial) a produit un guide d’intégration des ODD à l’attention des entreprises, le SDG Compass, qui explique dans quelle mesure les ODD concernent l’entreprise et présente les outils et informations lui permettant de placer le développement durable au cœur de sa stratégie.

• • •

Les politiques visant à mettre en œuvre les ODD devraient traiter de manière holistique et synergique les besoins en matière de développement humain, lesquels peuvent être d’ordre social, économique, culturel ou environnemental. À cet égard, dans un contexte d’économies mondialisées, les chaînes de valeur mondiales ont une responsabilité importante dans l’atteinte de ces objectifs et le rôle des données dans la mise en œuvre des ODD est central. Raphaël Kaplinsky, Professeur à l‘unité de recherche sur les politiques scientifiques, Université du Sussex, souligne que « (…) l’accès aux connaissances sera un aspect essentiel des efforts de réalisation des ODD ».

Organiser la contribution de l’État à la mise en œuvre des ODD ; Informer et sensibiliser pour faciliter l’appropriation des ODD ; Accompagner et favoriser la mobilisation de l’ensemble des acteurs de la société pour les ODD.

L’INSEE coordonne les travaux statistiques sur les indicateurs pour un suivi mondial, national et régional.

La Région Nouvelle-Aquitaine est active en matière de participation et de concertation avec les acteurs régionaux pour parvenir à construire un socle commun de connaissances et d’objectifs partagés, nécessaires à une action concertée et partagée. À ce titre, elle a mis en place dans le domaine de la Transition énergétique et du climat (TEC), un conseil permanent (COPTEC) chargé du pilotage transversal de la mise en œuvre de cette politique. Un comité régional des acteurs de la TEC se réunit semestriellement afin de partager des retours d’expériences et de capitaliser en commun les connaissances sur le sujet et en vue de travailler de manière mutualisée au sein d’Ateliers de solutions.

Schéma extrait de SDG Compass

82

ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DE MÉTHODE

L’Objectif 9 de développement durable met l’accent sur la promotion de sociétés pacifiques et inclusives pour le développement durable, l’accès à la justice pour tous et le renforcement des institutions responsables et efficaces à tous les niveaux.


L’Objectif 12 de développement durable vise à renforcer et à revitaliser le partenariat mondial pour le développement durable. Il s’avère essentiel pour la réalisation de l’ensemble des 16 autres Objectifs de Développement Durable, puisqu’il doit créer les synergies nécessaires entre les différents acteurs pour l’Agenda 2030.

Par ailleurs, sur le modèle du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), la Nouvelle-Aquitaine lance début 2017 un groupe qui devra l’aider à estimer la valeur économique et socioculturelle de la nature pour orienter les politiques régionales dans le domaine de la biodiversité, de la protection des écosystèmes et du développement économique. En matière d’ODD, la collectivité suit activement les avancées pour leur intégration aux politiques publiques. A ce titre, elle a participé à la journée participative des ODD, organisée le 18 avril 2017 par le Commissariat général au développement durable (CGDD/ Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer), à l’espace FIAP, à Paris. Le CGDD a produit des éléments de synthèse, nécessaires à l’action et à la décision, en vue de la contribution française au Forum politique de haut-niveau de juillet 2017, organisé par l’ONU pour faire le point sur l’avancée de la réalisation de l’Agenda 2030. A l’occasion de ce Forum, la Région Nouvelle-Aquitaine a également participé sur l’ODD 7, par une contribution à cet état des lieux du Comité 21 dans le rapport publié le 26 juin par ce dernier : « Quelle appropriation des ODD par les acteurs non-étatiques français ? ».

83

ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DE MÉTHODE

L’Objectif 9 de développement durable met l’accent sur la promotion de sociétés pacifiques et inclusives pour le développement durable, l’accès à la justice pour tous et le renforcement des institutions responsables et efficaces à tous les niveaux.


En matière de participation de la population et des acteurs, la Région Nouvelle-Aquitaine soutient des instances de participation variées pour organiser la concertation avec les acteurs du territoire. Dans son fonctionnement, elle multiplie les temps de concertation et de coconstruction pour et avec ses agents, favorisant la transversalité.

En termes de fonctionnement de la collectivité, elle vise à : • optimiser la gestion des ressources humaines pour faciliter les échanges entre agents ; • offrir aux agents des outils et moyens utiles à l’échange d’informations ; • assurer une organisation des services qui permettent aux agents le traitement de sujets transverses .

En matière d’organisation du pilotage, la Région vise les objectifs suivants :

Enfin, au titre de l’évaluation et de la stratégie d’amélioration continue, la Région veille à :

• promouvoir une approche tranversale et partenariale de l’ensemble des projets qu’elle soutient et met en œuvre ; • piloter le déploiement du développement durable sur le territoire.

• favoriser la généralisation d’une culture de l’évaluation en interne et avec les partenaires extérieurs ; • inscrire l’action régionale dans une démarche d’amélioration continue globale.

"…La seule voie qui offre quelque espoir d’un avenir meilleur pour toute l’humanité est celle de la coopération et du partenariat..."

Kofi Annan © The City College of New York - The City University of New York

84

ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DE MÉTHODE

OBJECTIFS


PARTICIPATION DE LA POPULATION ET DES ACTEURS

Des instances de participation variées pour organiser la concertation avec les acteurs du territoire UNE CONCERTATION DYNAMIQUE AVEC LA SOCIÉTÉ CIVILE CESER

ACCLIMATERRA

Le Région favorise une concertation dynamique avec la société civile, par exemple à travers son partenariat conforté avec le Conseil économique, social et environnemental régional (CESER), présidé par Jean-Pierre Limousin, ancien président du CESER du Limousin et président de la CCI de la Haute-Vienne, élu le 28 janvier 2016. Le CESER exerce annuellement une participation active aux débats liés à la mise en œuvre des politiques régionales au sein des Groupes inter-assemblées.

En 2016, AcclimaTerra a organisé et participé à des événements de sensibilisation et de diffusion scientifique sur le changement climatique et ses impacts. Le comité scientifique a également commencé à construire le rapport sur le changement climatique en Nouvelle-Aquitaine, qu’il publiera, avec la Région, fin 2017. La Région, en partenariat avec l’ADEME Nouvelle-Aquitaine, a lancé en octobre 2016 l’appel à projets « Vulnérabilité et adaptation du territoire face au changement climatique ». 10 territoires lauréats sont volontaires pour l’élaboration de leur stratégie locale d’adaptation aux changements climatiques. Pour ce faire, ils seront accompagnés jusqu’en 2018 par un bureau d’étude spécialisé, du diagnostic au plan d’action et à la mise en place de leur système de suivi-évaluation.

De plus, en 2016, il a publié des avis et rapports sur la situation en matière de Développement Durable, d’Aménagement numérique des territoires, de Transports, de Transition énergétique, d’Autonomie des jeunes, d’Apprentissage, d’Appel à Manifestation d’Intérêt–Innovation sociale, d’Économie circulaire…

Les lauréats sont : CA d’Agen (47), CA Limoges Métropole (87), CA de la Rochelle (17), CC de l’Ile d’Oléron (17), CA de Pau Pyrénées (64), Parc Naturel Régional de Millevaches (19), Syndicat de Cohérence Territoriale du Bergeracois (SyCoTeB) (24), CA du Pays Châtelleraudais (86), CC du Thouarsais (79), CA du Grand Poitiers avec le Syndicat Mixte du Pays des 6 Vallées (86).

COMITÉS DE LIGNE La Région veille à améliorer le service offert aux usagers du TER par une large politique de concertation entre tous les acteurs du ferroviaire et les usagers du train. Une fois par an, les élus et les services de la Région rencontrent les usagers, élus et autres acteurs locaux dans le cadre de comités de ligne répartis sur tout le territoire en présence de l’exploitant, SNCF Mobilités, et du gestionnaire d’infrastructure, SNCF Réseau. Sont notamment débattus la qualité de service mais également les projets horaires à venir. Les délais de validation des horaires des TER à partir du 2 juillet 2017, date de la mise en service de la ligne à Grande Vitesse SEA, ont conduit à tenir l’ensemble des instances de concertation avant l’été 2016. Les 23 comités de lignes existants dans les anciennes régions ont évolué vers 20 nouvelles entités adaptées au contexte territorial avec des approches par ligne ou par bassin de vie.

85

ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DE MÉTHODE

POLITIQUES MENÉES SUR LE TERRITOIRE


PARTICIPATION DE LA POPULATION ET DES ACTEURS DIALOGUE AVEC LES ACTEURS SOCIO-ÉCONOMIQUES

ANIMATION PARTENARIALE POUR LA CONCEPTION DES PROGRAMMES DES FONDS EUROPÉENS RÉGIONALISÉS

PLAN D’ACTIONS EN FAVEUR DU DÉVELOPPEMENT DES ETI

Avec la réforme territoriale, la Région Nouvelle-Aquitaine est devenue Autorité de gestion de 6 programmes, 2 (Programme Opérationnel FEDER-FSE et Programme de Développement rural FEADER) par anciens territoires, et délégataire de gestion pour les crédits FEAMP (affaires maritimes et pêche). La logique d’association partenariale qui prévalait dans chaque ancienne région a perduré.

La Région souhaite soutenir le développement des ETI (Entreprises de tailles intermédiaires) et PME/PMI. Depuis 2011 en ex-Aquitaine, un travail de concertation est entamé, suivi d’une mise en œuvre en 2012 d’actions de sensibilisation et d’accompagnement des ETI. Depuis fin 2015, l’ensemble du territoire Nouvelle-Aquitaine est concerné. Un plan d’action triennal (2016-2019) a été adopté à la plénière du 24 octobre 2016 en faveur des ETI avec pour objectif de passer de 64 à 80 ETI industrielles en 2017.

Les partenaires sont associés à plusieurs niveaux : •

le comité de suivi des fonds européens Nouvelle-Aquitaine : instance qui existait dans chaque ex-Région. Ce comité rassemble l’ensemble des acteurs institutionnels, socio-économiques et de la société civile, dans le respect du code de conduite européen en matière de partenariat. Ce comité a un rôle stratégique sur le pilotage et la mise en œuvre des fonds européens. A la nouvelle échelle, ce sont plus de 500 structures qui sont représentées. le comité d’animation inter-fonds : nouvelle instance pour les anciennes Régions Aquitaine et Limousin, il se réunit au niveau des anciennes Régions du fait que les programmes sont restés territorialisés. Sa vocation est de réunir tous les trimestres les principaux partenaires co-financeurs et organismes intermédiaires pour évoquer la vie des programmes, parler des projets soutenus et valoriser les résultats, pour traiter des problématiques rencontrées dans la mise en œuvre comme dans la gestion, et tout sujet proposé par les partenaires. l’instance de consultation partenariale : elle réunit, de façon dématérialisée, les membres du comité d’animation inter-fonds, afin de recueillir leurs avis sur les projets à soutenir par les fonds européens. Une consultation mensuelle est prévue pour le FEADER et bimensuelle pour le FEDER-FSE.

La mise à l’échelle Nouvelle-Aquitaine des différentes instances a permis d’associer plus encore les partenaires. En 2016 : • • •

1re tenue du Comité de suivi des programmes européens Nouvelle-Aquitaine le 13 mai : il a réuni plus de 350 personnes à l’université de Poitiers et était présidé par le Président du Conseil régional. La commission européenne était également présente. 1res tenues des comités d’animations inter-fonds : 2 dans chaque ex-territoire. Consultations régulières (bimensuelles ou mensuelles) des Instances de consultation partenariale permettant d’aboutir à plus de 23 % de programmation des fonds gérés par la Région soit 570 M€ pour près de 40 000 dossiers. Les opérations cofinancées par les aides européennes démontrent le soutien fort de ces programmes aux priorités de l’Union européenne en faveur de la croissance intelligente, durable et inclusive, y compris à l’économie numérique.

86

ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DE MÉTHODE

ANIMATION PARTENARIALE DES PROGRAMMES EUROPÉENS


PARTICIPATION DE LA POPULATION ET DES ACTEURS

LE CONSEIL PERMANENT DE LA TRANSITION ENERGÉTIQUE ET DU CLIMAT (COPTEC) : UN OUTIL DE COCONSTRUCTION AVEC LE COMITÉ RÉGIONAL DES ACTEURS DE LA TRANSITION ENERGÉTIQUE ET DU CLIMAT

Pour coordonner et dynamiser sa politique prioritaire de transition énergétique et d’adaptation au changement climatique au sein de son administration et enrichir celle-ci des initiatives et suggestions des acteurs publics et privés, la Région a créé, le 27 mai 2016, le COnseil Permanent pour la Transition Energétique et du Climat (COPTEC). Par ce biais, la Région Nouvelle-Aquitaine souhaite partager ses objectifs 2021 sur la maîtrise de l’énergie, l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables, accompagner les actions initiées par les territoires comme les projets citoyens et participatifs pour les économies d’énergie et les énergies renouvelables. Pour ce faire, le COPTEC anime le Comité Régional des Acteurs de la Transition Energétique et du Climat composé d’une grande diversité d’acteurs : collectivités, entreprises, acteurs socio-économiques divers, société civile-citoyens, associations, communauté scientifique, établissements publics. Il réunit 480 organisations privées et publiques. La première rencontre s’est tenue le 16 décembre 2016. L’ensemble de ses travaux est systématiquement mis ligne sur le site Web de la Région : https://www.nouvelle-aquitaine.fr/grands-projets/conseil-permanent-transitionenergetique-climat-coptec.html

87

ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DE MÉTHODE

ACTION PHARE


PARTICIPATION DE LA POPULATION ET DES ACTEURS

Encourager les agents

LA CONCERTATION ET LA SENSIBILISATION AUTOUR DE LA POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE RÉSEAU DE RÉFÉRENTS DÉVELOPPEMENT DURABLE La rédaction du rapport annuel d’évaluation de la Région au regard du développement durable nécessite la mise en place d’un réseau de Référents développement durable. Positionnés dans chaque direction (et/ou pôle), ils jouent un rôle d’interface avec la Mission Evaluation & Prospective Développement durable (COPTEC) afin de : • •

mobiliser les données nécessaires à l’évaluation annuelle sur la situation en matière de développement durable ; permettre l’acculturation au développement durable au sein de chaque direction.

En 2016, la formalisation de ce rôle prend effet sur toute la Région Nouvelle-Aquitaine, avec l’intégration des missions de Référent DD dans les fiches de poste de chaque Référent DD, à hauteur de 0.25 ETP. La nécessité d’assurer une reconnaissance effective de ce rôle et de son degré de complexité est mise en avant. Il n’est pas seulement question de la fiche de poste, mais également de la mise en visibilité de ce rôle, notamment vis-à-vis des autres agents. La mise en place du réseau est cependant complexe, principalement du fait de la fusion récente. Les postes ne sont pas tous, encore, assignés et les charges de travail, dans cette année de transition, sont très importantes. De ce fait, l’attribution du rôle de Référent DD n’est pas toujours acquise comme prioritaire. Pour les Référents désignés, la pleine réalisation des missions est également compliquée dans ce contexte. Le retour d’un questionnaire envoyé à l’ensemble des Référents permet de fournir un état du réseau. BILAN SUR FICHE DE POSTE DES RÉFÉRENTS NOMBRE D'AGENTS

INTÉGRÉ À LA FICHE DE POSTE 0,1 ETP

0,25 ETP

EN COURS D'INTÉGRATION À LA FICHE DE POSTE SANS NOTION DE TEMPS

0,1 ETP

SANS NOTION DE TEMPS

0,25 ETP

10

2

TOTAL D'AGENTS

NON INTÉGRÉ À LA FICHE DE POSTE

SANS FICHE DE POSTE

SANS RÉPONSE

ABSENT

TROP RÉCENT POUR RÉPONDRE

3

5

6

1

4

30 RÉFÉRENTS

Aucun des agents n’a un temps officiel dédié : l’estimation du temps accordée au rôle varie entre moins de 0,05 ETP à 0,25 ETP. Seule une personne pense y consacrer 0,25 ETP, estimant ce temps nécessaire pour mener à bien ses missions. La majorité des Référents n’ont pas l’impression de pouvoir mener à bien toutes leurs tâches et ce principalement faute de temps, ce qui limite la réalisation optimale de cette mission transversale.

88

ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DE MÉTHODE

FONCTIONNEMENT DE LA COLLECTIVITE Actions mises en place en interne


PARTICIPATION DE LA POPULATION ET DES ACTEURS

Politiques sur le territoire La Région entend améliorer la participation des acteurs territoriaux à l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi des politiques territoriales. Au regard des contraintes des établissements locaux d’enseignement, l’organisation de réunions de sensibilisation et d’information sur les Agendas 21 des lycées est actuellement dans une phase transitoire et susceptible d’évoluer à l’avenir, peut-être sous des formes différentes. Même si les lycées ont des difficultés à mettre en œuvre ces démarches qui n’entrent pas forcément dans le cadre strict de l’Agenda 21, il est important de les accompagner et de les conforter dans leur engagement. L’importance est moins que l’EPLE respecte l’orthodoxie de l’Agenda 21 mais qu’il souhaite pérenniser des actions concrètes liées au développement durable impliquant les jeunes et la communauté éducative. C’est pourquoi, en 2017, la Région accompagnera le lycée Elie Vinet (Barbezieux - 16) qui souhaite s’engager à son tour dans la démarche. Au titre des programmes européens régionalisés 2014-2020, l’animation partenariale pour l’harmonisation de la mise en œuvre et de la gestion des fonds européens, lancée en 2016, se poursuivra en 2017. Dans le cadre de la politique d’adaptation au changement climatique, un comité scientifique pérenne sera mis en place afin de travailler sur : • • • •

une veille scientifique permettant de mettre à jour les thématiques abordées dans le rapport ACCLIMATERRA et de les compléter ; l’extension du périmètre du rapport à la Grande Région (Nouvelle-Aquitaine) ; la définition d’indicateurs de suivi du changement climatique à l’échelle régionale ; la communication et la diffusion des données sur l’adaptation au changement climatique auprès des acteurs et des habitants du territoire.

L’objectif est que l’action de ce Comité Scientifique contribue au transfert de connaissances et à leur appropriation par les collectivités locales, les entreprises et les associations et favorise le développement de projets collaboratifs pour anticiper les impacts des dérèglements climatiques.

89

ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DE MÉTHODE

AXES D’AMÉLIORATION


ORGANISATION DU PILOTAGE ET TRANSVERSALITÉ

Promouvoir un pilotage partenarial de l’ensemble des projets que la Région soutient et met en œuvre La Région s’implique dans le pilotage de projets partenariaux, soit comme cheffe de file, co-pilote, partenaire ou contributrice.

S’IMPLIQUER DANS LE PILOTAGE DES PROJETS DE TERRITOIRE RÉGIONAUX

PILOTER LE DÉPLOIEMENT DU DÉVELOPPEMENT DURABLE SUR LE TERRITOIRE

PARTICIPATION AU COMITÉ DÉPARTEMENTAL DES AGENDAS 21 DE LA GIRONDE ET AU COMITÉ RÉGIONAL DES AGENDAS 21

PROJET RESONANCE

En 2016, la Région Nouvelle-Aquitaine a participé aux actions du réseau des agendas21 de la Gironde, dans le cadre du laboratoire d’initiatives collectives, de la Fabrique du Changement de mai 2016, du Club DD des élus girondins et des ateliers sur la coresponsabilité, en particulier. Le comité de pilotage du réseau des agendas21 de la Gironde s’est réuni les 14 octobre et 6 décembre 2016, afin de définir la feuille de route de l’Agenda21 de la Gironde pour 2017 en coresponsabilité (engagements individuels et collectifs, redevabilité) : chantiers, objectifs du chantier, modes de travail, calendrier.

La Région soutient la préfiguration du projet Resonance (Responsabilité Sociétale pour une Nouvelle-Aquitaine Novatrice, Compétitive & Exemplaire), lancée à l’occasion du Colloque du 23 novembre 2016 qui a rassemblé 180 entreprises et organisations. L’objectif de ce réseau d’acteurs est de : • •

Les objectifs ainsi définis par la feuille de route concernent : •

• •

la mise en place du dispositif de Labo’Mobile, coordonné par le Département de la Gironde, qui s’appuie sur un réseau d’acteurs de Gironde et d’ailleurs, porteurs de compétences variées (facilitation graphique, exploration des controverses, improvisation théâtrale…), et proposé aux territoires girondins pour expérimenter des objectifs de transformation à la hauteur des enjeux territoriaux (territoire zéro déchet, territoire en autonomie alimentaire, territoire hautement citoyen, territoire zéro chômeur de longue durée, territoire zéro pesticide…). Il vise à faire émerger un projet d’innovation sociale, écologique et territoriale qui nécessite de « faire autrement ». Il s’agit donc d’accompagner l’émergence et la structuration de nouvelles initiatives ou bien d’aider au changement d’échelle d’une initiative ; le lancement au 1er semestre 2017, d’un cycle de 3 ateliers d’échanges d’expériences et de transfert de compétences, à destination des porteurs de jardins alimentaires, afin de favoriser l’émergence du réseau des jardins alimentaires ruraux et péri-urbains, en vue d’encourager les dynamiques d’autoproduction alimentaire, de sensibiliser aux enjeux de la capacité alimentaire, de fédérer et créer du lien social autour de la question de l’alimentation durable ; le projet de réalisation du film « Demain en Gironde », afin de rendre visibles et valoriser les initiatives d’innovation sociales, écologiques et territoriales et de démontrer que des alternatives sont possibles en vue de favoriser le passage à l’échelle supra de micro-initiatives ; dans le cadre de la mise en œuvre de l’Objectif de Développement Durable n°17 des Nations-Unies, la promotion de l’appropriation de la Charte nationale de la participation du public, pour permettre le suivi évaluatif des participations citoyennes. Tous les territoires et tous les porteurs de projets sont concernés et peuvent y contribuer en identifiant des projets et en s’impliquant.

développer les démarches RSE/O par des animations collectives et sectorielles ; mutualiser et partager les bonnes pratiques et innovations entre les différents secteurs et parties prenantes, notamment au moyen de la création d’un site internet dédié ; valoriser les bénéfices des démarches RSE/O pour la performance des organisations et le développement des territoires de la Nouvelle-Aquitaine.

Par la diversité de ses acteurs et leur souci d’une large gouvernance, ce projet favorise le déploiement du développement durable à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine.

Par ailleurs, la DREAL Nouvelle-Aquitaine doit lancer en janvier 2017 un Appel à projets sur les stratégies territoriales de développement durable, autour des 3 axes : Construction de la stratégie, Evaluation, Participation.

90

ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DE MÉTHODE

POLITIQUES MENÉES SUR LE TERRITOIRE


ORGANISATION DU PILOTAGE ET TRANSVERSALITÉ

LE CONSEIL PERMANENT DE LA TRANSITION ENERGÉTIQUE ET DU CLIMAT (COPTEC) : UN OUTIL D’ANIMATION DE L’ACTION RÉGIONALE AVEC LE « LE CARNET DES SUGGESTIONS COPTEC »

Pour la Région, les thématiques de l’énergie et du changement climatique sont un enjeu pour l’avenir mais aussi une opportunité très actuelle pour l’innovation sociale, sociétale et technologique. Il s’agit de favoriser l’élaboration collective plutôt que les seules démarches individuelles, d’encourager le partenariat multisectoriel et la co-construction active de solutions en sortant du cloisonnement « classique » des familles d’acteurs. Le but : permettre une mise en œuvre rapide de solutions pragmatiques, s’enrichir des échecs pour renforcer l’efficacité des futures réalisations, multiplier les actions communes et consolider les «écosystèmes» existants et naissants pour faire fructifier l’innovation. Aussi, courant 2016, émerge l’idée d’établir un carnet des suggestions en interne, offrant à toutes les Directions la possibilité de participer activement à la transition énergétique et à l’adaptation aux dérèglements climatiques. Le but est double : enrichir les politiques régionales d’une vision de long terme, par le caractère universel de l’énergie et du climat et atteindre les objectifs 2021 fixés par la Région sur ces deux priorités.

91

ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DE MÉTHODE

ACTION PHARE


ORGANISATION DU PILOTAGE ET TRANSVERSALITÉ

Optimiser la gestion des ressources humaines pour faciliter les échanges entre agents et l’acquisition de nouvelles compétences

Offrir aux agents des outils et moyens utiles à l’échange d’informations

OFFRIR AUX AGENTS DES OUTILS ET MOYENS UTILES À L’ÉCHANGE D’INFORMATIONS

UNE POLITIQUE EN FAVEUR DE LA MOBILITÉ INTERNE

La collectivité régionale poursuit la mise en place de différentes solutions permettant de mieux partager l’information et d’introduire le travail collaboratif au sein de ses services :

PART DES POSTES POURVUS PAR MOBILITÉ INTERNE La mobilité interne concerne un changement de poste interne à une même collectivité. Pour la Nouvelle-Aquitaine, en 2016, la part de mobilité interne dans les recrutements pour le siège est de 43,94%. Une appréciation de l’évolution de cette part sera possible à partir de 2017. Le nombre d’agents ayant bénéficié d’une mobilité au sein des lycées devrait pouvoir s’y rajouter également.

• •

Part des postes pourvus par mobilité interne 50 40

Ces solutions ont pour objectif d’être également accessibles en mobilité (à distance) et de permettre de travailler avec des acteurs externes à la Région (partenaires, etc.).

59 %

60

43,94 %

39,82 %

33 %

30

Portail collaboratif (bureau «nomade», espace projet collaboratif, Intranet, réseau collaboratif d’entreprise) ; Outil de gestion de projet en lien avec le portail pour suivre des phases, jalons, ressources, etc ;

En 2016 :

20

• • •

10 0 %

Bordeaux

Limoges

Poitiers

NouvelleAquitaine

92

Identification des solutions et des projets qui traitaient du sujet sur les 3 sites de Bordeaux, Limoges et Poitiers ; Mise en place de quelques espaces collaboratifs facilitateurs du travail en équipe sur les 3 sites ; Identification des priorités sur les projets collaboratifs à démarrer en 2017 pour homogénéiser les solutions à l’échelle de la Nouvelle-Aquitaine.

ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DE MÉTHODE

FONCTIONNEMENT DE LA COLLECTIVITE Actions mises en place en interne


ORGANISATION DU PILOTAGE ET TRANSVERSALITÉ

ACTIVITÉ DE LA DIRECTION DES ACHATS ET DE LA COMMANDE PUBLIQUE L’année 2016 a été marquée par la fusion des Régions et a impliqué des modifications organisationnelles. À ce titre, la Direction de la commande publique est devenue la Direction des achats et de la commande publique souhaitant affirmer la place du segment « achats » au cœur de la commande publique. À ce titre, la sous-direction exécution et performance des achats se dote d’une chargée de mission dédiée aux questions de développement durable tant sur le volet environnemental que social. Cette personne est en charge d’une veille sur ces sujets et peut être sollicitée par les acheteurs et/ou par les conseillers marchés lorsque l’objet du marché s’y prête. Cette nouvelle organisation avec un interlocuteur dédié à ce travail au sein de la DACP permet une approche plus efficiente du Développement Durable. L’année 2016 a été également l’occasion de travaux d’harmonisation à l’échelle de la Grande Région. Le guide environnemental de la construction (lycées) applicable au territoire de la Nouvelle-Aquitaine, a notamment fait l’objet d’une concertation entre les territoires des ex-Régions aboutissant à une adoption en Séance Plénière. Le guide sera actualisé très régulièrement pour que les bâtiments réalisés par la Région soient exemplaires au plan environnemental et constituent des démonstrateurs pour l’ensemble des professionnels et des jeunes en formation. Cette politique est gérée par la Direction de la construction et de l’immobilier au sein du Pôle éducation et citoyenneté. En 2016, le réseau des Référents DD à été, progressivement, étendu à l’ensemble de la Région Nouvelle-Aquitaine. En 2017, l’objectif est de finaliser le réseau et de renforcer son animation.

93

ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DE MÉTHODE

Assurer une organisation des services qui permette aux agents le traitement de sujets transverses


ORGANISATION DU PILOTAGE ET TRANSVERSALITÉ

Fonctionnement de la collectivité

Politiques sur le territoire

Pour les actions relevant de la Direction des systèmes d’information, les années 2017/2018 concerneront : • la mise en place d’un socle bureautique collaboratif commun à l’ensemble des sites (partage facilité de documents, coédition, etc.) ; • l’identification de Directions et projets pilotes en 2017 pour initialiser une nouvelle plateforme collaborative ; • la mise en place de So’Co en tant qu’Intranet commun aux 3 sites pour une période transitoire ; • l’étude des nouvelles solutions de collaboration ; • la poursuite du développement des technologies facilitant l’accès distant sécurisé : permettre une connexion au réseau Région lors de mobilité/déplacement (utilisation des documents bureautiques et des applications) expérimentation également de nouvelles technologies sur les configurations de type télétravail.

La collectivité poursuivra ses efforts en matière d’organisation du pilotage de la transversalité. En 2017, la construction et la mise en œuvre opérationnelle du projet Resonance s’appuiera sur les partenaires initiateurs. Puis d’autres partenaires pourront s’associer au projet sur la base des modalités de gouvernance et de fonctionnement clairement établies.

Pour 2017, le COPTEC avec son mode de travail en transversalité doit permettre d’accroître le pilotage partenarial de la stratégie DD au sein de la Région.

94

ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DE MÉTHODE

AXES D’AMÉLIORATION


ÉVALUATION ET STRATÉGIE D’AMÉLIORATION CONTINUE

Favoriser la généralisation d’une culture de l’évaluation en interne et avec les partenaires extérieurs

Inscrire l’action régionale dans une démarche d’amélioration continue globale

MESURER POUR MIEUX DÉCIDER ET RENDRE COMPTE : L’ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES

AMÉLIORER L’ÉVALUATION AU REGARD DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

CEPP

AMÉLIORATION DU RAPPORT DÉVELOPPEMENT DURABLE

L’année 2016 a été mise à profit pour consolider une culture commune de l’évaluation au sein des services et auprès des élus de la nouvelle Région. La CEPP (commission d’évaluation des politiques publiques) a été mise en place lors de la séance plénière d’octobre 2016. Cette instance qui associe des élus du Conseil régional, des membres du CESER (conseil économique, social et environnemental régional) et des experts externes est chargée d’élaborer et de présenter, conjointement aux propositions des services, le programme d’évaluation annuel.

Pour l’exercice 2016, un Rapport Développement Durable (RADD) unique est réalisé pour l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine. L’objectif est d’obtenir autant que possible des données concernant l’ensemble du territoire : ceci permet d’avoir une meilleure vision de la politique néo-aquitaine et de l’impact qu’elle a sur le développement durable. Faisant écho à la politique de Transition Energétique et du Climat, la Finalité 1 concernant la lutte contre le changement climatique est mise en avant, tout comme les actions figurant dans le RADD qui y contribuent.

Des évaluations engagées dans les ex-Régions ont été finalisées ou élargies au périmètre de la nouvelle Région. Les évaluations d’actions conduites ont livré leurs conclusions et le suivi des recommandations a permis de mettre en évidence leur utilité à différents niveaux : •

L’évaluation financière est poursuivie uniquement à des fins méthodologiques, dans la perspective de son application à l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine (puisqu’à ce jour elle ne concernait que le site de Bordeaux).

l’identification des facteurs/leviers de développement et des freins dans les processus de mise en œuvre des politiques : concernant l’évaluation du DAC (Défi Aquitaine Climat), le constat d’un déficit d’animation transversale et partenariale a conduit à créer une instance de gouvernance et de pilotage dans le cadre de la mise en place du nouveau Plan (Conseil Permanent de la Transition Energétique et du Climat). une contribution à l’évolution des politiques : s’agissant de l’évaluation de la politique Jeunesse, à partir des constats d’éparpillement des actions, de leur faible intensité et de l’absence de lisibilité de l’action régionale auprès des bénéficiaires, un nouveau champ d’action publique et une Direction spécifique (Direction de la Jeunesse et de la Citoyenneté) ont été créés.

Par ailleurs, le bilan évaluatif du plan d’actions pour l’égalité entre les femmes et les hommes 2012-2014 (exLimousin) a permis de poser un certain nombre de pistes de réflexion pour l’avenir et contribuera utilement à la réflexion sur la politique afférente en Région Nouvelle-Aquitaine. • • Une autre évaluation a été finalisée en ex-Aquitaine : elle portait sur l’évaluation de l’effort des lycées aquitains en matière d’achat de produits biologiques et d’approvisionnements par circuit court dans le cadre de la restauration scolaire. Ces efforts doivent être poursuivis sur l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine. Autres évaluations conduites en 2016: • •

une évaluation a été lancée portant sur les actions de promotion institutionnelle des langues régionales en ex-Aquitaine. Elle sera étendue à la Nouvelle-Aquitaine ; deux évaluations, initialement centrées sur le périmètre de l’ex-Aquitaine ont été élargies à l’échelle de la nouvelle Région : évaluation des actions de médiation et de valorisation conduites par le Service Régional du Patrimoine et de l’Inventaire (SRPI) et étude sur la mise en œuvre des missions régionales en matière d’équipements sportifs dans les lycées publics.

95

ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DE MÉTHODE

POLITIQUES MENÉES SUR LE TERRITOIRE


ÉVALUATION ET STRATÉGIE D’AMÉLIORATION CONTINUE

LE CONSEIL PERMANENT DE LA TRANSITION ENERGÉTIQUE ET DU CLIMAT (COPTEC) : UN OUTIL STRATÉGIQUE

Le COPTEC permettra : • • • • •

d’accroître la visibilité et la lisibilité de l’action conduite par la Région en matière de Transition énergétique et du Climat ; de donner une lisibilité au budget régional consacré à cette politique ; d’améliorer l’intégration de la transition énergétique dans l’ensemble des politiques sectorielles et territoriales de la Région ; de décliner un plan d’actions « L’adaptation au climat en Nouvelle-Aquitaine» sur la base des travaux conduits par le Collectif scientifique du programme AcclimaTerra ; de disposer d’un espace de gouvernance pour la construction et l’évaluation de la politique conduite.

La mission Développement Durable du COPTEC devra en 2017 rapprocher les indicateurs des ex-régions et les mettre en cohérence avec la Stratégie Nationale Bas Carbone. Cela permettra un suivi plus quantitatif des actions menées par la Région contribuant à la TEC.

96

ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DE MÉTHODE

ACTION PHARE


ÉVALUATION ET STRATÉGIE D’AMÉLIORATION CONTINUE

Effectuer une évaluation annuelle obligatoire formalisée

L’ÉLABORATION DU RADD, UNE ÉVALUATION DU FONCTIONNEMENT INTERNE DU CONSEIL RÉGIONAL SOUS L’ANGLE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE RAPPORT DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Depuis le décret du 17 juin 2011, les Régions, notamment, ont obligation de réaliser un rapport sur la situation en matière de développement durable des politiques territoriales et du fonctionnement de la collectivité, à partir du référentiel d’évaluation du développement durable du ministère en charge du développement durable. En 2016, les ex-Régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes construisent, pour l’exercie 2015, un Rapport du Développement Durable unique rassemblant parallèlement les données de chaque territoire sous l’angle des 5 Finalités et les 5 éléments déterminants de méthodes. Le document est considéré comme «riche et relativement homogène» par le CESER lors de la séance plénière du 20 octobre 2016. Cependant, ce dernier note également un manque de synthèse et une nécessité d’établir des indicateurs «robustes et intégrateurs pour une véritable évaluation des politiques publiques». Par ailleurs, il insiste sur la nécessité d’une stratégie affirmée en matière de développement durable au sein de la nouvelle Région. Le Rapport de Développement Durable 2017 pour l’année 2016 comporte des évolutions significatives en termes de forme (format paysage, simplification graphique…) pour en faciliter l’appropriation par le lecteur et sa lisibilité sous format numérique. De plus, la transition énergétique et l’adaptation au climat ont fait l’objet d’informations ciblées, en lien avec la SNBC, devenant ainsi un « fil conducteur » de cette édition.

97

ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DE MÉTHODE

FONCTIONNEMENT DE LA COLLECTIVITE Actions mises en place en interne


ÉVALUATION ET STRATÉGIE D’AMÉLIORATION CONTINUE

Politiques sur le territoire En 2017, il s’agira pour la CEPP (commission d’évaluation des politiques publiques) de : • • • •

développer et conforter l’expertise des élus et des services en matière d’évaluation afin de renforcer les capacités en interne pour mieux appréhender les processus en jeu dans des politiques toujours plus complexes et améliorer les capacités d’analyse des nouvelles politiques régionales ; consolider le réseau de correspondants « évaluation » au sein des pôles (secrétariats généraux), afin de construire une culture commune de l’évaluation ; capitaliser les travaux menés par les trois ex-Régions afin d’alimenter la réflexion autour des nouvelles politiques régionales ; conforter le rôle et les missions de la CEPP, instance représentative du pluralisme politique et ouverte sur la société civile (présence de représentants du CESER et d’experts), chargée d’assurer le portage de la démarche globale d’évaluation (proposition sur le programme d’évaluations, participation aux comités de pilotage des évaluations, veille sur les recommandations adoptées…).

98

ÉLÉMENTS DÉTERMINANTS DE MÉTHODE

AXES D’AMÉLIORATION


ANNEXES TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE DEVELOPPEMENT DURABLE (Nouvelle-Aquitaine et Ex-Aquitaine)

FINALITE FINALITÉ 1

OBJECTIF LIE Intégration à l’ensemble des politiques de la prise en compte de la lutte contre le changement climatique

LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE Le développement des énergies renouvelables comme priorité régionale

FINALITÉ 3 COHÉSION SOCIALE, SOLIDARITÉ ENTRE LES TERRITOIRES ET LES GÉNÉRATIONS FINALITÉ 4 ÉPANOUISSEMENT DE TOUS LES ÊTRES HUMAINS

Faciliter la communication par le développement des transports La gestion équitable et durable des femmes et des hommes qui travaillent pour le Conseil Régional

ELEMENTS DETERMINANTS DE METHODE

UNITE

EVOLUTION

Cumul de la production EnR financée par la Région

MWh/an

Cumul des évitements gaz à effet de serre

t eq CO2

• • • • •

Milliers de voyageurs.km

¥

Euros

Emissions de CO2 dans les lycées ex-Aquitaine Evolution 2004 - 2016 des consommations énergétiques « trentenaires » des EPLE en ex-Aquitaine

Trafic ferroviaire régional en milliers de voyageurs km en ex-Aquitaine ¨ en axe d’amélioration cette année

kgCO2/m² kWhep/m² et kWhef/m²

Taux de féminisation par catégorie d’emploi en 2016

%

Première année de données agrégées pour l’ensemble des sites de Nouvelle-Aquitaine

Pourcentage d’agents en situation d’handicap en 2016

%

Première année de données agrégées pour l’ensemble des sites de Nouvelle-Aquitaine

Renforcer le dispositif de formation continue à destination des agents

Nombre de jours de formation continue total*

Nombre

Première année de données agrégées pour l’ensemble des sites de Nouvelle-Aquitaine

Promouvoir une économie solidaire

En ex-Aquitaine, nombre d’emplois créés par l’ESS soutenus par la Région ¨ en axe d’amélioration cette année

Nombre

Première année de données agrégées pour l’ensemble des sites de Nouvelle-Aquitaine

Part du budget de la direction de l’industrie pour maintenir la priorité R&D et accompagner les entreprises sur l’innovation en ex-Aquitaine ¨ en axe d’amélioration cette année

%

/

Part dans le budget, des aides participant à l’objectif régional de croissance verte» en ex-Aquitaine ¨ en axe d’amélioration cette année

%

FINALITÉ 5 DYNAMIQUES DE DÉVELOPPEMENT SELON DES MODES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION RESPONSABLES

INTITULE DE L’INDICATEUR Estimation des gains en millions d’euros dus aux actions mises en œuvre dans les EPLE depuis 2007 en ex-Aquitaine

Accompagner le développement de compétences environnementales/Soutenir le développement économique des écoactivités Inscrire la politique d’achat du Conseil Régional dans une logique d’écoresponsabilité

Nombre de marchés intégrant le développement durable*

Optimiser la gestion des ressources humaines pour faciliter les échanges entre agents

Part des postes pourvus par mobilité interne

Les indicateurs soulignés en jaune sont en rapport avec la Stratégie Nationale Bas-Carbone, ceux ayant trait au fonctionnement de la collectivité sont surlignés en grisé clair. *Ces indicateurs ne sont pas traités comme indicateurs dans le corps du texte mais le seront à compter du RADD 2018. 99

Nombre

Première année de données agrégées pour l’ensemble des sites de Nouvelle-Aquitaine

%

Première année de données agrégées pour l’ensemble des sites de Nouvelle-Aquitaine


ANNEXES LE RESEAU DES REFERENTS DEVELOPPEMENT DURABLE ET PERSONNES-RESSOURCES (Nouvelle-Aquitaine)

Pôles Pôle assemblées et affaires juridiques

Pôle ressources

Directions

Nom

Secrétariat général

Référent non désigné

Communication interne Commande publique

Mélanie Bonnet (Bx)

Ressources Humaines

Philippe Carralou (Bx)

Ressources Techniques et de l’Exploitation

Cyril Marchadier (Bx) / Jean-Michel Lafenêtre (Bx)

Systèmes d'Information

Olivier Ripon (Bx)

Pôle DATAR et harmonisation des politiques publiques

Observation de la prospective et de la stratégie

Isabelle Panier (Bx)

Cohésion et de l'ingénierie territoriale

Référent non désigné

IGS

Evaluation Politiques Publiques

Gilbert Bernard (Li)

Fonds européens

Pôle Europe et international

Programmes interrégionaux France

Florence Glantenay (Bx) Vonny Gleyse en tant que relais (P)

Coopération Bureau Nouvelle-Aquitaine (Bruxelles) Enseignement supérieur, recherche et transfert de technologie

Romain Fabre (Bx)/ Emilie Bourdenx (Bx)

Performance industrielle

Christophe Biteau (Bx)

Agriculture, IAA et pêche

Antoine Goubin (P)

Délégation numérique

Yann Pennec (Bx)

DIR Economie territoriale

Justine Renaudon (P) Service Start up Unité entreprises en difficulté

SER filières aéronautique, photonique...

Pôle DEE

SER filière santé, silver économie Direction pilotage stratégique et qualité

SER filière forêt, bois, papier

Caroline Etcheverry (Bx)

Unité filières croissance bleue Unité filières cuir, luxe, textile, métiers d'arts Unité filières vertes Conseil permanent de la transition énergétique Energie et Climat

100

Pascale Combes (Bx) Véronique Brochard (P)


ANNEXES LE RESEAU DES REFERENTS DEVELOPPEMENT DURABLE ET PERSONNES-RESSOURCES (Nouvelle-Aquitaine)

Pôles Pôle DEE

Pôle formation et emploi

Pôle éducation et citoyenneté

Directions

Nom

Environnement

Référent non désigné

Economie sociale et solidaire

Marine Guéroult (Bx)

Tourisme

Karine Lesfauries (Bx)

Mission d'appui au pilotage et coordination transversale

Référent non désigné

Orientation et emploi

Référent non désigné

Apprentissage

Véronique Piot (Bx)

Formation sanitaires et sociales

Hélène Michel (Bx)

Formation professionnelle continue

Michelle Duprat (Bx)

FSE et ingénierie de projets

Claire Fischer (Bx)

Education

Jean-Christophe Mazurie (Bx)

Construction et immobilier

Sylviane Ranoux (Bx)

Culture et patrimoine

Magali Baudry (Bx)

Sports, Vie associative et Egalité

Hélène Charles (P)

Sports, Vie associative et Egalité

Jean-Hugues Aeschimann (Li)

Jeunesse et citoyenneté

Agnès Durand (Li)

Urbanisme et logement

Michèle Lacave (Bx)

Transports ferroviaires de voyageurs

Pôle TIMCV

Mission intermodalité Transports routiers de voyageurs

Anne Gonzalez (Bx)

Infrastructures et transports marchandises Mission grands projets

Direction communication et marketing territorial

Communication externe

Frédéric Pénoty (P)

Nous remercions toutes les personnes qui ont contribué à la mobilisation de données, à l’élaboration et à l’édition de ce rapport : les Référents en cours de remplacement, notamment Philippe Carralou ; les personnes ayant transmis les données en l’absence de certains Référents, notamment Carine Vernhes et Sébastien Proeschel ; les Référents ayant contribué aux illustrations du rapport, particulièrement Frédéric Pénoty ; enfin les personnes qui en ont réalisé le maquettage, particulièrement Vincent Lamoureux. Le rapport relatif à l’exercice 2016 a été conçu et réalisé par la Mission Evaluation et Prospective développement durable du Conseil Permanent de la Transition Energétique et du Climat (COPTEC) au sein du Pôle Développement économique et environnemental (Pascale Combes, Emma Deries-Glaister dans le cadre du Master 2 Gestion territoriale du développement durable - Université Bordeaux Montaigne, et Jean-François Louineau).

101


ANNEXES LISTE DES SIGLES CNRS : Centre National de la Recherche Scientifique DLAL : Développement Local par les Acteurs Locaux DRAAF : Direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt DREAL: Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement DSU : Développement Social et Urbain EFESE : Evaluation Française des Ecosystèmes et des Services Ecosystémiques EnR : Energies Renouvelables EPLE : Établissement Public Local d'Enseignement ESS : Economie Sociale et Solidaire ESUS : Entreprise Solidaire d'Utilité Sociale ETI : Entreprises de Tailles Intermédiaires FAIRE : Fonds d'Action Régional pour l'Emploi FEAMP : Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche FEADER : Fonds Européen pour l’Agriculture et le Développement Rural FEDER : Fonds Européen de DEveloppement Régional FNARS : Fédération Nationale des Associations d'Accueil et de Réinsertion Sociale FSE : Fonds Social Européen GARIE : Groupement Aquitain des Réseaux de l'Insertion par l'activité Economique GES : Gaz à Effet de Serre GALPA : Groupes d'Action Locale pour la Pêche et l'Aquaculture GIP : Groupement Intérêt Public GPI : Gestion Patrimoniale des Infrastructures GTC : Gestion Technique Centralisée HQE : Haute Qualité Environnementale HVE : Haute Valeur Environnementale IAA : Industries Agroalimentaires IAE : Insertion par l’Activité Economique INRA : Institut National de la Recherche Agronomique INSERM : Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale IPBES : Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services. En français: Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques. IPREM : Institut des sciences analytiques et de physico-chimie pour l’environnement et les matériaux IRIS : Initiative Régionale pour l'Insertion et la Solidarité

AB : Agriculture Biologique ACE : Assistance Continuités Ecologiques ADEME : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie ADI : Agence de Développement et d'Innovation AFB : Agence Française pour la Biodiversité AFNOR : Agence Française de Normalisation AMI : Appel à Manifestation d'Intérêt ARACT : Association Régionale pour l'Amélioration des Conditions de Travail AREA : Agriculture Respectueuse de l'Environnement en Aquitaine ARS : Agence Régionale de Santé ARTEE : Agence Régionale pour les Travaux d’Economie d’Energie BBC : Bâtiment Basse Consommation BTS : Brevet de Technicien Supérieur CA : Communauté d’Agglomération CAE : Coopérative d’Activités et d’Emplois CAUE : Conseil d’Architecture d’Urbanisme et d’Environnement CC : Communauté de Communes CCI : Chambre de Commerce et d'Industrie CEA : Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives CEEBIOS : Centre Européen d’Excellence en Biomimétisme de Senlis CEPP : Commission d’Evaluation des Politiques Publiques CESE : Conseil Economique Social et Environnemental CESER : Conseil Economique Social et Environnemental Régional CFA : Centres de Formation d'Apprentis CGET : Commissariat Général à l'Egalité des Territoires CIVB : Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux COP : Conférence des Parties COPTEC : COnseil Permanent de la Transition Energétique et du Climat CPER : Contrat de Plan État-Région CPIE : Centres Permanents d’Initiatives à l’Environnement CRESS : Chambre régionale de l'économie sociale et solidaire CR GEIQ : Comité Régional des Groupements d'Employeurs pour l'Insertion et la Qualification CRISALIDH : Centre de ressources sur l'innovation sociale par l'action locale et ses initiatives pour le développement humain

102


ANNEXES LISTE DES SIGLES IRSTEA : Institut national de Recherche et Sciences et Technologies pour l'Environnement et l'Agriculture LITEN : Laboratoire d'Innovation pour les Technologies des Energies Nouvelles et les nanomatériaux MAEC : Mesures Agro-Environnementales et Climatiques MAES: Mapping and Assessment of Ecosystems and their Services MIN : Marché d’Intérêt National ODD : Objectif de Développement Durable OMD : Objectif du Millénaire pour le Développement OMS : Organisation Mondiale pour la Santé ORDS : Observatoire Régional du Décrochage Scolaire PAC : Politique Agricole Commune PCAE : Plan de Compétitivité et d'Adaptation des Exploitations agricoles PLUi : Plan Local d'Urbanisme intercommunal PME : Petites et Moyennes Entreprises PMI : Petites et Moyennes Industries PNR : Parc Naturel Régional PPI : Plan Prévisionnel d'Investissement PRF : Programme Régional de Formation PRSE : Plan Régional Santé Environnement PTCE : Pôle Territorial de Coopération Economique PV : Photovoltaïque RSA : Revenu de Solidarité Active RSE : Responsabilité Sociétale des Entreprises RT : Réglementation Thermique

SACICAP : Société Anonyme Coopérative d'Intérêt Collectif pour l'Accession à la Propriété SAEP : Services d’Alimentation en Eau Potable SAU : Superficie Agricole Utilisée SCIC : Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif SCOP : Sociétés Coopératives Participative SCOT : Schéma de Cohérence Territoriale SEENEOH : Site Expérimental Estuarien National pour l’Essai et l’Optimisation d’Hydroliennes SEML : Société d’Economie Mixte Locale SNBC : Stratégie Nationale Bas-Carbone SPRO : Service Public Régional de L’Orientation SRCAE : Schéma Régional Climat Air Energie SRDEII : Schéma Régional de Développement Economique, d'Innovation et d'Internationalisation SRPI : Service Régional du Patrimoine et de l’Inventaire TEC : Transition Energétique et du Climat TEPCV : Territoire à Energie Positive pour la croissance verte TEPOS : Territoire à Energie POSitive TPE : Très Petite Entreprise UE : Union Européenne UMR: Unité Mixte de Recherche UPPA : Université de Pau et des Pays de l'Adour URSCOP : Union Régionale des Sociétés Coopératives Participatives URSIE: Union Régionale des Structures d'Insertion par l'Economie WWF: World Wide Fund for nature (Fonds mondial pour la nature)

103


Pour plus d’informations Région Nouvelle-Aquitaine • COPTEC – Mission évaluation et prospective développement durable N° standard 05 57 57 80 00 Site de la Région nouvelle-aquitaine.fr

Informations utiles à l’échelle régionale Site institutionnel du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine nouvelle-aquitaine.fr Site du CESER ceser-nouvelle-aquitaine.fr Site sur le patrimoine naturel de Nouvelle-Aquitaine patrimoine-naturel.nouvelle-aquitaine.fr Site Nouvelle-Aquitaine numérique numerique.nouvelle-aquitaine.fr Site Jeunes de Nouvelle-Aquitaine jeunes.nouvelle-aquitaine.fr

Informations utiles à l’échelle nationale Site du Ministère de la transition écologique et solidaire www.ecologique-solidaire.gouv.fr Stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable www.ecologique-solidaire.gouv.fr/strategie-nationale-transition-ecologique-vers-developpement-durable-2015-2020 Stratégie Nationale Bas-Carbone www.ecologique-solidaire.gouv.fr/strategie-nationale-bas-carbone Objectifs de Développement Durable – site de l’ONU www.un.org/sustainabledevelopment/fr/objectifs-de-developpement-durable


—————

Direction du développement durable COPTEC – Mission évaluation et prospective développement durable 14, rue François-de-Sourdis CS 81383 33077 Bordeaux Cedex T. 05 57 57 80 00

nouvelle-aquitaine.fr

Conception & réalisation : développement durable • communication interne

|

Impression : reprographie

|

Région Nouvelle-Aquitaine septembre 2017

Rapport sur la situation en matière de Développement Durable dans la Région Nouvelle-Aquitaine 2016  

Rapport sur la situation en matière de Développement Durable dans la Région Nouvelle-Aquitaine. Année 2016

Advertisement