Page 1

Éducation

Travaux

Sport

page 5

page 7

page 19

260 écoliers au golf d’avril à juin

Aides communales aux copropriétés

SOA info

DOSSIER page 11

17 avril : Match historique pour les Cougars

JOURNAL D’iNfORMAtiONs MUNiCiPALEs

Numéro

avril 2010

291

Des moyens en faveur de la réussite scolaire


VIE PRATIQUE Scrutin

Élections régionales : les résultats 1er tour (14 mars)

Inscrits : 11992 ; votants : 4909 (40,93%)* ; abstentions : 7083 (59,06%)* ; nuls : 139 (2,83%)** ; exprimés : 4770 (97,16%)**. Par ordre de listes : Majorité Présidentielle : 976 (20,46%)*** ; Lutte ouvrière : 41 (0,85%)*** ; Front National : 592 (12,41%)*** ; Europe Ecologie : 661 (13,85%)*** ; MODEM : 161 (3,37%)*** ; Alliance Ecologiste

Indépendante : 74 (1,55%)*** ; Front de Gauche et alternatifs : 240 (5,03%)*** ; Liste Chrétienne : 28 (0,58%)*** ; Parti Socialiste : 1605 (33,64%)*** ; Debout la République : 112 (2,34%)*** ; Nouveau Parti Anticapitaliste : 242 (5,07%)*** ; Emergences : 38 (0,79%)***.

2ème tour (21 mars)

Inscrits : 11992 ; votants : 5214 (43,47%)* ; abstentions : 6778 (56,52%)* ; nuls : 279 (5,35 %)** ; exprimés : 4935 (94,64% )**. Liste Changer pour Mieux vivre en France (V. Pécresse) : 1681 (34,06%)*** Liste La gauche et les écologistes rassemblés (JP. Huchon) : 3254 (65,93%)*** * pourcentages par rapport aux inscrits ** pourcentages par rapport aux votants *** pourcentages par rapport aux exprimés

mairie i info

Hôtel de ville 2, place Mendès-France

Marchés

Marché couvert et découvert, place Mendès-France, mercredis et dimanches matins de 8 heures à 13 heures.

Tél. 01 34 21 25 00

Directeur de la publication : Alain Richard Rédaction : Mireille Quantin, Vincent Echasserieau Conception maquette : Florilèges Mise en page/photogravure : Nord Compo 03 20 41 40 01 Impression : DB Print 03 20 28 83 20 IMPRIM’VERT - Papier écologique PEFC 10 000 exemplaires - Dépôt légal à parution

2

SOA Infos • Avril 2010

@

Le bureau de police est situé au centreville, 26 rue du Général Leclerc. Horaires d’ouverture du lundi au samedi de 9 heures à 12 heures et de 14 heures à 19 heures. Tél. 01 34 64 31 16 (Permanence téléphonique jusqu’à 22 heures).

Médiathèque

Les services municipaux de l’hôtel de ville sont ouverts du lundi après-midi au samedi matin de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h 30. Ouverture en soirée le jeudi jusqu’à 19 h.

+d’infos www.ville-saintouenlaumone.fr

Police

Horaires d’ouverture : mardi, jeudi et vendredi de 16 h 30 à 19 heures. Mercredi et samedi de 10 heures à 13 heures et de 15 heures à 18 heures. Contact : 01 30 37 99 74. www.bibaglo.org

Bureau d’aide aux victimes

Le rôle du bureau d’aide aux victimes est de recevoir les victimes d’infractions pénales, de les aider dans leurs démarches et de les conseiller. Il est ouvert au public le mercredi de 15 heures à 17 heures et le samedi matin de 9 heures à 12 heures. Pour prendre rendez-vous, contactez les services de la mairie en appelant le 01 34 21 25 27.


ÉDITORIAL

L

es maux dont souffre notre société et qui pénalisent tant de nos concitoyens, y compris les difficultés économiques du pays, se rattachent profondément à nos déficits d’éducation et de qualification. C’est ce qui motive notre municipalité pour donner tout le soutien possible à la réussite scolaire des jeunes. Les activités culturelles et sportives à l’école, l’aide aux devoirs et les études dirigées, l’initiation aux langues européennes dès le primaire, les activités formatrices pendant les temps de loisirs, tout cela est développé par nous pour leur donner les meilleures chances ; et les niveaux de réussite au brevet, au bac et dans les études supérieures, que nous constatons, sont la meilleure récompense de nos efforts. Le programme appelé Réussite Éducative, géré par notre Caisse des Écoles avec le soutien de l’État, apporte un accompagnement individuel à ceux qui rencontrent les plus grandes difficultés pour leur éviter l’échec scolaire et le décrochage, synonymes de mauvais départ dans la vie. Notons qu’aux tests accomplis par les générations actuelles de jeunes de 17 ans, 11% ont des difficultés de compréhension devant un texte écrit simple. C’est beaucoup trop.

Nous déplorons les faits de délinquance commis par des jeunes peu nombreux, mais qui perturbent notre vie collective. Nous regrettons que la police n’ait pas tous les moyens pour y faire face malgré la volonté de ses agents, et nous sommes choqués par les suppressions d’emplois en cours dans ce service public essentiel. Mais nous savons qu’à la base de ces dérives se trouve souvent l’échec scolaire et la carence familiale. C’est pourquoi nous continuerons à soutenir toutes les actions qui tendent à prévenir ces régressions individuelles. Tout ce travail de progrès s’appuie sur la compétence et le dévouement des enseignants, des cadres éducatifs, des intervenants et animateurs, ainsi que des nombreux bénévoles qui nous soutiennent. Je veux leur dire ici la gratitude et la solidarité de la commune dans leurs efforts. Le Maire, Alain Richard

A PROPOS de la Tribune de l’Opposition (page 15) Cette tribune signée de M. Bertucco, impose trois brèves mises au point de la municipalité. 1- La résidence du Quai de l’Ecluse est sur un terrain non inondable. Celles du Boulevard Ducher sont sur un terrain classé comme constructible à faible inondabilité. Dans les deux cas les logements sont construits à 0,5 m au-dessus de la cote d’inondation et les parkings sont aménagés pour prévoir le risque d’une inondation exceptionnelle. Ces normes ont été fixées par l’Etat, pour toute la vallée de l’Oise, et la municipalité de SaintOuen l’Aumône est une des rares à avoir approuvé dès le début ces règles de précaution qu’elle applique strictement.

Encombrants

Plaquette d’information disponible à l’accueil en mairie (calendrier 2010). Pas de collecte en avril. Prochaine collecte le lundi 3 mai (secteur Nord) et le lundi 10 mai (secteur Sud).

Recensement citoyen

Les jeunes qui viennent d’atteindre l’âge de 16 ans (garçons et filles) doivent se faire recenser en mairie dans les 3 mois suivant leur anniversaire. Ils seront ensuite conviés à une journée d’appel de préparation à la Défense et une attestation de recensement leur sera remise. Un document très utile puisque sa production est exigée pour toute inscription à examen ou concours soumis au contrôle de l’autorité publique (CAP, BEP, BAC, et même conduite accompagnée).

2- L’affirmation, selon M. Bertucco, que des fissures affectent la structure de l’immeuble du Quai de l’Ecluse ne s’appuie sur aucun constat objectif. Les copropriétaires de la résidence seront ainsi édifiés sur le sérieux de ses déclarations. 3- Le rapprochement qui est fait dans ce texte entre le risque d’inondation de l’Oise, rivière de plaine à crues très lentes, et les évènements dramatiques de la côte Atlantique où sont en cause des constructions situées sous le niveau de la mer et exposées au déferlement en cas de rupture de digue, n’a évidemment aucun sens. Les lecteurs jugeront eux-mêmes une telle récupération. Alain Richard.

On recrute

La mairie de Saint-Ouen l’Aumône recrute des assistantes maternelles agréées pour sa crèche familiale. Pour toute information, contactez la directrice au 01 34 64 59 78. Les lettres de candidature et photocopies d’attestations d’agréments sont à adresser en mairie.

Ferme enchantée

Le lieu d’accueil enfants-parents situé au 7 avenue de Verdun est ouvert chaque mardi de 8 h 45 à 11 h 30 (hors vacances scolaires).

Distribution annuelle de sacs à déchets

Session de rattrapage pour la distribution annuelle de sacs à déchets pour les personnes qui n’ont pas pu être présentes le 27 mars dernier (secteurs pavillonnaires). Ce sera le samedi 10 avril (de 9 h à 11 h 30 et le mercredi 14 avril (de 8 h 30 à 11 h 30 et de 14 h à 16 h) au centre technique municipal Bd Ducher. En savoir plus : tél. 01 34 21 25 68.

Vacances scolaires

Les vacances scolaires de printemps se dérouleront du samedi 17 avril au lundi 3 mai 2010. Avril 2010 • SOA Infos

3


ACTUALITÉS Nouveaux horaires La Caisse d’Assurance Maladie du Val d’Oise communique les nouveaux horaires d’ouverture de son agence située avenue du général de Gaulle. Depuis le 8 mars et jusqu’au 31 août 2010 : lundi, mardi, mercredi et jeudi de 9 heures à 12 h 30 et de 14 heures à 16 h 30. Contact possible par téléphone au 3646 ou sur internet www.ameli.fr

Chantiers en cours

Aménagement d’une aire de stationnement pour les gens du voyage Les travaux ont débuté en janvier, rue d’Eragny.

A la découverte des loups C’est avec plaisir et intérêt que les enfants des centres de loisirs ont visité une exposition ludique sur le thème du Loup, au parc des sports, pendant les vacances d’hiver.

L

Ils sont passés tour à tour d’un jeu consacré aux contes à un atelier de confection de masques en forme de tête de loup puis à une cabine de projection toute noire où des images sur les loups étaient diffusées. Bien sûr, il y avait aussi de magnifiques panneaux illustrés décrivant les différentes espèces de loups, leur mode de vie, leur milieu naturel. Le tout dans une ambiance sonore, de cris de loups…

+d’infos www.ville-saintouenlaumone.fr

4

SOA Infos • Avril 2010

@

e chantier, qui doit durer environ 14 mois, est mené par la Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise, maître d’ouvrage. Les travaux sont financés par l’Etat, la Région Ile-deFrance, la Caisse d’Allocations Familiales et la Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise. Il s’agit, dans le contexte du Schéma Départemental d’Accueil des Gens du Voyage et compte-tenu des obligations qui pèsent sur les communes en la matière*, de réaliser une aire d’accueil aménagée, d’une capacité de 14 emplacements (soit 28 places de caravanes de 75m² chacune). L’accès à cette aire, située à proximité de l’autoroute A15, au niveau de la sortie 8, s’effectuera par la rue d’Eragny. La gestion de cette aire de stationnement sera assurée, à terme, par la Communauté d’Agglomération au titre de ses compétences. La Communauté d’Agglomération de Cergy-Pontoise possède déjà actuellement plusieurs aires d’accueil sur son territoire, les plus récentes ayant été réalisées à Jouy-leMoutier (2003) et Osny (2004). Chaque aire a une capacité d’accueil de 26 places.

Deux autres aires sont également implantées à Cergy et à Pontoise (25 et 30 places). Le projet tient compte d’un souci de qualité environnementale, les travaux comprennent la réalisation de l’aire d’accueil - emplacements et blocs sanitaires individuels - ainsi que des travaux de réalisation d’un bassin d’orage, de voiries et d’espaces paysagers périphériques. Un bâtiment d’accueil se situera à l’entrée. Il permettra d’abriter l’installation du personnel en charge de la maintenance du site et de la régulation des accès (accueil des familles et installation). L’aire d’accueil est conçue pour permettre aux occupants de bénéficier de conditions de vie agréables (espaces privatifs dédiés à la vie de famille et espaces communs pour la vie collective). Dans la mesure où il s’agit d’une aire d’accueil de passage, les séjours y seront de durée variable. n * Rappelons que, au titre de la Loi Besson (loi n° 2000-614 du 5 juillet 2000), les communes de plus de 5 000 habitants ont l’obligation de réaliser une aire d’accueil aménagée et entretenue (obligation fixée dans le contexte d’un schéma d’accueil départemental).


ACTUALITÉS Éducation

Nos écoliers attaquent le green

Mi-avril, une nouvelle session de formation au golf sera organisée au profit de 260 écoliers.

C

’est la troisième année que la commune propose ainsi aux écoles élémentaires un programme d’initiation au golf, à grande échelle. Elle en assure le financement, avec l’aval de l’inspection départementale de l’Éducation nationale. Il est vrai que la présence sur la commune du terrain géré par les Nouveaux Golfs de France (NGF), favorise un tel apprentissage, qui s’avère particulièrement attractif pour les jeunes Saint-Ouennais. Pour les classes qui se sont portées volontaires, la formation s’inscrit alors dans le cadre des projets d’école des établissements concernés. En 2010, pas moins de dix classes seront finalement associées à ce projet, à raison de huit séances d’1 h 30 chacune. Elles se dérouleront, entre le 12 avril et le 18 juin prochains, au golf. Des évaluations auront lieu en fin de parcours et une grande manifestation inter-écoles permettra aux enfants de mesurer leurs capacités lors d’une compétition amicale en juin.

L’étiquette

L’apprentissage du golf, ce n’est pas seulement du sport ! Les enfants apprennent avant tout à bien se comporter en

groupe et à maîtriser leur comportement. C’est ce qui s’appelle ici « l’étiquette » et le respect des règles participe aussi de l’éducation ! Il est très surprenant de voir que, plongés dans ce milieu original, les enfants parviennent (petit à petit) à se concentrer sur le jeu et à respecter l’environnement (le terrain), ainsi que les autres joueurs. « On essaie d’évaluer leur capacité sur les petits coups, leur précision, et un peu de stratégie de jeu », explique Romain Dagorno (« pro » du golf) évoquant les finalités de la formation. « Pendant les séances sur le parcours, on essaie de voir s’ils respectent bien les consignes de sécurité » c’est ce qui les rendra capables, un jour, de pouvoir aborder le jeu par eux-mêmes, s’ils y ont pris goût. « Le plus enrichissant pour eux, c’est d’aller sur le parcours », note le « pro ». « Les plus adroits produisent des coups très corrects au practice (lieu d’entraînement), d’autres sont meilleurs au putting, mais le parcours c’est plus

concret. Quand on les met en scène sur le parcours, ils se tournent vers la réussite de leurs coups, ils peuvent aussi, bien s’y comporter, indépendamment de la technique de jeu ». Et puis, le golf c’est aussi une occasion pour les enfants d’appréhender le travail scolaire sous un autre jour. Les enseignants peuvent, en effet, évoquer l’histoire du jeu, son vocabulaire. Le site où l’on joue est à lui seul un objet de curiosité pour les enfants, qui le découvrent le plus souvent pour la première fois. Dans cette perspective, les professeurs des écoles qui accompagnent leurs classes bénéficient, au démarrage, d’une initiation particulière au jeu. Ils sont donc pleinement associés au déroulement des stages, où ils animent des ateliers aux côtés de l’équipe du golf. n

Ils participent : Prévert, 1 classe de CM2 (25 enfants) La Prairie, 1 classe de CM1/CM2 (29 enfants) Rousseau, 1 classe de CM2 (28 enfants) Effel, 2 classes de CM2 (26 et 28 enfants) Liesse, 3 classes de CM1/CM2 (23,25 et 26 enfants). Le Nôtre, 2 classes de CM2 (26 et 28 enfants).

Avril 2010 • SOA Infos

5


ACTUALITÉS Parvis du château d’Épluches : plantations

Gares SNCF

Halte pont-petit : travaux de sécurisation Des filets de protection sont en place.

A

Les travaux d’aménagement du parvis du château d’Epluches, façade donnant sur la rue Colette, sont à présent quasi achevés. Le parvis est planté de végétaux d’ornement, une végétation toute nouvelle dont le printemps devrait favoriser le développement.

A votre écoute

Andrée Salgues, conseiller général du canton de Saint-Ouen l’Aumône et Mérysur-Oise tiendra une permanence à l’hôtel de ville de Saint-Ouen l’Aumône les samedis 17 avril et 15 mai, de 9 h à 11 h 30 et le samedi 24 avril, de 9 h à 11 h, en mairie de Méry-sur-Oise. Accueil sur rendez-vous : 01 34 21 25 63.

Métiers de l’armée

Un représentant de la Défense tient des permanences en mairie, un mercredi par mois de 14 h à 16 h 30 pour informer les jeunes sur les métiers proposés par les différentes armées. Ces permanences permettent aussi de s’informer sur les journées d’appel et de préparation à la Défense. Prochains rendez-vous, les 14 avril et 12 mai.

Jardin du souvenir

la suite de plusieurs désagréments, les riverains de la rue Blanqui, située en contrebas de la halte Pont-Petit, ont souhaité que des mesures de sécurisation soient prises afin de prévenir les chutes d’objets. C’est pourquoi la municipalité a plaidé auprès de la SNCF pour qu’un

Environnement

Nouvelle campagne de dératisation

Chaque année, la commune procède à deux campagnes de dératisation, l’une au printemps, l’autre à l’automne.

L

a campagne de printemps doit avoir lieu du 6 au 9 avril. Elle doit permettre le traitement des locaux publics (bâtiments communaux : mairie, groupes scolaires, équipements culturels, sportifs, équipements sociaux, chaufferies…). Parallèlement, certains espaces publics sont également traités préventivement, de façon à limiter l’intrusion éventuelle des animaux. Des produits raticides (anticoagulants) seront ainsi déposés à des endroits stratégiques. Sont ainsi concernés les berges de l’Oise ainsi que les abords de certains habitats collectifs (sur les sites qui relèvent de la responsabilité communale).

Santé publique

Des travaux ont été réalisés au cimetière, pour assurer l’aménagement d’un nouvel espace de dispersion des cendres pour le crématorium, au jardin du souvenir.

6

SOA Infos • Avril 2010

dispositif de protection puisse être mis en place sur le quai Nord. Aujourd’hui, les travaux, financés par Réseaux Ferrés de France (RFF), sont achevés et un filet de 4 mètres de haut a été installé le long du quai. Il devrait ainsi permettre d’éviter tout nouvel incident. n

Les campagnes de dératisation sont effectuées dans un souci de protection de la santé publique*. Les rats sont des rongeurs dont la prolifération est rapide et qui peuvent faire de nombreux dégâts. Ils peuvent affecter notre environnement collectif (les fils électriques et les tuyaux peuvent, par exemple, être endommagés) alors que le creusement de galeries peut fragiliser des cheminements (bords des berges, notamment). Ils sont aussi vec-

teurs de maladies (leptospirose, en cas de morsure), ce qui justifie la mise en œuvre de mesures sanitaires de protection. C’est une entreprise spécialisée qui intervient pour le compte de la commune, dans les quartiers. Les deux campagnes annuelles suffisent à réguler le peuplement des rongeurs. Le reste de l’année (ceci est prévu dans son contrat), la société interviendra sur requête des services municipaux, à la suite d’éventuels signalements. Pendant la période de dératisation, des produits raticides sont également distribués aux habitants qui en font la demande (passage dans les quartiers). Il est possible de demander ces produits à usage domestique, à l’accueil en mairie. Dans cette même période, une campagne de désinsectisation est également conduite ; elle vise essentiellement les cafards. Des traitements spécifiques sont aussi effectués tout au long de l’année dans les égouts, avec le concours du SIARP. Au total, la commune consacre un budget global annuel de 10 900 € TTC à ces interventions préventives. n * Règlement sanitaire départemental (circulaire du 3 août 1978, article 125.1 et 130.5)


ACTUALITÉS Travaux de grosse maintenance

Espaces communs des copropriétés : aide financière de la commune

Le programme prévisionnel 2010-2012 des travaux de grosse maintenance a été examiné mi-février, lors de la réunion annuelle avec les représentants des copropriétés.

Nouveaux habitants

Prochaine réunion d’accueil pour les nouveaux habitants, le samedi 17 avril, à partir de 10 heures. Si vous souhaitez participer, faites vous connaître en mairie auprès du service communication, tél. 01 34 21 25 44, pour recevoir une invitation. La visite comprend une découverte de la ville en car, avant une rencontre en mairie avec l’équipe municipale.

Médaillés du travail

La prochaine promotion des médaillés du travail sera reçue en mairie pour la cérémonie officielle de remise des médailles le 10 avril prochain (sur invitation).

Enquêtes iNsEE

F

in 2007, le Conseil avait approuvé le principe d’aides aux copropriétés ou aux associations syndicales libres (ASL) pour réaliser des travaux de remise en état de leurs espaces extérieurs et de leurs réseaux d’éclairage public, rendus nécessaires du fait de leur vétusté, d’un manque d’entretien régulier et de difficultés de financement. Un audit sur l’état du patrimoine a été réalisé en 2007 et présenté aux copropriétés (analyse technique et financière). Ce diagnostic (voirie et éclairage public) a permis de dresser un programme pluriannuel des opérations de « grosse maintenance » à envisager. Ce programme de travaux est actualisé collégialement, en fonction des décisions des copropriétés. Chaque année, la municipalité invite les copropriétaires (13 ASL ou copropriétés recensées) à une réunion où est dressé le bilan des réalisations écoulées et où est présenté le nouveau programme prévisionnel de travaux. En 2010, une enveloppe de 40 000 € leur sera consacrée. Les travaux de grosse maintenance concernent les voies privées ouvertes à la circulation publique (chaussées, trottoirs, parkings non privatifs, éclairage public). En revanche, ni les travaux neufs ni les espaces verts ne sont concernés. La commune contribue

à hauteur de 60% du montant TTC des travaux de grosse maintenance effectués par les copropriétés s’agissant de leurs espaces privés. La plupart des ASL bénéficient de conventions d’entretien du réseau d’éclairage public et ont rétrocédé leur réseau d’assainissement à la commune. Les programmes financés font l’objet d’une convention particulière et sont planifiés selon des dates d’intervention respectant une programmation pluriannuelle. Les services techniques de la commune assurent alors une fonction de conseil et aident à identifier au mieux les besoins. La maîtrise d’ouvrage des travaux est assurée par la copropriété qui doit également garantir le préfinancement de la totalité des chantiers qu’elle engage. L’aide communale a pour objectif de favoriser la qualité du suivi de la maintenance de ces espaces, une bonne maintenance étant la clef d’une bonne gestion et permettant d’éviter des travaux beaucoup plus lourds et la dégradation du patrimoine. Le programme 2010 envisage des réalisations de voirie, pour les lotissements « Les Sorbiers » (rue du Général Dombrowski), « av. du Château » (Impasse Edouard Vaillant) et « Les Cottages » (place Alexis de Tocqueville). n

L’INSEE communique que des enquêtes d’intérêt général et obligatoires se déroulent au long de l’année. Il s’agit soit de visites à domicile, soit d’enquêtes téléphoniques. L’arrêté concernant le programme annuel des enquêtes est consultable sur Internet, www.cnis.fr

Tondeuses à moteur gare au bruit ! Les tondeuses vont bientôt entrer en action, c’est de saison. Attention toutefois au respect de la tranquillité de vos voisins. Les tondeuses à moteur (souvent bruyantes) font l’objet d’un usage réglementé (arrêté municipal). Ceci afin de respecter le repos des riverains. L’utilisation est possible du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h et de 14 h 30 à 19 h 30. Le samedi de 9 h à 13 h et de 16 h à 19 h. Pas d’utilisation le dimanche ou les jours fériés.

Avril 2010 • SOA Infos

7


ACTUALITÉS Prochains départs (en mai ou juin)

Les classes de découverte se poursuivent avec nos écoliers. Prochains départs du 14 au 21 juin à Saint-Hilaire de Riez (Vendée) pour l’école Effel, avec 2 classes (27 CM2 et 25 CM1/CM2).

Groupe de parole

L’association France Alzheimer propose un groupe de parole « libre expression des familles ». Prochaine séance le vendredi 21 mai : « L’isolement, l’épuisement physique et moral peuvent-ils entraîner la maltraitance ? ». A partir de 14 heures, 2 Place Victor Leveau. Séances gratuites, informations pour tous ceux qui se sentent concernés de près ou de loin par cette maladie. En savoir plus : 01 34 64 43 03, Mme Not.

Musée de l’éducation

Réhabilitation

Parc Le Nôtre : lancement des travaux

Dès le mois de mars se déroulent les premiers « état des lieux ».

C

ette démarche marque le début de l’opération de réhabilitation de 354 logements du Parc Le Nôtre. Parallèlement aux reconstructions-démolitions qui vont changer en profondeur la physionomie de la résidence, d’importants travaux de remise à niveau de tous les autres logements du site vont s’engager. Une réunion s’est tenue le 1er mars avec les locataires concernés à l’initiative du bailleur, Emmaüs Habitat, en présence des architectes, de l’entreprise titulaire du marché Bateg, et de la municipalité. Il s’agissait de présenter les étapes des travaux et d’évoquer leurs conditions de réalisation (phasage des chantiers, contenu très détaillé des types de travaux réalisés dans les logements et sur les bâtiments). Il s’agissait aussi de préciser aux locataires les conditions pratiques de déroulement des chantiers, de leur assurer la présence sur le terrain d’un référent tout au long des étapes (ligne téléphonique spécifique pour le joindre, boîtes aux lettres sur le site pour les échanges avec les

locataires et agence sur le site (bâtiment I, entrée 13, au rez-de-chaussée). La réunion a également permis d’évoquer les rôles respectifs et les droits et devoirs des uns et des autres, pendant la durée des travaux. Une charte a ainsi été établie et s’applique depuis le mois de mars, avec les premiers « états des lieux ». La période de travaux doit s’étendre sur 18 mois. C’est au Sud que commencent les chantiers, le premier immeuble concerné étant le bâtiment F où s’engageront début avril des travaux sur les réseaux, la chaufferie, les interventions dans les logements y étant programmées en juin pour une durée de 2 mois. Un appartement témoin est d’ores et déjà visitable par les locataires, qui sont invités à s’y rendre afin de mieux appréhender la réalité des travaux qui affecteront leur logement. Des mesures d’accompagnement sont également proposées aux personnes âgées ou à mobilité réduite dans la période de travaux les concernant (déplacement des meubles avant travaux). ■

Logement Tout au long de l’année le musée départemental est un lieu de visite intéressant à découvrir. En savoir plus : 01 34 64 08 74.

Épicerie sociale

Un projet d’épicerie sociale devrait voir le jour d’ici la fin 2010. Ce projet est impulsé par le Centre Communal d’Action Sociale et le Secours Catholique. La future épicerie sociale proposerait pour ses débuts, des produits alimentaires secs. Si vous souhaitez devenir bénévole pour assurer la gestion et l’accueil de cette structure, contactez les services municipaux au 01 34 21 25 00 poste 2700 (Mme Guillaux).

8

SOA Infos • Avril 2010

Résidence sociale Lucie Aubrac : premiers emménagements Une quarantaine des 75 logements que compte le bâtiment sont désormais habités.

C

ette résidence sociale, située sur une partie des terrains de l’ancien foyer Sonacotra du Vert-Galant, est gérée par Adoma (anciennement Sonacotra). L’équipement s’adresse à des familles (couple sans enfant, couple avec un enfant ou famille monoparentale avec un ou deux enfants). Il s’agit de petits logements de 16 à 33m², équipés et meublés. Les séjours sont de durée limitée, en attente d’un logement plus permanent. Les attributions de logements se font via

des commissions d’attributions régulières (une à deux fois par mois). Les logements sont contingentés (8 pour la commune, 19 pour la préfecture, 4 pour la région, 8 pour le département et 36 pour le bailleur). Chaque partenaire présente ses candidatures à la commission regroupant des représentants de tous les partenaires. Les demandeurs de logement peuvent constituer un dossier en s’adressant auprès du bailleur : Adoma, résidence Lucie Aubrac, 56 Avenue du Château. ■


ACTUALITÉS Centre de loisirs

Découvrir et partager les jeux de société

Centres d’hiver : la variété

La 9e édition de la soirée « Jeu en famille » se déroulera à L’imprévu le 30 avril prochain. Sont conviés les enfants qui fréquentent les centres de loisirs, avec leurs parents et autres grands-parents...

L

’événement a lieu une fois par an et réunit près de 250 personnes, enfants et adultes compris ; un vrai succès ! L’objectif de la soirée est de partager un moment de convivialité autour d’une pratique qui se perd, le jeu de société. Ce dernier a pourtant de nombreuses vertus. Il est synonyme à la fois de partage, d’amusement, d’apprentissage du respect des règles, de fair-play, de découverte, et aussi de coopération.

En coulisse, ça se prépare…

Les animateurs de la ville sont sur le pont. Ils ont décidé de faire d’une pierre deux coups en plaçant cette soirée sous l’angle de la musique, thème également retenu pour le carnaval de la ville. C’est donc dans un décor carnavalesque que se déroulera la soirée autour de jeux de réflexion, d’adresse, d’observation et de vivacité. Vous pensez Monopoly, Trivial Pursuit ou Petits Chevaux ? Il n’en est

Pratique La soirée est sur invitation, renseignez-vous auprès des animateurs des centres de loisirs pour être convié. Rendez-vous à L’imprévu le vendredi 30 avril de 19 h 30 à 22 h 30 et que le meilleur gagne.

Ce sont encore des activités très diverses qui ont été pratiquées par les enfants des centres de loisirs durant les vacances d’hiver.

rien ! Place dorénavant à Flair d’Ours, Frutinelli, Spoker, Mare Bella, L’école des fantômes, Mon 1er Carcassonne et tant d’autres jeux. C’est aussi le but de la soirée, faire découvrir aux parents les jeux de leurs enfants, ceux qu’ils affectionnent quand ils sont dans les centres. Dans le domaine, il y a eu un vrai renouveau.

Autour du jeu

La soirée « Jeu en famille » se veut une distraction pour tous et les parents seront mis à contribution. Des jeux autour de la musique seront proposés sous forme d’un grand quizz et ce ne sont pas les enfants qui se rappelleront de Woodstock… Les animateurs se transformeront eux en véritables croupiers. De l’avis des parents qui ont participé aux précédentes éditions, l’événement est un vrai moment de détente qui marque la fin des vacances de printemps. Alors tous aux jeux ! ■

Les plus sportifs ont eu droit à de la boxe française, du handball, de l’athlétisme, du fitness, des visites à la piscine, du basket et des ateliers autour du cirque. Pour les autres, des activités manuelles étaient proposées et l’on a commencé à préparer les décors de la « soirée jeux » qui se déroulera fin avril à L’imprévu (lire ci-contre). Certains sont allés visiter une exposition à l’abbaye de Maubuisson.

Du côté des philosophes… « La maturité de l’homme, c’est d’avoir retrouvé le sérieux qu’on avait au jeu quand on était enfant. » Nietzsche « On peut en savoir plus sur quelqu’un en une heure de jeu qu’en une année de conversation. » Platon

Avril 2010 • SOA Infos

9


ÉCONOMIE Chennevières – Parc Le Nôtre

Des réhabilitations qui favorisent l’emploi local

La commune vient de signer une convention avec tous les acteurs du programme de renouvellement urbain. Plus de 20 000 heures de travail vont ainsi être réservées aux personnes les plus éloignées de l’emploi.

U

ne charte locale d’insertion vient d’être signée entre notamment l’ANRU, la commune et les bailleurs sociaux Emmaüs Habitat et OPIEVOY. Ce document stipule que les marchés de travaux doivent réserver à des personnes en insertion au moins 5 % du nombre total des heures travaillées sur les chantiers. Précisément, cela représente 7 300 heures sur le projet de réhabilitation du Parc Le Nôtre, 8 000 heures sur le chantier de construction du boulevard Ducher, 3 600 heures sur le chantier de la cité Jules César et 1 700 heures sur le programme immobilier de 19 logements, rue des Beaux-Vents.

Des acteurs mobilisés

Pour mener à bien ce projet piloté par la commune, tous les acteurs travaillent main dans la main : services municipaux, du département et de l’Etat, bailleurs sociaux et acteurs des politiques de l’emploi : Pôle emploi, Mission Locale, la CLEF, le GRETA, associations de travail intermédiaire. Le dispositif est destiné aux habitants

de Chennevières, du Parc le Nôtre et du Clos du roi. Sont également concernés les demandeurs d’emploi de longue durée, les bénéficiaires des minimas sociaux (RSA compris), certains jeunes suivis par la Mission Locale, les publics agréés par le Pôle Emploi et les travailleurs handicapés. Deux fois par an, un bilan sera établi afin de suivre

l’évolution du dispositif. L’objectif est clair : permettre aux habitants de la commune qui cherchent du travail dans le secteur du bâtiment (mousse chantier, manœuvre, coffreur, peintre ou encore aide chauffagiste) de pouvoir bénéficier des offres d’emplois liées aux chantiers en cours ou à venir sur le territoire de la commune. n

Le saviez-vous ? La démolition du bâtiment 1, à Chennevières, a permis à 11 salariés d’être recrutés par la biais de l’association Tilt Service pour un total de 3 237 heures. La démolition des tours 19 et 20 a permis d’attribuer 2 000 heures de travail dans le cadre de ce dispositif. La démolition de l’ancien centre commercial de Chennevières, a permis le recrutement d’une personne (99 heures) par le biais de la Mission Locale. L’aménagement de la première phase du Parc urbain de Chennevières, a permis le

recrutement en CDD d’un jeune du quartier, repéré par La Coordination Locale pour l’Emploi et la Formation (CLEF). L’entretien des espaces verts de la commune, sur le Parc le Nôtre a été confié dans le cadre d’un marché public d’un an, à un Centre d’Aide par le Travail (travailleurs handicapés). Un chantier éducatif mis en œuvre par Emmaüs Habitat (en 2007-2008) a permis d’employer 6 jeunes, via l’association TILT Service sur un chantier de remise en peinture des cages d’escalier.

DROIT DE RÉPONSE - A propos de l’article paru dans notre numéro de février concernant la clinique du Parc Madame Laurence Delmar, gérante de l’établissement, dont nous avons rapporté les propos dans cet article nous fait savoir « qu’une citation lui est attribuée en tant que docteur et PDG de l’établissement, or elle n’est ni l’un ni l’autre ». En effet, c’est par erreur que nous avons attribué à Madame Delmar qui

est la gérante de la clinique, des propos tenus par le Docteur Jean-Claude Delmar, qui en est le PDG. Nous regrettons bien évidemment la confusion survenue dans les titres des personnes ainsi citées. n

16-25 ANS : CLEf EN mAIN

Jeunes 16/25 ans du nouveau pour vous Le service civique est ouvert à 75 000 jeunes qui souhaitent se rendre utiles aux autres. Tout jeune de 16 à 25 ans pourra s’engager, comme volontaire, pendant 6 à 12 mois dans une organisation à but non lucratif pour accomplir une mission d’intérêt public ou social moyennant une indemnité mensuelle de 600 € environ.

10

SOA Infos • Avril 2010

Quels domaines ?

Solidarité et lutte contre l’exclusion, éducation à la santé, accès aux pratiques culturelles et sportives, mémoire et citoyenneté, pédagogie du développement durable, solidarité internationale, huma-

nitaire d’urgence, voici les domaines dans lesquels vous pouvez vous engager. Alors, allez vite vous renseigner et vous inscrire sur le portail internet service-civique.gouv.fr et retrouvez-nous le mois prochain pour d’autres infos.


DOSSIER

Aide aux devoirs

Soutien scolaire : cap sur la réussite Sur 5 sites* (7 groupes), le service d’Animation locale propose un accompagnement scolaire, tout au long de l’année. Il s’adresse aux élèves des écoles primaires, collèges et lycées.

L

es activités se déroulent après l’école et durent une heure et quart (un peu plus pour les lycéens). Ces activités sont encadrées par des intervenants recrutés par la mairie, (principalement des étudiants, de niveau Bac +2 ou Bac +3, selon les niveaux des élèves) accompagnés sur le site par un animateur. Il s’agit d’une aide aux devoirs : le jeune dispose d’un

endroit calme et d’un bon accompagnement pour faire le travail donné par ses enseignants et revoir les leçons du moment. L’accompagnement se fait sur la base de petits groupes de dix jeunes au maximum (14 pour les lycéens). L’intervenant prend le temps d’assister chacun à son rythme, en insistant sur les points qui méritent une attention : lecture, mathématiques… Les jeunes s’inscrivent à

ces activités au trimestre ou à l’année. Selon les possibilités, les inscriptions tiennent compte d’éventuelles activités croisées (jeunes qui font régulièrement du sport ou de la musique, par exemple). L’assiduité est toutefois de mise et les présences contrôlées. Des bilans sont dressés chaque trimestre avec le concours des enseignants, ce qui permet de suivre la progression des jeunes et Avril 2010 • SOA Infos

11


DOSSIER d’en référer aux familles. Par ailleurs et au-delà de l’aide aux devoirs, ces activités sont l’occasion de dialogues et d’échanges. Dans leur prolongement et sur la base du volontariat, il est proposé aux jeunes, depuis la fin des vacances d’hiver, de bénéficier, le mercredi, de séances de détente centrées sur d’autres types d’apprentissages (atelier multi-sports au gymnase du Parc, ou pour les collégiens, atelier de réalisation d’un court-métrage, dans le cadre du festival « Jeunes, regard sur la cité »). n * Où est-ce ? Au Clos du roi : LCR, 3 rue Pagnère ; LCR, 33 Av du Général de Gaulle (rez de chaussée et sous sol) Au 78 Av de Verdun Au Château du Parc A la Maison de quartier de Chennevières Au LCR, 27 square de Picardie Coût de l’activité 12€ par trimestre

12

SOA Infos • Avril 2010

I Coup de pouce lecture : école de la Prairie.

Éducation

Réussite éducative : une action ciblée sur la prévention précoce Depuis septembre 2006, le Programme de Réussite Educative (PRE) est à l’œuvre. Il suit la scolarité des jeunes selon le principe d’un accompagnement individualisé. Ce qui est bien spécifique à Saint-Ouen l’Aumône, c’est la volonté de s’attaquer très tôt (prévention précoce) aux difficultés scolaires, et de tourner le travail du PRE, en priorité vers les 6/11 ans (CP au CM2). Pour ce faire, une équipe

pluridisciplinaire a été constituée. Elle est composée d’un coordonateur de programme, d’un éducateur spécialisé, d’une psychologue et d’une animatrice socioculturelle. Cette équipe dépend de la direction de l’Animation locale.


DOSSIER

I PRE, activités sportives et culturelles.

Chaque année, un groupe de jeunes (ils sont seize en 2010) est régulièrement suivi. Les jeunes sont ainsi orientés par le milieu scolaire, les assistantes sociales ou d’autres partenaires. Ils sont pris en charge pour une durée de deux années en moyenne (la moitié de l’effectif a été renouvelée cette année). La « Réussite Educative » accompagne les familles sur la base d’un projet éducatif. En effet, les parents doivent aussi s’impliquer dans la démarche et s’engager (contrat) à rencontrer régulièrement l’équipe éducative et à participer aux activités avec les enfants. Le PRE suivra l’enfant tout au long de l’année, sur la période scolaire (4 soirs par semaine) mais également pendant les vacances. Au delà de l’accompagnement scolaire, ce dispositif est un moyen d’ouverture pour les jeunes concernés, à des activités sportives et culturelles nouvelles. C’est aussi une façon de renforcer le lien social. Des ateliers parents-enfants, sont organisés et un temps de réflexion est ménagé pour les adultes sur des thèmes susceptibles de les accompagner dans leur rôle de parents. Ce dispositif a d’ores et déjà fait ses preuves. La structure est reconnue pour son travail de prévention par les partenaires spécialisés dans l’action éducative et sociale.

Les collégiens aussi…

Le PRE s’occupe aussi d’accueillir des collégiens en rupture avec le milieu scolaire. En cas d’exclusion temporaire (ils étaient 30 en 2009), le PRE prend le relais et s’occupe du jeune. Il s’agit alors de l’accompagner, lui et sa famille, en relation avec l’établissement scolaire afin de favoriser son retour au collège dans les meilleures conditions possibles. Enfin, la « Réussite Educative », passe aussi par l’animation de clubs « coup de pouce lecture » dont l’objectif est de renforcer l’apprentissage de la lecture et de l’écriture auprès d’enfants dont les enseignants ont décelé les difficultés en début d’année. De novembre à juin, à raison d’une séance quotidienne (4 fois par semaine), ils participent à des clubs de lecture, pour lesquels là encore, un engagement est demandé aux familles aux côtés de l’enfant (participation au moins trois fois dans l’année aux

ateliers et présence à une séance à la médiathèque). Il existe actuellement 5 clubs « coup de pouce », qui rassemblent 26 enfants de CP au total, répartis dans 4 groupes scolaires (Prairie, Rousseau, Le Nôtre, Prévert). n

PRE : repères…

Les activités du Programme de Réussite Educative sont basées dans un local situé au 6, cité Jules César. Le programme est financé avec des aides de l’Etat (Agence de Cohésion sociale par l’Egalité des chances), le Conseil général (programme spécifique), et la commune. Le support juridique de l’opération est assuré par la Caisse des Ecoles.

I Coup de pouce lecture : à l’heure de la rentrée, Andrée Salgues accueille les familles.

Avril 2010 • SOA Infos

13


ZOOM L’archéologie dans le Val d’Oise A ce jour, le site le plus ancien découvert dans le département est Villiers-Adam (- 110 000 ans av. JC). Une des dernières découvertes du service a été la nécropole de Gonesse il y a deux ans avec pour exemple une trouvaille exceptionnelle : des épées gauloises en fer. A Saint-Ouen l’Aumône, des vestiges datant du Paléolithique ont été retrouvés dans des gravières près du cimetière ; un cimetière mérovingien a lui été découvert lors de la construction du chemin de fer de Maubuisson. En 1997, les fouilles engagées sur la ZAC Saint-Prix ont permis de retrouver des vestiges de l’âge de bronze. L’histoire n’a pas encore livré tous ses secrets… En moyenne, le SDAVO fait une dizaine d’interventions par an (sondages et/ou fouilles).

Le saviez-vous ? L’archéologie est une compétence de l’Etat. Il est le seul à avoir le droit d’investiguer le sol à la recherche de vestiges. Le SDAVO a reçu un agrément de la part de l’Etat et fait partie des opérateurs qui peuvent répondre aux prescriptions de l’Etat.

Ces archéologues qui n’en sont pas !

Département

Les archéologues de Maubuisson

Composé de 18 personnes, le Service Départemental d’Archéologie du Val d’Oise (SDAVO) est installé au 1er étage de l’abbaye de Maubuisson. Au quotidien, il étudie et reconstitue l’histoire de notre territoire.

C

e service, aujourd’hui dirigé par Patrice Rodriguez, a une histoire intimement liée au bâtiment qui l’héberge. C’est grâce aux travaux de ses archéologues que le site de l’abbaye de Maubuisson a pu renaître de ses ruines, et bénéficier d’une réhabilitation dans le respect de ses origines. Créé en 1984, le service s’attache à étudier, classer, conserver et mettre en valeur le patrimoine du département, de la Préhistoire à la Révolution. C’est ainsi que plus de 15 000 documents, 7 000 cartes et des centaines de notices ont pu être rassemblés, et surtout une collection hors du commun de vestiges.

De l’archéologie préventive

L’archéologie n’est à priori pas une mission obligatoire du Conseil général. Le SDAVO ne réalise qu’1/3 des chantiers archéologiques du Val d’Oise, après accréditation de l’Etat. Dans la majorité des cas, il pratique de l’archéologie préventive, c'est-à-dire qu’il intervient avant que des travaux, publics ou privés, ne compromettent irrémédiablement les traces laissées par nos ancêtres. Loin des clichés de l’aventurier, l’archéologue

I Vestiges découverts par le service. Des bénévoles viennent régulièrement aider le service à inventorier, classer... Certains peuvent même participer à la vie de chantiers (les mercredis après-midi). Ces bénévoles ne sont pas à confondre avec les « chercheurs de trésor » qui ne se soucient pas d’archéologie. Ces derniers utilisent fréquemment des détecteurs de métaux (interdits) et détruisent souvent le lien entre l’objet trouvé et la couche géologique, ce qui représente une perte inestimable en matière de patrimoine national. I Chantier de fouilles à Villiers-Le-Bel.

14

SOA Infos • Avril 2010

est avant tout un scientifique qui croise la chimie, l’ethnologie, l’histoire, l’architecture… et qui est plus souvent en recherche au bureau que sur les chantiers de fouilles.

Restitution publique

Le service est ouvert au public. Son centre de documentation est accessible à tous, sur rendez-vous. Le site internet du département permet, quant à lui, de consulter les nombreuses ressources enrichies par les archéologues, notamment des notices communales. Le SDAVO intervient également dans les collèges, comme au collège du Parc où une classe participe à un atelier sur la ville médiévale. Une manière originale de valoriser le patrimoine et de faire découvrir un métier peu commun. n

Contact avec le service Rue Alexandre Prachay Tél : 01 34 64 36 10 Rendez-vous également sur www.valdoise.fr, rubrique « découvrir », puis « patrimoine ».


PASSÉ Par Serge Lesmanne

La fraude fiscale sur le vin sous l’Ancien Régime, suite… - 24 octobre 1738. « Allant de la Haute à la Basse-Aumône, avons rencontré deux parties armées de chacun un gros bâton. Passant devant eux, ils nous auraient chargés chacun de plusieurs coups de bâton de toutes leurs forces et ayant vu l’un de nous tombé à terre, ils auraient dit “foutre en voilà déjà un de bas” Vacquette (l’un des commis) ayant mis l’épée à la main et ayant arraché de force le bâton au dit Quatremains » (l’un des agresseurs), ils se seraient sauvés dans la Haute-Aumône. Une enquête sera menée à la suite de cette agression, aucun témoignage ne sera recueilli, quelques-uns diront en avoir entendu parler. - 24 février 1738. Vente à muchepot (en cachette) et rébellion. «Dans la rue de Saint-Ouen, une partie nous apercevant aurait couru avec vitesse et entré avec précipitation dans une cour. Une femme à l’entrée de la cave, dans la cour, achevait de verser de la liqueur d’une mesure de grès contenant un pot, avec un entonnoir de fer blanc dans une bouteille de grès qu’un inconnu tenait. La partie dit qu’il était de Picardie et qu’il se foutait de nous et s’évade. La femme refuse de dire son nom, déclare qu’elle donnait le vin. De peur, elle a laissé plusieurs sols (sous) qu’elle tenait dans sa main, criant de toutes ses forces “au voleur” et par ses cris redoutables, elle a fait amasser environ vingt personnes lesquelles se sont jetées sur nous et nous ont maltraités de coups de pieds et poings. Vacquette (l’un des commis) a reçu plusieurs coups de pierre de la femme qui tenait en sa main un pavé dans le dessein de casser la dite bouteille de grès que je tenais. » De nombreux contrevenants sont arrêtés sur la route ou à l’entrée du pont, à chaque fois les commis recherchent d’où proviennent le vin et l’eau-de-vie qui entrent frauduleusement à Pontoise. - 18 juillet 1689. « Etant donné que plusieurs parties, habitants de la ville de Pontoise, achèteraient journellement du vin chez le nommé Pierre Taupin, couvreur de maison, à la Haute-Aumône. Nous nous serions postés aux environs de la porte du pont de ladite ville, où étant, aurions vu passer le nommé François Jolivet, clocheteur*, portant en main une bouteille de terre de la contenance de deux pots, mesure de Pontoise, lequel était accompagné de 3 ou 4 personnes. Laquelle bouteille nous aurions saisi et trouvé icelle moitié pleine de vin que nous aurions goûté et trouvé bon vin rouge, loyal et marchand... Nous nous serions transportés en la maison dudit Taupin, où étant, et parlant à sa femme, aurions sommé ladite Taupin de nous déclarer à quel prix son mari et elle vendaient le vin. Nous aurait répondu qu’elle n’en aurait pas vendu mais bien donné audit Jolivet, que depuis fort longtemps elle en avait donné et à beaucoup d’autres et en donnerait encore à l’avenir ajoutant que nous ne l’empêcherions pas de faire des libéralités de son vin. » On ne peut s’opposer aux générosités, mais ledit Taupin ayant causé un préjudice notable aux droits d’entrée et de détail de la ville de Pontoise, les 5 muids et 5 demi-muids de vin qui sont dans sa cave sont saisis. * Celui qui précédait les convois funèbres une clochette à la main.

Groupe d’opposition municipale Liste ensemble, réussir notre ville

Elle avait un jolie prénom « Xynthia », mais cette tempête n’aura laissé que ravage et douleur sur son passage. « Dame nature » est difficile à apprivoiser ! Pourquoi ne pas avoir tenu compte de la mémoire du risque ? Cette catastrophe montre à nouveau les responsabilités des communes en matière d’urbanisation à tout prix. A Saint-Ouen l’Aumône, nous ne sommes pas à l’abri d’une tempête, ni de la crue de l’Oise, souvenons nous des années 19931995. En 2004, le conseil municipal a approuvé le projet d’aménagement d’une aire de ralentissement dynamique des crues à Longueil Sainte Marie, par l’Entente Oise Aisne. En 2008, notre commune a mis au point son DICRIM (Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs), notamment les risques d’inondation, disponible en mairie. Dans le PPRI, la ville est découpée en zones de couleurs. Les abords des quais sont classés en zone bleu foncé ou bleu clair (secteurs inondables ou qui pourraient être inondés). Pourtant sur le quai de l’Ecluse, nous avons vu s’y construire les immeubles Oxford Cambridge (dont les murs se lézardent du fait du défaut de stabilité du terrain et dont le parking en sous-sol a déjà nécessité la mise en place de pompes), la nouvelle crèche des Oursons. Nous voyons poindre les nouveaux immeubles Emmaüs boulevard Ducher qui seront construits sur pilotis avec des passerelles inter immeubles au cas où les habitants ne pourraient plus sortir… sauf en barque. Nous avons vu se refaire les quais de l’Oise, tout en matériaux imperméables, de telle sorte que la moindre pluie crée d’énormes flaques qui ne se résorbent plus. La crue de 1910 sert de référence en matière de crue majeure. Mais depuis 1910, 90% des zones inondables d’Ile de France ont été urbanisées. Plusieurs catastrophes ont eu lieu dans d’autres régions mais nous n’avons pris aucune leçon. Si Xinthia a ravagé des habitations, c’est parce qu’elles se trouvaient là. Et si elles se trouvaient là, c’est parce que les communes responsables avaient autorisé leurs constructions. Notre municipalité n’a écouté ni les anciens, ni les techniciens, ni son opposition. Espérons qu’il ne faudra pas un jour chercher qui sera responsable d’une catastrophe dans notre ville. L’Equipe d’opposition Tél. 06.05.28.28.28. Mail vepelissier@wanadoo.fr Bernard Bertucco Van Damme Conseiller Municipal Avril 2010 • SOA Infos

15


CADRE DE VIE LE DRoIT ET Vous

Tri sélectif

Accident scolaire : qui est responsable ?

C’est de saison : quelques conseils pour éliminer les déchets verts

Par les Avocats du Barreau de Pontoise

Il n’est pas inutile de rappeler les règles en matière de responsabilité. Sur qui repose la responsabilité ? C’est l’enseignant en charge de la surveillance des élèves au moment des faits qui est responsable. Toutefois, sa responsabilité ne pourra être engagée que s’il est démontré qu’il a commis une faute dans la surveillance de l’élève blessé. Deux régimes de responsabilité sont susceptibles de s’appliquer : - La responsabilité civile, qui est une responsabilité dite de réparation. Elle vise à réparer le dommage subi, par l’octroi d’indemnités. Dans cette hypothèse, la responsabilité de l’Etat se substitue à celle de l’enseignant. - La responsabilité pénale est, quant à elle, une responsabilité dite de sanction, qui vise personnellement l’enseignant. Pour que cette responsabilité puisse être engagée, une « faute caractérisée » de sa part doit pouvoir être démontrée. Il s’agit d’une faute d’imprudence ou de négligence très marquée, et présentant une particulière évidence et intensité. Dans ce cas, l’Etat ne peut pas se substituer à l’enseignant. Quelles sont les conditions de mise en œuvre de la responsabilité ? Comme dans toute mise en cause, 3 éléments doivent être réunis pour mettre en jeu la responsabilité en cas d’accident scolaire : - Un fait dommageable : la blessure. - Une faute à l’origine de l’accident : un défaut de surveillance, qui interviennent dans le temps de la scolarité (dans l’établissement, ou au cours de sorties scolaires).

16

SOA Infos • Avril 2010

C’est le printemps (l’hiver finira bien par lâcher prise…) et le jardinage va reprendre ses droits dans les quartiers.

C

’est le moment de se remémorer quelques bons réflexes et quelques bonnes adresses pour bien profiter de ses loisirs. Les secteurs pavillonnaires disposent de sacs en papier pour la collecte en porte à porte (une fois la semaine, c’est le mardi) pour les déchets verts. Attention les sacs ne sont collectés qu’à raison de 4, au maximum, par tournée et ils ne peuvent contenir que des tontes d’herbe, des feuilles mortes ou des branchages et fagots liés de petite taille (inférieur à 18 centimètres de diamètre pour les branches).

La déchetterie vous accueille

La solution permanente, c’est la déchetterie. Les Saint-Ouennais y ont un accès gratuit (présenter un justificatif de domicile la première fois et vous recevrez une vignette d’identification de votre véhicule pour la suite). La déchetterie est située dans le parc d’activités des Béthunes, av. du Fief (fléchage). Les horaires

d’été débutent en avril : ouverture du lundi au vendredi de 10 h à 12 h et de 14 h à 19 h. C’est aussi ouvert les samedis et dimanches de 10 h à 19 h, ainsi que les jours fériés, sauf 1er mai. Mme Bourneville (hôtesse d’accueil sur le site) nous précise quelques conseils utiles à votre venue : « pour les déchets verts, n’utilisez pas de sacs plastiques, de cartons pour le transport des déchets, l’idéal c’est les sacs papier ». Ceci du fait du tri sélectif la benne de déchets verts doit contenir uniquement ce qui est favorable au traitement du compost. A la déchetterie vous pourrez bien sûr apporter aussi ce que vous voulez éliminer d’autre : gros branchages, souches d’arbres, pots de fleurs cassés, cailloux, gravats… Mais surtout ne les mélangez pas avec vos déchets verts, ils vont prendre la direction des encombrants, une fois sur le site. Pensez donc bien à trier vos déchets avant de les déposer et sachez que vous serez bien accueillis et orientés sur place. n


RENCoNTREs associatives I Remise de diplômes,

le 29 janvier dernier en mairie.

DEuX ou TRoIs

QuEsTIoNs À

Frédéric Cubas-Glaser, Président de l’association Apiref* Accompagné de Babeth Gauthier, professeur au sein de l’association

En deux mots, l’APIREF, c’est quoi ? C’est une jeune association créée en 2006 sur la commune. A l’origine, nous sommes un groupe de membres, tous issus de l’Education nationale. Nous constatons des difficultés chez certains parents et enfants d’origines étrangères, pour appréhender à la fois notre langue et notre système éducatif. Alors nous avons décidé d’agir, de créer l’association, de proposer une action « La Passerelle ». C’est un dispositif qui entend répondre aux problèmes de l’intégration, à la lutte contre l’illettrisme et à la réussite éducative. « La Passerelle », c’est donc des cours d’alphabétisation ? Oui, mais c’est un peu réducteur car notre démarche ne se limite pas à l’apprentissage de la langue française. Nous avons pour objectif de rendre les familles plus autonomes dans les démarches de la vie quotidienne. Pour cela, il faut leur per-

mettre d’appréhender les règles et les devoirs de notre société contemporaine par l’acquisition de savoir, de savoir-faire, de savoir-être. Notre méthode est fondée sur la pédagogie actionnelle, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de cours magistral, mais un réel dialogue qui s’engage entre tous. Chaque expérience vécue est enrichissante. Nous ne parlons pas que d’apprentissages, mais aussi de la vie quotidienne : la parentalité, la citoyenneté, l’ouverture culturelle, les démarches administratives… Les personnes qui viennent vers nous ont une furieuse envie d’intégration dans notre société, nous prenons simplement le temps de leur en montrer les codes. Et en terme de résultats ? L’APIREF, c’est aussi un centre d’examen agréé par l’Education nationale pour faire passer le DILF. Nous invitons évidemment les personnes qui font un bout de chemin avec nous à passer cet examen. Nous avons 100% de réussite, soit une cinquantaine de diplômés depuis 2006 (pas tous issus de l’APIREF, l’examen est ouvert à tous). Parfois, il s’agit ni plus ni moins du premier diplôme de toute une vie, ce sont des efforts récompensés et une aventure humaine multiculturelle vraiment enrichissante pour tous. Bien souvent, le regard de l’enfant sur ses parents change et il se sent lui-même plus mobilisé sur ses propres apprentissages. Un processus global de réussite se met alors en place. n * Apiref : Association Pour l’Intégration et la Réussite des Élèves et de leur Famille en Val d’Oise.

Contact avec l’association au 01 30 37 27 09 ou 06 77 03 88 96 Site Internet : www.apiref.fr

Le DILF en deux mots

Diplôme Initial de Langue Française : c’est un examen agréé par le ministère de l’Education nationale qui s’adresse aux non francophones. C’est une première étape qui peut ensuite aboutir sur le DELF (Diplôme d’Etudes en Langue Française) et sur le DALF (Diplôme Approfondi en Langue Française).

Matisse ou Chennevières ?

A l’origine, l’APIREF s’est d’abord adressée aux familles étrangères résidantes du Clos du Roi et du Parc Le Nôtre dont les enfants sont scolarisés sur les groupes scolaires Matisse et la Prairie. Depuis le mois dernier, de nouvelles séances ont été ouvertes dans le quartier de Chennevières.

Les horaires (hormis durant les vacances scolaires)

Ecole Matisse : • Mardi de 20 h à 21 h 30 • Jeudi de 17 h à 18 h 30 Maison de quartier de Chennevières : • Mardi de 14 h à 15 h 30 • Jeudi de 14 h à 15 h 30 Au LCR, 27 square de Picardie : • Mardi de 20 h à 21 h 30 • Jeudi de 18 h 30 à 20 h

Bien plus que de l’alphabétisation…

L’association mène régulièrement des actions culturelles en collaboration avec la médiathèque Stendhal, le Musée de l’Education du Val d’Oise et le théâtre des Arts à Cergy. L’association est aussi un lieu d’écoute et de convivialité. Régulièrement, des sorties familiales sont programmées pour que les familles puissent partager entre elles, leurs expériences et leurs différences culturelles (week-end à la mer, visite de Paris…). A chaque réussite de DILF, la municipalité invite les heureux lauréats pour une remise de diplôme officielle (la dernière a eu lieu le 29 janvier dernier).

Avril 2010 • SOA Infos

17


ABBAYE Exposition

« Fictions #3 » Bili Bidjocka Du 7 avril au 30 août 2010 à l’abbaye de Maubuisson. Commissariat : Simon Njami.

D

Bébés lecteurs

La médiathèque Stendhal propose des rencontres pour les bébés lecteurs, des rendez-vous réguliers pour les tout-petits autour du livre. C’est entre 10 h et midi, on peut rester une demi-heure, plus ou moins au gré de chacun. Prochains rendez vous, mercredis 7 avril et 5 mai ; samedi 17 avril. C’est pour les enfants jusqu’à 3 ans et leurs parents ou leur nounou…

Conversation philosophique

La médiathèque propose un atelier de conversation philosophique, prochain rendez-vous le samedi 17 avril sur le thème : « Qu’est-ce qui est important ? ». C’est de 15 h 30 à 17 h 30. Entrée libre. En savoir plus : 01 30 37 99 74.

Stages à l’abbaye

u 7 avril au 30 août 2010, dans le cadre du projet départemental « Visa pour l’Afrique », le site de Maubuisson à Saint-Ouen l’Aumône présente « FICTIONS #3 », une exposition de l’artiste camerounais Bili Bidjocka. Dans « FICTIONS #3 », Bili Bidjocka nous raconte une histoire improbable. Celle de la rencontre entre deux contemporains du XIIIe siècle : Saint Louis, fils de la fondatrice de l’abbaye, et Soundiata Keïta, l’un des plus grands empereurs d’Afrique. Les œuvres de Bili Bidjocka - tableaux, sculptures, installations - fonctionnent comme autant d’énigmes à déchiffrer. Dans la grange, lumière et obscurité révèlent l’ossature du bâtiment et font apparaître des silhouettes fantomatiques, évocatrices d’une présence féminine. Dans le décor gothique de la salle des religieuses, un rideau de perles géant s’inspire de la rencontre fictive entre Soundiata Keïta et Saint Louis. L’épopée de cet événement imaginaire est également le sujet d’un jeu de pistes à travers le parc, mêlant faits réels ou inventés. L’espace de l’antichambre et des anciennes latrines est aménagé en lieu de recueillement, ouvert aux visiteurs. Dans la salle du parloir, l’artiste rejoue la Cène, sous la forme d’une installation vidéo. Entre poésie et merveilleux, l’exposition est une invitation au voyage. Elle se présente comme un parcours, une promenade méditative dans laquelle le spectateur devient acteur de sa propre fiction. Abbaye de Maubuisson, site d’art contemporain du Conseil général du Val d’Oise Avenue Richard de Tour - 95310 Saint-Ouen l’Aumône Tél : 01 34 64 36 10 abbaye.maubuisson@valdoise.fr\www.valdoise.fr Horaires : tous les jours, sauf mardi, de 13 h à 18 h week-ends et fériés (fermé le 1er mai) de 14 h à 18 h Durant les expositions, visites commentées les 1er et 3e samedis du mois à 15 h 30

Vos enfants ont entre 6 et 11 ans, ils sont curieux et férus d’informatique ? L’abbaye de Maubuisson propose du 21 au 23 avril des stages de création multimédia où créer apprendre à regarder tout en remontant le cours du temps… Ils partiront à la découverte de l’abbaye et reconstitueront son histoire sur un cédérom.

18

SOA Infos • Avril 2010

Tarifs : moins de 25 ans gratuit Passe Culture gratuit adultes 3,80 € (individuels), 3 € (groupes) plus de 60 ans, 3 € (individuels), 2,20 € (groupes)


SPORT Football américain

17 avril : un match historique pour les Cougars Ils disputeront au Parc des Sports une rencontre face à l’équipe hollandaise d’Amsterdam (les Crusaders) et comptent bien sur le soutien des Saint-Ouennais.

P

our la première fois de leur histoire, les Cougars vont participer à l’EFAF Cup (l’équivalent des championnats d’Europe). Cette rencontre historique met de l’effervescence dans les vestiaires et puisque le club reçoit à domicile, il compte bien faire de l’événement une fête populaire. Xavier Mas, manager du club le confirme : « Pour nous, ce qui compte, c’est de réussir la fête et de faire découvrir le football américain et son esprit. » Et justement, la fête se prépare comme un grand « show » à l’américaine, calqué sur le superbowl (l’événement sportif le plus suivi de la planète) : des joueurs casqués qui comptent en démordre pour gagner des yards ; des « cheerleaders » venues les encourager et mettre le public en transe ; des feux d’artifice… La fête promet d’être belle !

Plus de 3000 spectateurs attendus

Pour le club saint-ouennais, c’est l’occasion ou jamais, de s’affirmer. Déjà sacrés champions de France à plusieurs reprises en juniors, Xavier Mas sait pourtant que sa discipline souffre d’un déficit d’image. « Là, avec le niveau de jeu qu’il va y avoir, chacun va pouvoir se rendre compte des qualités du sport : la tactique, les stratégies complexes, l’intensité du jeu physique et le fairplay. » L’issue du match reste ouverte mais les pronostics donnent plutôt Ams-

terdam gagnant (16 fois champions des Pays-Bas, 2 fois champions d’Europe, demi-finaliste de l’EFAF Cup l’an passé). Quoi qu’il se passe, les Cougars ont rendez-vous le 15 mai à Londres pour la suite de la compétition. S’ils remportent leurs matchs, ils en disputeront de nouveaux contre une équipe danoise (Carlstad), suédoise (Solsted) ou italienne (Bologne). Le spectacle commencera dès le 17 avril, au parc des Sports, allez les Cougars ! n

Samedi 17 avril Les Cougars/Amsterdam A partir de 17 h 30 au parc des Sports Entrée à 5 € pour les adultes et gratuite pour les moins de 18 ans Réservation en ligne possible sur www.lescougars.fr

Des nouvelles de la saison… Le championnat national a démarré et les Cougars l’ont bien engagé. Pour l’heure, deux défaites et deux victoires avec un 28-0 contre Aix-en-Provence le 7 mars dernier. L’équipe a trouvé ses marques et la finale du championnat est à portée de yards. La principale difficulté de la saison est que les noir et or devront disputer 9 matchs en 10 semaines à partir du 10 avril.

Contact avec le club

Auprès du président, Pascal valentin au 06 73 37 37 93 ou sur le site internet www.assoajudo.org Les entraînements se déroulent au dojo rue du Mail.

Volley-ball : des jeunes motivées Samedi 13 mars, l’ASSOA Volley-ball a organisé la 1ère journée des phases finales du championnat du Val d’Oise catégorie poussines. Onze équipes des communes d’Argenteuil, Cormeilles, Montigny, Saint-Gratien, Ermont et Franconville se sont affrontées sur le parquet du gymnase du Parc (matchs deux contre deux). Que de ferveur et de combativité de la part de ces jeunes volleyeuses en herbe !

Rugby : résultats mitigés

Dans le cadre d’un match en championnat Teulière, samedi 13 mars, les cadets du RCACP ont affronté leurs homologues d’Aulnay/Lagny. A l’issue d’une rencontre très disputée, les locaux l’ont emporté sur le score de 18 à 10. Le dimanche 14, les juniors n’ont pas connu le même succès et se sont inclinés 22 à 15 contre Brétigny. Le stade Couderc accueille régulièrement des rencontres juniors et cadets.

Ils courent, ils courent…

Le CSPTT 95 a participé au 70e championnat de France de cross country, le 14 mars dernier à Allonnes (72). 14 coureurs du club se sont engagés dans la compétition. Saluons les performances de Tesfey Bezabih (médaille d’argent en senior) qui a impressionné le public par sa remontée à 500m de la ligne d’arrivée et de Carlos Fernandes (champion de France en 2009, médaille d’argent cette fois-ci en vétéran). Bravo également à Béatrice Le Téno (championne de France vétéran) avec un bon 30m d’avance sur la ligne d’arrivée !

Avril 2010 • SOA Infos

19


oN eN pArLe Coup de Cœur

Arcimboldo c’est rigolo !

C’est ce qu’ont pensé la plupart des enfants du CP au CE2 (61 classes) qui ont visité l’exposition évoquant l’œuvre du peintre Italien, du XVIe siècle, Giuseppe Arcimboldo. Subtile, cette alliance de jeux et d’approche culturelle mêlés, proposée par le musée en herbe qui une fois de plus a « débarqué » ses grosses malles de savoir, pour planter le décor d’une exposition, dans le hall de l’hôtel de ville. Sous la houlette d’animateurs des centres de loisirs, transformés en guides, les enfants ont adoré découvrir les secrets d’une création si vivante à leurs yeux… Quel plaisir que de marcher dans les traces de ce curieux peintre qui faisait le portrait de son ami l’empereur d’Autriche en utilisant des fleurs, des fruits et des légumes… et qui composait des portraits que l’on pouvait lire aussi bien à l’endroit qu’à l’envers… De quoi en inspirer plus d’un !

20

SOA Infos • Avril 2010

Concert/7 MAI

Davy Sicard : le prodige réunionnais à L’imprévu

Ultime escale de la saison avec un énorme talent venu jouer son dernier album Kabar. Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, laissez-vous emporter par le « maloya kabosé » de cet auteur-compositeur-interprète. A 37 ans, Davy Sicard vit une consécration avec ce troisième album. Sacré meilleur artiste Afro-caribéen de l’année, il porte fièrement ses origines dans son cœur et dans sa musique : La Réunion. A travers sa musicalité, sa poésie, en français et en créole, Davy Sicard offre une œuvre poignante sur sa grande île. Des textes profonds sans tabous traitent de la négritude, de l’esclavage, de la colonisation, de ses racines, d’écologie… La voix gorgée de sensualité, la note épurée et pourtant si mélodique, Davy Sicard offre la plus belle carte postale sonore de son île cosmopolite et métissée, à la croisée des mondes : l’Inde, Madagascar, mais aussi l’Afrique et l’Europe.

Le « maloya kabosé » à l’heure de la modernité

De son enfance bercée par James Brown, Bob Marley ou encore Otis Redding, Davy Sicard travaille sa voix dans la lignée

des plus grands chanteurs. Il chante le maloya, chanson traditionnelle de la Réunion, qui parle de la souffrance des esclaves et en donne sa propre interprétation : un « maloya kabosé », mélange métissé et riche d’autres influences musicales qui garde la saveur et le cœur du maloya traditionnel. Davy Sicard transmet ainsi aux générations futures « sa Réunion ».

Une identité musicale peu commune

Souvent comparé à Jeff Buckley, Ben Harper, Terence Trent d’Arby, Ali Farka Touré ou bien encore Corneille, Davy Sicard veut simplement et modestement « rester sincère. Dès lors qu’on saisit l’esprit Maloya comme on dit chez moi, la Réunion devient possible. C’est cet esprit qui donne sa force au Maloya et permet d’être dans une sorte de communion avec les vivants et les ancêtres. C’est pour ça que je l’aime ! Elle me parle d’une terre, de son peuple et de son histoire (…) Je vis le chant comme une mise à nu. Chanter, c’est donner l’expression de son âme. » Laissez-vous séduire par ce virtuose des mots et des sons, ce sera le 7 mai à L’imprévu pour le dernier voyage musical de la saison. n

Kabar ?

D’origine malgache, le mot désigne une sorte de réunion, de discussion autour de différents thèmes, en rapport avec ce qui se passe dans le village, dans la société. A la Réunion, le kabar permet de chanter et danser le Maloya qui puise ses racines dans les interstices de l’époque esclavagiste. Ce rythme envoûtant met en transe le corps et les esprits et ouvre les portes de l’au-delà.


AGENDA Jusqu’en 2011



 exposition au musée de l’Education du Val d’Oise/« Une histoire de l’école,

les collections s’exposent »

Mieux comprendre comment s’est faite l’école que nous connaissons aujourd’hui est le premier objectif de cette exposition destinée à tous les publics. Montrer la place et le rôle des élèves et des enseignants, comprendre l’organisation scolaire, observer les matériels conduisant à explorer les transformations économiques, sociales et culturelles de la société moderne… Horaires 9 h à 12 h 30 et 14 h à 17 h en semaine et le 1er week-end de chaque mois de 14 h à 18 h

Du 7 avril au 30 août



 exposition-jeu/« Fictions # 3 » Une exposition de Bili Bidjocka, artiste camerounais. L’exposition se décompose en 3 espaces géographiques et un espace temporel. Les trois premiers seront aménagés sur le principe du visible et de l’invisible, de l’apparition-disparition, et du négatifpositif. L’idée étant que tout ce qu’on observera à un moment donné pourrait être perçu différemment à un autre. L’envers et l’endroit des choses… Abbaye de Maubuisson, rue Richard de Tour, ouvert tous les jours en semaine sauf le mardi de 13 h à 18 h ; ouvert les week-ends et jours férié de 14 h à 18 h

rence d’Ist, commissaire de l’exposition, réunit dans un même espace les représentations des femmes dans différentes cultures du monde. Les artistes de renommée internationale s’expriment par la peinture, la sculpture, la photographie, l’installation, la vidéo… Parmi eux, citons les figures de l’art contemporain tels Jacques Villeglé, Sipa et les artistes prometteurs tels Coskun, Robert Sobocinski, Jacques Bosser, Sentier, Uwe Schloen et bien d’autres... Le hall de l’hôtel de ville accueille une sélection d’œuvres représentatives tout comme la ville d’Orly. Entrée libre aux heures d’ouverture (lire p.2)

Samedi 10 avril



V sport/Volley ball – ASSOA/Saint-

Ouen (senior féminine 2)

14 h COSEC Marcel Pagnol

Du 14 avril au 12 mai



 exposition au musée de l’Education du Val d’Oise/« Etre Ainsi » - Evocation

de la femme dans les cultures du monde », 8e forum d’arts plastiques en Ile-de-France

Organisé par la ville des Ulis depuis 1986, les villes de Saint-Ouen l’Aumône et d’Orly ont choisi de s’associer à l’événement. Lau-

Vendredi 9 avril



 danse hip hop/Le poids du ciel

par Trafic de Styles

Librement inspiré des romans d’Italo Calvino, Le poids du ciel est une histoire tragi-comique, à la frontière du cirque, de la danse et du théâtre d’objets. Une barre verticale rouge est plantée au milieu de la scène. Le spectacle débute alors par l’escapade de quatre personnages facétieux, seuls sous le toit d’un monde auquel ils aspirent. Ils se croisent et grimpent vers le ciel, pleins d’espoir et d’imagination. Trafic de Styles nous présente ici une écriture chorégraphique des plus insolites ; savoureux mélange poétique où fusionnent la danse, le burlesque et nouveau cirque. La compagnie nous surprend par son inventivité débordante et nous confirme ici son talent ! 21 h à L’imprévu/Tarifs : 13, 11, 10 et 5 €

Avril 2010 • SOA Infos

21


Mercredi 7 et samedi 10 avril C théâtre UVOL/ (création) Le Cabaret des fables

Samedi 17 avril  événement/3e rencontre « toutes collections »



D’après les fables de la Fontaine et d’Esope. Dans un univers de Cabaret, les animaux des fables viendront faire leur numéro et servir ainsi leurs fabulistes-créateurs : messieurs Esope et la Fontaine. A 14 h 30 le 7 et à 16 h 30 le 10, à la Maison de quartier de Chennevières Tarifs : 5 et 4 €

20 h 45 à la salle Armand Lecomte

sport/Football américain



Organisée par le Cercle Philathélique, cette manifestation ouverte à tous regroupera de nombreux exposants. Pour les personnes désirant participer, des emplacements sont encore disponibles. Renseignements au 01 34 64 71 67 ou cpsoa95310@orange.fr De 9 h à 18 h à L’imprévu, entrée gratuite pour le public

Samedi 24 avril n sport/Handball – ASSOA/Savigny (N2)



Compétition européenne EFAF CUP

Les Cougars/Crusaders (Amsterdam) 20 h au Parc des Sports (lire p.19)

Dimanche 25 avril sport/Football américain – Les Cougars/Les Flash (équipe élite) 

14 h au stade Escutary & commémoration/Souvenir

des Déportés

Rendez-vous à 11 h sur le parvis de L’imprévu

Samedi 1er mai Y sport/Athlétisme 

événement/Nouveaux habitants La commune invite régulièrement les nouveaux Saint-Ouennais pour une visite de la ville et un dialogue avec l’équipe municipale. Si vous venez d’arriver, faites vous connaître au 01 34 21 25 44, vous serez destinataire d’une invitation. De 10 h à midi

Compétition au Parc des Sports De 9 h à 19 h

Dimanche 18 avril sport/Football américain – Les Cougars/Les Flash (équipe élite) 

 médiathèque Stendhal/Atelier de conversation philosophique « Qu’est-ce qui est important ? » De 15 h 30 à 17 h 30 sur inscription V sport/Volley ball – ASSOA/

Argenteuil (senior féminine)

14 h COSEC Marcel Pagnol

22

SOA Infos • Avril 2010

14 h au stade Escutary

Samedi 24 avril V sport/Volley ball – ASSOA/Cergy (senior féminine) 

14 h COSEC Marcel Pagnol

Dimanche 2 mai sport/Football américain – Les Cougars/Les Météores (senior régional) 

14 h au stade Escutary


AGENDA Mercredi 5 mai



 médiathèque Stendhal/Des livres dans mon biberon, pour que bébé découvre le plaisir de la lecture… De 10 h à 12 h

CONTACTS L’imprévu, le service culturel municipal : 01 34 21 25 70

Théâtre UVOL : 01 34 21 85 79

Médiathèque Stendhal : 01 30 37 99 74

Musée de l’Education du Val d’Oise : 01 34 64 08 74

Le secteur retraités : 01 34 21 25 65

Abbaye de Maubuisson : Ordre des avocats 01 34 64 36 10

p.16, chronique Le Droit et vous

Avril 2010 • SOA Infos

23


AVANt-PREMIÈRE Samedi 8 mai

Vendredi 7 mai

Commémoration

Dernier concert de la saison : Davy Sicard Cap sur la Réunion ! Davy Sicard revient sur scène avec son dernier album, Kabar, au son d’un maloya flirtant entre tradition et modernité. En créole ou en français, les mots s’enchaînent à la découverte des racines de ce troubadour et du métissage réunionnais. Le maloya est une musique traditionnelle que l’artiste revisite, nourri des influences pop, folk et reggae de son enfance. Il dit lui-même faire un « maloya kabosé » (lire p. 20) 21 h à L’imprévu Tarifs : 13, 8 et 6 €

Victoire du 8 mai 1945 En présence des autorités civiles et militaires et des associations d’anciens combattants. Départ du défilé sur le parvis de l’hôtel de ville à 9 h 45

Samedi 29 mai

18e carnaval de la ville Tradition bien ancrée dans la ville, l’ambiance sera musicale cette année (thème du carnaval : la musique). Pour l’heure, tous à la préparation des costumes ! De 14 h 30 à 18 h 30, départ avenue de Chennevières

ÉtAt-CIVIl É

NAISSANCES BADACHE Nayel né le 31.01 • LEBRETON Marie Karine Carole née le 1.02 • LEMERCIER Lila Hélène Sophie née le 3.02

• LEMERCIER Louise Evelyne Sophie née le 3.02 • MARCOTTE Alexia Faustine Eloïse née le 3.02 • BENDADA Najwa née le 5.02 • ZIANE Amana née le 5.02 • LEMARCHAND Anouck Sonia Bérénice née le 6.02 • KAMISSOKO Sali Matou née le 8.02 • MENLAÏKHAF Issam né le 8.02 • TURCAS Maxence Roger Léopold né le 10.02 • HARDY Eden Sylviane Martine née le 11.02 • MADODA NSIMBA Rojohnnie Solène Régine née le 11.02 • BADRAGAN Léo Alexandre né le 12.02 • GHODBANE Saïda-Lina née le 14.02 • RACHDI Wissale née le 15.02 • EL AOUD Abdelrahmane né le 16.02 • GANTOIS Ewenn Arthur Zéphyr né le 17.02 • GUILLARD Maxime Daniel André né le 17.02 • HUCHIN Nathan Christian Patrick né le 18.02 • AGUESSY Méline Sonia Marie-Claude née le 19.02 • FERNANDES DA VEIGA Tya née le 20.02 • GRANDOUILLER Nathan Henri né le 20.02 • RIAUT Olive Isabelle Betty née le 20.02 • LIMA Keyssie Maria Rosa née le 21.02 • INSOU Léanne née le 22.02 • LOPES DE BARROS Ethan né le 22.02 • LOPES DE BARROS Léa née le 22.02 • MACHON Cassandra Chantal Catherine née le 22.02 • BAYON Emmy Evelyne Ghislaine née le 24.02 • MARGOT Lucile Christine Ghislaine née le 24.02 • MOHAMMED INSAAF ROWTHER Ifshan né le 24.02 • CLERO Léna Marie-Thérèse Florence née le 26.02 • NIAKATE Halima Yaya née le 27.02 • CHERGUI GODARD Driss né le 28.02 • FLATRES Tom né le 28.02 • KABIL Nassim Chouib né le 28.02 • RIBEIRO—GASC Nylla née le 28.02 • AOUALI Zinedine né le 1.03 • VEIGA BORGES Shaheem Aliano né le 1.03 • FRISCIA Alyssa Monique Claire Sandra Gwenaëlle née le 2.03 • MACHIN Younes né le 2.03 • NICOLAS Rafaël Fabrice né le 2.03 • PEREZ Lola Yoanna Joëlle née le 2.03 • GONCALVES ALVARENGA Daynils Luis Arthur né le 3.03 • BAUP Naelle née le 4.03 • BELEY Emma Angèle Marianne Elisabeth née le 4.03 • KRAHULA Alycia Berthude Françoise née le 5.03

MARIAGES GARAUD Franck Jean-Claude et CHARRIOT Muriel le 13.02 • KHATIM Maâmare et FOUGHAR Hanane le 6.02 DÉCÈS MORCRETTE épouse DENYS Liliane décédée le 30.01 à l’âge de 67 ans • DUHAMEL Jean-Claude René décédé le 15.02 à l’âge

de 73 ans • MARIA veuve TEIXEIRA Catarina décédée le 19.02 à l’âge de 95 ans • DOS SANTOS Alvaro décédé le 20.02 à l’âge de 85 ans • CARIOU veuve ROPARS Yvette Lucienne Huguette décédée le 1.03 à l’âge de 77 ans • TRUCHE Stéphanie Pascale Lise décédée le 2.03 à l’âge de 22 ans • PRUCKNEROVA épouse GEORGE Anne décédée le 3.03 à l’âge de 85 ans • BARTHÉLÉMY veuve LALLOUETTE Jacqueline décédée le 4.03 à l’âge de 78 ans

SOA Info Avril 2010  

Journal municipal de Saint-Ouen l'Aumône

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you