Issuu on Google+

3 millions d’euros, c’est le montant global des ristournes versées fin juin à nos adhérents sur leurs achats d’agrofournitures auprès de la coopérative en 2011/12. Le montant est conséquent, supérieur à celui de l’an passé, en raison surtout du surcroît d’activité entraîné par les re-semis de ce printemps. Encore merci à nos adhérents pour la confiance qu’ils nous accordent.

Au fil des

é t é 2 0 12

saisons l e

j o u r n a l

d e s

a d h é r e n t s

d u

c o m p t o i r

# 40

a g r i c o l e

au fil des saisons a 10 ans ! L’occasion pour nous de revenir sur une dizaine de numéros emblématiques relatant des évènements marquants de la vie de la coopérative. Place aussi dans cette édition à nos autres canaux de communication, avec un dossier «spécial numérique», un zoom sur les Rencontres de Saison et un retour (gagnant) sur l’opération «Ferme en ville». Et puis, pour compléter votre information, une page consacrée à l’engagement de la coopérative dans le plan Ecophyto2018. Un numéro très Comm’, au service des adhérents!

sommaire pages

2 et 3 La vie du Comptoir

Les 10 ans du Fil des Saisons Ecophyto 2018 en pratique pages

4 et 5 La vie numérique

Le nouveau site Internet de la coopérative Le coin d’ariane : la salle des marchés Bientôt un site e-commerce pour le houblon pages

6 et 7 rencontres de saison

Un programme éclectique page

8 repère

La valeur d’équité (5/7)

rencontre

Ferme en ville 2012

les brèves du comptoiR

edito

Au Fil des… années !

V

ous avez entre les mains le 40ème numéro d’Au Fil des Saisons. Petit jubilé à l’échelle de temps de la coopérative, mais évènement à relever eu égard aux nombreuses informations et dossiers de fond que notre journal est allé porter chez nos adhérents et chez bien d’autres lecteurs parfois fort éloignés du milieu agricole. J’en profite pour remercier l’ensemble de nos rédacteurs d’hier et d’aujourd’hui, porteurs d’une vraie communication, de justesse et de transparence, entièrement au service des agriculteurs et de l’agriculture. À l’heure où nous écrivons ces lignes, les premiers blés « rescapés » du gel hivernal arrivent dans les centres de collecte. Nous travaillons en temps réel sur la maîtrise de la qualité pour une valorisation optimale de la récolte qui s’annonce, comme prévu, petite. Encore une année atypique ; du jamais vu en matière de climat, passant du sibérien au tropical en quelques semaines. La coopérative a bien répondu entre la constatation rapide des problèmes et l’anticipation des besoins en intrants pour remplacer les cultures détruites. Au final, un supplément d’activité de plus de 10%, mais même ainsi, au pied levé, tout le monde a été servi ! Cela n’aurait pas été possible sans la performance des référenceurs, des acheteurs et approvisionneurs, l’efficacité de la logistique et des magasiniers, mais aussi et avant tout la confiance des adhérents. Ce surplus de volume, que personne ne pouvait prévoir en janvier, nous a permis de rendre en culture – rapidement – un montant conséquent sous la forme de ristournes de fin de campagne. Votre coopérative vous remercie pour cette confiance, et continuera, tout simplement, jour après jour, à prouver qu’elle la mérite ! Denis Fend

Directeur du Comptoir agricole


la vie du comptoir anniversaire

Au fild saisons L E

Au Fil Des Saisons… dix ans déjà !

#1

L IAL E S ÉCR É A SPC É S O E RD

ÉÉ E

MS S NOUD Y

#8

L E

J O U R N A L D E S A D H É R E N TS D U C O M P TO I R AG R IC O L E

É T É

SOMMAIRE

2004

H I V E R

Une récente enquête, menée en octobre dernier auprès de quelques centaines d’adhérents de notre coopérative, mit en lumière un certain nombre de souhaits. Parmi eux figurait en bonne place la volonté de mieux connaître le fonctionnement de la coopérative, son personnel, l’évolution de sa structure, ses investissements. En un mot, sa vie de tous les jours. C’est chose faite avec ce premier numéro d’Au fil des saisons, qui est amené à devenir tous les trois mois le lien fort qui manquait encore entre les agriculteurs et leur coopérative. Et quoi de plus naturel dans ce premier numéro que de rappeler au plus grand nombre l’acte fondateur que fut l’esprit de fierté et d’indépendance qui soufflait à l’origine du Comptoir Agricole. Et quelle fierté encore, presque cent ans plus tard, de voir notre coopérative étoffer son infrastructure avec un septième grand silo, à Marckolsheim. Alors ne boudons pas notre plaisir, et découvrons ensemble ce nouveau journal pour suivre Au fil des saisons la vie du Comptoir Agricole.

Le respect de l’environnement est une préoccupation majeure du monde agricole. Grâce à l’action du Comptoir, faites-vous aider à hauteur de 30% dans la mise aux normes du stockage à la ferme. Page 3 Page 2

La vie du Comptoir

Ouverture du silo de Marckolsheim Tendances du marché Page 4

Témoignage

Le Comte d’Andlau, fondateur du Comptoir Agricole

Les brèves du Comptoir Unter Uns

A F DS N o 2 8 / ét é 2 0 0 9

Au fildes saisons l e

2005-2006

#27

Au fildes saisons

j o u r n a l d e s a d h é r e n t s d u c o m p t o i r a g r i c o l e

p r i n t e m p s

l e

2009

j o u r n a l d e s a d h é r e n t s d u c o m p t o i r a g r i c o l e

#28

2009

é t é

Et revoilà le temps des moissons

Que la fête fut belle…

Grande exposition

En 1905, sous l’impulsion d’ Huber t d’Andlau, le Comptoir agricole voyait le jour. Près de 100 ans plus tard, il est apparu comme indispensable de renforcer le lien existant entre les agriculteurs et leur coopérative. C’est chose faite avec le premier numéro du Fil des saisons, qui met à l’honneur la mise en service du 7ème grand silo à Marckolsheim et revient sur l’incroyable aventure de la création du Comptoir !

Eugène Schaeffer, Président du Conseil d’Administration

AFDS No27 / printemps 2009

J O U R N A L D E S A D H É R E N T S D U C O M P T O I R A G R I C O L E

#14

les 19 et 20 juin à Ebersheim (près de Sélestat)

Un lien entre nous

des produits phytosanitaires

AFDS N o1/ Autom n e 2 002

2002

E D I TO

DOSSIER Améliorer le stockage

Au fildes saisons L E

A U T O M N E

Maïs 2002, c’est parti !

AFDS No14 / Hiver 2005-2006

Au fides l saisons

La récolte 2002 s’annonce excellente en quantité et un nouveau record pourrait être atteint. Alors que le Conseil d’Administration vient de décider un complément de prix de 1,5 €/tonne sur les maïs récolte 2001 payés au prix d’acompte, le contexte général des céréales reste morose. Et la concurrence des pays de l’Est commence à se faire sentir. Page 2

Réaliser un support de communication pour fédérer et tenir informés les adhérents du Comptoir, telle était la volonté de la coopérative à l’origine de la création de Au Fil Des Saisons. Depuis 2002, la vocation de ce magazine ne s’est pas démentie et son rôle auprès des adhérents n’a cessé de s’affirmer, offrant également une vitrine de qualité à tous ses partenaires. Retour sur les numéros les plus marquants de ces dix dernières années qui racontent l’histoire du Comptoir, au fil des saisons… A F DS N o 8 / Ét é 2 0 0 4

J O U R N A L D E S A D H É R E N T S D U C O M P T O I R A G R I C O L E

A l’heure où nous bouclons ce numéro, les premiers blés sont récoltés. Les poids spécifiques sont bons, tout comme les rendements. L’incertitude est de rigueur en ce qui concerne les mycotoxines. Mais c’est aussi le temps des semis pour ce qui est du développement durable, avec notre projet 360°. C’est aussi le temps de la réflexion quant à l’application de la Loi de Modernisation de l’Economie pour notre entreprise. Nous en faisons le zoom du trimestre.

Cultivez-vous ! Amusez-vous !

Aujourd’hui on va à l’Odyssée des céréales. Les enfants nous en parlent depuis dix jours, depuis qu’un voisin agriculteur leur a dit tout ce qu’ils allaient voir. C’est super facile à trouver, avec cette montgolfière qui se voit à des kilomètres… On nous dit à l’accueil que l’on va apprendre des tas de trucs en s’amusant. La place du village est chouette avec tous ses commerces. Par où commencer ? Une bonne odeur de pain nous attire : le boulanger fait du pain sur place, on peut même l’aider ! On nous explique que la qualité du pain dépend de la farine : en quelques pas, nous sommes chez le meunier, qui fait sa farine devant nous. Retour sur la place du village, où le choix est vaste. De surprises en surprises, les petits et les grands découvrent comment les céréales se retrouvent dans l’immense majorité des produits que l’on trouve en épicerie… et même dans les produits d’entretien. Les carburants de demain aussi seront à base de céréales, ou d’huile de colza. Sans parler des médicaments, du dentifrice, des matériaux de construction… Ouf ! Un peu de repos, mangeons une bonne tarte flambée sous le grand chapiteau. Benjamin exulte : il a gagné un baptême de l’air ! C’est reparti pour de nouvelles aventures. On casse des grains de maïs pour découvrir les secrets des semouliers, on fabrique nous-mêmes du bio-plastique à partir de l’amidon, on s’amuse comme des fous sur le jeu de l’oie géant avant d’aller voir les animaux de la mini-ferme. Avant de rentrer, pas question de rater le concert gratuit, il y a de l’ambiance autour de la scène. Merci les enfants. Sans votre insistance, on aurait raté une belle journée à l’Odyssée des céréales !

Le Comptoir assure sa pérennité

4 novembre 2005 : Eugène Schaeffer et André Schuhler passent symboliquement le relais à la jeune génération

E D I TO

SOMMAIRE

Un rendez-vous exceptionnel

DOSSIER

Le Comptoir Agricole, premier organisme collecteur et stockeur de céréales en Alsace, crée l’événement du 17 au 20 juin 2004 à Ebersheim par l’intermédiaire d’une exposition en plein air baptisée « l’Odyssée des céréales, du grain aux nanotechnologies ». La connaissance des céréales par le grand public se résume très souvent au pain et à la bière. C’est ce qu’il faut comprendre par « du grain » dans le titre de cette manifestation. Or les céréales et les cultures oléo-protéagineuses, depuis quelques dizaines d’années, contribuent à remplacer très avantageusement le pétrole dans de nombreux produits de consommation courante (bio-carburants, bio-plastiques, adhésifs, abrasifs..). Après extraction de leur constituant principal - l’amidon - ces cultures alimentent des pans entiers de nos filières agro-alimentaires (production de glucoses, gélifiants…) mais aussi le monde de la pharmacie et des cosmétiques. C’est l’aspect « nanotechnologies », en ce sens où la plante cultivée devient une source inépuisable et renouvelable de molécules complexes, à des fins alimentaires, énergétiques ou industrielles. En informer le grand public nous semble primordial. Il est indiscutable que la défense de notre agriculture et des filières économiques développées autour d’elle passe par une meilleure compréhension des citoyens. Garantir leur pérennité, c’est à la fois s’assurer de la conservation de milliers d’emplois et ne pas condamner un potentiel d’investissements industriels.

Eugène Schæffer Président du Conseil d’Administration

Un juste retour des choses

La vie du Comptoir

Tout vient à point à qui sait attendre… Record battu en 2005 ! Un mot du marché

Page 6

L’événement

Retour en images sur la soirée du centenaire

Les brèves du Comptoir Unter Uns Témoignage Aux origines des saveurs

La vie du Comptoir Les chiffres du Comptoir :

des appros sous pression / La gestion des déchets agricoles

Page 7 Page 8

SommairE

N

les fondamentaux du marché des céréales #3 Pages 3 à 6 Pages 2

Zoom

Les projets 2009 de la coopérative : 360° et EVoLi

Les brèves du Comptoir Unter Uns témoignage

ous vivons une période troublée par la réorganisation de certains marchés. Les céréales et les autres « grandes cultures » apparaissent comme une forme de « valeur refuge » alors même que le Ministre de l’agriculture, à l’occasion du bilan de santé de la PAC, vient d’annoncer un rééquilibrage des aides communautaires en défaveur des céréaliers. Cette perspective est d’autant plus sensible que la campagne en cours, compte tenu des prix actuels, ne sera pas euphorique. Il faut vite tourner la page du très bon exercice 2007/2008. Pour autant, quelles cultures nouvelles seraient capables de remplacer autant d’hectares de céréales ? Aurait-on oublié que les céréales sont la base de notre alimentation ? On le voit bien, dans le cadre d’une agriculture performante et à l’écoute des exigences sociétales, les organismes stockeurs - le Comptoir Agricole en tête - doivent être plus forts que jamais. Investir dans les compétences, les services et le savoir-faire est une nécessité de chaque instant. Tout en s’ouvrant aux autres, comme le démontre notre engagement à « 360° » dans le développement durable. C’est le prix à payer collectivement pour être encore là demain.

André SCHUHLER

Laurent Lehr, apiculteur

André SCHUHLER

Tous à Euromaïs 2009 ! La filière maïs rhénane, allemande et française, se met en ordre de marche pour vous permettre de faire un tour d’horizon complet de la culture du maïs. A Ostheim, du 11 au 13 septembre, sur 7 hectares, ne ratez pas l’occasion de découvrir ou redécouvrir tous les aspects de la céréale phare de notre région (agronomie, économie, environnement, transformation...). Le Comptoir Agricole vous y accueillera sur son espace dédié. En savoir plus sur www.euromais.fr

E d i to

doSSiEr

Les adhérents qui viennent aux assemblées de section le savent : le Comptoir Agricole est une entreprise solide et saine. Conséquence de la confiance de ses membres et d’une gestion rigoureuse. Sa stratégie a toujours été claire : assurer aux adhérents des collectes efficaces, grâce à un équipement en séchoirs et en stockage à la hauteur des hausses régulières des volumes collectés. Par ailleurs, le résultat de la coopérative était affecté aux réserves. Attitude prudente face à l’avenir, et couronnée de succès. Nous venons d’entrer dans une ère nouvelle où, quand les conditions de réalisation de l’exercice le permettront, les résultats seront redistribués entre nos adhérents. C’est ce que nous venons de faire cette année (voir en page 2, les chiffres du Comptoir). C’est aussi le moment de renforcer notre proximité et l’éventail de nos services. Ce sera fait avec Ariane.coop, l’accès à la technologie internet au profit des exploitants. Dans cette perspective dynamique, permettez moi de vous présenter mes meilleurs Vœux de bonheur, de santé et de réussite pour cette année 2006 qui s’annonce.

Un métier de l’entreprise : Bureau Développement du Service Informatique Page 3

SommairE

E D I TO

ariane.coop

Le nouveau bouquet de services du Comptoir Agricole Page 5 Page 2

Avec les projets Evoli et 360° (voir notre zoom), notre coopérative se projette avec énergie dans l’avenir. Tout en se préoccupant de l’approvisionnement immédiat de ses adhérents, tâche particulièrement ardue. Notamment cette année en ce qui concerne la protection contre les parasites du sol. Au Fil des Saisons continue également son voyage au cœur du marché des céréales, avec le marché à terme.

Une nouvelle collecte record de maïs et la foule des grands soirs ce fameux 4 novembre à Strasbourg : Le Comptoir Agricole vient de clôturer en beauté cette année 2005, année du centenaire. C’est le moment choisi par le Conseil d’Administration pour récompenser la fidélité de ses adhérents, par une ristourne exceptionnelle de 4€/tonne. Mais également pour épauler nos adhérents avec un nouvel outil de gestion de l’exploitation, synonyme de gain de temps et d’argent : ariane.coop. 2005 a été l’année de l’émotion dans l’action. 2006 sera celle de l’action au service de l’efficacit��.

Directeur du Comptoir Agricole

Directeur

Au Fil Des Saisons offre à ses lecteurs les moments forts de la vie de la coopérative, ainsi, impossible pour son 8 ème numéro, de passer à côté du rendez-vous exceptionnel de « l’Odyssée des céréales ». Cette exposition grandeur nature qui permet au Comptoir de mettre en vedette la filière céréalière.

Pour le centenaire de la coopérative, le 14ème Au Fil Des Saisons met en exergue la création de son extranet Ariane.coop, un outil devenu vite indispensable pour de nombreux adhérents, signe que du haut de ses 100 ans cette institution reste à la page ! Il revient aussi – et en image – sur la grande fête donnée en l’honneur des 100 ans de la coopérative.

Au Fil des S aisons revient sur un engagement fort du Comptoir agricole pour le développement durable, le projet « 360° ».

AFDS No29 / automne 2009

A F DS N o 32 / Ét é 2 010

AFDS No34 / hiver 2010-2011

Au fildes saisons l e

j o u r n a l d e s a d h é r e n t s d u c o m p t o i r a g r i c o l e

#29

a u t o m n e

2009

So-Li-Dai-Res ! L’actualité de cette rentrée est d’une rare densité. La chrysomèle du maïs s’installe en Alsace et bouscule notre filière maïs. Les producteurs ont plus que jamais besoin de conseils pour leurs rotations. Ce sera notre dossier du trimestre. La récolte de blé 2009 est très satisfaisante, et les maïs se présentent au mieux. Le temps de revenir sur nos missions et nos nouveaux services comme Start’jeunes.

Ce symbole d’ouverture aux autres prouve que la coopérative se projette avec énergie dans l’avenir et assure avec passion la pérennité de son activité.

Au fildes saisons l e

#32

l e

2010

é t é

#34

h i v e r

Page 2

l y a un an, nous remerciions l’ensemble de nos adhérents pour le haut niveau de confiance qu’ils nous témoignaient à l’occasion d’une enquête réalisée par BVA. Cette confiance est le moteur indispensable qui permet d’investir, d’innover et d’alimenter sans cesse notre exigence de qualité. Avec 360°, notre engagement dans le développement durable, nous allons encore plus loin, en tenant compte de toutes nos parties prenantes. Nous sommes et nous resterons économiquement performants, sans quoi le Comptoir perdrait toute crédibilité. Mais nous pensons qu’une plus grande prise en compte des aspirations de la société qui nous entoure peut également nous aider à progresser. Le nouvel exercice comptable s’annonce plus tendu que le précédent, dans les exploitations comme dans la coopérative. Nous devons pourtant avoir les yeux fixés sur le long terme. Personne ne comprendrait que nous restions dans dix ans la même entreprise qu’aujourd’hui ! Merci de votre confiance. Nous ne vous décevrons pas.

La vie du Comptoir Blés 2009 : cap sur la qualité 360° : le Comptoir rencontre ses parties prenantes

Page 7

Page 8

Zoom

Loi de modernisation de l’Economie (LmE) : les délais de paiement

Les brèves du Comptoir témoignages

André SCHUHLER Directeur du Comptoir Agricole

dany muller du Comptoir Frédéric Hoffmann de l’imprimerie SiCop

Au cœur de l’actualité de la coopérative : Euromaïs 2009 ! Cette manifestation franco-rhénane offre un tour d’horizon complet de la culture du maïs. Au Fil des Saisons revient également sur le lancement officiel de la démarche 360° qui place le Comptoir dans les toutes premières coopératives à se lancer dans ce pari d’avenir.

AFDS No37 / automne 2011 l e

j o u r n a l d e s a d h é r e n t s d u c o m p t o i r a g r i c o l e

I

les fondamentaux du marché des céréales #4 Pages 3 à 6

Au fildes saisons

Au fildes saisons

j o u r n a l d e s a d h é r e n t s d u c o m p t o i r a g r i c o l e

E d i to

doSSiEr

#37

2010-2011

j o u r n a l d e s a d h é r e n t s d u c o m p t o i r a g r i c o l e

a u t o m n e

2011

En décembre 2010, le Comptoir agricole a racheté le négoce agricole Arnold et Niess situé à Breuschwickersheim. A compter de juillet 2011, ce site deviendra un site Comptoir agricole. En attendant, la société conserve son identité.

Quand l’histoire s’écrit à plusieurs Dans un contexte général d’économie et donc de compression des charges, le paysage coopératif alsacien est en mutation. La Cophoudal se rapproche ainsi du Comptoir Agricole pour permettre à ses adhérents de mieux passer le cap actuel. Nous sommes allés interroger les présidents des deux structures. Mais l’actualité, c’est aussi les moissons, avec son cortège de risques liés aux contaminations par les mycotoxines.

Annoncé lors de notre Assemblée générale :

4 euros la tonne : c’est le complément de prix versé en fin d’année aux adhérents sur les volumes de blé et de maïs livrés au mode de paiement «  acompte  » au cours de l’exercice 2009/10. Auxquels s’ajoute une ristourne sur les approvisionnements du même exercice de 2%.

A l’heure où nous bouclons ce numéro, plus de la moitié des maïs sont collectés. En l’absence des pluies, de nouveaux records de collectes journalières vont tomber.

SommairE

dossier

SommairE

E d i to

doSSiEr

Pics de collecte : gérer au mieux Page 3 Page 2

La vie du Comptoir Les chiffres du Comptoir : un volume de blés record Grippe a : maintien de l’activité avant tout

Page 4 Page 5

repère technique La rotation des cultures L’esprit coopératif Le sens des réalités / Start’jeunes

Page 6

Les brèves du Comptoir témoignage Licorne Elsass retour sur Euromaïs 2009

adhérents-Coopérative, même combat

S

i le Comptoir agricole a la réputation d’être une entreprise bien gérée, c’est qu’elle a su de tout temps équilibrer son action : pas de prise de risque inutile pour ses adhérents et une confiance résolue dans l’avenir, dans l’innovation et dans la place que doit occuper l’entreprise dans la société. C’est cela, être pérenne. Oui, les exploitants rencontrent de réelles difficultés financières et les effets du tout « libéral » commencent à se faire douloureusement ressentir. Et ils l’ont fait savoir à Strasbourg début octobre avec beaucoup de dignité. Dans un contexte difficile, la Coopérative, prolongement des exploitations, demeure un allié de poids de ces dernières. Le bon résultat de l’exercice passé a ainsi permis de verser aux céréaliers de conséquents compléments de prix, une manne qui nulle doute a fait du bien aux trésoreries. Juste retour d’une fidélité sans faille des adhérents pour leur coopérative. Le doute quant à l’intérêt de « jouer collectif » n’est pas permis, au moment où la chrysomèle s’installe durablement dans notre paysage et quand la volatilité des marchés devient la règle. André SCHUHLER Directeur du Comptoir Agricole

Focus dans ce numéro d’automne sur les initiatives du Comptoir vers les jeunes agriculteurs. Avec le contrat Start’jeunes, la coopérative renforce ses actions de soutien aux jeunes, en s’adaptant aux nouvelles contraintes de la Loi de Modernisation de l’Économie. Soutenir les jeunes agriculteurs : un effort de tous les instants pour le Comptoir !

Le rapprochement entre le Comptoir agricole et la Cophoudal Page 4 et 5 Page 2

Page 3 Page 6

Page 7

La vie du Comptoir

La gestion des blés qualité 2010 interview

rencontres de saison 2010 Un vrai succès !

Zoom

Quand EVoLi entre dans le concret ariane.coop fait peau neuve

Environnement

Souffel EpurPhytos : L’enquête est en cours Ecophyto 2018 : C’est parti en région ! Page 8

Les brèves du Comptoir Zoom

Un bon déchet est un déchet inexistant Ferme en ville

SommairE

E d i to La coopération, un modèle à suivre

dossier

I

ariane : ce sont les adhérents qui en parlent le mieux ! Pages 3 à 6

l existe un dicton qui rappelle que « c’est dans les moments difficiles que l’on reconnaît ses amis ». Mis en perspective par rapport à nos métiers, nous pourrions le traduire par « c’est dans les périodes de doutes et de difficultés économiques que l’on apprécie de travailler avec le Comptoir Agricole ». C’est une évidence : nous n’avons pas vocation à gagner de l’argent pour la satisfaction d’accumuler des réserves. Mais pour sécuriser nos adhérents et envisager les investissements nécessaires avec sérénité. Mais voilà, pour certaines coopératives, à la lumière d’une conjoncture défavorable, les charges peuvent soudain peser trop lourd. Il faut alors se regrouper, pour mutualiser les dépenses et optimiser les ressources. Le houblon fait partie de longue date du paysage alsacien mais la concentration des marchés et l’évolution de la demande des brasseurs posent dorénavant un problème à cette filière. Dans des règles de fonctionnement claires, si le Comptoir Agricole peut aider une culture, alors il s’en fait un devoir. C’est ce qui a permis le rapprochement des deux coopératives. Il appartient désormais aux Assemblées générales d’entériner ce rapprochement sur proposition motivée des deux Conseils d’administration. André SCHUHLER Directeur du Comptoir Agricole

Page 2

La vie du Comptoir

Page 7

Zoom

Page 8

retour sur l’assemblée générale

Groupe Houblon : comment ça marche? réunions techniques : elles approchent

Les brèves du Comptoir témoignage

denis Fend : « le Comptoir agricole, une histoire d’Hommes ! »

Zoom

Biomasse-biocarburants : durabilité obligatoire

E d i to

E d i to Prendre ses responsabilités

L

a « surface agricole utile », partie du territoire cultivée, couvre environ 40% de notre département. Et pour plus de la moitié de cette surface, il s’agit de céréales. Difficile pour les Alsaciens de ne pas voir – au fil des saisons – les champs se remplir, les plantes pousser. Pourtant, pour la plupart d’entre eux, leur connaissance de cet environnement s’arrête là. Les enfants des villes questionnent leurs parents sur les machines qu’ils voient depuis le siège-arrière de la voiture : à quoi servent-elles ? Que sont-elles en train de faire ? Cette drôle de plante, c’est quoi ? Et les parents sont bien en peine de répondre…

L

a fusion de notre coopérative avec la Cophoudal a suscité, en cette fin d’année 2010, bon nombre d’interrogations. Soyons clairs, oui, la Cophoudal était une belle coopérative, saine, mais qui aurait probablement eu à traverser une période difficile dans les années qui viennent. Et qui devait donc s’adosser à un grand groupe, ne serait-ce que pour mutualiser certaines fonctions support. Clairement, notre Conseil d’administration veillera à ce que les gestions financières des différentes filières au sein de la coopérative soient parfaitement séparées. Et un futur groupe « Houblon » verra le jour très prochainement, pour réfléchir aux destinées de cette production. Mais aurions-nous pris cette décision de fusionner si nous n’avions pas été une coopérative ? Non. Si nous l’avons fait, c’est parce que nous sommes bien plus qu’une entité économique. Nous formons tous ensemble une force sociale, ancrée profondément dans le territoire alsacien. Ce qui se passe dans les autres filières nous regarde, nous interroge. Et nous nous devons d’agir tant que nous ne faisons pas prendre un risque financier inconsidéré à nos adhérents. Et c’est pour cela que le Comptoir agricole n’est pas une entreprise comme les autres. Excellente année 2011 à toutes et à tous ! Glecklisch Nej Johr !

Univers partagés Numéro spécial « Les Terres à l’envers ». Distribué à l’ensemble des visiteurs de « Céréales Park et du Pays du Houblon ».

RETROUVEz DANS CE NUMÉRO LE POSTER SOUVENIR DE LA MANIfESTATION !

Les médias ont tendance à renvoyer de l’agriculture une image peu flatteuse et les informations communiquées sont souvent incomplètes. Les agriculteurs produisent chaque jour de quoi nous nourrir, nous vêtir, nous protéger, nous loger, nous chauffer, nous déplacer… Les céréales sont partout dans nos maisons, et pas seulement dans nos assiettes. Il est grand temps que les producteurs prennent en main la communication directe avec les citadins. Nous sommes heureux et fiers de porter haut les couleurs des céréales, aux côtés des Jeunes Agriculteurs du Bas-Rhin. Les Terres à l’Envers constituent une formidable occasion de communication. Notre coopérative rassemble la majorité des agriculteurs de ce département. Nous savons que pour être là demain, il faut que des contacts se nouent, et qu’un échange constructif se développe. Bienvenue aux Terres à l’Envers, sur Céréales Park, sur Le Pays du Houblon, avec les coopérateurs du Comptoir agricole !

Le Comptoir prouve qu’il n’est pas avare en terme d’organisation d’événements majeurs à destination du grand public. A ce titre, à événement exceptionnel, numéro exceptionnel : le 37ème Au Fil Des Saisons fait la part belle aux « Terres à l’envers » qui fêtent la finale européenne des labours, ce beau rendez-vous organisé par les Jeunes Agriculteurs du Bas-Rhin !

Retrouvez l’intégralité des numéros du Fil des Saisons sur www.comptoir-agricole.fr Au fil des saisons #40 été 2012

2

Eugène Schæffer

Président du Comptoir agricole

Eugène Schæffer Président du Comptoir Agricole

Le Comptoir, a n’en pas douter, c’est avant tout une histoire d’hommes ! Il est donc logique que le numéro 34 revienne sur cet événement de l’automne 2010 : le passage de témoin entre André Schuhler et Denis Fend à la tête de la direction générale. Le journal revient aussi sur le rachat du négoce agricole Arnold et Niess.

Au Fil des Saisons permet également aux adhérents, dans son numéro 32, de vivre au plus près le rapprochement historique du Comptoir et de la Cophoudal, prouvant encore une fois que la coopérative est plus qu’une simple entité économique mais une véritable force sociale profondément attachée à son territoire.

IAL O S PÉ C S NUMÉERS A L’ENVER TE R R

Une entreprise pas tout à fait comme les autres

Le 10 décembre, l’assemblée générale de la Cophoudal a décidé la fusion avec le Comptoir agricole. Depuis le 21 décembre, date de notre propre AG, il n’y a plus qu’une seule entité juridique. Les filières resteront parfaitement transparentes sur leurs gestions. Nous y revenons en page 7 pour expliquer le nouveau règlement intérieur. Mais l’hiver est aussi mis à profit pour se préparer à une nouvelle campagne. Ariane.coop est plus que jamais l’outil de référence des adhérents de la coopérative. Nous sommes allés interviewer nos adhérents.


dév e loppe m e nt du r able

Mesurer et améliorer la performance environnementale Produire plus et mieux, voilà ce qu’on attend de l’agriculture d’aujourd’hui. Une agriculture forte, qui assure sa fonction alimentaire mais qui préserve également l’environnement, notre cadre de vie et celui des générations futures.

EARL du Vieux Pré - Schirrhein EARL des Lauriers - Schwindratzheim EARL Diemer - Gimbrett

C

’ est de cette mouvance qu’est né le plan Ecophyto 2018, lancé en 2008 dans le cadre du Grenelle de l’ Environnement . Son objectif est simple : réduire l’utilisation des produits phy tosanitaires de 50 % d’ici 2018, si possible. Sa réalisation est bien moins facile car il s’agit de diminuer le recours à la protection chimique tout en assurant un niveau de production élevé tant en qualité qu’en quantité. Pour parvenir à cette fin, l’Etat a mis en place un certain nombre de dispositifs dans lesquels le Comptoir est partie prenante. Le réseau de fermes pilotes DEPHY en fait partie. Mais la coopérative a aussi tenu à s’engager sur ce même sujet avec d’autres partenaires du monde agricole. C’est David Lahaye – ingénieur des techniques agricoles – qui, en collaboration avec le service agronomique, a en charge ces dossiers au sein de l’entreprise.

la Chambre d’Agriculture en association avec le Comptoir agricole. Le groupe est composé de 12 exploitations dont l’animation est assurée par un ingénieur réseau, Pierre Geist (ADAR ), en charge du dispositif de conseil et de suivi. La première année (2011) a essentiellement été consacrée à la collecte et l’enregistrement d’un grand nombre de données. Trois journées de formation des producteurs ont été organisées sur des sujets liés aux adventices et à la réduction de la dépendance aux produits phytosanitaires. Pour compléter ces actions de communication, la coopérative a tenu à intégrer dans son plan d’expérimentations 2012 des essais sur la thématique DEPHY chez 2 des producteurs du réseau (évaluation d’un procédé de traitement de l’eau et impact du positionnement du désherbage du maïs).

GAEC Jung - Jetterswiller GAEC Urban - Berstett

EARL du Grand Chêne - Gambsheim EARL Bilger - Eckwersheim EARL du Relais - La Wantzenau

Diemer Marie-Louise - Kolbsheim GAEC du Marronnier - Ostwald

Carte d’implantation des fermes pilotes du réseau DEPHY 67

EARL de la Basse-Cour - Artolsheim

l’aménagement paysager ont été collectées . C e s données alimentent un modèle produisant des indicateurs sur la productivité, la pression en produits phytosanitaires et en azote, la rentabilité ainsi que des mesures d’impact sur l’eau, le climat et la biodiversité. La première année de travail montre que l’amélioration environnementale ne dépend pas exclusivement d’une réduction de la protection phytosanitaire et des apports d’engrais. Cer taines bonnes pratiques ont d’ores et déjà été identifiées, comme l’usage de produits de traitement contenant des matières actives à durée de vie limitée et donc moins sujettes au lessivage ou encore un meilleur pilotage de la fertilisation (notamment avec des cultures intermédiaires et un compostage des matières organiques).

Le réseau Dephy DEPHY pour Démonstration Expérimentation Production de références sur les systèmes économes en pHYtosanitaires. C’est un réseau national de 1 200 fermes pilotes, volontaires, engagées pour trois années depuis 2011 et c ouvrant 5 t ype s de production : la polyculture-élevage, les grandes cultures, l’arboriculture fruitière, les productions légumières ainsi que la viticulture. La démarche vise à évaluer la faisabilité et la performance de systèmes et de techniques économes en produits phytosanitaires. L’accumulation de données agronomiques, environnementales et économiques au sein d’un référentiel technique devrait permettre d’identifier les pratiques à diffuser plus largement pour atteindre une réduction significative de leur usage. L’indicateur de mesure retenu est l’IFT (Indice de Fréquence de Traitement). Le projet vise donc à jouer un rôle de démonstration, d’information et de formation pour les agriculteurs engagés. Deux réseaux de fermes de référence existent en grandes cultures en Alsace. Dans notre département la gestion en a été confiée à

EARL des Vergers - Drusenheim

FermEcophyto - réseau In Vivo : un complément au réseau DEPHY Une exploitation agricole peut être performante et rentable tout en améliorant son impact environnemental : c’est le postulat de ce réseau national d’agriculteurs engagés au travers des coopératives agricoles. L’objectif est d’aller plus loin que la réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires en mesurant l’incidence des nouvelles pratiques en termes agronomique, économique et environnemental. Il s’agit de s’assurer que la diminution de l’usage des produits phytosanitaires s’accompagne bien d’une réduction d’impact ! Trois exploitations du réseau DEPHY (67-Grandes Cultures) se sont engagées d a n s c e t te d é m a r c h e . P o u r c h a q u e exploitation, chaque parcelle, des données portant sur les pratiques culturales, le sol et

de stockage) ou lors de l’utilisation du pulvérisateur. Elles sont a priori plus faciles à maîtriser que les pollutions diffuses (liées au ruissellement). Des études menées en Belgique, au Royaume-Uni et en Allemagne tendent à prouver qu’elles représentent les 2/3 des pollutions des eaux par les produits phytosanitaires. C’est donc un levier essentiel pour l’amélioration de la qualité de l’eau. Pour améliorer les pratiques des agriculteurs, Arvalis – Institut du Végétal – a mis au point et développé Aquasite ®, une méthode de diagnostic des risques liés à l’utilisation des produits phytosanitaires sur l’exploitation agricole. L’objectif est de limiter les pollutions p onc tue lle s m a is aus s i de sé cur iser l’utilisateur. La réalisation de cet audit permet aussi aux agriculteurs de faire le point sur leur conformité vis-à-vis des obligations réglementaires et des exigences de la conditionnalité. Les 12 membres du réseau DEPHY (67- Grandes Cultures) se verront

®

Aquasite  : le diagnostic des pollutions ponctuelles Les pollutions ponctuelles par les produits phytosanitaires peuvent principalement intervenir au siège de l’exploitation (local

Au fil des saisons #40 été 2012

3

proposer le diagnostic par la coopérative avec à la clé un compte-rendu incluant un projet d’amélioration. A l’avenir, cet outil pourrait profiter à un plus grand nombre d’exploitations agricoles.


la vie numérique du comptoir Le n o uv e au s i te i nte r n et d e l a coo p é r ati v e

Un contenu à forte valeur ajoutée Fidèle à une stratégie d’ouverture au grand public et de communication impulsée depuis plusieurs années, le Comptoir agricole s’est doté d’un nouveau site Internet. Le résultat de ce chantier complexe est accessible en ligne depuis mi-avril. Explications et tour d’horizon d’un outil au service du développement de notre coopérative.

A

près plusieurs années de bons et loyaux services, le site du Comptoir était devenu inadapté aux besoins de la structure. Technologiquement obsolète, structurellement figé, esthétiquement daté, nécessitant l’intervention d’un prestataire externe pour la moindre modification et – une hérésie en 2012 – très difficile à référencer. Autant de constats justifiant un travail de remise à plat totale pour aboutir à un outil performant.

Une vitrine de nos savoir–faire et savoir-être Le Groupe Comptoir agricole occupe une place importante dans le paysage agricole alsacien mais aussi dans l’économie régionale. Aux cœurs des métiers de la coopérative (la collecte de céréales et l’approvisionnement des agriculteurs ) se sont rajoutés des activités et des services, en son sein, ou au travers de filiales. L’entreprise – émanation de l’économie solidaire – est performante et responsable, soucieuse de son intégration sociétale et territoriale. Voilà, en résumé, ce que devait renvoyer le nouveau site. Au bénéfice de la notoriété du Groupe, de son image et de celle de l’agriculture alsacienne.

f r é q u e n tat i o n d u n o u v e au s i t e : premières tendances Depuis sa mise en ligne mi-avril, le site du Comptoir connaît un certain succès. En deux mois et sans travail de mise en avant en terme de référencement, on recense près de 3 300 visites et plus de 13 643 pages vues. Les internautes y ont passé en moyenne 2 minutes 40 et ont consulté 4,15 pages. Les statistiques révèlent également que la moitié des visiteurs ne se sont pas contentés d’un seul passage sur le site. Majoritairement alsaciens et de la région strasbourgeoise (près de 35% du total), les internautes ont parfois des provenances surprenantes : 16% sont parisiens et 8% d’entre eux sont étrangers.

Rubrique Le Groupe Institutionnaliser et informer

Rubrique Nos Engagements Communiquer notre philosophie et nos actions

Cette rubrique permet à l’internaute de se faire une idée précise de la structure en découvrant l’organisation du Groupe et son mode de fonctionnement. Elle propose une présentation complète du Groupe : histoire, gouvernance, hommes, stratégie, chiffres et implantations. Les filiales sont décrites en détail. Les diverses publications du Comptoir y sont également mises à disposition (les Rapports d’Activité, l’intégralité des numéros d’Au Fil des Saisons, les Coagris). Un moteur de recherche dédié permet même de retrouver des termes précis dans ces archives éditoriales.

Ici, on trouve une présentation des différents engagements du C omptoir envers ses adhérents, ses clients et son environnement. On y rappelle les missions de la coopérative et les valeurs qui animent les hommes qui y travaillent. La démarche de développement durable et son rôle dans notre politique sont expliqués. Nous y évoquons également l’at tention appor tée à la recherche et développement, en présentant les projets Albiozymes, Epurphytos et le programme de recherche variétale conduit pour le houblon. Enfin, une partie est dédiée aux différentes normes que nous suivons et aux certifications que nous détenons.

Esthétique et optimisé

Rubrique Nos Activités Montrer la richesse des activités et domaines d’intervention Cette partie du site révèle, de façon relativement exhaustive, l’étendue de nos métiers, services et secteurs d’activités. S’y croisent donc les coopérateurs et employés impliqués dans l’approvisionnement, la collecte, le stockage et conditionnement, la fabrication d’alimentation animale et la commercialisation. Nous y détaillons certains services essentiels tels que le service agronomique, l’intranet ariane.coop ou le laboratoire viticole et vinicole. C’est également l’occasion de donner un coup de projecteur sur ce qui constitue le cœur de notre activité, à savoir les produits travaillés (céréales, oléoprotéagineux, houblon, vigne, pommes de terre, espaces verts…) et leurs débouchés dans la vie quotidienne des consommateurs.

Mention spéciale pour la rubrique Paroles de Coop qui donne la parole à ceux qui font le Comptoir. Tirées des articles d’Au Fil des Saisons, ces citations permettent d’insister sur le fait que notre aventure est avant tout humaine. Elles sont aussi une porte d’entrée vers les différentes éditions de notre journal, pour donner aux internautes l’envie d’en lire plus et, donc, de mieux nous connaître.

Le résultat est probant : un site riche en visuels, attrayant et dynamique. La mise en forme est moderne et se veut efficace. Elle propose une ergonomie de navigation simple et performante, pensée pour réduire le nombre de clics et faciliter l’accès à une information fournie. Totalement autonome pour ce qui est de la mise à jour des contenus, notre équipe peut proposer aux internautes des contenus de toutes formes : textes, liens, photos, vidéos… Le C omptoir possède bien là un outil performant de communication en ligne, visible dans les moteurs de recherche et optimisé pour le référencement naturel, qui permet de toucher les professionnels du secteur comme le grand public. De nouvelles rubriques, tel un module à visée pédagogique, devraient enrichir l’ensemble au fur et à mesure.

La page d’accuei l Une visibilité et un accès facilités à l’ensemble du site

www.comptoir-agricole.fr

Très riche, cette page en dit déjà beaucoup sur nous. En plus de l’accès aux trois grandes rubriques du site (Le Groupe, Nos Engagements, Nos Activités), elle permet de visionner un film présentant le Comptoir, d’avoir un aperçu de nos actions en cours et à venir, d’accéder directement au dernier numéro d’Au Fil des Saisons, de consulter les offres d’emplois et de stages, de nous contacter ou de se renseigner sur notre démarche 360°. Sur cette page, les internautes ont également la possibilité de s’inscrire pour recevoir la future newsletter du Comptoir. Et nos adhérents y trouvent un accès direct à notre extranet ariane.coop.

Connectez-vous directement depuis votre smartphone Au fil des saisons #40 été 2012

4


LE COIN D ’ ARIANE

Salle des marchés : vendre ses céréales en un clic ! C’est une salle des marchés relookée et optimisée qui est mise à disposition de nos adhérents depuis ce printemps. Cette « nouvelle » fonctionnalité vient compléter la gamme des services de notre extranet ariane.coop.

L

e module est proposé aux apporteurs de blé ou de maïs désireux de vendre en ligne leurs quantités livrées en dépôt-vente. Les intéressés peuvent ainsi consulter à leur gré le prix qui leur est proposé et ce, du lundi au vendredi, de 11h à 18h. La possibilité leur est également donnée d’établir un prix objectif qui, s’il est atteint, déclenche automatiquement de leur part un ordre de vente sur une quantité indiquée par leurs soins. Avec ce service, la coopérative dispose d’un outil lui permettant d’être réactive (évolution des prix en temps réel) et elle donne aux adhérents le moyen d’être autonomes et de s’affranchir d’un suivi continu des cotations, grâce à la possibilité de fixation d’un prix de vente objectif. Ce module, qui est opérationnel depuis février, devrait être

U n s ite i nte r n et pou r le hou blon

Le houblon à la page

Le nouveau site du Comptoir consacre quelques pages à son activité « houblon » mais, à l’époque du « tout numérique » et dans un contexte commercial difficile, il nous a semblé opportun d’investir dans un espace marchand dédié à cette production. Ainsi, dès le mois de septembre nous serons en mesure de proposer aux brasseurs, micro-brasseurs et passionnés du houblon du monde entier un site Internet qui leur est consacré.

S

i sa vocation première est le « e-commerce », le site – à l’image de celui de la coopérative – se veut aussi une mine d’informations destinées aux spécialistes comme aux amateurs. Les différentes rubriques imaginées permettront ainsi aux professionnels de trouver les profils aromatiques de nos variétés (aromatiques et amérisantes) et des données techniques très complètes sur les différents

composants de nos houblons. Des recettes de bières utilisant toutes nos variétés alsaciennes seront mises en ligne et un calculateur permettra d’approcher le besoin en houblon, en fonction de l’amertume finale recherchée dans la bière. L’entreprise ne sera pas en reste. Des pages seront consacrées au management de la qualité, au plan de recherche variétale et aux producteurs de houblon alsaciens. Nous dis-

poserons de l’outil idéal pour communiquer nos dernières actualités. Véritable lieu de rencontre, ce site permettra aux brasseurs de commander leur houblon en ligne et aussi d’échanger leurs expériences de brassage avec les houblons d’Alsace. Bien entendu, nous ne manquerons pas d’y faire figurer les nombreuses références de bières utilisant les houblons d’Alsace ! Un clic… et c’est parti !

Extr ait c hoi s i : le s di ag r am m e s radar des variétés …ou « spider charts » (graph araignée) permettent de se faire une idée des qualités aromatiques des cônes d’une variété de houblon et des qualités organoleptiques des bières produites avec ces mêmes cônes. On identifie ainsi rapidement les caractéristiques des variétés mais aussi leur performance globale. Véritable comparateur multidimensionnel, il est intéressant de confronter un même type de diagramme de deux variétés différentes pour visualiser leurs différences de comportement. Toutes nos variétés exclusives sont ainsi typées.

Les profils de la variété Aramis

Au fil des saisons #40 été 2012

5

enrichi dans les semaines qui viennent par un autre type d’offre : un contrat d’engagement de livraison, à souscrire avant la récolte, avec possibilité pour le producteur de fixer en une ou plusieurs fois son prix de vente. Pour bénéficier de ces services, quelques pré-requis : - avoir un accès à ariane.coop - signer (avant récolte) un contrat d’engagement de livraison ou (après récolte) une convention de fixation du prix des tonnages livrés en dépôt-vente. Dès que nous recevons ces documents dûment remplis, vous avez accès à un module supplémentaire dans votre espace personnel. Pour toute question, contactez votre technicocommercial ou Mathieu Walter au 06 11 27 60 10.


Retour sur les cinq ateliers des Rencontres de Saison

Un programme éclectique ! Pour sa quatrième édition, l’équipe agronomique de la coopérative a invité les adhérents à venir réfléchir sur quelques sujets d’actualité. Ces rencontres se sont déroulées à Schwindratzheim le mercredi 20 juin. Retour sur ce rendez-vous annuel toujours instructif et convivial !

C

e t te a n n é e , l e s c i n q a te l i e r s proposés par le service agronomique s’inscrivaient dans des thématiques variées : innovation technique, physiologie et protection. Des sujets scrupuleusement choisis et un rendez-vous longuement préparé par Christian Lux et son équipe, en relation étroite avec différents partenaires. En effet pour cette édition, comme l’a fait remarquer Christian Lux : « l’originalité résidait dans le choix des intervenants, nous avons souhaité diversifier au maximum les invités ». C’est pourquoi les participants – venus en grand nombre eux aussi – ont pu recevoir les conseils avisés des représentants de la Chambre d’agriculture du Bas-Rhin, la CAAA67, d’Arvalis Institut du végétal et des entreprises Kuhn et Horsch.

Protection de l’utilisateur

L’atelier Protection de l’utilisateur, mené par Denis Litt de la Caisse d’Assurance Accidents Agricoles du Bas-Rhin, a été l’occasion de revenir sur l’importance des précautions à prendre lors de la manipulation des produits phytosanitaires et sur les points d’amélioration qu’il est toujours possible d’apporter. Clarisse Payet (société Bayer) a invité les participants à un exercice pratique : il s’agissait de nettoyer une buse de pulvérisateur comme à leur habitude. L’agriculteur pouvait ensuite visualiser les projections du produit (« phyto fluo », sensible aux UV) sur lui en passant par une chambre noire. « On ne se rend pas toujours bien compte, à l’œil nu de l’étendue des projections des produits phyto » fait remarquer à juste titre Denis Litt. Edifiant ! L’occasion toute trouvée pour lui de présenter le nouveau tablier de protection ® S-Protec et de revenir sur les écueils à éviter en termes de protection individuelle : « on prend parfois plus de risques en se

protégeant ! Il est donc nécessaire d’utiliser un équipement adapté à toute la campagne de traitement ». Il semblerait que l’agriculteur ait enfin trouvé tablier « à son pied » ! Efficace et rapide à enfiler et retirer, ce tablier à taille unique, résistant et lavable s’avère être le meilleur allié de l’utilisateur !

Atelier réseau DEPHY

l’usage des produits phytosanitaires. Pierre Geist et David Lahaye sont revenus sur les atouts de ce programme afin de bien en faire comprendre les enjeux : « les exploitants ayant rejoint le réseau fonctionnent comme un véritable moteur pour les autres ! » En effet 12 exploitants bas-rhinois dont les pratiques s’inscrivent dans cette démarche présentent leur travail, réflexions et méthodes

Pierre Geist, de la Chambre d’agriculture du Bas-Rhin, est revenu quant à lui sur le réseau DEPHY Grandes Cultures 67 (projet Ecophyto 2018) avec David Lahaye, responsable des dossiers «Environnement» au Comptoir agricole. Ce réseau de fermes de référence est issu d’une initiative nationale et a pour but d’expérimenter et de diffuser aux agriculteurs des solutions pour réduire

pour amener d’autres exploitants agricoles à revoir – dans le bon sens – leurs usages des produits phytosanitaires.  Et David Lahaye de conclure : « c’est un projet collaboratif mené conjointement entre la Chambre d’Agriculture 67 et le Comptoir agricole qui souhaitent mettre en commun leur expertise agronomique et phytosanitaire. En ef fet les agric ulteur s sont da ns l’ensemble conscients que l’utilisation des produits phytosanitaires doit toujours être optimisée et raisonnée dans un souci de performance agronomique, économique et environnementale. Ils sont réceptifs mais attendent avant tout de ce réseau qu’il en ressorte des résultats concrets applicables sur leurs exploitations. »

Atelier préparation du sol-semis Strip Till

Les Rencontres de Saison c’est aussi un moment qui réunit les équipes du Comptoir et les adhérents dans une ambiance des plus chaleureuses ! Plus de 150 participants étaient ainsi réunis, avec plaisir, autour des équipes techniques du Comptoir (tous les conseillers techniques étaient présents !) pour qui ces rencontres sont un moment clé de l’année. Préparées avec soin et toujours en adéquation avec l’actualité, ces Rencontres de Saison ont pour vocation de proposer : « une démarche d’innovation et de développement durable sans pour autant perdre de vue la compétitivité des exploitations » comme nous l’a expliqué Christian Lux. Cette série d’ateliers s’est terminée par un verre de l’amitié et un bon repas. L’ambiance, comme chaque année, était aux échanges et à la bonne humeur ! Les agriculteurs ont apprécié de se retrouver afin de partager leurs expériences et leurs questions. Le Comptoir agricole et Christian Lux tiennent à saluer les agriculteurs partenaires de ces Rencontres de Saison qui ont collaboré en mettant leurs parcelles, matériels et hangar à disposition. Un grand merci à messieurs Bruno Paulus, Jean-Georges Gross et Jean-Jacques Mahler ! Au fil des saisons #40 été 2012

6

La saison a soufflé au service agronomique le thème de cet atelier : coulées de boue, érosion du sol, quelles solutions durables pour préparer le sol et semer dans des conditions optimales ? Michel Batt de la Chambre d’agriculture du Bas-Rhin a évoqué la problématique de l’érosion des sols, de leur vulnérabilité et au moyen des profils culturaux a montré l’intérêt de la méthode sur le développement racinaire. Christian Lux a présenté le résultat des différentes cultures de printemps semées selon la méthode simplifiée Strip Till (ou labour en bandes), issue des TCsL ( Techniques Culturales sans Labour). Cette méthode a pour objectif de laisser un maximum de débris végétaux en surface. L’intérêt d’une telle pratique ? « le Strip Till ne « laboure », qu’une bande de 20 à 25 cm de large, bande qui correspond à la future ligne de semis sans remuer la largeur du sol correspondant à l’interligne ». Cela permet ainsi d’obtenir un bon lit de semence pour les graines et une stabilité maximale de l’inter-rang contre le ruissellement et


Clément Weinsando, conseiller technique du Comptoir, il est important de ne pas confondre vitesse et précipitation : « pour l’instant la répartition est meilleure à 6 km/h qu’à 12 ». Il a rappelé également que la vitesse de semis reste conditionnée par « le type de sol, la qualité de préparation du lit de semence, les conditions du sol pendant le semis et l’état du semoir  ». l’érosion. Mais : « attention sur les grandes longueurs et sur des parcelles en forte pente, l’eau de ruissellement peut raviner et emporter la ligne de semis ! » On aura donc compris qu’il faudra avec le Strip Till, respecter les périodes de travail du sol, d’une façon analogue au labour avant l’hiver, suivi d’une préparation du sol au printemps. Alexandre Becker et Nicolas Israël de l’entreprise Kuhn venaient quant à eux présenter le Striger, machine à l’origine de la pratique Strip Till, même si, comme l’a fait remarqué Alexandre Becker : « notre travail réside surtout dans l’accompagnement technique réalisé en amont de cet atelier, tout au long de l’année ».

Atelier vitesse de semis

En parallèle et tout naturellement, l’intérêt de l’atelier préparation du sol-semis Strip Till était augmenté par la présentation deux nouveaux semoirs monograine que le Comptoir a eu l’opportunité de tester : le Maestro d’Horsch et NX de Monosem. Le nouveau semoir Horsch présenté par Philippe Goetzmann est un tout nouvel appareil – impressionnant – qui permet de travailler le facteur vitesse de semis. Si Philippe Goetzmann est revenu sur l’intérêt de : « semer vite afin d’exploiter au mieux les créneaux météo favorables », pour

« Pourquoi venir aux rencontres de saison ? » Paroles recueillies à Schwindratzheim le 20 juin, les intervenants reviennent sur l’intérêt d’assister aux Rencontres de Saison.

Denis Litt

Atelier Physiologie des céréales à paille

Atelier protection de l’utilisateur

« La journée technique a permis de dialoguer directement avec les agriculteurs et de parler sur les aspects techniques des équipements de sécurité. Ils ont pu toucher les équipements et donner leurs sentiments. Ce sont des échanges directs qui permet tent d’argumenter tel ou tel choix. » « On voit la plupart des agriculteurs lors des formations où le temps d’échange et de pratique est très court (à cause du programme). Lors de ces journées on consacre l’intégralité du temps à l’échange et à la discussion. Je trouve que les participants s’expriment plus librement et parlent de leurs difficultés plus facilement, ce qui fait qu’on se rapproche plus du travail réel que du travail prescrit. »

Pour terminer ce tour d’horizon des innovations, le Comptoir a invité l’ingénieur régional d’Ar valis Institut du végétal, Didier Lasserre, afin qu’il présente aux adhérents les nouveautés concernant les céréales à paille. La thématique abordée : la « physiologie des céréales et le changement climatique ». Sur une parcelle de blé, il s’agissait pour Didier Lasserre de montrer que le cycle d’une céréale doit être calé correctement pour diminuer au ma ximum le risque d’accident climatique. « Pour cela, il faut prendre en compte les caractéristiques physiologiques de la variété (précocité), et raisonner en fonction du climat. On

Philippe Goetzmann Atelier Vitesse de semis Horsch

« Les Rencontres de Saison nous permettent de rencontrer agronomes, agriculteurs et distributeurs donc de garder un contact direct avec le terrain, d’échanger de s’informer. Nous sentons ainsi mieux les tendances et l’évolution des technologies . J’ai été satisfait de l’atelier semis et de l’accueil du Comptoir, le travail a été bien fait et les commentaires avisés. » « A vos adhérents absents, je dirai qu’il est dommage de se passer d’une information de qualité surtout quand elle est à votre portée et effectuée avec soin dans votre environnement. »

David Lahaye

Responsable des dossiers «Environnement» au Comptoir agricole Atelier réseau DEPHY

« Les Rencontres de Saison sont un moment d’échanges entre le Comptoir agricole et ses adhérents. C’est l’occasion de faire le point sur les grands sujets techniques du moment, y participer permet toujours aux agriculteurs d’acquérir le petit plus pour faire avancer leur exploitation. »

s’aperçoit qu’il faut à la fois éviter le gel du début de printemps au stade épi 1 cm mais aussi et surtout (dans notre région) le risque d’échaudage qui intervient lors du remplissage du grain ». Le gel des blés en février 2012 était encore dans tous les esprits des agriculteurs présents. Le spécialiste a présenté les phénomènes très particuliers qui ont conduit à ces dégâts (blé ayant terminé leur vernalisation, chute brutale des températures...). Au fil des saisons #40 été 2012

7


repère Le s fo n dam e ntaux du c api tali s m e coo p é r ati f ( 5 / 7 )

La valeur d’équité

les brèves du comptoir Collecte de plastiques…

Elle est un principe majeur de l’éthique du mouvement coopératif. À ne pas confondre avec l’égalité. L’équité sous entend la juste proportion, dans le respect dû à chacun. L’égalité uniformise, sans différence, ni préférence.

Près de 200 tonnes de plastiques usagés (films, filets, sacs, big-bags, et ficelles) ont été ramenés sur nos sites et ceux de notre filiale Gustave Muller (67) les 30 et 31 mai. Les volumes sont en hausse (+50% par rapport à l’an passé) et la qualité du tri et du conditionnement s’est nettement améliorée. Bravo à tous ! Vous pouvez dès à présent noter que la prochaine collecte aura lieu les 27 et 28 novembre. Pour mieux préparer vos apports, des saches sont à votre disposition dans votre magasin habituel.

P

o ur illustrer ce propos, prenons le cas d’une coopérative a g r i c o l e d ’é c o u l e m e n t . L e s s o m m e s i s s u e s d e l a commercialisation sont partagées entre les coopérateurs, après déduction des frais de gestion (conservation, stockage, conditionnement…) et constitution d’un autofinancement destiné à renouveler les équipements de la coopérative. Ce partage est négocié : ce sont les coopérateurs ou plutôt leurs représentants qui décident des montants de l’acompte, du complément de prix et de la « ristourne » finale. L’application du principe d’équité conduit les agriculteurs à recevoir ces montants proportionnellement à leurs apports. Mais des disparités dans les quantités apportées, les qualités livrées, les situations des exploitations agricoles adhérentes (la taille ou la situation géographique par exemple) sont inévitables et la coopérative ne peut pas effacer ces différences. Faut-il, par exemple, payer le même prix quelle que soit la qualité livrée, alors que la valorisation ne sera pas la même ? La question du prix indifférencié se pose aussi quant aux quantités livrées. À chaque livraison correspondent des frais fixes de collecte et le coût unitaire d’une livraison est donc plus important lorsque la quantité livrée est faible. Par ailleurs, l’apport de quantités importantes peut modifier favorablement les conditions de marché. La solidarité des coopérateurs peut connaître des limites. L’application du principe d’équité oblige à un compromis qui doit permettre à chaque coopérateur de trouver un intérêt dans l’action en commun.

…et d’EVPP Les agriculteurs bas-rhinois ont su profiter des deux journées dédiées à la collecte des emballages vides de produits phytosanitaires les 19 et 20 juin. Tous nos dépôts ont participé à l’opération. Plus de 1 000 agriculteurs nous ont ramené leurs saches de bidons vides et de bouchons. Rendez-vous pour la prochaine collecte les 8 et 9 novembre 2012 avec une nouveauté : la récupération des sacs en papier contenant les semences de céréales à pailles et de maïs. Nous ne manquerons pas de vous en reparler !

16 médaillés

rencontre

Ferme en ville : éducatif, ludique et gourmand

du travail ont reçu leur décoration des mains du Président de la coopérative au cours d’une cérémonie très conviviale tenue le 27 avril dernier. Mentions spéciales pour les « actifs de longue date » : le « Grand Or », qui récompense 40 années d’activité, est revenu à Bernard Eichenlaub et Jean-Jacques Hornecker, salariés au Comptoir agricole ainsi qu’à Sabine Langry qui travaille chez Costal. Charles Dub et Michel Eng ont obtenu l’ « Or », attribué pour 35 années de bons et loyaux services. Merci à tous pour leur contribution à la réussite de notre Groupe et pour leur fidélité !

Le Comptoir agricole était présent place Kléber pour la seconde édition de Ferme en ville, une opération initiée par la Ville et la Communauté Urbaine de Strasbourg en partenariat avec la Chambre d’agriculture du Bas-Rhin.

L

e thème retenu pour la manifestation de cette année était « mangeons local ». Toutes les filières (lait, viande, céréales, fruits et légumes, viticulture, cultures spéciales avec la moutarde) ont joué le jeu, proposant informations, animations pour les enfants et dégustation pour petits et grands. Le Comptoir agricole s’est pleinement investi dans cet évènement de communication et de promotion agricole. Notre grande roue des céréales a largement tourné, les questions ont fusé et les petites mains ont pris plaisir à

plonger dans les seaux remplis de différentes sortes de graines. Au cœur de Strasbourg, l’occasion était idéale pour rencontrer nos concitoyens citadins et leur parler des céréales. L’opportunité de leur faire part de notre souci de produire toujours mieux mais aussi de les informer d’une des spécificités de la production céréalière alsacienne : une consommation pour l’essentiel locale et à des fins alimentaires. Pour illustrer nos propos nous avions à nos côtés les boulangers Alsépi, dernier

« maillon » d’une filière courte alsacienne dont nous sommes partie prenante. Tout au long de ces quatre journées, 20 salariés se sont succédés sur le stand du Comptoir agricole pour accueillir près de 1 000 élèves et plus de 30 000 visiteurs. Le bilan est plus que positif : exposants et visiteurs sont impatients de se retrouver pour la prochaine édition !

Un petit nouveau Christian Sigwalt vient d’être embauché de façon définitive au silo de Marckolsheim, un site qu’il connaît déjà bien puisqu’il y œuvre depuis quelques mois aux côtés du responsable Guy Krumb. Nous lui souhaitons la bienvenue parmi nous !

Directeur de la publication : Denis Fend - Coordination : Marita Bach - Rédaction : Marita Bach, Candide, Denis Fend, David Lahaye, Mathieu Walter, Antoine Wuchner Photographies : Patrick Bogner, Candide, Comptoir agricole, tous droits réservés - Illustrations : Antoine Neumann Mise en page et réalisation : Candide / 03 88 45 38 51 - Impression : Gyss / Obernai - Dépôt légal : juillet 2012 - Tous droits de reproduction interdits Contact journal : Comptoir agricole / Au Fil des Saisons / 35, route de Strasbourg / 67 270 Hochfelden / au-fil-des-saisons@comptoir-agricole.fr

www.comptoir-agricole.fr


Au Fil Des Saisons n° 40 - Eté 2012