Page 1

A

TLAS régional 2016


sommaire

p. 8

p. 16

PRésentation générale

oRganisation territoriale

p. 46

p. 60

POPULATION

Conditions de vie

Cet atlas sera complété progressivement de nouvelles cartes, de nouvelles thématiques dans les domaines de l’économie, de la recherche et de l’innovation, de la formation continue, de la culture, des services de proximité et commerces, de la formation sanitaire et sociale...

p. 122 aGriculture Forêt, Pêche Aquaculture


A TL AS

p. 30 transports et communications

p. 76

p. 92

formation initiale

appareil de production et emploi

p. 142

p. 152

tourisme

eNvironnement ĂŠnergie

sommaire

rĂŠgional


é

A TL AS régional

ditorial

4


5

De notre nouvelle Région, fruit du regroupement de l’Aquitaine, du Limousin et de Poitou-Charentes, émerge un nouveau paysage régional où s’agencent et interagissent les divers territoires qui composent la région la plus vaste de France (84 000 km2). La connaissance de ces territoires, de leurs caractéristiques géographiques, économiques, sociales, environnementales et de leurs évolutions revêt un enjeu capital auquel cet atlas de la nouvelle région veut répondre. Destiné à l’ensemble de ses acteurs – élus, partenaires institutionnels, acteurs socio-économiques, associations et citoyens, il est conçu comme un outil de connaissance, de compréhension et d’appropriation du territoire. Il a bénéficié de l’expertise technique de structures partenaires : les trois Comités régionaux du tourisme, l’Observatoire de l’environnement, l’Agence régionale d’évaluation environnement et climat, les Associations de surveillance de la qualité de l’air et l’Observatoire régional des transports. Ce travail permet à chacun de mieux appréhender la réalité complexe de notre région, de découvrir son unité et ses contrastes et d’en saisir la richesse. Une douzaine de thématiques oriente l’analyse et dresse son portrait à travers son organisation, son profil démographique, ses infrastructures de transport et de communication, ses activités économiques, le niveau de formation et les conditions de vie de ses habitants, ses ressources naturelles... Aujourd’hui composé d’une soixantaine de cartes commentées, il s’enrichira progressivement de nouvelles cartes, de nouvelles thématiques dans les domaines de l’économie, de la recherche et de l’innovation, de la formation continue, de la culture... Ainsi se dessine au fil de l’atlas l’image d’une région dynamique et diverse, à la fois riche de ses activités économiques, de ses capacités de production agricole, de son attractivité touristique, de ses ressources et de son environnement naturels…, et exposée à des fragilités et des défis, qu’il s’agisse du vieillissement de sa population ou d’importantes disparités territoriales, qu’il nous appartient de relever. Je vous souhaite une très bonne lecture et espère que cet atlas enrichira la connaissance et la compréhension, par tous les acteurs régionaux, des multiples réalités territoriales, dynamiques et enjeux qui caractérisent notre grande région.



Alain ROUSSET,

 Président de la Région Nouvelle-Aquitaine


A TL AS régional

Chiffres clés

Repères • La plus grande région de France : 84 061 km² • 5,9 millions d’habitants • 3e région de France pour l’activité économique : 158,1 milliards d’euros de PIB en valeur et 2,3 millions d’emplois

L’innovation, levier de l’emploi • Des filières d’excellence : aéronautique et espace, agroalimentaire, bâtiment, bois, chimie, éco-industries, énergie, imagenumérique, nautisme, cuir et luxe, céramique, cosmétique, santé, laser, tourisme, transports, mécanique, silver-économie • 11 pôles de compétitivité

Education et formation, priorités pour la jeunesse

• 1re Région française (hors Ile-de-France) pour l’investissement « recherche et innovation »

• 171 000 lycéens dans 376 lycées • 184 000 étudiants • 6 pôles universitaires et 23 grandes écoles • 35 600 apprentis dans 115 centres de formation d’apprentis (CFA)

Un littoral au potentiel exceptionnel • 720 km de littoral • Un leader sur la filière glisse • 1er bassin ostréicole de France •2  e rang national pour l’économie marine • 4 ports maritimes et 5 criées

6


7

La 1re région agricole de France • 1re région d’Europe pour la valeur de sa production agricole • 1re région de France pour le nombre d’exploitations (83 100) • 1re région pour l’élevage, pour de nombreux fruits et légumes et pour de grandes cultures (maïs, tournesol) • 3e agriculture biologique de France par la surface cultivée • 3e vignoble d’Europe • Un leader pour les signes de qualité • 1re région boisée de France

Une grande destination touristique • 27 millions de touristes chaque année • 89 000 emplois • 7 sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO • 5 sites recevant plus d’un million de visiteurs : parc du Futuroscope, Vieille ville de Sarlat, Dune du Pilat, Vallée de la Vézère, Cité historique de Saint-Emilion

Note méthodologique Les cartes de cet atlas ont vocation à présenter les caractéristiques socio-économiques, géographiques, environnementales, etc. de la région Nouvelle-Aquitaine, en la mettant en perspective avec les territoires qui la jouxtent. Le choix de discrétisation (découpage des données en classes homogènes) qui est appliqué au territoire régional comme aux territoires limitrophes résulte de l’analyse des séries statistiques régionales. Cette méthodologie permet de faire apparaître les continuités ou les ruptures territoriales au sein de la région et par rapport à son environnement immédiat. Les indicateurs sont cartographiés, selon la thématique traitée et la pertinence géographique des phénomènes étudiés, au niveau de la commune, de l’Etablissement public de coopération intercommunale (EPCI), du bassin de vie, du canton, de la zone d’emploi ou du département.


PRésentation générale


P

Résentation générale

Relief

p. 10 Relief

p. 12

p. 14

Réseau hydrographique Réseau hydrographique

Occupation du sol

Occupation du sol

9


Relief Relief Le relief

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

"

Bressuire

Parthenay

Châtellerault

"

Centre Val-de-Loire

"

Poitiers "

"

Montmorillon

"

Niort Guéret

"

La Rochelle

"

"

"

Bellac

Rochefort

" "

St-Jeand'Angély

Confolens "

"

"

Saintes

" "

Aubusson

Limoges

Rochechouart

Cognac "

Angoulême "

Nontron "

Jonzac

"

Ussel

"

LesparreMédoc

OCEAN ATLANTIQUE

"

Tulle

Blaye

Périgueux

"

Bordeaux Arcachon

"

" "

Brivela-Gaillarde

Libourne Bergerac"

"

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlat- " la-Canéda

"

"

Langon

"

Marmande "

Villeneuve/Lot

Agen

" "

Nérac Mont-deMarsan

Occitanie

"

Dax "

Bayonne

Relief

"

altitude en m

Pau "

"

OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

20

40 km

moins de 50m de 50 à 100m de 100 à 200m de 200 à 500m de 500 à 1000m de 1000 à 2000 plus de 2000m

10

Sources : IGN

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


11

Présentation générale

La région Nouvelle-Aquitaine se caractérise par un relief contrasté sur l’étendue de son territoire vaste de 84 061 km². A l’ouest, 720 km de côtes entre La Rochelle et Hendaye constituent sa limite naturelle avec l’Océan Atlantique. Plusieurs estuaires dont ceux de la Gironde, de l’Adour ou de la Charente forment des portes d’entrée sur le continent. Le bassin d’Arcachon occupe une position privilégiée. Essentiellement orienté Nord-Sud, ce territoire propose de vastes plaines et plateaux de faibles hauteurs (entre 50 et 200 m) avant d’aborder à l’Est les contreforts du Massif Central dont le point culminant en Limousin est le Mont Bessou à 977 m. La région humide du Plateau de Millevaches occupe une grande partie de cet espace montagneux. Au Sud, les contreforts des Pyrénées s’étendent du Béarn au Pays Basque. Le Pic Palas à 2 974 m, au Sud-Est des Pyrénées-Atlantiques, constitue le point culminant de la région.


Réseau hydrographique Réseau hydrographique LA

E

LO IR OIRE I LO Aquitaine - Limousin L-A LPoitou-Charentes LA

LA

E R

E LOIR LA

IRE LO

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Hydrographie

Pays de la Loire

"

Bressuire

Parthenay

Châtellerault

"

Centre Val-de-Loire

"

Poitiers " LA NE VIEN

"

Montmorillon

"

Niort Guéret

"

L "

A CHARE

"

TE N

La Rochelle

"

Bellac

Rochefort LA

" "

C NT RE HA

St-Jeand'Angély

"

"

"

"

"

Cognac

Aubusson

Limoges

Rochechouart

E

Saintes

Confolens

LA V

IENN E

"

Angoulême "

Nontron

L

"

Jonzac

'I S

LE "

Ussel

"

LesparreMédoc "

Tulle

Blaye LA

DO

Périgueux L'IS LE

RD OG NE "

Bordeaux

"

Brivela-Gaillarde

Libourne Bergerac"

"

E GN O RD

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlat- " la-Canéda

LA G AR

"

NE ON

Arcachon

"

"

LA DO

OCEAN ATLANTIQUE

"

Langon

"

Marmande "

LE

T LO

Villeneuve/Lot

Agen

" "

Nérac Mont-deMarsan "

L'ADOUR

Dax

Occitanie

"

Bayonne

L'ADOUR

"

Pau "

"

OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

20

40 km

Réseau hydrographique cours d'eau principaux cours d'eau secondaires Autres cours d'eau

12

Sources : BD Carthage - 2012

© © Région Région Nouvelle-Aquitaine*Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


13

Présentation générale

La région Nouvelle-Aquitaine comptabilise près de 74 000 km de cours d’eau dont 12 000 km pour les principaux cours d’eau et environ 62 000 km pour le réseau hydrographique secondaire. Ce réseau hydrographique dense est particulièrement ramifié sur les massifs Armoricain (au Nord-Ouest), Central (à l’Est) et Pyrénéen (au Sud), où les terrains imperméables favorisent l’écoulement de surface. Cinq fleuves principaux s’écoulent sur le territoire avant de se jeter dans l’Océan Atlantique : - l’Adour au sud, - la Garonne qui conflue avec la Dordogne pour former l’estuaire de la Gironde, - la Charente, - la Sèvre Niortaise, qui se jette dans la baie de l’Aiguillon après avoir sillonné le Marais Poitevin. Le régime des cours d’eau est essentiellement de type pluvial océanique, caractérisé par de hautes eaux hivernales et de basses eaux estivales. Cependant, les rivières issues des massifs peuvent présenter un régime torrentiel aux crues soudaines. Sur la partie limousine, le réseau hydrographique est parsemé de très nombreux plans d’eau (plus de 16 000 d’une superficie supérieure à 1 000 m²), étangs (près de 26 000), lacs naturels et artificiels dont notamment Vassivière ou Bort-les-Orgues. De nombreux marais littoraux sont présents de part et d’autre de l’estuaire de la Gironde tandis que le littoral aquitain est caractérisé par la présence d’étangs d’arrière-dune (Carcans-Hourtin, Lacanau, Cazaux-Sanguinet, etc.).


Occupation du sol Occupation du sol

2012 Occupation du sol - 2012

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

"

Bressuire

Parthenay

Châtellerault

"

Centre Val-de-Loire

"

Poitiers "

"

Montmorillon

"

Niort Guéret

"

La Rochelle

"

"

"

Bellac

Rochefort

" "

St-Jeand'Angély

Confolens "

"

"

Saintes

" "

Aubusson

Limoges

Rochechouart

Cognac "

Angoulême "

Nontron "

Jonzac

"

Ussel

"

LesparreMédoc

OCEAN ATLANTIQUE

"

Tulle

Blaye

Périgueux

"

Bordeaux Arcachon

"

" "

Brivela-Gaillarde

Libourne Bergerac"

"

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlat- " la-Canéda

"

"

Langon

"

Marmande "

Villeneuve/Lot

Agen

" "

Nérac Mont-deMarsan

Occitanie

"

Dax "

Bayonne

"

Pau "

"

OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

20

40 km

Occupation du sol (selon CORINE Land Cover) Territoires artificialisés Territoires agricoles Forêts et milieux semi-naturels Zones humides Surfaces en eau

14

Sources : Ministère de l'Ecologie - 2012

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


15

Présentation générale

L’occupation du sol de la région Nouvelle-Aquitaine est représentative de celle observée en France métropolitaine. Les territoires agricoles, à savoir les cultures permanentes, les terres arables, les zones agricoles hétérogènes et les prairies, occupent 60 % du territoire. La part de forêt est supérieure de 2 points à la part nationale, du fait de la présence du massif landais (988 000 ha) et du taux de boisement élevé en Dordogne et en Limousin. La part des territoires artificialisés est de 4,2 %, soit inférieure de 1,4 point à celle de la France métropolitaine. Ces territoires comprennent les zones urbanisées, les zones industrielles ou commerciales, les réseaux de communication et les espaces verts artificialisés non agricoles.

Occupation du sol 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0

France Métropolitaine

ALPC

Aquitaine Limousin

Territoires artificialisés Territoires agricoles Forêts et milieux semi-naturels

PoitouCharentes

Zones humides Surfaces en eau

Source : MEDDE - Corine Land Cover - 2012

Entre 2006 et 2012, la surface des territoires artificialisés a progressé de 12 %  (soit près de 38 000 ha supplémentaires). Les territoires agricoles et les forêts et milieux naturels se sont rétractés de 0,5 % . L’artificialisation, en nombre d’hectares, est la plus marquée en Gironde, dans les Landes et en Charente-Maritime. Les territoires agricoles reculent le plus en Gironde et en Charente-Maritime quand ils progressent dans Les Landes (plus de 8 800 hectares). La diminution des forêts et milieux naturels est importante dans les Landes.

Evolution de l'occupation du sol entre 2006 et 2012

en ha

Vienne PyrénéesAtlantiques Lot-et-Garonne

(Source : CORINE Land Cover 2012)

Landes Haute-Vienne Gironde Dordogne Deux-Sèvres Creuse Corrèze CharenteMaritime Charente -15000 -12000 -9000 -6000 -3000

0

3000

Territoires artificialisés Territoires agricoles Espaces forestiers et naturels

Source : MEDDE - Corine Land Cover - 2012

La base de données géographique CORINE Land Cover est produite dans le cadre du programme européen de coordination de l’information sur l’environnement CORINE. Cet inventaire biophysique de l’occupation des terres fournit une information géographique de référence pour 38 états européens.

6000

9000


oRganisation territoriale

O


O

Rganisation territoriale

Découpage administratif et institutionnel

p. 18 Départements

p. 20 Etablissements

p. 22 p. 24 p. 26

p. 28

Publics de Coopération Intercommunale

Territoires de projets

Territoires de contractualisation avec la Région Schémas de cohérence territoriale (SCoT) Quartiers prioritaires de la politique de la ville

Zone d´étude

Zones d'emploi

17


Découpage administratif et institutionnel Départements

Départements

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

Pays de la Loire

Bressuire

"

Châtellerault

Parthenay "

Niort La Rochelle

Centre Val-de-Loire

Poitiers

"

Deux-Sèvres 79

"

Montmorillon

Vienne 86

"

"

" "

" Bellac

Rochefort "

"

St-Jeand'Angély

Charente-Maritime Saintes 17 "

Cognac

Confolens

Charente 16

"

"

Rochechouart

Angoulême "

Jonzac

"

Nontron

Périgueux

Blaye

"

Aubusson

Ussel

"

Corrèze 19

LesparreMédoc "

OCEAN ATLANTIQUE

"

Limoges

Haute-Vienne 87

"

"

Guéret

Creuse 23

"

" "

Tulle

" Brive-

Gironde 33

"

Libourne

"

Bergerac

Bordeaux

Dordogne 24

la-Gaillarde

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlat- " la-Canéda

"

Arcachon " Langon

"

Marmande

"

Villeneuve/Lot "

Landes 40 Mont-deMarsan "

Lot-et-Garonne 47

" Agen

"

Nérac

Occitanie

Dax

"

Région

Bayonne

"

Département

Pyrénées-Atlantiques Pau 64 " Oloron- " Ste-Marie

ESPAGNE 0

18

20

Sources : IGN

40 km

Préfecture Sous-préfecture

" "

Réseau routier Type autoroutier Réseau principal

© Région Nouvelle-Aquitaine - 06/2015 09/2015


19

oRganisation territoriale

La région Nouvelle-Aquitaine est composée de 12 départements. Ils comptent de 201 à 557 communes et leur superficie varie de 5 300 km² à près de 10 000 km². Le nombre de communes par département augmente en général avec la superficie du département. Les Landes et la Haute-Vienne font cependant figure d’exception, avec une superficie communale moyenne élevée (plus de 27 km² contre 18 km² sur l’ensemble de la région), suivis de près par la Vienne (24,9 km²).

Nombre de communes Pyrénées-Atlantiques Charente-Maritime Charente Dordogne Lot-et-Garonne Gironde Deux-Sèvres Corrèze Creuse Vienne Haute-Vienne Landes

Superficie (en km²)

547 472 404 557 319 542 303 286 260 281 201 331

7 645 6 864 5 956 9 060 5 361 9 976 5 999 5 857 5 565 6 990 5 520 9 243

14,0 14,5 14,7 16,3 16,8 18,4 19,8 20,5 21,4 24,9 27,5 27,9

4 503

84 036

18,7

Source : INSEE

La région compte 4 503 communes. 90 % ont moins de 2 000 habitants et plus de 50 % ont moins de 500 habitants. Ces communes faiblement peuplées sont caractéristiques de la Dordogne et des Pyrénées-Atlantiques. Nombre d'habitants moins de 500 de 500 à 999 1 000 à 1 999 2 000 à 4 999 5 000 à 9 999 10 000 à 19 999 20 000 à 49 999 50 000 à 99 999 plus de 100 000 Source : INSEE

Superficie moyenne des communes

Nombre de communes

Part en %

2 381 1 030 592 329 111 26 26 6 2

52,9 22,9 13,1 7,3 2,5 0,6 0,6 0,1 0,0

4 503

100,0


Découpage administratif et institutionnel

 tablissements Publics de Coopération E Intercommunale Etablissements Publics de Coopération Intercommunale au 1er janvier 2015 au 1 - janvier Aquitaine Limousin -2015 Poitou-Charentes

© IGN Paris-Route500 ® 2014

er

Pays de la Loire CA du Bocage Bressuirais CA du Pays Châtelleraudais

Centre Val-de-Loire

CA Grand Poitiers

CA du Niortais

CA de La Rochelle

CA du Grand Guéret

CA Rochefort Océan CA de Saintes CA Royan Atlantique

CA Limoges Métropole CA du Grand Angoulême

CA Tulle Agglo

OCEAN ATLANTIQUE

CA Le Grand Périgueux

CA du Libournais Bordeaux Métropole

CA Bassin d'Arcachon Sud-Pôle Atlantique

CA du Bassin de Brive

Auvergne Rhône-Alpes

CA Bergeracoise

CA Val de Garonne Agglomération CA du Grand Villeneuvois

CA d'Agen CA Le Marsan Agglomération CA du Grand Dax

Occitanie

CA Agglomération Côte Basque Adour CA Sud Pays Basque CA Pau-Pyrénées Métropole Communauté d'agglomération

ESPAGNE 0

20

20

40 km

Sources : Préfectures (2015)

Communauté de communes Limite des EPCI

© Région Nouvelle-Aquitaine - 06/2015 09/2015


21

oRganisation territoriale

L’organisation territoriale de la région Nouvelle-Aquitaine se structure autour de 254 établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) : 1 métropole, 25 communautés d’agglomération et 228 communautés de communes. Deux d’entre elles, qui intègrent des communes de la région, ont leur siège en région Languedoc-Roussillon - Midi-Pyrénées. Les communautés d’agglomération regroupent 14 % des communes de la région, les communautés de communes 85 %. Le nombre d’EPCI est très variable d’un département à un autre : de 13 en Charente-Maritime et dans les Deux-Sèvres à 37 en Gironde. Bordeaux Métropole couvre 12,5 % de la population de la région. Les communautés d’agglomération en concentrent 37 % et leur taille varie de 28 500 habitants à 207 500 habitants. Les communautés de communes couvrent 50 % de la population régionale. En Charente, dans les Landes et dans la Creuse, plus de 70 % de la population est située dans une communauté de communes. En Corrèze, 61 % des habitants résident dans une communauté d’agglomération. 72 % des communautés de communes ont moins de 15 000 habitants. C’est le cas de l’ensemble des communautés de communes de la Creuse et de pratiquement toutes celles de la Corrèze et de la Haute-Vienne.

Intercommunalité en Aquitaine ‑ Limousin ‑ Poitou-Charentes par département CC par tranche de population (3)

nombre d'EPCI (1) métropole Charente Charente-Maritime Corrèze Creuse Dordogne Gironde Landes Lot-et-Garonne Pyrénées-Atlantiques Deux-Sèvres Vienne Haute-Vienne

1

moins de 15000 hab.

plus de 15000 hab.

Total

20 13 20 15 26 37 24 17 30 19 20

15 1 17 14 18 16 18 10 20 7 11 17

4 8 1 0 6 18 4 4 7 4 6 2

19 9 18 14 24 34 22 14 27 11 17 19

254

164

64

228

CA

CC (2)

total

1 4 2 1 2 2 2 3 3 2 1

19 9 18 14 24 34 22 14 27 17 19

25

228

les EPCI interdépartementaux sont comptés dans le département où se trouve la majorité des communes qui les composent (2) 5 CC sont interrégionales et sont considérées dans leur entièreté (3) Insee, RP 2011 (1)

Cette carte de l’intercommunalité est amenée à évoluer d’ici le 1er janvier 2017. De nouveaux Schémas Départementaux de Coopération Intercommunale (SDCI) sont en cours d’élaboration de façon à répondre aux exigences de la loi n°2015-991 du 7 août 2015 portant Nouvelle Organisation Territoriale de la République. Cette loi vise le renforcement des intercommunalités et l’adaptation des structures à la réalité des territoires.


Territoires de projets Territoires de contractualisation avec la Région Territoires de contractualisation avec la Région en 2015 Pays de la Loire CA du Bocage Bressuirais

CC du Thouarsais CC du Pays Loudunais

Haut Val de Sèvre CC de l'Ile-de-Ré

Pays du Hau Limousin

Ruffécois

Charente Limousine

Pays de l'Occitane des Monts d'Ambazac et de l'Aurence

Pays de Saint Yrieix Sud Haute Vienne

Sud-Charente

Pays de Tulle Territoire Ouest Corrézien Isle en Périgord

Libournais

Bordeaux Métropole

Bassin d'Arcachon Val de l'Eyre Sud Gironde Landes Nature Côte d'Argent Haute-Lande Armagnac

Périgord Noir

ESPAGNE 0

22

20

Auvergne Rhône-Alpes

Vallée du Lot

Agenais

Occitanie

Adour Chalosse Tursan

Lacq Orthez Béarn des Gaves Pays Basque

Val de Garonne Guyenne Gascogne

Albret

CA Le Marsan Agglomération

Pays de la Vallée de la Dordogne Corrézienne

Grand Bergeracois

Coeur entre deux mers

Adour Landes Océanes

Pays de Combraille en Marche

Pays de Haute Corrèze - Ventadour

Périgord Vert

Haute Gironde

Médoc

Pays de l'Ouest Creusois Pays de Guéret

Pays du Sud Creusois CA Limoges Métropole PETR de Pays d'Ouest Monts et Barrages Limousin

Entre Touvre Ouest-Charente et Charente Pays du Cognac CA du Grand Angoulême CC de Charente Horte et Boëme-Charraud Tardoire

CC de la HauteSaintonge

OCEAN ATLANTIQUE

Civraisien

CC des Vals de Saintonge

Saintonge Romane

CA Royan Atlantique

Montmorillonnais

Mellois

CA Rochefort Océan MarennesOléron

Centre Val-de-Loire

Six Vallées

CA du Niortais

CA de La Rochelle Aunis

CC Les Portes du Poitou

CA du Pays Haut-Poitou Châtelleraudais et Clain CC des Vals de Gartempe et Creuse CC Vienne CA Grand et Moulière Poitiers Chauvinois

Gâtine

© IGN Paris-Route500 ® 2014

en 2015 Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

Val d'Adour Grand Pau

Oloron et Haut Béarn

40 km

Sources : Région Aquitaine (octobre 2015), Région Limousin (mai 2015), Région Poitou-Charentes (sept. 2015)

Territoires de contractualisation Territoires hors contractualisation © © Région Région Nouvelle-Aquitaine*Nouvelle-Aquitaine - 09/2015 12/2015


23

oRganisation territoriale

Dans le cadre de leurs politiques territoriales, les Régions peuvent contractualiser avec des territoires de projet. 73 territoires de contractualisation sont ainsi définis sur l’ensemble de la région Nouvelle-Aquitaine. 53 sont des Pays ou Pôles d’équilibre territoriaux et ruraux (PETR). Les 20 autres territoires sont des Etablissements publics de coopération intercommunale : métropole de Bordeaux, communautés d’agglomération et communautés de communes.

Des contrats ont également été signés avec les parcs naturels régionaux « Millevaches en Limousin » et « Périgord Limousin ».

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Parc naturels régionaux en 2015 Parcs naturels régionaux en 2015 Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Bressuire

"

"

Centre Val-de-Loire

Châtellerault "

Parthenay "

Poitiers Montmorillon "

Niort

"

Marais poitevin Guéret

"

La Rochelle

"

"

Bellac

Rochefort "

"

Saintes

Confolens

St-Jeand'Angély

" "

Cognac

"

"

Rochechouart

Limoges

Angoulême

Millevaches en Limousin

PérigordLimousin

"

Jonzac

Aubusson

"

"

Ussel

"

"

Nontron

"

"

OCEAN ATLANTIQUE

LesparreMédoc

"

" Projet de Parc naturel Régional Médoc

Périgueux

Blaye

"

Auvergne Rhône-Alpes

"

Libourne

"

Bergerac

Sarlat- " la-Canéda

"

Bordeaux Arcachon

Tulle

Brivela-Gaillarde "

"

Langon

"

Marmande "

Villeneuve/Lot

Landes de Gascogne

"

Agen

Nérac

"

Mont-deMarsan "

Bayonne

"

"

ESPAGNE 20

Occitanie

Dax

Oloron- " Ste-Marie

0

" "

40 km

Pau

PARC existant en projet

Sources : MNHM (2015)

© Région Nouvelle-Aquitaine - 12/2015 09/2015


Territoires de projets Schémas de cohérence territoriale (SCoT)

au 1 janvier 2015territoriale (SCoT) au 1er janvier 2015 Schémas de cohérence er

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

SCoT de la CC du Thouarsais

SCoT du Bocage Bressuirais

SCoT du Pays de Gâtine

SCoT de la CA de Niort

SCoT de l'Ile de Ré

SCoT du Pays d'Aunis

SCoT de la CA de La Rochelle

SCoT du Haut Val de Sèvre SCoT du Sud Vienne

SCoT du Pays Mellois

SCoT du Pays SCoT du Pays des Rochefortais Vals de Saintonge SCoT du Pays Marennes Oléron SCoT du Pays de la SCoT du Saintonge SCoT de la CA Cognacais Romane Royan Atlantique

SCoT de la Pointe du Médoc

Centre Val-de-Loire

SCoT du Seuil du Poitou

SCoT du Ruffécois

SCoT de la CC de Guéret-St-Vaury

SCoT de l'Agglomération de Limoges

SCoT de l'Angoumois

SCoT de la CC de Haute Saintonge SCoT du Pays de Tulle

OCEAN ATLANTIQUE

SCoT de la Haute Gironde SCoT des lacs Médocains

SCoT de Périgueux

SCoT du Cubzaguais

SCoT Médoc 2033

SCoT du Bassin d'Arcachon et du Val de l'Eyre

SCoT de l'aire Métropolitaine Bordelaise

SCoT Montaigne SCoT du Montravel et Gurson Libournais

Auvergne Rhône-Alpes

SCoT de la CA de Bergerac

SCoT du Sud Gironde

SCoT du Val de Garonne SCoT du Villeneuvois

SCoT du Born SCoT de la Haute Lande SCoT de Côte Landes Nature

SCoT du Pays de l'Agenais SCoT des Landes d'Armagnac

SCoT du Pays de l'Albret

SCoT du Marsan SCoT de Maremne Adour Côte-Sud

SCoT Sud Corrèze

SCoT du Grand Dax

SCoT des Deux-Rives

Occitanie

SCoT Pays Adour Chalosse Tursan

SCoT du Pays d'Horthe SCoT Sud Pays Basque

SCoT de la CA de Bayonne et Sud des Landes

SCoT du Grand Pau

SCoT du Pays Val d'Adour

Etat d'avancement Schéma approuvé

SCoT du Piémont Oloronais

ESPAGNE 0

20

SCoT du Pays de Nay

Schéma en révision SCoT en élaboration

40 km pas de SCoT

24

Sources : CGET (DGALN-SuDocUH, enquête auprès des DDT(M) et DREAL)

© Région Nouvelle-Aquitaine - 08/2015 09/2015


25

oRganisation territoriale

56 Schémas de cohérence territoriale (SCoT) sont recensés en Nouvelle-Aquitaine : 29 sont des SCoT approuvés, dont 5 sont en révision, et 27 sont en cours d’élaboration. Les premières démarches de SCoT, aujourd’hui en vigueur, ont été engagées au début des années 2000 (date de leur création par la loi « Solidarité et Renouvellement Urbain »). La répartition des SCoT sur le territoire régional montre un contraste est/ouest important : les départements des Deux-Sèvres, de la Charente-Maritime, de la Gironde et des Landes sont entièrement ou quasiment couverts ; mais la Corrèze, la Dordogne, la Haute-Vienne et la Creuse le sont à moins de 40 %. 85 % de la population et 62 % de la superficie régionales sont concernées par un SCoT. Mais leurs caractéristiques individuelles montrent une forte hétérogénéité : ils sont, selon les cas, composés de 3 à 189 communes ; leur superficie varie de 85 km² à plus de 3 000 km². Leur taille en population s’échelonne entre 10 000 et 330 000 habitants, exception faite du SCoT de l’aire bordelaise qui dépasse les 900 000 habitants.

Population couverte

Superficie

en % de la population départementale

en km²

257,2 628,7 160,6 28,3 187,8 1 482,8 361,2 236,5 553,1 371,6 390,4 263,8

72,7 100,0 66,6 23,3 45,1 99,9 91,9 71,2 83,7 100,0 90,8 70,2

2 708 6 864 1 904 448 2 002 9 987 9 014 2 438 3 111 5 999 5 799 1 614

Ensemble des SCoT

4 922,0

84,7

51 888

62

Région

5 808,6

100

84 036

100

en milliers d'habitants Charente Charente-Maritime Corrèze Creuse Dordogne Gironde Landes Lot-et-Garonne Pyrénées-Atlantiques Deux-Sèvres Vienne Haute-Vienne

Source : INSEE, RP 2012

Sur les 56 SCoT recensés sur la région Nouvelle-Aquitaine, 5 sont interrégionaux. Trois d’entre eux ont leur siège en région et intègrent quelques communes extérieures à la région. Deux autres SCoT intègrent quelques communes du Lot-et-Garonne et des Pyrénées-Atlantiques mais dépendent de territoires extérieurs. Ces 2 SCoT ne sont pas pris en compte dans les statistiques présentées dans le tableau : la part la plus importante de leur population et de leur superficie est extérieure à la région.

en % de la superficie départementale 45 100 33 8 22 100 98 45 41 100 83 29


Territoires de projets Quartiers prioritaires de la politique de laprioritaires ville de la politique de la ville 2014-2020 Quartiers © IGN Paris-Route500 ® 2014

2014 --Limousin 2020 - Poitou-Charentes Aquitaine Pays de la Loire CA du Bocage Bressuirais

CC du Thouarsais CA du Pays Châtelleraudais

Centre Val-de-Loire

CA Grand Poitiers

CA du Niortais

CA du Grand Guéret

CA de La Rochelle CA Rochefort Océan CA de Saintes CA Royan Atlantique

CA Limoges Métropole CC du Grand Cognac

CA du Grand Angoulême

OCEAN ATLANTIQUE

CA Le Grand Périgueux Bordeaux Métropole

CA du Libournais

CA du Bassin de Brive

CA Bergeracoise

Auvergne Rhône-Alpes

CC du Pays Foyen

CA Val de Garonne Agglomération CA du Grand Villeneuvois

CA d'Agen CA Le Marsan Agglomération

Occitanie CA du Grand Dax

CA Agglomération Côte Basque Adour CA Pau Pyrénées

Quartiers prioritaires politique de la ville Métropole Communauté d'Agglomération

ESPAGNE 0

26

20

Communauté de communes

40 km

Sources : CGET, 1er janvier 2015

©©Région RégionNouvelle-Aquitaine*Nouvelle-Aquitaine -09/2015 102015


27

oRganisation territoriale

La région Nouvelle-Aquitaine compte 81 quartiers prioritaires de la politique de la ville, soit 6 % des 1 296 quartiers prioritaires(1) définis sur l’ensemble de la France métropolitaine. Ils comptent près de 200 000 habitants (2). La Gironde concentre le plus grand nombre de quartiers prioritaires ( 23 ), dont la plupart sont localisés sur le territoire de la métropole bordelaise. Les 9 quartiers de Haute-Vienne, 2e département le plus concerné, sont situés sur la seule commune de Limoges.

La taille des quartiers de la région est moins importante que sur l’ensemble de la France : près de 90 % comptent moins de 5 000 habitants (contre 79 % en France métropolitaine) et plus de la moitié ont moins de 2 000 habitants (contre 47 %). Les quartiers les plus peuplés (plus de 5 000 habitants) se situent sur la métropole bordelaise (2 quartiers) et dans les communautés d’agglomération de La Rochelle ( 2), Limoges ( 1) et Poitiers ( 1). Quartiers prioritaires par département et par tranches de population moins de 2 000 Charente Charente-Maritime Corrèze Creuse Deux-Sèvres Dordogne Gironde Haute-Vienne Landes Lot-et-Garonne Pyrénées-Atlantiques Vienne Total

2 3 2 1 4 4 8 5 4 5 1 2 41

2 000 à 2 999 1 2 1 1 1 5 1 1 1 1 15

Population des ménages source : Indicateurs Clés de la politique de la ville, Revenus fiscaux localisés 2011

Les demandeurs d’emploi qui résident dans les quartiers prioritaires de la région représentent, au 1er trimestre 2015, 4,6 % de la demande d’emploi (3) de l’ensemble des quartiers prioritaires de la France métropolitaine. décret n° 2015-1138 du 14 septembre 2015 population des ménages estimée à partir des données des sources revenus fiscaux localisés 2011, disponibles pour 77 sur 81 quartiers prioritaires (3) source : Pôle Emploi – Traitement INSEE. Estimation calculée à partir des données diffusées par quartiers prioritaires (taux de renseignement de 90 %) (1)

(2)

La révision de la géographie prioritaire de la politique de la ville s’est basée sur un critère unique, celui du revenu. La méthode retenue pour l’identification des nouveaux quartiers prioritaires a permis de repérer les zones de concentration urbaine de population à bas revenus. Les bas revenus sont définis par une approche couplant deux références : le décrochage par rapport aux revenus de l’agglomération dans laquelle se situe le quartier et le décrochage par rapport aux revenus de la France métropolitaine. -------Les caractéristiques des quartiers prioritaires de la France entière démontrent une certaine homogénéité : les difficultés socio-économiques de leur population y sont plus importantes qu’ailleurs ; la population des quartiers prioritaires est plus fragile en termes de configuration familiale, de conditions de logement et de situation vis à vis de l’emploi (source : INSEE).

3 000 à 4 999 2

6 3

5 000 à 4 999 2

2 1

non disponible 1

2 1

2 2

1

15

6

4

Total 6 7 3 1 5 5 23 9 5 7 4 6 81


Zone d´étude Zones d'emploi

2010 Zones d'emploi 2010

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire Thouars - Loudun Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers Niort

La Rochelle

Guéret Rochefort

Saintes St-Jean-d'Angély

Royan

Limoges Angoulême

Cognac

Ussel

Jonzac Barbezieux

Tulle

Périgueux

Pauillac

OCEAN ATLANTIQUE

Brive-laGaillarde Libourne Bordeaux

Bergerac

Marmande

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlat-laCanéda

Villeneuve/Lot

La Teste-de-Buch

Agen

Mont-de-Marsan

Dax

Occitanie

Bayonne Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

28

20

40 km

Sources : INSEE - 2010

Zones d'emploi © Région Nouvelle-Aquitaine - 06/2015 09/2015


29

oRganisation territoriale

La région Nouvelle-Aquitaine est découpée en 33 zones d’emploi de taille très variable. Certaines couvrent l’ensemble d’un département, comme celles de Limoges ou de Guéret, ou une grande partie d’un département comme celles de Poitiers, Angoulême, Bordeaux. Elles regroupent de 201 à 412 communes. Les zones d’emploi situées dans le nord de la région, de Bressuire à Châtellerault, ou celles du sud de la Dordogne (Sarlat-la-Canéda, Libourne) ou du Lotet-Garonne (Marmande, Villeneuve-sur-Lot) sont beaucoup moins étendues. Les zones d’emploi de Mont-de-Marsan et de Brivela-Gaillarde, inter-régionales, se partagent entre la région Nouvelle-Aquitaine et la région LanguedocRoussillon - Midi-Pyrénées.

Une zone d’emploi est un espace géographique à l’intérieur duquel la plupart des actifs résident et travaillent, et dans lequel les établissements peuvent trouver l’essentiel de la main d’œuvre nécessaire pour occuper les emplois offerts. Le découpage en zones d’emploi constitue une partition du territoire adaptée aux études locales sur le marché du travail. Le zonage définit aussi des territoires pertinents pour les diagnostics locaux et peut guider la délimitation de territoires pour la mise en œuvre des politiques territoriales initiées par les pouvoirs publics ou les acteurs locaux. Ce zonage est défini à la fois pour la France métropolitaine et les DOM. Source : INSEE


transports et communications


T

Ransports et communication

p. 32

réseaux de transports

Grands axes de circulation routière Infrastructures ferroviaires principales p. 36 Ports de commerce et plateformes multimodales p. 38 Aéroports p. 40 Transport Express Régional (TER) p. 34

p. 42 p. 44

Infrastrucutures numériques

Couverture Haut et Très Haut Débit Téléphone mobile 4G

31


réseaux de transports Grands axes de circulation routière

! ( ! ( (!

Grands axes de circulation routière

! (! (!(

! ( ( !( ! (! (!( !( ! ! (! (!(! (

Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes dans la façade atlantique Cardiff

! (

! (! (

! (

! (! ( !( ( ! (!

BRISTOL Southampton Bournemouth

! (

( ! (!

! (

! (

LONDON

! (

! (

Brugge

Calais

! ( ! ( LILLE

Béthune Lens

! (

! (

Dunkerque

BRIGHTON

PORTSMOUTH

Plymouth

! (! (

ANTWERPEN Gent

! (

BRUXELLES

! (

! ( ! (Charleroi

LIEGE

Valenciennes

Caen

Brest

! (

Melun

! (

! (

Principaux axes de circulation

! ( Le Mans

! (

St-Nazaire

nationaux

! (

! (

Reims

! (

! (

! ( Troyes

Orléans

Dijon

! (

Tours

NANTES

internationaux

Agglomération

! (

(nb hab.)

! ( > 200 000

La Rochelle

de 200 000 à 400 000

! (

! (

! (

Angers

Lorient

! (

Rouen

PARIS

Rennes

! (

AMIENS

! (

! ( ! ( ! (

Poitiers

! ( ! ( ! (Angoulême

de 400 000 à 1M de 1 à 5M

! (!(

ClermontFerrand

! (

Limoges

LYON

! (

St-Etienne

BORDEAUX

! (

Valence

Gijon

! (

Avignon

! (

! (

Bilbao

! (

VITORIA-GASTEIZ BURGOS

! (

! (

! (

Pau

! (

! (!(

MARSEILLE

! ( Perpignan

Lerida

! (

ZARAGOZA

! (

Source : Base GISCO

! (

Montpellier

! (Pamplona

! (

Valladolid

! ( ! ( ! (! ! ( ! ( (

! (

! (

! ! ( (

LOGRONO

! ( ! ( Salamanca

Bayonne

San Sebastian

! ( ! (

San Vicente de Barakaldo

! (Leon

Nimes

TOULOUSE

Santander

! (

Oviedo

32

© IGN Paris-Route500 ® 2014

! (

Le Havre

! ( ( !! (

! (! (! ( (!

BARCELONA

MADRID

0 Castellon de la Plana

! (

! (

70

140 km

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015

! (


33

transports et communications

Située à la charnière entre Paris – l'Europe du Nord et la Péninsule Ibérique, la région Nouvelle-Aquitaine est traversée par 2 grands axes routiers Nord – Sud : - la N10 / A10 / A63 passant par Bordeaux et Bayonne en direction de Madrid et desservant la façade atlantique ; - l'A20 passant par Limoges et Toulouse en direction de Barcelone. Deux axes majeurs desservent également l'Est au départ de Bordeaux vers Clermont-Ferrand – Lyon (A89) et vers Toulouse (A62). Ils sont complétés au Sud par un axe autoroutier (A64) entre Bayonne et Toulouse. Dans la partie Nord, plusieurs itinéraires font partie de la RCEA (Route Centre Europe Atlantique) dont l'aménagement facilitera le désenclavement vers l'Est. Dans la partie Sud, l'autoroute A65 Bordeaux-Pau complète les axes Nord – Sud dans le bassin aquitain. Les autres axes routiers importants assurent des liaisons avec les principales villes de la région ou des régions voisines.


réseaux de transports Infrastructures ferroviaires principales

en 2014 ferroviaires principales - 2014 Infrastructures

Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

Saumur

!! ( ( ( !

Thouars

Centre - Val de Loire

( !

( ! "

(Châtellerault !

Bressuire

( Châteauroux !

"

Parthenay

"

Poitiers

( Futuroscope ! ! ( "

St-Maixent

Montmorillon

( !

Niort

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Pays de la Loire

"

Montluçon

( ! "

( !

( !

Surgères

( !

Rochefort

"

St-Jeand'Angély

"

Saintes

( !

LGV SEA

La Rochelle

"

Guéret

( ! "

( Bellac ! "

(Ruffec !

( !

La Souteraine

"

Confolens

( !

Aubusson

"

Limoges

( ! "

"

( ! "

Rochechouart

Cognac

( ! "

! ( ( !

Royan Le Verdon

Eymoutiers

( !

(Angoulême ! "

( !

Jonzac

Ussel

( !

"

"

Nontron

"

"

OCEAN ATLANTIQUE

Périgueux

Blaye St-Andréde-Cubzac

"

( !

la-Gaillarde

"

Libourne

( !

"

( ! ! (Facture-Biganos

( Brive! "

! Coutras (

( ! ( Bordeaux ! Arcachon

( Tulle !

( ! "

"

Bergerac

"

Sarlatla-Canéda

( ! "

Auvergne Rhône-Alpes

"

Langon

( ! "

( !

Marmande

"

Villeneuve/Lot "

Agen

( ! "

"

(Mont-de!

Nérac

"

Dax

Marsan

( ! "

Bayonne Biarritz

( !! ( "

( St-Jean-de-Luz (! ! Hendaye

St-JeanPied-de-Port

( ! ESPAGNE 0

34

20

40 km

Sources : IGN - 2014

! Orthez ( OloronSte-Marie

( ! "

Projet

Occitanie

Principales gares

Pau

( ! "

( !

Infrastructures ferroviaires principales électrifié ... non électrifié ...

Réseau à Grande Vitesse Projet LGV SEA - Ouverture 2017

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2016


35

transports et communications

Le réseau ferroviaire de la région Nouvelle-Aquitaine s'étend sur près de 3 500 km dont près de 3 200 km sont ouverts à la circulation de voyageurs. Plus de 40 % de ce réseau est électrifié. Un réseau sur lequel TGV, trains Intercités et trains du quotidien proposent une offre complémentaire aux différents usagers. A la mi-2017, la LGV – SEA (Ligne à grande vitesse Sud – Europe Atlantique) sera mise en service entre Tours et Bordeaux, mettant Bordeaux à 2h05 de Paris et à 50 minutes de Poitiers. Suite à la décision en septembre 2015 du gouvernement français de signer le décret d'utilité publique, les lignes à grande vitesse Bordeaux – Toulouse et Bordeaux – Dax (GPSO : Grand Projet ferroviaire du SudOuest) pourraient voir le jour à l'horizon 2024 pour Toulouse et 2027 pour Dax. L’Espagne, quant à elle, pourrait être reliée à Bordeaux par la grande vitesse à partir de 2032. La réalisation de la LGV Poitiers-Limoges et les travaux de régénération de la ligne POLT (Paris, Orléans, Limoges, Toulouse) sont deux projets essentiels pour soutenir la dynamique économique et favoriser la mobilité de toute la partie est de la grande région. D’importants travaux de modernisation et de régénération sont également programmés sur les autres lignes du réseau classique pour maintenir une offre de transport de qualité. Ainsi, la reprise des circulations sur l'axe Pau-Canfranc-Saragosse se traduit par une mise en service dès 2016 du tronçon Oloron-Bedous. L’offre nationale de transport à grande vitesse est complétée par une offre Intercités essentielle, tant pour les liaisons nord/sud (Paris – Limoges – Toulouse, Nantes – La Rochelle – Bordeaux) que pour les liaisons transversales (Bordeaux – Toulouse – Marseille, Bordeaux – Limoges – Lyon, Hendaye – Toulouse). L’offre régionale de transport répond quant à elle au besoin de déplacement de la vie quotidienne (cf. carte Transport Express Régional).

40% des

3 500 km du réseau ferroviaire régional sont électrifiés


réseaux de transports Saint-Nazaire ! (

Redon

Ports de commerce et plateformes multimodales Ports de commerce et plateformes multimodales - 2015 © IGN Paris-Route500 ® 2014

en 2015 Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

"

Bressuire

Parthenay

Châtellerault

"

Centre Val-de-Loire

"

"

Poitiers Montmorillon

! (

Niort

"

" h "

"

La Rochelle

( !! ( "

Rochefort

"

Bellac

TonnayCharente "

Saintes

St-Jeand'Angély

Guéret

"

"

Confolens

"

" h

Limoges

"

"

"

Rochechouart

Cognac

Aubusson

"

"

Angoulême "

LesparreMédoc

OCEAN ATLANTIQUE

"

Nontron

! ( "

Bordeaux

Bruges

Périgueux

Blaye

" h " h

"

"

Tulle

" "

Brivela-Gaillarde

"

Libourne

Sarlatla-Canéda

Bergerac

"

Arcachon

Ussel

"

Jonzac

Auvergne Rhône-Alpes

"

"

Hourcade

"

"

Langon

"

Marmande Villeneuve/ " Lot

Nérac Mont-deMarsan "

Dax

Plateforme multimodale

" h

Occitanie

Port de commerce (trafic marchandises 2011)

6

N12

9,8Mt

Mouguerre

Hendaye-Irun

OloronSte-Marie

Pau "

! ( N112

"

Réseau N1 ferré 1

électrifié

36

30

3

non électrifié

ESPAGNE 0

! (

! (

2,3Mt

! ("h "

" h

Agen

moins de 1 Mt

"

Bayonne

" "

Réseau routier 60 km

Source : IGN - MEDDE-DGITM ONML (2011) - ORT PC (03/2016)

Type autoroutier Réseau principal

© Région Nouvelle-Aquitaine - 03/2015 09/2015


37

transports et communications

Deux des sept grands ports maritimes métropolitains sont présents en région Nouvelle-Aquitaine : La Rochelle et Bordeaux, respectivement aux 6e et 7e rang. Il existe deux autres ports : le Port de Bayonne sous statut régional et le port de Rochefort TonnayCharente sous statut départemental. En 2015, les 4 ports de la région ont traité plus de 21 millions de tonnes de marchandises représentant 6,4 % du trafic portuaire métropolitain.

6,4% du trafic portuaire national

Trafic portuaire 2015 (en tonnes) La Rochelle Bordeaux Bayonne Rochefort / Tonnay-Charente

9 809 943 8 500 000 2 323 579

Total

21 360 200

Le grand port maritime de La Rochelle est le seul port en eau profonde de la façade Atlantique. Il est ainsi en mesure d’accueillir des navires de grand gabarit et constitue un nœud privilégié pour le trafic massifié de marchandises (céréales, hydrocarbures) : il est le 2e port français pour l'exportation de céréales, qui représente 45 % de son trafic. Sa position sur la façade atlantique lui ouvre un vaste hinterland jusqu'au nord de la région Centre - Val de Loire et à la région Auvergne - Rhône-Alpes, matérialisé par le trafic de pâte à papier, le positionnant comme 1er port français pour l’importation de produits forestiers en 2015. Ces cinq dernières années, son trafic a progressé et atteint en moyenne 9.1 Mt/an. Bordeaux Port Atlantique avec ses sept terminaux (Le Verdon, Pauillac, Blaye, Ambès, Grattequina, Bassens et Bordeaux) présente une situation particulière sur le plus vaste estuaire d’Europe, entre la façade atlantique et la capitale régionale. Les importations concentrent 73 % du trafic global. La filière numéro un est celle des hydrocarbures avec plus de la moitié du trafic dont 90 % à l’import. Les céréales constituent environ 20 % du trafic annuel. Ces cinq dernières années, son trafic a atteint en moyenne 8,6 Mt/an. Le projet de terminal à conteneurs du sud-ouest (TCSO) permettra de rationaliser et développer le trafic conteneurs, en forte croissance (56 000 EVP-équivalent vingt pieds en 2014), sur un site unique au Verdon.

726 678

Grand Port Maritime de La Rochelle Trafic 2015 = 9 809 943 tonnes Nombre d'emplois générés = 16 400 Sables Vracs agricoles

Autres

6%

4% Céréales et oléagineux

8%

45 %

Produits forestiers

8%

Produits pétroliers

29 %

Céréales et oléagineux Produits pétroliers

Source

Produits forestiers

Grand Port Maritime de Bordeaux Port Atlantique Trafic 2015 = 8 500 000 tonnes Nombre d'emplois générés = plus de 15 000 Charbons et coke de pétrole Tourteaux et huiles 4 % Granulats 6 %

Conteneurs

2% 1%

Engrais 7 %

Les ports de Bayonne et Rochefort-Tonnay-Charente Le trafic du Port de Bayonne a atteint plus de 2,3 millions de tonnes en 2015. Ferrailles et billettes représentent la majorité des tonnages (780 155 tonnes), suivies des engrais et du maïs (879 667 tonnes). Le trafic du port de Rochefort-Tonnay-Charente a atteint 726 678 tonnes en 2015, essentiellement des engrais, des céréales et des bois sciés.

Vracs agricoles Sables Autres

Hydrocarbures

57 %

Céréales et oléagineux

23 %

SourceHydrocarbures

Tourteaux et huiles

Céréales et oléagineux Engrais

Granulats

Charbons et coke de pétrole Conteneurs


réseaux de transports Saint-Nazaire ! (

Redon

Aéroports

en 2015- 2015 Aéroports

Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

! (! ( ! (

Pays de la Loire ! (

! (

Châtellerault

Bressuire

! (

! ( Centre Val-de-Loire

! ( Futuroscope

Parthenay

Poitiers-Biard

" )!( Poitiers

St-Maixent

Montmorillon

! (

Niort ! (

! (

La Rochelle-Ile de Ré

La Souterraine

LGV SEA

" )!(

La Rochelle

! (

Surgères St-Jeand'Angély

!

Rochefort(

! (

! (

" )

" )

Bellegarde

Eymoutiers-

! (Vassivière

Ussel

! (

Nontron

! (

" )

Perigueux-Bassillac

Tulle

la-Gaillarde

! (

! (

! ( ! ( Brive-

Coutras

" ) Brive-

! (

Libourne

! (

( Arcachon !

Rochechouart Limoges-

Périgueux

St-André de-Cubzac

Aubusson

! (

" ) !( Limoges

1

14

N2

Jonzac

Blaye

Bordeaux

Montluçon-Gueret

! ( Angoulême

LesparreMédoc

OCEAN ATLANTIQUE

Bellac

! ( Ruffec

" )

! ( Guéret

! (

Angoulême-

Cognac Cognac

! (

! (

Confolens

Saintes

( Royan ! Le Verdon ! (

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Thouars

Sarlat- Vallée de la Dordogne la-Canéda

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

! (

! (

" )

BergeracRoumanière

Bordeaux-Mérignac

! (

FactureBiganos

Langon

! ( ! (

Marmande Villeneuve/ Lot

! Agen

( " )

Aéroport

AgenLa Garenne

(trafic passagers 2014) 8

Nérac

! (

! ( Dax

" )

! (

Hendaye

! (

! (

Bayonne

! (

Occitanie

de 0,3 à 1,1M

6

N12

Orthez

Pau-Pyrénées

St-Jean-de-Luz

! ( St-Jean-

moins de 0,3

5,4M

Biarritz-Bayonne-Anglet

Biarritz ! (

N8

Mont-deMarsan

OloronSte-Marie

" )

( Pau !

! (

Pied-de-Port

" )

" )

" ) N112

Principales gares (voyageurs)

! ( Réseau N1 ferré 1

électrifié

3

non électrifié

ESPAGNE 0

38

30

Réseau routier 60 km

Source : IGN - MEDDE-DGITM - ONML (2011) - ORT PC (03/2016)

Type autoroutier Réseau principal

© Région Nouvelle-Aquitaine - 03/2015 09/2015

! (


39

transports et communications

Plus de 7,9 millions de passagers commerciaux ont été comptabilisés en 2015 dans les 7 principaux aéroports de la région Nouvelle-Aquitaine marquant une croissance globale de 5,2 % par rapport à l’année précédente. Cette croissance est supérieure à celle de l’ensemble des aéroports français (+3,1 % pour les aéroports de France métropolitaine, +3,3 % pour les aéroports de province). Il est à noter la croissance forte du trafic de Bordeaux-Mérignac (65 % du trafic régional, +7,6 %) expliquée par l’ouverture de nouvelles lignes et la poursuite du développement du trafic des compagnies à bas coût (+12,1 % entre 2014 et 2015).

41%

du trafic de passagers est opéré par des compagnies à bas coûts

Trafic aérien de passagers - 2014 Trafic aérien de passagers - 2014 Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

Les aéroports de la région sont particulièrement marqués par le trafic international qui représente 42 % des passagers. L’exploitation des lignes internationales s’opère en grande majorité par les compagnies à bas coût ; celles-ci contribuent à 41 % du trafic total de voyageurs, à comparer à un peu plus du tiers du trafic en province. Pour certains aéroports, cette proportion est encore supérieure : Bergerac – Dordogne – Périgord (98 %), Limoges (86 %), La Rochelle-Île de Ré (86 %) et dans une moindre mesure, Poitiers-Biard (60 %).

Pays de la Loire

Poitiers-Biard 109 537 passagers

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Centre Val-de-Loire

La Rochelle-Ile de Ré 212 361 passagers

Limoges-Bellegarde 290 792 passagers Angoulême-Cognac 1 547 passagers

( !

Source : ORT - 2015 PérigueuxBassillac 7 663 passagers

OCEAN ATLANTIQUE

( !

BergeracDordogne-Périgord 277 312 passagers Bordeaux-Mérignac 4 945 029 passagers

BriveVallée de la Dordogne 71 461 passagers

Auvergne Rhône-Alpes

Agen-La Garenne 40 482 passagers

BiarritzBayonne-Anglet 1 064 402 passagers

Occitanie Pau-Pyrénées 621 492 passagers

Type de trafic international

ESPAGNE 0

30

national

60 km

Source : Union des aéroports français (2014)

Aéroport ayant un trafic < 10 000 passagers

( !

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015

PERPIGNAN


réseaux de transports en 2015 Transport Express Régional (TER) - 2015 vers Paris

vers Paris ! (! ( vers Paris

Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

( Saumur !

Pays de la Loire Thouars

! ( Châtellerault

Bressuire

vers La Roche/Yon

"

Parthenay

vers Nantes

Centre Val-de-Loire

8

! (

2

! (

18

18

Montmorillon

17

! (

! ( ! (

Rochefort

Saintes

32

"

20

Macau

30

! (

Bordeaux

! (

! (

27

Brivela-Gaillarde

Mussidan

! (

"

12

! (

vers ClermontFerrand

! (

28

Tulle

Auvergne Rhône-Alpes

! (

! ( Le Buisson

MonsempronLibos ! ( Villeneuve/Lot

Marmande

28

Ussel cars TER

Sarlatla-Canéda

8

23

! (

Langon

12

Bergerac

28

Felletin Eymoutiers

8 "

! (

49

Arcachon

12

4

29

! ( Libourne

! (

75

Périgueux

Aubusson

! ( ! (

23

Coutras

44

78

2

11

Nontron

! ( St-Yzan

24

! (

2

16 "

Jonzac

St-Mariens-

Blaye

! (

Angoulême

12

"

! ( 47 ! (

! (

20

Lesparre- ! ( Médoc

12 Limoges

! ( vers Lyon

4

Guéret

! (

12

! (

! ( 14

Rochechouart

Cognac

Montluçon La Souteraine

26

"

! (

8

OCEAN ATLANTIQUE

Confolens "

9

23

Royan ! ( Le Verdon ! (

14 ! (

St-Jeand'Angély

"

15

Le Dorat

Bellac "

12

31

Châteauroux

12

"

! (

! ( La Rochelle

! (

23 ! ( Poitiers ! (

! (

Niort

vers Vierzon Paris

10

6

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Transport Express Régional (TER)

vers Toulouse

vers Aurillac Rodez

"

16 "

! ( Agen

Nérac

14 14 Dax

! ( ! (

Gare

17 8

! (

27 ! (

! (

(jours (joursde desemaine) semaine)

25 St-JeanPied-de-Port

! (

OloronSte-Marie

! (

Projet

ESPAGNE 0

40

20

40 km

Sources : Régions (juin 2015)

! (

Nombre de trains

8

vers l'Espagne

Occitanie

Mont-deMarsan

! (

30 Bayonne

! (

vers Toulouse

! (

16

Bedous

Pau

! (

! (

14

! (

vers Toulouse

de 1 à 10 de 11 à 30 de 31 à 60 de 61 à 111 Nombre de trajet par jour

14

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


41

transports et communications

L'offre de transport TER représente plus de 20 millions de kilomètres parcourus par an dont plus de 80 % est réalisée en train. Ce réseau accueille au total 16 millions de voyageurs par an dont 3 % par la route. le TER concentre

Le transport régional répond aux besoins des déplacements interurbains et de la vie quotidienne ; il est complémentaire du réseau TGV et Grandes lignes. La fréquence des trains varie en fonction des relations :

16

millions de voyageurs par an

- 40 à 50 trains par jour pour les 3 principales lignes périurbaines au départ de Bordeaux, avec près de 80 passages sur certaines sections communes (Pessac, Cenon, Facture- Biganos). - Jusqu’à 30 trains par jour pour toutes les autres liaisons, les plus fortes fréquences se trouvant sur les autres liaisons de proximité au départ de Bordeaux, les liaisons périurbaines telles La Rochelle – Rochefort, Brive – Tulle ou Dax – Hendaye ou encore les relations intervilles de moyenne distance telles Limoges – Périgueux – Bordeaux ou Angoulême – Saintes – Royan.

La métropole bordelaise et les communautés d'agglomération développent des transports urbains sur tout ou partie de leur territoire. 2 communautés de communes, Cognac et Oloron-Sainte-Marie, ont également mis en place des transports urbains.

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Réseaux de transports collectifs urbains - 2014 Réseaux-de transports collectifs urbains - 2014 Aquitaine Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire CA du Bocage Bressuirais

"

CA du Pays Châtelleraudais

Bressuire

Châtellerault

"

Centre Val-de-Loire

"

Parthenay "

Poitiers Grand Poitiers

CA du Niortais

Ces collectivités s'orientent de plus en plus vers la mobilité durable et intègrent dans leur offre de transport divers moyens visant à développer les transports propres et l'usage des transports en commun : vélos en libre service, autopartage, covoiturage,…

Montmorillon "

CA de La Rochelle

"

Niort

CA du Grand Guéret

"

La Rochelle

" "

CA Rochefort Océan

Bellac

Rochefort

"

"

St-Jeand'Angély

"

CA de Saintes Agglomération Royan Atlantique

Saintes

"

Rochechouart

Cognac "

"

Angoulême CA du Grand Angoulême

Jonzac

LesparreMédoc "

Blaye

Bordeaux

Ussel

Nontron CA Le Grand Périgueux

Tulle

Brivela-Gaillarde

CA du Bassin de Brive

Libourne

"

Bergerac

"

CA Tulle Agglo "

"

" "

CA Limoges Métropole

Périgueux "

CA du Libournais

Bordeaux Métropole

"

"

"

OCEAN ATLANTIQUE

Aubusson

Limoges

"

"

Guéret

"

Confolens

Sarlat- " la-Canéda

Auvergne Rhône-Alpes

CA Bergeracoise

Arcachon

"

"

Langon "

CA Bassin d'Arcachon Sud-Pôle Atlantique (COBAS)

CA du Grand Villeneuvois

Marmande "

CA Val de Garonne Agglomération

Villeneuve/Lot

"

Agen

"

Nérac Mont-deMarsan

CA du Grand Dax

"

Bayonne

"

ESPAGNE 20

CA Le Marsan Agglomération

Dax

CA Agglomération Côte Basque Adour

CA Sud Pays Basque

0

CA d'Agen

Occitanie

"

40 km

Sources : Régions (juin 2015)

OloronSte-Marie

Pau "

CA Pau-Pyrénées

"

Périmètre de couverture du réseau de transport urbain collectif Communauté Urbaine ou Communauté d'Agglomération

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


Infrastrucutures numériques COUVERTURE HAUT ET TRÈS HAUT DÉBIT

en 2015Haut-Débit - 2015 Couverture

Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Pays de la Loire

60% 40%

40%

20%

20%

Deux-Sèvres

Centre Val-de-Loire Vienne 40% 20% 40%

40%

CharenteMaritime

Creuse

20%

40%

20%

HauteVienne

20%

Charente

40% 20% 40%

OCEAN ATLANTIQUE

Corrèze

20% 40%

Dordogne

20%

Auvergne Rhône-Alpes

Gironde 40% 20% 60%

Lot-etGaronne

40% 20%

Landes

Occitanie

40% 20%

PyrénéesAtlantiques

ESPAGNE 0

42

20

40 km

Sources : Observatoire France Très Haut Débit (juin 2015)

Part des logements et locaux professionnels couverts par classes de débit moins de 3 Mbits de 3 à 30 Mbits plus de 30 Mbits

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


43

transports et communications

"

Bressuire

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Le déploiement des réseaux à Très Haut Débit (Très Haut Débit > 30Mbits, Haut Débit : entre 3 Mbits et 30 Mbits), en fibre optique notamment, représente un enjeu majeur d'aménagement du territoire. Pour des raisons de coût d’infrastructures, il est en règle générale, plus avancé dans les zones denses. Ceci se traduit dans la Nouvelle-Aquitaine par un taux d'accès au THD de 45 % à 50 % dans les 3 départements des Pyrénées Atlantiques, de la Gironde et de la Haute-Vienne. Le département de la Charente-Maritime dispose également d'un niveau d'accès supérieur à la moyenne si on considère à la fois le Haut Débit et le Très Haut Débit. Cette situation reflète la configuration territoriale ainsi que les initiatives publiques et privées prises en faveur du numérique. Les collectivités ont en effet développé des Réseaux d'Initiative Publique (RIP) qui ont pris la forme de : - Délégations de Service Public ou Partenariat Public Privé pour amener la fibre sur les zones d'activités et/ou sur les gros répartiteurs de l'opérateur Orange (Projet DORSAL du Limousin, Charente-Maritime, Pyrénées Atlantiques, Gironde). On peut citer également les DSP Wimax pour le traitement des zones blanches ADSL en Lot et Garonne. - Marchés de services pour traiter les zones blanches ADSL par des technologies hertziennes (Charentes, Réponses l'Appel àà Manifestations Manifestations d'Intentions d'Intentions d'Investissements Réponses àà l'Appel d'Investissements- 2011 Deux-Sèvres, Vienne, Pyrénées-Atlantiques) ou Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes - 2011 cuivre de type NRA ZO (Dordogne, Landes). - Délégations de Service Public (projet fibre) portées par des agglomérations / villes (Pau, Bordeaux, Pays de la Loire Poitiers, Angoulême) Centre - Régie portée par des communes (Morcenx FttH) Val-de-Loire Châtellerault "

Parthenay

"

Poitiers

"

Montmorillon "

Niort "

"

La Rochelle "

L'ensemble des départements a élaboré un SDTAN (Schéma Directeur Territorial d'Aménagement Numérique) s'appuyant sur deux ambitions : permettre aux territoires ruraux d'attendre l'arrivée de la fibre par des projets de montée en débit (MED) du réseau de l'opérateur Orange, hertzien terrestre (Wimax) ou satellite et construire un réseau FTTH en commençant par les principales communes des départements. Par ailleurs la quasi-totalité des territoires départementaux a déposé en 2015 un dossier dans le cadre du Plan France TRÈS HAUT DÉBIT pour bénéficier des Fonds pour la Société Numérique. Plusieurs départements se sont prononcés en faveur d'une mutualisation de l'exploitation et de la commercialisation de leurs réseaux fibre optique.

"

"

"

Rochefort

St-Jeand'Angély

"

Aubusson

Confolens

Saintes

Par ailleurs, les opérateurs Orange et SFR (maintenant Numéricable) se sont engagés en 2011 à couvrir les principales villes en FTTH à horizon 2020 comme l'indique la carte des réponses à l'appel à manifestations d'intentions d'investissements lancé par l'État.

Guéret

Bellac

"

Limoges

"

"

"

"

Rochechouart

Cognac "

Angoulême "

OCEAN ATLANTIQUE

Nontron "

Jonzac

"

Ussel

Lesparre-" Médoc

Tulle "

Blaye

"

"

Périgueux

"

"

Brivela-Gaillarde

Libourne Bergerac

"

Auvergne Rhône-Alpes

"

Sarlatla-Canéda

"

Bordeaux "

Arcachon "

Langon

"

Marmande Villeneuve/Lot

Nérac

"

Agen

"

"

Mont-deMarsan "

"

Bayonne

Dax

Occitanie

Réponse à l'AMII

pas d'initiative privée annoncée zone très dense

"

initiative privée annoncée

Pau " Oloron- " Ste-Marie

ESPAGNE 0

20

40 km

Sources : CGET - Observatoire des territoires (juillet 2015)

initiative privée non confirmée

Le gouvernement a lancé, en juin 2010, le « Programme national très haut débit », avec l’objectif que tous les foyers aient accès à un service très haut débit grâce à la fibre optique ou à la technologie la mieux adaptée à leur territoire, avant 2025. Ce programme prévoit un budget de 2 milliards d’euros dans le cadre des investissements d’avenir. La phase de lancement du programme national se décline en deux volets, comprenant l’appel à manifestations d’intentions d’investissement (AMII).

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


Infrastrucutures numériques Téléphone mobile 4G

en juin 2015 Téléphonie mobile 4G - Juin 2015

Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

"

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Pays de la Loire

Bressuire "

Parthenay

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

"

Poitiers

"

Montmorillon "

Niort

"

"

Guéret

La Rochelle

"

"

Bellac

Rochefort "

"

St-Jeand'Angély

"

Confolens

Saintes

"

" "

"

Aubusson

Limoges "

Rochechouart

Cognac "

Angoulême "

OCEAN ATLANTIQUE

Nontron "

Jonzac

"

Ussel

Lesparre-" Médoc

Périgueux

Blaye

"

"

"

Tulle

"

Brivela-Gaillarde

Bordeaux

"

Libourne "

Bergerac Arcachon

Auvergne Rhône-Alpes

"

"

Sarlatla-Canéda

"

Langon

" "

Marmande "

Villeneuve/Lot

Nérac "

"

Agen

Mont-deMarsan

Occitanie

"

"

Dax

Bayonne "

Pau

"

"

OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

44

20

40 km

Sources : site internet www.cartoradio.fr (juin 2015)

[ Implantation des pylônes 4G ! © Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


45

transports et communications

La 4G est la quatrième génération des standards pour les télécommunications mobiles. Elle permet le « très haut débit mobile » c'est-à-dire des transmissions de données à des débits théoriques supérieurs à 100 Mbits à partager par les utilisateurs d'une même cellule radio. Elle succède à la 2G et 3G dont l'état de déploiement, publié par ARCEP en novembre 2012, fait ressortir la situation suivante pour la région Nouvelle-Aquitaine : - la couverture 2G est totale pour 100 % de la population et 99,98 % du territoire (estimation), - la couverture 3G est quasi-totale : entre 100 % et 99,9 % de la population et 99,9 % et 99,6 % des territoires en fonction des départements. La couverture 4G est inférieure à la moyenne nationale pour tous les départements excepté pour la Gironde avec une forte concentration sur les zones touristiques ; les deux opérateurs assurant la couverture sont Orange et Bouygues.

 La population régionale  a accès à la 3G  à plus de

99,9%


POPULATION


P

opulation

p. 48

Dynamiques démographiques

Densité de population p. 50 Évolution de population p. 52 Population des aires urbaines et évolution

Caractéristiques de la population

p. 54

Indice de jeunesse par commune p. 56 Profils des epci en termes de catégories socioprofessionnelles

Une approche des dynamiques territoriales

p. 58

Dynamiques territoriales

47


Dynamiques démographiques Densité de population

Densité de population en 2012 en 2012 par commune

© IGN Paris-Route500 ® 2014

par commune en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

"

Bressuire

Parthenay

Châtellerault

"

Centre Val-de-Loire

"

Poitiers

"

"

"

Niort

Montmorillon

"

La Rochelle "

"

Rochefort "

Saintes

St-Jeand'Angély

"

"

"

Confolens

"

Aubusson

Limoges

"

" "

Guéret

Bellac

Rochechouart

Cognac "

Angoulême "

Ussel

"

Jonzac

Nontron

"

"

LesparreMédoc

Tulle

"

"

Blaye

"

Bordeaux

"

" Brivela-Gaillarde

Libourne

"

Arcachon

Périgueux

"

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlat- " la-Canéda

"

"

Langon "

Marmande Villeneuve/Lot "

Agen

" "

Nérac Mont-deMarsan "

"

Occitanie

Dax

Nombre d'habitants au km²

"

Bayonne

Pau " Oloron- " Ste-Marie

inf. 20 20 à 45 45 à 69,1 69,1 à 117

ESPAGNE 0

48

30

117 à 250 60 km

Sources : INSEE, RP 2012

sup. 250 © Région Nouvelle-Aquitaine - 12/2015 09/2015


49

Population

La région Nouvelle-Aquitaine compte 5,9 millions d’habitants au 1er janvier 2015 et se place au 4e rang des 13 régions françaises. Sa densité de 70 habitants au km² est parmi les plus faibles (10e rang), sa superficie, de 84 000 km², est la plus importante.

4e rang des 13 régions françaises

Les plus fortes densités de population se retrouvent dans les zones urbaines, le long des infrastructures de communications et sur le littoral ; les plus faibles, à l’est de la région, de Montmorillon à Tulle en passant par la région de Guéret, ainsi que dans les Landes et les Pyrénées.

 Selon les estimations de l’Insee,

 la région Nouvelle-Aquitaine compte

5,9

millions d’habitants au 1er janvier 2015


Dynamiques démographiques Évolution de population

entre 1982 et 2012entre 1982 et 2012 Evolution de population

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

"

Bressuire

Parthenay

Châtellerault

"

Centre Val-de-Loire

"

Poitiers

"

"

"

Niort

Montmorillon

"

La Rochelle "

"

Rochefort "

Saintes

St-Jeand'Angély

"

"

"

Confolens

"

Aubusson

Limoges

"

" "

Guéret

Bellac

Rochechouart

Cognac "

Angoulême "

Ussel

"

Jonzac

Nontron

"

"

LesparreMédoc

Tulle

"

"

Blaye

"

Bordeaux

"

" Brivela-Gaillarde

Libourne

"

Arcachon

Périgueux

"

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlat- " la-Canéda

"

"

Langon "

Marmande Villeneuve/Lot "

Agen

" "

Nérac Mont-deMarsan "

"

Occitanie

Dax

"

Evolution en % par an

Bayonne

Pau " Oloron- " Ste-Marie

inf. à -0,2 -0,2 à 0,2 0,2 à 0,5 0,5 à 1

ESPAGNE 0

50

30

1 à 1,5

60 km

Source : INSEE, RP 2012-1982

sup. à 1,5

© Région Nouvelle-Aquitaine - 12/2015 09/2015


51

Population

La région est marquée par un dynamisme démographique important depuis plusieurs décennies. Sur l’ensemble de la période 1982-2012, l’augmentation de la population régionale est de 0,5 % par an, égale à celle de la France métropolitaine. Mais cette progression démographique est sensiblement différente selon les périodes. Avant 1999, la croissance de la population régionale était de 0,4 % puis 0,3 % par an, légèrement inférieure à celle de la France métropolitaine. Elle s’intensifie à partir de 1999, avec 0,8 % d’augmentation par an entre 1999 et 2007 et dépasse celle observée en France métropolitaine (0,7 % par an). Bien qu’inférieur, un rythme de croissance démographique élevé (0,6 % par an) se maintient entre 2007 et 2012. Il demeure supérieur à celui de la France métropolitaine (0,5 % par an).

Evolution de la population entre 1982 et 2012 Taux (en % par an) 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0,0

1982-1990

1990-1999

1999-2007

2007-2012

Nouvelle-Aquitaine France métropolitaine

Source : Insee

Les départements de la Gironde, de la Charente-Maritime, des PyrénéesAtlantiques et des Landes observent les gains de population les plus importants avec, comme au niveau régional, une augmentation qui s’accentue entre 1999 et 2007. En Corrèze, en Charente et en Haute-Vienne, l’augmentation de population fait suite à des périodes de faible croissance voire de diminution démographique. Dans le département de la Creuse, la baisse de population se poursuit mais à un rythme inférieur sur les dernières périodes.

Evolution de la population par département 1982-90

1990-99

1999-2007

Creuse Corrèze Charente Haute-Vienne Deux-Sèvres Lot-et-Garonne Dordogne Vienne Landes PyrénéesAtlantiques CharenteMaritime

Le dynamisme démographique repose très largement sur un solde migratoire positif entre 2007 et 2012 alors que le solde naturel reste très bas. Il touche l’ensemble des zones littorales, denses et moins denses, et les zones urbaines et péri-urbaines. En revanche, les espaces peu denses du nord-est de la région et des Pyrénées perdent des habitants.

Gironde

en nombre de personnes 100 000 50 000

Augmentation Diminution

10 000

Si les tendances démographiques actuelles se poursuivaient, la Nouvelle-Aquitaine gagnerait près d’un million d’habitants au cours des 30 prochaines années et compterait 6 750 000 habitants en 2040. Sa progression démographique serait alors de 5 points supérieure à celle de la France métropolitaine (17 % contre 12 % sur l’ensemble de la période). Source : Insee Analyses Poitou-Charentes n° 10, janvier 2015

Source : Insee

6 750 000 habitants en 2040

2007-2012


Dynamiques démographiques Population des aires urbaines et évolution

entre 1992 et 2012 Population des aires urbaines en 2012 et évolution entre 1982 et 2012 Pays de la Loire

Thouars

Nueil-lesAubiers

Mauléon

Bressuire

Moncoutant

Loudun Châtellerault

Airvault

Cerizay

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

Parthenay

Centre Val-de-Loire

Poitiers Chauvigny

St-Maixent-l'École Montmorillon Ars-en-Ré

Niort

La Flotte La Rochelle

Melle

Rochefort

La Souterraine

Civray

Surgères

Ruffec

St-Jean-d'Angély

Confolens

St-Pierre-d'Oléron

La Tremblade

Pons

Nontron

BarbezieuxSt-Hilaire

Jonzac

Uzerche

Bordeaux

Libourne

La Teste-de-Buch Arcachon

TerrassonLavilledieu

Biscarrosse

MontponMénestérol

Bergerac Lalinde

Castillonla-Bataille La Réole

Langon

Bazas

Parentis-en-Born

10 à 50

Fumel

50 à 100

Tonneins Villeneuve-sur-Lot Agen

100 à 200 200 à 300

Nérac

1 158

Mont-de-Marsan Tartas

Soustons St-Vincent-de-Tyrosse

St-Sever

Dax

Capbreton Peyrehorade

St-Palais St-Jean-Piedde-Port

Aire-surl'Adour

Hagetmau Orthez

Salies-deBéarn

Bayonne

Artix Mourenx

MauléonLicharre

Pau

Occitanie

Evolution annuelle moyenne (en %) entre 1982 et 2012 inf. à -0,20 -0,2 à 0,2 0,2 à 0,5 sup. 0,5

OloronSainte-Marie

zonages en aires urbaines Grande aire urbaine Moyenne aire

ESPAGNE

52

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlat-la-Canéda

inf. à 10

Marmande

Aiguillon

Morcenx

Argentat

Brivela-Gaillarde

en milliers d'habitants Miramont-deGuyenne

Casteljaloux

Mimizan

Le LardinSt-Lazare

Mussidan

Égletons

Tulle

Périgueux

La Roche-Chalais St-Aigulin

St-Seurin-sur-l'Isle

Ussel

St-Yrieix-la-Perche Thiviers

Ribérac

Blaye

Pauillac

30

Aubusson

Angoulême

Cognac

Lesparre-Médoc

0

Bourganeuf

Limoges

St-Junien

Saintes

Marennes

Royan

Guéret

Bellac

Petite aire 60 km

Sources : INSEE 2010 / RP 2012-1982

Communes multipolarisées © Région Nouvelle-Aquitaine - 12/2015 09/2015


53

Population

Les deux tiers de la population régionale vivent dans une grande aire urbaine. L’aire urbaine de Bordeaux, qui dépasse les 1 158 000 habitants, concentre 20 % de la population régionale (son pôle urbain dépasse les 860 000 habitants). Cinq aires urbaines, de 200 000 à 288 500 habitants, concentrent chacune 3,5 % à 5 % de la population régionale : du nord au sud, Poitiers, La Rochelle, Limoges, Pau et Bayonne. Au total, 11 aires urbaines dépassent les 100 000 habitants. La population des grandes aires urbaines, considérées dans leur ensemble, croît de 0,7 % par an entre 1982 et 2012. Elles sont chacune en progression démographique hormis Guéret, Tulle et Cognac qui observent une stagnation voire enregistrent une diminution de leur population.

Population 2012

Poids de l’aire urbaine (1)

Évolution de la population entre 1982 et 2012 (% par an)

1 158 431 288 359 282 971 255 831 240 753 205 046

19,9 5,0 4,9 4,4 4,1 3,5

1,0 1,0 0,4 0,9 0,6 0,8

180 593 149 001 110 997 102 417 101 435

3,1 2,6 1,9 1,8 1,7

0,4 0,6 0,8 0,6 0,4

Bergerac Mont-de-Marsan Châtellerault Dax La Teste-de-Buch - Arcachon Saintes Villeneuve-sur-Lot Rochefort

81 311 69 905 69 321 64 529 63 286 62 263 56 418 55 836

1,4 1,2 1,2 1,1 1,1 1,1 1,0 1,0

0,5 0,8 0,1 1,0 1,3 0,7 0,3 0,5

Royan Cognac Marmande Libourne Guéret Tulle

48 214 47 796 36 566 36 144 31 518 30 875

0,8 0,8 0,6 0,6 0,5 0,5

0,9 0,0 0,6 0,3 -0,1 -0,3

Grandes aires urbaines Bordeaux Bayonne (partie française) Limoges Poitiers Pau La Rochelle Angoulême Niort Agen Périgueux Brive-la-Gaillarde

(1)

dans la population de la Nouvelle-Aquitaine

Source : Insee

Le zonage en aire urbaine a pour objectif de donner une vision des aires d’influence des villes sur le territoire. Une aire urbaine ou « grande aire urbaine » est un ensemble de communes d’un seul tenant et sans enclave, constitué par un pôle urbain (ou unité urbaine) de plus de 10 000 emplois et par des communes rurales ou unités urbaines dont au moins 40 % de la population ayant un emploi travaille dans le pôle ou dans des communes attirées par celui-ci. Le zonage en aires urbaines 2010 distingue également : - les « moyennes aires », dont le pôle urbain (ou unité urbaine) compte de 5 000 à 10 000 emplois ; - les « petites aires » dont le pôle (ou unité urbaine) compte de 1 500 à 5 000 emplois. Une unité urbaine est une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (sans coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) qui compte au moins 2 000 habitants. Source : INSEE


Caractéristiques de la population

Indice de jeunesse par commune en 1982

Indice de jeunesse en 1982

© IGN Paris-Route500 ® 2014

par commune en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

"

Bressuire

Parthenay

Châtellerault

"

Centre Val-de-Loire

"

Poitiers

"

"

Niort

Montmorillon

"

La Rochelle "

"

Rochefort "

Saintes

St-Jeand'Angély

"

Guéret

Bellac

"

"

Confolens

"

Aubusson

22,2%

Limoges

"

" "

28%

de la population a 60 ans et plus

"

Rochechouart

Cognac "

Angoulême "

Ussel

"

Jonzac

Nontron

de la population a moins de 20 ans

"

"

LesparreMédoc

Tulle

"

"

Blaye

"

Bordeaux

"

Brivela-Gaillarde "

Libourne

"

Arcachon

Périgueux

"

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlat- " la-Canéda

"

"

Langon "

Marmande Villeneuve/Lot "

Agen

en 2012

Indice de jeunesse en 2012

par commune en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

© IGN Paris-Route500 ® 2014

" "

Nérac

Pays de la Loire

Mont-deMarsan "

"

Occitanie

Dax "

Bressuire

Parthenay

"

Bayonne

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Poitiers

Indice de jeunesse

"

moins de 20 ans / plus de 60 ans

Pau "

0 à 0,5

Oloron- " Ste-Marie

Texte

"

"

"

"

Niort

Montmorillon

0,5 à 1 1 à 1,5

"

La Rochelle

ESPAGNE 0

30

"

sup. à 1,5

60 km

absence de données"

Rochefort "

St-Jeand'Angély

Saintes

"

"

Aubusson

Limoges

"

"

"

"

"

Confolens

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015

Sources : INSEE, RP 1982 - données harmonisées

Guéret

Bellac

Rochechouart

Cognac "

Angoulême "

Ussel

"

Jonzac

Nontron

"

"

LesparreMédoc

Tulle

"

"

Blaye

"

Bordeaux

"

Brivela-Gaillarde "

Libourne

"

Arcachon

Périgueux

"

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlat- " la-Canéda

"

"

Langon "

Marmande Villeneuve/Lot "

Agen

" "

Nérac Mont-deMarsan "

"

Occitanie

Dax

"

Bayonne

Pau " Oloron- " Ste-Marie

0

30

0 à 0,5 0,5 à 1 1 à 1,5

ESPAGNE

54

Indice de jeunesse

moins de 20 ans / plus de 60 ans

60 km

Sources : INSEE, RP 2012 - données harmonisées

sup. à 1,5 absence de données

© Région Nouvelle-Aquitaine - 12/2015 09/2015


55

Population

Les habitants de la région Nouvelle-Aquitaine sont en moyenne plus âgés que dans l’ensemble du pays. En 2012, 28 % de la population a 60 ans ou plus (contre 23,8 % en France métropolitaine) et 11,3 % a plus de 75 ans (contre 9,2 % en France métropolitaine). La part des moins de 20 ans est de 22,2 % contre 24,4 % en France métropolitaine. La structure par âge de la population a fortement évolué sur ce territoire : en 1982, la part des populations plus âgées était nettement moins importante. La population âgée de 60 ans et plus représentait 21,6 % de la population totale, celle de plus de 75 ans, 7,6 %.

0,8

indice de jeunesse en région

Si les tendances démographiques récentes se prolongeaient, le vieillissement de la population s’accentuerait au même rythme qu’au niveau national. À l’horizon 2040, 35,6 % de la population aurait 60 ans ou plus, 17,2 % plus de 75 ans. Les espaces urbains concentrent la population jeune. L’indice de jeunesse est de 0,8 en région (contre 1 en France métropolitaine).

Structure par âge de la population Hommes

Femmes

95 ans et plus 90 à 94 ans 85 à 89 ans 80 à 84 ans 75 à 79 ans 70 à 74 ans 65 à 69 ans 60 à 64 ans 55 à 69 ans 50 à 54 ans 45 à 49 ans 40 à 44 ans 35 à 39 ans 30 à 34 ans 25 à 29 ans 20 à 24 ans 15 à 19 ans 10 à 14 ans

Nombre en milliers de personnes

5 à 9 ans 0 à 4 ans

200 180 160 140 120 100 80

2012

60 40 20

1982

L’indice de jeunesse est le rapport entre le nombre de personnes âgées de moins de 20 ans et le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans. Plus l’indice est élevé plus la population est jeune (plus l’indice est faible plus la population est âgée).

0

Projection 2040

0

20 40 60 80 100 120 140 160 180 200

Source : Insee, RP1982-2012 - Données harmonisées Projections régionales à 2040 Hypothèse du scénario central


Caractéristiques de la population

 Profils des epci en termes de catégories socioprofessionnelles Profils des EPCI en termes de catégories socio-professionnelles en 2012 © IGN Paris-Route500 ® 2014

en 2012 Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

"

Bressuire

Parthenay

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

"

"

Poitiers

"

"

"

Niort

Montmorillon

"

La Rochelle "

"

Rochefort "

Saintes

St-Jeand'Angély

"

"

"

Confolens

"

Aubusson

Limoges

"

" "

Guéret

Bellac

Rochechouart

Cognac "

Angoulême "

Ussel

"

Jonzac

Nontron

"

"

LesparreMédoc

OCEAN ATLANTIQUE

Tulle

"

"

Blaye

"

Bordeaux

"

" Brivela-Gaillarde

Libourne

"

Arcachon

Périgueux

"

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlat- " la-Canéda

"

"

Langon "

Marmande Villeneuve/Lot "

Agen

" "

Nérac Mont-deMarsan "

"

Occitanie

Dax

"

Bayonne

Profil Type d'EPCI

Pau " Oloron- " Ste-Marie

0

ESPAGNE 20

40 km

Il s'agit des catégories socio-professionnelles de la population active occupée, recensée au lieu de résidence

Cadres et professions intellectuelles supérieures // Professions Intermédiaires Professions Intermédiaires // Employés // Cadres et professions intellectuelles supérieures Ouvriers // Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants et chefs d'entreprise // Agriculteurs exploitants

56

Source : INSEE, RP 2012, exploitation complémentaire

© Région Nouvelle-Aquitaine - 12/2015 09/2015


57

Population

Quatre catégories socio-professionnelles, les agriculteurs exploitants, les ouvriers, les artisans, commerçants et chefs d’entreprise et les employés, sont plus représentées en Nouvelle-Aquitaine qu’en France métropolitaine. À l’inverse, les cadres et professions intellectuelles supérieures et les professions intermédiaires sont moins représentées qu’au niveau national.

Répartition de la population active occupée par catégorie socio-professionnelle Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants et chefs d'entreprises Cadres et Professions intellectuelles supérieures Ouvriers Professions intermédiaires Employés

en %

0

5

10

Nouvelle-Aquitaine France métropolitaine

Les EPCI urbains ont un profil marqué par une surreprésentation relative des cadres et professions intellectuelles supérieures et des professions intermédiaires. Une troisième catégorie, celle des employés, s’ajoute aux deux premières dans les EPCI péri-urbains. Les EPCI ruraux du nord de la Haute-Vienne, de la Creuse, du nord et du sud de la Dordogne, du nord du Lot-et-Garonne et des Pyrénées ont un profil caractérisé par une surreprésentation relative des artisans, commerçants et chefs d’entreprises et des agriculteurs exploitants. Les EPCI du Nord des Deux-Sèvres et de la Vienne, du sud de la CharenteMaritime et des Landes montrent un profil caractérisé par une surreprésentation relative des ouvriers et des agriculteurs exploitants.

L’analyse vise à caractériser les EPCI de la région en mettant en évidence des profils-types d’EPCI, basés sur les catégories socio-professionnelles. Cinq profils classent les EPCI selon leurs caractéristiques communes afin de former des groupes homogènes. Ils montrent les catégories socio-professionnelles surreprésentées, sans pour autant exclure la présence d’autres catégories sur les EPCI. La méthodologie utilisée comprend une Analyse en composantes principales (ACP), suivie d’une classification ascendante hiérarchique (CAH), techniques d’analyse permettant de synthétiser des données quantitatives attachées à un ensemble d’individus.

15

20

25

30

Source : Insee, RP 2012


 ne approche des dynamiques U territoriales Dynamiques territoriales Dynamiques territoriales

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire Thouars

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Niort

La Rochelle

Guéret

Rochefort

Saint-Junien Saintes

Cognac

Limoges

Angoulême

Royan Ussel

Tulle Périgueux

Brivela-Gaillarde

Libourne

Bordeaux

Auvergne Rhône-Alpes

Bergerac

La Teste-de-buch Arcachon

Marmande

Villeneuve-sur-Lot

Agen

Occitanie

Mont-de-Marsan

Espaces urbains

(identifiés par la commune centre)

Dax

principaux caractérisés par une concentration de population, d'emploi et d'entreprises

Bayonne

très forte

Orthez

Saint-Jeande-Luz

Pau forte

Hendaye OloronSainte-Marie

Texte

secondaires caractérisés par une importance relative du nombre d'habitants, d'emplois +

ESPAGNE 0

30

58

une densité de population et une croissance démographique importantes une croissance démographique importante une croissance de population plus moderée

Des espaces marqués par la présence d'une population âgée une forte part de personnes âgées de 60 ans et plus

60 km

Sources : INSEE, RP2011-1982 © Région Nouvelle-Aquitaine - 06/2015 09/2015

Dynamiques démographiques

(analyse sur la période 1982-2011)

-

qui créent

une attractivité par l'emploi (analysée à partir des déplacements domicile-travail)

Principales infrastructures de transports


59

Population

L’approche des dynamiques territoriales présentée ici repose sur le croisement de données de population et d’emploi (1) et en propose une lecture schématique. Cette analyse montre l’importance de la métropole bordelaise et de 5 autres espaces urbains : Pau et Bayonne pour la partie sud de la région, La Rochelle, Poitiers et Limoges pour sa partie nord sont caractérisés par leur forte concentration de population et d’emplois. D’importants établissements en termes d’effectifs salariés y sont implantés. Des espaces urbains secondaires, aux caractéristiques similaires mais de moindre taille, complètent cette organisation territoriale. Leur nombre d’habitants et d’emplois reste conséquent mais apparaît nettement moins important. L’importance des déplacements domicile-travail montre les liens existants entre les espaces urbains et leur propre attractivité par l’emploi. Concernant les dynamiques démographiques, la plupart des zones urbaines et les zones périurbaines sont des espaces où, sur l’ensemble de la période 1982-2011, la croissance de population est importante. L’ouest du territoire régional, de la Charente-Maritime aux Pyrénées-Atlantiques, est caractérisé par une dynamique démographique importante et ancienne, fortement liée à l’attractivité du littoral. La partie est du territoire régional est marquée par la présence plus importante d’une population plus âgée : les personnes âgées de plus de 60 ans y sont présentes dans des proportions nettement supérieures. Cette caractéristique se retrouve au sud des Pyrénées-Atlantiques ou entre Mont-de-Marsan et Agen.

(1)Précisions méthodologiques : La construction de cette synthèse repose sur l’analyse territoriale d’un ensemble de données relatives à : - la population : nombre d’habitants, densité de population, évolution de population intercensitaire 1982-2011 ; - la structure par âge de la population : population âgée de 60 ans et plus, analysée sous l’angle de deux tranches d’âges, 60 à 74 ans et plus de 75 ans ; - l’activité : le nombre d’emplois et les migrations pendulaires (déplacements liés à l’emploi).


Conditions de vie

C


C

 nditions o de vie

p. 62

p. 64

p. 66

niveau de vie

Niveau de vie médian Inégalités de niveau de vie Taux de pauvreté

logement

p. 68 Part

des résidences principales occupées par des propriétaires de résidences secondaires pour 100 logements p. 72 Part des logements sociaux dans les résidences principales p. 74 Densité de logements commencés pour 1 000 habitants p. 70 Nombre

61


niveau de vie Niveau de vie médian

2012de- par EPCI - 2012 Niveau vie médian

© IGN Paris-Route500 ® 2014

par EPCI en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Niort

Montmorillon

La Rochelle Rochefort

St-Jeand'Angély Saintes

Confolens

Aubusson

Limoges Cognac

Rochechouart

Angoulême Nontron

Jonzac

OCEAN ATLANTIQUE

Guéret

Bellac

LesparreMédoc

Ussel

Tulle

Périgueux

Blaye

Brivela-Gaillarde Libourne

Bordeaux

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlatla-Canéda

Arcachon Langon Marmande Villeneuve/Lot

Agen Nérac

Mont-deMarsan

Occitanie

Dax

Bayonne

Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

20

40 km

Niveau de vie médian en € inf. 17 258 17 258 à 18 278 18 278 à 19 439 19 439 à 21 012 sup. 21 012 données non disponible

62

Sources : INSEE Filosofi 2015

© Région Nouvelle-Aquitaine - 06/2015 09/2015


63

Conditions de vie

En 2012, le niveau de vie médian en Nouvelle-Aquitaine est comparable au niveau de vie observé en France de province. La moitié de la population de la région a un niveau de vie annuel inférieur à 19 360 euros (19 400 euros en France de province). Trois départements seulement se situent au-dessus de la médiane régionale : la Gironde (20 390 euros), les Pyrénées-Atlantiques (20 150 euros) et les Landes (19 590 euros). A l’opposé, la Creuse, le Lot-et-Garonne et la Dordogne font partie des six départements français dont le niveau de vie médian des ménages est le plus bas.

19 360 T niveau de vie média

Le niveau de vie médian est le plus élevé (20 000 à 20 100 euros) dans les grandes aires urbaines et leurs couronnes, qui réunissent les deux tiers des ménages fiscaux ordinaires. Dans les moyennes et petites aires urbaines, il est dans l’ensemble moins élevé avec toutefois un écart important (3 000 euros) entre le littoral aquitain ou l’Ile de Ré et certaines aires de Dordogne, Lot-et-Garonne, Creuse ou de l’intérieur de la Gironde. Le niveau de vie médian est le plus faible (moins de 17 000 euros) dans les espaces hors de l’influence des villes, particulièrement en Creuse, au nord de la Haute-Vienne, de la Dordogne et de la Charente, aux limites de la Gironde et du Lot-et-Garonne et dans quelques EPCI aux frontières de la région.

La région est l’une de celles où le poids des pensions dans l’ensemble des revenus disponibles des ménages est le plus élevé (31 % contre 28 % en France de province) en raison de la part relativement importante de personnes âgées. A l’inverse, les revenus d’activités salariées n’en représentent que 60 % (64 % en province). Les revenus d’activités non salariées contribuent un peu plus qu’en France de province au revenu disponible (6,8 % contre 6,3 %). Il en est de même pour les revenus du patrimoine (12,6 % contre 11,7 %). Le poids des prestations sociales (5,2 %) et la part du revenu reversée en impôts (15,6 %) sont quasi identiques.

Composition du revenu disponible en 2012

70 60 50 40 30 20 10 0 -10 -20

Salaires, Revenus Pensions, traitements d'activités retraite ou chômage non salariées et rentes

Revenus Ensemble dont du des prestations prestations patrimoine sociales familiales

dont minimas sociaux

dont prestations logement

Nouvelle-Aquitaine France métropolitaine

Sources : Insee-DGFIP-Cnaf-Cnav-CCMSA, Fichier localisé social et fiscal

Le revenu disponible est le revenu à la disposition du ménage pour consommer et épargner. Il comprend les revenus d’activité (nets des cotisations sociales), les revenus du patrimoine, les transferts en provenance d’autres ménages et les prestations sociales (y compris les pensions de retraite et les indemnités de chômage), nets des impôts directs. Le niveau de vie est le revenu disponible du ménage divisé par le nombre d’unités de consommation (uc). Il est donc le même pour tous les individus d’un même ménage. Les unités de consommation sont généralement calculées selon l’échelle d’équivalence dite de l’OCDE modifiée qui attribue 1 uc au premier adulte du ménage, 0,5 uc aux autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 uc aux enfants de moins de 14 ans.

Impôts


niveau de vie Inégalités de niveau de vie

2012 - de par EPCIde vie - 2012 Inégalités niveau

© IGN Paris-Route500 ® 2014

par EPCI en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Niort

Montmorillon

La Rochelle Rochefort

St-Jeand'Angély Saintes

Confolens

Aubusson

Limoges Cognac

Rochechouart

Angoulême Nontron

Jonzac

OCEAN ATLANTIQUE

Guéret

Bellac

LesparreMédoc

Ussel

Tulle

Périgueux

Blaye

Brivela-Gaillarde Libourne

Bordeaux

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlatla-Canéda

Arcachon Langon Marmande Villeneuve/Lot

Agen Nérac

Mont-deMarsan

Occitanie

Dax

Bayonne

Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

20

40 km

Inégalités de niveau de vie faibles

fortes données non disponibles

64

Sources : INSEE Filosofi 2015

© Région Nouvelle-Aquitaine - 06/2015 09/2015


65

Conditions de vie

Au niveau régional, les écarts de niveau de vie au sein de la population sont comparables à ceux de la France de province. Les 10 % des personnes les plus modestes ont un niveau de vie annuel inférieur à 10 820 euros alors que celui des 10 % les plus aisées est supérieur à 34 620 euros, soit 3,2 fois plus (3,3 en France de province). Les inégalités de niveau de vie sont élevées dans la métropole et dans la plupart des communautés d’agglomération. Elles sont particulièrement fortes dans les « villes-centre » des grandes aires urbaines : Bordeaux, Limoges, Poitiers, Pau, La Rochelle et Bayonne. D’une part, les ménages les plus riches y sont plus aisés que dans le reste de la région. D’autre part, elles attirent davantage des ménages aux revenus très faibles, en raison notamment de la présence de logements sociaux et de petits appartements à louer. Les inégalités sont moins marquées dans leurs couronnes en PyrénéesAtlantiques, en Gironde et dans les Landes. Les Deux-Sèvres et la Vienne sont les départements qui connaissent les inégalités les plus faibles. Dans la région comme en France de province, le niveau de vie médian est le plus faible pour les familles monoparentales, les jeunes de moins de 30 ans et les locataires (respectivement inférieur de 23 %, 14 % et 19 % au niveau de vie médian régional). A l’opposé, il est plus élevé pour les couples sans enfant, les personnes en fin de carrière professionnelle ou au début de la retraite, les propriétaires. Dans l’ensemble, le niveau de vie médian des personnes dont les revenus du ménage sont principalement des revenus d’activités non salariées est plus haut que celui des salariés, mais les inégalités de niveau de vie sont plus importantes chez les non-salariés. Source : INSEE Analyses Poitou-Charentes n° 16, juin 2015

Les inégalités de niveau de vie sont mesurées à partir du rapport entre les revenus les plus élevés et les revenus les plus faibles afin de mettre en évidence les disparités entre les plus riches et les plus pauvres.


niveau de vie Taux de pauvreté

2012 - par EPCI Taux de pauvreté - 2012

© IGN Paris-Route500 ® 2014

par EPCI en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Niort

Montmorillon

La Rochelle Rochefort

St-Jeand'Angély Saintes

Confolens

Aubusson

Limoges Cognac

Rochechouart

Angoulême Nontron

Jonzac

OCEAN ATLANTIQUE

Guéret

Bellac

LesparreMédoc

Ussel

Tulle

Périgueux

Blaye

Brivela-Gaillarde Libourne

Bordeaux

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlatla-Canéda

Arcachon Langon Marmande Villeneuve/Lot

Agen Nérac

Mont-deMarsan

Occitanie

Dax

Bayonne

Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

20

40 km

Taux de pauvreté en % inf. 8,9 8,9 à 12,5 12,5 à 15,4 15,4 à 19,8 sup. 19,8 données non disponibles

66

Sources : INSEE Filosofi 2015

©©Région RégionNouvelle-Aquitaine* Nouvelle-Aquitaine-- 09/2015 11/2015


67

Conditions de vie

La région Nouvelle-Aquitaine est un peu moins confrontée à la pauvreté monétaire que la France de province. Au niveau régional, la proportion de personnes vivant sous le seuil de pauvreté (près de 990 C par mois) s’élève à 13,3 % contre 14,1 % en province. Toutefois, au sein de la région, les disparités entre EPCI sont importantes. Le sud est plutôt épargné avec un taux de pauvreté plus faible que la moyenne régionale, particulièrement dans le département des Landes, dans le bordelais et dans les Pyrénées-Atlantiques autour des aires urbaines de Pau et de Bayonne. A l’inverse, les EPCI de la Creuse, de la Dordogne, du Lot-et-Garonne ainsi que ceux du nord de la Haute-Vienne et de la Charente limousine jusqu’au sud de la Vienne sont confrontés de plein fouet au phénomène de pauvreté. Les taux de pauvreté sont parmi les plus élevés enregistrés dans les EPCI de France métropolitaine. Dans l’ensemble, les espaces les plus éloignés des villes sont, relativement, les plus touchés par la pauvreté. Au sein des grands pôles, la proportion de personnes en-dessous du seuil de pauvreté est plus forte dans les « villes-centres  » que dans les couronnes : 21 % à Limoges et Poitiers contre 8 % et 9 % dans leurs périphéries respectives, 16 % ou 17 % à Bordeaux, La Rochelle ou Pau contre 10 %, 7 % et 8 % dans leurs banlieues respectives. Dans la région, la pauvreté touche inégalement les ménages suivant leur composition familiale. Les membres des familles monoparentales sont les plus touchés avec des taux de pauvreté quatre fois plus élevés que ceux des couples sans enfant (29 % contre 7 %). Les jeunes sont également confrontés à ce phénomène. 22 % des personnes appartenant à un ménage dont le référent fiscal a moins de 30 ans sont pauvres. Comme en France, l’exposition à la pauvreté diminue aux âges intermédiaires jusqu’à la retraite, en lien avec l’augmentation des revenus. La pauvreté est relativement fréquente dans la tranche d’âge des 75 ans et plus, particulièrement en zone rurale. La présence d’une population agricole nombreuse chez les retraités les plus âgés, aux retraites souvent faibles, y contribue. Travailler ne préserve pas toujours de la pauvreté : en Nouvelle-Aquitaine, 10 % des ménages dont les revenus proviennent d’une activité salariée sont pauvres, et 18 % dans le cas d’une activité non salariée. Source : INSEE Analyses Poitou-Charentes n°16 « La pauvreté touche une personne sur huit en Nouvelle-Aquitaine », juin 2015

Le taux de pauvreté est la proportion de personnes dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté. Pauvreté monétaire : un individu est considéré comme pauvre lorsque son niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté. Selon des conventions européennes, ce seuil est fixé à 60 % du niveau de vie médian. En France métropolitaine, il est estimé à 11 871 euros annuels en 2012, soit près de 990 euros par mois.

13,3 %

de personnes vivant sous le seuil de pauvreté


logement  art des résidences principales occupées P par propriétaires Part des des résidences principales occupées par des propriétaires - 2012 © IGN Paris-Route500 ® 2014

- par commune par2012 commune en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Niort

Montmorillon

La Rochelle Rochefort

St-Jeand'Angély Saintes

Confolens

Aubusson

Limoges Cognac

Rochechouart

Angoulême Nontron

Jonzac

OCEAN ATLANTIQUE

Guéret

Bellac

LesparreMédoc

Ussel

Tulle

Périgueux

Blaye

Brivela-Gaillarde Libourne

Bordeaux

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlatla-Canéda

Arcachon Langon Marmande Villeneuve/Lot

Agen Nérac

Mont-deMarsan

Occitanie

Dax

Bayonne

Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

20

40 km

Part des propriétaires en % inf. 72,1 72,1 à 77,7 77,7 à 81,5 81,5 à 85,4 sup. 85,4

68

Sources : INSEE 2015 - Recensement de la population 2012

© Région Nouvelle-Aquitaine - 06/2015 09/2015


69

Conditions de vie

La région Nouvelle-Aquitaine, compte près de 3 298 300 logements en 2012, soit 10 % du parc national, et se situe au 4e rang des nouvelles régions en nombre de logements. Le parc de logements est constitué à 80 % de résidences principales, soit trois points de moins que la moyenne de France métropolitaine (83 %). Le parc de résidences secondaires occupe en effet une place relative plus importante et les logements vacants y sont plus nombreux (8 % du parc total de logements contre 7 %). La maison individuelle est le type d’habitat prédominant : elle concerne 72 % des résidences principales contre 63 % en France de province. Le nombre d’habitants par résidence principale est en moyenne de 2,0 (2,2 en France de province). Toutefois, certains territoires sont confrontés au problème de suroccupation des logements en raison d’une forte urbanisation et de tensions sur le marché de l’immobilier, en particulier sur la métropole de Bordeaux et sur la côte basque. A contrario, les territoires ruraux, notamment à l’est de la région et dans le Sud Vienne, connaissent une sous‑occupation des logements en raison de la diminution du nombre de personnes par ménage. Celle-ci est liée à des facteurs démographiques comme le vieillissement des personnes mais également aux modifications des modes de cohabitation.

4e rang des régions en nombre de logements

L’âge du parc de résidences principales est contrasté : - le parc récent achevé entre 1991 et 2009 est relativement important (24 % contre 22 % en France de province) - le parc très ancien construit avant 1946 est également important (29 % contre 27 % en France de province) Les occupants des résidences principales sont plus souvent propriétaires qu’au niveau national (63 % contre 60 %). Sur la bande côtière, les ménages sont cependant relativement souvent locataires par défaut. Ils peinent à accéder à la propriété, du fait d’une forte pression foncière et immobilière engendrée par l’attractivité touristique de la zone.

63 %

de propriétaires

Comme au niveau national, les zones périurbaines comprennent, en revanche, une proportion de résidences principales occupées par des propriétaires plus importante. C’est également le cas des territoires ruraux, en particulier en Creuse et dans les DeuxSèvres (respectivement 72 % et 69 %). Les pôles urbains comportent à l’inverse moins de propriétaires occupants. Pour autant, ces derniers sont proportionnellement plus nombreux dans les pôles urbains de la région que dans ceux de France de province. La vulnérabilité énergétique liée au logement concerne 14,7 % des ménages de la région, ce qui la situe au niveau de la moyenne nationale. Ainsi, 372 000 ménages consacrent plus de 8 % de leurs revenus à se chauffer et à produire l’eau chaude de leur logement. Les moins de 30 ans et les plus de 60 ans sont plus particulièrement concernés. Toutefois, elle touche de façon très inégale les territoires. Les grands pôles urbains sont les moins touchés. Les espaces hors influence des villes et les petits pôles sont les plus affectés, avec des taux pouvant atteindre 25 % en Dordogne, dans le Lotet-Garonne, les Deux-Sèvres, le sud-est des Pyrénées-Atlantiques, le nord des Landes, en Corrèze et en Creuse. Les départements de la façade atlantique, qui bénéficient d’un climat doux et où les ménages sont plus aisés, présentent à l’inverse un taux inférieur. Sources : INSEE, RP 2012, Insee Analyses Aquitaine n° 9 d’avril 2015, Limousin n° 5 de janvier 2015, Poitou-Charentes n° 9 de janvier 2015

Vulnérabilité énergétique : un ménage est considéré comme vulnérable énergétiquement si son taux d’effort est supérieur à 8 % pour le chauffage. On exclut néanmoins les ménages les plus riches des ménages vulnérables.

14,7 % des ménages en situation de vulnérabilité énergétique


logement  ombre de résidences secondaires N pour logements Nombre de 100 résidences secondaires pour 100 logements - 2012 © IGN Paris-Route500 ® 2014

- par commune par2012 commune en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Niort

Montmorillon

La Rochelle Rochefort

St-Jeand'Angély Saintes

Confolens

Aubusson

Limoges Cognac

Rochechouart

Angoulême Nontron

Jonzac

OCEAN ATLANTIQUE

Guéret

Bellac

LesparreMédoc

Ussel

Tulle

Périgueux

Blaye

Brivela-Gaillarde Libourne

Bordeaux

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlatla-Canéda

Arcachon Langon Marmande Villeneuve/Lot

Agen Nérac

Mont-deMarsan

Occitanie

Dax

Bayonne

Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

20

40 km

Nb de résidences secondaires inf. 3,7 3,7 à 7,3 7,3 à 18,9 18,9 à 35,2 sup. 35,2

70

Sources : INSEE 2015 - Recensement de la population 2012

© Région Nouvelle-Aquitaine - 06/2015 09/2015


71

Conditions de vie

Avec 12 % du parc de logements en résidences secondaires en 2012 contre 10 % en France métropolitaine, la région Nouvelle-Aquitaine se place au 5e rang des régions françaises. Le parc de résidences secondaires est particulièrement développé sur le littoral. Les départements de Charente-Maritime et des Landes comptent ainsi une part supérieure à 20 % (respectivement 22,2 % et 20,8 %). Ce taux élevé se retrouve également dans les zones à faible densité comme l’est et l’extrême sud-est de la région. Le déclin démographique qui a touché ces territoires a libéré des logements et favorisé l’acquisition de résidences secondaires à des prix relativement abordables dans des territoires appréciés pour leur cadre verdoyant, comme en Creuse et en Corrèze.

Répartition par type de résidence en % Ile-de-France

91

3 6

Nord-Pas-de-Calais-Picardie

90

4 6

Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine

89

Centre - Val de Loire

85

6

8

Bourgogne-Franche-Comté

84

8

8

Pays de la Loire

83

11

6

Basse-Normandie-Haute-Normandie

83

10

7

3 8

Bretagne

80

13

7

Nouvelle-Aquitaine

80

12

8

Auvergne-Rhône-Alpes

80

Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

76

Provence-Alpes-Côte d'Azur

75

Corse

61

Résidences principales

12

8

17

7

36

Résidences secondaires

8

16

3

Logements vacants

Sources : Insee, RP 2012 Crédit Foncier, « Les nouvelles régions françaises et leurs marchés immobiliers », septembre 2015

Prix moyen du m² en € 5000 4500 4000 3500 3000 2500 2000 1500 1000 500 0 No La uv Breta ng ell ue e-A gne do c-R qu it P ou ssi ays d aine llo e Bo urg n-M la Lo idi ire og Als ne ac -Fr Pyré e-C né a ha Ce nche es mp ntr -C ag om ne e - V té -A a rde l de Lo nn Au ire e v s -Lo Ba Nord ergn rr esse -N Pas- Rhô aine orm ne de -A -C an a lais lpes die -H au -Pica ter No die Pr rm ov an en I l d e ce -A -de- ie lpe F s-C ranc ôte e d'A zur

Le prix de l’immobilier est, sur l’ensemble de la région, inférieur à la moyenne nationale dans l’ancien comme dans le neuf. Il faut ainsi compter 2 277 euros dans l’ancien contre 2 432 euros en France, et 2 994 euros dans le neuf contre 3 056 euros en France métropolitaine en 2014. Mais les disparités sont fortes. A Bordeaux, le mètre carré coûte environ 2 700 euros dans l’ancien. A Niort et à Limoges, les valeurs sont deux fois et demie inférieures. Les départements les moins chers sont ceux de la Creuse et de la Charente.

Prix moyen dans l'ancien

Prix moyen dans le neuf

Sources : Insee, RP 2012 Crédit Foncier, « Les nouvelles régions françaises et leurs marchés immobiliers », septembre 2015

2 277 T dans l'ancien

2 994 T dans le neuf


logement  art des logements sociaux dans P les Part desrésidences logements sociauxprincipales dans les résidences principales - 2012 © IGN Paris-Route500 ® 2014

- par commune par2012 commune en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Niort

Montmorillon

La Rochelle Rochefort

St-Jeand'Angély Saintes

Confolens

Aubusson

Limoges Cognac

Rochechouart

Angoulême Nontron

Jonzac

OCEAN ATLANTIQUE

Guéret

Bellac

LesparreMédoc

Ussel

Tulle

Périgueux

Blaye

Brivela-Gaillarde Libourne

Bordeaux

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlatla-Canéda

Arcachon Langon Marmande Villeneuve/Lot

Agen Nérac

Mont-deMarsan

Occitanie

Dax

Bayonne

Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

20

40 km

Part des logements sociaux en % inf. 2,3 2,3 - 6,1 6,1 - 12,3 12,3 - 20 sup. 20 absence de logements sociaux

72

Sources : INSEE 2015 Recensement de la population 2012 / RPLS 2015

© Région Nouvelle-Aquitaine - 10/2015 09/2015


73

Conditions de vie

La région Nouvelle-Aquitaine compte, en 2015, près de 277 200 logements sociaux et se classe ainsi au 7e rang des nouvelles régions en nombre de logements proposés. Rapporté au nombre de résidences principales, le parc locatif social de la région se situe bien en dessous de la moyenne nationale (10 % contre 16 % pour la France métropolitaine). Il se caractérise par 97 % de logements conventionnés. Les trois quarts des logements sociaux sont collectifs. Le parc est constitué à près de 70 % de logements de trois et quatre pièces. La proportion de logements vacants (4,3 %) est l’une des plus importantes de France : la région se situe au 3e rang des nouvelles régions à ce titre.

Evolution du nombre de logements sociaux (en base 100)

112 110 108 106 104 102 100 98 96 94

2010

2011

2012

2013

Nouvelle-Aquitaine France métropolitaine

Source : SOeS, RPLS

Densité de logements sociaux pour 100 résidences principales en 2012

La Haute-Vienne présente la plus forte densité de logements sociaux. La Gironde se situe au second rang. Ce département concentre un tiers des logements sociaux de la région et compte parmi les cinq proposant le plus de logements sociaux en location en France. Ce sont les départements des Landes et du Lot-et-Garonne qui ont les densités les plus faibles.

Départements Haute-Vienne Gironde Vienne Pyrénées-Atlantiques Charente Creuse Deux-Sèvres Charente-Maritime Corrèze Dordogne Landes Lot-et-Garonne Source : Insee, RP 2012 SOeS RPLS au 1er janvier 2013

14,2 13,0 12,3 10,3 9,7 9,5 9,3 8,4 8,2 7,2 6,8 6,5

2014

2015


logement  ensité de logements commencés D pour habitants Densité de 1 000 logements commencés pour 1000 habitants - 2008-2013 © IGN Paris-Route500 ® 2014

- par EPCI- Poitou-Charentes par2008-2013 EPCI en Aquitaine - Limousin Pays de la Loire

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Niort

Montmorillon

La Rochelle Rochefort

St-Jeand'Angély Saintes

Confolens

Aubusson

Limoges Cognac

Rochechouart

Angoulême Nontron

Jonzac

OCEAN ATLANTIQUE

Guéret

Bellac

LesparreMédoc

Ussel

Tulle

Périgueux

Blaye

Brivela-Gaillarde Libourne

Bordeaux

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlatla-Canéda

Arcachon Langon Marmande Villeneuve/Lot

Agen Nérac

Mont-deMarsan

Occitanie

Dax

Bayonne

Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

20

40 km

Densité de logements commencés pour 1000 habitants inf. 19,5 19,5 à 26,5 26,5 à 32,4 32,4 à 40,6 40,6 à 56,5 sup. 56,5

74

Sources : MEDDE Sit@del 2015

© Région Nouvelle-Aquitaine - 06/2015 09/2015


75

Conditions de vie

Entre 2008 et 2015, un peu plus de 299 000 logements ont été mis en chantier en Nouvelle-Aquitaine, ce qui représente 13 % des logements commencés sur la même période en France de province. La région se classe au 3e rang des régions de France pour cet indicateur. Le marché de la construction neuve est soutenu par le dynamisme démographique de la région et par l’importance des résidences secondaires sur le territoire. De 2008 à 2015, la part des constructions neuves pour 1 000 habitants s’élève à 51 %. Elle est supérieure de 17 points au niveau France de province (34 %). La dynamique est forte dans le sud et le centre de de la région, en particulier dans les zones à forte densité de population, les plus grandes villes et leurs couronnes ainsi que le littoral. Sources : CGDD, Sit@del2 Crédit Foncier, « les nouvelles régions et leur marché immobilier », septembre 2015

La densité est calculée sur l’ensemble des types de logements commencés hors résidences avec mise à disposition de services spécifiques : pour personnes âgées, pour étudiants, de tourisme, à vocation sociale, pour personnes handicapées

299 000 logements mis en chantier

3e rang des régions


formation initiale


F

ormation initiale

Niveau de qualification de la population

p. 78 Part

p. 80 Part

de la population de 15 ans et plus peu ou pas diplômée de la population diplômée de l'enseignement supérieur

Enseignement général et technologique

Enseignement professionnel

p. 82 Effectifs

du 2nd cycle des lycées d’enseignement général et technologique

p. 84 Effectifs

et EREA

p. 86

p. 88

du 2nd cycle des lycées d'enseignement professionnel

enseignement agricole

Nombre de lycées d'enseignement agricole

enseignement supérieur

Effectifs de l’enseignement supérieur

apprentissage

p. 90

Effectifs d’apprentis

77


Niveau de qualification de la population

 art de la population de 15 ans et plus P peu Part de laou pop.pas de 15diplômée ans et plus sortie du système scolaire sans diplôme - 2012 © IGN Paris-Route500 ® 2014

- par commune par2012 commune en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Niort

Montmorillon

La Rochelle Rochefort

St-Jeand'Angély Saintes

Confolens

Aubusson

Limoges Cognac

Rochechouart

Angoulême Nontron

Jonzac

OCEAN ATLANTIQUE

Guéret

Bellac

LesparreMédoc

Ussel

Tulle

Périgueux

Blaye

Brivela-Gaillarde Libourne

Bordeaux

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlatla-Canéda

Arcachon Langon Marmande Villeneuve/Lot

Agen Nérac

Mont-deMarsan

Occitanie

Dax

Bayonne

Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

20

40 km

Part des peu ou pas diplômés en % inf. 26,9 26,9 à 33,3 33,3 à 39,3 39,3 à 46,4 sup. 46,4

78

Sources : INSEE 2015 - Recensement de la population 2012

© Région Nouvelle-Aquitaine - 06/2015 09/2015


79

Formation initiale

Niveau de diplôme de la population de 15 ans ou plus non scolarisée en 2012

La région Nouvelle-Aquitaine a bénéficié entre 2007 et 2012 d’une élévation du niveau de formation comparable à celle observée au niveau national. Ceci est caractérisé par le niveau de formation de la population de 15 ans et plus ayant quitté le système éducatif.

Enseignement supérieur 23 %

34 %

Peu ou pas diplômés

La région se situe au 6e rang des 13 régions françaises pour chaque niveau de diplôme, à l’exception des peu ou pas diplômés pour lesquels elle se situe au 7e rang. La proportion de personnes peu ou pas diplômées a diminué de 4 points pour atteindre 34 % en 2012, soit près de 1 470 000 personnes, se rapprochant ainsi du niveau observé en France métropolitaine (33  %).

Bac BP 17 %

26 % CAP-BEP

Peu ou pas diplômés CAP-BEP

Bac BP Enseignement supérieur

Source : INSEE - RP 2012

Part des peu ou pas diplômés selon l'âge

en % 70 60 50 40 30 20 10

-2 4 25 -2 9 30 -3 4 35 -3 9 40 -4 4 45 -4 9 50 -5 4 55 -5 9 60 65 -6 an 4 se t+

15

-19

0

20

Cette population se situe plutôt dans des territoires à dominante rurale. La plus forte concentration s’observe en Charente limousine, en Saintonge, à la limite de l’estuaire de la Gironde et de la Charente-Maritime, au cœur du Lot-et-Garonne et dans les Landes. Les femmes sont globalement plus nombreuses que les hommes parmi les personnes peu ou pas diplômées (58 %) mais cette situation s’inverse pour les moins de 40 ans. Les générations les plus âgées, dont l’accès au système éducatif était moins généralisé, sont plus souvent peu ou pas diplômées.

Nouvelle-Aquitaine France métropolitaine

Source : INSEE - RP 2012

En 2012, la région se caractérise par une part des diplômés de niveau V (CAP, BEP) supérieure de plus de 2 points à la moyenne de France métropolitaine (26,3 % contre 23,8 %). Elle n’a quasiment pas évolué depuis 2007 (+ 0,2 %) et représente 1 162 000 personnes. Plus de la moitié sont des hommes.

40 35

en %

Part des personnes ayant un CAP ou BEP

30 25 20 15

-2 4 25 -2 9 30 -3 4 35 -3 9 40 -4 4 45 -4 9 50 -5 4 55 -5 9 60 65 -6 an 4 se t+

15

20

-19

10 5 0

Nouvelle-Aquitaine France métropolitaine

Source : INSEE - RP 2012

La population peu ou pas diplômée est composée des personnes n’ayant aucun diplôme ou ayant le certificat d’études primaires ou le brevet des collèges


Niveau de qualification de la population

 art de la population diplômée P de Part del'enseignement la pop. de 15 ans et plussupérieur diplômée de l'enseignement supérieur - 2012 © IGN Paris-Route500 ® 2014

2012 en par commune paren commune Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Niort

Montmorillon

La Rochelle Rochefort

St-Jeand'Angély Saintes

Confolens

Aubusson

Limoges Cognac

Rochechouart

Angoulême Nontron

Jonzac

OCEAN ATLANTIQUE

Guéret

Bellac

LesparreMédoc

Ussel

Tulle

Périgueux

Blaye

Brivela-Gaillarde Libourne

Bordeaux

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlatla-Canéda

Arcachon Langon Marmande Villeneuve/Lot

Agen Nérac

Mont-deMarsan

Occitanie

Dax

Bayonne

Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

20

40 km

Part des diplomés de l'enseignement supérieur en % inf. 13,6 13,6 à 16,4 16,4 à 19,3 19,3 à 23,1 sup. 23,1

80

Sources : INSEE 2015 - Recensement de la population 2012

© Région Nouvelle-Aquitaine - 10/2015 09/2015


81

Formation initiale

La proportion de bacheliers a augmenté de 2 points entre 2007 et 2012 pour atteindre 17 % de la population, niveau équivalent à celui observé au niveau national, soit 739 800 personnes. Plus de la moitié sont des femmes (53 %).

35

Part des bacheliers selon l'âge

en %

30 25 20 15 10 5

-2 4 25 -2 9 30 -3 4 35 -3 9 40 -4 4 45 -4 9 50 -5 4 55 -5 9 60 65 -6 an 4 se t+

15

20

-19

0

Nouvelle-Aquitaine France métropolitaine

Source : INSEE - RP 2012

20

-2 4 25 -2 9 30 -3 4 35 -3 9 40 -4 4 45 -4 9 50 -5 4 55 -5 9 60 65 -6 an 4 se t+

50 45 40 35 30 25 20 15 10 5 0

Part des diplômés de l'enseignement supérieur selon l'âge en %

15 -19

La part des diplômés de l’enseignement supérieur dans la population non scolarisée de 15 ans ou plus est de 23,1 % (1 014 700 personnes). Elle reste inférieure de plus de 3 points à celle de France métropolitaine (26,4 %) même si entre 2007 et 2012, elle a augmenté de 3 points de 20 % à 23 %.

Nouvelle-Aquitaine France métropolitaine

Source : INSEE - RP 2012

La population diplômée du supérieur se concentre dans les aires urbaines, particulièrement dans les agglomérations disposant de fonctions supérieures* (Bordeaux, Poitiers, Limoges, Pau, Bayonne, Niort, La Rochelle et Agen). Sur les niveaux de formation les plus élevés, la part des femmes est plus importante que celle des hommes. Elles représentent 55 % des diplômés de l’enseignement supérieur.

*Fonctions supérieures : l’Insee a défini onze branches d’activité, employant des ingénieurs et des cadres dans leurs fonctions d’animation, direction et encadrement : art, banque-assurance, commerce, commerce industriel, gestion, information, informatique, recherche, services aux entreprises, télécommunications, transports.


Enseignement général et technologique

 ffectifs du 2nd cycle des lycées E d’enseignement général et technologique Effectifs du 2nd cycle des lycées d'enseignement général & technologique - 2014 © IGN Paris-Route500 ® 2014

- Aquitaine par EPCI par2014 EPCI en - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Niort

Montmorillon

La Rochelle Rochefort

St-Jeand'Angély Saintes

Confolens

Aubusson

Limoges Cognac

Rochechouart

Angoulême Nontron

Jonzac

OCEAN ATLANTIQUE

Guéret

Bellac

LesparreMédoc

Ussel

Tulle

Périgueux

Blaye

Brivela-Gaillarde Libourne

Bordeaux

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlatla-Canéda

Arcachon Langon Marmande Villeneuve/Lot

Agen Nérac

Mont-deMarsan

Occitanie

Dax

Effectifs Bayonne

10 000

Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

82

20

40 km

Sources : MENESR / RERS 2015

5 000

1 000 500 100 10 effectifs cumulés des lycées d'enseignement général et technologique publics et privés

© Région Nouvelle-Aquitaine - 10/2015 09/2015


83

Formation initiale

Evolution des effectifs de l'enseignement général et technologique 122000

A la rentrée scolaire 2014, sur les 966 600 élèves scolarisés dans l’enseignement du premier (527 100 écoliers) et du second degré (dont 268 200 collégiens), la région compte 171 300 lycéens dont 51 500 lycéens professionnels accueillis dans 376 lycées (249 lycées publics, 81 lycées privés sous contrat d’association, 46 lycées privés hors contrats). Dans le second cycle, les lycéens suivant un enseignement général et technologique représentent 8 % de l’effectif national. 84 % d’entre eux sont formés dans un établissement public, ce qui est nettement supérieur à la moyenne nationale (7 9%).

120000 118000 116000 114000 112000 110000 108000 106000 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 Source : MENESR, DEPP, RERS - 2015

La région compte 137 lycées d’enseignement général et technologique publics dont 36 lycées polyvalents et 65 lycées privés dont 9 lycées polyvalents. Le nombre de lycées publics est proportionnellement plus important en région (67 %) qu’en France (60 %).

Répartition des lycées d’enseignement général et technologiquepar taille De 1750 à 2999 élèves

3% 25 %

De 100 à 399 élèves

De 1200 à 1749 élèves 15 %

Les établissements sont implantés sur l’ensemble du territoire avec une concentration dans les pôles urbains. La région recense 36 lycées de plus de 1 200 élèves. L’enseignement général et technologique se caractérise par la taille plutôt modeste de ses établissements, plus de la moitié des lycées comptant moins de 800 élèves.

De 800 à 1199 élèves

26 % 31 %

De 400 à 799 élèves

De 800 à 1199 élèves De 1200 à 1749 élèves De 1750 à 2999 élèves

De 100 à 399 élèves De 400 à 799 élèves

S’agissant des filières de formation, la répartition des lycéens dans les différentes séries présente une configuration à peu près identique au niveau national. Comme en France, les effectifs les plus importants se retrouvent dans les séries S et ES. En revanche, les lycéens de la région sont plus nombreux qu’en France à suivre des études littéraires mais moins nombreux dans la série STMG (sciences et technologies du management et de la gestion). Les filles sont majoritaires dans l’enseignement général et technologique (54 % contre 46 % de garçons). Les séries ST2S (sciences et technologies de la santé et du social), STD2A (sciences et technologies du design et des arts appliqués) et L (littéraire) sont très féminisées avec respectivement 91 %, 83 %, 79 % des effectifs. Les taux de réussite au baccalauréat, tant général que technologique, sont supérieurs aux moyennes nationales.

Source : MENESR, DEPP, RERS - 2015

Taux de réussite au baccalauréat en 2015 (en %) Type de bac

BAC GENERAL

BAC TECHNOLOGIQUE

Ensemble Source : MENESR, DEPP, RERS 2015

Premier degré : établissements d’enseignement préélémentaire et élémentaire Second degré : collèges, lycées d’enseignement général et technologique, lycées professionnels, enseignement adapté Lycée d’enseignement général et technologique : établissement qui dispense l’enseignement de second cycle du second degré, de la seconde à la terminale Lycée polyvalent : lycée d’enseignement général et/ou technologique ayant une section d’enseignement professionnel

Série

Nombre total d'admis

Taux de réussite ALPC

Taux de réussite France

ES L S

7 831 4 496 13 348

91,4 91,3 93,0

90,6 91,2 91,9

Total

25 675

92,2

91,5

STI2D ST2S STMG AUTRES

2 257 1 477 4 463 1 683

92,5 94,8 90,1 92,7

91,7 91,8 89,5 92,0

Total

9 880

91,7

90,7

35 555

92,1

91,2


Enseignement professionnel  ffectifs du 2nd cycle des lycées E d'enseignement professionnel et EREA et EREA - 2014 Effectifs du 2nd cycle des lycées d'enseignement professionnel © IGN Paris-Route500 ® 2014

- Aquitaine par EPCI par2014 EPCI en - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Niort

Montmorillon

La Rochelle Rochefort

St-Jeand'Angély Saintes

Confolens

Aubusson

Limoges Cognac

Rochechouart

Angoulême Nontron

Jonzac

OCEAN ATLANTIQUE

Guéret

Bellac

LesparreMédoc

Ussel

Tulle

Périgueux

Blaye

Brivela-Gaillarde Libourne

Bordeaux

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlatla-Canéda

Arcachon Langon Marmande Villeneuve/Lot

Agen Nérac

Mont-deMarsan

Occitanie

Dax

Effectifs 10 000

Bayonne

5 000 Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

84

20

40 km

Sources : MENESR / RERS 2015

1 000 500 100 10 effectifs cumulés des lycées d'enseignement professionnel et des EREA publics et privés

© Région Nouvelle-Aquitaine - 10/2015 09/2015


85

Formation initiale

L’enseignement professionnel sous statut scolaire de niveau IV et V tient une place importante dans la région qui compte 174 lycées professionnels (dont 112 lycées publics) et 10 EREA, autant que l’Ile-de-France, se situant ainsi au 3e rang des régions de France métropolitaine. Les établissements sont répartis sur l’ensemble du territoire régional et concentrés sur les pôles urbains.

Les 51 500 élèves du second cycle professionnel représentent 30 % des effectifs de lycéens dans la région, proportion équivalente à celle de la France et compte pour 8 % des effectifs nationaux. 79 % d’entre eux sont formés dans un établissement public et 57 % sont des garçons. 10 626 élèves suivent une formation par la voie professionnelle dans un lycée polyvalent et 1 375 dans un EREA.

Evolution des effectifs de l'enseignement professionnel 56000 55000 54000 53000 52000 51000 50000 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

81 % des élèves préparent un baccalauréat professionnel, 19 % un CAP. Plus de la moitié d’entre eux sont formés dans les spécialités de services (53 % contre 47 % pour les spécialités de production). Ils sont toutefois moins nombreux comparés au niveau national (56 %).

En 2014, le taux de réussite au baccalauréat des lycéens professionnels est supérieur de plus de deux points à la moyenne nationale (84,6 % contre 82,2 %). L’écart atteint 3 points dans les spécialités de services. Parmi les lycées professionnels, 86 sont labellisés « lycée des métiers ». La région compte également 6 « campus des métiers et des qualifications » labellisés, qui regroupent des acteurs de la formation professionnelle par filière économique. Sont concernés l’aéronautique (Latresne et La Rochelle), la construction durable et l’éco-réhabilitation (Felletin), le bois (Dax), la production culinaire terre-mer et la gastronomie (Poitiers), le génie civil et les infrastructures intelligentes (Egletons). Un pôle d’excellence est par ailleurs dédié aux métiers du cuir et du luxe (Thiviers).

Source : MENESR, DEPP, RERS - 2015

Répartition des effectifs par spécialité de formation - rentrée 2014 Agriculture, pêche, forêts et espaces verts Spécialités pluri-technologiques Services à la collectivité Communication et information Matériaux souples Transformations Spécialités plutivalentes des services Génie civil, construction, bois Echanges et gestion Services aux personnes Mécanique, électricité, électronique

Le label « lycée des métiers » qualifie des établissements qui offrent une palette étendue de formations et de services, grâce notamment à un partenariat actif tant avec le milieu économique qu’avec les collectivités territoriales, et en premier lieu la région. Il met en évidence la cohérence d’une offre de formation, la prise en compte des attentes des élèves et l’adaptation aux besoins des employeurs. Il constitue un indicateur d’excellence pour les voies technologique et professionnelle. EREA : établissement régional d’enseignement adapté (formations professionnelles à destination d’élèves en difficulté) La rénovation de la voie professionnelle instaure le parcours en trois ans à l’issue de la classe de troisième pour l’obtention du baccalauréat professionnel. Dans ce cadre, le BEP rénové devient une certification intermédiaire professionnelle qui peut être acquise au cours du cursus en trois ans (en fin de première).

0

2000

4000

6000

8000 10000 12000 14000

Source : MENESR, DEPP, RERS - 2015


enseignement agricole Nombre de lycées d'enseignement agricole

2014 de par commune Nombre lycées d'enseignement agricole - 2014

© IGN Paris-Route500 ® 2014

par commune en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Niort

Montmorillon

La Rochelle Rochefort

St-Jeand'Angély Saintes

Confolens

Aubusson

Limoges Cognac

Rochechouart

Angoulême Nontron

Jonzac

OCEAN ATLANTIQUE

Guéret

Bellac

LesparreMédoc

Ussel

Tulle

Périgueux

Blaye

Brivela-Gaillarde Libourne

Bordeaux

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlatla-Canéda

Arcachon Langon Marmande Villeneuve/Lot

Agen Nérac

Mont-deMarsan

Occitanie

Dax

Bayonne

Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

86

20

40 km

Sources : INSEE Base Permanente des Equipements 2014

Nb d'établissements 3 1

sont pris en compte les organismes suivants : - lycées d'enseignement général et technologique agricole, - lycées professionnels agricoles, - Maisons Familiales Rurales d'Education et d'Orientation

© Région Nouvelle-Aquitaine - 07/2015 09/2015


87

Formation initiale

Avec plus de 21 300 élèves et étudiants (BTSA) en formation initiale scolaire agricole en 2012, la région Nouvelle-Aquitaine tient le second rang des régions en termes d’effectifs derrière Auvergne - Rhône-Alpes (25 600) et loin devant Languedoc-Roussillon - Midi Pyrénées et Bretagne qui comptabilisent respectivement 17 500 et 17 900 élèves et étudiants. Cette position est liée au poids économique important du secteur agricole. 13 % des effectifs nationaux sont formés dans la région. Plus de la moitié des élèves (55 %) sont accueillis dans le secteur privé. La région compte 112 établissements dont 37 lycées publics (21 lycées d’enseignement général et technologique agricole et 16 lycées professionnels agricoles) et 75 établissements privés (53 maisons familiales rurales, 19 lycées du réseau du Conseil National de l’Enseignement Agricole Privé et 3 lycées du réseau de l’Union Nationale Rurale d’Education et de Promotion). Ils sont répartis sur l’ensemble du territoire. L’est de la région présente une spécificité : tous les établissements de Corrèze, de Creuse et de Haute-Vienne (sauf un) dépendent du secteur public. L’offre de formation couvre des champs de compétences variés : productions agricoles, viticulture-œnologie, agroéquipement, activités hippiques, aménagement/environnement, travaux paysagers, services aux personnes, commercialisation des produits agricoles... Les effectifs les plus importants se trouvent dans les filières de services.

Effectifs scolarisés par niveau de formation Supérieur court (niveau III) 15 %

36 %

Cycle court (niveau V-VI)

Cycle long (niveau IV)

49 %

Cycle court (niveau V-VI) Cycle long (niveau IV) Supérieur court (niveau III)

Près de la moitié des élèves (49 %) préparent un baccalauréat professionnel ou technologique. 36 % préparent un diplôme de niveau V (CAPA) et 15 % préparent le Brevet de Technicien supérieur agricole (BTSA).

La réussite aux examens varie en fonction du diplôme préparé. En 2013, 82,2 % des élèves ont obtenu leur baccalauréat professionnel, soit un taux équivalent à la moyenne nationale. En revanche, la réussite au baccalauréat technologique est moins élevée (-1,6 par rapport à la moyenne nationale). Le BTSA présente quant à lui de bons résultats avec un taux de réussite supérieur de près de 2 points à la moyenne nationale.

Source : Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt 2012-2013

Taux de réussite au baccalauréat en 2015 (en %)

CAP(A) BEP(A) Bac Pro Bac techno BTS(A)

Source : Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt – données 2012-2013

La rénovation de la voie professionnelle instaure le parcours en trois ans à l’issue de la classe de troisième pour l’obtention du baccalauréat professionnel. Dans ce cadre, le BEPA rénové devient une certification intermédiaire professionnelle qui peut être acquise au cours du cursus en trois ans (en fin de première). Toutes les options du BEPA préparé auparavant en deux ans à l’issue de la classe de troisième, sont supprimées à l’issue de la session 2012

N-A

France

86,3 91,4 82,2 76,9 77,0

87,2 91,7 82,2 78,5 75,3


enseignement supérieur Effectifs de l’enseignement supérieur

© IGN Paris-Route500 ® 2014

année 2013-2014 par EPCI

Pays de la Loire

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Niort

Montmorillon

La Rochelle Rochefort

St-Jeand'Angély Saintes

Confolens

Aubusson

Limoges Rochechouart

Cognac

Angoulême Nontron

Jonzac

OCEAN ATLANTIQUE

Guéret

Bellac

LesparreMédoc

Ussel

Tulle

Périgueux

Blaye

Brivela-Gaillarde Libourne

Bordeaux

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlatla-Canéda

Arcachon Langon Marmande Villeneuve/Lot

Effectifs 25 000

Agen Nérac

10 000 5 000

Mont-deMarsan

Occitanie

Dax

1 000 100 Secteurs Université (y compris

Bayonne

DUT et ESPE) Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

88

20

40 km

Sources : Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recheche 2015

Ecoles d'ingénieurs (université et hors université) STS Autres formations (*) (*) autres formations hors université - classes préparatoires, - écoles de commerce, - formations juridiques, - écoles d'arts, - formations paramédicales et sociales

© Région Nouvelle-Aquitaine - 12/2015 09/2015


89

Formation initiale

La région Nouvelle-Aquitaine compte 184 200 étudiants, soit 7,7 % de l’effectif national, ce qui la classe au 6e rang des régions métropolitaines (année scolaire 2013-2014). 83,6 % des étudiants sont inscrits dans le secteur public. Le nombre d’étudiants a augmenté de près de 15 % depuis la rentrée 2001, plus rapidement qu’au niveau national (12 %). La région se situe ainsi au 3e rang des régions pour la progression des effectifs depuis 2001. 75 sites répartis sur l’ensemble du territoire accueillent les étudiants de la région. 64 % des étudiants sont à l'université (117 000 étudiants) contre 58 % au niveau national, répartis entre les universités de Bordeaux et Bordeaux Montaigne (60 943 étudiants), Pau et Pays de l’Adour (11 329), Limoges (14 607), Poitiers (22 820) et La Rochelle (7 331), avec pour chacune plusieurs antennes. Les universités de Poitiers, La Rochelle et Limoges sont regroupées au sein de la COMUE Léonard de Vinci avec celles de Tours et Orléans ; celles de Bordeaux et Pau regroupées dans la COMUE de Bordeaux. La répartition par grands champs disciplinaires met en évidence la prédominance des lettres, langues et sciences humaines et sociales (28 %) et des sciences (sciences fondamentales et sciences de la terre et de la vie) (24 %). Viennent ensuite les formations en santé (16 %) ainsi que les disciplines juridiques et les sciences économiques et l’administration économique et sociale (14 %). Les étudiants inscrits en STAPS (filière sport) représentent 3 % des étudiants. Les filles sont majoritaires, en particulier en licence et master. Elles sont minoritaires en doctorat. Elles représentent 70 % des effectifs en lettres, langues et sciences humaines et sociales et 65 % en droit-sciences politiques comme dans les formations de santé. A contrario, elles ne sont que 35 % des inscrits en sciences. Les parcours des étudiants et leur réussite aux diplômes marquent la qualité de l’enseignement dans les établissements universitaires de la région. Quels que soient les diplômes, le taux de réussite est nettement supérieur à la moyenne nationale, à l’exception du Master 2, inférieur de 2 points. La région compte 7 600 élèves ingénieurs (rentrée 2013), effectif en hausse de 65 % par rapport à la rentrée 2001. Elle se place ainsi au 2e rang des régions les plus dynamiques. La part des élèves ingénieurs dans le total des étudiants est ainsi passée de 2,9 % à 4,2 %. Elle reste néanmoins encore inférieure à la moyenne de France de province (6 %). Les écoles de commerce, gestion et comptabilité comptent une part plus importante d’étudiants qu’au niveau national (7 % contre 6 % des effectifs). La région présente une spécificité avec le poids important des filières courtes et professionnalisantes (STS et IUT) qui comptent 17 % de l’effectif, soit deux points de plus qu’au niveau national.

Répartition des effectifs année scolaire 2013-2014 Supérieur court (niveau III) 7 % Ecoles paramédicales et sociales 6 % Ecoles de commerce, gestion et comptabilité 7 % Ecoles d’ingénieurs (universités et 4 % hors universités) Classes préparatoires 3 % aux grandes écoles Sections de technicien supérieur

61 %

Universités (y.c. IUT et ESPE)

12 %

Cycle court (niveau V-VI) Cycle long (niveau IV) Supérieur court (niveau III)

Source : MENESR, Atlas régional - Edition 2015


apprentissage Effectifs d’apprentis

2014 par EPCI Effectifs de l'apprentissage - 2014

© IGN Paris-Route500 ® 2014

par EPCI en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Niort

Montmorillon

La Rochelle Rochefort

St-Jeand'Angély Saintes

Confolens

Aubusson

Limoges Cognac

Rochechouart

Angoulême Nontron

Jonzac

OCEAN ATLANTIQUE

Guéret

Bellac

LesparreMédoc

Ussel

Tulle

Périgueux

Blaye

Brivela-Gaillarde Libourne

Bordeaux

Bergerac

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlatla-Canéda

Arcachon Langon Marmande Villeneuve/Lot

Agen Nérac

Mont-deMarsan

Occitanie

Dax

Effectifs 5 000

Bayonne

Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

90

20

40 km

Sources : Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recheche 2015

1 000 500 100 10

Secteurs Agriculture Autres secteurs © Région Nouvelle-Aquitaine - 12/2015 09/2015


91

Formation initiale

Evolution du nombre d'apprentis par niveau 25000

20000 Niveau V

15000

10000

Niveau IV

5000

Niveau III Niveaux I et I

-15 14

20

13

20

13

-14

12

12-

11-

20

-11 10

20

20

9

-10 09

20

8

-0

20

08

7 20

07

-0

-0

-0 05

20

06

6

0

20

Les apprentis sont formés dans 115 centres de formation répartis sur l’ensemble du territoire de la région Nouvelle-Aquitaine. 80 % des diplômes relèvent du ministère de l’Education nationale, 17 % du ministère de l’Agriculture et 3 % du ministère des Affaires sociales et de la Santé. Plus de la moitié des CFA sont sous statut privé. L’ALPC se classe au 4e rang des régions de France métropolitaine en termes d’effectifs d’apprentis. Elle compte un peu plus de 35 000 apprentis à fin décembre 2014, soit 8 % des apprentis de France métropolitaine. La part des jeunes en apprentissage représente 6 % de la population des 16 – 25 ans. Leur évolution suit une courbe identique à celle au plan national avec une diminution ces deux dernières années. La tendance au niveau régional semble s’inverser légèrement en 2015 (35 589 apprentis, soit une augmentation de 1 %). Sur la période 2005 - 2014, les effectifs augmentent plus fortement ans la région qu’au niveau national (+ 9 % contre 5 %).

Source : MENESR, DEPP - 2014

Cette croissance est portée par l’enseignement supérieur (niveau III, II et I) qui compte en 2014 plus du quart de l’effectif total (27 % contre près de 12 % en 2005). Toutefois, si les effectifs dans l’enseignement supérieur ont plus que doublé depuis 2005, leur poids dans l’apprentissage en 2014 reste en deçà du niveau national (27 % contre 34 %). Le nombre d’apprentis préparant un diplôme de niveau IV (brevet professionnel, baccalauréat professionnel) diminue de plus de 3 % par an. Il en est de même pour les apprentis préparant un diplôme de niveau V (CAP). Depuis 2008, un quart de l’effectif a disparu, phénomène identique à celui que connaît la France en raison notamment de la suppression du BEP dans le cadre de la rénovation de la voie professionnelle. Leur poids dans l’effectif total reste cependant supérieur de 6 points comparé au niveau national. L’apprentissage dans le second cycle professionnel (niveaux V et IV) représente un tiers de l’effectif total des apprenants.

Répartition des effectifs par niveau et sexe en 2013 50 45 40 35 30 25 20 15 10 5 0

Niveau V

Niveau IV Niveau III Niveaux II Niveaux I Filles

Garçons

Source : MENESR, DEPP - 2014

Les apprentis sont formés majoritairement (à près de 65 %) dans des spécialités de production. Les effectifs les plus importants se retrouvent dans les secteurs transformations (18,8 %), génie civil-construction-bois (17,2 %) et mécanique-électricité-électronique (15,2 %). Ils sont constitués en quasi-totalité de garçons, la part des filles dans ces branches ne dépassant pas les 11 %. Dans les spécialités de services, ce sont les secteurs échanges-gestion et services aux personnes qui comptent les plus gros effectifs (17,4 % et 13,7 %). C’est dans ceux-ci que les filles sont les plus représentées (67 %), le niveau étant supérieur à la moyenne nationale de plus de trois points. Sur l’ensemble des spécialités, la part des filles s’élève à 30 %, légèrement en dessous de la moyenne nationale (32 %).


appareil de production et emploi

A


A

ppareil de production et emploi

p. 94

appareil de production

Nombre d’établissements employeurs p. 96 Effectifs salariés des établissements de 1 à 9 salariés et d  e 100 salariés ou plus p. 98 Taux de création d'établissements

LOCALISATION ET DYNAMIQUE DE L’EMPLOI

p. 100

Emploi en 2013 et évolution p. 102 Localisation de l'emploi

Analyse sectorielle de l'emploi

p. 104

Emploi par secteur d'activité Emploi dans le secteur de l'agriculture p. 108 Emploi dans le secteur de l'industrie p. 110 Principaux secteurs industriels* p. 112 Emploi dans le secteur de la construction p. 114 Emploi dans le secteur tertiaire marchand p. 116 Emploi dans le secteur tertiaire non-marchand p. 106

Chômage

p. 118

Taux de chômage

Flux domicile - travail

p. 120

Flux domicile-travail

93


appareil de production Nombre d’établissements employeurs 2013 par zone d’emploi

Nombre d'établis s ements employeurs en 2013

par z one d'emploi de la région Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes Pays de la Loire

Centre Val-de-Loire

Auvergne Rhône-Alpes

Occitanie

Nom br e d'é tablis s ements employeurs 25.000

10.000

ESPAGNE 0

94

20

40 km

S ources : Ins ee, C lap 2013

5.000 2.500 1.000

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015 11/2015


95 Appareil de production et emploi

La région compte en 2013 près de 178 000 établissements employeurs. 9,6 % des établissements employeurs de France métropolitaine sont implantés en Nouvelle-Aquitaine.

178 000

Les établissements employeurs sont implantés sur le territoire régional de manière légèrement plus équilibrée que l’emploi salarié. Un établissement sur cinq se situe dans la zone d’emploi de Bordeaux contre un emploi salarié sur quatre. Cette zone d’emploi compte trois fois plus d’établissements employeurs que la deuxième zone la plus importante, Bayonne. Avec 37 000 établissements employeurs, Bordeaux se positionne au 4e rang des zones d’emploi de France, derrière Paris, Lyon et Toulouse et devant Marseille. Les 4 zones d’emploi qui comptent plus de 100 000 salariés, Limoges, Poitiers, Pau et Bayonne, rassemblent entre 8 800 et 11 100 établissements chacune. Entre 6 000 et 8 000 établissements employeurs sont implantés dans chacune des zones d’emploi d’Angoulême, de Périgueux, de Brive-laGaillarde, de Niort et de La Rochelle. Les 23 autres zones d’emploi, qui emploient moins de 60 000 salariés chacune, rassemblent de 1 000 à 5 000 établissements. Elles concentrent ainsi près de 40 % des établissements employeurs de la région, contre un tiers des effectifs salariés.

établissements employeurs en 2013

97%

des établissements employeurs comptent moins de 50 salariés

Le tissu économique régional se caractérise par la prépondérance des petites entreprises : près de 97 % des établissements employeurs emploient moins de 50 salariés. Le poids des établissements de 1 à 9 salariés est plus important dans la région (81,2 %) qu’au niveau national (80,2 %).

Répartition des établissements employeurs par taille en 2013 100 90 80

1,3% 5,9%

2,0% 9,5%

1,6% 6,2%

2,2% 9,7%

70 60

80,20%

81,20%

50 40 30 20 10 0 Région 1 à 9 salariés 10 à 19 salariés 20 à 49 salariés Source : INSEE, Clap, 2013

Définitions : Un établissement est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l’entreprise. L’entreprise est une unité économique, juridiquement autonome (individuelle ou société). Une même entreprise peut avoir plusieurs établissements. Une zone d’emploi est un espace géographique à l’intérieur duquel la plupart des actifs résident et travaillent, et dans lequel les établissements peuvent trouver l’essentiel de la main d’œuvre nécessaire pour occuper les emplois offerts. Le découpage actualisé en 2010 se fonde sur les flux de déplacement domicile-travail des actifs observés lors du recensement de 2006. La région compte 33 zones d’emploi, dont deux zones inter-régionales : les zones d’emploi de Mont-de-Marsan et de Brive-la-Gaillarde s’étendent sur la région Languedoc-Roussillon – Midi-Pyrénées.

France 50 à 99 salariés 100 salariés ou plus


appareil de production  ffectifs salariés des établissements E de 1 à 9 salariés en 2013 par zone d’emploi

E ffectifs s alariés des établis s ements de 1 à 9 s alariés en 2013

par z one d'emploi de la région Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes

Pays de la Loire

  

ESPAGNE 0

20

40 km

Auvergne Rhône-Alpes

Part des effectifs salariés dans les établissements de 1 à 9 salariés

Inf érieur à 20% De 20 à 24% De 24 à 28%

Pays de la Loire

100.000

50.000

 

  

  

De 28 à 32% Supérieur à 32%

Nombre de salariés dans les établissements de 1 à 9 salariés

par z one d'emploi de la région Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes

S ources : INS E E , C lap 2013

 

 e 100 salariés ou plus en 2013 d par zone d’emploi    

E ffectifs s alariés des établis s ements de plus de 100 s alariés en 2013

Occitanie

 

 

 

  

Centre Val-de-Loire 

 

 

  

25.000 10.000

5.000

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015 11/2015

 

  ESPAGNE 0

20

40 km

 

 

 

Auvergne Rhône-Alpes

 

Part des effectifs salariés dans les établissements de 100 salariés ou plus

Inférieur à 21% De 21 à 26%

De 26 à 31% De 31 à 36%

Supérieur à 36%

Occitanie

Nombre de salariés dans les établissements de 100 salariés ou plus

100.000

50.000

 

S ources : INS E E , C lap 2013

 

96

Centre Val-de-Loire

25.000

 10.000

5.000

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015 11/2015 


97 Appareil de production et emploi

Les établissements de la région sont de plus petite taille que ceux de la France de province. De plus, la part des salariés travaillant dans des établissements de 1 à 9 salariés est plus importante dans la région (23%) qu’au niveau national (21% en France de province). En 2013, ces établissements emploient dans la région 426 000 salariés. Les établissements de 1 à 9 salariés emploient près de 40 % des salariés dans les zones d’emploi de Sarlat-la-Canéda et de Royan. Ils sont particulièrement bien représentés sur la bande littorale (hors la zone d’emploi de Bordeaux) ainsi que dans le sud de la Dordogne (Sarlat, Bergerac) et le nord du Lot-et-Garonne (Marmande, Villeneuve-sur-Lot). A l’inverse des établissements de moins de 10 salariés, les grands établissements sont sous-représentés par rapport à la situation nationale. En 2013, 33 % des salariés travaillent dans des établissements de 100 salariés ou plus ; cette proportion atteint 37 % en France de province et 40 % en France métropolitaine. Les établissements de 100 salariés ou plus emploient 618 000 personnes. 30 % d’entre elles travaillent dans la zone d’emploi de Bordeaux. Les grands établissements se concentrent en effet dans les principales zones d’emploi de la région. Les établissements de 100 salariés ou plus rassemblent entre 40 et 42 % des effectifs salariés des zones d’emploi de Poitiers, de Bordeaux et de Limoges.

23%

des salariés de la région travaillent dans des établissements de 1 à 9 salariés

33%

des salariés de la région travaillent dans des établissements de 100 salariés ou plus en 2013


appareil de production Taux de création d'établissements

2013-2014 pard'établis zone d’emploi T aux de création s ements 2013-2014

par z one d'emploi de la région Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes Pays de la Loire

Centre Val-de-Loire

Auvergne Rhône-Alpes

Occitanie

T aux m oye n de création d'é tablis s e m e nts 2013-2014

ESPAGNE 0

20

40 km

Inf érieur à 11.2 % De 11.2 à 12.4 % De 12.4 à 13.6 % De 13.6 à 14.8% Supérieur à 14.8 %

S ources : INS E E R épertoire des entrepris es et des établis s ements

98

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015 11/2015


99 Appareil de production et emploi

Sur la période 2013-2014, le taux moyen de création d’établissements s’élève à 14,6 % en Nouvelle-Aquitaine contre 14,0 % en France de province et 14,3 % en France métropolitaine. Ont ainsi été créés sur la période en moyenne 54 700 établissements par an, soit 9,2 % des créations de France métropolitaine. 78,5 % des établissements créés relèvent du secteur tertiaire. La construction pèse pour 13,8 %. L’industrie, moins créatrice comparativement à son poids économique (7,7 % des créations de la région), l’est cependant deux fois plus qu’au niveau national : le taux de création régional s’élève à 12,9 % contre 6,6 % en France de province.

54 700 établissements créés en moyenne annuelle 2013-2014

52%

Les zones d’emploi situées à l’ouest de la région sont les territoires les plus dynamiques pour la création d’établissements. Les zones d’emploi des entreprises littorales autour de Bordeaux ainsi que celles de Poitiers, de Rochefort et créées sont des de La Rochelle au nord, celles de Dax et de Bayonne au sud enregistrent micro-entreprises les taux de création d’établissements les plus élevés : entre 14 % et 18 %. Le taux de création d’établissements des zones d’emploi de La-Testede-Buch et de Bordeaux (respectivement 17,9 % et 18,1 %) les place dans les 5 zones d’emploi les plus dynamiques de France métropolitaine. Evolution / 2013-2014 du taux de création d’établissements Les zones d’emploi situées à l’est de la région sont netÉ v olution2011-2012 2011-2012 / 2013-2014 du taux de création d'établis s ements par zzone one d'emploi de la région Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes par d’emploi tement en retrait. Les taux de création les moins élevés concernent des zones rurales ou moins dynamiques Pays de la Loire en termes de démographie : le taux est inférieur à 11 % dans les zones d’emploi d’Ussel, d’Oloron-Sainte-Marie Centre et de Bressuire. Val-de-Loire

Plus de la moitié des entreprises créées dans la région sont des micro-entreprises (52 %). La pérennité des entreprises de la région est comparable à celle qui est observée au niveau France : parmi les entreprises créées au 1er semestre 2010, 71,4 % étaient actives 3 ans plus tard. Auvergne Rhône-Alpes

Par rapport à la période 2011-2012, le taux moyen de création d’établissements de la région recule de 0,9 point, baisse toutefois moins importante qu’au niveau national (-1,3 point en France métropolitaine). La zone d’emploi de Dax, qui reste dynamique, connaît le plus fort recul (-2,3 points). La création d’établissements se maintient en Gironde (dans les zones d’emploi de La-Teste-de-Buch, de Bordeaux et de Libourne), ainsi qu’au nord-est de la région, dans les zones d’emploi de Limoges et d’Ussel. Elle progresse seulement dans la zone d’emploi de Thouars-Loudun (+0,1 point).

Occitanie

Évolution du taux m oye n de cr éation d'é tablis s e m e nts e ntr e 2011-2012 et 2013-2014

ESPAGNE 0

Définition : le taux moyen de création d’établissements est le nombre des créations d’établissements observées au cours d’une période rapporté au stock d’établissements présents en début de période.

20

40 km

Inf érieur à -1.7 point De -1.7 à -1.3 point De -1.3 à -0.9 point De -0.9 à -0.5 point Supérieur à -0.5 point

S ources : INS E E R épertoire des entrepris es et des établis s ements

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015 11/2015


LOCALISATION ET DYNAMIQUE DE L’EMPLOI

 

Emploi en 2013 et évolution

2000-2013 zone d’emploi E mploi en 2013par et évolution 2000-2013

par zone d'emploi de la région Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes



 

Pays de la Loire

23 336

28 452

31 025

  Centre Val-de-Loire

        

11 633

140 750

97 166

99 617

41 506

37 071

143 430

44 448

27 957

105 218

33 456

 

21 022

17 752

576 019

 29 754

88 189

 43 993

17 517

36 677

31 203

47 216

 Auvergne Rhône-Alpes

71 680

   30 420

11 907

    64 200

  E volution emploi 2000-2013 par zone d'emploi

66 342

62 587

Inférieur à 0%

De 0 à 3.3%

 128 060

141 287

ESPAGNE 0

20

16 718

40 km

Occitanie



De 3.3 à 6.6% De 6.6 à 10%

Supérieur à 10%

Nombre d'emplois en 2013

    250.000

100.000

50.000 25.000

S ource: Ins ee, es timations d'emploi localis é

100

10.000

© Région Nouvelle-Aquitaine - 03/2015 09/2015


101 Appareil de production et emploi

En 2013, la région Nouvelle-Aquitaine compte plus de 2,3 millions d’emplois, soit 8,8 % des emplois de France métropolitaine. Elle se place ainsi au 4e rang des 13 régions métropolitaines par le nombre d’emplois. L’emploi salarié prédomine (87 % des emplois) mais la part des non-salariés est plus importante dans la région (13 %) qu’au niveau national (10 %). Bénéficiant de la présence de la métropole régionale, la vaste zone d’emploi de Bordeaux regroupe près du quart des emplois de la région (576 000). Quatre zones d’emploi d’égale importance, réparties à l’est, au nord et au sud de la région (Limoges, Poitiers, Pau et Bayonne), comptabilisent entre 128 100 et 143 400 emplois, soit 5 % à 6 % des effectifs régionaux chacune. Les zones d’emploi de Parthenay et d’Ussel sont les moins importantes et concentrent moins de 12 000 emplois chacune. Entre 2000 et 2013, la région a gagné 161 100 emplois supplémentaires. L’emploi y a progressé à un rythme plus soutenu (7,4 %) qu’à l’échelle nationale (5,6 % en France métropolitaine). Les créations nettes d’emploi se concentrent dans l’ouest de la région. On observe en effet une dichotomie entre la bande ouest en forte croissance et la partie est où l’emploi décroît ou, au mieux, reste stable. Il se maintient dans les zones d’emploi de Périgueux et de Bergerac. La baisse est particulièrement accentuée dans celles de Châtellerault (-7,4 %), de Guéret (-6,1 %) et d’Ussel (-5,4 %). En volume, les destructions nettes d’emplois sont les plus importantes dans les zones d’emploi d’Angoulême et de Limoges qui perdent respectivement 3 000 et 4 500 emplois. A l’inverse, la partie littorale apparaît comme le lieu privilégié de la progression de l’emploi dans la région. Les zones d’emploi littorales se singularisent en effet par des évolutions généralement positives entre 2000 et 2013 : La-Teste-de-Buch, Pauillac, La Rochelle, Bordeaux, Bayonne et Dax gagnent entre 15 % et 20 % d’emplois. C’est dans la zone d’emploi de Bordeaux que les créations nettes d’emplois sont les plus nombreuses (80 100 emplois en plus).

2,3

millions d’emplois en 2013

4e rang

des 13 régions métropolitaines pour le nombre d’emplois

+7,4%

d’emplois entre 2000 et 2013 (+5,6% en France métropolitaine)


localisation et dynamique de l'emploi Localisation de l'emploi

en 2012 L ocalis ationpar de EPCI l'emploi en 2012

par E P C I en Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes Pays de la Loire

Centre Val-de-Loire

Auvergne Rhône-Alpes

Occitanie Nombre d'emplois en 2012 (EPCI au 1er janvier 2015) 250.000

100.000

ESPAGNE 0

20

40 km

Source : Insee, RGP 2012 ; DGCL, EPCI au 1er janvier 2015

102

50.000 25.000 10.000

© Région Nouvelle-Aquitaine - 12/2015 09/2015


103 Appareil de production et emploi

Avec plus de 391 000 emplois, la métropole de Bordeaux se positionne au 5e rang des métropoles régionales en France, derrière les métropoles lyonnaise, lilloise, toulousaine et marseillaise. Elle concentre 17 % de l’emploi régional et compte près de 4 fois plus d’emplois que la communauté d’agglomération Limoges métropole, deuxième pôle de la région avec 101 000 emplois. Cette dernière et les cinq communautés d’agglomération du Grand Poitiers, de La Rochelle et du Niortais au nord, de Pau-Pyrénées et de Côte basque-Adour au sud, qui comptabilisent entre 63 000 et 83 000 emplois, constituent des pôles équilibrants à environ 200 kilomètres de la métropole régionale. Les communautés d’agglomération autour des villes moyennes d’Angoulême, de Périgueux, de Brive et d’Agen maillent l’est du territoire et concentrent de 44 500 à 56 500 emplois chacune. Enfin, 15 communautés d’agglomération totalisant de 14 000 à 29 000 emplois animent plus finement le territoire, autour de Guéret, Villeneuvesur-Lot, Tulle, La-Teste-de-Buch, Rochefort, Hendaye, Bergerac, Marmande, Châtellerault, Royan, Dax, Saintes, Libourne, Bressuire, Mont-de-Marsan. S’y ajoutent 5 communautés de communes qui dépassent le seuil de 14 000 emplois : le Grand Cognac, Marennes-Adour-Côte Sud au sud des Landes, la Haute Saintonge autour de Jonzac et de Pons, Jalle-Eau Bourde aux portes de la métropole bordelaise et Lacq-Orthez en Béarn.

EPCI les plus importantes en termes d’emplois en 2012 EPCI

Nombre d’emplois

Bordeaux métropole Communauté d’agglomération Limoges métropole Communauté d’agglomération du Grand Poitiers Communauté d’agglomération de La Rochelle Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées Communauté d’agglomération du Niortais Agglomération Côte Basque Adour (autour de Bayonne)

391 300 101 400 83 400 75 500 74 100 63 400 64 900

Source: INSEE, RGP 2012


Analyse sectorielle de l'emploi Emploi par secteur d'activité

en 2012 zone d’emploi E mploi par par s ecteur d'activ ité en 2012

par z one d'emploi en Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes Pays de la Loire

Centre Val-de-Loire

Auvergne Rhône-Alpes

Em ploi par s e cte ur d'activité en 2012 Agriculture Industrie-Construction Tertiaire marchand et non-marchand

Occitanie

Em ploi e n 2012

  

500.000

250.000

ESPAGNE 0

20

40 km

S ource : Ins ee, recens ement de population 2012

104

100.000

  

50.000 25.000 10.000

© Région Nouvelle-Aquitaine - 12/2015 09/2015


105 Appareil de production et emploi

75% des emplois relèvent du secteur tertiaire

A l’image de la tendance nationale, la structure économique de la région Nouvelle-Aquitaine s’est fortement tertiarisée. Trois emplois sur quatre relèvent du secteur tertiaire (marchand et non-marchand). Le secteur tertiaire marchand s’impose comme le premier secteur d’activité en termes d’emploi dans la région comme au niveau national, devant le tertiaire non-marchand.

20% des emplois relèvent du secteur secondaire

Le poids du secteur secondaire (industrie et construction) dans la région est comparable à la situation nationale (20 % des emplois). Les zones d’emploi de Bressuire, de Châtellerault, de Thouars-Loudun, d’Oloron-Sainte-Marie et de Cognac se distinguent par la place importante occupée par le secteur industriel (entre 21 % et 27 % des effectifs de la zone).

5%

des emplois relèvent de l’agriculture

La région est la première de France pour la part de l’emploi agricole dans l’emploi (5,4 % des effectifs). Il concerne jusqu’à 24 % des emplois dans les zones d’emploi viticoles de Cognac, de Jonzac, de Libourne et de Pauillac. Répartition de l'emploi par secteur d'activité en 2012 France métropolitaine 3 % Agriculture Tertiaire non-marchand

13 % Industrie

31 % 7 % Construction

Tertiaire marchand

46 %

Répartition de l'emploi par secteur d'activité en 2012 N-A 5 % Agriculture Tertiaire non-marchand

12 % Industrie

33 % 8 % Construction

Tertiaire marchand

42 %

Source : Insee, recensement population, 2012 Définition : Le périmètre du secteur tertiaire est défini par complémentarité avec les activités agricoles et industrielles ; il regroupe toutes les activités économiques qui ne font pas partie du secteur primaire ou du secteur secondaire. Dans le secteur tertiaire, on distingue les activités relevant du tertiaire marchand (transports, commerce, services aux entreprises, services aux particuliers, activités immobilières et financières) de celles du tertiaire non-marchand (éducation, santé, action sociale, administration...).


analyse sectorielle de l'emploi

Emploi dans le secteur de l'agriculture

2012 dans par zone d’emploi E mploi le s ecteur de l'agriculture en 2012

par zone d'emploi en Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes

Pays de la Loire

 

 

 

Centre Val-de-Loire

 

Auvergne Rhône-Alpes

 Occitanie

A G R IC UL TURE P art du s ecteur dans l'emploi total Inférieur à 4 %

De 4 à 6 % De 6 à 8 % De 8 à 10 % Supérieur à 10 %

E mploi du s ecteur en 2012

ESPAGNE 0

20

40 km

S ource : Ins ee, recens ement de population 2012

106

  

 

25.000

10.000 5.000 2.500

© Région Nouvelle-Aquitaine - 12/2015 09/2015


107 Appareil de production et emploi

La région Nouvelle-Aquitaine est la première région de France pour l’emploi agricole. Le secteur de l’agriculture compte plus de 125 000 actifs dans la région en 2012. Son poids y est près de deux fois plus important qu’au niveau national : il représente 5,4 % des emplois contre 2,8 % en France métropolitaine et 3,5 % en France de province. L’emploi agricole est particulièrement développé dans les zones d’emploi à spécialisation viticole de Pauillac, de Libourne, de Jonzac et de Cognac où il représente entre 12 % et 23 % de l’emploi de la zone. Les zones à forte vocation agricole de Creuse, de Corrèze, de Lot-etGaronne, des Landes, de Dordogne, de Charente et des Deux-Sèvres affichent également d’importants effectifs agricoles. La zone d’emploi de Guéret compte plus de 5 000 emplois agricoles. Dans celles de Bergerac, de Marmande, de Bressuire, de Thouars-Loudun, de Villeneuve-sur-Lot, d’Oloron-Sainte-Marie, de Mont-de-Marsan, d’Ussel et de Sarlat, la part de l’agriculture dans l’emploi total de la zone varie de 8 % à 11 %.

83 100 exploitations agricoles étaient recensées dans la région en 2010. Leur main-d’œuvre est essentiellement familiale mais la part du salariat progresse, atteignant 31 % dans la région, soit 4 points de plus qu’au niveau national. L’âge moyen des exploitants agricoles non retraités se situe entre 47 et 49 ans selon les départements. Il est identique à l’âge moyen observé au niveau national. Source : Agreste, recensement général agricole 2010, DRAAF Nouvelle-Aquitaine, « Analyses et résultats n°1 », mai 2015

1re région de France pour l’emploi agricole

125 000 actifs agricoles en 2012

5,4%

de l’emploi total


analyse sectorielle de l'emploi

Emploi dans le secteur de l'industrie



en 2012 par d’emploi E mploi dans le zone s ecteur de l'indus trie en 2012

par zone d'emploi en Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes

Pays de la Loire

 

 

  

ESPAGNE 0

20

40 km

S ource : Ins ee, recens ement de population 2012

108

Auvergne Rhône-Alpes

INDUS T R IE P art du s ecteur dans l'emploi total

 

Occitanie

  

 

Centre Val-de-Loire

 

Inférieur à 8 %

De 8 à 11 % De 11 à 14 % De 14 à 17 % Supérieur à 17 %

E mploi du s ecteur en 2012

  

 

50.000

20.000 10.000 5.000

© Région Nouvelle-Aquitaine - 12/2015 09/2015 


109 Appareil de production et emploi

L’industrie totalise plus de 285 000 emplois dans la région Nouvelle-Aquitaine, soit 12,3 % de l’emploi total. Elle y est moins développée qu’en France de province (14,3 %). Avec 52 000 emplois, c’est la zone d’emploi de Bordeaux qui compte le plus d’emplois industriels dans la région. Mais Châtellerault, Bressuire, Cognac, Oloron-Sainte-Marie et Thouars-Loudun sont les zones d’emploi les plus industrielles ; le secteur y représente entre 21 % et 27 % des emplois. A l’inverse, les activités industrielles rassemblent à peine 6 % des emplois des zones d’emploi de Pauillac et de Royan. L’industrie régionale se caractérise par des activités relativement diversifiées. Quatre secteurs d’activité dominent : la fabrication de denrées alimentaires, l’industrie du bois, papier et imprimerie, la fabrication de matériels de transport ainsi que la métallurgie et fabrication de produits métalliques. Ils regroupent la moitié des salariés de l’industrie.

285 000 emplois industriels en 2012

12,3% de l’emploi total

11 pôles de compétitivité et quelque 70 clusters, vecteurs d’innovation dans les entreprises, sont présents sur le territoire. Aerospace Valley Agri Sud-Ouest Innovation Avenia Cancer-Bio-Santé Elopsys

Aéronautique, espace, systèmes embarqués Agriculture, agroalimentaire Ecotechnologies, environnement, énergie Biotechnologies, santé Optique, photonique, TIC

IDforCAR Pôle européen de la céramique Route des lasers

Transports Biens de consommation, matériaux Optique, photonique

S2E2 ViaMéca Xylofutur

Energie Microtechnique, mécanique Forêt, matériaux bois, chimie du bois

11 pôles

de compétitivité

70 

clusters


analyse sectorielle de l'emploi Principaux secteurs industriels*

en 2013 par zone industriels* d’emploi en 2013 Principaux secteurs Pays de la Loire Thouars Loudun Bressuire

Châtellerault

*Secteurs industriels hors énergie et industries de services, employant plus de 600 salariés. Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers Niort La Rochelle Guéret Saintes - St-Jean d’Angély Rochefort Cognac

© IGN Paris - GeoFla® 2014 ; INSEE - Zones d'emploi 2010

par zone d'emploi de la région Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

Limoges

Angoulême Royan

Ussel

Périgueux

Jonzac Barbezieux-St-Hilaire

OCÉAN ATLANTIQUE

BrivelaGaillarde

Pauillac

Tulle

Libourne

Bergerac

Bordeaux

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlat-la-Canéda

Nombre de salariés

Marmande La Teste-deBuch

Villeneuve-sur-Lot

Agen

Dax

Secteurs industriels

Plus de 2000 De 1000 à 2000 De 600 à 1000

Fab. de denrées alimentaires et de boissons Fab. de textiles, industries de l'habillement, industrie du cuir et de la chaussure

Mont-deMarsan

Travail du bois, industries du papier et imprimerie

Préfecture Zone d’emploi

Occitanie

Industrie chimique Industrie pharmaceutique

Fab. de produits en caoutchouc et en plastique et autres produits non métalliques Bayonne

Pau

Métallurgie, fab. produits métalliques à l'exception des machines et des équipements Fab. de produits informatiques, électroniques et optiques

OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

20

40 km

Fab. d’équipements électriques Fab. de machines et équipements n.c.a. Fab. de matériels de transport Autres industries manufacturières (...)

© Région Nouvelle-Aquitaine - 03/2015 09/2015

Source : Insee, Clap 2013

110


111 Appareil de production et emploi

4

L’industrie de la région Nouvelle-Aquitaine est dominée par quatre secteurs d’activité qui regroupent la moitié des salariés de l’industrie. Premier secteur industriel de la région (53 000 emplois salariés), l’industrie agroalimentaire est développée sur l’ensemble du territoire régional, en particulier dans les zones d’emploi de Bordeaux, de Brivela-Gaillarde et de Mont-de-Marsan.

secteurs d’activité regroupent 50 % des salariés de l’industrie

L’industrie du bois, du papier et de l’imprimerie (29 000 salariés) caractérise également de nombreux territoires, du nord au sud de la région : la zone d’emploi de Bordeaux, celles du centre de la région (Limoges, Angoulême, Cognac) et le massif landais (Dax, La-Teste-deBuch) notamment.

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

La métallurgie et la fabrication de produits métalliques (hors machines et équipements) emploient 25 000 salariés dans la région. Ces activités sont présentes de façon plus marquée dans la zone d’emploi de Bordeaux, au sud (Pau, Bayonne), au nord (Châtellerault, Niort) et dans la zone d’emploi de Brive-la-Gaillarde.

© IGN Paris-Route500 ® 2014

La fabrication de matériels de transports emploie 29 000 salariés. Elle est très présente dans les zones d’emploi situées à l’ouest. Il s’agit principalement de la construction aéronautique et spatiale dans les zones d’emploi de Bordeaux, de Pau, de Bayonne et d’Oloron-Sainte-Marie. Les entreprises de ce secteur font travailler un grand nombre de sous-traitants dans des domaines d’activité très divers (mécanique, électronique, matériaux…), constituant une filière Premier secteur d'activité d’activitéindustriel industrieldes deszones zonesd'emplois d’emploi - 2013 Premier secteur puissante. L’industrie automobile est implantée sur les Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes 2013 zones d’emploi de Bordeaux, de Bressuire, de Poitiers et de Châtellerault. La construction de matériel ferroviaire et la construction nautique prédominent dans Thouars Pays de la Loire Loudun Bressuire les zones d’emploi de La Rochelle et de Rochefort.

Poitiers Niort La Rochelle Guéret Rochefort

Royan

D’autres secteurs complètent le tissu industriel régional. La fabrication de produits en caoutchouc, plastique et autres produits non métalliques (la céramique notamment) ainsi que la fabrication d’équipements électriques sont particulièrement importantes au centre de la région, dans les zones d’emploi de Limoges, de Bordeaux et d’Angoulême. L’industrie chimique est l’une des principales activités industrielles des zones d’emploi de Dax, de Pau et de Bordeaux tandis que l’industrie pharmaceutique se concentre sur les zones d’emploi de Bordeaux et d’Agen.

Saintes St-Jeand'Angély

Angoulême

Cognac

Limoges

Ussel

Pauillac

OCEAN ATLANTIQUE

Jonzac BarbezieuxSt-Hilaire

Tulle

Périgueux

Brivela-Gaillarde

Libourne

Bordeaux

Bergerac

Marmande

La Testede-Buch

Sarlatla-Canéda

Auvergne Rhône-Alpes

Villeneuve/Lot

Agen la carte représente pour chaque zone d'emploi le secteur industriel rassemblant la plus forte proportion d'emplois.

Mont-deMarsan Dax

Occitanie

Autres industries manufacturières; réparation et installation de machines et d'équipements Fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac

Bayonne

ESPAGNE 0

20

40 km

Sources : INSEE, Clap 2013

Pau

OloronSte-Marie

Fabrication d'équipements électriques Fabrication de matériels de transport Métallurgie et fabrication de produits métalliques à l'exception des machines et des équipements Travail du bois, industries du papier et imprimerie

© Région Nouvelle-Aquitaine - 04/2015 09/2015


analyse sectorielle de l'emploi Emploi dans le secteur de la construction

en 2012 par d’emploi E mploi dans le zone s ecteur de la cons truction en 2012

par zone d'emploi en Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes

 

 

C O NS T R UCTION P art du s ecteur dans l'emploi total

Occitanie

S ource : Ins ee, recens ement de population 2012

40 km

Auvergne Rhône-Alpes

 

112

20

0

ESPAGNE

Centre  Val-de-Loire

Pays de la Loire

Inférieur à 6 %

De 6 à 7 % De 7 à 8 %

De 8 à 9 % Supérieur à 9 %

E mploi du s ecteur en 2012

  

 

50.000

20.000 10.000 5.000

© Région Nouvelle-Aquitaine - 12/2015 09/2015


113 Appareil de production et emploi

La construction rassemble 176 000 emplois en 2012. Sa part dans les effectifs régionaux (7,6 %) est comparable à la part moyenne constatée en France de province. L’emploi régional dans ce secteur représente près de 10 % de celui de la France métropolitaine. Comme en France de province, 21 % des effectifs salariés du secteur sont employés par des entreprises générales de bâtiment ou de génie civil et 79 % par des entreprises qui exercent une activité spécialisée. Le secteur de la construction occupe une place significative dans l’emploi régional ; selon les zones d’emploi, sa part oscille entre 5 % et 11 % des emplois. Il compte plus de 38 000 actifs dans la zone d’emploi de Bordeaux (7 % des emplois). C’est dans les zones d’emploi de Sarlat-la-Canéda, de Royan, de Marmande, de Dax, de Bressuire et de Périgueux que le poids de la construction est le plus marqué (9 % à 11 % des emplois).

176 000 emplois dans la construction en 2012.

7,6%

de l’emploi total


analyse sectorielle de l'emploi Emploi dans le secteur tertiaire marchand

en 2012 par d’emploi E mploi dans le zone s ecteur tertiaire marchand en 2012 par zone d'emploi en Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes

Pays de la Loire

 

 

 

 

ESPAGNE

Occitanie

0

20

40 km

S ource : Ins ee, recens ement de population 2012

114

T E R T IA IR E MA R C HAND P art du s ecteur dans l'emploi total

 

Auvergne Rhône-Alpes

 

 

Centre Val-de-Loire

Inférieur à 32 %

De 32 à 36 % De 36 à 40 % De 40 à 44 % Supérieur à 44 %

E mploi du s ecteur en 2012

  

 

250.000

100.000 50.000 25.000

© Région Nouvelle-Aquitaine - 12/2015 09/2015


115 Appareil de production et emploi

Avec plus de 958 000 emplois, le secteur tertiaire marchand reste le premier grand secteur d’activité : 41 % des emplois relèvent de ce secteur, contre 42 % en France de province. La prépondérance du tertiaire marchand se vérifie dans la majorité des zones d’emploi. Dans celles de Bordeaux, de Niort, de Bayonne et de La Rochelle, plus de 45 % des emplois relèvent de ce grand secteur. Quelques spécificités caractérisent le secteur tertiaire marchand en Nouvelle-Aquitaine. L’activité commerce-réparation automobiles et motocycles domine et son poids est supérieur à la moyenne de France de province. Elle concentre 13,5 % des emplois, contre 13,1 % en province. Très répartie parmi les 33 zones d’emploi de la région, elle est le principal employeur dans 24 d’entre elles. Les activités financières et d’assurance, qui occupent une place plus modeste, sont également bien représentées dans la région (3,2 % des emplois contre 2,8 % en France de province). La zone d’emploi de Niort, où cette activité domine, concentre 17,0 % des emplois régionaux relevant des activités financières et d’assurance.

Définition : Dans le secteur tertiaire, on distingue les activités relevant du tertiaire marchand (transports, commerce, services aux entreprises, services aux particuliers, activités immobilières et financières) de celles du tertiaire non-marchand (éducation, santé, action sociale, administration...).

958 000 emplois dans le secteur tertiaire marchand

41%

de l’emploi total


analyse sectorielle de l'emploi  mploi dans le secteur tertiaire E non-marchand E mploi dans le s ecteur tertiaire non-marchand en 2012

paren zone d'emploi enzone Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes 2012 par d’emploi

Pays de la Loire

 

 

 

 

 

 

Auvergne Rhône-Alpes

 

 

ESPAGNE 0

20

40 km

S ource : Ins ee, recens ement de population 2012

116

T E R T IA IR E NO N MA R C HAND P art du s ecteur dans l'emploi total

Centre Val-de-Loire 

Occitanie

 

Inférieur à 28 % De 28 à 31 %

De 31 à 34 % De 34 à 37 % Supérieur à 37 %

E mploi du s ecteur en 2012

  

 

250.000

100.000 50.000 25.000

© Région Nouvelle-Aquitaine - 12/2015 09/2015


117 Appareil de production et emploi

Le secteur tertiaire non-marchand compte près de 769 000 emplois, soit 33 % des effectifs régionaux, un point de plus qu’en France de province. La sphère non-marchande est particulièrement importante au nord-est de la région, dans les zones d’emploi de Poitiers et de Limoges notamment, mais aussi de Rochefort. Le tertiaire non-marchand est le premier secteur d’activité dans les zones d’emploi de Tulle, de Guéret, d’Ussel, de Mont-de-Marsan et d’Oloron-Sainte-Marie où il concentre entre 33 % et 42 % des effectifs, avec dans la plupart une forte présence d’emplois publics. La région Nouvelle-Aquitaine se distingue par le poids des activités d’hébergement social et médico-social et l’action sociale, qui occupent 9,0 % des emplois de la région, soit 1 point de plus qu’en moyenne en France de province et 1,6 point de plus qu’en France métropolitaine. Ce secteur dépasse 8,0 % des emplois dans une grande majorité des 33 zones d’emploi de la région et 9,0 % dans 22 d’entre elles.

Définition : Dans le secteur tertiaire, on distingue les activités relevant du tertiaire marchand (transports, commerce, services aux entreprises, services aux particuliers, activités immobilières et financières) de celles du tertiaire non-marchand (éducation, santé, action sociale, administration...).

769 000 emplois dans le secteur tertiaire non-marchand

33%

de l’emploi total


Chômage Taux de chômage

au 3 2015 par zone d’emploi T aux detrimestre chômage au 3 trimes tre 2015 e

e

par zone d'emploi en Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes Pays de la Loire

Centre Val-de-Loire

Auvergne Rhône-Alpes

Occitanie

T aux de chômage par z one d'emploi 3e eTrimestre 2015

ESPAGNE 0

20

40 km

Inférieur à 8.7 % De 8.7 à 9.7 % De 9.7 à 10.7 % De 10.7 à 11.7% Supérieur à 11.7 %

S ources : Ins ee, taux de chômage localis és - 3T .2015

118

© Région Nouvelle-Aquitaine - 01/2015 09/2015


119 Appareil de production et emploi

Au 3 e trimestre 2015, 9,9 % des actifs résidant dans la région Nouvelle-Aquitaine sont au chômage. Le taux de chômage régional est inférieur à celui de France métropolitaine (10,2 %). La moitié des zones d’emploi de la région ne dépasse pas la barre des 10,0 %. C’est le cas notamment des zones d’emploi de Poitiers, de Niort et de Pau, parmi les plus importantes, qui enregistrent un taux de chômage compris entre 8,1 % et 8,5 %. Trois zones d’emploi de taille plus modeste figurent parmi les 30 zones d’emploi de France métropolitaine ayant les taux les plus bas : Tulle, Bressuire et Oloron-Sainte-Marie (entre 7,1 % et 7,4 %). La zone d’emploi de Bordeaux affiche un taux de chômage très proche de la moyenne nationale : 10,3 %.

Taux de chômage régional de

9,9%

au 3e trimestre 2015

10,2% en France métropolitaine

Dans la région, le chômage touche plus durement des territoires qui ont été affectés par des pertes d’emplois industriels et/ou agricoles (zones d’emploi de Bergerac, de Villeneuve-sur-Lot, de Libourne) : 11,7 % à 12,1 % des actifs sont au chômage. Il affecte également les zones littorales, pourtant très dynamiques en termes d’emploi. Ce sont des territoires à forte attractivité démographique et où la précarité de l’emploi est plus fréquente. Ainsi, les zones d’emploi de Rochefort, de Royan, de Pauillac et de La-Teste-de-Buch enregistrent e dede chômage EEvolutoin volutiondu dutaux taux chômage 3 trim.2008 - 3 trim.2015 des taux de chômage élevés, entre 11,2 % et 12,4 %. par zone 2008 d'emploi Aquitaine imous in - Pd’emploi oitou-C harentes - 3ene trim. 2015- Lpar zone 3e trim. Pays de la Loire

Centre Val-de-Loire

Entre le 3e trimestre 2008 et le 3e trimestre 2015, le taux de chômage a progressé de 3,1 points dans la région comme en France métropolitaine. La moitié des zones d’emploi de la région enregistre une évolution supérieure. C’est le cas de la plupart des zones d’emploi précitées qui étaient déjà fortement touchées en 2008. Des zones jusque-là plus épargnées sont percutées par les effets de la crise. Certaines, celle de Limoges par exemple (+3,6 points), rejoignent le taux de chômage moyen de la région en 2015. La zone d’emploi de Périgueux le dépasse (taux de 10,6 %, en progression de +4,0 points). Dans celle de Brive-la-Gaillarde, par contre, le chômage reste inférieur à la moyenne (9,2 %), malgré un bond de +3,6 points en 5 ans.

Auvergne Rhône-Alpes

Occitanie

Parmi les zones les plus pourvoyeuses d’emploi, celles de Poitiers, de Niort, de Pau et de Bayonne se distinguent par une progression relativement contenue du taux de chômage (+2,2 à +2,6 points), qui les maintient parmi les zones d’emploi de la région les plus épargnées.

T aux de chômage par z one d'emploi e e Evolution 3 Trimestre 2008 - 3 Trimestre 2015

ESPAGNE 0

20

40 km

De +1.0 à +2.6 points De +2.6 à +3.0 points De +3.0 à +3.4 points De +3.4 à +3.8 points Supérieur à +3.8 points

S ources : Ins ee, taux de chômage localis és - 3T .2015

© Région Nouvelle-Aquitaine - 01/2015 09/2015


Flux domicile - travail Flux domicile-travail

entre EPCI en 2012entre EPCI en 2012 Flux Domicile-Travail Pa ris

© IGN Paris - GeoFla® 2014

en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

Centre Val-de-Loire

Auvergne Rhône-Alpes

Occitanie

Toulouse

Flux Domicile-Travail entre EPCI

ESPAGNE

De 500 à 1000 navetteurs De 1000 à 2500 navetteurs Plus de 2500 navetteurs

Préfecture Zone d’emploi

Sources : Insee RP 2012

120

© Région Nouvelle-Aquitaine - 03/2015 09/2015


121 Appareil de production et emploi

Parmi les 2 334 500 actifs occupés résidant en Nouvelle-Aquitaine, un sur trois travaille dans un EPCI différent de son lieu de résidence en 2012. La plupart des déplacements domicile-travail des habitants de la région s’effectuent au sein du territoire régional. Les échanges migratoires sont particulièrement intenses et étendus autour des pôles urbains. L’influence de Bordeaux métropole est significative sur toute l’étendue de la Gironde. De même, Poitiers, Limoges et Pau exercent une influence, à plus courte distance, sur leur département respectif. L’essentiel de ces flux s’opère vers les pôles qui concentrent les emplois. Néanmoins, des actifs résidant dans de grands pôles se déplacent aussi vers des EPCI de moindre importance. Ainsi, 250 actifs résidant dans la communauté d’agglomération de Poitiers vont travailler dans la communauté de communes du Montmorillonnais. Ils s’ajoutent, sur la carte, aux 530 actifs faisant le chemin inverse. Les déplacements domicile-travail composent des systèmes interconnectés. C’est particulièrement le cas dans le nord-ouest de la région où les pôles d’emploi sont proches : en Charente, Charente-Maritime et Deux-Sèvres, mais aussi dans le sud des Landes, le Pays basque et le long de la Garonne. Les flux extérieurs à la région relient la métropole bordelaise à la région parisienne (environ 3 500 navetteurs par jour) et à l’agglomération toulousaine (environ 700 navetteurs). Les déplacements interrégionaux se caractérisent également par des échanges de proximité importants avec le sud de la Vendée et du Maineet-Loire, le nord du Lot, l’ouest du Tarn-et-Garonne et les Hautes-Pyrénées.

Définition : Un navetteur est une personne qui occupe un emploi et dont le lieu de travail ne se trouve pas sur le même EPCI que son lieu de résidence. A noter : Les flux représentés totalisent les flux entrants et sortants. Seuls les flux supérieurs à 500 déplacements dans les deux sens cumulés sont représentés.

1 

actif occupé sur 3 travaille dans un EPCI différent de son lieu de résidence en 2012


aGriculture Forêt, Pêche Aquaculture

A


A

Griculture Forêt, Pêche quaculture

exploitations agricoles

p. 124

Nombre d’exploitations agricoles du nombre d’exploitations agricoles p. 128 Orientation agricole dominante des communes p. 126 Evolution

Signes de qualité

p. 130 p. 132

Exploitations ayant un produit sous signes de qualité* Surface engagée en production biologique

Circuits courts

p. 134 Exploitations

commercialisant en circuit court (hors vin)

Industries agroalimentaires

p. 136

Emplois salariés des industries agroalimentaires

Forêt

p. 138

Principaux massifs forestiers

Pêche et aquaculture

p. 140

Productions et flotte de pêche

123


exploitations agricoles Nombre dâ&#x20AC;&#x2122;exploitations agricoles en 2010 par EPCI

124


125 Agriculture, forêt, pêche, aquaculture

1rerégion

La région Nouvelle-Aquitaine est la première région française et européenne pour la valeur de sa production agricole : 11 milliards d’euros (hors subventions) en 2013 (source et concept Eurostat). Les productions végétales, essentiellement les céréales et la vigne, en représentent 60 %.

française et européenne pour la valeur de sa production agricole et le nombre total d’exploitations

Avec 83 100 exploitations agricoles recensées en 2010, soit 16 % du total de la France métropolitaine, elle est la première région agricole de France et d’Europe en nombre total d’exploitations. Elle est également la première de France pour la superficie agricole utilisée (SAU) : 3,9 millions d’hectares, soit 45 % de la superficie du territoire régional.

Production agricole de

On compte en moyenne 330 exploitations par EPCI et 18 par commune (contre 13 au niveau national), qui se répartissent de façon plus ou moins dense sur le territoire régional. A la différence du massif forestier landais couvert par un tissu d’exploitations agricoles relativement faible, quelques espaces à forte vocation agricole se dessinent : la vallée de la Garonne, les grands bassins viticoles autour de Bordeaux et de Cognac, le Poitou, les contreforts du plateau de Millevaches et le territoire basco-béarnais. Les départements des Pyrénées-Atlantiques et de la Gironde concentrent le quart des exploitations de la région et présentent les superficies moyennes les plus faibles.

11

milliards d’euros (hors subventions) en 2013

83 100 exploitations agricoles en 2010

Exploitations agricoles et SAU moyenne par exploitation en 2010 Départements Pyrénées-Atlantiques Gironde Dordogne Charente-Maritime Lot-et-Garonne Charente Deux-Sèvres Landes Landes Corrèze Vienne Haute-Vienne Creuse Nouvelle-Aquitaine France métropolitaine Sources : AGRESTE, Recensement agricole, 2010 ; DRAAF Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, « Analyses et résultats n°2 », mai 2015

Nombre

Ha

11 900 9 400 8 700 7 400 7 200 6 500 6 400 5 800 5 800 5 200 5 200 4 800 4 600

27,6 25,7 35,7 58,4 39,4 56,5 69,9 36,5 36,5 44,0 91,9 60,5 68,9

83 100

47,0

490 000

55,0


exploitations agricoles  volution du nombre d’exploitations E agricoles E volution du nombre d'exploitations agricoles 2000-2010

par2000 E P C I en-Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes 2010 par EPCI Pays de la Loire

Centre Val-de-Loire

Auvergne Rhône-Alpes

Occitanie

Nombre d'exploitations par E PCI É volution 2000-2010 Inférieur à -33% De -33 à -27%

ESPAGNE 0

20

40 km

S ources : AG R E S T E , R ecens ement Agricole - 2010

126

De -27 à -21% De -21 à -15% Supérieur à -15%

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015 11/2015


127 Agriculture, forêt, pêche, aquaculture

47

hectares en moyenne par exploitation en 2010 contre 37 hectares en 2000

Entre 2000 et 2010, la région Nouvelle-Aquitaine a perdu près du quart de ses exploitations, soit environ 27 000 exploitations. Ces disparitions ont affecté l’ensemble du territoire régional même si, localement, quelques zones situées dans les Pyrénées-Atlantiques, en Creuse et en Gironde sont parvenues à maintenir, voire à accroître, le nombre de leurs exploitations.

Evolution du nombre d’exploitations agricoles entre 2000 et 2010 Départements

%

Creuse Pyrénées-Atlantiques Corrèze Lot-et-Garonne Deux-Sèvres Charente-Maritime

-19 -19 -21 -23 -25 -26

Départements

%

Gironde Haute-Vienne Landes Charente Dordogne Vienne

-26 -26 -26 -27 -29 -31

Nouvelle-Aquitaine

-25

France métropolitaine

-26

Source : Recensement agricole, AGRESTE, 2000 et 2010

Le nombre d’exploitations agricoles chute mais l’emprise de l’agriculture sur le territoire régional demeure prégnante. La superficie consacrée à l’agriculture n’a diminué dans la région que de 3,9 % entre 2000 et 2010. En effet, la taille des exploitations ne cesse de s’accroître. La superficie agricole utilisée (SAU) moyenne atteint 47 hectares en 2010 contre 37 hectares dix ans plus tôt. Elle demeure inférieure à la moyenne nationale (55 ha). Si le tissu agricole régional reste caractérisé par une majorité de petites exploitations (44 % des exploitations ont moins de 20 ha), la part des exploitations de plus de 100 hectares s’accroît (de 9 % à 15 % entre 2000 et 2010). Sur la période, le nombre d’exploitations de moins de 20 hectares a chuté de 31 % alors que celui des grandes exploitations a progressé de 28 %.

Répartition des exploitations selon la SAU en 2000 de 100 à moins de 200 ha 7 %

2 % 200 ha ou plus

de 50 à moins de 100 ha 18 %

48 %

Répartition des exploitations selon la SAU en 2010 de 100 à moins de 200 ha 12 %

3 % 200 ha ou plus 44 %

moins de 20 ha

moins de 20 ha

de 50 à moins de 100 ha 19 %

de 20 à moins de 50 ha 25 % moins de 20 ha de 20 à moins de 50 ha

de 100 à moins de 200 ha 200 ha ou plus de 50 à moins de 100 ha Source : Recensement agricole, AGRESTE, 2000 et 2010

de 20 à moins de 50 ha 22 % moins de 20 ha de 20 à moins de 50 ha de 50 à moins de 100 ha

de 100 à moins de 200 ha 200 ha ou plus

125 000 actifs

en 2012 malgré un recul depuis plusieurs années

Source : INSEE, RP 2012

1re

région française pour l’emploi agricole


exploitations agricoles Orientation agricole dominante des communes

en 2010 agricole dominante des communes en 2010 Orientation

en Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes Pays de la Loire

Centre Val-de-Loire

Auvergne Rhône-Alpes

Occitanie O rientation agricole dominante des communes

ESPAGNE 0

20

40 km

S ources : AG R E S T E , R ecens ement Agricole - 2010

128

Céréales et oléoprotéagineux (COP) Granivores mixtes Cultures générales (autres grandes cultures) Fruits et autres cultures permanentes Maraîchage, fleurs et horticulture diverse Viticulture (appellation et autre) Polyculture et polyélevage Bovins Ovins et autres herbivores Porcins et volailles Autres

© Région Nouvelle-Aquitaine - 08/2015 09/2015


129 Agriculture, forêt, pêche, aquaculture

La grande diversité des paysages, des terroirs et des climats de la région Nouvelle-Aquitaine génère une variété des cultures et productions agricoles que confirment les spécialisations diversifiées des territoires. Du Médoc au Bergeracois et en Charente, la viticulture domine, géographiquement concentrée autour des deux grands bassins viticoles de Bordeaux et de Cognac. 16 % des exploitations de la région ont une orientation viticole. Un quart des exploitations de la région a une orientation « grandes cultures ». Les cultures céréalières occupent une place très importante dans l’agriculture régionale, notamment en Poitou-Charentes où domine le blé tandis que la culture du maïs prédomine en Aquitaine, en particulier dans les Landes et le nord des Pyrénées-Atlantiques. La région est l’une des premières régions fruitières de France. Les fraises du Périgord et du Lot-et-Garonne, le kiwi de l’Adour, le pruneau d’Agen, les fruits de la vallée de la Garonne, la pomme du Limousin ou le melon charentais sont les productions phares de la filière régionale qui s’étend sur l’ensemble du territoire et plus particulièrement dans le département de Lot-et-Garonne. L’élevage concerne le plus grand nombre d’exploitations (54 %). Pour près des trois quarts de celles-ci, c’est l’activité principale ; les autres ont une orientation polyculture-polyélevage. L’activité bovins est particulièrement développée dans les importantes terres d’élevage du Limousin, dont elle constitue un élément fort de l’occupation du territoire, ainsi que de façon plus dispersée en Dordogne et dans les Pyrénées-Atlantiques. Souvent pratiquée en zone de montagne, l’activité ovine est particulièrement structurante dans les Pyrénées-Atlantiques, dans la Haute-Vienne et dans plusieurs cantons de Corrèze, des Deux- Sèvres et de la Vienne. Le cheptel laitier caprin est presque exclusivement localisé dans le nord de la région (Deux-Sèvres, Vienne) tandis que la « filière gras » est très présente dans les Landes et en Dordogne.

Orientation technico-économique des exploitations agricoles (OTEX) : une exploitation est spécialisée dans une orientation si la production brute standard (PBS) de la ou des productions concernées dépasse deux tiers du total. L’OTEX est une classification européenne.

16%

des exploitations de la région ont une orientation viticole

25%

des exploitations de la région ont une orientation « grandes cultures »

L’élevage concerne

54%

des exploitations


Signes de qualité Exploitations ayant un produit sous signes deproduit qualité* E xploitations ayant un s ous s igne de qualité* en 2010

paren c anton en Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes 2010 par EPCI Pays de la Loire

Centre Val-de-Loire

Auvergne Rhône-Alpes

Occitanie

Part des exploitations ayant un produit sous signe de qualité * Inférieur à 15% De 15 à 27% De 27 à 39% De 39 à 51%

ESPAGNE

Supérieur à 51% Donnée non disponible

0

130

20

40 km

S ources : AG R E S T E - 2010

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015 11/2015


131 Agriculture, forêt, pêche, aquaculture

Plus de

33 000 exploitations sous SIQO en 2010

L’agriculture de la région Nouvelle-Aquitaine est résolument tournée vers la qualité. En 2010, les productions sous signes de qualité ou d’origine (SIQO) concernent 40 % des exploitations contre 36 % en France métropolitaine. Plus de 33 000 exploitations ont ainsi au moins une production en Appellation d’origine contrôlée (AOC), en Identification géographique protégée (IGP), en Label rouge ou en agriculture biologique. Les signes de qualité se retrouvent de façon privilégiée dans les grands bassins viticoles de la région, autour de Cognac, de Jonzac et de Bordeaux ; ils concernent près de trois exploitations sur quatre en Gironde. Ils sont également très présents au sud et au nord-est de la région, dans les Landes, dans les Pyrénées-Atlantiques ainsi qu’en Corrèze où la présence des cultures fruitières et du veau sous la mère permet à 44 % des exploitations d’afficher un signe de qualité pour au moins un de leurs produits. En Haute-Vienne, les signes de qualité se sont développés dans l’activité dominante d’élevage ovin et bovin tandis qu’ils distinguent notamment le beurre Charentes-Poitou et le chabichou du Poitou en Charente, le fromage de brebis Ossau-Iraty et le piment d’Espelette dans les Pyrénées-Atlantiques.

40%

des exploitations contre 36 % en France métropolitaine

Exploitations ayant un produit sous signe d’identification de qualité ou d’origine en 2010 Départements

Nombre

%

Gironde Corrèze Charente-Maritime Charente Landes Haute-Vienne Lot-et-Garonne Pyrénées-Atlantiques Dordogne Deux-Sèvres Creuse Vienne

7 000 2 300 3 200 2 800 2 300 1 900 2 500 4 100 2 800 2 000 1 300 1 100

74 44 43 43 39 38 35 34 33 32 29 22

Nouvelle-Aquitaine

33 200

40

L’ensemble des filières est concerné par les signes de qualité, avec une prédominance des productions animales (viandes ovine, bovine, porcine, palmipèdes gras, produits laitiers, volailles maigres) et la présence affirmée de productions végétales emblématiques (pomme, noix, châtaigne, pruneau, kiwi, fraise, melon). Les produits sous signes d’identification de la qualité et de l’origine (hors vin) présents dans la région Chasselas de Moissac

Prune Reine-claude

Pomme du Limousin

Kiwi de l’Adour

Fraise Gariguette et Ciflorette ; Fraise du Périgord

Pruneau d'Agen

Melon du Haut-Poitou ; Melon du Quercy

Noix du Périgord

Haricot tarbais

Asperge des sables des Landes

Pomme de terre de l’île de Ré

Châtaigne Périgord Limousin

Ail blanc de Lomagne ; Ail rose de Lautrec

Piment d’Espelette

Fromages : Ossau-Iraty ; Rocamadour ; Cantal ; Sainte-Maure-de-Touraine ; Chabichou du Poitou ; Bleu d’Auvergne ; Comté tolosan ; Tomme des Pyrénées

Beurre Charentes Poitou ; Beurre des Deux-Sèvres

Huîtres Fine de Claire et Pousse en Claire Marennes Oléron

Truite du Pays basque

Jambon de Bayonne

Bœuf charolais ; Bœuf Limousin ; Bœuf de Bazas, de Chalosse, du Maine et d’Anjou, de Vendée ; Viande bovine parthenaise

Oie d’Anjou

Canard à foie gras du Sud-Ouest

Volailles fermières d'Auvergne ; Volailles des Landes, du Béarn, de Gascogne, de Challans, du Gers, de Cholet, de Vendée, du Berry, du Val de Sèvres ; Poulet du Périgord

Agneau de lait des Pyrénées ; Agneau de Pauillac, Limousin Baronet, du Périgord, du Poitou-Charentes, du Quercy ; Agneau le Diamandin

Porc du Limousin ; Porc de Vendée

Veau fermier élevé sous la mère ; Veau du Limousin

Source : Institut national de l’origine et de la qualité 2015 LES SIGNES D’IDENTIFICATION DE LA QUALITÉ ET DE L’ORIGINE L’Appellation d’origine contrôlée (AOC) désigne un produit dont toutes les étapes de fabrication (la production, la transformation et l’élaboration) sont réalisées selon un savoir-faire reconnu dans une même zone géographique, qui donne ses caractéristiques au produit. L’Appellation d’origine protégée (AOP) est l’équivalent européen de l’AOC. L’Indication géographique protégée (IGP) désigne un produit dont les caractéristiques sont liées au lieu géographique dans lequel se déroule au moins sa production ou sa transformation selon des conditions bien déterminées. C’est un signe européen qui protège le nom du produit dans toute l’Union européenne. Le Label rouge est un signe français qui désigne des produits qui, par leurs conditions de production ou de fabrication, ont un niveau de qualité supérieure par rapport aux autres produits similaires. L’agriculture biologique est un mode de culture basé sur le respect des équilibres naturels, qui exclut l’usage des produits chimiques de synthèse, des OGM et limite l’emploi d’intrants.


signes de qualité Surface engagée en production biologique

(AB et en c onvers ion) en 2014 (AB etenenproduction conversion) par département S urface engagée biologique par département, en Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes

en 2014

Pays de la Loire

Centre Val-de-Loire

Auvergne Rhône-Alpes

Occitanie

ESPAGNE 0

20

40 km

S ources : Agence Bio 2014

132

P art de S A U engagée en production biologique (A B ou en convers ion) Moins de De 2 à De 3 à De 4 à Plus de

2% 3% 4% 5% 5%

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015 11/2015


133 Agriculture, forêt, pêche, aquaculture

En 2014, près de

En Nouvelle-Aquitaine, en 2014, près de 140 000 hectares sont cultivés selon le mode biologique (surfaces certifiées et en conversion), ce qui représente 12 % des surfaces bio cultivées en France. 3,6 % de la superficie agricole utilisée (SAU) régionale est en production biologique. Cette proportion est légèrement inférieure à la moyenne nationale (4,1 %).

140 000 hectares

cultivés selon le mode biologique

L’agriculture biologique est très développée dans le centre de la région. Le Lot-et-Garonne, la Gironde, la Dordogne et la Haute-Vienne sont au premier plan : la part de SAU engagée dans la production biologique y atteint 5 % à 6,5 % et les quatre départements concentrent près de la moitié des surfaces bio de la région. L’agriculture biologique est relativement moins développée dans le sud de la région (Pyrénées-Atlantiques, Landes) ainsi qu’en Charente-Maritime où elle représente environ 2 % de la SAU.

Le nombre d’exploitations bio

a plus que doublé entre 2000 et 2010

SAU engagée en production biologique en 2014 Départements Dordogne Lot-et-Garonne Gironde Haute-Vienne Vienne Deux-Sèvres

Ha

Départements

18 900 18 200 14 900 14 700 14 500 13 100

Creuse Charente Charente-Maritime Pyrénées-Atlantiques Corrèze Landes

Nouvelle-Aquitaine

Ha 10 600 9 000 7 700 7 000 6 200 4 800 139 500

Source : Agence Bio, 2014

L’agriculture biologique occupe une place de plus en plus importante. Dans la région, le nombre d’exploitations bio a plus que doublé entre 2000 et 2010, comme la SAU bio, passée de 51 000 hectares à plus de 130 000 hectares en dix ans. Cette progression, après s’être accélérée entre 2008 et 2010, s’est poursuivie à un rythme moindre, de 8 %, entre 2012 et 2014.

Evolution du nombre d’exploitations et des surfaces engagées en agriculture biologique entre 2006 et 2014 160000

4500

140000

4000 3500

120000

3000

100000

2500

80000

2000

60000

1500

40000

1000

20000

500

0

2006

2008

2010

2012

2014

Surface engagée en production biologique (en ha) Nombre d'exploitations concernées

Source : Agence Bio 2006-2014

0


Circuits courts  xploitations commercialisant en circuit E court (hors vin) ant en circuit court (hors vin) en 2010 E xploitations commercialis

paren c anton en Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes 2010 par canton Pays de la Loire

Centre Val-de-Loire

Auvergne Rhône-Alpes

Occitanie

P art des exploitations commercialis ant en circuit court (hors vin) Inférieur à 5% De 5 à 10% De 10 à 15% De 15 à 20%

ESPAGNE 0

20

40 km

Supérieur à 20% Donnée non disponible

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015 11/2015

134

S ources : AG R E S T E - 2010


135 Agriculture, forêt, pêche, aquaculture

Plus de

10 000

Plus de 10 000 exploitations agricoles de la Nouvelle-Aquitaine, soit 12 % des exploitations, pratiquent les circuits courts (hors viticulture), en commercialisant tout ou partie de leurs productions en vente directe ou indirecte (avec un seul intermédiaire). Ce mode de commercialisation s’intensifie dans le sud de la région. Près de 45 % des exploitations concernées se concentrent dans les Pyrénées-Atlantiques, en Dordogne et en Lot-et-Garonne. En Lot-et-Garonne, en Dordogne et dans les Landes, c’est plus d’une exploitation sur six qui pratique les circuits courts.

exploitations agricoles pratiquent les circuits courts (hors viticulture)

Exploitations commercialisant en circuit court en 2010 Départements Lot-et-Garonne Dordogne Landes Pyrénées-Atlantiques Charente-Maritime Corrèze Haute-Vienne Charente Deux-Sèvres Vienne Gironde Creuse

Nombre

%

1 300 1 500 900 1 600 1 000 600 500 600 600 500 600 300

18 17 16 14 13 11 11 10 10 9 7 7

Nouvelle-Aquitaine

10 100

12

France métropolitaine

67 000

14

Source : AGRESTE, Recensement agricole, 2010

La forte présence de la filière ovine dans les Pyrénées-Atlantiques oriente la vente en circuit court notamment vers les produits laitiers. Dans le Lot-et-Garonne, les Landes et en Dordogne, les produits avicoles (œufs, volaille) sont fortement concernés. Les exploitations spécialisées en maraîchage ou culture fruitière ont également assez souvent recours aux circuits courts, notamment en Lot-et-Garonne à la forte production fruitière et légumière. Les grandes terres d’élevage de la région situées en Haute-Vienne, Creuse, Deux-Sèvres ou Corrèze apparaissent plus en retrait, les contraintes en termes de transformation et de conservation pouvant limiter la commercialisation des produits animaux en circuits courts. Moins de 7 % des exploitations agricoles de la Creuse pratiquent ce mode de distribution. A noter : Les circuits courts sont très présents dans la viticulture. La non prise en compte des entreprises viticoles dans le champ statistique retenu explique le faible positionnement des grands bassins viticoles de la région. Ainsi, seules 7 % des exploitations non viticoles de Gironde sont concernées.

Selon la recommandation du Ministère de l’agriculture, les circuits courts se définissent comme des circuits de distribution impliquant au maximum un seul intermédiaire entre le producteur et le consommateur. Le champ retenu ici se limite aux produits de l’exploitation et destinés à l’alimentation humaine, hors vins.


Industries agroalimentaires Emplois salariés des industries agroalimentaires Emplois salariés des industries agroalimentaires en 2012

paren EPCI2012 en Aquitaine par- Limousin EPCI - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Centre Val-de-Loire

Auvergne Rhône-Alpes

Emplois salariés des industries agroalimentaires 5.000

Occitanie 2.000 1.000

ESPAGNE 0

20

500 200

40 km Sous-Préfécture Zone d'emploi

136

Sources : Insee, CLAP 2012 ; DGCL, EPCI au 1er janvier 2015

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015 11/2015


137 Agriculture, forêt, pêche, aquaculture

Les industries agroalimentaires de la région Nouvelle-Aquitaine emploient près de 54 000 salariés, soit 9,8 % de l’effectif national du secteur en 2013. Le poids de ce secteur dans l’industrie de la région est supérieur à la moyenne nationale : un emploi industriel sur cinq (20 %) dépend de l’agroalimentaire, contre 16 % des emplois industriels en France métropolitaine.

54 000 salariés

dans les industries agroalimentaires en 2013

Les activités agroalimentaires sont présentes sur l’ensemble du territoire régional. L’implantation de ces industries au plus près des lieux de production assure une présence du secteur dans des zones éloignées des grands pôles urbains. Principale filière agroalimentaire de la région, l’industrie des viandes concentre une importante partie de son activité dans le Limousin et le nord des Deux-Sèvres. La présence de l’industrie laitière est également très importante, en Creuse, en Dordogne et dans les zones de Poitiers et de La Rochelle notamment. La fabrication de boissons occupe une place siPrincipaux établissements* des industries agroalimentaires en 2012. Principaux établissements* des industries agroalimentaires en 2012 gnificative dans quelques territoires spécialisés, en * 100 salariés et plus en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes * 100 salariés et plus Charente et en Gironde notamment : elle concerne 80 % des effectifs salariés de l’agroalimentaire de la Pays de la Loire Centre zone d’emploi de Cognac. Val-de-Loire

La région compte un pôle de compétitivité, Agri Sud-ouest Innovation, en partenariat avec la région Languedoc-Roussillon - Midi-Pyrénées, un Centre régional d’innovation et de transfert de technologie agro-alimentaire, trois Centres de ressources technologiques (Agir, Agrotec et Iterg), un Pôle aliments et santé, un Centre de valorisation agro-ressources et un Centre d’innovation pour les biotechnologies et les industries agro-alimentaires.

Auvergne Rhône-Alpes

Occitanie Localisation des établissements des industries agroalimentaires de 100 salariés et plus par tranche d'effectif salarié

De 100 à 199 salariés

ESPAGNE 0

20

De 200 à 399 salariés 500 salariés et plus

40 km

© Région Nouvelle-Aquitaine - 10/2015 09/2015 Sources : Insee, CLAP 2012


Forêt Principaux massifs forestiers

en 2012massifs forestiers en 2012 Principaux

en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Centre Val-de-Loire

Auvergne Rhône-Alpes

Occitanie

Typologie des massifs forestiers (CORINE Land Cover - 2012) Forêts de feuillus Forêts de conifères

ESPAGNE 0

138

20

Forêts mélangées Forêts Forêt et végétation arbustive en mutation

40 km

Sources : ©Agence Européenne de l’Environnement, SOeS, CORINE Land Cover 2012

© Région Nouvelle-Aquitaine - 12/2015 09/2015


139 Agriculture, forêt, pêche, aquaculture

Massif forestier le plus vaste de France :

La Nouvelle-Aquitaine est la région qui dispose du massif forestier le plus vaste de France, devant Auvergne – Rhône-Alpes et LanguedocRoussillon – Midi-Pyrénées. S’étendant sur plus de 2,8 millions d’hectares, la forêt représente 17 % de la surface boisée nationale et couvre un tiers du territoire régional. Elle est constituée à 90 % de propriétés privées. La région est aussi la première pour les volumes récoltés : 9,7 millions de m3 de bois chaque année. 72 % des récoltes sont issues de forêts gérées durablement, contre 51 % au niveau national.

2,8

millions d’hectares

1re

région française pour le volume de bois récolté : 9,7 millions de m3 par an

L’ensemble du territoire n’est pas équitablement boisé ; le taux de boisement varie de 8 % dans les Deux-Sèvres à plus de 60 % dans les Landes, l’un des départements les plus boisés de France. Départements Landes Gironde Dordogne Corrèze Pyrénées-Atlantiques Creuse Haute-Vienne Lot-et-Garonne Charente Vienne Charente-Maritime Deux-Sèvres Nouvelle-Aquitaine Source : Inventaire forestier national, 2009-2013

La région se caractérise par une grande diversité d’essences et de peuplements, avec une prédominance des feuillus (chêne, châtaignier et hêtre constituent 62 % de la forêt de la région) mais aussi une forte présence de résineux (pin maritime, sapin et douglas occupent 38 % du territoire forestier régional). Quatre grandes zones se distinguent : - les Landes de Gascogne, le plus grand massif forestier d’Europe, qui s’étendent sur la Gironde, les Landes et le Lot-et-Garonne, sont essentiellement boisées de pin maritime ; - les plateaux du Haut Limousin sont surtout couverts de feuillus, mais l’essentiel de la ressource en douglas et des peuplements de sapin/ épicéa régionaux s’y concentre également ; - les peuplements feuillus prédominent dans la Vienne, la Charente, la Dordogne et les Pyrénées-Atlantiques et dans les zones de faible altitude de Corrèze, de Creuse et de Haute-Vienne ; - les plaines alluviales des Deux-Sèvres, des Charentes et de Lot-etGaronne abritent d’importantes peupleraies. Source : AGRESTE Nouvelle-Aquitaine, Analyses et résultats n°4, mai 2015

Surface forestière (en Mha)

Taux de boisement (en %)

568 494 407 251 238 164 158 129 131 127 111 50

61 49 44 43 31 29 28 24 22 18 16 8

2 828

33


Pêche et aquaculture Productions et flotte de pêche

en 2012 et flotte de pêche en 2012 Productions

en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes P ays de la L oire

P ays de la L oire

Navires de pêche selon le genre de pêche 140

Pêche et aquaculture

70

Port(s) de pêche 14

Criée

ESPAGNE 0

20

40 km

Ostréiculture Mytiliculture Pisciculture

140

Sources : Insee, DIRM - 2012

ESPAGNE Grande pêche Pêche au large Pêche cotière Petite pêche Conchyliculture et petite pêche

© Région Nouvelle-Aquitaine* - 10/2015 09/2015 * Signature provisoire : le nom de la Région sera fixé par décret en Conseil d’État avant le 1er octobre 2016 suite à l’avis du Conseil régional.


141 Agriculture, forêt, pêche, aquaculture

La pêche et les cultures marines occupent une place importante dans l’identité et l’économie de la région Nouvelle-Aquitaine. La façade sud-atlantique, longue de 720 km, génère une forte activité conchylicole qui regroupe principalement la production d’huîtres (32 % de la production nationale) et de moules. La région comprend 2 bassins conchylicoles majeurs : Marennes-Oléron, premier centre de captage de naissains français et premier centre français de production et d’expédition d’huîtres, et Arcachon, premier centre producteur de naissain naturel d’huîtres creuses au niveau national. Située au nord de la Charente-Maritime, la baie de l’Aiguillon figure parmi les sites mytilicoles les plus réputés au monde.

32%

de la production nationale d’huîtres

24 000 tonnes

Avec environ 80 entreprises réparties sur le territoire régional, la pisciculture, notamment continentale (salmonidés, caviar), est une activité importante dans la région. La pisciculture marine se concentre quant à elle sur quatre sites de production principaux : Le Verdon-sur-Mer, Tarnos/ Anglet, Ile-de-Ré, Ile d’Oléron.

La flotte de pêche de la région compte près de 500 navires fin 2012, soit 8 % de la flotte nationale. La petite pêche constitue le genre de navigation dominant (70 % des navires de pêche). Mais une importante activité de pêche au large se concentre sur le port de Bayonne. En 2014, 24 000 tonnes de poissons, crustacés, coquillages et autres produits de la mer ont été pêchées et débarquées par les navires dans la région pour une valeur totale de 91 millions d’euros. La production de pêche représente 12 % de l’apport en tonnes de la production nationale et 15 % du chiffre d’affaires national. Saint-Jean-de-Luz et Oléron sont les halles à marée les plus importantes : elles concentrent les deux tiers des quantités vendues dans la région.

de poissons, crustacés, coquillages et autres produits de la mer pêchées et débarquées en 2014

Vente des pêches maritimes par département en 2014 12000

60000

10000

50000

8000

40000

6000

30000

4000

20000

2000

10000

0

Gironde Pyrénées- CharenteAtlantiques Maritime Quantité vendue (en tonnes)

0

Gironde Pyrénées- CharenteAtlantiques Maritime Valeur des ventes (en milliers d’euros)

Source : France AgriMer, Données de ventes déclarées en halles à marée, juin 2015


tourisme


T

ourisme

sites touristiques

p. 144

p. 146

Communes et territoires classés ou labellisés Principaux lieux de visite et équipements de loisirs

hebergement touristique

p. 148

Offre d'hébergement touristique marchand* p. 150 Volume de nuitées dans les hôtels et campings

143


sites touristiques Communes et territoires classés ou labellisés

Communes en 2016 et territoires classés ou labellisés

en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

Centre Val-de-Loire

Auvergne Rhône-Alpes*

Communes et territoires classés ou labellisés Patrimoine mondial de l'UNESCO

Villes et Pays d'art et d'histoire

Occitanie* Plus Beaux Détours de France

Plus Beaux Villages de France

Petites cités de caractère

ESPAGNE 0

20

40 km

Parc Naturel Régional

Sources : - UNESCO - Centre du patrimoine mondial 2014 - Villes et pays d'art et d'histoire - Ministère de la Culture et de la Communication 2014 - Associations "Plus beaux détours de France", "Plus beaux villages de France" et "Petites cités de caractère en Poitou-Charentes" 2015

Parc Naturel Régional en projet Parc national des Pyrénées

© Région Nouvelle-Aquitaine* - 12/2015 09/2015

* Signature provisoire : le nom de la Région sera fixé par décret en Conseil d’État avant le 1er octobre 2016 suite à l’avis du Conseil régional.

144


145

Tourisme

Riche d’un patrimoine naturel, culturel, historique et architectural important, la région Nouvelle-Aquitaine exerce une forte attraction touristique. Le littoral atlantique, qui s’étire sur 720 km de la côte charentaise au Pays-Basque en passant par le Bassin d’Arcachon et quatre îles (Ré, Oléron, Aix et Madame), représente une destination touristique majeure où se déploie une grande variété de sites et d’activités.

720 km de littoral

Sur tout le territoire régional, des sites naturels d’exception concourent à l’attractivité de la région : le Parc national des Pyrénées, les Parcs naturels régionaux (Landes de Gascogne, Périgord Limousin, Millevaches en Limousin, Marais poitevin, Médoc – en projet), la Dune du Pilat, les vignobles de Bordeaux et de Cognac, l’estuaire de la Gironde, les vallées de la Dordogne, la Vézère, la Charente, la Vienne et la Sèvre niortaise… La région abrite un patrimoine historique et architectural de premier plan : abbayes sur la route de Compostelle, bastides du Moyen-Age, patrimoine roman dans l’aire de Poitiers, ensemble architectural des XVIIe et XVIIIe siècles à Bordeaux, le 1er d’Europe, sites préhistoriques et châteaux en Périgord et Limousin, etc. Sept sites sont classés au patrimoine mondial de l’UNESCO : Bordeaux Port de la Lune, les sites préhistoriques et grottes ornées de la Vallée de la Vézère (14 sites), la Juridiction de Saint-Émilion, l’abbatiale de SaintSavin sur Gartempe, les fortifications de Vauban de l’ensemble du verrou de l’estuaire – citadelle de Blaye, Cussac-Fort-Médoc, Fort-Pâté – et de Saint-Martin-de-Ré, les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Par ailleurs, le bassin de la Dordogne est classé réserve mondiale de biosphère UNESCO ; la tapisserie d’Aubusson et les ostensions septennales limousines sont quant à elles inscrites sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. La région compte enfin 27 « Villes et pays d’art et d’histoire », 28 « plus beaux villages de France » et 10 « plus beaux détours de France » que l’on retrouve de façon privilégiée en Dordogne mais aussi en CharenteMaritime, en Corrèze et dans les Pyrénées-Atlantiques. 13 « petites cités de caractère » maillent le nord-ouest de la région.

7 sites

classés

au patrimoine mondial de l’Unesco


sites touristiques Principaux lieux de visite et ĂŠquipements de loisirs en 2015

146


147

Tourisme

Une offre d’activités culturelles et récréatives diversifiée renforce l’attrait touristique de la région Nouvelle-Aquitaine, avec un nombre important de musées, lieux de visite et parcs de loisirs. Les sites et équipements de loisirs les plus visités (plus de 100 000 entrées par an) sont notamment le Futuroscope de Poitiers (1,6 million d’entrées en 2014), l’Aquarium de La Rochelle (800 000 entrées), le zoo de la Palmyre, la Cité internationale de la bande-dessinée d’Angoulême, la Cité de la Céramique de Limoges, le train touristique de la Rhune, le parc Walibi d’Agen, les musées de Bordeaux… Des équipements importants ouvriront prochainement leurs portes : la Cité internationale de la tapisserie d’Aubusson, le Centre international de l’art pariétal de Montignac-Lascaux et la Cité du vin à Bordeaux. L’offre d’équipements de loisirs est composée d’un nombre important de golfs, répartis sur l’ensemble du territoire, de centres de thalassothérapie sur le littoral atlantique et de stations thermales, en particulier dans les Landes, premier département thermal de France par la fréquentation. Les Pyrénées-Atlantiques comptent six stations de ski, la Corrèze deux et la Creuse une. Un vaste réseau d’itinéraires cyclables maille le territoire régional et favorise le tourisme de nature. La région est traversée du nord au sud par deux EuroVéloroutes (itinéraires européens) : la Vélodyssée (474 km entièrement ouverts), qui longe la façade maritime atlantique de La Rochelle à Hendaye, et la Scanibérique (815 km dont 360 km ouverts) qui aborde la nouvelle région à la hauteur de Châtellerault pour la quitter à la frontière espagnole. Ces 2 itinéraires sont des tronçons d’un réseau européen reliant la Norvège au Portugal, du Cap Nord à Sagres (Vélodyssée) et de Trondheim à Saint-Jacques-de-Compostelle (Scanibérique). La région compte également 1 610 km de voies nationales et régionales, parfois communes avec les tronçons européens et réparties en une dizaine d’itinéraires : 700 km sont déjà ouverts à la circulation des vélos. Il convient d’ajouter à ces grands axes les nombreuses pistes cyclables qui ont été mises en œuvre par les départements, intercommunalités… ou qui sont inscrites dans les trois schémas régionaux véloroutes et voies vertes.


hebergement touristique Offre d'hébergement touristique marchand*

au 1d'hébergement janvier 2015touris par EPCI Offre tique marchand*au 1 er janvier 2015 er

par E P C I en Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes

* hôtels , c ampings , rés idences de touris me et villages de vacances

Pays de la Loire

Centre Val-de-Loire

  

 

           

            ESPAGNE 0

148

20

40 km

S ources : - Bdd régionales S IR T AQ UI / O R T (2015) et S YR IT / O R T (2015) - C R T Limous in / O R T L (2015)

   

Occitanie

Auvergne Rhône-Alpes

O ffre d'hébergement touris tique en hôtels , campings , rés idences de touris me et villages de vacances au 1 er janvier 2015

     

50.000 lits

25.000 lits

10.000 lits 5.000 lits 2.500 lits 1.000 lits

© Région Nouvelle-Aquitaine - 12/2015 09/2015


149

Tourisme

3800

En 2015, la région Nouvelle-Aquitaine propose un parc d’hébergement touristique marchand (hôtels, campings, résidences de tourisme et villages de vacances) de près de 3 800 établissements, d’une capacité totale de 732 000 lits.

L’offre d’hébergement touristique marchand est marquée par la prédominance des campings avec une capacité de 511 000 lits (pour 1 420 établissements). 1 990 hôtels offrent quant à eux plus de 112 000 lits. Les résidences de tourisme et villages de vacances (375 établissements) présentent une capacité de 108 000 lits.

hôtels, campings, résidences de tourisme et villages de vacances.

Capacité en lits offerte par catégorie d'hébergement au 1er janvier 2015 600000 500000 400000 300000 200000

Les capacités d’hébergement les plus importantes de la région se situent sur le littoral du fait de sa forte attractivité touristique, plus particulièrement en Charente-Maritime, puis en Gironde et dans les Landes. Ces trois départements concentrent près des deux tiers de la capacité régionale en lits avec 1 700 établissements et 460 000 lits, principalement dans les communes littorales et le centre thermal de Dax. Les stations balnéaires de Biscarrosse (Landes) et des Mathes-la-Palmyre (CharenteMaritime) comptent chacune plus de 22 000 lits. Dans les terres, quelques pôles se distinguent par un fort niveau d’hébergement. La Dordogne totalise 11 % des lits de la région ; l’offre d’hébergement apparaît particulièrement dense dans le Périgord noir, au sud-est du département, autour de Sarlat-la-Canéda. Les grands pôles urbains, favorables au tourisme d’affaires notamment, disposent également d’un important parc d’hébergement touristique : celui-ci est particulièrement développé dans les agglomérations de Bordeaux (26 000 lits), La Rochelle (13 500), Poitiers (7 000) et Limoges (5 500).

Hébergement touristique marchand : hébergement qui implique une transaction commerciale et financière, ce qui exclut les résidences secondaires. La carte présente les hôtels, campings, résidences de tourisme et villages de vacances. A noter : parmi les hébergements touristiques marchands, ne sont pas pris en compte les meublés de tourisme, centres de vacances et chambres d’hôtes.

100000 0

Camping

Hotels

Résidences Villages de tourisme de vacances

Source : Bdd régionales SIRTAQUI/ORT SYRIT/ORT, CRT Limousin/ORT 2015


hebergement touristique Volume de nuitées dans les hôtels et campings

en 2015 département V olume de par nuitées dans les hôtels et campings en 2015

par département en Aquitaine - L imous in - P oitou-C harentes Pays de la Loire

Centre Val-de-Loire

Auvergne Rhône-Alpes

Occitanie Nombre de nuitées en 2015 s elon le type d'hébergement 5 000 000

2 500 000 Nb total de nuitées 500 000

ESPAGNE 0

150

20

40 km

S ources : - INS E E DG E - P artenaires régionaux C R T / O R T / C DT 2015

Hôtel Camping

© Région Nouvelle-Aquitaine - 03/2016 09/2015


151

Tourisme

Avec plus de 39 millions de nuitées en 2015, la région Nouvelle-Aquitaine est la 3e région française pour la fréquentation touristique, après l’Ilede-France - Languedoc-Roussillon - Midi-Pyrénées. La clientèle étrangère représente 23 % des nuitées contre 35 % en France métropolitaine. Les trois quarts de la fréquentation des hôtels et campings se concentrent dans les quatre départements littoraux qui totalisent près de 29 millions de nuitées. Du nord au sud, le pays royannais, la côte médocaine, la côte landaise et le littoral basque sont les zones touristiques les plus fréquentées. Bordeaux l’est également : 20 % des nuitées des hôtels de la région sont enregistrées dans son unité urbaine. Dans les terres, le département de la Dordogne affiche aussi un important volume de fréquentation, avec 4 millions de nuitées en hôtel et camping. La fréquentation touristique de la Vienne, tirée par le parc du Futuroscope, dépasse les 2 millions de nuitées. Dans les autres départements, le nombre de nuitées n’atteint pas le million. Avec plus de 23 millions de nuitées en 2015, l’hôtellerie de plein air prédomine dans la région. La part des nuitées en camping est particulièrement élevée dans les départements du littoral et en Dordogne. Au nord et à l’est de la région ainsi que dans les Pyrénées-Atlantiques, la fréquentation hôtelière prévaut sur l’hôtellerie de plein air. Les hôtels de la région totalisent plus de 15 millions de nuitées, essentiellement en zone urbaine et sur le littoral.

39

millions de nuitées en 2015.

3e région française pour la fréquentation touristique

5e région

pour la consommation touristique : 12 milliards d’euros en 2011

En 2011, 103 000 emplois sont liés au tourisme dans la région. Les 27 millions de touristes français et étrangers qui y ont séjourné ont dépensé 12 milliards d’euros à des fins de loisirs ou d’affaires, soit 8 % de la consommation touristique de France métropolitaine. La consommation touristique intérieure place la Nouvelle-Aquitaine au 5e rang des régions françaises (source : Insee 2011).

Nuitée : nombre total de nuits passées par les clients dans un établissement d’hébergement touristique. Deux personnes séjournant trois nuits dans un hôtel comptent ainsi pour six nuitées de même que six personnes ne séjournant qu’une nuit.


eNvironnement ĂŠnergie


E

 Vironnement N energie

Patrimoine naturel

p. 154 Zones

d'inventaire du patrimoine naturel p. 156 Espaces protégés par voie contractuelle p. 158 Espaces protégés par voie réglementaire p. 160 Espaces gérés par les conservatoires d’espaces naturels et du littoral

eau

p. 162 Grands

bassins versants d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) p. 166 Etat global des masses d'eau superficielles p. 168 Classement écologique des cours d'eau p. 170 Prélèvements en eau et zones de répartition des eaux p. 164 Schémas

air-énergie-déchets

p. 172 Émissions

de gaz à effet de serre par secteur p. 174 Emissions de dioxyde de carbone (CO2)

153

p. 176 Consommation p. 178 Chaufferies

industrielles

d'électricité et de gaz bois collectives et

p. 180 Localisation

des unités de méthanisation p. 182 Puissance totale des installations de production d'electricité renouvelable p. 184 Emissions de particules fines (PM10) p. 186 Déchets ménagers et assimilés collectés p. 188 Installations de traitement des déchets p. 190 Territoires à énergie positive pour la croissance verte

RISQUES NATURELS

p. 192 Gestion

des risques inondations p. 194 Aléa retrait-gonflement des sols argileux p. 196 Arrêtés de catastrophes naturelles


Patrimoine naturel Zones d'inventaire du patrimoine naturel

2015 Zones d'inventaire du patrimoine naturel - 2015 Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

"

Bressuire

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Pays de la Loire

Châtellerault "

Centre Val-de-Loire

Parthenay "

"

Poitiers Montmorillon "

"

Niort

"

La Rochelle

"

Guéret

"

Bellac

Rochefort

"

"

Saintes

St-Jeand'Angély

"

Confolens

"

Rochechouart " "

Cognac "

"

Aubusson

Limoges

"

"

Angoulême Ussel

"

Jonzac

Nontron

"

"

LesparreMédoc

OCEAN ATLANTIQUE

"

"

Périgueux "

Blaye

Tulle

Brivela-Gaillarde "

" "

"

Libourne

Bergerac

Bordeaux

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlat- " la-Canéda

"

Arcachon "

Langon "

Marmande Villeneuve/Lot "

" "

"

Mont-deMarsan

Dax

Agen

Nérac

Occitanie

"

Bayonne

"

OloronSte-Marie

"

Pau

"

Inventaires biologiques Zone Naturelle d'Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique Type 1

ESPAGNE 0

154

20

40 km

Sources : MNHM - INPN DREAL Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes (2015) Conception : ORE Poitou-Charentes

Type 2 Zone d'Importance pour la Conservation des Oiseaux - ZICO

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


155

Environnement énergie

L’inventaire des Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) La région Nouvelle-Aquitaine compte 1,26 millions d’hectares recensés à l’inventaire des ZNIEFF en milieu terrestre, ce qui représente 15 % de son territoire ; sur le plan national, cette proportion est de 29,5 %. Ces espaces sont concentrés dans la zone pyrénéenne et dans un quart nord-ouest allant du Poitou à l’estuaire de la Gironde en passant par le Marais Poitevin et la façade atlantique, se prolongeant sur la côte Aquitaine jusqu’au bassin d’Arcachon. Le plateau de Millevaches et les environs de Sarlat ainsi que de nombreuses vallées sur l’ensemble du territoire sont également classés en ZNIEFF. Ces zones sont, comme au niveau national, principalement classées en type II : « grands ensembles naturels riches et peu modifiés offrant des potentialités biologiques importantes ».

Les ZNIEFF représentent

15% du territoire

Un tiers des ZNIEFF en milieu maritime, au niveau national, se situe dans le domaine marin de la région. L’inventaire des Zones Importantes pour la Conservation des Oiseaux (ZICO) La région Nouvelle-Aquitaine compte 52 ZICO, représentant 410 000 ha en milieu terrestre soit 4,9 % de son territoire et 60 000 ha en milieu maritime.

Les ZICO représentent

5%

du territoire

Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique Les ZNIEFF sont de deux types : • les ZNIEFF de type I : secteurs de grand intérêt biologique ou écologique ; • les ZNIEFF de type II : grands ensembles naturels riches et peu modifiés, offrant des potentialités biologiques importantes. Zones Importantes pour la Conservation des Oiseaux (ZICO) En application de la Directive du Conseil des Communautés européennes 79/409/CEE du 2 avril 1979, dite Directive Oiseaux, un inventaire des ZICO a été réalisé en 1992. Cet inventaire recense les zones les plus importantes pour la conservation des oiseaux de l’annexe 1 de la Directive, ainsi que les sites d’accueil d’oiseaux migrateurs d’importance internationale. Cet inventaire permet la désignation de ZPS (Zones de Protection Spéciales) qui sont des zones préservées pour les oiseaux.


Patrimoine naturel Espaces protégés par voie contractuelle 2015

Centre Val-de-Loire

Auvergne Rhône-Alpes

Occitanie

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015

156


157

Environnement énergie

Protections issues de conventions internationales pour les zones humides et la biosphère La région Nouvelle-Aquitaine compte trois sites d’importance internationale au titre de la convention relative aux zones humides (site RAMSAR) parmi les 32 présents en France métropolitaine, représentant une superficie totale de 10 679 ha : - Secteur du delta de la Leyre (au niveau du Bassin d’Arcachon), - Marais d’Orx et zones humides associées (au nord de Bayonne), - Marais du Fiers d’Ars (dans l’Île de Ré).

29%

des zones NATURA 2000 maritimes françaises

Elle compte également une réserve de biosphère (programme de l’UNESCO sur l’homme et la biosphère) sur les 11 présentes en France métropolitaine : la réserve de biosphère du bassin de la Dordogne d’une superficie de 24 000 km². Protections issues d’engagements européens : les zones Natura 2000 13,6 % de la superficie de la région est classée en zones Natura 2000 en secteur terrestre, taux légèrement inférieur à la moyenne nationale. La région compte également une part importante (29 %) des zones Natura 2000 en secteur maritime au niveau national.

Superficie (ha)

Nombre de sites

Terrestre

Maritime

"ZPS au titre de la Directive « Oiseaux »» "ZSC au titre de la Directive « Habitats »»

56

513 236

1 172 673

223

625 053

614 765

TOTAL

279

1 138 289

1 787 438

Sources : MNHM - INPN MEDDE ( 2015 )

Protections issues d’engagements nationaux ou régionaux La région dispose en 2015 de 4 Parcs Naturels Régionaux (PNR) parmi les 51 présents en France métropolitaine auxquels s’ajoute le PNR du Médoc en projet : - Marais-Poitevin, - Périgord-Limousin, - Millevaches en Limousin, - Landes de Gascogne. et de 2 Parcs Naturels Marins (PNM) parmi les 5 présents en France métropolitaine. Remarque : Le parc national des Pyrénées présenté ici aux côtés des parcs naturels régionaux relève de la protection réglementaire. (cf. page suivante) Natura 2000 : L’Union Européenne met en place depuis 1992 un réseau de sites écologiques dénommé Natura 2000, destiné à préserver la diversité biologique en Europe tout en valorisant les territoires. Ce réseau Natura 2000 représente un ensemble de sites naturels terrestres et marins, identifiés pour la rareté ou la fragilité des espèces sauvages, animales ou végétales, et de leurs habitats. Il est constitué de Zones de Protection Spéciale (ZPS) au titre de la Directive Oiseaux et de Zones Spéciales de Conservation (ZSC) au titre de la Directive Habitats. Les ZPS ont pour but de protéger les habitats permettant : - la survie et la reproduction des oiseaux sauvages rares ou menacés, - les aires de mue, d’hivernage, de reproduction, -d  es zones de relais de migration pour l’ensemble des espèces migratrices. Les ZSC concernent les habitats naturels d’intérêt communautaire ou bien les habitats qui abritent des espèces d’intérêt communautaire, et les éléments de paysage essentiels à la migration, à la distribution géographique et au brassage génétique d’espèces sauvages. Parcs Naturels Régionaux (PNR) Les PNR ont pour but de valoriser de vastes espaces à fort intérêt culturel et naturel et de veiller au développement durable de ces territoires dont le caractère rural est souvent très affirmé. La gestion est assurée par un syndicat mixte qui met en œuvre la charte fixant les orientations et les mesures de gestion et coordonne les actions menées par les acteurs du territoire. Parcs Naturels Marins (PNM) Les PNM ont pour but, à l’instar des parcs naturels régionaux, de concilier la protection et le développement durable de vastes espaces maritimes dont le patrimoine naturel est remarquable. La gestion est placée sous la responsabilité d’un établissement public, l’Agence des aires marines protégées, en concertation avec l’ensemble des usagers de la mer.


Patrimoine naturel " "Espaces " protégés par voie réglementaire " " " 2015 protégés par voie réglementaire " ) Espaces "" " Brière " " " " -" Poitou-Charentes "Aquitaine " " "" " " " "- Limousin " " " " " " " " " " ) "" """ " " " "" " " " " " " " """ " Bressuire Pays de la Loire " Châtellerault " ) " ) Centre " " " Parthenay Val-de-Loire " " " ) " " " Poitiers " " ) " " " " Montmorillon " " " " " " " " " " " "" " Niort "" " )" " " " """ " " Guéret La Rochelle " " " ) Bellac """ " " Rochefort St-Jean- " " Confolens Aubusson " "" " ) "" " d'Angély " " Rochechouart " " " " Limoges Cognac Saintes " Angoulême " " " " "" " "" " "Ussel " " " Jonzac Nontron " " " " "" " " " " LesparreOCEAN Médoc " " Tulle Périgueux ATLANTIQUE Blaye rr

rr

rr

rr

rr

rr

rr

rr

rr

rr

rr

rr

rr

rr

rr

rr

rr

rr

rr RB

rr rr

rr rr

rr

rr

rr

rr

rr

rr

rr

rr

rr

RB

rr

rr

rr

rr

rr rrrr

rr RB

rr

"

RB

"

rr

rr

rr

"

rr

rr

© IGN Paris-Route500 ® 2014

""

rr

RB

"

rr

rr

rr

rrrr

RB

rr

rr

rr

rr

RB

rr

rr

rr " rr rr rrrr rr rr rr rr

"

rr

"

rr

rr rr

rr

rr

rr

rr

"

"

"

rr

"

rr

"

rr

RB

rr

RB

rr

rr

rr

rr

"

"

rr

"

rr

"

"

"

rr

rr

rr rr

rr

rr

"

rr

rr rr

rr

"

rr

"

rr rr

rr rr rrrr

"

rr

"

"

"

" " )

" rr

RB

"

" "

" rr

"

" Arcachon

" Libourne

Bergerac

rr

rr

"

Marmande

"

"

" rr

R

" rr

"

" "

Agen

Nérac

" "" " """ ) " "" "" " " " "" " " rr

rr

rr

rr

"

"

Occitanie

"

rr

" rr

"

Oloron- " Ste-Marie

rr

" rr

rr

" rr

""

40 km

Sources : MNHM - INPN - MEDDE DREAL Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes (2015) Conception : ORE Poitou-Charentes

" "

Grands Causses

" ) " ) " Type de protection " ) Réserve Biologique - RB " ) " ) " Arrêté Préfectoral de Protection de " A " Biotope ) Réserve Naturelle de Chasse et de cfs " Faune Sauvage ) " "" "Réserve Naturelle Nationale ) "N " " " Réserve Naturelle Régionale ) R " " "Coeur du"Parc Naturel National " ) " ) "" " " " " © Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015 " " )) )" "" " "" Pyrénées catalanes " " ) """" " RB RB

rr

rr

rr

" rr

""

"" "" " "" " rr rr rr

" ) " ) " ) " ) RB RB

RB

RB

rr

RB

rr rr

rr

rr

rr rr

RN

rr

rr

RB

rr

rr

RN

rr rr

rr

RB rr

RB

RB

"

Pau

rr rr rr RB

rr

rr rr rr rr rr rr rr rrrr rr rr rr

Mont-deMarsan

Dax

rr

158

RB

rr

rr rr

"

20

" ) " )

"

" "

0

"

Villeneuve/Lot

"

ESPAGNE

rr

r

rr

RB

" " "

rr

"

Auvergne Rhône-Alpes

"

""

"

" )

"

""

rr

" "

Bayonne

"

"

rr rr

"" rr rr

Sarlatla-Canéda

""

"

Bordeaux

Langon

" " "

Brivela-Gaillarde "

rr rr rr

rr

RN

rr

rr

RB

rr

RB

rr

RB RB

rr

R


159

Environnement énergie

Plus de

90 000 ha

La Stratégie nationale de Création d’Aires Protégées terrestres (SCAP) qui vise à constituer un réseau d’aires protégées écologiquement représentatif et cohérent, a été élaborée avec l’objectif de 2 % au moins du territoire terrestre métropolitain sous protection forte en 2019.

de surfaces protégées par voie réglementaire

4 dispositifs réglementaires relevant de l’Etat ou des collectivités sont mobilisés pour atteindre cet objectif : - Les Arrêtés Préfectoraux de Protection de Biotope (APPB), - Les Réserves Naturelles Nationales ou Régionales (RNN – RNR), - Les Réserves Biologiques (RB), - Les Cœurs de Parcs Naturels Nationaux (PNN).

Avec 90 465 hectares de surfaces protégées par voie réglementaire, la région possède 1,1 % de son territoire protégé (1,4 % au niveau national). Parmi ces espaces protégés, neuf Réserves Naturelles Régionales ont été créées à l’initiative de la Région. Par ailleurs, les Réserves Nationales de Chasse et de Faunes Sauvages (RNCFS) contribuent également à la protection de la biodiversité. La réserve d’Arjuzanx, unique RNCFS de la région, couvre 2 071 ha.

(ha)

Surfaces protégées dans la région en 2015

45000 40000 35000 30000 25000 20000

Les Arrêtés Préfectoraux de Protection de Biotope (APPB) Les APPB ont été instaurés par un décret de 1977 (art. R.211-12 du Code rural). Ils ont pour rôle de conserver un biotope ou un milieu naturel nécessaire à la survie d’espèces protégées, à l’aide d’une réglementation adaptée. L’arrêté fixe ainsi les mesures (activités interdites, limitées ou soumises à autorisation) qui doivent permettre la conservation des biotopes. Les APPB sont des protections fortes dont l’initiative appartient à l’Etat, sous la responsabilité du préfet de département qui prend l’arrêté de biotope. Les Réserves Naturelles Nationales (RNN) Les RNN sont des espaces naturels protégés d’importance nationale. Les espaces concernés par ce type de protection sont des territoires où la conservation du milieu présente une importance particulière et/ ou qu’il convient de soustraire à toute intervention artificielle susceptible de le dégrader. Ces réserves ont différents objectifs qui sont : - la préservation d’espèces animales ou végétales et d’habitats en voie de disparition, - la reconstitution de populations animales ou végétales ou de leurs habitats, - la préservation de biotopes et de formations géologiques, géomorphologiques ou spéléologiques remarquables. Elles sont créées à l’initiative du ministre chargé de la protection de la nature et gérées par des établissements publics, groupements d’intérêt public, associations ou propriétaires de terrains classés. Les Réserves Naturelles Régionales (RNR) Les RNR présentent les mêmes caractéristiques de gestion que les RNN, mais l’initiative de classement, l’organisation et la gestion sont confiées au Conseil régional. Sur la base d’un consensus local, les RNR permettent, par la mise en place d’une réglementation, de protéger et d’assurer sur le long terme la conservation et la gestion durable de richesses patrimoniales du territoire. Elles ont aussi vocation à développer l’éducation, la sensibilisation à l’environnement et le tourisme durable. Les Réserves Biologiques (RB) Les réserves biologiques protègent des espèces ou des habitats considérés comme remarquables ou représentatifs, dans des milieux forestiers ou des milieux associés à la forêt (landes, tourbières, dunes). En fonction des habitats et des orientations de gestion, on distingue les réserves biologiques dirigées (RBD), au sein desquelles est mise en place une gestion conservatoire active des écosystèmes, et les réserves biologiques intégrales (RBI) où la forêt est laissée en libre évolution. Les Parcs Naturels Nationaux (PNN) Un PNN vise à protéger un patrimoine naturel, culturel et paysager exceptionnel, sur terre ou en mer. Le classement d’un PNN intervient par décret en Conseil d’Etat et sa gestion est confiée à un établissement public de l’Etat, qui dispose d’un pouvoir réglementaire propre. Il est constitué des deux secteurs : - une aire centrale appelée zone cœur : l’Etat y assure une protection maximale de la biodiversité et encadre strictement les activités humaines, - une zone périphérique dite aire d’adhésion, où des communes volontaires s’engagent dans une politique de développement durable, en appui à la protection du cœur du PNN. Le Parc National des Pyrénées, dont le cœur couvre 40 633 ha se situe sur les deux régions ALPC et LanguedocRoussillon - Midi-Pyrénées. Source : MNHN (INPN), 2014. Les Réserves Nationales de Chasse et de Faune Sauvage (RNCFS) Les RNCFS sont instituées par arrêté ministériel. Elles sont créées à l’initiative de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) ou de tout autre établissement public qui en assure la gestion. Elles visent à protéger des espèces de faune sauvage à forte valeur patrimoniale. Elles remplissent trois grandes missions : - la conservation et la gestion des espèces et des habitats, - la réalisation de programmes d’étude, de recherche et d’expérimentation. - la valorisation des travaux auprès des professionnels et du grand public.

15000 10000 5000 0

Arrêtés Préfectoraux de Protection de Biotope

Réserves Naturelles Nationales ou Régionales

Réserves Biologiques

Source : MNHM - INPN - MEDDE ( 2015 )

Cœur de Parcs Naturels Nationaux


Patrimonial naturel Espaces gérés par les conservatoires

" Espaces gérés par naturels les Conservatoires d'Espaces Naturels et du Littoral " )) d’espaces et du littoral )Brière " ") " ) Aquitaine 2015 - Limousin - Poitou-Charentes )) " " " ) ) " ) " ) " ) )" " " ) ) " ) " ) )" " " ) ) " ) " Bressuire Pays de la Loire " )" ) Châtellerault " ) ) " Centre " ) " " ) ) " ) ") " ) Parthenay Val-de-Loire ) " ) " ) " ) " Poitiers ) ) " " ) " ) ) ) "" " " ) " )" ) " )) ) " " ) ) " ") ) " " )" ) " ) " " ) " " ) ) " ) ) " "" " ) Montmorillon ) ) " )) ) " " ))" )" " ) " )" " ) " ) ) )" )" ) Niort "" )" " ) " ) )" ) " )) " " " ) " ) ) " " ) ) " " )) ) " ) " ) " " ) ) " "" ) " ) ) " ) " ) " ) " ) ) ") Guéret ") " " ) " La Rochelle Bellac ) " ) " " ) ) " ) " " ) " ) ") )) " " ) ) " " " ) " ) ) " ) ) "" ") ) ) ") ) Rochefort" "" ) " ") )" " " )) ) )) "" " " ) " Confolens ) St-Jean)) " " ") " ) ) " " ) )) ) ) " "" " Aubusson " ) ) ) " " ) d'Angély ) ) " " " ) " " " ) ) ) ) " " ) " " ) " ) ) " ) " ) " " ) ) "" " Limoges ) ) ) ) Rochechouart " " )) ) " "" " " ") " ) " ) " ) )) " ) ) " " " )) ") ) ") ) " ) ) Saintes " " )) " "" ) ) " " ) " ) " " ) )" " ") " ) ) " " ) Cognac ) " ") )) " )) "" " ) ) " ) " )) )" " " ") ) " " ) " ) ) "" ) )" ) " )" " " Angoulême ") " ) ) " ) " " ) ) )) " ) " " " " )) )) ) ) )" ) " ) ) ) " ) " " )" )" "" "" ) ) ) )) " " ) " " ) " " ) " ) " ) ) " ) ) " " ) " Ussel " ) ) ) ") " " ) " ) " ) " ) " ) ) " " ) " " ) ) ") ) " )" ) " "" ) " ) Jonzac )" Nontron ) " ) " " ) ) " " ) ) " " ") " ) )) " Lesparre" ) ) " " ) " ) Médoc ) " "" ) Tulle ) " ) " ) ) " )" OCEAN ) ") " ) " )" ) " " " ) " ) Brive) ") ) " ) " ) " ) " " ATLANTIQUE " ) " ) " " ) ) la-Gaillarde Blaye " ) Périgueux " ) " ) )" " ) ) "" ) " ) " " ) ) ) " ) " " ) " ) ) " )) " " Auvergne ") ) " Libourne ) " Bergerac " ) " ) SarlatRhône-Alpes " ) la-Canéda Bordeaux " ) ) " )" " ) " )" ) " ) " ) ) )) "" " )" ) " Arcachon )" " ) " ) " ) Langon " " ) Marmande ) " ) " ) ) "" Villeneuve/Lot ) " ) " ) CL

CL L C CL

C CL L CL CL

CL

© IGN Paris-Route500 ® 2014

CL

CL L C

CL

CL

CL CL

CL

C LC L

CN

CL

CN

CL

CN

CN CN

"

CL

CN

"

CL

CL

CN

CN

CN

"

CL

"

CL

C LCN CL CN CN CL

CL

CL CL CL CL

CL

CN

CN

CL

CL

CN CN CN CN

CL

CN

CN

CN

CN

"

CN CN CN

CN

CN CN

CNCN

"

CN

C L CN CN

"

CN

CNCN CN

CN

"

CN

CN CN

CN

CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN

CN

"

CN CNCN CN CN CN

CN

CL

CN

CN

CN

CN CN

CN CN CNCN CN

CN

CN

CL

CL

CN

CN

CN

CN CN CN CN

CN CL

"

CN CN CN CNCN CL CC L LCNCN C CL L CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CNCN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CNCN CNCN CN CN CN CN CN

CN CN CN

CN

"

CN

"

CN

"

CN

"

CN

CN

CN CN CN

"

CN

CN

"

"

CL

CN

CN CN

CN

CN

"

CN CN CN CN

CN CN

"

CL

CN CN CN

CL

CN

CN CN

CN

"

"

CN

"

CN

CL CL

CN

CN CN CN CN

CN

"

CL

CN CNCN

CN

CN

CL

"

CN CN CN CN

CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CNCN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN CN " " CN CN CN CN CNCN CNCN CN CN CNCN

CN

CN CN

CL

CL

CN

CN

CN C L

CL CL

CN

CN

CN CNCN CN

CLCL

LL C L CC

CN

CN CN

"

CL CC LL CN C L CN L C LCCN CN C L CN C"L CN CL CN C L

CN CN CL CL

CN

CN CN

CN

"

CN CL L CN C LC CN CN CN CN C L CL CN CN

CN CN

CN

CN CN CNCN " CN CN CN CN CN CN

CN C LCNCN

CN CN CN CN CN CN CN " CN CN CN CN CN

CN

CL

CL

CN

CN CN

CN

CN

CC LL

CN CN

CN

CN

CL C CL L

CN

CN

CN

CN CN

"

CN

CN

"

CN

CN

"

CN

CL

Agen"

) " ) Nérac "

CN CN

) " CN

" ) CL

"

CN

CN

" )

Grands Causses

CN

Occitanie

"

Mont-deMarsan

) " CN

) " " ) " ) ) )) " "" " Bayonne ) " )" " " )) )) " ) " " ) ) ) " " CL

CL

CL CL CL C LC L

" ) ) "

CN " CN

CL

CN CCLL CN CN

CN

" ) ) " " ) " ) ) " " )" ) ) ") " ) " " ") ) " )) " ) ") " Pau OloronSte-Marie ) " " ) )) " ) " "

"

CL

Dax

CN

CN

CN CN

CNCN

CN

CN CN

CN

CN

CN CN CN

CN

CN

CN CN"

CN CN

"

) " CN

) " CN

CN

CN

ESPAGNE 0

160

20

40 km

Sources : © Conservatoire du Littoral - MNHM (INPN) - 2015 Fédération des Conservatoires d'Espaces Naturels (2014) Conception : ORE Poitou-Charentes

Espaces naturels protégés par maîtrise foncière et d'usage Site du Conservatoire du Littoral

" )

Site d'intervention du Conservatoire des Espaces Naturels

" )

CL

CN

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015

Pyrénées catalanes

" ) C


161

Environnement énergie

4 Conservatoires interviennent sur le territoire de la région pour préserver le patrimoine naturel et paysager : 3 Conservatoires d’Espaces Naturels (CEN) et le Conservatoire du Littoral et des Rivages Lacustres (CdL). En 2015, les 3 CEN gèrent 347 sites couvrant 17 090 ha, soit 11,7 % de la surface acquise nationalement ; le CdL assure pour sa part, la protection de 13 772 ha répartis sur 70 sites, soit 13 % de la surface nationale (données 2015).

La région comptabilise

11,7%

de la surface

acquise nationalement

Les Conseils départementaux font également des acquisitions dans le cadre de leurs politiques des Espaces Naturels Sensibles. Les sites protégés par les CEN et le CdL Nombre Conservatoire des Espaces Naturels (CEN) Conservatoire du Littoral (CdL) TOTAL % en France Source : Conservatoire du littoral ( 2015 ) - Conservatoire d’Espaces Naturels ( 2014 )

Les sites des Conservatoires d’Espaces Naturels (CEN) Les CEN sont des associations engagées à but non lucratif qui contribuent à préserver le patrimoine naturel et paysager à travers la gestion d’un réseau de sites naturels cohérent et fonctionnel. Ils ont pour objet la sauvegarde, la protection, la mise en valeur et l’étude des sites, milieux et paysages naturels qui représentent un intérêt écologique, floristique, faunistique, biologique, géologique et paysager remarquable. Les CEN agissent dans un esprit de concertation et de rigueur scientifique. Ils interviennent directement par l’acquisition, la maîtrise d’usage, l’aménagement et la gestion des milieux d’intérêt patrimonial, mais également en assistant les porteurs de projets souhaitant valoriser leurs espaces et leurs paysages les plus remarquables. Les sites du Conservatoire du Littoral (CdL) Le Conservatoire du littoral (CdL), créé en 1975 (loi du 10 juillet 1975), est un établissement public national à caractère administratif, placé sous la tutelle du ministre chargé de la protection de la nature. La principale mission du Conservatoire du littoral est l’acquisition foncière visant à la protection définitive des espaces naturels et des paysages sur les rivages maritimes et lacustres. Le Conservatoire peut intervenir dans les communes riveraines des mers, océans, estuaires, deltas, étangs salés et des lacs de plus de 1000 ha. Il acquiert des terrains fragiles ou menacés, à l’amiable, par préemption, ou exceptionnellement par expropriation. Des biens peuvent également lui être donnés ou légués. Ces terrains ne pourront ensuite plus jamais être revendus. Concrètement, les interventions du Conservatoire recouvrent des domaines variés : travaux de réhabilitation, d’aménagement, choix d’un gestionnaire local (collectivité, établissement public, association agréée, etc.), mise en place d’une convention de gestion, élaboration du plan de gestion, suivi et évaluation de celui-ci, ouverture gratuite du site au public, etc.

Surface (en ha)

347

17 090

70

13 772

417

30 862

11,5%

9,7%


eau Grands bassins versants

2012bassins versants - 2012 Grands yon La

Pays de la Loire

01

tais an en vr

r d Châtellerault

04

et ou Th Parthenay

e

Poitiers

06

05

Montmorillon

Arnon

Niort

re Ind

Sèvre niortaise

09

Centre Val-de-Loire

Ang lin ne Vien

Cla in

ha re

rente Cha

Saint-Jeand'Angély

Confolens

e nt

Aubusson

Rochechouart Limoges Vie n

11

Cognac

07

Bellac

C

Saintes

Guéret

Gartempe

Che r

Rochefort

Ch ar

ne on

e eus Cr

ut Bo

te en

La Rochelle

Tardoire

08 ne

S

Ve

e eus Cr

03

Sè Bressuire

ée nd

no Dive du

02

10

© IGN Paris - BD TOPO ® BD Carthage ®, 2012.

Région Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

le iou

ne on

Dr

Blaye

Périgueux Isle

13 Dordogne

D

Co rrè ze

12

D

Cère

e ogn ord

Auvergne Rhône-Alpes

Dropt

e nn

izan

Ussel

Brivela-Gaillarde

Sarlatla-Canéda

Bergerac

12

ro Ga

Arcachon

14

re zè Vé

Libourne

Bordeaux

re zè Vé

re zè vé Au

Tulle

Dr on ne

LesparreMédoc

OCEAN ATLANTIQUE

e Isl

Nontron

or do gn e

dre eu

Angoulême

Jonzac

Dordogne

S

15

Marmande

n

Cou rant

ro

10

Ci

yre Le

de Mi m

Langon t Lo Villeneuve/Lot

16

Co ura nts lan da is

Mont-deMarsan

r Dax ou Ad

Ga ve de d’ O l

Pa u

Vienne 04

Pau

18

pe

Gave d’Ossau

Rio Ira ti

Sèvre nantaise 02 Thouet & Dive du nord 03

OloronSte-Marie s G a v e d’A

40 km

Occitanie

s ba Ga

ve Ni

a

162

20

Ado ur

on or

le

so

ouze Bid

el

s Bida

Niv

0

Ga ve

Les bassins versants Layon 01

Lu y

Ad Bayonne

Garo nne

Midouze

17

our

ESPAGNE

Douz e

se Baï

lis e

Agen Nérac

Sources : © Institut national de l'information géographique et forestière, Agence de l’eau Adour-Garonne et Agence de l’eau Loire Bretagne, BD Carthage,2012. Conception et réalisation : ORE Poitou-Charentes

Creuse 05

Charente 11 Dordogne 12 Isle 13 Vézère 14 Garonne 15

Indre 06

Lot 16

Cher 07

Adour 17

Allier 08

Ebre (Rio Irati, 18 affluents français)

bassins côtiers du sud de la Loire 09 (Sèvre niortaise) Fleuves côtiers et îles 10

limite de bassin Adour-Garonne et Loire-Bretagne limites des grands bassins versants

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


163

Environnement énergie

La France est découpée en six grands bassins versants ou bassins hydrographiques. La région Nouvelle-Aquitaine est concernée par deux d’entre eux qui se subdivisent en sept principaux bassins versants à l’échelle du territoire : - Bassin versant Loire-Bretagne : • Sèvre Niortaise, • Loire (sous-bassins : Vienne, Thouet, Sèvre Nantaise …) - Bassin versant Adour-Garonne : • Charente • Fleuves côtiers (sous-bassins : Seudre, Leyre, Nivelle …) • Dordogne (sous-bassins : Dronne, Isle, Vézère …) • Garonne (sous-bassins : Dropt, Lot …) • Adour (sous-bassins : Douze, Midouze, Luys et Gaves,...) Concernant la gestion de l’eau, les Etablissements Publics Territoriaux de Bassin (EPTB) interviennent dans l’aménagement et la gestion des fleuves et des grandes rivières. Constitués en syndicats mixtes, ils agissent dans 3 domaines : - l’hydraulique (gestion des étiages, prévention des inondations, production d’eau potable), - l’environnement (actions en faveur des poissons migrateurs, entretien des berges), - le développement local (opérations en faveur du patrimoine naturel et culturel). En Région Nouvelle-Aquitaine, on compte 8 EPTB pour les cours d’eau suivants : - la Sèvre Nantaise, - la Vienne, - la Charente, - la Dordogne, - le Lot - la Gironde, - la Garonne, - l’Adour A noter que sur la Sèvre Niortaise, l’Institution Interdépartementale de la Sèvre Niortaise intervient sans être reconnue comme EPTB.

Un bassin versant est un domaine dans lequel tous les écoulements des eaux convergent vers un même point, exutoire de ce bassin. Ainsi toute pluie qui tombe dans ce territoire aux frontières naturelles se dirige vers le cours d’eau ou ses affluents, puis vers l’aval et son exutoire. Le bassin versant d’un fleuve est donc un territoire qui s’étend de sa source à son embouchure, incluant tous les affluents et tous les territoires qui viennent alimenter ces cours d’eau lorsque tombe une goutte d’eau. Cette aire d’alimentation a des limites géographiques, qui ne tiennent pas compte des limites administratives. Deux bassins versants sont séparés entre eux par une ligne de crête topographique : la ligne de partage des eaux. A l’intérieur d’un grand bassin, des sous bassins peuvent être définis pour chaque affluent. Chaque bassin versant est unique par sa taille, sa forme, son orientation, la densité de son réseau hydrographique, le relief, la nature du sol, l’occupation du sol (cultures, haies, forêts, plans d’eau...), son climat, mais également l’urbanisation et les activités humaines.

7

bassins versants principaux


eau Schémas d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) et de Gestion des Eaux (SAGE) - 2015 Schémas d’Aménagement © IGN Paris - BD TOPO ® BD Carthage ®, 2012.

2015 Région Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire 01 Bressuire

02

Châtellerault

03

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

04 05

06

Niort

La Rochelle

Montmorillon

Rochefort

Guéret

Bellac

08

11

Saint-Jeand'Angély

Confolens

Aubusson

07

12

Limoges

Saintes

10

Cognac

09

Rochechouart

Angoulême Ussel Jonzac

Nontron

13 15

LesparreMédoc

OCEAN ATLANTIQUE

14

Blaye

Périgueux

18

Libourne Bergerac

19

16

Brivela-Gaillarde

17 Bordeaux

Tulle

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlatla-Canéda

16 Arcachon

24

Langon

23 21

20

Marmande Villeneuve/Lot

22

Agen

25

Nérac

Mont-deMarsan Dax

Occitanie

01. Layon, Aubance 02. Sèvre Nantaise

26

03. Thouet 04. Vendée

27

Etat d’avancement des SAGE

Bayonne

En élaboration Pau OloronSte-Marie

Opérationnel dont Nappes profondes de Gironde Inexistant

ESPAGNE 20

40 km

Sources : © Gest'Eau/MEDDE/ONEMA, 2015.

164

06. Clain 07. Vienne

28

0

05. Sèvre Niortaise et Marais Poitevin

Conception et réalisation : ORE Poitou-Charentes

Limite de bassin Adour-Garonne et Loire-Bretagne

08. Boutonne 09. Seudre 10. Charente 11. Cher amont 12. Sioule 13. Estuaire de la Gironde et milieux associés 14. Isle-Dronne

15. Vézère-Corrèze 16. Dordogne amont 17. Lacs médocains 18. Nappes profondes de Gironde 19. Dordogne Atlantique 20. Etangs littoraux Born et Buch 21. Leyre, cours d’eau côtiers et milieux associés 22. Ciron 23. Vallée de la Garonne 24. Dropt 25. Midouze 26. Adour amont 27. Adour aval 28. Côtiers basques

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


165

Environnement énergie

28

La région est couverte à 78 % par des Schémas d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) tandis que la France en est couverte à 51 %. Elle est concernée par 28 SAGE sur un total de 182 en France.

SAGE en 2015

Etat d’avancement des SAGE au 15 juin 2015

Les bassins de la Creuse et de la Gartempe au nordest, des sous-bassins de la Garonne au sud-est ainsi que des sous-bassins de l’Adour et des fleuves côtiers au sud ne sont pas encore couverts par un SAGE.

Émergence Instruction Élaboration Mis en œuvre Première révision TOTAL Source : site Gest’eau

La région est concernée par les deux bassins Adour-Garonne et Loire-Bretagne. Instrument essentiel dans la mise en oeuvre de la Directive Cadre sur l’Eau, les Schémas d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) déclinent, à l’échelle des sous-bassins, les priorités des SDAGE (Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux) définis pour chacun des six grands bassins français. Le SAGE,comme le SDAGE, est un outil de planification et d’orientation ; il doit lui être compatible. L’élaboration du SAGE se fait au sein d’une Commission Locale de l’Eau (CLE) qui réunit de nombreux acteurs tels que des élus locaux, des usagers, des associations, des propriétaires fonciers, des organisations professionnelles ou encore des représentants de l’Etat et de ses établissements publics. Chaque SAGE définit ses propres enjeux suivant les problématiques locales. Le SAGE est un document opposable à l’Administration. Toutes les décisions prises dans le domaine de l’eau par les services de l’Etat et les collectivités locales doivent lui être compatibles. La mise en place d’un SAGE passe par quatre étapes : émergence, instruction, élaboration et mise en oeuvre.

Nombre de SAGE en France

Nombre de SAGE dans la région

5 4 81 68 24

3 0 11 12 2

182

28


EAU Etat global des masses d'eau superficielles

2014 Etat global des masses d’eau superficielles - 2014

© IGN Paris - BD TOPO ® BD Carthage ®, 2012.

Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Niort

Montmorillon

La Rochelle

Guéret

Bellac Rochefort

Saint-Jeand'Angély

Confolens

Aubusson

Limoges

Saintes

Rochechouart

Cognac

Angoulême Ussel Jonzac

OCEAN ATLANTIQUE

Nontron

LesparreMédoc

Tulle Blaye

Périgueux

Libourne

Bordeaux

Bergerac

Brivela-Gaillarde

Sarlatla-Canéda

Auvergne Rhône-Alpes

Arcachon Langon Marmande Villeneuve/Lot

Agen

Occitanie

Nérac

Mont-deMarsan Dax

Bayonne

Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

166

20

Agence de l'eau Loire-Bretagne : Résultats 2011 établis à partir des données collectées en : - 2010 et 2011 pour les cours d’eau, - 2007 à 2011 pour les plans d’eau, - 2007 à 2011 pour les eaux du littoral. Agence de l'eau Adour-Garonne : Résultats mis en ligne en 2014 établis à partir des données collectées en 2009-2010.

40 km

Sources : © Agence de l'eau Adour-Garonne - Agence de l'eau Loire-Bretagne, 2014. Conception et réalisation : ORE Poitou-Charentes

Typologie Bon état Inférieur au bon état Non classé Limite de bassin Adour-Garonne et Loire-Bretagne

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


167

Environnement énergie

La directive cadre sur l’eau 2000/60/CE joue un rôle stratégique et fondateur en matière de politique de l’eau. Elle fixe des objectifs ambitieux pour la préservation et la restauration de l’état des eaux superficielles (eaux douces et eaux côtières) et pour les eaux souterraines. Elle donne la priorité à la protection de l’environnement et à une utilisation durable de l’eau, en demandant de veiller à la non-dégradation de la qualité des eaux, par le biais de plans de gestion sur la période actuelle. L’objectif initial était d’atteindre en 2015 un bon état général tant pour les eaux souterraines que pour les eaux superficielles, y compris les eaux estuariennes et côtières. En raison de contraintes naturelles, techniques et financières, des reports d’échéance au-delà de 2015 ont été actés dans le cadre de la révision des SDAGE (2016-2020). L’état des masses d’eau dans la région Nouvelle-Aquitaine se présente différemment selon les types de masses d’eau : continentale, littorale et souterraine.

Etat global des masses d’eau souterraines affleurantes Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Etat global des masses d’eau souterraines affluentes

© IGN Paris - BD TOPO ® BD Carthage ®, 2012.

1. L’état des masses d’eau de surface continentale est majoritairement insatisfaisant : Thouet, Sèvre Niortaise aval, Leyre, Garonne, Charente, Adour... Celles présentant un bon état correspondent pour la plupart à des têtes de bassins versants, à des petits affluents ou à des cours d’eau de montagne au niveau des Pyrénées et du Massif Central.

Pays de la Loire

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Niort

2. Les masses d’eau côtière sont pour la plupart en bon état : côte girondine, côte landaise, pertuis charentais, Arcachon, La Rochelle… En revanche, les masses d’eau estuairiennes sont souvent inférieures au bon état comme par exemple dans les estuaires de la Bidassoa, de la Gironde, de la Seudre ou de la Sèvre Niortaise.

Montmorillon

La Rochelle

Guéret

Bellac Rochefort

Saint-Jeand'Angély

Confolens

Aubusson

Limoges

Saintes

Rochechouart

Cognac

Angoulême Ussel Jonzac

OCEAN ATLANTIQUE

3. Les masses d’eau souterraine affleurantes qui présentent un bon état sont localisées à l’est dans le Massif Central, au nord-ouest sur le socle des DeuxSèvres, dans une zone allant de la côte girondine à la pointe ouest du Lot-et-Garonne et au sud dans les Pyrénées. Les masses d’eau dont l’état est inférieur au bon état s’étendent sur la partie centrale de la région de la Vienne en passant par les Charentes et la Dordogne jusqu’au Sud du Lot-et-Garonne ainsi que sur un secteur couvrant le Sud des Landes et le Nord des Pyrénées-Atlantiques.

Nontron

LesparreMédoc

Tulle Blaye

Périgueux

Libourne

Bordeaux

Bergerac

Brivela-Gaillarde

Sarlatla-Canéda

Auvergne Rhône-Alpes

Arcachon Langon Marmande Villeneuve/Lot

Agen Nérac

Occitanie

Mont-deMarsan Dax

Bayonne

Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE

Attention : La méthodologie de mesure pratiquée par les 2 agences (Loire-Bretagne au Nord et Adour-Garonne au Sud) est la même mais le réseau de mesure n’est pas totalement déployé ; les données peuvent donc être incomplètes et expliquer en partie les différences de densité.

0

20

Agence de l'eau Loire-Bretagne : Résultats 2011 établis à partir des données collectées de : - 2006 à 2011 pour les eaux souterraines. Agence de l'eau Adour-Garonne : Résultats mis en ligne en 2014 établis à partir des données collectées en 2007-2010.

40 km

Sources : © Agence de l'eau Adour-Garonne - Agence de l'eau Loire-Bretagne, 2014. Conception et réalisation : ORE Poitou-Charentes

Typologie Bon état Etat inférieur au bon état

Limite de bassin Adour-Garonne et Loire-Bretagne

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


Eau Classement écologique des cours d'eau

Classement écologique des cours d’eau - 2013 2013

© IGN Paris - BD TOPO ® BD Carthage ®, 2012.

Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Niort

Montmorillon

La Rochelle

Guéret

Bellac Rochefort

Saint-Jeand'Angély

Confolens

Aubusson

Limoges

Saintes

Rochechouart

Cognac

Angoulême Ussel Jonzac

OCEAN ATLANTIQUE

Nontron

LesparreMédoc

Tulle Blaye

Périgueux

Libourne

Bordeaux

Bergerac

Brivela-Gaillarde

Sarlatla-Canéda

Auvergne Rhône-Alpes

Arcachon Langon Marmande Villeneuve/Lot

Agen Nérac

Occitanie

Mont-deMarsan Dax

Bayonne

Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

168

20

40 km

Sources : DREAL de bassins Adour-Garonne et Loire-Bretagne, Agences de l'eau Loire Bretagne et Adour Garonne, 2013 Conception et réalisation : ORE Poitou-Charentes

Type de classement Liste 1 : protection de la continuité écologique Liste 2 : restauration de la continuité écologique

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


169

Environnement énergie

En France, les rivières présentent de nombreux ouvrages responsables d’une rupture de la libre circulation des espèces, de dysfonctionnements des milieux et de l’érosion de la biodiversité aquatique. Des classements de cours d’eau ont été établis afin de limiter l’impact des ouvrages en travers des cours d’eau sur la circulation piscicole et sur le transit sédimentaire. Les cours d’eau concernés par le classement en liste 1 (cours d’eau à préserver) au sein de la région Nouvelle-Aquitaine sont principalement les cours d’eau situés en tête de bassin. Le classement en liste 2 (cours d’eau à restaurer) concerne majoritairement les cours d’eau principaux.

Longueur des cours d'eau par classe (en km) 30 000 25 000

24 061

20 000 15 000 10 000 6 710 5 000 0

Liste 1

Liste 2

Sources : DREAL des bassins AdourGaronne et Loire -Bretagne, Agences de l'eau Loire-Bretagne et AdourGaronne, 2013, Traitement ORE

24 000 km

de cours d’eau sont classés selon la protection de la continuité écologique

Liste 1 : les cours d’eau à préserver Le classement des cours d’eau en liste 1 vise à protéger les cours d’eau ou tronçons de cours d’eau des dégradations et permet d’afficher un objectif de préservation à long terme. Ce classement concerne les cours d’eau suivants : - les rivières en très bon état écologique : cours d’eau présentant un bon état chimique et biologique, indemnes de perturbations anthropiques significatives, - les réservoirs biologiques : cours d’eau ou tronçons de cours d’eau dotés d’une richesse spécifique révélatrice d’un bon fonctionnement du milieu et jouant le rôle de zone « source », - les rivières à fort enjeu pour les poissons amphihalins : il s’agit des grands axes de circulation des poissons migrateurs et des cours d’eau offrant des habitats propices à leur reproduction et/ou leur croissance. Cette réglementation interdit tout nouvel obstacle sur les rivières classées. Liste 2 : les cours d’eau à restaurer Le classement des cours d’eau en liste 2 doit permettre d’assurer rapidement la compatibilité des ouvrages existants avec les objectifs de continuité écologique. Ceci implique une obligation d’assurer le transport des sédiments et la circulation des poissons migrateurs, amphihalins ou non. Les ouvrages doivent être mis en conformité au plus tard dans un délai de 5 ans après la publication de l’arrêté de classement. Les préconisations pourront concerner des mesures d’équipement (telle que la construction de passes à poissons) et des mesures de gestion (comme des ouvertures régulières de vannes). Source : ONEMA, 2011


EAU Prélèvements en eau et zones de

Prélèvements en eaudes et Zones de Répartition des Eaux répartition eaux © IGN Paris - BD TOPO ® BD Carthage ®, 2012.

Aquitaine 2013- Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers Montmorillon

Niort

La Rochelle

Guéret

Bellac Rochefort

Saint-Jeand'Angély

Confolens

Aubusson

Limoges Saintes

Rochechouart

Cognac

Angoulême

Ussel

Jonzac

OCEAN ATLANTIQUE

LesparreMédoc

Nontron

Tulle Blaye

Périgueux Libourne Bergerac

Bordeaux

Sarlatla-Canéda

Brivela-Gaillarde

Auvergne Rhône-Alpes

Arcachon Langon Marmande

Limite de bassin Adour-Garonne et Loire-Bretagne

Villeneuve/Lot

Agen Nérac

Les différents types de Z.R.E. (Zones de Répartition des Eaux) Eaux superficielles et souterraines Eaux souterraines

Les prélèvements en eau par département en 2013 Dax

Mont-deMarsan

Les types d’usage

Occitanie

Production d’eau potable Industrie

Bayonne

Agriculture

Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

20

Les volumes prélevés (en millions de m³) 274

117

40 km 0

170

Sources : Agences de l’eau Adour-Garonne et Loire-Bretagne, 2012 et 2013. Conception et réalisation : ORE Poitou-Charentes

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


171

Environnement énergie

Des territoires confrontés à de fortes tensions sur la ressource en eau Des prélèvements dans les eaux de surface et les eaux souterraines sont effectués pour satisfaire les besoins suivants : - alimentation en eau potable, - activités agricoles, - activités industrielles. Ils sont donc très dépendants du tissu économique.

47%

des prélèvements concernent l’agriculture

Dans la région Nouvelle-Aquitaine, les prélèvements en eau (hors production d’énergie) ont atteint 1,3 milliard de m3 en 2013 représentant plus de 11 % des prélèvements au niveau national.

Les prélèvements pour l’agriculture et la production d’eau potable sont prépondérants ; ils représentent respectivement 47 % et 39 % des prélèvements régionaux. Les ressources souterraines, lorsqu’elles existent (peu en Limousin) sont principalement sollicitées pour ces usages (à hauteur de 59 % pour l’agriculture et 80 % pour l’eau potable), notamment les nappes de Gironde et des Landes, du fait d’importants besoins pour l’alimentation en eau potable de l’agglomération de Bordeaux et de prélèvements agricoles conséquents. Les prélèvements en eau du secteur industriel représentent 14 % du total régional et proviennent à 75 % des eaux superficielles.

Répartition des prélèvements en eau par secteur (hors production d'énergie) Volume total prélevé en 2012

100 90 80

11,3 milliards de m 26 %

47 % 26 %

50

14 %

40 20 10 0

48 %

39 %

France métropolitaine (2012) Eau potable

Ces prélèvements ainsi que leur impact sur la ressource en eau sont sujets à de fortes variations en fonction de la saison et du secteur d’activité ; c’est le cas en particulier de l’agriculture en fonction de l’irrigation, de l’évaporation, etc. Certains usages comme l’irrigation sont concentrés sur les périodes où la ressource est moins abondante voire rare. La conjonction d’une forte demande et d’une faible disponibilité des ressources peut conduire à des restrictions d’usage. Une large bande Nord-Sud du territoire représentant 75 % de la région (63 000 km²) est considérée en insuffisance chronique de ressource en eau par rapport aux besoins existants (classement par arrêté préfectoral en Zone de Répartition des Eaux - ZRE) et fait l’objet de dispositions destinées à permettre une meilleure maîtrise de la demande.

1,3 milliards de m3

70 60

30

75 % du territoire en insuffisance chronique de ressource en eau

Volume total prélevé en 2013

3

Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes

Industrie

Source : Agences de l’eau ( 2013)

Agriculture


air-énergie-déchets  missions de gaz à effet de serre É par secteur Emissions de Gaz à Effet de Serre par secteur - 2010 © IGN Paris-Route500 ® 2014

- parendépartement Par2010 département Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Centre Val-de-Loire

Deux-Sèvres

Vienne

Creuse Haute-Vienne CharenteMaritime

Charente

OCEAN ATLANTIQUE

Corrèze Auvergne Rhône-Alpes

Dordogne

Gironde

Lot-etGaronne

Landes

Emissions

Occitanie

kt (CO2)e/an

Pyrénées-Atlantiques 4 000

Secteurs Industrie / Energie

ESPAGNE 0

20

40 km

Résidentiel / Tertiaire Transports Agriculture

172

Source : AIRAQ/ORRECA (inventaire 2010 v2.0) ATMO Poitou-Charentes - LIMAIR (ICARE v3.0) Conception : ATMO Poitou-Charentes

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015 11/2015


173

Environnement énergie

Les gaz à effet de serre (GES) regroupent des composés qui, en absorbant une partie du rayonnement émis à la surface de la terre, contribuent à retenir une partie de la chaleur. Les différents composés sont : - Le dioxyde de carbone (CO2) - Le méthane (CH4) - Le protoxyde d’azote ou oxyde nitreux (N2O) - Les composés fluorés (HFC, PFC et SF6)

Gaz à effet de serre

40 Mt eq CO2

Les émissions de GES dans la région Nouvelle-Aquitaine sont estimées à 40 millions de tonnes équivalent CO2 en 2010, soit 7 tonnes par habitant. Environ trois quarts des émissions sont imputables au CO2, alors que le CH4 et le N2O représentent chacun entre 10 % et 15 % des rejets selon les années.

La part de chaque secteur d’activité dans les émissions de GES varie en fonction des composés : le transport produit 50 % du CO2 qui représente lui-même la plus grande partie des GES ; l’agriculture produit respectivement 85 % et 91 % des émissions de CH4 et de N2O.

L’agriculture génère

10 à 15% des GES

Émissions de GES par secteur d'activité (2010) 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0

Total GES

CO2

CH4

N20

Agriculture

Transports

Résidentiel/Tertiaire

Industrie/Energie

source : AIRAQ - ATMO Poitou-Charentes - LIMAIR


air-énergie-déchets Emissions de dioxyde de carbone (CO2)

Emissions de dioxyde de carbone (CO2) - 2010 2010 - par commune

Par commune

Bressuire

© IGN Paris-Route500 © 2014

Pays de la Loire

Châtellerault

Parthenay

Centre Val-de-Loire Poitiers

Montmorillon

Niort Bellac

La Rochelle Rochefort

St-Jean-d'Angély

Saintes

Aubusson Rochechouart

Cognac

Limoges Angoulême

OCEAN ATLANTIQUE

Guéret

Confolens

Nontron

Jonzac

Ussel

Lesparre-Médoc

Blaye

Périgueux Libourne Bergerac Arcachon

Tulle

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlat-la-Canéda

Bordeaux Langon Marmande Villeneuve/Lot

Agen

Dax

Mont-de-Marsan

Occitanie

Bayonne

Pau

Dioxyde de carbone (CO2)

t/km²

ESPAGNE 0

40

> 10 000 2 000 1 000 200 < 50

kilomètres

174

Sources : AIRAQ (Inventaire 2010 v2.0) ATMO POITOU-CHARENTES - LIMAIR (ICARE v3.0)

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


175

Environnement énergie

La moitié du CO2 est produit par les transports et 28 % par les secteurs résidentiels et tertiaires. Les émissions apparaissent logiquement sur les grands axes routiers et les aires urbaines. Le CO2 représente les trois quart du total des GES.

50%

des rejets de CO2 proviennent des transports

Emissionsde deméthane méthane(CH (CH4) Emissions 4) - 2010

Par commune 2010

Bressuire

© IGN Paris-Route500 © 2014

Pays de la Loire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Montmorillon

Niort Bellac

La Rochelle

Saintes

Aubusson Rochechouart

Cognac

Emissionsde deprotoxyde protoxyded’azote d'azote(N (N2O) Emissions 2O) - 2010

Limoges Angoulême

OCEAN ATLANTIQUE

Guéret

Confolens

St-Jean-d'Angély

Jonzac

Nontron

Ussel

Par commune 2010

Pays de la Loire

Lesparre-Médoc

Blaye

Périgueux Libourne Bergerac Arcachon

Tulle

Bressuire

Sarlat-la-Canéda

Chât ellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Auvergne Rhône-Alpes

© IGN Paris-Route500 © 2014

Rochefort

Bordeaux

Poitiers

Montmorillon

Langon Marmande

Niort Villeneuve/Lot

Bellac

La Rochelle Rochefort

Agen

Dax

Saintes

Aubusson Rochechouart

Cognac

Mont-de-Marsan

Limoges Angoulême

OCEAN ATLANTIQUE

Occitanie

Nontron

Jonzac

Blaye

Périgueux Méthane (CH4)

Libourne

t(CO2)e/km²

ESPAGNE 0

Bergerac

> 10 000 2 000 1 000 200 < 50

40

Ussel

Lesparre-Médoc

Bayonne

Pau

Guéret

Confolens

St-Jean-d'Angély

Tulle

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlat-la-Canéda

Bordeaux

Arcachon

Langon Marmande

kilomètres

Villeneuve/Lot

Sources : AIRAQ (Inventaire 2010 v2.0) ATMO POITOU-CHARENTES - LIMAIR (ICARE v3.0)

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015

Agen

Une très grande partie des émissions de méthane et de protoxyde d’azote est liée à l’agriculture, en particulier l’élevage. Ces 2 composants ne représentent chacun que 10 % à 15 % des GES.

Dax

Mont-de-Marsan

Occitanie Bayonne

Pau

Protoxyde d'azote (N2O) t(CO2)e/km²

ESPAGNE 0

40

> 10 000 2 000 1 000 200 < 50

kilomètres

Sources : AIRAQ (Inventaire 2010 v2.0) ATMO POITOU-CHARENTES - LIMAIR (ICARE v3.0)

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


air-énergie-déchets Consommation d'électricité et de gaz

Consommation d'électricité et de gaz par département - 2012 2012 - par département

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Par département en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

Pays de la Loire

2 000

Centre Val-de-Loire

2 000

DeuxSèvres

Vienne

2 000 4 000

Creuse

2 000

2 000

CharenteMaritime

HauteVienne

2 000

Charente

2 000

OCEAN ATLANTIQUE

Corrèze

8 000

2 000

6 000

Dordogne

4 000 2 000

Auvergne Rhône-Alpes

Gironde

2 000

Lot-etGaronne 2 000

Landes

4 000 2 000

PyrénéesAtlantiques 0

ESPAGNE 20

40 km

Occitanie

Consommation totale par département (en GWh) 4 000 2 000

électricité gaz

Source : AREC Poitou-Charentes d’après SOeS, ErDF, SRD, GEREDIS GRDF, SOREGIES, SEOLIS (2012)

176

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015 11/2015


177

Environnement énergie

En 2012, la consommation finale d’énergie dans la région Nouvelle-Aquitaine atteint 171,6 TWh et représente 9,8 % de la consommation d’énergie finale en France, à comparer au poids de la population de 9,2 %. Elle intègre la consommation domestique des ménages ainsi que celle de toutes les activités économiques. Les écarts territoriaux reflètent les disparités démographiques et les spécificités des structures productives.

Le mix énergétique de la région est sensiblement identique à celui de France métropolitaine. Il est dominé par les produits pétroliers, légèrement plus qu’au niveau national du fait de l’impact du transit international de marchandises. L’électricité, le gaz et le charbon représentent une part moins importante qu’au niveau national. En revanche, les énergies renouvelables thermiques, notamment le bois-énergie, ont un poids bien plus conséquent (5 points d’écart), en raison notamment de la disponibilité de la ressource.

Consommation énergétique par type d'énergie (en %) 45 40 35 30 25 20 15 10 5

La consommation d’électricité est supérieure à la consommation de gaz dans tous les départements. Le rapport entre ces consommations varie toutefois de 1 à 3. Les départements dont la consommation de gaz est voisine de celle d’électricité présentent la particularité d’avoir des établissements industriels très consommateurs d’énergie (Charente, Haute-Vienne) et/ou un réseau de distribution de gaz très développé (Gironde, Pyrénées Atlantiques). A contrario, les Deux-Sèvres et les Landes ont des réseaux de distribution limités aux zones urbaines et à quelques consommateurs industriels.

La répartition par secteurs de la consommation énergétique est proche de la répartition nationale à l’exception des transports dont le poids est supérieur de 4 points en raison de l’importance du trafic de transit. Le poids du résidentiel est quant à lui, inférieur au poids national.

0

Produits Electricité pétroliers

Gaz

EnRth* Charbon et déchets

Nouvelle-Aquitaine France métropolitaine *Energies Renouvelables Thermiques

Source : AREC Poitou-Charentes ( 2012 )

Consommation énergétique par secteur (2012) (en %) 45 40 35 30

Évolution de la consommation énergétique régionale (1990 - 2012)

La consommation d’énergie finale dans la région a fortement augmenté entre 1990 et 2012 : +24 % pour moins de 10 % au niveau national. Tous les secteurs sont concernés par cette hausse, à l’exception du secteur de l’agriculture où elle recule de 3 %. Le secteur tertiaire se distingue par une très forte hausse de 74 %.

(en %)

25 20 15 10

80

5

70

0

60 50

Résidentiel Tertiaire Industriel Transports Agriculture Nouvelle-Aquitaine France métropolitaine

40 30 20 10

Source : AREC Poitou-Charentes ( 2012 )

0 -10

Agriculture Industriel Transports Tertiaire Résidentiel

Source : AREC Poitou-Charentes ( 2012 )

Total


air-énergie-déchets  haufferies bois collectives C et industrielles Chaufferies bois collectives et industrielles - 2016

- parendépartement Par2016 département Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

! ( !( ! ( ! ( Deux-Sèvres

CharenteMaritime

OCEAN ATLANTIQUE

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Pays de la Loire

Centre Val-de-Loire

Vienne

! (

! (

Creuse

Haute-Vienne

Charente

! (

! ( ! ( Gironde

Landes

! (

Corrèze

Dordogne

Auvergne Rhône-Alpes

! (

Lot-etGaronne

Puissance installée

Occitanie

(par département en MW) moins de 10

! (

ESPAGNE 0

178

20

40 km

Source : AREC Poitou-Charentes - 31/03/16

! (

de 50 à 150

de 150 à 267

! (

! (

de 10 à 50

Pyrénées-Atlantiques

! (

© Région Nouvelle-Aquitaine - 04/2015 09/2015


179

Environnement énergie

L’énergie contenue dans le bois est essentiellement valorisée sous forme de chaleur, même si une partie est destinée à la production d’électricité et, plus rarement, de vapeur pour des process industriels. L’utilisation du bois pour la production de chaleur s’est considérablement développée ces dernières années. En 2015, la puissance cumulée des chaufferies bois industrielles et collectives atteint 637 MW. Le département de la Gironde produit à lui seul un quart de cette puissance, avec notamment une unité de 69 MW. Les départements des Deux-Sèvres, de la Charente et de la Charente-Maritime présentent un grand nombre d’installations mais de puissance moyenne plus faible. La région Nouvelle-Aquitaine dispose d’un gisement important de bois mobilisable pour l’énergie et l’industrie, estimé à plus de 11 millions de m3 par an (estimation AREC – IGN). En 2013, la part du bois d’industrie exploité et commercialisé par les professionnels est de 3,6 millions de m3 ; celle du bois énergie hors autoconsommation est évaluée à 1 million de m3 (source Agreste – Enquête annuelle). Cette dernière est en hausse constante : les volumes ont été multipliés par trois en dix ans.

17%

des surfaces boisées nationales


air-énergie-déchets  ocalisation des unités L de méthanisation Localisation des unités de méthanisation - 2015 Brière

TIPER méthanisation Louzy CAP TER ENERGIE VERTE 86 méthanisation St-Jean-de-Sauves St-Varent

Pays de la Loire

" h h " h " h"

"

Bressuire

Châtellerault "

Centre Val-de-Loire

EARL GIRAUD Faye-l'Abesse "

Parthenay

Poitiers

" h

"

JIT METHA Vasles "

La Rochelle

SCEA Baie des Champs Sèvres-Anxaumont

" h

"

Niort

Montmorillon

" h

GAEC La Lougnolles Prahecq

"

METHA Bel Air Linazay

" h

"

Rochefort

"

"

Saintes

" h

Cognac

REVICO Energies nouvelles St-Laurent-de-Cognac

Jonzac

Rochechouart

Aubusson

Limoges "

"

" h" h

Pôle de Lanaud Boisseuil Exploitation de Pascal Vincent St-Paul

Angoulême "

Vallée de l'Isle - Energie Léguillac-de-l'Auche

MEDOC Energie Hourtin

Périgueux

Blaye

"

Libourne

"

EURL Bergeracquoise de services St-Pierre-d'Eyraud

" h

"

Langon

"

LARRERE Environnement Liposthey

"

Sarlatla-Canéda

Auvergne Rhône-Alpes

SAS CLOTTES Biogaz Nojals-et-Clotte

Marmande

BIOVILLENEUVOIS Villeneuve-sur-Lot

"

ARCBIOGAZ Castelmoron/Lot

" h " h

"

"

" h

" h

Arcachon

Tulle

EPLEFPA du Périgord Coulounieix-Chamiers COOP CUMA de St-Quentin Marcillac-St-Quentin

Bergerac

"

h " h " h" "

Villeneuve/Lot

SIP du BROC Le Temple-sur-Lot

METHATUYAS Lüe

"

Agen

"

Nérac Mont-deMarsan

Grands Causses

Occitanie

"

"

Brivela-Gaillarde

" h" h

"

Dax

Ussel "

Lesparre" Médoc

"

" h

Nontron

" h

"

Émergence BIO Gentioux-Pigerolles

" "

Bordeaux

Bayonne

PAPET SMURFIT Saillat/Vienne

" h

" h" h" h

GAEC Bataillon St-Loup GAEC de la Salle Le Chauchet

"

ACTIBIO (Paponnet) La Chapelle

" h "

GAEC Paternostre Gouzon

Guéret "

Bellac

Confolens

St-Jeand'Angély

"

OCEAN ATLANTIQUE

© IGN Paris-Route500 ® 2014

2015 - Limousin - Poitou-Charentes Aquitaine

ADOUR Méthanisation Aire/l'Adour

METHALANDES Hagetmau

" h

" h

"

EARL BIXTAN Itxassou

" h

METHALAYOU Préchacq-Navarrenx

AGPM Montardon

" h

" h "

Pau "

OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

20

40 km

Avancement des projets En fonctionnement En construction

180

Source : Région Nouvelle-Aquitaine - 16/12/15

" h " h

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015

Pyrénées catalanes


181

Environnement énergie

Dans le cadre du développement de la production d’énergies renouvelables, la méthanisation occupe une place de plus en plus conséquente dans le mix énergétique. Ce processus, basé sur la dégradation de la matière organique, permet de produire de l’énergie sous forme de méthane. Ces dernières années, la méthanisation a pris toute sa place parmi l’ensemble des diverses solutions de production d’énergie renouvelable en permettant de répondre à 3 enjeux complémentaires : - produire de l’énergie, - réduire la charge polluante des résidus de la production énergétique, - proposer, dans certains cas, un digestat stabilisé utilisable comme fertilisant ou amendement organique dans l’agriculture. En 2015, la région comporte 25 unités en fonctionnement pour une puissance totale de près de 14 MW auxquelles s’ajoutent 8 unités en construction ce qui permettra d’atteindre les 17 MW. Leur répartition sur le territoire régional est assez homogène car contrairement aux autres moyens de production d’énergies renouvelables, les spécificités climatiques et géographiques n’influent pas ou très peu sur leur installation. Des différences existent néanmoins au niveau des process et de la puissance. La grande majorité de ces installations fonctionne en cogénération, le biogaz étant valorisé à la fois sous forme thermique et électrique, mais la technique de l’injection directe du biogaz épuré dans le réseau de gaz naturel se développe dans de nombreux projets.

25

unités

pour une puissance totale de 14 MW


air-énergie-déchets  Puissance totale des installations de production d'electricité renouvelable Puissance totale des installations de production d'électricité renouvelable - 2014 © IGN Paris-Route500 ® 2014

- parendépartement Par2104 département Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

Deux-Sèvres

Centre Val-de-Loire

Vienne CharenteMaritime

Creuse Haute-Vienne

Charente Corrèze OCEAN ATLANTIQUE

Gironde

Landes

Dordogne

Auvergne Rhône-Alpes

Lot-et-Garonne Occitanie Puissance installée

(par département en MW) 50

PyrénéesAtlantiques

Filières (par département) Eolien

ESPAGNE 0

182

20

40 km

Source : SOeS, d'après les obligations d'achat EDF, SEI et les entreprises locales de distribution (31/12/14)

Hydraulique Phovoltaïque Autres filières (biogaz, biomasse solide, déchets)

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


183

Environnement énergie

La répartition des installations de production d’électricité renouvelable est inégale sur le territoire. Ceci est lié en partie à ses caractéristiques géographiques et topographiques : recours à l’hydraulique plus important à l’est et au sud, à l’éolien au nord, au photovoltaïque au sud. La puissance et le nombre de ces installations augmentent à l’exception de l’hydraulique. Evolution des puissances installées d’électricité d’origine renouvelable (2008 - 2014)

2500

Hydraulique Evolution des puissances raccordées (MW)

2000 1500 1000 500 0

2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

500 450 400 350 300 250 200 150 100 50 0

Eolien Evolution des puissances raccordées (MW)

Photovoltaïque Evolution des puissances raccordées (MW)

1200

250

1000

200

800

150

600

100

400

50

200 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

0

Thermique renouvelable Evolution des puissances raccordées (MW)

0 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

Source : AREC Poitou-Charentes ( 2014 )

La part de l’électricité d’origine renouvelable dans la consommation régionale est de 18 % contre 21 % au niveau national. Du fait des potentialités locales, la contribution des trois filières thermique, photovoltaïque et éolien est plus équilibrée qu’au niveau national.

25

Part de la production d'électricité d'origine par rapport à la consommation d'électricité

20 15 10 5 0 Région Eolien Photovoltaïque

France Hydraulique Thermique à combustible renouvelable

Source : AREC Poitou-Charentes ( 2014 )

Production d’électricité (RTE 2014) - GWh

Les installations de production d’électricité implantées dans la région Nouvelle-Aquitaine contribuent à la production française à hauteur de 9,3 %. Cette contribution est un peu plus importante pour le nucléaire (10,2 %) et moins importante pour l’ensemble des énergies renouvelables à l’exception de la filière photovoltaïque, très développée dans la région (19,7 %).

FRANCE

Région

Part de la production de la région dans la production française

Nucléaire Thermique fossile Thermique renouvelable Photovoltaïque Eolien Hydraulique

415 857 25 834 7 452 5 942 17 085 68 018

42 546 609 1 149 1 170 821 4 110

10,20% 2,40% 16,00% 19,70% 4,80% 6,00%

TOTAL

540 188

50 405

9,30%

Source : AREC d’après EDF, SOREGIES, GEREDIS, RTE


air-énergie-déchets Emissions de particules fines (PM10)

Emissions de particules en suspension (PM10) - 2010 2010 - par commune

Par commune

Bressuire

© IGN Paris-Route500 © 2014

Pays de la Loire

Châtellerault

Parthenay

Centre Val-de-Loire Poitiers

Montmorillon

Niort Bellac

La Rochelle Rochefort

St-Jean-d'Angély

Saintes

Aubusson Rochechouart

Cognac

Limoges Angoulême

OCEAN ATLANTIQUE

Guéret

Confolens

Nontron

Jonzac

Ussel

Lesparre-Médoc

Blaye

Périgueux Libourne Bergerac

Tulle

Sarlat-la-Canéda

Auvergne Rhône-Alpes

Bordeaux

Arcachon

Langon Marmande Villeneuve/Lot

Agen

Dax

Mont-de-Marsan

Occitanie

Bayonne

Pau

Particules en suspension (PM10) kg/km²

ESPAGNE 0

40

> 5 000 2 000 1 500 500 < 100

kilomètres

Sources : AIRAQ (Inventaire 2010 v2.0) -

184

ATMO POITOU-CHARENTES - LIMAIR (ICARE v3.0)

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


185

Environnement énergie

Plus de la moitié (55 %) des émissions de particules du territoire (PM10) sont localisées sur 5 départements (Gironde, Charente-Maritime, Landes, Pyrénées-Atlantiques et Dordogne). La Gironde est le département le plus émetteur.

Les particules PM10 sont à l’origine de la grande majorité des épisodes de pollution. Tous les départements à l’exception de la Gironde ont connu moins de 10 épisodes de pollution par an entre 2012 et 2014.

La plupart des mesures effectuées depuis plusieurs années montrent une baisse des concentrations. Cette baisse est particulièrement marquée en ce qui concerne les particules fines PM10 et PM2,5 surtout sur la période récente alors que la tendance à la baisse est régulière pour le dioxyde d’azote. La variation est plus irrégulière concernant l’ozone, les niveaux observés en 2014 étant identiques à ceux de 2000.

Episodes de pollution par département Nombre moyen de jours/an (2012-2014)

Evolution des concentrations en NO2, PM10, PM2,5 et O3 Période 2000-2014

Suite à la loi Laure ( 1996), la surveillance de la qualité de l’air est assurée par les Associations de Surveillance de la Qualité de l’Air (AASQA) agréées par le Ministère en charge de l’Ecologie : Airaq en Aquitaine, Atmo Poitou-Charentes en Poitou-Charentes et Limair en Limousin. 55 stations fixes permettent de mesurer en permanence les polluants réglementés sur le territoire de la région. Elles présentent des typologies différentes : 26 stations urbaines et périurbaines, 14 à proximité du trafic, 10 à proximité d’industries et 5 rurales. 4 polluants sont suivis pour définir les pics de pollution : particules en suspension PM10, ozone, dioxyde d’azote, dioxyde de soufre. Le dépassement d’un seuil d’alerte entraîne la prise d’un arrêté préfectoral « épisode de pollution ».


air-énergie-déchets Déchets ménagers et assimilés collectés

Déchets et assimilés collectés - 2013 2013 ménagers - par département

par département en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

DeuxSèvres 208 819 T

! (

Charente-Maritime 448 744 T

! (

OCEAN ATLANTIQUE

Gironde 895 847 T

! ( Landes 383452 T

! ( ! (

Pyrénées-Atlantiques 389 825 T

0

ESPAGNE 20

40 km

Source : AREC, SINOE®

186

Vienne 241 700 T

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Pays de la Loire

Centre Val-de-Loire

! (

Creuse 59 663 T

Haute-Vienne 187 571 T

! (

! (

Charente 204 197 T

! (

Dordogne 231 010 T

Corrèze 118 631 T

! (

! (

Auvergne Rhône-Alpes

Lot-et-Garonne 193 215 T

! (

Production

Occitanie

(en milliers de tonnes) moins de 125

! (

! (

de 125 à 250

! (

de 250 à 500

de 500 à 900

! (

© © Région Région Nouvelle-Aquitaine*Nouvelle-Aquitaine - 09/2015 11/2015


187

Environnement énergie

La croissance économique et démographique couplée au progrès technologique ainsi que l’évolution des modes de vie et des habitudes de consommation ont eu une incidence forte sur l’augmentation de la quantité de déchets produite par les ménages. La production d’ordures ménagères par habitant a ainsi doublé en quarante ans en France. Les déchets des activités économiques (hors BTP) ont, de leur côté, augmenté de 5 % entre 2008 et 2010. A l’échelle de la région, 3,67 millions de tonnes de déchets des ménages et assimilés ont été collectées en 2013, représentant 9,7 % de la production de déchets en France. Ce ratio est légèrement plus élevé que le ratio de population (9,2 %) du fait de l’importance de l’activité touristique. La production d’ordures ménagères, après une augmentation régulière au cours des quarante dernières années, tend à se stabiliser voire à légèrement diminuer depuis le milieu des années 2000.

Les enjeux de préservation des ressources et d’optimisation de la gestion des déchets ont été réaffirmés par la récente loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte et le plan national de la prévention des déchets, qui visent les objectifs suivants : - Réduire de 7 % la production de déchets ménagers et assimilés par habitant en 2020 (vs 2010), - Stabiliser la production de déchets issus des activités économiques et du BTP d’ici 2020, - Valoriser 70 % des déchets du BTP d’ici 2020, - Valoriser 55 % des déchets non dangereux en 2020, 60 % en 2025, - Réduire de 50 % les déchets en stockage d’ici 2025.

3,7

millions

de tonnes de déchets collectées en 2013


air-énergie-déchets Installations de traitement des déchets

2012 Installations de traitement des déchets - 2012 En Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

" h " h h " Bressuire " h h " h "

" h" h

"

Parthenay

" h" h " h" h" h h" " h" h" h " h " h" h " h

" h" h" h "

La Rochelle

" h

" h

"

Montmorillon

" h " h

Guéret

" h Bellac " Confolens " h h "" Limoges h " h h " h " h" h Rochechouart

"

"

" h " h " h" h

"

Saintes "

Centre Val-de-Loire

"

"

"

"

Poitiers

"

" h " h " h " h h Niort " h" " h " h " h " h St-Jean" h d'Angély " h " hh " " h" h " h

Châtellerault

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Pays de la Loire

Cognac

" h

"

"

Aubusson

"

"

" h" " hh Angoulême

"

"

"

LesparreMédoc

Nontron "

Jonzac

" h

h "" h

"

Ussel

" h " h

"

Périgueux " h h " h" " h " h " h h " " h Bordeaux " h Libourne " h " h "" h Bergerac " h" " hh " h" " h h h " h " h Arcachon " h " h " h" Langon h" " hh " h Marmande " h " h " h " h " h " h " h " h Agen " h "

Blaye

"

"

"

"

" h h Brive- " h" la-Gaillarde " h " h

" h

"

"

Sarlatla-Canéda

" h

"

Tulle

h "" h Auvergne Rhône-Alpes

"

"

"

"

"

"

Nérac

" h " h " h Bayonne " h" h " hh" " h " h " h

" h "

" h" h Mont-deMarsan "

Dax

"

" h

" h " h " h " h

Occitanie

" h " h " hPau " h" h " h

Type Compostage

"

h "" h Oloron-

Incinération

"

Ste-Marie

0

188

20

40 km

Source : Base SINOE - 2012

Incinération avec valorisation énergétique Stockage en ISDND - Installations de stockage de déchets non dangereux Tri

" h " h " h " h " h

© Région Nouvelle-Aquitaine - 12/2015 09/2015


189

Environnement énergie

En matière de traitement des déchets, la région dispose en 2011 de 141 installations sur son territoire (10,3 % des installations de France), qui ont mobilisé 3,2 millions de tonnes de déchets. On dénombre 68 unités de compostage, 12 unités de valorisation énergétique, 5 incinérateurs et 23 unités de stockage (source SINOE®).

Le réseau des déchetteries atteint un stade de couverture du territoire plus élevé qu’en moyenne nationale, avec environ 12 déchetteries pour 100 000 habitants au lieu de 7.

141

installations en région

Nombre de déchetteries pour 100 000 habitants 25 20 15 10 5 La De ndes ux -S èv res Vie nn e Cr eu se C o Lo t-e rrèz e t-G aro nn e D Ch are ordo gn nt Py e rén e-M a ée s-A ritim e tla nti qu es Ch a Ha rent ute e -V ien ne Gir on de

0

Source : AREC Poitou-Charentes ( 2012 )

Remarque : Les installations de transit de déchets ne sont pas répertoriées sur la carte.


air-énergie-déchets  erritoires à énergie positive T pour àla croissance verte Territoires Energie Positive pour la Croissance Verte - 2015 En2015 Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

"

Bressuire

Parthenay

Châtellerault

"

Centre Val-de-Loire

ays CA hâtelleraudais "

Poitiers "CA Grand Poitiers Pays des Six Vallées

Niort

© IGN Paris-Route500 ® 2014

CC du Thouarsais

"

Montmorillon

"

"

La Rochelle

CA du Niortais

CA ochelle

Pays Mellois

Guéret

"

CA du Grand Guéret

"

CC de Rochefort l'Ile " d'Oléron Pays Marennes-Oléron

Saintes

Bellac " "

St-Jeand'Angély

Confolens

"

"

"

" "

Rochechouart

CA du Grand Angoulême

Cognac

CA Limoges Métropole

PNR Millevaches en Limousin

"

Angoulême "

Nontron "

Jonzac

PNR Périgord-Limousin

OCEAN ATLANTIQUE

Bordeaux

"

Pays Isle en Périgueux Périgord CA Bergeracoise Bergerac"

"

Syndicat de Cohérence Territoriale du Bergeracois (SYCoTEB)

Pessac Arcachon

Pays Le Haut entre deux Mers

"

"

Langon

"

Pays de Uzerche Tulle

LesparreMédoc "

CC de la Haute Pays de la Saintonge Haute Gironde Blaye " CC du canton du CA du Bourg Libournais Bordeaux " Libourne Métropole

Aubusson

Limoges

CA du Tulle Bassin de Brive "

Ussel

"

Brivela-Gaillarde

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlat- " la-Canéda

"

Marmande "

CC de Mimizan

Villeneuve/Lot

CC de la Haute Lande

Agen

"

Mont-deMarsan

CC des Landes d'Armagnac

Nérac

Occitanie

"

CC Maremne Dax Adour " Côte Sud Bayonne

"

"

Pau "

CC de Garazi-Baigorri CC de Soule-Xiberoa

ESPAGNE 0

190

20

40 km

Source : AREC (juin 2015)

OloronSte-Marie

"

Parc National des Pyrénées

Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


191

Environnement énergie

Les territoires s’engagent dans des démarches en faveur du climat, de l’énergie et des déchets.

35

Territoires à Energie Positive pour la Croissance Verte (TEPOS)

TEPOS

35 territoires participent à la démarche de territoire à énergie positive pour la croissance verte suite à l’appel à initiative lancé par le Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Energie (MEDDE) fin 2014 : - la Métropole bordelaise, - 10 communautés d’agglomération, - 10 communautés de communes, - 7 territoires de contractualisation, - 1 SCoT, - 1 Parc National, - 2 Parcs Naturels Régionaux, - 2 communes.

TerritoiresZéro ZéroGaspillage GaspillageZéro ZéroDéchet Déchet- 2015 Territoires 2015 En Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Pays de la Loire

"

Bressuire

Parthenay

Châtellerault

"

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Six domaines d’action sont retenus : - la réduction de la consommation d’énergie, - la diminution des pollutions et le développement des transports propres, - le développement des énergies renouvelables, - la préservation de la biodiversité, - la lutte contre le gaspillage et la réduction des déchets, - l’éducation à l’environnement.

12

Territoires Zéro Gaspillage Zéro Déchet

Centre Val-de-Loire

"

Poitiers "

"

Montmorillon

"

Niort Guéret

"

La Rochelle

"

"

"

Bellac

Rochefort

" "

St-Jeand'Angély

Confolens "

Saintes

Territoires Zéro Gaspillage Zéro Déchet

"

Aubusson

Limoges "

"

"

Rochechouart

Cognac "

Angoulême

Sur les 58 territoires désignés fin 2014 au niveau national, suite à l’appel à projets « zéro gaspillage zéro déchets », 12 territoires de la région participent : - 3 en Aquitaine, - 3 en Limousin, - 6 en Poitou-Charentes. Ils prennent un engagement fort sur la politique des déchets en associant tous les acteurs : citoyens, entreprises, collectivités, associations de protection de l’environnement... et font l’objet d’un accompagnement technique et financier de l’ADEME.

"

Nontron "

Jonzac

"

Ussel

"

LesparreMédoc

OCEAN ATLANTIQUE

"

Bordeaux Arcachon

Tulle

Blaye

"

"

Périgueux

"

"

Brivela-Gaillarde

Libourne Bergerac"

"

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlat- " la-Canéda

"

"

Langon

"

Marmande "

Villeneuve/Lot

Agen

" "

Nérac Mont-deMarsan

Occitanie

"

Dax "

Bayonne

"

Pau "

"

OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

20

40 km

Source : AREC (juin 2015)

Territoire Zéro Gaspillage Zéro Déchet

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


RISQUES NATURELS Gestion des risques inondations

2015 des Risques Inondations - 2015 Gestion

Région Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

Bressuire

Châtellerault

"

"

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Pays de la Loire

Centre Val-de-Loire

Parthenay "

Poitiers"

"

Montmorillon

"

Niort Guéret

"

La Rochelle

"

"

Bellac

Rochefort

"

Confolens

"

St-Jeand'Angély

"

"

Rochechouart

Saintes " "

Cognac "

Aubusson

Limoges

"

"

Angoulême Nontron

Jonzac

Ussel

"

"

"

"

LesparreMédoc

OCEAN ATLANTIQUE

"

"

Périgueux "

Blaye

Tulle

"

Brivela-Gaillarde

Bordeaux Arcachon

"

Libourne

Bergerac

"

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlat- " la-Canéda

"

"

"

Langon

"

Marmande Villeneuve/Lot "

" "

Mont-deMarsan

Occitanie

"

Dax

Bayonne

"

"

"

"

OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

20

Agen

Nérac

40 km

Pau

Plan de Prévention des Risques d'inondation approuvé sur la commune

Programme d'Actions et de Prévention des Inondations communes concernées

192

Sources : Base GASPAR - 2015 (www.Prim.net)

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015

Pyrénées catalanes


193

Environnement énergie

Les risques naturels sont susceptibles d’être amplifiés en intensité et en fréquence par les changements climatiques. Les risques plus présents en région Nouvelle-Aquitaine sont les inondations et les chocs mécaniques liés à l’action des vagues, les mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse et les feux de forêts.

Inondations et phénomènes littoraux La région est concernée par le risque inondation sur une grande partie de son territoire en dehors de deux grandes zones : les trois départements du Limousin et les Landes. Les plans de prévention des risques (PPR) institués par la loi n° 95-101 du 2 février 1995 sont élaborés et mis en application par l’Etat en prévention des risques naturels prévisibles. En 2014, 962 communes de la région (21 % des communes) ont fait l’objet d’un PPR inondation approuvé (y compris révisé). Face à cette situation, de nombreux programmes d’action et de prévention des inondations ont été mis en place sur la région, par exemple autour de l’estuaire de la Gironde ou du Marais Poitevin.

720 km

de côtes

Localisation communes Localisation des des communes exposées aux risques risqueslittoraux. littoraux exposées aux

Avec un linéaire de côtes de 720 kilomètres (460 km en Charente-Maritime et 260 km en Aquitaine), la région est également très sensible aux phénomènes littoraux. Le recul du trait de côte en est une des conséquences constatées sur la côte aquitaine ; ainsi le recul côtier moyen observé en Gironde et dans les Landes est de l’ordre de 0,5 à 1,5 mètres par an. Par sa situation géographique exposée aux flux d’ouest et son relief marqué par de nombreux estuaires, cette façade est fortement soumise au risque de submersion marine ; les différentes tempêtes dont Xynthia en 2010 l’ont rappelé. Les zones de marais et les territoires insulaires de Charente-Maritime protégés de digues sont particulièrement vulnérables à ces phénomènes. Au total, une centaine de communes comptabilisant 300 000 habitants sont identifiées à risque au regard de cet aléa.

Bressuire

Pays de la Loire

"

Parthenay "

"

Niort

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Région Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

Poitiers

"

La Rochelle Rochefort "

"

St-Jeand'Angély

Saintes " "

Cognac "

Jonzac "

"

LesparreMédoc

OCEAN ATLANTIQUE

"

Blaye

Bordeaux

"

Libourne

"

Arcachon

"

"

Langon

Marmande "

Mont-deMarsan

"

"

Bayonne

Dax

Languedoc-Roussillon / Midi-Pyrénées

"

"

Un risque naturel implique l’exposition des populations et de leurs infrastructures à un événement catastrophique d’origine naturelle : inondations, submersions marines et érosion côtière, tempêtes et cyclones, séismes, mouvements de terrain, feux de forêt, éruptions volcaniques et avalanches. Hormis les tempêtes susceptibles de concerner l’ensemble du territoire, ces aléas ne risquent d’affecter que certaines zones. Les Programmes d’Actions de Prévention contre les Inondations (PAPI) ont été lancés en 2002. Ils ont pour objet de promouvoir une gestion intégrée des risques d’inondation en vue de réduire leurs conséquences dommageables sur la santé humaine, les biens, les activités économiques et l’environnement.

Pau

"

Risques identifiés

ESPAGNE 0

20

40 km

Recul du trait de côte Submersion marine

Sources : Base GASPAR - 2015 (www.Prim.net) © Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


RISQUES NATURELS Aléa retrait-gonflement des sols argileux

Aléa retrait-gonglement des sols argileux 2010 Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

Bressuire

Châtellerault

Centre Val-de-Loire

Parthenay

Poitiers

Niort

Montmorillon

La Rochelle

Guéret

Bellac Rochefort

Saint-Jeand'Angély

Confolens

Aubusson

Limoges

Saintes

Rochechouart

Cognac

Angoulême

Ussel

Jonzac

OCEAN ATLANTIQUE

LesparreMédoc

© IGN Paris - BD TOPO ®, 2012.

Pays de la Loire

Nontron

Tulle Blaye

Bordeaux

Périgueux Libourne Bergerac

Sarlatla-Canéda

Brivela-Gaillarde

Auvergne Rhône-Alpes

Arcachon Langon Marmande Villeneuve/Lot

Agen Nérac

Mont-deMarsan Dax

Occitanie Bayonne

Aléas retrait-gonflement des argiles Pau OloronSte-Marie

ESPAGNE 0

20

40 km

Sources : BRGM, MEDDE, 1998-2010

194

Conception et réalisation : ORE Poitou-Charentes

Aléa fort Aléa moyen Aléa faible A priori nul

© Région Nouvelle-Aquitaine - 09/2015


195

Environnement énergie

Aléa retrait-gonflement des argiles Depuis 1989, date d’intégration des mouvements de terrain dus au retrait-gonflement des argiles dans le régime de catastrophes naturelles, ce phénomène constitue au niveau national le deuxième poste d’indemnisation après les inondations. La région Nouvelle-Aquitaine (2 598 km²) compte avec le Centre (2 203 km²) les plus grandes surfaces classées en aléa fort de retrait-gonflement des argiles. Ceci représente 3,1 % de la surface de la région. Le Limousin n’est pas concerné par un aléa fort. Au global, 54,5 % du territoire de la région est concerné par un aléa retrait-gonflement fort, moyen ou faible, cette sensibilité importante s’expliquant par la nature des roches et des minéraux argileux très présents.

54,5%

du territoire est concerné par l’aléa retrait-gonflement des argiles

Cartographie nationale des zones potentiellement sensibles aux incendies de forêts. 1989 - 2008

Risque feu de forêts Avec plus de 2,8 millions d’hectares de forêt, la région est soumise au risque feu de forêt. Cet aléa est à nuancer en fonction des conditions climatiques. Ainsi, le massif forestier des Landes de Gascogne, le plus important de la région, est le plus exposé au risque feu de forêt en raison d’un climat sec en été, contrairement aux massifs forestiers de Dordogne ou de Corrèze qui bénéficient de conditions naturelles plus clémentes sur les contreforts du Massif Central.

Le phénomène de retrait-gonflement des argiles survient en présence de terrains argileux renfermant des argiles dites « gonflantes » et en situation d’alternance de période de sécheresse de forte intensité et de période humide. Le retrait-gonflement des argiles provoque des dégâts sur la structure des bâtiments (fissuration des murs et du sol), mais ne constitue pas de risque majeur pour la population. Les désordres se manifestent par : •des fissurations sur les murs, les soubassements, les cloisons ; • une distorsion des fenêtres et des portes ; • un décollement des bâtiments annexes ; • une dislocation des dallages ; • une rupture des canalisations enterrées…


RISQUES NATURELS Arrêtés de catastrophes naturelles

depuis 1996 - par commune Arrêtés de catastrophes naturelles - Depuis 1996

Par commune en région Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

© IGN Paris-Route500 ® 2014

Pays de la Loire

Bressuire Châtellerault

" "

Centre Val-de-Loire

Parthenay "

Poitiers" Niort

"

Montmorillon

"

Guéret

"

La Rochelle

"

"

Bellac

Rochefort "

"

Confolens

St-Jeand'Angély

Saintes " "

"

"

Rochechouart

Aubusson

"

"

Limoges

Cognac "

Angoulême Nontron

Jonzac

Ussel

"

"

"

"

LesparreMédoc

OCEAN ATLANTIQUE

"

"

Périgueux

Blaye

"

Tulle

Brivela-Gaillarde "

Bordeaux

"

Libourne

Bergerac

"

Arcachon

Auvergne Rhône-Alpes

Sarlat- " la-Canéda

"

"

"

Langon

Marmande "

Villeneuve/Lot "

Agen

"

"

Nérac Mont-deMarsan

Occitanie

"

"

Bayonne

Dax

"

Arrêtés de catastrophes naturelles "

Oloron- " Ste-Marie

ESPAGNE 0

20

40 km

Nombre

Pau absence faible / moins de 3 arrêtés moyen / de 3 à 5 arrêtés important / de 6 à 22 arrêtés

196

Sources : Base GASPAR - 2015 (www.Prim.net)

© Région Nouvelle-Aquitaine - 01/2016 09/2015


197

Environnement énergie

Au niveau français, les conséquences des catastrophes naturelles augmentent depuis plusieurs décennies, principalement du fait de la croissance urbaine et économique dans les territoires exposés aux risques naturels. Dans la région Nouvelle-Aquitaine, plus de 58 % des habitants vivent dans des communes ayant connu plus de 5 catastrophes naturelles entre 1996 et 2015. Cette population est en grande partie regroupée sur 25 % des communes.

58%

de la population réside dans des communes exposées

La région est principalement touchée par les inondations ; celles-ci représentent 64 % des arrêtés de catastrophe naturelle entre 1996 et 2014. Les mouvements de terrain concernent 62% des cas et les chocs mécaniques liés à l’action des vagues 23 %. Remarque : un arrêté de catastrophe naturelle peut être pris au regard de plusieurs conséquences (ex. : un même arrêté peut concerner une inondation et un mouvement de terrain).

Ma rti n

Nombre de communes concernées par un arrêté de catastrophe naturelle 1996 - 2014 Arrêtésde de catastrophes catastrophesnaturelles naturellesliés liésaux auxtempêtes tempêtes- Depuis 1996 Arrêtés Depuis 1996 en région Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes Par commune

4500 4000

Trajectoire de Martin (1999)

Pays de la Loire

Bressuire

2500

Châtellerault

" "

Kla us

2000

Centre Val-de-Loire

Parthenay "

Xy nth ia

1500

Poitiers"

Trajectoire de Xynthia (2010)

1000 500

"

Niort

Montmorillon

"

Guéret

"

La Rochelle

"

"

Chocs mécaniques liés à l'action des vagues

Inondation Mouvement de terrain

Bellac

Rochefort

1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

0

© IGN Paris-Route500 ® 2014

3500 3000

"

Mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse

"

Saintes

Confolens

St-Jeand'Angély

" "

"

"

Rochechouart

Limoges

Cognac "

Aubusson

"

"

LA I ENN E

Angoulême Nontron

Jonzac

Ussel

"

"

"

"

"

Périgueux

Blaye

"

L'ISLE

LA NE ON AR

Par ailleurs, en raison de sa situation géographique, la région est plus particulièrement exposée aux flux d’ouest et aux tempêtes hivernales. Depuis 1996, 3 évènements majeurs ont marqué l’histoire du territoire : - la tempête MARTIN en décembre 1999 - la tempête KLAUS en janvier 2009 - la tempête XYNTHIA en février 2010

Bordeaux

"

Libourne

Bergerac

"

Arcachon

Sarlat- " la-Canéda

"

Tulle

Brivela-Gaillarde "

GNE DO

A

LesparreMédoc

OCEAN ATLANTIQUE

OR

"

L

Auvergne Rhône-Alpes

"

Langon

"

Marmande "

Trajectoire de Klaus (2009) Nérac

Villeneuve/Lot "

Agen

" "

Mont-deMarsan

Grands Causs

"

Ces évènements ont occasionné des dégâts extrêmement importants, toutes les communes de la région ayant fait l’objet d’au moins un arrêté de catastrophe naturelle en décembre 1999, 1 745 en 2009 et plus de 1 500 en février 2010.

"

Bayonne

Occitanie

Dax

"

"

Oloron- " Ste-Marie

ESPAGNE 0

20

40 km

Pau

Communes ayant fait l'objet d'un arrêté de catastrophe naturelle lors des tempètes suivante Klaus - Janvier 2009 Xynthia - Février 2010 Lothar et Martin - Décembre 1999

NB : cette carte présente les communes ayant fait l’objet d’un Arrêté de Catastrophe Naturelle suite aux 3 tempêtes intervenues depuis 1996.

Sources : Base GASPAR - 2015 (www.Prim.net)

© Région Nouvelle-Aquitaine - 01/2016 09/2015

Pyrénées catalanes


notes

198


199

Atlas régional 2016 - Nouvelle-Aquitaine Région Nouvelle-Aquitaine - 14, rue François de Sourdis - 33077 BORDEAUX Cedex Rédaction : Direction à l’Aménagement du Territoire et à l’Action Régionale de la Nouvelle-Aquitaine Conception et réalisation : 3008 l’Agence Version : 10/2016


aTLAS régional 2016

Atlas régional 2016 de la Nouvelle-Aquitaine  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you