Issuu on Google+

TEMPS FORTS

MERCREDI11JUILLET2012 P

STRASBOURG Jeunesse

BRÈVES CONSEIL MUNICIPAL

42 !

Une place à part entière La Ville de Strasbourg vient d’adopter les grands axes de la nouvelle politique de la jeunesse, avec notamment une implication accrue des jeunes dans les prises de décision.

Pauline Viès, benjamine du conseil, a siégé lundi pour la première fois dans l’hémicycle. PHOTO ERNEST LAEMMEL-CUS

Pauline Viès, nouvelle élue à Strasbourg Pauline Viès (PS) a fait son entrée, lundi, au conseil municipal de Strasbourg. Première personne non élue de la liste Ries, elle succède à Myriam Gloppe, décédée des suites d’une longue maladie le mois dernier. À 22 ans, elle est désormais la benjamine du conseil municipal. La jeune femme n’en est pourtant pas à ses débuts en politique. Engagée à 15 ans au sein du mouvement des jeunes socialistes du Bas-Rhin, elle en devient l’animatrice fédérale en 2007. Elle rejoint ensuite l’équipe de Roland Ries en 2008, avant de prendre un peu de recul ces dernières années. Fraîchement licenciée en droit, elle étudiera cette année en master de droit privé à Strasbourg. « J’arriverai à concilier les deux. Je ne veux pas être une potiche ou la caution jeune du conseil. Je serai bien présente avec des choses à faire et à dire notamment concernant la vie étudiante et la jeunesse », affirme la jeune femme.

Pas de patinoire place du Château au marché de Noël En raison des travaux qui ont démarré place du Château, il n’y aura pas de patinoire pour l’édition 2012 du marché de Noël de Strasbourg. C’est le premier adjoint Robert Herrmann interrogé lundi soir en conseil municipal par Huguette Dreikhaus, qui l’a annoncé. « Nous avons convenu avec le Kiwanis qu’il n’y aurait pas de patinoire cette année parce que nous n’avons pas trouvé d’espace. Donc nous faisons l’impasse cette année. Elle sera de retour en 2013 ». En réponse à la même conseillère d’opposition, le maire Roland Ries a précisé qu’aucune solution n’a été trouvée pour remplacer les gobelets en plastique destinés au vin chaud par des mugs. Les gobelets seront donc encore utilisés cette année, l’année prochaine et peut-être même en 2014

Piscine du Wacken Les incidents qui ont eu lieu à la piscine du Wacken le 30 juin relèvent de problèmes d’insécurité anciens et récurrents, a déclaré l’adjoint Olivier Bitz à Jean-Charles Quintiliani qui l’interrogeait à ce sujet. Deux bandes rivales se sont affrontées. L’adjoint a expliqué comment les agents étaient intervenus en ajoutant que la tension est souvent vive en début de saison puis les esprits se calment. L’adjoint a en outre souligné le succès de l’équipement puisque selon les chiffres qu’il a mentionnés, la piscine a comptabilisé 4 000 entrées le jour de l’ouverture, le 30 juin. Et la première semaine d’exploitation a permis d‘enregistrer 15 000 entrées

«N

ous pensons que notre place est parmi vous ». C’est avec une certaine candeur que deux représentantes du conseil des jeunes ont pris la parole lundi au conseil municipal pour exposer les propositions de leur assemblée. Des propositions destinées à placer les jeunes (11-25 ans,) au cœur de la politique de la municipalité tant il est vrai qu’il existe, en France, une vraie défiance des populations plus âgées à l’égard des jeunes générations. D’ailleurs, le conseil avait à se pencher, ce soir-là, sur les nouvelles orientations de la politique jeunesse.

Cinq grands axes déterminés Cinq grands axes ont été déterminés (l’expression et la communication des jeunes ; le développement l‘autonomie, de la confiance, du sens de l’engagement et de la responsabilité des jeunes ; la place et la participation des jeunes à la vie démocratique locale, la connaissance des droits, des règles et des institutions ; l’ouverture au monde et aux autres par la culture et les projets et enfin, l’amélioration de la qualité de vie des jeunes habitants). La coordination des missions et des moyens répartis dans les différentes directions de l’administration municipale sera confiée à un seul adjoint, Mathieu Cahn, en l’occurrence et le pilotage sera assuré par la direction de l’animation urbaine à laquelle sera rattaché le

Quelle place pour la jeunesse strasbourgeoise? conseil des jeunes. De plus, un comité de pilotage composé de techniciens, d’élus et de jeunes issus du conseil (ils y sont majoritaires) a été mis en place il y a quelques semaines. « L’ambition de notre ville en matière de politique de la jeunesse ne doit pas cependant se

PHOTO ARCHIVES DNA

limiter à cette belle initiative », a réagi avec scepticisme le conseiller Mustapha El Hamdani qui considère, en regrettant le mandat de Catherine Trautmann à la tête de la Ville, que la présente politique « manque de conviction et de moyens ». L’adjoint Mathieu Cahn n’a pas

manqué de contester son analyse, estimant qu’il ne fallait pas rester le regard perpétuellement tourné vers le passé et que ce que fut mis en place a été amélioré, modernisé, corrigé. Et prenant en exemple le festival Stras en scène, organisé et pensé par le conseil des jeunes

(appuyé par les services de la Ville), l’adjoint a expliqué que « ce n’est pas de l’événementiel, mais de l’éducation populaire », tant l’organisation est source d’enseignements pour les jeunes impliqués dans l’événement. O.C.

R

STRASBOURG Exposition de photographies

Les étrangers d’ici En pleine campagne de renouvellement du conseil des résidents étrangers (CRE), une exposition de photographies donne à voir jusqu’au 31 juillet, à l’hôtel de ville, les visages et parcours de ces Strasbourgeois venus d’ailleurs, investis dans la vie de la cité. SUR LES MURS de la salle Conrath, une quinzaine de visages photographiés par Michel Grabiel Duffour, accompagnés de rapides portraits (écrits par Guy Didier), montrent la diversité des parcours. Tous sont membres du conseil des résidents étrangers de Strasbourg (CRE), dont le mandat de trois ans arrive à son terme. L’exposition vise à convaincre ceux qui en doutent encore de la richesse qu’apportent les étrangers à Strasbourg… et à convaincre les étrangers eux-

REJOINDRE LE CRE Jusqu’au 18 septembre, les étrangers vivant à Strasbourg peuvent s’inscrire sur www.strasbourg.eu/cre2012 pour participer au tirage au sort de la liste des habitants volontaires, qui aura lieu le 24 septembre. Tous les membres du CRE sont bénévoles, leur mandat est de trois ans renouvelable. Plus de renseignements au ✆03 88 43 65 67.

mêmes de participer au prochain mandat du CRE.

« Une expérience unique » « Une occasion de dépasser le communautarisme. » « La plus belle expérience que l’on puisse avoir. » Vendredi soir, lors du vernissage, les membres du CRE étaient unanimes pour décrire leur engagement de trois ans. « Ce n’est pas un club de bridge », prévient Athis Durak, qui anime sur RBS l’émission « La parole est à vous », consacrée au CRE. « Il s’agit de donner corps aux étrangers de la ville, pour qu’ils participent au destin politique de la cité. » Et même s’ils n’ont pas (encore) le droit de vote aux scrutins locaux, l’impact de leur travail n’est « pas une impression ». Pour preuve, entre autres, la présence depuis juin, au conseil d’administration de CUS Habitat, d’un représentant du CRE. « Nous avons réalisé un travail énorme, qui apporte quelque chose à la collectivité et au débat national », souligne Alphonse Goueth.

« Strasbourg est en pointe » Ce dernier est en effet représentant du CRE au CoFraCiR (conseil français de la citoyenneté de résidence), réseau de conseils de résidents étrangers de dix villes de France. « Strasbourg est en pointe sur ce sujet », note Alphonse, qui souli-

L’exposition montre les visages et les parcours des membres du conseil des résidents étrangers. DOCUMENT REMIS

gne que « nous sommes le seul CRE dont les membres sont élus sur un programme, et pas désignés par les conseils municipaux, par exemple. » Évidemment, cet énorme travail n’a pas été abattu sans quelques difficultés. « Nous sommes des gens d’origines diverses. Il a fallu un certain temps pour que la mayonnaise prenne. Mais ce temps de tension était nécessaire », souligne Alphonse. Patricia Garcia de Poillerat, présidente de la CARES (Coordination des associations de résidents étrangers à Strasbourg) et membre à ce

titre du CRE, a adoré « rencontrer des associations que je ne connaissais même pas ! » Pour la prochaine assemblée, Anne-Pernelle Richardot, adjointe en charge de la citoyenneté, dresse déjà quelques « dossiers », comme la prise en charge des résidents étrangers âgés. Mais ce que tous attendent, avec « vigilance », c’est le droit de vote des étrangers aux scrutins locaux, promesse du candidat Hollande. « Il est grand temps, avance Athis Durak. Nous voulons travailler pour le vivre ensemble.

Si la ville de Strasbourg est belle, c’est grâce à tous les habitants qui apportent leur savoir. » J.R.

R

Q Vendredi 13 juillet. Réunion publique d’information sur le renouvellement du CRE, au centre socioculturel de la Meinau, 1 rue de Bourgogne, à 18 h. Q Jusqu’au 31 juillet. L’exposition « La Ville en visages » est visible dans la salle Conrath de l’hôtel de Ville, place Broglie, du mardi au samedi de 14 h à 19 h. Entrée libre.  


article DNA du 11/07/12 "Une place à part entière"