Page 1

1


AVERTISSEMENT

CE DOSSIER COMPORTE DEUX DOCUMENTS DISTINCTS

PLUS LES ANNEXES :

1 – LE RAPPORT DE LA COMMISSION D’ENQUETE

2 – LES CONCLUSIONS ET L’AVIS DE LA COMMISSION D’ENQUETE

3 – LES ANNEXES

2


DEPARTEMENTS DE LA CORREZE, DE LA CREUSE ET DE LA HAUTE VIENNE

ENQUETE PUBLIQUE PORTANT SUR LE PROJET DE CHARTE EN VUE DU RENOUVELLEMENT DE CLASSEMENT DU PARC NATUREL REGIONAL DE MILLEVACHES EN LIMOUSIN

RAPPORT DE LA COMMISSION D’ENQUETE

3


SOMMAIRE

I. OBJET DE L’ENQUETE .........................................................................................................3 1.1 Définition générale d’un Parc Naturel Régional (PNR) ...................................................................3 1.2 Objet de l’enquête sur le PNR de Millevaches ...............................................................................3 1.3 Cadre juridique de l’enquête ........................................................................................................3 1.3.1 Rappel de la procédure de révision .........................................................................................5 1.3.2 Cadre législatif et réglementaire ..............................................................................................5 1.4 Identification de l’autorité organisatrice de l’enquête publique ...................................................5 1.5 Identification du responsable du projet ........................................................................................6 II. ORGANISATION ET DEROULEMENT DE L’ENQUETE PUBLIQUE ................................6 2.1 Organisation ....................................................................................................................................6 2.1.1 Désignation de la commission d’enquête .................................................................................6 2.1.2 Arrêté portant ouverture de l’enquête ....................................................................................6 2.1.3 Rôle de la commission d’enquête ............................................................................................6 2.1.4 Dates et durée de l’enquête ....................................................................................................7 2.1.5 Siège de l’enquête ....................................................................................................................7 2.1.6 Communes concernées ............................................................................................................7 2.1.7 Lieux de consultation du dossier ..............................................................................................8 2.1.8 Modalités selon lesquelles le public pouvait présenter ses observations .............................10 2.1.9 Information du public .............................................................................................................10 2.2 Déroulement de l’enquête publique ........................................................................................... 12 2.2.1 Réunions préparatoires ..........................................................................................................12 2.2.2 Ouverture des registres ..........................................................................................................13 2.2.3 Réunion publique ...................................................................................................................14 2.2.4 Visite des lieux ........................................................................................................................14 2.2.5 Réunions pendant l’enquête ..................................................................................................19 2.2.6 Climat général de l’enquête ...................................................................................................19 2.2.7 Bilan quantitatif des observations .........................................................................................19 2.2.8 Clôture de l’enquête publique ...............................................................................................20 2.2.9 Remise du procès-verbal de synthèse ...................................................................................20 2.2.10 Mémoire en réponse ............................................................................................................20 4


III. NATURE ET CARACTERISTIQUES DU PROJET ........................................................... 20 3.1 Présentation du PNR ..................................................................................................................... 20 3.1.1 Contexte sociodémographique et géographique….................................................................21 3.1.2 Contexte institutionnel …........................................................................................................21 3.1.3 Patrimoine naturel …. .............................................................................................................21 3.1.4 Patrimoine culturel et bâtit …. ................................................................................................22 3.1.5 Paysages et structuration de l’espace …. ................................................................................22 3.1.6 Identité du territoire …. ..........................................................................................................23 3.2 Périmètre du PNR ........................................................................................................................ 23 3.2.1 Définition du périmètre ….......................................................................................................23 3.2.2 Communes comprises dans le périmètre d’étude …. .............................................................26 3.3 Projet de charte ............................................................................................................................ 27 3.3.1 Cadre de la charte …. ..............................................................................................................27 3.3.2 Les mesures opérationnelles …. ..............................................................................................32 3.3.3 Evaluation environnementale …. ............................................................................................35 3.3.4 Articulation avec les principaux schémas …............................................................................35 3.3.5 Etat initial de l’environnement …............................................................................................37 3.3.6 Exposé des motifs …. ...............................................................................................................40 3.3.7 Effets notables du projet sur l‘environnement …. ..................................................................41 3.3.8 Mesures d’évitement et de réduction des effets …. ...............................................................42 3.3.9 Dispositif de suivi – évaluation …. ...........................................................................................42 3.4 Avis de l’autorité environnementale et réponse du porteur de projet ........................................ 44 IV. COMPOSITION DU DOSSIER D’ENQUËTE .................................................................... 61 V. OBSERVATIONS DU PUBLIC ........................................................................................... 64 5.1 Analyse comptable ....................................................................................................................... 64 5.2 Synthèse des observations ........................................................................................................... 65

5


I. OBJET DE L’ENQUETE 1.1.

Définition générale d’un Parc Naturel Régional (P.N.R)

Les Parcs Naturels Régionaux sont créés pour mettre en valeur et protéger de grands espaces ruraux du territoire. Peut être classé en Parc Naturel Régional un territoire à dominante rurale dont les paysages, les milieux naturels et le patrimoine sont de grande qualité mais dont l’équilibre est fragile. Un Parc Naturel Régional .concoure à la protection de l’environnement, à l’aménagement du territoire, au développement économique, social et éducatif du territoire sur lequel il a été créé. Le classement en Parc Naturel Régional ne se justifie que pour des territoires dont l’intérêt patrimonial est remarquable pour la région et qui comportent suffisamment d’éléments reconnus au niveau national. Lorsqu’un territoire est classé « Parc Naturel Régional » par l’état, il est alors régi par une charte qui concrétise les orientations de protection, de mise en valeur, de développement, ainsi que les mesures permettant leur mise en œuvre. Le projet de charte est élaboré par la région en concertation avec les partenaires intéressés et avec les collectivités territoriales concernées. Après avoir été soumise à enquête publique, la charte est approuvée par les communes constituant le territoire du parc, par la région et les départements concernés, ainsi que par les partenaires socioprofessionnels. L’aménagement et la gestion d’un Parc Naturel Régional sont confiés à un syndicat mixte composé des représentants des communes adhérentes, des communautés de communes, des départements et de la région. 1.2.

Objet de l’enquête sur le Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin

La présente enquête a pour objet la révision de la charte et le renouvellement de classement du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin. Ce Parc Naturel Régional a été adopté par décret ministériel le 18 mai 2004 pour une durée de 12ans, expirant en 2016. A l’approche de l’échéance de classement du Parc Naturel Régional, le Conseil Régional du Limousin (devenu depuis Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine) a donc lancé la procédure de renouvellement et de révision de la charte de ce Parc Naturel Régional (délibération adoptée en séance du 24 mars 2011) en vue d’obtenir à nouveau le label « Parc Naturel

6


Régional » accordé par l’Etat et caduc depuis le 22 mai 2016, conformément à l’article R 333 – 5 du Code de l’Environnement. En 2012, une étude d’opportunité d’extension du périmètre du parc a été réalisée à fin de répondre aux sollicitations de communes limitrophes souhaitant intégrer le périmètre du parc. 16 communes nouvelles ont été proposées pour faire partie du futur périmètre du - dit parc, portant à 129 le nombre de communes intégrées dans ce périmètre. En 2013, le travail d’évaluation de la charte 2004 – 2016 et l’actualisation du diagnostic territorial, confié à un prestataire, ont permis de recentrer les objectifs du parc sur les fondements des missions des Parcs Naturels Régionaux (préservation du patrimoine,, gestion de l’espace, efficacité énergique et changement climatique, valorisation de ressources locales, éducation à l’environnement) tout en tenant compte des enjeux spécifiques du territoire (gestion de l’eau, sylviculture durable, maintien des milieux ouverts par la pratique de l’élevage extensif, urbanisme rural, économie sociale et solidaire, dynamisme culturel, patrimoine bâti rural). L’élaboration du projet de charte 2018 – 2033 est issue d’un travail de concertation avec les acteurs locaux et les services de l’état pour tenir compte de leurs exigences en matière de préservation des paysages, urbanisme, identification et préservation des continuités écologiques, circulation des véhicules motorisés. Ce projet s’articule autour de trois axes : • • •

Connaissance, préservation et valorisation des patrimoines (culturel, bâti, paysager et naturel). Valorisation économique des ressources locales et engagement de la transition énergique. Education à l’environnement et au développement durable, animation pour favoriser le lien social et renforcer l’attractivité du territoire.

Il a été validé par le Conseil Régional en novembre 2015 et transmis à la DREAL (Site de Limoges) pour avis en mars 2016. Parallèlement, le projet a fait l’objet d’une évaluation environnementale qui a été adressée au Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (C.G.E.D.D.) pour être examinée par l’autorité environnementale. A réception de l’avis de l’autorité environnementale, le projet de révision de la charte du P.N.R. est soumis à enquête publique, conformément à l’article R 333 – 6 – 1 du Code de l’Environnement. Cette enquête publique est l’objet du présent rapport. 1.3.

Cadre juridique de l’enquête

1.3.1. Rappel de la procédure de révision de la chartre du P.N.R. de Millevaches

7


La procédure de révision de la charte du P.N.R. de Millevaches peut être synthétisée en dix étapes de la façon suivante :

1.3.2. Cadre législatif et réglementaire Les principaux textes régissant la présente enquête publique sont : Les dispositions propres aux Parcs Naturels Régionaux relèvent des articles L 333 – 1 à L 333 – 3 (partie législative) et R 333 – 6 – 1 (partie règlementaire) du Code de l’Environnement. Elle a lieu dans les formes prévues par les articles L 123 - 1 à L 133 - 19 (partie législative) et R 123 – 4 à R 123- 27 (partie règlementaire) du Code de l’Environnement. 1.4.

Identification de l’autorité organisatrice de l’enquête publique

L’autorité organisatrice de la présente enquête publique est le CONSEIL REGIONAL DE NOUVELLE AQUITAINE – 14, Rue de Sourdis – CS 81383 – 33077 BORDEAUX.

8


1.5.

Identification du responsable du projet

Le CONSEIL REGIONAL DE NOUVELLE AQUITAINE est également le responsable du projet, en collaboration avec le Syndicat Mixte du Parc Naturel régional de Millevaches Limousin – 7, Route d’Aubusson – 19290 Millevaches. II.

ORGANISATION ET DEROULEMENT DE L’ENQUETE

2.1.

Organisation

2.1.1.

Désignation de la Commission d’Enquête

Monsieur le Président du Tribunal Administratif de BORDEAUX, par décision N° E 17000089/33 en date du 7 juin 2017 a désigné la Commission d’Enquête chargée de conduire l’enquête publique sur le projet de renouvellement de classement du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin. Cette commission est composée de trois Commissaires Enquêteurs : Monsieur Michel DUPEUX Monsieur Hugues DE VOMECOURT Monsieur Maurice BAR 2.1.2.

Président Membre titulaire Membre titulaire

Arrêté portant ouverture de l’enquête

Cette enquête a été prescrite par arrêté n° ENV – LIM – 2017 – 001 du 29 août 2017 de Monsieur Alain ROUSSET – Président du Conseil Régional de NOUVELLE AQUITAINE. Conformément à l’article R 123 – 9 du Code de l’Environnement, cet arrêté a été élaboré par l’autorité organisatrice, responsable du projet en concertation avec le Président de la commission d’enquête au cours d’une réunion qui s’est tenue à LIMOGES, le 27 juin 2017. Le projet d’arrêté a ensuite fait l’objet d’un échange de courriels entre l’autorité organisatrice et le Président de la Commission d’Enquête, échange qui a permis d’arrêter une rédaction définitive. 2.1.3.

Rôle de la Commission d’Enquête

La mission de la Commission d’Enquête, dans le cadre de l’article L 123 – 1 du Code de l’Environnement, consiste principalement à : •

Prendre connaissance du dossier d’enquête publique établi par le porteur de projet (ici, la Région Nouvelle Aquitaine) et lui faire apporter, si nécessaire, les compléments ou les précisions qu’elle juge utiles pour permettre une bonne compréhension du dossier et une bonne information du public.

9


S’assurer que les formalités de publicité de l’enquête soient conformes à la règlementation et à demander tout complément qu’elle juge utile à la bonne information du public. Recevoir le public, recueillir ses observations, suggestions ou propositions.

Rédiger, en toute indépendance, un rapport du déroulement de l’enquête où notamment, elle analyse les observations et propositions du public et établit, indépendamment du rapport, ses conclusions personnelles et motivées sur le projet. Ce rapport et ces conclusions sont consultables pendant un an après la clôture de l’enquête. 2.1.4. Dates et durée de l’Enquête Publique L’enquête publique s’est déroulée du lundi 18 septembre 2017 à 8 h 30 au vendredi 20 octobre 2017 à 17 h, pendant 33 jours consécutifs. 2.1.5.

Siège de l’enquête

Le siège de l’Enquête était fixé à la Mairie de Millevaches – le Bourg – 19290 MILLEVACHES. 2.1.6.

Communes concernées

L’enquête publique s’est déroulée sur les 129 communes ci-après comprises dans le périmètre d’étude du projet de charte du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin dans le cadre du renouvellement de son classement. Communes situées dans le département de la Corrèze : AFFIEUX, AIX, ALLEYRAT, AMBRUGEAT, BELLECHASSAGNE, BONNEFOND, BUGEAT, CHAMBERET, CHAUMEIL, CHAVANAC, CHAVEROCHE, COMBRESSOL, CONFOLENTPORT-DIEU, CORREZE, COUFFY-SUR-SARSONNE, COURTEIX, DARNETS, DAVIGNAC, L'EGLISE-AUX-BOIS, EYGURANDE, FEYT, GOURDON-MURAT, GRANDSAIGNE, LACELLE, LAMAZIERE-HAUTE, LAROCHE-PRES-FEYT, LESTARDS, LIGNAREIX, LE LONZAC, MADRANGES, MAUSSAC, MERLINES, MEYMAC, MEYRIGNAC-L'EGLISE, MILLEVACHES, MONESTIER-MERLINES, PERET-BEL-AIR, PEROLS-SUR-VEZERE, PEYRELEVADE, PEYRISSAC, PRADINES, RILHAC-TREIGNAC, SAINT-ANGEL, SAINTAUGUSTIN, SAINT-ETIENNE-AUX-CLOS, SAINT-FREJOUX, SAINT-GERMAIN-LAVOLPS, SAINT-HILAIRE-LES-COURBES, SAINT-MERD-LES-OUSSINES, SAINT-PARDOUX-LENEUF, SAINT-PARDOUX-LE-VIEUX, SAINT-REMY, SAINT-SETIERS, SAINT-SULPICELES-BOIS, SAINT-YRIEIX-LE-DEJALAT, SARRAN, SORNAC, SOUDAINE-LAVINADIERE, SOUDEILLES, TARNAC, TOY-VIAM, TREIGNAC, VEIX, VIAM, VITRAC-SUR-MONTANE. Communes situées dans le département de la Creuse : BANIZE, BASVILLE, BEISSAT, CHAVANAT, CLAIRAVAUX, LA COURTINE, CROCQ, CROZE, FAUX-LA-MONTAGNE, FAUX-MAZURAS, FELLETIN, FENIERS, FLAYAT, GENTIOUX-PIGEROLLES, GIOUX, MAGNAT-L'ETRANGE, MALLERET, MANSAT-LACOURRIERE, LE MAS-D'ARTIGE, LE MONTEIL-AU-VICOMTE, LA NOUAILLE, PONTARION, PONTCHARRAUD, POUSSANGES, ROYERE-DE-VASSIVIERE, SAINT10


AGNANT-PRES-CROCQ, SAINT-FRION, SAINT-GEORGES-NIGREMONT, SAINTJUNIEN-LA-BREGERE, SAINT-MARC-A-FRONGIER, SAINT-MARC-A-LOUBAUD, SAINTMARTIAL-LE-VIEUX, SAINT-MARTIN-CHATEAU, SAINT-MAURICE-PRES-CROCQ, SAINT-MERD-LA-BREUILLE, SAINT-MOREIL, SAINT-ORADOUX-DE-CHIROUZE, SAINTORADOUX-PRES-CROCQ, SAINT-PARDOUX D’ARNET, SAINT-PARDOUXMORTEROLLES, SAINT-PIERRE-BELLEVUE, SAINT-QUENTIN-LA-CHABANNE, SAINTYRIEIX-LA-MONTAGNE, SOUBREBOST, THAURON, VALLIERE, VIDAILLAT, LA VILLEDIEU. Communes situées dans le département de la Haute-Vienne : AUGNE, BEAUMONT-DU-LAC, BUJALEUF, CHEISSOUX, LA CROISILLE-SUR-BRIANCE, DOMPS, EYMOUTIERS, NEDDE, PEYRAT-LE-CHATEAU, REMPNAT, SAINT-AMAND-LEPETIT, SAINTE-ANNE-SAINT-PRIEST, SAINT-GILLES-LES-FORETS, SAINT-JULIEN-LEPETIT, SURDOUX, SUSSAC. 2.1.7. Lieux de consultation du dossier d’enquête publique Pendant toute la drée de l’enquête, un exemplaire physique du dossier d’enquête, ainsi qu’une version numérique de celui-ci ont été consultables dans les lieux précisés ci-après, aux heures et jours habituels d’ouverture au public :

11


12


Sur le site Internet du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin, dédié à la charte du parc : http://chartepnrmillevaches.wordpress.com Depuis le site internet de la Région Nouvelle Aquitaine : www.nouvelle-aquitaine.fr Sur le site internet dédié parcnaturelregionmillevaches.fr.

à

l’enquête

publique :

http://enquêtepublique

Toute personne pouvait, à sa demande et à ses frais, obtenir communication du dossier d’enquête auprès du Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine – site de Limoges – 27, boulevard de la Corderie – 87031 LIMOGES, dès la publication de l’arrêté d’ouverture de l’enquête publique. 2.1.8. Modalités selon lesquelles le public pouvait présenter ses observations et ses propositions Le public pouvait présenter ses observations et ses propositions en intervenant : •

Sur les registres physiques : Un registre d’enquête, à feuillets non mobiles, coté et paraphé par le Président de la Commission d’Enquête était déposé dans chacune des mairies mentionnées au paragraphe 3-1-7.

Sur le registre électronique : Le public pouvait également consigner ses observations sur le registre électronique tenu à sa disposition pendant la durée de l’enquête sur le site internet http://enquêtepublique – parcnaturelrégionalmillevaches.fr, la taille des messages, pièces jointes comprises, ne devant pas dépasser 25 méga-octets.

Par courrier postal et électronique : Les observations du public pouvaient également être adressées par écrit au Président de la Commission d’Enquête, au siège de l’enquête – mairie de Millevaches – Le Bourg – 19290 Millevaches, ainsi que par courriel à l’adresse suivante : parcnaturelrégionalmillevaches @enquêtespubliques.com.

En rencontrant les membres de la Commission d’Enquête lors des permanences: Ces permanences étaient au nombre de 18 dans 15 communes. Les communes de MILLEVACHES, FELLETIN et PONTARION ayant accueilli 2 permanences.

Le Président et les Membres de la Commission d’Enquête se sont tenus à la disposition du public, à tour de rôle, pour recueillir les contributions du public aux lieux, jours et heures suivants :

13


Les observations formulées sur le registre électronique ainsi que celles adressées par courrier postal ou électronique au Président de la Commission d’Enquête ont été jointes au registre physique tenu à la disposition du public au siège de l’enquête. 2.1.9. 2.1.9.1.

Information du public Publicité légale

Un avis relatif à la tenue de l’enquête publique a été publié par voie d’affiches au moins quinze jours avant le début et pendant toute la durée de celle-ci : • • •

Dans chacune des 129 communes comprises dans le périmètre d’étude. Aux Sous-préfectures d’AUBUSSON (Creuse) et d’USSEL (Corrèze) Sur le site internet du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin : www.pnrmillevaches.fr 14


Sur le site internet dédié parcnaturelrégionlmillevaches.fr.

à

l’enquête

publique :

http://enquêtpublique-

Cet avis a également été publié quinze jours au moins avant le début de l‘enquête et rappelé dans les huit premiers jours de celle-ci dans les journaux locaux suivants, couvrant les trois départements compris dans le périmètre du Parc Naturel Régional •

Département de la Corrèze: o La Montagne du 3 septembre 2017 puis du 25 septembre 2017 o L’Echo du Centre du 1 septembre 2017 puis du 22 septembre 2017

Département de la Creuse : o La Montagne du 3 septembre 2017 puis du 25 septembre 2017 o L’Echo du Centre du 1 septembre 2017 puis du 22 septembre 2017

Département de la Haute Vienne o Le Populaire du Centre du 3 septembre 2017 puis du 25 septembre 2017 o L’Echo du Centre du 1 septembre 2017 puis du 22 septembre 2017

Cet avis, tant par son mode de diffusion que par son contenu, a respecté les dispositions des articles L 123 – 10 et R 123 – 9 du Code de l’Environnement. 2.1.9.2.

Publicité complémentaire

Parallèlement à la publicité légale, des mesures de publicité complémentaires ont été diffusées à l’initiative du porteur de projet : Publication d’un article dans le journal du parc distribué à chaque foyer des communes adhérentes au Parc Naturel Régional et dans la presse régionale. 2.2.

Déroulement de l’enquête

2.2.1.

Réunions préparatoires

Etant donné les distances séparant les domiciles des membres de la Commission d’Enquête et l’éloignement du siège de l’enquête, il a été convenu, d’un commun accord avec l’autorité organisatrice, de tenir les réunions nécessaires à l’organisation et au déroulement de l’enquête au site de LIMOGES de la Région Nouvelle Aquitaine – 27 – boulevard de la Corderie – 98031 LIMOGES. Le 27 juin 2017 Le Président de la commission d’enquête a rencontré Madame Christelle ZALAS – Chef du Service Environnement à la Région Nouvelle Aquitaine et Monsieur Olivier BROUSSEAU – Chargé de Mission Parcs Naturels Régionaux à la région Nouvelle Aquitaine, pour définir les conditions d’organisation de l’Enquête Publique et collaborer à la rédaction de l’arrêté d’enquête. Le 6 juillet 2017 15


Les trois membres de la commission d’enquête se sont réunis pour une première prise de contact, fixer les conditions de travail et se répartir les rôles au sein de la Commission. Puis, la commission a rencontré : Madame Christelle ZALAS et Monsieur Olivier BROUSSEAU représentant la Région Nouvelle Aquitaine, autorité organisatrice de l’enquête. Madame Catherine MOULIN – Vice Présidente du Syndicat Mixte du Parc Naturel Régional. Monsieur Jérôme COUFFY – Directeur Général du Syndicat Mixte Madame Adeline PELLETIER - Responsable du Pôle Animation Territorial du Parc Naturel Régional. pour une présentation générale du projet et du dossier d’enquête. A cette occasion, chaque membre de la commission a pris possession d’un exemplaire papier et d’une version numérique du dossier d’enquête définitif. Le 11 septembre 2017 Les membres de la commission, après avoir étudié le dossier, ont rencontré les représentants de la Région Nouvelle Aquitaine et du Syndicat Mixte du Parc Régional Naturel de Millevaches en Limousin, pour les questionner et demander des précisions ou des éclaircissements sur le projet. Participaient à cette réunion : La commission d’enquête au complet Monsieur BROUSSEAU – Chargé de mission Parc Naturel Régional à la Région Nouvelle Aquitaine Monsieur Jérôme COUFFY – Directeur Général du Parc Naturel Régional Madame Adeline PELLETIER - Responsable du Pôle Animation Territorial du Parc Naturel Régional. Monsieur Guillaume RODIER et Monsieur Thomas MIGNAUD du Parc Régional Naturel. Monsieur Gérard SALVIAT et Monsieur Gérard PONS élus siégeant au syndicat mixte de gestion du Parc Naturel Régional. 2.2.2. Ouverture des registres Le 11 septembre 2017, le Président de la commission d’enquête a ouvert, coté et paraphé 15 registres d’enquête destinés aux mairies recevant une permanence.

16


Il a également contrôlé et paraphé chaque document de la version papier et de la version numérique des dossiers d’enquête destinés à ces mairies. Les registres et les dossiers d’enquête ont ensuite été envoyés sous forme de courrier postal par l’autorité organisatrice. 2.2.3.

Réunion Publique

D’un commun accord entre l’autorité organisatrice et le président de la commission d’enquête, il a été décidé de ne pas organiser de réunion publique en raison de l’étendue du territoire qui aurait contraint à l’organisation d’un nombre important de réunions pour pouvoir déplacer un nombre significatif de participants. La diffusion du dossier d’enquête par internet où chacun a la possibilité de consulter le dossier à domicile 24 heures sur 24 permet en partie de combler cette absence de réunion publique 2.2.4.

Visite des lieux

Le 19 juillet 2017, les membres de la commission d’enquête ont visité plusieurs lieux emblématiques ou sites sensibles sur l’ensemble du territoire du Parc Naturel Régional. Etaient présents à cette visite : • • •

Les membres de la commission d’enquête Pour la région Nouvelle Aquitaine : Madame Christelle ZALAS – (Responsable du Service Environnement) Pour le Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin : Monsieur Philippe CONAN (Président du syndicat mixte) et Monsieur Jérôme COUFFY (directeur)

Les participants se sont retrouvés sur la comme de VIAM (Corrèze), près du lac qui est un exemple de développement touristique dans le périmètre du parc naturel régional, afin d’optimiser les déplacements.

17


Lac de Viam Un premier arrêt a eu lieu sur le site de la gare-bois de Bugeat (Corrèze) afin d’évoquer le projet Carbon-ingen’r porté par SOMIVAL. Il s’agit d’un projet industriel de pelets de bois torréfié qui représente une sensibilité particulière pour les objectifs de la charte.

Site du projet

Gare – Bois de Bugeat La commission d’enquête a ensuite visité la tourbière de Longeyroux, tourbière typique du Plateau de Millevaches, bénéficiant de mesures de sauvegarde pilotées par le Parc Naturel Régional.

18


Tourbière de Longeyroux Sur la route se rendant à Millevaches (Corrèze), elle s’est arrêtée pour découvrir un paysage peu boisé, typique du Plateau de Millevaches. Ce lieu particulièrement préservé, représente ce à quoi les initiateurs de la charte du Parc Naturel Régional souhaitent aboutir en matière de préservation du paysage et de l’environnement.

19


Paysages emblématiques du Plateau de Millevaches La Commission a pu découvrir La Maison du Parc de Millevaches, bâtiment dédié à la promotion du Parc Naturel Régional avec vente de produits régionaux.

20


Maison du parc L’après midi, elle a visité la ferme de Monsieur Dominique RAFFY, située entre Millevaches (Corrèze) et Meymac (Corrèze). Cette visite avait pour but d’appréhender les enjeux liés à l’agriculture (élevage, lande, myrtilles, mesures agro-environnementales) et la forêt, soutenus par le Parc Naturel Régional, en présence de Madame Cathy MIGNON-SENET, responsable du pôle gestion de l’espace à la région Nouvelle Aquitaine. En fin de journée, la commission a visité un chantier câble-mats à Gentioux (Creuse) concernant les enjeux liés à l’eau (préservation des zones humides, la forêt, le paysage) en présence de Madame Agathe CHAUVIN, chargée de mission eau et milieux aquatiques sur le bassin de Chavanon. Il s’agit d’un site où a lieu un débardage de bois en zone humide par un système de câbles et de mâts (comparable a la méthode utilisée en haute montagne) pour préserver cette zone, contrairement aux engins de débardage traditionnels. Cette opération était soutenue par le Parc Naturel Régional. Cette journée a permis aux membres de la commission d’enquête d’appréhender des réalisations concrètes ou des mesures de sauvegarde de l’environnement et du paysage, soutenues par le Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin. La journée a été organisée par le Syndicat Mixte du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin et la région Nouvelle Aquitaine, en accord avec le Président de la commission d’enquête 2.2.5.

Réunions pendant l’enquête

21


Le 11 octobre 2017 les membres de la Commission d’Enquête se sont réunis à LIMOGES, afin de faire le point sur le déroulement de l’enquête et procéder à un premier examen des observations. 2.2.6. • • • •

• • •

L’enquête publique s’est déroulée dans une ambiance sereine La participation du public a été très faible Aucun incident n’est à signaler Les relations entre les membres de la commission d’enquête, l’autorité organisatrice et le porteur de projet ont toujours été courtoises ; la commission d’enquête a toujours obtenu des réponses à ses questions ou à ses compléments d’information, sans noter une rétention quelconque de l’information. L’accueil dans les mairies, lors des permanences a toujours été lui aussi courtois et les permanences se sont toujours déroulées dans de bonnes conditions matérielles. Aucune couverture médiatique n’a eu lieu pendant l’enquête publique. Aucune pétition n’a été déposée.

2.2.7. • • • •

• • • • •

Climat général de l’enquête

Bilan quantitatif des observations formulées et des courriers reçus

52 personnes se sont manifestées au cours de l’enquête. 13 personnes ont apporté leur contribution sur les registres physiques déposés dans les 15 mairies recevant une permanence de la commission d’enquête. 4 personnes ont simplement signé le registre papier sans faire de commentaire 20 personnes ont consigné des observations sur le registre électronique mis à leur disposition sur le site internet : enquêtepublique - parcenaturelrégional.fr Sur ce registre, 4 observations sont anonymes ou ne permettent pas d’identifier les auteurs. 4 personnes ont fait des déclarations orales sans laisser de contribution sur le registre physique. 2 courriers ont été reçus au siège de l’enquête 2 notes écrites ont été annexées aux registres de Crocq et Sornac 7 personnes ont consulté le dossier en mairie sans intervenir. Aucun courriel n’est parvenu sur le site internet : parcnaturelrégionalmillevaches@enquêtes – publiques.com

2.2.8. Clôture de l’enquête publique A l’expiration du délai d’enquête, les registres ont été collectés par les membres de la commission d’enquête et remis sans délai au Président de la Commission d’enquête. 2.2.9.

Remise du procès verbal de synthèse

Le 27 octobre 2017, en application de l’article R 123 -18 du Code de l’environnement et de l’article 9 de l’arrêté ENV – LIM – 2017 - 001 de Monsieur le Président de la région Nouvelle Aquitaine, le Président de la commission d’enquête a rencontré Monsieur Olivier

22


BROUSSEAU représentant la région Nouvelle Aquitaine afin de lui remettre les observations écrites et orales consignées dans un procès verbal de synthèse. Au cours de cette réunion, après un bilan général de l’enquête, toutes les demandes écrites ou orales ont été étudiées. Il a été rappelé au représentant de la région Nouvelle Aquitaine qu’il disposait d’un délai de 15 jours pour produire un mémoire en réponse à ces observations. 2.2.10. Mémoire en réponse Le 6 novembre 2017, soit dans le délai de 15 jours imposé par l’article R 123 – 18 du Code de l’Environnement, le Président de la Commission d’Enquête a reçu par courriel le mémoire en réponse du porteur de projet puis il a reçu par courrier la version papier de ce mémoire le 10 novembre 2017 soit dans les délais impartis. III.

NATURE ET CARACTERISTIQUES DU PROJET

3.1.

Présentation du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin

Le Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin a été créé le 22 mai 2004. Il est situé sur la partie centrale du Limousin et s’étend sur 3 437 km2. Il recouvre le plateau de Millevaches qui représente la quasi-totalité de la montagne limousine, contre fort du Massif Central où les altitudes, comprises entre 700 et 900 m flirtent avec les 1 000 m au « Mont Bessou ». Il englobe également les marges de cette montagne où les altitudes peuvent descendre jusqu’à 400 m et s’étirent jusqu’à la limite régionale de l’Auvergne. 3.1.1.

- Contexte sociodémographique et géographique

Situé en Région Nouvelle Aquitaine, il s’étend sur trois départements : Corrèze, Creuse et Haute Vienne. La population est de 41 527 habitants (population totale au 1er janvier 2016), répartie sur 129 communes pour une densité de 11,87 habitants au km2. •

Topographie : Le parc est situé sur la frange occidentale du Massif Central. Son territoire est classé en « zone de montagne » ; cependant, son altimétrie reste peu élevée.

Hydrologie : La zone du Parc Naturel Régional est la zone centrale de départ de plus de 80 % des rivières du Limousin, territoire de sources qui desservent ensuite une partie du territoire national par les bassins versants de la Vienne et de la Dordogne.

Géologie : Le territoire du parc est un massif granitique très érodé.

Climat : Le climat est rigoureux, soumis à une pluviométrie élevée, plus importante que sur le reste du territoire régional. 23


Infrastructures de transport : Le Parc Naturel Régional de Millevaches est situé au centre d’un triangle constitué par la Route Nationale 145 – l’autoroute A 20 et l’autoroute 89.

La principale ville est MEYMAC (Corrèze). Le parc comporte quatre villes « portes d’entrée » : MEYMAC, EYMOUTIERS, FELLETIN et TREIGNAC •

Economie : elle est essentiellement rurale, il y a très peu d’industrie

3.1.2.

Contexte institutionnel

La première charte du Parc Naturel Régional de Millevaches a été écrite en 2004. Il comprend 13 établissements publics de coopération intercommunale, 4 pays et un syndicat mixte (syndicat du « Lac de Vassivière ».) 3.1.3.

Patrimoine naturel

Le territoire du Parc se caractérise par une richesse patrimoniale et naturelle exceptionnelle liée en particulier à une forte présence de zones humides, de landes à bruyères et de forêts anciennes de feuillus. La nouvelle charte propose d’identifier des SIEM (sites d’intérêt écologique majeur) et des SIEP (sites d’intérêt écologique et paysager). Ces ensembles plus vastes que les SIEM incluent des secteurs à fort intérêt paysager, dans lesquels on retrouve des noyaux de biodiversité remarquable. La gestion de ces espaces a vocation à être globale et concertée. Ces sites intègrent tous les grands milieux naturels du Parc : des complexes de landes sèches et landes tourbeuses, des tourbières, des étangs, des forêts remarquables, des dalles rocheuses, des vallées, des zones de gorges. A ces milieux naturels et habitats très diversifiés sont associées des espèces floristiques et faunistiques remarquables. A titre d’exemple citons la loutre d’Europe, la Moule perlière, le Chabot ou la Lamproie de Planer, l’Azuré des mouillères, le Pique-prune ou le Circaète Jean-leblanc et la Pie-grièche grise pour lesquelles ce territoire porte une responsabilité toute particulière (pour cette dernière le territoire du Parc semble bien être le dernier bastion régional de l’espèce). Cette richesse vaut au territoire l’existence de 14 sites Natura 2000 (et une Zone de Protection Spéciale) qui couvrent environ 22,5 % de la superficie du Parc (moyenne nationale 12 % - moyenne régionale 6 %). Ces milieux, particulièrement riches et fragiles font en outre l’objet de nombreuses actions de conservation et de gestion partenariale qu’il convient de poursuivre et d’amplifier pour assurer leur pérennité (risques d’enfrichement, ou boisement de zones ouvertes, exploitation forestière des hêtraies de pente…). 3.1.4.

Patrimoine culturel et bâti

24


La richesse patrimoniale, culturelle et bâtie se caractérise par l’existence : • • • • •

D’un patrimoine bâti associé à des savoir-faire et une histoire prégnante (émigration des hommes bâtisseurs des grandes villes Paris, Lyon, Bordeaux…) D’un patrimoine vernaculaire d’une densité exceptionnelle et reflétant l’omniprésence de l’eau (ponts, moulins, levades, puits et fontaines) D’éléments de mémoire : la langue occitane, ou plus récemment les résistances (ex : La Villedieu, le Mont Gargan…) D’un patrimoine archéologique assez peu valorisé De 3 centres d’art contemporain sur ce seul territoire dont l’un est dédié au paysage

Bénéficiant d’actions de restauration et de valorisation, et globalement préservé, ce patrimoine est parfois encore en proie à une certaine déshérence, qu’il convient d’enrayer. 3.1.5.

Paysages et structuration de l’espace

En plus d’un climat et de conditions naturelles semi-montagneuses, le territoire du Parc est marqué par : • • •

Une omniprésence de l’eau, Une très faible densité de population, Des activités qui forgent paysages et nature : agriculture d’élevage et sylviculture récente.

La charte paysagère a permis de définir de façon graphique un ensemble de types et de secteurs correspondants. Quatorze sites d’intérêt écologique paysager (SIEP) ont été identifiés. Ce sont de vastes secteurs où se cumulent la qualité paysagère et la présence de milieux naturels remarquables. Ils reflètent opportunément la réalité du territoire. On y retrouve des vallées dont la lisibilité peut être à reconquérir (ex : la Vézère dans sa partie amont) ou des gorges dont la richesse patrimoniale est avérée, des surfaces en eau (lacs ou étangs), des sommets (ex : Mont Gargan, Mont Bessou), des sources et cours d’eau, des cuvettes (ex : Tourbière du Longeyroux), des sites marqués par la présence du granit (ex : Rochers de Clamouzat), des itinéraires marquants (ex : route des hêtres). Ces sites résument l’essentiel de ce qu’offrent au premier regard les paysages du territoire. Les paysages du Parc de Millevaches sont intimement liés à l’équilibre agro-sylvo-pastoral, tant en termes de surfaces occupées (rapport milieux ouverts / forêts) qu’en termes de répartition (pourtours des villages, puys et cônes de visibilité…) ou d’activités humaines (pratiques agricoles ou sylvicoles ayant un impact à court ou moyen terme). Cet équilibre demeure fragile et constitue un défi majeur que le territoire et ses partenaires ont à relever. 3.1.6.

Identité du territoire

Malgré sa faible densité et son relatif enclavement, le territoire du Parc s’illustre par : •

Une attractivité réelle démontrée par un solde migratoire qui compense en grande partie le déficit naturel enregistré depuis plusieurs décennies 25


• • •

L’existence d’un réseau associatif dense et structuré, qui offre au territoire une dynamique indispensable à la vie sociale et culturelle Une activité agricole et forestière encore très présente, mais en voie de mutation (diversification agricole, circuits courts, sylviculture encore récente) Une économie touristique en positionnement

Depuis une dizaine d’années, le regain d’attractivité du territoire du Parc de Millevaches est synonyme de recomposition sociale et économique. Entre le territoire et ses habitants s’instaurent ainsi de nouvelles interactions porteuses d’innovation. 3.2.

Périmètre du Parc Naturel Régional de Millevaches

3.2.1. Définition du périmètre La période de révision de la charte permet d’ajuster le périmètre et ainsi d’accroître la cohésion territoriale du Parc en veillant aux continuités géographiques, écologiques, patrimoniales, et au renforcement et à la consolidation des dynamiques existantes. Dans ce cadre, en 2011, le Syndicat mixte de gestion du Parc, en étroite collaboration avec la Région Limousin et la DREAL a souhaité mener une étude d’opportunité d’extension de son périmètre afin de disposer d’un éclairage fondé sur des analyses argumentées, synthétiques, véritable outil d’aide à la décision pour se prononcer sur le périmètre d’étude. Cette étude a porté sur un périmètre étendu de 39 nouvelles communes réparties en 5 secteurs ayant exprimé ou non leur souhait d’intégrer le périmètre d’étude. Le secteur d’Aubusson/Haut Pays Marchois (inclus secteur de Crocq) : 22 communes Le secteur de Bourganeuf (inclus secteur de Pontarion et vallée du Thaurion) : 11 communes Le secteur d’Ussel : 4 communes La vallée du Chavanon : 2 communes La commune de Châteauneuf-la-Forêt (au titre de commune partenaire) A l’issue de l’étude, le périmètre d’étude du Parc naturel régional de Millevaches en Limousin proposé est composé comme suit : • •

Les 113 communes du périmètre actuel du Parc Une extension au-delà des communes incluses dans le périmètre actuel du Parc, soit 16 communes (dont 8 issues du périmètre d’étude initial de 2004 et 8 communes nouvelles)

Les secteurs d’extension sont répartis sur 3 secteurs justifiés par les éléments suivants : Au nord-ouest, un ensemble « plateau de Bourganeuf-Royère et vallée du Taurion » (communes de Saint-Pierre-Bellevue, Saint-Junien-la-Brégère, Saint-Martin-Château, SaintMoreil, Faux-Mazuras, Pontarion, Saint-Pierre- Bellevue, Vidaillat, Thauron, Chavanat et Banize).

26


Ce secteur est riche de multiples sites d’intérêt écologique et de paysages naturels et humanisés remarquables : nombreuses ZNIEFF et Zones Natura 2000 sur les communes de Saint-Pierre-Bellevue, Saint-Junien-la-Brégère, Saint-Martin-Château, Saint-Moreil et FauxMazuras. La vallée du Taurion est également un site emblématique à forte valeur écologique dont la continuité est assurée par les communes de Pontarion, Saint-Pierre-Bellevue, Vidaillat, mais aussi Thauron, ainsi que Chavanat et Banize. La plupart de ces communes figuraient déjà dans le périmètre d’étude du Parc en 2004. Les principaux enjeux de cette extension sont de rétablir la situation initiale envisagée lors de la création du Parc (complétude de l’entité paysagère de Vassivière et ses alentours), mais également de compléter le bassin versant du Taurion. En effet, la vallée du Taurion est intégrée au contrat territorial Vienne amont sur lequel le Syndicat mixte mène un travail de fond avec l’ensemble des maîtres d’ouvrage. La continuité de gestion et d’action sur l’ensemble de la vallée du Taurion, des sources jusqu’à sa sortie de Bourganeuf serait ainsi garantie. Au nord-est, une entité regroupant 4 communes du secteur de Crocq (Saint-Maurice-prèsCrocq, Saint-Oradoux-près-Crocq, Pontcharraud et Saint-Pardouxd’Arnet). Cette entité assure la cohérence paysagère du pays de Crocq, limite évidente avec l’entité paysagère des Combrailles, et riche de son bocage vallonné aux arbres remarquables, au petit patrimoine et à l’avifaune diversifiée. L’étude précise pour les communes de Pontcharraud et Saint-Pardoux d’Arnet, qui bien que présentant un patrimoine naturel moins riche et plus fragmenté que les communes voisines du même secteur (Saint-Maurice-prèsCrocq et Saint-Oradoux-près-Crocq) font preuve d’une très forte motivation, ce qui représente un levier potentiel pour atteindre l’objectif de renouvellement de la charte. Ainsi, l’enjeu majeur de cette extension est d’assurer la continuité paysagère et de conforter la cohérence territoriale de ce secteur, d’ores et déjà fortement engagé auprès du Syndicat mixte dans la mise en œuvre d’actions partenariales. La charte et ses mesures prévoient d’améliorer l’état de l’environnement de ces deux communes Pontcharraud et Saint-Pardoux d’Arnet, en proposant plusieurs actions : maintenir et préserver le réseau bocager du secteur nord-est du Parc (figuré spécial au plan Parc), améliorer les continuités paysagères agricoles, restaurer la continuité écologique et la qualité biologique des cours d’eau. Sur ce dernier point une attention particulière sera accordée aux petits cours d’eau en tête de bassin, et spécialement la Rozeille qui traverse la commune de Pontcharraud. Au sud-est, et à l’est, une marge constituée de 2 communes complète le bassin versant du Chavanon (communes de Feyt et de Confolent-Port-Dieu), secteur à forte valeur écologique (plusieurs sites retenus au titre des directives « oiseaux » et « habitat ») et paysagère (vallée encaissée et sauvage du Chavanon). L’enjeu principal de cette extension est d’assurer la continuité de gestion et d’action sur la vallée du Chavanon, notamment dans le cadre d’un contrat territorial en préfiguration avec l’Agence de l’eau Adour-Garonne. En conclusion, depuis sa création, le territoire du Parc naturel régional de Millevaches en Limousin n’a pas connu d’évolution marquante en termes d’aménagement d’ampleur ou de 27


dégradation particulière des milieux et du patrimoine qui fondent sa labellisation en Parc naturel régional. L’implication des acteurs présents sur le Parc (élus, socio- professionnels) et des partenaires extérieurs est réelle et grandissante, même si l’on observe une marge de progression substantielle. Aucune action de la charte n’a été remise en cause, et aucune commune n’a manifesté sa volonté de quitter le Parc. Au contraire, les sollicitations de nouvelles communes pour rejoindre le Parc ont été nombreuses. C’est pourquoi, en accord avec le Syndicat mixte de gestion du Parc de Millevaches et s’appuyant sur des communes globalement volontaires, la Région Limousin a souhaité une extension mesurée du périmètre d’étude. L’objectif de cette extension est de parachever la cohérence et la pertinence des limites du territoire en termes de continuité écologique et paysagère, et d’occupation de l’espace, sur les pourtours du périmètre actuel. Ainsi, l’extension envisagée concerne 16 communes, dont 8 faisaient déjà partie du périmètre d’étude initial de 2004. Pour les 8 communes nouvelles, il s’agit de compléter des entités paysagères et surtout des bassins versants de rivières emblématiques sur lesquelles le Parc a engagé des actions de gestion et de conservation. Dans la même optique de contenir le périmètre dans sa cohérence biogéographique, certaines communes au caractère plus urbain (Aubusson, Bourganeuf, Châteauneuf-laForêt, Egletons et Ussel) n’ont pas été intégrées au périmètre d’étude mais constitueront des partenaires privilégiés du Parc dans l’élaboration et la mise en œuvre de sa future charte.

28


Périmètre d’étude du parc naturel régional de Millevaches en Limousin

3.2.2.

Communes comprises dans le périmètre d’étude

129 communes ont été intégrées dans le périmètre d’étude du Parc Naturel Régional : Communes situées dans le département de la Corrèze : AFFIEUX, AIX, ALLEYRAT, AMBRUGEAT, BELLECHASSAGNE, BONNEFOND, BUGEAT, CHAMBERET, CHAUMEIL, CHAVANAC, CHAVEROCHE, COMBRESSOL, CONFOLENTPORT-DIEU, CORREZE, COUFFY-SUR-SARSONNE, COURTEIX, DARNETS, DAVIGNAC, L'EGLISE-AUX-BOIS, EYGURANDE, FEYT, GOURDON-MURAT, GRANDSAIGNE, LACELLE, LAMAZIERE-HAUTE, LAROCHE-PRES-FEYT, LESTARDS, LIGNAREIX, LE LONZAC, MADRANGES, MAUSSAC, MERLINES, MEYMAC, MEYRIGNAC-L'EGLISE, MILLEVACHES, MONESTIER-MERLINES, PERET-BEL-AIR, PEROLS-SUR-VEZERE, PEYRELEVADE, PEYRISSAC, PRADINES, RILHAC-TREIGNAC, SAINT-ANGEL, SAINTAUGUSTIN, SAINT-ETIENNE-AUX-CLOS, SAINT-FREJOUX, SAINT-GERMAIN-LAVOLPS, SAINT-HILAIRE-LES-COURBES, SAINT-MERD-LES-OUSSINES, SAINT-PARDOUX-LENEUF, SAINT-PARDOUX-LE-VIEUX, SAINT-REMY, SAINT-SETIERS, SAINT-SULPICE-

29


LES-BOIS, SAINT-YRIEIX-LE-DEJALAT, SARRAN, SORNAC, SOUDAINE-LAVINADIERE, SOUDEILLES, TARNAC, TOY-VIAM, TREIGNAC, VEIX, VIAM, VITRAC-SUR-MONTANE. Communes situées dans le département de la Creuse : BANIZE, BASVILLE, BEISSAT, CHAVANAT, CLAIRAVAUX, LA COURTINE, CROCQ, CROZE, FAUX-LA-MONTAGNE, FAUX-MAZURAS, FELLETIN, FENIERS, FLAYAT, GENTIOUX-PIGEROLLES, GIOUX, MAGNAT-L'ETRANGE, MALLERET, MANSAT-LACOURRIERE, LE MAS-D'ARTIGE, LE MONTEIL-AU-VICOMTE, LA NOUAILLE, PONTARION, PONTCHARRAUD, POUSSANGES, ROYERE-DE-VASSIVIERE, SAINTAGNANT-PRES-CROCQ, SAINT-FRION, SAINT-GEORGES-NIGREMONT, SAINTJUNIEN-LA-BREGERE, SAINT-MARC-A-FRONGIER, SAINT-MARC-A-LOUBAUD, SAINTMARTIAL-LE-VIEUX, SAINT-MARTIN-CHATEAU, SAINT-MAURICE-PRES-CROCQ, SAINT-MERD-LA-BREUILLE, SAINT-MOREIL, SAINT-ORADOUX-DE-CHIROUZE, SAINTORADOUX-PRES-CROCQ, SAINT-PARDOUX D’ARNET, SAINT-PARDOUXMORTEROLLES, SAINT-PIERRE-BELLEVUE, SAINT-QUENTIN-LA-CHABANNE, SAINTYRIEIX-LA-MONTAGNE, SOUBREBOST, THAURON, VALLIERE, VIDAILLAT, LA VILLEDIEU. Communes situées dans le département de la Haute-Vienne : AUGNE, BEAUMONT-DU-LAC, BUJALEUF, CHEISSOUX, LA CROISILLE-SUR-BRIANCE, DOMPS, EYMOUTIERS, NEDDE, PEYRAT-LE-CHATEAU, REMPNAT, SAINT-AMAND-LEPETIT, SAINTE-ANNE-SAINT-PRIEST, SAINT-GILLES-LES-FORETS, SAINT-JULIEN-LEPETIT, SURDOUX, SUSSAC. 3.3.

Projet de charte

3.3.1.

Cadre de la charte

La démarche de concertation réalisée pour l’élaboration de cette charte, après identification des enjeux, a abouti à regrouper les thématiques en 3 axes stratégiques, cœur du projet du Parc naturel régional de Millevaches en Limousin. La charte est ainsi structurée en 3 axes et 8 orientations selon le schéma ci – dessous :

30


Elle se décline en 38 mesures. •

Le pilotage des mesures : Les actions sont menées au titre des mesures prévues par la charte. Le pilotage des mesures est partagé entre le Syndicat mixte et d’autres acteurs du territoire.

Par pilotage, il faut entendre : Etre le moteur de la mesure : prendre l’initiative de contacter et motiver les partenaires pour mettre en œuvre la mesure.

Proposer un plan d’actions annuel et un partage des tâches entre les différents partenaires

Bâtir le plan de financement prévisionnel des actions correspondantes

L’engagement des signataires : La mise en œuvre d’une mesure relève principalement du pilote, mais elle engage en fait de nombreux acteurs ; chaque acteur de la mesure s’engage à y participer.

Le rôle des partenaires : Concernant les partenaires, il ne s’agit pas d’un engagement signé par l’acte d’adhésion à la charte, mais de la définition du rôle qui peut lui être assigné, dans le cadre de l’action, dans laquelle il s’engage librement et de façon partenariale. Un des objectifs du Syndicat mixte est la formalisation de partenariats avec ceux-ci, sous forme de conventions précisant droits et devoirs de chacun.

La gouvernance améliorée : Le territoire Parc abrite un fort dynamisme associatif et une longue tradition d’initiatives collectives jouant un véritable rôle de lien et d’utilité sociale. Le Syndicat mixte doit s’appuyer sur cette dynamique de « l’agir ensemble » pour repenser sa relation aux habitants, en imaginant de nouvelles formes de dialogue et de participation, en créant des occasions d’agir. Cela nécessite de revoir les modes d’organisation technique et de conduite de certains projets, du temps d’adaptation, des lieux de débats, d’échanges et d’inventer une nouvelle 31


gouvernance du projet transversal de la charte du Parc. Une gouvernance où doivent se rejoindre les élus et les forces vives du territoire mais aussi l’Etat et les collectivités supra-locales, Région et Départements, dont les politiques influent sur la destinée du « territoire Parc ». Il s’agit de mettre en place une démarche de dialogue territorial, de construire un regard partagé sur la question du « vivre ensemble et des solidarités ». •

L’animation territoriale : Le Syndicat mixte est l’animateur du projet de territoire, il assure sa mise en œuvre, l’atteinte des objectifs visés, et évalue sa mise en œuvre et ses effets sur le territoire. La Région au travers de sa feuille de route à l’attention des Parcs a confirmé le rôle en matière d’animation territoriale avec une focalisation particulière sur biodiversité, paysage et urbanisme, patrimoine bâti et culturel, éducation au territoire, expérimentation et innovation. Elle rappelle aussi que les Parcs ne font jamais tout et seuls, mais pour et avec. Le Syndicat mixte intervient nécessairement plus en amont, notamment pour l’élaboration de programmes cadre ou de chartes, comme garant de la prise en compte de l’échelle Parc.

Le Syndicat peut alors se positionner comme : •

• •

Facilitateur : il aide à l’émergence des projets sur son territoire, par l’aide au montage de projet, l’animation de ses réseaux d’acteurs, par l’aide à la recherche de financement. Coordonnateur : il planifie, suit, anime et évalue les actions mises en œuvre Maître d’ouvrage ou d’œuvre : pour faire émerger des projets sur des besoins identifiés collectivement lorsqu’aucun autre acteur ne se positionne. Sur des projets à l’échelle de son territoire mais également sur des projets innovants ou expérimentaux.

Plus particulièrement sur l’expérimentation et l’innovation, le Syndicat mixte se positionne comme pilotant l’émergence et/ou la consolidation d’initiatives et d’expérimentations alternatives et/ou complémentaires aux démarches classiques dans les différents domaines qui l’intéresse (économie, environnement, habitat, culture, tourisme...). Le Syndicat mixte se place en accompagnateur des initiatives locales. À travers les élus et l’équipe salariée, il cherche à identifier, à capter les besoins et opportunités du territoire, pour inventer, organiser, construire collectivement des réponses avec les forces vives existantes. Cela se traduit aussi par une capacité à mobiliser les financements nécessaires pour l’émergence et la réalisation de ces projets. Ainsi le Syndicat mixte n’a pas vocation à se substituer aux collectivités locales ni autres structures porteuses de projets de territoire mais à créer des synergies avec eux pour atteindre collectivement les objectifs de la charte. •

Le processus décisionnaire du Syndicat mixte de gestion :

Enjeu fort pour cette nouvelle charte, la dynamisation des instances décisionnaires. Constat partagé lors de l’évaluation, l’implication des élus au cours des dix années passées s’est délitée petit à petit. Au cours de la révision de la charte, des initiatives ont vu le jour afin de remobiliser les élus : 32


o o o

Actualisation des élus référents thématiques Organisation de visites ou d’expositions lors des comités syndicaux Mise en place de groupes de réflexion stratégique pour l’avenir du Parc

Ces initiatives saluées par les élus participants doivent être poursuivies et renforcées. Il s’agit également d’améliorer la qualité de l’animation des réunions avec les élus favorisant l’émergence de visions stratégiques pour la mise en oeuvre de la charte, de développer une culture de l’évaluation et de la prospective par l’appropriation des outils dédiés. Un enjeu concerne les délégués communaux et intercommunaux présents essentiellement lors des comités syndicaux, ils constituent les premiers ambassadeurs du Parc auprès des habitants. Le Syndicat mixte aura à mettre en place les outils de communication adéquats, ainsi que des temps et lieux de rencontres favorisant l’implication et l’expression des délégués. Cela pourra se concrétiser par l’organisation de groupes de travail adéquats, de séminaires et conférences, de voyages d’études, de jumelage avec des territoires précurseurs dans certains domaines, etc. •

La gouvernance du Syndicat et des collectivités du territoire du Parc

La charte intègre les nouveaux cadres fixés par les politiques supra territoriales (feuille de route de la Région, les priorités nationales, les lois sur la biodiversité, l’urbanisme, la décentralisation...). Le Syndicat mixte coordonne l’ensemble des stratégies et actions qui s’exercent sur son territoire, dans ses champs de compétences. Il porte une attention particulière pour assurer une articulation cohérente entre les politiques publiques locales, en : o Se positionnant comme outil de mise en œuvre des politiques régionales et départementales. Le Syndicat mixte participe à l’élaboration des schémas et documents stratégiques régionaux et départementaux et décline leurs objectifs dans la charte o Positionnant la charte comme outil fédérateur pour l’ensemble des collectivités locales et de leur projet de territoire o Formalisant les coopérations entre les porteurs de projet de territoire (EPCI, Pays, etc.) et en proposant des outils de suivi, d’évaluation et d’observation du territoire favorisant l’ingénierie territoriale. La conférence des territoires initiée dans le cadre de la révision de la charte pourra formaliser et animer ces coopérations o Mobilisant les signataires de la charte en précisant clairement dans le document la répartition des rôles, des maîtrises d’ouvrage, et des fonctions de pilotage territorial, reconnues au Syndicat mixte par l’ensemble des parties prenantes. •

Les instances décisionnaires du Syndicat mixte : o Le Comité syndical o Le Bureau syndical o Le Bureau réduit

Les instances consultatives du Syndicat mixte : o La conférence des partenaires (Etat, Région, Départements) o Le Conseil de Valorisation de l’Espace Rural du Millevaches (CVERM) o Les commissions thématiques 33


o o

Le Conseil Scientifique Le Comité Territorial de l’Eau

Les instances de gouvernance territoriale et les partenaires territoriaux o La Conférence des territories o Les communautés de communes o Les Pays ou PETR o Le syndicat mixte du lac de Vassivière

La gouvernance partenariale : Au-delà des structures de l’institution et de ses partenaires territoriaux, le Syndicat mixte ne peut mener à bien son projet de territoire sans la participation active de ses partenaires techniques. Ceux-ci sont pour certains engagés de longue date dans le projet territorial Parc. Ces partenaires ont vocation à devenir des acteurs réguliers de la mise en œuvre des mesures de la charte. Plusieurs conventions sont déjà établies. Ces conventionnements seront développés ou complétés dans les deux premières années qui suivront le renouvellement du label.

L’évaluation de la mise en œuvre de la charte et la démarche prospective : Ce qui a fait la force des Parcs naturels régionaux depuis quarante ans, c’est leur capacité à se projeter vers l’avenir, à inventer de nouvelles formes de partenariat, de gouvernance, de projets, etc. Il convient de garder cette originalité en l’adaptant aux nouvelles organisations territoriales et aux besoins futurs du territoire de Millevaches. Les nouveaux textes régissants les Parcs imposent la mise en œuvre d’une évaluation au fil de l’eau des actions du Parc ; déjà adhérent à la démarche nationale au moyen du logiciel d’évaluation EVA, Millevaches l’adoptera définitivement à la mise en application de la nouvelle charte. L’évaluation est un outil de pilotage de la mise en œuvre de la charte et d’aide à la réflexion stratégique.

Plusieurs temps forts de l’évaluation sont identifiés : o o o

Tous les ans, l’élaboration du bilan d’activité retranscrit dans le rapport annuel d’activité du Parc Tous les 5 ans, une évaluation intermédiaire À l’issue de la charte, une évaluation finale associée à l’analyse des effets de la mise en œuvre de la charte sur le territoire.

La démarche d’évaluation est étroitement associée à celle de l’Observatoire du territoire, deux outils complémentaires de pilotage et d’aide à la décision. De plus, la Fédération des Parcs dispose d’une structure de réflexion ad hoc tournée vers l’avenir, c’est le CORP, Comité d’orientation, de Recherche et de Prospective. S’inspirer de ses travaux peut enrichir la réflexion sur notre territoire. En effet, les démarches prospectives et l’innovation sont vitales pour le territoire de Millevaches, qui peut se positionner comme un laboratoire de l’avenir du monde rural en anticipant les enjeux qui s’imposent à ce territoire et dont les origines sont aussi bien locales (faible densité de population, population vieillissante, etc.) que globales (surcoût des énergies, crise économique, sociale et environnementale, flux de populations et de services du rural vers l’urbain). 34


6 3.3.2.

Les mesures opérationnelles

Elles s’articulent autour de 3 axes comprenant au total 8 orientations. Chaque orientation comprend elle-même diverses mesures. AXE 1L Gérer l’espace en préservant les richesses patrimoniales Orientation 1 Préserver un haut niveau de richesse des milieux et des espèces Mesure 1 - Compléter les inventaires d’espèces et milieux remarquables Mesure 2 - Poursuivre l’identification des continuités écologiques Mesure 3 - Mener des travaux de recherche et d’expérimentation sur la dynamique des espèces et des écosystèmes Mesure 4 - Restaurer ou conforter les continuités écologiques Mesure 5 - Intégrer des pratiques favorables aux espèces sensibles dans la gestion de la nature «ordinaire» Mesure 6 - MESURE PHARE - Gérer de façon concertée les milieux rares et remarquables, en particulier les Sites d’Intérêt Ecologique Majeur Mesure 7 - Elaborer ou décliner des plans d’actions en faveur d’espèces emblématiques Mesure 8 - Encadrer la pratique des véhicules à moteur de loisir Orientation 2. Accompagner la mutation des paysages Mesure 9 - Approfondir et partager la connaissance du paysage Mesure 10 - Retrouver la lisibilité et préserver la qualité des paysages Mesure 11 - MESURE PHARE - Préserver et valoriser les paysages emblématiques Mesure 12 - MESURE PHARE - Développer un urbanisme au service de la qualité de vie Orientation 3 Améliorer la gestion partagée de l’eau Mesure 13 - Améliorer la connaissance et suivre la qualité des eaux et des milieux aquatiques Mesure 14 - MESURE PHARE - Atteindre le bon état écologique des cours d’eau et des milieux associés Mesure 15 - Préserver la qualité des eaux Orientation 4 Connaitre, sauvegarder et valoriser le patrimoine culturel 35


Mesure 16 - Enrichir et partager la connaissance du patrimoine culturel Mesure 17 - MESURE PHARE - Restaurer et valoriser le patrimoine bâti Mesure 18 - Promouvoir la culture et la langue occitanes AXE 2 Valoriser les ressources en accompagnant les mutations de la société et de son environnement. Orientation 5 Stimuler la production et la valorisation des ressources locales la production et la valorisation des ressources Mesure 19 - Favoriser l’accès au foncier pour des porteurs de projets innovants Mesure 20 - MESURE PHARE - Relocaliser la transformation, la distribution et la consommation des produits agricoles Mesure 21 - Développer et promouvoir une agriculture alliant viabilité économique et respect de l’environnement Mesure 22 - MESURE PHARE - Préserver et gérer la ressource forestière et son environnement Mesure 23 - Réconcilier les acteurs et usagers de la forêt Mesure 24 - Développer les expérimentations permettant la valorisation du bois local Mesure 25 - Fédérer le territoire autour d’un projet touristique durable Mesure 26 - Renforcer la mise en tourisme des atouts patrimoniaux Mesure 27 - Promouvoir l’Economie Sociale et Solidaire Orientation 6 Devenir un territoire à énergie positive Mesure 28 - S’approprier les enjeux énergétiques du territoire Mesure 29 - MESURE PHARE - Améliorer le geste lié à l’usage de l’énergie et à la performance énergétique Mesure 30 - Fédérer citoyens et collectivités autour de projets participatifs et collectifs Mesure 31 - Inciter à de nouvelles mobilités AXE 3 Promouvoir et partager un territoire attractif et innovant Orientation 7 Transmettre les savoirs du territoire Mesure 32 - MESURE PHARE - Concevoir un programme éducatif territorial Mesure 33 - Conforter le réseau des sites d’interprétation et de visites Mesure 34 - Concourir à la formation des acteurs du territoire 36


Orientation 8- p. 156 Assurer la cohésion des habitants et des acteurs du territoire Mesure 35 - Partager l’accès à la culture et faciliter la création Mesure 36 - Organiser la communication Mesure 37 - Favoriser le lien social par des coopérations locales Mesure 38 - Développer les coopérations Le schéma ci-dessous synthétise les orientations et les diverses mesures du projet de charte.

37


Analyse du projet par la commission d’enquête : Bien qu’il soit de qualité, très structuré et bien documenté avec 3 grands axes, 8 orientations et 38 mesures, ce projet conçu pour 15 ans et concernant 129 communes, communes, parait avoir été élaboré sans vraiment tenir compte de leurs attentes par suite du schéma mis en place. En place. L’étude d’opportunité d’extension du périmètre du PNR, telle que libellée, ne facilite pas la prise de décision des communes concernées 3.3.3 Evaluation environnementale Les chartes de Parcs naturels régionaux sont soumises à évaluation environnementale en application de l’article R.122-17 du code de l’environnement, par transposition de la directive 2001/42/CE du Parlement européen et du Conseil du 27 juin 2001 relative à l’évaluation des incidences de certains plans et programmes sur l’environnement. Les chartes des PNR constituent des documents qui définissent le cadre de mise en œuvre de projets et influencent d’autres plans ou programmes entrant dans le champ de l’évaluation environnementale. 3.3.4 Articulation avec les principaux schémas Le tableau ci-dessous présente l’articulation du projet avec les différents plans, schémas et programmes liés aux politiques publiques et autres grands projets d’aménagement concernant son territoire.

38


Suite du tableau page suivante :

39


3.3.5

Etat initial de l’environnement

Les tableaux ci-dessous présentent la synthèse de l’état de l’environnement à l’échelle du périmètre d’étude du Parc :

40


41


42


3.3.6

Exposé des motifs

S’agissant d’une révision de charte et non pas d’une création de Parc, cette partie s’attache à présenter les principales évolutions et inflexions entre le projet de charte 2016-2028 et la charte précédente, résultant de choix et d’arbitrages effectués par les responsables de la procédure de révision de la charte, suite aux différentes étapes de concertation et de coélaboration du projet avec les partenaires et acteurs locaux. A l’issue de deux années de travail et de concertation, il ressort du projet de charte 20162028 du Parc naturel régional de Millevaches en Limousin les éléments suivants : •

• •

Un nouveau périmètre dont l’extension a été contenue à 16 communes (sur 39 candidates potentielles), en s’appuyant sur des critères biogéographiques (biodiversité, paysages, continuités écologiques) et sur la motivation locale à rejoindre le Parc ; Un projet de charte resserré et priorisé sur les fondements des missions des Parcs naturels régionaux. L’approche patrimoniale est une porte d’entrée du projet stratégique du territoire, à partir de laquelle s’articulent les mesures de la charte en réponse aux enjeux environnementaux mais également socio-économiques ; Une prise en compte de nouveaux enjeux liés aux continuités écologiques, à l’urbanisme durable et au changement climatique ; Une gestion des milieux et des paysages s’appuyant sur des zonages pour les secteurs les plus sensibles (SIEM, SIEP, Natura 2000, ZPS, ZSC, corridors écologiques) ainsi que sur une amélioration des pratiques à l’échelle de l’ensemble du territoire (gestion de la nature « ordinaire », paysages du quotidien) ; 43


Une gouvernance revisitée, permettant une meilleure lisibilité de la mise en œuvre du projet de charte et une plus forte implication des membres et partenaires du Parc, mais également des acteurs locaux (habitants), à plusieurs niveaux : o L’amélioration et le partage des connaissances, o L’articulation des stratégies locales de développement, o La mise en œuvre d’actions collectives, o La participation aux prises de décisions (instances formalisées) 3.3.7

Effets notables du projet de charte sur l’environnement

Les effets positifs directs de la mise en œuvre du projet de charte portent principalement sur : • La préservation du patrimoine naturel (les milieux et les espèces), de la qualité du paysage et du patrimoine culturel (matériel et immatériel) : axe 1 du projet de charte ; • La valorisation des ressources locales et des activités socio-économiques locales (agriculture, sylviculture, tourisme durable, ESS) dans le respect de l’environnement (biodiversité, eau, sols, paysage, patrimoine culturel) : axe 2 du projet de charte ; • L’adaptation au changement climatique pour la préservation de la qualité de vie et des ressources du territoire : axe 2 du projet de charte. Ces effets seront amplifiés de manière indirecte par l’ensemble des mesures favorisant : L’amélioration de la connaissance du territoire (patrimoine naturel, paysager, culturel, ressources) : dimension commune à tous les axes du projet de charte. La sensibilisation renforcée et la formation du grand public et de tous les acteurs à la protection de l’environnement et aux richesses du territoire : axe 3 du projet de charte avec des déclinaisons dans les autres axes. Le projet de charte présente un grand nombre d’effets globalement neutres pour les composantes environnementales suivantes : énergie-climat, risques sols et sous-sols, urbanisme et patrimoine culturel. Ce faisant, un certain nombre de points de vigilance viennent nuancer les effets positifs ou neutres du projet de charte. En effet, la mise en œuvre opérationnelle de certaines dispositions pourrait : •

provoquer des effets négatifs induits en cas d’approche trop cloisonnée des opérations (ex. réponse à un objectif d’adaptation au changement climatique sans tenir compte du patrimoine naturel ou bâti ; restauration de continuités écologiques sans tenir compte du risque de diffusion d’espèces invasives…), déplacer les effets induits par une disposition règlementaire et/ou localisée (ex. report de pression lié au plan de circulation des véhicules à moteur, report de pression lié aux zonages concernant les projets de développement des ENR).

Des effets probables négatifs et maîtrisables sont révélés et principalement imputables aux mesures relatives : •

Au développement des énergies renouvelables (en particulier le bois énergie, l’éolien et l’hydro-électricité), 44


• •

Au développement de l’activité touristique (aménagements de site, fréquentation…), à la gestion de l’espace (entre protection du paysage et occupation agricole ou sylvicole), Aux travaux sur le bâti (restauration et/ou rénovation énergétique), Et dans une certaine mesure, à la restauration des continuités écologiques (à lier à la diffusion potentielle d’espèces invasives).

Les impacts concernent particulièrement le milieu naturel (faune, flore, biodiversité et continuités écologiques) et une partie du milieu humain (principalement la gestion de l’espace : la protection du paysage, et de la sylviculture avec l’exploitation de la ressource bois). Enfin, aucune mesure du projet de charte n’induit d’impact négatif non maîtrisable. Du point de vue de la temporalité des effets, on constate globalement que les effets positifs attendus se manifesteront pleinement à moyen et/ou long terme eu égard au temps nécessaire aux démarches de concertation, à l’évolution des pratiques et enfin au rythme d’évolution des écosystèmes. Les effets négatifs quant à eux, pourraient être visibles plus rapidement, car souvent liés à des équipements et aménagements matériels impactant immédiatement le paysage, ou pouvant provoquer des destructions d’habitat. Ceci implique une anticipation accrue en amont des projets afin d’éviter ou réduire ces effets. 3.3.8

Mesures d’évitement et de réduction des effets

La démarche suivie vise à chercher l’évitement avant tout, puis la réduction des impacts négatifs qui n’ont pu être évités. La majorité des mesures est donc de nature à éviter. Ainsi, aucune mesure de compensation n’a été jugée nécessaire dans le cadre du projet de charte du Parc naturel régional de Millevaches en Limousin puisqu’il s’attache véritablement à améliorer l’état de l’environnement du territoire. L’ensemble des mesures consiste principalement à accompagner les porteurs de projet en amont de la mise en œuvre des travaux notamment par de la sensibilisation, la mise en place d’outils spécifiques et/ou réglementaires, et enfin par le zonage des actions. Elles ont pour effet de renforcer le rôle du syndicat mixte, qui est concerné par toutes les mesures, ainsi que celui de ses partenaires techniques et financiers. En effet, la plupart des mesures d’évitement et réduction est également déclinée au sein des engagements des signataires et partenaires de la charte 3.3.9

Dispositif de suivi - évaluation

L’évaluation du projet de charte et le suivi de l’évolution du territoire reposent sur la mise en œuvre de deux outils distincts mais complémentaires : le dispositif de suivi-évaluation de la mise en œuvre du projet de charte à proprement parler, ainsi qu’un observatoire du territoire. Le dispositif de suivi-évaluation de la mise en œuvre de la charte repose sur le renseignement d’indicateurs de réalisation identifiés pour l’ensemble des 38 mesures, ainsi que des indicateurs de résultat pour les 9 mesures phares. Le syndicat mixte du PNR organisera ce suivi – évaluation en s’appuyant sur le déploiement de l’outil EVA proposé par la Fédération des PNR de France.

45


L’évaluation environnementale du projet de charte a permis d’identifier de potentiels effets négatifs générés par plusieurs dispositions de la charte, ainsi que des mesures d’évitement et réduction de ces effets. Ces éléments seront ajoutés au dispositif de suivi-évaluation par : •

Un travail ciblé sur les points de vigilance et effets potentiellement négatifs identifiés lors de l’analyse des effets de la mise en œuvre du projet de charte, permettant de mettre en place des outils de suivi adaptés, L’intégration d’indicateurs spécifiques de réalisation et de résultats des mesures d’évitement – réduction de ces effets potentiellement négatifs.

A ce titre, un travail d’observation – capitalisation sera effectué pour évaluer l’efficacité des outils déployés pour concilier des enjeux potentiellement contradictoires (ex. : patrimoine bâti / continuités écologiques, production d’énergies renouvelables / pérennité des ressources et qualité des paysages). A ce stade, les suivis spécifiques on été identifiés mais devront faire l’objet d’une définition précise de leurs modalités de mise en œuvre. L’observatoire du territoire, quant à lui, sera mis en place par le Syndicat mixte du Parc, mais se veut davantage un outil collaboratif et partagé. Ainsi, le Parc se rapprochera des divers partenaires pour favoriser la mutualisation des données et structurer l’observatoire (choix des thématiques, des indicateurs). Il poursuivra l’acquisition et la production de données cartographiques, assurera leur mise à jour, l’analyse du territoire à l’aide de son système d’information géographique et leur partage avec les partenaires. Plusieurs thématiques ont d’ores et déjà été identifiées, notamment afin de vérifier la conformité des effets du projet de charte avec les prévisions et d’identifier d’éventuels effets imprévus. Il s’agit notamment de : • Inventaires d’espèces et milieux remarquables, • Identification des trames et sous trames écologiques, • Etudes sur des espèces ciblées (espèces sensibles, espèces invasives), • Suivi de l’occupation du sol, • Suivi de l’évolution des paysages (observatoire photographique des paysages), • Suivi de la qualité des eaux, • Données économiques de la filière bois, • Suivi des coupes rases et des reboisements, • Evolution des peuplements de feuillus, • Suivi de fréquentation, de l’impact du tourisme sur l’économie locale. Cet outil viendra également alimenter la démarche de prospective partagée qu’a prévu d’animer le syndicat mixte du Parc. Dans la perspective de déploiement de ces outils, une série de recommandations peuvent être formulées pour les rendre opérationnels et conformes aux articles du code de l’environnement relatifs au dispositif d’évaluation de la mise en œuvre de la charte de PNR et de suivi de l’évolution du territoire (Art. R.333-3, II, 1, c, Art. R.122-20) : Compléter lors de la mise en œuvre du processus d’évaluation, les indicateurs de réalisation et de résultat des mesures de la charte permettant de vérifier la pertinence, la cohérence, l’efficience et l’efficacité des mesures, Envisager, lorsque cela est justifié, l’identification d’indicateurs plus qualitatifs en complément des indicateurs quantitatifs d’ores et déjà présents dans le projet 46


Structurer l’évaluation en fonction des enjeux environnementaux, en opérant des regroupements d’analyse autour des différents milieux (naturel, physique, humain) et des différentes composantes environnementales, Intégrer l’évolution prévisible du territoire en l’absence de charte (décrite dans l’état initiale de l’environnement et le diagnostic de territoire), afin de renforcer l’analyse de l’efficacité et l’utilité de celle-ci, Préciser la gouvernance et la responsabilité entre les acteurs de l’évaluation et au sein de l’observatoire du territoire dans une logique de démarche partagée et d’articulation des échelles avec les outils et processus existants (observatoires régionaux, nationaux, évaluation des politiques publiques, démarches prospectives et schémas…).

Analyse de l’évaluation environnementale par la commission d’enquête : La commission d’enquête estime qu’il s’agit d’un document de bonne facture mais on peut regretter que la Trame Verte et Bleue ne soit pas traitée de façon plus conséquente. De plus, ce document a été réalisé par les services du syndicat mixte de gestion du Parc Naturel Régional sans l’aide d’un cabinet extérieur neutre. Une intervention extérieure sur l’environnement aurait peut-être permis d’apporter une vision différente

3.4

Avis de l’autorité environnementale et réponse du porteur de projet

L’évaluation environnementale du projet de Charte du Parc Naturel Régional étant soumise à l’avis de l’Autorité Environnementale du Conseil Général, de l’Environnement et du développement durable, selon les dispositions de l’article R 122 – 17 du Code de l’Environnement, Monsieur le Président de la Région Nouvelle Aquitaine a saisi cette instance pour avis le 23 mars, conformément à l’article R 122 – 22 du Code de l’Environnement. L’Autorité Environnementale a rendu un avis délibéré sur la qualité de l’évaluation environnementale et sa prise en compte de l’environnement, le 14 juin 2017 (avis n° 2017 – 23). La Région Nouvelle Aquitaine et le Syndicat Mixte de Gestion du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin ont produit un mémoire ayant pour objet de répondre aux recommandations formulées par l’Autorité Environnementale dans son avis : En apportant des éléments d’informations complémentaires, expliquant les choix effectués dans la phase d’élaboration du projet de charte et en améliorant la compréhension des conclusions de l’étude d’évaluation environnementale par le public. En précisant les ajustements qui sont envisageables dans le rapport de charte pour prendre en compte les remarques de l’Autorité Environnementale et pour renforcer la capacité du territoire à intégrer les enjeux environnementaux dans la mise en œuvre de cette charte. Synthèse de l’avis de l’autorité environnementale : Le Parc naturel régional (PNR) de Millevaches en Limousin (19-23-87) a été créé par décret le 18 mai 2004. Son classement est échu depuis mai 2016. Le présent avis porte sur le 47


projet de charte 2018-2033 et sur son rapport d'évaluation environnementale, présentés par la région Nouvelle Aquitaine. Le projet de PNR s’étend sur 3 437 km2 en partie orientale du Limousin et compte 41 527 habitants (au 1er janvier 2016). Il inclut le plateau de Millevaches qui représente la quasitotalité de la montagne limousine (entre 700 et 1 000 m d’altitude). Le périmètre proposé ajoute 16 nouvelles communes aux 113 composant actuellement le parc. Certaines communes périphériques au caractère plus urbain (Aubusson, Bourganeuf, Chateauneuf-laForet, Égletons, Ussel) auront le statut de "communes associées". Les principaux enjeux environnementaux de la charte, identifiés par l'Ae, concernent : • •

la protection de milieux naturels remarquables et, de façon globale, la protection de la biodiversité ; la conservation et la mise en valeur de paysages naturels et culturels diversifiés, fortement identitaires, significativement transformés par les plantations de résineux depuis le milieu du XXème siècle ; la protection de la ressource en eau et des milieux aquatiques, s’agissant d'un territoire situé en tête de deux bassins hydrographiques.

Ces trois premiers enjeux sont conditionnés, d'une part, par l’équilibre entre une agriculture et un pastoralisme économiquement fragiles et une sylviculture à conduire dans le respect de la nature des sols, des milieux et des continuités écologiques. Les extensions de la construction et d’activités humaines peuvent aussi, en dépit de la faible densité démographique et en l’absence de documents d’urbanisme, porter atteinte à ces enjeux. La valorisation des ressources énergétiques locales, en cohérence avec l'ambition de devenir un territoire à énergie positive à l'horizon 2050. Les choix proposés dans la charte s'appuient sur une analyse, notamment environnementale, que l'Ae estime pertinente. L'Ae apprécie particulièrement l'effort de hiérarchisation qui a été conduit par le Parc, à la lumière des constats formulés dans l'évaluation de la charte précédente. L'analyse conduite dans le rapport d'évaluation environnementale devrait être mieux ciblée sur les enjeux environnementaux et mieux pondérée en fonction des pressions sur les milieux, à la lumière des données disponibles. Les principales remarques de l'Ae portent sur l'équilibre auquel cette élaboration a abouti. Cet équilibre la conduit à considérer que certains enjeux et certaines ambitions devraient être mieux hiérarchisés. Pour d’autres, les moyens d'atteindre les ambitions affichées, ainsi que les engagements clairs de tous les partenaires, y compris non signataires de la charte, mériteraient d'être précisés. Ces observations conduisent à un ensemble de recommandations, dont les principales sont les suivantes : •

préciser dans la charte les orientations qui s'imposeront aux documents d'urbanisme en termes d'occupation de l'espace, en vue d’atteindre à l’échéance de la charte les résultats visés, notamment en termes d’évolution des surfaces naturelles et agricoles et de structuration de la trame verte ; 48


• • •

présenter une analyse croisée des sites Natura 2000 avec les sites d'intérêt écologique prioritaires définis par le Parc pour pouvoir apprécier la cohérence des mesures et des priorités retenues ; préciser les orientations énergétiques du Parc et localiser les implantations possibles des installations de production ; préciser la définition des "points noirs paysagers", et les mesures et indicateurs les concernant, en les mettant en rapport avec les enjeux paysagers du territoire ; identifier, parmi les conventions à établir, celles qui apparaissent déterminantes pour la bonne réalisation des mesures de la charte, tout particulièrement les mesures phares.

L’Ae a fait par ailleurs d’autres recommandations, précisées dans l’avis détaillé et rapportées ci-après. Elles sont suivies de la synthèse des réponses du porteur de projet (en bleu) : Contexte Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : Certaines communes périphériques au caractère plus urbain (Aubusson, Bourganeuf, Châteauneuf-la- Forêt, Égletons, Ussel) constituent des partenaires privilégiés pour l’élaboration et la mise en œuvre de la charte. Ce point est mentionné dans la charte sans que soient explicitées les caractéristiques de ce partenariat. Réponse : A l’instar de ce qui est communément accepté en biodiversité, à savoir le principe d’interdépendance du vivant, l’évolution des territoires, définis par bassins de vie, ne peut se s’apprécier que dans le cadre de leur interdépendance (transport travail-habitat, développement économique, aménagements du territoire, notamment structurants tels les équipements publics etc.) Ainsi, les communes partenaires d’Aubusson, Bourganeuf, Châteauneuf la Forêt, Egletons et Ussel et leurs administrés doivent pouvoir, à la fois, bénéficier des développements du Parc naturel régional (PNR) prévus au titre de la prochaine charte et assurer la promotion de leur propre territoire par l’application de mesures dans lesquelles elles souhaiteraient s’inscrire. D’ores et déjà, au regard de leur identité semblable avec celle des collectivités du parc, les communes partenaires ont été identifiées pour l’application de mesures telles « développer un urbanisme au service de la qualité de vie », promouvoir l’éducation au territoire ou préserver et valoriser ses richesses. Cette démarche doit en conséquence se concrétiser par l’adoption d’une convention ou d’un protocole d’accord. Cependant et bien que des contacts informels aient déjà été pris, elle ne pourrait être contractualisée officiellement qu’à la suite de l’adoption du projet de territoire qu’est la charte par les communes mêmes du périmètre de projet. Sans attendre et dans un esprit de co-construction, le syndicat mixte du PNR s’engage actuellement dans un projet conduit par le département de la Creuse, avec les communes de d’Aubusson et Bourganeuf, dans le développement territorial des circuits alimentaires de proximité et de restauration collective. Présentation du projet de charte Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : 49


La mise en œuvre de plusieurs mesures est territorialisée, par la définition de "sites d'intérêt écologique majeur" (SIEM) et de "sites d'intérêt écologique et paysager" (SIEP), hérités de la première charte. L'une des mesures de la charte vise à approfondir la connaissance sur le territoire de ces sites et à en élaborer les documents de gestion. Même si les principes qui ont conduit à leur définition sont rappelés, en particulier le fait d’en faire des sites prioritaires d’intervention, il n'est pas aisé de comprendre leur portée et l'articulation avec les autres zonages environnementaux ou patrimoniaux, réglementaires notamment, leur périmètre ne coïncidant pas toujours avec celui des autres zonages. Réponse : Les Sites d’intérêt écologique majeur (SIEM) ont été déterminés pour la Charte 2004-2016 avec comme objectif de proposer un échantillonnage des milieux représentatifs du territoire. A cette période le réseau Natura 2000 était balbutiant. Ainsi des sites sont communs depuis l’origine, et d’autres pas. Pour la Charte 2018-2033, il s’est agi pour le Parc de compléter le réseau de SIEM par des milieux considérés comme étant menacés (landes sèches, forêts feuillues) pour lesquels aucune politique « patrimoine naturel » n’existait. En effet, bien des habitats et espèces entrant dans les objectifs des deux directives européennes (Oiseaux et Habitats, faune, flore) méritent dans le cadre d’un PNR une attention particulière. Ces sites pourraient légitimement intégrer le réseau européen. Considérant que pour répondre aux enjeux identifiés localement, le nombre de sites (de 28 à 44) et les surfaces (d’environ 8800 à 20 100 ha) ont connus une forte croissance, certains sites Natura 2000 n’ont pas été intégrés en SIEM. Pour autant l’action du Parc concoure sur l’ensemble de son territoire à la prise en compte et à la préservation des espèces et milieux visées par les Directives. En résumé : Les SIEM coïncidant avec autres zonages (sites Natura 2000, sites du Conservatoire des Espaces Naturels) sont issus de la première charte du Parc ou du partenariat CEN / PNR. La gestion de ces sites est assurée dans le cadre de Natura 2000 et/ou des actions du CEN. Les SIEM hors zonages existants correspondent à des sites nouveaux, dont les caractéristiques justifient des actions de gestion et de préservation. Il n’y a par conséquent pas d’articulation directe avec le réseau Natura 2000, mais les approches méthodologiques et les objectifs seront similaires. Les sites Natura 2000 non intégrés en SIEM correspondent quant à eux soit à des sites : bénéficiant déjà depuis longtemps de nombreuses interventions et dispositifs de gestion (plutôt en linéaires de cours d’eaux), dont la superficie n’est pas pertinente : cas de la ZPS (site Natura 2000 – directive oiseaux). Enfin, SIEM et SIEP sont de nature différente. De fait, les objectifs posés par la Charte diffèrent également. Des précisions ont été apportées au point 2.5 relatif aux incidences Natura 2000 Analyse de l’évaluation environnementale Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : Cependant, le parti est pris, dans le rapport, d’identifier comme enjeu pour l'évaluation environnementale toutes les thématiques décrites dans l’état initial du rapport, y compris par exemple l'urbanisme, l'agriculture, la sylviculture, le tourisme... L'analyse à laquelle le rapport 50


procède est intéressante pour ce qui concerne ces volets, mais l'Ae rappelle que l'objet spécifique d'une évaluation environnementale est d'évaluer l'impact des orientations et mesures de la charte au regard des objectifs de protection de l'environnement Réponse : L’Autorité environnementale a identifié 4 principaux enjeux environnementaux : La protection de milieux naturels remarquables en régression, La conservation et la mise en valeur de paysages naturels et culturels diversifiés, fortement identitaires, significativement transformés par les plantations de résineux depuis le milieu du XXème siècle, La protection de la ressource en eau et des milieux aquatiques […] dont la trame est en partie aménagée (barrages, retenues, étangs…), La valorisation des ressources énergétiques locales, en cohérence avec l'ambition de devenir un territoire à énergie positive à l'horizon 2050. Ces enjeux environnementaux sont également ceux reconnus comme tels par le syndicat mixte du PNR et la Région. Ce faisant, il a été volontairement fait le choix, dans le rapport d’évaluation environnementale, d’élargir l’analyse aux autres enjeux du territoire au regard de leur forte interaction avec les enjeux environnementaux (par exemple urbanisme/paysage, tourisme/ressource en eau, forêt/ressources énergétiques) ainsi qu’à l’objet même d’un Parc naturel régional qui porte sur la conciliation de l’ensemble de ces enjeux (environnementaux, humains, patrimoniaux, identitaires, économiques…). Articulation du projet de charte avec d’autres plans ou programmes Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : L'Ae recommande d'affiner l'analyse de la portée des Orientations Nationales de la Trame Verte et Bleue et du Schéma régional de cohérence écologique, notamment pour la bonne mise en œuvre de la mesure 2 de la charte : "poursuivre l'identification des continuités écologiques". Réponse : L’élaboration du SRCE et de la Charte de Parc a été concomitante. Les méthodes sont donc très similaires. La méthode employée par le Parc se trouve en annexe 4 du rapport de charte. L’analyse des schémas supra est rendue complexe pour des questions d’échelle, c’est la raison pour laquelle le Syndicat mixte de gestion du PNR a prévu de travailler à des échelles opérationnelles dans le cadre de la mesure 2 et en lien avec l’émergence de documents d’urbanisme. L’évaluation environnementale comporte un tableau (pages 24-33) précisant le rattachement des différentes sous-trames (PNR- SRCE-ONTVB). En complément de l’annexe 4 du rapport de charte, l’analyse des cartes ci-dessous, par sous-trames du SRCE met en évidence la pertinence des approches et le rôle du territoire de Parc en particulier pour les milieux thermophiles, boisés, et les milieux humides Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : L'Ae recommande d'analyser la compatibilité des documents d'urbanisme en vigueur avec le projet de charte, le cas échéant d'identifier les difficultés déjà rencontrées et d'indiquer les conséquences à en tirer pour les documents en cours d'élaboration 51


Réponse : Sur ce territoire, la pression urbaine est localisée aux abords des bourgs et des axes routiers conduisant aux « bassins de vie ». Ainsi, la planification urbanistique n’a pas été une priorité des élus locaux. Les Lois NOTRe et MAPTAM conduisent néanmoins les nouvelles collectivités à s’engager dans un processus de planification, c’est par exemple le cas de Haute-Corrèze Communauté qui couvre à elle seule 72 communes dont 45 concernent le territoire de Parc. En conclusion, Les documents d’urbanisme en vigueur sont compatibles avec la nouvelle Charte du PNR car ils respectent l’esprit des orientations qui la composent. Les données environnementales sur lesquelles la nouvelle Charte est fondée (comme par exemple le SRCE, ou le concept de trame verte et bleue) ont été approuvés après l’élaboration du document d’urbanisme et ne peuvent donc être prise en compte dans le document en question. Lors de la modification ou de la révision du document l’ensemble des données environnementales actuelles sera pris en compte. Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : Pour les plans et schémas relatifs aux activités qui constituent des pressions pour l'environnement du territoire du Parc, l'Ae recommande d'intégrer, au-delà du texte des plans, la réalité observée en termes d’impacts, dans l’analyse des divergences potentielles Réponse : Conformément aux notes méthodologiques relatives aux évaluations environnementales (CGDD mai 2015, MEDDE FPNRF ARF octobre 2015), l’analyse de l’articulation des schémas avec la Charte a été réalisée au regard des contenus des schémas (Partie B. Articulation avec les autres schémas, plans et programmes de l’évaluation environnementale) et non au regard des pratiques constatées sur le terrain. Ainsi, pour ce qui concerne le Schéma régional des carrières, afin de faciliter la lecture du document, les codes couleurs de la colonne de gauche, sont ceux employés dans le document cadre. Celle de droite correspond à l’appréciation au travers du dit-document, du schéma avec la Charte de Parc. Deux points ont été mentionnés comme étant potentiellement divergents, la portée de cette appréciation a été pondérée dans les deux cas par le texte. Pour l’un en rappelant l’existence d’un cadre règlementaire propre à l’activité, pour l’autre (étude de la mobilité des cours d’eau) en faisant référence à l’importance de la qualité des études d’impact. Cette analyse objective des schémas ou cadres a été la même pour l’ensemble des documents étudiés. Pour autant des divergences existent entre les schémas et les pratiques. Ainsi en matière de forêt par exemple, l’impact des pratiques a été sommairement décrit dans la partie état initial de l’environnement (2. Pressions exercées sur l’environnement naturel points B1 Faune, flore, biodiversité… ; C1 Ressource en eau ; C2 Energie-Climat ; D1 Paysage ; D4 Sylviculture ; D6 Tourisme).

Etat initial de l’environnement. 52


Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : Le lien avec le diagnostic territorial n’est pas explicité Réponse : Les données utilisées pour décrire l’état initial de l’environnement sont notamment issues du diagnostic territorial comme mentionné dans la méthode utilisée pour établir le rapport environnemental1. Cependant, au regard de la note méthodologique du MEDDE / FPNRF / ARF, la présentation diffère afin de s’y conformer. Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : La charte comporte certains éléments descriptifs précis, que le rapport d'évaluation environnementale ne reproduit pas (tout particulièrement, les "grands types paysagers" du Parc). Réponse : Les grands types paysagers ont été intégrés au sein de la mesure 9 du projet de charte ultérieurement à la réalisation du rapport d’évaluation environnementale afin de répondre à la demande des services de l’Etat précisée dans l’avis du 7 octobre 2016. Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : L'Ae recommande de fournir des chiffres relatifs à l'évolution de la surface des différents types d'espaces dans le territoire du Parc et, corrélativement, de celle des puits de carbone. Réponse : Le Syndicat mixte du PNR ne dispose pas actuellement de l’ensemble des données permettant de répondre complètement à cette recommandation. Cependant, une analyse de l’occupation du sol de la ZPS de Millevaches a été réalisée sur 65 812 ha, cartographiée en 2009, puis mise à jour en 2014 (données bd ortho état initial 2004-2005-2006/ N+ 6 en moyenne données 2009-2010-2012), ce qui permet de dégager des tendances sur 6 ans. Cette analyse comporte une marge d’erreur liée à l’interprétation des photos aériennes (BD Ortho) et au manque de recul. En effet, en accord avec le code forestier, des surfaces non reboisées à cinq ans peuvent être reboisées ensuite, ou même défrichées. De plus, la pression en bois énergie s’est accrue depuis l’analyse présentée. Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : L'Ae recommande de fournir des données quantitatives et qualitatives plus précises concernant la récolte, la destination et l'utilisation du bois, et les conséquences en termes de surfaces exploitées et plantées. Réponse : Un travail réalisé à l’échelle des PNR du Massif central permet d’apporter les éléments de réponses suivants. Millevaches est le territoire de Parcs du Massif central qui a vu évoluer le plus rapidement sa surface forestière entre le minimum forestier du XIXe (cartes d’état-major entre 1842-18447% de la surface du territoire, soit 23 000 ha) et 2012 (55.5% de la surface du territoire, soit 193 000 ha). Ceci correspond à un taux de boisement multiplié par 8 en 150 ans environ.

53


Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : Font défaut également des éléments précis sur les surfaces agricoles, leur mode d’exploitation, la proportion de pâturages et de prairies, selon leur mode d’exploitation spécifique tel qu’il a été présenté aux rapporteurs (retournement périodique suivi d’une culture de sarrasin), en liaison avec la préservation de la biodiversité. Réponse : L’échelle de travail ne permet pas de fournir des données précises quant à la part des parcours et des prairies qui diffèrent grandement d’une exploitation à l’autre, et d’un secteur à l’autre. Du fait de la topographie (relief alvéolaire typique de la Montagne limousine), et de la nature des sols, les exploitations situées sur les hauts reliefs (au-dessus de 750 m², correspondant à la définition du Plateau de Millevaches par Marius Vazeilles5) intègrent toutes dans leur système d’exploitation des parcours landicoles. A ce titre, la mesure 4 de la Charte de Parc « Restaurer ou conforter les continuités écologiques », insiste sur la nécessité de sauvegarder les landes et donc l’élevage ovin, et de maintenir une agriculture d’élevage, pour préserver l’intégralité des surfaces agricoles. Traditionnellement, le renouvellement des prairies permanentes (tous les 5, 7 voire 10 ans selon les conditions situationnelles) passe par la mise en culture (seigle-sarrasin). Ce procédé, savoir-faire des agriculteurs locaux, est également utilisé dans la restauration des landes à bruyères dégradées (enfougérées notamment). Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : L'Ae recommande de décrire, outre leur liste, les principaux enjeux qui concernent les espèces exotiques envahissantes dans le territoire du Parc, susceptibles de justifier des mesures de prévention ou d’intervention. Réponse : De nombreux organismes se préoccupent en Limousin d’espèces invasives à des échelles diverses : LNE, les CPIE à l’échelle départementale, les associations naturalistes en fonction des taxons observés, les établissements publics de bassin à une échelle hydrographique pertinente…. Les données demeurent partielles et dispersées. La liste fournie, comporte exclusivement des végétaux. Elle est issue d’un inventaire floristique réalisé entre 2001 et 2014 par le Conservatoire national botanique du Massif central. Liste à laquelle il faut ajouter à cette date Scirpus cyperinus trouvé récemment par le CBNMC à Viam (bord du lac). Une intervention est envisagée en 2018. La liste sera complétée, notamment par des espèces animales et champignons, sur la base de celle qui a été validée par le CSRPN Limousin en 2008. Par ailleurs il est difficile d’identifier des enjeux par espèces invasives, en revanche un enjeu global de préservation de la biodiversité se dégage : toutes entrent en concurrence soit avec des espèces animales (cas de l’écrevisse à pieds blancs, mais ce n’est pas le facteur unique de sa disparition) soit avec des communautés végétales (cas du Scirpus cyperinus identifié au bord du lac de Vial qui concurrence des communautés végétales amphibies). Un cas ou l’enjeu de santé publique pourrait être mis en avant est à signaler avec la présence de 3 stations d’Ambroisie connues à ce jour, et dont le développement pourrait à terme constituer localement un problème de santé publique (à surveiller).

54


Le diagnostic de la charte mentionne bien l’existence de l’Ecrevisse de Californie (Ecrevisse signal), Pacifastacus leniusculus (invasive avérée) et de l’Ecrevisse américaine, Orconectes limosus (invasive avérée). La stratégie du Parc en matière d’invasives sera d’intervenir dans le cadre d’un réseau d’alerte. Aujourd’hui informel, ce réseau, qui devra être formalisé, s’appuiera sur les Conservatoires botanique et d’espaces naturels, les CPIE, Limousin nature environnement, les services sanitaires des Départements, les fédérations de pêche et association, les Etablissements publics de bassins l’ONCFS, et les agents de l’Etat en particulier DREAL et Agence française de la Biodiversité (ex : ONEMA)….. Les mesures de prévention reposent donc sur l’alerte et le partage d’information. Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : L'Ae recommande de rappeler l'état d'avancement de la procédure de labellisation du site Ramsar, y compris le résultat des consultations engagées, et d’en rappeler la portée. Réponse : Des courriers ont été adressés à la DREAL : - en juillet 2011 pour faire part du souhait du Syndicat mixte de gestion du Parc, conformément à la Charte de Parc, de travailler à la proposition d’un site RAMSAR. - en octobre 2012, pour préciser les résultats des analyses géographiques et échanger sur la composition du Comité RAMSAR – Courrier de réponse de la DREAL faisant part du bienfondé de l’opération Un dossier de labellisation RAMSAR a été déposé en DREAL en janvier 2014. Il concerne un site 81 500 hectares dont 68% de surface en sites Natura 2000. Ce dossier a été co-élaboré, en application de la circulaire DGALN DEB/SDEN/BMA-DGOM du 24 décembre 2009 relative à la mise en œuvre de la convention internationale de Ramsar sur les zones humides et notamment processus d’inscription de zones humides au titre de cette convention. Un Comité de gestion et de suivi a été créé. Composé de 27 membres ; il regroupe des représentants du monde agricole (chambre d’agriculture), de la forêt (Centre régional de la propriété forestière), de la Chasse (Fédérations départementale et régionale), de la pêche (Onema, fédération de la Corrèze), de représentants des commissions agriculture et forêt du Conseil pour la valorisation de l’Espace rural Millevaches, d’associations naturalistes, d’experts, de l’élu en charge du dossier au PNR, d’un élu local par ailleurs expert dans le domaine de l’eau. Le dossier a fait l’objet d’une rédaction partagée avec le milieu associatif compétent, dont la Fédération régionale des chasseurs. Le Comité a été réuni deux fois à des étapes clés (calage méthode de rédaction partagée en octobre 2012 et – présentation et intégration des remarques -juin 2013) Deux rapports du bureau syndical du Parc ont été soumis au Conseil pour la valorisation de l’Espace rural Millevaches (CVERM) et au bureau syndical du Pnr de Millevaches en Limousin (19/06/2012 - 09/12/2013) Un courrier a été adressé à chacune des agences de l’eau, ainsi qu’au Syndicat de mixte de Vassivière et à l’Etablissement public Dordogne à l’initiative de la Réserve de Biosphère Dordogne (septembre 2013)

55


A la demande des élus du Parc, à l’issue du bureau syndical de décembre 2013 des courriers accompagnés d’une note de présentation ont été adressés aux 38 communes concernées par le projet afin de leur permettre de réagir. (décembre 2013). Le dossier a été transmis en DREAL en janvier 2014. Le 20 avril 2015, le Président du Syndicat mixte adressait un courrier à la DREAL (copie au Président de Région) pour connaître l’avancée du dossier. A ce jour, le Parc n’a reçu aucune réponse des services de l’Etat. Les perspectives d'évolution du territoire sans le PNR Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : Afin d'éclairer le choix des orientations et des priorités de la charte, l’Ae recommande que le rapport d'évaluation environnementale esquisse pour les enjeux majeurs une évolution des caractéristiques du territoire en l'absence de Parc. Réponse : Le tableau ci-dessous reprend de manière synthétique les dimensions environnementales majeures pour lesquelles les perspectives d’évolution du territoire en l’absence de Parc ont été précisées.

56


Évaluation des incidences Natura 2000 Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : L'Ae recommande de présenter une analyse croisée des sites Natura 2000 avec les SIEM et les SIEP pour pouvoir apprécier la cohérence des mesures et des priorités retenues, ainsi que la contribution pratique de ces sites à l'état de conservation des espèces et des habitats naturels qui ont justifié la désignation des sites Natura 2000. Réponse : Les tableaux ci-dessous présentent une analyse des surfaces de SIEM et SIEP au regard du réseau Natura 2000. Ainsi, il est permis de constater que 61 % des surfaces de SIEM se situent hors sites Natura 2000. Ce réseau propre au plan de Parc vient utilement compléter le réseau européen Natura 2000 en particulier pour ce qui concerne des milieux forestiers. SIEM- Site d’intérêt écologique majeur = 20 102,67 hectares

57


Les surfaces totales concernées par le réseau Natura 2000 sont : Pour les ZPS sur le territoire de Parc = 69 855,46 ha Pour les ZSC sur le territoire Parc = 14 505,62 ha Suivi de la charte Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : L'Ae recommande de renseigner chaque indicateur de résultat du tableau récapitulatif par sa valeur de référence et une valeur cible à l'échéance de la charte, ainsi qu'au moins une valeur intermédiaire. Réponse : Le projet de charte distingue les indicateurs de réalisation des indicateurs de résultat. Si pour les premiers, des valeurs de référence, intermédiaires et de cible ont été systématiquement renseignées, les indicateurs de résultat, en revanche, ne sont indiqués que pour douze mesures dont les neuf mesures phares de la charte. De plus, ces indicateurs peuvent être de nature différente : quantitative ou qualitative pour laquelle une valeur de référence nécessite un travail spécifique. La recommandation de l’Autorité environnementale est d’ores et déjà identifiée dans le rapport d’évaluation environnementale (p. 197) puisqu’il était indiqué que seraient « complétés lors de la mise en œuvre du processus d’évaluation, les indicateurs de réalisation et de résultat des mesures de la charte permettant de vérifier la pertinence, la cohérence, l’efficience et l’efficacité des mesures » et serait « envisagé, lorsque cela est justifié,

58


l’identification d’indicateurs plus qualitatifs en complément des indicateurs quantitatifs d’ores et déjà présents dans le projet de charte ». En effet, il a été considéré que dans le cadre du déploiement de l’outil d’évaluation de la mise en œuvre de la charte, décliné dans le logiciel EVA, les indicateurs de résultat seront précisés et affinés en concertation avec les partenaires concernés par les mesures, dans un premier temps sur les douze mesures citées dans le rapport et dans un second temps sur les autres mesures de la charte. La charte étant un projet de territoire partagé, la définition fine des indicateurs de résultats ne peut être réalisée a priori mais nécessite une réflexion collective avec les acteurs concernés Le résumé non technique Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : L’Ae recommande de cibler le résumé non technique de l'évaluation environnementale sur les enjeux environnementaux, de prendre en compte les autres recommandations de cet avis, et d'intégrer les éléments cartographiques les plus utiles pour le public. Réponse : Pour des raisons de cohérence et de transparence de l’information du public, et du respect de la chronologie des documents constitutifs du dossier d’enquête publique, le syndicat mixte de gestion du Parc et la Région ont choisi de ne pas modifier la version initiale du rapport d’évaluation environnemental. En contrepartie, les éléments de réponses aux recommandations de l’Ae, y compris les données et cartographies complémentaires, sont intégrées directement dans le présent mémoire en réponse. Mise en œuvre et dispositions organisationnelles Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : L'Ae recommande d'identifier, parmi les conventions à établir, celles qui apparaissent déterminantes pour la bonne réalisation des mesures de la charte, tout particulièrement des mesures phares, notamment pour y inscrire des engagements clairs de tous les partenaires, y compris non signataires de la charte. Réponse : Parmi la quarantaine de conventions identifiées dans la charte, une quinzaine sont aujourd’hui déterminantes à court terme. Ainsi, plusieurs de ces conventions ont été récemment signées : - Convention de collaboration technique et scientifique avec le Conservatoire National Botanique du Massif Central - La Charte forestière de territoire, pour laquelle 12 structures partenaires signataires de la charte se sont engagées à poursuivre la réalisation aux côtés du Parc d’actions - Convention cadre avec le CNPF délégation Limousin signée en août 2016 qui concerne l’ensemble des mesures déjà citées. - En cours de signature, la convention cadre avec les CAUE établit les contours des échanges techniques et stratégiques entre le PNR et les trois CAUE

59


Compte-tenu des objectifs de la Charte et de la nature des activités économiques en présence, le Syndicat mixte du Parc se mobilise en priorité à l’élaboration des conventions cadres suivantes : - Les Chambres d’agriculture (travail en cours) implication notamment pour ce qui concerne les mesures phares : 6 14 et 20 - L’Office national des forêts (travail amorcé et à reprendre à l’aune de la nouvelle charte) implication pour ce qui concerne les mesures déjà citées au titre de la Charte forestière de territoire. Une convention d’échanges de données existe pour une bonne prise en compte de la biodiversité dans les aménagements forestiers. - Le Conservatoire des Espaces Naturels du Limousin. La refonte en cours des conservatoires des trois anciennes régions en une entité unique, n’a pas permis d’engager la reprise des négociations autour de l’ancienne convention cadre. - L’ADEME une convention cadre permettrait de favoriser la prise en compte des enjeux biodiversité et paysage dans le développement des énergies renouvelables - La SAFER pour apprécier l’aménagement foncier au regard des zones à enjeu biodiversité tout en favorisant l’installation - La CORAMUC (confédération des randonneurs motorisés et utilisateurs de chemins), l’UFOLEP, la Fédération française de motocyclisme pour engager une démarche appropriée dans la cadre de la mise en œuvre de la mesure 8 - L’Institut d’Etudes Occitanes (IEO) concernant la définition et la mise en œuvre du copilotage de la mesure 18 relative à la promotion de la culture et de la langue occitanes - Energies pour Demain concernant la définition et la mise en œuvre du pilotage de la mesure 28 relative à l’appropriation des enjeux énergétiques par les acteurs du territoire, et en priorité le grand public. - Le Lac de Vassivière, territoire de projet à fort enjeu environnemental imbriqué dans le PNR, est identifié comme partenaire de différentes mesures du projet de charte. Des projets de conventions visant davantage à l’amélioration des connaissances, à l’organisation d’observatoires thématiques, au suivi d’actions spécifiques. Par ailleurs, des partenariats étroits doivent être également être entretenus avec les collectivités pour une bonne application de la mesure phare 12 « Développer un urbanisme au service de la qualité de vie », des mesures concernant le patrimoine naturel et plus spécifiquement de toutes les mesures de l’orientation 3 « Améliorer la gestion partagée de l’eau », dont la mesure phare 14 « Atteindre le bon état écologique des cours d’eau et des milieux associés », notamment. Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : L'Ae recommande au Parc de porter à la connaissance du syndicat mixte du lac de Vassivière et du camp militaire de La Courtine la déclinaison des mesures de la charte qui concerne leur territoire. Réponse : Le syndicat mixte est tout à fait favorable à cette recommandation comme participant à une meilleure adhésion au projet de territoire. Complémentairement, il souhaite apporter les précisions suivantes : Sur le syndicat mixte du lac de Vassivière Le schéma de gouvernance présent dans la charte (p 45) identifie le syndicat du lac de Vassivière parmi les membres de la conférence des territoires, espace de dialogue et de 60


médiation entre entités territoriales présentes sur le territoire du Parc. Cette instance s’est d’ores et déjà réunie à plusieurs reprises, permettant ainsi de porter à la connaissance de ses membres le projet de charte du Parc. Pour autant, le syndicat mixte du lac de Vassivière étant une Personne Morale de droit public bénéficiant du principe de libre administration pour les compétences dont elle a la charge, il conviendra de renforcer la bonne application de certaines mesures au titre desquelles, notamment, les volets : touristique, mobilités douces, signalétiques et plus particulièrement qualité des eaux et des milieux aquatiques pour lequel l’expertise du syndicat mixte du PNR sera essentielle pour le devenir de la station touristique et de ses eaux de baignade. Sur le camp de la courtine La charte ne propose à ce jour aucune mesure propre au camp de La Courtine du fait de son appartenance au domaine de la défense nationale. Cependant, au regard des enjeux patrimoniaux identifiés sur cet espace, des modalités d’organisation et de partenariats sont à préciser. Ainsi, toute intervention doit se faire sous avec le strict accord des autorités militaires. D’ores et déjà, l’Office National des Forêts intervient en tant que gestionnaire des espaces forestiers. Les espaces agro-pastoraux bénéficient de l’intervention des agriculteurs locaux, et du Conservatoire des Espaces Naturels. Le Conservatoire Botanique National du Massif central effectue des suivis. Il est utile de rappeler que le Parc est en lien avec l’ensemble des gestionnaires susvisés et peut ainsi assurer la bonne intégration des objectifs de la Charte de Parc sur cet espace. Subsidiairement, le Président du parc et le Colonel du camp de la courtine ont établi un lien. Enfin, de facto, du fait de sa qualité de domaine de la défense nationale, cet espace devrait par essence bénéficier d’une protection. Organisation de l’espace Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : L'Ae recommande de préciser dans la charte les orientations à prendre en compte dans les documents d'urbanisme en termes d'occupation de l’espace, en vue d'atteindre les résultats visés à l'échéance de la charte, notamment en termes de maîtrise de l'urbanisation, d'évolution des surfaces naturelles et agricoles, de structuration de la trame verte et de répartition des boisements feuillus et résineux. Réponse : Ces éléments figurent dans la charte, mais peut-être de manière dispersée. Une analyse complémentaire est donc proposée dans ce mémoire. L’Atelier d’urbanisme rural (Mesure phare 12 de la Charte intitulée « Développer un urbanisme au service de la qualité de vie ») ; viendra préciser au cas par cas et à une échelle pertinente les éléments à prendre en compte en utilisant les différents outils utiles à l’atteinte des objectifs de la Charte permis par le Code de l’Urbanisme. Parce que les orientations de la nouvelle Charte du PNR abordent la façon de vivre et d’occuper le territoire de Millevaches beaucoup d’entre elles trouveront une traduction directe dans les documents d’urbanismes des communes. L’axe 1 de la Charte : Territoire à haute valeur patrimoniale ainsi que l’axe 2 : Territoire en transition sont les principaux concernés par une mise en compatibilité des documents d’urbanisme. AXE 1 : Territoire à haute valeur patrimoniale 61


Orientation 1 : Préserver un haut niveau de richesse des milieux et espèces Les premières mesures de cette orientation invitent à la compréhension des milieux afin de permettre une meilleure gestion et préservation de ces milieux. Les dernières mesures concernent davantage les documents d’urbanisme. Orientation 2 : Accompagner la mutation des paysages Le développement de la sylviculture sur le territoire du Parc a fortement contribué à l’évolution des paysages du plateau de Millevaches. Les espaces ouverts en lien notamment avec une dominance de l’activité agro-pastorale ont progressivement laissé place à des plantations d’arbres ménageant une grande diversité d’ambiances mais générant aussi la fermeture et le morcellement des paysages qui entraine par la même occasion la perte des grands repères morphologiques du territoire. Les documents d’urbanisme doivent tenir compte des Sites d’Intérêt Ecologique et Paysagers identifiés par le PNR ainsi que des objectifs fixés par la Charte Paysagère et des éventuels diagnostics paysagers réalisés par le Parc sur le territoire concerné. Les enjeux de préservation doivent être intégrés aux documents d’urbanisme dès le Projet d’Aménagement et de Développement Durables dans le cadre de l’élaboration d’un SCOT ou d’un PLU. Orientation 3 : Améliorer la gestion partagée de l’eau Un document d’urbanisme peut intégrer dans le zonage un classement et un règlement spécifique pour les terrains à proximité des cours d’eau afin d’éviter l’implantation de toutes installations incompatibles avec la Mesure phare 14 ainsi que la Mesure 15 AXE 2 : Millevaches, territoire en transition Orientation 5 : Stimuler la production et la valorisation des ressources locales L’agriculture et la sylviculture sont les principales activités économiques développées au sein du périmètre du Parc. Elles sont étroitement liées aux ressources naturelles existantes sur le plateau et ont une influence directe sur la qualité des paysages, le cadre de vie ainsi que sur la biodiversité des milieux. Il convient donc de maitriser l’occupation de ces activités toujours dans une volonté d’équilibrer leur développement. Orientation 6 : Devenir un territoire à énergie positive Le développement urbain s’inscrivant au sein des espaces déjà urbanisés permet, en plus d’éviter le mitage, de faciliter et favoriser au quotidien les déplacements doux vers les services proposés notamment en centre bourg. Une réflexion sur les déplacements peut être menée dès l’élaboration du PADD du document d’urbanisme. Énergie Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : L’Ae recommande au Parc de décliner des orientations cohérentes avec son intention de devenir un territoire à énergie positive à l'horizon 2050, en termes d'objectifs à atteindre à long terme (économies d'énergie, production par type d'énergie renouvelable) et, dans la mesure du possible en termes de localisation préférentielle des installations de production sur le territoire du Parc, notamment en cohérence avec ses mesures de préservation des paysages Réponse : Le Parc décline des orientations cohérentes avec son intention de devenir un territoire à énergie positive dans le cadre d’une candidature intermédiaire TEPOS 2018-2020 Concernant la localisation préférentielle des installations de production d’énergie renouvelable, à ce jour, plusieurs cas de figure se présentent : 62


Pour l’éolien, c’est le schéma régional éolien de l’ex-Région Limousin qui est utilisé pour établir un zonage des sites favorables à l’installation et un zonage des sites à enjeux n’ayant pas vocation à accueillir des productions d’énergie éolienne (exemple des Sites d’Intérêt Ecologique Majeur) notamment pour le maintien des continuités écologiques et la non dégradation des milieux et espèces. Pour l’éolien, la localisation préférentielle des infrastructures correspond donc aux secteurs bénéficiant à la fois d’un potentiel de vent suffisant et ne présentant pas de contrainte environnementale forte (zones à enjeu faible ou moyen). Pour les autres types d’installations, il est prévu dans le cadre de la mise en œuvre de la charte, d’élaborer préalablement les outils d’aide à la décision (ex. cadastre solaire, atelier d’urbanisme rural, études de potentiels…) répondant aux principes inscrits dans la charte : projets collectifs, participatifs et citoyens, dans le respect des patrimoines, de la biodiversité, des continuités écologiques et des paysages. Ainsi, concernant la production d’énergie photovoltaïque, la charte du Parc précise que les terres n’ont pas vocation à accueillir des centrales photovoltaïque au sol. Le principe de localisation se situe donc en toitures, ce que viendra préciser le cadastre solaire. Concernant l’hydroélectricité, déjà très développée sur le territoire avec la présence de grands ouvrages, la charte du Parc indique l’objectif de ne plus implanter de nouvelles microcentrales hydrauliques afin d’éviter toute nouvelle dégradation des continuités écologiques. Ainsi, bien que l’hydroélectricité ne soit pas l’énergie favorisée, il est envisagé des études de potentiels à l’exclusion des cours d’eau présentant une qualité de l’eau et des milieux encore préservée. De nouvelles implantations ne devront cependant pas créer de nouvelles dégradations. Paysage Extrait de l’avis de l’Autorité environnementale : L'Ae recommande de préciser la définition des "points noirs paysagers" et les mesures et indicateurs les concernant en les mettant en rapport avec les enjeux paysagers du territoire. Réponse : A ce stade, la mesure 10 de la charte « retrouver la lisibilité et préserver la qualité des paysages » s’appuie sur la définition générale suivante : les points noirs paysagers sont des éléments qui marquent le paysage et qui sont vécus négativement (perception partagée par le plus grand nombre), pour lesquels peuvent s’appliquer soit des mesures de résorption, soit des mesures d’évitement. Ces éléments peuvent être issus d’ouvrages à vocation fonctionnelle, abandonnés (ex : station-service désaffectée), de zones de dépôts sauvages, des enseignes ou pré-enseignes impactant les entrées de bourgs. Etant donné le caractère subjectif de la perception du paysage et des « points noirs » paysagers, des définitions plus fines seront le fruit de démarches participatives. Ainsi, à l’instar de la méthodologie utilisée par le Parc pour élaborer sa charte paysagère, des ateliers participatifs permettront d’affiner cette connaissance. Il s’agira plus précisément de caractériser, hiérarchiser et localiser les « points noirs paysagers », en vue de proposer et conduire les actions adéquates.

63


Analyse de l’avis de l’autorité environnementale et du mémoire en réponse à cet avis par la commission d’enquête : Dans l’ensemble, l’avis de l’autorité environnementale est un avis « fouillé » et complet. Dans son mémoire en réponse, le porteur de projet à répondu point par point aux avis détaillés de l’autorité environnementale cependant, aucune réponse n’a été fournie sur la synthèse de l’avis général. De plus, on peut déplorer que certaines réponses soient trop succinctes et mériteraient développement.

4

COMPOSITION DU DOSSIER SOUMIS A ENQUETE

Le dossier d’enquête relatif au renouvellement de la Charte du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin présenté au public lors de l’enquête était ainsi constitué : 1. Etude d’opportunité d’extension du périmètre du parc naturel régional de Millevaches en limousin Cette étude, réalisée en 2011, avait pour vocation de permettre à la Région Nouvelle Aquitaine, collectivité décisionnelle, de disposer d’un éclairage fondé sur des analyses argumentées, synthétiques, nécessaires pour se prononcer sur la question de l’extension du périmètre du Parc Naturel Régional. Le but était d’étudier l’opportunité d’extension du périmètre du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin dans le cadre de la préparation de la révision de sa charge. Cette étude conclut que le choix devra se faire en repensant le positionnement du parc en regard de ses territoires environnants, en veillant à conserver un niveau d’exigence élevé pour minimiser les risques et optimiser les chances de réussite pour le renouvellement du label. Elle a été réalisée par le Cabinet d’Appeld’aiR – Consultant. Le document figurant au dossier d’enquête comprend 47 pages et les annexes.

2.

Evaluation de la mise en œuvre de la charte du parc

Ce document constitue le rapport final d’évaluation de la mise en œuvre de la première charte du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin. Il clôture la phase d’analyse d’évaluation et présente les enseignements tirés de la mise en œuvre des outils suivants : • • •

Une analyse bibliographique Une série d’entretiens Un bilan quantitatif et qualitatif des réalisations du parc 64


• • •

Un sondage téléphonique auprès des habitants Une enquête auprès des communes et des communautés de communes Un atelier de travail sur les recommandations pour la mise en œuvre de la future charte.

Il a été réalisé par le Cabinet MC2 Consultants – 16, Rue Félix Lavit – 31500 Toulouse. Ses analyses représentent le point de vue de ce cabinet et n’engagent pas la position officielle du Syndicat Mixte de Gestion du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin. Cette évaluation a été rédigée le 10 avril 2013. 3.

Diagnostic territorial

Ce document de 284 pages a été réalisé par le Syndicat Mixte de Gestion du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin. Il s’agit d’un diagnostic du territoire du Parc Naturel Régional au terme de la première charte. Il met en lumière les atouts et les faiblesses du territoire dans les secteurs que sont le patrimoine, les ressources ou l’aménagement du territoire. 4.

Avis des services de l’état émis le 7 octobre 2016

En réponse à un courrier en date du 21 juillet 2016, les services de l’Etat ont émis un avis sur le projet de charte révisée du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin avant son passage en enquête publique. Les avis émis par ces services de l’Etat, le C.N.P.N. et la Fédération des Parcs Naturels Régionaux ont fait état d’un certain nombre d’observations : « Le document dans son ensemble a été repensé et retravaillé. Il est plus clair, plus lisible et mieux réorganisé, plus structuré, cohérent et compréhensible mais nécessite encore quelques modifications ou précisions d’ordre général ou thématique, ainsi que, sur certaines mesures et sur le plan du parc : modifications, notamment sur la forme ». 5. Evolution du projet de charte - prise en compte des avis exprimés Ce document de 40 pages a été rédigé par le Syndicat Mixte de Gestion du Parc Naturel Régional. Il s’agit là d’une note présentant l’évolution du projet de charte, expliquant comment ont été pris en compte les avis exprimés dans le cadre des consultations, comme demandé par la circulaire du 4 mai 2012 relative au classement et au renouvellement de classement des Parcs Naturels Régionaux et à la mise en œuvre de leurs chartes. 6.

Projet de charte 2018 - 2033

Ce document de 260 pages est la pièce centrale du dossier soumis à enquête.

65


Il s’agit du rapport de la charte du Parc naturel Régional de Millevaches en Limousin, déterminant les orientations de protection, de mise en valeur et de développement, ainsi que les mesures mises en œuvre sur le territoire du parc pour la durée de son classement. 7.

Plan du PNR

Le plan du parc, à l‘échelle 1/100 000 représente le périmètre d’étude du Parc Naturel Régional. Il a pour objet de traduire spatialement, à l’aide de pictogrammes et de légendes, l’essentiel des dispositions de la charte. Il est complété par trois plans représentant : • Les unités paysagères • La faune verte et bleue • Les zonages environnementaux 8.

Rapport d’évaluation environnementale

Conformément à l’article R 122 – 20 du Code de l’Environnement, ce document de 222 pages, réalisé par le Syndicat Mixe du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin et la région Nouvelle Aquitaine comporte : •

Une présentation générale des objectifs du projet de charte 2018 – 2033 et son articulation avec d’autres schémas, plans ou programmes.

Une analyse de l’état initial de l’environnement et des perspectives d’évolution permettant de dégager les principaux enjeux environnementaux

Un exposé des motifs pour lesquels le projet a été retenu au regard des objectifs de protection de l’environnement

Une analyse des effets notables du projet sur l’environnement

La présentation des mesures prises pour éviter ou réduire les effets potentiellement négatifs du projet sur l’environnement

Un résumé non technique.

9.

Avis de l’autorité environnementale

L’évaluation environnementale du projet de charte du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin est soumise à l’avis de l’Autorité Environnementale du Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable qui est retranscrit dans le présent document de 26 pages. Cet avis ne porte pas sur l’opportunité du projet mais sur la qualité de l’évaluation environnementale présentée par le porteur de projet et sur sa prise en compte de l’environnement. 66


10. Mémoire en réponse a l’avis de l’autorité environnementale Ce mémoire en réponse a pour objet de répondre aux recommandations formulées par l’Autorité Environnementale dans son avis sur le projet de Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin. 11. Bilan de la concertation Le projet a fait l’objet, pendant près de trois années, de cinq phases de concertation avec les habitants du territoire, les partenaires socioprofessionnels, associatifs et institutionnels. Le bilan de ces concertations est retranscrit dans un document de 9 pages. 12. L’essentiel Ce document (16 pages), intitulé « L’Essentiel » est en fait le résumé non technique du projet de charte 2018 – 2033. Il résume le contenu du rapport de charte. 13. Mention des textes régissant l’enquête publique Il s’agit du recueil de l’ensemble des textes régissant l’enquête publique relative aux Parcs Naturels Régionaux.

Analyse de la composition du dossier par la Commission d’Enquête : La commission d’enquête estime que le dossier soumis à enquête comprend tous les éléments requis par le code de l’environnement. Le dossier est structuré de telle façon qu’il permet de suivre la chronologie de l’élaboration du projet. Cependant, la commission déplore que le document intitulé « l’essentiel », qui est en fait le résumé non technique du projet de charte destiné à une prise de connaissance rapide du projet, soit présenté sous la forme d’une annexe (annexe n°3) dans la version informatique du dossier. Cela complique la lecture pour qui souhaite consulter rapidement le dossier.

5. OBSERVATIONS DU PUBLIC 1. Analyse comptable L’enquête publique s’est déroulée normalement du 18 septembre 2017 au 20 octobre 2017 sans aucun incident à signaler. La participation du public a été très faible puisque seulement : • •

52 personnes se sont manifestées. 17 personnes ont apporté leur contribution sur les registres physiques déposés dans les 15 mairies recevant une permanence de la commission d’enquête. 67


• • • •

20 personnes ont consigné des observations sur le registre électronique mis à leur disposition sur le site internet : enquêtepublique - parcenaturelrégional.fr Sur ce registre, 4 observations sont anonymes ou ne permettent pas d’identifier les auteurs. 4 personnes ont fait des déclarations orales sans laisser de contribution sur le registre physique. 2 courriers ont été reçus au siège de l’enquête 2 notes écrites ont été annexées aux registres de Crocq et Sornac 7 personnes ont consulté le dossier en mairie sans intervenir.

Aucun courriel n’est parvenu sur le site internet : « parcnaturelrégionalmillevaches@enquêtes – publiques.com

Répartition par lieu de permanence des observations et du public reçu en mairie COMMUNES Millevaches Bugeat Chamberet Corrèze Crocq Eymoutiers Eygurande Faux-la-Montagne Felletin La Courtine Meymac Pontarion Royère Sornac Treignac TOTAL

Observations registres 1 0 0 0 5 0 2 0 1+1annexe 0 0 0 4 0+1annexe 4 19

Public reçu en mairie 4 0 0 3 5 0 2 0 3 0 0 0 5 1 5 28

Consultations du registre électronique (à comparer au nombre de contributions sur ce registre : 20 –Source Publilégal) :

68


Répartition des observations

Observations favorables

12

23.07%

Observations favorables avec réserves

8

15.38%

Observations défavorables

16

30.76%

Observations neutres

7

13.46%

7

13.46%

52

100%

Consultations du dossier sans observations

TOTAL

69


2. Synthèse des observations Bien que peu nombreuses, toutes les observations abordent des sujets identiques. Aussi, la commission d’enquête a décidé de les regrouper par thème. Pour chaque thème, la synthèse de chaque observation est suivie du nom de son auteur et de la mention RP avec le lieu ou elle a été déposée, si elle provient d’un registre papier, de la mention RE suivie du numéro d’ordre si elle provient du registre électronique. Thème 1 : L’agriculture Deux agriculteurs ont été particulièrement critiques vis à vis du Parc Naturel Régional (Monsieur GIMENEZ - RP Treignac et un Anonyme) Ils estiment que la charte va à l’encontre de l’agriculture traditionnelle, en rajoutant des contraintes à l’activité agricole, mais aussi par le vocable utilisé dans le dossier « lutte contre les pollutions ». Une déclaration orale (Madame LE COZ) demande : « que vont devenir les agriculteurs ? » Le projet va à l’encontre des agriculteurs (Monsieur JIMENEZ – RP Treignac) Réponse du porteur de projet : Comme indiqué précédemment (1- réponses d’ordre général), les PNR n’imposent ni de contrainte directe ni d’interdiction, mais appuient leurs actions sur la concertation et le dialogue. Les inquiétudes/questions relatives au devenir des agriculteurs sont prises en compte par le projet de territoire du PNR. En effet, au regard du diagnostic de territoire, le projet de charte fixe l’objectif de soutenir l’activité agricole du territoire par la préservation de la surface agricole utile en « maintenant une agriculture d’élevage » (mesures 4, 19) ainsi que le nombre d’exploitations et d’emplois. De plus, dans le cadre des dispositions relatives à la Trame verte et bleue, le maintien des grandes continuités agricoles et la préservation de l’intégralité de la SAU sont inscrits au plan de Parc. Par ailleurs, le PNR souhaite la mise en œuvre d’une politique volontariste d’installation d’actifs et la relocalisation de toutes les étapes de production agricole permettant une revalorisation économique des ressources du territoire (mesure 20). Les objectifs de lutte contre les pollutions notamment des milieux aquatiques ne vont pas à l’encontre de l’activité agricole, il s’agit d’allier viabilité économique et respect de l’environnement. Aussi, l’agriculture traditionnelle, centrée sur l’élevage extensif, est hautement compatible avec ces objectifs. Enfin, des partenariats sont d’ores et déjà engagés avec les Chambres d’agriculture. Analyse de la commission d’enquête La commission d’enquête prend note de la réponse du porteur de projet : concertation, dialogue, aucun objectif contraignant, mais les agriculteurs attendent de connaître les véritables objectifs portés par le Parc Naturel Régional (PNR) au sujet de l’agriculture qui sont liés à leurs besoins. Thème 2 : Encadrer la pratique des véhicules à moteur de loisir – mesure 8 70


Cette mesure du projet de charte est très mal perçue par les intervenants et constitue la première source d’intervention du public. Elle est vécue comme une mesure discriminatoire contre les motards. •

Ce chapitre semble en fait pouvoir se traduire par :

« Freiner, ralentir et finalement supprimer la pratique des véhicules à moteur de loisir (Monsieur Joël TRAVERS – registre électronique n° 5.) La requête du parc demandant aux communes d’établir des arrêtés municipaux d’une part et ne pas promouvoir les véhicules à moteur de loisir est en contradiction avec la vocation du Parc Naturel Régional qui n’a aucun pouvoir contraignant (Monsieur TRAVERS – R.E. n° 5 – Monsieur CONTRAN – R.E. n° 7). Il y a peu de zones dégradées par la pratique des sports motorisés (Monsieur TRAVERS – R.E. n° 5) La nature a repris ses droits (Anonyme R.E. 8) La charte va réduite à néant une liberté fondamentale : celle de se déplacer librement sans contrainte ni autorisation de la puissance publique, celle qui compose notre liberté d’aller et venir (Monsieur CONTRAN – R.E. n° 7). Pas de problèmes particuliers entre les utilisateurs, les maires et la population. Les habitants et les élus ne sont pas contre cette pratique (Monsieur CONTRAN – R.E. n° 7 - Monsieur TRAVERS – R.E. n° 5 – Anonyme R.E. n° 8). Ce sont les utilisateurs des véhicules à moteur de loisir qui entretiennent et nettoient les chemins. (Monsieur TRAVERS – R.E. n° 5 – Monsieur CONTRAN - R.E. n° 7 – Monsieur GALLAND – R.E. n° 13) . Toutes les déclarations en faveur des véhicules à moteur de loisir sont approuvées par d’autres intervenants (Anonyme R.E. n° 10 - Monsieur GORSSE - R.E. n° 11). Les nuisances ne sont pas avérées (Monsieur ARBOGAST - R.E. n° 12). L’enduro, comme la chasse, sont des activités encrées dans la population. Avec un peu d’intelligence, nous pourrions cohabiter pacifiquement (Monsieur ARBOGAST - R.E. n° 12) Imposer des mesures d’utilisation de notre espace va engendrer de forts désagréments. Qu’allons-nous faire ? (Monsieur GALLAND – R.E. n° 13) Va entrainer une concentration sur certains sites et une augmentation des contrôles (Monsieur GALLAND – R.E. n° 13). Interdire les véhicules de loisir à moteur ne favorisera pas le développement économique. Quelle est donc son utilité (Monsieur PENEL- R.E. n° 14 - Monsieur QUIROGA – R.E. n° 17). 71


J’ai la chance d’accueillir des propriétaires d’engins motorisés qui reviennent avec leur famille en été (Monsieur QUIROGA – R.E. n° 17). Les débardeurs dégradent beaucoup plus les chemins que les véhicules de loisir (Monsieur QUIROGA – R.E. n° 17). Pensez-vous qu’une interdiction empêchera les gens de continuer à pratiquer leur passion ? (Monsieur OLIVON – R.E. n° 3) C’est porter atteinte à nos libertés, nous habitants du plateau, cela va commencer par un encadrement et finir par une interdiction (Madame GORSSE – R.E. n° 20) Il suffit juste d’un peu de bon sens et de civisme, les personnes qui pratiquent ces sports en ont. Ce n’est pas parce que nous pratiquons un loisir motorisé que nous ne respectons pas ce territoire et ce cadre de vie, au contraire (Madame GORSSE – R.E. n° 20) Opposé à l’interdiction des véhicules à moteur (Anonyme oralement Royère de Vassivière) •

Une observation est favorable à l’interdiction des loisirs motorisés :

« Les sports motorisés sont une plaie. Il faudrait les bannir entièrement. Ils n’apportent rien à la société, ne sont que des passions d’égoïstes, destructions des chemins, des espèces végétales, creusement de rigoles, dérangement de la faune et des autres usagers. Aucun lien social n’est possible avec ces gens (Anonyme R.E. n° 6) Réponse du porteur de projet : Mesure 8 de la Charte Le contexte de la mesure rappel le cadre de la loi (article L.362-1 du Code de l’environnement au moment de sa rédaction et antérieurement à la Loi Biodiversité La loi Biodiversité n° 2016-1087 du 8 août 2016 est venue modifier l’article L 362-1 de la manière suivante (source https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2016/8/8/2016-1087/jo/texte) : « JORF n°0184 du 9 août 2016 texte n° 2 LOI n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages (1) NOR: DEVL1400720LArticle 54 I.-Le second alinéa de l'article L. 362-1 du code de l'environnement est ainsi rédigé : En vue d'assurer la protection des espaces naturels, la circulation des véhicules à moteur est interdite en dehors des voies classées dans le domaine public routier de l'Etat, des départements et des communes, des chemins ruraux et des voies privées ouvertes à la circulation publique des véhicules à moteur. Les chartes de parc national et les chartes de parc naturel régional définissent des orientations ou prévoient des mesures relatives à la circulation des véhicules à moteur visant à protéger les espaces à enjeux identifiés sur les documents graphiques des chartes de parc national et sur les plans des chartes de parc naturel régional, pour des motifs de préservation des paysages et du patrimoine naturel et culturel. Ces orientations ou ces mesures ne s'appliquent pas aux voies et chemins soumis à une interdiction de circulation en application du premier alinéa du présent article. 72


I.-Le code du tourisme est ainsi modifié : 1° A l'article L. 343-3, les mots : « de chaque commune comprise en tout ou partie dans le cœur d'un parc national ou adhérente à la charte du parc » sont remplacés par les mots : « dans les parcs nationaux » ; 2° A l'article L. 343-4, les références : « L. 333-2 à L. 333-4 » sont remplacées par les références : « L. 333-1 à L. 333-3 » ; 3° A l'article L. 343-5, les mots : « de chaque commune adhérente du parc » sont remplacés par les mots : « dans les parcs naturels régionaux ». III.- Le I n'est applicable ni aux chartes des parcs naturels régionaux, ni aux chartes de parcs nationaux ayant fait l'objet d'une enquête publique ouverte avant l'entrée en vigueur de la présente loi ». L’évolution du contexte législatif pourra être à nouveau précisée dans la Charte de Parc 2018-2033. Ce même contexte souligne le fait que peu de zones sont dégradées sur le territoire du Parc (constat partagé par l’observation registre électronique N°5), et appuie davantage sur l’impact du hors-piste dont la pratique est interdite sur l’ensemble du territoire national. La mise en œuvre de la mesure repose sur : La vérification de la légalité d’arrêtés municipaux existants (rédaction et panneaux en accord avec le code de la route, dans 8 cas sur 16 présentés, La proposition d’installer une chicane pour bloquer une pratique de hors-piste et régler de fait un conflit d’usage (1 cas), Pour 4 autres sites, des réflexions ont été amorcées (comité de pilotage Natura 2000, échanges avec pratiquants et élus locaux, …) et pourraient déboucher sur des plans de circulation, voire des arrêtés qui relèvent exclusivement du pouvoir de police municipal. Dans tous les autres cas, il s’agit bien d’établir un état des lieux, dans le cadre d’une réflexion concertée et d’engager un processus de réglementation si l’impact est notable. Pour la mise en œuvre de cette mesure le Parc propose de co-construire des actions avec les associations citées FFM (Fédération française de Motocyclisme), CORAMUC (Confédération des Randonneurs Motorisés et Usagers des Chemins) et l’UFOLEP (Union française des œuvres laïques d'éducation physique). A l’évidence les pratiquants locaux seront représentés au même titre que le sont les autres usagers dans les groupes de travail locaux mise en place pour chacun des sites mentionnés au plan de Parc. Pour rappel, le Parc n’a pas de pouvoir de contrainte, la charte n’est pas opposable aux tiers. En revanche, dans le cadre des missions qui lui sont confiées par décret ministériel, il a le devoir de convaincre dès lors qu’une activité engendre réellement des dommages à l’environnement (dérangement d’espèces, nuisances sonores, dégradation de cours d’eau par exemple...) pour faire en sorte que la pratique évolue favorablement. Il a également un rôle de médiateur dans le règlement des conflits d’usage. Par conséquent, la mesure 8 du projet de charte intègre une obligation légale concernant tous les PNR. En outre, il ne s’agit en aucun cas d’interdire la pratique mais bien de concilier les différents enjeux et intérêts du territoire. Analyse de la commission d’enquête : La pratique du hors pistes est interdite, c’est certainement une bonne chose, cependant nous considérons que le Parc Naturel Régional devra s’investir pour une harmonisation entre les communes pour l’encadrement de la pratique des loisirs motorisés sur les chemins 73


publics, mais sans oublier toutes les associations locales spécifiques qui devront être largement impliquées dans l’opération. Thème 3 : Les chemins ruraux (particulièrement leur entretien) Les observations sur les chemins ruraux sont souvent liées à celles sur l’interdiction des véhicules à moteur. L’entretien des chemins publics n’étant pas assuré par les communes, le bien commun disparait régulièrement. Il serait opportun de les utiliser pour créer de nouvelles randonnées. Ceci ne contraint pas beaucoup et ne pourrait qu’être apprécié des touristes (Monsieur POTEAUX – R.P. Treignac). Je nettoie régulièrement les chemins, surtout après les coups de vent, sinon, ils resteraient fermés faute d’utilisateurs (Monsieur QUIROGA – R.E. n° 17 – pratiquant les loisirs motorisés). Plusieurs associations à but non lucratif participent à l’entretien et à la réouverture des chemins. Ces travaux servent aux utilisateurs d’engins motorisés ; si vous interdisez toute circulation, vous nous considérez comme nuisibles. Dans ces conditions, notre travail de préservation l’est aussi. Ce travail de maintien du patrimoine incombera désormais aux communes (Monsieur PENEL – R.E. 14 pratiquant les loisirs motorisés). De nombreuses associations de bénévoles œuvrent sur le terrain pour maintenir l’entretien et rouvrir les chemins ruraux. Venez à leur rencontre et intégrez les dans vos réflexions (Monsieur GALLAND – R.E. n° 13 - Monsieur TRAVERS – R.E. n° 5). Si l’utilisation des véhicules à moteur est interdite, qui se chargera du maintien des chemins ? Depuis 20 ans, ce sont les utilisateurs d’engins à moteur qui s’en chargent. (Anonyme R.E. n° 8). Demande de visibilité sur les chemins de randonnée, qu’ils soient pédestres ou équestres (Monsieur JOCENT – R.P. Millevaches). Réponse du porteur de projet : Comme indiqué dans le procès-verbal de l’enquête publique, la question de l’entretien des chemins ruraux découle directement des observations concernant l’encadrement de la circulation des véhicules de loisirs motorisés. On trouvera donc des éléments de réponse plus haut dans le 2-2 « encadrement de la pratique des véhicules de loisirs motorisés ». Analyse de la commission d’enquête : Contrairement à l’affirmation du porteur de projet, l’ENTRETIEN des chemins ruraux n’est pas pris en compte dans la réponse 2 -2. De plus, cette question de l’entretien des chemins ruraux est beaucoup plus vaste que la simple utilisation par les véhicules à moteur. Elle concerne également les randonnées pédestres, équestres, etc…. C’est pourquoi nous préconisons que le Parc Naturel Régional

74


joue un rôle dans l’organisation de l’entretien, du fléchage etc… pour faciliter l’harmonisation entre les communes, voire les départements, des décisions à prendre. Thème 4 : Le développement économique La nouvelle charte du Parc Naturel Régional est souvent vue comme un frein au développement économique, plutôt qu’une incitation. Très déçu du résultat du Parc Naturel Régional depuis sa création : le développement économique a été totalement oublié. Il serait préférable de laisser faire les Chambres de Commerce, d’Agriculture et des Métiers dont c’est la vocation (Monsieur QUIROGA – R.E. n° 17) Un territoire déshérité n’a pas besoin de contraintes supplémentaires mais au contraire, qu’on l‘aide à se développer (Monsieur CATINAUD – R.E. n° 16). 31 millions d’euros viennent de fonds publics. L’état des finances publiques et du niveau de prélèvement sur les contribuables permettent de continuer sur cette voie (Monsieur CATINAUD – R.E. n° 16). Je pensais que le Parc Naturel Régional avait été créé à l’origine pour favoriser le développement économique de la région. J’ai donc mal compris les orientations principales du Parc Naturel Régional (Monsieur PENEL – R.E. n° 14). Limiter ou interdire les véhicules à moteur ne devrait pas augmenter le développement économique (Monsieur PENEL – R.E. n° 14). La région attire des randonneurs qui contribuent à l’activité : hôtels, restaurants, campings. Les enduros organisés dans la région depuis des années ont tous été couronnés de succès, apportant un petit plus économique (Monsieur TRAVERS – R.E. n° 5). Le parc qui devait à l’origine et selon les promesses être un accélérateur de l’activité humaine du plateau est en train de devenir le frein de cette activité. (Monsieur TRAVERS – R.E. n° 5). J’adhère aux trois axes de la charte en regrettant toutefois l’absence caractéristique de toute dimension économique et à fortiori d’évaluation des moyens financiers pour la réalisation des objectifs définis (Monsieur CAROF annexe RP Felletin). Très favorable à la poursuite des actions économiques (Monsieur LONGCHAMBON – Maire de Crocq – R.P. Crocq) Réponse du porteur de projet : Pour rappel, l’une des cinq missions d’un PNR est « de contribuer au développement économique, social, culturel et à la qualité de la vie ». Il ne s’agit donc pas d’opposer développement et protection. C’est pourquoi le développement économique fait à la fois l’objet :

75


-

-

-

d’une orientation spécifique (5- « stimuler la production et la valorisation des ressources locales ») articulée principalement autour des activités agricoles, forestières, touristiques et de l’économie sociale et solidaire, d’une approche transversale au sein des autres orientations de la charte, notamment par les travaux de restauration et d’entretien des espaces naturels, du patrimoine bâti, de l’efficacité énergétique, de la création artistique et culturelle, de la formation... d’une attention particulière afin de favoriser l’expérimentation et la prise en compte des critères de développement durable (économique, social, environnemental).

Pour ce faire, le syndicat mixte de gestion du PNR se positionne en coordinateur, facilitateur, partenaire, accompagnateur d’initiatives mais n’a pas vocation, ni l’ambition de remplacer les chambres consulaires ou les EPCI dans le cadre de leurs compétences respectives et reconnues. A titre d’illustration, les chambres consulaires font partie des partenaires privilégiés des mesures 19 (accès au foncier), 20 (productions agricoles), 20 (filière bois local), 25 / 26 (tourisme), 29 (efficacité énergétique) et 34 (formation des acteurs). En outre, elles sont intégrées directement aux instances de gouvernance du Parc, par l’intermédiaire du Conseil de Valorisation de l’Espace de Rural de Millevaches, organe consultatif inscrit dans les statuts du syndicat mixte du Parc. Analyse de la commission d’enquête : Le Syndicat Mixte de Gestion du Parc Naturel Régional se positionne en coordinateur, facilitateur, partenaire, accompagnateur d’initiatives, mais n’a pas la vocation ni l’ambition de remplacer les chambres consulaires et le E.P.C I. certes, mais le Parc Naturel Régional est le seul à pouvoir regrouper des instances géographiquement différentes, mais se retrouvant sur son territoire. Aussi, si l’on veut que le Parc Naturel Régional. conserve sa pérennité, il doit pouvoir s’engager sur cette valeur économique beaucoup plus explicitement. Le développement économique reste le poumon de ce territoire. Thème 5 : Publicité de l’enquête – Information des élus et de la population -communication Certaines déclarations font état d’une mauvaise information de la population du parc et des élus sur le projet de charte mais aussi sur les activités du parc lors de la première charte. Ces remarques ont été fréquentes lors de discussions entre le public et les membres de la commission d’enquête. Elles émanent autant de personnes favorables au projet de charte que de personnes opposées. Certains proposent d’éditer des plaquettes pour faire connaître les compétences du parc. Contrairement à ce qui avait été promis, le Parc Naturel Régional n’a jamais tenu de réunion publique sur le projet avec les habitants de la commune qui, en dehors d’un article dans le bulletin municipal, ignorent tout du projet de charte (Monsieur BRETTE – Maire de Saint Augustin – R.P. Treignac).

76


Pourquoi ne pas faire une plaquette pour donner les rôles de compétences du parc dans chaque domaine : forêt, agriculture, patrimoine (Madame JOCENT - R.P.) Peu d’habitants ont connaissance des éléments qui vont alimenter cette nouvelle charte. Le parc va donc imposer de nouvelles directives auxquelles peu de personnes auront donné leur avis (Madame GORSSE - R.E. 20). Le parc doit faire plus pour sa notoriété (Madame JARASSE – RP Eygurande) Je vous invite à améliorer votre communication : cet énorme dossier est difficile à lire et je crains que sa présentation ait quelque peu rebuté un bon nombre de citoyens (Monsieur CAROF annexe RP Felletin) L’outil que représente les caractéristiques d’un PNR est un facteur déterminant pour l’attractivité d’un territoire à vivre et a promouvoir, il exige en contre partie un important travail de communication qu’il vous faut mettre en œuvre (Monsieur CAROF annexe RP Felletin) Une personne estime que la publicité de l’enquête a été insuffisante : Peu d’habitants sont au courant qu’une enquête publique est ouverte (Madame GORSSE R.E.n°20) Réponse du porteur de projet : Les observations concernant cette thématique sont exposées au « 1 – réponses d’ordre général » du présent document, dans la partie « communication – promotion du territoire ». Analyse de la commission d’enquête : •

Publicité de l’enquête publique o La publicité légale a été effectuée conformément à la règlementation. o La publicité complémentaire effectuée par le Parc Naturel Régional a été réelle mais sans résultats : nous pensons que la notoriété actuelle du Parc Naturel Régional n’a pas permis une plus grande implication de la population.

Communication : Le manque de notoriété du parc a été maintes fois entendu pendant l’enquête publique. Le Parc Naturel Régional reste méconnu, au sein même de son territoire. Il faut développer le potentiel que représente cet outil qu’est ce parc.

L’information des élus et de la population : La commission d’enquête s’interroge sur l’efficacité de la diffusion de l’information du Parc Naturel Régional auprès des élus et de la population, au vu des observations portées et de la participation très faible à cette enquête.

Thème 6 : Le tourisme En règle générale, les observations sur le tourisme font ressortir une promotion insuffisante : Je remarque que la promotion du tourisme est très partielle, incomplète et assez sectaire sur les activités proposées, les touristes ne sont pas satisfaits. Il serait préférable de proposer des activités aux offices régionaux et départementaux dont le métier est la promotion du 77


tourisme ; cela éviterait les documents en doublons, une centralisation complète des informations, un gaspillage financier et une strate inefficace (Monsieur QUIROGA – Hébergeur - R.E. n° 17). Les passages sur le développement du tourisme à Millevaches me font sourire : combien d’emplois marchands comptez-vous pouvoir créer avec le tourisme (Monsieur CATINAUD – R.E. n° 16). La promotion du tourisme est insuffisante (Madame LECOZ - Monsieur TOUNISSOUX oralement). Souhaite que le parc fasse plus pour la notoriété et le tourisme – favorable au Parc Naturel Régional (madame JARASSE – R.P. Eygurande) Réponse du porteur de projet : Le PNR de Millevaches en Limousin est un Parc relativement jeune dont l’attractivité touristique reste à construire bien que la promotion du territoire soit assurée à l’échelle nationale et régionale en tant que destination « Parc naturel régional ». Le rôle du syndicat mixte de gestion du PNR n’est pas de remplacer les acteurs du tourisme (offices, …) mais d’accompagner l’ensemble des opérateurs touristiques dans l’émergence et la reconnaissance de la destination « Millevaches » avec la structuration d’une offre répondant à la demande. Ainsi, les mesures 25 et 26 répondent donc au besoin exprimé de promotion du territoire. Analyse de la commission d’enquête : Le développement du tourisme sur le Parc Naturel Régional est embryonnaire et demande une implication importante et centralisée qui n’est pas que du niveau du Parc Naturel Régional, mais surtout de la Région Nouvelle Aquitaine pour accompagner l’ensemble des opérations touristiques dans l’émergence et la reconnaissance de la destination Millevaches avec la structuration d’une offre répondant à la demande. Thème 7 : Urbanisme Les mesures consacrées à l’urbanisme ont parfois suscité quelques réactions critiques de la population : Beaucoup d’habitants du plateau, nés dans des familles de paysans et d’ouvriers, s’ils ont un patrimoine bâti, leurs revenus ne leur permettent pas de le rénover dans le respect des nombreuses normes imposées (Anonyme R.E. n° 10). Vous voulez qu’aucune maison ne soit construite en périphérie des villes pour revitaliser le centre-bourg, les conseilleurs peuvent s’installer dans les nombreuses maisons mitoyennes du centre-bourg de Bugeat (Anonyme R.E. n° 10).

78


Les mesures en matière d’urbanisme, sur le territoire du Parc Naturel Régional vont accentuer la pression urbaine autour d’USSEL. Qui va financer le surcoût de la rénovation du bâti ancien dans les centres-bourgs ? (Madame LE COZ, Monsieur TRAVERS, Monsieur TOUNISSOUX oralement). Réponse du porteur de projet : Mesure 12 de la Charte Les questions soulevées portent sur le coût des bâtiments anciens à restaurer et sur les normes imposées. Concernant les normes, elles ne sont pas le fait du Parc et s’imposent sur l’ensemble du territoire national. Les objectifs de la charte du Parc ne sont bien évidemment pas d’interdire les constructions mais de concilier des enjeux d’attractivité, de qualité des aménagements et de préservation des sols (agricoles), des paysages de la biodiversité etc. Concernant les coûts, les élus du Syndicat mixte de gestion du Parc ont bien à l’esprit le faible montant des revenus sur le territoire. C’est l’une des raisons pour lesquelles est proposée la création d’un atelier d’urbanisme rural. Il s’agit bien de prendre en compte le contexte local et de s’appuyer sur les acteurs locaux pour envisager des solutions innovantes (groupements d’achat, matériaux bio-sourcés…), et engager des réflexions au plus près des habitants qui sont alors force de proposition pour penser autrement l’aménagement des bourgs par exemple. C’est dans cette perspective que les habitants peuvent alors identifier des espaces publics à reconquérir, réfléchir à la destination d’un patrimoine public vacant. Parmi les leviers d’actions possibles, on peut citer les établissements publics fonciers qui peuvent intervenir de manière concrète. Concernant les aides directes aux propriétaires, des dispositifs existent, dont le Parc peut se faire le relais. Au final, ce sont bien les Plans locaux d’urbanisme qui sont les outils permettant aux élus locaux d’inscrire dans un document de planification relativement détaillé (bien plus qu’une charte de Parc) les choix d’aménagement, de développement, de protection des patrimoines pour les territoires intercommunaux. Il s’agit alors de se projeter et de penser les évolutions à venir. Les PLUi ont vocation à décliner l’ensemble des préoccupations portées par les lois Grenelle (loi du 12 juillet 2010) et la transition écologique (gestion économe des flux, eau, électricité, mobilité, économies d’énergie, trame verte et bleue, protection des terres agricoles…). Les communes ont donc un rôle important à jouer notamment en identifiant leurs besoins : reconquête des centres bourgs, mise en place d’une politique de préemption foncière….par exemple, et en les traduisant en actions concrètes. Le Parc apportera ici son appui technique et sa capacité d’expertise dans le cadre des missions qui lui sont confiées par décret ministériel. Il pourra en particulier souligner les spécificités du secteur de la Montagne limousine et veiller à un traitement cohérent et harmonieux des enjeux identifiés à cette échelle. Analyse de la commission d’enquête : La mesure 12 de la charte « Engagement des signataires de la charte » dit : « Les communes et les intercommunalités s’engagent à assurer la compatibilité de leurs documents d’urbanisme avec la charte du parc » ; mais quels critères la charte compte-t- elle imposer ?

79


Ceux-ci ne sont pas clairement définis dans le projet, pas plus que dans le mémoire en réponse. Nous pensons que les communes devraient connaître ces mesures de façon explicite avant leur adhésion. L’impact du Parc Naturel Régional est mal perçu par la population, ces mesures ne devraient pas être un frein au développement de l’urbanisme. Un S.C.O.T. à l’échelle du Parc Naturel Régional semblerait certainement plus adapté au territoire. Thème 8 : Les avions militaires Trois personnes se sont plaintes du passage régulier à basse altitude d’avions militaires. En effet, le Parc Naturel Régional se trouve sur la zone aérienne d’entrainement militaire R 68B. Le passage de ces avions est contradictoire avec l’esprit du Parc Naturel Régional, il devrait agir (Monsieur TRAVERS, Madame PEROL oralement), Vous ne pouvez pas porter les bienfaits du parc aux touristes sans prendre en compte les nuisances que sont les décibels des Avions de chasse en manœuvre. Le touriste lambda fui le bruit même s’il y a des tourbières à étudier et des points de vue à admirer .Je crains qu’a terme, des procédures comme il en existe de plus en plus mettent le parc et ses dirigeants devant le fait accompli de publicité mensongère ; Calme pour les touristes ne colle pas avec nuisances sonores. (Monsieur ROUSSEL RP Sornac). Réponse du porteur de projet : Les caractéristiques du territoire du Parc (rural et très peu peuplé) ainsi que sa position géographique peuvent expliquer en partie pourquoi il se trouve dans un couloir aérien de l’armée. Le règlement des nuisances sonores liées à ces activités militaires n’est cependant pas du ressort d’une Charte de Parc naturel régional. Analyse de la commission d’enquête : On peut constater que ce territoire, déjà désavantagé, est fragile car reconnu déshérité et peu peuplé, il peut être l’objet de nuisances supplémentaires. Thème 9 : Le patrimoine Le patrimoine a suscité quelques réactions : Le pavillon d’accueil du site archéologique des Cars a coûté 80 000 €, réglés par le Conseil Départemental, c'est-à-dire nos impôts (Anonyme R.E. n° 10). L’avantage fiscal lié aux dépenses de préservation du patrimoine naturel n’existant plus, quel levier d’action est envisageable pour un propriétaire privé ? (« Clémentine R.E. n° 2) 80


Le Parc Naturel Régional propose de rénover le patrimoine bâti : avec quel argent ? Rien n’est prévu pour les habitants du secteur (Madame LE COZ, Monsieur TRAVERS, Monsieur TOUNISSOUX oralement). La contribution de Monsieur Pierre CLARA, président de l’association « Histoire et Patrimoine de Corrèze et ses environs » sera traitée dans un chapitre spécifique. Réponse du porteur de projet : Concernant le patrimoine bâti, le projet de charte souligne l’importance du bâti traditionnel, spécifique du Limousin et du territoire du PNR, et fait état de la nécessité de sa préservation induisant souvent des travaux de restauration. Si le projet de charte fixe des objectifs, les signataires de la charte se doivent de mettre en œuvre des actions et/ou dispositifs d’intervention pour les atteindre. A titre d’exemple, mesure 17 du projet de charte indique que la Région « s’engage à accompagner financièrement […], dans le cadre des contrats territoriaux triennaux, les opérations de restauration et de valorisation du bâti ». De même que les Départements, « en fonction de leurs moyens et selon leurs priorités ». Analyse de la commission d’enquête : La commission d’enquête prend note de la réponse du porteur de projet et de ses bonnes intentions. Le patrimoine est un des principaux attraits du tourisme. Thème 10 : L’eau Deux observations concernent la thématique de l’eau : Dans le cadre des mesures de l’orientation 8 et aussi du plan « Eco-Phyto », je souhaiterais que soient conduits des projets de recherche conduisant au non utilisation de répulsifs et insecticides sur les boisements, permettant de laisser couler une eau propre, label de ce territoire (Monsieur LIEUTERET, propriétaire forestier R.E. n° 4.) Dans l’orientation 3 Améliorer la gestion partagée de l’eau, je voudrais insister sur le devenir de Vassivière. Certes vous envisagez une convention entre vos deux instances syndicales, Syndicat de Millevaches et SYMIVA, mais compte tenu de la gestion catastrophique du SYMIVA depuis son origine, il est grand temps de le sortir de son carcan institutionnel pour mettre Vassivière au cœur de la gestion de l’eau, du développement d’un tourisme durable de randonnées et de rencontres de découverte d’un patrimoine exceptionnel (Monsieur CAROF annexe RP Felletin) Réponse du porteur de projet : La question de la pollution de l’eau concerne l’ensemble des activités y compris domestiques. La Charte du Parc traite donc ces questions dans des mesures spécifiques, mais aussi de manière transversale.

81


Ainsi les pollutions liées aux stations de traitement défaillantes sont abordées dans la mesure 15 « Préserver la qualité des eaux ». La Charte affiche l’ambition d’un traitement à 10 ans des défaillances dans ce domaine. A ce titre, le syndicat du Lac de Vassivière sera un partenaire incontournable des actions à mettre en œuvre. Il est ainsi proposé de le rajouter dans les partenaires de la mesure 15. Tandis que les mesures « forêt » par exemple envisagent la réduction de l’emploi de produits phytosanitaires ou le développement d’une petite mécanisation plus adaptée au respect des sols et par conséquent de l’eau des ruisseaux. Analyse de la commission d’enquête : Nous approuvons l’intention d’intégrer le syndicat de Vassivière dans les partenaires de la mesure 15. Il est évident qu’elle devra être concrétisée. L’eau est l’un des points fondamentaux de ce territoire et donc, son suivi doit être exigeant. Thème 11 : Le bois Qui va financer le débardage par câbles ? Très cher et qui prend beaucoup de temps (Madame LE COZ, Monsieur TRAVERS, Monsieur TOUNISSOUX oralement). Propriétaire dans la zone du parc, disposé à reboiser après une coupe, je ne suis pas convaincu de notre choix d’utiliser des répulsifs et des insecticides.(Monsieur LIEUTERET R.E. n°6) Réponse du porteur de projet : Mesures 22 à 25 de la Charte Le débardage par câble correspond à des besoins particuliers d’évacuation des bois. La Charte ne l’érige pas en solution à tous les cas de mobilisation de bois. Il peut être utilisé sciemment pour préserver des zones humides et à terme pourrait être encouragé par une forme de paiement pour services environnementaux par exemple. Actuellement ce sont les Agences de l’eau qui peuvent intervenir pour prendre en charge les surcouts. L’exploitation par câble peut aussi conduire à une meilleure valorisation de bois feuillus difficile d’accès. Ceci est précisé dans la mesure 22 de la manière suivante « Utilisation de méthode d’extraction des bois adaptées au contexte physique des parcelles ». Le Parc souhaite bien entendu accueillir des travaux de recherche. Analyse de la commission d’enquête : Le bois est la matière première essentielle du Parc Naturel Régional à valoriser. Tout ce qui le concerne doit être optimisé et on devra tenir compte du réchauffement climatique. Thème 12 : La promotion de la langue Occitane Deux observations concernent la promotion de la langue Occitane (mesure n° 18 de la charte) :

82


Qui finance la double signalisation en occitan sur les supports ? (Madame LE COZ oralement) Les habitants ont cessé de parler patois pour se faire comprendre de tous ; un patois qui était oral et non un occitan limougeaud-universitaire que vous mettez à nos frais sur les poteaux indicateurs (Anonyme R.E. n° 10). Réponse du porteur de projet : La question relative à la double signalisation est sans doute induite par une erreur d’interprétation du projet de charte. Il ne s’agit pas nécessairement de réaliser des panneaux bilingues comme ceux d’entrée de communes. En effet, la mesure 18 du projet de charte indique seulement que le « syndicat mixte doit recourir plus systématiquement au bilinguisme dans ses supports de communication » c’est-à-dire d’intégrer notamment de l’occitan dans ses publications, ses événementiels, et aussi sur les panneaux d’accueil des sites appartenant au réseau des sites d’interprétation et de visite. Cette mesure est déjà en partie réalisée. Par ailleurs, le PNR, conscient de la diversité des « patois » occitans, ne souhaite pas ériger « un » occitan. Cependant, l’enjeu est de sauvegarder et maintenir cette culture vivante, véritable identité du territoire. Analyse de la commission d’enquête : L’avenir du parc Naturel Régional n’est certainement pas dans la protection de la langue occitane. Thème 13 : La transition énergétique et l’énergie de façon générale Le volet « transition énergétique » a suscité plusieurs réactions :

Concernant l’aspect de la transition énergétique, j’attirerai l’attention de certains donneurs de leçons sur la flotte de véhicules du Parc Naturel régional (Monsieur ARBOGAST – RE. n° 12) L’habitant du plateau a toujours utilisé sa voiture pour le travail. Il passe ses loisirs à compléter ses revenus ou entretenir ses biens, alors avec une sortie en quad ou en moto son bilan carbone est inférieur à celui qui va chercher son pain frais tous les jours (Anonyme R.E. n° 10). Le covoiturage, les habitants du plateau le font par économie lorsque les horaires sont compatibles. Allez-vous imposer aux entreprises et aux établissements de soins de faire travailler les habitants d’un même secteur géographique aux mêmes horaires ? (Anonyme R.E. n° 10). Si des objectifs sont développés quant à la transition énergétique, seuls les publics les plus précaires semblent être ciblés afin de bénéficier de l’accompagnement et des aides financières. Des plafonds sont-ils pré-déterminés afin de bénéficier d’un soutien financier ? 83


S’agira-t-il d’aides indépendantes des organismes tels que SOLIHA ou le PACT ARIM ? En effet, ce dispositif d’état rend obligatoire le paiement d’une somme importante préalable à tout diagnostic par ledit organisme ; somme non remboursée par la région si, au vu des devis, l’usager refuse finalement d’engager les travaux. Par ailleurs, l’état oblige l’usager à passer par des artisans R.G.E. pour bénéficier de crédit/déduction d’impôts, là où des artisans locaux, non agréés ont autant de compétences et de garanties, et ne font pas grimper la note à dessein (« Clémentine R.E. n° 2) Au sujet de la mobilité douce (mesure 31) les vélos électriques sont-ils tous en service ? Servent-ils pour le travail ? Favoriser les lignes T.E.R. : qu’entend faire le parc en ce sens ? (Madame LE COZ, Monsieur TRAVERS, Monsieur TOUNISSOUX oralement). A l’heure ou nous entendons parler détaxe carbone, pourquoi le parc ne proposerait il pas une détaxe (foncier) à ceux qui ont quelques hectares de verdure qui captent le gaz carbonique.(Monsieur ROUSSEL RP Sornac) Réponse du porteur de projet : Comme indiqué précédemment (1- réponses d’ordre général), les PNR n’imposent ni de contrainte directe ni d’interdiction, mais appuient leurs actions sur la concertation et le dialogue. Le diagnostic de territoire constate la vulnérabilité énergétique à laquelle sont exposés les habitants du territoire, d’une part, dans l’habitat, et d’autre part, dans les déplacements. Les objectifs fixés dans le projet de charte sont de réduire les consommations énergétiques, et les émissions de gaz à effet de serre, et de s’adapter au changement climatique. Toute la population est concernée bien que les plus précaires seront plus impactés. L’enjeu majeur de la mobilité est de maintenir la capacité de déplacement de tous malgré le constat de l’utilisation quasi incontournable de la voiture individuelle aujourd’hui. Ainsi, il est préconisé le développement des modes de déplacement doux et l'intermodalité pour les habitants, acteurs du territoire et par voie de conséquence, les touristes. Les vélos à assistance électrique relèvent d’une initiative du syndicat mixte dans le but d’impulser une dynamique autour des modes de déplacement doux. Le rôle du syndicat est d’inciter et d’impulser de nouvelles démarches, notamment en lien avec les autorités organisatrices de transports et ses partenaires, poursuivant son action du Plan Climat Energie Territorial. Analyse de la commission d’enquête : La commission d’enquête prend acte de cette mesure phare (29) et des bonnes intentions du Parc Naturel Régional en matière de transition énergétique. Cependant, dans ce vaste domaine, quelques points auraient nécessité un engagement plus conséquent et concret (énergie hydraulique, photovoltaïque) Thème 14 : Les Tourbières Deux personnes ont posé la question des tourbières. Toutes les tourbières du coin, les bio-tops, se sont développés avec la présence des hommes et la présence d’engins motorisés, quels qu’ils soient. 84


Pensez-vous que le fait d’interdire les loisirs motorisés va dégager nos tourbières (Négarioux par exemple) de nombreux arbres qui y abondent depuis que nous importons des moutons de Nouvelle Zélande ? Ne serait-il pas plus judicieux de taxer ces « vins du bout du monde » afin, comme vous le dites fort justement, d’inverser la tendance à l’abandon de l’élevage de la brebis limousine ? Réponse du porteur de projet : Les remarques portent en réalité sur la pratique des sports de loisirs motorisés. (Voir point 2.2). Le hors-piste étant interdit nationalement ces remarques si elles sont fondées mettent en lumière une pratique proscrite par la loi (sauf dans le cas précis d’un propriétaire qui pratique sur son propre terrain). En revanche, les tourbières étant des habitats remarquables abritant nombre d’espèces protégées, elles sont souvent concernées par les directives européennes (habitats) ou encore par la loi relative à la protection de la nature (1976), et la loi sur l’eau, au même titre que les espaces naturels similaires à l’échelle nationale. A l’échelle régionale, elles apparaissent également comme réservoirs de biodiversité dans le Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE). Ces éléments sont valorisés dans la charte, notamment dans le cadre des SIEM, avec l’objectif de ne pas venir en doublon des classements ou cadres d’intervention existants. Analyse de la commission d’enquête : Les tourbières sont un attrait incontournable du Parc Naturel Régional. Comme l’eau et le bois, il faut poursuivre l’action de protection. Thème 15 : Adhésion et retrait des communes Deux intervenants souhaitent l’adhésion de leur commune à la nouvelle charte. Habitant Saint Moreil, je suis amené à côtoyer le dynamisme du plateau et je ne peux que regretter d’absence de notre commune de ce beau projet (Monsieur BROHIER – R.E. n° 1) Je souhaite que ma commune entre dans le parc et participe aux actions qui visent à développer notre territoire (Madame BONNEFOND – habitante de Saint Moreil – R.E. n° 19) En revanche, Monsieur le Maire de Saint Augustin a une vision critique du projet et envisage, de son conseil municipal, un vote contre cette proposition de charte. « Le projet de charte est un document technocratique totalement déconnecté de la réalité du terrain, dans l’état actuel du projet ; notre conseil municipal envisage de voter contre cette proposition » (Monsieur BRETTE – Maire de Saint Augustin – R.P. Treignac). Réponse du porteur de projet :

85


A la suite de la remise du rapport d’enquête publique, le projet de charte définitif sera soumis à délibération des collectivités du périmètre d’étude (communes, communautés de communes, Département puis Région) en vue de leur éventuelle adhésion à la Charte du Parc naturel régional de Millevaches en Limousin et au syndicat mixte de gestion et d’aménagement de ce parc. Cette consultation des collectivités devrait donc intervenir au cours du 1er trimestre 2018. Les collectivités ont un délai de 4 mois pour délibérer. L’approbation de la charte vaut adhésion au syndicat mixte du Parc. En application de la loi « biodiversité » du 8 août 2016, des communes qui n’auraient pas souhaité approuver la charte lors de cette consultation mais qui le souhaiteraient au cours de la période de 15 ans du classement pourront être réintégrées en suivant une procédure spécifique : - Délibération de la commune approuvant la charte, - Délibération du syndicat mixte du Parc dans l’année qui suit le renouvellement général des conseils municipaux, proposant l’intégration des communes souhaitant réintégrer le Parc, - Délibération de la Région approuvant le nouveau périmètre, - Avis du Préfet de Région, - Décision du 1er Ministre après avis du Ministère chargé de l’Environnement. Analyse de la commission d’enquête : Concernant les remarques venant de la commune de Saint Moreil (23), cette commune, non adhérente à la première charte est intégrée dans le périmètre d’étude du projet. Il appartiendra au conseil municipal de cette commune de délibérer sur son adhésion à la prochaine charte ; tout comme les communes souhaitant se retirer. Pour la commission d’enquête, l’important demeure la cohésion de l’entité « parc ». L’attrait du Parc Naturel Régional et sa capacité d’agir dépend de son homogénéité pour une bonne cohérence des mesures. Thème 16 : Usine de fabrication de pellets à Bugeat Une personne anonyme a remis un tract contre l’usine de fabrication de pellets sur le site de la Gare-bois de Bugeat sans faire de commentaires. Quelle possibilité existe-t-il de dénoncer des projets comme celui des pellets de BugeatViam ? (Monsieur PRESSICAUD – R.P.Felletin) Réponse du porteur de projet : En fonction de son avancement, ce projet fera le cas échéant l’objet d’une enquête publique spécifique, comme c’est le cas des Installations Classées au titre de la Protection de l’Environnement. C’est donc à ce stade que les citoyens pourront faire part de leurs remarques. Lorsque le Parc bénéficiera à nouveau d’un décret de classement, les dossiers ICPE notamment lui seront soumis par l’Etat pour avis.

86


Le rôle du Parc est dans tous les cas d’étudier les dossiers dans leur intégralité et de procéder à leur analyse objective. Puis de se placer dans une démarche dite « ERC – Eviter, Réduire, Compenser ». Pour ce faire il peut s’appuyer sur son Conseil Scientifique et de Prospective. Analyse de la commission d’enquête : Cette Installation Classée pour la Protection de Environnement, va être l’objet d’une enquête publique spécifique très prochainement où la population pourra s’exprimer. Elle n’est pas l’objet de la présente enquête. Thème 17 : Les objectifs de la charte Mes craintes concernent l’écart entre les objectifs affichés et ce qui pourra effectivement être réalisé. Cet écart me parait être du essentiellement au manque de moyens : pas de prévisions sur les financements (Monsieur PRESSICAUD RP Felletin) A la nécessité de ménager des partenaires pas forcément en accord avec les objectifs de la charte. Deux exemples : en agriculture, le syndicat dominant, les partenaires obligés ne partagent pas les objectifs affichés. Concernant la forêt, il en est de même avec les organismes de propriétaires forestiers ou des coopératives vecteurs de l’industrialisation de l’exploitation forestière.(Monsieur PRESSICAUD RP Felletin) Réponse du porteur de projet : Les observations concernant ce sujet sont exposées au « 1 – réponses d’ordre général » du présent document, dans la partie « moyens de mise en œuvre ». Les ambitions de la charte se traduisent concrètement en actions inscrites dans programmes triennaux qui mobilisent des financements de diverses origines. En outre, la méthode de travail du Parc privilégiant systématiquement la voie du dialogue et la co-construction, doit permettre de minimiser d’éventuels écarts entre les objectifs affichés et d’éventuels points de vue divergents. Analyse de la commission d’enquête : La commission d’enquête a bien noté les réponses apportées et espère que ces objectifs créeront un développement durable. Thème 18 : Opposition au projet de charte dans son ensemble Une majorité d’intervenants se montre très critique envers le nouveau projet de charte, souvent en termes peu amènes, voire même violents, où les autochtones, originaires du périmètre du Parc Naturel Régional ressentent une restriction de leurs libertés, imposée par les nouveaux habitants ou par les écologistes. « Il va à l’encontre des intérêts des agriculteurs, des sylviculteurs et des communes » (Monsieur BRETTE – R.P. Treignac). 87


Faire découvrir notre territoire, oui, le protéger, il l’est déjà, le conserver, mais pas au détriment des locaux qui y vivent depuis leur plus jeune âge. Attention de ne pas tomber dans l’extrémisme qui conduirait à supprimer les droits de ces habitants. Il ne faut pas que notre plateau devienne une réserve où tout sera interdit (Madame GORSSE – R.E. n° 10) C’est du grand n’importe quoi. Vous voulez vraiment faire partir les derniers jeunes et actifs afin de faire une réserve (Monsieur QUIROYA – R.E. n° 17). L’évaluation de la mise en œuvre de la charte sur 2004 – 2012 amène à la conclusion de peu de résultats, même si c’est écrit en termes diplomatiques et ce pour un budget dégagé de 31 millions d’euros.( Monsieur CATINAUD RE n°16) Le projet de charte est un vrai traité d’écologie punitive : 264 pages de vœux pieux et d’addition de contraintes pour tous ceux qui vivent dans le parc. Le mot parc est d’ailleurs très bien choisi ; tout le monde sait que l’on parle d’un territoire déshérité qui n’a pas besoin de contraintes mais au contraire qu’on l’aide à se développer. Les priorités ne semblent plus agir pour que ce périmètre ne devienne pas un « parc d’indiens » (Monsieur CATINAUD – R.E. n° 16). Le Parc Naturel Régional a été présenté pour dynamiser et développer notre territoire. Cependant, d’imposer des limites d’utilisation de notre espace va vite engendrer de forts désagréments : on va commencer par les loisirs motorisés, les engins forestiers, agricoles… et qu’allons-nous faire ? Regarder pousser les arbres et les ronces sous cloches ? (Monsieur GALLAND – R.E. n° 13) A part la désertification, il n’y a aucun problème sur le plateau « foutons la paix à ceux qui y vivent (Monsieur GORSSE – R.E. N° 11). Si vous voulez que le Parc Naturel Régional soit synonyme de cohésion, ne vivez pas audessus de vos moyens et aidez-nous à vivre sur notre territoire au lieu de nous freiner. Ecoutez les habitants historiques plutôt que les lobbies participant au CNPN (Anonyme R.E. n° 10). Je ne vais pas faire de laïus sans fin avec de grands mots comme savent si bien le faire les politiques pour nous endormir, les politiques et autres écolos sectaires qui veulent faire un sanctuaire d’une terre qui rapporte aux paysans et à leurs enfants (Anonyme R.E. n° 8). A travers cette mesure, une volonté exacerbée de vouloir contrôler l’autonomie de nos élus, se manifeste très clairement. Volonté qui traduit l’émergence d’une stratégie manipulatrice d’un militantisme environnemental. Loin de coller au désir de ses habitants, je pense que la réflexion établie autour de ce projet est certainement le fer de lance d’une administration au « garde à vous » de la moindre directive européenne, de quelques fonctionnaires zélés, d’écologistes radicaux, de néo-ruraux (Monsieur CONTRAN – R.E. n°7). Comme le signale fort à propos le rapport de MC2 Consultant : « Evaluation de la mise en œuvre de la charte du parc », le projet de ce parc a été perçu comme un projet de « réserve d’Indiens ». Certains acteurs du territoire craignent d’une part qu’il sanctuarise des espaces 88


naturels jusqu’à présent préservés précisément parce que les habitants respectent ce patrimoine naturel. Tout est dit !! (Monsieur TRAVERS – R.E. n° 5). Réponse du porteur de projet : Les contributions du public regroupées dans cette thématique portent sur la perception d’une charte qui privilégierait l’environnement au détriment du développement (vocables « réserve » « parc d’indiens », « mise sous cloche »…), qui restreindrait les libertés, ou encore qui serait peu efficiente. Les observations concernant ces sujets sont exposées au « 1 – réponses d’ordre général » du présent document, dans les parties « objet, portée juridique d’une charte de Parc », ainsi que « moyens de mis en œuvre » mais également au sein des observations thématiques (notamment 2.2 « encadrement de la pratique des véhicules à moteur » et 2.7 « urbanisme »). Analyse de la commission d’enquête : 25 % des observations obtenues font état d’une désapprobation des mesures retenues dans la charte, elles proviennent de gens originaires du Plateau de Millevaches. La survie du Parc Naturel Régional nécessite une cohabitation réelle entre tous les habitants. Thème 19 : Contributions d’ordre général sur le projet 4 contributions d’ordre général sur le différents registres :

projet, toutes favorables ont été notées sur les

« Un regroupement de collectivités crée une dynamique et nos territoires ruraux ont besoin de dynamique. C’est pourquoi je pense qu’ils vont être mieux dans le parc qu’à côté. L’effet loisir des actions mises en place lors de la précédente charte est indéniable, si les communes mettent l’énergie qu’il faut à avoir des projets à prospecter, à vouloir innover. Des actions sur le tourisme mais aussi sur les transports de bois, les travaux d’étude d’inventaire notamment, me semblent importantes (Madame BONNEFOND – R.E. n° 18). Le territoire du Parc Naturel Régional Millevaches constitue un territoire emblématique et cohérent de par sa richesse écologique, son patrimoine hydrologique et son identité culturelle. A ce titre, le projet de charte en vue du renouvellement du classement du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin s’inscrit pleinement dans la poursuite de la préservation et l’affirmation de cette identité territoriale allant au-delà des frontières administratives traditionnelles, conciliant usages, milieux et expérimentation (Monsieur FUENTES – R.E. n° 9)

89


Le parc naturel ne rajoutant aucune règlementation (ce que bien des gens et des élus à qui mes impôts payent des formations, ne semblent pas avoir compris), les propositions faites dans votre charte sont le minimum vital exigible (Anonyme R.E. n° 6) Soutient totalement cette charte (Monsieur LAIGNAC –Maire de Treignac R.P.) Soyez fiers de ce que vous avez réalisé, continuez à travailler ensemble. Les communes nous vous soutiendront (Monsieur JARASSE – R.P. Eygurande) Réponse du porteur de projet : Les contributions regroupées dans cette thématique révèlent que la charte du Parc se doit d’être un projet partagé depuis son élaboration jusqu’à sa mise en œuvre (« regroupement de collectivités », « les communes doivent avoir des projets », « travaillez ensemble »…). Il ressort également une identité territoriale et culturelle forte (« territoire emblématique », « identité territoriale », « identité culturelle ») sur laquelle le projet de charte se fonde pour mettre en œuvre un projet de développement adapté aux spécificités du territoire. Analyse de la commission d’enquête : 10% des contributions ont une perception globalement favorable de la charte du Parc Naturel Régional. Il est certain que, si il n’y a pas regroupement de l’ensemble des collectivités et de la population, il y a peu de chance qu’il y ait un avenir serein pour ce parc. 3. Observations sans commentaires 4 observations « Avis Favorable » sans autres commentaires ont été portées sur le registre de Crocq. 3.1.

Courriers devant faire l’objet d’un traitement particulier

1 - Courrier et contribution de R.T.E. – Centre Développement et Ingénierie – Toulouse

31037

Monsieur le Président Dans le cadre de l’enquête publique en objet, je vous prie de trouver, en pièce jointe la contribution de RTE, gestionnaire du réseau public du transport d’électricité, à l’élaboration de la future charte du Parc Naturel de Millevaches en Limousin RTE souhaite collaborer étroitement avec les acteurs locaux pour articuler les enjeux portés par le territoire avec les enjeux opérationnels liés au fonctionnement électrique. RTE propose d’être associé à l’élaboration des documents de gestion sur les sites d’intérêt écologique majeurs (SIEM) concernés par des lignes électriques existantes (cf. mesure 6 du projet de charte). Cela permettra d’examiner de manière concertée les dispositions à mettre en œuvre lors des opérations de maintenance pour prendre en compte les enjeux environnementaux propres à chacun de ces sites. 90


La préservation et le développement de la biodiversité constituent un axe fort de la politique environnementale de RTE sur ses infrastructures. Avec ses partenaires, RTE expérimente des aménagements et des modes de gestion de la végétation innovants. L’objectif est de faire des emprises de lignes électriques de véritables corridors de biodiversité, respectueux de la végétation, des habitats et des espèces. Les équipes du Parc Naturel Régional de Millevaches ont contacté les équipes de maintenance de RTE, basées à Aurillac et à Limoges, pour examiner la possibilité d’utiliser certaines emprises situées sous les lignes électriques en support à un projet de réinstallation du pastoralisme sur le plateau de Millevaches. Restant à votre disposition pour vous fournir tout renseignement complémentaire que vous pourriez désirer, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’assurance de ma considération distinguée. Jacques TASSY – Directeur adjoint Centre D81 Toulouse Chef du Service Concertation, Environnement et Tiers » Contribution de RTE à l’enquête publique portant sur l’élaboration du projet de charte an vue du renouvellement de classement du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin: RTE est le gestionnaire du réseau public de transport d’électricité et exploite près de 500 km de lignes électriques implantées sur le territoire du Parc Naturel Régional de Millevaches. Les équipes de RTE assurent au quotidien le bon fonctionnement de ces ouvrages en lien avec les acteurs du territoire. RTE souhaite par la présente apporter sa contribution à l’élaboration de la charte du P.N.R. La mesure 6 du projet de charte prévoit de « gérer de façon concertée les milieux rares et remarquables, en particulier les Sites d’Intérêt Ecologique majeur » (SIEM). Le projet de charte indique que ces sites visent principalement des milieux ou sites ciblés par les continuités écologiques d’importance nationale : les sites Nature 2000, continuité des milieux boisés (forêts de montagne du Massif Central, sous-trame milieux ouverts frais et froids, sous-trame des milieux humides et cours d’eau) ». Ces 44 sites occupent au total 20 102 hectares. Certains SIEM sont traversés ponctuellement par des lignes électriques existantes exploitées par RTE Le projet de charte prévoit de « planifier et d’organiser la gestion des SIEM par la réalisation de documents de gestion ». Ces documents identifieront sur chaque SIEM les actions à mettre en œuvre pour atteindre la bonne conservation des milieux naturels ainsi que les interventions préjudiciables aux habitats ou espèces concernées, qui pourront être déconseillées. RTE souhaiterait être associé à l’élaboration des documents de gestion sur les SIEM concernés par des lignes électriques existantes. Cela permettrait d’examiner de manière concertée les dispositions à mettre en œuvre lors des opérations de maintenance pour prendre en compte les enjeux environnementaux propres à chaque site. La préservation et le développement de la biodiversité constituent un axe fort de la politique environnementale de RTE sur ses infrastructures. Cet engagement a été reconnu au titre de 91


la Stratégie Nationale pour la Biodiversité 2011-2020. Avec ses partenaires, RTE expérimente des aménagements et des modes de gestion de la végétation innovants. L’objectif est de faire des emprises de lignes électriques de véritables corridors de biodiversité, respectueux de la végétation, les habitats et des espèces. RTE s’est doté par exemple d’un outil pour financer et cadrer des aménagements favorables à la biodiversité dans ses emprises. Ces derniers sont réalisés en partenariat avec des gestionnaires des milieux naturels, en accord avec les propriétaires. RTE a mis en place plusieurs partenariats pour l’accompagner dans cette démarche, en particulier avec la Fédération des Parcs Naturels Régionaux de France, La Fédération des Conservatoires botaniques nationaux, la Fédération des Conservatoires d’espaces naturels ainsi qu’avec l’association Réserves naturelles de France. » Réponse du porteur de projet : Comme le précise la contribution versée au dossier d’enquête publique par RTE, des partenariats techniques sont déjà noués entre les deux structures. Il est donc proposé d’ajouter RTE dans les partenaires de la mise en œuvre de la mesure 6 de la charte, relative aux sites d’intérêt écologique majeur. Analyse de la commission d’enquête : La commission d’enquête prend acte de la réponse du porteur de projet et se félicite de la participation de RTE 2 – Courrier de Monsieur Pierre CLARA – Président de l’Association Histoire et Patrimoine de Corrèze et ses Environs - 19800 Corrèze « Je viens de prendre connaissance du projet de la nouvelle charte du PNR de Millevaches et je tiens à apporter quelques remarques. Les « villes-portes » du Parc sont définies comme des communes urbaines situées dans le périmètre du Parc et identifiées dans la charte. Or, à la lecture de la charte, je n’y trouve point de ville de Corrèze. Pourtant : Cette commune se trouve à la pointe sud et à l’intérieur du territoire du Parc, à l’entrée du massif des Monédières qui est une des 7 entités paysagères du Parc. Avec sa cité médiévale (en 1580 elle est la cinquième ville close du duché de Ventadour et a participé à Brive à l’assemblée des villes closes du Bas-Limousin au même titre que les communes d’Ussel, Argentat, Neuvic, Meymac, Egletons) ; c’est un territoire à haute valeur patrimoniale (porte de la ville de 1445, maisons Renaissance). Son territoire possède un patrimoine vernaculaire intéressant, fours, séchoirs croix, chapelles et, avec la présence de l’eau, moulins, puits, fontaines. L’ensemble formé par le bourg de la commune de Corrèze et la vallée de la Corrèze, entre les ponts de Neupont et le pont neuf avec les abords, donc sur plusieurs kilomètres a été

92


inscrit, le 26 mars 1980 sur l’inventaire des sites pittoresques du département de la Corrèze. Toutes choses qui me semblent parfaitement correspondre à l’AXE 1 défini dans la charte. Au niveau patrimoine bâti, les documents relatifs au territoire des Monédières sont vraisemblablement réduits au siège du Parc où, à l’origine, l’accent a surtout été mis sur le plateau de Millevaches. Sur le plan de la page 134 du dossier n’apparait aucun élément du patrimoine bâti recensé par le service de l’inventaire, pour les communes de l’ancien canton de Corrèze situées à l’intérieur du parc. Conséquence, les communes de Corrèze, Vitrac, Meyrignac l’église, Saint Augustin, Sarran et Chaumeil ne sont pas répertoriées dans le tableau 15 : « Typologie des bâtiments inventoriés par commune ». Et pourtant, monuments aux morts, maisons de bourg, maisons remarquables, fermes et dépendances (granges, fours, séchoirs), châteaux, églises et chapelles, croix, moulins, puits, lavoirs, abris de cantonniers et fontaines ne manquent point dans ces communes. L’association Histoire et Patrimoine de Corrèze et ses environs est prête à vous fournir tout document en sa possession pouvant compléter ce manque. La personne chargée de mission à l’inventaire du patrimoine bâti du parc, ayant pris récemment contact avec nous, nous avons évoqué cette possibilité de collaboration. En espérant que le Comité syndical voudra bien prendre en compte nos remarques afin que la commune de Corrèze puisse faire état de ce nouveau statut de « VILLE – PORTE » du PNR de Millevaches en Limousin, croyez, Monsieur le Président de la commission d’enquête, à l’assurance de ma considération distinguée. Réponse du porteur de projet : En 2013, le diagnostic relatif au patrimoine architectural a été établi sur la base des données de l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, réalisé par la DRAC Limousin dans les années 1980 dont le recueil a été publié dans Le Cahier de l'Inventaire n° 9, « Millevaches en Limousin, architectures du plateau et de ses abords ». Cependant, comme indiqué dans ledit diagnostic, le travail d’inventaire fort détaillé ne couvre pas l’ensemble des communes du PNR (périmètre actuel et périmètre étendu) dont les communes de Corrèze, Vitrac, Meyrignac-l’Eglise, Saint-Augustin, Sarran et Chaumeil. Ce manque a bien été identifié et la mesure 16 du projet de charte consiste donc à réaliser les inventaires du patrimoine culturel à l’échelle territoriale, incluant ainsi l’ensemble des communes du périmètre, et ce, en lien avec le service régional de l’inventaire. Ce travail ayant débuté en février 2016, l’agent en charge de l’inventaire s’est déjà rendu sur la commune de Corrèze et comme le précise la contribution versée au dossier d’enquête publique par l’association, des contacts sont déjà établis entre les deux structures afin de compléter l’inventaire du patrimoine bâti. Enfin, afin de valoriser la richesse patrimoniale de la commune de Corrèze, des actions de préservation et valorisation pourront être mises en œuvre dans le cadre ou hors du cadre du statut de ville-porte. Analyse de la commission d’enquête : La commission d’enquête prend acte de la participation active de Monsieur CLARA et de la réponse du porteur de projet, en espérant que cette collaboration se poursuive sur l’histoire et le patrimoine de Corrèze. 93


Le porteur de projet a complété ses réponses thématiques par des réponses d’ordre général : L’objet et la portée juridique d’une charte de Parc naturel régional Parmi les 48 contributions apportées par le public sur les différents registres (papier et en ligne), une part importante d’entre-elles exprime des craintes quant aux éventuelles contraintes et frein, notamment d’ordre règlementaire, que la charte du Parc serait susceptible de produire : en matière d’agriculture, de circulation des véhicules motorisés, de développement économique, ou d’urbanisme. Il convient dès lors de rappeler l’objet et la portée juridique d’une charte de Parc naturel régional. En effet, les dispositions de l’article R. 333-1 du code de l’environnement établissent qu’un Parc naturel régional a certes pour objet de : 1° De protéger les paysages et le patrimoine naturel et culturel, notamment par une gestion adaptée ; 2° De contribuer à l'aménagement du territoire ; 3° De contribuer au développement économique, social, culturel et à la qualité de la vie ; 4° De contribuer à assurer l'accueil, l'éducation et l'information du public ; 5° De réaliser des actions expérimentales ou exemplaires dans les domaines cités ci-dessus et de contribuer à des programmes de recherche. Ainsi, le code de l’environnement précise bien que les PNR ont à « protéger les paysages et le patrimoine naturel et culturel», mais également de « contribuer à l’aménagement du territoire » ou encore de « contribuer au développement économique, social, culturel et à la qualité de la vie ». Il ne s’agit donc pas d’opposer environnement et développement économique, mais au contraire de définir un projet concerté de développement durable du territoire alliant « protection, mise en valeur et développement » (art. R.333-2 du code de l’Environnement). Concernant la portée juridique d’une charte de Parc, les dispositions du V de l'article L. 3331 du code de l’environnement, « (…) précisent que : les règlements locaux de publicité (…) doivent être compatibles avec les orientations et les mesures de la charte. Les documents d'urbanisme doivent être compatibles avec la charte, dans les conditions fixées à l'article L. 111-11 du code de l'urbanisme ». En outre, l’article L.362-1 du code de l’environnement indique que « les chartes de parc naturel régional définissent des orientations ou prévoient des mesures relatives à la circulation des véhicules à moteur visant à protéger les espaces à enjeux identifiés sur les documents graphiques des chartes de parc national et sur les plans des chartes de parc naturel régional, pour des motifs de préservation des paysages et du patrimoine naturel et culturel ». Ce sont les trois sujets pour lesquels des mesures de la charte ont une incidence juridique. Le rapport de compatibilité entre charte de PNR et autres documents (SCOT, PLU, règlements de publicité) peut se définir comme une obligation de «non-contrariété». Il autorise donc des adaptations par rapport au document de référence. Il se situe entre le rapport de conformité (plus exigeant) et le rapport de prise en compte (moins exigeant). Pour autant, la charte : 94


« n’est pas opposable aux tiers, ce qui signifie qu’elle ne peut imposer directement d'obligations quelles qu'elles soient à des personnes physiques ou morales autres que celles ayant approuvé la charte ». Elle engage uniquement les signataires qui l’approuveront (communes, EPCI, Départements Région) afin de garantir une cohérence globales des politiques publiques (principe de non contradiction entre les décisions prises par les signataires). « ne peut légalement imposer par elle-même des obligations aux tiers, indépendamment de décisions administratives prises par les autorités publiques à leur égard », « ne peut pas contenir d'interdictions générales et absolues que ce soit à l'égard des tiers ou des signataires de la charte », « ne peut pas prévoir de règles de procédure autres que celles prévues par les législations en vigueur ». Ne concerne, en matière de circulation des véhicules à moteur, que certaines voies (classées dans le domaine public routier de l'Etat, des départements et des communes, des chemins ruraux et des voies privées ouvertes à la circulation publique des véhicules à moteur) et certains secteurs à enjeux de préservation des paysages, du patrimoine naturel et culturel. Ainsi, la charte du Parc naturel régional de Millevaches en Limousin se veut avant tout un document d’orientations, porteur d’un projet de développement durable du territoire. Par son objet, son échelle et sa temporalité, elle n’a pas vocation à se substituer aux documents règlementaires, et ne produit pas de norme. Au contraire, elle ambitionne de créer un espace de dialogue et de conciliation des enjeux de préservation des patrimoines et de développement socio-économique du territoire. La méthode de travail que le Parc s’est fixée est de « convaincre et non de contraindre ». Les instances de gouvernance globales (conseil de valorisation, conseil scientifique, conférence des territoires, conférence des partenaires…) ou thématiques (forum naturaliste, comité territorial de l’eau, forum du tourisme durable, groupes d’acteurs SIEP, commission charte forestière…) animées par le Parc sont également une illustration de l’approche participative et partenariale qui prévaut à l’ensemble des actions inscrites dans la charte. Pour ce faire, le syndicat mixte du PNR, chargé de la mise en œuvre de la charte, a pour mission d’apporter son ingénierie, son expertise et sa capacité d’expérimentation au service du territoire dans ses multiples composantes. Le PNR est ainsi un lieu de mise en cohérence des politiques publiques qui permet une optimisation des projets et de leurs financements. Moyens de mise en œuvre Plusieurs contributions du public questionnent la capacité à mobiliser des moyens, notamment financiers, pour la mise en œuvre concrète des mesures de la charte (notamment agriculture, sylviculture, rénovation du patrimoine bâti, signalisation en occitan, transition énergétique…). Les dispositions du 3° du II de l’article R. 333-3 du code de l’Environnement prévoient six annexes faisant partie intégrante de la charte, dont le plan de financement prévisionnel portant sur les trois premières années du classement prévu par les dispositions du II de l'article L. 333-1. La circulaire ministérielle du 4 mai 2012 relative au renouvellement de classement des parcs naturels régionaux et à la mise en œuvre de leurs chartes recommande que ce plan soit adossé à un programme d'actions prévisionnel triennal impliquant dans la mesure du possible l’ensemble des signataires. Le programme d’actions triennal du PNR de Millevaches en Limousin s’adossera à un contrat de Parc 2018-2020 signé avec la Région dans le cadre de sa politique en direction 95


des Parcs naturels régionaux. Véritable déclinaison opérationnelle de la charte, ce contrat précise à la fois les dépenses prévisionnelles à engager par le syndicat mixte du Parc, mais également des actions portées par d’autres maîtres d’ouvrages (agriculteurs, forestiers, associations, collectivités…) qui répondent aux mesures de la charte et aux priorités de la Région en tant que financeur. D’autres financements prévisionnels sont intégrés aux contrats, en provenance de l’Etat et de ses agences (ADEME, Agences de l’Eau…), le cas échéant de Départements ainsi que de l’Europe (FEADER, FEDER, voire programmes LIFE…). Pour rappel, ne bénéficiant d’aucune autonomie fiscale, les ressources du syndicat mixte du Parc proviennent exclusivement des contributions de ses membres et des subventions obtenues. Ainsi, en complément des contributions statutaires et des financements contractualisés, le Parc doit mobiliser des programmes de financements spécifiques pour ses propres actions ainsi que pour les projets des acteurs du territoire. A ce titre, des candidatures sont régulièrement déposées dans le cadre d’appels à projets nationaux ou européens, au bénéfice du développement local et/ou de la préservation des milieux naturels (ex. dossier LIFE « trame nature » en cours, en faveur du pastoralisme et des habitats naturels remarquables). Enfin, il est nécessaire de rappeler que l’ambition de la charte du parc se projette à 15 ans et qu’il n’est pas possible de prévoir de manière précise les moyens à mettre en œuvre à cette échéance. Néanmoins, le plan d’action triennal 2018-2020 sera suivi d’autres programmes d’actions dans le cadre des règlements d’intervention des différents financeurs potentiels. Ceci impose une priorisation des actions (en termes de temporalité et de moyens dédiés) ce que le Parc a réalisé en identifiant dans sa charte 10 mesures phares, correspondant aux missions d’un PNR en lien avec les spécificités locales (espaces naturels, paysages, cours d’eau, patrimoine bâti, agriculture, forêt, énergie-climat, éducation au territoire). Communication, promotion du territoire Les contributions recueillies au cours de l’enquête publique feraient apparaître un déficit de communication à l’échelle de l’enquête publique, mais également au niveau de la connaissance même du Parc, de ses missions et des actions qu’il mène ou encore en termes de promotion du territoire (lien avec les contributions relatives au tourisme). Lancé en 2011 avec la prescription par la Région de la révision de la charte 2004-2014 du Parc, le projet de territoire inscrit dans le nouveau projet de charte a été élaboré collectivement avec les acteurs du territoire et les partenaires institutionnels du Syndicat mixte du Parc. Cette volonté permanente de co-construction s’est traduite par : la création d’instances dédiées (comité technique, comité de pilotage impliquant des représentants du syndicat mixte, de la Région Limousin, des Départements et des services de l’Etat), l’organisation pendant près de deux ans, d’ateliers et rencontres spécifiques afin de mobiliser les habitants du territoire, les acteurs, les partenaires et les membres du Parc. Environ 300 personnes mobilisées au total. Aussi, il est possible, qu’au vu de la longueur de la procédure, la dynamique initiée soit quelque peu retombée au moment où l’enquête publique a été lancée. Pourtant, dans le cadre de l’enquête publique, outre la publicité légale obligatoire, le Parc a communiqué sur le lancement de l’enquête publique sur son site internet (+ blog dédié à la révision de la charte) ainsi qu’en intégrant un article dédié dans l’édition de septembre 2017 96


du journal du Parc, distribué auprès de tous les foyers du territoire (périmètre actuel). En amont, le Parc a animé des réunions d’information et de débat auprès de chaque communauté de communes concernées (bilan et perspectives). De son côté, la Région Nouvelle-Aquitaine a intégré une information dédiée sur la page d’accueil de son site internet avant l’enquête publique et pendant toute la durée de celle-ci. Enfin, deux articles parus dans la presse locale (La Montagne Corrèze du 13 septembre 2017, le populaire du Centre édition Haute-Vienne du 18 septembre 2017) ont traité de l’enquête publique. Enfin, il est vrai que la notoriété du Parc et la portée de sa charte auprès des habitants du territoire restent à consolider (faiblesse identifiée lors de l’évaluation de la charte 20042016). Les missions du PNR sont encore peu connues et la communication réalisée mérite d’être structurée et hiérarchisée afin que son action soit mieux reconnue. Ce faisant, bien qu’il s’agisse d’un renouvellement de classement après 12 ans d’existence, le PNR de Millevaches en Limousin peut être considéré comme un Parc récent. Fortement attachés à l’identité du plateau de Millevaches, les habitants expriment des attentes fortes vis-à-vis des actions que le PNR doit mener pour assurer l’avenir de ce territoire, auxquelles le Parc entend bien répondre (cf. mesure 36 de la charte « organiser la communication » mais aussi mesure 25 « fédérer le territoire autour d’un projet touristique durable »). A ce titre, le programme triennal 2018-2020 du Parc prévoit l’élaboration d’une stratégie de communication / promotion partagée avec les acteurs locaux et partenaires afin de doter ce territoire d’une réelle visibilité (institutionnelle, touristique etc.). Le porteur de projet apporte les conclusions suivantes à son mémoire en réponse : Comme l’indique le procès-verbal d’enquête publique, on peut déplorer la relative faible participation du public. Une réflexion plus approfondie devra en analyser les raisons et la portée (question de représentativité), mais les observations des 48 personnes s’étant manifestées ont été examinées avec attention car elles questionnent : La capacité du PNR et de ses partenaires à mieux faire connaître et expliquer ce qu’est un Parc, ses missions, le contenu et la portée de sa charte, et plus particulièrement l’action portée spécifiquement par le PNR de Millevaches en Limousin. L’exercice compliqué de synthèse que représente l’élaboration d’une charte, entre les attentes locales, parfois divergentes, les cadres d’interventions « supra-territoriaux » (ex. politique régionale en direction des PNR), les règlementations (directives, lois…)… La nécessité d’amplifier et de multiplier les temps et espaces de dialogue afin de concilier les enjeux, les besoins et les attentes de tous (habitants, socioprofessionnels, associations, entreprises, collectivités…). Des démarches engagées au cours de la charte précédente et poursuivies avec cette nouvelle charte montrent la voie à suivre : exemple de la charte forestière de territoire, des contrats territoriaux « milieux aquatiques », les groupes locaux de travail autour de la gestion partagée des sites d’intérêt écologique majeur…L’atelier d’urbanisme rural sera créé et animé dans cette optique, ainsi que le Comité territorial de l’eau. De même, une attention particulière sera portée et l’approche partenariale sera bien évidemment privilégiée pour la mise en œuvre de la mesure 8 concernant la circulation des véhicules à moteur. Il semble utile de rappeler ici, le rôle des instances de gouvernance, et notamment le Conseil pour la valorisation et l’espace rural de Millevaches aux côtés du Parc depuis sa création. Cette association regroupe les socio-professionnels (agriculture, forêt, artisanat-commerce et tourisme), dont les représentants contribuent pleinement à la 97


gouvernance du Syndicat de gestion. Ceci est d’ailleurs une spécificité du PNR de Millevaches en Limousin. La circulaire ministérielle du 4 mai 2012, relative aux parcs naturels régionaux rappelle que « la force et le succès de la politique des parcs naturels régionaux reposent sur la gouvernance originale et exemplaire mise en place pour la mise en œuvre d'un projet de développement du territoire partagé et librement consenti entre les collectivités territoriales, les établissement publics de coopération intercommunale à fiscalité propre et l'Etat, fondé sur la protection et la mise en valeur du patrimoine et des paysages ». Dans les domaines d’intervention d’un PNR et dans le cadre de sa charte, le Parc assure ainsi, sur son territoire, la cohérence des engagements des Collectivités Territoriales, des EPCI à fiscalité propre concernés et de l’État et en coordonne la mise en œuvre. Ce rôle de coordination implique que les Parcs ne font jamais tout seuls, mais pour et avec. Le partenariat est toujours nécessaire et indispensable et varie selon le type de projet et son stade de réalisation (conception ou mise en œuvre). Cette approche qui constitue l’ADN du PNR de Millevaches en Limousin depuis sa création en 2004, sera poursuivie dans le cadre de cette nouvelle charte au service des acteurs du territoire et en réponse aux marges de progrès identifiées par les contributeurs à l’enquête publique. Fait à LIMOGES, le 20 novembre 2017 Michel DUPEUX Commissaire enquêteur Président de la commission d’enquête

Maurice BAR Commissaire enquêteur Membre titulaire

Hugues DE VOMECOURT Commissaire enquêteur Membre titulaire

98


DEPARTEMENTS DE LA CORREZE, DE LA CREUSE ET DE LA HAUTE VIENNE

ENQUETE PUBLIQUE PORTANT SUR LE PROJET DE CHARTE EN VUE DU RENOUVELLEMENT DE CLASSEMENT DU PARC NATUREL REGIONAL DE MILLEVACHES EN LIMOUSIN

CONCLUSIONS DE LA COMMISSION D’ENQUETE

99


SOMMAIRE

I. RAPPEL DU PROJET ;…………………………………………………………………………..98 II. RAPPEL DU CADRE JURIDIQUE ;…………………………………………………………..102 III. ORGANISATION ET DEROULEMENT DE L’ENQUETE………..………………………..102 3.1 Organisation.…………………………………………………………………………………………………………………………102 3.2 Lieux de consultation du dossier d’enquête .…………………………………………………………………………103 3.3 Déroulement de l’enquête………………………….…………………………………………………………………………106 IV. LE DOSSER SOUMIS A ENQUETE ……………………..………..………………………..107 V. AVIS DE L’AUTORITE ENVIRONNEMEMTALE ET REPONSE DU PORTEUR DE PROJET.……………………………………..…………………..………..………………………..110 VI. OBSERVATIONS DU PUBLIC …………………………...………..………………………..110 6.1 Analyse comptable…….……………………………….…………………………………………………………………………110 6.2 Synthèse des observations ……..………………….…………………………………………………………………………111 CONCLUSIONS ET AVIS DE LA COMMISSION SUR LE PROJET …...…………………..112

100


1.

RAPPEL DU PROJET

L’enquête objet des présentes conclusions porte sur la révision de la charte et le renouvellement de classement du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin. Ce Parc Naturel Régional a été adopté par décret ministériel le 18 mai 2004 pour une durée de 12 ans, expirant en 2016. A l’approche de l’échéance de classement du Parc Naturel Régional, le Conseil Régional du Limousin (devenu depuis Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine) a donc lancé la procédure de renouvellement et de révision de la charte de ce Parc Naturel Régional (délibération adoptée en séance du 24 mars 2011) en vue d’obtenir à nouveau le label de Parc Naturel Régional accordé par l’Etat et caduc depuis le 22 mai 2016, conformément à l’article R 333 – 5 du Code de l’Environnement. En 2012, une étude d’opportunité d’extension du périmètre du parc a été réalisée à fin de répondre aux sollicitations de communes limitrophes souhaitant intégrer le périmètre du parc. 16 communes nouvelles ont été proposées pour faire partie du futur périmètre du - dit parc, portant à 129 le nombre de communes intégrées dans ce périmètre. En 2013, le travail d’évaluation de la charte 2004 – 2016 et l’actualisation du diagnostic territorial, confié à un prestataire, ont permis de recentrer les objectifs du parc sur les fondements des missions des Parcs Naturels Régionaux (préservation du patrimoine,, gestion de l’espace, efficacité énergique et changement climatique, valorisation de ressources locales, éducation à l’environnement) tout en tenant compte des enjeux spécifiques du territoire (gestion de l’eau, sylviculture durable, maintien des milieux ouverts par la pratique de l’élevage extensif, urbanisme rural, économie sociale et solidaire, dynamisme culturel, patrimoine bâti rural). L’élaboration du projet de charte 2018 – 2033 est issue d’un travail de concertation avec les acteurs locaux et les services de l’état pour tenir compte de leurs exigences en matière de préservation des paysages, urbanisme, identification et préservation des continuités écologiques, circulation des véhicules motorisés. Ce projet s’articule autour de trois axes : • • •

Connaissance, préservation et valorisation des patrimoines (culturel, bâti, paysager et naturel). Valorisation économique des ressources locales et engagement de la transition énergique. Education à l’environnement et au développement durable, animation pour favoriser le lien social et renforcer l’attractivité du territoire.

Il a été validé par le Conseil Régional en novembre 2015 et transmis à la DREAL (Site de Limoges) pour avis en mars 2016.

101


Parallèlement, le projet a fait l’objet d’une évaluation environnementale qui a été adressée au Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (C.G.E.D.D.) pour être examiné par l’autorité environnementale. A réception de l’avis de l’autorité environnementale, le projet de révision de la chartre du P.N.R. est soumis à enquête publique, conformément à l’article R 333 – 6 – 1 du Code de l’Environnement. 129 communes ont été intégrées dans le périmètre d’étude du Parc Naturel Régional : Communes situées dans le département de la Corrèze : AFFIEUX, AIX, ALLEYRAT, AMBRUGEAT, BELLECHASSAGNE, BONNEFOND, BUGEAT, CHAMBERET, CHAUMEIL, CHAVANAC, CHAVEROCHE, COMBRESSOL, CONFOLENTPORT-DIEU, CORREZE, COUFFY-SUR-SARSONNE, COURTEIX, DARNETS, DAVIGNAC, L'EGLISE-AUX-BOIS, EYGURANDE, FEYT, GOURDON-MURAT, GRANDSAIGNE, LACELLE, LAMAZIERE-HAUTE, LAROCHE-PRES-FEYT, LESTARDS, LIGNAREIX, LE LONZAC, MADRANGES, MAUSSAC, MERLINES, MEYMAC, MEYRIGNAC-L'EGLISE, MILLEVACHES, MONESTIER-MERLINES, PERET-BEL-AIR, PEROLS-SUR-VEZERE, PEYRELEVADE, PEYRISSAC, PRADINES, RILHAC-TREIGNAC, SAINT-ANGEL, SAINTAUGUSTIN, SAINT-ETIENNE-AUX-CLOS, SAINT-FREJOUX, SAINT-GERMAIN-LAVOLPS, SAINT-HILAIRE-LES-COURBES, SAINT-MERD-LES-OUSSINES, SAINT-PARDOUX-LENEUF, SAINT-PARDOUX-LE-VIEUX, SAINT-REMY, SAINT-SETIERS, SAINT-SULPICELES-BOIS, SAINT-YRIEIX-LE-DEJALAT, SARRAN, SORNAC, SOUDAINE-LAVINADIERE, SOUDEILLES, TARNAC, TOY-VIAM, TREIGNAC, VEIX, VIAM, VITRAC-SUR-MONTANE. Communes situées dans le département de la Creuse : BANIZE, BASVILLE, BEISSAT, CHAVANAT, CLAIRAVAUX, LA COURTINE, CROCQ, CROZE, FAUX-LA-MONTAGNE, FAUX-MAZURAS, FELLETIN, FENIERS, FLAYAT, GENTIOUX-PIGEROLLES, GIOUX, MAGNAT-L'ETRANGE, MALLERET, MANSAT-LACOURRIERE, LE MAS-D'ARTIGE, LE MONTEIL-AU-VICOMTE, LA NOUAILLE, PONTARION, PONTCHARRAUD, POUSSANGES, ROYERE-DE-VASSIVIERE, SAINTAGNANT-PRES-CROCQ, SAINT-FRION, SAINT-GEORGES-NIGREMONT, SAINTJUNIEN-LA-BREGERE, SAINT-MARC-A-FRONGIER, SAINT-MARC-A-LOUBAUD, SAINTMARTIAL-LE-VIEUX, SAINT-MARTIN-CHATEAU, SAINT-MAURICE-PRES-CROCQ, SAINT-MERD-LA-BREUILLE, SAINT-MOREIL, SAINT-ORADOUX-DE-CHIROUZE, SAINTORADOUX-PRES-CROCQ, SAINT-PARDOUX D’ARNET, SAINT-PARDOUXMORTEROLLES, SAINT-PIERRE-BELLEVUE, SAINT-QUENTIN-LA-CHABANNE, SAINTYRIEIX-LA-MONTAGNE, SOUBREBOST, THAURON, VALLIERE, VIDAILLAT, LA VILLEDIEU. Communes situées dans le département de la Haute-Vienne : AUGNE, BEAUMONT-DU-LAC, BUJALEUF, CHEISSOUX, LA CROISILLE-SUR-BRIANCE, DOMPS, EYMOUTIERS, NEDDE, PEYRAT-LE-CHATEAU, REMPNAT, SAINT-AMAND-LEPETIT, SAINTE-ANNE-SAINT-PRIEST, SAINT-GILLES-LES-FORETS, SAINT-JULIEN-LEPETIT, SURDOUX, SUSSAC.

102


Le projet de charte s’articule autour de 3 axes comprenant au total 8 orientations. Chaque orientation comprend elle-même diverses mesures. AXE 1L Gérer l’espace en préservant les richesses patrimoniales Orientation 1. Préserver un haut niveau de richesse des milieux et espèces - p. 54 Préserver un haut niveau de richesse des milieux et des espèces Mesure 1 - Compléter les inventaires d’espèces et milieux remarquables Mesure 2 - Poursuivre l’identification des continuités écologiques Mesure 3 - Mener des travaux de recherche et d’expérimentation sur la dynamique des espèces et des écosystèmes Mesure 4 - Restaurer ou conforter les continuités écologiques Mesure 5 - Intégrer des pratiques favorables aux espèces sensibles dans la gestion de la nature «ordinaire» Mesure 6 - MESURE PHARE -Gérer de façon concertée les milieux rares et remarquables, en particulier les Sites d’Intérêt Ecologique Majeur Mesure 7 - Elaborer ou décliner des plans d’actions en faveur d’espèces emblématiques Mesure 8 - Encadrer la pratique des véhicules à moteur de loisir Orientation 2. Accompagner la mutation des paysages - p. 76 Accompagner la mutation des paysages Mesure 9 - Approfondir et partager la connaissance du paysage Mesure 10 - Retrouver la lisibilité et préserver la qualité des paysages Mesure 11 - MESURE PHARE - Préserver et valoriser les paysages emblématiques Mesure 12 - MESURE PHARE - Développer un urbanisme au service de la qualité de vie Orientation 3. Améliorer la gestion partagée de l’eau - p. 100 Améliorer la gestion partagée de l’eau Mesure 13 - Améliorer la connaissance et suivre la qualité des eaux et des milieux aquatiques Mesure 14 - MESURE PHARE - Atteindre le bon état écologique des cours d’eau et des milieux associés Mesure 15 - Préserver la qualité des eaux Orientation 4. Connaître, sauvegarder et valoriser le patrimoine culturel - p. Connaitre, sauvegarder et valoriser le patrimoine culturel Mesure 16 - Enrichir et partager la connaissance du patrimoine culturel 103


Mesure 17 - MESURE PHARE - Restaurer et valoriser le patrimoine bâti Mesure 18 - Promouvoir la culture et la langue occitanes AXE 2 Valoriser les ressources en accompagnant les mutations de la société et de son environnement. Orientation 5. Stimuler la production et la valorisation des ressources locales la production et la valorisation des ressources Mesure 19 - Favoriser l’accès au foncier pour des porteurs de projets innovants Mesure 20 - MESURE PHARE - Relocaliser la transformation, la distribution et la consommation des produits agricoles Mesure 21 - Développer et promouvoir une agriculture alliant viabilité économique et respect de l’environnement Mesure 22 - MESURE PHARE - Préserver et gérer la ressource forestière et son environnement Mesure 23 - Réconcilier les acteurs et usagers de la forêt Mesure 24 - Développer les expérimentations permettant la valorisation du bois local Mesure 25 - Fédérer le territoire autour d’un projet touristique durable Mesure 26 - Renforcer la mise en tourisme des atouts patrimoniaux Mesure 27 - Promouvoir l’Economie Sociale et Solidaire Orientation 6. Devenir un territoire à énergie positive - p. 138 Devenir un territoire à énergie positive Mesure 28 - S’approprier les enjeux énergétiques du territoire Mesure 29 - MESURE PHARE - Améliorer le geste lié à l’usage de l’énergie et à la performance énergétique Mesure 30 - Fédérer citoyens et collectivités autour de projets participatifs et collectifs Mesure 31 - Inciter à de nouvelles mobilités AXE 3 Promouvoir et partager un territoire attractif et innovant Orientation 7. Transmettre les savoirs du territoire - p. 148 Transmettre les savoirs du territoire Mesure 32 - MESURE PHARE - Concevoir un programme éducatif territorial Mesure 33 - Conforter le réseau des sites d’interprétation et de visites Mesure 34 - Concourir à la formation des acteurs du territoire Orientation 8. Assurer la cohésion des habitants et des acteurs du territoire - p. 156 104


Assurer la cohésion des habitants et des acteurs du territoire Mesure 35 - Partager l’accès à la culture et faciliter la création Mesure 36 - Organiser la communication Mesure 37 - Favoriser le lien social par des coopérations locales Mesure 38 - Développer les coopérations 1.

RAPPEL DU CADRE JURIDIQUE

Les principaux textes régissant la présente enquête publique sont : Les dispositions propres aux Parcs Naturels Régionaux relèvent des articles L 333 – 1 à L 333 – 3 (partie législative) et R 333 – 6 – 1 (partie règlementaire) du Code de l’Environnement. Elle a lieu dans les formes prévues par les articles L 123 - 1 à L 133 - 19 (partie législative) et R 123 – 4 à R 123- 27 (partie règlementaire) du Code de l’Environnement. 2.

ORGANISATION ET DEROULEMENT DE L’ENQUETE 2.1.

Organisation

Monsieur le Président du Tribunal Administratif de BORDEAUX, par décision N° E 17000089/33 en date du 7 juin 2017 a désigné la commission d’enquête chargée de conduire l’enquête publique sur le projet de renouvellement de classement du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin. Cette commission est composée de trois commissaires enquêteurs : Monsieur Michel DUPEUX Monsieur Hugues de VOMECOURT Monsieur Maurice BAR

Président Membre titulaire Membre titulaire

Cette enquête a été prescrite par arrêté n° ENV – LIM – 2017 – 001 du 29 août 2017 de Monsieur Alain ROUSSET – Président du Conseil Régional de NOUVELLE AQUITAINE. Conformément à l’article R 123 – 9 du Code de l’Environnement, cet arrêté a été élaboré en consultation avec le Président de La commission d’enquête et l’autorité organisatrice, responsable du projet, au cours d’une réunion qui s’est tenue à LIMOGES, le 27 juin 2017. L’enquête publique s’est déroulée du lundi 18 septembre 2017 à 8 h 30 au vendredi 20 octobre 2017 à 17 h, pendant 33 jours consécutifs. Le siège de l’Enquête était fixé à la Mairie de Millevaches – le Bourg – 19290 MILLEVACHES.

105


L’enquête publique s’est déroulée sur les 129 communes comprises dans le périmètre d’étude du projet de charte du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin. 2.2.

Lieux de consultation du dossier d’enquête publique

Pendant toute la drée de l’enquête, un exemplaire physique du dossier d’enquête, ainsi qu’une version numérique de celui-ci ont été consultables dans les lieux précisés ci-après, aux heures et jours habituels d’ouverture au public :

106


• • •

Sur le site Internet du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin, dédié à la charte du parc : http://chartepnrmillevaches.wordpress.com Depuis le site internet de la Région Nouvelle Aquitaine : www.nouvelle-aquitaine.fr Sur le site internet dédié à l’enquête publique : http://enquêtepublique – parcnaturelregionmillevaches.fr.

Le public pouvait présenter ses observations et ses propositions en intervenant : •

Sur les registres physiques : Un registre d’enquête, à feuillets non mobiles, coté et paraphé par le Président de la commission d’enquête était déposé dans chacune des mairies mentionnées dans le tableau ci dessus. Sur le registre électronique : Le public pouvait également consigner ses observations sur le registre électronique tenu à sa disposition pendant la durée de l’enquête sur le site internet http://enquêtepublique – parcnaturelrégionalmillevaches.fr. Par courrier postal et électronique :Les observations du public pouvaient également être adressées par écrit au Président de la commission d’enquête, au siège de l’enquête – mairie de Millevaches – Le Bourg – 19290 Millevaches, ainsi que par courriel à l’adresse suivante : parcnaturelrégionalmillevaches @enquêtespubliques.com. En rencontrant les membres de la commission d’enquête lors des permanences : Le Président et les membres de la commission d’enquête se sont tenus à la disposition du public, à tour de rôle, pour recueillir les contributions du public aux lieux, jours et heures suivants :

107


Les observations formulées sur le registre électronique ainsi que celles adressées par courrier postal ou électronique au Président de la commission d’enquête ont été jointes au registre physique tenu à la disposition du public au siège de l’enquête. Un avis relatif à la tenue de l’enquête publique a été publié par voie d’affiches au moins quinze jours avant le début et pendant toute la durée de celle-ci : Dans chacune des 129 communes comprises dans le périmètre d’étude. Aux Sous-préfectures d’AUBUSSON (Creuse) et d’USSEL (Corrèze) Sur le site internet du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin : www.pnrmillevaches.fr Sur le site internet dédié à l’enquête publique : http://enquêtpubliqueparcnaturelrégionlmillevaches.fr.

108


Cet avis a également été publié quinze jours au moins avant le début de l‘enquête et rappelé dans les huit premiers jours de celle-ci dans les journaux locaux suivants, couvrant les trois départements compris dans le périmètre du Parc Naturel Régional : •

Département de la Corrèze : o La Montagne du 3 septembre 2017 puis du 25 septembre 2017 o L’Echo du Centre du 1 septembre 2017 puis du 22 septembre 2017

Département de la Creuse : o La Montagne du 3 septembre 2017 puis du 25 septembre 2017 o L’Echo du Centre du 1 septembre 2017 puis du 22 septembre 2017

Département de la Haute Vienne : o L’Echo du Centre du 1 septembre 2017 puis du 22 septembre 2017

Parallèlement à la publicité légale, des mesures de publicité complémentaires ont été diffusées à l’initiative du porteur de projet : Publication d’un article dans le journal du parc et dans la presse régionale.

2.3.

Déroulement de l’enquête

Avant le début de l’enquête, deux réunions préparatoires ont eu lieu entre le président de la commission d’enquête puis entre les membres de cette commission et l’autorité organisatrice pour discuter des modalités d’organisation de l’enquête et prendre connaissance du dossier. Le Président de la commission d’enquête a ouvert, coté et paraphé 15 registres d’enquête destinés aux mairies recevant une permanence. Il a également contrôlé et paraphé chaque document de la version papier et de la version numérique des dossiers d’enquête destinés à ces mairies. D’un commun accord entre l’autorité organisatrice et le président de la Commission d’Enquête, il a été décidé de ne pas organiser de réunion publique en raison de l’étendue du territoire qui aurait contraint à l’organisation d’un nombre important de réunions pour pouvoir déplacer un nombre significatif de participants. Le 19 juillet 2017, les membres de la Commission d’Enquête ont visité plusieurs lieux emblématiques ou sites sensibles sur l’ensemble du territoire du Parc Naturel Régional. Ils étaient accompagnés des représentants de la région Nouvelle Aquitaine et du Parc Naturel Régional. Au cours de l’enquête, les membres de la Commission d’Enquête se sont réunis pour faire le point sur le déroulement de l’enquête et procéder à un premier examen des observations. L’enquête publique s’est déroulée dans une ambiance sereine La participation du public a été très faible Aucun incident n’est à signaler Les relations entre les membres de la commission d’enquête, l’autorité organisatrice et le porteur de projet ont toujours été courtoises ; la commission d’enquête a toujours obtenu

109


des réponses à ses questions ou à ses compléments d’information, sans noter une rétention quelconque de l’information. L’accueil dans les mairies, lors des permanences a toujours été lui aussi courtois et les permanences se sont toujours déroulées dans de bonnes conditions matérielles. Aucune couverture médiatique n’a eu lieu pendant l’enquête publique. Aucune pétition n’a été déposée. A l’expiration du délai d’enquête, les registres ont été collectés par les membres de la commission d’enquête et remis sans délai au Président de la commission d’enquête. Le 27 octobre 2017, en application de l’article R 123 -18 du Code de l’environnement et de l’article 9 de l’arrêté ENV – LIM – 2017 - 001 de Monsieur le Président de la région Nouvelle Aquitaine, le Président de la Commission d’enquête a rencontré Monsieur Olivier BROUSSEAU représentant la région Nouvelle Aquitaine afin de lui remettre les observations écrites et orales consignées dans un procès verbal de synthèse. Il a été rappelé au représentant de la région Nouvelle Aquitaine qu’il disposait d’un délai de 15 jours pour produire un mémoire en réponse à ces observations. Le 6 novembre 2017, le Président de la Commission d’Enquête a reçu par courriel le mémoire en réponse du porteur de projet puis il a reçu par courrier la version papier de ce mémoire le 10 novembre 2017 soit dans les délais impartis. Avis de la commission sur l’organisation et le déroulement de l’enquête : La commission d’enquête a constaté le respect des obligations règlementaires concernant la préparation et le déroulement de l’enquête publique. L’enquête publique, même si elle n’a pas suscité de forte mobilisation, s’est déroulée dans des conditions très satisfaisantes, sans problème particulier. La publicité légale et l’information du public ont été réalisées conformément à la réglementation. Le recueil et le traitement des observations ont été réalisés en toute impartialité. 3.

LE DOSSIER SOUMIS A ENQUETE

Le dossier d’enquête relatif au renouvellement de la Charte du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin présenté au public était ainsi constitué : 1. ETUDE D’OPPORTUNITE D’EXTENDION DE PERIMETRE DU PARC NATUREL REGIONAL DE MILLEVACHES EN LIMOUSIN Cette étude, réalisée en 2011, avait pour vocation de permettre à la Région Nouvelle Aquitaine, collectivité décisionnelle, de disposer d’un éclairage fondé sur des analyses argumentées, synthétiques, nécessaires pour se prononcer sur la question de l’extension du périmètre du Parc Naturel Régional. 2. EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CHARTE DU PARC Ce document constitue le rapport final d’évaluation de la mise en œuvre de la charte du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin.

première

110


3.

DIAGNOSTIC TERRITORIAL

Il s’agit d’un diagnostic du territoire du Parc Naturel Régional au terme de la première charte. Il met en lumière les atouts et les faiblesses du territoire dans les secteurs que sont le patrimoine, les ressources ou l’aménagement du territoire.

4.

AVIS DES SERVICES DE L’ETAT EMIS LE 7 OCTOBRE 2016

Les services de l’Etat ont émis un avis sur le projet de charte révisée du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin avant son passage en Enquête Publique. Les avis émis par ces services de l’Etat, le C.N.P.N. et la Fédération des Parcs Naturels Régionaux ont fait état d’un certain nombre d’observations : « Le document dans son ensemble a été repensé et retravaillé. Il est plus clair, plus lisible et mieux réorganisé, plus structuré, cohérent et compréhensible mais nécessite encore quelques modifications ou précisions d’ordre général ou thématique, ainsi que, sur certaines mesures et sur le plan du parc : modifications, notamment sur la forme ».

5.

EVOLUTION DU PROJET DE CHARTE - PRISE EN COMPTE DES AVIS EXPRIMES

Il s’agit là d’une note présentant l’évolution du projet de charte, expliquant comment ont été pris en compte les avis exprimés dans le cadre des consultations. 6. PROJET DE CHARTE 2018 - 2033 Ce document est la pièce centrale du dossier soumis à enquête. Il s’agit du rapport de la charte du Parc naturel Régional de Millevaches en Limousin, déterminant les orientations de protection, de mise en valeur et de développement, ainsi que les mesures mises en œuvre sur le territoire du parc pour la durée de son classement. 7.

PLAN DU PARC

Le plan du parc, à ‘échelle 1/100 000 représente le périmètre d’étude du Parc Naturel Régional. Il a pour objet de traduire spatialement, à l’aide de pictogrammes et de légendes, l’essentiel des dispositions de la charte. 8.

RAPPORT D’EVALUATION ENVIRONNEMENTALE

Conformément à l’article R 122 – 20 du Code de l’Environnement, ce document comporte : Une présentation générale des objectifs du projet de charte 2018 – 2033 et son articulation avec d’autres schémas, plans ou programmes.

111


Une analyse de l’état initial de l’environnement et des perspectives d’évolution permettant de dégager les principaux enjeux environnementaux Un exposé des motifs pour lesquels le projet a été retenu au regard des objectifs de protection de l’environnement Une analyse des effets notables du projet sur l’environnement La présentation des mesures prises pour éviter ou réduire les effets potentiellement négatifs du projet sur l’environnement Un résumé non technique. 9.

AVIS DE L’AUTORITE ENVIRONNEMENTALE

L’évolution environnementale du projet de charte du Parc Naturel Régional de en Limousin est soumise à l’avis de l’Autorité Environnementale du Conseil l’Environnement et du Développement Durable Cet avis ne porte pas sur l’opportunité du projet mais sur la qualité de environnementale présentée par le porteur de projet et sur la prise en l’environnement par le plan du document.

Millevaches Général de l’évaluation compte de

10. MEMOIRE EN REPONSE A L’AVIS DE L’AUTORITE ENVIRONNEMENTALE Ce mémoire en réponse a pour objet de répondre aux recommandations formulées par l’Autorité Environnementale dans son avis sur le projet de Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin. 11. BILAN DE LA CONCERTATION Le projet a fait l’objet, pendant près de trois années, de cinq phases de concertation avec les habitants du territoire, les partenaires socioprofessionnels, associatifs et institutionnels 12. L’ESSENTIEL Ce document intitulé « L’Essentiel » est en fait le résumé non technique du projet de charte 2018 – 2033. Il résume le contenu du rapport de charte. 13. MENTION DES TEXTES REGISSANT L’ENQUETE PUBLIQUE Il s’agit du recueil de l’ensemble des textes régissant l’enquête publique relative aux Parcs Naturels Régionaux. Avis de la commission d’enquête sur la qualité technique du dossier d’enquête : La commission d’enquête considère que ce dossier conséquent, bien que bien structuré et documenté, offre une consultation complexe, même dans sa version informatique. 112


La rédaction des trois axes de la charte est sibylline, ce qui fait que le public, non initié, a des difficultés à appréhender le classement et le contenu de ces trois axes. Les huit orientations introduites dans ces trois axes et les 38 mesures qui en découlent n’ont pas permis, semble-t-il, au public rencontré, d’appréhender l’intérêt de cette nouvelle charte et de retrouver les préoccupations et les enjeux des communes. La commission d’enquête regrette que le résumé non technique, intitulé « l’essentiel » dans le dossier d’enquête, document destiné à une prise de connaissance rapide du projet, soit présenté sous la forme d’une annexe (annexe 3) dans la version informatique du dossier. Cela complique la lecture pour qui souhaite une prise de connaissance rapide du dossier. L’étude d’opportunité d’extension du périmètre du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin est inintelligible et ne permet en aucune façon de définir une taille nécessaire suffisante ou souhaitable du Parc Naturel Régional. 4.

AVIS DE L’AUTORITE ENVIRONNEMENTALE ET REPONSE DU PORTEUR DE PROJET

L’évaluation environnementale du projet de Charte du Parc Naturel Régional est soumise à l’avis de l’Autorité Environnementale du Conseil Général, de l’Environnement et du Développement durable, selon les dispositions de l’article R 122 – 17 du Code de l’Environnement L ’Autorité Environnementale a rendu un avis délibéré sur la qualité de l’évaluation environnementale et sa prise en compte de l’environnement, le 14 juin 2017. La Région Nouvelle Aquitaine et le Syndicat Mixte de Gestion du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin ont produit un mémoire ayant pour objet de répondre aux recommandations formulées par l’Autorité Environnementale.:

La synthèse de l’avis de l’autorité environnementale et les réponses du porteur de projet figurent au chapitre III paragraphe 3 - 5 du rapport de la commission d’enquête

Avis de la commission d’enquête par rapport à l’avis émis par l’autorité environnementale et au mémoire en réponse du porteur de projet : Dans l’ensemble, l’avis de l’autorité environnementale est un avis « fouillé » et complet. Dans son mémoire en réponse, le porteur de projet a répondu point par point aux avis détaillés de l’autorité environnementale. Cependant, aucune réponse n’a été fournie sur la synthèse de l’avis général. Certaines réponses auraient nécessité plus de développement pour mieux cerner le réalisme des mesures envisagées. 113


5.

OBSERVATIONS DU PUBLIC 5.1.

analyse comptable

La participation du public a été très faible puisque seulement : • •

52 personnes se sont manifestées. 13 personnes ont apporté leur contribution sur les registres physiques déposés dans les 15 mairies recevant une permanence de la commission d’enquête. • 4 personnes ont simplement signé le registre papier sans faire de commentaire • 20 personnes ont consigné des observations sur le registre électronique mis à leur disposition sur le site internet : enquêtepublique - parcenaturelrégional.fr Sur ce registre, 4 observations sont anonymes ou ne permettent pas d’identifier les auteurs. • 4 personnes ont fait des déclarations orales sans laisser de contribution sur le registre physique. • 2 courriers ont été reçus au siège de l’enquête • 2 notes écrites ont été annexées aux registres de Crocq etSornac • 7 personnes ont consulté le dossier en mairie sans intervenir. Aucun courriel n’est parvenu sur le site internet : parcnaturelrégionalmillevaches@enquêtes – publiques.com

Répartition par lieu de permanence des observations et du public reçu en mairie COMMUNES Millevaches Bugeat Chamberet Corrèze Crocq Eymoutiers Eygurande Faux-la-Montagne Felletin La Courtine Meymac Pontarion Royère Sornac Treignac TOTAL

Observations registres 1 0 0 0 5 0 2 0 1+1annexe 0 0 0 4 0+1annexe 4 19

Public reçu en mairie 4 0 0 3 5 0 2 0 3 0 0 0 5 1 5 28

Répartition des observations

Observations favorables

12

23.07% 114


Observations favorables avec réserves

8

15.38%

Observations défavorables

16

30.76%

Observations neutres

7

13.46%

7

13.46%

52

100%

Consultations du dossier sans observations

TOTAL

5.2.

Synthèse des observations

Bien que peu nombreuses, toutes les observations abordent des sujets identiques. Aussi, la commission d’enquête a décidé de les regrouper par thème. Malgré la faible participation du public, de nombreux thèmes sont apparus lors du traitement des observations (19) : Thème 1 : L’Agriculture Thème 2 : Encadrer la pratique des véhicules à moteur de loisir – mesure 8 Thème 3 : Les chemins ruraux (particulièrement leur entretien) Thème 4 : Le développement économique Thème 5 : Publicité de l’enquête – Information des élus et de la population -communication Thème 6 : Le tourisme Thème 7 : Urbanisme Thème 8 : Les avions militaires Thème 9 : Le patrimoine Thème 10 : L’eau Thème 11 : Le bois Thème 12 : La promotion de la langue Occitane Thème 13 : La transition énergétique et l’énergie de façon générale Thème 14 : Les Tourbières Thème 15 : Adhésion et retrait des communes Thème 16 : Usine de fabrication de pellets à Bugeat Thème 17 : Les objectifs de la charte 115


Thème 18 : Opposition au projet de charte dans son ensemble Thème 19 : Contributions d’ordre général sur le projet Observations sans commentaires : Quatre observations « Avis Favorable » sans autres commentaires ont été portées sur le registre de Crocq. Deux courriers ont fait l’objet d’un traitement particulier : 1 - Courrier et contribution de R.T.E. – Centre Développement et Ingénierie – Toulouse 2 – Courrier de Monsieur Pierre CLARA – Président de l’Association Histoire et Patrimoine de Corrèze et ses Environs - 19800 Corrèze

37037

La synthèse des observations du public, les réponses du porteur de projet et les analyses de la commission d’enquête figurent au chapitre V paragraphe 2 du rapport de la commission d’enquête

Avis de la commission d’enquête sur la participation et les observations du public : 1. Sur la participation du public La participation du public a été très réduite par rapport à la population concernée : 52 interventions pour une population de 41 000 habitants soit 1,3 intervenants pour 1 000 habitants. La commission d’enquête estime que si la publicité légale a été réalisée conformément à la réglementation, elle s’est avérée inefficace. Dès lors, quatre réflexions se posent : 1 – La population s’est-elle toujours sentie concernée par le projet de charte proposé. 2 – La date retenue pour l’enquête n’était peut-être pas la mieux adaptée (hors de la période touristique). 3 – L’information diffusée par le Syndicat Mixte de Gestion du Parc Naturel Régional à l’attention de la population a sans doute été insuffisante et non relayée par les communes. 4 – La rédaction du dossier, tant en version informatique qu’en version papier était peu engageante.

2. Sur les contributions du public 116


Tous les thèmes abordés ont fait l’objet d’une analyse et d’une réponse détaillée au chapitre 5 du rapport d’enquête. De plus, la commission a pu constater au fil des différentes observations et personnes rencontrées, qu’il semblait exister une dissonance entre ceux qui vivent sur le territoire, ceux qui y travaillent (agriculteurs, forestiers) et les implications des mesures de la charte. Cependant, certains intervenants reconnaissent les intérêts que présente le Parc Naturel Régional pour ce territoire, ils déplorent que son existence reste trop méconnue et regrettent que les infrastructures de mobilité (téléphone, internet, etc…) soient déficientes et souhaiteraient un engagement fort du Parc Naturel Régional sur ce point. La commission d’enquête trouve étonnant qu’aucune association, de quelque nature que ce soit, ne se soit manifestée sur le projet. CONCLUSIONS ET AVIS DE LA COMMISSION D’ENQUETE SUR LE PROJET : La commission d’enquête, CONSIDERANT : Les points en faveur du projet : 1 –La géographie de ce Projet de renouvellement de classement du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin constitue un ensemble très cohérent et assez unique. Il s’agit d’un ensemble remarquable tant au niveau du paysage (Monédières plateau) que de la biodiversité qui est exceptionnelle et typique des landes et des tourbières qui en fait un des « Châteaux d’eau de la France » et des entités hydrologiques : le Plateau de Millevaches est à l’origine de deux importants bassins versants hydrologiques : le bassin Vienne-Loire et le bassin Adour - Garonne qui en fait un élément essentiel sur le plan national et qui mérite un environnement protégé. Cet espace exige forcément une protection exceptionnelle qui ne peut être portée que par un parc naturel. 2 – Ce territoire peu peuplé (moins de 10 habitants au km²), vieillissant, reste fragile et nécessite une cohésion des habitants et des acteurs du territoire qui devront être le moteur principal et seul le Parc Naturel Régional pourra être l’acteur mobilisateur et fédérateur. 3 – Les richesses patrimoniales et touristiques que représente cette entité ne peuvent pas être gérées de façon « éparpillée » par différents acteurs mais certainement par une action forte et centralisée que peut porter seulement un Parc Naturel Régional. 4 –Sans un Parc Naturel Régional acteur majeur pour le préserver, on peut s’interroger sur le devenir de ce territoire (vieillissement, isolement, départ des jeunes, infrastructures déficientes, difficultés agricoles).

117


5 – Ce territoire, qui présente de nombreux handicaps, devra, pour exister, bénéficier d’un dynamisme que peut porter un Parc Naturel Régional. Cependant, le projet comporte des faiblesses pour ce territoire : 1 – Un développement économique basé principalement sur l’activité sylvicole qui occupe 55 % de son espace dont le Parc Naturel Régional fait une mesure phare (22 – 23 – 24). Hors, les protections incendie sont absentes (il n’est fait état dans ce dossier d’aucune protection pour préserver ce patrimoine). Si l’on tient compte du réchauffement climatique, les risques d’incendie n’étant pas pris en compte, des structures spécifiques doivent être envisagées. Les enjeux sont tels qu’il nous semble nécessaire d’adapter les mesures prises dans la charte du Parc Naturel Régional pour éviter une propagation des incendies trop conséquente En effet, la concentration d'une nature boisée, de landes et de tourbières et les sécheresses probables entraîneront des sinistres peu contrôlables sur ce territoire déserté avec des conséquences considérables : Emissions des feux de tourbière, pollution considérable, utilisation de produits retardants par les pompiers d'où pollution de l'eau. Nous regrettons que ce type de catastrophe naturelle qui obérera probablement l'avenir de ce territoire pour de nombreuses années ne soit pas pris en compte dans cette nouvelle charte établie pour 15 ans. Créer un environnement de qualité sans en rechercher les protections, conservations et valorisations nécessaires et en assurer une certaine pérennité, nous interpelle. La commission d’enquête estime cependant que ce manquement lié à la gestion des incendies ne remet pas en cause l’existence du Parc Naturel Régional de Millevaches mais celui-ci devra intégrer ce problème. 2 – Le développement d’une communication pour le maintien d’une population vieillissante (relais téléphoniques, fibre optique, transports, routes….) est essentiel et stratégique. Il n’y a pas que l’environnement à préserver sur ce territoire. 3 – La mesure 26 « renforcer la mise en tourisme des atouts patrimoniaux »n’est pas une mesure phare du projet alors qu’elle est absolument nécessaire pour éviter de s’orienter vers une désertification totale. Que deviendra ce territoire sans habitants ? En conséquence, la commission d’enquête, considérant que les faiblesses du dossier pour ce territoire ne remettent pas en cause l’existence et la nécessité du Parc Naturel Régional, émet un AVIS FAVORABLE au projet de charte en vue du renouvellement de classement du Parc Naturel Régional de Millevaches en Limousin, A CONDITION : Que la gestion du « risque incendie » soit intégrée à la charte. En effet, seule une organisation unique pour l'ensemble de ce territoire à cheval sur trois départements regroupant de nombreuses petites communes aux moyens réduits pourra mettre en place une politique d'intervention, non pas uniquement pour circonscrire les sinistres mais principalement de prévention. (coupe-feu sous les lignes électriques car les incendies ont beaucoup pour origines les orages, agriculture adaptée, prises d'eau en attente, chemin forestiers spécialisés etc )

118


Que la mesure 26 « renforcer la mise en tourisme des atouts patrimoniaux » devienne une « mesure phare » du projet de charte. Fait à LIMOGES, le : 20 novembre 2017 Michel DUPEUX Commissaire enquêteur Président de la commission d’enquête

Maurice BAR Commissaire enquêteur Membre titulaire

Hugues DE VOMECOURT Commissaire enquêteur Membre titulaire

119


DEPARTEMENTS DE LA CORREZE, DE LA CREUSE ET DE LA HAUTE VIENNE

ENQUETE PUBLIQUE PORTANT SUR LE PROJET DE CHARTE EN VUE DU RENOUVELLEMENT DE CLASSEMENT DU PARC NATUREL REGIONAL DE MILLEVACHES EN LIMOUSIN

ANNEXES : MEMOIRE EN REPONSE DU PORTEUR DE PROJET

120


121

Enquête publique PNR Millevaches rapport et conclusion d'enquête  

Enquête publique portant sur le projet de charte en vue du renouvellement du classement du parc naturel régional de Millevache en Limousin....

Enquête publique PNR Millevaches rapport et conclusion d'enquête  

Enquête publique portant sur le projet de charte en vue du renouvellement du classement du parc naturel régional de Millevache en Limousin....

Advertisement