Page 1

Ecole d’Architecture de Paris Val de Seine Travail Personnel d’Etude et de Recherche (TPER) 4eme année d’architecture Séminaire "VILLE ET TECHNOLOGIE : Les enjeux urbains face aux technologies de l’information et de la communication" THEME DU MEMOIRE

Présenté par : COFFI Moulo Didier / EAPVS 2004-2005 Sous la Direction de : M. LEVY Session de juin 2005


A mes tante frères et soeurs ici, à toute ma famille (parents, frères, sœurs, oncles, tantes, cousins et cousines) et mes ami(e)s que j’ai momentanément, quittés pour mes

études en architecture.


Résumé

!

"

!

"

!

# "

$

!

! ! !

! %

" !

Mots clés : Morphologie urbaine, commerce électronique, villes, électronisation, prospective, virtualisation


Table des matières Résumé............................................................................................................................................3 Table des matières ..........................................................................................................................4 Liste des tableaux ...........................................................................................................................6 Liste des figures ..............................................................................................................................6 Avant-Propos ..................................................................................................................................7 Introduction ....................................................................................................................................8 Démarche méthodologique et plan de travail................................................................................9 Première partie - Problématique, définitions des concepts.......................................................15 I – Objectifs du Mémoire..............................................................................................................16 II- Questions et réflexions de départ ...........................................................................................16 III- Eléments de problématique ...................................................................................................18 IV- Définitions des concepts ........................................................................................................20 IV-1- Villes, agglomérations urbaines et analyses spatiales ............................................................. 20 IV-2- Commerce , commerce électronique, et formes d’activités commerciales ............................ 23 IV-3- Morphologie urbaine.................................................................................................................. 26

V- Conclusion partielle ................................................................................................................27 Deuxième partie - Etude des enjeux et des impacts du commerce électronique sur les systèmes économique, politique, socioculturel, et morphologique de la ville ...........................................28 I – Commerce et ville : aperçu historique ...................................................................................29 I-1- Croissance des villes et évolution des techniques ....................................................................... 30 I-2- Aperçu historique du commerce électronique........................................................................... 30

II – Etat des lieux du commerce électronique.............................................................................31 II-1- Typologies du commerce électronique....................................................................................... 31 II-2- L’évolution du commerce électronique B to C.......................................................................... 34 II-3- Le commerce électronique B to B............................................................................................... 41

III– Vue d’ensemble des acteurs du commerce électronique et leurs relations ........................42 IV – Analyse des impacts du commerce électronique sur le système économique de la ville ...43 V – Analyse des impacts du commerce électronique sur le système politique de la ville ..........46 VI – Analyse des impacts du commerce électronique sur le système socioculturel de la ville ..47 VII – Analyse des impacts du commerce électronique sur le système morphologique de la ville .......................................................................................................................................................48 VIII – Conclusion partielle ..........................................................................................................49 Troisième partie - Scénarios de développement du commerce électronique et leurs impacts sur la morphologie urbaine ................................................................................................................50 I – Les grandes tendances actuelles du commerce électronique ................................................51 II– Hypothèses de travail et thèmes structurants ........................................................................54 &


II-1- Délimitations de l’étude, hypothèse............................................................................................ 54 II-2- Analyse spatio-fonctionnelle du commerce électronique ......................................................... 55

III– Etude de scénarios de développement du commerce électronique et leurs impacts sur l’évolution de la morphologie urbaine ........................................................................................59 III-1- Méthodologie pour l’établissement des scénarios ................................................................... 59 III-2- Inventaire des activités commerciales en milieu urbain ......................................................... 59 III-3- Démarche prospective................................................................................................................ 62

DEFINITION DU PROBLEME ET CHOIX DE L’HORIZON. ....................................................................... 62 IDENTIFICATION DES VARIABLES ............................................................................................................ 62 IDENTIFICATION DES INCERTITUDES MAJEURES ET FORMULATION DES QUESTIONS CLES... 67 ELABORATION DES HYPOTHESES A PARTIR DES QUESTIONS CLES ............................................... 69 ELABORATION DES SCENARIOS A PARTIR DES HYPOTHESES .......................................................... 75

SCENARIO INTEGRATION PARTIELLE ...............................................................................75 SCENARIO COMPLEMENTARITE .........................................................................................76 SCENARIO SUBTITUTION TOTALE ......................................................................................77 IV- Conclusion partielle...............................................................................................................78 Bilan du travail, enseignements tirés et perspectives de l’étude.................................................79 Conclusion ....................................................................................................................................81 Bibliographie ................................................................................................................................82 Annexes.........................................................................................................................................90

'


Liste des tableaux )!

*+,

)!

+%

)!

+$

)!

-

#. /

+

0

11'2

3

-

4 4

&+

'3

Liste des figures 5

*+ )

5

+$ 6:444 ;

* "

0/

+ ,6/%% 78%9,%8%

11'2

'

5

+6

!

5

(

5

&+ 6

!

5

'+$

&

5

(+ $

&

5

3

(


<

-7

, -

06),#2*

" !

.

!

=

-!

>!

% ,? =#

#

@ =

" ! 5

"

!

" "

!

!

! ! !

# )

7

%

8

0)7%8 2

! !

!

" !

1

Il faut rappeler ici que les technologies de l’information et de communication sont plurielles – par définition – alors que certains travaux de recherche semblent, sans doute par commodité, les considérer comme une seule entité technique en les amalgamant le plus souvent aux seuls réseaux de télécommunication. Or ces technologies très diverses, sont porteuses d’effets très sectoriels. Citons ainsi la relation entre les technologies de visioconférence et l’enseignement, celle entre les technologies de réalité virtuelle et les loisirs et la culture, les technologies mobiles sur le travail, la numérisation d’objets tridimensionnels sur le commerce électronique, la mise en réseau des ressources sur la formation, etc. 2 EDI(Echanges de Données ou Documents Informatisées) ou (Electronic Data Exchange)

3


, $

+ " !

<

! -

#

! " #

)7%8 "

,

! "

"

! # $

"

% !

$ @

!! "

!

!

!

"

!

6

" !

B

A


#

"

!

! !

# : « Le recensement des études quantitatives sur le commerce

électronique et ses effets débouche sur un constat d' importantes lacunes dans la connaissance des mutations en cours. La nouveauté de certaines applications liées à Internet et la rapidité des évolutions ne sont pas seules en cause. La focalisation sur le mythe de la réalisation d' un marché parfait sur les réseaux numériques – et, partant, sur la commande en ligne – explique plusieurs limites dans l' appréhension et la mesure du phénomène. »3

!! 6

!!

&

C

, !

6 ! "

' (

3

ERIC BROUSSEAU., Commerce électronique : ce que disent les chiffres et ce qu' il faudrait savoir http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ES339-340F.pdf 4 Cf Bibliographie à la fin du mémoire 5 Alain Rallet, Commerce électronique et réorganisation urbaine des activités commerciales, Workshop sur les développements de la recherche en Economie de l’Internet 22-23 juin 2000, Brest http://www-eco.enst-bretagne.fr/Archives/Workshop2000/Actes/format%20pdf/rallet.pdf 6 S.D.R.I.F, Le commerce électronique : quel impact à long terme sur le territoire francilien ?, Édition Janvier 2005 ; 164 pages http://www.ile-defrance.equipement.gouv.fr/publicationsdocumentation/cataloguepubnew/amenagement/plaquettes/ecommerce/e-commerce-final.pdf

4


#

!! ! 7

,

" !

D/<

#

%

6

!! 7 6

6),# $

6

!

!

$ !

"

!

$ ! "

,

E

!

! ! F

F

B

$ 6

!

" !!

*1


G ! "

6

! "

7

$

"

+ ! " #

$

" -

!

@

= @ =

-

$

--

"

! =@ =

-

# " =

-

@ ! =

-

$

!

0

H7#32 I

0

7

J

2

=

Vente Par Correspondance

**


-

@

"

-

@

0

=

J

I

J 2

! -

!

!

=

@ =

-

@ =

-

@

!

"

!!

"

B

!

! -

=

6

" #

-

#

0 2

#

+

!

! !

<

! , ! ! -

, -

6 #

" %

" !

*


$

!

B C

!

0

?2

6

" !

! !

%

%

7

I !

D < K , 0 !

! 2 <

! " ! ! $

! "

# "

!

*


%

" !

6 7

! " $

"

!

! !

$ !

7 ! !

*&


7

-

7 !

*'


$ !

! 6 !

"

!

"

I – Objectifs du Mémoire #

)

7

%

8

0)7%82

& L#

$

#

L@ =M <

"

II- Questions et réflexions de départ 6

!

A)

,

"

L 6),# 06

#

0=2

2M 7 # " ! "

"

!

" #

+ -

@ =

8

A notre avis l’on ne devrait pas parler de nouvelles technologies du fait que ces technologies existaient déjà mais sont améliorées

*(


-

/

N =

-

@

-

%

!

= N

!

! !

-

!

=

$

0.

#2

= -

< !

%

=

" !

, LLes internautes utilisent de plus en plus le

web pour réaliser des achats. Cette pratique des achats en ligne devient de plus en plus un

( %)))*&+'

!

"

#

( ,--.

/

04 M

$

#

%&'

!

, B ,

"

! !

0

-

+

2

!!

9

Declic.net Objectif e-businness Les chiffres clés du commerce électronique Mai 2004, Page 7 Source : http://www.declic.net/DECLIC/Shared/Dossiers/d23m6y2004h16m16s34m219.pdf

*3


III- Eléments de problématique $

" !

!

! !

O

! $

! +

!

N !

Le problème général

$

!

"

6),#*1

< ! % « Le commerce a

D

toujours occupé une place essentielle dans l’organisation des villes : il a permis de structurer, parallèlement à d’autres fonctions, un espace central fédérant et desservant tout un territoire urbain. »11

B =

10

11

NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication)

FNAU(Fédération National des Agents d’Urbanisme) UNE CONTRIBUTION DE LA FNAU AUX REFLEXIONS SUR LE COMMERCE ET LA VILLE, Les dossiers du FNAU N°1 juin 1999 http://www.fnau.org/Ufichiers/dossierfnau/dossier1/dossierfnau1.pdf

*A


Le problème spécifique

#

8%9P <$$<,6 "

3

%,

*

$ "(

1 $

2

$

$ ,4+ « L'image du marchand et du prince est parfois utilisée pour

suggérer les deux grandes forces à l' œuvre dans la création et la transformation des villes. Les formes urbaines sont effectivement le résultat de l' action conjuguée et interactive de processus socioéconomiques et de politiques sur des espaces différenciés par leur site et leurs héritages urbanistiques et culturels.»

6

" !

$

!

!

" !

! " La question spécifique

<

" "

$

!

+

%

N Afin de parvenir à apporter des éléments de réponse à cette question nous nous évertuerons de suivre une méthodologie qui nous permettra de mieux affiner notre démarche et notre réflexion. Nous sommes ainsi emmenés à préciser et clarifier certains termes évoqués et toutes les définitions et concepts entrant en ligne de compte dans ce mémoire.

12

REMY ALLAIN. – Morphologie urbaine : Géographie, aménagement et architecture de la ville. – Paris : Armand Collin ,2004. (Collection U. Géographie) – 254 p.

*4


IV- Définitions des concepts # ! !

"

"

!

6 + • H • # • 9

! ! !

, !!

!

<

« est la branche de

"

la géographie humaine qui étudie la répartition spatiale des activités économiques. »13

IV-1- Villes, agglomérations urbaines et analyses spatiales %& 7

! Encyclopédie d' économie spatiale : concepts

# comportements organisations

14

complexe ». 7

« un objet

" 7

L La ville est un objet

universel, apparu de façon indépendante en plusieurs points du globe, quelque 2 à 3 000 ans après l' invention de l' agriculture au néolithique. On dénombre aujourd' hui environ 26 000 villes (agglomérations urbaines) de plus de 10000 habitants, elles sont présentes dans tous les Etats du monde et dans tous les milieux géographiques : en moyenne, on en rencontre sur la terre une tous les 25 km ! (Moriconi-Ebrard, 1993). » 13

Encyplopédie snyke http://encyclopedie.snyke.com/articles/geographie_economique.html Auray J-P, BAILLY Antoine, DERYCKE P-H, HURIOT J-M, Encyclopédie d' économie spatiale : concepts comportements organisations, Economica, 1994- p 427 14

1


%

K « Cependant, en raison même de son ubiquité, la ville se présente sous

des aspects tellement divers, dans sa morphologie, son organisation spatiale, son fonctionnement politique, social et économique ou dans sa signification symbolique »

, 6

B

"

!

#

%' ,

! !

$

L

! !

( 7

<

« La notion d' agglomération urbaine multicommunale a été élaborée

pour définir des entités géographiques urbanisées, en appliquant un critère morphologique : celui de la continuité du bâti. Les agglomérations élémentaires de population sont identifiées en repérant des agrégats sur des documents cartographiques ou photographiques. L' ONU (1978) recommande de considérer comme une agglomération un ensemble de constructions voisines tel qu' aucune ne soit séparée de la plus proche de plus de 200 mètres (500 mètres en Amérique latine, de peuplement plus lâche). Les terrains à usage public, ceux utilisés à des fins industrielles et commerciales ainsi que les cours d' eau traversés par des ponts ne sont pas pris en compte dans le calcul de cette distance. »15 page 119-120

#

5

!

,6/%%*( + « L'unité urbaine est une commune ou un ensemble de communes qui comporte sur son territoire une zone bâtie d' au moins 2 000 habitants où aucune habitation n' est séparée de la plus proche de plus de 200 mètres. En outre, chaque commune concernée possède plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie. Si l' unité urbaine s' étend sur plusieurs communes, 15

Auray J-P, BAILLY Antoine, DERYCKE P-H, HURIOT J-M, Encyclopédie d' économie spatiale : concepts comportements organisations, Economica, 1994- 427 p. 16

INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) Source : http://www.insee.fr/fr/nom_def_met/definitions/html/unite-urbaine.htm

*


l' ensemble de ces communes forme une agglomération multicommunale ou agglomération urbaine. Si l' unité urbaine s' étend sur une seule commune, elle est dénommée ville isolée. » « Une cinquantaine de pays dans le monde utilisent, avec des

$

variantes mineures, ce concept d' agglomération urbaine, qui revient à définir la ville comme une entité morphologique, appréhendée d' après la cohérence du tissu urbain.» page 120

#

!

!

! «

#

» s’expliquent par le fait que : « La

concentration de grandes quantités de population et d' activités dans les villes, sur un espace restreint, ou la polarisation exercée sur une clientèle extérieure du fait de la centralité, permet aux unités de production qui desservent ces populations et ces entreprises de réaliser des »

) #

7

# !

*3

+

« Les économies d' échelle sont les économies réalisées grâce à la taille de l' entreprise. Toutes choses égales par ailleurs, le coût unitaire de production de certains produits sera donc moins élevé dans une entreprise plus grande. Cela explique en grande partie les phénomènes de concentration. »

<

+

- Les économies d'échelle internes : économies techniques (des capacités de production plus importantes réduisent mécaniquement les coûts), possibilités de

nouvelles d' organisation

(division du travail, spécialisation), frais de gestion des stocks et coûts de transactions augmentant moins vite que les quantités commandées et produites, amortissement plus aisé des frais de recherche et développement et de lancement des nouveaux produits. - Les économies d'échelle externes : meilleure position de négociation face aux apporteurs de capitaux (conditions financières plus intéressantes), plus grand attrait pour la main-d' oeuvre hautement qualifiée, meilleures conditions d' approvisionnement, plus grande influence sur l' environnement : clients (publicité), mais aussi gouvernements... »

7

L

souvent assimilés à des centres en analyse spatiale ».

17

Ecogexport.com http://www.ecogexport.com/economie/gainsprod.htm

M

L les villes sont


%* # !

<

« Dans les années 1960, avec la suburbanisation du commerce de détail,

attiré en périphérie par un marché en plein essor. C’est d’abord la décentralisation des commerces de rang inférieur, rapidement suivie par l’apparition de centres commerciaux ou malls de plus en plus diversifiés dans des lieux périphériques bien accessibles en voiture. Puis d’autres activités s’installent dans des zones industrielles à proximité de ces centres, en premier lieu des industries légères et des entrepôts. Mais beaucoup d’entreprises manufacturières trouvent avantageux de se joindre au mouvement pour profiter des facilités offertes par les réseaux de transport rapide et les aéroports, mais aussi parce que la périphérie urbaine, au contraire de la ville centre, est en mesure de leur offrir l’espace dont elles ont besoin pour installer des établissements adaptés aux nouvelles techniques de production. Ce mouvement est renforcé par la présence en périphérie d’une main-d’oeuvre qualifiée. »18

IV-2- Commerce , commerce électronique, et formes d’activités commerciales #

! !

N

*40

!

<66%Q% ,2 "

!

% « Le commerce désigne l' échange de biens et de services entre deux partenaires en contrepartie d' une somme d' argent (le « prix »). Dans cette opération, le vendeur fournit le bien ou le service à l' acheteur qui lui paye le prix en contrepartie. On distingue habituellement le commerce de gros ou négoce du commerce de détail ou distribution.»20

! 7

# "

B

« Le

commerce électronique ou e-commerce désigne l' échange de biens et de services entre deux

18

Céline Boiteux-Orain et Jean-Marie Huriot. LATEC, Université de Bourgogne-CNRS. Modeliser la suburbanisation Succès et limites de la microéconomie urbaine. [en ligne], [référence du 31 mai 2005]. 26 p. http://ungaro.u-bourgogne.fr/huriot/e2001-02.pdf 19 Confère ANNEXE I– La notion de distribution – Source http://www.fda.ccip.fr/melopee/pdf/09Distribution.pdf 20 L’Encyclopédie libre WIKIPEDIA - Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Commerce


entités sur les réseaux, notamment Internet. » *#

% <!

!

# !

K

$

"

*

! « L’histoire de la distribution a été marquée par plusieurs

,

transformations de grande ampleur. On pourra ainsi distinguer pour les besoins de mémoire trois étapes successives : 1) l’émergence des grands magasins (department stores) à la fin du XIXème siècle et celle des grandes firmes de vente par correspondance 2) la grande distribution par grandes surfaces en périphérie des villes avec différents avatars, supermarchés, hypermarchés, galeries commerciales, magasins maxi discomptes 3) le commerce électronique sur Internet qui viendrait constituer la dernière transformation de grande ampleur de la distribution ».

<

!

!

$

I

!! !

7 "

21

L’Encyclopédie libre WIKIPEDIA – Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Commerce_%C3%A9lectronique 22 Christian Licoppe, Le développement du commerce électronique dans la grande distribution et la vente à distance Eléments empiriques sur un phénomène émergent. Premier draft provisoire pour le workshop de Brest ; 22 et 23/6 2000. – 14 p Source : http://www-eco.enst-bretagne.fr/Archives/Workshop2000/Actes/format%20pdf/licoppe.pdf

&


% ! /

G# % 0G

! #

%

2

« Les

définitions du commerce électronique émanant de diverses sources sont très différentes les unes des autres. Certaines englobent par exemple toutes les transactions financières et commerciales effectuées par voie électronique, notamment les échanges de données informatisées (EDI), les transferts électroniques de fonds (TEF) et toutes les transactions par carte de crédit ou de débit. D’autres limitent le commerce électronique à la vente au détail aux consommateurs qui effectuent leurs transactions sur des réseaux ouverts comme l’Internet. »

<

N

$ G# %

"

"

« les définitions existantes du commerce électronique peuvent

être perçues comme se différenciant du fait de trois éléments clés : (1) les activités/transactions, (2) les applications, (3) les réseaux de communication… Cela souligne également que le commerce électronique est plus qu’une technologie ou une application, mais désigne plutôt l’application des technologies de l’information et des communications à l’ensemble de la chaîne de valeur des processus commerciaux menés par voie électronique. »

L

M

"

+ « Le commerce électronique…désigne l' ensemble des transactions marchandes effectuées sur un réseau électronique ouvert par l' intermédiaire d'ordinateurs ou d'autres terminaux interactifs. »24

$

+ • Transactions marchandes : qui aboutissent à l' échange d' un produit ou service. • Réseau électronique ouvert : par opposition aux réseaux internes à une entreprise En

revanche, on y inclut les "réseaux à valeur ajoutée" spécialisés, hors Internet, qu' il s' agisse de Télétel ou des réseaux EDI sectoriels.

23

OCDE. 1999. La définition et la mesure du commerce électronique : rapport sur l’état de la question. Document de travail, vol. VII, n° 78, Paris, 21 p. Source : http://www.oecd.org/dataoecd/12/56/2092492.pdf 24 Daniel Kaplan - Frédéric Sakhochian, L' OBSERVATION DU COMMERCE ELECTRONIQUE SYNTHÈSE METHODOLOGIQUE ET PISTES D' ACTION, 6 janvier 1999 - 21 p.

http://www.dkaplan.net/Telecharge/Syntchif3.pdf

'


• Par l'intermédiaire d'ordinateurs ou d'autres terminaux interactifs : – Exclut les transactions par fax ou téléphone (en toute rigueur, les achats par audiotex devraient être inclus – Inclut le Minitel, les "webphones" et les terminaux associés à la télévision.

6 !

=@

! =

IV-3- Morphologie urbaine !

!

-

! 8%9P <$$<,6

'

« La morphologie urbaine est l' étude de la forme physique de la ville, de

la constitution progressive de son tissu urbain et des rapports réciproques des éléments de ce tissu qui définissent des combinaisons particulières, des figures urbaines (rues, places et autres espaces publics...). »

%+

! , « Le système urbain s' exprime dans une structure sociospatiale,

)

un tissu dont on peut décrypter les logiques à l' aide de cartes, plans, archives, entretiens... et dont on peut représenter le fonctionnement par un schéma sagittal (boîtes et flèches). »

<

« La distinction des deux notions de structure et de système s' impose donc. La structure du

système urbain est localisée et limitée.»

@

urbain « les éléments actifs de son fonctionnement le caractérisent : les flux

(d'information, de produits, d'habitants, de monnaie...); les centres de décisions (acteurs) qu' on représente sous la forme de vannes réglant le débit des flux ; les boucles de rétroaction (ou feedback) » ,

B

que « Dans la ville, plusieurs sous-systèmes

sont identifiables : le sous-système du politique (qui met l' accent sur le rôle des acteurs et du système de décision), le sous-système économique qui envisage la ville comme un organisme produisant et consommant des biens et services, mettant en jeu des investissements qui nécessitent des ressources... et le sous-système morphologique. Quelle que soit l' approche privilégiée par une étude urbaine, la ville doit être considérée comme un système global complexe dans lequel tout a une influence sur tout » (I. Lowry). »

25

REMY ALLAIN. – Morphologie urbaine : Géographie, aménagement et architecture de la ville. – Paris : Armand Collin ,2004. (Collection U. Géographie) – 254 p.

(


% +! @

=

« Le système morphologique est l' un des sous-systèmes du système urbain. Il peut être décomposé en trois grandes composantes : des éléments, qui forment une structure (mode d' organisation de ces éléments), qui elle-même obéit à des logiques spontanées ou réglementées que l' on peut appeler les moyens. »26

V- Conclusion partielle # " 6

! !

!

#

K 6

" "

R " !!

!

26

Confère ANNEXE II : Caractéristiques du système morphologique

3


%

A


#

"

! 2 qui « …se présente sous des aspects

tellement divers, dans sa morphologie, son organisation spatiale, son fonctionnement politique, social et économique »27

# 6 !

I – Commerce et ville : aperçu historique !

!

#

!

,

-

" + « Les villes et les techniques de transport et de

'

stockage des biens, des personnes et des informations, ont des histoires profondément enchevêtrées… On peut caractériser les villes comme la recherche par les sociétés humaines de performances accrues, que celle-ci soit motivée par des logiques de pouvoir et de défense, par des logiques religieuses ou par des logiques économiques. Le regroupement de populations importantes dans des villes, implique qu’une partie des individus dans une société n’est plus occupée aux tâches d’approvisionnement, et qu’il faut donc transporter et stocker pour elle des biens alimentaires. Les besoins en nourriture des populations urbaines suscitent le développement de la division du travail, des échanges, et avec eux, celui de la monnaie, de la comptabilité, et de l’écriture qui sont des moyens d’échange, de transport et de stockage de la valeur et des informations. »28

#

" O

27

Auray J-P, BAILLY Antoine, DERYCKE P-H, HURIOT J-M, Encyclopédie d' économie spatiale : concepts comportements organisations, Economica, 1994- p 427 28 François Ascher, Biennale d’architecture de Rotterdam Conférence du 09/05/2003, Des villes de toutes les mobilités et de toutes les vitesses : un défi pour les architectes, les urbanistes et les responsables politiques- 11 p. :http://www.ville-enmouvement.com/seminairechaire0702architecture/telechargement/conf_Ascher_rotterdam_fr.pdf

4


I-1- Croissance des villes et évolution des techniques %

5

K

<

+

« S’il apparaît bien que le développement des villes est lié à leur capacité à déplacer et à stocker les personnes, les informations, les biens et l’énergie, il faut aussi souligner que ces différentes techniques font système. Le dynamisme des villes de la Renaissance s’est appuyé sur une combinaison entre le développement des échanges interurbains par des routes sécurisées… » « De même, la croissance des villes au XIXe siècle a rendu

#

nécessaire et a bénéficié de l’invention du chemin de fer, de l’électricité, du téléphone, de la boîte de conserve, du béton armé. Sans ces techniques de transport et de stockage des biens, des personnes, des informations et de l’énergie, leur croissance n’eût pas été possible.»

#

+ « Dans la ville de la révolution

"

industrielle, la mobilité des personnes, des informations et des biens prend également une place nouvelle et plus importante. La première nécessité est en effet d' adapter les villes aux exigences de la production, de la consommation et de l'échange marchands. Cela requiert un maillage par de larges voies de circulation desservant notamment les gares et les grands magasins, et par toute une série de réseaux pour l' eau, l'assainissement, l' énergie (gaz, électricité, vapeur), l'information (télégraphe, téléphone, pneumatiques). »29

6

"

"

L

M

" !

I-2- Aperçu historique du commerce électronique que « le commerce électronique ne procède pas de

!

l' Internet. Il s' est développé à partir d' autres technologies et plusieurs de ses formes continueront de reposer sur d' autres réseaux que l' Internet. »30

#

*4(1

7

%5) 0%

5

,

"

1

% , 0% )

%

2

2

*

! % ,

29

François Ascher. Les nouveaux principes de l’urbanisme. Paris: Ed de l’Aube, 2004-110 p. ERIC BROUSSEAU., Commerce électronique : ce que disent les chiffres et ce qu' il faudrait savoir, ECONOMIE ET STATISTIQUE N° 339-340, 2000 Source : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ES339-340F.pdf 31 Echanges de Données Informatisées entre entreprises 30

1


II – Etat des lieux du commerce électronique 5

II-1- Typologies du commerce électronique $ « En effet, le commerce existe sous plusieurs formes. Pour les représenter, on peut dessiner un cube :32

,

#

./ 0!

« Chaque sous-cube représente une forme de commerce.

Les cubes 1,2 et 3 sont à l’évidence impossibles : une entreprise virtuelle ne peut utiliser des processus physiques, en tout cas en ce qui concerne le processus d’achat. Le cube 4 représente le commerce traditionnel. Le commerce électronique s’étend, quant à lui, sur les cubes 5, 6, 7 et 8. C’est dans le cube 6 qu’est logé le coeur du commerce électronique. » 32

Ludovic ME et Renaud CHAILLAT, Le commerce électronique : un état de l' art An overview of electronic commerce, 35p. Source :http://www.supelec-rennes.fr/rennes/si/equipe/lme/PUBLI/annales_telecoms98.pdf

*


@

B

E

=

7

,

!

« les applications grand public du commerce électronique et les applications professionnelles »

#

1234++5'466

II-1-1 Commerce électronique B2B # - $

< 7

1

181 2

+

1

0

« renvoie aux transactions interentreprises. Il résulte soit d' accords bilatéraux

entre deux partenaires commerciaux qui décident de s' échanger leurs informations via des médias électroniques, soit de services fournis par des prestataires spécialisés. Ces derniers offrent en général des prestations ciblées destinées à un secteur d' activité ou une industrie, compte tenu des spécificités de la coordination dans chaque segment de l' industrie, dans chaque pays ou zone économique.»

II-1-2 Commerce électronique B2C # <

+

- $ 7

187 0

1

7

/

« renvoie à la vente au grand public de biens et de services qui peuvent

être délivrés en ligne ou non. « Amazon34 » ou « Dell35 » constituent les archétypes de ce type de service sur le Web. Mais une grande partie des services Minitel relève également de cette logique. Les services B2C sont rendus le plus souvent par des intermédiaires commerciaux, qu' ils soient de nouveaux entrants comme « Amazon » ou des intermédiaires traditionnels, comme « Carrefour » (Brousseau, 1999). »

33

ERIC BROUSSEAU., Commerce électronique : ce que disent les chiffres et ce qu' il faudrait savoir ECONOMIE ET STATISTIQUE N° 339-340, 2000 Source : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ES339-340F.pdf 34 Voir http://www.amazon.com 35 Voir http://www.dell.com


-$ 7

7

781

1

9

« représente une tentative de renversement de la logique des rapports entre

:

demande et offre. Son principe de base est de s' appuyer sur les réseaux électroniques pour consolider la demande des particuliers et mettre en concurrence les offreurs… Sur un autre registre, plusieurs services sont destinés à agréger les demandes individuelles de plusieurs consommateurs afin de bénéficier de prix de gros auprès des industriels.»

787 7

-$ 7 2

7

0

« renvoie aux systèmes destinés à supporter les échanges de particulier à

particulier. On y trouve des services qui reproduisent le principe des petites annonces. L' interactivité de l' Internet a récemment conduit à mettre au point de véritables marchés archétype de ce type électroniques reposant sur le principe des enchères. « Ebay36 » constitue l' de service. Le C2C désigne désormais tous les services d' intermédiation entre particuliers, qu' il s' agisse de la vente d' occasion, de systèmes de trocs ressemblant aux SEL (Système d' Échanges Locaux), ou de services de mise en relation.»37

.8GD//%<D « certaines typologies sont enrichies en ajoutant une ligne et

)

une colonne à la matrice : celle des administrations (G pour Government). On distingue alors le G2B, B2G, etc. De facto, les administrations ont réalisé un important effort ces dernières années pour diffuser un nombre croissant d' informations à destination des opérateurs économiques sur Internet (G2B et G2C). »

II-1-3 Autres typologies du commerce électronique #

'

-7

18?

+

' ;5<<=+6>

1

?

+ « relation touchant les

transactions électroniques entre une entreprise et une administration gouvernementale, par exemple pour la transmission d' une déclaration fiscale ou la mise en œuvre d' une téléprocédure ayant un autre objet même si selon Christine Peressini (Peressini, 2001) jusqu' à présent seule la consultation des appels d' offres de l' état, peut se faire totalement en ligne (exemple : http://www.eluxembourg.lu ou http://www.net-entreprises.fr).

(

37

,

%! >>> !

ERIC BROUSSEAU., Commerce électronique : ce que disent les chiffres et ce qu' il faudrait savoir ECONOMIE ET STATISTIQUE N° 339-340, 2000 Source : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ES339-340F.pdf 38 Allal MENNIS, Le Commerce Electronique et les Changements Organisationnels : quelques aspects de la problématique-8ème colloque de l' AIM 21 - 23 mai 2003, Grenoble, France Source :http://www.aim2003.iut2.upmf-grenoble.fr/Communications/MENNIS.rtf


Cependant, il faut noter que les échanges commerciaux générés par le BtoG sont en pratique souvent assimilables à du BtoB stratégique39, et la nature spécifique de l' administration concernée ne change pas fondamentalement les termes de l' échange (Le Crosnier, 1997). »

-7

?87

?

7

+ « relation touchant les

transactions électroniques entre une personne privée et une administration gouvernementale, phénomène qui devrait se généraliser avec la mise en ligne de formulaires administratifs ou la possibilité de payer ses impôts par Internet (Le Crosnier 1997, Lorentz, 1998). »

- 7

5

5 5

!

5

! + « relation touchant les

échanges électroniques entre au moins deux employés d’une même organisation (ex : entre les employées de deux filiales du même groupe) ou d’organisations différentes au travers d’un d’Intranet ou d’Internet. »

< ! !

! . #

. .

II-2- L’évolution du commerce électronique B to C 7 #

. ,6/%%

0'2

# &1

+

39

BtoB stratégique : « relation répondant aux besoins des acheteurs que ce soit les produits de consommations intermédiaires (matière première, produits semi-finis) servant à la réalisation d' un produit final ou les produits finis qui seront distribués au client final. » D’après ALLAL Mennis 40 Bertrand Ballet, Jean-Baptiste Berry, Les acteurs du commerce électronique, INSEE PREMIERE N° 999 - JANVIER 2005 Source : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/IP999.pdf

&


,

8/

9+

N°999 Janvier 2005)

/ =<+55 *25;=525

« Les pure players sont des entreprises exclusivement spécialisées dans le commerce électronique ; elles ne disposent pas de réseau de distribution physique (exemples : amazon.fr, lastminute.com). Deux autres types d’acteurs n’avaient traditionnellement que peu de contact direct avec la clientèle : les entreprises de vente à distance ou vente sur catalogue, antérieures à l’essor de l’Internet, qui ont intégré celui-ci comme canal supplémentaire de leurs ventes (exemple : 3suisses.fr) ; les grossistes et les industriels, pour qui l’Internet est un moyen d’accéder directement aux particuliers (exemples : dell.fr). D’autres catégories d’entreprises pratiquaient et pratiquent toujours le contact direct avec la clientèle : les agences de voyages, qui ont ouvert des sites de vente de services en ligne (exemple : accorhotels.com) ; les détaillants traditionnels (dits aussi « click et magasins ») qui ont vu dans le commerce en ligne un canal complémentaire de distribution de leurs produits (exemple : fnac.fr). »

II-2-1- Croissance du commerce électronique B to C au cours des dernières années $

N

$ .

#

5

'


,

6/ <

)

!

,

#

@.

N

5

<

.

#

*44A " 11 3 'S " AS

# !

II-2-2- Les grandes tendances du commerce électronique grand public !

" ,

!

, !

!

L

!

M !

"

41

Raymond Heitzmann et Martine Dayan (Mission pour l’Economie Numérique), Tableau de bord du commerce électronique, Décembre 2004 , 6è édition- 84 p. Source : http://www.men.minefi.gouv.fr/webmen/themes/eco/tbce91204.pdf

(


,

@/ <

$

)

!

-

,

@8

! !

!

!" # $

0

%

./=

%

71 +

9

8AAB:@6

42

IDATE ,Raymond Heitzmann et Martine Dayan (Mission pour l’Economie Numérique), Tableau de bord du commerce électronique, Décembre 2004 , 6è édition- 84 p. http://www.men.minefi.gouv.fr/webmen/themes/eco/tbce91204.pdf 43 Source : http://www.journaldunet.com/0504/050427indiceecom.shtml

3


II-2-2-1- Infrastructures et technologies support du commerce électronique G# %&& 0Organisation de Coopération et de

# Développement Economiques)

L Les infrastructures existantes nécessaires au commerce électronique peuvent utiliser trois grandes catégories de plates-formes : les réseaux de télécommunications et de données publics commutés (réseaux fixes intégrant les technologies sans fil dans la boucle locale), les infrastructures de radiodiffusion, et les infrastructures mobiles (réseaux cellulaires et par satellite). »

#

"

.

#

" %8,# .8GD//%<D + « Le commerce électronique peut reposer sur plusieurs types de technologies qui correspondent, en partie, à l' évolution de la technique. »45

<

+

- $

« sont généralement utilisés pour les applications de commerce

C

électronique grand public. Il s' agit de serveurs Internet qui utilisent des techniques logicielles pour à la fois se protéger contre les intrusions des hackers et sécuriser – en général en cryptant – les informations échangées avec les ordinateurs qui se connectent au serveur».

-$ -$

0 -

2

< -$

&(+

!

-$

!

-$

D

0 ;

T !

-$

!

0/9/U 0

J

/9/2 &32

44

OCDE LE ROLE DES INFRASTRUCTURES DE TELECOMMUNICATION ET D' INFORMATION DANS LE DEVELOPPEMENT DU COMMERCE ELECTRONIQUE- Document de référence pour la Conférence ministérielle d' Ottawa "Un monde sans frontières : concrétiser le potentiel du commerce électronique mondial" Ottawa, Canada, 7-9 octobre 1998 - DSTI/ICCP/TISP(98)8/REV3 Source : http://ottawaoecdconference.com/french/announcements/tp8r3f.pdf 45 ERIC BROUSSEAU., Commerce électronique : ce que disent les chiffres et ce qu' il faudrait savoir ECONOMIE ET STATISTIQUE N° 339-340, 2000 Source : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ES339-340F.pdf 46 GESTE (Groupement des Editeurs de Services en Ligne), Solutions de paiement des contenus en ligne – Fiche N°4 – janvier 2004 – V.5 Source : http://www.geste.fr/10_fiches/fiche4_micro512.pdf &3

H

,

>>>

A


II-2-2-2- Perspectives d’évolution du commerce électronique grand public #

.

&

#

"

!

# '

% $

%

(

#) )

! !

0

8/5

/

)%

"

@>

9

" =

II-2-2-3- Problèmes liés aux commerce électronique B to C $

! -

"

!

! " " 0

V

E

0

2

!

6/

@E

48

Le journal du net, Europe : Le marché du e-commerce (20/12/2004) Source : http://www.journaldunet.com/cc/04_ecommerce/ecom_marche_eu.shtml 49 Magda Fusaro (ORBICOM), Commerce électronique - Comment créer la confiance Source : http://www.orbicom.uqam.ca/projects/trust1/trust_fr.pdf

4


#

! 6 +

N " !

!

"

!

II-2-2-2-1-Problèmes liés à la sécurité des paiements en ligne $

.

<

! %

#

!

" +

F

$

! %

$ !! % ,

+

8 #

)#7W,7

<

K

5

X "

# 5

0

K

2

"

9

=

BA:

! !

" ,

+ 0

2

!

50

Confère ANNEXE III - Les principales solutions de paiement sécurisé sur Internet

&1


II-2-2-2-2-Problèmes liés à la confiance /

'*

+ « Pour stimuler l’introduction et l’emploi du commerce électronique, les

gouvernements, les entreprises et les consommateurs devront mettre en place différentes mesures susceptibles de se rassurer les uns les autres, c’est-à-dire d’établir des relations de confiance. »

< "

B

II-2-2-2-3-Problèmes liés à la logistique « La logistique est le processus de planification, de mise en œuvre et de contrôle du

6

flux et de l’entreposage de produits et de service ainsi que l’information du point d’origine au point de consommation (SCL CAL Canada, 2004) »52

+ «La différence entre la e-logistique et la logistique globale est la suivante : les différentes commandes établies par les clients, ainsi que le suivi de ces dernières par l’entreprise, se font sur Internet. Par rapport à la logistique globale et traditionnelle on peut dire que la e-logistique, grâce à Internet, a plus de choix, plus de services et plus d’informations et surtout beaucoup plus de rapidité. »

II-3- Le commerce électronique B to B Y)9$' !

11&

!

! K

'&

+ « Si l'émergence du

commerce électronique entre les entreprises et les consommateurs (B to C) est souvent commentée, ce type de commerce reste d' une importance économique limitée (autour de 2 % du commerce de détail). En revanche, les transactions commerciales interentreprises (B to B) appellent moins l' attention du public, alors qu' elles ont déjà acquis une importance prépondérante, représentant, le plus souvent, plus de 90 % du chiffre d'affaires du commerce électronique total. Cette prépondérance du commerce électronique de type " B to B " s' explique notamment par l' ancienneté du développement des échanges de données informatisées (EDI). »

51

Magda Fusaro (ORBICOM), Commerce électronique - Comment créer la confiance Source : http://www.orbicom.uqam.ca/projects/trust1/trust_fr.pdf 52 Anneke Bruns, Katia Berndt, Angelo Rizzo, Donato Caggiula, Thomas Snoeck Université de Neuchâtel / E-business, Recherche en marketing et Gestion de projets, LA E-LOGISTIQUE, 21 mai 2005 – 10 p. Source : http://falco.unine.ch/cepme/e-commerce/ressources/presentations_etudiants05/e-logistique/elogistique.doc 53 Hyper Text Markup Language 54 Mission pour l’économie numérique, Tableau de bord du commerce électronique - Décembre 2004 Source : http://www.men.minefi.gouv.fr/webmen/informations/tabord/tbord_12_2004_3.htm#b2b

&*


''

III– Vue d’ensemble des acteurs du commerce électronique et leurs relations

,

BG

B/

#

!

6 "

+

-

+

!

-

+> !

-

+

-

!

+

!

!

!

6

I

$

! Z

55

Confère ANNEXE IV- Pratique des échanges électroniques interentreprises Lorentz F. (1998), "Commerce Electronique : une nouvelle donne pour les consommateurs, les entreprises, les citoyens et les pouvoirs publics", Rapport de Travail sur le Commerce électronique pour le Ministère de l' Economie, des Finances et de l' Industrie, Juillet, 18 p. http://www.finances.gouv.fr/commerce_electronique/lorentz/som_donnees.html 56

&


7

"

O

Z

,

BH

G/

IV – Analyse des impacts du commerce électronique sur le système économique de la ville $

! "

$

!

"

+

.% ' 8% ' 6% ' @% ' B% ' G% '

57

Politique québécoise de cryptographie et d’identification électronique, JUIN 1999 (VERSION REVUE ET CORRIGÉE LE 4 OCTOBRE 1999) Source : http://www.autoroute.gouv.qc.ca/publica/pdf/sciencetech.pdf

&


$ %

"

I

5"6 # 7"

5"65

5"6 ! 5

)

%

/$

I

N

% H

N

+

,342<=++542+ → 4+=<5+ → 5<025*30+ → 75<025+ J5 J =+02=140=3< → 7 =5<0+ #

N N

+

,342<=++542+ → 4+=<5+ → * → $

7 =5<0+

-

N

!

+ G

<

, G $

N

W

7

%

L! M

! !

" N

# / % $

N

-

+

&&


% 9B ! % $

K

$ B

% 7

, V

E

+

" I

J %

< L

! M

,

$

>! $

" " ! "

!

+

! "

0

I

-

2

&'


V – Analyse des impacts du commerce électronique sur le système politique de la ville $

! !

6

"

$

E

" ,

! " $

! !

"

+

.% ' 8% ' 6% ' / % %

B>

%

% 'J+

BE

9 1 2GA

K:

%

58

LOI no 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=ECOX0200175L# 59 ADSL( Asymetric Digital Subscriber Line). L' ADSL (Asymetric Digital Subscriber Line) est un type de connexion à Internet via la ligne téléphonique. Contrairement à un modem du type 56K, la connexion est permanente et est facturée selon un forfait. 60 BLR (Boucle Locale Radio) La boucle locale est la partie d' un réseau de télécommunications située entre la prise téléphonique de l' abonné et le central téléphonique. Elle est constituée d' une paire de fils de cuivre d' où le nom couramment utilisé de "paire de cuivre". Voir http://www.haut-debit.gouv.fr/index.html

&(


VI – Analyse des impacts du commerce électronique sur le système socioculturel de la ville $

, !

!

!

$

$

!

6

!

"

B < + .% ' !

" # G

! !

C

!

!

C

0

-

2 9 "

8% ' 6% ' @% ' B% ' G% ' $ % !

% %

! !

" ?2

! B

0

$

!

!

" &3


% %

"

!

N

!

"

!

, " $

! " 6

!

+

VII – Analyse des impacts du commerce électronique sur le système morphologique de la ville #

L8 # " ;

$7"

9 "

":#

$

" #

"( !

.% ' $ !R $

N G

/ 2

$

!

9G/09

! "

"

8% ' $ ! $

" !

6% '

!

$ !

$

!

!

!

&A


$

!

0

2

Tout compte fait, des choix stratégiques en matière d’aménagement urbain, d’implantation de technologies actuelles et en développement, dans le cadre du commerce électronique devront être décidés, en tenant compte de tous les paramètres susceptibles de permettre une meilleure prise en compte de tous ces impacts actuels, potentiels et futurs du commerce électronique sur la ville, son fonctionnement physique, virtuel ainsi que sa morphologie.

VIII – Conclusion partielle # 6 $ ! < !

#

&4


)

-

/ !

'1


$ 0.

#

.

.2

N

!

! !

! !

/ -

F

F

6 ! !

!

6 !

V

<

0.

#

.

.2

$

!R

!

I – Les grandes tendances actuelles du commerce électronique #

(*

,

0,

)

!

L7

#

% M

!

L#

2 -$

M

L plusieurs tendances actuelles apparaissent d'ores et déjà en termes de formats de distribution, de logistique, d' aménagement du territoire et de nouveaux emplois. M 7

"

+

(* S.D.R.I.F,

Le commerce électronique : quel impact à long terme sur le territoire francilien ?, Édition Janvier 2005 ; 164 pages http://www.ile-defrance.equipement.gouv.fr/publicationsdocumentation/cataloguepubnew/amenagement/plaquettes/ecommerce/e-commerce-final.pdf

'*


% LG

"

B

! 7 7

-

<

+

! F

F

"

-

!

L$

! $

M "

I M

) L% !

$

I "

F

/

FM

L

L$

L

"

"

"

!

M

J LD

+ $

I 0

?2 %

[ !

! "

!

" 0

! '


?2

W!

-

! VM )=

/

L7

! B

!

?2

7

0!

!

!

$

!

0H7#

?2

! J

[ ! C

M

4

)

L$

!

!

, M

4 L$ -

J

J

"

2

0

"

"

1W 1 J 2 #

, - -5

C

0

-

"

"

M

#

%

!

< J

% ! !

7

!

'


I-1- Mutations urbaines 6 + -

)

-

!

7 "

I-2- Le Transport de marchandises en ville 6 !

!

,

!

!

6

(

0 L

+

2 L !

!

"

< !

(

II– Hypothèses de travail et thèmes structurants II-1- Délimitations de l’étude, hypothèse #

"

"

62

Transports de Marchandises en ville (TMV) Source : http://www.tmv.transports.equipement.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=49 63 Confère ANNEXE V - CYCLE DES ECHANGES DE MARCHANDISES EN VILLE

'&


$

0.

.2

G

" "

)!

)

<0=7 )

* II-2- Analyse spatio-fonctionnelle du commerce électronique G ! + ! !

2

"

7 <

8

'

(&

+ -la vente par correspondance : les commandes sont passées par courrier ou téléphone du domicile de l' acheteur, centralisées au siège de l' entreprise commerciale et satisfaites par une logistique de distribution allant jusqu' au domicile de l' acheteur -la structure d'agences : une entreprise distribue ses produits ou ses services au travers d' une structure dispersée de points de contacts avec la clientèle. C' est le modèle des entreprises de service (banques, postes, agences de voyage, produits spécialisés...). -la distribution de masse à la périphérie : elle est structurée par des hypermarchés généralistes sur lesquels se sont greffés des galeries marchandes de commerces spécialisés. Le principe est celui d' une centralité fonctionnelle se traduisant par une localisation périphérique pour des raisons de disponibilité foncière.

64

Alain Rallet, Commerce électronique et réorganisation urbaine des activités commerciales, Workshop sur les développements de la recherche en Economie de l’Internet 22-23 juin 2000, Brest Source : http://www-eco.enst-bretagne.fr/Archives/Workshop2000/Actes/format%20pdf/rallet.pdf

''


- les commerces spécialisés qui se divisent en commerces de proximité (commerces alimentaires, produits et services domestiques...) et en commerces spécialisés de centre ville. - la grande distribution de centre ville qui est un héritage du passé urbain ou/et répond à un marquage culturel de la distribution de certains biens (les biens culturels notamment). On les regroupera en trois grands types selon leur localisation (centrale, diffuse, périphérique) : - des infrastructures périphériques (centres commerciaux) - des structures diffuses (commerces et services de proximité) - des lieux de centre ville (grands magasins et certains commerces spécialisés).

@

! ! 1- Baisse des coûts de transfert

Selon Allain Rallet, la baisse des coûts de transfert est un élément à prendre en compte pour l’étude de la modification des localisations des formes de commerce dans l’espace urbain.

)

+

« Les technologies de l’information et de la communication étendent aux flux d’information la baisse des coûts de transfert déjà observée pour les flux de marchandises et de personnes. L’espace est de moins en moins coûteux à franchir, que ce soit pour échanger des informations, transporter des personnes ou livrer des marchandises. : « Cette baisse des coûts de transfert paraît jouer comme une force de

# dispersion»

2- Virtualisation des fonctions commerciales

#

<

8

« L' analyse des fonctions commerciales est un préalable à toute

analyse des changements spatiaux induits par le développement du commerce électronique. » 65

#

! /

Dang Nguyen « Une transaction commerciale est donc un objet

à plusieurs dimensions, que l’on peut classer en deux grandes catégories : les composantes purement transactionnelles, qui renvoient à l’exécution du contrat lui même : logistique, information du client et du fournisseur, et des composantes relationnelles, essentiellement les conditions environnementales permettant aux contrats de se nouer : gestion du risque et établissement de la relation entre les partenaires. »

Alain Rallet, Commerce électronique et réorganisation urbaine des activités commerciales, Workshop sur les développements de la recherche en Economie de l’Internet 22-23 juin 2000, Brest / + +WW>>>-! W< W[ J 111W< W S 1 W

('

'(


7

<

8

((

"

!

N M

+

)

M

)

M M M

%

9

%

: 0

M

?2

,

F )

$

!

0

@/ J

! "

)

G !

Alain Rallet, Commerce électronique et réorganisation urbaine des activités commerciales, Workshop sur les développements de la recherche en Economie de l’Internet 22-23 juin 2000, Brest

((

/

+

+WW>>>-

-!

W<

W[ J

111W<

W

S 1

W

'3


<

!

3- Analyse détaillée des composants de la chaîne de valeur définie

<

8

N 7

+

La recherche d'informations est une fonction qui, par nature, peut être électronisée. Le processus d' achat matérialise la conclusion du contrat. Pour un certain nombre de biens, informations. la décision d'achat est un simple résultat de la phase de recherche d' Le paiement est une opération qui peut être entièrement dématérialisée. La fonction logistique implique une infrastructure matérielle de distribution dès lors que la transaction porte sur un bien tangible.. Les services ex-post des transactions commerciales imposent le maintien d' une forme de représentation physique du vendeur à proximité de l' acheteur. Celle-ci est nécessaire dès que la relation commerciale dépasse le simple acte d' achat-vente. Enfin la construction d' une relation durable avec le client implique aussi une forme de présence physique du vendeur auprès de l' acheteur. Certes le vendeur peut en partie développer cette relation sans être à proximité du vendeur,

<

N B O

! K

"

! !

I #

!

'A


III– Etude de scénarios de développement du commerce électronique et leurs impacts sur l’évolution de la morphologie urbaine Introduction à l’étude menée

$ ! 6

" N ! 6

! "

O

!

"

)

III-1- Méthodologie pour l’établissement des scénarios "

#

-

! D

"

! !

!

! !

$

! "

III-2- Inventaire des activités commerciales en milieu urbain #

6

" +L Le commerce

désigne l' échange de biens et de services entre deux partenaires en contrepartie d' une somme d' argent (le « prix »). Dans cette opération, le vendeur fournit le bien ou le service à l' acheteur qui lui paye le prix en contrepartie. »67

(3

/

+WW > J

W> JW#

'4


<

!

! !

!

!R

7 + $ " 11

\

!

K

!

,

! #

!

+

-

-

-

-

-

I

! 8%8

-

+ !

-

+

J

" -

!

+

$ -

!

$

! " 11

\ -

$

0 '11

\

&11

'11

\

2

!

0

2 X" , (1


7

:X

9

$

X

?++

" &11 #

-

!

-

-

-

-

+

-

!

-

-

-

-

-

$

\

! ! ! B

)

D

!

"

# %

L

M

" $

X

K

! $

X

$

" X 0

2

$ 6

! %

#

"

(*


III-3- Démarche prospective #

" DEFINITION DU PROBLEME ET CHOIX DE L’HORIZON.

$

!

"

+ !

$

C

+

-

"

E

! <

IDENTIFICATION DES VARIABLES 6

3

! !

N

+

.: *3*4 '0=3< 8: 40= =+'0542+ *305<0=5 + 6: *23J4=0+ 50 +52#=75+ @: '20=74 '0=3<

5<025

73;;5275

5 57023<= 45

50

73;;5275 02'J=0=3<<5 B: ;3J5 J 3774*'0=3< J4 0522=03=25 50 7=274 '0=3< G: ;3J' =05+ J5 ;=+5 ' J=+*3+=0=3< J5+ *23J4=0+ H: 2'**320 J5 ,3275 # $

! !

-

!

(


N° Var VARIABLES POPULATION 1 Accroissement de la population

DEFINITION Augmentation de la population sur les aires urbaines

2

Localisation

Répartition géographique de la population et densité des zones de population (ré urbanisation du centre ville, transfert entre couronnes, ré urbanisation au profit des banlieues)

3

Age de la population

Vieillissement de la population

4

Lieux d'usage des services d'achat en ligne

Travail, domicile, points de passage, lieux publics (écoles, universités, bibliothèques, EPN)

5

Evolution de la consommation

Nouveaux comportements, pratiques d'achats (récurrents, d'impulsion, de proximité,…)

UTILISATEURS POTENTIELS 6 Cyberconsommateurs

Pratiques d'achats, dissociation espace/temps

7

Liberté du consommateur

8

Développement des situations de mobilité

9

Attentes du client/évolution de la demande

Niveau d'exigence croissante, amélioration de la qualité des services, des modes de facturation et des services de livraison des magasins physiques

Accès aux services

Disponibilité 24/24h, 7j/7, conseils et assistance à la vente, …)

10 2;3

PRODUITS/SERVICES 11 Principaux types de produits concernés 12

Niveau de services

13

Protection des données à caractère personnel

Absence de vendeur, meilleur information sur le produit Diminution/gain des flux de transport, développement des situations de mobilité des cyberconsommateurs (pré-achat, achat, post-achat) mais limitation des déplacements grâce au commerce électronique

Volume, richesse de l'offre, rareté, standard, périmètre de l'offre actuelle, évolution de l'offre de nouveaux produits Types de livraison, délai, zone de couverture, suivi et modification de commandes, coûts globaux, mode de paiement, SAV, fiabilité perçue Développement en matière de protection de données efficace

ARTICULATION ENTRE COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET COMMERCE TRADITIONNEL 14 Gestion des retours, accompagnement à l'usage des produits, incapacité Organisation et gestion de la SAV de livrer/gérer les retours en raison du rapport coût/service trop important 15

Compétences internes, ressources mobilisables

Innovation logistique, emploi, formation, processus organisationnel


16 17 18 19 4

Anticipation des Web-Marchands Evolution de la VPC Evolution des surfaces commerciales Evolution du commerce de proximité

Pari sur l'avenir ? Dégré d’utilisation des outils de commerce électronique par les entreprises de commerce virtuel Les vépécistes réaménage leur offre pour s'adapter au commerce électronique Décroissance de l'augmentation des surfaces de commerces physiques Complémentarité, mixité (points relais, combinis, …), vitrine/bornes interactives

MODES D'OCCUPATION DU TERRITOIRE ET CIRCULATION

20 21 22 23

Localisation des aires de stockage Gestion du centre ville Evolution des commerces

Impact sur l'emploi et formation

24 25

26 27

Saturation du trafic

Infrastructures de transports non utilisées Impact sur le deplacement des personnes et le trafic urbain

Création et réorganisation des circuits de distribution 28 Niveau des stocks 29 Répartition des tâches et des rôles entre les différents prestataires MODALITES de MISE à DISPOSITION DES PRODUITS 30 Modes de livraison

Mode de stockage (entrepôt central ou plusieurs entrepôts de taille réduite, store-picking), coût du transport, politique foncière & fiscale, mutualisation des ressources Evolution des infrastructures de circulation (parking, stationnement, zone de location, de véhicules, plates formes logistiques urbaines…) Nouvelles formes de commerce, évolution du commerce traditionnel, électronisation des fonctions commerciales Chauffeurs-livreurs, logisticiens,..., développement des call-centers (services avant-vente, services d'après vente) Développement de la location de véhicule, voies aménagées, gestion optimisée des flux d'information sur le trafic Voies ferrées, navigation fluviale, nouveaux modes de transports personnels (trottinette électrique, …), TIC Recours à la livraison à domicile, développement ou diminution des déplacements centre-périphérie, périphérie-périphérie Internalisation / externalisation de la logistique, complémentarité entre les circuits Stocks en flux tendus, stock dans les camions,… Evolution des stratégies d'acteurs (partenariats, concurrence,..) Points relais, livraison à domicile, au bureau

(&


31 Evolution des TIC et des services associés RAPPORT DE FORCE 32 Diversité des canaux de distribution 33

Impact sur le commerce de ville

34

Adaptation du commerce électronique et différenciation des territoires

35

Arbitrage Voiture perso./Transport en commun

36 37

Rapport de force des opérateurs TV Rapport de force des opérateurs de téléphonie mobile

Nomadisation accrue des personnes grâce aux terminaux mobiles, transport, déplacement, Concurrence, complémentarité, entre les canaux de distribution Maillage des réseaux logistiques, espaces de loisir, ludique, social, convivial Variable en fonction des stratégies des acteurs (intégrateurs, messagers traditionnels, et spécialistes de la livraison à domicile Développement des transports en commun, diminution de zones de stationnement, tarification des services de transport en fonction de l'horaire Nouveaux entrants, opérateurs de services ludiques, média, audiovisuel,… Généralisations des offres de commerce par mobile, technologies 3G

('


<

! !

+

*3*4 '0=3< / -

+

-

+

-

+

-

+

-

0

,

2

40= =+'0542+ *305<0=5 + -

! !

-

!

-

*23J4=0+ 50 +52#=75+ -

"

'20=74 '0=3< 73;;5275 5 57023<= 45 50 73;;5275 02'J=0=3<<5 -

/<H >!

-

H7#

-

;3J5+ J 3774*'0=3< J4 0522=03=25 50 7=274 '0=3< -

J

-

! !


;3J' =05+ J5 ;=+5 ' J=+*3+=0=3< J5+ 1=5<+ 50 +52#=75+ -9 -

"

-

!

-%

),#

2'**320 J5 ,3275 -

!

-< -< !

H

W)

-8

)H

- Rapport de force des opérateurs de téléphonie mobile

IDENTIFICATION DES INCERTITUDES MAJEURES ET FORMULATION DES QUESTIONS CLES <

!

-

W

!

!

! Nous avons identifié six des incertitudes majeures/questions clés pour l' avenir du système étudié autour des dimensions suivantes :

(3


Dimensions-clés Population Utilisateurs potentiels

Questions-clés L’évolution de la démographie n’a-t-elle pas d’impact sur la population touchée par le commerce électronique ? De plus la localisation des populations sur les diverses zones urbaines résidentielles au centre ou à la périphérie n’a-t-elle pas une conséquence sur les choix de mode d’achat? L’age de la population (vieillissement accru des personnes) ne peut t’elle pas influencée les modes et pratiques d’achat ainsi que les modes de livraison ? Les lieux d’usage des services ne sont t’ils pas déterminants pour l’avenir du système ? L’évolution de la consommation (notamment achats sur Internet) peut t’elle être un facteur important ! ? Dans quelle mesure les dimensions espace et temps seront dédiées ou non à des activités d' achats et d' échanges par le futur consommateur ? En d' autres termes comment le consommateur s' appropriera-t-il l' espace et affectera son temps dans cet espace pour réaliser des achats à distance ou se faire livrer et comment évolueront les modes de vie et pratiques d' achat ? Les principaux types de produits et de services concernés par le commerce électronique (produits tangibles comme Produits, services intangibles, téléchargeables ou non, services de banque, assurance, voyages…livraison) ne peuvent t’ils pas impacter sur les Confiance et sécurité modes d’appropriation par les acteurs du commerce électronique ? Quant au niveau de services et la protection des données à caractère personnelles ne sont t’ils pas des facteurs liés à la personnalisation et à la confiance nécessaire dans l’économie numérique ? La confiance dépend de plusieurs facteurs et en partie de la sécurisation des transactions, de la protection des données à caractère personnel, des possibilités de recours en cas de litige mais également de la confiance perçue par les cyberconsommateurs. électronisation des fonctions commerciales se concrétisera-t-elle en termes d' hybridation et de nouvelles formes Articulation commerce Comment l' électronique et commerce de commerce ? traditionnel Occupation du territoire et circulation Modalités de mise à disposition des produits Rapport de force

Quelle sera l' évolution dynamique des territoires en termes d' occupation et de facilité de circulation ? @

!

=

Où se focalisera l' accroissement des densités de population ? Dans quels lieux se feront les livraisons de produits tangibles non téléchargeables par exemple ? Une des incertitudes porte sur la configuration possible des interactions et des rapports de force entre les acteurs du commerce électronique. En effet quel sera le rapport de force entre les différents acteurs (communautés de cyberconsommateurs, web-marchands, click & mortar, VPC, opérateurs de TV et de téléphonie fixe et mobile, pouvoirs publics) en matière de commerce électronique ? Le rapport voiture perso/transport en commun va-t-il s’inverser au profit d’une utilisation accrue des transports en commun ?


ELABORATION DES HYPOTHESES A PARTIR DES QUESTIONS CLES =: * @

-

% 4

+ $ =

C

!

"

--

=$

0

2 = $

=

$

0

, !

2

B

= " = %

-" = +

Y

0&2

.%

N C

! $ J

$

0

2 R

$

8% G

",

6%

9 0

2

= R

:


@%

F

)

"

F

)

$

! !

B

!

! 0

$

!

?2

==: * @

+$ 0

!

!

!

?

!

2 =

@

" "

"

= La confiance dépend de plusieurs facteurs et en partie de la sécurisation des transactions, de la protection des données à caractère personnel, des possibilités de recours en cas de litige mais également de la confiance perçue par les cyberconsommateurs.

Y

+

0 2

7

!

0

!

2 .%

O

7

+

"

!

! 7

+ #

!

" 7

+ #

7

! +$

!

" $

!

31


8% ) ! G O

G

"

,

! (A

0

$

! ?2

$

>! 6%

$

= !

$

!

%

"

!

!

!

!

G

"

!

===: ' -@

+#

--

! -Y

=

+,

0&2

!

+ + $

.%

! I

! " 8%

/

/

!

W

"

! #

B

" !

#

I

0

'1 S2

0! !

?2 !

B N

(A

H

,

L$

M

+WW>>>

W

3*


6% 7

+,

! L

"

ancrage concret de

M

l’offre sur le web. Ceci à travers une coopération constructive des deux

!

"

L

! M

!

+7

@% +

, O

0

2

$

V

0

! !

!

!!

0

2

[ !

"

2 W

!

$

!

,

=#: ; -@

-

+@ =@ !

-

Y

+

= <

;3J5+

!

J 3774*'0=3< J4 0522=03=25 50 7=274 '0=3< ;3J' =05+ J5 ;=+5 ' J=+*3+=0=3< J5+ 1=5<+ 50 +52#=75+ 2'**320 J5 ,3275

0&2

!

B

+ +G

.% 4

"

!

!

! +,

8%* !

$

K

! C

!

K

D I $

I 3


+

6% * L

$

M

C

!

L!

M

I

$ !

! @% 4

+

! R !

!

"

$

" $

#: ; -@

-

+ GO

= !

-Y

=

0'2

+ .%

+ )

=

!

!

,

!

! +)

8%

!

, !

$

!

C

!

+)

6% >!

B !

6 $

B

! +

J

!

! +)

@% J

$

" B% $

#

+

),# "

3


#=: 2 -@

-

+D

! % 0

J]

H7#

!

> !-

)H

! 2

!

=

$

W

-=

-Y

+ .% +!

+ $

)

!

#

!

! !

! +$

8% ; !

C "

! "

V

! I

!

<

!

[ !-9 +

B% 0 $

!

!

N $

, !

"

$

0 !

2 0

2 #

!

3&


ELABORATION DES SCENARIOS A PARTIR DES HYPOTHESES 6

!

0 2 !

/#%6<8,G ,6)%^8<),G6 7<8),%$$% $

, !

!

$

#

K

C !

!

$

!

! "

"

0

2

$

I

$

3'


/#%6<8,G #G97$%9%6)<8,)% " $

) ,

#

0),#2

0

W!

2

" $

! ! -B

D

!

" $ ! ! $

0"

2 N R

!

"

),#

C

!

$ # !

! !

" $

! !

"

-

O V

#

" !

3(


/#%6<8,G /D.),)D),G6 )G)<$% $

W ! $ !

8

0

2

!

% ! % F !

2 $

F0 !

! !

#

J C

$

" $

G

"

-

!

!

!

33


IV- Conclusion partielle # ! <

)

<

<0=7

) $

! !

$

"

" " "

!

3A


. 1 $ !

" !

6

!! 6 ! $ ! !

!

9

" ! "

#

!

"

" L @ !

=M

6 ! $

!

!

?

34


* $

"

6 ! !

" E

" #

" 8

"3 "6

! "(

5 (4

"

K

<

'A-'4 "

+

« Cette troisième révolution urbaine est déjà largement engagée: en une trentaine d' années, les évolutions ont été considérables dans les pratiques quotidiennes des citadins, les formes des villes, les moyens, motifs, lieux et heures des déplacements, des communications et des échanges, les équipements publics et les services, la typologie des lieux urbains, les attitudes visà-vis de la nature et du patrimoine, etc. Des innovations d' une grande importance dans la vie urbaine sont apparues, comme les magnétoscopes, le téléphone mobile, les ordinateurs individuels et Internet. La diffusion de la seconde automobile et des TGV contribue également à modifier profondément les territoires. Mais ces évolutions ne font que commencer. Des tendances lourdes sont en effet à l' œuvre, portées et déterminées par le nouveau processus de modernisation. Il s' agit d' identifier ces tendances le plus précisément possible, non pas pour prévoir l' avenir ou décider du futur, ce qui serait illusoire, mais pour évaluer les types d' impacts qu' elles sont susceptibles d' avoir sur les villes et les modes de vie urbains, et pour élaborer en conséquence des instruments susceptibles d'aider à gérer au mieux ces évolutions structurelles. »

69

ASCHER F. Les nouveaux principes de l’urbanisme. Paris: Ed de l’Aube, 2004-110 p.

A1


# $

!

$

N

" O

)

B !

!

! 7

! R "

! " ?

<

!

!

R "

!

! , !

) #

!

!

"

!

"

$

! #

!

N

" ; /

# ! !

A*


Bibliographie 2

9

:

3 =#=52 3<'+ 0? 2 " ! 2 # 3A

"

7"

'+7& 52 , 8

! "(

2

"3 "6

?'12=5 J4*4P _ 8! 5 & 5<2P 1'D=+ _ 8

$ D! 7

3

"6

"

+%

_7

<"6

< ! +@

"6 _ 7

?52'2J ;3<5J='=25 _ 8! "(

- = *44 _ * ( - = *44 _ * 3

+@

* =& 3< J3;=<= 45 _ 8 08 X4'2 *

Y !

11&-**1

+@

_7

!5

- = *44& _ * 3

_7

+$

;'27 1'++3<= ' '=< 15=03<5 _ *44& 0/ U _ '*

111 _

7"

_ 7

+

+P #=5 J='0D=<5 _ " < # *44 *44( 0#D8/D/2 _ *3' < ? 0342<3=+ _ 8 = >? _ 0 %$9</2 1A 25;P ' '=< _ +< # 11& 0# '

! %* 1'=

$ 7

2 ^ C `$ *- A

_ 7 $

$"( 1 $ D ^

P'

:

" :

3

2 $ 2 U _ '&

@

5 A

_7

+!

"

J52P7D5 *%& & 42=30 %; % *44&- & 3 a

C

-

+

*44' 3

_7

#

9

111

: 43 111

' 7<8,/ &

11' 0<572 +WW >

)-' B A "3 W1'1&1&W 1 W&

*9

"

(

A


0

- $G, :3 -**4 3 0F 8 F2 ! ; +WW>>> !

! *43 G

- $G, :41-* (1

! *441

*

" 8

! W W

! K

' *44* +WW>>> !

K W!!

;

W

1

! *43 W " 8

G

W

W

W!!

!

W

W

! - $G, :4 -*

4

*44

"

" !

8

! K +WW>>> !

1

W

- $G, :4(-(1

' ! +WW>>> !

- $G, 11&-'3' +WW>>>

*44( ; G

*

!

;

G

*44

11& W[ <

W

W!!

W

W

" 8 ! W W

WD )

K W!!

; =

(

*44( W

W

b%#GQ1 11*3'$c

1 *- 5 1234++5'4 @ +WW>>> W W W

7" 7" d W%/ 4- &15

- 1 1 ; -. . 8 78%9,%8% 6:444 - ;<6H,%8 11' +WW>>> W W W d W,7444 - '

2

@

7"

111 . +WW>>>! W< W[ J

5 5 "

$ %

"

7"9 5"

3 7" 2 ,6/%%

"(

3

2[ J

,

-

&- ; ? FZ , +WW>>>! W<

111W<

W

S 1 7"

F: = W[ J

"

W "6

"6 C 2 [ J

,,:,.< " ,--111W<

W

S 1

W A


'- 5 1234++5'4 13 5 5 : $ $ 5 (# , / 6 >, % # D/<- ' +WW>>>! W< W[ J 111W< W

, . - *( +WW>>>! W<

!1

2 ) # ! *(-*A *444 [ W.

7" 7

$ S 1

"3 111W<

7

"

W

$

FZ

S 1

> +WW>>> -

W

7" *

4- ? , ,--,: , +WW>>>

W

- 0<

2 W

*1- = # +WW

!

#( 3

11*W//,W W

**- * ? 'J4 +WW>>> -

W

" +WW>>>

*&- , 0 +WW>>>

"

!

3 (E &

d

6 W

< 7"

A

" 11& "

7" $

W '-*W

*

< 4 8 @ @ > 8 F H8 GB > 8 @ @ G8 @ >? :8 +WW>>> W W W *3 7"

$

W

"

* - 7 >@ >@

* -7

F -

D

7" " W

(

,

d d

"

W W

F"

7 !

Wd

3

W

2 G

("

W

2[ J

W[ J

A- ?

#

S 1

8 3 " 7" " " X W( 111 _ *& W[ J 111W< W

(- 7 * > J . +WW>>>! W< 3- *

(#@ @ /

8 >

GF 8 > 9> @ 1G>G 8 #6D#% _ * $

4 3 "

W W 2QJ 8

7" 7" " 3 W

$ :>

!5 @> @

"

E *'

(Ad

:

2" W W

" W

$ 2 11&1'W

d

* A&


*'-

<

+! 88 ? " 7" # ( @#( 1 : +. +WW>>> W

+ > J $

I "

9 !

2

? @ G8 @ 7" (

( "

( " - A& W W ! 4* 1&

11& ( W> ! W

'

8

; W

1 28 +WW>>>

"

d ! d

" d

C +WW>>>

-

-J 8 +WW>>>

*

W

W>>>W ! W ! W

5 5 " W %#$,#W/

R * N 9 " H + &

L1

( $

d

5

"(

7" W

:

W

@ @

"5

W

c

,--& ( 11& *( *( & *

! c

111

*4 8 5

( G"

"

9

1"# :

9 "

(" M

11' W

1 1

@ 8 G? 8 = G

W

&- , '++5225 #P.%8^%G 111 6 *&* $$ C +WW*4 '' *13 &'W8%/%<DQW7)#Y<D W '- ; $ *44A-1 8 +WW

d

W$ !

5 *44A -K

=

7"

" W*444*1 1

8! "( W W

734J23P

11*

d

5 W

"

7" : '

> = > @ 1- 77= * B > : @@ : : :B @ " @ " 3 : :B " %4 3 ( ,--, +WW>>> W W 1 W 1 **

"(

7"

<"6

W

W W

*- ;'2D5S=7 J +WW -!

>? @

d

*A- 0 #521=5+0 < 11 - ** # 7" - A 5 +WW>>> W *4- 1

R 7 @ "6

W

*(- 2 ! & N ! >" 7" +WW>>> *3- ? ; _ *' +WW>>> -

2

: #

2 +

" '

e%

f 11'

3&

A'


(- ; 123C <5 G ,--%2 8 BB @ & > "( _ +WW>>>* W W

>

@ >N > @ O@ @ G8 @ >? = > 8 @ 8 @

W

;5<<=+ $ @ ( 7" , + A >>> 11 -

!

9 11

"

1 " 7

,

+WW>>> < ! * *- ; 1 C ; 89 @ g$

C

+WW>>> >

!

W

W# "

%

7"

W9<8GD/%<D 7"

" (" - D

6 W#

7" 7" 11 *( 3

Q% W%

*

7"

7"

*9

" D 9

7"

7" @ $ $ <,9 ^ ! * W# W9%66,/

4- ? ;'234+5'4 @ 5 7" +WW>>> 11 1- ?

8

1*W. >

3- 2 R 2=7& '2J2 8 1" " +WW>>> C W! W W1 (!! A- '

: 4OP < " >

9

"

% 6

7" ( # 7

:@

$

-,

!

W) W -

T O ' ! ; + 28 @ @ 8 @ >? ! / G9# $ @ - B W d W! J d W d dd

- + *547& 8 :

% 6

T 8

D

& 8

)

. +WW>>>

!

-

Wh

W

- 7 4+=,0# ! / / , @ @ 8 @ >? ,--% F "3 +WW>>> W W W W c b S# S<4 S 1 S 1 S 1S# S<4

W

cd) &3A*'&1' 5 K 2 1 %- @

W/ S 1

&- ; ?3J50 #<Y,%8 D $,7/G8 8 ( * " Q42 7" *<" N" : %,, +WW>>> W W W W W! - -

/ #

> "6

#

% S 1 S 1 3

$7" 2 @

A(


35- DREIF, Direction Régionale de l’Equipement d’île de France. Le commerce électronique : quel impact à long terme sur le territoire francilien ?. [en ligne], Paris : Ed. DREIF, janvier 2005, [référence du 31 mai 2005].

+WW>>>

- W !

W-

W-

(- 7 #68/ e +WW

1

W

! >W

-

%3 "(" ( * 11'f ( -! W

%; "

$<)%# D

&

"(

A- & 4?45+ e f : &3 6 +WW>>> !

,--.: *' +WW>>>! W<

W[ J

&1- 37J5 *444 8 +WW>>> &*- J 8 @

D >? *444 - * +WW>>> J

& -, 3

(

8 ! *444 W W @ ) , + @ 7"

50 ' !

f

Z#G6G9,% %)

3 " ( 5$" 11 e

"

$7"

3" 5 "" ( * 11'f

+ 8 3

111W<

: W

3 " S 1

C $

,:.

(

W 7"

2 89 = F K 8 1?

%, + T R> KI

. " ( 7" - ** + W '

!

5 " " H,, :3A 7 * W W* W'(W 14 &4

W)

. e

W 11*-1

3- * 1 !%* $ /)<),/),@D% ( D% 6: ( 111 - ( 7 ' ' +WW>>> W W W d W%/ (.

4- 2'

W

" !

>

@ 9@

7"

@ > (

W/ 8

#

" 3 " 5 " +WW>>> - 131 W

2 W

14W1'W 11 "( d<

d

d & -

N , 0*44A2 F@ 7" " 2 # "3 "( F 9 2 B +WW>>> W d % / &&- ?5+05 0^ $ _5 6:& _ 11& _ H ' +WW>>> W*1d W &d '*

"3 " 3 " @ 9 " W CW d $ 2 "

;

" 2 7" " *A "

A3


&'5

;5

2

'02 8

7& '=

7"

"

9

3 3S

' +WW>>>

-

W

WW

W

W7D.$,W

d

4A

0

7P2= 5<'4 0 F 2 ( < )Yi/% 7 ! .GD8^G^6% +^ 4 ! 11 +WW W W 1111(*3 +

7

1W11W11W( W(AW -1111( (A-11W -

=

9+

-% -

-H

-$

W $

#

W//^5W 114*1

? 'J4 _ $ +WW>>> % +WW>>>

9G6 %Q W W '-*W

8

*

#

-

! 0#8 72 W

B

0%#%)2 - #

_ *( +WW>>> W ! W !W /Hd =5 bA] b -J

:

%/#G

! +WW

-$

0=7

^ +WW

-*

"( # *! " ( G#)%D8 % $ D6,H%8/,)Z % !

Q< +WW>>>

- ?+=0 0^ +WW>>>

11& b

/

]/

/b& ']

!

)

b ] !b,9 .] ! b ]

0 -

W / W

W!

- ,1, 05 ! +WW>>> ! W[ !W,

,

2

W K 2 W

- ,7J 0 5 $ D8.<6,/9% #G99%8#,<$ +WW>>> W5# W !W

W0Y

2W$ !

W

2

W ! AA


-

7 +WW>>>

:

1 !

@ "

-

W[ !W

* +WW>>>

"+

! +WW>>>

!

( %))+ W

W

95

"

@

W

421'<=+;5 $ > 8 9? > W

7"

W !4314

[ ! W

+ -# # ! W W

$ / +WW>>>

-#

! @

@

@ 8/

> 6 T

3

W

$ - #= 5+ 5< , +WW>>> - -

H

!

#

7

!

7 d

, +WW>>>

11*

W%-#

W

<

,

+WW>>>

W

- '205+= 0< +WW>>>

8

2

% W

W 2

W W

d d

W

W

W ! 5 K - !

W

- !

0)9H2

+WW>>> +WW>>>

,

W

9

-^

/

!

- =<+55 0, / + +WW>>> -)

%

W

- J37'*3 =+ +WW 7 +WW>>>

) W ! W

-

- 77=* +WW>>>

-*

2W$

W

( %))+0 +WW - !

- ,

W0Y

7"

- 73=< J5

$

W!

= d !

b&4

! W A4


Annexes

41

Mémoire de Travail Personnel d'Etudes et de Recherche_juin 2005  

Thème: Quels impacts du commerce électronique sur les aspects économiques, politiques et socioculturels de la ville et sur l’évolution de l...

Advertisement