Issuu on Google+

L’Actu UHA

❰ Les dossiers

Editorial par Christine Gangloff-Ziegler, Présidente de l’Université de Haute-Alsace

L

’année 2013 se termine. Le nombre de dossiers traités a été impressionnant et a très fortement mis à contribution toutes nos équipes avec notamment : le contrat de site Alsace, la mise en place progressive de la nouvelle loi du 22 juillet 2013 sur l’enseignement supérieur et la recherche, la création des Ecoles Supérieures de l’Enseignement et du Professorat, les nouvelles habilitations de nos formations, la réorganisation des écoles doctorales, la rédaction du projet de convention d’association avec l’Université de Strasbourg, la fin des travaux pour le nouveau bâtiment Génie Thermique et Energie de l’IUT de Colmar, pour l’école de chimie et l’Institut de recherche Jean-Baptiste Donnet, la montée en puissance de NovaTris, notre centre de compétences transfrontalières, le démarrage des actions de notre Fondation Partenariale, la poursuite du projet de Learning Center MOSAIC et toutes les actions menées tout au long de l’année par nos laboratoires, nos UFR et nos services. Malgré les difficultés financières actuelles, notre recherche et nos formations se maintiennent au plus haut niveau comme vous pourrez en voir certains exemples dans ce nouveau format de l’ActUHA proposé par notre service communication. Son but est de mieux vous informer à propos de ce qui se passe au sein de notre université. Faire mieux connaître l’UHA est un objectif que nous nous sommes donné parce que notre Université gagne à être mieux connue !

Ainsi, au-delà de cette lettre d’information, nous avons organisé plusieurs visites, avec les conseillers régionaux du Haut-Rhin, avec le préfet de région, etc.

La remarque de M. Bouillon, préfet de région en fin de visite, a été : « Vous m’avez impressionné ». Cela visait à la fois la qualité de nos campus et bâtiments, la pertinence de nos projets de recherche, l’enthousiasme de nos chercheurs, nos liens forts avec les milieux socio-économiques et le dynamisme de notre université. Cela me donne l’occasion de vous remercier, enseignants, chercheurs, enseignantschercheurs, personnels administratifs, techniques et de santé, étudiants, partenaires, collectivités, qui vous investissez pour nous permettre de « Réussir Ensemble ». Et vous savez que tel est notre projet. Je vous souhaite à tous de très belles fêtes de fin d’année et de bonnes vacances ! Au plaisir de vous retrouver dès la rentrée, en 2014 !

Sommaire

1

Vendredi 20 décembre 2013

Editorial Page 1 Un prix Nobel pour trois mille chercheurs Page 2 Hommage au prix Nobel mulhousien Alfred Werner Page 3 Doctoriales d’Alsace 2013 : un étudiant de l’UHA primé Page 4 Fin des travaux pour l’école et l’institut JB Donnet

Directeur de la publication : Christine Gangloff-Ziegler

Retrouvez l’Université de Haute-Alsace sur :

Rédacteur en chef : Sylvie Pividori

www.uha.fr

Rédacteur adjoint : Audrey Alau Frédéric Macler

@uha68

Création graphique et maquette : Service Communication UHA Photographies : copyright UHA

Université de Haute-Alsace 2 rue des Frères Lumière 68 093 Mulhouse cedex +33 3 89 33 60 00 contact@uha.fr

uha68


Un prix Nobel pour trois mille chercheurs

U

ne équipe du Groupe de Recherche en Physique des Hautes Energies (GRPHE), laboratoire de l’Université de Haute-Alsace, constituée de Jean-Charles Fontaine, Jean-Laurent Agram, Eric Conte, Adam Alloul et Michael Buttignol, vient de voir ses travaux de recherche récompensés au second degré par l’attribution du prix Nobel de physique aux théoriciens François Englert de l’Université libre de Bruxelles (Belgique) et Peter Higgs de l’Université d’Edimbourg (Royaume-Uni).

Hommage au Prix Nobel mulhousien Alfred Werner

L

Et après ? Le Boson de Higgs nous apprend de quoi la matière est faite mais plus qu’une réponse, il soulève d’autres questions telles que la matière noire, les particules supersymétriques, la présence d’une 5ème dimension, etc. Les chercheurs du GRPHE imaginent encore utiliser une trentaine d’années le détecrteur CMS.

’école de chimie de Mulhouse a accueilli les 18 et 19 octobre derniers le forum Alfred Werner, organisé au profit des étudiants de l’école et de la faculté des sciences et techniques pour leur permettre de découvrir le parcours d’une vingtaine de professionnels après l’obtention de leur doctorat à l’uha.

Le GRPHE en quelques mots : Le GRPHE est impliqué dans la conception, la construction et l’analyse des données du détecteur CMS (Compact Muon Solenoid) installé auprès de l’accélérateur LHC (Large Hadron Collider) du CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire) qui a permis la découverte du « Boson de Higgs ». Le laboratoire du GRPHE a participé à la conception et la mise au point de la construction du trajectographe avant de CMS. Ce sont plus de vingt années de recherche et plus de 3000 chercheurs européens qui se voient ainsi récompensés !

1

Qu’est-ce donc que ce fameux « Boson de Higgs » ? La théorie du «  Boson de Higgs  » a été pensée par le théoricien éponyme en 1964. L’idée d’une particule responsable de la masse demandait à être démontrée pour élucider ce mystère de l’architecture de la matière. Il s’agissait de trouver une réponse à cette question que nous nous posons tous « de quoi sommes-nous faits ? »

C’est une équipe composée de 8 chercheurs qui travaillent sur 2 projets : le projet CMS qui vient d’être développé et le projet ANTARES (Arnauld Albert, Doriane Drouhin et Chantal Racca). ANTARES est un télescope à Neutrinos qui est immergé au large de Toulon à 2400m de profondeur. Ce détecteur observe la lumière Tchérenkov produite par les muons issus de l’interaction des neutrinos de haute énergie dans la croûte terrestre. L’observation de ces neutrinos de haute énergie offre un nouveau regard sur l’Univers. Les neutrinos viennent essentiellement des gerbes atmosphériques, mais peuvent aussi provenir directement d’astres dans lesquels des phénomènes intenses ont lieu : noyaux actifs de galaxies (trous noirs super massifs), micro quasars (trou noir + étoile compagnon), etc. Ce sont ces neutrinos qui intéressent la collaboration ANTARES.

Ce forum a également proposé aux étudiants une conférence dédiée au professeur Alfred Werner, dans le cadre de la célébration du centième anniversaire de la remise du Prix Nobel de chimie à cet illustre scientifique mulhousien (en octobre 1913). Alfred Werner a quitté Mulhouse, sa ville natale, à l’âge de 18 ans pour entreprendre des études de chimie, d’abord à l’université de Karlsruhe, puis à l’école polytechnique de Zurich et enfin comme post-docteur chez Marcellin Berthelot à Paris. Il a poursuivi ses activités comme professeur à l’université de Zurich, activités qui l’ont conduit à la démonstration et à la formulation de la théorie de la coordinence, connue aujourd’hui encore de tout chimiste et qui propose des applications importantes dans la vie économique.

Frédéric Macler

2

L’objectif du forum Alfred Werner 2013 consistait à donner l’occasion aux anciens thésards du laboratoire de présenter aux étudiants leurs différentes carrières, industrielles ou autres, depuis la soutenance de leur doctorat. Les étudiants ont ainsi pu s’entretenir avec eux et se renseigner sur l’opportunité de préparer une thèse de doctorat avant d’entrer dans la vie active. Le constat dans le cadre des universités du Rhin supérieur (EUCOR : Karlsruhe, Strasbourg, Mulhouse, Freiburg et Bâle) est le suivant : les chimistes suisses et allemands terminent tous leurs études par une « promotion » (doctorat) alors qu’en France ils ne sont que 25%. L’innovation étant la clef du succès économique de tout pays, le savoirfaire et le savoir d’un doctorant est à la base des processus d’innovation. Alfred Werner l’a démontré en son temps.

Le forum Alfred Werner a été officiellement intégré au plan des enseignements des 90 étudiants de 2ème année de l’école. Les autres étudiants de l’école ainsi que les étudiants de la faculté des sciences étaient invités pour toute la durée du forum. La communauté universitaire ainsi que le public ont été conviés à la manifestation.

Sylvie Pividori-Maurutto

L’ActuUHA ❰Les dossiers n°1


❰ F

ayçal Mechehoud a remporté avec son équipe le prix du meilleur projet innovant décerné lors des Doctoriales® d’Alsace 2013.

Organisées du 20 au 25 octobre derniers à Mittelwhir, les Doctoriales d’Alsace ont vocation à faire découvrir le monde de l’entreprise aux doctorants de la région et à les initier à la gestion de projet innovant. Parmi les 35 participants, Fayçal Mechehoud, doctorant en physique à l’Institut de Science des Matériaux de Mulhouse, a su tirer son épingle du jeu puisqu’il a remporté avec son équipe le prix du projet innovant. Chacune des cinq équipes pluridisciplinaires devait monter un projet dans le domaine de la « Silver economy », qui prend en compte les nouveaux besoins liés au vieillissement de la population. « Nous avions 36h pour imaginer un produit novateur et réalisable, préparer un business plan et présenter le projet à un jury », explique Fayçal.

3

Doctoriales d’Alsace 2013 : un étudiant de l’UHA primé

Leur idée : équiper armoires et meubles de rangement d’étagères mobiles rotatives actionnables manuellement ou à l’aide d’une commande électrique, pour que toute personne quels que soient son niveau de mobilité et sa morphologie puisse amener les objets à la hauteur qui lui convient. « Pour mettre sur pied ce concept, nous avons dû trouver les complémentarités au sein de l’équipe et à nous intéresser à des notions de

Fin des travaux pour l’école et l’institut JB Donnet

D

epuis le mois d’octobre 2013, l’ensemble de l’opération de construction de l’Institut de recherche Jean-Baptiste Donnet et de la restructuration de l’école de chimie est terminé.

faisabilité et de rentabilité que nous n’avons pas l’habitude de manipuler », précise Fayçal. « C’était une expérience vraiment très riche d’enseignement. » Actuellement en 3ème année de doctorat en cotutelle entre l’UHA et l’Université d’Oran en Algérie, Fayçal Mechehoud s’était déjà distingué dans le cadre de la bourse d’excellence EIFFEL, dispositif très sélectif permettant aux meilleurs étudiants étrangers de venir étudier en France. Il a ainsi pu rejoindre l’UHA en 2012 et mener sa thèse sous la direction du Dr Jean-Luc Bubendorff. Fayçal Mechehoud travaille sur la mise en place d’un procédé électrochimique permettant à une matière naturellement magnétique, le cobalt, de se déposer sur du silicium.

Les travaux paysagers sont en cours pour aboutir à terme à un ensemble agréable et fonctionnel rassemblant pédagogie et recherche en matière de chimie, matériaux et physique.

exceptionnel de part son ampleur mais aussi parce qu’il a fallu le mener en site occupé sans marge de manoeuvre sur la planification des nombreuses phases. Mais grâce aux efforts de chacun, nous avons réussi à faire en sorte que l’école n’arrête jamais son activité malgré les travaux. »

Rectorat et Université maîtres d’oeuvre La maîtrise d’oeuvre du projet a été partagée entre le Rectorat pour la partie recherche et l’UHA pour la partie pédagogie. C’est la direction et gestion du patrimoine immobilier de l’UHA qui a suivi le projet. Anne Mangano, Directrice de la DGPI, revient sur cette aventure : « c’est un projet tout à fait

Quelques chiffres

48 millions d’euros de budget 4 ans de travaux 2 ensembles bâtimentaires, l’un dédié à

« Ces matériaux sont utilisés dans l’industrie pour produire des supports de stockage d’information », explique-t-il.

la recherche, l’autre à la formation 35 entreprises et sociétés impliquées 9000 m2 pour l’Institut 5 équipes de recherche (COB, LPIM, GRE, et les équipes MPC et PSE de l’IS2M) 8000 m2 pour l’ENSCMu 276 élèves ingénieurs inscrits à l’ENSCMu en 2013/2014 174 places dans le nouvel amphitéâtre

« Le procédé sur lequel je travaille permettrait de les produire à pression et température ambiantes donc sans l’appareillage lourd nécessaire actuellement. »

Audrey Alau

4

Un projet immobilier ambitieux L’agence Dusapin, conceptrice du projet architectural, a travaillé à inscrire le nouvel institut dans l’environnement paysagé qui l’entoure, comme le fait l’école, en épousant les pentes naturelles. L’école de chimie a été totalement restructurée et s’est vue complétée d’une extension et d’un nouvel amphithéâtre. La logique des patios déjà existante a été conservée, garantissant une certaine qualité d’espaces, de fonctionnement, de calme et de lumière. Elle a également été intégrée dans la conception de l’institut, organisé en cinq bâtiments dédiés chacun à une unité de recherche, tous venant se brancher à la manière des dents d’un peigne sur une barre centrale commune rassemblant les espaces bureaux et offrant un espace de circulation commun ouvert sur les jardins patios.

Audrey Alau

L’Actu UHA Les ❰ dossiers n°1


L'actu uha les dossiers 1