Page 1

Fichier Ă imprimer, recto (3mm inclus)

Tout un ar t

www.vins-cremants.lu

www.vins-cremants.lu


Fichier à imprimer, verso (3mm inclus)

Deze publicatie werd uitgegeven door de Commissie voor de Promotie van de Wijnen & Crémants van Luxemburg. www.vins-cremants.lu Teksten: Romina Calò Fotografie: Andrés Lejona Foto’s op pagina’s 28, 29 rechterzijde, 35 rechterzijde en 37 zijn van Carlo Rinnen Concept & Layout: a | part, Luxemburg Druk: Imprimerie Centrale, Luxemburg Met bijzondere dank aan de Minister van Landbouw, Wijnbouw en Rurale Ontwikkeling Fernand Boden, de Staatssecretaris van Landbouw, Wijnbouw en Rurale Ontwikkeling Octavie Modert, Marc Weyer, Gilles Estgen en Philippe Eschenauer van het Leader + Miselerland, Romina Calò, Andrés Lejona, Thierry Corona, Claude Bertemes, Thorunn Egilsdóttir, Léa Linster, Enrico Lunghi, Dominique Rizzi, Frank en Andy Schleck, Claude Schmitz, Carole Tompers, François Valentiny, Raymond Weydert, Christiane Blum, Jeannot Bonifas, Serge Fischer, Marc Kuhn, André Mehlen, Jean-Paul Risch en Jerry Scheuer van het Institut Viti-Vinicole, Romain Batya, Abi Duhr, Bénédicte Ernst, Claude Gaasch, Josy Gloden, Rudy Joostens, Elisa Kern, André Klein, Ruth Latin-Herber, Romain Mondloch, Claude Moyen, Dan Neven, Carlo Rinnen, Tom Schumacher, Anne Tarin, de leden van de Promotiecommissie en het Solidariteitsfonds voor de Wijnbouw en al de Luxemburgse wijnbouwers.

Dit project werd gecofinancierd in het kader van het Leader+ initiatief door het fonds FEOGA, het Luxemburgse Ministerie van Landbouw, Wijnbouw en Rurale Ontwikkeling en de gemeenten van het Miselerland.


3


Luxembourg, le pays du bon vivre Jamais le vin n’a été aussi couru, jamais heure de gloire ne fut plus douce à savourer, jamais les « temples » à son honneur – bars à vin, restaurants et cafés – n’ont autant proliféré sur le territoire de l’une des plus petites nations d’Europe.

Aujourd’hui, le Grand-Duché de Luxem-

grandissante. Aujourd’hui, les vins et les

ce que seuls quelques connaisseurs avertis

crémants luxembourgeois s’exportent

pouvaient deviner ne serait-ce qu’il y a

fièrement au-delà des frontières, profitant

vingt ans : il fait bon y vivre. Et il fait bon

aussi bien d’un savoir-faire séculaire que

y consommer du vin, ce vin amoureusement

des dernières innovations techniques. Et les

produit dans la vallée de la Moselle depuis

occasions de voir le consommateur redécouvrir

plusieurs siècles.

un cru ancestral ou apprendre à connaître

Entre la passion de l’homme, le sol

4

année après année une notoriété sans cesse

bourg n’hésite plus à révéler au grand jour

un cépage plus nouveau ne manquent pas.

si particulier et le climat qui caractérise

Qu’il s’agisse de manifestations populaires,

ce paradis de la grappe, le mariage est

d’événements spéciaux ou de soirées plus

fructueux. Impossible désormais de passer à

intimes, l’éventail des cépages luxembour-

côté d’une production dont la qualité acquiert

geois couvre toutes les occasions. Parce qu’ils


C’est avec beaucoup d’enthousiasme que les jeunes vignerons envisagent l’avenir.

La Moselle offre des structures d’accueil pour tous les âges, comme en témoigne cette auberge de jeunesse.

ne se boivent pas seulement mais qu’ils se dégustent aussi, parce qu’il existe un cépage différent pour chaque goût, les vins et crémants du Luxembourg n’en finissent plus de séduire. Les neufs cépages principaux (Riesling, Pinot noir, Pinot blanc, Pinot gris, Gewürztraminer, Auxerrois, Rivaner, Elbling et Chardonnay) ainsi que les crémants du Grand-Duché guideront le lecteur au fil de pages gourmandes et enjouées. Existe-t-il plus douce façon de pénétrer au cœur d’un terroir encore souvent méconnu ?

5


6


les vins & crémants Onze personnalités luxembourgeoises ont accepté de se prêter au jeu de nos questions. Spécialistes ou amateurs, chacune d’entre elles présente à sa manière son cépage favori. Suivent un aperçu des vins dits « de spécialité », ainsi qu’un rappel de l’évolution récente des techniques de vinification et des contrôles de qualité qui sont pratiqués au Luxembourg.

les cépages 8 Vins de spécialité 28 Luxembourg, entre tradition et modernité 30 L’Appellation contrôlée au Luxembourg 31

7


Carole Tompers nous présente le

Riesling arômes : agrumes, abricot, pomme, poire, coing, mirabelle, melon, pêche blanche, fruits exotiques, épices, notes minérales, tilleul, eucalyptus, acacia, fleur d’oranger, fleur de sureau, hydrocarbures.

8


Carole Tompers, Secrétaire Général de « Luxembourg for Business »

Nous sommes fiers du Riesling Parmi les cépages produits au Luxembourg, quel est celui que vous préférez ?

Même si j’ai une préférence pour les vins rouges, le cépage luxembourgeois que je préfère est sans hésitation le Riesling. Pouvez-vous décrire ce cépage, quelles sont ses caractéristiques qui vous plaisent le plus ?

Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle « le roi des vins » au Luxembourg. Il a cette rare faculté de réunir à la fois le sucré et l’acide en un équilibre parfait. Boire du Riesling c’est partir du minéral et arriver aux notes les plus fruitées en parcourant à chaque fois cet éventail d’acidité. C’est un vin d’une très grande richesse. D’autre part, ce que j’admire chez lui c’est qu’il résiste toujours aux hivers même les plus rigoureux. Qu’il gèle ou non, il donnera du bon vin. L’année dernière, les conditions climatiques idéales étaient réunies pour donner un Riesling encore plus fruité, comme je le préfère. J’aime retrouver ce goût de mangue et de fruit de la passion, alors que dans les Rieslings plus secs, on décèle plus des arômes d’agrume. Associez-vous un moment particulier à la dégustation de ce

L’avis du vigneron sur le Riesling « Le roi des vins » est le cépage le plus connu. Les Rieslings comptent parmi les plus grands vins blancs du monde. Dans la vallée de la Moselle luxembourgeoise, les conditions de culture sont excellentes : une exposition plein sud, des coteaux en pente, un ensoleillement important et un terroir idéalement adapté. Selon le sol, le Riesling peut être plus minéral, plus gras ou plus fruité. C’est le cépage qui réagit le plus fortement au terroir et au climat sur toute une année. Pour une maturité optimale, pour des vins bien structurés, l’idéal juste

cépage ?

Dans notre métier, lorsque nous sommes en mission à l’étranger, nous présentons notre pays en insistant beaucoup sur la qualité de la vie qu’on y mène. Pour nous, faire goûter le Riesling est une manière de donner un exemple concret de cette qualité, en joignant l’utile à l’agréable. C’est l’un des outils que l’on emmène toujours avec nous. Ce produit luxembourgeois de prestige, nous en sommes très fiers et nous le faisons déguster sans la moindre appréhension comme si on partageait un peu d’art de vivre du Grand-Duché. Généralement, les réactions sont très bonnes. Nos interlocuteurs connaissent tous le Riesling, mais ils l’associent le plus souvent à l’Alsace ou à l’Allemagne et découvrir le Riesling luxembourgeois est toujours une agréable surprise pour eux. Parfois on tombe même sur un connaisseur qui l’apprécie déjà.

avant les vendanges est l’alternance entre des jours chauds et des nuits plus fraîches. Là encore, la

Aujourd’hui, quelle est pour vous la meilleure façon de l’apprécier,

vallée de la Moselle convient parfaitement. Même en

avec quel plat ou quel aliment ?

cas d’étés particulièrement chauds, les sols au

Personnellement je trouve qu’il va bien avec les grillades, ces saveurs puissantes de viande et de saucisses grillées. Dans mon esprit, je l’associe au beau temps, au soleil, même en hiver. Tout récemment j’ai découvert qu’il se mariait très bien aussi avec la cuisine épicée comme la gastronomie chinoise. Les plats relevés sont mis en valeur par la fraîcheur du cépage. Mais je fais confiance au Riesling pour faire encore de belles découvertes …

Luxembourg gardent bien l’humidité. Le fruit du Riesling est vert clair à jaune doré, parsemé de taches brun roux lorsqu’il est à maturité complète. Il donne des vins au bouquet très caractéristique, bien équilibrés et typés qui, mieux que tout autre cépage, révèlent fièrement leur origine. Le Riesling est par ailleurs le meilleur cépage pour élaborer des vendanges tardives et vins de glace car il garde toujours une fraîcheur et une acidité suffisante.

9


Thierry Corona nous pr茅sente le

Pinot Noir ar么mes: framboise, fraise des bois, cassis, cerise griotte, cerise noire, myrtille, groseille, m没re sauvage, pomme, caramel, vanille.

10


Thierry Corona, sommelier Président de l’association des Sommeliers d’Europe

J’aime étonner mes clients avec le Pinot noir Parmi les cépages produits au Luxembourg, quel est celui que vous préférez ?

Le Pinot noir. Pouvez-vous décrire ce cépage, quelles sont ses caractéristiques qui vous plaisent le plus ?

Le Pinot noir est un cépage extraordinaire qui peut être très varié suivant la façon selon laquelle il est vinifié. Je le trouve particulièrement adapté au Grand-Duché du Luxembourg et à ses conditions climatiques. On peut le vinifier en blanc, c’est-à-dire par pressurage direct, sans macération. On obtient alors un véritable vin blanc d’une très belle couleur, un jaune pâle avec des reflets argentés, voire des reflets « pelure d’oignon ». On décèle des notes de pomme, sur-mûrie même. Il laisse une belle vivacité en bouche. Plus on L’avis du vigneron sur le Pinot Noir le laisse vieillir, plus il prend ces arômes de pomme en cours de maturation. Lorsqu’il est vinifié en rosé, après une courte macération, on obtient Les Pinots noirs, gris et blancs appartiennent tous une légère coloration, un rosé très clair avec des arômes de framboise, à la même famille. Dans le vignoble, la forme simide fraise des bois. Enfin, si on procède à des macérations longues, laire des feuilles et des grappes rend les trois sortes le résultat est un véritable rouge qu’on peut encore diversifier selon qu’il difficiles à distinguer les unes des autres. Ce n’est effectue un léger passage en chêne ou en chêne neuf. On obtient dans que peu avant les vendanges que les baies changent ce cas une grosse complexité aromatique, des arômes de mûre sauvage, de couleur et révèlent leur véritable identité. de cassis, avec une touche vanillée s’il était placé en fût de chêne. La peau des raisins de Pinot noir est très foncée, presque noire, tandis que la pulpe, et donc le jus,

Associez-vous un moment à la dégustation de ce cépage ?

sont clairs. Ainsi, le vin doit sa couleur plus ou

C’est le cépage avec lequel je m’amuse le plus. J’aime étonner mes clients avec. Blanc, rosé ou rouge, ils en perdent parfois la tête et sont toujours très surpris. C’est un cépage de plaisir. Lorsque je fais déguster des Pinots rouges, certains de mes clients le prennent pour un Bourgogne à cause de sa puissance.

moins rouge au temps de macération du jus des raisins sur la peau des fruits. Le Pinot noir est traditionnellement élaboré en tant que rosé ou rouge, mais depuis quelques années on le vinifie également en blanc. Dans tous les cas, il importe de choisir des raisins bien mûrs. La vinification se fait soit dans

Aujourd’hui, quelle est pour vous la meilleure façon de l’apprécier,

des cuves en inox, soit dans des fûts en chêne qui

avec quel plat ou quel aliment ?

arrondissent les tannins et apportent une complexité aromatique au Pinot noir.

En tant que vin blanc jeune, il se marie très bien avec les coquillages et les poissons. Son esprit minéral ressort énormément car les racines des vignes vont puiser très profondément. Plus on le laisse vieillir, plus on peut l’accommoder sur des poissons en sauce et même des viandes blanches. Vinifié en blanc, c’est un cépage que l’on peut marier facilement. Le Pinot noir rosé est un vin léger et fin, à boire sur les grillades, les poissons grillés... C’est un excellent vin de soif, l’été. Aussi bien en blanc qu’en rouge, on peut faire une carte des vins complète à partir de Pinot noir uniquement. C’est un vin complet. Le Pinot noir luxembourgeois est vraiment un cépage identitaire de terroir. Il n’est pas « forcé » puis mis en barrique pour contraindre les goûts. On sent que les racines ont léché les sols. C’est ce que je recherche : l’identité, la minéralité pure du terroir. Et c’est ce qui fait notre richesse en Europe. On ne fabrique pas le vin, c’est le vigneron qui attend le résultat du travail de la nature, avec seulement un petit coup de pouce de l’homme.


Thorunn nous présente le

Pinot blanc arômes : ananas, agrumes, mirabelle, coing, pêche blanche, abricot, poire, pomme verte, fruits exotiques, fruits secs, fleurs blanches, notes de menthol, cire d’abeille, beurre de noisette, frangipane.

12


Thorunn, chanteuse et présentatrice

Le Pinot blanc se suffit à soi-même Parmi les cépages produits au Luxembourg, quel est celui que vous préférez ?

Je suis d’origine islandaise, mais je connais tous les vins luxembourgeois. Il y a ici une culture du vin qui n’existe pas en Islande où le vin est resté longtemps hors de prix, faute de tradition. Néanmoins, depuis une dizaine d’années les Islandais commencent à apprendre à le déguster et à l’apprécier. J’adore le Chardonnay parce que c’est un vin doux, ça va bien avec mon caractère, et il n’y a rien de tel que de commencer une soirée en sirotant un bon verre. Mais le truc de famille c’est surtout le Pinot blanc. Pouvez-vous décrire ce cépage, quelles sont ses caractéristiques qui vous plaisent le plus ?

Le Pinot blanc n’est pas aussi doux que le Chardonnay, il est un peu plus agressif mais reste savoureux. Pour moi c’est un vin plaisant très agréable sur la langue. Associez-vous un moment, un souvenir ou un type d’aliments particuliers à la dégustation de ce cépage ?

En ce qui me concerne, dans ma bouche le vin se marie mal avec la nourriture. Je préfère déguster un vin tout seul plutôt que l’associer à des aliments, même si je comprends très bien qu’un vin puisse parfaitement accompagner un plat. Pour moi, le vin se suffit à soi-même, il est un repas à part entière. Et si je bois du vin au cours d’un dîner, j’ai tendance à L’avis du vigneron sur le Pinot blanc picorer. Toujours du salé, même si le vin est fruité. Pour ce qui est du Pinot blanc, c’est surtout ma sœur qui est à l’origine de ce penchant. Issu de la même famille de raisins que ses frères gris Elle a vécu à Luxembourg, elle y a rencontré son mari danois et a depuis et noir, le fruit du Pinot blanc arrivé à maturité est déménagé à Copenhague. Maintenant, à chaque fois que je vais la voir, jaune-vert. Il peut être élevé en cuve de façon tradielle exige que je lui ramène ses deux bouteilles de Pinot blanc. C’est tionnelle et dans ce cas son caractère nerveux se devenu le vin de la famille. distingue par une fraîcheur plus prononcée que dans le Pinot gris, à l’instar d’un Riesling. A la

Aujourd’hui, quelle est pour vous la meilleure façon de l’apprécier ?

dégustation, les arômes de poire et de fruits jaunes

Je dirais avec mon amoureux, perdus quelque part dans un château au nord du pays, au coucher du soleil. C’est une vision très romantique. Le vin c’est la meilleure des addictions, en tous cas, c’est la mienne. Un bon verre s’accompagne de toute une ambiance : on le sirote, on se laisse griser petit à petit et finalement la magie de Bacchus opère : « I love the sweet lies that Bacchus tells me » (« j’aime les doux mensonges que me raconte Bacchus »).

dominent. Il peut aussi être élevé en barrique, ce qui donne des vins très différents, marqués par un fort caractère vanillé. De par son élégance, sa fraîcheur et sa souplesse, le Pinot blanc est fréquemment utilisé pour l’élaboration des crémants.

13


Enrico Lunghi nous présente le

Pinot gris arômes : abricot, pêche jaune, coing, mirabelle, poire, agrumes, mangue, fruit de la passion, acacia, noisette, figue, datte, miel, pain grillé, thé, menthe, épices, fruits secs, fruits mûrs.

14


Enrico Lunghi, Directeur Général du Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean, Luxembourg

Le Pinot gris est le miroir de la Moselle Parmi les cépages produits au Luxembourg, quel est celui que vous préférez ?

Le Pinot gris est l’un des cépages luxembourgeois que je préfère, mais en règle générale je suis très fier de nos vins au point que, sauf exception, je les fais découvrir à nos hôtes étrangers à chaque vernissage de nos expositions. Nous varions toujours les cépages et les domaines pour ne jamais favoriser quelqu’un en particulier. Quitte à respecter la tradition d’offrir à boire aux invités lors des vernissages, autant en profiter pour leur proposer quelque chose qu’ils ne connaissent pas forcément et qui mérite d’être dégusté. Nous avons choisi de mettre en avant les vins luxembourgeois. Quelles sont les caractéristiques de ce cépage qui vous plaisent

L’avis du vigneron sur Le Pinot gris Le troisième larron des Pinots était autrefois peu planté à la Moselle luxembourgeoise. Dès les premiers remembrements des années soixante, sa culture se généralisa et le Pinot gris remporta immédiatement un grand suc-

le plus ?

Je trouve que le Pinot gris est subtil et léger tout en ayant des arômes très équilibrés, très suaves. J’aime le boire frais mais pas froid. A mon avis, il correspond bien à l’atmosphère de la vallée de la Moselle, ou du moins à l’idée qu’on peut s’en faire : un univers plus doux et riche, plus varié et harmonieux qu’ailleurs dans le pays, tout en restant authentique et marqué par le terroir. Il existe une douceur de vie dans la Moselle que j’apprécie beaucoup.

cès de par son acidité modérée et sa grande richesse aromatique. Crémeux à souhait,

Associez-vous une philosophie particulière à la dégustation

il présente selon son degré de maturité une

de ce cépage ?

palette d’arômes fruités allant des coings

Ce que j’aime dans le vin en général, c’est qu’il s’assimile à de l’art. C’est d’abord une tradition qu’il faut connaître, une technique à maîtriser. Puis il faut du travail, de l’inspiration, savoir prendre des risques à chaque fois et des décisions précises à des moments donnés. Un artiste peut avoir des périodes intenses suivies d’intervalles moins fructueux comme un même vin peut avoir une bonne ou une mauvaise année. C’est sur la durée que la réputation se fait. On ne juge jamais un artiste sur une seule œuvre, mais sur toute une évolution. Il en va de même pour les grandes bouteilles.

indigènes aux fruits exotiques, en passant par les raisins secs. Aujourd’hui encore, grâce à son équilibre parfait, le Pinot gris reste le cépage le plus populaire au Luxembourg. Très polyvalent, il donne des vins faciles à marier en gastronomie.

Aujourd’hui, quelle est pour vous la meilleure façon de l’apprécier ?

Je bois rarement en dehors des repas, alors pour moi le Pinot gris est idéal lors de déjeuners ou de dîners entre amis, autour d’un bon plat copieux de cuisine traditionnelle luxembourgeoise ou alsacienne, ma femme étant alsacienne. Le fait que le Pinot gris soit un vin léger vient contrebalancer le côté lourd et riche de ces plats. Sa finesse en fait le partenaire idéal de ces moments de convivialité.

15


François Valentiny nous présente le

Gewürztraminer arômes : rose, litchi, pêche, abricot, melon, poire, orange, pamplemousse, framboise, ananas, fruits confits, réglisse, verveine, miel, pain grillé.

16


François Valentiny, architecte

Le Gewürztraminer se déguste aussi avec les yeux Parmi les cépages produits au Luxembourg, quel est celui que vous préférez ?

Mes grands-parents étaient vignerons à Remerschen. J’ai tout fait pour quitter mon village, mais rien n’y fait [rires]. Ici, aujourd’hui encore, si vous n’êtes pas vigneron vous n’êtes rien du tout, j’ai donc gardé une parcelle. Lorsque je vivais à Vienne j’appréciais particulièrement le muscat. Alors en revenant au Luxembourg, j’ai essayé de garder une attache en cultivant du Gewürztraminer parce que c’est ce qui s’en rapproche le plus. Quelles sont les caractéristiques de ce cépage qui vous plaisent le plus ?

L’avis du vigneron sur le Gewürztraminer Le Gewürztraminer est un vin très parfumé au nez dominant. A la dégustation, il dégage un arôme de rose caractéristique. On le sert surtout en apéritif et en accompagnement de foie

Le vin blanc doit être fruité et frais. En ce qui concerne mon Gewürztraminer, le problème est que les travaux de la vigne ne sont pas toujours compatibles avec mon métier, qui reste bien sûr ma priorité. Je veux mais je ne peux pas toujours. Le vin, le Gewürztraminer en particulier, suppose beaucoup de soins. Il faut sélectionner les grappes, les trier et je ne suis pas toujours là pour le faire. Or le Gewürztraminer est beaucoup plus difficile que bien d’autres vins, et il suppose une grande concentration dès le départ. Mon « Gewürz » n’est certainement pas optimal, mais j’en suis content quand même.

gras, brioche, fromage ou dessert. Il est également prédisposé à la vinification en vendanges

Associez-vous une philosophie particulière à la dégustation

tardives et en vin de paille. Le « Traminer » luxem-

de ce cépage ?

bourgeois se distingue par sa grande élégance

Mon approche du vin est un point de vue que je conçois dans une évolution constante. On change en permanence de goûts, d’idées… c’est la preuve d’un esprit ouvert à l’extérieur. Mais l’importance d’un bon vin est capitale : boire du mauvais vin, c’est comme si j’estimais que je ne méritais pas le meilleur. A force de s’économiser ainsi on finit par mourir sans avoir su en profiter. C’est important de ne pas oublier qu’on mourra un jour et de ne jamais perdre de vue cette optique : ça permet de bien choisir son chemin dans la vie.

et sa finesse, dues en grande partie au terroir et aux conditions climatiques locales, mais également au parfait équilibre entre acidité, sucre résiduel et teneur en alcool. Le fruit se caractérise par sa couleur rose à rouge clair.

Aujourd’hui, quelle est pour vous la meilleure façon de l’apprécier ?

Il y a des vins qui m’influencent par leur apparence : quand je vois du vin blanc dans une bouteille en verre transparent blanc, il s’agit tout de suite pour moi d’un vin blanc sec. Selon moi, un Gewürztraminer suppose du verre jaune. Ce cépage est lié à une image qui influence mon goût. Il en va de même pour les verres dans lesquels on boit le vin. Un verre à vin ambré avec des dorures par exemple donne un tout autre goût au vin blanc. Notre monde aujourd’hui n’est plus esthétique, il n’y a plus que la fonctionnalité qui compte, ce qui est dommage à mon avis. Si le goût change avec l’âge, le plaisir de boire un vin doux frais et fruité dans une bouteille dorée et servi dans un verre baroque très fin est immuable. Ce vin on le déguste aussi avec les yeux.

17


Léa Linster nous présente

l’Auxerrois arômes : melon, mirabelle, fleurs blanches, agrumes, zeste de citron, fruit de la passion, banane, kiwi, genêt, notes de menthol, acacia, miel, tilleul.

18


LéA Linster, chef de cuisine

L’Auxerrois est mon coup de cœur Parmi les cépages produits au Luxembourg, quel est celui que vous préférez ?

Il y en a deux que j’adore tout particulièrement, mais pour des raisons différentes. Le Riesling bien sûr, car c’est le plus noble, le vin par excellence. Depuis 2007, j’ai un Riesling que j’ai sélectionné, comme le dit l’étiquette sur la bouteille, avec amour. Effectivement c’est un vin qui correspond très bien à mon caractère et à ma personnalité : il est généreux et joyeux. A l’attaque, il a une légère perle qui fait se sentir vivant et heureux de l’être. A consommer avec amour, comme le dit la bouteille ! Sinon parmi les autres cépages luxembourgeois, j’ai un coup de cœur pour l’Auxerrois. Pouvez-vous décrire ce cépage, quelles sont ses caractéristiques qui vous plaisent le plus?

L’avis du vigneron sur l’ Auxerrois Ce cépage bien connu au Luxembourg est l’un des plus prometteurs. Le Luxembourg est d’ailleurs

« Analyser » un vin ne m’intéresse pas. Ce que je préfère, c’est surtout les émotions qui surgissent quand je le goûte. J’aime réjouir mon palais. Je n’aime pas ces vins qui terminent sur des notes plutôt âcres. J’apprécie la douceur sans que ce soit sucré, et une légère acidité sans que ce soit acide. L’Auxerrois, a une tendance vers le doux. Il est mœlleux, sans être gras. Pour moi, un verre de vin c’est vraiment une gâterie. Et le verre dans lequel je le bois doit être à la bonne température, ni trop chaud, ni trop froid. Il doit être net et clair, et se couvrir d’une légère condensation lorsque l’on y verse le vin. Ni trop ni trop peu, juste ce qu’il faut pour qu’il soit appétissant. L’Auxerrois, je veux le voir dans un verre qui a un pied haut et un calice assez petit, comme les verres alsaciens. Et qu’on me le remplisse souvent !

l’un des seuls pays d’Europe à avoir l’Auxerrois en nom de cépage.

Associez-vous un moment, un souvenir ou un type d’aliments

Si en Alsace il est traditionnelle-

particuliers à la dégustation de ce cépage ?

ment assemblé au Pinot blanc, au

L’Auxerrois se marie de façon exceptionnelle avec le jambon fumé. Cette association donne lieu à un deuxième moment en bouche, celui qui arrive en cas de symbiose entre la nourriture et le vin qui l’accompagne. Avec le jambon fumé et un Auxerrois à la bonne température, la magie opère. L’Auxerrois associé au jambon, produit chez moi un moment de richesse où je me sens aimée par ces deux aliments et je les aime en retour.

Luxembourg par contre il a toujours été envisagé en tant que monocépage. Le terroir luxembourgeois, gras et calcaire, est particulièrement adapté à la culture de l’Auxerrois. Les plants sont assez faciles à travailler, si ce n’est la taille du

Aujourd’hui, quelle est pour vous la meilleure façon de l’apprécier,

feuillage vers les mois de juin et

avec quel plat ou quel aliment ?

de juillet. Les délicieux raisins

L’Auxerrois va très bien avec tous les plats luxembourgeois qui sont légèrement fumés, comme par exemple un collet de porc aux fèves. C’est un plat classique : le collet de porc fumé a un caractère bien rustique et j’aime cette opulence, cette douceur sans que ce soit sucré pour autant. L’Auxerrois se marie parfaitement avec tous ces plats qui exigent un peu de douceur.

jaunes, bien mûrs et très aromatiques donnent des vins fruités et très agréables à boire à l’apéritif ou avec les fromages. Grâce à un potentiel d’évolution remarquable, l’Auxerrois est un vin que l’on peut aisément garder plusieurs années avant de le boire.

19


Claude Schmitz nous présente le

Rivaner arômes : muscat, pomme, mirabelle, abricot, litchi, pêche de vigne.

20


Claude Schmitz, Artiste – designer de bijoux

Le rivaner est tout simplement bon Parmi les cépages produits au Luxembourg, quel est celui que vous préférez ?

Si mon véritable coup de cœur est le Gewürztraminer – mes bijoux sont plus « Gewürztraminer » par exemple -, le Rivaner est le cépage que j’apprécie le plus au quotidien. Pouvez-vous décrire ce cépage, quelles sont ses caractéristiques qui vous plaisent le plus ?

C’est un vin honnête et absolument pas prétentieux que l’on peut boire tous les jours. Je l’aime parce qu’il a une très légère note minérale et peu d’acidité et qu’il est fleuri juste comme il faut, pas trop. Ce n’est pas un vin qui se déguste occasionnellement comme le Gewürztraminer que j’adore et qui est très volumineux. Aujourd’hui, certains vignerons peuvent construire en barrique quelque chose de plus complexe, de plus floral, de plus moelleux. Il acquiert ainsi un énorme bouquet. On peut même l’enrichir d’arômes en fût de chêne, mais alors je ne retrouve plus la spontanéité de mon Rivaner. Ce que j’apprécie dans ce cépage, c’est que c’est un vin assez simple mais pas ennuyeux. Il a un côté franc qui me plaît. Son côté élémentaire fait qu’on peut le déguster partout et à n’importe quel moment. Je l’aime parce qu’il est tout simplement bon.

L’avis du vigneron sur le Rivaner Le Rivaner, également connu sous les noms de «Riesling x Sylvaner» ou Müller-Thurgau, partage le destin de l’Elbling, son compagnon de longue date au Luxembourg. Ces deux cépages étaient majoritairement produits au Luxembourg jusqu’il y a une trentaine d’années

Associez-vous un moment, un souvenir ou un type d’aliments

encore. Cultivé dès les années 1920 et destiné

particuliers à la dégustation de ce cépage ?

tout d’abord à un marché local, il peut être

Le verre de Rivaner me rappelle mon enfance, les vieux cafés enfumés avec leur jeu de quille. Je viens de Lenningen, un petit village de la Moselle, et il y avait plein de vieux célibataires, des fermiers, des vignerons… Ils se réunissaient au café du coin et buvaient le « Patt Rivaner » dans des verres à la forme très particulière que j’ai beaucoup de mal à retrouver aujourd’hui. C’est un cépage intemporel. Même si aujourd’hui certains l’ont réinventé en le mettant dans des fûts de chêne par exemple, c’est le Rivaner classique que je préfère.

considéré comme l’autre vin historique du

Aujourd’hui, quelle est pour vous la meilleure façon de l’apprécier, avec quel plat ou quel aliment ? Avez-vous une recette avec laquelle ce cépage se marie particulièrement bien ?

Je l’adore avec les plats de tous les jours mais aussi avec des plats traditionnels luxembourgeois comme le « Hameschmier » ou le « Ham, Fritten an Zalot », le plat typique que l’on mange le soir après un mariage ou un baptême… En fait, je préfère un bon vin de table qu’un mauvais vin complexe. C’est le vin que j’ai toujours chez moi à portée de main, prêt à la dégustation. Il m’arrive même de cuisiner avec, même si les puristes considèrent que c’est un pêché.

21

Grand-Duché. Le Rivaner donne des vins fruités, souples et très agréables à boire jeune. Il séduit les connaisseurs aussi bien que les néophytes grâce à son caractère léger et gai et son parfum musqué.


Claude Bertemes nous présente

l’ Elbling arômes: pomme grenade, groseille à maquereau, amande fraîche, citron, mirabelle, physalis.

22


Claude Bertemes, conservateur de la cinémathèque de Luxembourg

L’Elbling est un vin sympathique et social Parmi les cépages qui sont produits au Luxembourg, quel est celui que vous préférez ?

L’Elbling me parle énormément et je regrette qu’au Luxembourg la culture de ce cépage historique se réduise comme peau de chagrin depuis la deuxième guerre mondiale. Quelles sont les caractéristiques de ce cépage qui vous plaisent le plus ?

J’aime son fort caractère, son côté acidulé. En termes de cinéma, si l’Elbling était une actrice, ce serait Bette Davis. Grande gueule, très caractérielle, un peu langue de vipère, mais très courageuse, tout le contraire de ces « sugar babes » forgées par Hollywood. Je porte un regard d’ethnologue sur le vin, mon point de vue est sociologique à la manière de Pierre Bourdieu qui étudie les habitudes culturelle et quotidiennes. Pour moi, l’Elbling est un cépage sympathique et social. En outre c’est un lieu de mémoire de par ses origines moyenâgeuses ce que je respecte aussi par réflexe de conservateur. Il existe aujourd’hui un décalage entre ce que représentait le vin autrefois et ce qu’il représente aujourd’hui. Ce qui était culture populaire est devenu culture d’élite, réservée à un public de connaisseurs. Or l’Elbling représente vraiment le vin d’hier, à l’origine d’un plaisir purement hédoniste. J’aime le fait que ce vin ne soit pas victime de snobisme.

L’avis du vigneron sur l’Elbling C’est le cépage historique en Europe septentrionale depuis le temps des Romains. Aujourd’hui on ne le plante plus que dans la vallée de la Moselle. Longtemps une bonne partie de sa production était destinée à l’Allemagne où les vigne-

Associez-vous un moment, un souvenir ou un type d’aliments

rons l’utilisaient dans les assemblages de leurs

particuliers à la dégustation de ce cépage ?

mousseux. Il a fortement contribué à la prospé-

Ma madeleine de Proust est le coq au vin. Mais si ma mère l’a toujours fait au vin rouge, je l’ai tenté avec l’Elbling. Le résultat était encore meilleur, il y a une transparence du goût, une fraîcheur qu’on ne rencontre pas avec le vin rouge. Ce vin élémentaire mais puissant résiste très bien à l’épreuve de la température lorsqu’il est employé pour la cuisson. Au verre, il se déguste accoudé à un bar, comme je l’ai toujours vu faire. Il est idéal pour accompagner le fameux «Schueberfouer Fësch », le poisson frit que l’on sert chaque année lors de la «Schueberfouer», foire annuelle. Tout ce monde épicurien, simple et spontané résiste face à l’univers des vins plus élaborés, plus vaniteux et sophistiqués. L’Elbling est foncièrement sympathique.

rité du vignoble luxembourgeois et donne des

Aujourd’hui, quelle est pour vous la meilleure façon de l’apprécier ?

Son côté rafraîchissant est particulièrement adapté à la belle époque de l’année. Il est idéal pour le Maitrank, une boisson que le folklore associe au mois de mai pour fêter le printemps. La base est l’Elbling, on y rajoute du cognac, du porto blanc, de la cannelle, et des oranges en tranches. On laisse macérer 24 heures, puis on le filtre et on le boit très frais. Ceci me fait penser que l’ivresse aussi a été bannie du champ de la civilisation. Auparavant, elle était politiquement correcte car reconnue comme source de plaisir et parfois d’inspiration (cf. Rimbaud par exemple). Aujourd’hui, c’est mal vu : il ne faut plus boire, il faut déguster.

23

vins vifs, frais et nerveux aux arômes subtils et floraux, à tel point que certains l’appellent le ‘petit frère du Riesling’. Peu alcoolisé, il se caractérise surtout par sa fraîcheur et constitue l’archétype du vin de bistro.


Dominique Rizzi nous présente le

Chardonnay arômes : notes minérales, muscat, melon, fruits blancs, coing, pommes, poires, agrumes, vanille, amande grillée, beurre, brioche, fleurs blanches.

24


Dominique Rizzi, Sommelier Membre dégustateur de la Marque Nationale

Le Chardonnay est un cépage caméléon Parmi les cépages produits au Luxembourg, quel est celui que vous préférez ?

Le Chardonnay. Pouvez-vous décrire ce cépage, quelles sont ses caractéristiques qui vous plaisent le plus ?

Il ne faut pas comparer ce cépage avec le Chardonnay qu’on trouve partout ailleurs, car c’est un Chardonnay comme on n’a pas du tout l’habitude d’en boire. Son côté très droit, très minéral peut surprendre plus d’un amateur. Mais il a l’identité du pays, et ici, les vins sont nerveux, vivaces, frais et non pas acerbes. Il a beaucoup de fraîcheur mais peut-être pas ce volume qu’on attend habituellement d’un Chardonnay. C’est cette fraîcheur que j’aime beaucoup. D’ailleurs, elle n’empêche pas d’avoir ces notes de fruits grillés, de noisettes, d’amande amère. Ce qui le caractérise parmi les autres cépages du Grand-Duché, c’est précisément cette vivacité. Bien que ce soit un cépage récent ici, le Chardonnay peut acquérir un côté extrêmement fringant dès lors qu’on n’utilise pas des paramètres comme surbarriquer le vin. Si on veut le caractériser, il faut rester dans la façon de faire locale. Associez-vous un moment ou un souvenir à la dégustation de ce cépage ?

Quand je pense Chardonnay, je pense très loin, je pense à Israël. Ce fut en effet l’un des berceaux de ce cépage avant qu’il n’arrive dans notre territoire au retour des croisades. En outre, c’est un cépage multidimensionnel. Il peut être tellement différent par rapport au terroir dont il est issu, tantôt vivace, tantôt volumineux, onctueux, sensuel, suave. J’aime beaucoup ce côté caméléon qui s’adapte à chaque terroir, à chaque vinification et qui à chaque fois donne une essence et un goût particuliers. Pour apprécier le Chardonnay, il faut respecter cette identité topographique. Ce côté caméléon peut correspondre à une clientèle extrêmement diversifiée, celle qui ne cherche pas la difficulté dans les vins mais une notion de plaisir direct, mais aussi des amateurs plus avertis. Ceux-ci vont trouver dans le Chardonnay de la grandeur et une complexité qui va les faire voyager dans ce monde d’arômes tellement divers.

L’avis du vigneron sur le CHARDONNAY Le Chardonnay est certainement le cépage le plus connu au monde par sa réputation de grand vin blanc et de vin massivement produit dans les pays du Nouveau monde (Australie, Nouvelle-Zélande, Chili ou Californie …). C’est sur leur impulsion que c’est devenu un vin à la mode. Même en Moselle où il est discrètement produit depuis les années 1980, ce cépage varie considérablement en arômes selon les terroirs. Il peut

Aujourd’hui, quelle est pour vous la meilleure façon de l’apprécier,

aussi bien développer des saveurs de fruits

avec quel plat ou quel aliment ?

exotiques que des arômes floraux selon les

Le Grand-Duché a d’excellents poissons de rivière. Un sandre cuit vapeur avec une petite pointe de fenouil pour relever ses arômes jouit d’un très bel accord avec le Chardonnay. Il faut éviter les textures de viande ou de poisson trop grasses et aller plutôt dans des préparations plus simples. On y rajoute un élément de fraîcheur comme du fenouil ou de l’artichaut pour créer un paradoxe, une prise de risque qui est exactement ce qu’on recherche pour créer une harmonie vin et mets. Je crois qu’il est capable de diverses associations dès lors qu’il relève un plat peu gras par sa fraîcheur.

différents coteaux où il est planté. Vin de

25

prédilection pour l’élevage en barrique, on distingue très nettement ses tannins et un arôme de vanille. Le Chardonnay est un vin de base bien structuré, idéal pour la production du crémant.


Frank et Andy Schleck nous présentent les

Crémants 26


Frank et Andy Schleck, cyclistes

Les crémants, c’est la victoire et une double fierté Parmi les cépages qui sont produits au Luxembourg, quel est celui que vous préférez ?

En tant qu’athlètes, nous ne consommons pas beaucoup d’alcool. Par contre, le crémant est pour nous très symbolique. Nous voyageons deux cent jours par an, et bien sûr nous n’emportons pas de bouteilles avec nous. Mais quand on a l’opportunité de fêter un bon résultat avec du crémant luxembourgeois, à la fierté de la victoire s’ajoute celle d’avoir de bons vins au Luxembourg. Pouvez-vous décrire ce vin, quelles sont ses caractéristiques qui vous plaisent le plus ?

Bien sûr, après un gros effort, sa fraîcheur est toujours la bienvenue. Cela nous rappelle que le plus dur est passé et que nous pouvons profiter de ce moment de célébration, tout en nous désaltérant et en nous relaxant. C’est une double joie. Associez-vous un moment, un souvenir ou un type d’aliments particuliers à la dégustation de ce vin ?

Le moment de la victoire bien sûr ! La célébration en famille ou avec l’équipe ! Déboucher le crémant fait partie d’un rituel qui nous plaît : il suit le succès, il confirme le succès. Tout ce moment de l’après-course est ainsi fondamentalement associé au crémant. C’est très fort.

L’avis du vigneron sur les Crémants L’appellation « Crémant de Luxembourg » existe

Aujourd’hui, quelle est pour vous la meilleure façon de l’apprécier,

depuis 1991. Grâce à sa fraîcheur, sa finesse et sa

avec quel plat ou quel aliment ? Avez-vous une recette avec laquelle

vivacité, le crémant luxembourgeois connaît un suc-

ce vin se marie particulièrement bien ?

cès incomparable et remporte chaque année des

En ce qui nous concerne, on boit le crémant avant ou après le dîner ou encore après une course, dans le bus, mais toujours pour célébrer quelque chose. Or quand on savoure la victoire, on n’a envie de rien d’autre. Il n’y a pas besoin de nourriture, en tous cas on n’y pense même pas. On est encore loin des contingences matérielles dans ces moments-là …

récompenses lors de concours internationaux. Le Crémant est le sommet qualitatif, d’une méthode traditionnelle maîtrisée depuis longtemps, qui suppose des efforts supplémentaires dans le vignoble et une sélection de raisins et de vins de base rigoureuse. Pour produire du crémant, on peut utiliser tous les cépages autorisés au Luxembourg. Les raisins doivent être très sains, bien mûrs et intacts jusqu’à la mise en presse. Sur 150 kg de raisin, on ne peut obtenir qu’un maximum de 100 litres de moût que l’on fait fermenter une première fois en cuve. La deuxième fermentation a lieu directement dans la bouteille. Les vins doivent se trouver sans interruption sur lies pendant au moins 9 mois. Le Luxembourg produit majoritairement des crémants bruts. Les crémants peuvent être des monocépages, mais aussi des assemblages et des millésimés. Ils peuvent parfaitement accompagner tout un repas.

27


Vins de spécialité Les vins de spécialité luxembourgeois – les « vendanges tardives », les « vins de paille » et les « vins de glace » – sont autant de tentatives réussies de diversifier encore la production locale, tout en poussant plus loin les techniques de vinification.

Ils répondent à des réglementations

« Vendanges tardives ». Comme le

précises concernant leurs titres alcoométriques

nom l’indique, ces vins sont issus d’une récolte

volumiques naturels minimaux (indiqués en

très tardive qui dépend pour chaque cépage

degrés Oechsle), leurs cépages d’origine et la

d’une quantité minimale de sucre contenu dans

cueillette du raisin qui doit se faire à la main.

le raisin. Le raisin soigneusement sélectionné

Véritables défis contre le temps et le

est souvent atteint d’une pourriture noble,

climat, la réussite de ces spécialités suppose

le champignon Botrytis. Ainsi sa peau devenue

beaucoup de savoir-faire, de soin, d’attention,

poreusee laisse s’évaporer l’eau favorisant ainsi

de délicatesse ainsi que de la chance. Ces

la concentration des sucres et le développement

élixirs sont d’autant plus savoureux qu’ils sont

des arômes dans le raisin. Il change de couleur

rares par principe, ce qui les cantonne à un

et prend l’aspect et le goût concentré d’un

marché de prestige.

raisin sec. Pour réaliser une vendange tardive, la législation prévoit les cépages Auxerrois, Pinot blanc, Pinot gris, Riesling ou Gewürztraminer à 105 °Oechsle minimum (95°Oechsle pour le Riesling).

28


Les quelques grappes givrées sont désormais prêtes à être récoltées. Un spectacle unique et rare qui donnera de véritables élixirs.

De nombreuses caves accueillent désormais ces barriques de chêne renflées, promesses de vins riches en arômes.

« Vin de paille ». Ce vin requiert des

Le soleil automnal joue un rôle essentiel pour la maturation des vendanges tardives.

« Vin de glace ». Il s’agit d’un vin issu

Au Luxembourg, le vin de glace ne peut être

raisins sains cueillis à la maturité du cépage

de raisins qui ont gelé sur pied à une tempé-

issu que des cépages Pinot blanc, Pinot gris

choisi et étalés sur des grilles (autrefois de la

rature inférieure ou égale à -7 °C. A cette

ou Riesling.

paille, d’où le nom). Ces grilles sont placées

température, l’eau contenue dans le raisin

dans des lieux bien aérés, afin de permettre

gèle, seuls les sucres restent solubles et par

à l’eau contenue dans les fruits de s’évaporer,

le saturage, on obtient une densité du moût

jusqu’à l’obtention d’une concentration

très concentrée d’au moins 120 ° Oechsle.

maximale en sucre. L’attente parfois longue

La cueillette se fait en hiver dans des

de plusieurs mois suppose un constant travail

conditions très contraignantes par principe :

de surveillance et de sélection (avec une réduction

la nuit, dans le grand froid et dans des

en volume due à l’assèchement). Chaque année,

coteaux relativement escarpés et difficilement

les productions sont donc extrêmement limitées.

éclairés. Le fait que l’on atteigne rarement ces

Issu des cépages Auxerrois, Pinot blanc,

températures, le risque de tout perdre ainsi

Pinot gris et Gewürztraminer, le vin de paille

que la grande concentration du raisin obtenu

présente un titre alcoométrique volumique

justifient la spécificité et l’élitisme du vin de

naturel minimal de 130° Oechsle.

glace, reconnaissable à sa grande fraîcheur.

29


Luxembourg, entre tradition et modernité Depuis près d’un demi-siècle maintenant, les cuves en inox ont remplacé pratiquement tous les traditionnels foudres en bois. Les nombreux avantages inhérents à ce matériau – notamment sur le plan de l’hygiène – l’ont rendu quasi incontournable dans les caves luxembourgeoises.

La vivacité qui caractérise les vins

en barriques n’en sont que quelques exemples

due aux parois lisses de ces cuves

parmi d’autres. Décidés à rester toujours à la

en inox qui laissent peu s’évaporer le gaz

pointe du progrès, les viticulteurs du Luxem-

carbonique et les arômes naturels du vin.

bourg se tiennent au fait des nouveautés les

Cette spécificité, due à des méthodes

plus récentes de l’univers du vin et de ses

de vinification à la pointe de la modernité,

méthodes de vinification. Ils proposent ainsi

contribue à la fraîcheur des cépages

des produits qui reflètent au mieux le potentiel

luxembourgeois.

du vignoble luxembourgeois.

Dès les années 1980, de nombreux

30

Les vendanges vertes et l’élevage de vins

de la Moselle est d’ailleurs très certainement

Cette évolution perpétuelle ne se fait

viticulteurs du Grand-Duché n’ont pas hésité

pas au détriment d’une tradition ancestrale

à s’entourer de conseillers venus des pays

toujours présente et riche d’expériences.

voisins. Avec eux, ils ont mis au point

Les grands vins ne sont-ils pas ceux qui

de nouvelles techniques qui ont enrichi

réussissent à réaliser la symbiose parfaite

la viticulture luxembourgeoise.

entre modernité et tradition ?


L’Appellation contrôlée au Luxembourg Le vignoble luxembourgeois a su évoluer depuis le début du XX e siècle, notamment avec l’introduction de nouveaux cépages et une réglementation des rendements.

Le souci de garantir l’origine et la qualité

et vinifiés à l’intérieur de la région viticole

s’est manifesté dès 1935 avec la création de

délimitée.

« la Marque nationale ». Ce faisant, l’Etat

Du laboratoire à l’examen organoleptique, les tests se succèdent à l’Institut viti-vinicole.

31

et les raisins ne peuvent qu’avoir été récoltés

des vins produits sur le sol luxembourgeois

En 1959, la Marque nationale a introduit

souhaitait assurer la qualité de la production

le classement des vins avec les mentions

locale en la contrôlant de près. Des critères

« Marque nationale – Appellation contrôlée »,

sévères régissent depuis l’obtention de la

« vin classé », « premier cru » et « grand premier

fameuse contre étiquette « Marque nationale –

cru », cette dernière étant la plus difficile

Appellation contrôlée ». Seuls peuvent prétendre

à obtenir.

à la consécration les vins d’origine luxembour-

En 1988, ce fut au tour des vins

geoise n’ayant subi aucun coupage avec un vin

mousseux, puis trois ans plus tard en 1991,

étranger et répondant aux consignes des

des crémants, de bénéficier de leur appellation

règlements de l’Union Européenne. Les vins

contrôlée. Plus récemment, en 2007, les vins

arborant la mention doivent en outre obligatoi-

d’assemblage (cuvées de vins de cépages

rement avoir été commercialisés en bouteille

indigènes) ont également été introduits.

Des représentants de tous les milieux concernés par la viticulture (des vignerons aux représentants du Ministère de l’Agriculture en passant par les cavistes, les négociants, les hôteliers-restaurateurs, les cafetiers et les consommateurs) composent la commission d’experts de la Marque Nationale.


32


La route du vin « Boire du vin, c’est boire du génie. » Charles Baudelaire, poète français 1821-1867. Si le vin luxembourgeois est tributaire de sa terre natale, à sa maturité il contribue à la joie de vivre qui caractérise tellement toute la Vallée de la Moselle.

Terroir et Climat le vin – Outil de fête la vallée de la Moselle

33

34 35 36


Dans la vallée de la Moselle, la majorité des vignes se situe entre 150 et 250 mètres au dessus du niveau de la mer.

La culture séculaire du vin a préservé la faune et la flore locale.

Terroir et Climat Au Moyen-Âge, la culture de la vigne se répartissait sur tout le pays grâce à la multiplication des monastères et autres centres religieux. Au fil des siècles, les variations climatiques ont peu à peu limité la surface de production à la seule vallée de la Moselle.

Avec une précipitation annuelle moyenne

est plus étroite et les coteaux sont abrupts.

et un à deux degrés Celsius supplémentaires

Les vins de cette région sont racés et élégants.

par rapport à la moyenne nationale, la vallée

Au sud, le canton de Remich propose un tout

de la Moselle présente en effet un microclimat

autre paysage : la vallée s’élargit, les collines

optimisé pour la vigne. La zone climatique

sont arrondies et les pentes sont douces.

est tempérée, à la fois maritime et à influence

Les sols sont très argileux sur substrat de

continentale : les hivers sont modérés et les

marnes keupériennes. Ce terroir particulier

températures rarement trop élevées en été.

donne des vins plus crémeux et harmonieux.

Les écarts de température varient peu. Concernant la constitution des sols,

34

caillouteux à charge dolomitique. La vallée

de 725 mm bien répartie sur toute l’année

Découvrir les primeurs à partir de Pâques est un excellent prétexte pour visiter

on distingue nettement deux zones spécifiques

le Grand-Duché, à moins que l’on préfère

entre le nord et le sud de la vallée, très

le spectacle de la vallée des vignes en fleurs

discernables à la dégustation du vin. Au Nord,

au début de l’été, ou alors participer

le canton de Grevenmacher se caractérise

aux vendanges dès l’arrivée de l’automne.

par sa roche calcaire. Les sols sont argilo-

A chaque saison sa raison.


Le vin – outil de fête « La qualité du vin, je la vérifie à la joie » a pu dire l’acteur français François Cluzet. Qu’à cela ne tienne, le Grand-Duché de Luxembourg l’attend de pied ferme pour contrôler cette maxime.

Entre fêtes du vin pittoresques

Les « garden parties » se multiplient dès l’arrivée des beaux jours.

35

Hors de la vallée de la Moselle, l’exploration

et événements ponctuels, les occasions

se fait plus intimement, à l’abri d’un restaurant

ne manquent pas de mesurer le bonheur

aux lumières tamisées ou accoudé à un bar de

procuré aux Luxembourgeois par la dégusta-

café. Mais l’ intérêt est le même : découvrir le

tion des crus locaux. Les fontaines remplies

millésime de l’année.  Les vignerons l’ont bien

de vin, les tables aux nappes bariolées

compris : cette curiosité ne cesse de s’accroître.

chargées de victuailles et les francs éclats

Les dégustations vont bon train dans des caves

de rire des amateurs de bon vin, voilà autant

que l’on aménage tout spécialement. Les soirées

de preuves de la satisfaction teintée de fierté

privées et professionnelles s’y multiplient pour le

des vignerons et de leurs voisins qui se

plus grand plaisir de viticulteurs heureux de ces

manifeste chaque année. Grâce à une

nouvelles occasions de partager le fruit de leurs

tradition toujours vivace, ces fêtes populaires

efforts. Si hier la consommation de vin était un

continuent à attirer dans la région des

rituel quotidien, aujourd’hui force est de constater

curieux et des gourmands qui n’hésitent

qu’elle s’accompagne de tout un cérémonial

pas à traverser le pays pour y assister.

mondain. Alors que la fête commence !

Remplis à même la barrique, ces traditionnels petits verres donnent le tempo des fêtes populaires qui se succèdent dans les villages de vignerons.


La vallée de la Moselle : un concentré de nature viticole Avec une Moselle canalisée depuis 1964, la vallée des vignobles s’étend sur 42 km entre la localité de Schengen au sud, célèbre pour la signature du traité européen, et Wasserbillig au nord.

« Et au milieu coule une rivière »… ou

mieux que toute autre région la « dolce vita » à la

ment entre l’Allemagne et le Luxembourg,

luxembourgeoise, où tout fleure bon l’hédonisme.

signalant ainsi la frontière entre les deux pays

Que l’on soit gourmand ou gastronome, sportif

fixée par le congrès de Vienne en 1815.

ou oisif ou tout simplement curieux et avide de

Il est possible de traverser pratiquement toute l’étendue de la vallée en ne quittant pas

Les tours du château de Schengen signalent la célèbre petite localité.

36

et ses températures clémentes, elle représente

plutôt un fleuve, la Moselle, qui coule paisible-

découvertes, il y en a pour tous les goûts. Tout un réseau de sentiers didactiques

la route nationale et en longeant en grande

a été mis en place permettant aux promeneurs

partie l’Allemagne voisine. On a ainsi l’occasion

de parcourir la région à pied, à vélo ou encore

de traverser plusieurs localités et petits villages

à cheval. La Moselle estivale voit s’intensifier

traditionnels qui doivent grandement leur

la circulation sur le fleuve : des bateaux de

charme à la culture de la vigne, largement

plaisanciers viennent accompagner les barges

imprégnée dans les lieux et les modes de vie

qui sillonnent fidèlement toute l’année cette

depuis plusieurs siècles.

voie d’eau qui mène à la mer du Nord via le

La Moselle est l’une des principales

Rhin. Et pourquoi ne pas profiter de la douce

destinations touristiques du pays à plus d’un titre.

période des vendanges pour découvrir ce petit

Outre ses magnifiques paysages de vignobles,

coin de paradis ?


Verts coteaux géométriques ou paysages fantomatiques, chaque saison imprime sa marque sur la vallée de la Moselle.

37


Quelques chiffres

39,5 %

6

2000

Luxembourg est le 6e plus petit pays au

Au Luxembourg, on cultive la vigne

monde et le seul Grand-Duché qui existe.

depuis près de 2000 ans.

39,5 % de la superficie du vignoble est dédiée à la culture de l’Auxerrois, du Pinot blanc et du Pinot gris depuis les remembrements qui ont permis une meilleure répartition de l’encépagement.

18

Le Riesling occupe 12,3 % de la surface viticole. On constate une diminution de superficie pour le Rivaner (28,5 %) et l’Elbling (8,9  %). Le Pinot noir augmente et représente aujourd’hui 7,4 % du vignoble. Le Saint Laurent a été réintroduit en 2004.

82

18 Fêtes du vin ont lieu chaque année à la Moselle luxembourgeoise.

82 km de long du Nord au Sud et 57 km de large d’Est à Ouest :

6.444.700

45

ce sont les dimensions du GrandDuché de Luxembourg, pour une superficie de 2.586 km².

6.444.700 pieds de vignes sont plantés au Luxembourg.

45 médailles d’or ont été remportées par les vins luxembourgeois lors de concours internationaux en 2007.

66 %

1289

66 % de l’exportation de la

Le vignoble luxembourgeois s’étend sur une superficie de 1.289 hectares,

production luxembourgeoise part

dont 1.234 en production. La superficie a diminué depuis le début

en Belgique, ce qui en fait le

des années 90 suite à une politique d’abandons définitifs des parcelles

premier pays importateur de vins

viticoles se situant généralement à la limite du périmètre viticole

luxembourgeois (Allemagne 28 %,

et peu aptes à la production viticole de qualité.

France 5 %, autres pays 1 %)

38


Fichier à imprimer, verso (3mm inclus)

Cette publication a été éditée par la Commission de Promotion des Vins et Crémants de Luxembourg www.vins-cremants.lu Textes : Romina Calò Photographie : Andrés Lejona Les photographies des pages 28, 29 à droite, 35 à droite et 37 sont de Carlo Rinnen Conception & Layout : a | part, Luxembourg Impression : Imprimerie Centrale, Luxembourg Remerciements tout particuliers à Monsieur le Ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement Rural Fernand Boden, Madame la Secrétaire d’Etat à l’Agriculture, à la Viticulture et au Développement Rural Octavie Modert, Marc Weyer, Gilles Estgen et Philippe Eschenauer du Groupe d’Action Locale Leader + Miselerland, Romina Calò, Andrés Lejona, Thierry Corona, Claude Bertemes, Thorunn Egilsdóttir, Léa Linster, Enrico Lunghi, Dominique Rizzi, Frank et Andy Schleck, Claude Schmitz, Carole Tompers, François Valentiny, Raymond Weydert, Christiane Blum, Jeannot Bonifas, Serge Fischer, Marc Kuhn, André Mehlen, Jean-Paul Risch et Jerry Scheuer de l’Institut Viti-Vinicole, Romain Batya, Abi Duhr, Claude Gaasch, Josy Gloden, Elisa Kern, André Klein, Ruth Latin-Herber, Romain Mondloch, Claude Moyen, Dan Neven, Carlo Rinnen, Tom Schumacher, Anne Tarin, membres de la Commission de Promotion des Vins & Crémants de Luxembourg et du Fonds de Solidarité Viticole et tous les vignerons luxembourgeois.

Ce projet a été cofinancé dans le cadre de l’initiative Leader+ par le fonds FEOGA, le Ministère Luxembourgeois de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement Rural et les communes du Miselerland.


Fichier à imprimer, verso (3mm inclus)

Cette publication a été éditée par la Commission de Promotion des Vins et Crémants de Luxembourg www.vins-cremants.lu Textes : Romina Calò Photographie : Andrés Lejona Les photographies des pages 28, 29 à droite, 35 à droite et 37 sont de Carlo Rinnen Conception & Layout : a | part, Luxembourg Impression : Imprimerie Centrale, Luxembourg Remerciements tout particuliers à Monsieur le Ministre de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement Rural Fernand Boden, Madame la Secrétaire d’Etat à l’Agriculture, à la Viticulture et au Développement Rural Octavie Modert, Marc Weyer, Gilles Estgen et Philippe Eschenauer du Groupe d’Action Locale Leader + Miselerland, Romina Calò, Andrés Lejona, Thierry Corona, Claude Bertemes, Thorunn Egilsdóttir, Léa Linster, Enrico Lunghi, Dominique Rizzi, Frank et Andy Schleck, Claude Schmitz, Carole Tompers, François Valentiny, Raymond Weydert, Christiane Blum, Jeannot Bonifas, Serge Fischer, Marc Kuhn, André Mehlen, Jean-Paul Risch et Jerry Scheuer de l’Institut Viti-Vinicole, Romain Batya, Abi Duhr, Claude Gaasch, Josy Gloden, Elisa Kern, André Klein, Ruth Latin-Herber, Romain Mondloch, Claude Moyen, Dan Neven, Carlo Rinnen, Tom Schumacher, Anne Tarin, membres de la Commission de Promotion des Vins & Crémants de Luxembourg et du Fonds de Solidarité Viticole et tous les vignerons luxembourgeois.

Ce projet a été cofinancé dans le cadre de l’initiative Leader+ par le fonds FEOGA, le Ministère Luxembourgeois de l’Agriculture, de la Viticulture et du Développement Rural et les communes du Miselerland.


www.vins-cremants.lu

Fichier Ă imprimer, recto (3mm inclus)


Fichier Ă imprimer, recto (3mm inclus)

Tout un ar t

www.vins-cremants.lu

www.vins-cremants.lu

Vins et crémants du Luxembourg  

Le petit pays des grands vins... www.vins-cremants.lu

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you