Issuu on Google+

Conseil de Développement Pays de Montbéliard Agglomération

Conseil de Développement

Pays de Montbéliard Commission ÉconomieAgglomération de la Connaissance & Excellence Territoriale

Conseil de Développement

Conseil de Développement

Conseil de Développement

Conseil de Développement

Pays de Montbéliard Agglomération

Pays de Montbéliard Agglomération

Conseil de Développement Pays de Montbéliard Agglomération

Pays de Montbéliard Agglomération

Pays de Montbéliard Agglomération

Conseil de Développement Pays de Montbéliard Agglomération

Technoland : un parc d'activités et d'innovations technologiques

Nos PME/PMI face au défi de l'innovation Novembre 2012

www.codev.agglo-montbeliard.fr


Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

 Sommaire Le mot du président du codev… …………………………………………………………………………………………… 4 Le mot de l’animateur de la commission… …………………………………………………………………………… 5 « Le territoire entre désormais dans le jeu économique comme matrice d’organisation et d’interaction sociales, et non plus, comme stock ou assemblage de ressources techniques »

Verbatim ……………………………………………………………………………………………………………………………… 6

Pierre Veltz Mondialisation, villes et territoires, l’économie d’archipel, Paris, PUF, 1996.

L’innovation et les entreprises… …………………………………………………………………………………………… 9

Introduction… ……………………………………………………………………………………………………………………… 7

La recherche publique et les laboratoires… …………………………………………………………………………… 12 Les soutiens et aides pour l’innovation… ……………………………………………………………………………… 16 Les principales propositions… ……………………………………………………………………………………………… 18 Conclusion… ………………………………………………………………………………………………………………………… 22

 Annexes La politique de Pays de Montbéliard Agglomération en matière de recherche et d’enseignement supérieur… …………………………………………………………………………………………………………………………… 24 Les membres de la commission… ………………………………………………………………………………………… 27 Les personnes auditées………………………………………………………………………………………………………… 28 Dates, lieux, objectifs des réunions de la commission… ………………………………………………………… 29 Glossaire - acronymes…………………………………………………………………………………………………………… 30 Définitions & théories…………………………………………………………………………………………………………… 31 Articles de presse - références……………………………………………………………………………………………… 33 Budget de recherche et transfert technologique de PMA 2009 à 2011…………………………………… 34 Les entreprises sur le territoire de PMA………………………………………………………………………………… 35 Carte heuristique (Mind Map)………………………………………………………………………………………………… 36 Le rapport Gallois… ……………………………………………………………………………………………………………… 38

3


Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

4

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

 Le mot du président du Codev

 Le mot de l’animateur de la commission

Notre conseil de développement a voulu se saisir d’une préoccupation contemporaine qui renvoie à la question de la dynamique du territoire et au-delà à son attractivité en termes de valorisation de ses savoir-faire et d’implantation d’activités nouvelles. L’échelle du territoire n’a jamais été aussi présente dans les processus économiques de la mondialisation, si ce n’est que pour tenter d’entraver les désastreux effets d’une résistible désindustrialisation. Depuis trente ans, la décentralisation a généré des leviers d’action permettant d’inscrire les politiques publiques dans le local et de favoriser des actions de reterritorialisation. Encore faut-il poser le bon diagnostic et engager la réflexion vers des orientations claires et ciblées pour avancer des propositions efficientes.

Quoi de mieux que d’aborder l’innovation comme objet de discussion et de propositions dans un territoire qui s’est très largement construit autour d’inventeurs ou plus précisément d’innovateurs, d’entrepreneurs et de générateurs d’activité économique et sociale ? Entre auto-saisine et attentes exprimées de la part de plusieurs élus de l’Agglomération, la commission "Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale" s’est donc investie dans un travail de découverte, d’écoute et d’échanges dans le but d’établir un diagnostic et d’envisager des propositions d’actions au bénéfice de la collectivité. Au départ, positionnée sur la question de la recherche publique et des relations avec les entreprises, la commission a progressivement élargi son travail pour couvrir le thème de l’innovation.

Aujourd’hui encore, l’industrie reste un puissant moteur de l’économie et le nord Franche-Comté en est la parfaite illustration. L’activité industrielle continue à structurer puissamment notre territoire, imprimant en profondeur les mutations de notre temps. Pour faire face à ces nouveaux enjeux, et pour prendre en miroir le modèle rhénan, la commission « Economie de la connaissance & Excellence territoriale » a sciemment posé la problématique des PME-PMI, fer de lance de la prospérité outre-Rhin, considérant que les grands donneurs d’ordre restent sur des stratégies autonomes. Il existe des modèles productifs à imiter (cluster, district industriel, système productif localisé…) pour une polarisation lisible des compétences en matière de construction automobile et de métallurgie de transformation. Les territoires qui gagnent sont ceux qui donnent priorité à l’innovation. Encore faut-il que les savoirs scientifiques viennent fertiliser les savoirs professionnels ? Encore faut-il tendre vers une atmosphère émulatrice ? Encore faut-il parvenir à un large consensus local ?

Le diagnostic est le fruit d’un travail large qui a permis de faire rencontrer des acteurs clés et d’éclairer au mieux les membres de la commission. La phase exploratoire, l’étape la plus longue mais incontournable, nous a entrouvert de saisir au mieux les enjeux de chacun : les entrepreneurs, les chercheurs, les institutions, les élus… Je peux ainsi remercier toutes celles et tous ceux qui ont pris de leur temps pour nous apporter leur expertise. Les propositions qui apparaissent dans ce rapport sont le résultat d’une réalité perçue par les membres de la commission. L’angle retenu est celui des Petites et Moyennes Entreprises du pays de Montbéliard, le levier identifié et étudié est celui de Pays de Montbéliard Agglomération mais pas seulement, et l’esprit est d’acter des actions concrètes pour contribuer au soutien à l’innovation pour notre territoire. Pour marquer la démarche retenue par ce rapport, j’espère que nous aurons réussi à nous rapprocher, par analogie, d’une théorie en management de l’innovation, il s’agit de la théorie de la traduction de Bruno LATOUR et Michel CALLON. Ils appuient leur thèse autour d’une expérience menée en baie de St Brieux pour introduire une innovation importante dans la culture de coquilles Saint-Jacques. La réussite de ce projet est passée par un travail commun entre laboratoires de recherche, entreprises et institutions publiques. Le décloisonnement entre les acteurs est incontournable et la traduction nécessaire pour que chacun comprenne quels sont les enjeux des autres et l’intérêt du travail collectif, en réseau et coordonné.

C’est bien dans cet état d’esprit que la commission animée par David Markezic a travaillé en lien avec de nombreux acteurs et représentants institutionnels, agrégeant ainsi une diversité d’expériences, facilitant les échanges entre des mondes divers, créant les conditions d’une solidarité réflexive. Je remercie pour leur implication et le fruit de longues séances de travail tous les participants qui se sont mobilisés et qui ont donné du temps. Aujourd’hui, un diagnostic est posé, une photographie des compétences a été réalisée, des processus ont été décrits et des potentialités d’action sont tracées. Il reste à afficher une stratégie volontariste en termes d’intelligence collective, visant à dynamiser une culture territoriale forte.

Je profite de ces quelques lignes pour remercier tous les membres de la commission qui ont su être présents et actifs dans les échanges. Je peux souligner le travail important fourni par les rédacteurs de ce rapport ainsi que le soutien appuyé de notre président du Conseil de développement, Pierre Lamard, et celui de notre dynamique chargé de mission, Jilali El Rhaz et notre assistante administrative, Sylvie Barneoud.

Pierre LAMARD

David MARKEZIC

5


6

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

 VERBATIM – Comité de rédaction Emmanuel BRUGGER Directeur – Entreprise CRISTEL

"Cette commission m’a montré combien nos responsables politiques de proximité ont conscience du besoin fondamental d’innovation qu’ont les TPE et PME pour vivre et se développer et à quel point elles n’ont pas conscience de la richesse des moyens mis à leur disposition pour les y encourager. Je souhaite vivement que les propositions synthétisées dans ce rapport apportent à nos élus de réelles pistes pour inciter les rapprochements avec les laboratoires, et ainsi favoriser le développement des entreprises locales et donc de l’emploi.” Samuel GOMES Enseignant-Chercheur - UTBM

"Les travaux réalisés au sein de cette commission, sur des sujets d'une portée hautement stratégique, pour notre territoire, traitent de l'innovation et de la recherche, au service de la compétitivité de nos entreprises, et plus particulièrement des PME-PMI. En tant qu'enseignant-chercheur à l'UTBM et habitant de l'agglomération, j'attends que les conclusions proposées par le groupe de travail soient réellement prises en compte et déployées au sein du tissu académique et industriel local.” Nicolas CHAILLET Enseignant-Chercheur - UFC

"Développer l'économie de la connaissance, l'innovation, requiert une connaissance mutuelle, des outils adaptés, au service d'une synergie pragmatique et efficace entre le monde industriel et celui de la recherche et de l'enseignement supérieur. Chaque acteur doit avoir un rôle clair dans cette synergie. La commission a été l'occasion d'exprimer une volonté, de dégager un diagnostic et des pistes partagées, en se préoccupant particulièrement de la R&D et de l'innovation au service des PME-PMI. J'espère que ces travaux apporteront un éclairage utile aux politiques futures dans ce domaine particulièrement stratégique." Jean-Louis AMAT Directeur en charge de la direction de l’économie - ADU

"Le développement économique s'inscrit dans le présent, sur

l'immobilier d'entreprises ou les aides au financement de projets de l'industrie. Mais l'accompagnement à l'innovation est aussi une mission importante du développement économique d'un territoire, car il s'agit de préparer les "emplois de demain". Les travaux de la commission du Conseil de Développement, entre représentants des PME locales, de chercheurs et d'acteurs impliqués du territoire, ont permis de faire le tour des questions ouvertes, et d'aborder des pistes de solutions. Développer l'innovation, le lien entre recherche et industrie, dans le but de créer de la valeur, revient à favoriser un cercle vertueux où recherche (de fond) et développement (productif) s'auto-alimentent mutuellement. La difficulté majeure est de donner l'impulsion initiale pour amorcer ce cycle. " Philippe CANALDA Enseignant-Chercheur – UFC

"Au sein de cette commission, je découvre à quel point notre territoire est porté sur l'ingénierie industrielle, et qu'il recèle des richesses et des talents. Nos politiques ont su rassembler en un même vivier, PME, Recherche Publique, et Organismes Institutionnels, autour d'un projet qui vise à pérenniser une activité locale dirigée vers l'Avenir. Je souhaite vivement que la cartographie réalisée de notre potentiel d'innovation, ainsi que les premières propositions pragmatiques émises, se révèlent si pertinentes qu'elles participent à ancrer l'innovation dans le développement économique local, qu'elles inaugurent une nouvelle forme de gouvernance d'innovation territoriale.” Hervé HUILIER Dirigeant - CREATHES

"Cette occasion d’exprimer le point de vue des PME/TPE sur les réalités auxquelles elles sont confrontées dans leur démarche d’innovation ne pouvait être manquée. En professionnel de la R&D, j’ai pu rapporter objectivement les leviers et les freins aux projets d’innovations que je rencontre au quotidien avec les PME/TPE avec lesquelles je travaille. L’angle de vue « Aire Urbaine » qui nous a été proposé a permis d’examiner la situation de façon précise et objective, et a permis également de proposer des pistes pertinentes pour favoriser les démarches d’innovation, créatrices de richesse comme d’emploi."

 Introduction La vision « schumpetérienne » de l’innovation entend qu’elle s’inscrit dans une logique de destruction créatrice. La dynamique économique naît ainsi de la création de nouveaux produits qui vont chasser les anciens et permettre un nouvel élan pour les entreprises détentrices de cet avantage concurrentiel. L’innovation est donc porteuse de création à travers le changement de technique, de produit, voire de relations humaines qu’elle véhicule. Des grands bouleversements proposés par des figures mythiques tels Frédéric Japy, Armand Peugeot ou Etienne Oehmichen, ou de personnages moins emblématiques tels qu’Auguste L’Épée, Adolphe Kégresse ou Marti aux innovations plus ciblées sur leurs marchés de niches, les grandes réussites économiques passent par l’innovation continue. Invention, innovation, Recherche, développement, transfert technologique… le vocable est important et chaque mot porte un sens qui évolue au gré de l’avancée des recherches en la matière. Afin d’éclaircir le développement ci-après nous définirons le terme d’innovation et nous vous reporterons au glossaire pour les autres termes. L'innovation peut ainsi revêtir plusieurs formes : innovations de produits, de procédés, d'organisation ou de marketing. Fin 2010 l’INSEE Franche-Comté a publié une étude sur le sujet. Il en ressort que la forme la plus répandue semble être l’innovation d’organisation. Dans l'industrie, 32 % des entreprises se sont déclarées innovantes selon ce type, en Franche-Comté comme au niveau national. Ce taux atteint 39 % pour les entreprises de services technologiques et intellectuels franc-comtoises. En revanche, le taux d'innovation en produits des entreprises franc-comtoises de services est très inférieur à la moyenne nationale (19 % contre 28 %). La forme d'innovation la moins fréquente est l'innovation de marketing. L'innovation technologique, de produits et/ou de procédés, concerne 40 % des entreprises industrielles de la région et 34 % des entreprises des services technologiques et intellectuels. L’étude confirme aussi que l’innovation en entreprise est surtout réalisée sur ressources internes, contrairement à une idée reçue qui associe systématiquement innovation à recherche (seule l’innovation technologique est majoritairement concernée par la recherche et la collaboration avec des laboratoires). Les enjeux pour un territoire, de l’Innovation et de son corollaire possible, la Recherche, semblent évidents. La dynamique créée autour de cette démarche créatrice permet de générer des leviers d’attractivité économique propres à maintenir et à développer l’emploi. La concurrence parfois exacerbée sur les marchés devenus de plus en plus globaux, nécessite de faire la différence. Celle-ci se fait de plus en plus sur des critères « hors-prix », plus difficiles à combattre. La capitalisation du savoir-faire, des connaissances, de la capacité à innover pour le marché devient le facteur de compétitivité clé pour les entreprises qui veulent s’inscrire dans le succès à long terme. La réussite par l’innovation stratégique, de nombreuses grosses entreprises l’ont bien intégré. Sur le territoire de Pays de Montbéliard Agglomération, Peugeot ou Faurecia, peuvent faire la preuve du choix de cette orientation par la mobilisation des moyens humains consacrés à la Recherche et au Développement. Au total, sur l’Agglomération, la part des emplois privés en matière de R&D est d’ailleurs bien plus importante que la moyenne nationale, avec 5 % des emplois contre 3 % au niveau national. Dans un contexte économique instable et un financement public en baisse, il est incontournable de poser la question aujourd’hui de la pertinence pour Pays de Montbéliard Agglomération d’intervenir dans la question de l’Innovation, sous l'angle de la collaboration entreprises/labos notamment. Ce document, fruit d’un travail démarré en février 2011, souhaite apporter un éclairage et des propositions concrètes sur cette question importante qu’est l’innovation.

7


8

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

 L’innovation et les entreprises Le groupe est constitué de membres des différents collèges du Codev et de personnes qualifiées de l’Aire urbaine (Cf. annexe page 27). De nombreuses rencontres, confrontations et visites (Cf. annexe page 29) ont été organisées afin de bien cerner la problématique. Cette longue étape a permis d’identifier les positions de chacun des acteurs de l’innovation et de la Recherche, les réussites et les échecs, les projets et les attentes. Une synthèse est présentée, suivie de propositions qui se veulent stratégiques pour certaines et plus opérationnelles pour d’autres. Ce rapport s’adresse aux membres élus de Pays de Montbéliard Agglomération mais aussi à tous les acteurs clés du territoire soucieux de mieux saisir et porter les enjeux de l’innovation économique.

71 % des emplois affectés à la R&D dans l’agglomération de Montbéliard sont dédiés au seul secteur de l’automobile, alors que sur le territoire de Belfort, 50 % sont dédiés aux services aux entreprises. La recherche publique y est faiblement représentée avec 5,8 % des emplois totaux de R&D, la moitié de la moyenne nationale (source INSEE : www.insee.fr/fr/regions/f-comte/).

Le travail réalisé et le résultat qui suit font le choix d’aborder l’innovation au sens large, en intégrant notamment la recherche publique. De même, la problématique s’oriente essentiellement vers les PME-PMI et les TPE, les grandes entreprises ayant une maîtrise forte du processus d’innovation largement aidé par leur taille critique. L’angle d’approche est celui des entreprises présentes sur le territoire géographique de PMA, même si les acteurs concernés vont bien au-delà, de l’Aire urbaine Belfort-Montbéliard-Héricourt-Delle, au niveau national en passant par la Région de Franche-Comté ou les départements.

L’innovation : le paradoxe "nécessité/accessibilité" diversement perçue par les entreprises :

Avec un bassin d’entreprises à couleur dominante TPE/PME, le secteur de l’automobile absorbe l’essentiel des effectifs, notamment par la présence du centre PSA à Belchamp.

Cette indispensable innovation n’est pas uniformément ressentie au sein de toutes les entreprises. Chacune n’a pas la même facilité à accéder aux dispositifs qui permettent l’innovation, la taille des établissements est sans doute le facteur le plus influent. Si les grandes industries sont organisées au travers de leurs services dédiés, les PME et plus encore les TPE ne possèdent pas les mêmes possibilités.

Un déséquilibre flagrant autant en dépenses de R&D… 89% des entreprises (TPE/PME <500 salariés) ont dépensé 29 % des dépenses totales de R&D. 1% des entreprises (>5 000 salariés) ont dépensé 41% des dépenses totales de R&D.

…..Qu’en financements publics de la R&D, 89% des entreprises (TPE/PME<500 salariés) ont obtenu 26% de financements publics. 1% des entreprises (>5 000 salariés) ont obtenu 45% des financements publics. (Source croisées de l’INSEE, des États généraux de l’Industrie 2011 et des États généraux de l’innovation). http://www.etatsgenerauxdelinnovation.fr/ http://www.industrie.gouv.fr/archive/sites-web/etats-generaux-industrie/ http://www.insee.fr/fr/themes/theme.asp?theme=9&sous_theme=5

Pourtant : innover c’est survivre demain La tendance à transférer les services et la production des produits à faible valeur ajoutée dans les pays à bas coûts contraint les entreprises locales à innover pour proposer sans cesse de nouveaux produits pour assurer leur pérennité. A cela s’ajoute une forte diminution du cycle de vie des produits induisant une multiplication des investissements et dépenses (en temps, en hommes, en idées) sur des échéances à court terme. Si les grandes entreprises ont intégré ce caractère indispensable à leur développement comme l’a été la formation dans les années 80, les TPE/PME, elles aussi conscientes de cette nécessité, n’ont pas encore franchi clairement ce pas.

9


10

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale Les freins à l’innovation des TPE/PME émergent de réalités et d’idées reçues. La méconnaissance des opportunités locales : une réalité ! Pays de Montbéliard Agglomération et l’Aire Urbaine possèdent une richesse de dispositifs, permettant l’accès à l’innovation que les entreprises et particulièrement les TPE/PME ne connaissent pas suffisamment. L’absence de temps, la concentration sur les questions urgentes du quotidien, l’obsession de la survie sont autant de raisons qui amènent les chefs d’entreprises à délaisser une vision, à moyen ou long terme, indispensable à l’intérêt pour l’innovation. La multiplicité des dispositifs de financements (plus de 2 000 en France, source ASRC 2011) ajoute un frein supplémentaire à l’attention des dirigeants TPE/PME sur ces sujets.

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale Brevets, modèles, marques, quid de l’exploitant de l’innovation : une réalité Un nouveau produit, un autre service, une organisation originale de l’entreprise sont les maîtres mots de l’innovation, mais comment le chef d’entreprise peut-il avoir la certitude de voir son idée exploitée pour le développement futur de sa société ? Et puis le coût de cette protection n’est pas négligeable… tout le monde le dit, les coûts afférents seront-ils pris en compte dans les aides potentielles ? A cela s’ajoute l’agressivité grandissante des entreprises asiatiques. Plus de 50% des brevets en cours de protection sont aujourd’hui dans les mains d’entreprises chinoises (Source France Brevet 2012).

La limite des ressources comme une voie sans issue : une réalité Même conscientes de la nécessité d’innover, certaines entreprises n’ont pas la capacité de dégager les ressources financières et/ou humaines qui permet la première approche d’une démarche d’innovation.

Les démarches, dossiers, paperasse, les aides !!! : une « réal-idée » reçue A raison, les chefs d’entreprises TPE/PME appréhendent la lourdeur des démarches à accomplir pour présenter un projet d’innovation à des partenaires (techniques et/ou financiers). A l’heure ou le « Pitch » devient l’outil pour persuader clients et financeurs, l’idée de préparer des dossiers conséquents et longs devient paradoxale. Et pourtant, les TPE/PME ne sont pas convaincues, à tort d’ailleurs, de la simplicité des premières démarches. Et le frein vient surtout du manque d’informations accessibles simplement. Des aides financières, des accompagnements scientifiques, techniques, créatifs existent, c’est sûr, les chefs d’entreprises des TPE/PME en ont entendu parler, mais où s’adresser ? Et puis les dossiers à monter sont sans doute compliqués ( ! ), les plans de financements impossibles à anticiper à ce stade de la « simple idée »… C.I.R., OSEO, F.R.I., … les sigles existent, mais qui peut renseigner valablement le chef d’entreprise sur celui qui sera le mieux adapté à la taille de l’entreprise, l’idée, le développement potentiel… S.O.S. !

Le Crédit d’Impôt Recherche (CIR), l’usine à gaz : une idée reçue Et les chiffres parlent ! Malgré la simplicité et l’efficacité du dispositif permettant de bénéficier du Crédit d’Impôt Recherche (C.I.R.), seules 17 000 sur les 231 853 entreprises françaises de 10 à 500 salariés en ont bénéficié en 2009. D’après le rapport sur l’application de la loi fiscale 2009, 718 grandes entreprises (soit 10,6% des bénéficiaires) ont capté 57% de l'avantage fiscal. C’est dire si là encore, les grandes entreprises ont su s’organiser autour de ce dispositif. L’idée reçue que les dossiers CIR sont lourds à gérer et à déclarer reste ancrée dans les TPE/PME. Et pourtant, il s’agit là du meilleur dispositif fiscal jamais mis en œuvre pour accompagner le financement de la R&D. Il se traduit par un crédit d’impôts sur les sociétés à hauteur de 30 à 50 % du total des dépenses R&D engagées sur l’année fiscale concernée. Et mieux encore, il est payé au moment du versement de l’Impôt sur les Sociétés (IS). Le CIR a donc aussi un impact positif sur la trésorerie des entreprises.

La nécessité d’une R&D collaborative pour être financé : une réalité L’approche du marché des TPE/PME n’est pas la même que les grandes entreprises. L’idée, l’invention, l’innovation, bref, le projet, émerge souvent d’un seul homme, d’une seule équipe au sein d’une seule entreprise. Et l’idée de partager l’innovation projetée avec une autre entreprise n’est pas toujours rassurante pour le chef d’entreprise. Les projets collaboratifs ne sont donc pas le péché mignon des TPE/PME. Or l’essentiel des dispositifs (hors CIR) est dédié aux projets multipartenaires.

Partenariat privé/public, deux langages : une réalité Collaborer avec les laboratoires publics de recherche est souvent problématique aussi bien pour le chef d’entreprise que pour le directeur du laboratoire. Alors que des innovations attendent d’être valorisées dans les laboratoires publics, les TPE/PME hésitent à travailler conjointement avec les laboratoires, essentiellement pour des problèmes de compréhension et d’objectifs. Le langage scientifique ne cohabite pas facilement avec le discours industriel des PME/TPE qui ont chacun deux horizons temporels différents. On peut tout de même noter que depuis quelques années, les laboratoires se sont mis en ordre de marche pour répondre aux attentes des entreprises et les accompagner aux mieux de leurs possibilités respectives.

Convaincre les TPE/PME que l'innovation est à leur portée. De ce constat qui montre à la fois une forte activité en R&D et Innovation au niveau national comme sur la zone de l’Aire Urbaine, il se dégage un déséquilibre flagrant dans le partage des ressources et des engagements vers l’innovation entre les PME/TPE et les grands groupes. Et pourtant, PME et TPE ont dans la manche un potentiel d’innovation inexploité du fait de : DDLa certitude des chefs d’entreprises que les soutiens, les aides, les solutions d’accompagnement sont réservés aux grands groupes, est réelle. DDLa certitude des chefs d’entreprises que leur innovation projetée n’est pas à la hauteur des avancées de la recherche, est réelle. Bien heureux les chefs d’entreprise qui ont pu découvrir que ces certitudes n’étaient pas fondées, et qui ont pu, comme les grands groupes, faire naitre leur innovation du fruit de leurs idées, des collaborations avec la recherche publique ou privée, et des dispositifs d’accompagnement (ANR, FUI, OSEO, CIR, FEDER, Région) etc. ; mais trop peu nombreux ! L’ignorance des dispositifs et du portail local d’entrée « INNOVATION », la surestimation du caractère compliqué des mécanismes de l’innovation, sont des facteurs bien plus limitants que les ressources à mettre en œuvre pour réaliser les innovations projetées.

Un chef d’entreprise averti et convaincu, en vaut deux.

11


12

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

 La recherche publique et les laboratoires Une recherche orientée ingénierie, science et technique, gestion industrielle… Aujourd’hui, deux institutions universitaires sont établies au sein de Pays de Montbéliard Agglomération, à savoir l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM) et l’Université de Franche-Comté (UFC). L’UTBM et l’UFC sont deux établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel qui disposent chacun de leurs spécificités tout en contribuant aux mêmes objectifs de formation, de recherche et de transfert de technologie en direction du tissu socio-économique local, régional, national et international.

… jouissant d’une belle dynamique structurelle régionale et nationale … Confronté à des nouveaux enjeux internationaux, le paysage universitaire fait face à une mutation importante de son environnement. Dans le cadre des récentes lois sur l’autonomie des universités, il est aujourd’hui question de Responsabilités et Compétences Elargies (RCE), de grands investissements d’avenir, mais aussi de regroupements sous forme de Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES). En parallèle, l’Etat a mis en place une véritable politique de l’évaluation individuelle et collective des enseignants-chercheurs, de leurs projets de recherche et également des établissements et des laboratoires qui les hébergent. L’évaluation individuelle est assurée par le Conseil National des Universités (CNU) lorsque celle collective est dévolue à l’Agence d'Evaluation de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur (AERES). Les rôles de l’AERES, du CNU et de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) deviennent aujourd’hui prépondérants.

… et s’accomplissant en donnant naissance à des instituts de recherche à grandes visibilités et forts potentiels ! Face à ce contexte national et international en pleine mutation, et à une restructuration de la recherche en FrancheComté, deux instituts de recherche sont actuellement associés à l’Université de Franche-Comté (UFC) et à l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM). Il s’agit respectivement de l’institut FEMTO-ST (UMR 6174 également sous tutelle du CNRS, de l’ENSMM et de l’UTBM). Les thématiques présentes au sein de FEMTO-ST sont : Automatique, Acoustique, Energie, Informatique, Mécanique, Mécatronique, Microsystèmes, Nanotechnologies, Optique, Tempsfréquence. A toutes fins utiles, l’activité de FEMTO-ST peut être globalement résumée ainsi : « Maîtriser les micro et nano technologies, densifier les fonctions, intégrer l’intelligence pour l’ingénierie de composants et systèmes aux performances optimisées ». Site web : www.femto-st.fr - Point de contact pour les industriels : srtp@femto-st.fr Il s’agit aussi du très récent institut IRTES de l’UTBM (EA 7274), qui œuvre principalement dans des domaines liés aux sciences et techniques (informatique, automatique, productique, mécanique, énergétique…), mais également dans des domaines liés aux sciences humaines et sociales, telles que l’histoire industrielle. Les laboratoires IRTES et FEMTO-ST, disposent d’importants moyens technologiques liés à leurs travaux de recherche. Concernant FEMTO-ST, il y a plusieurs plateformes, la plus emblématique étant la Centrale de Micro/ nanotechnologie MIMENTO, qui fait partie, avec cinq autres centrales présentes sur le territoire national, du Réseau National de grandes centrales technologiques pour la Recherche Technologique de Base (réseau Renatech soutenu par le programme RTB, en partenariat avec le CEA – LETI). Il s’agit de moyens de fabrication en salle blanche permettant de réaliser des micro et nanodispositifs.

A ces deux instituts s’ajoutent à l’UFC, d’une part le laboratoire de Chrono-Environnement (UMR également sous tutelle du CNRS) et d’autre part l’existence, depuis janvier 2012, d’une Fédération de Recherche (FR) labellisée par le CNRS : FR « FCLAB – Vers des Systèmes Pile à Combustible Efficients », sous la tutelle, outre du CNRS, de l’UTBM, l’UFC, l’ENSMM et l’IFSTTAR (Institut Français des Sciences et Technologies des Transports, de l'Aménagement et des Réseaux).

Le Service d’Activités Industrielles et Commerciales (SAIC) : Premier point d’accès à l’innovation universitaire D’un point de vue local, national, les universités s'appuient sur plusieurs services internes afin de rayonner au niveau international et au niveau industriel, grâce, en particulier aux services : des relations internationales, de la mobilité étudiante, des relations industrielles comprenant ou non un SAIC.

Des projets collaboratifs des plus confidentiels, et territoriaux, aux plus rayonnants, et internationaux Les moyens dont disposent aujourd’hui les universités, et leurs laboratoires de recherche, évoluent avec le développement de leur autonomie, mais aussi avec la mise à l’épreuve de leur dynamisme en termes d'offres de formations sur notre territoire. Les axes de développement originaux développés à Montbéliard tels que l’ergonomie et le design industriel (département EDIM et laboratoire IRTES-Set équipe ERCOS), les matériaux et leurs traitements de surface (département FEMTO-ST/MN2S), l’ingénierie numérique collaborative et hautement productive (laboratoires IRTES-SeT, IRTES-LERMPS et IRTES-M3M de l'UTBM), l’ingénierie e-pédagogique et le web-sémantique (département Multimédia et Informatique de l'UFR STGI et laboratoire ELLIADD), l'environnement (laboratoire Chrono-environnement), ou encore la qualité de services complexes et le positionnement dans les réseaux multi-échelles (département FEMTO-ST/DISC, équipe OMNI) viennent compléter les secteurs applicatifs de l'énergie et le transport. Ces moyens proviennent aussi bien de fonds exceptionnels, obtenus sur la base de projets partenariaux réalisés avec des industriels, que de fonds structurels issus de l'état, de la région FC, du CG25 et de PMA. De plus en plus, les actions de recherche de financement des laboratoires s’orientent vers le montage de projets dont les financements proviennent : DDde fonds européens : FP7, INTERREG IV [A,B,C,D], FEDER… DDde fonds nationaux : ANR dont ANR PREDIT, ANRT, FUI, ACI, … DDdes projets du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) tant en recherche qu'en formations liées à la recherche. Deux exemples : en Recherche le Labex ACTION : Systèmes intelligents intégrés à la matière (partenariat FEMTOST, ICB U. de Bourgogne, LINO UTT), et en Formation le CMI-FIGURE, Formation en Ingénierie d’Universités de Recherche, obtenu en 2012 par un consortium national de douze Universités, dont l’UFC.

13


14

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale Les autres acteurs territoriaux qui façonnent et dynamisent l’offre scientifique et publique de notre territoire Historiquement la Région Franche-Comté apporte également des financements sous forme d’investissements (pour l’acquisition de matériels) et sous forme de fonctionnement (pour le recrutement de personnels, en particulier doctorants, pour les déplacements, etc.). Pays de Montbéliard Agglomération joue ici un rôle vital pour développer, maintenir ou revitaliser des industries et des services, par le biais: de conventions quadriennales, de financements de thèses, de contrats industriels spécifiques. De plus, dans certains cas, PMA contribue à la validation scientifique des projets en jouant son rôle de partenaire, à travers des expérimentations, ou en co-financeurs lorsque cela est nécessaire. Parmi les différentes structures existantes, qui sont au contact de l'université et qui participent au développement de la recherche, il est possible de citer : DDAu niveau national : les pôles de compétitivité dont celui du Véhicule du Futur et celui des Microtechniques, DDAu niveau régional : l’ARIST DDAu niveau local : les services de PMA orientés vers l'industrie, les transports et l'université.

Mais de façon concrète comment aujourd’hui une entreprise locale, ou souhaitant s’implanter, procède-t-elle avec notre recherche publique ? Depuis l’engagement léger et réactif à celui conventionné et structurant dans le long terme Face à une politique d’incitation forte issue de l’Etat, telle que la mise en œuvre d’une fiscalité plus qu’avantageuse pour les entreprises, sous la forme d’un Crédit Impôt Recherche (CIR), les universités proposent aujourd’hui et de plus en plus, des cadres de coopération avec l'industrie. Parmi des mesures les plus pertinentes, notons qu’il est possible d’effectuer une thèse de doctorat en convention CIFRE, avec des financements issus de l’ANRT (Association Nationale de la Recherche Technologique) et complétés par un CIR, à l'échelle d'un programme sur 3 ans et plus, en vue d’atteindre un produit exploitable. D'autres actions plus réactives, peuvent être mises en œuvre, tel que, par exemple : DDles projets Pédagogiques Industriels Innovants (P2I) réalisés dans le cadre des modules d’enseignement Hors Emploi du Temps de l'UTBM. Ces projets font l’objet de contrats spécifiques fixant les modalités de cette collaboration (clause de confidentialité, montant forfaitaire du contrat, date des livrables, etc.), DDles projets annuels dans les formations du L3 au M2 (Projets de fin d'étude par exemple), DDles stages en entreprise ou en laboratoire de recherche du niveau BAC +5, faisant très souvent l’objet de période d’essai en vue d’une embauche définitive de l’étudiant dans la structure d’accueil de Projet de Fin d’Etude, DDles conventions multi-échelles entre industrie, université et laboratoires, depuis la simple DNA, à un contrat exclusif de connaissance. DDles contrats de recherche, de transfert de technologie, de cession de licences d’exploitation, etc., qui constituent des contrats plus formels avec les SAIC des établissements universitaires concernés. Par exemple, dans le cadre de contrats de thèse en convention CIFRE, les laboratoires signent avec l’entreprise qui héberge le doctorant un contrat d’accompagnement spécifique permettant de transférer le savoir-faire du laboratoire vers l’entreprise concernée.

Par l’exemple Le plus souvent, les entreprises qui mettent en place des démarches d’innovation, en partenariat avec l’université, utilisent plusieurs actions parmi celles proposées, et ceci dans le cadre d’une démarche progressive et vertueuse, car indexée sur la quantité et la qualité des résultats obtenus. Par exemple, une entreprise signe un contrat de type P2I avec l’université, 4 étudiants travaillent sur le sujet d’innovation pendant 5 mois à hauteur d’environ 400 heures. L’entreprise satisfaite du résultat, propose à un des étudiants du groupe précédent de faire son Projet de Fin d’études au sein de sa structure et signe en parallèle, un contrat de recherche avec le laboratoire concerné. L’entreprise souhaite conserver l’étudiant pour une durée de 3 ans et engage une thèse de doctorat en convention CIFRE avec le laboratoire ciblé.

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale La tendance est aux guichets uniques (!) d’accès à la recherche, … Aujourd’hui, de nombreux points de contact existent pour initier de l'innovation partenariale avec l'université. Les pôles de compétitivité Véhicule du Futur et Microtechniques, servent efficacement de relais, au même titre que les Instituts de recherche tels que FEMTO-ST et l’IRTES. Par ailleurs, l'ARD et l’ARIST à travers des points de rencontre formellement établis, pourraient contribuer à la mise en place d’un guichet unique de renseignements sur notre territoire, en s’appuyant sur les différentes structures existantes. Ce guichet unique pourrait également disposer d’une mission de promotion de ces activités en direction des entreprises afin : DDd’accroître la compétitivité des entreprises en appliquant des méthodes et outils de rationalisation de leurs démarches d’ingénierie, DDde développer leur capacité à lancer sur le marché des produits innovants et à forte valeur ajoutée, donc, par conséquent, d’accroître leur potentiel d’innovation, DDd’orienter les demandes industrielles vers les compétences ciblées, en mettant en place, en quelque sorte, un conseiller en innovation sur notre territoire.

… mais toujours les incitations et les facilitations s’inscrivent dans le mouvement perpétuel de l’innovation concurrentielle ! Certains mécanismes incitatifs restent encore à définir et à développer, pour initier ou accentuer les liens entre les laboratoires et les entreprises établis régionalement. Cela pourrait contribuer, non seulement, à l'implantation conjointe d’activités industrielles à forte valeur ajoutée, mais aussi, à ancrer au sein de notre territoire, une production scientifique, certe de qualité, mais également proche des problématiques du tissu socio-économique régional.

15


16

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

 Les soutiens et aides à l’innovation L’innovation en entreprise peut être soit assumée, soit implicite (cas assez fréquent : on développe bien de nouvelles approches ou de nouveaux produits, et on innove ainsi sans le savoir). Dans ce dernier cas les ressources d’innovation seront masquées dans l’activité globale, et parfois difficile à déceler, et donc à valoriser. Quand l’innovation s’inscrit dans une démarche construite, il est plus facile de la cerner, mais aussi de l’appuyer, avec l’aide des dispositifs existants. Ces dispositifs d’aide sont en général régionaux ou nationaux, européens, mais peuvent parfois s’inscrire sur une échelle locale. Nous donnons ci-après les dispositifs (et les opérateurs) les plus utilisés. La politique nationale actuelle est de favoriser pour ce qui concerne l’innovation technologique, le recours à des ressources de type laboratoire. Un bonus est ainsi accordé en cas de collaboration avec une équipe de recherche (aide doublée dans le cas du CIR, assiette augmentée dans le cadre de projet labellisé par un pôle de compétitivité, etc).

Le crédit d’impôt recherche (CIR) Existant depuis 1983, ce dispositif de crédit d’impôt a été étendu en 2008, en lui donnant une couverture plus importante, et une plus grande souplesse d’utilisation. Le principe est de recenser les dépenses affectées à la recherche, et de les déduire comptablement de l’impôt sur les sociétés. Le principe est de faciliter l’accès à l’innovation, en allégeant la charge financière de l’entreprise (« Les entreprises entrant pour la première fois dans le dispositif bénéficient d’un taux de 40 % la première année puis de 35% la deuxième année sous réserve qu’il n’y ait aucun lien de dépendance entre l’entreprise et une autre entreprise ayant bénéficié du CIR et que le capital de l’entreprise ne soit pas détenu à 25% au moins par un associé détenant ou ayant détenu au cours des 5 dernières années 25 % du capital d’une autre entreprise n’ayant plus d’activité effective et ayant bénéficié du CIR. ») ; les dépenses éligibles sont les frais de personnel affectés à la R&D, les programmes de développement, le fonctionnement, etc. (http:// www.industrie.gouv.fr/enjeux/innovation/credit-impot-recherche.php)

des applications pour l’entreprise. Il s’agit d’un triptyque idéal où tout le monde y gagne : le laboratoire y trouve des champs d’application pratiques pour ses travaux théoriques, l’entreprise a accès à un savoir, à un regard scientifique sur ses problématiques, voire même dans certains cas à du matériel de pointe qu’elle n’aurait jamais pu acquérir, et le thésard acquiert une double compétence, théorique et pratique, qui lui permet à l’issue de sa thèse, de continuer dans l’industrie, ou de se consacrer à la recherche, mais en ayant une bonne connaissance du monde de l’entreprise (ce qui manque souvent aux chercheurs universitaires). http://www.anrt.asso.fr/fr/espace_cifre/accueil.jsp

Aide à l’innovation OSEO / Fonds Régional pour l’Innovation OSEO est né de la fusion de l’agence nationale de valorisation de la recherche (ANVAR) avec la banque des PME (BDPME). Cet organisme est donc un point de passage obligé pour tout travail de recherche/développement qui aurait besoin d’un financement externe. L’intervention d’OSEO se fait sous forme d’avance remboursable en cas de succès (ce qui induit que la majorité de la somme allouée est transformée en subvention en cas d’échec du programme de recherche), sous forme de subvention (plus rarement), et propose également des garanties bancaires qui servent à consolider l’assise financière des PME ou à développer des projets. En général, l’aide allouée est alignée sur les fonds propres de l’entreprise. Le FRI est une spécificité régionale qui permet aux collectivités de s’associer directement à OSEO en démultipliant leur intervention financière, au service des entreprises (PMA a ainsi consacré environ 900 000 euros au FRI sur la période 2007 – 2011, le dispositif étant actuellement en cours de reconduction compte tenu de son intérêt démontré). http://www.oseo.fr/votre_projet/innovation/aides_et_financements/ aides

Aide au conseil / Le chèque innovation

Coût de l'étude sous-traitée

100

Valeur prise en compte pour déterminer le Crédit d'Impôt Recherche

200

Taux du crédit d'impôt recherche

30%

Ces deux aides visent à favoriser l’appui externe des PME. Ils permettent de prendre en charge 50% des dépenses de l’entreprise recourant à une ressource externe, avec un plafond. L’aide au conseil s’applique à de nombreux domaines d’activité et n’est pas limitée à l’innovation (http://www.franche-comte.fr/no_cache/services-en-ligne/ guide-des-aides regionales.html?politique=18&souspolitique=64&public=0&texte=&idFiche=304) Le chèque innovation peut appuyer une démarche large d’innovation, allant depuis le financement d’un business plan pour une nouvelle activité, jusqu’au prototypage d’applications. Il s’agit d’un montant assez modeste, mais dont l’instruction est rapide. (http://www.rifc.fr/pages.php?idMenu=1&idPage=19)

Crédit d'Impôt Recherche

60

Montant déductible des résultats taxables à l'impôt sur les sociétés.

100

Appels à projets

Taux de l'impôt sur les sociétés

33%

Economie d'impôt sur les sociétés

33

Crédit d'Impôt Recherche + Economie d'impôt sur les sociétés = 60 + 33

97

Coût net pour l'entreprise

3

Les thèses CIFRE (convention industrielle de formation par la recherche) Le contrat CIFRE permet à une entreprise faisant de la recherche en collaboration avec un laboratoire, de disposer d’une personne de niveau « ingénieur », qui consacrera une partie importante de son travail de thèse à développer

Il existe aussi des mécanismes dédiés de financement de projets. Ils sont utilisables sur des filières ou des domaines spécifiques, soit au niveau national (pôles de compétitivité, ANR : http://www.agence-nationale-recherche.fr/ AAPProjetsOuverts), soit au niveau européen, le plus connu étant le PCRD (programme cadre de recherche et développement : http://www.france-europe-innovation.fr/le-7eme-pcrd.php ). Il existe donc de nombreux appuis pouvant aider, financièrement, les entreprises à innover, mais la difficulté réside surtout dans le fait de mener une politique ouverte d’innovation. L’accès aux dispositifs est facilité par les opérateurs eux-mêmes, par les pôles, mais aussi par la présence en Franche-Comté d’une organisation ayant pour vocation de fédérer les acteurs de l’innovation en Région, au service des PME : le Réseau Innovation Franche-Comté (RIFC). Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche vient de publier le « guide 2012 de l'innovation pour les PME ». Il a pour objectif de permettre aux PME de réduire leurs coûts de R&D, d'embaucher des jeunes docteurs ou de trouver des solutions pour financer des projets de recherche partenariaux. http://multimedia.enseignementsup-recherche.gouv.fr/Innovation/Guide_innovation/HTML/index.html#/

17


18

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

 Les principales propositions 1. Le soutien à la recherche publique et à l’enseignement supérieur La commission pose comme postulat de base que l’innovation peut et DOIT être le premier levier de l’action politique en accompagnement des entreprises du territoire couvert par Pays de Montbéliard Agglomération. L’objectif final est la pérennité et le développement de l’activité économique et ainsi des emplois. La valorisation de l’action politique de PMA doit pouvoir se traduire par un bilan annuel et pluriannuel qui peut, même si l’exercice n’est pas très aisé, mesurer les effets directs et indirects de l’action publique en faveur des acteurs économiques, de leur activité et de l’emploi. Les propositions s’entendent dans un périmètre bien identifié : DDLe territoire est celui de Pays de Montbéliard Agglomération, parfois nécessairement à l’échelon de l’Aire urbaine voire Régional. DDLa cible principale est les PME-PMI et les très petites entreprises, tous secteurs, production et services. DDPlusieurs profils d’entreprises sont identifiés, de l’entreprise très innovatrice à celle qui ne l’est pas du tout, de l’entreprise qui dispose de ressources financières, humaines et organisationnelles à celles qui n’ont que très peu de forces pour intégrer le processus de l’innovation, etc. DDLes dépenses possibles de l’Agglomération doivent être mesurées dans un contexte budgétaire difficile.

4 axes de propositions sont formulés par la commission :    

1. Le soutien à la recherche publique et à l’enseignement supérieur. 2. L’accompagnement des initiatives et dispositifs en matière d’innovation. 3. Un engagement plus important sur l’innovation : proposition d’un point de contact. 4. Des actions qui doivent être menées.

L’engagement pris par PMA pour l’installation puis le développement de la recherche publique doit être maintenu. L’érosion constatée du budget doit être contenue afin de garantir un soutien qui conforte sérieusement les équipes de recherche et les formations associées. Même si la part de financement est faible en rapport des montants des contrats de recherche, elle représente un atout indéniable dans le cadre d’appels à projets nationaux voire internationaux. L’aide apportée doit être concentrée sur le financement de doctorants et de post doctorants avant tout et doit être très limitée et exceptionnelle concernant la prise en charge de frais de fonctionnement (entretien, secrétariat…). Moteur dans l’installation de la recherche publique et de l’enseignement supérieur sur son territoire, Pays de Montbéliard Agglomération doit rester un acteur clé pour faciliter des projets de développement. La présence dans les conseils d’administration des universités (UTBM et UFC) et les relations permanentes avec les laboratoires de recherche permettent de confirmer cette démarche d’accompagnateur. Une attention doit être portée quant au cloisonnement possible entre le service Recherche et Enseignement Supérieur et le service Développement Économique. Dans une optique d’efficacité économique il s’agit de veiller à ce que les objectifs des uns et des autres puissent se rejoindre. Les actions qui seront présentées dans la dernière partie doivent pouvoir être intégrées dans une démarche et un budget commun, ou partageable, aux deux services.

Points clés • • • •

Maintien du budget affecté à la Recherche publique. Soutien au financement de doctorants et post doctorants. Confirmation de la pertinence de la recherche fondamentale et de son soutien. Définition d’une stratégie coordonnée et croisée entre les élus et les services « développement économique » et « enseignement supérieur et recherche » voire « relations internationales ».

2. L’accompagnement des initiatives et dispositifs en matière d’innovation Des actions locales mais surtout régionales sont engagées pour le développement économique, sous l’angle de l’innovation. Pays de Montbéliard Agglomération doit s’associer aux initiatives qui peuvent influencer directement les entreprises présentes sur son territoire. L’engagement, s’il est correctement ciblé, permet d’obtenir un effet multiplicateur, une synergie entre les partenaires. Parmi les soutiens directs qui présentent un potentiel en matière d’effet de levier auprès d’entreprises du Pays de Montbéliard, la commission retient essentiellement : DDLe Fonds Régional d’Innovation (FRI). DDLes pôles de compétitivité. DDLes plateformes technologiques.

19


20

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

Rassurer les chefs d’entreprises sur les démarches de financement de projet

Points clés • Participation dans le financement et la gouvernance de dispositifs (FRI, pôles de compétitivité, plateformes technologiques…) • Évaluation de la pertinence des choix de participation par une étude sur les retombées économiques directes et indirectes, à court et moyen terme. Quid des 900 K€ déjà « investis » dans le FRI ?

3. Un engagement plus important sur l’innovation : proposition d’un point de contact La dimension humaine est incontournable pour inciter et faciliter les entreprises à intégrer ou optimiser le processus d’innovation. Malgré de très nombreux acteurs et ressources apparemment disponibles, il est nécessaire de lever les hésitations, d’éclaircir le champ des possibles par la présence d’un facilitateur de l’innovation. Par la proximité, la connaissance du contexte économique local et la maîtrise des dispositifs régionaux et nationaux, une « Madame », ou un « Monsieur » Innovation à l’Agglo serait une bonne réponse. Cette personne doit être identifiée et accessible avec pour mission de : DDInteragir directement avec les PME-PMI et grandes entreprises en recherche d’informations DDS’inscrire dans une démarche proactive pour identifier les partenariats possibles (entreprises, laboratoires de recherche…) et inciter les entreprises éloignées de la démarche d’innovation… DDCoordonner les mises en œuvre des choix politiques, veiller à définir une stratégie de communication et de mise en relation des acteurs.

Points clés • Une personne à temps complet, dédiée à l'Innovation. • Une mission claire avec un profil de poste bien identifié. • Disponibilité, proximité, connaissance du tissu économique local et dispositifs d’aide, proactivité, confidentialité. • Une position transversale dans l’organigramme de PMA. Il est nécessaire d’aller au-delà du cloisonnement entre services et missions.

4. Des actions qui doivent être menées Coordonnées par le point de contact de Pays de Montbéliard Agglomération, de nombreuses actions doivent être envisagées directement, d’autres suggérées ou facilitées : Faciliter les échanges techniques entre laboratoires et TPE/PME DDValoriser et Favoriser l’embauche des Docteurs (CIFRE) dans l’industrie car ces derniers ont une double culture et sont capables de faire l’interface. DDOrganiser la communication des innovations des laboratoires sur des enjeux industriels. Cette communication volontariste doit rester de l'initiative des laboratoires afin de rendre leurs équipements techniques plus facilement accessible (exemple : Plateformes techniques d'ERCOS dédiées au tissu industriel local uniques en France). DDPermettre aux entreprises de détecter des solutions issues des laboratoires plutôt que de laisser les laboratoires imaginer ce dont les entreprises ont besoin. DDAccueillir des chercheurs du public dans les entreprises pour qu’ils appréhendent les besoins de l’industrie (immersion). DDFaire connaître largement des exemples de projets réussis de transfert, éventuellement hors région (donner envie). DDEncourager le Conseil Scientifique en entreprise par 1 doctorant.

DDCommuniquer simplement sur les dispositifs d’aides. DDRéaliser un guide pratique du CIR. DDAider les chefs d’entreprise à structurer leur projet R&D. DDFavoriser l’accès des entreprises qui innovent à des sources de financement spécialisées, hors région si nécessaire (capital risque, fonds d’amorçage, réseaux spécialisés de business angels, etc… quasi inexistants en FC). Montrer ce qu’il y a dans les tiroirs (des labos) DDOrganisation d’un événement réservé à l’innovation avec les acteurs locaux (bourses ou salon de l’innovation, « innov-dating » entre chefs d’entreprise et laboratoires, etc…). DDPour un impact plus grand, et pour des questions de budget, l’événement peut être couplé à un événement existant (24h de l’innovation, semaine de l’industrie, salon du véhicule innovant,…). Promouvoir une culture de l’innovation DDIntégrer un volet grand public aux événements professionnels. DDOuverture des laboratoires et de la recherche privée vers un public large (Journées Portes Ouvertes, Actions pédagogiques avec des collèges et lycées, Journée de la science…). DDS’appuyer sur les supports existants de l’Agglo (web et print). DDIdentifier des pistes pour une diffusion large auprès du jeune public (Enseignement et formation).

Points clés • Faciliter l’accueil de chercheurs, d’étudiants dans les entreprises inscrites dans une démarche d’innovation (projets en Master, docteur conseil…) • Accompagner et cofinancer le recrutement de thésards et de chercheurs dans des entreprises. • Créer des moments et identifier des espaces d’échanges entre laboratoires et entreprises (événements…). • Communiquer auprès des entrepreneurs avec un travail didactique, pour faciliter l’accès aux thématiques et possibilités de recherche et de transfert technologique. Utilisation des supports et des réseaux existants (CJD, CCI…) • Engager des actions de promotion sur l’innovation auprès d’un public large (identité du territoire ?) et ciblé auprès de jeunes.

21


22

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

 Conclusion L’innovation, si elle semble incontournable pour répondre à la problématique de compétitivité durable des entreprises, nécessite d’être considérée dans une approche globale. La multiplicité des acteurs, la diversité des démarches, les motivations et les freins des entrepreneurs, sont autant de points qu’il faut bien identifier et appréhender avant de vouloir agir efficacement. C’est dans cette optique que les membres de la commission sont convaincus que Pays de Montbéliard Agglomération peut mobiliser des ressources qui lui permettront d’agir comme levier dans l’activité économique locale. Il n’y a pas de révolution organisationnelle ou financière annoncée, mais bien une nouvelle dynamique d’accompagnement et de mise en synergie des nombreux partenaires privés et publics, locaux et régionaux. Entre coordination et valorisation, PMA peut devenir le liant qui répond à un manque largement évoqué par les différentes parties. Il ne s’agit donc pas de se substituer à de l’existant mais bien d’être facilitateur et révélateur de possibilités dans le vaste domaine qu’est celui de l’innovation. Les bénéficiaires principaux doivent être en premier lieu les PME et par conséquence l’emploi généré par le cercle vertueux Innovation > Gains de compétitivité > Production > Emplois/Salaires > Pérennité des entreprises. A cela doit aussi s’y rattacher le souci concernant l’attractivité d’un territoire qui a su dans les siècles passés être identifié comme une véritable terre d’innovation et d’entrepreneuriat qui a fait émerger une industrie forte et visible. Au-delà de la thématique de l’innovation, d’autres sujets ont été abordés et pourraient faire l’objet de réflexions et propositions. Parmi ces autres champs d’investigation possibles, il en est un qui est souvent le corollaire de l’innovation, il s’agit de l’internationalisation, de l’importation et plus certainement de l’exportation pour nos PME. Les statistiques démontrent que les entreprises du nord Franche-Comté, en dehors des grosses sociétés multinationales, sont peu exportatrices. Voilà une autre problématique qui nécessiterait d’être abordée sérieusement pour notre territoire et la compétitivité de ses entreprises. Les membres de la commission remettent « leur copie » avec conviction à partir d’un travail mené sur plusieurs mois, ponctué de visites et de nombreuses auditions, rencontres et échanges. Les propositions, loin d’être exhaustives, sont à la disposition de la collectivité, de ses acteurs et plus spécifiquement des décideurs.

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

 Annexes La politique de Pays de Montbéliard Agglomération en matière de recherche et d’enseignement supérieur… …………………………………………………………………………………………………………………………… 24 Les membres de la commission… ………………………………………………………………………………………… 27 Les personnes auditées………………………………………………………………………………………………………… 28 Dates, lieux, objectifs des réunions de la commission… ………………………………………………………… 29 Glossaire - acronymes…………………………………………………………………………………………………………… 30 Définitions & théories…………………………………………………………………………………………………………… 31 Articles de presse - références……………………………………………………………………………………………… 33 Budget de recherche et transfert technologique de PMA 2009 à 2011…………………………………… 34 Les entreprises sur le territoire de PMA………………………………………………………………………………… 35 Le rapport Gallois… ……………………………………………………………………………………………………………… 36

23


24

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

 La politique de PMA en matière de Recherche Des choix politiques pour une présence de l’enseignement supérieur et de la recherche publique sur le territoire de l’Agglomération La Recherche publique, avec la présence de laboratoires et d’enseignants-chercheurs, est liée à l’existence de formations d’enseignement supérieur. En cela, c’est en 1991, avec l’ouverture d’un département Mesures Physiques, extension de l’IUT de Belfort et d’un Deug LEA pour STGI, que l’Université de Franche-Comté marque sa présence sur le territoire montbéliardais. Il s’en suivra d’autres ouvertures jusqu’à l’arrivée de l’UTBM et son département Ergonomie Design et Ingénierie Mécanique. L’ensemble des projets ont été portés à la fois par les universités et à la fois par la Communauté d’Agglomération qui a notamment assuré le portage de l’immobilier. Il est comptabilisé environ 120 personnes dans les 7 laboratoires publics présents sur l’Agglomération de Montbéliard et environ 2 400 étudiants dont 1500 sur le pôle du campus du Jura.

Un soutien pour le fonctionnement des structures d’enseignement et les laboratoires de Recherche Pays de Montbéliard Agglomération a toujours assuré un accompagnement pour certaines dépenses d’investissements, dans les phases de lancement de nouvelles formations et dans le soutien des laboratoires pour des allocations Recherche (doctorants et post-doctorants) et pour de la « logistique » immobilière (nettoyage…). Sur 2011, le budget global pour l’enseignement supérieur et la recherche était de 1 808 170 € dont un million pour la dernière phase de financement du nouveau département EDIM de l’UTBM (participation au Contrat de Projet ÉtatRégion). Le budget de fonctionnement pour 2011 était de 447 300 €, (70% recherche et 30% formations) dont 262 800 € pour les allocations doctorales et post-doctorales.

Les événements majeurs concernant les formations du supérieur et la recherche

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

et d’Enseignement Supérieur DDSévenans et Montbéliard, grâce à la labellisation dans le cadre du "grand emprunt" de l'Institut de Recherche Technologique « Matériaux, métallurgie, procédés »

Une implication volontariste dans le lien entre recherche et développement économique Pays de Montbéliard Agglomération définit sa politique économique par la facilitation d’installation d’entreprises et l’accompagnement de la mutation de l’industrie notamment automobile et la diversification économique. Les élus privilégient les partenariats public-privé. Pour assurer la pérennité de son développement universitaire, Pays de Montbéliard Agglomération insiste sur le lien entre Recherche, Formation et Monde Économique. Cela passe par une ambition en matière de transfert de technologie. Il est à noter la forte participation initiale de l’Agglomération dans le Fond Régional d’aide à l’Innovation (FRI) avec un engagement de 900 000 €. L’action de l’Agglomération passe également par, du soutien à la création d’entreprises innovantes, dans le foncier, dans l’immobilier. D’autres actions sont réalisées avec des investissements ponctuels sur de grands équipements (Centre d’Essai et de Modélisation de la Boucle d’Air (CEMBA)…).

L’Université Ouverte Pays de Montbéliard Agglomération assure en direct la gestion matérielle (gestion, animation, secrétariat, prestations techniques, publicité, organisation de l’accueil, du public et des conférenciers) des activités de l’antenne du Pays de Montbéliard-Université ouverte. En 2011, 64 conférences, 506 auditeurs se sont inscrits pour l’année universitaire.

4 spécialités de master sur les 123 que compte l'Université de Franche-Comté ont été classées A+ (le plus haut niveau) par la Direction Générale pour l'Enseignement Supérieur et l'Insertion Professionnelle (DGESIP). Deux de ces spécialités sont implantées à Montbéliard : le Master Langues Etrangères et Commerce électronique et le Master Produits et Services Multimédias. Ce dernier a été distingué par le "Nouvel Observateur" comme l'un des meilleurs diplômes au niveau national.

La vie étudiante

DDLe Département Ergonomie Design et Ingénierie Mécanique de l'UTBM a intégré ses locaux neufs et compte aujourd'hui 320 élèves ingénieurs venus de la France entière et même du monde entier. DDL’Ecole Espera Sbarro, désormais gérée par l’UTBM a fait sa rentrée dans ses nouveaux locaux intégrés au lycée Viette. DDLa Plateforme "nouveaux produits pour les mobilités du futur" regroupant l'UFC, l'UTBM, et les lycées Viette, Fernand Léger et Duhamel (Dole) s'est constituée en groupement d'intérêt public. DDCes trois évènements donnent une nouvelle dimension au campus universitaire qui progressivement s’étend en direction du lycée Viette, à la fois physiquement et en termes de coopérations réelles sur des projets. DDle Laboratoire LERMPS de l'UTBM va bénéficier de moyens de l'État fortement accrus pour ses plateformes de

Pays de Montbéliard Agglomération soutient la mise en place de la « Maison des étudiants » baptisée « MéMo » sur le Pôle Universitaire, avec un équipement en mobilier et matériels divers. L’ambition est de constituer progressivement un véritable lieu de vie sur le campus.

En 2011, 2444 étudiants inscrits en enseignement supérieur dans le Pays de Montbéliard. Pour dynamiser la vie étudiante sur son territoire, Pays de Montbéliard Agglomération encourage les projets des associations étudiantes par l'attribution de soutiens, sous forme de subventions via des conventions, ou de façon plus régulière et réactive comme le Fonds d’Initiative Étudiante (FIE). L’enveloppe FIE de PMA s’élève à 6000€.

25


26

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

 Les membres de la commission 12 associations étudiantes sont présentes sur le pôle des Portes du Jura qui peuvent être actives ou inactives selon les relais assurés par les étudiants.  Comité de pilotage « vie du campus » Un groupe de travail représentant chaque composante (UFR-STGI, IUT, UTBM, CROUS, BU, Ville de Montbéliard) du pôle universitaire s’est mis en place pour échanger sur les problématiques du campus des Portes du Jura  Festival du Film d’un Jour A lieu le premier week-end de l’Ascension, grand succès dans le Pays de Montbéliard : 10 équipes étudiantes au niveau national doivent scénariser, tourner et monter un court-métrage en 50h sur une thématique. Les films sont présentés et ouvert à tout public au Mégarama d’Audincourt le samedi soir. Un jury de professionnel est présent pendant ces 3 jours.  L’opération micro-portable (MIPE) L’opération « micro portable étudiant Pays de Montbéliard » est une initiative locale destinée à renforcer l’opération nationale « micro portable étudiant » lancée par le Ministère de l’Education Nationale depuis 2004. L’opération « MIPE » est ouverte aux étudiants inscrits dans l’une des formations supérieures du Pays de Montbéliard et ce quelque soit le lieu de résidence. Un chèque de 100€ est remis par Pays de Montbéliard Agglomération à tout bénéficiaire potentiel ayant acquis un micro-ordinateur équipé d’une carte Wi-fi. En 2011, 219 étudiants ont bénéficié de l’opération.  Gestion et mise à disposition du gymnase sur le campus Pour favoriser le meilleur accès possible de tous (et en particulier des étudiants) à cet équipement, propriété de PMA, le service gère chaque année le planning d’occupation en réponse aux différentes sollicitations. Ce travail est effectué en lien avec le service bâtiment.  La nocturne étudiante Le 20 octobre 2011, PMA a organisé la troisième édition de la nocturne étudiante pour souhaiter la bienvenue aux étudiants dans le Pays de Montbéliard (tournoi de jeux vidéo, visites culturelles avec performance artistique réalisée par un américain, Daniel Seiple et soirée étudiante)

Jean-Louis Pierre Emmanuel Philippe Nicolas Grégory Philippe Raphaël Jilali Patrick Samuel Hervé Frédéric Vincent Pierre Pierre Frédéric David Marie-Odile Ghislain Denis Halimé Christophe

AMAT BELORGEY BRUGGER CANALDA CHAILLET CHIPPEAUX CHOVET COUTURIER EL RHAZ ERARD GOMES HUILIER JAOUEN JOUET LAMARD LAURET MAILLE MARKEZIC METIN MONTAVON REZE SALMI SCHNOEBELEN

ADU CODEV SOCIETE CRISTEL UFC - LIFC FEMTO Share and move Solutions ENVIE UFC – FEMTO-ST/DISC Chargé de Mission PMA La vigie Mathéenne UTBM – Laboratoire IRTES-M3M CREATHES CITI TECHNOLOGIES/ALTRAN PEEP Pays de Montbéliard Président du CODEV POMPES JAPY PEEP Pays de Montbéliard Animateur CODEV – IUT de Belfort-Montbéliard - UFC Référent CMA 25 Antenne de Montbéliard UTBM-Laboratoire IRTES-LERMPS EUROCADE Association Franche Comté Interactive NUMERI 4D

27


28

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

 Les personnes auditées Olivier Julien Pascal Angela Samuel James Henri-Francis Jean-Charles Daniel Jean-François Philippe Franck François Fabienne Philippe Philippe Michel Ioan Fabrice François Jérôme Abder Jean-Claude Fabrice Anne-Marie

BIDAUX BOURGEOIS BROCHET CASIO CORDIER DAT DUFOUR DURIAUD GILBERT KLOPFENSTEIN NIKA PALMINO PEYRAUT PICARD PICART PONT ROMAND ROXIN SPATH SPIES THEVENOT KOUKAM SAGOT SPATH VIEUX

Société MABI UFC - LIFC Directeur de l'UTBM Société MTS PAVILLON DES SCIENCES DRRT VP PMA, Enseignement Supérieur, Recherche et Formation TECHNINNOV ETUPES LABORATOIRE LCE Direction Enseignement Culture Patrimoine FEMTO-ST - Département énergie Directeur Adjoint du Département MN2S UTBM – Laboratoire IRTES-M3M UTBM- Laboratoire IRTES - RECITS Directeur de SAIC-UFC SIDEO RDT Institut Pierre VERNIER UFC LASELDI SYSTECH TEAM UFC - Informatique Développement Economique PMA UTBM/SeT UTBM/ERCOS SYSTECH TEAM ARIST/ CCIR de Franche-Comté

 Dates, lieux, objectifs des réunions de la commission 22/02/2011

Pays de Montbéliard Agglomération Identifier la problématique de développement de l’innovation Fabienne PICARD – Laboratoire RECITS de l’UTBM : Les TPE / TPI Franc-comtoises face à l’innovation et à la recherche

29/03/2011

Société CRISTEL - Fesches le Châtel Visite de la société CRISTEL – Présentation de la stratégie d’innovation par Emmanuel BRUGGER Présentation de chacun des laboratoires de recherche

17/05/2011

Pays de Montbéliard Agglomération Attentes des PME PMI – TPE TPI  Identification des pistes et actions pour aider les entreprises à accéder à l’innovation

07/06/2011

Laboratoire FEMTO - Portes du Jura Visite du laboratoire – Présentation des activités et des projets de développement du laboratoire sous la responsabilité de Franck PALMINO Pôle Enseignement / Recherche / Formation : Présentation du soutien de PMA aux laboratoires par Henri-Francis DUFOUR Présentation de l’axe innovation du Service Développement Economique par Jérôme THEVENOT

28/06/2011

Pays de Montbéliard Agglomération Synthèse des différentes réunions et suite des échanges et propositions des membres

22/09/2011

Pays de Montbéliard Agglomération Présentation de ARIST : Réseau Entreprises Europe Network – Anne-Marie VIEUX

14/11/2011

Pays de Montbéliard Agglomération Présentation de la DRRT (Délégation Régionale à la Recherche et la Technologie), et de ses missions - James DAT Evolution des financements de la Recherche par Pascal BROCHET, Directeur de l'UTBM Présentation des Missions de la Valorisation et de la SAIC (Service d’Activités Industrielles et Commerciales), ainsi que du projet de la SATT (Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologie) – Philippe PICART, Directeur Suite des échanges sur la situation de la recherche Publique au niveau du Territoire Nord FrancheComté et constitution d’un comité de rédaction pour réaliser la synthèse des travaux de la commission

10/01/2012

Pays de Montbéliard Agglomération – Comité de rédaction

06/02/2012

Société CRISTEL Fesches le Châtel – Auditions et Comité de rédaction

27/03/2012

Musée de l’Aventure Peugeot – Comité de rédaction

21/04/2012

Pays de Montbéliard Agglomération – Auditions et Comité de rédaction

05/07/2012

Société CRISTEL Fesches le Châtel – Audition et Comité de rédaction

29


30

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

 Glossaire - Acronymes ANR Agence Nationale de la Recherche www.agence-nationale-recherche.fr CIFRE Conventions Industrielles de Formation par la Recherche www.anrt.asso.fr/fr/espace_cifre/accueil.jsp CIR Crédit Impôt Recherche www.industrie.gouv.fr/enjeux/innovation/creditimpot-recherche.php DRRT Délégation Régionale à la Recherche et à la Technologie FEDER Fonds Européen de Développement Régional FEMTO-ST Franche-Comté Electronique, Mécanique, Thermique et Optique – Sciences et Technologies www.femto-st.fr/ FP7 Septième programme-cadre, programme actuel (2007-2013) de l’Union Européenne pour la Recherche et le Développement Technologique FUI Fonds Unique Interministériel IDEFI Appel à projets « Initiatives d’Excellence en Formations Innovantes » www.agence-nationale-recherche.fr/ investissementsdavenir/AAP-IDEFI-2011.html IPV Institut Pierre Vernier www.institut-vernier.fr/

 Définitions & Théories LERMPS Laboratoire d’Etudes et de Recherches sur les Matériaux, les Procédés et les Surfaces lermps.utbm.fr/ OSEO Établissement public à caractère industriel et commercial qui aide à l’innovation www.oseo.fr/ PCRD Programme Cadre de Recherche et de Développement – Union Européenne PRES Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur de Bourgogne-Franche-Comté www.pres-bourgogne-franche-comte.fr/ SAIC Service d’Activités Industrielles et Commerciales dvufc.univ-fcomte.fr/ www.utbm.fr/recherche/valorisation-et-transfertde-technologie/service-d-activites-industrielles-etcommerciales.html SATT Appel à projets Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologie www.agence-nationale-recherche.fr/ investissementsdavenir/AAP-SATT-2010.html UFC Université de Franche-Comté www.univ-fcomte.fr/ UTBM Université de Technologie de Belfort-Montbéliard www.utbm.fr/

Innovation – Définition de l’OCDE Loin d'être limité aux laboratoires de recherche, le champ de l'innovation englobe l'ensemble des utilisateurs, des fournisseurs et des consommateurs – que ce soit dans les administrations publiques, les entreprises ou les organismes à but non lucratif – et elle transcende les frontières entre pays, secteurs et institutions. Le Manuel d'Oslo définit quatre types d'innovation : les innovations de produit, les innovations de procédé, les innovations de commercialisation et les innovations d'organisation. L'innovation de produit L'introduction d'un bien ou d'un service nouveau. Cette définition inclut les améliorations sensibles des spécifications techniques, des composants et des matières, du logiciel intégré, de la convivialité ou autres caractéristiques fonctionnelles. L'innovation de procédé La mise en œuvre d’une méthode de production ou de distribution nouvelle ou sensiblement améliorée. Cette notion implique des changements significatifs dans les techniques, le matériel et/ou le logiciel. L'innovation de commercialisation La mise en œuvre d’une nouvelle méthode de commercialisation impliquant des changements significatifs de la conception ou du conditionnement, du placement, de la promotion ou de la tarification d’un produit. L'innovation d'organisation La mise en œuvre d’une nouvelle méthode organisationnelle dans les pratiques, l’organisation du lieu de travail ou les relations extérieures de la firme. Stratégie Océan Bleu La Stratégie Océan Bleu est un paradigme d'une stratégie pour entreprises, exposé par W. Chan Kim et Renée Mauborgne, chercheurs au Blue Ocean Strategy Institute à l'INSEAD dans Stratégie Océan Bleu : Comment créer de nouveaux espaces stratégiques. Dans cet ouvrage publié pour la première fois en 2005, les auteurs expliquent que la forte croissance et les profits élevés que peuvent générer une entreprise se font en créant une nouvelle demande dans un espace stratégique non contesté, ou Océan Bleu, plutôt qu'au cours d'affrontements avec des fournisseurs existants pour des clients existants dans une activité existante (Océan Rouge). Les différents types d’innovation Innovation radicale L'innovation est dite "radicale" lorsqu'elle modifie profondément les conditions d'utilisation par les clients et/ ou qu'elle s'accompagne d'un bouleversement technologique. Exemple d'innovation de rupture : apparition de l'imprimerie, passage du moteur à vapeur au moteur à explosion, du télégraphe au téléphone, du téléphone à

31


32

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

 Articles de presse - Références Internet.. ou encore passage de la cassette VHS au DVD, etc. Innovation incrémentale Modestes, graduelles, continuelles améliorations de techniques ou de produits existants ; l'innovation incrémentale ne change généralement pas fondamentalement la dynamique d'une industrie, ni ne requiert un changement de comportement des utilisateurs finaux. L'innovation incrémentale ne bouleverse ni les conditions d'usage ni l'état de la technique, mais y apporte une amélioration sensible. Elle est souvent le fruit de la volonté de l'entreprise de conserver son avance technologique sur ses concurrentes. On parle aussi pour désigner une légère innovation incrémentale, d'« amélioration de produit ». Innovation architecturale Le produit est considéré comme un ensemble de composants où chaque élément a une fonction spécifique et est lié avec les autres composants. Il est donc nécessaire d'avoir une connaissance (i) sur les composants eux-mêmes et la façon de les intégrer dans un système et (ii) sur les liens entre les composants ou architecture qui existe au sein du produit. Cette architecture-produit peut faire l'objet de l'innovation, qu'on qualifiera alors d'innovation architecturale5. Innovation de rupture La technologie "de rupture", telle que définie par Clayton Christensen dans Innovator's Dilemma (1997) est initialement sous-performante par rapport aux besoins du marché principal, mais ses progrès la conduisent finalement à y répondre, tandis que la technique dominante devient sous-performante. C'est une technologie "dormante" qui peut mettre longtemps à progresser. Théorie de l’acteur-réseau La théorie de l'acteur-réseau est une approche sociologique développée à partir des années 1980 par Michel Callon, Bruno Latour, Madeleine Akrich et d'autres chercheurs du Centre de sociologie de l'innovation de Mines ParisTech. Cette approche se distingue des théories sociologiques classiques parce qu'elle prend en compte dans son analyse, au-delà des humains, les objets (« non-humains ») et les discours. Ces derniers sont également considérés comme des « acteurs » ou des « actants », selon un concept emprunté à la sémiotique de A.J. Greimas qui désigne ainsi toute entité sans distinction ontologique entrant dans un processus sémiotique.

Quelques articles parus pendant les travaux de réflexion : Article Les Echos Innovation et export : les secrets de la compétitivité – 21/06/2012 Retrouver le chemin de l’innovation – 13/06/2012 Les Régions invitées à copiloter les pôles de compétitivité Quand la R&D booste la compétitivité – Avril 2012 Vers une approche holistique de la promotion de l’innovation en France – 03/04/2012 Quelques références (non exhaustif) : Revue française de gestion 2010/1 Innovation et territoire Revue française de gestion 2011/1 L’appropriation du savoir entre les laboratoires publics et entreprises Réseau INNOVATION Franche-Comté le « QUI fait QUOI » - Octobre 2011 www.rifc.fr/ www.innover-en-franche-comte.fr/ ARD-THEMATIC Collection Franche-Comté Une identité façonnée par l’innovation DATAR Equipe Europe Synthèse des stratégies régionales d’innovation des régions françaises – janvier 2012 Etude Innovation NSEE 2010

33


34

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

 BUDGET de Recherche et Transfert Technologique

35

 Les entreprises sur le territoire

Pays de Montbéliard Agglomération 2009 à 2011

de Pays de Montbéliard Agglomération Ventilation par effectifs

 


36

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

 l’Arbre à Idées (Mind Map)

Nouvelles perspectives ?

Investissements

ROI 500 K€ Efficacité ?

Fonctionnement

Agglo Offre qualit et quanti ?

R&D importante dans le privé

Positionnement Formations du secondaire

Formations

Vie étudiante ?

Projets culturels humanitaires...

Attractivité Etudiante

Autres pistes Groupe

Entreprises

Typologie

ADU ?

en recherche

demandeurs

Attractivité économique

en attente

non demandeurs Taille de l'entreprise / Secteurs

Guichet unique Agglo ?

Dvpt Eco ? Enseignt Sup Recherche ?

Services

Process

Culture scientifique Salariés et familles

Relais / Accompagnement ? Formations

missions ?

Recherche

Connaissances sur l'existant : labos, aides, Local, Régional, National

Aides

Pas qu'un numéro de tél, Acteur, promoteur, facilitateur

Relais existants

Entreprises

Niveau I

M. ou Mme Innovation Agglo ?

Une personne devant un service derrière

Crédit Impôt Recherche

Temps / Connaissance

Oséo

Relais ?

Démarchage

Syndicats pro voire interpro

Méthodologie - Efficacité

Innover en FC IPV Consulting

Niveau II

RGPP / Autonomie

Pôles de compétitivité

En Direct

Dépendance interdépendance vis à vis des entreprises

Codev - Innovation Recherche Entreprises

FCT Syndicats professionnels

Recherche fondamentale / appliquée

Relais à l'intérieur du territoire

Recherche publique

Communication ?

Luxe and tech

Manques ?

ANR dynamisme mais fragilités

"niches" de recherche Positionnement à valoriser

attractivité formation

Science de Gestion etc

Politiques

tentative sur Institut de géopositionnement

Infos sur site web

Inv' collectivité

Numérica formations corollaires avec la recherche publique dvpt chronophage

Labos

Entreprises

redistribution en interne

financement sur projet

Entreprendre à Montbéliard

Les trouvailles

stabilité

Faible Réseaux et supports existants

Formations

Tout l'U / Détours

Vide grenier des labos, des formations

Qui ?

Nécessité de publier

Chambre des métiers

Si j'avais sur de l'innovation

effectif sur Montbéliard ?

Etudiants Vecteurs de com°

Vidéos

Externe

disponibilité

"Publiants" et "non publiants" Restructuration

JC

Pas que le leader, de la petite à la grande innovation

Interne Ressources

PRES

CCI CJD

Info labos

en cas de réussite

construire la conf : se connaître / contractualiser

Confidentialité : craintes

Cartographie existante

Encart de promotion du relais niveau I

Avances remboursables

PME PMI TPE TPI

FCT

kit de promotion

Crédits

ROI

Faire savoir vers les structures existantes

Newsletter "Semaine Economique Comtoise"

Autres Subventions

dispositifs

Conseils, orientation, aiguillage, confidentialité, etc Entreprises locales

Consommation

Biens

Produits

Innovation

Logement étudiant

habitat

emploi

Accompagnement de la politique éco volontariste ?

Accompagnement de projets pédagogiques ponctuels / associations étudiantes... International

ROI

soutien aux labos (administratif notamment) démarrage voire fonctiont

Valorisation Innovation

dans le sens labo > ent

Agglo et la valorisation de l'existant

l'inverse ?

Une vraie envie ? un besoin ? Transfert / Valorisation

Aujourd'hui, Demain, Hier Cartographie, réseau de l'innovation local Usine Nouvelle, etc.

national

variable selon labos / chercheurs...

Existence d'une dynamique territoriale ? labos pertinents éloignés du territoire hors mobilité, micro mécanique...

Supports doctorants

24h de l'innovation

Journée de l'innovation ? Quid Portes Ouvertes PMA

Laboratoires Evénement spécifique ?

sollicitations directes

Dimension Régionale Formations

Se greffer sur un événement existant ?

Projet Apprentissage / Contrat de Prof Stage

Gérards de l'innovation

IPV

Nuit de la Recherche

Agglo

Saitas / Micronora / Mobilis / etc... Bar des sciences, petits déjeuners, etc.

Programmation de rencontres

Evénementiel ?

Labos recherche privée Grand public Evénements ciblés

Service éco ?

Incubateurs public

SAIC UFC UTBM

Réponses

DIRECCTE DRRT

Politiques Evénement grande dimension

ADU

Pôles de compé

Entreprises Labos recherche publique

cas Cristel et Eurocad

Docteur 25/2 etc.

Bourse de l'innovation "Recherche dating" Fête de la science

contrat

2 propositions Concours lépine

Accompagnement

Sté privées / consulting CRégional

Innover en FC Fonds Régional d'aide à l'innovation

ANR Oséo par métier / secteur

ADEM etc Institut P&M Curie ? Institut Pierre Carnot ?

CRCI - ARIST - CCI réseau des "Développeurs"

1€ pour 1€ avec OSEO

contractualisation possible ?

37


38

Économie de la Connaissance & Excellence Territoriale

 Le rapport Galloisn Rapport au Premier ministre 5 novembre 2012

PACTE POUR LA

COMPÉTITIVITÉ DE L’INDUSTRIE

FRANÇAISE Louis Gallois Commissaire Général à l’Investissement

Rapporteurs adjoints : Clément Lubin, Pierre-Emmanuel Thiard

Commissariat Général à l’Investissement

Pour accéder au rapport : http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/fichiers_joints/rapport_de_louis_gallois_sur_la_competitivite_0.pdf


Le comité de rédaction : David MARKEZIC Hervé HUILIER Emmanuel BRUGGER Philippe CANALDA

Samuel GOMES Jean-Louis AMAT Pierre LAMARD Jilali EL RHAZ

Conseil de développement | 8, avenue des Alliés - BP 98407 25208 Montbéliard cédex Le Secrétariat Général : Jilali EL RHAZ Chargé de Mission 03.81.31.89.65 jilali.elrhaz@agglo-montbeliard.fr Sylvie BARNEOUD Assistante 03.81.31.87.24 sylvie.barneoud@agglo-montbeliard.fr codev@agglo-montbeliard.fr

Conception / impression : Service reprographie Pays de Montbéliard Agglomération Crédits Photos : S. Daval, J-M. Domon, C. Ferrand, iDkom, R. Ravegnani, F. Roy, R. Ruhlmann, L. Vadam, PSA Peugeot Citröen


Nos PME / PMI face au défi de l'innovation